Les institutions financières : Première partie : La monnaie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les institutions financières : Première partie : La monnaie"

Transcription

1 Les institutions financières : Première partie : La monnaie

2 1. La monnaie : Définition. La monnaie (ou la masse monétaire) est l ensemble des moyens de payements dont disposent les agents économiques pour régler leurs transactions. La masse monétaire est composée aujourd hui de pièces, de billets et, dans une proportion croissante, de dépôts à vue auprès des banques commerciales. Mais d autres avoirs des entreprises et des particuliers auprès des banques commerciales, comme les dépôts d épargne, peuvent être convertis assez rapidement et sans grands frais en moyens de paiement (on dit qu ils sont liquides). C est pourquoi on définit aussi des «masses monétaires» plus larges: M1 = masse monétaire au sens strict, comporte les billets et pièces, les dépôts à vue et les avoirs en «porte-monnaie électronique» (du type Proton). M2 = comprend M1 + l ensemble des dépôts d épargne et des dépôts à terme d une durée inférieure ou égale à deux ans (on parle à leur propos de quasi-monnaie). M3 = comprend M2 ainsi que divers autres passifs bancaires à court terme. L analyse du passé a fait apparaître que M3 était l agrégat monétaire le plus approprié pour servir de guide dans la conduite de la politique monétaire. En résumé: la masse monétaire inclut non seulement l argent liquide mais aussi les dépôts dans les banques et les autres institutions financières qui sont aussi réalisables en argent liquide.

3 2. La monnaie : Fonctions. Monnaie = Instrument de paiement (Echange) Elle constitue un pouvoir d achat et sert d intermédiaire des échanges. Monnaie = Instrument de mesure des valeurs (Etalon) Elle est une mesure commune d évaluation des biens pour comparer et échanger. Monnaie = Instrument de réserve de valeur (Epargne) Elle peut être conservée mais ce n est pas le seul moyen de conserver de la valeur. Cette fonction est clairement dominée par d autres actifs financiers, tels que les actions ou les obligations, c est-à-dire par des actifs financiers qui ne peuvent pas servir immédiatement de moyen de paiement.

4 3. La monnaie : Formes. Monnaie divisionnaire (Pièces ou monnaie métallique) La monnaie fiduciaire (du latin fiducia, confiance) naît de la confiance que les utilisateurs lui portent. Elle comprend ; les billets émis par la Banque nationale, sous le contrôle de la banque centrale européenne (BCE); les pièces métalliques ou monnaies divisionnaires émises par le Trésor public et mises en circulation par la Banque nationale. Monnaie fiduciaire Instrument de paiement en qui tous les agents économiques ont confiance (pièces et billets dont la valeur faciale est très supérieure à la valeur intrinsèque) Monnaie scripturale Instrument de paiement se présentant sous la forme d écriture sur les comptes bancaires (correspond aux transferts d un compte bancaire à un autre par simple jeu d écriture) Il s agit donc des dépôts à vue possédés par les agents économiques dans les comptes courants des banques. Elle circule grâce aux chèques, aux virements bancaires et aux cartes de crédits. Il faut soigneusement distinguer la monnaie scripturale (cad la provision d un compte) et les instruments qui permettent de la faire circuler.

5 4. Dématérialisation des instruments de paiements de la monnaie scripturale suppose la suppression progressive de la monnaie «papier» et son remplacement par une monnaie d écriture. permet de faire circuler la monnaie plus rapidement et avec plus de sécurité. se traduit aujourd'hui par l'expérimentation de nouveaux moyens de paiement électroniques tels que les cartes pluri prestataires dont l'encours (l'avoir disponible) est stocké sur la carte. Autrement appelées cartes «porte-monnaie électroniques», elles sont rechargeables auprès de distributeurs automatiques de monnaie électronique (PROTON). La «monnaie électronique» suppose donc une pré affection de monnaie à un instrument donné et sécurisé (porte-monnaie électronique ou porte-monnaie virtuel sur Internet). La consommation de cette provision et sa reconstitution sont assurées par le porteur.

6 Utilisation des moyens de paiement en Belgique Analysons ensemble ce tableau

7 Définition des concepts : Carte de débit : Carte de crédit : Porte-monnaie électronique : Virements : Analyse :

8 Les institutions financières : Deuxième partie : La création monétaire

9 QU EST-CE QUE «LA CREATION MONETAIRE»? L acte de création de monnaie ne doit pas être compris dans son sens immédiat de fabrication de billets. Il s agit en fait de la transformation de créances en moyens de paiement. Ce pouvoir est exclusivement détenu par les institutions financières et monétaires, c'est-à-dire, essentiellement par la Banque Nationale et les établissements de crédit (banques). Le taux d'intérêt représente le prix de la création monétaire. L approche comptable permet de rendre compte du mécanisme par lequel un agent financier (une banque) crée de la monnaie au profit d'un agent non financier (un particulier, une entreprise). Aujourd hui, les banques ne sont plus de simples intermédiaires qui prêtent des fonds (crédits accordés aux clients) à partir des dépôts reçus. Elles créent de la monnaie lorsqu elles accordent des crédits.

10 En effet, lorsqu'un agent financier (une banque) prête à un agent non financier (un ménage ou une entreprise), le premier crédite le compte de dépôt du second qui dispose ainsi d'un moyen de paiement supplémentaire et donc d'un pouvoir d'achat additionnel. Créance sur Monsieur Bilan de l agent financier (banque) Dépôt (compte de Monsieur Au passif de son bilan, l'agent financier enregistre le dépôt supplémentaire correspondant à l'engagement de mise à disposition de la monnaie. A l'actif de son bilan, l'agent financier enregistre la créance qu'il détient sur l'agent non financier et donc la dette de celui-ci à son égard. Bilan de l agent non-financier (Monsieur ) Compte courant ouvert auprès de la banque Dette auprès de la banque Le remboursement de la dette contractée par l'agent non financier implique, à l'inverse, une destruction monétaire. De sorte que toute création monétaire apparaît par nature temporaire.

11 Soyons bien d accord. Qu est ce qu un crédit? Un crédit, c est une somme prêtée Qu est-ce qu une créance? Une créance, c est une reconnaissance de dette que détient par exemple la banque à l égard d un client endetté. Qu est-ce que le passif? Le passif reprend les ressources détenues par un agent économique Qu est ce que l actif? L actif reprend l utilisation (l emploi) des ressources détenues.

12 Bilan des établissements de crédit L'actif (en milliards d euros) Total du bilan 562,9 778,4 846,3 837,9 Actif Crédits à la clientèle (1) ,3 32,7 31,8 - sur la Belgique 162,9 216,2 22, sur l étranger 3,1 85,1 82,6 8,8 Crédits aux pouvoirs publics belges (2) 18,3 95,1 86,1 76,8 Créances interbancaires , ,1 Portefeuille-titres 52,3 151, ,2 Divers 26,3 52,7 72,5 126 (1) Y compris les créances sur les pouvoirs publics belges sous la forme d octroi de crédit direct. (2) Crédits aux pouvoirs publics belges sous forme de titres (obligations et certificats de trésorerie), ainsi que les effets publics refinançables auprès de la banque centrale.

13 Le passif (en milliards d euros) Total du bilan 562,9 778,4 846,3 837,9 Passif Dépôts de la clientèle 283,8 375,1 397,9 399,5 - dépôts à vue 33,7 74,8 79,2 85,4 - dépôts à terme 95,8 18,2 129,3 122,1 - dépôts d épargne réglementés 48,5 94,1 1,4 13,6 - certificats de dépôt 3,3 28,3 23,1 24,5 - bons de caisse et obligations 96,3 64,2 59,7 58,2 - autres 6,2 5,5 6,2 5,7 Dettes interbancaires 223,7 261,5 269,1 259,3 Fonds propres au sens large (1) 22,3 55, ,6 - fonds propres (1) 15,4 32,1 33,2 35,1 - dettes subordonnées 6, ,8 24,5 Divers 33,1 86,7 12,3 119,5 (1) Y compris le fonds pour risques bancaires généraux.

14 Bilan de la banque Actif (emplois) Avoirs de la Banque Passif (Ressources) Engagements de la Banque Réserve (billet cad monnaie centrale) Crédits cad les créances sur les entreprises, sur les ménages, sur les non-résidents Dépôt des ménages Dépôt des entreprises Autres actifs

15 Comment les banques commerciales créent-elles de la monnaie? 1ère étape: M. Dupont possède une encaisse de 2.. Il en dépose 1. à la banque et en conserve 1. sous forme de billets. La masse monétaire est donc de 2., soit - 1. sous forme de billets détenus par M. Dupont et - 1. de dépôts sur le compte en banque de M. Dupont Bilan de la banque Actif Passif Réserve (billet) 1. Dépôt 1.

