Programme détaillé des conférences de Marseille Projet au 30 janvier 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme détaillé des conférences de Marseille Projet au 30 janvier 2015"

Transcription

1 Programme détaillé des conférences de Marseille Projet au 30 janvier 2015 Un cycle de neuf conférences est proposé en marge de l exposition «L'économie : Krach, boom, mue?» qui aura lieu à Marseille du 3 mars au 7 juin Ces conférences répondent aux caractéristiques suivantes. 1. Publics visés : - Les lycéens (y compris de CPGE) - Un public plus diversifié (dont celui des professeurs) intéressé par les problèmes de l actualité économique nationale et internationale et/ou les enjeux de l insertion de la région dans l économie mondiale 2. Thèmes : - Pour les lycéens, deux thèmes ont été retenus, en lien avec le programme d économie des classes de première et terminale ES et le programme d économie en STMG : «Croissance économique : à bientôt?» d une part, «Énergie et dérèglement climatique?» d autre part - Pour le public en général, quatre thèmes se rapportent aux missions d une banque centrale («Le financement des entreprises : situation actuelle et perspectives?», «Entre inflation et déflation : quelles marges de manœuvre?», «Politiques monétaires : quelle efficacité?» et «L euro, naissance et avenir d une monnaie sans État» ; un thème est centré sur les enjeux de l insertion de l économie régionale dans l économie mondiale («Transport maritime en Méditerranée : faut-il avoir peur de la concurrence?») ; enfin deux sujets sont dédiés à des enjeux nationaux ou internationaux («Réformes de l impôt et des aides sociales : entre efficacité et justice sociale» et «Comment réduire la dette publique? Les voies de la consolidation budgétaire en Europe» Des classes (sur réservation) ou des lycéens peuvent venir aussi à ces 7 conférences mais elles ne leur sont pas réservées. 3. Format des conférences : Les conférences prendront la forme d une table ronde d une durée de 1h30 avec 1 modérateur et 3 intervenants : 20 mn par personne plus 20 mn de questions-réponses, les interventions du modérateur étant limitées à 10 mn maximum 4. Lieu, horaires et dates : - Les conférences auront toutes lieu dans un espace de près de 200 places (salle du Conseil municipal de Marseille) situé au sein même du lieu d exposition (Espace Bargemon). Les conférences destinées aux lycéens débuteront à 14h et pourront être suivies par une visite de l exposition. Pour les conférences destinées à un public plus diversifié, il est apparu préférable de les programmer sur un créneau horaire en fin de journée vers 18h à l exception de la conférence du 17 avril qui aura lieu de 15 heures à 16 heures Diffusion des conférences : - Les conférences seront filmées pour être ensuite mises sur le site internet de la Cité de l économie et de la monnaie - Si les conditions techniques le permettent, une transmission en direct sur le site internet de la Cité de l Économie et de la Monnaie pourrait être envisagée 1

2 Programme détaillé des conférences Jeudi 19 mars 2015, 14h-15h30 (réservé aux classes de lycéens, sur réservation) «Croissance économique : à bientôt?» Depuis le début de la crise, la croissance économique est plutôt atone dans la plupart des pays développés. Sur longue période on observe aussi une progression de plus en plus ralentie de la croissance mais aussi de la productivité. Quelle est la situation en Europe? Quelles sont les causes de ce ralentissement? Quelles seraient les conséquences à long terme d une faible productivité? Peut-on faire un parallèle entre la situation actuelle et des périodes historiques plus anciennes? Les innovations majeures souvent évoquées sont-elles de nature à répondre aux défis rencontrés? Quel rôle peut jouer la politique économique? Quelle importance donner à la mise en œuvre de réformes structurelles? Quelle importance doit-on donner aux politiques d immigration comme facteur de croissance pour les pays vieillissants? Gilbert Cette, AMSE, Adjoint au Directeur général des études et des relations internationales Banque de France Eric Dubois, Directeur des études et synthèses économiques INSEE Eric Heyer, Directeur adjoint du département analyse et prévision OFCE Rémi Jeannin, Projet de Cité de l économie et de la monnaie Banque de France Lundi 23 mars 2015, 18h-19h30 «Le financement des entreprises : situation actuelle et perspectives?» Robert Ophèle, Sous-gouverneur de la Banque de France Jean-Luc Monteil, Président du MEDEF PACA Christian du Payrat, Directeur général de la banque populaire provençale et corse, Président du Comité des banques PACA Remy Vialettes, Délégué général de la CEFIM (Communauté Économique et Financière Méditerranéenne) 2

3 Mardi 31 mars 2015, 18h-19h30 «Entre inflation et déflation : quelles marges de manœuvre?» La hausse des prix s est sensiblement ralentie à la suite de la crise de Certains observateurs ont même suggéré que le ralentissement est moins fort que ce que prédisent les modèles. L inflation a cependant fini par atteindre un point particulièrement bas dans la zone euro avec une inflation sous-jacente négative en novembre 2014 en glissement annuel. L une activité économique est atone en zone euro et le taux de chômage très élevé. Tous les symptômes de la déflation semblent présents. Cependant les anticipations d inflation à moyen terme sont toujours bien ancrées. possibles Économiste de l INSEE? (À confirmer) Natacha Valla, Directeur adjoint CEPII Marc-Olivier Strauss-Kahn, Directeur général des études et des relations internationales Banque de France (A déterminer) Jeudi 2 avril 2015, 14h-15h30 (réservé aux classes de lycéens, sur réservation) «Énergie et dérèglement climatique?» Le risque d un relèvement de température moyenne de la terre d au moins de 2 d ici 2050 est de plus en plus important. L enjeu alors pour les pays est de limiter au maximum le supplément de température au-delà de ce seuil. Peut-on faire confiance à l innovation technologique pour apporter une solution? Comment mettre en marche la transition énergétique effective? Les marchés des droits à polluer ont-ils montré leurs limites et faut-il faire appel à la taxation pour réduire la consommation d énergie? Quelles sont les marges de manœuvre disponibles dans un contexte de croissance économique faible? Quelle coopération/coordination internationale doit-on mettre en œuvre? possibles Michel Moreaux, Professeur Émérite Université Toulouse 1 Capitole et TSE Fanny Henriet, Chargée de recherche CNRS, Centre d'économie de la Sorbonne Joël Guiot, Directeur de recherche CNRS, Centre de Recherche et d Enseignement de Géosciences de l Environnement Rémi Jeannin, Projet de Cité de l économie et de la monnaie Banque de France 3

4 Jeudi 9 avril 2015, 18h-19h30 «Transport maritime en Méditerranée : faut-il avoir peur de la concurrence?» Le transport maritime joue un rôle important dans l équilibre de la Méditerranée et a été la source d un développement économique continu au cours de l histoire. L ouverture du canal de Suez a été un facteur majeur de cette évolution depuis le 19 e siècle et Marseille est un des premiers ports d Europe. Mais le réchauffement climatique va ouvrir dans l antarctique une voie de transport plus rapide pour les produits d Asie. Quelles sont les répercutions à long terme de ce changement sur la physionomie du transport maritime en méditerranée? Jacques Saadé, Président Directeur Général du Groupe CMA CGM Christine Cabau Woehrel, présidente du directoire du Port Maritime de Marseille Frédéric Carluer, Économiste, conseil scientifique de la Cité de l économie Jean-Jacques Cambounet, Directeur régional Banque de France Vendredi 17 avril 2015, 15h-16h30 «Comment réduire la dette publique? Les voies de la consolidation budgétaire en Europe» Charles Wyplosz, Institut de Hautes Études Internationales et du Développement Gilles Dufrenot, AMSE Patrick Pintus, AMSE 4

5 Mardi 12 mai 2015, 18h-19h30 «Politiques monétaires : quelle efficacité?» Pour faire face à la crise financière qui a débuté en 2007 et à ses conséquences, la banque centrale européenne, comme les autres banques centrales, est entrée dans des territoires jusque-là inconnus en termes de politique économique. Néanmoins la croissance économique reste atone dans la zone euro. Comment expliquer cette contradiction apparente? Faut-il poursuivre les actions menées jusque-là? Ne sont-elles une source de risque? En particulier, la croissance sans précédent du bilan des banques centrales est-il un facteur d inflation à long terme? La BCE est-elle en mesure de réduire les taux d intérêt réels à long terme dont certains économistes disent qu ils sont toujours trop élevés pour assurer une reprise de l investissement? Benoît Mojon, Directeur des études monétaires et financières Banque de France Agnès Bénassy-Quéré, Paris 1, conseil scientifique de la Cité de l économie Mathilde Lemoine, HSBC, conseil scientifique de la Cité de l économie Franck Portier, Professeur École d économie de Toulouse Roland Ricart, Projet de Cité de l économie et de la monnaie Banque de France Lundi 18 mai 2015, 18h-19h30 «Réformes de l impôt et des aides sociales : entre efficacité et justice sociale» Quel est l avenir de l impôt sur le revenu et de la CSG? Faut-il prélever à la source et comment le faire? La nouvelle Prime d Activité est-elle une bonne idée pour remplacer le RSA et la Prime pour l Emploi? Doit-on maintenir des taux d imposition élevés sur les hauts revenus? Cette conférence propose d aborder ces questions et bien d autres en définissant les vraies grandes priorités de réforme de notre système d imposition et de redistribution. Les intervenants souligneront les enjeux, proposeront des pistes de réforme et démonteront les idées reçues. Alors que la révolte fiscale gronde, ils montreront comment redonner confiance aux français grâce à un impôt lisible, juste et efficace. Olivier Bargain, Professeur à Aix-Marseille Université, Directeur Scientifique de l Institut d Économie Publique Etienne Lehmann, Professeur à Paris II Panthéon-Assas Alain Trannoy, Directeur de l Aix Marseille School of Economics 5

6 Jeudi 28 mai 2015, 18h-19h30 «L euro, naissance et avenir d une monnaie sans État» Mis en place en 1999, l euro est un phénomène quasi unique dans l histoire économique : une monnaie unique entre différents pays, qui ne s appuie pas sur un État souverain mais résulte d un transfert de souveraineté d États conservant une grande partie de leurs prérogatives. Au cours de la brève histoire de l euro, cette absence d un véritable État sur lequel adosser la monnaie unique a-t-elle été un handicap ou un atout? Quelles perspectives peut-on imaginer pour les années à venir? possibles Bruno Cabrillac, Directeur des études et relations internationales Banque de France Xavier Timbeau, Directeur du Département analyse et prévision OFCE Guillaume Duval, Rédacteur en chef Alternatives économiques Roland Ricart, Projet de Cité de l économie et de la monnaie Banque de France Remarque : Toutes les conférences sont ouvertes aux classes sur réservation mais deux leur sont réservées. 6

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

PROGRAMME D INFORMATION DE L ATELIER CITOYEN ENJEUX DES TRANSPORTS DANS LA VALLÉE DU RHÔNE ET VERS L ESPAGNE ET CONTROVERSES SUR LES CHOIX À FAIRE

PROGRAMME D INFORMATION DE L ATELIER CITOYEN ENJEUX DES TRANSPORTS DANS LA VALLÉE DU RHÔNE ET VERS L ESPAGNE ET CONTROVERSES SUR LES CHOIX À FAIRE PROGRAMME D INFORMATION DE L ATELIER CITOYEN ENJEUX DES TRANSPORTS DANS LA VALLÉE DU RHÔNE ET VERS L ESPAGNE ET CONTROVERSES SUR LES CHOIX À FAIRE Pour répondre à la détérioration de la situation des transports

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 La Corse devrait conserver sa première place pour la croissance avec un taux de 1 % contre 0,5 % pour l ensemble de la France. En 2011, le taux

Plus en détail

N 653. Votre Revue de Presse Du 28/ 03 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059

N 653. Votre Revue de Presse Du 28/ 03 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 N 653 By Votre Revue de Presse Du 28/ 03 /2016 CONECT 2016 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 Tunisie : une journée consacrée à la transformation digitale des entreprises prévue

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 Résumé : On observe depuis le début de l année un assouplissement de la politique monétaire dans les principales économies émergentes. Cette tendance

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie TP d actualité économique Prof.: M. Dewatripont - C. Soil - C. Fuss Solvay Brussels School of Economics & Management ULB Année académique 2012-2013

Plus en détail

Séance 4 : Investir pour l articulation vie familiale et vie professionnelle et l égalité entre les femmes et les hommes

Séance 4 : Investir pour l articulation vie familiale et vie professionnelle et l égalité entre les femmes et les hommes Séminaire «L investissement social : Quelle stratégie pour la France?» Séminaire conduit en partenariat par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), la Direction Générale de la Cohésion Sociale

Plus en détail

Les outils du diagnostic conjoncturel France zone euro. Introduction

Les outils du diagnostic conjoncturel France zone euro. Introduction Workshop Banque de France du 30 janvier 2009 113 rue Réaumur Paris 2 e Principaux intervenants : Jacques Anas (COE-Rexecode), Patrick Artus (Natixis), Pablo Burriel (Banco de España), Olivier de Bandt

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Premier chapitre : l hétérogénéité de la zone euro est la cause profonde de la crise

Premier chapitre : l hétérogénéité de la zone euro est la cause profonde de la crise La zone euro est depuis le début de la crise grecque au bord de l implosion. Un doute profond s est progressivement généralisé à l ensemble des pays, et une question a émergé : la création d une monnaie

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

FÉDÉRATION DE RUSSIE

FÉDÉRATION DE RUSSIE FÉDÉRATION DE RUSSIE AM053f-Y 1 Déclaration du gouverneur suppléant représentant la Fédération de Russie, M. Sergueï Stortchak Assemblée annuelle de la BERD Londres, 11-12 mai 2016 Depuis maintenant un

Plus en détail

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe 2009 SUJET 1 Le rôle de l information dans le fonctionnement

Plus en détail

Introduction à la réunion de présentation du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi

Introduction à la réunion de présentation du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi Allocution de M. le préfet Introduction à la réunion de présentation du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi Vendredi 15 mars 2013, 14 h 30, amphythéâtre du Lycée agricole d

Plus en détail

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques La santé dans toutes les politiques, de quoi s agit-il? La santé dans toutes les politiques est une approche intersectorielle des politiques

Plus en détail

LES ÉLECTIONS AMÉRICAINES: SCÉNARIOS GÉOPOLITIQUES ET FINANCIERS

LES ÉLECTIONS AMÉRICAINES: SCÉNARIOS GÉOPOLITIQUES ET FINANCIERS LES ÉLECTIONS AMÉRICAINES: SCÉNARIOS GÉOPOLITIQUES ET FINANCIERS Présentation à l ASDEQ-Outaouais, le 25 octobre, 2012 Pierre Fournier Analyste Géopolitique Groupe Financier Banque Nationale 1 Les États-Unis

Plus en détail

DELIBERATION RELATIVE AUX ORIENTATIONS GENERALES

DELIBERATION RELATIVE AUX ORIENTATIONS GENERALES Le Conseil de Surveillance DELIBERATION RELATIVE AUX ORIENTATIONS GENERALES DE LA POLITIQUE DE PLACEMENT Le Conseil de surveillance du Fonds de réserve des retraites (FRR) : Vu les propositions du Directoire

Plus en détail

PRÉSENTATION DU MICRO-LYCÉE

PRÉSENTATION DU MICRO-LYCÉE L objectif du micro-lycée Permettre à des jeunes qui ont interrompu leur scolarité au lycée de reprendre des études dans des conditions différentes et adaptées à leur situation en vue d obtenir le baccalauréat

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

Observatoire du développement durable

Observatoire du développement durable Observatoire du développement durable Volet économique décembre 2009 2 AGENDA 21 VOLET SOCIAL éditorial Le Grand Lyon a voulu se doter d un observatoire du développement durable articulé autour d un volet

Plus en détail

Conférence bancaire et financière pour la transition énergétique

Conférence bancaire et financière pour la transition énergétique Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Ministère des Finances et des Comptes publics Conférence bancaire et financière Organisée par Mme Ségolène Royal Ministre de l'ecologie,

Plus en détail

Les préconisations par type de situation

Les préconisations par type de situation Les préconisations par type de situation Le tableau qui suit a été élaboré en mai 2007 à la suite d une étude sur la situation économique et financière des associations d aide aux personnes à domicile.

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE SEINE-ET-MARNE

CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE SEINE-ET-MARNE Page 1/5 CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE SEINE-ET-MARNE Séance du jeudi 2 avril 2015 OBJET : DÉLIBÉRATION N CD-2015/04/02-0/07 Accusé de réception Ministère de l intérieur Acte Certifié exécutoire Envoi Préfecture

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

Les Français, leurs élus et le développement durable.

Les Français, leurs élus et le développement durable. SYNTHÈSE DE L ÉTUDE Les Français, leurs élus et le développement durable. Premier Baromètre Auxilia, réalisé en partenariat avec OpinionWay Réalisé fin octobre 2013, ce baromètre portant sur les Français,

Plus en détail

Sujet : Comment réformer l impôt sur le revenu français?

Sujet : Comment réformer l impôt sur le revenu français? Concours B/L 2012 1 Concours B/L 2012 Economie Epreuve commune sur dossier : oral Jury : Gaël Giraud et Xavier Ragot Sujet : Comment réformer l impôt sur le revenu français? Dossier documentaire Document

Plus en détail

EXCELLENTS RÉSULTATS INTÉGRATION DE SUMMIT RÉUSSIE ET SYNERGIES RÉALISÉES TOUJOURS PRÊT POUR DE NOUVELLES ACQUISITIONS

EXCELLENTS RÉSULTATS INTÉGRATION DE SUMMIT RÉUSSIE ET SYNERGIES RÉALISÉES TOUJOURS PRÊT POUR DE NOUVELLES ACQUISITIONS 27 février 2008 COMMUNIQUÉ POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Diffusion restreinte au Canada uniquement. Ce communiqué ne doit faire l objet d aucune diffusion aux États-Unis par l entremise d agences de transmission.

Plus en détail

ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE

ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE DOSSIER DE PRESSE ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE Vendredi 14 février 2014 NEVERS Aline DEVILLERS 03 86 60 58 50 - aline.devillers@cg58.fr Damien TRESCARTES 03 86 60 68 16 damien.trescartes@cg58.fr

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE

POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE H E R V E L A M B E L Candidat à la présidence du MEDEF POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE CONTACT: http://www.herve-lambel.fr/ http://www.herve- lambel.fr Mieux

Plus en détail

I. Conjoncture économique et situation de l industrie

I. Conjoncture économique et situation de l industrie I. Conjoncture économique et situation de l industrie 1. Economie : inquiétant retard français dans une économie mondiale toujours fragile Conjoncture mondiale : funambulisme monétaire et géopolitique

Plus en détail

Thèmes Point Marché : Le prix de la dette sur les prochaines années. Philippe Bourgault, Consultant-expert

Thèmes Point Marché : Le prix de la dette sur les prochaines années. Philippe Bourgault, Consultant-expert Paris, mardi contact@orfeor.com - www.orfeor.com Thèmes Point Marché : Le prix de la dette sur les prochaines années. Philippe Bourgault, Consultant-expert -Aspects techniques : stratégie et tactiques

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Croissance et bonheur, une utopie?

Croissance et bonheur, une utopie? Ve.20 sa.21 di.22 novembre Programme a croissance, en particulier en France, est au cœur du débat actuel. Depuis la Révolution Industrielle, la création de richesses et son fondement capitaliste sont les

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le jeudi 16 avril 2015 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES 2015-2016 LA REPRISE QUI S ANNONCE La croissance est là en 2015 et 2016. Tous les freins qui pesaient sur elle se sont levés.

Plus en détail

Exemple de titre Sur deux lignes

Exemple de titre Sur deux lignes Quel avenir pour le parc tertiaire de seconde main? Méthode et enjeux L expérience toulousaine l33 ème rencontre de la FNAU mardi 20 novembre Exemple de titre Sur deux lignes Définition, méthodologie De

Plus en détail

Une politique familiale tournée vers la justice et le progrès

Une politique familiale tournée vers la justice et le progrès Fiche argumentaire 1 Une politique familiale tournée vers la justice et le progrès Depuis 2012, la politique familiale est, et demeure, une priorité Depuis 2012, la politique familiale est et demeure une

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

LES DÉRIVES DES BANQUES UNIVERSELLES

LES DÉRIVES DES BANQUES UNIVERSELLES LES DÉRIVES DES BANQUES UNIVERSELLES Par Nathalie Pipart, chargée d études à PAC L institution bancaire telle que nous la connaissons aujourd hui n a pas toujours opéré et été bâtie sur le même modèle.

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Chapitre 6 Résidence principale

Plus en détail

I. Concours kinésithérapeute : présentation 2. II. Concours kinésithérapeute - La Prépa Cours CAPITOLE 2

I. Concours kinésithérapeute : présentation 2. II. Concours kinésithérapeute - La Prépa Cours CAPITOLE 2 Préparation Concours kinésithérapeute- Toulouse SOMMAIRE : I. Concours kinésithérapeute : présentation 2 II. Concours kinésithérapeute - La Prépa Cours CAPITOLE 2 1. La prépa kiné: La scolarité à COURS

Plus en détail

VOTRE EPARGNE FINANCIERE. Osez la durée

VOTRE EPARGNE FINANCIERE. Osez la durée VOTRE EPARGNE FINANCIERE Osez la durée Taux Immobilier Taxes Confiance PEA Les placements court terme et les taux d intérêt bas bas bas.. L inflation passe au second plan des politiques monétaires Même

Plus en détail

Vers un schéma médico-social unifié

Vers un schéma médico-social unifié Vers un schéma médico-social unifié Quelles synergies rechercher pour valoriser les ressources des personnes et du territoire? La réglementation en vigueur et principalement le code de l action sociale

Plus en détail

Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015

Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015 Comité de suivi Transfert de la bande des 700 Mhz Changement de norme de la TNT 21 mai 2015 Contact presse : Franca Vissière franca.vissiere@anfr.fr 06 09 48 79 43 Le Gouvernement a décidé de transférer

Plus en détail

UGICT La référence syndicale SOMMAIRE. Case 408 263 rue de Paris 93516 Montreuil Cedex PUBLICATION MENSUELLE DE L UGICT-CGT N 705 DU 17 DÉCEMBRE 2013

UGICT La référence syndicale SOMMAIRE. Case 408 263 rue de Paris 93516 Montreuil Cedex PUBLICATION MENSUELLE DE L UGICT-CGT N 705 DU 17 DÉCEMBRE 2013 PUBLICATION MENSUELLE DE L UGICT-CGT N 705 DU 17 DÉCEMBRE 2013 SOMMAIRE Page 2 Edito Agenda NICOLAS MARQUES / KR IMAGES PRESSE INGÉS CADRES TECHS UGICT La référence syndicale Case 408 263 rue de Paris

Plus en détail

Vers une «bataille» de l Arctique?

Vers une «bataille» de l Arctique? Conférence du Cercle Géopolitique du 30 octobre 2013 Vers une «bataille» de l Arctique? Patrice Geoffron En cette rentrée 2013, le cycle de conférences du Cercle Géopolitique s est ouvert sur l intervention

Plus en détail

TABLE RONDE N 1 : Innovation

TABLE RONDE N 1 : Innovation TABLE RONDE N 1 : Innovation Quelles innovations technologiques pour répondre à l évolution des attentes des consommateurs : l automobile est-elle en train de changer de statut? Jean-Marc Sylvestre, TF1

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

DGS COLLOQUE ANNUEL DES DIRECTEURS. Jeudi 25 & vendredi 26 juin 2015 Université de Strasbourg. Programme au 6 mai 2015

DGS COLLOQUE ANNUEL DES DIRECTEURS. Jeudi 25 & vendredi 26 juin 2015 Université de Strasbourg. Programme au 6 mai 2015 COLLOQUE ANNUEL DES DIRECTEURS Généraux des services Innover, le défi des services universitaires Jeudi 25 & vendredi 26 juin 2015 Université de Strasbourg ASSOCIATION DGS DIRECTEURS GÉNÉRAUX DES SERVICES

Plus en détail

BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004.

BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004. BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004 13 janvier 2003 1. Le présent document expose le programme de travail du BIE pour

Plus en détail

COMPTE RENDU. TROISIEME REUNION DU CONSEIL D ECOLE Mardi 18 Juin 2013-17h à 19h en salle informatique primaire

COMPTE RENDU. TROISIEME REUNION DU CONSEIL D ECOLE Mardi 18 Juin 2013-17h à 19h en salle informatique primaire COMPTE RENDU TROISIEME REUNION DU CONSEIL D ECOLE Mardi 18 Juin 2013-17h à 19h en salle informatique primaire PARENTS ELUS : Stéphanie Raphanaud Evelyne Gomis-Nkontchou Mevace Muhai-Tembe Bernice Ligault

Plus en détail

Plan de rénovation énergétique de l habitat. Plan de Rénovation Energétique de l Habitat. Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal

Plan de rénovation énergétique de l habitat. Plan de Rénovation Energétique de l Habitat. Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal Plan de rénovation énergétique de l habitat Plan de Rénovation Energétique de l Habitat Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal DOSSIER DE PRESSE Aurillac, le 18 octobre 2013 CONTACTS DE

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 1er mars 2013. Actions phares dans l Ain :

DOSSIER DE PRESSE. 1er mars 2013. Actions phares dans l Ain : DOSSIER DE PRESSE 1er mars 2013 Actions phares dans l Ain : Les élèves- ingénieurs de Grenoble INP visitent les industries de l Ain «IndusTri Dimension» Portes Ouvertes de la Technologie Contact : Marie-Hélène

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

DEVENEZ EXPERT EN SANTÉ ORGANISATIONNELLE CYCLE EXPERT UNIVERSITÉ LAVAL

DEVENEZ EXPERT EN SANTÉ ORGANISATIONNELLE CYCLE EXPERT UNIVERSITÉ LAVAL DEVENEZ EXPERT EN SANTÉ ORGANISATIONNELLE CYCLE EXPERT UNIVERSITÉ LAVAL! www.fsa.ulaval.ca/santeorganisationnelle DEVENEZ EXPERT EN SANTÉ ORGANISATIONNELLE La santé organisationnelle est un domaine de

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Vers une agriculture recentrée sur ses fonctions alimentaires? 4 èmes Rencontres parlementaires sur l Agriculture durable. Lundi 22 décembre 2008

Vers une agriculture recentrée sur ses fonctions alimentaires? 4 èmes Rencontres parlementaires sur l Agriculture durable. Lundi 22 décembre 2008 4 èmes Rencontres parlementaires sur l Agriculture durable Lundi 22 décembre 2008 Maison de la Chimie Vers une agriculture recentrée sur ses fonctions alimentaires? Organisées et présidées par Gérard CÉSAR

Plus en détail

Retour sur la crise et les politiques mises en œuvre

Retour sur la crise et les politiques mises en œuvre Retour sur la crise et les politiques mises en œuvre François Facchini Professeur Agrégé des Universités, UP11 et économiste associé au Centre d Economie de la Sorbonne (UP1) Université d Automne de l

Plus en détail

MANDATURE 2010-2015 SEMINAIRES «ENJEUX ET PERSPECTIVES» Formation des élus de l Artisanat. Formation intra/inter 4 jours au choix

MANDATURE 2010-2015 SEMINAIRES «ENJEUX ET PERSPECTIVES» Formation des élus de l Artisanat. Formation intra/inter 4 jours au choix MANDATURE 2010-2015 SEMINAIRES Formation des élus de l Artisanat Formation intra/inter 4 jours au choix OBJECTIFS Les élus, dépositaires d un devoir de représentation de l Artisanat, doivent cerner et

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Pôle de recherche en économie et gestion, UMR 7176 de l'ecole Polytechnique mars 2008 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Jean-Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO 1. Principes macroéconomiques

Plus en détail

Et si la commune n avait pas mis en place la réforme

Et si la commune n avait pas mis en place la réforme Le gouvernement a mis en oeuvre, par décret du 24 janvier 2013, la réforme des rythmes scolaires. La Ville de Châteaudun a travaillé depuis plusieurs mois aux modalités de passage de la semaine scolaire

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION DOSSIER D INFORMATION. Le Concept 3 Les Cibles 4 Les Dates Clé 5 Le Développement 6 Une Politique Humaine 7 Les Chiffres 8 Les Objectifs 9 L Organigramme 10 2 1. Le Concept Juridiquement, Dépanordi est

Plus en détail

La parité des risques

La parité des risques 24 La parité des risques La pertinence des stratégies de parité des risques Si l on devait résumer la notion de «parité des risques» (ou Risk Parity en anglais) en un seul mot, le terme de «diversification»

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais AVANT-PROPOS La présente réponse fait suite au rapport d observations définitives

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

La rentrée scolaire dans les écoles publiques maternelles et élémentaires de Marseille

La rentrée scolaire dans les écoles publiques maternelles et élémentaires de Marseille La rentrée scolaire dans les écoles publiques maternelles et élémentaires de Marseille Ecole élémentaire de Sainte-Marguerite : une des 445 écoles maternelles et primaires de Marseille Lundi 25 août 2014

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Plus d informations sur 2015.meet-ingenierie.com ou sur www.syntec-ingenierie.fr. @Syntec_inge Syntec-Ingénierie Avenir ingénierie

DOSSIER DE PRESSE. Plus d informations sur 2015.meet-ingenierie.com ou sur www.syntec-ingenierie.fr. @Syntec_inge Syntec-Ingénierie Avenir ingénierie DOSSIER DE PRESSE Plus d informations sur 2015.meet-ingenierie.com ou sur www.syntec-ingenierie.fr. @Syntec_inge Syntec-Ingénierie Avenir ingénierie SOMMAIRE 3 Présentation de l évènement 3 Le «Carré de

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

Ouvrez votre épargne à de nouveaux horizons

Ouvrez votre épargne à de nouveaux horizons Publicité Ouvrez votre épargne à de nouveaux horizons SwissLife Liberté Plus Contrat individuel d assurance sur la vie, libellé en unités de compte et en euros Dans un environnement économique et financier

Plus en détail

La crise, la dette et l austérité

La crise, la dette et l austérité La crise, la dette et l austérité Jean-Marie Harribey 2012 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. Le contexte : crise du capitalisme Le taux de profit 1960-2008

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Rentrée universitaire en Bretagne Points d'actualité Lundi 20 septembre 2010-11h30 UBO - Salle des conseils / Faculté des sciences - BREST

Rentrée universitaire en Bretagne Points d'actualité Lundi 20 septembre 2010-11h30 UBO - Salle des conseils / Faculté des sciences - BREST 1/10 Dossier de presse Rentrée universitaire en Bretagne Points d'actualité Lundi 20 septembre 2010-11h30 UBO - Salle des conseils / Faculté des sciences - BREST Sommaire Introduction p 2 fiche n 1 La

Plus en détail