Favoriser la création d entreprises sociales sur les territoires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Favoriser la création d entreprises sociales sur les territoires"

Transcription

1 Chorum Initiatives pour le Développement de l'economie Sociale Favoriser la création d entreprises sociales sur les territoires Panorama et bonnes pratiques de dispositifs d appui à l émergence, au développement et à la pérennisation des entreprises de l ESS Etude réalisée par : > Amandine Barthélémy, Corinne Douënel, Marion Douroux, Romain Slitine, pour ODYSSEM > Brigitte Lesot, Jean-Baptiste Mougel, pour CHORUM et CIDES Avant-propos de : > Marie-Guite Dufay, pour l Association des Régions de France > Jean-Marc Maury, pour la Caisse des Dépôts et Consignations Février 2012

2

3 Avant propos Nous sommes tous, dans nos régions, à la recherche du dispositif le plus efficace pour susciter l émergence de projets, accompagner, développer et pérenniser les entreprises sociales de nos territoires, créatrices d emplois non délocalisables, de lien social, de valeur ajoutée économique, sociétale et environnementale. Nous innovons dans les montages financiers. Nous expérimentons de nouveaux partenariats, de nouvelles gouvernances associant les acteurs, les citoyens, les entreprises, les autres collectivités locales et partenaires financiers. Mais, à côté de cette créativité partenariale régionale, nous avons besoin de faire un arrêt sur image, de nous enrichir du retour d expérience des autres pour faire évoluer nos politiques publiques et nos dispositifs régionaux, avec le souci de toujours les améliorer pour une meilleure efficience. L étude réalisée par CHORUM et Odyssem nous invite à nous poser collectivement pour analyser les expériences en cours, les facteurs clés de succès. Elle dresse les éléments indispensables à l éclosion d écosystèmes favorables à la création d entreprises et à l innovation sociale. Elle constitue un apport indéniable à la réflexion collective et j invite les élus et directeurs des conseils régionaux à s en emparer. Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Franche-Comté, présidente de la Commission Economie sociale et solidaire (ESS) de l Association des Régions de France. L économie sociale et solidaire est une des voies permettant de renouer avec une croissance plus harmonieuse, plus respectueuse de l Homme, de son environnement. Elle est ancrée dans le territoire d où elle tire les ressorts de sa vitalité, répond à des besoins peu ou mal couverts, crée des emplois à forte valeur ajoutée sociale et veille au respect des équilibres économiques indispensables à la pérennité de ses entreprises. Le rôle des collectivités territoriales est, ainsi, primordial. Il leur revient de faciliter la mise en place de «l écosystème» favorable à ces entreprises sociales, concept en débat dont on pressent qu il peut être porteur d innovation, sociale et technologique, elle aussi utile à un développement plus équilibré. La Caisse des Dépôts, investisseur de long terme, attachée au développement économique, notamment de l économie sociale et solidaire, partenaire des collectivités locales et gestionnaire, pour l Etat, de l action «financement de l économie sociale et solidaire» du programme d investissement d avenir, ne peut qu être sensible à cette étude de certains dispositifs territoriaux d émergence et de développement des entreprises sociales. Cette étude a pour mérite d ouvrir la discussion, mettant en valeur la diversité, les forces mais aussi les fragilités et limites de ces dispositifs. C est à l ensemble des acteurs de s en saisir afin que les premières soient confortées et les secondes réduites. La Caisse des Dépôts est prête à participer à cette réflexion. Jean-Marc Maury, directeur du département développement économique et économie sociale de la Caisse des Dépôts et Consignations 1

4 Préambule Les dispositifs de soutien à la création et au développement d entreprises sociales sont un levier de sécurisation de la qualité et de la viabilité des projets et un moyen de démultiplier l impact de l action menée par les entreprises sociales sur les territoires et de pérenniser l emploi généré. Rappelons les chiffres généraux issus de la recherche sur l entrepreneuriat : 5 ans après leur création, 70% des entreprises aidées existent encore, contre 46% des entreprises non-accompagnées. Ce phénomène est particulièrement important pour les entreprises de l économie sociale et solidaire qui par nature se créent sur un équilibre fragile. Il s agit en effet de conjuguer des compétences économiques, sociales et politiques pour mener à bien son projet de création d entreprise. Pour répondre à ce besoin d accompagnement spécifique, des dispositifs et des outils dédiés aux porteurs de projet dans l économie sociale et solidaire se sont multipliés sur les territoires. Ces initiatives, encore récentes et novatrices, soulèvent beaucoup d intérêt tout en étant souvent mal connues. C est pour cette raison que la mutuelle CHORUM, dédiée à la protection sociale des salariés et des employeurs de l économie sociale, CIDES, le centre de ressources et d action de la mutuelle CHORUM pour le développement de l emploi de qualité dans l ESS, et ODYSSEM, agence dont la vocation est de stimuler, favoriser et accompagner le développement et l essaimage des initiatives et entreprises sociales, se sont associés pour conduire une étude de dispositifs territoriaux originaux et en identifier les logiques et pratiques sociales inspirantes. Fruit de l analyse en profondeur d un panel représentatif d une dizaine de dispositifs locaux et de l audition de grands réseaux de la création d entreprises sociales, cette étude a pour ambition de donner des clés de compréhension et d éclairer les leviers d action privilégiés pour démultiplier l impact de ces dispositifs, au bénéfice des projets sociaux et de la société dans son ensemble. L orientation de l étude est pragmatique : elle vise à fournir une vision concrète du fonctionnement de ces acteurs et à mettre en lumière les pratiques porteuses mais aussi les améliorations possibles d approches déjà à l œuvre dans les territoires. Au-delà des dispositifs individuels, l étude met en lumière en effet tout l intérêt de constituer des «écosystèmes» d acteurs d appui complémentaires au service des entreprises sociales. Elle s adresse ainsi à tous ceux qui souhaitent comprendre, de manière concrète et opérationnelle, comment multiplier le nombre d initiatives sociales de qualité sur les territoires : Les financeurs et acteurs institutionnels (en particulier les collectivités locales) qui se posent la question de la lisibilité et de l efficacité des dispositifs pour alimenter leurs réflexions et les aider à améliorer les dispositifs existants ou à créer de nouvelles structures d appui à l ESS, Les acteurs du secteur du soutien à l ESS pour leur permettre de connaitre les bonnes pratiques et de s inspirer d initiatives externes, L ensemble des personnes intéressées par l évolution et le développement de l ESS en France. 2

5 Méthodologie de l étude L étude s appuie sur trois sources principales d informations. 1- Un travail documentaire à partir de la littérature existante (voir bibliographie en annexe), en particulier le panorama réalisé en 2005 par le Mouvement pour l économie solidaire (MES) sur des structures mettant en lien les acteurs de l économie solidaire sur les territoires, l étude réalisée pour Brest Métropole Océane en 2009 pour avoir une vision des différents dispositifs de type «pôle de développement ESS», etc. Cette analyse a permis de repérer les dispositifs sur les territoires, d identifier les principales problématiques et hypothèses de l étude et de mettre en perspective les analyses proposées. 2- Une rencontre avec des experts qui a permis d approfondir les enjeux des dispositifs d appui à la création et au développement de l ESS sur les territoires. La préoccupation a été de combiner l analyse de différentes expertises : Des représentants des collectivités locales : Pascal Bianucci, chargé de mission ESS à la Région Provence-Alpes-Côte d Azur, Benoît Holley, chargé de mission ESS à la direction du Développement des entreprises de la Région Languedoc-Roussillon. Des financeurs et des professionnels de l accompagnement de l ESS : Florent Chambolle, chargé de mission France Active, Philippe Garcin, responsable du programme Entreprendre Autrement (Réseau Entreprendre). Des acteurs engagés dans l ESS possédant une vision transversale des problématiques abordées : Anne-Laure Pignal, en charge du programme Vita du COORACE, Tarik Ghezali, délégué général du Mouvement des entrepreneurs sociaux, Laurent Fraisse, chercheur associé au CNRS Labo ESS. 3- Une analyse approfondie de 14 dispositifs d appui à la création et au développement de l ESS qui combine analyse des documents existants (bilan d activité, statuts ), rencontre avec les responsables du dispositif et échanges avec des partenaires ou parties-prenantes externes. L ambition de l étude n étant pas de proposer une analyse exhaustive de l ensemble des dispositifs existants, le choix s est porté sur l analyse d un nombre limité d initiatives sélectionnées pour la variété des démarches mises en œuvre sur les territoires et la diversité des modes de fonctionnement. Nous nous sommes intéressés non seulement à des initiatives «isolées» mais aussi à celles qui sont intégrées dans des «écosystèmes» les liant avec d autres dispositifs d appui dans leur territoire. L ambition de l étude est, au-delà des dispositifs analysés, de tirer des enseignements utiles pour l ensemble des parties prenantes pour l émergence et le développement de l ESS sur les territoires. Les acteurs rencontrés sont les suivants : APEAS Bruno Lasnier Directeur de l APEAS, Président du Mouvement pour l économie solidaire (MES) Collectif Mesclun Amélie Scarafaggio Coordinatrice Inter-Made Alexandre Fassi Directeur Pôle Sud Développement - Christophe Chevalier Directeur Groupe Archer, Président Coorace District solidaire Louis-Marie Blanchard Délégué Général et fondateur CRES Languedoc Roussillon (Coventis, Ecole de l Entrepreneuriat en Economie sociale) Muriel Boudou-Nivert Déléguée générale Alter Incub Fatima Bellaredj Directrice REPLIC Emmanuel Kasperski Directeur général La Ruche Elodie Bouchot Responsable du lieu Antropia Céline Claverie Directrice Fabrique à initiatives Christian Valadou Fondateur 3

6 Panorama des dispositifs étudiés Nom Date Statut A l origine Zone rayonnement Antropia 2005 Association ESSEC Ile-de-France (préfigur IIES ation) Caisse puis d Epargne 2008 Ile-de- France APEAS 1995 Association Collectif de citoyen Collectif Mesclun 2006 Association Groupe d entrepri ses issues d Inter- Made Inter-Made 2001 Association Foyer de Jeunes Travailleur s engagé sur l emploi District Solidaire La Ruche 2008 (ouvertu re) 2008 Association de préfiguration SCIC Association Initiative personnell e militante et sociétale Rencontre d entrepre neurs sociaux, reprise d une expérienc e anglaise Provence- Alpes-Côte d Azur Marseille Marseille et département des Bouchesdu-Rhône Communauté de Commune Grand Lyon Paris Mission Incubateur Social Activités : accompagner des porteurs de projets de l idée à la formalisation d un business plan social, les soutenir financièrement, mobiliser des experts pour les appuyer et les former, animer la communauté. Bénéficiaires : porteurs de projet à vocation pérenne et à fort impact social Centre ressources et accompagnement Activités : informer et sensibiliser à l économie solidaire, accompagner et appuyer l émergence d initiatives sur les territoires, accompagner la structuration d un réseau d acteurs Bénéficiaires : acteurs de l économie solidaire Lieu commun, groupe de coopération renforcée au service de la consolidation et du développement de ses membres Activités : partage de locaux, développement des pratiques de solidarité et d entraide entre les membres, développement de coopération et de formations croisées Bénéficiaires : les entreprises solidaires membres du collectif Couveuse spécialisée de l ESS Activités : couveuse (accompagnement de 9 mois), programme starter en amont (13 semaines d accompagnement et formation), programme de suivi post couveuse en aval en post création (6 mois d accompagnement) Bénéficiaires : porteurs de projets sociaux, sociétaux et environnementaux Générateur de projets Activités : pré-montage de projets et recrutement de porteurs, animation et mobilisation réseau de consom acteurs Bénéficiaires : territoires et collectivités, demandeurs d emplois, adhérents consom acteurs Ni pépinière, ni incubateur lieu communautaire Activités : bureaux et domiciliation, services mutualisés (infrastructure, télécommunication, espace de réunion), animation de la vie communautaire, mise en réseau, programmation évènements Bénéficiaires : entreprises solidaires Organisation interne Ressources humaines : 2,5 ETP (1 directrice à mitemps, 1 chargée de mission, 1 apprenti & 4 accompagnate urs stratégiques) Budget : 320 k pour le programme Start Up Ressources humaines : 8 salariés Budget : 350K Ressources humaines : 1 salariée coordinatrice Budget : 100 K Ressources humaines : 8 salariés Budget : 400 K Ressources humaines : 3 salariés 200 adhérents potentiellemen t bénévoles Budget : 150K / an en cible Ressources humaines : 2,5 ETP salariés Budget : 400 K 4

7 Nom Date Statut A l origine Zone rayonnement La Fabrique 2008 Association Avise Seine-età Initiatives Marne, Aquitaine, Rhône-Alpes, Languedoc- Roussillon, Haute- Normandie Pôle Sud 2007 Aucun pas de structure juridique REALIS (Réseau actif de l innovation sociale) ALTER INC UB CRES Languedoc Roussillon 2008 Marque, pas d identité juridique 2008 Département intégré au sein URSCOP LR Groupe Archer et son directeur Région Languedo c Roussillon, URSCOP LR et CRES LR URSCOP LR 1982 Association Acteurs et têtes de réseaux de l Economi e sociale Coventis 2008 Action portée par la CRES LR CRES Languedo c- Roussillon Languedoc- Roussillon Languedoc- Roussillon Languedoc- Roussillon Languedoc- Roussillon Née en Languedoc Roussillon - Ambition Nationale Mission Outil d émergence et de mobilisation de ressources pour concrétiser un projet d entreprise sociale sur un territoire Activités : émergence : identification d opportunités de marché, construction de réponses entrepreneuriales, étude d opportunité voire accompagnement à la création orientation et mise en relation avec les ressources du territoire (accompagnement, financement) Pôle territorial de coopération économique : Groupement physique informel au service du développement de l emploi sur le territoire Activités : partage d un lieu commun, mise en réseau des acteurs, renforcement des liens et coopérations autour de projets de développement d activités et d emplois, pôle de ressources Bénéficiaires : acteurs présents sur le site et entreprises, associations et structures locales, voire personnes en recherche d emploi Marque commune, écosystème au service de l innovation sociale sur les territoires Activités : Emergence, développement, duplication (Alter Incub, REPLIC) Formation (Ecole EES) Soutien de l activité, développement flux d affaires (Coventis) Test et accompagnement activité (Pépinière) Bénéficiaires : Territoires et acteurs de l ESS Incubateur d entreprises sociales innovantes Activités : sélection de projets, préétude et cadrage partenarial, incubation et suivi individualisé Bénéficiaires : porteurs de projets, territoires, laboratoires ou équipes de recherches Association de représentation de l ESS Activités : Observatoire Structuration et développement de l ESS Promotion et sensibilisation à l ESS Bénéficiaires : acteurs et réseaux de l ESS Outil économique pour faciliter les flux d affaires au service du développement des structures de l ESS Activités : Salon professionnel Structuration de l offre et prospection Bénéficiaires : entreprises de l ESS, acheteurs, partenaires institutionnels Organisation interne Ressources humaines : 1 à 2 ETP par Fabrique Budget : 160 K par Fabrique Ressources humaines : Aucun salarié Mobilisation des salariés du groupe Archer et de son Directeur Budget : pas de budget en propre Ressources humaines : Aucun salarié Budget : pas de budget en propre Ressources humaines : 2,5 salariés 3 comités dédiés Budget : 400K (2011) Ressources humaines : 6 salariés Mobilisation des adhérents Budget : 450 à 600K Ressources humaines : 1 salarié dédié au sein CRES LR Comité de pilotage (21 pers) et 4 groupes de travail Budget : 300 K (2010) 5

8 Nom Date Statut A l origine Zone rayonnement Ecole de 2008 SCIC URSCOP National l Entreprene et CRES uriat en Languedo Economie c- Sociale Roussillon REPLIC 2005 SCIC Initiative individuell e et soutien des collectivit és et acteurs ESS Région Languedoc- Roussillon Mission Centre de formation dédié aux dirigeants de l Economie sociale Activités : formation des dirigeants, formations thématiques pour renforcer les compétences managériales, favoriser la mobilité professionnelle, anticiper les mutations économiques, renforcer la culture du leadership Bénéficiaires : salariés et bénévoles de l ESS, personne en recherche d emploi sur ce secteur Groupe d entreprises sociales générateur d entreprises sociales et environnementales Activités : repérages de projets utiles² aux territoires, création des projets et structures, appui et mutualisation au service des structures, réplication des projets sur d autres territoires Bénéficiaires : territoires Organisation interne Ressources humaines : 3 salariés, 1 recrutement en cours Budget : 400K Ressources humaines : 4 salariés Budget : 175K (2010) 6

9 Sommaire Partie 1 : Repères clés sur les dispositifs de soutien à la création et au développement des initiatives sociales 9 1. Les caractéristiques majeures des dispositifs de soutien à la création et au développement des initiatives sociales étudiés 11 a. Un positionnement sur l ensemble des phases de la création et du développement des projets 11 i. Emergence 11 ii. Création 13 iii. Consolidation et développement 13 iv. Des dispositifs «intégrés» 14 b. Deux modèles d accompagnement : autour du porteur ou autour du projet 15 c. Les modèles économiques des dispositifs 16 i. Un effort d équilibrage entre différentes sources de financement 17 ii. Une évolution d une logique de subvention à une logique de prestation déjà à l œuvre chez certains acteurs 17 d. Evaluation et résultats des dispositifs 20 i. Une prise de conscience progressive de la nécessité de l'évaluation des dispositifs 20 ii. Un processus d évaluation interne ou externe 22 iii. Une évaluation nécessaire mais encore très imparfaite et difficile à réaliser Les bonnes pratiques du soutien à la création et au développement d initiatives sociales identifiées par les acteurs 28 a. Sécuriser les étapes-clés du projet en phase de création 30 i. Une sélection rigoureuse pour assurer la bonne adéquation homme-projet 31 ii. Une phase d étude d opportunité et de faisabilité indispensable à la solidité du projet 33 iii. Une sécurisation des financements du projet 34 b. Apporter le bon niveau d accompagnement au porteur de projet 34 i. Une question de rythme, de durée et de dosage 34 ii. Une posture d accompagnement déterminante 35 iii. Un aller-retour nécessaire entre expérimentation et prise de recul 36 iv. La mobilisation ou l acquisition des bonnes expertises 36 c. Favoriser les liens et les coopérations entre entrepreneurs pour consolider et développer les projets 37 i. Une coopération affinitaire encouragée entre les entrepreneurs, un facteur de réussite fondamental 37 ii. La mutualisation de moyens, un catalyseur de coopérations Vers la mise en place d écosystèmes compétitifs et solidaires : quelle coopération entre les acteurs d un territoire au service de la création et du développement des entreprises sociales? 40 a. Quelles sont les formes de coopération / écosystèmes sur les territoires? 40 i. Un exemple de coordination de l action des acteurs RAMSESS Marseille / Provence-Alpes- Côte d Azur 41 ii. Un exemple de mise en place d une marque commune Réalis Languedoc Roussillon 43 iii. Un exemple de mise en œuvre de projets de création et développement en commun - Pôle territorial de coopération économique Sud Rhône-Alpes- Pôle Sud 45 b. Les vertus d un écosystème régulé et maîtrisé sur les territoires 47 c. Comment mettre en place des coopérations / écosystèmes de manière efficace? 48 i. Rôle et positionnement des acteurs pour mettre en place un écosystème sur le territoire 48 ii. Pistes de réflexion pour favoriser les coopérations et la création d un écosystème Perspectives 52 7

10 Partie 2 : Monographies des dispositifs étudiés Antropia APEAS Collectif Mesclun Inter-Made District solidaire La Fabrique à Initiatives La Ruche Pôle Sud Réalis Alter Incub CRES Languedoc-Roussillon Coventis Ecole de l entrepreneuriat en économie sociale REPLIC 200 Remerciements 209 Partie 3 : Annexes Typologie des projets et des porteurs Bibliographie 216 8

11 Partie 1 : Repères clés sur les dispositifs de soutien à la création et au développement des initiatives sociales C est à travers l analyse de 14 dispositifs choisis pour leur diversité que nous avons cherché à identifier les grands principes et mécanismes qui sous-tendent leur action pour dégager des perspectives d évolution autour de ces dispositifs. Les finalités des dispositifs étudiés sont souvent multiples. Cependant, il existe une vocation principale, souvent lisible à partir de leur origine, qui structure et oriente leurs actions. 3 vocations ressortent clairement en fonction des bénéficiaires qu ils cherchent à servir : L ESS, à travers une invitation militante à une autre façon d entreprendre qui vise à promouvoir l économie sociale et solidaire. C est le cas de la CRES Languedoc-Roussillon dont la mission principale est de sensibiliser à l ESS et de valoriser les initiatives portées par les acteurs. Progressivement, ces dispositifs issus d une volonté militante ont cherché à inscrire leurs actions dans une dimension concrète afin de renforcer leurs impacts. Ainsi, l ancrage militant de l Agence Provençale pour une Economie Alternative et Solidaire (APEAS) s est vu renforcé par plus d opérationnalité avec des actions concrètes d appui à l émergence et à la création de projets solidaires (rôle en particulier des PILES, pôles d initiatives locales d économie solidaire). Les porteurs de projets : au sein d incubateurs ou de couveuses, les entrepreneurs bénéficient d un accompagnement au montage de leur projet. L objectif des incubateurs sociaux tels qu Antropia ou Alter Incub est de soutenir les initiatives en leur proposant un accompagnement ajusté permettant d amener les projets à se concrétiser. Dans certains cas, ces incubateurs peuvent même aller jusqu à proposer un hébergement comme c est le cas d Inter-Made ou d Antropia. D autres dispositifs, comme le Collectif Mesclun ou la Ruche fournissent aux porteurs de projet des services ajustés à leurs besoins et facilitent l entraide entre entrepreneurs grâce à un lieu de travail partagé. Autre exemple, l Ecole de l Entrepreneuriat en économie sociale propose une formation renforçant la démarche entrepreneuriale des porteurs. Le territoire : les dispositifs émergent souvent pour répondre à des besoins d intérêt collectif spécifiques. C est le cas de REPLIC, qui se donne pour objectif de lancer et de gérer le développement d entreprises d utilité sociale sous forme de coopératives (SCIC Société Coopérative d intérêt Collectif). Le groupe Archer puis Pôle Sud ont été créés à Romans dans la Drôme pour viser le développement et le maintien d emplois durables sur le bassin de vie de Romans (en particulier en travaillant sur la relocalisation de l emploi). District solidaire ou la Fabrique à initiatives se donnent aussi pour mission de développer le territoire en favorisant l émergence de projets. 9

12 Quelques points de repères Les incubateurs ont pour vocation d aider les créateurs à valider leur idée pour la transformer en un projet réaliste et viable ; souvent en lien avec des laboratoires de recherche ou des structures universitaires, ils s adressent aux projets innovants. Ils apportent aux créateurs des conseils pour mener les études nécessaires à la création de leur projet, pour structurer le Business Plan économique et social de leur création, pour rechercher des financements et des partenaires, pour valider la faisabilité du projet. Les couveuses sont aussi appelées «entreprises à l essai». La couveuse permet de faire une transition entre le projet et la création de l entreprise. Elle propose une formule de type portage salarial pour le porteur de projet. La structure gère pour les porteurs les aspects comptables, sociaux et juridiques de la jeune entreprise et en partage les risques. L hébergement est souvent limité à 6 mois ou à 1 an. Les coopératives d activités et d emplois (CAE), souvent constituées sous forme de SCOP, proposent à l entrepreneur de tester ou de faire vivre son activité en toute sécurité en bénéficiant du statut d entrepreneur salarié, ce qui lui permet de percevoir un salaire et de bénéficier d une couverture sociale. Les CAE proposent aux porteurs de projet un cadre juridique, une gestion administrative de l'activité, un réseau d échanges et un accompagnement. Les pépinières sont des structures d accueil et d accompagnement des jeunes entreprises. Les créateurs peuvent les solliciter juste après la création de leur entreprise, pendant les premiers mois ou parfois même les premières années d activité. Les pépinières proposent aux créateurs un hébergement physique de leur entreprise, ainsi que des services collectifs qui visent à renforcer les chances de succès de l entreprise dans ses premiers mois d activité, qui sont souvent les plus cruciaux. 10

13 1. Les caractéristiques majeures des dispositifs de soutien à la création et au développement des initiatives sociales étudiés Si les dispositifs se positionnent sur l ensemble des phases de la vie des projets, de la création à leur développement, deux logiques d approche différentes et complémentaires existent : d un côté les dispositifs qui accompagnent des porteurs de projet et de l autre les «générateurs de projet». a. Un positionnement sur l ensemble des phases de la création et du développement des projets Chacun des dispositifs est positionné de manière privilégiée sur un stade particulier émergence, création, consolidation ou développement. Si certains d entre eux interviennent à une phase particulière du projet, d autres sont positionnés sur l ensemble de la chaîne. DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AUTRES DISPOSITIFS EMERGENCE CREATION CONSOLIDATION DEVELOPPEMENT APEAS INTERMADE COLLECTIF MESCLUN MARSEILLE / PACA ALTER INCUB ECOLE EES REPLIC PEPINIERE COVENTIS LANGUEDOC- ROUSSILLON ANTROPIA ANTROPIA SCALE UP ILE DE FRANCE LA RUCHE DISTRICT SOLIDAIRE LYON RHONE ALPES POLE SUD ROMANS SUR ISERE - DROME FABRIQUES A INITIATIVES i. Emergence Un certain nombre des dispositifs étudiés se positionnent très en amont de la création d entreprises sociales, au stade de l émergence. L APEAS a par exemple identifié comme un enjeu majeur d encourager la réflexion et le mûrissement des porteurs de projets d ESS. Ainsi, l un des objectifs des Pôles des Initiatives Locales d Economie Solidaire (PILES déployés à l initiative de l APEAS) est de favoriser 11

14 l émergence et le développement d activités d économie solidaire inscrites dans une démarche de développement durable et créatrices d emplois. Concrètement, les PILES orchestrent une politique de promotion d une économie solidaire via l organisation d événements et de manifestations (un événement de dimension importante et 5 à 10 manifestations dans l année) pour sensibiliser un public large et faire émerger de nouveaux projets. En parallèle, ils déploient un travail de (re)cadrage du projet, d identification de ses forces et faiblesses, de réflexion sur la finalité, le sens, la plus-value du projet sur le territoire et mènent une première analyse avec le porteur sur l'impact économique, environnemental et social de son projet. L idée est donc d amener, dès l origine, les porteurs à se poser les bonnes questions (en termes d objectifs, d organisation, de ressources humaines et de modèle économique) pour renforcer les chances de réussite de l activité. D autres dispositifs ont également développé un accompagnement positionné très en amont pour permettre aux porteurs de projet de s assurer de la viabilité, du réalisme et de la pertinence sociale de leurs projets avant de se lancer à plein temps pour le monter. Alter Incub propose ainsi une «pré-incubation», phase de préparation et de transition vers la période d incubation : les projets ne sont définitivement sélectionnés pour entrer en phase d incubation qu à l issue de cette étape qui se déploie sur un semestre maximum et prévoit une pré-étude sur le potentiel économique des projets, sur la faisabilité du projet territorial et une validation des partenariats avec les 3 types d acteurs (porteurs de projets, territoires/filières, recherche). Inter-Made propose également, en amont du «cœur» de son activité de couveuse, un programme «STARTER» qui permet de finaliser la réflexion sur le projet, en 13 semaines d accompagnement et de formation individuelle et collective. Le programme permet au porteur de projet de réaliser une étude de faisabilité, de construire un budget prévisionnel, de définir une stratégie commerciale, de trouver un statut juridique... afin que tout soit prêt pour un démarrage effectif réussi lors du passage «en couveuse». Antropia a également expérimenté un dispositif d émergence en accompagnant des porteurs de projet très en amont dans la formulation de leur innovation sociale mais n a pas poursuivi à date, considérant que cet accompagnement en amont, très chronophage, n était pas le «cœur de métier» du dispositif. La Fabrique à Initiatives se positionne de manière originale à la frontière entre l émergence et la création d entreprises sociales. En phase amont, son action consiste à repérer les besoins et les idées, et déployer les ressources pertinentes pour les transformer en véritables projets d entreprises sociales. Elle anime une démarche de sensibilisation et de communication vers les territoires pour identifier les besoins, capter et faire remonter les opportunités de marchés ou d activités pouvant générer la création d une entreprise sociale. La Fabrique à Initiatives a pour métier de faire se rencontrer et coïncider des besoins du territoire et des porteurs de projets potentiels. Son but est de «combler» le maillon manquant pour permettre la transformation opérationnelle des besoins détectés par les acteurs locaux en initiatives socio-économiques viables et pérennes, inscrits dans les valeurs de l économie sociale et solidaire. District solidaire est également à la fois sur l émergence et la création, au sens où ce dispositif est d abord positionné sur l amont avec l identification des idées et opportunités et le travail de préétude des projets afin de lever les freins à la création d activité. Le dispositif identifie les besoins du territoire et des consomm acteurs puis se met en quête de projets pouvant y répondre. 12

15 ii. Création Les dispositifs d accompagnement à la création se positionnent sur des méthodes existant également pour le soutien des entreprises classiques (incubateur, couveuse, pépinière) mais ajustées pour prendre en compte les particularités des entreprises sociales (en particulier la nécessité de maitriser le «triple» langage de l économique, du social et du politique, comme nous le verrons dans la 2 ème partie). Dans ce cas, le dispositif est orienté autour de la personne pour faire monter en compétences et sécuriser l entrepreneur. L incubateur social Antropia propose ainsi un accompagnement stratégique du porteur de projet par un professionnel confirmé pendant 23 mois, comprenant une phase intensive de construction du business plan, de formation et de première expérimentation pendant 6 à 9 mois, puis un suivi stratégique régulier destiné à faciliter la prise de recul, la mobilisation des bonnes expertises au sein des partenaires de l incubateur et l anticipation des étapes-clés de déploiement du projet. La communauté des 40 entrepreneurs d Antropia constitue aussi un vivier de conseils et d expertise pour les nouveaux porteurs, qui font l apprentissage du métier d entrepreneur social. L incubateur Alter Incub, propose sur une période théorique de 12 à 18 mois (dans la pratique, 18 à 24 mois) un certain nombre de services aux porteurs de projet : appui technique et méthodologique, appui-conseil individualisé et aide financière pour la mobilisation d expertise ponctuelle, ou encore la mise en réseau avec des partenaires complémentaires (laboratoire, collectivité, financeur). Inter-Made, quant à lui, est une couveuse qui propose un accompagnement de 9 mois, renouvelable une fois. L objectif est de permettre au porteur du projet de tester en grandeur réelle son activité (tout en étant formé et accompagné par des professionnels agréés) avant de se lancer. La couveuse permet également de mutualiser au sein d'un même lieu des compétences, d imaginer des actions en commun, etc. District Solidaire propose un ensemble de prestations, d'études, de services et de mises en liens qui permet de faciliter et sécuriser la création d'entreprises au sein de l'économie sociale et solidaire. Le métier de District Solidaire consiste à pré-monter des projets d entreprises sociales en apportant et analysant les idées de projets qui seront ensuite portés par d autres. Le pré-montage du projet permet de recruter ensuite un porteur de projet adapté aux compétences requises. Les entreprises une fois créées font partie d un collectif informel appelé à travailler ensemble constituant le «District solidaire». Dans le cas de la Fabrique à Initiatives, une fois le «couple» porteur-projet constitué, l action se concentre sur un accompagnement à la création. Son rôle consiste à orienter vers les réseaux d accompagnement et de financement. Suivant un principe de «subsidiarité», la Fabrique n accompagne les personnes physiques porteuses de projet que si aucune structure ne peut le faire sur le territoire. Par ailleurs, la Fabrique met en relation le porteur de projet avec les différentes ressources locales compétentes. iii. Consolidation et développement Aux côtés d un accompagnement à la création de nouvelles structures, plusieurs dispositifs proposent des services contribuant à la consolidation des initiatives sociales et à leur développement. C est le cas par exemple d Antropia, qui a expérimenté depuis 2010 le programme «Scale up». Il s agit d un accompagnement stratégique proposé à des entreprises sociales ayant un fort impact social et/ou environnemental, arrivées à un point clé de leur développement. L équipe est formée et accompagnée pendant un an et bénéficie d un mentoring par des entrepreneurs ayant 13

16 réussi une levée de fonds. Un stagiaire est mobilisé pour l assister dans la formalisation de sa stratégie de développement pendant 6 mois. D autres dispositifs proposent, en accompagnement des services qu ils offrent, la création et l animation d une communauté. Ainsi, le collectif Mesclun intervient uniquement pour les phases de consolidation et de développement des projets d économie solidaire et alternative grâce à une mutualisation des locaux et à une coordination d actions collectives autour des projets. La Ruche propose également de créer une communauté de porteurs de projets au sein d un lieu : travailler avec les autres est pour chaque entrepreneur une aide pour développer son projet. Par ailleurs, la Ruche a pour ambition de faciliter les coopérations entre projets se croisant sur des problématiques communes (échanges de compétences par exemple). Coventis, la convention d affaire portée par la CRES Languedoc Roussillon, contribue très concrètement au développement des entreprises sociales et solidaires en suscitant des rencontres qui ont pour but de renforcer les coopérations économiques. iv. Des dispositifs «intégrés» Certaines initiatives se positionnent tout au long de la chaîne, de la phase d émergence à celle de création et de consolidation. Le rassemblement d une large diversité de compétences, de savoir-faire, de têtes de réseaux est ainsi proposé par Pôle Sud pour créer et consolider des projets d ESS. Ce Pôle Territorial de Coopération Economique est un centre de ressources, mises à la disposition de chacun des acteurs présents sur le site, mais aussi, plus largement, d entreprises, d associations et de structures locales. Le partage d espaces mutualisés, le regroupement des acteurs sur un lieu, favorisent les liens entre les acteurs comme les collaborations et les échanges d informations ; ils encouragent l émergence d opportunités de création de projets tels que la gestion commune d un problème ou d une initiative. La création et le développement de projet se font ainsi de manière privilégiée entre des acteurs qui se côtoient et travaillent ensemble naturellement. Le développement de l emploi constituant un enjeu collectif face auquel aucun acteur n est en capacité de répondre seul, l idée centrale est de «faire ensemble plus que ce que l on arrivait à faire de manière isolée» (Christophe Chevalier). REPLIC est également un dispositif intégré, dont l organisation sous forme de groupe est plus formalisée : les fondateurs de REPLIC ont décidé de mettre en œuvre une organisation collective ayant pour vocation de créer et gouverner des entreprises d'utilité sociale, dites «solidaires» pouvant répondre à une problématique de territoire sur le plan de l'emploi et de la protection de l'environnement. REPLIC est d abord présent en phase amont avec une activité de recherche et développement à travers une veille permanente sur les besoins du territoire qui permet d identifier les projets y répondant au mieux. Par ailleurs, le groupe réalise un certain nombre d études d opportunité et de faisabilité pour identifier les projets les plus porteurs pour les acteurs locaux et développe une méthode rigoureuse pour définir leur modèle économique et mobiliser les financements nécessaires. Enfin, après la création des entreprises, REPLIC contribue à la consolidation et au développement des filiales qui le constituent à travers l intégration dans un groupe coopératif. REPLIC propose une assistance technique (gestion de la paie, des dossiers de financement ) au départ pour faciliter le développement des entreprises créées. Le dispositif est également présent dans la phase de mutualisation de moyens ; concrètement, les entreprises partagent leur carnet d adresses, montent des projets en commun et bénéficient de la dynamique de l ensemble du groupe sur le territoire. Il s agit donc d un dispositif complet pour lancer et développer des entreprises sociales. 14

17 b. Deux modèles d accompagnement : autour du porteur ou autour du projet L analyse du fonctionnement des différents dispositifs étudiés fait ressortir fondamentalement deux grands modèles : D un côté, les dispositifs qui se focalisent sur l accompagnement de porteurs : l accent est mis sur le porteur, qui est accompagné par le dispositif dans l affinage du positionnement, l analyse d opportunité et de faisabilité et la création de sa structure. C est le cas d Antropia, d Alter Incub ou d Inter-Made. De l autre, les dispositifs qui se concentrent sur la génération de projets : l orientation est mise sur le projet, comme réponse à un besoin identifié sur le territoire. Ce projet est mis en place à partir d une analyse d opportunité puis de faisabilité. Le porteur de projet, futur directeur de l entreprise, est recruté dans un second temps pour finaliser et déployer le projet créé. C est le cas de REPLIC ou de District solidaire. Modèle 1 : «Accompagnement de PORTEURS» (Antropia, Alter Incub, Intermade ) SELECTION DU PROJET Critères et processus soutenant l analyse du projet et de son porteur OPPORTUNITE ET FAISABILITE Pré-étude formelle ou non pour valider le potentiel économique, la faisabilité et le cadre partenarial INCUBATION Accompagnement du porteur pour construire le projet (modèle économique, plan de financement, mobilisation de partenaires) CREATION Création de la structure, accompagnement post création selon les dispositifs Modèle 2 : «Générateur de PROJETS» (Replic, District Solidaire, ) REPERAGE DES OPPORTUNITES Repérage des problématiques des territoires, des solutions possibles, étude d opportunité MONTAGE DES PROJETS Etude de faisabilité, définition du modèle, mobilisation des partenaires RECRUTE- MENT PORTEUR Identification et recrutement du futur dirigeant de l entreprise FINALISA- TION DU PROJET Ajustement du modèle, levée de fonds et/ou mobilisation d un premier marché CREATION Création de la structure, mutualisation et coopération Ces deux modèles sont complémentaires et souvent nécessaires sur un territoire pour trouver une solution viable à toute opportunité de création d un projet d ESS : le modèle d accompagnement de porteurs permet d aider des entrepreneurs existants à sécuriser les projets qu ils portent, en leur donnant plus de chance de réussir et souvent d avoir un plus grand impact social. En termes de nature de projets, la dimension «laboratoire» est forte car l initiative revient à une grande variété d individus qui proposent les projets qu ils ont imaginés. Ce modèle contribue à la diversité et à l innovation entrepreneuriale sur un territoire. L initiative est ainsi portée par un ou plusieurs individus, dont l une des missions sera de mobiliser les parties-prenantes stratégiques autour du projet. De même, les besoins sociaux qui sont visés reflètent les convictions et les parcours des entrepreneurs dans leur diversité. 15

18 le modèle de générateur de projets permet, à travers une industrialisation de la méthode de construction adoptée, de sécuriser l émergence d un projet en s assurant qu il répond au besoin social qu il veut résoudre. Grâce à l appui du collectif de parties-prenantes qui le porte, il rend possible le montage de projets potentiellement complexes ou ambitieux. En effet, le portage par un collectif d acteurs variés impliqués dans la conception et le montage du projet permet de capitaliser sur les expertises : en les conjuguant, il permet au projet de bénéficier d expériences complémentaires et de gagner un temps précieux. Il permet également d attirer des compétences différentes d individus qui ne se seraient pas naturellement positionnés sur des projets en création. C est ainsi un levier d attraction de compétences vers des projets d ESS, qui s appuie sur une rationalisation forte de la réponse aux besoins sociaux identifiés sur le territoire. c. Les modèles économiques des dispositifs Parmi les dispositifs étudiés, l analyse des modèles économique fait apparaître trois logiques économiques de référence pour les structures d appui à la création et au développement d entreprises sociales : un modèle économique s appuyant sur des subventions publiques ou privées ; ces dispositifs réalisent alors en général des prestations et services restant aujourd hui encore peu solvables (sensibilisation, accompagnement à l émergence, etc.) et leur pérennité relève d une logique d investissement pour les financeurs, un modèle économique ayant comme principale source de revenus le produit de la vente de prestations (ex : loyer, services, études ), un modèle économique de type «fédération» ou «groupement de moyens» où les ressources reposent sur la contribution de chacun des membres du groupe. De nombreux dispositifs de soutien à l émergence et au développement d entreprises sociales, comme les dispositifs classiques, reposent encore principalement sur des financements publics. Ainsi, l APEAS dispose de ressources issues de fonds publics à hauteur de 85% répartis de manière décroissante entre la Région, le Conseil Général des Bouches-du-Rhône (20%), la politique de la ville pour le PILES, et des financements européens (Equal puis Feder). Alter Incub dispose d un budget principalement financé par des fonds publics et européens (FEDER en particulier). C est le cas également de la CRES Languedoc-Roussillon dont le budget est réparti entre les fonds publics (Etat, Région, département, Caisse des Dépôts et Consignations, collectivités) et la participation des adhérents (avec environ 32% d auto-financement). Le modèle économique d Inter-Made repose aussi principalement sur un soutien des collectivités locales pour 70%, 10 % du budget provenant des fondations et 20% de la mutualisation de l espace d accueil et des cotisations. La Ruche, positionnée sur un marché de l immobilier porteur à Paris, correspond plutôt au deuxième modèle économique de référence : si le projet a démarré grâce à des subventions et à du mécénat pour financer l aménagement du site, le modèle repose aujourd hui (à la différence du collectif Mesclun par exemple) sur des ressources issues à 80% de la perception d un loyer ainsi que sur d autres activités (conférences, ateliers, formations) pour 20%. REPLIC est une bonne illustration des évolutions en cours dans l approche et les logiques économiques. Elle combine harmonieusement deux logiques économiques principales : la commercialisation de prestations vers les acteurs du territoire et la réalisation de services mutualisés vers les coopératives. Le groupe vise ainsi à atteindre une autonomie économique. 16

19 Par ailleurs, les responsables des dispositifs soulignent plusieurs tendances : i. Un effort d équilibrage entre différentes sources de financement Ainsi le budget de Coventis est réparti en «trois tiers» entre l Europe (FEDER, en particulier pour financer la création d un poste de développeur d affaires), la Région Languedoc-Roussillon et la participation des entreprises (sponsor, vente de stand). C est également le cas de l Ecole de l Entrepreneuriat en Economie Sociale (EEES) dont le budget est réparti de manière équilibrée entre le FSE (programme «anticiper les mutations économiques»), la Région (sur les fonds de formation professionnelle, développement des entreprises et équipement) et Uniformation sur les fonds ESS. ii. Une évolution d une logique de subvention à une logique de prestation déjà à l œuvre chez certains acteurs La question du modèle économique des structures de soutien au développement de l ESS se pose de manière de plus en plus pressante en raison d une potentielle baisse à terme des subventions des collectivités locales, et d un changement de politique de subventionnement en marche depuis plusieurs années, les acteurs territoriaux se tournant de plus en plus non pas vers des financements sous forme de subventions de fonctionnement mais vers l établissement de contrat de prestations. De fait, les dispositifs sont de plus en plus poussés à mieux définir les prestations qu ils peuvent réaliser pour le territoire, à penser à une diversification des financements pour assurer la stabilité des niveaux de ressources et même à mettre en place diverses activités génératrices de revenus. Ces évolutions peuvent les conduire vers une plus grande indépendance vis-à-vis des financements publics. Ainsi, de manière innovante, le projet Replic était à l origine financé grâce à la réalisation d études de faisabilité financées par les collectivités locales et des activités de prestation de service (gestion comptable, sociale et financière des SCIC «filles» créées par la maison mère). Progressivement, la pérennité du projet REPLIC sera assurée par le versement d un pourcentage du chiffre d affaires des entreprises créées à la maison mère et la facturation des prestations de services mutualisés. Comme dans le cas de REPLIC, on voit se dégager les logiques de «groupement» où le collectif s auto-finance via la participation de ses membres en échange de services et prestations mutualisés c est par exemple le cas du Collectif Mesclun. 17

20 Nom Budget Global Antropia 320 K (Start Up) Logique Sources de financements économique Financeurs publics Financeurs privés Revenus Subvention 1% : DDTEFP 99% : Caisse d Epargne, ESSEC 130k (Scale up) APEAS 450 K Subvention, prestations et groupement 80 à 85% : - Région (50%) - Conseil Général 13 (20%) - Politique de la ville - Autres Conseils généraux - Europe (Equal + Feder) Fondations Rothschild (Scale up) 3% - AFPH, Mutuelles, Crédit Coopératif 10 % - Adhésions, prestations de services aux membres, prestations de services ou vente de marchandise en externe Collectif Mesclun 100 K Subvention et groupement Inter-Made 400 K Subvention et groupement 80% : Région, département et ville de Marseille 70% : région, département, politique de la ville, ville de Marseille 20% : cotisation des membres 10% : Fondations 20% : Mutualisation de l espace d accueil et cotisations des membres District Solidaire 150K / an en cible Prestation, subvention et groupement La vente de prestation aux collectivités locales : l objectif est de vendre aux collectivités la fonction d émergence de projets et d innovation sociale via un financement de 15K par projet pour l ensemble du processus d émergence. Soutien de partenaires financiers privés (Fondations notamment) Vente des projets aux porteurs : un total de 5000 par entrepreneur - adhésion de 500 / personne au moment de l'acquisition de la pré-étude - adhésion de 500 / personne au moment du premier salaire - cotisation de 5% de la marge brute de l'activité jusqu'à atteindre un plafond de 4000 par entrepreneur Le partenariat avec CREONS prévoit une rétrocession de 50% du financement NACRE accordé au projet soutenu vers District Solidaire pour la prise en charge de la pré-étude 18

«Favoriser la création d entreprises sociales sur les territoires»

«Favoriser la création d entreprises sociales sur les territoires» «Favoriser la création d entreprises sociales sur les territoires» Panorama et bonnes pratiques de dispositifs d appui à l émergence, au développement et à la pérennisation des entreprises de l ESS Synthèse

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

La Région facilite l accès au crédit bancaire des entreprises de l économie sociale et solidaire

La Région facilite l accès au crédit bancaire des entreprises de l économie sociale et solidaire Mercredi 22 juin 2011 La Région facilite l accès au crédit bancaire des entreprises de l économie sociale et solidaire Muriel PIN 04 67 22 93 87 /// 06 07 76 82 05 pin.muriel@cr-languedocroussillon.fr

Plus en détail

Les partenariats associations & entreprises

Les partenariats associations & entreprises Les partenariats associations & entreprises Initier ou renforcer une politique de partenariats avec les entreprises Novembre 2011 Référentiel réalisé en partenariat avec et Edito Avec leurs 1,9 millions

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Solidarités Besoins Défis Besoins Transformer Projets les idées innovantes en entreprises durables Innovations Emplois Solidarités Défis Besoins

Solidarités Besoins Défis Besoins Transformer Projets les idées innovantes en entreprises durables Innovations Emplois Solidarités Défis Besoins Besoins Idées Expertises Innovations Durables Solidarités Réseaux Partenaires Défis Projets Entreprises Emplois Besoins Idées Expertises Innovations Durables Idées Solidarités Réseaux Partenaires Défis

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

Mise à jour le 28 mai 2013

Mise à jour le 28 mai 2013 Mise à jour le 28 mai 2013 Association District-Solidaire Association loi 1901, déclarée à la Préfecture du Rhône Tél. : (33) 670-939-939 coordination@district-solidaire.org www.district-solidaire.org

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

Projet. d espace de coworking. À Combronde / Puy-de-Dôme

Projet. d espace de coworking. À Combronde / Puy-de-Dôme Projet d espace de coworking À Combronde / Puy-de-Dôme CONTACT Si vous souhaitez nous rejoindre dans ce projet, nous sommes à votre disposition pour en discuter et vous apporter tout complément d information.

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations

Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations MIFE LOIRE SUD Dans le parcours de la création d entreprise, la MIFE Loire Sud se positionne

Plus en détail

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Gérant : Laurent BONNET Directeur : Thierry SARKISSIAN Coordonnées : cde-sap@orange.fr - 04.91.93.54.75 Siège social

Plus en détail

Alter Incub L incubateur régional d entreprises sociales

Alter Incub L incubateur régional d entreprises sociales Alter Incub L incubateur régional d entreprises sociales une une démarche initiative réalis, réalis, réseau réseau actif actif pour pour l innovation l économie sociale en en Languedoc-Roussillon Premier

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

Illustrer l innovation sociale

Illustrer l innovation sociale Les mercredi de l INET 22 mai 2013 Illustrer l innovation sociale Phrase obligatoire mentions date etc Une définition «L innovation sociale consiste à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS DOSSIER DE PRESSE Vendredi 24 juillet 2015 Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS Le Grand Narbonne a fait du développement économique et de l emploi la priorité N 1 de ses

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Pour un développement. local. durable. Développement

Pour un développement. local. durable. Développement Développement local Pour un développement local durable durable Le développement local vise à améliorer la vie quotidienne des habitants d un territoire en renforçant toutes les formes d attractivité de

Plus en détail

Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes

Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes Entreprendre en économie sociale et solidaire, c est entreprendre autrement L ESS regroupe les activités économiques développées

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Pépinière d entreprise Cap Nord

Pépinière d entreprise Cap Nord Pépinière d entreprise Cap Nord Nouvel outil d aide à la création d entreprises sur le nord de l agglomération UDossier de Presse 12 décembre 2007 Projet développé dans le cadre de : Mobilisant : EGEE

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Face aux solutions recherchées par le gouvernement au regard des milliards de dettes sociales et fiscales accumulées dans les DOM

Plus en détail

NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire

NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire Evolution et Gouvernance Depuis 1996, la région Nord Pas- de- Calais soutient des initiatives à caractère économique dans le secteur des services

Plus en détail

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Juin- 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes»

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» FORMA-CLLAJ formation 2012 / /Directeurs // Responsables // Élus // Cadres administratifs // Agents de collectivités territoriales

Plus en détail

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre»

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» 1 Constats - diagnostic Etude du CSEF sur la mobilité des demandeurs d emploi (2011) et données

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Étude relative au développement d de l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Présentation au Bureau Communautaire 6 octobre 2009 Ordre du jour 1. ESS de quoi parle-t-on? 2. Synthèse du profil ESS

Plus en détail

BGE ADIL Agence pour le Développement de l Initiative Locale. Accompagner vos projets de création et de consolidation d entreprise

BGE ADIL Agence pour le Développement de l Initiative Locale. Accompagner vos projets de création et de consolidation d entreprise BGE ADIL Agence pour le Développement de l Initiative Locale Accompagner vos projets de création et de consolidation d entreprise La création d entreprise : Un axe majeur de développement professionnel

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Finances Conseil Méditerranée / ESIA

Finances Conseil Méditerranée / ESIA Finances Conseil Méditerranée / ESIA - Financement des TPE - Financement des entreprises responsables - Dispositif CEDRE 25 avril 2013 QUI EST ESIA? Un outil de développement local créé en 2001 par la

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Business plan Formation Financement BPE Création Finances Commerce Édito Com des images / Région Picardie Les efforts réalisés depuis plusieurs

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Mutualité Française Ile-de-France

Mutualité Française Ile-de-France Mutualité Française Ile-de-France Représentation régionale de la Fédération Nationale de la Mutualité Française Acteur de l économie sociale et solidaire 280 mutuelles adhérentes 5.5 millions de personnes

Plus en détail

Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France

Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France Anne de Richecour Directeur Interrégional Adjoint CDC Ile de France 8 juin 2010 - Nanterre 1 Le développement

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur,

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur, Lyon, le 1er juillet 2010 Nos réf. : bb/6124/22062010 Madame, Monsieur, Suite au succès du Programme Leonardo Mobilité organisé en Belgique, Espagne et Danemark entre 2007 et 2009 et auquel ont participé

Plus en détail

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Préambule A l horizon 2015, la Région Picardie souhaite dynamiser son offre touristique pour permettre aux acteurs régionaux

Plus en détail

Couveuse d Activités et d Entreprises. Sécuriser le parcours des créateurs

Couveuse d Activités et d Entreprises. Sécuriser le parcours des créateurs Couveuse d Activités et d Entreprises Sécuriser le parcours des créateurs Besoin d un appui au démarrage? Un créateur d entreprise, même s il a très bien préparé son projet, a en tête beaucoup de questions

Plus en détail

Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises

Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises ENTREPRISES ACHETEUSES Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises Cécile Rioux, Responsable des achats, et Nicolas Pernet, Trésorier du CE d'apicil, ont fait appel à Nathalie

Plus en détail

Un nouvel espace de co-working Contact presse

Un nouvel espace de co-working Contact presse Un nouvel espace de co-working Contact presse Corine BUSSON BENHAMMOU Responsable des relations presse Ville d Angers/Angers Loire Métropole 02 41 05 40 33 / corine.busson benhammou@ville.angers.fr 1 Depuis

Plus en détail

> Echanger et mutualiser des savoir-faire pour valoriser des compétences

> Echanger et mutualiser des savoir-faire pour valoriser des compétences F O R M A T I O N FORMATIONS En Développement Local Durable F O R M A T I O N FORMATIONS En Développement Local Durable Le lieu LAGRAPPE 75 rue Léon Gambetta 59000 Lille Renseignements / inscriptions :

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales»

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Franck MOREL Chargé d affaires

Plus en détail

sommaire Relevé de conclusions Séminaire 2015 - CRESS Auvergne avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes 6 février 2015

sommaire Relevé de conclusions Séminaire 2015 - CRESS Auvergne avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes 6 février 2015 Séminaire 2015 - avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes Relevé de conclusions 6 février 2015 Sémaphore - Cébazat sommaire I. Continuité sur la construction du projet stratégique II. Echanges entre

Plus en détail

Un projet d'entreprise sociale et solidaire?

Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Un projet d'entreprise sociale et solidaire? Programme Qu'est-ce qu'une entreprise sociale et solidaire? Objectif : repérer les éléments fondateurs de ce type de projets Les réponses de l'adress Objectif

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale CJD international Présentation Générale Niveau texte 3 Niveau texte 4 Le CJD International est un réseau qui regroupe plus de 5000 jeunes dirigeants d entreprise sur 12 pays. Le CJD International a pour

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Communiqué de presse Paris, le 24 avril 2014 RESULTATS 2013 Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Initiative

Plus en détail

Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir

Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir Le bien vieillir & achat public d innovation : un duo d avenir La Silver Valley et sa méthode d évaluation de l innovation Présenté par Benjamin Zimmer Avant propos : Silver Valley est un écosystème propice

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

«Quand utilité sociale rime avec performance économique»

«Quand utilité sociale rime avec performance économique» L entrepreneuriat social en Lorraine : un projet pour vous «Quand utilité sociale rime avec performance économique» «Les entreprises sociales partagent une même ambition : mettre leur projet entrepreneurial

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin»

Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin» CAHIER DES CHARGES Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin» Initiative Doubs Territoire de Belfort Juin 2015 Philippe VOGNE Directeur

Plus en détail

Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS

Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS Un projet novateur en Suisse, inspiré des bonnes pratiques internationales, en lien étroit avec les autres acteurs publics

Plus en détail

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Axe 2 : Accompagner l émergence d activités nouvelles, soutenir le développement de projets : Appel à projets 2015 «entreprendre autrement»

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Prix AEF - 5 ème édition Universités - Entreprises "Les meilleures initiatives partagées"

Prix AEF - 5 ème édition Universités - Entreprises Les meilleures initiatives partagées Prix AEF - 5 ème édition Universités - Entreprises "Les meilleures initiatives partagées" Groupe AEF est une agence de presse professionnelle d information spécialisée dans les domaines de l Education,

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT?

ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT? ENVIE D ENTREPRENDRE AUTREMENT? Guide des finances solidaires et de l accompagnement Avec le soutien de nos partenaires : LA FINANCE SOLIDAIRE : DE QUOI PARLE-T-ON? L objectif de la finance solidaire est

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail