NANOMATERIAUX ET TECHNOLOGIE : UNE ASSOCIATION PROMETTEUSE POUR LE FUTUR (?)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NANOMATERIAUX ET TECHNOLOGIE : UNE ASSOCIATION PROMETTEUSE POUR LE FUTUR (?)"

Transcription

1 NANOMATERIAUX ET TECHNOLOGIE : UNE ASSOCIATION PROMETTEUSE POUR LE FUTUR (?) Institut de Chimie de Clermont-Ferrand, ICCF UMR UBP-ENSCCF-CNRS , Avenue des Landais, BP Aubière Cedex

2 Atomes 0,1 nm Molécules qq nm (<100 nm) Objet pls. centaines de nm Algue unicellulaire L acétabulaire H :4-5 cm, : 1,5 cm

3 Molécule Brique élémentaire 0D 1D 2D 3D Les matériaux nano-chargés ou nano-renforcés Les matériaux nanostructurés en surface Les matériaux nanostructurés en volume

4 Vitrage anti-reflet

5 UV Vitrages «Intelligents» Ou «Smart windows»

6 cosmétique

7

8 Sous UV 1 µm

9 Largement utilisés en cosmétique depuis 1986, certains vecteurs comme les liposomes offrent aujourd'hui des débouchés dans l industrie pharmaceutique. Une nébulisation de liposomes vides résout certains problèmes pulmonaires chez les nouveaux nés. Ces vecteurs sont capables de véhiculer des substances médicamenteuses en ciblant des cellules spécifiques au cœur des tissus. Ils améliorent également la pénétration et le transport d actifs en thérapie génique, dans les collyres ou lors du traitement de certaines maladies comme le diabète.

10 Capsules creuses de polymère, obtenues par un procédé d'évaporation de solvant. Dans ces capsules peuvent être insérés des principes actifs. L'utilisation de tels matériaux intéresse la pharmacie, la médecine...

11 100 nm

12 Nanoporeux 1 matrice nanoporeuse: 20<r<1000 Å 1 liquide non mouillant: eau, mercure >90 P T = cste P int P ext V Intrusion de l eau dans les pores r compression détente Cycles à T=cte de compression détente 1 2 intrusion forcée extrusion spontanée

13 1 Déploiement de panneaux solaires: opérationnel

14 2 Ecréteurs, systèmes anti-sismiques DLD International Goleta Air & Space Museum.

15 3 Absorbeur de choc, pare-chocs

16 Nanoparticules et quantum dots

17 a a diffusion ("de Mie")

18 a a diffusion ("Rayleigh") varie en 1/

19 relation entre d et interférences entre les rayons réfléchis Loi de Bragg n = 2d.sin monochromatique lumière blanche diffraction iridescence 0,5 d 0,1

20 Que se passe t il quand la taille devient nanométrique? orbitales moléculaires orbitale atomique bande d énergie Les états continus (bande) deviennent discrets

21

22 quand le diamètre des particules augmente le gap diminue l absorption se déplace vers le rouge d

23 Le gap augmente quand la taille diminue orbitales moléculaires orbitale atomique bande d énergie On peut contrôler les propriétés optiques d un semi-conducteur en contrôlant sa taille

24 3 nm 4 nm 5 nm 3 nm Nanoparticules de 4 nm 5 nm CdSe E g = 1,6 ev nm 4 nm 5 nm

25 Marquage de cellules cancéreuses Greffage d un marqueur (streptavidin) et d anticorps spécifiques IgG sur les quantum dots cible = cellules cancéreuses du poumon excitation sous lampe UV (Hg) émission par quantum dot Microtubules colorés en vert par QdotTM 525-stretavidin Mitochondries colorées en rouge par QdotTM 605-treptavidin Noyaux colorés en bleu par un luminophore organique

26 Palette de couleurs variée Protéines fluorescentes Quantum dots GFP + RFP Problème Cd!!

27 UV UV

28

29 Des élytres recouverts d écailles

30 Changement d indice Toute contrainte appliquée à un structure modifie la couleur 1 Modification de l indice d un des constituants

31 Une échelle de structures

32

33 Une application : protection de «niveau 2» des billets de banque

34 Nanotubes de carbones Diverses formes de structures carbonées Un tel filament présente une résistance 100 fois supérieure à l'acier, pour un poids divisé par six, et cela avec une résistance peu commune aux hautes températures Ruban de 0,5 mm d épaisseur Fibre dense de 25 m

35 Utilisation des OLED pour la vision virtuelle Microdisplay OLED Optique pour Microdisplay Vision virtuelle Vision de l image en surimpression sur l environnement Ecran flexible

36 UV UV Béton flexible hyper-résistant "le nouveau béton est 500 fois plus résistant aux fissures et 40 pourcent plus léger que le béton classique".

37 Passerelle de la Paix à Séoul L'arc central de 120 mètres de portée est constitué de 6 éléments de 20 mètres de longueur et de 1,30 mètre de hauteur, sur lesquels repose un tablier de seulement 3 cm d'épaisseur. DUCTAL le béton du XXIème siècle. Mobilier urbain en DUCTAL

38 UV UV Plastique intelligent qui se retracte sous UV et qui revient à sa position normale sous eclairage bleu (chirurgie, avec éclairage endoscopique)

39 céramiques P.A. Cuvelier, Photo J. Lafait à base de sels de cuivre Formation de grains de Cu métallique en atmosphère réductrice Effet de plasmon de surface dans la couche

40 Ag Au Italian Lustre from Deruta (16 th century) Vitraux Vase antique (europe centrale) 17 ème siècle TECHNIQUE La céramique déjà émaillée (2 cuissons) est enduite d'une fine couche d'un mélange de sels d'ag et Cu. Une 3 ème cuisson en atmosphère réductrice permet la formation de nano-particules métalliques dans la couche de lustre. Céladon coréen dynastie Koryo ( ) Fours de verriers du 18 ème siécle Briques émaillées Porte d'ishtar à Babylone VI e siècle av. J.-C.

41

42 Risques? Merci pour votre attention!

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie UV-Visible Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie d absorption UV-Visible I. Introduction. Spectroscopie : Etude

Plus en détail

Composants. Jetons et dépolis. Lentille condenseur asphérique. Condenseur double sur tige. Jetons et dépolis

Composants. Jetons et dépolis. Lentille condenseur asphérique. Condenseur double sur tige. Jetons et dépolis Jetons et dépolis Dépolis en verre diamètre 40, 50 ou 80 mm Épaisseur 2 mm, chaque face est dépolie à grain fin Marquage sérigraphié «d» disponible Jetons et dépolis Dépoli + Objet Dépoli Diamètre 40 mm

Plus en détail

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT Nanophosphors 27-09-07 Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT SARL 26 rue Barthélemy de Laffemas 26000 VALENCE tel +33 475 xxx xxx info@gritche-technologies.com www.gritche-technologies.com : nanomaterials

Plus en détail

I. Le nano-monde. II. Les outils technologiques. III. Propriétés. IV. Applications. V. Enjeux

I. Le nano-monde. II. Les outils technologiques. III. Propriétés. IV. Applications. V. Enjeux I. Le nano-monde II. Les outils technologiques III. Propriétés IV. Applications V. Enjeux I. Le nano-monde Échelle de l'atome : -9 1 nm =10 m = 1 mm / 1000 / 1000 = C-60 I. Le nano-monde Échelle de l'atome

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. produit b. polychromatique c. longueur d onde d. supérieure e. trichromatique f. cônes g. thermique h. Wien 2. QCM a. peut être

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. L impression par jet d encre 2. Les encres 3. L impression numérique sur bois

SOMMAIRE. 1. L impression par jet d encre 2. Les encres 3. L impression numérique sur bois IMPRESSION NUMÉRIQUE SUR BOIS : TECHNOLOGIE ET PERSPECTIVES D APPLICATION EN AMEUBLEMENT Journée technique «Innovation dans l ameublement» 25 septembre 2009 - SOMMAIRE 1. L impression par jet d encre 2.

Plus en détail

Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque

Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque Institut des Nanotechnologies de Lyon, Université de Lyon, INSA de Lyon Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque Tetyana Nychyporuk Équipe Photovoltaïque 1 Le future et le photovoltaïque

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

La sécurité par le verre

La sécurité par le verre Pierre Stettler La sécurité par le verre Copyr ight 2004 VI M Isolation thermique Isolation acoustique Contrôle solaire Verre chauffant Sécurité Esthétique et décoration Propriétés du verre Solide amorphe

Plus en détail

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie d absorption http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie Usage de la lumière pour mesurer une concentration Basée sur l absorption des radiations lumineuses L absorption

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. Concernant les constituants du microscope photonique : A. La lentille la plus

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION. : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation

LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION. : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation Découverte: T. Maiman, Juin 1960 Cristal de Rubis excité par lampes flash

Plus en détail

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE METHODES D ETUDE DE LA CELLULE ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE Techniques morphologiques 1 Les microscopes Les microscopes utilisent la déviation d un flux ondulatoire de particules, soit non chargées

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

Techniques d analyses d œuvres d art

Techniques d analyses d œuvres d art Rappels : Pour espérer réussir à faire une conversion il est indispensable de connaître le tableau de multiples et sous multiples suivant : Gm Mm km m mm µm nm Pour convertir des centimètres en kilomètres,

Plus en détail

Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations

Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations Kenza IKOUOUBEL Encadrants: Dr. Raphaël Passas, Dr. Pierre Dumont En collaboration avec Dr. Manuel Mikczinski (OFFIS)

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

Contrôle non destructif par méthodes optiques infrarouges. par Jean - Luc Bodnar

Contrôle non destructif par méthodes optiques infrarouges. par Jean - Luc Bodnar Paris Mesurexpo 2011 Jeudi 6 octobre 2011 Contrôle non destructif par méthodes optiques infrarouges par Jean - Luc Bodnar Groupe de Recherche En Sciences pour l Ingénieur (GRESPI) UFR Sciences Exactes

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

INTEGRA 95UV. Vérificateurde codes Data Matrix UV

INTEGRA 95UV. Vérificateurde codes Data Matrix UV Vérificateurde codes Data Matrix UV INTEGRA 95UV Vérifie les codes Data Matrix and QR Codes comparables aux normesiso 15415 Effectue une notation pour les symboles ayantétéimprimésavec uneencreuv Adaptation

Plus en détail

Granulométrie Laser. Expertise - Innovation - Solutions. Expertise - Innovation - Solutions. Votre partenaire en analyse de particules. www.cilas.

Granulométrie Laser. Expertise - Innovation - Solutions. Expertise - Innovation - Solutions. Votre partenaire en analyse de particules. www.cilas. Expertise - Innovation - Solutions Expertise - Innovation - Solutions Granulométrie Laser Production Recherche et Développement Contrôle Qualité Laboratoire d analyse Votre partenaire en analyse de particules

Plus en détail

LE MONDE QUANTIQUE AU QUOTIDIEN: L OPTO-ELECTRONIQUE

LE MONDE QUANTIQUE AU QUOTIDIEN: L OPTO-ELECTRONIQUE LE MONDE QUANTIQUE AU QUOTIDIEN: L OPTO-ELECTRONIQUE Emmanuel ROSENCHER Office National d Études et de Recherches Aérospatiales (ONERA) Département de Physique (École Polytechnique) «Laissez dire les sots

Plus en détail

La lumière : de la torche à la LED

La lumière : de la torche à la LED La lumière : de la torche à la LED bruno.vinouze@telecom-bretagne.eu Page 1 Définition de la lumière Il y a 2 théories pour décrire la lumière : Théorie ondulatoire (les ondes qui vibrent) Théorie corpusculaire

Plus en détail

Baccalauréat général annale zéro

Baccalauréat général annale zéro éduscol Baccalauréat général Enseignement de physique-chimie Épreuve de spécialité séries S Baccalauréat général annale zéro Sujets de spécialité Extrait du BO spécial n 8 du 13 octobre 2011 En plaçant

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

Protection de la tête

Protection de la tête Protection de la tête 366 EN397:1995 Casques de protection pour l industrie EN379: 2003 EN379:2003 Specifications concernant les Filtres de soudage actif. Absorption de chocs. Antipénétration. Resistance

Plus en détail

Photo fournie amicalement par CurioDesign. Soudure laser de thermoplastiques. Pour des liaisons à haute tenue mécanique

Photo fournie amicalement par CurioDesign. Soudure laser de thermoplastiques. Pour des liaisons à haute tenue mécanique Photo fournie amicalement par CurioDesign Soudure laser de thermoplastiques Pour des liaisons à haute tenue mécanique La soudure laser est un procédé innovant d assemblage des plastiques et elle présente

Plus en détail

Chapitre 1 Ondes électromagnétiques

Chapitre 1 Ondes électromagnétiques Chapitre 1 Ondes électromagnétiques 1. Formules 2. Dualité onde-particule 3. Les types d ondes électromagnétiques 4. La thermoluminescence 5. Les applications des ondes électromagnétiques 6. Application

Plus en détail

Chapitre IV UTILISATIONS DE LA LUMINESCENCE

Chapitre IV UTILISATIONS DE LA LUMINESCENCE 28 Chapitre IV UTILISATIONS DE LA LUMINESCENCE IVA- UTILISATIONS DANS LA RECHERCHE FONDAMENTALE IVA-1- DIFFERENTS TYPES DE NIVEAUX ENERGETIQUES Les diagrammes énergétiques des centres activateurs peuvent

Plus en détail

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Les ondes Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Objectifs : Indiquer que l énergie associée au photon W = hv augmente avec la fréquence Présenter les sources de lumières naturelles et artificielles,

Plus en détail

NANOPARTICULES. Groupe ASMT Toxicologie CISME 2009

NANOPARTICULES. Groupe ASMT Toxicologie CISME 2009 NANOPARTICULES Groupe ASMT Toxicologie CISME 2009 1 NANOPARTICULES: DEFINITIONS Ensemble des particules solides de dimension inférieure à 100 nm ( = 0,1 µ) (US National Nanotechnology Initiative) Nanoparticules

Plus en détail

BASES DE LA FLUORESCENCE

BASES DE LA FLUORESCENCE BASES DE LA FLUORESCENCE Aurélie Le Ru, Ingénieur d étude CNRS Agrobiosciences, Interactions et Biodiversité, Plateau d imagerie, 24 chemin de Borde Rouge 31326 Castanet-Tolosan Cedex leru@lrsv.ups-tlse.fr

Plus en détail

Préparation d aliments, inspection de sécurité et d incendie, moulage de plastique, asphalte, mesure de température, industrie automobile.

Préparation d aliments, inspection de sécurité et d incendie, moulage de plastique, asphalte, mesure de température, industrie automobile. NOTICE D UTILISATION THERMOMETRE INFRAROUGE TYPE ST- 882 Caractéristiques: Mesures précises sans contact Pointeur laser incorporé Sélection automatique de la gamme et résolution jusqu 0.1 ou 1 Sélecteur

Plus en détail

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN...

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN... TP Matériaux Table Des Matières 1 - Les semi-conducteurs 4 1.1 Conducteurs électriques...4 1.2 Les semi-conducteurs...5 1.3 La jonction PN...6 1.4 Les cellules photoélectriques...7 1.5 TP semi-conducteurs...9

Plus en détail

Instructions et exemples de pose Austroflex Multiklemm 30 / 50

Instructions et exemples de pose Austroflex Multiklemm 30 / 50 Instructions et exemples de pose Austroflex Multiklemm 30 / 50 Systèmes de panneaux pour plancher chauffant pour systèmes de construction à sec, systèmes standards de chapes et de chapes liquides Avant

Plus en détail

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Questions pour réfléchir : Q. p.10. Une onde de lumière naturelle tombe sur une vitre plate sous un angle de 5 o. Décrivez l état de polarisation du

Plus en détail

Les nanomatériaux dans les objets quotidiens

Les nanomatériaux dans les objets quotidiens Les nanomatériaux dans les objets quotidiens Inventaire des produits commerciaux contenant des nanomatériaux Nombre de produits 1000 800 600 400 200 0 2005 2006 2007 2008 2009 Source : http://www.nanotechproject.org/inventories/consumer/

Plus en détail

Dominique Bossiroy. Formation continue experts et laboratoires «sols» Jambes 24 novembre 2015

Dominique Bossiroy. Formation continue experts et laboratoires «sols» Jambes 24 novembre 2015 Dominique Bossiroy Formation continue experts et laboratoires «sols» Jambes 24 novembre 2015 1 D. BOSSIROY Direction des Risques chroniques Cellule de Microscopie et Minéralogie Unité technique Asbeste

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS Pr. S.SECK GASSAMA INTRODUCTION La terre et les êtres vivants qui la peuplent sont exposés de façon continue ou discontinue à différents types de rayonnements. Pour comprendre

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11. Annex 30, page 1 Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.04 Titre - C40B Chimie combinatoire, bibliothèques, p.ex. chimiothèques

Plus en détail

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique et et 1/21 1 / 21 et Lumière blanche Lampe à incandescence : lumière blanche Source thermique : Fonctionnement basé sur le rayonnement électromagnétique spontané d un corps chauffé à haute température,

Plus en détail

EFFET DE LA PRESENCE DE CHARGES MINERALES SUR LA PHOTOPOLYMERISATION D UNE RESINE ACRYLIQUE

EFFET DE LA PRESENCE DE CHARGES MINERALES SUR LA PHOTOPOLYMERISATION D UNE RESINE ACRYLIQUE EFFET DE LA PRESENCE DE CHARGES MINERALES SUR LA PHOTOPOLYMERISATION D UNE RESINE ACRYLIQUE Laurence Lecamp & Philippe Lebaudy INSA de ROUEN Laboratoire Polymères Biopolymères Surfaces (PBS) UMR CNRS 627

Plus en détail

MECANISME DE NOIRCISSEMENT

MECANISME DE NOIRCISSEMENT MECANISME DE NOIRCISSEMENT Le noircissement fait intervenir la capture des trous photoinduits et la création in situ des lacunes et des ions argent en position interstitielle selon les mécanismes suivants:

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

Chimie des matériaux CHM506

Chimie des matériaux CHM506 Chimie des matériaux CHM506 Yue Zhao Properties of Materials Mary Anne White Qu est-ce qui est dans la chimie des matériaux? Covers solid-state chemistry, both inorganic and organic, and polymer chemistry,

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - III

Les LASERS et leurs applications - III Les LASERS et leurs applications - III Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Les lasers : quoi, comment, pourquoi?

Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Thierry Lahaye LCAR, UMR 5589 du CNRS, Toulouse Délégation régionale du CNRS 8 novembre 2010 Il y a 50 ans naissait le laser 16 mai 1960, Theodor Maiman (Hughes Research

Plus en détail

SPECTROSCOPIE. I Analyser la lumière. II Spectres d émission. III Spectres d absorption. IV Applications de la spectroscopie.

SPECTROSCOPIE. I Analyser la lumière. II Spectres d émission. III Spectres d absorption. IV Applications de la spectroscopie. SPECTROSCOPIE I Analyser la lumière. II Spectres d émission. III Spectres d absorption. IV Applications de la spectroscopie. I Analyser la lumière. Que signifie analyser la lumière? Analyser la lumière

Plus en détail

SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI

SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI les rouleaux SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI propose une gamme complète d appareils industriels,

Plus en détail

Mode d emploi 559 938

Mode d emploi 559 938 06/05-W97-Iv/Sel Mode d emploi 559 938 Détecteur d énergie de rayonnement X (559 938) 1 Détecteur d énergie de rayonnement X 2 Porte-capteur 3 Ecran d atténuation 4 Cible d étalonnage 5 Tige avec filetage

Plus en détail

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible Introduction à la spectroscopie UV-Visible Article rédigé par Antoine Eloi (Professeur Agrégé de Chimie en Classes Préparatoires BCPST), édité par Nicolas Lévy (Responsable Editorial de CultureSciences-Chimie).

Plus en détail

Seconde partie de l épreuve

Seconde partie de l épreuve Seconde partie de l épreuve Le sujet comprend 3 documents notés de A à C. L image ci-dessous présente un capteur d énergie intégré à la couverture d un bâtiment industriel : Question 1 (3 points) En vous

Plus en détail

Microélectronique. Colles pour la technologie Chip-On-Board

Microélectronique. Colles pour la technologie Chip-On-Board Microélectronique Colles pour la technologie Chip-On-Board Table des matières 1 Glob-Top avec DELO-KATIOBOND Page 3 1.1 Enrobage de puces en quelques secondes Page 3 1.2 Avantages décisifs des caractéristiques

Plus en détail

Immunofluorescence. Méthode qui utilise un marqueur fluorescent pour mettre en évidence un complexe Ag-Ac

Immunofluorescence. Méthode qui utilise un marqueur fluorescent pour mettre en évidence un complexe Ag-Ac Immunofluorescence Méthode qui utilise un marqueur fluorescent pour mettre en évidence un complexe Ag-Ac Rappels Luminescence: émission de lumière consécutive à l excitation d une molécule par une énergie

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

UE3.1 : Physique DUREE : 35 mn ********** CETTE EPREUVE COMPREND :

UE3.1 : Physique DUREE : 35 mn ********** CETTE EPREUVE COMPREND : Année universitaire 2012-2013 UE3.1 : Physique DUREE : 35 mn ********** CETTE EPREUVE COMPREND : 10 QCMs Répondre sur la grille de réponses au feutre noir Ce cahier comprend 6 pages (page de garde+5 pages).

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

Introduction générale aux nanomatériaux

Introduction générale aux nanomatériaux Introduction générale aux nanomatériaux J.Lecomte, M.Gasparini 16/10/2014 le centre collectif de l industrie technologique belge Notre centre Federation for the technology industry Collective centre of

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Vitrages et protections solaires

Vitrages et protections solaires Vitrages et protections solaires Verre et effet de serre Transmission spectrale Double verre: modes de transmission de chaleur Verre isolant triple, avec film Verre antisolaire Verre anti-reflet Verre

Plus en détail

Jean-François Morin! Nanosciences et nanotechnologies! CHM-4203! Chapitre 2. Les outils de caractérisation en nanoscience!

Jean-François Morin! Nanosciences et nanotechnologies! CHM-4203! Chapitre 2. Les outils de caractérisation en nanoscience! Chapitre 2 Les outils de caractérisation en nanoscience! Il existe plusieurs techniques de caractérisation pour l étude des nanostructures organiques, inorganiques et de surface. Les principales sont la

Plus en détail

Un.5/6 LA lumière des étoiles évaluation

Un.5/6 LA lumière des étoiles évaluation Un.5/6 LA lumière des étoiles évaluation Classe : Nom : sujet A Note : appréciation: Question n 1 : Relier chaque spectre à la légende qui lui correspond : a. Spectre émis par une étoile rouge b. Spectre

Plus en détail

LES LUNETTES LES NORMES DE BASE. Méthodes d essais d optiques. Méthodes d essais autres qu optiques LES NORMES DE TYPES D UTILISATION

LES LUNETTES LES NORMES DE BASE. Méthodes d essais d optiques. Méthodes d essais autres qu optiques LES NORMES DE TYPES D UTILISATION - LUNETTES... 12-13 - LUNETTES / MASQUES... 13 - MASQUES DE SOUDEUR... 14 - ECRANS FACIAUX... 14 CP 082040 L oeil est la partie du corps la plus fragile et nécessite, de ce fait, un maximum de précautions.

Plus en détail

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique Organisation des appareils et des systèmes: Bases physiques des méthodes d exploration UE 3A Le domaine de l optique Dr JC DELAUNAY PACES- année 2015/2016 OPTIQUE GEOMETRIQUE Stigmatisme Miroirs Dioptres

Plus en détail

Toujours au top. Evonik, votre partenaire fiable pour le PLEXIGLAS depuis plus de 70 ans.

Toujours au top. Evonik, votre partenaire fiable pour le PLEXIGLAS depuis plus de 70 ans. s et EUROPLEX Toujours au top Chaque jour de votre vie, vous rencontrez du. Il apporte de la transparence et confère forme et éclat à une grande variété d objets ; il protège de la pluie, de la grêle et

Plus en détail

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France 1968 2008 Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux Pascal Brunou, David Bastien Partec France en Allemagne et partout dans le Monde Société basée à Münster

Plus en détail

MAITRISE. EXFO Division industrielle et sciences humaines 2260 Argentia Road Mississauga, Ontario, L5N 6H7

MAITRISE. EXFO Division industrielle et sciences humaines 2260 Argentia Road Mississauga, Ontario, L5N 6H7 MAITRISE Division industrielle et sciences humaines EXFO Division industrielle et sciences humaines 2260 Argentia Road Mississauga, Ontario, L5N 6H7 Distribué par : Beam-Consult Le Fort 19, CH-1268 Begnins,

Plus en détail

CARNIVAL. Chape ciment autolissant avec d'excellentes propriétés acoustiques. konstruktive leidenschaft

CARNIVAL. Chape ciment autolissant avec d'excellentes propriétés acoustiques. konstruktive leidenschaft Chape ciment autolissant avec d'excellentes propriétés acoustiques konstruktive leidenschaft 01.2016 Vimark 2 5 DESCRIPTION COMPOSITION MÉLANGE ET POSE EN ŒUVRE CARNIVAL est une chape ciment minérale autolissant

Plus en détail

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE Lycée International des Pontonniers Novembre 2015 I. Généralités 1. Spectre d absorption - Lorsqu elle traverse une substance autre que l air ou le vide, la lumière

Plus en détail

Calculs fondamentaux de chromatographie

Calculs fondamentaux de chromatographie Calculs fondamentaux de chromatographie t r : A : 0,82 ; B : 1,48 ; C : 2,51 ; D : 2,86 ; E : 3,99 ; F : 5,28 ; G : 6 06 ; H : 9,95 Temps mort : t m = 40 s. 1. Calculer le facteur de capacité des 4 derniers

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

COLORATION PAR DES NANOPARTICULES METALLIQUES

COLORATION PAR DES NANOPARTICULES METALLIQUES COLORATION PAR DES NANOPARTICULES METALLIQUES Jacques LAFAIT Institut des Nanosciences de Paris (INSP) UMR 7588 - CNRS - Université Pierre et Marie Curie LA COULEUR quantification de la couleur source

Plus en détail

GRAPHITES DE SPÉCIALITÉS POUR LA COULÉE CONTINUE DES MÉTAUX

GRAPHITES DE SPÉCIALITÉS POUR LA COULÉE CONTINUE DES MÉTAUX GRAPHITES DE SPÉCIALITÉS POUR LA COULÉE CONTINUE DES MÉTAUX INSTALLATION DE COULÉE CONTINUE HORIZONTALE Système de refroidissement Filière en graphite Front de solidification La coulée continue est un

Plus en détail

Comparaison de la structure d un chloroplaste avec une cyanobactérie. Source : Wikipedia, CC BY SA

Comparaison de la structure d un chloroplaste avec une cyanobactérie. Source : Wikipedia, CC BY SA 21 : Les pigments De nombreux organismes vivants tels que les cyanobactéries, les algues unicellulaires et les plantes supérieures sont dénommés des organismes autotrophes, capables de produire eux mêmes

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

16/05/2012. 15 et 16 mai 2012. Introduction. Terminologies. Fonctionnement des DEL. Energy Star/ LM79-LM80 / TM 21. Comparaisons

16/05/2012. 15 et 16 mai 2012. Introduction. Terminologies. Fonctionnement des DEL. Energy Star/ LM79-LM80 / TM 21. Comparaisons 15 et 16 mai 2012 Technologie d éclairage à efficacité énergétique Josée Bacon Introduction Terminologies Fonctionnement des DEL Energy Star/ LM79-LM80 / TM 21 Comparaisons Nouvelles réglementations Questions

Plus en détail

SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI

SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI les bandes SOMEFI est une entreprise dédiée à la fabrication de convoyeurs et d éléments modulaires de manutention continue. Depuis plus de 40 ans, SOMEFI propose une gamme complète d appareils industriels,

Plus en détail

Colle époxydique structurale

Colle époxydique structurale Notice Produit Edition 22 08 2011 Numéro 9.33 Version n 2012-011 Sikadur -33 Colle époxydique structurale Description Sikadur -33 est une colle structurale thixotrope à 2 composants, mélange de résine

Plus en détail

Technologies des réseaux tout optique

Technologies des réseaux tout optique École Nationale des Sciences Appliquées Tétouan- Génie des Systèmes de Télécommunications et Réseaux GSTR3 Module: Complément Télécoms Technologies des réseaux tout optique Pr. Mounir Arioua m.arioua@ieee.org

Plus en détail

Assises Européennes du Prototypage Rapide

Assises Européennes du Prototypage Rapide le centre collectif de l industrie technologique belge Assises Européennes du Prototypage Rapide Contrôle de la porosité résiduelle dans les pièces en acier inoxydable fabriquées par rapid manufacturing

Plus en détail

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire NOS SYSTÈMES RAMAN pour votre application en laboratoire ou en procédés avec des longueurs d ondes d excitation 632 nm ou 785 nm Les systèmes se composent d un spectromètre à très haute sensitivité RAMAN,

Plus en détail

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien I. Etude de quelques sources de lumière Objectif : - Obtenir expérimentalement les spectres de quelques sources de lumière, et

Plus en détail

La photosynthèse photosynthèse autotrophes hétérotrophes photoautotrophes

La photosynthèse photosynthèse autotrophes hétérotrophes photoautotrophes La photosynthèse La vie sur terre dépend de l énergie solaire : les végétaux convertissent l énergie lumineuse en énergie chimique. Ce processus s appelle la photosynthèse. Les autotrophes sont les producteurs

Plus en détail

Les diodes. Pascal MASSON. (pascal.masson@unice.fr) École Polytechnique Universitaire de Nice Sophia-Antipolis Cycle Initial Polytechnique

Les diodes. Pascal MASSON. (pascal.masson@unice.fr) École Polytechnique Universitaire de Nice Sophia-Antipolis Cycle Initial Polytechnique (pascal.masson@unice.fr) École Polytechnique Universitaire de Nice Sophia-Antipolis Cycle Initial Polytechnique 1645 route des Lucioles, 641 BIOT 1 Sommaire I. Historique. 3 II. III. IV. La diode. PN :

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

LES SOLUTIONS Les bardages SCB La société SCB propose une gamme complète de bardages pour répondre pleinement à vos attentes. AIGIS : le bardage Thermoplastique renforcé de fibres de verre Bardage Haute

Plus en détail

Optique géométrique et physique

Optique géométrique et physique J.Hormière / 2 Optique géométrique et physique I Un objectif de distance focale f 320 mm est constitué par un doublet (L, L 2 ) de formule 8, 5, 4 (f 8a, e 5a, f 2 4a). La lumière rencontre d abord la

Plus en détail

Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre. Anne Anthore

Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre. Anne Anthore Façonner et observer la matière à l échelle du nanomètre Anne Anthore 03/12 : Concevoir et réaliser des nanomatériaux 10/12 : Observer les nanomatériaux 17/12 : Les nanomatériaux dans les objets quotidiens

Plus en détail

Éclairage pour environnements très exigeants

Éclairage pour environnements très exigeants E2 Éclairage pour environnements très exigeants 2 ETAP Éclairage à degré de protection élevé E2 Dans des environnements humides et/ou très poussiéreux, vous avez besoin de luminaires fermés. Avec E2, ETAP

Plus en détail

Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie?

Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie? Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie? TP : La bouillie bordelaise : Dosage par étalonnage. Document 1 : la spectroscopie UV-visible Une espèce chimique est susceptible d interagir

Plus en détail

Technologies de nettoyage par procédés LASER. Frédérique MACHI IREPA LASER

Technologies de nettoyage par procédés LASER. Frédérique MACHI IREPA LASER Technologies de nettoyage par procédés LASER Frédérique MACHI IREPA LASER IREPA LASER IREPA LASER est l un des plus important centre technique des applications industrielles du LASER en France. Nos activités

Plus en détail

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière Les ondes lumineuses sont des ondes électromagnétiques vectorielles. Certains systèmes physiques, comme par exemple les lunettes de soleil polarisantes,

Plus en détail

SUPRACONDUCTIVITE Louis Dumoulin CSNSM Orsay

SUPRACONDUCTIVITE Louis Dumoulin CSNSM Orsay SUPRACONDUCTIVITE Louis Dumoulin CSNSM Orsay Introduction -Phénomène spectaculaire qui a marqué profondément la Physique des Solides -Une propriété incontournable des très basses Températures -Une place

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail