Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution?"

Transcription

1 Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution? Enjeux et aspects économiques des soins à domicile Miloud Kaddar Économiste de la santé, Consultant International

2 Plan d intervention SAD de quoi parle-t-on? Pourquoi ce sujet est sur l agenda en Algérie? Enjeux des soins à domicile Dimensions économiques et financières des SAD SAD en Algérie: pour et contre et conditions du succés?

3 SAD de quoi parle-t-on? SAD fait partie mais ne se confond pas avec l alternative à l hospitalisation (chirurgie ambulatoire, hospitalisation de jour, hospitalisation à domicile, etc.) La santé à domicile peut inclure plusieurs types d intervention comme l'hospitalisation à domicile (HAD) les soins à domicile (SAD) qui sont le plus souvent des actes infirmiers mais pas seulement le maintien à domicile (MAD) qui peut comporter un coté médical et un autre social Les différences sont au niveau Du degré de technicité et de médicalisation des actes pratiqués Des statuts des acteurs impliqués : établissements publics, établissements privés, associations, prestataires individuels, etc.. De qui paie quoi et comment? Des populations concernées: personnes âgées, personnes handicapées, mobilité réduite, patients,..

4 SOINS A DOMICILE : CHANGEMENT DE PARADIGME? RELATION ENTRE POPULATION ET SYSTÈME DE SANTE Médecinmalade Hôpitalpatient Soins en établissement et à domicile - Professionnels, patients et familles sont Impliqués à divers degrés

5 SOINS A DOMICILE : CHANGEMENT DE PARADIGME? RELATION ENTRE POPULATION ET SYSTÈME DE SANTE Médecinmalade Hôpitalpatient Soins en établissement et à domicile - Professionnels, patients et familles sont Impliqués à divers degrés

6 QUESTIONS CLES POUR UN ECONOMISTE DE LA SANTE? Quelles sont les priorités nationales de santé? Données et critères? Quelles sont les stratégies et interventions efficaces? Quels sont leurs coûts? Quelles sont les sources de financement? Quelles sont les modalités de paiement?

7 Pourquoi ce sujet est sur l agenda en Algérie? Changements épidémiodémographiques vieillissement de la population, maladies dégénératives, maladies chroniques, maladies non transmissibles: plan cancer,. Coûts et financement des soins dans un contexte économique difficile, les soins à domicile sont moins coûteux que l'hospitalisation conventionnelle. Les SAD sont supposés êtres moins chers à l Etat et à la sécurité sociale Les SAD sont considérés comme un moyen de maitriser et réduire le rythme des dépenses de soins Confort des malades et implications des familles Les SAD maintiennent les patients dans leur milieu personnel et familial Les SAD impliquent les familles et les proches dans le processus de soins et de prise en charge Les SAD permettent une socialisation et une qualité de vie Evolutions médicales et technologiques: Médicaments, outils de suivi et protocoles de prise en charge à domicile Schémas thérapeutiques alternant soins en établissement et soins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé: télésoins à domicile, communications, coordination,.. Les nouvelles approches et technologies de traitement rendent pertinents les SAD

8 Les SAD dans la réforme du système de santé? Sortir de l hospitalo-centrisme et du tout curatif : un axe de la réforme du système de santé Privilégier les alternatives, l hôpital de jour, les services de proximité en établissement et à domicile Médecin généraliste = pivot du parcours de soins du patient Éviter que le parcours de soins ne soit un parcours d obstacles Organiser et Promouvoir la complémentarité et la contractualisation entre les soins hospitaliers et les soins ambulatoires Le secteur public et le secteur privé Intégrer les patients, les familles, les communautés dans le parcours et les réseaux de soins Nouvelle répartition des dépenses de santé et des sources de financement

9 Enjeux des soins à domicile 1. Des enjeux organisationnels : Comment se développent les SAD? Qui les assurent? Qui les coordonnent? Comment se fait l échange d information entre les professionnels de la santé, les patients et les institutions concernées? Qui en assure la qualité et comment? 2. Des enjeux sociaux : Quels sont les défis que rencontrent les patients et leur famille par rapport aux soins à domicile? 3. Des enjeux médico-techniques : Quels protocoles et quelles technologies de soins sont adaptés pour mettre en œuvre les SAD? 4. Des enjeux légaux et éthiques : À qui incombe la responsabilité légale des soins dans la mesure où plusieurs professionnels de la santé, les patients et les institutions sont impliqués? 5. Des enjeux économiques et financiers: quel est le marché des SAD? Qu en est-il des coûts réels associés aux soins à domicile? Qui finance et comment?

10 ENJEUX ECONOMIQUES DES SOINS A DOMICILE Marché des soins à domicile: de nombreux acteurs et produits, multiples prestations, dynamiques de fonctionnement, logiques d intérêts contradictoires en compétition. Quels sont les coûts des SAD sous toutes leurs formes? Peut on les comparer? Quelles sont les sources de financement? Modalités de paiement? Forfait, à l acte, avant, après, tiers payant,

11 Liste des services, prestations et des produits admis à la prise de charge? Financement de qui et de quoi? Liste des pathologies et affections concernées? Profil des prestataires offrant des SAD et sous quel statut et comment? Catégories de population couvertes ou pas et à quel degré et pendant combien de temps?

12 Questions clés du financement des SAD Prestations et biens éligibles Comment? Modalités? Patients et catégories de population Qui finance quoi?

13 SAD génère des économies. - étude française ecost, sur la télésurveillance des défibrillateurs cardiaques implantables. Cette étude «conclut à des économies de 494 euros par patient et par an». - «2,6 milliards d euros par an pourraient être économisés à l horizon 2020 en France si l on déployait la télémédecine rien que sur quatre maladies chroniques représentant 38 % des affections de longue durée (ALD) en France : diabète, hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale» - L Assurance maladie en France estime «que le recours à la dialyse à domicile est insuffisant en France (de l ordre de 6 %) par rapport à d autres pays, comme la Nouvelle-Zélande (52 %). Or par exemple, la dialyse péritonéale, une technique de dialyse réalisée à domicile, coûte euros de moins par an et par patient par rapport à une hémodialyse en centre, c est-à-dire réalisée dans une structure hospitalière» la transposition des analyses coût-efficacité de l étranger à l Algérie est beaucoup plus compliquée du fait des différences de contexte. Nécessité de faire des analyses des coûts dans le contexte du pays.

14 HAD/hospitalisation conventionnelle? La question de l efficience de la prise en charge en HAD par rapport à l hospitalisation conventionnelle? De nombreuses études(1) concluent que «l HAD coute moins chère que l hospitalisation conventionnelle ou hospitalisation de jour: 20 à 80% moins cher» l HAD présente «la caractéristique de faire prendre en charge, par les ménages, les coûts non directement liés aux actes médicaux et paramédicaux. Le coût d une journée d HAD est donc plus faible que celui d une journée d hospitalisation complète». De nombreux problèmes de méthodologie, de comparabilité des patients et des prestations prise en charge CREDES, Evaluation du coût de la prise en charge en HAD, HAS, Analyse comparée de la chimiothérapie anticancéreuse administrée à l hôpital ou prise en charge à domicile : aspects économiques et organisationnels, Cours des comptes.

15 Mais attention aux méthodes et à la perspective L évaluation doit être pensée dès le départ et doit être globale. Elle doit prendre en compte de manière exhaustive toutes les économies mais aussi tous les coûts, à la fois pour l individu et pour la collectivité. «Coûts de la mise en place d une régulation, tous les coûts de la vérification de l éligibilité du patient à bénéficier de soins à domicile (indication, disponibilité de l entourage, coûts de la mise en place d une régulation, conditions de logement, mise en place de l accompagnement,..) Pertes éventuelles de revenu pour les personnes qui vont quitter un travail pour prendre en charge à domicile un de leurs parents agés. Et même pour les personnes qui ne travaillaient pas, il faut tenir compte, même si c est plus difficile à mesurer, de l impact sur leur qualité de vie». La seule démarche économique qui vaille, c est de favoriser la plus grande efficience globale et l équité. Il faut aussi un mécanisme d évaluation médico-économique permanent, car, du fait de l évolution des technologies, «ce qui est vrai un jour ne l est plus le lendemain».

16 SAD, nouvelles technologies et impact sur le système de santé L évolution permise par le développement de la e-santé vers des offres de soins à domicile associe des innovations à la fois technologiques et organisationnelles qui doivent être synchrones. Les Innovations peuvent rendre certains investissements obsolètes; Cas dans le passé des sanatoriums lorsque des antibiotiques sont arrivés sur le marché pour traiter la tuberculose. Ces sanatoriums sont devenus obsolètes. Cas à prendre en compte dans toute planification des Centres anti-cancer: la chirurgie sera de plus en plus ambulatoire, la radiothérapie pourrait se faire en ville, et la chimiothérapie va gagner le domicile des patients en raison d une administration facilitée du traitement par voie orale et non plus par perfusion

17 Economies possibles grâce à la télémédecine: cinq domaines thérapeutiques prioritaires : des fortes économies possibles Affections le diabète, l insuffisance cardiaque, l insuffisance rénale chronique l hypertension artérielle sévère mal contrôlée. le respiratoire avec la télé observance de l apnée du sommeil Sources d économie Hospitalisation évitées Durée de séjour réduite Complications évitées Décès évités Transport évité Temps médical réduit Consultations médicales évitées Déduire coûts de mise en œuvre des dispositifs de télémédecine, etc..

18 Nombre de pré-conditions le redéploiement des ressources pour le financement, la standardisation technique de l offre, la présence d acteurs intégrateurs, la structuration et la coordination de l organisation avec des protocoles, l évolution des remboursements et de la rémunération (notamment dans le secteur libéral), encore l émergence de nouveaux métiers..

19 Quelques conditions de succès de la mise en oeuvre des SAD en Algérie Définition : de quoi parle-t-on exactement? Quel est le champ des SAD? Quel dosage du médical et du social? Compétences et moyens: Est-ce que les professionnels de la santé sont préparés à ce type de prise en charge? Dans leur formation initiale et/ou continue? Est ce que les moyens techniques sont largement disponibles? Est ce que les domiciles et lieux d accueil s y prêtent? Responsabilité Qui est responsable de quoi en cas de SAD? Qui ordonne/prescrit? qui fait les prestations? Qui contrôle, qui coordonne et régule?

20 Coûts des SAD? Que sait-on des coûts des SAD? Qui va les calculer et valider? Coûts, tarifs, prix? Coûts de quoi et pour qui? Coûts standards, prix et élaboration des tarifs Comment gérer, réguler, controler, évaluer les coûts et les dépenses?

21 SOURCES DE FINANCEMENT in Algeria: QUI DOIT PAYER QUOI? SOURCES POTENTIELLES BUDGET DE L ETAT, Collectivités locales,.. SECURITE SOCIALE ASSURANCES PRIVEES MENAGES AUTRES: Zakat, FINANCER QUOI? STRUCTURES PRESTATIONS MEDICALES PRESTATIONS PARA MEDICALES MEDICAMENTS et AUTRES BIENS MX TRANSPORT, HEBERGEMENT,.. CONSEILS, ECOUTE,..

22 Quels sont les arguments présentés en défaveur des SAD? Le taux d occupation des lits des hôpitaux est faible pourquoi chercher l HAD? Nos logements sont surchargés et pas adaptés. Les familles ne sont pas préparées Le niveau d éducation sanitaire et d information est top faible pour permettre des SAD sûrs et efficaces On n arrive pas à offrir et à garantir des prestations de qualité dans nos propres établissements publics, qu en sera-t-il à l extérieur, en HAD! Les systèmes d information en place ne sont pas assez développés pour assurer un pilotage et un partage d information satisfaisants entre tous les acteurs concernés, Les abus et les risques seront nombreux de tous les cotés: prestataires privés et même les patients. Comment éviter les dérives et l inflation des actes et des dépenses? Les SAD et l HAD vont augmenter les dépenses de soins et autres à la charge des ménages, est-ce équitable pour les populations démunies et les vulnérables!

23 Quels sont les arguments présentés en faveur des SAD? Alléger la surcharge des établissements hospitaliers Réduire ou éviter les affections nosocomiales, souches resistantes Mieux adaptés aux habitudes socio-culturelles de la population, qualité de vie Le maintien et l hospitalisation à domicile permet en effet d éviter la désocialisation des personnes âgées et plus généralement des personnes vulnérables et fragiles L offre et les technologies de soins sont intensifiées: on peut diversifier le mode de prise en charge des populations et de prestations des soins Création de nouveaux métiers et de nouveaux débouchés pour les professionnels Les SAD sont moins chers pour l Etat et pour la sécurité sociale Les populations à mobilité réduite et à soins répétitifs ou ponctuels sont en demande de SAD

24 Opportunités des SAD en Algérie Nouvelle loi sur la santé et nouvelles dispositions sur les SAD Ferme orientation du MSPRH en faveur des SAD et des alternatives à l hospitalisation Croissance de la part des maladies chroniques et lourdes, introduction de nouvelles technologies Allongement de la durée de vie et nouveaux besoins de santé Multiples expériences en cours de SAD et HAD dans tout le pays Croissance du secteur privé et recherche de nouveaux débouchés Crise des finances publiques et essai de rationalisation des dépenses publiques Forte demande de qualité des soins et de soins de proximité, y compris l HAD et SAD

25 Quelques élements de Stratégie? Mettre le patient au centre des démarches et du parcours de soins Articuler politique de santé et politique sociale notamment pour les populations vulnérables et âgées Raisonner en termes de parcours et de réseaux de soins et de qualité de vie avec les continuités et les connections à maintenir Rôles respectifs des différents services de santé (hôpitaux, soins de première ligne, soins infirmiers à domicile, soins à domicile, maisons de repos, soins informels,...) et sur la façon dont ces fonctions se relient dans une vision globale de délivrance des services de santé Elaborer des référentiels d activités de l hospitalisation à domicile ; améliorer l éducation thérapeutique et l information sanitaire Réaliser des évaluations médico-économiques de l hospitalisation à domicile par rapport aux prises en charge hospitalières conventionnelles et à différents autres types de prise en charge extra-hospitalière en ville Mener à bien dans les meilleurs délais une étude nationale des coûts et mettre en œuvre une tarification de l HAD

26 Voir grand et loin, construire pas à pas Adopter des démarches ciblées de SAD/HAD sur de petite échelle, mettre en oeuvre et faire évaluation indépendante avant toute généralisation Ne pas légiférer et décider en matière de sources de financement et de mode de paiement avant de faire des projections et des études rigoureuses sur l efficience et d impact Déveloper la production et la validation de référentiels et de protocoles de soins à l aide d analyses médicoéconomiques permettant de comparer l efficience de l HAD et SAD par rapport aux autres modes de prise en charge Amélioration et modernisation des systèmes d information et de leur utilisation pour l évaluation Adopter une tarification rigoureuse mais stimulante, tirer profit des nombreuses leçons dans le monde Viser le bonne insertion de l HAD dans l offre de soins nécessite de l intégrer pleinement dans la planification au sein des établissement, au niveau local et régional notamment pour la prise en charge des maladies chroniques, cancers and cardiovasculaires Améliorer la qualité des prises en charge nécessite d adapter et renforcer la formation des personnels de santé et sociaux, de créer de nouveaux métiers liés aux SAD afin de professionnaliser davantage le cœur de métier des SAD

27 MERCI CHOUKRAN Miloud Kaddar

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine

Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine Ministre de la Santé de la République Populaire de Chine CHEN Zhu (Le 12 avril 2012) Contenu du rapport Cadre général de la

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1 QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES «EXPERIMENTATION DE NOUVEAUX MODES D ORGANISATIONS DES SOINS DESTINES A OPTIMISER LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Projet médico-social 2013-2017

Projet médico-social 2013-2017 Projet médico-social 2013-2017 C E N T R E H O S P I T A L I E R R É G I O N A L D O R L É A N S Hôpital Porte Madeleine 1, rue Porte Madeleine BP 2439 45032 Orléans cedex 1 Le service social de par ses

Plus en détail

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011

PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 PROGRAMME PARISIEN DE RENFORCEMENT DE L OFFRE DE SOINS DE PREMIER RECOURS Juin 2011 1 INTRODUCTION L accès aux soins de premier recours est une des composantes majeures du droit fondamental à la santé.

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 2

Atelier de retour d expérience n 2 Atelier de retour d expérience n 2 Amélioration du service rendu aux personnes âgées en perte d'autonomie et optimisation de l'organisation de l'offre de soins et de services Béatrice Lorrain Pilote MAIA

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Action 1 : Améliorer l accessibilité à l offre de soins pour les personnes âgées et personnes en situation de handicap isolées notamment

Plus en détail

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite»

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Le passage à la retraite est une période de transition qui implique des changements et la perte d un certain nombre d éléments structurant

Plus en détail

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI Union Confédérale des Médecins Salariés de France Siège social, secrétariat : 65-67 rue d Amsterdam 75008 Paris Tél : 01.40.23.04.10 Fax : 01.40.23.03.12 Mél : contact@snmpmi.org Site internet : www.snmpmi.org

Plus en détail

Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées. Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012

Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées. Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012 Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012 Le schéma: outil de planification Document opposable, adopté pour 5 ans par le Conseil

Plus en détail

DÉTAIL DU PLAN D ÉCONOMIES RÉFORMER - RÉDUIRE LES DÉFICITS - REDRESSER - RÉUSSIR

DÉTAIL DU PLAN D ÉCONOMIES RÉFORMER - RÉDUIRE LES DÉFICITS - REDRESSER - RÉUSSIR PREMIER MINISTRE DÉTAIL DU PLAN D ÉCONOMIES RÉFORMER - RÉDUIRE LES DÉFICITS - REDRESSER - RÉUSSIR 16 avril 2014 «50 milliards d économies»: les principales mesures Conformément à l annonce faite par le

Plus en détail

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée PREAMBULE. La prévalence des maladies chroniques est en progression constante. 15 millions de personnes présenteraient une affection

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Les enjeux du vieillissement en Suisse 3 décembre 2015

Les enjeux du vieillissement en Suisse 3 décembre 2015 Les enjeux du vieillissement en Suisse 3 décembre 2015 Mise en réseau de la prise en charge des personnes âgées Sylvie Le Bail et Yves Grosclaude Service de la santé publique 1 Repères Planification médico-sociale

Plus en détail

MODERNISATION SYSTÈME DE SANTE ET REFORME TERRITORIALE

MODERNISATION SYSTÈME DE SANTE ET REFORME TERRITORIALE MODERNISATION SYSTÈME DE SANTE ET REFORME TERRITORIALE Ifross 17 03 16 Lyon Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux 4 LOIS! loi NOTRe: perte de compétence

Plus en détail

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne 1 Stratégie régionale de l Agence Pourquoi un référentiel? Consolider l offre de santé coordonnée déjà en place Impulser et développer l exercice

Plus en détail

Un pôle social au côté des pôles de compétitivité

Un pôle social au côté des pôles de compétitivité Bruxelles, le 13 novembre 2015. POSITION DU BUREAU DE L IW Un pôle social au côté des pôles de compétitivité L exemple de la politique wallonne en réponse au défi du vieillissement de la population 1.

Plus en détail

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 La MARPA Un Label ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 Le Label MARPA 2015 Le Label MARPA est attribué par la Caisse Centrale de Mutualité Sociale Agricole aux projets qui concrétisent les

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Expert(e) en Qualité/accréditation en Santé. Sénégal

Expert(e) en Qualité/accréditation en Santé. Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales Sous-direction de l autonomie des personnes handicapées

Plus en détail

Dossier réalisé avec la participation de :

Dossier réalisé avec la participation de : Dossier réalisé avec la participation de : Paul Verdiel, Président de H2AD Jean-Loup Durousset, Directeur du Centre de l Hospitalisation Privée de la Loire (CHPL) Thierry Depois, Directeur Général d Europ

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

Réflexions sur l organisation des soins

Réflexions sur l organisation des soins Réflexions sur l organisation des soins Rencontres inter-régionales de l ASIP lasip Dr Y Bourgueil Directeur de recherches h IRDES Responsable équipe PROSPERE Réflexions sur l organisation des soins L

Plus en détail

La coordination gérontologique en Suisse: où en est-on?

La coordination gérontologique en Suisse: où en est-on? La coordination gérontologique en Suisse: où en est-on? Rencontre romande de Curaviva Suisse. 20.09.2012 Neil Ankers, Consultant et entrepreneur social 2 3 1. Anamnèse 2. Analyse 3. Diagnostic 4. Prescription

Plus en détail

Qu est ce qu une maison médicale?

Qu est ce qu une maison médicale? Qu est ce qu une maison médicale? Septembre 2011 2 1. Une maison médicale, c est Les maisons médicales sont des équipes pluridisciplinaires dispensant des soins de santé primaires, continus, polyvalents

Plus en détail

AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage

AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage PARTENARIAT NATIXIS ASSURANCES, FRANCE DOMICILE ET UNA Contacts presse Karine BRIAND Responsable

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 Point d information mensuel Jeudi 5 juillet 2007 Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 L évolution des dépenses de santé et les modalités de leur prise en charge sont au cœur de nombreuses réflexions

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013

Dossier de Presse. Mercredi 10 juillet 2013 Dossier de Presse Mercredi 10 juillet 2013 Pacte territoire santé Provence-Alpes-Côte d Azur Un pacte, pour quoi faire? Le pacte territoire santé vise à garantir et à renforcer l accès aux soins, en particulier

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

D où la nécessité de prendre un contrat complémentaire qui complètera la différence.

D où la nécessité de prendre un contrat complémentaire qui complètera la différence. SOMMAIRE Nécessité d une complémentaire santé... 2 Différence entre complémentaire santé obligatoire et facultative... 2 Acteurs et marché... 2 Les acteurs... 2 Stratégies commerciales... 2 Les contrats

Plus en détail

Evaluation externe de. l EHPAD de la Fondation Roguet SYNTHESE

Evaluation externe de. l EHPAD de la Fondation Roguet SYNTHESE Evaluation externe de l EHPAD de la Fondation Roguet 2012 SYNTHESE I. Introduction L évaluation externe a été introduite par la loi n 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale.

Plus en détail

Charte de partenariat du CLIC Métropole Nord Ouest Renseignements et informations : Monsieur Olivier MILOWSKI, Directeur, CLIC Métropole Nord Ouest, 100 rue du Général Leclerc 59350 SAINT ANDRE Téléphone

Plus en détail

L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie. 22/06/2010 Onco 28 Annie Perrier 1

L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie. 22/06/2010 Onco 28 Annie Perrier 1 L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie Annie Perrier 1 PARCOURS PATIENT Répond au cadre réglementaire tel que défini par le Plan Cancer RCP DISPOSITIF D ANNONCE MISE EN PLACE DU TTT SUIVI et ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Quelques chiffres sur la France (FNEHAD) Prise en charge pour 2014 *105.000 patients en HAD/66 millions d habitants *4.4 millions de journées

Plus en détail

Évaluation de l action du Conseil général de la Nièvre en faveur de l insertion sociale, économique et professionnelle

Évaluation de l action du Conseil général de la Nièvre en faveur de l insertion sociale, économique et professionnelle Évaluation de l action du Conseil général de la Nièvre en faveur de l insertion sociale, économique et professionnelle Elèves administrateurs Promotion Vercors Janvier 2006 SOMMAIRE Introduction I. Approche

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC Retraite Instaurer un bouclier retraite Permettre le cumul emploi et retraite de réversion Valider les droits à retraite, les années d études et les stages des jeunes générations 46 Pacte social de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Forum Poitou-Charentes. Organiser les soins autour du patient et en garantir l égal accès : la révolution du 1 er recours

DOSSIER DE PRESSE. Forum Poitou-Charentes. Organiser les soins autour du patient et en garantir l égal accès : la révolution du 1 er recours DOSSIER DE PRESSE Forum Poitou-Charentes Jeudi 23 janvier 2014 Poitiers Organiser les soins autour du patient et en garantir l égal accès : la révolution du 1 er recours 0 Sommaire Programme Introduction

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA Ordre du jour Rappels du contexte et de la phase diagnostic Présentation

Plus en détail

Plan d urgence Officine

Plan d urgence Officine Plan d urgence Officine Maintien de l accès au médicament sur l ensemble du territoire Les officines ont été sévèrement impactées par les baisses de prix sur le médicament. L analyse des comptes des officines

Plus en détail

Projet de Loi de Santé. Réunion d'information. Caen jeudi 11 décembre

Projet de Loi de Santé. Réunion d'information. Caen jeudi 11 décembre Projet de Loi de Santé Réunion d'information Caen jeudi 11 décembre 1 Avec le soutien de l ensemble des syndicats et représentants de la médecine libérale en Basse-Normandie 2 57 articles dont la plupart

Plus en détail

Vers un CSSS 2 e génération. Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014

Vers un CSSS 2 e génération. Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014 Vers un CSSS 2 e génération Un rendez-vous à la croisée de nos chemins 5 et 12 novembre 2014 1 Notre vision À l écoute de sa population et en collaboration avec ses partenaires, le CSSS du Nord de Lanaudière

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

CIRCULAIRE N 101/DHOS/O/2004/ du 05 mars 2004 relative à l élaboration des SROS de troisième génération

CIRCULAIRE N 101/DHOS/O/2004/ du 05 mars 2004 relative à l élaboration des SROS de troisième génération MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPÉES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de l organisation du système de soins

Plus en détail

Globality YouGenio. Une assurance individuelle dans un monde globalisé

Globality YouGenio. Une assurance individuelle dans un monde globalisé Globality YouGenio Une assurance individuelle dans un monde globalisé Des prestations de haut niveau avec une couverture personnalisée Une expertise mondiale. Des partenaires de proximité L expérience

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Groupement de coopération sanitaire entre l Hôpital d Instruction des Armées (HIA) Val-de-Grâce et le Groupe Hospitalier Cochin-Broca-Hôtel-Dieu de l AP-HP Le Groupement de coopération

Plus en détail

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE

LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE EN BELGIQUE Séminaire Européen SIDIIEF : LES MALADIES CHRONIQUES HENALLUX Namur -19 novembre 2015 LE SUIVI TRANSDISCIPLINAIRE DES PATIENTS DIABÉTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE EXPÉRIENCES DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ INTÉGRÉE

Plus en détail

L offre à domicile en Seine-Saint-Denis Enjeux et perspectives. Présentation à la conférence de territoire du 28 janvier 2015

L offre à domicile en Seine-Saint-Denis Enjeux et perspectives. Présentation à la conférence de territoire du 28 janvier 2015 L offre à domicile en Seine-Saint-Denis Enjeux et perspectives Présentation à la conférence de territoire du 28 janvier 2015 Soutenir le choix du domicile : une problématique pour les Départements Une

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Vers un schéma médico-social unifié

Vers un schéma médico-social unifié Vers un schéma médico-social unifié Quelles synergies rechercher pour valoriser les ressources des personnes et du territoire? La réglementation en vigueur et principalement le code de l action sociale

Plus en détail

Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020

Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020 Contribution de la CPCA Centre à la préparation du Contrat de Plan Etat Région 2014-2020 Porteuses d une autre approche du développement, les associations ont depuis toujours inscrit leur action au plus

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

Prof. Sabine Hahn. Responsable des disciplines des Soins, domaine de la santé, Haute école spécialisée bernoise

Prof. Sabine Hahn. Responsable des disciplines des Soins, domaine de la santé, Haute école spécialisée bernoise Prof. Sabine Hahn Responsable des disciplines des Soins, domaine de la santé, Haute école spécialisée bernoise Thèse 1 Prof. Dr Sabine Hahn Prof. Dr. Sabine Hahn t Berner Recherche Fachhochschule appliquée

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM Dossier de presse Canicule Organisation de l AP-HM Eté 2013 1 Canicule Organisation de l AP-HM pour la prise en charge des patients Durant l été 2003, les hôpitaux français ont été confrontés à la prise

Plus en détail

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE DÉLÉGATION, TRANSFERTS, NOUVEAUX MÉTIERS COMMENT FAVORISER DES FORMES NOUVELLES DE COOPÉRATION ENTRE PROFESSIONNELS DE SANTÉ? RECOMMANDATION HAS EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE 1. INTRODUCTION 1.1.

Plus en détail

Loi de Financement de la sécurité sociale pour 2014

Loi de Financement de la sécurité sociale pour 2014 Loi de Financement de la sécurité sociale pour 2014 Eléments de contexte : Compte tenu d une croissance du PIB de 0,9% et de la masse salariale privée de 2,2% attendues en 2014, le déficit de la sécurité

Plus en détail

Préparation du projet de loi «Patients, santé, territoire» DDGOS/DAS/DPREV 1

Préparation du projet de loi «Patients, santé, territoire» DDGOS/DAS/DPREV 1 Préparation du projet de loi «Patients, santé, territoire» DDGOS/DAS/DPREV 1 4 Missions pour moderniser le système de santé 4 missions ont été commanditées par le gouvernement et menées avec l appui du

Plus en détail

LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN

LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN NÉCESSAIRE TRAVAIL EN RÉSEAUX! Intervention DU «santé précarité» Vendredi 11 janvier 2013 de 11H à 13H Marina LAZZARI coordinatrice du réseau Santé Solidarité Lille Métropole

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie-Gestion de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES Convention de partenariat Annexe 2 (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES I - Description du projet Depuis quelques années, les mutations des entreprises font ressentir

Plus en détail

Prestation de service Relais assistants maternels. Juin 2013 1/6

Prestation de service Relais assistants maternels. Juin 2013 1/6 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Relais assistants maternels Juin 2013 1/6 2/6 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation de service

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Personnes âgées en risque de perte d autonomie (PAERPA) Claude JEANDEL Pôle de gérontologie CHU Montpellier Université Montpellier Inserm

Plus en détail

Les préconisations par type de situation

Les préconisations par type de situation Les préconisations par type de situation Le tableau qui suit a été élaboré en mai 2007 à la suite d une étude sur la situation économique et financière des associations d aide aux personnes à domicile.

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé. A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc

Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé. A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc Pourquoi un livre blanc en santé? Un livre blanc est un

Plus en détail

Le logement d abord Concept, principes et expériences

Le logement d abord Concept, principes et expériences Le logement d abord Concept, principes et expériences 1 Le logement d abord, concept général Un changement de regard sur les vecteurs de l insertion Considérer que le logement est un droit pour tous Considérer

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

2007-2013 Sept territoires, sept expérimentations urbaines

2007-2013 Sept territoires, sept expérimentations urbaines 2007-2013 Sept territoires, sept expérimentations urbaines UNION EUROPÉENNE La politique urbaine intégrée soutenue par l Europe : un enjeu aujourd hui, un principe pour demain Depuis 2007, l Europe investit

Plus en détail

Actionsdes MUTUELLES

Actionsdes MUTUELLES 10 Actions des MUTUELLES POLITIQUE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE EN FAVEUR DES SOINS DE PREMIER RECOURS FACILITER L ACCÈS AUX SOINS ET RÉDUIRE LES RESTES À CHARGE Comment rendre l accès aux soins plus facile?

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE

LE DISPOSITIF D ANNONCE LE DISPOSITIF D ANNONCE 1 Objectifs Mis en oeuvre par la Ligue contre le Cancer suite aux Etats Généraux des malades de 1998 Introduit dans le premier Plan Cancer (2003-2007) Accompagner et soutenir l'annonce

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Plan de la présentation Etat des lieux de la population bas-rhinoise et alsacienne des plus de 60 ans Les interventions du Conseil Général

Plus en détail

Formation en travail social - VAE

Formation en travail social - VAE ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

n tio a ic n u m m o c e ic rv e : s n tio p e c n o - c 5 0 0 r 2 rie v fé

n tio a ic n u m m o c e ic rv e : s n tio p e c n o - c 5 0 0 r 2 rie v fé GIRONDE HABITAT CHARTE DES OPÉRATIONS DE CONSTRUCTION DÉMOLITION février 2005 - conception : service communication - LA CHARTE de GIRONDE HABITAT Pour les OPERATIONS DE CONSTRUCTION/DEMOLITION Les opérations

Plus en détail

Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015

Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015 Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015 Recommandations générales Bernard Rivalta Ancien Président du SYTRAL Laurent Sénigout Directeur de l exploitation KEOLIS

Plus en détail

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé Journées Interrégionales d Onco-gériatrie Rhône-Alpes Auvergne M. Nierga, P. Ledieu, M-O Hager, C. Deveuve-Murol Pourquoi parler du cancer du sujet âgé? Le

Plus en détail