Le développement du pétrole soudanais, grâce à d énormes investissements

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le développement du pétrole soudanais, grâce à d énormes investissements"

Transcription

1 Armes chinoises contre pétrole soudanais, dans le contexte de sécession du Sud-Soudan TRIBUNE n 86 Carole Stora-Calté Diplômée de Sciences-Po Toulouse et lauréate du prix «mémoire» de l Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Le développement du pétrole soudanais, grâce à d énormes investissements principalement chinois, a donné au gouvernement de Khartoum des moyens financiers qu il n avait pas auparavant. Avec le soutien des Chinois, Khartoum a mis sur pied une industrie locale de l armement, en profitant de l expertise asiatique. Mais cette collaboration sino-soudanaise n est pas récente puisqu elle remonte aux années 60. Cependant, c est bien au moment de l envol des recettes pétrolières dans les années 90 que les achats d armes décollent, surtout avec la guerre civile qui fait rage dans le Sud. Cette coopération ne connaît pas non plus de trêve, avec la décision onusienne d un embargo sur les armes à destination du Darfour. En fait, Pékin devient même le principal fournisseur d armes de Khartoum qui lui donne un accès privilégié à ses ressources et un débouché à son secteur de l armement. Néanmoins, la confirmation de la sécession du Sud-Soudan à l issue du référendum organisé en janvier 2011 * change définitivement la donne. Si elle crée l inquiétude dans les autres États africains, face à de potentielles velléités sécessionnistes, la Chine, quant à elle, sait que la stabilité régionale est essentielle à la préservation de ses intérêts sur le long terme. * Référendum sur l indépendance du Sud-Soudan Le référendum avait été prévu par l accord de paix global Nord-Sud signé en Organisé en janvier 2011, 98,83 % des électeurs se sont prononcés en faveur de l indépendance du Sud-Soudan. La date officielle pour la proclamation de l indépendance est fixée au 9 juillet L aide chinoise à l installation d une industrie soudanaise de l armement Avant les investissements massifs des années 90 dans l exploitation pétrolière au Soudan, l économie du pays se trouvait en grande difficulté. Ce sont les revenus du gouvernement liés à l exploitation pétrolière, nuls en 1998 mais qui atteignent déjà 40 % en 2001 (source : ministre des Finances), qui ont véritablement permis le 1

2 développement d une industrie militaire au Soudan. En 1999, Hassan Al-Tourabi déclare que le gouvernement construit plusieurs usines d armement grâce aux revenus de l or noir. En 2000, el-bechir annonce également se servir des ressources financières liées à l exploitation pétrolière pour la construction d une industrie soudanaise de l armement. Les dépenses militaires représentent, dès 2001, 60 % des recettes pétrolières du gouvernement (les revenus pétroliers s élevant à 580 millions de dollars). Or Khartoum n a pas pu développer seul une industrie domestique de l armement malgré les revendications du Président soudanais d être parvenu, sans aide extérieure, à mettre en place une production d armes conventionnelles, alors même que le pays faisait l objet de sanctions économiques. Il apparaît évident que le pays en aurait été incapable sans un soutien extérieur massif. En réalité, pour el-bechir, le refus des pays occidentaux de fournir les forces armées soudanaises en armes a poussé son pays à développer sa propre industrie et à se rapprocher de l Est, en particulier de la Chine. Les compagnies chinoises ont ainsi aidé Khartoum à établir trois usines d armes légères et de munitions à Kalakla, Chojeri et Bageer, à l extérieur de la capitale. Ces usines produiraient des mitrailleuses légères et lourdes, des lance-roquettes, des mortiers et des munitions. De plus, des observateurs ont indiqué que des ingénieurs chinois ont supervisé les travaux d installation du plus grand complexe industriel du Soudan (le Giad Industriel City), qui se situe près de Khartoum. Or ce complexe, qui comprend des usines produisant chars, véhicules militaires et armes légères, a été sanctionné en mai 2007 par les États-Unis pour avoir «fourni des véhicules de guerre au gouvernement soudanais pour des opérations militaires au Darfour». Le groupe d experts des Nations unies, chargé de contrôler l embargo sur les armes destinées au Darfour, a mis en évidence la circulation de munitions dans cette région, dont la plupart serait fabriquée en Chine ou au Soudan. Or la Chine, en plus d en vendre, aurait aussi aidé dans le développement d une industrie locale confectionnant des munitions pour des fusils d assaut et mitrailleuses légères. En effet, la coopération sino-soudanaise s est appuyée sur la contribution de spécialistes qui ont offert leur expertise en matière militaire et aidé le Soudan à développer son secteur industriel de l armement. Cette coopération militaire a notamment été illustrée plusieurs fois par les rencontres (on en compte 5 entre 2003 et 2007) des chefs des forces armées des deux pays, à des périodes de grande violence au Darfour. Les rencontres de 2005 et 2007 se sont notamment conclues par la promesse de renforcer la coopération en matière militaire, la Chine, par son ministre de la Défense Cao Gangchuan, certifiant vouloir la développer dans tous les secteurs militaires. Enfin, en contribuant à la construction de routes et pistes d atterrissage pour le transport du pétrole et du matériel, la Chine a également rendu l armée et les milices du gouvernement de Khartoum plus efficaces dans leurs opérations militaires sur les zones pétrolifères, ces routes et pistes ayant été régulièrement utilisées lors des attaques de civils au Sud-Soudan. La coopération militaire sino-soudanaise est très large, puisque, outre l aide fondamentale que la Chine a apporté dans le développement de l industrie soudanaise de l armement, elle est aussi à l origine d une grande partie des importations d armes au Soudan. 2

3 TRIBUNE La vente d armes chinoises (légères et lourdes) au Soudan La collaboration chinoise a été, à tous points de vue, essentielle dans la politique d armement du gouvernement central, en particulier à l heure de l embargo en vigueur sur les transferts d armes au Darfour. Les transferts d armes chinoises ont constitué un soutien de taille pour le gouvernement d el-bechir, en lui permettant de renforcer son emprise sur le pays, avec en outre l appui politique de la Chine au Conseil de sécurité de l ONU. Néanmoins, le commerce d armes avec le Soudan pose problème à une Chine qui veut redorer son blason sur le plan international et surtout préserver ses intérêts économiques dans le contexte de sécession du Sud, où sont exploitées les plus grandes réserves pétrolières du pays. Des transactions avec les différents régimes soudanais Selon d anciens officiers soudanais, la Chine est présente dès 1980, sous le régime de Nimayri, dans la vente d armes au Soudan. On peut même remonter sa présence à la fin des années 60, période à laquelle la Chine commence à vendre des armes lourdes au Soudan alors que son intérêt pour le pétrole soudanais n est pas encore établi. La vente à Khartoum d armes lourdes et d avions militaires par les Chinois est importante à double titre : d abord parce qu elle a préparé le terrain pour la vente d armes dites légères, ensuite parce que ces armes lourdes ont sérieusement amélioré les capacités du gouvernement soudanais à mener la guerre. Ce partenariat sino-soudanais n a alors cessé de se développer avec les différents régimes soudanais qui se sont succédé, la Chine devenant en 1994 le principal fournisseur d armes du pays. En effet, dans les années 90, avec la résurgence de la guerre interne au Soudan et la promesse de meilleurs revenus dus à l exploration pétrolière, les ventes d armes continuent d augmenter. Les livraisons d armes de la Chine au Soudan incluent non seulement des munitions, des chars, des hélicoptères et des avions de combat, mais aussi, selon un officiel du gouvernement soudanais, des mines antipersonnel et des mines antichar (en tout cas dans la période ). En 1997, année durant laquelle la compagnie chinoise China National Petroleum Corporation (CNPC) démarre l exploitation de ses premiers gisements pétroliers soudanais, a lieu la première exportation d avion de combat (depuis le coup d État d el-bechir) de Chine en direction du Soudan. Cela constitue une avancée importante dans les relations sino-soudanaises. Dès 1999, date des premières exportations pétrolières du pays, les achats soudanais d armes légères et de munitions augmentent de façon considérable : ils triplent d une année à l autre (2000) et en 2005 ils ont été multipliés par plus de 680. Les dépenses militaires atteignent ainsi un pic en 2004, alors que la guerre au Darfour bat son plein. Cependant, les données relatives aux ventes d armes au Soudan sont certainement bien en deçà de la réalité : d une part, les pays déclarent en partie, dans leurs rapports aux Nations unies, le volume réel d exportation (en particulier d armes) à destination du Soudan, d autre part, les transactions pétrolières réalisées par la 3

4 Chine incluent des rabais sur les armes qui permettent à Khartoum d en acheter davantage (armes qui ne seraient pas répertoriées). La continuité des ventes d armes après l embargo Avec la décision onusienne d un embargo sur les armes à destination du Darfour en 2004, de nombreux pays font marche arrière et la Chine devient alors le principal fournisseur d armes du Soudan. Or, c est avant tout grâce aux revenus pétroliers dégagés de l exploitation faite en grande partie par la Chine, que le gouvernement soudanais a désormais les moyens de financer ses achats d armes chinoises. La soif d or noir de la Chine, en permettant au gouvernement de Khartoum d engranger de colossales sommes d argent, permet précisément à ce dernier de lui acheter des armes pour maintenir son contrôle sur le pays. L augmentation des dépenses militaires (multipliées par 6 entre 1997 et 2000) coïncide avec la période durant laquelle le gouvernement soudanais commence à s enrichir grâce aux revenus pétroliers, dans les années 90. En réalité, ces transferts sont rendus d autant plus simples que leur financement est facilité : des prêts avantageux et aucune condition politique, si ce n est l obtention de concessions pétrolières. Or, si avant 2004, plusieurs pays assurent le commerce des armes avec le Soudan, après cette date, c est essentiellement la Chine qui constitue son principal, et quasi-unique, fournisseur d armes. Le Soudan est de plus en plus isolé au niveau international à partir des années 2000 : le pays se trouve sur la liste noire américaine des États terroristes (2001). Par besoin d alliés pour combattre les rebelles au Sud, Khartoum se rapproche alors de la Chine dont le besoin d or noir en fait un partenaire de choix : à la requête chinoise de matières premières énergétiques correspond le corollaire soudanais de la nécessité d alliances géostratégiques afin d obtenir protection politique et armes. L achat d armes chinoises par le Soudan suit donc fidèlement la ligne tracée par les exportations de brut soudanais en Chine. De fait, les résolutions onusiennes 1556 et 1591 (respectivement de 2004 et 2005) qui imposent un embargo sur les transferts d armes au Darfour ne sont pas suivies d effet, dès lors que la Chine devient le protecteur d un pays qui lui vend son pétrole et lui achète ses armes. Pour autant, la coopération sino-soudanaise sur tous les plans ne fait pas toujours l unanimité en Chine, certains responsables opposant le fait que l image qu elle offre travaille contre elle, sans compter les perspectives économiques à long terme qui pourraient être fortement endommagées en cas de crise majeure. En réalité, c est du combat opposant diplomates et industriels que résulte la politique actuelle de la Chine au Soudan. Car la démarche de la Chine est avant tout pragmatique et elle sait qu elle doit prendre en compte de nombreux critères dans sa politique d investissements. De fait, tout en poursuivant la même ligne de conduite afin d être en accord avec sa politique traditionnelle de non-ingérence, en coulisses, la Chine joue aussi un rôle clé dans la résolution des conflits internes au Soudan. 4

5 TRIBUNE Cette «diplomatie subtile» de la Chine est d autant plus marquée qu elle considère de près l échéance proche de l indépendance du Sud-Soudan, qu elle sait imminente depuis la signature de l accord de paix global en En effet, la négociation de ses contrats pétroliers dans le Sud devra désormais se faire avec les dirigeants du Sud-Soudan nouvellement indépendant. Or, l amorce d une nouvelle politique n est pas simple compte tenu de l impact qu a eu l aide chinoise dans la guerre civile Nord-Sud. Cependant, même si les Sud-Soudanais ne l ont pas oublié, ils savent, comme les Chinois, qu il est de leur intérêt de traiter ensemble. D où de nouvelles relations et un nouvel équilibre des forces en présence qui se mettent en place. Néanmoins, la stabilité politique du nouvel État dépendra à la fois de sa capacité à régler pacifiquement les différends avec l État soudanais, de l influence positive de pays extérieurs comme la Chine et les États-Unis et de leur rôle de pacificateur, du niveau d identification des populations à cet État et de son attractivité et enfin du renforcement des échanges économiques et des équilibres communautaires dans la sous-région. Autant de facteurs qui créent des incertitudes quant à l avenir de ce nouvel État. Éléments de bibliographie et liens Internet Small Arms Survey : «Arms, oil, and Darfur: The evolution of relations between China and Sudan» in Sudan issue brief n 7, juillet Danna Harman : «How China s support of Sudan shields a regime called genocidal» in The Christian Science Monitor, 26 juin 2007 (www.csmonitor.com/2007/0626/p01s08-woaf.htm). AFP : «Sudan president scoffs at Darfur sanctions» in Sudan Tribune, 20 juin 2007, (www.sudantribune.com/spip.php?article22464). Xinhua : «Chinese, Sudanese military hold talks on closer cooperation» in Sudan Tribune, 4 avril 2007 (www.sudantribune.com/spip.php?article21164). Chandra Lekha Sriram : «China, Human rights and the Sudan» in Jurist, 30 janvier 2007 (www.jurist.law.pitt.edu/forumy/2007/01/china-human-rights-and-sudan.php). United Nations Panel of Experts on Sudan : Final Report from the Panel of Experts, New York, 2006 (www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=s/2006/65). Coalition for International Justice : Soil and Oil: Dirty Business in Sudan, Washington, février 2006 (www.ecosonline.org/reports/2006/soil_and_oil_dirty_business_in_sudan.pdf). Georges Abou : «Khartoum sollicite le retour des investisseurs» in RFI.fr, 20 janvier Association internationale de recherche sur les crimes contre l humanité et les génocides (Aircrige) : Chronologie sur les guerres civiles et politiques d extermination au Soudan, mai 2002 (wwww.aircrigeweb.free.fr/ressources/chrono_voc_biblio/chronosoudan1.html). Georgette Gagnon, John Ryle : Report of an Investigation into Oil Development, Conflict and Displacement in Western Upper Nile, Soudan, Koang Tut Doh, Kur Yai Nop : Looming Disaster in Western Upper Nile Region: A Political Eye Witness Report from the Field, Nairobi, 2000 (www.southsudanfriends.org/orcd/wunpoliticalreport.html). Human Rights First : «Chin as Arms Sales to Sudan» (www.humanrightsfirst.org/wp-content/uploads/pdf/ cah-arms-sales-fact-sheet.pdf). Human Rights Watch : entretien avec Mohamed Sanoussi Ahmed, chef d état-major adjoint du Renseignement militaire, Forces armées du Soudan, 20 novembre Données sur les dépenses militaires du Soudan sur le site Perspective Monde de l Université de Sherbrooke (www. perspective.usherbrooke.ca). 5

PROTÉGEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER

PROTÉGEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER PROTÉGEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER Lorsque vous savez combien rapporteront vos ventes à l étranger, il est difficile d imaginer comment votre entreprise a pu se passer de tels revenus. Grâce aux solutions

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions

Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions En l espace d une vingtaine d années, l héritage des surplus de stocks d armes héritées de la Guerre Froide, l arrivée

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

La production d hydrocarbures au Ghana

La production d hydrocarbures au Ghana La production d hydrocarbures au Ghana Le Ghana est depuis fin 2010 un pays producteur de pétrole. Le début de l exploitation de nouveaux champs devrait entraîner un doublement sa production d ici la fin

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet Analyse d impact réglementaire FILTRATION DES SITES ILLÉGAUX DE JEUX EN

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu Approvisionnement en bitume prémélangé Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure Approvisionnement en bitume prémélangé Contenu Pourquoi nous avons choisi ce projet...... 293 Contexte

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS QUESTIONS RELATIVES A LA SURETE ET A LA SECURITE

Plus en détail

Réunion de haut niveau sur le partage au plan mondial des responsabilités par des voies d admission des réfugiés syriens Genève, 30 mars 2016

Réunion de haut niveau sur le partage au plan mondial des responsabilités par des voies d admission des réfugiés syriens Genève, 30 mars 2016 Réunion de haut niveau sur le partage au plan mondial des responsabilités par des voies d admission des réfugiés syriens Genève, 30 mars 2016 Note d information Introduction Le conflit en République arabe

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO *

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * Note de recherche du ROP LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * L Union africaine (UA) a élaboré une architecture continentale de paix et

Plus en détail

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Sommaire 1. Introduction 2. Brève présentation de l APPA 3. Place de l Afrique dans le contexte pétrolier

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Retour à l'île du Bonheur

Retour à l'île du Bonheur Retour à l'île du Bonheur Rapport intérimaire sur les engagements institutionnels concernant les abus subis par les travailleurs migrants sur l'île de Saadiyat à Abou Dabi Résumé L émirat de d Abou Dabi,

Plus en détail

MINI GUIDE COMPRENDRE LES PROCESSUS DE LUTTE CONTRE LES DIAMANTS DE LA GUERRE

MINI GUIDE COMPRENDRE LES PROCESSUS DE LUTTE CONTRE LES DIAMANTS DE LA GUERRE MINI GUIDE COMPRENDRE LES PROCESSUS DE LUTTE CONTRE LES DIAMANTS DE LA GUERRE CONTEXTE ET HISTORIQUE DES DIAMANTS DE LA GUERRE IA la fin des années 90, le monde entier a appris que certains groupes rebelles

Plus en détail

FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 4/15

FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 4/15 Comité de Toulon Provence Corse Toulon, 8 octobre 2015 FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 4/15 -o- Objet : Les enjeux en Mer de Chine méridionale Préambule -o- Depuis le début des années 1970, la Mer de Chine méridionale

Plus en détail

Business Optimising Consulting Group. Présentation du cabinet

Business Optimising Consulting Group. Présentation du cabinet Business Optimising Consulting Group Présentation du cabinet Qui sommes-nous Business Optimising Consulting Group, est un cabinet de conseil en organisation et management Développé par une équipe de management

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Première série de consultations ministérielles informelles en vue de préparer la COP21 Paris, les 20 et 21 juillet 2015 Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Paris, le 31 juillet 2015 Introduction

Plus en détail

Premier trimestre terminé le 31 mars 2003, comparativement au premier trimestre terminé le 28 février 2002 (en dollars américains)

Premier trimestre terminé le 31 mars 2003, comparativement au premier trimestre terminé le 28 février 2002 (en dollars américains) ANALYSE PAR LA DIRECTION ET APERÇU FINANCIER MODIFIÉS Premier trimestre terminé le 31 mars, comparativement au premier trimestre terminé le 28 février 2002 (en dollars américains) Sommaire des résultats

Plus en détail

SEMAINE MONDIALE D ACTION CONTRE LES ARMES LEGERES POINT DES ACTIVITES EN COTE D IVOIRE

SEMAINE MONDIALE D ACTION CONTRE LES ARMES LEGERES POINT DES ACTIVITES EN COTE D IVOIRE SEMAINE MONDIALE D ACTION CONTRE LES ARMES LEGERES POINT DES ACTIVITES EN COTE D IVOIRE 1-Conférence publique au Lycée Moderne d Adzopé le 24 Mai 2006 Amnesty international section Côte d Ivoire a animé

Plus en détail

SYNTHESE MEDIA SF 09 M 22 LE SECTEUR FINANCIER ET LES BOMBES A SOUS-MUNITIONS

SYNTHESE MEDIA SF 09 M 22 LE SECTEUR FINANCIER ET LES BOMBES A SOUS-MUNITIONS SYNTHESE MEDIA SF 09 M 22 LE SECTEUR FINANCIER ET LES BOMBES A SOUS-MUNITIONS 1. Synthèse des échanges d (AIF) avec les principaux groupes bancaires français sur les investissements et financements des

Plus en détail

Chine coopération en matière de sécurité intérieure,

Chine coopération en matière de sécurité intérieure, Document mis en distribution le 23 juin 2005 N o 2376 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 juin 2005. P R O

Plus en détail

Atelier de la Concurrence Document de fond

Atelier de la Concurrence Document de fond X Atelier de la Concurrence Document de fond Concurrence accrue dans le secteur automobile: QUI Y GAGNE, QUI Y PERD? Extraits: Le marché suisse des voitures de tourisme Structure du marché Les acteurs

Plus en détail

Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée

Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée Casablanca, le 9 septembre 2014 1 Excellences, Mesdames et Messieurs, C est pour moi un grand honneur et un réel plaisir d être

Plus en détail

LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC

LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC Manifeste de la CFTC pour la mise en œuvre d un label «Traçabilité Sociale» Confirmant que la France souhaite toujours

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba

Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme d études du Manitoba Enseignement postsecondaire et Alphabétisation Éducation Entreprenariat, Formation professionnelle et Commerce Énoncé conjoint des avantages obtenus lorsque des écoles étrangères affiliées offrent le programme

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

172.214.1 Ordonnance sur l organisation du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports

172.214.1 Ordonnance sur l organisation du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports Ordonnance sur l organisation du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (Org-DDPS) du 7 mars 2003 (Etat le 1 er juillet 2008) Le Conseil fédéral suisse, vu les

Plus en détail

Calcul des subventions implicites pour chaque filière

Calcul des subventions implicites pour chaque filière Calcul des subventions implicites pour chaque filière Annexe technique à la Note économique sur les coûts croissants de la production d électricité au Québec Objet de la Note économique : L argument économique

Plus en détail

CONVENTION SUR L INTERDICTION OU LA LIMITATION DE L EMPLOI

CONVENTION SUR L INTERDICTION OU LA LIMITATION DE L EMPLOI CONVENTION SUR L INTERDICTION OU LA LIMITATION DE L EMPLOI DE CERTAINES ARMES CLASSIQUES QUI PEUVENT ÊTRE CONSIDÉRÉES COMME PRODUISANT DES EFFETS TRAUMATIQUES EXCESSIFS OU COMME FRAPPANT SANS DISCRIMINATION

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Par. Jean- Marie Pontier. Professeur à l université d Aix- Marseille

Par. Jean- Marie Pontier. Professeur à l université d Aix- Marseille LA DEFINITION DES SUBVENTIONS Par Jean- Marie Pontier Professeur à l université d Aix- Marseille Résumé : L absence, un peu surprenante, de définition de la subvention, avait pour inconvénients d entraîner

Plus en détail

Introduction. Présentation par: Stéphane Héroux, ing.jr. But de la présentation: 1) Position de Bois BSL

Introduction. Présentation par: Stéphane Héroux, ing.jr. But de la présentation: 1) Position de Bois BSL Introduction Présentation par: Stéphane Héroux, ing.jr But de la présentation: 1) Position de Bois BSL 2) Arguments et présentation d extraits d études 3) Recommandations Le règlement envisagé par Montréal

Plus en détail

Au service de votre déploiement vers de nouvelles frontières.

Au service de votre déploiement vers de nouvelles frontières. Au service de votre déploiement vers de nouvelles frontières. ELEKTEK appréhendera vos ambitions et/ou vos raisons de développement export dans le secteur électrique; puis vous accompagnera dans toutes

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS A L OCCASION DE LA RECEPTION OFFICIELLE FRIBOURG, OUVERT AU MONDE FRIBOURG 5 OCTOBRE 2010 Seul le discours

Plus en détail

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Bulletin du FMI Initiative multilatérale Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Le Bulletin en ligne Le 13 mai 2008 Le FMI examinera toutes les demandes

Plus en détail

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont :

Cégep de Sherbrooke. Les objectifs Les objectifs qui ont guidé ce projet sont : The following information is an excerpt from the Letter of Intent submitted to the J.W. McConnell Family Foundation in response to the RECODE Request for Proposals of Spring 2014. Cégep de Sherbrooke Description

Plus en détail

Minéraux rares Quest Ltée. BÉCANCOUR ACCUEILLERA LE NOUVEAU COMPLEXE DE TRAITEMENT DE TERRES RARES DE QUEST

Minéraux rares Quest Ltée. BÉCANCOUR ACCUEILLERA LE NOUVEAU COMPLEXE DE TRAITEMENT DE TERRES RARES DE QUEST Minéraux rares Quest Ltée. BÉCANCOUR ACCUEILLERA LE NOUVEAU COMPLEXE DE TRAITEMENT DE TERRES RARES DE QUEST Quest s engage à travailler de près avec la communauté de Bécancour BÉCANCOUR, le 5 novembre

Plus en détail

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 CERTIBAT est un organisme de certification dans le domaine de la construction. Il a la fiabilité et la compétence nécessaires qui lui permettent de certifier les systèmes de management.

Plus en détail

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Prise de position de l Öbu, 23.12.14 9 mai, Forum ö

Plus en détail

Actualisation des opérations du HCR en Afrique 2011

Actualisation des opérations du HCR en Afrique 2011 Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Soixante-deuxième session Genève, 3-7 octobre 2011 29 septembre 2011 Français Original: Anglais et français Anglais et français uniquement Actualisation

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

Lignes directrices d UNI-Europa sur les comités d entreprise européens. Adoptées par le Comité exécutif d UNI Europa le 29 mars 2011 Version courte

Lignes directrices d UNI-Europa sur les comités d entreprise européens. Adoptées par le Comité exécutif d UNI Europa le 29 mars 2011 Version courte Lignes directrices d UNI-Europa sur les comités d entreprise européens Adoptées par le Comité exécutif d UNI Europa le 29 mars 2011 Version courte matières APPROCHE COMMUNE... 3 BUTS D UNI EUROPA.... 3

Plus en détail

Le management des risques éthiques

Le management des risques éthiques Le management des risques éthiques Yves Boisvert, Ph.D. Professeur titulaire ÉNAP & Responsable du groupe de recherche sur l éthique publique du CERGO 1 Le risque éthique Un risque éthique est une conduite

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé Santé et Mieux-être Pourquoi investir dans le mieux-être? Un employé canadien sur deux souffre d au

Plus en détail

Norme comptable internationale 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels

Norme comptable internationale 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels Norme comptable internationale 37 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels Objectif L objectif de la présente norme est de faire en sorte que les critères de comptabilisation et les bases d évaluation

Plus en détail

CAA de Paris, 25 mars 2013, SIPPEREC c/ ERDF

CAA de Paris, 25 mars 2013, SIPPEREC c/ ERDF La Cour administrative d appel de Paris valide les pénalités émises par le SIPPEREC pour sanctionner le caractère incomplet des comptes-rendus annuels d activité (CRAC) de sa concession de distribution

Plus en détail

RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ (LA HAYE, 1954) ET DE SES PROTOCOLES DE 1954 ET DE 1999 En 1998, le Canada

Plus en détail

ANCQ inc. Association des négociants en céréales du Québec inc.

ANCQ inc. Association des négociants en céréales du Québec inc. Mémoire ANCQ inc. Association des négociants en céréales du Québec inc. Présenté à La Commission sur l avenir de l agriculture et de l agroalimentaire québécois Saint-Hyacinthe, le 21 juin 2007 Table des

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Article juridique publié le 12/05/2014, vu 6711 fois, Auteur : YAV & ASSOCIATES 1. Liminaires Dans notre

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Les relations gazières Russie-UE : les enjeux

Les relations gazières Russie-UE : les enjeux Les relations gazières Russie-UE : les enjeux 1 C A T H E R I N E L O C A T E L L I E D D E N, G A E L, C N R S, U G A, I N R A, I N P G R E N O B L E 0 2. 0 6. 2 0 1 6 La complexité des relations UE-Russie

Plus en détail

Une image cohérente avec sa production

Une image cohérente avec sa production Une image cohérente avec sa production Une image de marque peut être définie comme une représentation que se donne une entreprise vis-à-vis du public, de ses produits et de ses marques commerciales. Il

Plus en détail

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé Estimation du travail forcé dans le monde Résumé DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 1er JUIN 2012 A 8:30 GMT RESULTATS S appuyant sur une nouvelle méthodologie statistique plus performante, le BIT estime à

Plus en détail

Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2006/920 Conseil de sécurité Distr. générale 27 novembre 2006 Français Original : anglais Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

Nations Unies S/RES/1718 (2006)** Conseil de sécurité Distr. générale 13 décembre 2006 Résolution 1718 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5551 e séance, le 14 octobre 2006 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE

ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE La croissance économique mauricienne prendra réellement son essor au cours des années soixante-dix

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

LE CHILI ET L ACCÈS À LA MER DE LA BOLIVIE. MYTHE ET RÉALITÉ.

LE CHILI ET L ACCÈS À LA MER DE LA BOLIVIE. MYTHE ET RÉALITÉ. LE CHILI ET L ACCÈS À LA MER DE LA BOLIVIE. MYTHE ET RÉALITÉ. Juin 2014 1 I. LES FAITS CONCERNANT L ACCES A LA MER DE LA BOLIVIE Plus de 20 % des pays dans le monde sont sans littoral. Parmi ces pays,

Plus en détail

SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000

SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000 SuisseEnergie, programme subséquent d Energie 2000 Le programme SuisseEnergie doit non seulement reprendre les structures et les produits d Energie 2000 qui ont donné satisfaction, il doit encore assurer

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Sondage mené auprès de 5 249 élèves des écoles secondaires du Canada. Le 20 avril 2015. Recherche réalisée par :

Sondage mené auprès de 5 249 élèves des écoles secondaires du Canada. Le 20 avril 2015. Recherche réalisée par : Sondage mené auprès de 5 249 élèves des écoles secondaires du Canada 2015 Le 20 avril 2015 Recherche réalisée par : Méthodologie Dans le cadre des Consultations budgétaires auprès des élèves 2014-2015,

Plus en détail

Lettre datée du 28 janvier 2003, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 28 janvier 2003, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2003/103 Conseil de sécurité Distr. générale 28 janvier 2003 Original: français Lettre datée du 28 janvier 2003, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général J

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION LES GRANDS ENTRETIENS DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION SÉQUENCE 5 La mondialisation : quelles régulations? lesite.tv, 2004 Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l Ecole Normale Supérieure

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Certains (Boudreau et Ramstad, 2007 1 ) préconisent de ne plus

Certains (Boudreau et Ramstad, 2007 1 ) préconisent de ne plus Chapitre 2 Le talent et la gestion des ressources humaines Certains (Boudreau et Ramstad, 2007 1 ) préconisent de ne plus parler de GRH mais de «talentship». Au-delà de la tentative bien compréhensible

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167 Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15 Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE pages I. Examen du rapport d information de M. Robert

Plus en détail

PROPOSITION DE RESOLUTION. Monsieur le Président de l Assemblée Nationale Yaoundé

PROPOSITION DE RESOLUTION. Monsieur le Président de l Assemblée Nationale Yaoundé PROPOSITION DE RESOLUTION PORTANT CONSTITUTION D UNE COMMISSION D ENQUETE PARLEMENTAIRE SUR L ACQUISITION PAR LE GOUVERNEMENT DU CAMEROUN SUR PRÊT PREFERENTIEL DE LA CHINA EXIM BANK DE DEUX AÉRONEFS DE

Plus en détail

Analyse du dossier photovoltaïque en Wallonie

Analyse du dossier photovoltaïque en Wallonie Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse du dossier photovoltaïque en Wallonie Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle

Plus en détail

Plan d action spécifique L obtention d une compensation financière pour les stages obligatoires

Plan d action spécifique L obtention d une compensation financière pour les stages obligatoires Plan d action spécifique L obtention d une compensation financière pour les stages obligatoires Adopté dans le cadre de la 164 e réunion régulière du Conseil d administration (CAO-16514) Les 15, 16 et

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie

Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Analyses de rentabilité : les meilleurs ratios coûts-bénéfices de l industrie Faciliter, innover et accélérer les initiatives au sein de la chaîne d approvisionnement Des idées Des connaissances Logi-D

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union.

Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union. AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union.org CONSEIL DE PAIX ET DE SÉCURITÉ

Plus en détail

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) Le Bureau du Procureur The Office of the Prosecutor QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION

Plus en détail