16 2ème étape: la banque conserve sous forme de billets 1 % de ces dépôts pour faire face à des demandes de remboursement, soit 1.. Elle peut donc, avec ce qui reste, financer un prêt de 9. à M. Durant. Celui-ci laisse 4.5 sur son compte en banque et retire 4.5 sous forme de billets La masse monétaire est alors de 29., Actif Réserve (billet) Crédits Bilan de la banque Dépôt Passif 14.5 soit - 1. sous forme de billets détenus par M. Dupont, - 1. de dépôts sur le compte en banque de M. Dupont, de billets de M. Durant et de dépôts sur le compte en banque de M. Durant

17 3ème étape: 1 % du dépôt de M. Durant doit être conservée sous forme de billets. 9 % peuvent dont être prêtés à nouveau, soit 4.5. M. Dubois, qui bénéficie de ce nouveau prêt, laisse 2.25 sur son compte et retire 2.25 sous forme de billets Bilan de la banque Actif Réserve (billet) Crédits Dépôt Passif La masse monétaire est maintenant de 33.5 : - 1. sous forme de billets détenus par M. Dupont, - 1. de dépôts sur le compte en banque de M. Dupont, de billets de M. Durant, de dépôts sur le compte en banque de M. Durant, de billets de M. Dubois, de dépôts sur le compte en banque de M. Dubois

18 Dernière étape: L'opération peut se répéter de la même manière à chaque dépôt et à chaque crédit. Mais comme on peut le constater, les montants deviennent chaque fois plus petits. Le mouvement s'arrête lorsque le montant des crédits atteint son maximum, autrement dit lorsque les billets détenus par la banque ne représentent plus qu'un pourcentage des dépôts équivalent au coefficient de réserve La masse monétaire finale sera de Actif Réserve (billet) Crédits Bilan de la banque Dépôt Passif dont sous forme de billets et sous forme de dépôts en banque Le volume de billets détenus par la banque pour faire face à des remboursements sera de euros, soit 1 % des dépôts. On remarque qu'à ce stade, la banque ne peut plus accorder de nouveaux crédits sans tomber en-dessous de son coefficient de réserve.

19 2. Multiplicateur monétaire masse finale masse initiale

20 Multiplicateur de monnaie et coefficient de réserve : A partir d'un montant de monnaie de base (B), de 2., on aboutit à une masse monétaire (M) de Il y a donc, par le mécanisme du crédit bancaire, multiplication de monnaie. M = k B avec dans notre exemple k = / 2 = 1,8181 La valeur du multiplicateur (k) dépend d'une part du coefficient de réserve (r) des banques et d'autre part de la proportion de liquidités que les particuliers souhaitent détenir sous forme de billets, c est-à-dire thésauriser (b) k=1 / (1-(1-r)(1-b)) avec dans notre exemple 1 / (1- (1-,1)(1-,5)) = 1,8181 Le multiplicateur monétaire = la quantité de monnaie que le système bancaire peut créer à partir d un O de réserve (ou de dépôt). Si nous ne tenons pas compte de la proportion de liquidités que les particuliers souhaitent détenir sous forme de billets (b) (ou considérons qu il y a absence de thésaurisation), alors k = 1 / (1-1+r) = 1/r

21 Gagnons en précision en distinguant la base monétaire (B) et la masse monétaire (M) Sur le plan micro-économique, un établissement de crédit pourrait disposer d'une capacité de création monétaire sans limites dans la mesure où, en accordant des prêts par crédits aux comptes de dépôts des emprunteurs non financiers, il crée des dépôts supplémentaires à partir desquels il peut à nouveau créer de la monnaie. Sur le plan macro-économique, au cœur de l'eurosystème, la Banque centrale européenne (BCE) impose aux banques de second rang de la zone euro une contrainte de liquidités qui oblige celles-ci à détenir de la monnaie centrale (billets, pièces et dépôts auprès des BCN). La base monétaire est composée de la monnaie centrale détenue par les banques, tandis que la masse monétaire regroupe l'ensemble des moyens de paiement. La variation de la base monétaire entraîne donc une variation de la masse monétaire (création de monnaie par les crédits).

22 Freins à la création monétaire par les banques La monnaie ne se multiplie pas indéfiniment. Le coefficient de réserve (r) et la proportion de billets détenus par les agents économiques (b) constituent des freins à la création de monnaie. Plus leur valeur est élevée plus faible sera la monnaie créée par le mécanisme du crédit bancaire. r : Pour mieux contrôler la création de monnaie, la banque centrale peut imposer des réserves obligatoires aux banques. Celles-ci sont alors obligées de déposer auprès de la banque centrale une partie de leurs dépôts. En En r, la banque centrale freine ainsi la création de monnaie. r, la banque centrale facilite les opérations de crédit par les banques et favorise la création de monnaie b : John Maynard KEYNES ( ) distingue trois motifs de préférence pour la liquidité : le motif de transaction : le besoin de monnaie résulte de la nécessité de régler les échanges courants; le motif de précaution : le besoin de monnaie résulte d'un désir de sécurité face aux incertitudes de l'avenir; le motif de spéculation : le besoin de monnaie résulte de la possibilité de tirer profit de l'évolution du tx d'intérêt

23 Comment les banques commerciales créent de la monnaie? Hypothèses initiales : -Un monde sans banque : l argent liquide (fiduciaire) est la seule forme de monnaie. -1 en circulation dans l économie détenue par 3 agents économiques : Monsieur A (4) Madame B (2) l entreprise X (4). Masse monétaire: 1 de monnaie fiduciaire Monnaie (billet ) 4 2 Monnaie (billet ) 4 Bilan de Monsieur A Bilan de Monsieur B Bilan de l entreprise X Changement 1 : Monsieur A achète pour 2 à l entreprise X. 2 Bilan de Monsieur A Bilan de Monsieur B Masse monétaire: 1 de monnaie fiduciaire 2 Bilan de l entreprise X 6

24 Changement 2 : Bilan de Monsieur A - Ouverture d une banque, la First National Bank (FNB). - Cette banque est uniquement une institution de dépôts (elle accepte les dépôts, elle ne consent pas de prêt) l argent des épargnants (Monsieur A, Madame B et entreprise X) y est déposé.. 2 Bilan de Monsieur B Remarque : Les dépôts qui ne sont pas prêtés constituent des «réserves» (dépôts = réserves + prêts). 2 A ce stade-ci, la banque FNB dispose en réserve 1% des dépôts. Nous verrons que la FNB sera tentée de ne pas laisser dormir ses encaisses d autant plus que certains agents économiques vont lui proposer d emprunter une partie de son encaisse moyennant un petit profit (le tx d intérêt). Bilan de l entreprise X 6 Bilan la FNB Pour l instant, le coefficient de réserve vaut 1% (car pas de prêt). Réserve (billet) 1 Dépôts (liquide) dette à l égard de M. A (2), de Mme B (2) et de l ent X (8) 1 Coefficient de réserve = réserves / dépôts Masse monétaire: 1 de monnaie scripturale. Il y a donc eu transformation de la monnaie Banque centrale (les billets) en monnaie banque commerciale (monnaie scripturale) MAIS pas de création monétaire.

25 Changement 3 Monsieur B achète pour 1 à l entreprise X. Le paiement se fait par l intermédiaire de la FNB. A ce stade-ci, la banque FNB dispose toujours en réserve 1% des dépôts. Nous verrons que la FNB sera tentée de ne pas laisser dormir ses encaisses d autant plus que certains agents économiques vont lui proposer d emprunter une partie de son encaisse moyennant un petit profit (le tx d intérêt). Pour l instant, le coefficient de réserve vaut toujours 1% (car pas de prêt). (Coefficient de réserve = réserves / dépôts). Bilan de Monsieur A 2 Bilan de Monsieur B 1 Bilan de l entreprise X 7 Bilan la FNB Réserve (billet) 1 Dépôts (liquide) dette à l égard de M. A (2), de Mme B (1) et de l ent X (7) 1 Masse monétaire: 1 de monnaie scripturale.

26 Changement 4 La FNB remarquant que les trois agents économiques n utilisent jamais l entièreté de leur dépôt va prêter de l argent (accorder un crédit) à Madame C d une valeur de 9. Bilan de Monsieur A 2 Bilan de Monsieur B Masse monétaire : 1 de monnaie scripturale + 9 de monnaie fiduciaire (billets) = Il y a donc création monétaire de 9 Coefficient de réserve = réserves / dépôts = 1/1 =,1 Bilan de Madame C 9 Dette auprès de la FNB 9 CCL : L offre de monnaie est influencée par le montant que les banques conservent en réserve et le montant qu elles prêtent. Quand une banque prête de l argent, elle augmente la quantité de monnaie en circulation. Bilan de l entreprise X 7 Attention : les banques ne créent aucune richesse supplémentaire car lorsqu elle créent un actif (càd. des liquidités), elles créent également un passif (càd. une dette vis-à-vis de la banque). La création monétaire augmente la liquidité de l économie mais pas sa richesse. Réserve (billet) Prêts (Créance sur Mme C) Bilan la FNB 1 9 Dépôts (liquide) dette à l égard de M. A (2), de Mme B (1) et de l ent X (7) 1

27 Changement 5 Imaginons que l emprunteur (Mme C) utilise ses 9 pour acheter un bien à l entreprise Y qui dépose les 9 sur un compte à vue auprès de la Second National Bank (SNB). Masse monétaire: 1 de dépôt initial à la FNB + 9 de dépôt à la SNB (cad le prêt de la FNB utilisé par mme C pour payé Entreprise Y qui l a déposé sur un compte à vue) = 19 de monnaie fiduciaire. Il y n y a donc pas de création monétaire. Coefficient de réserve de la FNB = réserves / dépôts = 1/1 =,1 Coefficient de réserve de la SNB = réserves / dépôts = 9/9 = 1 = 1% Bilan de Monsieur A 2 Bilan de Monsieur B 1 Bilan de Madame C Dette auprès de la FNB Bilan de l entreprise X 7 Bilan de l entreprise Y 9 Réserve (billet) Prêts (Créance sur Mme C) Bilan de la FNB 1 9 Dépôts (liquide) dette à l égard de M. A (2), de Mme B (1) et de l ent X (7) 1 auprès de SNB 9 Bilan de la SNB Réserve (billet) 9 Dépôts (liquide) dette à l égard de l ent Y (9) 9

28 Bilan de Monsieur A Changement 6 Le coefficient de réserve de la SNB = 1%. Elles prêtent le maximum qu elle peut à Monsieur D. Masse monétaire: 1 de dépôt initial à la FNB + 9 de dépôt à la SNB et 81 de prêt de la SNB = 271 de monnaie fiduciaire. Il y a donc création monétaire de 81 (monnaie fiduciaire). 2 Bilan de Monsieur B 1 Bilan de Madame C Dette auprès de la FNB 9 Bilan de Monsieur D Coefficient de réserve de la FNB = réserves / dépôts = 1/1 =,1 Coefficient de réserve de la SNB = réserves / dépôts = 9/9 =,1 81 Dette auprès de la SNB 81 Bilan de la FNB Réserve (billet) Prêts (Créance sur Mme C) 1 9 Bilan de la SNB Dépôts (liquide) dette à l égard de M. A (2), de Mme B (1) et de l ent X (7) 1 Bilan de l entreprise X 7 Bilan de l entreprise Y Réserve (billet) Prêts (Créance sur M. D 9 81 Dépôts (liquide) dette à l égard de l ent Y (9) 9 auprès de SNB 9

29 Changement 7 Si les 81 prêtés à Monsieur D sont déposés auprès de la Third National Bank et que celle-ci opère avec un coefficient de réserve de 1%, cette banque gardera (a). en réserve et accordera des prêts pour un montant de (b). à Monsieur E. Nouvelle création monétaire = (c)... Masse monétaire: 1 de dépôt initial à la FNB + 9 de dépôt à la SNB + 81 de dépôt à la TNB et 72,9 de prêt de la TNB à M. D = 343,9 Il y a donc création monétaire de 72,9 (monnaie fiduciaire). Coefficient de réserve des 3 banques = 1% Bilan de Monsieur A 2 Bilan de Monsieur B 1 Bilan de Madame C Dette auprès de la FNB Bilan de Monsieur D 9 Réserve (billet) Prêts (Créance sur Mme C) Bilan de la FNB 1 9 Dépôts (liquide) dette à l égard de M. A (2), de Mme B (1) et de l ent X (7) 1 Dépôt à vue auprès de TNB 81 Dette auprès de la SNB Bilan de Monsieur E 72,9 Dette auprès de la TNB 81 72,9 Bilan de la SNB Bilan de l entreprise X Réserve (billet) Prêts (Créance sur M. D 9 81 Dépôts (liquide) dette à l égard de l ent Y (9) Bilan de la TNB 9 7 Bilan de l entreprise Y Réserve (billet) Prêts (Créance sur M. E) 8,1 72,9 Dépôts (liquide) dette à l égard de M. D (81) 81 auprès de SNB 9

30 Changement 8 Monsieur E décide de rembourser le crédit qui lui a été accordé par la TND. Bilan de Monsieur A 2 Bilan de Monsieur B Masse monétaire: 1 de dépôt initial à la FNB + 9 de dépôt à la SNB + 81 de dépôt à la TNB = Il y a donc «destruction monétaire» de 72,9. Le remboursement de l emprunt conduit à une «destruction monétaire Bilan de Madame C Dette auprès de la FNB Bilan de Monsieur D 9 Réserve (billet) Prêts (Créance sur Mme C) Bilan de la FNB 1 9 Dépôts (liquide) dette à l égard de M. A (2), de Mme B (1) et de l ent X (7) 1 Dépôt à vue auprès de TNB 81 Dette auprès de la SNB Bilan de Monsieur E Dette auprès de la TNB 81 Bilan de la SNB Bilan de l entreprise X Réserve (billet) Prêts (Créance sur M. D 9 81 Dépôts (liquide) dette à l égard de l ent Y (9) Bilan de la TNB 9 7 Bilan de l entreprise Y Réserve (billet) Prêts (Créance sur M. E) 81 Dépôts (liquide) dette à l égard de M. D (81) 81 auprès de SNB 9

31 Changement 9 Remettons-nous dans la situation à l issue du changement 7 et imaginons que le processus de dépôt-prêt se poursuive avec à chaque fois un coefficient de réserve de 1% pour chacune des banques. C est un processus (presque) sans fin. En fin de compte, à combien s élèvera l offre monétaire totale? 1 (dépôt initial) + 9 (prêt de la FNB =,9 * 1 ) + 81 (prêt de la SNB =,9 * 9 ) + 72,9 (prêt de la TNB =,9 * 81 ) + = 1 Pourquoi? Série mathématique : ,9 + dont il faut chercher la limite en plus l infini => 1 [1 + (1 -,1) + (1,1) * (1,1) + (1,1) * (1,1) * (1,1) +...] = 1 / (1-(1-,1)) = 1/,1= 1 Le multiplicateur monétaire = la quantité de monnaie que le système bancaire peut créer à partir d un O de réserve (ou de dépôt). Comment mesurer le multiplicateur monétaire? Soit M le multiplicateur monétaire et R le coefficient de réserve : M = 1/R = 1/,1=1 En résumé, si R est le coefficient de réserve utilisés par toutes les banques de l économie, chaque O de réserve peut générer (1/R) O de monnaie.

32 Applications pratiques a) Si une banque a 1 de dépôts et que R =,1, quelles doivent être ses réserves? 1 Car R = réserves / dépôts => réserves = dépôts * R => 1 = 1 *,1 b) Si le système bancaire a 1 de réserves et que le coefficient de réserve est de 2%, combien de dépôts y a-t-il au maximum dans l économie? 5 Car R = réserves / dépôts => dépôts = réserves / R => 5 = 1 /,2 c) Le multiplicateur monétaire est-il plus grand ou plus faible lorsque le coefficient de réserve augmente? Plus faible car si R augmente, les banques ne peuvent plus consentir autant de prêts que par le passé et la masse monétaire augmente moins. Exemples : M = 1 / R Si R =,1 => M = 1. Si R =,2 => M = 5. Si R = 1 => M = 1.

33 QUI PEUT CRÉER DE LA MONAIE»? la création monétaire est le fait de la Banque centrale et des banques de second rang Le système bancaire est structuré en trois niveaux hiérarchiques : - au premier rang se trouve la banque centrale - au second rang se trouve les banques commerciales qui créent de la monnaie scripturale -au troisième se trouvent les agents non-financiers. Les banques de second rang créent de la monnaie scripturale à l'occasion de trois types d'opération : 1. lorsqu'elles octroient des crédits aux agents non-financiers, elles acquièrent en contre partie des titres de créance sur l'économie ; 2. lorsqu'elles accordent un crédit au Trésor public (agent financier de l ETAT), elles acquièrent en contre partie des créances sur le Trésor en souscrivant des bons du Trésor ; 3. lorsqu'elles créditent le compte d'un agent en échange de devises, elles acquièrent une créance sur l'extérieur. De même la Banque centrale crée de la monnaie, à l'occasion de trois types d'opérations : 1. lorsque le Trésor éprouve des difficultés de trésorerie, elle lui vient en aide et acquière en contrepartie une créance appelée concours au trésor public ; 2. lorsque les banques de second rang ont besoin de monnaie Banque centrale ; 3. lorsqu'elle acquière des devises, la Banque centrale procède également à de la création monétaire.

34 La banque centrale est la banque de la nation. Elle surveille le système bancaire et régule la quantité de monnaie en circulation. La banque centrale a 3 grands rôles : 1. réguler le système bancaire, contrôler les banques commerciales 2. elle est la banque des banques et le prêteur de dernier ressort 3. contrôler l offre de la monnaie : politique monétaire La banque centrale a 3 instruments de contrôle monétaire : 1. opération d open-market : achats et ventes d obligations d Etat 2. changer le coefficient de réserve : augmenter ou réduire. Une augmentation de ces coefficients réduit le multiplicateur monétaire, donc l offre de monnaie et inversement 3. changer le taux de réescompte : taux auquel elle prête de l argent aux banques. L augmentation du taux d escompte décourage les banques de venir emprunter et se traduit par une diminution des réserves du système bancaire ce qui contribue à diminuer l offre de monnaie et inversement. Il y a 2 limitations à ce contrôle : 1. la banque centrale ne peut contrôler la quantité de monnaie que les ménages décident de conserver 2. la banque centrale ne peut que très partiellement contrôler le montant global des prêts accordés par les banques commerciales

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé.

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. 1 Plan du cours I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. II. Les échanges interbancaires. III. La création monétaire et les échanges interbancaires dans un système bancaire hiérarchisé.

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN Université d Auvergne, Clermont I Faculté de Sciences économiques et de gestion 2 ème année de DEUG Cours de Mr Diemer Arnaud SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Partie II - Chapitre 3 L offre de monnaie II-3.a) Introduction Structure d économie monétaire hiérarchisée II-3.a) Introduction Modes de création monétaire Modes de création

Plus en détail

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE

LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE LE ROLE DES BANQUES DANS LE FINANCEMENT DE L'ECONOMIE Une économie nationale est confrontée en permanence au problème du financement de l activité de tous les agents qui la composent. Son fonctionnement

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers

Les Banques Cours N 2. B - Les titres financiers Les Banques Cours N 2 B - Les titres financiers Vocabulaire : action, obligation, Bons du Trésor. Titres financiers et de manière plus générale «les créances». Un titre financier c'est une créance non

Plus en détail

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Norvège Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie scripturale (deposit money) est la monnaie qui a une existence totalement immatérielle, c est-à-dire qu elle n a pas de

Plus en détail

comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1

comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1 Toutes formations Initiation comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1 2 Étude du bilan L origine des fonds d une entreprise et leur

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Monnaie et financement de l économie

Monnaie et financement de l économie Monnaie et financement de l économie I. Monnaie, masse monétaire création monétaire, devises A. Les différents aspects de la monnaie Monnaie = Instrument d échanges qui permet ds une éco donnée l achat

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Contrôle. Consultation CDEC

Contrôle. Consultation CDEC Chapitre 1 : Monnaie et financement de l économie marocaine Financement de l activité économique Financement Direct Financement Indirect Marché financier Marché monétaire Marché hypothécaire Banques Stés.

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Turquie Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Lettre aux actionnaires

Lettre aux actionnaires Lettre aux actionnaires Comptes du Groupe au 30 juin 2010 Message des présidents Mesdames, Messieurs, L actualité économique du premier semestre a été marquée par la crise d endettement dans certains pays

Plus en détail

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7)

Bilan au 31/12/N Capitaux propres et passifs Immobilisations (6) Stocks (7) Chapitre 2. Le bilan 1. Présentation générale du bilan 1.1. Définition C'est une représentation à une date donnée (à la clôture de l'exercice en général) du patrimoine de l'entreprise c'est-à-dire de tout

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet 2009 Source : www.droit-algerie.com [NB - Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet

Plus en détail

MasterCard Questions fréquemment posées

MasterCard Questions fréquemment posées MasterCard Questions fréquemment posées ARGENTA BANQUE D ÉPARGNE SA, BELGIËLEI 49-53, 2018 ANTWERPEN 2/5 DIRECTION MOYENS 18-08-2009 Sommaire I. Quelle est la limite d utilisation de ma MasterCard?...3

Plus en détail

I. Qu est-ce que la monnaie? A. Quelles sont les fonctions de la monnaie?

I. Qu est-ce que la monnaie? A. Quelles sont les fonctions de la monnaie? CHAPITRE 5 : LA MONNAIE ET LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE 4. La monnaie et le financement 4.1 À quoi sert la Fonctions de la monnaie? monnaie, formes de la monnaie 4.2 Comment l'activité économique est-elle

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

Unité C Finances personnelles Corrigé

Unité C Finances personnelles Corrigé Unité C Finances personnelles Corrigé Exercice 4 : Achat d'une maison - Corrigé 1. A B C D E F G H I 1 QUESTION 1 2 3 4 Cette formule t'aidera à déterminer le prix de la maison que tu peux acheter. 5 6

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Balance des paiements (rappel)

Balance des paiements (rappel) et simpli ée la des et Balance des paiements (rappel) Td n 1 Tovonony Raza ndrabe EconomiX 01 octobre 2012 et simpli ée la des et Plan 1 et simpli ée la 2 des 3 et Les autres soldes et simpli ée la des

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 11 - LES DETTES FINANCIERES COLLEGE. Réunion du mercredi 2 avril 2014

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 11 - LES DETTES FINANCIERES COLLEGE. Réunion du mercredi 2 avril 2014 COLLEGE Réunion du mercredi 2 avril 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 11 - LES DETTES FINANCIERES ET LES INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME NORME N 11 LES DETTES

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS BACCALAURÉAT STG ÉCONOMIE-DROIT PROPOSITION D ÉVALUATION TYPE SUJET BAC AVRIL 2006 Période d évaluation : premier trimestre année de terminale STG. Points du programme testés :

Plus en détail

monnaie Dar As-Sikkah, entité appartenant à Bank Al-Maghrib, fabrique les pièces de Et les billets de banque en circulation

monnaie Dar As-Sikkah, entité appartenant à Bank Al-Maghrib, fabrique les pièces de Et les billets de banque en circulation Monnaie Un peu d histoire... Avant l apparition de la monnaie, il y avait le troc, qui constitue l échange d un produit contre un autre d une valeur équivalente Mais celui-ci posait de nombreuses contraintes

Plus en détail

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC I. Les éléments de la facturation Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC A. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) La TVA est un impôt sur la consommation finale à des taux variables suivant la nature

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations Chapitre 5 Calculs financiers 5.1 Introduction - notations Sur un marché économique, des acteurs peuvent prêter ou emprunter un capital (une somme d argent) en contrepartie de quoi ils perçoivent ou respectivement

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Parmi les manuels classiques qui dérogent à la règle, nous en retiendrons trois, qui donnent différentes définitions de la monnaie.

Parmi les manuels classiques qui dérogent à la règle, nous en retiendrons trois, qui donnent différentes définitions de la monnaie. Leçon 1 : Qu est ce que la monnaie? I. Une définition de la monnaie Il est très significatif, mais un peu inquiétant, que de nombreux ouvrages sur l économie monétaire ne donnent pas de définition de la

Plus en détail

COURS 470 Série 04. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 04. Comptabilité Générale COURS 470 Série 04 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro?

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro? Florian Colas Conférence d économie approfondie Note sur un point technique, élaborée à partir d un entretien avec Madame Claudine Cortet, Conseiller auprès du Directeur général des Etudes et Relations

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Cours d économie générale

Cours d économie générale Cours d économie générale Aurélien Méré Deuxième année de cycle ingénieur Table des matières Répartition et consommation... 3 La répartition... 3 La répartition du produit... 3 La répartition des revenus...

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

Statistique Canada répartit les adultes de ménages en 3 catégories:

Statistique Canada répartit les adultes de ménages en 3 catégories: CHAPITRE 9 : Le chômage et son taux naturel Statistique Canada répartit les adultes de ménages en 3 catégories: - Occupés ou en emploi - En chômage - Inactif Personne est employée si elle a eu un emploi

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Comment pousse la monnaie? - ATTAC - document 16- Page 1 de 6. Comment pousse la monnaie?

Comment pousse la monnaie? - ATTAC - document 16- Page 1 de 6. Comment pousse la monnaie? Comment pousse la monnaie? - ATTAC - document 16- Page 1 de 6 Les mécanismes de la création monétaire Comment pousse la monnaie? Depuis moins de deux siècles, il coexiste en Occident deux sortes de monnaie:

Plus en détail

Argent présent et pris en compte!

Argent présent et pris en compte! Argent présent et pris en compte! Niveau 8 Au cours de la présente leçon, les élèves compareront les taux d intérêt appliqués à divers comptes bancaires et calculeront le potentiel de rendement au fil

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 64 64 ACTIVITÉS DES SERVICES FINANCIERS, HORS ASSURANCE ET CAISSES DE RETRAITE Cette division comprend les activités de collecte et de redistribution

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Centrale des crédits aux entreprises

Centrale des crédits aux entreprises Centrale des crédits aux entreprises Bruxelles, mercredi 23 octobre 2013 Patrick BISSOT Introduction Le crédit est important et même nécessaire pour l'économie... 2 / 25 Crédits enregistrés à la CCE Comparaison

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Tarifs en vigueur à partir du 14/03/2014 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs)

Tarifs en vigueur à partir du 14/03/2014 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs) Tarifs en vigueur à partir du 14/03/2014 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs) Sommaire 1 I. L OFFRE HELLO BANK!... 3 1.1. Compte à vue Hello...

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours de niveau avancé Leçon 10: Mise en œuvre des systèmes de gestion de trésorerie Objectifs À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: reconnaître

Plus en détail

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale COURS 470 Série 09 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Chapitre 3 : Les mécanismes de la création monétaire

Chapitre 3 : Les mécanismes de la création monétaire Chapitre 3 : Les mécanismes de la création monétaire Comment la politique monétaire est-elle définie? La création monétaire, l offre de monnaie émane du système bancaire qui comprend deux acteurs principaux

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail