Tout sur le Budget. Les grandes lignes Les décisions importantes Les réalisations

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tout sur le Budget. Les grandes lignes Les décisions importantes Les réalisations"

Transcription

1 SUPPLÉMENT Tout sur le Budget 2014 Les grandes lignes Les décisions importantes Les réalisations

2 CHIFFRES DU BUDGET Un budget total 2014 de Les recettes Investissement : Autres recettes (cession d immeubles, de terrains, créances et remboursements, etc) Fonds de compensation de la TVA Emprunt Subventions spécifiques (pour Lascaux 4, la suppression du passage à niveau du Libraire, etc) Fonctionnement : Autres recettes (fiscalité indirecte transférée, dotations, recettes d aide sociale) Pacte de confiance Fiscalité directe (taxe foncier bâti) Paquet compensatoire Droits de mutation L évolution du budget Recettes de fonctionnement ,67 % Recettes d investissement ,82 % Dépenses de fonctionnement ,79 % Dépenses d investissement ,74 % Budget total ,26 % 2

3 Les dépenses Investissement : Remboursement de la dette Autres Lascaux Voirie Subventions aux communes et aux tiers Bâtiments et sites départementaux Fonctionnement : Collèges, transports, routes, laboratoire, SDIS (Service Départemental d Incendie et de Secours) Dépenses d'aides sociales Dépenses de personnel Dépenses d'administration Intérêts de la dette Subventions et participations aux organismes publics et aux associations Dépenses sociales : Insertion (RSA) Aide sociale et enfance Légende : RSA : Revenu de Solidarité Active, PCH : Prestation de Compensation du Handicap, ACTP : Allocation Compensatrice pour Tierce Personne, APA : Allocation Personnalisée d Autonomie Handicap (PCH ACTP) Personnes âgées (APA) Allocations de solidarité 3

4 GRANDES LIGNES DU BUDGET Budget 2014 : anticipation et développement, cohésion et solidarité Comme chaque année, ce supplément budget s ouvre sur un tour d horizon avec le président du Conseil général qui revient sur les principales orientations votées par l Assemblée départementale. Que faut-il retenir de ce budget? Il se caractérise par une faible évolution au regard de celui de 2013 (+11 M sur un total de 513 M ). Il a été préparé dans un contexte évidemment contraint par la situation économique et sociale de ces derniers mois, qu il s agisse de nos dépenses, comme la progression des allocations de solidarité (en particulier le RSA) ou de nos recettes avec la baisse des droits de mutation liée à la morosité du marché immobilier. Pour autant, le soutien à l activité économique est réaffirmé dans nos investissements. Nous investirons cette année encore 100 M, tout en réduisant le recours à l emprunt (40 M contre 42,5 M l année dernière, - 20 % depuis 2011) tout en n augmentant pas notre taux d imposition sur la fiscalité des familles (taxe foncière). Et bien sûr, nous maintenons tous nos engagements sociaux et solidaires. L État a-t-il correctement répondu aux attentes des Départements? Pour la première fois depuis une dizaine d années, les ressources budgétaires du Département bénéficieront d une réelle oxygénation. L État a pris en compte une demande récurrente des Départements concernant le rééquilibrage du financement des allocations sociales. Nous avions chaque année un écart grandissant, en millions d euros, entre l augmentation continue de nos charges pour assurer le versement du RSA (Revenu de Solidarité Active), de l APA (Allocation Personnalisée d Autonomie), de la PCH (Prestation de Compensation du Handicap) et la stagnation des recettes compensatoires accordées par l État. Pour la Dordogne, le Pacte de confiance signé entre l État et l Assemblée des Départements nous permet cette année d une part, d inscrire 6,45 M de recettes nouvelles pour faire face à ces dépenses qui ne cessent de croître, et d autre part, de relever provisoirement le plafond des droits de mutation. Comment vont évoluer les dépenses? Nous devons contrôler l évolution de nos dépenses de fonctionnement, du moins celles dont nous avons la maîtrise. Ce n est pas le cas des dépenses sociales qui représentent 52 % de notre budget de fonctionnement et sont proches des 200 M cette année, avec notamment une progression de 4

5 9 % des crédits du RSA (626 nouveaux allocataires en un an). Mais hors de l action sociale, nous contenons la progression à 1,4 % malgré des hausses «mécaniques» pour les ressources humaines, la contribution aux services d incendie et de secours, le fonctionnement des collèges, les transports scolaires. Pour atteindre l équilibre, nous reconduisons les subventions aux associations et clubs au niveau de 2013 et nous réalisons un gros effort sur les dépenses d administration générale (- 4 %, soit ). Quels sont les grands projets d investissements de ce budget? C est en rééditant ces efforts que nous pouvons poursuivre notre politique de développement économique et social pour bâtir une Dordogne plus attractive, prospère, solidaire et durable. Nous devons constamment être à l initiative, faire fructifier nos atouts naturels et notre image de marque, en créant les conditions propices au dynamisme de nos zones rurales. C est tout le sens de notre programme d investissement dominé cette année par deux grands projets, le déploiement du Très Haut Débit numérique et la construction du Centre International de l Art Pariétal de Montignac- Lascaux (Lascaux 4). Quelles sont les avancées concrètes de ces deux projets en 2014? Dans les deux cas, 2014 sera une année majeure. Le déploiement du Très Haut Débit par la fibre optique doit améliorer l attractivité de nos territoires et la compétitivité de nos entreprises. Lors de cette session budgétaire, nous avons adopté le schéma départemental d aménagement numérique actualisé. Il s agit d un investissement de 165 M pour les six années à venir. Quant au Centre International de l Art Pariétal de Montignac-Lascaux, nous lui affectons 15 M conformément à ce qui était prévu et le chantier débutera en avril pour une durée de deux ans. Ce n est pas seulement l avenir de la Vallée de la Vézère que nous préparons, mais celui de toute la Dordogne. Le tourisme est notre première industrie, ne l oublions pas. C est pourquoi nous allons, en parallèle, multiplier les actions de soutien à la modernisation du parc hôtelier et de promotion de l ensemble de notre offre touristique. 5

6 Quelles sont les autres priorités de développement? Le soutien au développement prend de multiples formes. L aide directe aux projets des entreprises et plus localement, notre participation à la revitalisation industrielle du Bergeracois, la poursuite de notre politique de soutien aux filières en agriculture. Le Département conservera un rôle majeur en faveur de la cohésion des territoires, avec 30 M pour les routes départ e m e n t a l e s, 26,6 M pour l aide aux projets des communes. Nous élargissons cette année nos efforts en matière de logement social et nous instituons une aide à la rénovation thermique destinée aux propriétaires occupants à revenus modestes. Nous consacrons près de 8M (+ 37 %) à la poursuite des restructurations des collèges car l éducation est une priorité. Dans quelle mesure le rôle du Conseil général est-il important dans la vie quotidienne des Périgourdins? Le Conseil général intervient comme un filet de sécurité pour tous ceux qui traversent des s i t u a t i o n s difficiles. C est pour cela que nos m i s s i o n s sociales restent au cœur de notre action : nous assumons les allocations versées mais aussi toutes les actions d accompagnement et d insertion. Les unes et les autres sont essentielles à la préservation du lien social et du vivre ensemble. Et puis, on a trop tendance à l oublier, ces dépenses de solidarité agissent aussi sur l emploi et l économie locale : en Dordogne, réparties sur l ensemble du territoire, personnes travaillent dans le champ social. 6

7 DÉCISIONS PRINCIPALES DU BUDGET DÉSENCLAVEMENT Schéma Directeur Territorial d Aménagement Numérique (SDTAN) Ce schéma a pour objectif principal le déploiement sur tout le territoire départemental d un réseau de fibres optiques jusqu à l abonné (FTTH). À la fois ambitieux et réaliste, ce schéma sera mis en œuvre par le Syndicat Mixte Ouvert Périgord Numérique créé à cet effet. Il donne la priorité au raccordement des acteurs économiques, des secteurs de la santé de la sécurité, du tourisme et de l éducation et se décompose en plusieurs étapes successives. La première, estimée à 165 millions d euros, vise d ici six ans à déployer la fibre optique dans plusieurs secteurs du département, tout en procédant à des opérations de montée en débit qui permettront dans un premier temps d améliorer la qualité de la desserte sur l ensemble des secteurs qui actuellement bénéficient des débits les plus faibles. Routes Le montant total des opérations prévues sur les routes départementales pour 2014 s élève à 30 M. Les travaux neufs concernent en particulier les opérations suivantes : la poursuite de la déviation de Mussidan, la suppression du passage à niveau du Libraire à Bergerac, des giratoires aux Eyzies et à Montignac, les frais d étude pour la déviation de Beynac. Le projet de cette déviation suit son cours et verra cette année le lancement du concours de m a î t r i s e d œuvre de ses ouvrages d art. Transport aérien La contribution du Conseil général au SMAD (Syndicat Mixte Air Dordogne) est reconduite à hauteur de sont également inscrits pour le financement du «saut de puce» Périgueux- Bergerac. Par ailleurs, compte tenu de l importance pour l économie locale de la ligne aérienne Périgueux Paris, le Département contribuera à hauteur de au financement de cette ligne de service public. Transport ferroviaire Le Conseil général accompagne la démarche initiée par la Région pour améliorer le renforcement de l offre TER (Train Express Régional) sur l axe Vallée de l Isle, de Mussidan à Niversac. Le territoire de la Vallée de l Isle est apparu particulièrement pertinent pour 7

8 engager l une des premières démarches de contrat d axe ferroviaire en Aquitaine puisque le bassin autour de l axe Mussidan Périgueux Niversac concentre plus d un quart de la population de Dordogne et plus d un tiers de ses emplois. Le Département est partie prenante dans 3 des 44 actions ciblées : la création de nouvelles haltes ferroviaires, l étude de transports à la demande, le soutien aux pôles multimodaux desservis par le réseau TransPérigord. DÉVELOPPEMENT DURABLE Assainissement des eaux usées En 2013, le Département a signé un nouvel accord cadre avec l Agence de l Eau Adour- Garonne couvrant la période Celui-ci fixe les nouveaux objectifs à a t t e i n d r e pour l amélioration de la qualité de l eau ainsi que les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. Aussi, afin de maintenir l action départementale dans le respect de ce partenariat, 4,1 M de crédits sont affectés au paiement des subventions accordées aux travaux réalisés par les collectivités ces dernières années. Programme départemental agriculture biologique, circuits courts et vente directe Les crédits affectés à ce programme sont en augmentation de 35 % par rapport au BP 2013 ( pour 2014) afin d encourager le développement des circuits courts et de la vente directe (rapprochement entre producteurs et consommateurs locaux). Depuis la mise en œuvre de ce programme fin 2010, 71 dossiers ont été soutenus pour Plan Climat Energie Territorial (PCET) Ce plan vient conclure une fructueuse période de concertation initiée en 2012 sous le titre de Conférence Départementale des Energies et qui a réuni associations, élus, organismes professionnels, experts, citoyens Les objectifs fixés se déclinent en une trentaine d actions dont les plus significatives sont : le soutien à de nouvelles filières dans le domaine énergétique (plan méthanisation et biomasse notamment), l accompagnement des communes et intercomm u n a l i t é s dans leurs projets de rénovation et d isolation de leurs bâtiments, tant en termes d aides financières que d ingénierie, la mise en place d aires de covoiturage (la Bachellerie sera le premier site), le renforcement de politiques déjà en place (filière bois-énergie, réseau TransPérigord...). 8

9 DÉVELOPPEMENT LOCAL Subventions aux communes pour les dégâts d orages d août 2013 En août dernier, le département de la Dordogne a été touché par un violent épisode de grêle et de vent qui a occasionné des dégâts très importants sur certains secteurs. Le Conseil général manifeste sa solidarité avec les communes les plus touchées d aides spécifiques sont ainsi prévues pour aider les communes à réparer leurs bâtiments et installations diverses (estimations en cours). Augmentation du capital de la SEMIPER La SEMIPER est une société d économie mixte qui intervient notamment pour réaliser des bâtiments industriels. Sa faible capitalisation entraîne des difficultés pour le financement de ses opérations. Conformément aux recommandations de la Chambre Régionale des Comptes, le capital de la société est augmenté à hauteur de 1,5 M en vue de développer de nouveaux champs d actions dans les domaines suivants : les énergies renouvelables (méthanisation et bois énergie notamment), le développement économique par des opérations d immobilier industriel. Monuments historiques Le programme des travaux en 2014 concernant les sites historiques, propriétés du Département mobilise près de 1,6 M répartis entre : Campagne (aménagement du parc) : , Biron (achèvement de la restauration du bâtiment des Etats) : , Bourdeilles (fin de l aménagement de la partie médiévale du château et début de la partie Renaissance) : , Forges de Savignac-Lédrier (travaux d aménagement de la tréfilerie) : , Grotte de Jovelle à la Tour-Blanche (travaux de protection) : Le Centre International de l Art Pariétal de Montignac- Lascaux (Lascaux 4) 15 M de crédits sont inscrits en investissement sur ce projet. Le chantier débutera en avril 2014 pour une ouverture du centre en mai Les travaux permettront de soutenir fortement l activité des entreprises l o c a l e s dans le s e c t e u r du BTP. 9

10 Travaux dans les bâtiments à vocation touristique Les autres sites bénéficieront de 1,76 M dédiés notamment à : La poursuite de l aménagement du site de plein air de Gurson ( pour la construction d un nouveau bloc sanitaire pour le camping), L amélioration du fonctionnement du centre d accueil du Pôle International de la Préhistoire (PIP) aux Eyzies ( ), Des travaux paysagers sur les sites de Saint- Estèphe, Rouffiac, Gurson ( ), La mise en accessibilité du centre du Thot à Thonac ( en complément des investissements de la SEMITOUR pour développer les outils de réalité virtuelle), La poursuite de l aménagement de la base de loisirs (centre d hébergement) de Rouffiac ( ). SDIS 24 La participation 2014 au financement du Service Départemental d Incendie et de Secours est de (soit de plus par rapport à 2013). Cette somme correspond à de contribution aux dépenses du service et de loyer annuel additionnel, c o r r e s p o n - dant au financement du Bail Emphyt é o t i q u e Administratif pour la construction du Centre Départemental d Appel d Urgence. Laboratoire départemental L activité soutenue du Laboratoire lui a permis de s autofinancer en 2013 à hauteur de 98 %. Grâce à une démarche qualitative conciliée au service public et à sa compétitivité, le Laboratoire reste une référence à l échelle nationale. SERVICES PUBLICS Personnel départemental Aucune création de poste n est envisagée cette année. 20 nouveaux emplois d avenir seront recrutés en 2014, financés à 75 % par l État et qui viendront compenser les départs à la retraite qui interviendront d ici

11 Travaux dans les édifices administratifs Parmi les principaux dossiers, on peut noter les suivants : Engagement des travaux de rénovation énergétique des bâtiments C et E de l Hôtel du Département à Périgueux ( ) ; Étude d aménagement de la Maison du Département à Nontron ( ) ; Travaux de mise en conformité des bâtiments abritant les centres d exploitation de la Direction des Routes et du Patrimoine Paysager (DRPP) à Terrasson, Vézac et le Bugue ( ). HABITAT Création d une nouvelle aide pour les propriétaires occupants Cette aide est destinée aux propriétaires occupants à revenus modestes qui souhaitent réaliser des travaux d aménagement de leur habitation permettant un gain d au moins 25 % sur la consommation énergétique de leur logement. Il s agit d un programme expérimental sur deux ans. Cette aide d un montant de 500 déclenchera une prime complémentaire de 500 versée par l État et viendra compléter la prime de 3000 du programme «Habiter mieux» de l Agence Nationale pour l Amélioration de l Habitat (ANAH). Au total, les bénéficiaires pourront toucher 4000 d aides complémentaires aux aides classiques de l ANAH. Convention d objectifs avec Dordogne Habitat Cette convention fixe à 3,6 M sur 3 ans l engagement du Département en faveur de Dordogne Habitat. Ces crédits permettront d abord d accompagner la rénovation thermique du parc de logements existants mais aussi de créer 70 logements neufs par an. SOLIDARITÉ Aides aux personnes âgées L Allocation Personnalisée d Autonomie (APA) était versée à près de bénéficiaires en 2013 pour un montant de dépenses de 48,8 M. Pour 2014, une augmentation de 2,44 % est prévue, liée au vieill i s s e m e n t de la population et à l accroissement du degré de dépendance des allocataires, mais aussi pour prendre en compte la revalorisation des tarifs de référence des services et aides à domicile. Un budget de 49,979 M est ainsi prévu pour l aide à domicile et en établissement. 61 % des allocataires vivent à domicile, et 39 % sont en établissement. 11

12 Insertion Avec près de 8000 allocataires du RSA (Revenu de Solidarité Active), on enregistre une augmentation de 600 bénéficiaires sur un an. Cette prestation mobilise un crédit de 43,5 M, en forte hausse de 9 % par rapport au Budget primitif ÉDUCATION, CULTURE, SPORT Travaux dans les collèges Le programme de travaux dans les collèges mobilisera 7,84 M (soit une hausse de 37 % par rapport à 2013). L effort sera notamment accru cette année en direction de la rénovation et de la restructuration des collèges : Achèvement des travaux à Eymet (1,2 M ) ; Poursuite des travaux à Vergt (1,16 M ) ; Engagement des travaux au Bugue (1,4 M ) et à Piégut-Pluviers (0,5 M ) ; Lancement des études à Terrasson. Par ailleurs, 2 M sont affectés aux travaux de grosses réparations dans les autres collèges. Pour la restructuration de la cité scolaire Bertran-de-Born à Périgueux, le Département versera sa participation (1,46 M ) au titre de sa contribution aux travaux de rénovation de l établissement. Pôle International de la Préhistoire Une modification des statuts du Pôle International de la Préhistoire a été votée. Ainsi, la mission de l établissement est renforcée d une dimension paysagère et environnementale dans la perspective d une opération Grand Site Vallée Vézère «donner un paysage à la Préhistoire». À terme, l ambition est d obtenir la reconnaissance par l UNESCO de la valeur universelle exceptionnelle de la vallée de la Vézère au titre de «paysage culturel associé à la Préhistoire». Supplément du magazine Vivre en Périgord Pour tous renseignements complémentaires : Conseil général - 2, rue Paul-Louis Courier Périgueux - Tél. : Posez vos questions à Berrnard Cazeau : Conception : Corazon -

Tout sur. le Budget. Les grandes lignes Les décisions importantes Les réalisations

Tout sur. le Budget. Les grandes lignes Les décisions importantes Les réalisations SUPPLÉMENT Tout sur le Budget 2015 Les grandes lignes Les décisions importantes Les réalisations CHIFFRES DU BUDGET Un budget total 2015 : 510 835 133 Les recettes Investissement : 65 576 994 Autres recettes

Plus en détail

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE CIÉRES > INFORMATIONS FINAN > NOTE 1 SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 BUDGET 2016 UN BUDGET RESPONSABLE Budget départemental

Plus en détail

2015 : UN BUDGET OFFENSIF ADAPTÉ À LA SITUATION DE NOTRE DÉPARTEMENT

2015 : UN BUDGET OFFENSIF ADAPTÉ À LA SITUATION DE NOTRE DÉPARTEMENT 2015 : UN BUDGET OFFENSIF ADAPTÉ À LA SITUATION DE NOTRE DÉPARTEMENT Quasiment stable par rapport à 2014, le budget départemental s établit à 565,4 millions d euros. Afin de poursuivre le projet Doubs

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 19 DECEMBRE 2014 BP 2015 COMMISSION DES SOLIDARITES Direction Générale Adjointe des Solidarités Direction du Handicap et de la Vieillesse RAPPORT

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993.

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. INTRODUCTION A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. I- FONCTIONNEMENT a) Fiscalité Comme nous

Plus en détail

Syndicat Mixte RIP36. [dossier de presse] L'aménagement numérique de l'indre. jeudi 10 mars 2015. Hôtel du Département 9h30

Syndicat Mixte RIP36. [dossier de presse] L'aménagement numérique de l'indre. jeudi 10 mars 2015. Hôtel du Département 9h30 Syndicat Mixte RIP36 [dossier de presse] L'aménagement numérique de l'indre jeudi 10 mars 2015 Hôtel du Département 9h30 Déployer l'internet à Très Haut Débit, c'est construire l'avenir. Le déploiement

Plus en détail

2014 : UN BUDGET MAÎTRISÉ, DES SERVICES OPTIMISÉS. dossier

2014 : UN BUDGET MAÎTRISÉ, DES SERVICES OPTIMISÉS. dossier dossier 2014 : UN BUDGET MAÎTRISÉ, DES SERVICES OPTIMISÉS Malgré les nombreuses contraintes qui pèsent sur ce nouveau budget marqué par la crise économique, le Département du Doubs maintient un niveau

Plus en détail

Dépenses d aide sociale départementale en 2013 : une hausse soutenue par le RSA

Dépenses d aide sociale départementale en 2013 : une hausse soutenue par le RSA ét udes et résultats N 905 février 2015 Dépenses d aide sociale départementale en 2013 : une hausse soutenue par le RSA En 2013, les dépenses nettes d aide sociale des conseils généraux s élèvent à 33,9

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

INSERTION. à l usage du public GUIDE. Le rôle. du Conseil général

INSERTION. à l usage du public GUIDE. Le rôle. du Conseil général INSERTION à l usage du public GUIDE PRATIQUE social sanitaire Pôle Le rôle du Conseil général SOMMAIRE Le rôle du Conseil général de l Orne p.3 Le Revenu de Solidarité Active p.4-5 Le Programme départemental

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Avril 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Plan de rénovation énergétique de l habitat. Plan de Rénovation Energétique de l Habitat. Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal

Plan de rénovation énergétique de l habitat. Plan de Rénovation Energétique de l Habitat. Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal Plan de rénovation énergétique de l habitat Plan de Rénovation Energétique de l Habitat Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal DOSSIER DE PRESSE Aurillac, le 18 octobre 2013 CONTACTS DE

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 COMITE DIRECTEUR CONFEDERAL 15 OCTOBRE 2014

PRÉSENTATION DU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 COMITE DIRECTEUR CONFEDERAL 15 OCTOBRE 2014 PRÉSENTATION DU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 COMITE DIRECTEUR CONFEDERAL 15 OCTOBRE 2014 CALENDRIER 26 septembre 2014 : adoption de l avis du Haut Conseil des finances publiques relatif aux projets

Plus en détail

Collectif budgétaire n 4 : le Pays poursuit l assainissement de ses comptes

Collectif budgétaire n 4 : le Pays poursuit l assainissement de ses comptes Collectif budgétaire n 4 : le Pays poursuit l assainissement de ses comptes Le collectif budgétaire examiné en conseil des ministres devrait être le dernier de l année 2014. Il s inscrit dans la droite

Plus en détail

au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma

au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma DOSSIER DE PRESSE Avril 2009 Paris lance des actions innovantes pour créer des emplois d utilité sociale au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma

Plus en détail

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC Retraite Instaurer un bouclier retraite Permettre le cumul emploi et retraite de réversion Valider les droits à retraite, les années d études et les stages des jeunes générations 46 Pacte social de la

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat DOSSIER DE PRESSE Jean-Louis BORLOO, Valérie LETARD et Benoist

Plus en détail

La MSA de MAINE-et-LOIRE

La MSA de MAINE-et-LOIRE La MSA de MAINE-et-LOIRE attentive à chacun, essentielle pour tous www.msa49.fr Une institution démocratique et dynamique Anne GAUTIER Présidente Un réseau de 257 représentants cantonaux élus en janvier

Plus en détail

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE Le Programme «Habiter Mieux» en FRANCE Etat des lieux Contexte National : La précarité énergétique pèse sur les ménages les plus fragiles depuis de nombreuses

Plus en détail

dispositifs Acteurs L emploi, une priorité

dispositifs Acteurs L emploi, une priorité L HUMAIN EN CAPITALE Emploi Politiques CIV économie Grand Paris rénovation En direct du dispositifs COMITÉ INTERMINISTÉRIEL DES VILLES DU 18 FÉVRIER 2011 habitants Égalité Politiques Transports Acteurs

Plus en détail

Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Le Gouvernement a fait le choix d une loi d orientation et de programmation, inscrivant la totalité

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2014. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2014. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2014 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI La loi fi xe à tout établissement privé ou public d au moins 20 salariés une obligation d emploi de personnes handicapées

Plus en détail

dossier Budget de fonctionnement 2015 : 32 078 000 Services administratifs Culture Aménagements et services urbains 4 739 915

dossier Budget de fonctionnement 2015 : 32 078 000 Services administratifs Culture Aménagements et services urbains 4 739 915 Aménagements et services urbains 4 739 915 Culture Services administratifs 2 099 140 10 307 996 Interventions sociales Santé et Logement 778 940 Sport et Jeunesse 3 994 515 Famille 4 459 955 Enseignement

Plus en détail

L aide sociale départementale

L aide sociale départementale f é v r i e r d aide sociale départementale : une hausse de 9 % depuis 2010 En, les dépenses totales nettes d aide sociale des conseils départementaux s élèvent à 35,1 milliards d euros, soit une hausse

Plus en détail

Publication des cartes. du «très haut débit»

Publication des cartes. du «très haut débit» Publication des cartes du «très haut débit» Bruno LE MAIRE ministre de l Agriculture, de l Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l Aménagement du territoire Eric BESSON Ministre chargé de l Industrie,

Plus en détail

Grenelle Environnement

Grenelle Environnement Grenelle Environnement Convention d engagements pour l accélération de la construction de «Bâtiments Basse Consommation» (BBC) Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre d Etat, ministre

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire Habiter mieux un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE Conception-réalisation : DDT 71 janvier 2014 31 janvier 2014 Sommaire Communiqué de presse Lutter contre la précarité

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE. -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007 Tél :04 74 32 58 45

DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE. -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007 Tél :04 74 32 58 45 REPUBLIQUE FRANCAISE ---------- DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE -------- Service Logement CONSEIL GENERAL -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007

Plus en détail

PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE

PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE COMITÉ INTERMINISTÉRIEL D AMÉNAGEMENT ET DE COMPÉTITIVITÉ DES TERRITOIRES PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE DOSSIER D INFORMATION LYON - 2 FEVRIER 2009 Ce dossier est téléchargeable sur : www.premier-ministre.gouv.fr

Plus en détail

Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020

Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020 Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020 Porteuses d une autre approche du développement, les associations ont depuis toujours inscrit leur action au plus

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

PROJET DE LOI. de finances rectificative pour 2011. (Texte définitif)

PROJET DE LOI. de finances rectificative pour 2011. (Texte définitif) PROJET DE LOI adopté le 8 septembre 2011 N 193 SÉNAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011. (Texte définitif) Le Sénat a adopté sans modification,

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 727 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 7 septembre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative

Plus en détail

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020.

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. 2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. Mesdames, Messieurs, Projet de délibération Exposé des motifs Fin 2015, grâce à l effort

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT 2013 2017

PROJET D ETABLISSEMENT 2013 2017 PROJET D ETABLISSEMENT 2013 2017 EHPAD«Le Soleil d Automne» Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes Avenue Blanche Peyron Domaine d Escoutet 47400 TONNEINS SYNTHESE 1. La présentation

Plus en détail

ASSISES REGIONALES DU TOURISME

ASSISES REGIONALES DU TOURISME DOSSIER DE PRESSE ASSISES REGIONALES DU TOURISME Hôtel de Région, Toulouse, lundi 10 février 2014 Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, a accueilli Sylvia Pinel, ministre de l artisanat,

Plus en détail

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais AVANT-PROPOS La présente réponse fait suite au rapport d observations définitives

Plus en détail

LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE

LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE LES ESPACES INTERRÉGIONAUX 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE les programmes européens Les massifs montagneux, ainsi que les bassins fluviaux, sont des territoires qui se caractérisent par des enjeux de développement

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Édito E Chiffres clés bretons Objectifs de la Bretagne* n 2014, le Conseil régional de

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. 85e Congrès de l Assemblée des Départements de France. «Les départements : modernité et proximité»

Discours de Marylise LEBRANCHU. 85e Congrès de l Assemblée des Départements de France. «Les départements : modernité et proximité» Discours de Marylise LEBRANCHU 85e Congrès de l Assemblée des Départements de France «Les départements : modernité et proximité» Troyes Jeudi 15 octobre 2015. Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne,

Plus en détail

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet

Rentabilité d un investissement locatif. Financer son projet par un prêt. La fiscalité pour l investissement locatif. Comment préparer son projet Acheter pour louer et investissement locatif L achat d un bien immobilier est considéré comme un placement puisqu il est rentable au fil du temps. Il est possible d obtenir différents types de prêts pour

Plus en détail

Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires

Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires Fiche presse Jeudi 14 avril 2016 Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires La feuille de route partagée entre l État et la Région pour le développement économique, l emploi

Plus en détail

Plan d urgence Officine

Plan d urgence Officine Plan d urgence Officine Maintien de l accès au médicament sur l ensemble du territoire Les officines ont été sévèrement impactées par les baisses de prix sur le médicament. L analyse des comptes des officines

Plus en détail

LE E P ROJ O ET E T A SS S OC O I C ATI T F Aubenas, le 17 janvier / Le Pouzin, le 24 janvier / Mauves, le 26 janvier

LE E P ROJ O ET E T A SS S OC O I C ATI T F Aubenas, le 17 janvier / Le Pouzin, le 24 janvier / Mauves, le 26 janvier LE PROJET ASSOCIATIF Aubenas, le 17 janvier / Le Pouzin, le 24 janvier / Mauves, le 26 janvier 3 contraintes pour les associations sportives ; 1. S adapter 2. Se structurer 3. Se développer ; prépare l

Plus en détail

Commune de BAISIEUX DEPARTEMENT : NORD ARRONDISSEMENT : LILLE CANTON : LANNOY

Commune de BAISIEUX DEPARTEMENT : NORD ARRONDISSEMENT : LILLE CANTON : LANNOY N 2014-11-01 Patrimoine communal mise à disposition gratuite de la parcelle ZB n 32 à Lille Métropole Communauté Urbaine dans le cadre de sa compétence «valorisation du patrimoine naturel et paysager espace

Plus en détail

SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT EMBELLISSEMENT DE LA VILLE PROXIMITÉ

SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT EMBELLISSEMENT DE LA VILLE PROXIMITÉ SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT PROXIMITÉ EMBELLISSEMENT DE LA VILLE Chères Niçoises, Chers Niçois, ÉDITO Nous adoptons le budget 2016 de la Ville de Nice dans un contexte national difficile marqué

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3 s a m e d i 2 3 j u i n 2 0 0 7 dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3! Les activités financées

Plus en détail

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 Révision du SCoT du Pays Segréen Réunion publique lundi 30 novembre 2015 Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 SOMMAIRE Point d étape / avancement du SCoT Présentation du projet

Plus en détail

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N Page 1 sur 8 PROJET SELECTIONNE PAR LE CCAH EMPLOI ET FORMATION APF INITY, le réseau favorisant l insertion professionnelle (Gard Languedoc Roussillon) La Délégation départementale APF du Gard crée et

Plus en détail

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Février 2013 Dossier de presse Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Sommaire : Communiqué de presse Favoriser l accession à

Plus en détail

Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale

Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale Sommaire Aide à la production de logements sociaux en vue de favoriser la mixité sociale _ 3 Aide en faveur de la réhabilitation énergétique des logements sociaux 5 Aide pour l adaptabilité des logements

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS Présentation par M. LEBRETON, Président de l ADF 9 octobre 2012 1 Glossaire des sigles AIS: Allocations individuelles de solidarité APA: Allocation personnalisée

Plus en détail

30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie. Rapport financier année 2014

30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie. Rapport financier année 2014 Assemblée Générale 30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie Rapport financier année 2014 Compte de Une année excédentaire +18 460 450 000 400 000 350 000 387 667 352 380 CEMEA - Produits 2014 1 049 033 300

Plus en détail

Le Conseil régional de Picardie crée le Service Public de l Efficacité Energétique et une régie dédiée : une initiative unique en France

Le Conseil régional de Picardie crée le Service Public de l Efficacité Energétique et une régie dédiée : une initiative unique en France Le Conseil régional de Picardie crée le Service Public de l Efficacité Energétique et une régie dédiée : une initiative unique en France Amiens, le 15 novembre 2013 Contacts Presse CONSEIL REGIONAL DE

Plus en détail

1,2 Milliard. Le Département vote son Budget Primitif 2016 911,4 M. Proximité, solidarité & volonté d agir. 2016, une année de transition

1,2 Milliard. Le Département vote son Budget Primitif 2016 911,4 M. Proximité, solidarité & volonté d agir. 2016, une année de transition Séance publique de l Assemblée départementale 7 et 8 décembre 2015 DOSSIER DE PRESSE Le Département vote son Budget Primitif 2016 CONTACTS PRESSE Responsable Presse Cécile Menu 06 89 19 46 62 Attachée

Plus en détail

Les Contrats de Développement Durable Rhône-Alpes

Les Contrats de Développement Durable Rhône-Alpes Les Les CDDRA, c'est quoi? Les Contrats de Développement Durable Rhône-Alpes (CDDRA) constituent la nouvelle génération de Contrats de Développement. Ce dispositif s inscrit dans la continuité de la stratégie

Plus en détail

Signature de la convention P.N.R.Q.A.D entre la Ville de Sedan et l Etat

Signature de la convention P.N.R.Q.A.D entre la Ville de Sedan et l Etat Signature de la convention P.N.R.Q.A.D entre la Ville de Sedan et l Etat Mardi 16 octobre 2012 Dossier de Presse 1 SOMMAIRE Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés page 3 Un

Plus en détail

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET EMPLOI

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET EMPLOI La Commission Permanente du Conseil général s est réunie le jeudi 11 septembre 2008. Parmi l ensemble des 99 dossiers abordés, on notera en particulier les suivants : DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET EMPLOI

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

RENTRÉE 2014-2015 À ÉVRY : UN PROJET ÉDUCATIF À LA POINTE

RENTRÉE 2014-2015 À ÉVRY : UN PROJET ÉDUCATIF À LA POINTE Dossier de presse De Francis CHOUAT Maire d Evry, Président de la Communauté d Agglomération Evry Centre Essonne Evry, le 26 août 2014 RENTRÉE 2014-2015 À ÉVRY : UN PROJET ÉDUCATIF À LA POINTE Contact

Plus en détail

Les Jardins de Cybèle. Investir dans une. Résidence médicalisée. l avenir. c est. penser à. EHPAD Pro Santé Margny

Les Jardins de Cybèle. Investir dans une. Résidence médicalisée. l avenir. c est. penser à. EHPAD Pro Santé Margny Les Jardins de Cybèle Investir dans une Résidence médicalisée c est penser à l avenir EHPAD Pro Santé Margny Colisée, 4 ème acteur français du secteur des EHPAD LA FORCE D UN GROUPE Colisée, acteur majeur

Plus en détail

GÎTES DE FRANCE VAUCLUSE Dossier de presse 2014

GÎTES DE FRANCE VAUCLUSE Dossier de presse 2014 GÎTES DE FRANCE VAUCLUSE Dossier de presse 2014 L Esprit Gîtes de France Le Vaucluse Le Vaucluse en quelques chiffres 800 adhérents Gîtes de France 847 Gîtes 176 Maisons d hôtes 4 campings 20 gîtes d étape

Plus en détail

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social économie budget primitif 2015 scolaire petite enfance jeunesse sports Le budget primitif 2015 : entre rigueur et maintien du niveau de service social Avec un montant total de 38 millions d euros, le budget

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 7 Action 17 Par une gestion raisonnée de l activité touristique Développement des activités de découverte hors-saison en lien avec les

Plus en détail

Comité interministériel aux ruralités

Comité interministériel aux ruralités Comité interministériel aux ruralités Suivi départemental des mesures Réunion du 12 mai 2016 Préfecture de la Dordogne LES MESURES DU COMITE INTERMINISTERIEL AUX RURALITES CIR de mars ( Laon ) et septembre

Plus en détail

Partageons. nos. talents

Partageons. nos. talents Partageons nos talents 1 La Sauvegarde du Nord Le mot de... Louis Gallois Depuis 1957, la Sauvegarde du Nord accueille et accompagne des enfants, des adolescents, des jeunes en difficultés psychiques,

Plus en détail

Vers un schéma médico-social unifié

Vers un schéma médico-social unifié Vers un schéma médico-social unifié Quelles synergies rechercher pour valoriser les ressources des personnes et du territoire? La réglementation en vigueur et principalement le code de l action sociale

Plus en détail

L association et le projet MÔME

L association et le projet MÔME ! L association et le projet MÔME 1. Présentation de l association MOME 2. Historique 3. Etat de l association au 1/05/2015 4. Le partenariat avec le CHR 5. Projet de construction 6. Le financement 7.

Plus en détail

Martine Jardiné. Sigrid MonnieR RÉPONDRE AUX BESOINS D HABITER PARTOUT EN GIRONDE AU CŒUR DE LA MISSION DE GIRONDE HABITAT

Martine Jardiné. Sigrid MonnieR RÉPONDRE AUX BESOINS D HABITER PARTOUT EN GIRONDE AU CŒUR DE LA MISSION DE GIRONDE HABITAT , UNE IDENTITE RÉPONDRE AUX BESOINS D HABITER PARTOUT EN GIRONDE AU CŒUR DE LA MISSION DE GIRONDE HABITAT Martine Jardiné Sigrid MonnieR Présidente de Gironde Habitat Vice-présidente du Conseil départemental

Plus en détail

«collèges numériques et innovation pédagogique»

«collèges numériques et innovation pédagogique» 1 Appel à projets «collèges numériques et innovation pédagogique» Appel à projets 1 opéré dans le cadre de l'action "plan numérique pour l'école" du Programme d'investissement d'avenir 1 Version soumise

Plus en détail

Déclaration de Politique Générale. Ville de Herve 2012-2018

Déclaration de Politique Générale. Ville de Herve 2012-2018 Déclaration de Politique Générale - Ville de Herve. 2012-2018 Un contexte général difficile Une gestion des pouvoirs locaux de plus en plus complexe Un environnement socio-économique très difficile Faillites,

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LES DISPOSITIONS EN MATIERE FISCALE GENERALITES - Barème de l impôt sur le revenu 2016 La note sur la fiscalisation

Plus en détail

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE LECTURE PUBLIQUE DE LA MEUSE 2011-2015

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE LECTURE PUBLIQUE DE LA MEUSE 2011-2015 SCHEMA DEPARTEMENTAL DE LECTURE PUBLIQUE DE LA MEUSE 2011-2015 A l horizon 2020, le département de la Meuse souhaite offrir à tous ses habitants, des lieux d accès à la connaissance, à la culture et aux

Plus en détail

"Bilan 2010 et perspectives" La Semader se donne les moyens de poursuivre son plan de réhabilitation

Bilan 2010 et perspectives La Semader se donne les moyens de poursuivre son plan de réhabilitation "Bilan 2010 et perspectives" La Semader se donne les moyens de poursuivre La Semader se donne les moyens de poursuivre JOËL PERSONNÉ, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA SEMADER. «Je ne nie pas le passé. Si la SEMADER

Plus en détail

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Le Conseil d Etat du Canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Création du club d entreprises «Mécènes d Aujourd hui» pour le patrimoine de demain en Anjou

DOSSIER DE PRESSE Création du club d entreprises «Mécènes d Aujourd hui» pour le patrimoine de demain en Anjou DOSSIER DE PRESSE Création du club d entreprises «Mécènes d Aujourd hui» pour le patrimoine de demain en Anjou Le Club d entreprises «Mécènes d Aujourd hui» est abrité par Fondation du Patrimoine délégation

Plus en détail

Séance du Conseil Métropolitain du 23 janvier 2014

Séance du Conseil Métropolitain du 23 janvier 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Séance du Conseil Métropolitain du 23 janvier 2014 Lyon, le 23 janvier 2014 Le Conseil Métropolitain, réunissant les élus de la communauté urbaine de Lyon et des communautés d'agglomération

Plus en détail

RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS. AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES

RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS. AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES RETRAITE PLUS Retraite plus - Service gratuit d orientation en Maison de Retraite COMPRENDRE LES AIDES SOCIALES RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES service gratuit

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI le 9 avril 2010 LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI Le présent document a pour objet de proposer les aménagements nécessaires

Plus en détail

C est pour répondre à ces objectifs que nous vous présentons ce rapport aujourd hui.

C est pour répondre à ces objectifs que nous vous présentons ce rapport aujourd hui. Rapport CR 88-13 : RENFORCEMENT DES MESURES EN FAVEUR DE L EFFICACITE ENERGETIQUE ET DE LUTTE CONTRE LA PRECARITE ENERGETIQUE ET SOCIALE DANS LES POLITIQUES REGIONALES EN FAVEUR DU LOGEMENT ET ENERGIE

Plus en détail

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT Les missions de la Direction de l Habitat La Direction de l Habitat (2 services ; 9 personnes) est chargée d organiser et de mettre en œuvre la politique locale de l habitat sur le territoire de Brest

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail