Pétrole: grande nouvelle de 2014 : quid de 2015?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pétrole: grande nouvelle de 2014 : quid de 2015?"

Transcription

1 Pétrole: grande nouvelle de 2014 : quid de 2015? Alerte 6 janvier 2015 Les Cahiers Verts de l Économie 9, rue d Artois Paris Tél : E- mail : Jean-Pierre PETIT, Président des Cahiers Verts Raphael CESARI, Economiste/Stratégiste Xavier CHAPARD, Economiste/Stratégiste Avec la contribution de l équipe des Cahiers Verts 1 1

2 Points clés Il ne s agit pas du 1 er contre-choc pétrolier intense depuis 30 ans; il s agit même du 11 ème. Les baisses du prix du baril n ont pas, dans le passé, constitué un bon signal d une future récession américaine ou mondiale. Les causes majeures de la baisse du S (-50%) ont été constituées par la hausse de l offre (presque un quart de l explication), puis la baisse de la demande (moins de 20% de l explication), sachant que le dollar fort et la hausse des taux réels expliquent environ 40% de la baisse du prix du pétrole en dollars. Il ne nous semble pas envisageable que le prix du baril remonte fortement en Nous pensons que le prix du pétrole devrait rester «bas» en 2015 (60-70 $ le baril à partir d un point plus bas en début d année). La baisse du prix du baril est globalement favorable pour l économie mondiale. L effet est moins favorable que par le passé pour les Etats-Unis après le boom du pétrole de schiste, mais il reste largement positif. L effet sur l inflation n est baissier qu à court terme et dépend, au-delà, de l ancrage des anticipations, ce qui renforce la pression sur la BCE et la BoJ, compte tenu des pressions déflationnistes et des taux d intérêt directeurs à zéro. Les pays exportateurs nets de pétrole sont évidemment perdants, en particulier ceux qui ont le plus profité de leur rente pétrolière ces dernières années. Les pays les plus à risque de ce point de vue sont le Nigeria et le Venezuela, puis la Russie (voir à ce propos la chronique hebdo du 5 janvier; «Russie; risque majeur de 2015?»). 2

3 Il ne s agit pas du 1 er contre-choc pétrolier intense Cas antérieurs de chute du prix du baril de 30% ou plus depuis 30 ans Pic WTI Baisse Raison de la chute du prix du baril nov-85 mars-86-67% Augmentation de la production d Arabie Saoudite juil-87 oct-88-44% oct-90 fev-91-56% Récession américaine Désaccord de l'irak et des Émirats Arabes Unis concernant les quotas de l'opep juin-92 dec-93-39% L'OPEP maintient un objectif de production élevé. dec-96 dec-98-60% sept-00 nov-01-53% Récession américaine Baisse de la demande couplée à une augmentation de la production de l'opep aout-06 janv-07-34% Préoccupations concernant les stocks croissants de l'ocde juil-08 dec-08-77% Récession mondiale et dollar fort mai-11 oct-11-34% Crise de la zone euro et dollar fort fev-12 juin-12-30% Crise de la zone euro et dollar fort En cerclé: les contre-chocs plutôt favorisés par des facteurs d offre Source: Datastream, Les Cahiers Verts Depuis 30 ans, ce n est pas le premier contre-choc pétrolier de plus de 30% et nombre d entre eux ont été même plus intenses (voir tableau ci-dessus). Le contexte ayant favorisé de telles chutes a été avant tout celui d une chute de la demande (récession américaine et/ou mondiale). Mais on a aussi connu des contre-chocs pétroliers plutôt (mais non exclusivement) favorisés par des évolutions de l offre, notamment en Le dollar haussier et la hausse des taux réels (augmentation du coût de stockage et réduction de l attrait du pétrole comme classe d investissement) ont parfois également joué un rôle. 3

4 Les baisses du prix du baril: un bon indicateur avancé du cycle économique? En grisé: les récessions américaines Les baisses du prix du baril n ont pas constitué dans le passé un bon signal d une future récession américaine ou mondiale. Les baisses de prix du pétrole n indiquent pas nécessairement un signal pertinent et rigoureux de glissade de l économie mondiale et ce d autant que ce marché a souvent tendance à «exagérer» ; -34% entre août 2006 et janvier 2007 sur des craintes de ralentissement mondial (qui viendra plus tard) ; -34% entre mai et octobre 2011 sur des craintes de récession mondiale (crise de la zone euro et de la dette fédérale américaine); -30% entre février et juin 2012 sur la crise de la zone euro,... L inverse est en revanche vrai. Depuis 1973, toutes les récessions américaines ont été précédées d une hausse du prix du baril (récession de 73-75, récessions de 1980 et , récession de 90-91, récession de 2001 et récession de ). La baisse du prix du baril qui a suivi la récession a évidemment à chaque fois favorisé la reprise ultérieure. 4

5 janv.-13 avr.-13 juil.-13 oct.-13 janv.-14 avr.-14 juil.-14 oct.-14 janv.-15 avr.-15 juil.-15 oct.-15 Le prix du pétrole semble se stabiliser après avoir chuté de moitié en 2014 et les anticipations ont été revues en forte baisse à moyen terme 120 Prix du pétrole anticipé en $/baril Pour le Brent, selon l EIA à différentes dates réalisé janv-14 juin-14 déc Le marché a également revu fortement en baisse ses Le prix du pétrole (Brent) a chuté de plus de 50% depuis juin. Source: STEO, EIA, Les Cahiers Verts anticipations à moyen terme. Ainsi, les futurs pricent un pétrole à 65$ le baril dans 1 an et seulement 75$ à horizon 3-5 ans. Les anticipations du marché à moyen terme étaient stables depuis 3 ans autour de 90/95$. Le consensus a été surpris à la fois par la vitesse de la baisse du prix et par son ampleur. Ainsi, l EIA prévoit désormais une stabilisation du prix du pétrole autour 70$ par baril en 2015 contre une prévision à plus de 100$ il y a 6 mois. Nous pensons également que le prix du pétrole devrait rester bas en 2015 (60-70 $ le baril à partir d un point plus bas en début d année puis d une remontée en fonction de la hausse de la demande en volume), vu le positionnement dans le cycle spécifique des matières premières (1), même si ce dernier pourrait être moins long que par le passé. (1) Voir notre éditorial du 7 juin 2013; «Vers la fin du super-cycle des matières premières» 5

6 Plusieurs facteurs expliquent cette baisse violente : production actuelle et anticipée, croissance de la demande et conditions monétaires Estimation de la contribution de différents facteurs à la baisse du prix du pétrole entre juin et décembre Variation de la variable Sensibilité des prix Impact sur le prix Hausse de la production hors OPEP +0.3% % Retour inattendu de la production dans OPEP Baisse de la consommation - effet croissance Baisse de la consommation - effet intensité en pétrole +0.6% % -0.4% % -0.2% % Hausse des taux réels à 2 ans +160 pb -5% -8% Hausse du dollar +12% -1-12% Inexpliqué -7.5% Source: STEO, EIA, Datastream, Les Cahiers Verts Contribution de différents facteurs à la baisse du prix du pétrole entre juin et décembre hausse du dollar inexpliqué hausse des taux réels à 2 ans hausse de la production retour inattendu de la production dans l'opep baisse de la consommation - effet croissance baisse de la consommation - effet intensité en pétrole Source: STEO, EIA, Datastream, Les Cahiers Verts Tous les facteurs réels (offre/demande), actuels comme anticipés, et monétaires ont joué négativement depuis 6 mois. Ainsi, selon nos estimations: - la hausse de l offre explique 11% de baisse du prix du pétrole (presque 1/4 de la baisse réalisée). Elle vient fondamentalement de la hausse plus marquée de la production américaine mais aussi, à court terme, du retour des productions Libyennes et Irakiennes qui avaient baissé depuis 1 an. - La baisse de la demande de pétrole explique 8,5% de LA baisse du prix du pétrole (soit moins de 20% de la baisse réalisée depuis 6 mois). Elle vient de la croissance décevante de l activité mondiale hors USA, mais également de l intensité en pétrole plus faible de la croissance. - l effet monétaire est loin d être négligeable, puisque l appréciation du dollar et la hausse des taux réels américains expliquent environ 40% de la baisse des prix (environ un quart pour le dollar et 15% pour les taux réels). En effet, l impact du dollar est direct sur les prix cotés (en dollar) et la hausse des taux augmente le coût de stockage et réduit l attrait du pétrole comme classe d investissement. 6

7 Où peut aller le prix du baril en 2015? - L'expérience montre qu'après des contre-chocs violents de ce type non provoqués par des chocs de demande (c-a-d une récession), la remontée du prix du baril est très modérée et dure quelques années. N'oublions pas non plus que les super-cycles haussiers et baissiers des prix des matières premières et en particulier du pétrole sont très longs. La littérature académique (voir notre éditorial du 7 juin 2013; «Vers la fin du super-cycle des matières premières?») a enregistré pour le pétrole plusieurs cycles baissiers depuis 150 ans: baisse des prix réels de 65,2 % entre 1920 et 1947: baisse de 23,1 % entre 1958 et 1973; baisse de 69,9 % entre 1980 et L actuel super-cycle baissier n a démarré qu à l été 2008, pour une baisse réelle d environ 50%. - La demande mondiale de pétrole ne va pas progresser fortement au cours des prochaines années. La croissance mondiale, de même que la croissance manufacturière mondiale, risque de demeurer à des niveaux proches des 3 dernières années, seulement légèrement au dessus de 3% (en PPA). De plus, l intensité énergétique, et surtout pétrolière, de la croissance baisse dans l ensemble des zones géographiques. Enfin, la croissance chinoise, particulièrement intense en matières premières, sera moins élevée. -Il faut tenir compte également de la volonté de moyen terme de l'arabie Saoudite qui semble être de maintenir ses parts de marché et de faire reculer le pétrole non conventionnel, en particulier aux États-Unis. - Quant à la capacité de production de pétrole, qui dépend avec un long délai des dépenses d'investissement en exploration et forage, il faut s'attendre à une première décélération de la hausse en 2015, mais elle ne sera pas suffisante en soi pour provoquer une brusque remontée des prix. - Mais il est vrai que le cycle du pétrole de schiste (qui a expliqué une part substantielle de l augmentation de la production mondiale du pétrole depuis 2005) est spécifique par rapport au pétrole conventionnel; le seuil de rentabilité et même le coût opérationnel des puits sont plus élevés. Surtout, les investissements par champ pétrolier sont moins importants et le pic de production est atteint bien plus rapidement, d où une offre plus élastique au prix à moyen terme. D autre part, le niveau des réserves prouvées est beaucoup plus faible. D où une moindre capacité à supporter des prix bas aussi longtemps (par rapport aux réserves de l OPEP). - Parallèlement, la baisse du prix du pétrole soutiendra une reprise graduelle de la demande. - Mais en tout état de cause il ne nous semble pas envisageable que le prix du baril remonte fortement en Nous pensons que le prix du pétrole devrait rester bas en 2015 (60-70 $ le baril à partir d un point plus bas en début d année puis d une remontée en fonction de la hausse de la demande en volume). 7

8 Fondamentalement, nous sommes dans la partie baissière du super-cycle des matières premières, avec une baisse de la demande Intensité énergétique du PIB en barils d équivalent pétrole pour 1000$ 2005 Répartition de la consommation d énergie mondiale en % de la consommation totale 4 3 pays émergents ex Chine et Europe de l'est USA Zone Euro Japon Chine % 50% 40% pétrole gaz charbon énergies nucléaire et renouvelables % % 10% 0-4 0% Source: EIA, FMI, Les Cahiers Verts Source: BP, Les Cahiers Verts La demande en énergie va progresser moins rapidement Outre la baisse de l intensité énergétique, la demande que dans les années de pétrole EST moins dynamique en raison du transfert Cela vient en partie de la croissance potentielle de demande vers les autres énergies. mondiale moins élevée. En effet, le FMI prévoit une croissance de 4% (en PPA) à horizon 5 ans contre plus Le pétrole, se situant à plus de 100$ depuis 4 ans après de 5% au milieu des années Cela nous semble sa forte hausse durant les années 2000, a poussé les d ailleurs bien optimiste; 3 à 3,5% serait plus consommateurs à mieux utiliser l énergie et à s orienter raisonnable. vers des énergies moins chères (charbon, gaz, ). Cela a été renforcé par le développement des énergies Cela vient également du mix de croissance moins intense renouvelables. en énergie, principalement avec le ralentissement de la croissance chinoise et américaine. Enfin, cela vient de la baisse de l intensité énergétique Comme lors des super-cycles pétroliers précédents, la dans chaque zone géographique, ce qui est classique après demande s ajuste avec retard, ce qui devrait limiter la une période de prix élevés. croissance de la demande dans les prochaines années. 8

9 et une hausse de l offre, qui s ajuste avec retard à la forte hausse des prix durant les années 2000 Monde: Réserves de pétrole prouvées en années de consommation en Mds de barils Source: BP, Les Cahiers Verts L offre s ajuste également avec retard à la variation des prix. C est ce qu a montré dans les années 2000 l exemple du gaz aux Etats-Unis. La hausse du prix au début des années 2000 a conduit à une forte augmentation de l investissement (découvertes, forages, ) et, à partir de 2008, à une forte augmentation de la production. Comme cela avait été le cas dès le début des années 80 (après la forte hausse des prix dans les années 70), La hausse des investissements a conduit à une augmentation des réserves de pétrole prouvées (pétrole de schiste, gisement en haute mer, ). Les réserves exploitables de pétrole sont à un plus haut historique en niveau comme en années de consommation (plus de 50 ans). L effondrement du prix du gaz à partir de 2009 a fortement réduit l effort d investissement mais la La hausse des investissements passés va donc production a continué de progresser, en raison des favoriser la croissance de l offre de pétrole au investissements passés. moment où la demande est moins dynamique. 9

10 Les coûts opérationnels faibles, même avec le pétrole de schiste, favorisent une poursuite de la production et un maintien des prix en 2015 Baril de Brent: prix actuel, seuil de rentabilité des projets de pétrole de schiste et coût opérationnel des projets existants coût opérationnel seuil de rentabilité prix actuel Source: IEA, IHS, Datastream, Les Cahiers Verts Le prix actuel de 60 dollars par baril (Brent) Le forte baisse du prix du pétrole commence à est à peu près en ligne avec le seuil moyen de impacter l activité de forage aux Etats-Unis, rentabilité des projets d extraction de pétrole de schiste, qui est généralement estimé entre 50 et 70 comme le montre la légère baisse des foreuses dollars par baril. Notons que ce coût baisse en fonctionnement fin rapidement ces dernières années (plus de 20$/baril depuis 2012) grâce aux avancées Toutefois, compte tenu des investissements déjà en technologiques. cours et du décalage entre investissement et De plus, le coût de production opérationnel des puits production, la production aux Etats-Unis va déjà en activité est de l ordre de 30 à 40 continuer de progresser dans les prochains mois dollars. C est pour cela que les prix devraient se (même si l investissement reculera en 2015). maintenir à un bas niveau en

11 réserves prouvées (en années de prod) Les spécificités du pétrole de schiste pourraient toutefois raccourcir la durée et l intensité du super-cycle pétrolier Monde: Pays contributeurs à la hausse de la production de pétrole entre 2005 et 2013 et réserves (en Mds de barils/jour) Canada Courbe de production typique des puits pétroliers au cours du temps (maximum de production = 100) OPEC 60 puit de pétrole de schiste puit convientionnel Kazakhstan Brazil Azerbaijan China Colombia Russia US hausse de la production de 2005 et 2013 (M bll/j) années depuis le forage Source: AIE, Les Cahiers Verts Source: BP, Les Cahiers Verts Le pétrole de schiste américain représente presque 80% de la hausse de la production mondiale depuis 2005 (3,1 sur 4 millions). L exploitation du pétrole de schiste a des spécificités qui change le marché du pétrole, en rendant l offre plus élastique au prix: - Il est plus cher à produire (de l ordre de 60 $/baril contre 10-20$ pour l OPEP), limitant la Or les réserves prouvées pour le pétrole de schiste américain sont actuellement limitées (moins de 10 années de production actuelle contre 90 ans pour les pays de l OPEP). Dès lors, il est peu probable que les prix restent très bas aussi longtemps que lors du cycle baissier précédent (à moins de 40$ entre 1986 et 2003 hors 1 ère guerre du golfe). baisse de prix soutenable. - L offre s adapte plus rapidement car chaque puit est moins coûteux et plus rapide à forer, mais il produit moins de pétrole et surtout bien moins longtemps. Au total, les USA concurrencent désormais l OPEP en terme de producteur marginal de pétrole, d où des prix moins volatils à horizon 2-3 ans, mais des cycles plus courts. 11

12 Quid des implications macro? - La baisse du prix du baril est globalement favorable pour l économie mondiale. - Cela devrait favoriser l activité américaine (1) en volume (gains de pouvoir d achat des consommateurs, baisse des charges des industries consommatrices d énergie) au profit, in fine, de l emploi. Les Etats-Unis restent en effet importateurs nets d énergie. Ces gains seront toutefois légèrement amputés par le resserrement des conditions financières (hausse des taux réels et hausse du dollar), de moindres exportations vers les pays exportateurs nets de pétrole (surtout vers le Mexique et le Canada, presque 3,5% du PIB américain) et par un moindre effort d investissement et d embauches dans l industrie pétrolière locale (voir infra), avec un impact négatif sur la croissance de 0,2 à 0,3 point. - Au total, l impact de la baisse actuelle du pétrole reste très favorable pour la croissance américaine, de l ordre de 0,6 à 0,7 point à un an contre 1 point auparavant, soit un impact un peu inférieur à celui en faveur de la zone euro. Mais il ne faut pas par ailleurs négliger l impact négatif de la hausse du dollar sur l économie américaine : une hausse du taux de change effectif réel du dollar de 10% (près de 15% depuis juin) entraîne une baisse de l activité de 0,5% pendant 2 ans (modèles Fed ou OCDE). - La zone euro bénéficiera du regain d activité et ne souffrira pas, à l instar des Etats-Unis, du ralentissement de l investissement en énergie (dans la mesure où il est quasi-nul), du resserrement des conditions financières (dans la mesure où l euro et les taux longs nominaux baissent sensiblement grâce à la BCE plus accommodante) et du ralentissement du Canada/Mexique (la zone euro est un peu plus exposée sur la Russie, 1% de son PIB vs 0,2% aux USA, mais cela ne compense pas totalement le poids du Canada-Mexique pour les USA). -Cela étant, il demeure une incertitude spécifique sur la bonne transmission de ce contre-choc en zone euro; défiance structurelle des agents, problèmes de gouvernance en zone euro, exposition au risque géopolitique (Russie). Néanmoins, nous pensons que la zone euro devrait plus bénéficier du contre-choc que les USA (impact de l ordre de 1 point sur la croissance du PIB). (1) Il ne faut pas cependant par ailleurs négliger l impact négatif de la hausse du dollar sur l économie américaine : une hausse du taux de change effectif réel du dollar de 10% (près de 15% depuis juin) favorise une baisse de l activité de 0,5% pendant 2 ans (modèles Fed ou OCDE). 12

13 Monde USA ZE Japon Chine Autres émergents Taiwan Thailand South Korea South Africa Asie EM hors Chine India Chile Japan Turkey New Zealand Israel Europe EM* Euro area China Peru Sweden US Australia Switzerland Brazil L impact économique de la baisse du prix du pétrole est globalement positif pour le monde, surtout pour l Europe et l Asie Impact de la baisse du prix du pétrole sur la croissance à 1 an pour une baisse de 20$/bll, en % Solde pétrolier en 2007 et 2013 production consommation en dollars courants, en % du PIB % -3% -5% -7% -9% Source: Les Cahiers Verts, modèle du FMI estimé sur les années : il faut nuancer cette estimation pour les USA car, sur les 2 dernières décennies, le taux de dépendance énergétique était beaucoup plus élevé qu aujourd hui aux Etats-Unis. * Hors pays de l ex-urss Source: BP, FMI, Les Cahiers Verts La baisse du prix du pétrole est sans ambiguïté positive pour la croissance mondiale car elle transfère du pouvoir d achat des pays «rentiers» du pétrole (qui achètent des obligations sans risque) vers des pays qui ont une plus grande propension à consommer et innover. Le FMI estime qu une baisse de 20$/bll du pétrole augmente la croissance mondiale en volume de 0,5 point. Si le pétrole se stabilise à 70$ dans les prochains mois contre 110$ depuis plus de 3 ans, cela suggère une hausse de 1 point de la croissance mondiale. Les Principaux bénéficiaires de la baisse du prix du pétrole sont évidemment les pays fortement importateurs nets de pétrole. Cela constitue une amélioration marquée de leurs termes de l échange et soutient leur demande. Cela est donc très favorable à l Asie, en particulier à l Inde, à la Corée et au Japon. Cela est également très favorable à l Europe, en particulier pour la zone euro et la plupart des pays d Europe centrale (dont la Turquie). 13

14 juil.-14 janv.-15 juil.-15 janv.-16 juil.-16 janv.-17 juil.-17 L effet est moins favorable que par le passé pour les Etats-Unis après le boom du pétrole de schiste mais il reste largement positif 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% Part de l exploration et forage miniers dans l investissement dans l'investissement en structure dans l'investissement en équipement et structure dans l'investissement privé Impact de la baisse du prix du pétrole sur la croissance à 1 an pour une baisse de 20$/bll, en % consommation PIB investissement des entreprises 0% Source: Fed d Atlanta, Les Cahiers Verts Source: Datastream, Les Cahiers Verts Les modèles classiques, estimés sur les années 90 et 2000, suggèrent qu une baisse de 20$ du prix du baril soutient rapidement la croissance américaine de 0,5 point. Mais la hausse du pouvoir d achat réel est en partie compensée par l impact négatif sur l activité minière, dont le poids a fortement augmenté ces dernières années. La chute du prix du pétrole n impacte pas directement la production mais devrait réduire fortement l investissement en forage, ce qui pèse sur la croissance américaine à court terme. Mais l investissement en exploration et forage représente moins de 1% du PIB (et moins de 0,5% du l emploi), contre 9% du PIB pour les Dépenses d énergie. En effet, l exploration et le forage représentent depuis 2011, 1/3 de l investissement en structures et 6% de l investissement privé, soit plus de 4 fois supérieur aux années 90. Le déficit pétrolier est passé de 2,5% du PIB en 2005 à moins de 1% du PIB. Au total, l impact de la baisse actuelle du pétrole reste très favorable pour la croissance américaine, de l ordre de 0,6 à 0,7 point à un an contre 1 point auparavant, soit un Impact un peu inférieur à celui en faveur de la zone euro. 14

15 L effet sur l inflation n est baissier qu à court terme et dépend, au-delà, de l ancrage des anticipations, ce qui renforce la pression sur la BCE et la BoJ Monde: inflation, inflation sous-jacente et énergétique Soutien éco et baisse les anticipation 20% 15% 10% 5% 0% -5% -10% -15% glissement annuel, à prix du pétrole constant en 2015 total sous-jacente énergie effets de base Source: Datastream, Les Cahiers Verts L énergie représente 10% du panier de consommation des ménages et près de la moitié des variations de l inflation. Une baisse du prix du pétrole de 40% fait baisser de 7,5% l inflation énergétique, et donc de 75 pb l inflation totale sur un an, ce qui est plus marqué dans les pays développés (moins de subventions, ). Comme les salaires et l inflation sous-jacente sont peu affectés à court terme, cela entraîne une hausse du pouvoir d achat réel et donc soutient la croissance. A contrario, la baisse de l inflation réalisée conduit à une baisse des anticipations d inflation, même à long terme, ce qui favorise une hausse des taux réels qui pèsera à son tour sur l activité et les prix. Au total, la politique monétaire américaine ne devrait pas réagir à la baisse du pétrole, sauf si les anticipations d inflation étaient mal ancrées. Dès lors, la Fed ne devrait pas modifier trop fortement sa stratégie de hausse des taux alors que les banques centrales des émergents devraient être plus souples. Au delà, une économie plus dynamique favorise une hausse des pressions fondamentales sur les prix (salaires, services, ). Pour la Zone Euro et le Japon, la contrainte des taux à zéro et les craintes de déflation devraient pousser à plus de politiques non conventionnelles (QE, ). 15

16 Kuwait Saudi Arabia Azerbaijan Qatar Moyen Orient Venezuela United Arab Emirates Kazakhstan Algeria Iran Russia Norway Ecuador Trinidad & Tobago Turkmenistan Afrique Colombia Canada Mexico Latam balance extérieure Les pays exportateurs nets de pétrole sont évidemment perdants, en particulier ceux qui ont le plus profité de leur rente pétrolière ces dernières années 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Solde pétrolier en 2007 et 2013 production consommation en dollars courants, en % du PIB Source: BP, FMI, Les Cahiers Verts Les pays producteurs et exportateurs nets souffrent de la baisse du prix du pétrole, puisque cela dégrade leur terme de l échange et donc leur pouvoir d achat international. C est principalement le cas des pays du moyen orient, de certains pays d'amérique latine (Venezuela, Colombie) et d'afrique. Toutefois, L impact dépend de l utilisation faite de la rente pétrolière ces dernières années (mise en réserves pour lisser la consommation future ou consommation de la rente aux fins de dépenses courantes) Prix du pétrole nécessaire pour équilibrer la balance budgétaire et extérieure (en dollars par baril) Kazakhstan Oman Libye Irak Algérie Russie Nigéria Venezuela 70 Azerbaijan EAU Bahrain Qatar Arabie S. 50 Koweit niveau Iran actuel niveau moyen solde budgétaire Source: FMI, Les Cahiers Verts Après 3 années de pétrole à 110$, certains pays producteurs ont augmenté leurs dépenses sociales et leur demande intérieure de telle sorte que le prix du pétrole nécessaire pour équilibrer leur compte courant et leur budget public a fortement augmenté. Ainsi ce prix nécessaire a augmenté de 40$ entre 2008 et 2014 en Arabie Saoudite et en Russie. Les pays les plus à risque de ce point de vue sont le Nigeria et le Venezuela, puis la Russie, le Kazakhstan et l Iran (voir à ce propos la chronique hebdo du 5 janvier; «Russie; risque majeur pour 2015?»). 16

17 Conclusion et Questions 17 Copyright tous droits réservés. Ce document est strictement confidentiel et établi à l attention exclusive de ses destinataires. Il ne saurait être transmis à quiconque sans l accord préalable écrit de SOCOFI. 17

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015

REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015 REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015 ALI AL-NAIMI (MINISTRE SAOUDIEN DU PÉTROLE) EN 2015 : «NO ONE CAN SET THE PRICE OF OIL IT S UP TO ALLAH» 100 90 80 70 60 50 40 30 20 novembre

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. L effet total de la baisse du prix du pétrole sur les Etats-Unis pourrait-il être négatif? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. L effet total de la baisse du prix du pétrole sur les Etats-Unis pourrait-il être négatif? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 18 décembre 1 N 119 L effet total de la baisse du prix du pétrole sur les Etats-Unis pourrait-il être négatif? La baisse du prix du pétrole, quand on prend en compte la taille

Plus en détail

LA CHUTE DES COURS DU PETROLE LA VISION DES FINANCIERS. CONFERENCE AFTP - AEE 4 mars 2015

LA CHUTE DES COURS DU PETROLE LA VISION DES FINANCIERS. CONFERENCE AFTP - AEE 4 mars 2015 LA CHUTE DES COURS DU PETROLE LA VISION DES FINANCIERS CONFERENCE AFTP - AEE 4 mars 2015 Frédéric LASSERRE Président & Co-fondateur frederic.lasserre@belaco-capital.com 1 AVERTISSEMENT Belaco Capital est

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 Résumé : On observe depuis le début de l année un assouplissement de la politique monétaire dans les principales économies émergentes. Cette tendance

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Où s en vont les prix du pétrole à partir de maintenant? Trois grandes tendances possibles dans un environnement complexe

Où s en vont les prix du pétrole à partir de maintenant? Trois grandes tendances possibles dans un environnement complexe 1 février 15 Où s en vont les prix du pétrole à partir de maintenant? Trois grandes tendances possibles dans un environnement complexe La baisse des cours du pétrole observée depuis le milieu de l été

Plus en détail

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UN REPLI SENSIBLE DU PRIX DU BARIL DEPUIS QUELQUES MOIS Le cours du baril de Brent a chuté à partir de l été

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

IMPACTS DE LA CHUTE DU PRIX DU PÉTROLE SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE ET SUR LES BUDGETS DES GOUVERNEMENTS

IMPACTS DE LA CHUTE DU PRIX DU PÉTROLE SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE ET SUR LES BUDGETS DES GOUVERNEMENTS IMPACTS DE LA CHUTE DU PRIX DU PÉTROLE SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE ET SUR LES BUDGETS DES GOUVERNEMENTS PRÉSENTÉ À : L INSTITUT CANADIEN DE LA RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX PAR : BENOIT BRILLON, CFA

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N 79 Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole Nous pensons que le scénario le plus probable pour le prix du pétrole est : - une

Plus en détail

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale 19 novembre 2015 La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale Faits saillants Aux États Unis, la croissance du PIB réel a été de 1,5 %

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Le prix du pétrole dans 10 ans : 380 dollars/baril

Le prix du pétrole dans 10 ans : 380 dollars/baril avril N - Le prix du pétrole dans ans : dollars/baril Les observateurs et les institutions internationales font des hypothèses très conservatrices en ce qui concerne le prix du pétrole dans les dix prochaines

Plus en détail

Géopolitique de l énergie en 2014

Géopolitique de l énergie en 2014 2014 - IFP Energies nouvelles Énergies renouvelables Production éco-responsable Transports innovants Procédés éco-efficients Ressources durables Géopolitique de l énergie en 2014 Jean-Pierre Favennec Professeur

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION MOIS DE SEPTEMBRE 2015 31/10/2015.

RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION MOIS DE SEPTEMBRE 2015 31/10/2015. RAPPORT D ACTIVITE DE LA CAISSE DE COMPENSATION 31/10/2015 MOIS DE SEPTEMBRE 2015 Page 1 CONTEXTE INTERNATIONAL Entre 1859 et 1968, l exploitation de pétrole a connu de nombreux booms et effondrements,

Plus en détail

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale ŒKONOMIA Analyse du 8 septembre 2015 Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale Depuis le début de l année, on parle beaucoup de l exceptionnel alignement des planètes

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges (Filière pétrole) - résultats de l observation des prix et marges du mois de janvier 2015 1 -

Observatoire des prix et des marges (Filière pétrole) - résultats de l observation des prix et marges du mois de janvier 2015 1 - Bureau de la veille économique et des prix (1B) Bureau de l énergie, de l environnement et des matières premières (6A) Observatoire des prix et des marges (Filière pétrole) - résultats de l observation

Plus en détail

BASE DE DONNÉES MONDE

BASE DE DONNÉES MONDE BASE DE DONNÉES MONDE 2013 SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière NOTRE SCENARIO Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2015 Philippe Brossard David Hennequin Synthèse Les dividendes de la baisse

Plus en détail

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C

49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C 49 BIS AVENUE FRANKLIN ROOSEVELT 75008 PARIS TÉL : 01 55 34 97 00 FAX : 01 55 34 97 01 S.A. AU CAPITAL DE 2 026 213..68-384 115 887 PARIS 671C -SOCIÉTÉ DE GESTION DE PORTEFEUILLE AGRÉMENT N GP95012 TVA

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

Automobile : le coup de frein?

Automobile : le coup de frein? Automobile : le coup de frein? Wilfried Verstraete, Président du Directoire d Euler Hermes Ludovic Subran, Chef Economiste et Directeur de la Recherche Yann Lacroix, Responsable Etudes sectorielles Conférence

Plus en détail

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession FICHE PAYS PECO : LE DANGER RUSSE Marion Cochard Département analyse et prévision Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession pour certains pays de la zone, la croissance a repris progressivement

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*)

Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*) Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*) Les Journées de l Economie Lyon, 12-13 novembre 2009 «Comment sortir du dopage monétaire et budgétaire?» (*) les vues exprimées

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

COMMENTAIRE LES PRIX DU PÉTROLE REMONTENT, MAIS LES SURPLUS DEMEURENT. Services économiques TD

COMMENTAIRE LES PRIX DU PÉTROLE REMONTENT, MAIS LES SURPLUS DEMEURENT. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD LES PRIX DU PÉTROLE REMONTENT, MAIS LES SURPLUS DEMEURENT Faits saillants À sa réunion semestrielle, l OPEP a décidé de maintenir ses quotas de production, laissant

Plus en détail

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Analyse thématique Belfius Research Février 2016 Introduction Les taux sont à un niveau historiquement bas. Pour un crédit à 10 ans, l

Plus en détail

L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites

L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites novembre 1 L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites L époque où l économie chinoise progressait de plus de 1 % par année semble bel et bien révolue.

Plus en détail

Cartes de répartition des réserves, production et consommation (énergies primaires, charbon, pétrole, gaz, CO2)

Cartes de répartition des réserves, production et consommation (énergies primaires, charbon, pétrole, gaz, CO2) Cartes de répartition des réserves, production et consommation (énergies primaires, charbon, pétrole, gaz, CO2) Accès aux cartes et graphiques Version Juillet 2015 1 ENERGIES PRIMAIRES CHARBON PETROLE

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous»

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous» Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Résumé E n déclarant 2012 «Année internationale de l énergie durable pour tous», l Assemblée

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. La croissance de la zone euro est-elle menacée par une crise financière? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. La croissance de la zone euro est-elle menacée par une crise financière? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 8 janvier 216 N 3 La croissance de la zone euro est-elle menacée par une crise financière? On peut considérer qu il y a aujourd hui à nouveau une forme de crise financière

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 28 octobre 2012 Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive Les statistiques de la semaine passée devraient avoir levé les derniers

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 51, 18 déc. 15) Hemve 31

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 51, 18 déc. 15) Hemve 31 Le CAC vu de Nouillorque (Sem 51, 18 déc. 15) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La FED relève enfin ses taux, Le rallye de fin d année, sur fond de récession

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le jeudi 16 avril 2015 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES 2015-2016 LA REPRISE QUI S ANNONCE La croissance est là en 2015 et 2016. Tous les freins qui pesaient sur elle se sont levés.

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

qui correspond au niveau le plus bas des 20 A partir des niveaux de prix actuel, le déséquilibre

qui correspond au niveau le plus bas des 20 A partir des niveaux de prix actuel, le déséquilibre LA DÉCHÉANCE DE L OR NOIR Comment en sommes-nous arrivés là? Les plus hauts du prix du pétrole atteints en 2011, 2012, 2013 et 2014 se situaient chaque fois aux alentours de 110 USD / baril. Depuis lors,

Plus en détail

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Jean-Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO 1. Principes macroéconomiques

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde?

MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde? MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde? La réunion de tous les dangers La réunion de l OPEP du 27 novembre dernier qui s est tenue à Vienne a été évènement majeur. Dans son communiqué final, l OPEP reconnait

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l évolution

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

Des Oiseaux dans la tourmente Episode 19 Les créanciers (1) / les cigales et les fourmis

Des Oiseaux dans la tourmente Episode 19 Les créanciers (1) / les cigales et les fourmis Des Oiseaux dans la tourmente Episode 19 Les créanciers (1) / les cigales et les fourmis Les cigales et les fourmis Regardons la position par pays, la différence entre les avoirs et les dettes. Les principaux

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

Le point sur le pétrole

Le point sur le pétrole Clément Gignac V-P Principal et économiste en chef Le point sur le pétrole 10 février 2015 1 Mise en garde Les opinions exprimées dans cette présentation reposent sur les conditions de marché actuelles

Plus en détail

CLUB DE NICE Energie et Géopolitique

CLUB DE NICE Energie et Géopolitique Centre de Recherche en Economie et Droit de l Energie Le gaz naturel en Europe: un atout fragilisé par le charbon et les tensions politiques Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur Emérite à l

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 34, 24 aout 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La FED sème le doute Fin de l apesanteur euphorique Le pétrole mène la danse

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Implication de la chute des prix du pétrole pour le Mexique

Implication de la chute des prix du pétrole pour le Mexique Implication de la chute des prix du pétrole pour le Mexique Suite à la décision de l OPEP le 7/11/01 de ne pas diminuer le quota de production de pétrole des pays de l organisation (maintenu à 30 millions

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3 BulletinMensuel Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais n M a i h t t p : / / w w w. a f t. g o u v. f r B l o o m b e r g T R E

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL La Ministre Conseillère pour les Affaires Economiques Berlin, le 31 octobre 2014 Dossier suivi par Lucie Petit Relu par Nicolas Studer NOTE

Plus en détail

Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché?

Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché? avril 7 - N Le marché des actions de la zone euro est-il vraiment bon marché? Si on regarde le PER actions dans la zone euro, ou la prime de risque actions, on conclut sans hésiter que les actions de la

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE Conférence de presse du 22 juillet 2010 SUR LA SITUATION ECONOMIQUE En vue de faire le point sur la conjoncture de l année 2010 et les tendances de 2011. Avant-propos Comme chacun sait, après plusieurs

Plus en détail

Panorama macroéconomique. allocation des actifs

Panorama macroéconomique. allocation des actifs Panorama macroéconomique mondial et allocation des actifs Par Andreas Koester, Head of Asset Allocation & Currency, Global Investment Solutions (GIS) En tant qu investisseurs multi-actifs, nous consacrons

Plus en détail

Projections économiques pour la Belgique

Projections économiques pour la Belgique Projections économiques pour la Belgique Décembre 215 Banque nationale de Belgique Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et non commerciales

Plus en détail

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode 26 Novembre 2015 Agenda 1 3 faits marquants du paysage économique mondial pour l industrie 2 L activité

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

1 La prospérité économique et le défi de la productivité

1 La prospérité économique et le défi de la productivité ISSN 178-918 Volume 1, numéro 6 27 février 2 Productivité du travail au Une faible croissance qui nuit à la prospérité des Québécois Sommaire 1. La prospérité économique future du dépendra en grande partie

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique (Fond Commun de placement) Rapport semestriel (27 juin 2014-29 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée pendant laquelle les Etats-Unis

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

F1 Segment Voitures de Sport

F1 Segment Voitures de Sport Analyse de 2008 à 2013 Tendances du Marché Mondial F1 Segment Voitures de Sport Index - F1 segment Voitures de Sport Constructeurs et modèles pris en considération 8c Competizione GT DB9 Virage Gallardo

Plus en détail

2009 : crise ou reprise?

2009 : crise ou reprise? Conférence de presse 2009 : crise ou reprise? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Bernier-Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.bernier-resch@empruntis.com Les prix aujourd hui Les taux

Plus en détail

Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr

Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr Stratégie & Recherche économique N 50 14 au 18 décembre 2015 I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr > L essentiel de la semaine Etats-Unis : Première hausse de fed funds depuis 2006. Léger rebond

Plus en détail

Les investissements en exploration-production et raffinage - 2012

Les investissements en exploration-production et raffinage - 2012 Réserves prolongées Raffinage propre Véhicules économes Carburants diversifiés CO maîtrisé Les investissements en exploration-production et raffinage - G US$ Investissements en exploration-production 65

Plus en détail