Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier"

Transcription

1 Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Octobre 2014 Direction des Études Point de conjoncture logement SUR FOND DE MOROSITÉ, LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL S ACCENTUENT Alors que la France n a pas encore pris le chemin de la reprise économique, les contrastes s accentuent sur les marchés immobiliers, qui continuent d évoluer à des rythmes différenciés. Crise économique et crise de confiance ont affecté l immobilier résidentiel, qui souffre d attentisme depuis plusieurs mois, tant sur le marché de l ancien que celui du neuf, plus durement touché. Les indicateurs économiques de la situation française restent moroses depuis le début de l année. La croissance du PIB reste bloquée à 0,0 %, au second trimestre Dans le même temps, l emploi demeure un problème majeur avec 2,8 millions de personnes au chômage et un taux élevé, à 9,7 % de la population active (sens du BIT, hors Dom). Depuis 2011, les ménages sont également confrontés à une hausse massive des prélèvements obligatoires, aggravée de façon spectaculaire, ces derniers mois. En l absence de reprise économique et dans un contexte de crise du logement, les tendances du marché du logement ne sont pas à l amélioration, sur l année La volonté du Gouvernement de redresser la situation s est traduite par un plan de relance du logement, dévoilé à la fin de l été, et visant à faciliter l accès au logement : renforcement du caractère solvabilisateur du PAS/PTZ pour les primo-accédants dans le neuf ; assouplissement du dispositif d incitation fiscale à l investissement locatif «Duflot», rebaptisé «Pinel» (plusieurs durées d engagement de location possibles, possibilité de louer à un ascendant ou à un descendant) ; simplification des règles (limitation de l encadrement des loyers à l agglomération parisienne, dans l immédiat, normes de construction) ; et encouragement du secteur au travers de la libération de fonciers, la relance de la construction de logements intermédiaires et sociaux, les travaux de rénovation énergétique. Il est encore trop tôt pour mesurer les effets et la portée de ces dispositifs, dont le calendrier de mise en place s étalera sur plusieurs mois, jusqu à fin 2015, voire au-delà. Sur le marché de l ancien, le premier semestre s achève sur une situation mitigée. Après un début d année prometteur, les volumes de ventes se sont finalement tassés dès le printemps. L activité atone reflète l attentisme des ménages affectés par l environnement économique dégradé, et deux années de mesures gouvernementales qui ont entamé leur confiance dans le marché du logement. Au final, l activité ressort en retrait de la moyenne décennale. Du côté des valeurs, la plupart des marchés sont sous pression de la demande, revenue en position de force, depuis plusieurs mois, y compris, désormais, sur les secteurs appréciés. La hiérarchie des prix reste respectée, dans l ensemble, mais les négociations aboutissent de plus en plus à des décotes et conduisent à un allongement des délais de vente moyens. Le marché du neuf demeure le plus atteint par la crise actuelle. Le secteur de la construction souffre plus durement de cette situation et, même avec les mesures gouvernementales du plan de relance, il faudra attendre plusieurs mois avant tout rebond. D une manière générale, la commercialisation des logements neufs rencontre des difficultés, mais les situations sont très contrastées selon les territoires. Malgré l anticipation des promoteurs, qui ont réduit les mises en vente, l offre de logements neufs demeure élevée, tandis que l allongement régulier des délais de vente, depuis quatre à cinq ans, ralentit la résorption des stocks. Les niveaux de prix des logements neufs restent élevés, et les écarts toujours importants avec le prix de l ancien et la capacité budgétaire des ménages (principalement les primo-accédants et les ménages modestes), malgré la multiplication des gestes commerciaux à la vente. Les volumes de crédits à l habitat ont fait une pause, depuis le début de l année, dans ce contexte d activité immobilière ralentie, tant sur le marché de l ancien que sur celui du neuf ne prend donc pas le chemin d une année de redémarrage. Et des incertitudes pèsent encore sur plusieurs indicateurs pour pouvoir envisager une amélioration rapide sur les premiers mois de Le retour de la confiance des ménages accédants ou investisseurs pourrait être plus lent que prévu, et les conditions nécessaires à un retour vers un marché résidentiel fluide nécessiter du temps, également. 1 ÉTUDE TRIMESTRIELLE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER 2 e TRIMESTRE 2013

2 Point de conjoncture logement IMMOBILIER ANCIEN VOLUMES DE VENTES À FIN JUILLET 2014 L activité immobilière sous le signe de l atonie. En début d année, le marché de l ancien a bénéficié de l élan de la fin 2013, mais l activité s est rapidement essoufflée, au printemps, pour laisser finalement place à l atonie sur la première moitié de Sur l ensemble de l Île-de-France, le retrait du volume des ventes de 2 % au deuxième trimestre 2014 par rapport au deuxième trimestre 2013 laisse place à la stabilité (+ 1 %) à fin juillet. Paris tire son épingle du jeu avec un nombre de ventes supérieur de 11 % en évolution annuelle (mai à juillet 2014 comparé à la même période de 2013), mais à relativiser, car cette comparaison porte sur une activité particulièrement décevante, l an passé, sur cette période. Dans la capitale, la détente se ressent, désormais, également sur le marché des biens de prestige, dont les stocks augmentent, à la suite de l exil fiscal des Français fortunés et de la raréfaction des acheteurs étrangers. Rappelons que l Île-de-France représente moins de 20 % du nombre de ventes de logements anciens en France. Au plan national, l activité du marché de l ancien apparaît également en retrait, en référence à la moyenne décennale (cf. tableau Volumes de ventes de logements anciens). Le marché s est resserré, au cours des derniers mois, essentiellement sous la pression de la demande, dont le comportement a évolué sensiblement, tant en Île-de-France que dans les grands pôles urbains régionaux. Impactés par la crise, et confrontés à des niveaux de prix qu ils jugent trop élevés, les acheteurs vraiment motivés se raréfient et ne passent à l acte que lorsque l offre est capable de s adapter. Les causes de l essoufflement de la demande de logements varient selon les différentes catégories de ménages qui la constituent, mais convergent dans le sens d une contraction du marché de l ancien, alors que les besoins en logements caractérisent la plupart des centres urbains. Les primo-accédants et les ménages modestes ont été progressivement exclus de marchés sur lesquels les niveaux de prix sont devenus inaccessibles à leur budget. Les ventes de logements anciens occupés ont fortement chuté, faute d incitations fiscales, et compte tenu des contraintes que la loi Alur a imposées sur les loyers et les rapports locatifs. La catégorie des secundo-accédants constitue, aujourd hui, l un des seuls leviers encore actifs du marché de l ancien, mais ne suffit pas à soutenir l activité à un niveau élevé. PRIX DE VENTE À FIN JUILLET 2014 Avec le malaise ambiant, l immobilier renoue avec les fondamentaux. Les conditions d un ajustement des niveaux de prix semblent se mettre en place progressivement. La crise économique, la VOLUMES DE VENTES DE LOGEMENTS ANCIENS (Sources : études CFI/Notaires IdF/Insee.) Mai à Juillet 2014 Appartements annuelle (1) Maisons annuelle (1) Paris % NS NS Petite Couronne % % Grande Couronne % % Île-de-France % % (1) De mai à juillet 2014 / De mai à juillet contraction de la demande, la perte de confiance des ménages, la pression fiscale, et les atermoiements réglementaires ont contribué à créer et nourrir le malaise qui caractérise, aujourd hui, les marchés immobiliers résidentiels en France. Dans ce contexte, hors cas exceptionnels, la valeur des biens de qualité et courants a perdu moins de 10 %. Les produits qui présentent des défauts ou situés dans les zones les moins attractives ont perdu 15 à 20 %, tandis que certains marchés plus ruraux ou déséquilibrés se sont grippés au point de ne plus enregistrer qu un nombre insignifiant de transactions. Selon le nouvel Observatoire LPI (Les Prix Immobiliers), l évolution des prix moyens sur les trois derniers mois d été ressort en légère hausse (de 0,4 % à 2,9 %), tant en Île-de-France qu en régions. Cet effet conjoncturel, lié à la saisonnalité trimestrielle des prix, est habituel, sur cette période de l année, ce que confirment également les statistiques notariales. Pourtant, si l on se réfère aux moyennes statistiques, la correction annuelle des prix apparaît modérée à Paris ( 1 %) ainsi, généralement, que sur les biens de qualité. La réalité du marché est nettement plus contrastée. Dans certains quartiers de la capitale, la résistance à la baisse des prix tend à s affaiblir. Dans le reste de l Île-de-France, les prix s infléchissent davantage, surtout en Grande Couronne. En Petite Couronne, la baisse moyenne est de 1 % sur le prix des appartements et de 1,3 % sur le prix des maisons. En Grande Couronne, les prix des logements anciens baissent de 2,5 %, pour les appartements, et de 1,7 %, pour les maisons. PRIX DANS L ANCIEN (DE MAI À JUILLET 2014) (Sources : Insee, Notaire Île-de-France/Base Bien, Notaires de France/ Perval, études CFI septembre 2014.) Appartements (prix au m²) Variation annuelle (glissement sur un an) Maisons (prix à l unité) annuelle De mai à juillet 2014 Paris ,0 % NS NS Petite Couronne ,0 % ,3 % Grande Couronne 2 e trimestre ,5 % ,7 % Province NS 0,7 % NS 0,8 % 2 ÉTUDE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER OCTOBRE 2014

3 LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL En province, les ajustements de prix frôlent 1 % en moyenne, mais les disparités de marché sont très fortes. Or, les moyennes statistiques réalisées sur plus de 80 % du volume des ventes survenues en France affichent une stabilité en variation annuelle très étonnante. En fait, les corrections de prix peuvent être bien plus significatives en fonction de la qualité des biens et de leur situation. L autre signal d un marché en difficulté croissante est l allongement des délais de vente depuis plusieurs mois. Avec le retour à une sélectivité (bien naturelle) de la demande et des délais de vente croissants, l offre de logements anciens tend à augmenter sur l ensemble des marchés, ce qui renforce naturellement la position des acheteurs, attentistes et prudents, et sans doute plus âpres dans la discussion sur le prix. IMMOBILIER NEUF PRODUCTION DE LOGEMENTS À FIN AOÛT 2014 (FRANCE ENTIÈRE) Le secteur de la construction est encore plus durement confronté à la crise. La baisse du nombre d autorisations de construire, du deuxième trimestre 2014, s est encore poursuivie avec logements autorisés en France, et atteint 12,5 % par rapport au deuxième trimestre À fin août, l essentiel des secteurs de la construction est orienté à la baisse. Sur douze mois glissants de septembre 2013 à août 2014, les autorisations de construire se portent à logements, soit une baisse annuelle de 13,9 %. La tendance sur longue période est forte, aussi, pour les mises en chantier. Au cours des trois mois d été (juin à août), environ logements ont été commencés, sur l ensemble du territoire français, soit une baisse de 11,3 % par rapport à l an dernier. Sur les douze derniers mois glissants, avec logements mis en chantier, la baisse annuelle est de 11,6 %, et le volume des logements commencés atteint son plus bas niveau depuis le creux observé en En juillet 2014, les promoteurs immobiliers étaient plus nombreux à indiquer une baisse de la demande de logements neufs. Le solde d opinion demeure, ainsi, très en dessous de la moyenne sur long terme, et atteint son plus bas niveau depuis deux décennies. Depuis l émergence de la crise, les promoteurs sont forcés à la prudence, et confrontés à plusieurs problématiques avant de démarrer de nouvelles opérations : les coûts inhérents au montage d un programme immobilier intègrent des coûts de foncier trop élevés, sans réelle marge de négociation ; pour leur part, les coûts de construction ont été alourdis par une accumulation de normes diverses imposées par les orientations réglementaires (normes thermiques, accès aux personnes handicapées, réalisation imposée de parkings ). La prudence s impose, aussi, pour les banques qui financent les promoteurs : depuis plusieurs mois, il est devenu courant d exiger des fonds propres conséquents et une précommercialisation de 50 % d un programme avant d en démarrer la construction, lorsque 20 % à 25 % suffisaient, il y a quelques années. CONSTRUCTIONS NEUVES ET SUR BÂTIMENTS EXISTANTS AOÛT 2014 (Sources : SOeS, septembre 2014.) LOGEMENTS AUTORISÉS Nombre de logements autorisés depuis 1 an 12 mois glissants (1) MISES EN CHANTIER Nombre de logements mis en chantier depuis 1 an 12 mois glissants (1) Logements individuels purs ,1 % ,3 % Logements individuels groupés ,4 % ,0 % Logements collectifs ,6 % ,6 % Logements en résidences ,6 % ,4 % TOTAL ,9 % ,6 % (1) 12 mois glissants (de septembre 2013 à août 2014) / (de septembre 2012 à août 2013). NOMBRE DE LOGEMENTS CUMULÉS SUR 1 AN GLISSANT (Sources : SOeS, août 2014.) Mai 09 Sept. 09 Janv. 10 Mai 10 Autorisés Sept. 10 Janv. 11 Mai 11 Sept. 11 Janv. 12 Mai 12 Commencés Sept. 12 Janv. 13 Mai 13 Sept. 13 Janv. 14 Mai 14 Août 14 3 ÉTUDE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER OCTOBRE 2014

4 Point de conjoncture logement COMMERCIALISATION DES LOGEMENTS NEUFS (DEUXIÈME TRIMESTRE 2014) Les ventes de logements neufs ont atteint un nouveau plancher à fin juin. Depuis 2012, la commercialisation des logements neufs a souffert à la fois d une chute de la primo-accession, dont les conditions d accès au crédit se sont détériorées (réforme du PTZ + durcissement des conditions d octroi par les banques), et d une baisse de l investissement locatif privé, qui décroît, depuis 2011, pour atteindre le plus bas niveau en nombre d opérations réalisées sur une année glissante depuis Au cours du deuxième trimestre, les ventes totales de logements neufs diminuent encore de 12,1 % par rapport au deuxième trimestre Les réservations trimestrielles demeurent toujours dans le tunnel de à logements. Sur une année glissante, le nombre de réservations s établit à logements (tous types confondus), en très net retrait ( 18 %) de la moyenne décennale des ventes de logements. À la fin du premier semestre, le nombre de réservations atteint même un point bas, avec logements, soit presque 22 % par rapport à la moyenne décennale. Afin de contenir les stocks élevés, qui plafonnent autour de logements depuis près de deux ans, et dont l évolution est liée au faible niveau des ventes, le nombre de nouvelles mises en vente continue de diminuer de 22,4 % à fin juin. Tandis que les encours de logements proposés à la vente plafonnent et que les réservations s érodent, les délais de commercialisation des logements neufs s accroissent régulièrement. Le délai d écoulement moyen pour vendre un appartement dépasse désormais une année, à environ 14,7 mois. Il est même de 17,7 mois pour écouler une maison neuve. La tendance est haussière depuis près de quatre ans. Toutefois, sur les logements (maisons en programme, et appartements) proposés à la vente en France métropolitaine fin juin, 56,8 % sont encore au stade de projet. Il est intéressant d observer que la commercialisation se concentre sur une poignée de régions, puisque sur les vingt-deux régions, COMMERCIALISATION DE LOGEMENTS NEUFS AU 2 E TRIMESTRE 2014 (PROMOTION IMMOBILIÈRE) (Sources : études CFI/SOeS, ECLN, FPI.) Nombre de réservations au T Total des réservations sur 12 mois glissants (1) Appartements Variation annuelle (2) Maisons (habitat groupé) Variation annuelle (2) ,9 % ,2 % ,6 % ,0 % Nombre de mises en vente au T ,1 % ,5 % 2014 (1) Total des mises en vente sur 12 mois ,8 % ,3 % glissants (1) (1) Ventes sur 12 mois glissants de T à T (2) Variation annuelle de T à T par rapport à T à T NOMBRE DE LOGEMENTS PROPOSÉS À LA VENTE EN FIN DE TRIMESTRE ET DÉLAIS D ÉCOULEMENT MOYENS (PROMOTION IMMOBILIÈRE) (Sources : études CFI/SOeS, ECLN, FPI.) T T T T T Nombre de logements proposés à la vente en fin de trimestre T T T T T T T T T T T T Délai d'écoulement des appartements neufs (nombre de mois) T T T T T T T T T T Délai d'écoulement des maisons neuves (nombre de mois) ÉTUDE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER OCTOBRE 2014

5 LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL sept d entre elles, seulement, totalisent plus de réservations sur trois mois, et représentent ainsi 77,5 % des réservations signées au cours du deuxième trimestre Enfin, dix régions ont recensé plus de 500 ventes de logements sur le deuxième trimestre Une autre explication à la crise de la demande qui affecte le secteur se trouve dans le niveau des prix des logements neufs. Ils ont beaucoup progressé, au cours des dernières années, et les niveaux atteints sont devenus inaccessibles à une grande partie des ménages, en particulier les primo-accédants. Le prix de vente moyen au mètre carré des appartements, à la fin du deuxième trimestre, est supérieur à son niveau de 2013 dans plus de la moitié des régions de France métropolitaine. La baisse légère des prix, dans les autres régions, compense cette hausse, et le prix moyen est finalement quasi stable ( 1 %), à /m 2, France entière. Le prix des maisons (en secteur groupé) a encore progressé de 2,9 % pour atteindre , France entière, et (+ 4,9 % par rapport au deuxième trimestre 2013), en moyenne, en Île-de-France. Le niveau élevé des prix de sortie du neuf s explique, notamment, par les prix du foncier, surtout en ville, où la demande serait plus forte. Les coûts de construction se trouvent, en outre, au plus haut après une décennie de forte hausse, par le fait de l accumulation de normes techniques et de coûts de main-d œuvre élevés, de matériaux plus techniques et plus chers, et de chantiers plus coûteux et difficiles en ville. On rappellera aussi que, pour contenir les prix de vente des logements, les promoteurs ont eu tendance à en réduire un peu les surfaces habitables, concentrant ainsi les coûts techniques sur moins de mètres carrés, ce qui a conduit au renchérissement du prix de revient métrique. Le plan de relance du Gouvernement récemment dévoilé vise à réinstaurer une confiance des ménages qui s est effritée, depuis quelques années. Les effets n en seront toutefois pas visibles avant plusieurs mois. MARCHÉ DE L HABITAT NEUF EN SECTEUR DIFFUS NOMBRE DE VENTES DE LOGEMENTS AU 2 E TRIMESTRE 2014 (Sources: études CFI/SOeS, FPI, Articque C&D.) Prix des maisons en euros, à l'unité Bretagne Haute-Normandie Basse-Normandie Pays de la Loire Nord-Pas-de-Calais Picardie Lorraine Île-de-France Champagne-Ardenne Centre Poitou-Charentes Limousin Auvergne Aquitaine De 16 à 500 De 500 à 900 De 900 à Midi-Pyrénées Bourgogne Languedoc-Roussillon De à De à Alsace Franche-Comté Rhône-Alpes Provence-Alpes-Côte d Azur ÉVOLUTION DES PRIX DE VENTE DES LOGEMENTS NEUFS (PRIX MOYEN À LA RÉSERVATION) (Sources : SOeS, ECLN, FPI/programmes immobiliers de cinq logements et plus/août 2014.) /m /m 2 Corse Prix des appartements en euros/m² Depuis 2010, le nombre de maisons individuelles commercialisées en secteur diffus a chuté pour atteindre environ ventes en Les sept premiers mois de l année en cours laissent présager un exercice encore difficile, pour ce secteur, puisqu à fin juillet, le total des ventes estimées sur un an glissant baisse de 8 % avec maisons individuelles. Fin 2014, un nouveau point bas pourrait être atteint, autour de maisons vendues. La contraction de ce marché résulte de plusieurs facteurs, à la fois structurels et conjoncturels. Ce segment du secteur de la construction a dû produire d importants efforts d adaptation, notamment avec l intégration de différentes normes comme celles de la réglementation thermique 2012, qui ont aussi nécessité du temps. Ces évolutions conduisent des petites entreprises, parfois mal préparées à des mutations techniques, à d importants efforts de formation et à des surcoûts de mise en œuvre évalués entre 8 % et 15 % T T T T T T T T T T Maisons, prix de vente moyen T T T T T T T T T Appartements, prix moyen au m 2 INDICATEURS D ACTIVITÉ SUR LE MARCHÉ DE L HABITAT INDIVIDUEL DIFFUS (Sources : études CFI/ UMF/ Markemetron.) Ventes estimés (1) juillet juillet 2014/juillet % Total ventes estimées un an glissant annuelle 8 % (1) Indicateur calculé à partir des statistiques réalisées sur un échantillon de constructeurs de maisons individuelles, pondérées. Les données sont extrapolées sur cet échantillon représentatif des constructeurs du marché global de la maison individuelle en diffus pour réaliser une estimation France entière. 5 ÉTUDE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER OCTOBRE 2014

6 Point de conjoncture logement Par ailleurs, les difficultés rencontrées par les primo-accédants pour disposer d une enveloppe financière suffisante à la réalisation de leur projet avec la réforme du PTZ depuis 2012 ont privé les constructeurs de maisons individuelles d une majorité de leur clientèle. Pour autant, les professionnels du secteur diffus ont cherché des solutions pour éviter une hausse des prix de sortie supérieure à la capacité d absorption du marché ; en commercialisant des maisons de plus petite taille ; les prix moyens n affichent ainsi qu une hausse limitée de 3 % à 5 % (source UMF) en moyenne. LE MARCHÉ DU FINANCEMENT DE L HABITAT L activité du marché des crédits à l habitat en phase de stabilisation par rapport à Après un démarrage en ligne avec le rebond de la fin 2013, le marché des crédits à l habitat a finalement retrouvé un rythme calme au cours du premier semestre Au deuxième trimestre 2014, les taux des prêts du secteur concurrentiel (hors assurance et coût des sûretés) ont encore baissé, pour s établir à 2,85 %, en moyenne, à fin juin. Toutefois, en rapprochant ces conditions de taux exceptionnelles des niveaux atteints par l inflation, on constate que le taux réel des crédits à l habitat déflaté ressort à 2,24 %, à fin juin 2014, contre 1,32 % en 2013 et 1,27 % en Au final, si les taux des crédits atteignent effectivement un plancher, avec la prise en compte de l inflation elle-même en forte baisse, les conditions de financement, en 2014, se révèlent légèrement moins favorables aux ménages qu en 2013 ou Au deuxième trimestre, la durée des prêts accordés a été de 207 mois, en moyenne, soit un peu plus de dix-sept ans, avec une tendance légère à l allongement par rapport au trimestre précédent, mais retrouvant le même niveau qu en 2013 sur la même période. La part des prêts à l accession à plus de vingt-cinq ans continue de diminuer, et reste inférieure à 16 %. Le niveau d apport personnel des emprunteurs dans les opérations immobilières financées a augmenté de 1,6 % sur une année glissante, après avoir diminué, en 2013, de 5,5 %. Cette tendance reflète l évolution de la structure du marché du financement de l habitat, qui a vu la part des primo-accédants et des ménages modestes diminuer sensiblement. VOLUMES DE CRÉDITS À L HABITAT (MONTANTS ENGA- GÉS, PAR AN, EN MD ) (Sources : études CFI/ UMF/ Markemetron.) (estimations) PERSPECTIVES POUR 2014 Le redémarrage du marché résidentiel, qui semblait envisageable fin 2013, n aura pas lieu cette année pourrait, au mieux, être une année de transition vers une amélioration espérée pour De nouvelles orientations se profilent, notamment avec le plan de relance du logement impulsé par le Gouvernement, qui vise à rétablir la confiance des ménages et des professionnels du secteur. Toutefois, il faut compter avec un environnement toujours très fragile, et un retour très lent vers les fondamentaux du marché. L économie française reste à la traîne de la légère reprise économique européenne, avec un PIB qui demeure à 0 % au deuxième trimestre L emploi constitue un problème majeur, et le taux de chômage est toujours élevé, à 10,2 % (sens du BIT). Si la confiance des ménages reste stable, au deuxième trimestre, l indicateur d opinion se maintient très en dessous de la moyenne sur longue période. La proportion des ménages considérant comme opportun de faire des achats importants est quasi stable ( 1 point) mais l indicateur à 27 est en retrait de la moyenne, à ÉTUDE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER OCTOBRE 2014

7 LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL La distribution des crédits à l habitat devrait faire une pause, cette année. Les taux devraient rester encore faibles, cette année, et sauf événement, leur évolution ne devrait pas se traduire par une hausse sensible avant Toutefois, l effet déflateur induit par l évolution de l inflation, qui atteint des niveaux particulièrement bas, pourrait insensiblement modérer l intérêt de ces niveaux des taux de crédit. Sur le marché du neuf, les chiffres de la construction, qui ne devraient pas se redresser avant plusieurs mois, traduisent une situation critique pour le secteur et l offre neuve. Les perspectives sur le marché du neuf sont restées récessives, jusque-là, compte tenu de l état des autorisations de construire, dont le nombre a continué de baisser sévèrement. Les volumes de mises en chantier de logements pourraient descendre autour de unités, fin Le marché de l accession devrait subir une nouvelle baisse, cette année. La construction de logements destinés au locatif social pourrait rester au même niveau de volumes qu en Les difficultés à commercialiser des logements à des investisseurs privés dans le cadre du dispositif Duflot ont contribué au repli sévère du locatif privé, lequel devrait se refléter sur l année 2014, les efforts de commercialisation se portant en priorité sur les programmes déjà lancés. Au global, la commercialisation de logements construits dans des programmes de promotion devrait se stabiliser autour de unités. NOMBRE D OPÉRATIONS DANS LE NEUF EN FRANCE (EN MILLIERS) (Sources : Panorama du financement, CFI Études, DAEI/SES/ AEREL/modèle FANIE.) ,4 44,3 50, (estimations) Total logements Accession Locatif social Locatif privé NOMBRE D OPÉRATIONS DANS L ANCIEN EN FRANCE (EN MILLIERS) (Sources : Panorama du financement, CFI études.) Dans l ancien, la légère reprise de 2013 ne se poursuivra sans doute pas, dans un contexte qui n est pas encore apaisé. La demande est toujours forte et concentrée en secteurs urbains, là justement où l offre de logements neufs est insuffisante, mais les décotes sensibles sur les biens les moins qualitatifs ou les moins biens situés devraient s accentuer, lors des prochains mois (estimations) L activité du marché résidentiel pourrait revenir au niveau de 2012, soit en léger retrait par rapport à 2013, et à la référence de la moyenne décennale. L environnement de crise économique reste peu propice à l amélioration de la conjoncture immobilière. L activité sur les marchés du neuf et de l ancien devrait ainsi rester atone, d autant que les prix restent élevés, et qu ils n incitent pas les acheteurs à se lancer dans des projets immobiliers. Dans les métropoles régionales, en cœur de ville, des évolutions de valeur de 5 % à 12 % sont plausibles. Enfin, nombre de biens situés sur les marchés les plus secondaires ne pourront s échanger si les vendeurs n acceptent pas de négocier de façon bien plus réaliste. C est à ce prix que le marché pourra repartir sur des fondamentaux assainis. Les marchés continueront d évoluer selon des rythmes différenciés, et les disparités pourraient encore se renforcer. Sous la pression de la demande, les biens recherchés, ou très liquides, pourraient s échanger dans des fourchettes de valeur s ajustant de 3 % à 10 % sur Paris et les secteurs littoraux du Sud-Est. 7 ÉTUDE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER OCTOBRE 2014

8 Point de conjoncture logement NOMBRE D OPÉRATIONS IMMOBILIÈRES : ESTIMATIONS ÉTUDES CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER (EN MILLIERS) (Sources : Sitadel II, prévisions modèle Fanie arrêtées à septembre 2014, estimations CFI études.) LE NEUF (Sources : DAEI/SES/AEREL.) var./ var./2013 Logements mis en chantier ,2 % ,3 % dont locatif dont locatif social locatif intermédiaire locatif privé accession dont accession avec PTZ résidences secondaires ,0 % 5,0 % 36,4 % 29,4 % 3,4 % 25,0 % 2,7 % ,3 % 3,2 % 66,7 % 4,9 % 12,1% 32,6 % 16,7 % dont individuels collectifs dont logements en résidences ,1 % 1,5 % 11,3 % ,6 % 9,8 % 1,1 % dont construction neuve ,2 % ,3 % construction existante ,5 % ,8 % Logements mis en chantier hors locatif social et logements en résidences ,2 % ,0 % Estimation du nombre d opérations immobilières privées ,7 % ,8 % dont ventes logements promotion immobilière (Source : FPI/modèle Fanie.) ventes de maisons individuelles (Sources: UMF et études/cfi.) ,1 % 15,5 % ,1 % 7,7 % L ANCIEN (Sources : notaires/fnaim/études Crédit Foncier Immobilier.) var./ var./2013 Nombre de transactions (Sources : notaires/insee.) ,7% ,5% dont locatif privé accession résidences secondaires des résidents achats des non-résidents Estimation du nombre d opérations du marché résidentiel privé (neuf + ancien) ,8 % 3,4 % 3,3 % 4,8 % ,5 % 2,3 % 3,4 % 5,0 % ,3 % ,1 % Crédit Foncier Immobilier développe une plate-forme de services et de conseil à destination des grands propriétaires, professionnels de l immobilier, établissements financiers et particuliers, pour les accompagner dans la valorisation de leur patrimoine. CONTACTS CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER CONSEIL ET EXPERTISE Christian de Kerangal, directeur général délégué Tél. : DIRECTION DES ÉTUDES Emmanuel Ducasse, directeur Tél. : Mirella Blanchard, responsable études bureaux Isabelle Friquet-Lepage, responsable études logements TRANSACTION Olivier Boussard, directeur général délégué Tél. : Toutes nos études de marché locales sont consultables sur : Crédit Foncier Immobilier. Siège social : 19 rue des Capucines Paris. RCS Paris Conception-réalisation : Regulated by 8 ÉTUDE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER OCTOBRE 2014

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Mai 2014 Direction des Études Point de conjoncture logement LE MARCHÉ RÉSIDENTIEL SAURA-T-IL, AVEC DES FREINS QUI RESTENT SERRÉS, REVENIR À DES TENDANCES

Plus en détail

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 29 novembre 2013 SERVICE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 1- Marché des logements neufs : nouvelle baisse des ventes et des mises en vente au 3 ème trimestre 2013 Après

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études creditfoncierimmobilier.fr ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études Juin 2015 Point de conjoncture logement PARCE QUE LE LOGEMENT LE VAUT BIEN les acteurs du marché ont dû s adapter, puis le Gouvernement

Plus en détail

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études creditfoncierimmobilier.fr ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études Avril 2015 Point de conjoncture logement LE LOGEMENT ÉCHAPPE DE PEU À L ASPHYXIE C est sans regret, que l on a quitté l année immobilière

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 CGDD / MEDDE / SOeS Chiffres et Statistiques NUMÉRO 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 Au deuxième trimestre 2015, 26 500 logements neufs ont été

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs Résultats au deuxième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au deuxième

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd ÉTUDE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Février 2010 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports Ltd 231 avenue Jean Jaurès 2 Hilliards Court 69007

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998 La construction neuve de logements s est de nouveau inscrite en baisse en 1997 ( 1,3 % en volume), mais dans des proportions moindres

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Janvier 2015 Direction des Études Point de conjoncture logement IL FAUT SAUVER LE LOGEMENT 2014 se profile comme la troisième année consécutive critique

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE SERVICE ECONOMIQUE ET FINANCIER TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE 45 milliers de logements par trimestre MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE ENTIERE 120 40 35 30 25 20 15 10 110 100 90 80

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports sarl

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports sarl ÉTUDE CONSTRUCTION EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Avril 2011 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports sarl 231 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon France Tel : +33 (0)4 74

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 468 Novembre 2013 Commercialisation des logements neufs Résultats au troisième trimestre 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION À la fin

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier MARCHÉ IMMOBILIER RÉSIDENTIEL SOUS TENSION 1 er trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture logement MARCHÉ IMMOBILIER RÉSIDENTIEL SOUS TENSION

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE Service économique & financier MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE METROPOLITAINE 45 40 35 30 25 20 15 10 5 milliers de logements par trimestre 96 97 98

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB 03/10/2014 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Direction des Affaires Economiques, Financières et Internationales Service des Etudes Economiques

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 4 points à retenir 1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 2 Réduction du risque de rupture systémique 3 La zone Euro sera en croissance lente, la France aussi. Peu de tensions

Plus en détail

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Le marché immobilier vu par MeilleursAgents 1. Les prix a. Nos prévisions

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015 L Tableau de bord mensuel Mai 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et brève analyse mises à disposition de sa clientèle par :

MSI ÉTUDE. Données et brève analyse mises à disposition de sa clientèle par : ÉTUDE CONSTRUCTION EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Septembre 2011 Données et brève analyse mises à disposition de sa clientèle par : Reports sarl 231 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon France Tel : +33 (0)4

Plus en détail

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION LA CONJONCTURE DU BÂTIMENT Activité en baisse en 2003, vive reprise fin 2003 et début 2004 Activité prévue Activité passée Enquête INSEE : l opinion des chefs d entreprise

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Bilan 2013 : un marché en forte dépression Perspectives 2014 : malgré des blocages

Plus en détail

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études creditfoncierimmobilier.fr ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études Octobre 2015 Point de conjoncture logement UNE BRISE D OPTIMISME SOUFFLE SUR LE LOGEMENT Le secteur résidentiel semble enfin retrouver

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier 16 ème Observatoire du Crédit Immobilier LES BANQUES ONT-ELLES ARRÊTÉ DE PRÊTER? «BANQUES CHERCHENT EMPRUNTEURS». C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 5 n o v e m b r e 2 0 1 2 INTRODUCTION : UN MARCHE

Plus en détail

Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012

Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012 Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012 Comparaisons régionales et évolution depuis 2000 Édito Cette étude analyse le marché du logement neuf en HauteNormandie en 2012 en revenant

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 576 Novembre 2014 Le prix à bâtir OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 2013, plus de neuf ménages sur dix ayant reçu l autorisation de

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession?

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? L L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ H DANS L HÉRAULT EN 2009 Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? Cette note a pour objectif de faire ressortir

Plus en détail

Le bilan économique 2013 en Midi-Pyrénées

Le bilan économique 2013 en Midi-Pyrénées Le bilan économique 2013 en Midi- Construction La construction de logements ne redémarre pas Sokorn Marigot (Dreal) Résumé En 2013, le nombre de logements autorisés à la construction en Midi- progresse

Plus en détail

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Dossier de presse 28 mai 2015 Sommaire Communiqué de presse 3 Les chiffres en Ile-de-France 5 Paris 7 Petite Couronne 12 Grande Couronne 15 Synthèse

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier REPLI DES VOLUMES ET INFLEXION ATTENDUE DES PRIX 4 e trimestre 2012 Direction des Études Point de conjoncture logement REPLI DES VOLUMES ET INFLEXION ATTENDUE

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 730 Février 2016 Commercialisation des logements neufs Résultats au quatrième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au quatrième

Plus en détail

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 I. Actualité du marché de l immobilier Les chiffres du marché du logement neuf francilien Les lancements commerciaux en Ile-de-France au 1 er semestre 2014 : - 29% par

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 4 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

Vers un nouvel atterrissage en douceur

Vers un nouvel atterrissage en douceur Trimestriel n 29 juillet 211 Vers un nouvel atterrissage en douceur Depuis le début de l année apparaissent des signes de tassement du marché résidentiel : recul des ventes, amorce de freinage des prix

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse COMMUNIQUÉ DE PRESSE Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse L Observatoire de la Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI) livre ce jour les derniers chiffres

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE Service économique & financier 45 40 35 30 25 20 15 10 milliers de logements par MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE METROPOLITAINE 120 110 100 90 80 70

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

GRAND AVIGNON : chiffres clés / indicateurs.

GRAND AVIGNON : chiffres clés / indicateurs. Regard sur le marché immobilier Les prix immobiliers 2014-juillet 2015 L ACCESSION A LA PROPRIETE Le Plan de Relance La primo-accession PTZ et l accession sociale PAS en 2014 Résultats et évolution Les

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle

La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle N 245, juin 2015 La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle I) Immobilier : un début d année sur les chapeaux de roues +39% au premier trimestre 2015 Au premier

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 15 novembre 2012

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 15 novembre 2012 COMMUNIQUÉ DE PRESSE AU 3EME TRIMESTRE 2012, LE LOGEMENT NEUF ENTRE EN RECESSION Pour le 3 ème trimestre consécutif, les ventes de logements neufs par les promoteurs accusent une forte baisse. L Observatoire

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

La conjoncture immobilière peut être schématisée à

La conjoncture immobilière peut être schématisée à 56 6 LA CONJONCTURE IMMOBILIÈRE EN ITALIE Extrait de : Osservatorio sul Mercato Immobiliare n 2/2011, Nomisma, juillet 2011. 6.1 / Prix et volumes des transactions La conjoncture immobilière peut être

Plus en détail

CONFERENCE DE RENTREE

CONFERENCE DE RENTREE CONFERENCE DE RENTREE JEUDI 27 AOÛT 2015 9 HEURES Palais Brongniart 75002 PARIS CONTACTS PRESSE Franck Thiébaux FT&Consulting 06 73 76 74 98 franckthiebaux@ft consulting.net Lauren Dell Agnola FPI France

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 LE MARCHÉ IMMOBILIER AU 1 er SEMESTRE 2015 @JFBuet @FNAIM fnaim.fr VOLUME DES VENTES DANS L EXISTANT 2 LÉGÈRE REPRISE DES VENTES DANS L EXISTANT Sources : CGEDD

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Marché résistant en 2011 et en repli en 2012

Marché résistant en 2011 et en repli en 2012 Trimestriel n 31 janvier 212 Marché résistant en 211 et en repli en 212 L année 211 aura encore été un bon cru pour l immobilier résidentiel, mais avec un contraste entre neuf et ancien. Dans le logement

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 2 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF REDRESSEMENT DES VENTES AU 4EME TRIMESTRE 2014 : LA RELANCE EST A NOTRE PORTÉE MERCREDI 11 FEVRIER 2015, 9 HEURES Palais Brongniart PARIS CONTACTS PRESSE Franck Thiébaux

Plus en détail

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008 42142 CHAPITRE Alsace I. Immobilier d entreprise... 172 A. Construction... 172 B. Zoom sur la ville de Strasbourg... 173 II. Immobilier résidentiel... 176 A. Construction... 176 B. Zoom sur la ville de

Plus en détail

Accalmie en vue après l emballement de 2010

Accalmie en vue après l emballement de 2010 Trimestriel n 27 janvier 211 Accalmie en vue après l emballement de 21 Le marché résidentiel s est redressé en 21 : hausse des ventes (+27% dans l ancien), reprise des prix, à 1% dans l ancien comme dans

Plus en détail

TABLE RONDE 1 L évolution du marché du logement dans le Grand Nancy

TABLE RONDE 1 L évolution du marché du logement dans le Grand Nancy TABLE RONDE 1 L évolution du marché du logement dans le Grand Nancy Bilan 2014 Perspectives 2015 et 2016 TABLE RONDE 1 Funmi AMINU, Directeur d études à l Aduan Gilles BOCHU, Vice-président de la FNAIM

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

CONJONCTURE LOGEMENT DATA MARCHÉS ET CHIFFRES NEXITY ÉDITO

CONJONCTURE LOGEMENT DATA MARCHÉS ET CHIFFRES NEXITY ÉDITO ÉDITO PAR ALAIN DININ PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL DE NEXITY Les chiffres du premier semestre montrent une reprise du logement neuf. Ce mieux, après un creux spectaculaire, ne suffit cependant pas car mises

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

ORPI. septembre 2012

ORPI. septembre 2012 ORPI Conférence de presse de rentrée 18 septembre 2012 Bilan et faits marquants du premier semestre 2012 National La France : un marché au point mort Aucune chute brutale des prix à espérer De fortes tensions

Plus en détail