NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES"

Transcription

1 NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face aux contraintes de la domination des organisations de travail néo-libérales, - j ai décris des modes de transformation des rapports sociaux de travail issus de ces organisations - enfin, j ai proposé une démarche d analyse compréhensive de ces rapports sociaux, en relançant la «pensée» sur le travail. Dans ce nouveau texte, je souhaite approfondir la réflexion spécifiquement sur l action syndicale pour la transformation de l organisation du travail. L intention Les organisations du travail néo-libérales ont essentiellement transformé le rapport social de travail en rapport individuel. Pour ce faire, elles ont capté les aspirations des travailleurs à plus d autonomie et de créativité, en créant l illusion d un travail épuré de toute domination, mais en construisant de façon bien réelle de nouvelles oppressions, particulièrement en utilisant la subjectivité (baptisée «compétence» et «disponibilité») pour la croissance financière de l entreprise. Ou pour le dire autrement, l orientation des entreprises est passée d un mode de gestion coercitif des travailleurs (avant 1968, par des organisations contraintes et très hiérarchisées), à (au début des années 70) à une orientation plus libérale, basée sur le consentement volontaire des individus et collectifs de travail à adapter leur activité à la fluxtuation du marché. J.C.VALETTE La centralité du travail : entre domination et émancipation, juin 03. 1

2 Néanmoins toute gestion «taylorienne» n a pas disparue, puisque paradoxalement dans le tertiaire et les services existent toujours (voire de nouveaux s en créent) des modes de travail «tayloriens». Il n est pas question de contester la recherche d un «bien-être physique et mentale» au travail, ou autrement appelé la centralité du travail, (ce serait en quelque sorte «jeter le bébé avec l eau du bain») mais d utiliser les acquis de la négociation collective pour les mettre au service des travailleurs, afin qu ils puissent mieux maîtriser l utilisation de leur autonomie, créativité et compétences. En d autre termes, en complément du renouveau revendicatif concernant les garanties de mobilité, de protection de l emploi (sécurité sociale professionnelle), de formation et de transfert de compétences (nouveau statut du travail salarié), il faut pouvoir développer un droit de négociation sur l organisation réelle ou le contenu du travail (le travailleur, le collectif de travail en situation). Pour l essentiel, ce droit existe dans le code du travail, avec un support de délibération collective possible. Ceci étant, ces droits ont été, soit dévoyés par les directions d entreprise, soit sous-utilisés par nos propres organisations. Examinons tout d abord les mécanismes de domination dans l organisation du travail. 1. L analyse des mécanismes de domination dans l organisation du travail a) Rapport inégalitaire entre description gestionnaire et description subjective du travail En situation de travail, il y a toujours un décalage entre deux éléments de l organisation du travail : - l organisation prescrite faite par les gestionnaires, (la description gestionnaire) L , négociation annuelle obligatoire dans l entreprise : ( ) l employeur est tenu d engager chaque année une négociation sur les salaires effectifs, la durée effective et l organisation du temps de travail. L espace de délibération reconnu par le droit d expression directe et collective : ( ) les salariés bénéficient d un droit à l expression directe et collective sur le contenu, les conditions d exercice et l organisation de leur travail. Cette expression a pour objet de définir les actions à mettre en œuvre pour améliorer leurs conditions de travail, l organisation de l activité et la qualité de la production dans l unité de travail à laquelle ils appartiennent et dans l entreprise. L : un accord stipule que les mesures destinées à assurer ( ) la transmission à l employeur des demandes et propositions des salariés ( ), permettre aux salariés concernés, aux organisations syndicales représentatives, au comité d entreprise, aux délégués du personnel, au CHSCT de prendre connaissance des demandes, avis et propositions émanant des groupes, ainsi des suites qui lui sont réservées. 2

3 - et l organisation réelle (ceux qui réalisent concrètement la tâche, cadres compris : la description subjective). Actuellement, nous sommes dans une phase tendancielle de forte normalisation gestionnaire du travail, pouvant conduire jusqu au déni du vécu du travail, du travail concret. Dans nombre d organisations du travail, la description gestionnaire du travail est hypertrophiée et la description subjective ne se fait plus entendre. L organisation du travail tend, par ailleurs à transformer totalement ou partiellement le «sujet, producteur/travailleur» en «client» : l organisation de services en centre de responsabilité ou de résultat assimile les travailleurs à des clients qui, s échangent des services, tout en étant par ailleurs concurrents. En outre, ces organisations du travail ont un fonctionnement souvent pervers. Entre polyvalence et glissements de tâches, la confusion règne, plus personne ne sait où est sa place, la différence et la reconnaissance des métiers s estompe. Pour un sujet, ne plus avoir sa place, ou être substituer à une autre place, entraîne de graves souffrances : - ne plus avoir sa place entretient un sentiment d inutilité pouvant conduire jusqu au suicide, - se substituer à une autre place peut conduire à la toute-puissance et à toute forme de perversion. Les pathologies du harcèlement (harcèlement moral, mobbing, persécution psychologique) peuvent aussi être analysées de ce point de vue. b) Des exemples de rapport inégalitaire entre la description gestionnaire et la description subjective Dans la démarche «compétence», les appels aux techniques de métier (savoir-faire), à l implication subjective (les savoir-être), à l exigence de coopération (les compétences sociales) sont d une part source d ambiguïtés et d autre part elles s inscrivent aussi dans ce rapport inégalitaire de la description gestionnaire et subjective du travail. La compétence est souvent exigée du sujet pour la performance dans la réalisation du projet d entreprise (la description gestionnaire), mais est moins souvent reconnue du point de vue du «faire» du sujet (le travail concret) et de la classification (d autant que le mode de négociation sociale basé sur les classifications Parodi/Croizat a été destructuré). 3

4 Par ailleurs, en rapport avec la compétence, les actions individuelles de sélection, d aptitude et les entretiens d évaluation ont des référentiels construits à partir de l adaptation performante du sujet à la norme gestionnaire, mais, ces référentiels prenant peu en compte le contexte dans lequel s exerce le travail concret, ils structurent leurs critères sur des visions péjoratives et culpabilisantes des individus : j ai mal fait, c est de ma faute, je suis nul... Concernant la hiérarchie cadre, il y a bien souvent l obligation d adhésion sans condition, à la seule description gestionnaire, et l absence de place visible et reconnue pour la hiérarchie intermédiaire. Paradoxalement, le système de délégation de responsabilités qui structure les rapports hiérarchiques dans l entreprise tient peu compte de la qualité réelle de la production ou du service. Parfois, on ferme les yeux sur le qualitatif, l essentiel étant que le résultat soit atteint sur le tableau de chiffres (le quantitatif). Mais le jour où le pépin arrive, on cherche vite à isoler une responsabilité (un ou plusieurs acteurs de la chaîne du processus) de sorte que l incident ou l accident ne confronte l organisation du travail au redoutable questionnement sur sa responsabilité vis à vis de la nature même du processus. Dans les démarches évaluation/qualité/accréditation (ISO 9000/14000), la description gestionnaire du travail (celle des objectifs et de l obligation de résultats) se présente, avec l aide de la science (requise pour le coup comme une idéologie ou une religion) comme vérité. La description subjective n est reconnue que dans le sens de la bonne exécution. Cette vision de la réalité est profondément mensongère. En nous appuyant sur un essai de définition du travail, qui peut-être «l activité déployée par les hommes et les femmes pour faire face à ce qui n est pas donné par l organisation du travail», soit pour le travailleur il y a : - un défaut de reconnaissance du travail quand «tout va bien», - ou alors il y a reconnaissance paradoxale du travail : le sujet peut être traqué, pour faute (avec risque de sanction) ou alors comme incompétence (et à ce moment, il y a, pour celui-ci, risque d exclusion et/ou obligation de "reformatage" par la formation). Le sujet vit ainsi un fort conflit intra-psychique au niveau des valeurs et il est profondément désorienté. Le collectif de travail, quant à lui, est divisé dans ses rapports inter-subjectifs, car finalement qui croire et qu est-ce la qualité, qu est-ce bien faire son travail : 4

5 - dois-je (on) respecter la norme de qualité gestionnaire (fausse en soi) pour me (nous) protéger de la sanction et/ou de l exclusion et mentir sur la qualité du travail que je fais (nous faisons)? - dois-je (devons-nous), pour bien travailler, désobéir à la norme de qualité, mais être harcelé(s) par la hiérarchie (qui ne reconnaît que la description gestionnaire), ou par les collègues qui se protègent de la sanction ou de l exclusion, mais consentent à mal travailler? Au regard de ces transformation dans l organisation du travail et dans le processus et la matière de négociation, la démarche syndicale n est elle pas d en situer les nouveaux enjeux et pour inventer de nouvelles normes de cadrage pour cette négociation? C est maintenant ce que nous allons examiner. 2. Les enjeux et les normes de négociation de l organisation réelle du travail a) L enjeu de l élaboration de nouvelles normes pour la négociation S impliquer individuellement dans son travail, coopérer activement entre collègues, ces actions, ne relèvent pas seulement d une bonne exécution de la prescription de travail, faite de formules à appliquer. Ce n est pas paradoxalement d ailleurs ce que demandent les directions d entreprise. Mais alors comment définir et reconnaître ce que peut-être un «bon travail»? Par exemple, dans les démarches d évaluation/qualité, la question posée n est pas seulement celle de l évaluation quantitative du travail prescrit (les consignes, les objectifs, les résultats «en chiffres»), mais surtout, elle est après-coup, celle d une validation, donc d un jugement qualitatif sur l action de travail effectuée. Négocier «en toute connaissance de cause» l organisation du travail pourrait consister à dépasser la seule norme objective et stratégique du gestionnaire, assez dominante dans la négociation, en réintroduisant les normes sociale et subjective, c est à dire en reconnaissant, avec des critères de jugement de validation pertinents, le travail réel, individuel et collectif, facteur de qualité. Mais la construction de ces critères de ces critères est difficile de par son contenu même. 5

6 Afin de contourner la difficulté, massivement, les démarches gestionnaires d analyse du travail renvoient seulement aux faits, à la mesure, qu il est bien difficile, en travail, d objectiver, car dans ce domaine, l établissement des faits relève de la catégorie de l action dans le monde humain et non de l expérimentation dans le monde des choses. Si pour une part le résultat peut être formaliser de façon visible (dans des bilans, statistiques, etc), pour une grande part, il est invisible. Il se découvre souvent après-coup et ne peut s analyser que de façon symbolique, par le récit ou l écrit, car l intelligibilité professionnelle tient à l histoire même des situations de travail. b) Quels peuvent être alors les normes rationnelles de négociation dans le travail? Trois éléments de rationalité peuvent être identifiés dans l action de travail : - La norme restreinte de l action ou norme stratégique : ce sont par exemple la mission, les tâches, les objectifs, bref le prescrit, puis les critères, les indicateurs, les résultats, l analyse objective après-coup, - La norme sociale qui repose sur la justice et l équité : le travail est effectué dans un rapport social. Il y a des équipes, des collectifs qui doivent bien vivre ensemble. Ces questions sont celles du respect du droit du travail, du statut, mais aussi celles des règles de métier (la norme sociale de qualité) et de coopération qui doivent être débattues, celles du temps et des moyens nécessaires pour bien travailler. - La norme de santé physique et mentale : c est la préservation de son intégrité physique et psychique dans le travail, le niveau de reconnaissance, la prise en compte des contraintes familiales, etc. Ces trois éléments doivent faire l objet d un compromis de rationalité qui peut être l objectif d accord à atteindre dans la négociation. Un élément de définition que donne le dictionnaire est : fondé sur la raison, conforme à la raison, au sens commun. 6

7 c) Comment valider, c est à dire juger authentiquement et démocratiquement de la qualité du travail? Valider et reconnaître, ce peut-être juger, après-coup, par un temps de discussion, de la rationalité des décisions prises en amont et du travail réalisé en aval : se rendre compte pour pouvoir rendre compte. Ce temps de délibération doit être de qualité. Deux sortes de jugements validant portent sur la reconnaissance du travail : - celui d utilité proféré essentiellement selon une ligne verticale (supérieurs hiérarchiques, subordonnés, éventuellement les clients, les patients, les usagers) - celui de beauté proféré essentiellement par la ligne horizontale (les pairs, les collègues, les membres de l équipe, ou les membres de la communauté d appartenance). Examinons enfin, encore plus dans le détail, quelle «dynamique d action» inventer pour la réussite d une telle négociation. 3. Inventer une «dynamique» dans la matière et la négociation ellemême Si nous reprenons, pour les «subvertir», deux éléments de transformation «néo-libérale» de l organisation du travail, à savoir, d une part l autonomie, la créativité dans le travail, et d autre part, la justice et l éthique de travail, cela exige comme norme de négociation, de : - négocier le temps de travail au sens de réelles possibilités d organiser individuellement et collectivement son travail - négocier les objectifs et les moyens de travail en rapport aux finalités de l activité et à l éthique des métiers, - négocier des temps de délibération pour décider en amont, analyser et évaluer la qualité du travail en aval, au regard de son utilité économique et sociale (jugée par la hiérarchie, mais aussi les client, utilisateurs, usagers, patients) et des règles de métier (définies et jugées par les pairs) : la liberté des travailleurs à maintenir éveillé leur «sens moral», - etc. 7

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait F. Daniellou MMSH Aix-en-Provence 18 décembre 2012 Dans toute situation de production Certains éléments ont étéanticipés, calculés, intégrés dans

Plus en détail

MAINTENIR DANS L EMPLOI

MAINTENIR DANS L EMPLOI Entreprises AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 MAINTENIR DANS L EMPLOI un collaborateur handicapé l Les bonnes questions à se poser l Quelles démarches? l Les aides de l Agefiph dont vous pouvez

Plus en détail

Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance. Charte

Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance. Charte Collectif de la téléphonie sociale et en santé (TeSS) Services d aide à distance Charte 1. Préambule 1.1. Contexte A notre époque où les outils de communication et d information sont de plus en plus nombreux,

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES

LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES LES PRINCIPES DE L ÉVALUATION DES RISQUES Le législateur exige de l employeur qu il évalue les risques auxquels sont soumis les salariés, alors même qu aucun accident du travail ne s est produit et qu

Plus en détail

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé D.Jaillon Groupecapp-coaching.fr 1 Dominique Jaillon - Sociologue, Superviseur, Coach - Past-Président de la Société Française de Coaching - Directeur

Plus en détail

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE. Les domaines d application en matière de droit social

L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE. Les domaines d application en matière de droit social L ACTE SOUS SIGNATURE JURIDIQUE Les domaines d application en matière de droit social Dans le domaine du droit social l acte juridique occupe une place prépondérante. La négociation est en effet un mode

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale.

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. CODE DE DEONTOLOGIE Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. Il a pour but de fixer des points de référence éthiques et déontologiques, spécifiques à la pratique professionnelle

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 POLITIQUE Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 Adoptée par le conseil d administration le 24 novembre 2011 En vigueur le 24-11-2011 Note : Dans ce document, le générique

Plus en détail

Situation n o 18 Exercice litigieux du droit de retrait et appui du CHSCT

Situation n o 18 Exercice litigieux du droit de retrait et appui du CHSCT Exercice litigieux du droit de retrait et appui du CHSCT Suite à une altercation avec sa supérieure hiérarchique, une femme de chambre exerce son droit de retrait. Le secrétaire CHSCT l incite à maintenir

Plus en détail

La référence au «travailler» dans le rapport entre santé mentale et travail

La référence au «travailler» dans le rapport entre santé mentale et travail La référence au «travailler» dans le rapport entre santé mentale et travail Le titre de cette communication peut paraître étrange en raison du terme «travailler» ici utilisé comme verbe substantivé. Si

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

VERSION DU 04 octobre 2010 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

VERSION DU 04 octobre 2010 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX VERSION DU 04 octobre 2010 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Plan de la présentation Risques psychosociaux > Stress au travail > Violences externes > Violences internes Aspects réglementaires et juridiques

Plus en détail

«Le pouvoir d agir sur son propre travail» Les conseils d atelier

«Le pouvoir d agir sur son propre travail» Les conseils d atelier Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Cabinet SECAFI CTS Changement Travail Santé agréé par le ministère du Travail et habilité IPRP Siège social SECAFI CTS : 20, rue Martin Bernard

Plus en détail

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel?

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? Siège social : 20/24,

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

Guide pratique de l agent évalué

Guide pratique de l agent évalué ENTRETIEN PROFESSIONNEL Guide pratique de l agent évalué CENTRE DE GESTION DU BAS-RHIN Sommaire Pourquoi ce guide? PAGE 3 Les objectifs de l entretien professionnel PAGES 4-5 Les acteurs de l entretien

Plus en détail

Graphiste freelance et client, mes astuces pour une bonne collaboration.

Graphiste freelance et client, mes astuces pour une bonne collaboration. Graphiste freelance et client, mes astuces pour une bonne collaboration. Dans un contexte social où l image est importante, l image d une entreprise l est tout autant pour fidéliser vos clients, communiquer

Plus en détail

Syndicat National de la Banque et du crédit

Syndicat National de la Banque et du crédit Syndicat National de la Banque et du crédit Affilié à la Confédération Française de l Encadrement - CGC FORMATION 2012 RISQUES PSYCHO SOCIAUX STRESS ET SOUFFRANCE AU TRAVAIL FORMATION 2012 SNB/CFE-CGC

Plus en détail

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014 Communication non-violente et médiation Étienne Godinot 04.06.2014 La communication non-violente et la médiation Sommaire 1 - La communication non-violente Qu est ce que la CNV? Définition, rôle Une démarche

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux 1 Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux L emploi des jeunes et des seniors : chantier prioritaire de la «Grande conférence sociale» des 9 et 10 juillet 2012 Un Accord

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? La qualification, c est quoi? p.8 C

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 1/ Discrimination : de quoi parle-t-on? 2/ Les voies de recours 3/ Le processus de reconnaissance des discriminations 4/ Les discriminations liées

Plus en détail

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT CE DOCUMENT EST VOTRE LIVRET PARTICIPANT Lisez la première partie, puis complétez la 2 e. Reportez en début de 3 e partie les éléments clés de votre stratégie de mobilité 1 CETTE PREMIERE PARTIE EST A

Plus en détail

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises.

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. Depuis janvier 2008, les entreprises de plus de 300 salariés sont obligées de négocier la mise en place d un dispositif

Plus en détail

kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical

kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical table des matières 1. Obligation de déclarer l euthanasie. Patients

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Passeport Orientation/Formation OUTILS ET SERVICES

Passeport Orientation/Formation OUTILS ET SERVICES Passeport Orientation/Formation OUTILS ET SERVICES Qu est-ce que le Passeport Orientation/Formation? Le passeport Orientation/Formation est un document qui vous permet de faire le point sur vos compétences

Plus en détail

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Comprendre, Repérer, Evaluer les Risques Psychosociaux Atelier Séminaire MSA DAL www.msa-idf.fr Déroulement de l intervention Buts de l intervention

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA L INRA, la formation et moi Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA Pourquoi se former? 4 axes stratégiques pour piloter vos formations Promouvoir les

Plus en détail

Ast & Fischer SA, Wabern

Ast & Fischer SA, Wabern Ast & Fischer SA, Wabern Daniel Troxler, employeur L automne passé, j ai reçu un appel téléphonique lors duquel on m a demandé si j étais intéressé à en savoir plus sur le programme d intégration «Job

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015

Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015 A Boulogne sur Mer, le 15 décembre 2015 Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015 Crédit photo : Vincent Maran Adoption

Plus en détail

FORMATION DES DIRIGEANTS LIGUE de JUDO JUJITSU ET D.A. des PAYS DE LA LOIRE Préparation olympiade 2012/2016

FORMATION DES DIRIGEANTS LIGUE de JUDO JUJITSU ET D.A. des PAYS DE LA LOIRE Préparation olympiade 2012/2016 FORMATION DES DIRIGEANTS LIGUE de JUDO JUJITSU ET D.A. des PAYS DE LA LOIRE Préparation olympiade 2012/2016 Maîtriser les bases de la gestion associative est essentiel pour tous les dirigeants bénévoles

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Evaluation Prévention. Sanctions

Evaluation Prévention. Sanctions Evaluation Prévention Traitement Sanctions Introduction Définitions Prévention des risques psychosociaux -> identification et évaluation -> les acteurs -> les outils Sanctions des atteintes psychosociales

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Ouverture du colloque «Observance, autonomie, responsabilité» Lundi 1 er juin 2015 Seul le prononcé

Plus en détail

clés Intégration Les Réussie Evaluer & Réussir l intégration des nouveaux salariés d une

clés Intégration Les Réussie Evaluer & Réussir l intégration des nouveaux salariés d une Les d une clés Intégration Réussie Savoir-faire Conditions de travail Transmission Organisation Parcours professionnel Evaluer & Réussir l intégration des nouveaux salariés Les Clés... Réussir l intégration

Plus en détail

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Note de la CSL Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Luxembourg, le 25.05.2016 1/6 Situation actuelle et constats : Les pays européens assistent depuis une quinzaine d années à une

Plus en détail

Introduction. L allocation pour adultes handicapés (AAH) a été revalorisée de 25 % entre 2009 et 2012.

Introduction. L allocation pour adultes handicapés (AAH) a été revalorisée de 25 % entre 2009 et 2012. Introduction La loi n 2005-102 du 11 février 2005, sur l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, a marqué un tournant dans la prise en charge de

Plus en détail

Le CHSCT : ses missions

Le CHSCT : ses missions Le CHSCT comme acteur de la prévention: quelques leviers Béatrice Baudo ARAVIS Sandra Dulieu DIRECCTE Thierry Mathieu OPPBTP Jean Paul Poizat - CARSAT Elaborédans le cadre du PRST2 Le CHSCT : ses missions

Plus en détail

STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable)

STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable) STRESS ET PAIX INTERIEURE (Mode téléchargeable) B) COMMENT MIEUX FAIRE FACE AU STRESS? Institut Prévenir Guérir 1 1) OBJECTIF : MIEUX FAIRE FACE AU STRESS La finalité d une bonne «gestion» du stress -

Plus en détail

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Fongecif Bretagne / Cahier des charges VAE page 1 /9 Mise à jour mai 2015 Préambule Le Fongecif Bretagne

Plus en détail

ATELIER D INTELLIGENCE COLLECTIVE Forum du 7 Juin 2014 à LILLE. Par Tao Carpentier, Benjamin Degroote et Véronique Péterlé

ATELIER D INTELLIGENCE COLLECTIVE Forum du 7 Juin 2014 à LILLE. Par Tao Carpentier, Benjamin Degroote et Véronique Péterlé ATELIER D INTELLIGENCE COLLECTIVE Forum du 7 Juin 2014 à LILLE Par Tao Carpentier, Benjamin Degroote et Véronique Péterlé Atelier de 2 heures «Construire ensemble...» Intention de l atelier : faire émerger

Plus en détail

CONTENU A propos de nous Finance 2 Business support La préparation: la clé du succès Laisser une bonne impression

CONTENU A propos de nous Finance 2 Business support La préparation: la clé du succès Laisser une bonne impression GUIDE D ENTRETIEN CONTENU A propos de nous 1 Finance 2 Business support 3 La préparation: la clé du succès 4 Laisser une bonne impression 5 L entretien 7 Répondre aux questions d entretien 8 A PROPOS DE

Plus en détail

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants «La refondation de l Ecole» Projet de contribution du Cercle Ecole et Société Sur le thème : La formation des enseignants La mission de l Ecole est de transmettre des savoirs et des connaissances mais

Plus en détail

LA FAMEUSE ABF!!! -------------------------------------------------------------------------------------------

LA FAMEUSE ABF!!! ------------------------------------------------------------------------------------------- LA FAMEUSE ABF!!! Pièce maîtresse de vos activités de vente, la fameuse analyse des besoins financiers (ABF) questionne amplement la grande majorité d entre vous. Est-elle toujours obligatoire? Que doit-elle

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience

Validation des Acquis de l Expérience Nom patronymique : Nom marital : Prénom : Numéro de la demande : (reprendre le numéro qui figure sur l accusé de réception du livret 1) Validation des Acquis de l Expérience Académie : LIVRET 2 Diplôme

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques

Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques Livret 1 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 1 Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques OUTILS DE

Plus en détail

L action pour la santé mentale au travail 1

L action pour la santé mentale au travail 1 L action pour la santé mentale au travail 1 analyse des risques et prévention négocier l organisation du travail DEMARCHE DEVELOPPEE I. LA SOUFFRANCE AU TRAVAIL 1. Quelques définitions La santé La santé,

Plus en détail

Flash Info N 1. Les Risques psychosociaux (RPS)

Flash Info N 1. Les Risques psychosociaux (RPS) Page1 Flash Info N 1 Mars 2016 Service Hygiène & Sécurité Pôle Santé et Sécurité au Travail Les Risques psychosociaux (RPS) Introduction Prévenir les RPS, c'est conjuguer au bénéfice commun des agents

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

1 Description. 2 Risques. 3 Réglementation. 3.1 AR Premiers secours

1 Description. 2 Risques. 3 Réglementation. 3.1 AR Premiers secours 1 Description L organisation des premiers secours dans l entreprise de construction est non seulement obligatoire mais également primordiale car les risques sont nombreux dans ce secteur et la fréquence

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

Le livret des compétences relationnelles

Le livret des compétences relationnelles Le livret des compétences relationnelles Version janvier 2011 Un travail collectif, en croisant les regards Ce livret est le fruit d un travail collectif, réalisé par un groupe d employeurs, de demandeurs

Plus en détail

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE

L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE L INAPTITUDE MEDICALE EN PRATIQUE Principe Cadre légal et Aspects jurisprudentiels Docteur Christophe ROSE Février 2005 SOMMAIRE NOTIONS D APTITUDE ET D INAPTITUDE INAPTITUDE TEMPORAIRE A QUELLE OCCASION

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail Fiche conseil n 1 POLITIQUE 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 EMAS 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale SST OHSAS 18001 4.2 : Politique de

Plus en détail

I. Rôle et fonction de l éducateur :

I. Rôle et fonction de l éducateur : La Résidence Sociale Jeune a été créée en 2002 pour recevoir des jeunes de 18 à 25 ans et plus. Elle offre 20 logements autonomes à loyers modérés. La Résidence Sociale est gérée par le PACT 04. L ADSEA

Plus en détail

L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR?

L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR? 1 FORMATION DES INSPECTEURS HYGIENE SECURITE OCTOBRE 2008 L IHS, UN RISQUE OU UNE SECURITE POUR L EMPLOYEUR? Dominique VACHER 2 Enjeux du domaine Santé Sécurité Social et Environnemental : pas de Développement

Plus en détail

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un

GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un 2012-2013 GUIDE pour les parents des écoles de la Commission scolaire des Patriotes dans la prise de décision au sein du conseil d établissement en faveur d un code vestimentaire ou d un uniforme scolaire.

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains 12.03.28.10 12.11.27.09 13.06.12.08 Préambule La présente politique traduit l engagement du Cégep à promouvoir et à faire respecter les règles

Plus en détail

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires Comment favoriser la qualité de vie des professionnel-le-s dans les établissements scolaires? Marc Thiébaud Jürg Bichsel But de la présentation Présenter les pratiques développées en Suisse romande pour

Plus en détail

CONTINUER À TRAVAILLER ET À PROGRESSER

CONTINUER À TRAVAILLER ET À PROGRESSER En tant qu employeur de la fonction publique, vous pouvez être amené à recruter des apprentis, y compris des personnes en situation de handicap. Vous trouverez ici toutes les informations pratiques pour

Plus en détail

Davantage de risques d accidents chez les intérimaires

Davantage de risques d accidents chez les intérimaires Davantage de risques d accidents chez les intérimaires Une meilleure prévention s impose grâce à une analyse des risques Bruxelles, le - Securex, acteur international dans le domaine des services RH, attire

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement Salariés ou futurs salariés des entreprises qui auront pour missions d animer et/ou participer à la mise en œuvre de la politique prévention, sécurité,

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES

QUESTIONS / REPONSES LE DECRET SUR LA SANTE ET LA SECURITE AU TRAVAIL A LA POSTE QUESTIONS / REPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi un décret sur la santé et la sécurité au travail à La Poste? L objet du décret est de faire évoluer

Plus en détail

Evaluation des emplois et écarts de rémunération entre hommes et femmes

Evaluation des emplois et écarts de rémunération entre hommes et femmes Evaluation des emplois et écarts de rémunération entre hommes et femmes Sophie Latraverse ERA novembre 2014 Ecarts de rémunération en Europe - Ecart annuel brut de la rémunération hommes femmes : 29,2%

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Politique d intégrité en recherche (ci-après appelée la «présente politique») découle de la Politique institutionnelle

Plus en détail

Formation et Conseil. Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap

Formation et Conseil. Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap Sommaire Présentation de PIC FORMATION p 3 Le contexte de votre bilan de compétences p 4 Les objectifs p 5 Le déroulement p 6 Comment en

Plus en détail

PARTIE 1 LISTEZ VOS REALISATIONS

PARTIE 1 LISTEZ VOS REALISATIONS PARTIE 1 LISTEZ VOS REALISATIONS Quel est l objectif de cet exercice? Recenser et trier vos réalisations Préparer un éventail de réalisations pour vos entretiens de recrutement A quoi va-t-il vous servir?

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage?

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? I Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? Le milieu interne de l entreprise est un milieu où la négociation est nécessaire et permanente. On a besoin de convaincre son équipe et ses

Plus en détail

Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco. 2 - Code de conduite

Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco. 2 - Code de conduite Code de conduite 1 Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco 2 - Code de conduite Sommaire CODE DE CONDUITE RESPECT - RESPONSABILITE - EXEMPLARITE Message du Président Qu est-ce que le Code

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Un appui d expert. Pour une GPEC au service des salariés

Un appui d expert. Pour une GPEC au service des salariés Un appui d expert Pour une GPEC au service des salariés 1 La GPEC au service des salariés anticipation et prévention des risques sociaux Anticipation et prévention pour éviter les ruptures de parcours

Plus en détail

Discours du Chef de projet pour ouverture PASCRENA. 17 décembre 2012. Je vous remercie d avoir bien voulu répondre par votre

Discours du Chef de projet pour ouverture PASCRENA. 17 décembre 2012. Je vous remercie d avoir bien voulu répondre par votre Discours du Chef de projet pour ouverture PASCRENA 17 décembre 2012 Salutations protocolaires Chers amis de la société civile, Je vous remercie d avoir bien voulu répondre par votre présence à cette invitation

Plus en détail