«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?»"

Transcription

1 Forum œcuménique Monde du travail, Yverdon 27 octobre 2012 «Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Introduction Deux questions avaient été envoyées aux participants pour préparer la discussion : C est quoi gagner assez? Quels besoins votre salaire doit-il couvrir? Gagner assez c est : Couvrir ses besoins fondamentaux : loyer, voiture, enfants, couvrir ses besoins vitaux ; maintenir son train de vie ; vivre dans la dignité : ne pas avoir besoin de demander de l aide, se sentir utile dans la société où l on vit ; ne pas s inquiéter ; sans folie, ne pas s inquiéter pour demain, gagner assez d argent pour oublier ; ne pas être aux abois chaque fois qu une facture «hors budget ménage» (médecin, dentiste, garage etc ) arrive. Quels besoins votre salaire doit-il couvrir? Les besoins perçus comme fondamentaux : Nourriture, vêtements, logement, chauffage, santé et assurance maladie, transport, assurance RC, impôts, élever ses enfants se former ; d autres besoins. «Mais il y a plus» ; se former, participer à des activités sociales, les besoins relationnels, culturels et récréatifs (se ressourcer) ; extension à la famille : mes propres besoins et ceux des personnes dont je suis responsable (famille) ; réserve pour le futur : avoir la possibilité d épargner un peu (vacances, soins dentaires, 3 ème pilier), avoir une marge de manœuvre. 1. Quels besoins couvrir? par Yves Defferard, secrétaire du syndicat UNIA Vaud : Yves Defferard commence par souligner qu il y a des points communs entre les syndicats et les Eglises. Il est heureux de pouvoir nous partager des expériences pratiques du terrain dans l accompagnement des personnes qui ont des difficultés Garantie du minimum vital En Suisse, la manière d appréhender le minimum vital est complètement différente d un canton à l autre et même d une commune à l autre. Grande marge de manœuvre d appréciation : on est plus anonyme quand on va demander une aide sociale dans une grande ville que lorsqu on s adresse à une commune de campagne. Administrativement compliqué. Ce n est pas facile pour tout le monde, il y a des personnes qui sont des migrants, qui ont des difficultés de lecture, difficultés de langue. L arbitraire est malheureusement trop fréquent : les documents qui sont demandés ne sont pas de nature de permettre à faire face à des situations difficiles. Les demandes d aides constituent souvent un très fort sentiment de honte ou d humiliation. Depuis cinq ans, les secrétariats des syndicats ont de plus en plus des gens qui viennent demander l assistance. Les personnes qui doivent aller demander de l aide parlent de l humiliation dont ils se sentent être l objet. 1

2 1.2 Les statistiques en Suisse? La pauvreté a toujours été un sujet tabou en Suisse. Pour la première fois en 2010, l Office Fédéral des Statistiques a publié les résultats de l enquête sur les revenus et les conditions de travail. On y découvre que, en situation normale, une personne sur dix en Suisse est dans un seuil de pauvreté Il s agit de situation normale sans parler des situations ponctuelles qui amènent la pauvreté 1.3. Les salaires en Suisse personnes en Suisse gagnent moins de FR Pour un travail à 100%, les salaires de FR même parfois moins avec famille sont une réalité. Cela se retrouve notamment dans l hôtellerie, la vente, les boutiques On s imagine que vivre avec un salaire de FR 3000 dans l Arc lémanique est difficile. Même avec un salaire de FR 4000, on est dans une situation de précarité : pas possible de trouver des loyers, à Genève inférieur à FR Les 2/3 de ces personnes sont des femmes. Pourtant une loi sur l égalité des salaires existe. Les syndicats n ont pas la possibilité d intervenir avec le principe de la confidentialité des salaires. Les secteurs les plus touchés sont des secteurs non conventionnés. Sans conventions collectives, on tombe très vite dans des situations de précarité Différences de salaires? Le salaire brut moyen secteur privé pour les femmes est de FR 4845 contre plus de FR 6000 pour les hommes! Dans le secteur privé où on n a pas forcément de conventions collectives, on enregistre un grand écart entre les salaires des hommes et des femmes. Le salaire brut moyen secteur public pour les femmes de FR 6090 et de FR 6700 pour les hommes. On voit que l écart entre salaire de femme et homme est moins grand dans le secteur public. Selon les secteurs, les différences peuvent être encore plus grandes et varier de 8 % à 35%. En moyenne 20% de différence entre les salaires hommes et femmes malgré la loi qui a plus de seize ans Salaire, de quoi parle-t-on? Dans l accompagnement des salariés, il est toujours important de faire cet exercice de compréhension du salaire. On se rend compte d abord que les gens n aiment pas parler de salaire. Jamais on ne ferait un tour de table pour dire son salaire. Dans d autres pays, c est quelque chose qui semble évident. En Suisse, comme on a la peine de parler de pauvreté, on ne parle jamais de son salaire. Salaire mensuel ou salaire annuel : il faut parler de salaire annuel et non mensuel vu que certaines entreprises accordent le 13 ème salaire, certaines mêmes commencent à négocier le 14 ème salaire. A salaire mensuel égal, la différence est grande selon le régime salarial annuel de l entreprise. Les primes ou suppléments d équipes et/ou de nuit, d inconvénients sont-ils des éléments du salaire? Non, un travail de nuit ou d équipes a des conséquences sur la santé, sur la vie de famille, vie sociale. C est l inconvénient qui donne ce surplus. Il faut dire que l on gagne autant par mois plus une prime d inconvénient d autant. Parce qu à l âge 2

3 de 55 ans ou en cas de problèmes de santé, où la personne n arrive plus à supporter ce rythme de nuit, il n aura plus ce surplus de salaire. C est important de capitaliser à part cette prime d inconvénient afin que le train de vie tienne en compte le salaire réel. Les horaires de travail sont-ils pris en compte? Dans beaucoup de cas, les horaires de travail ne sont pas pris en considération. Si j ai un salaire de FR 4000 en 42 heures, ce n est pas la même chose que si j ai le même salaire pour un travail de 50 heures. Le temps partiel, les manques de places en crèche ne laissent pas beaucoup de choix aux gens. Le couple doit aller travailler parce que le salaire d une personne ne suffit plus, un seul revenu ne suffit pas. Ce n est plus un choix de travailler ou pas. Avec la crise, on observe de chutes de revenus de l ordre de 30% suite au chômage technique. Avec ces cycles économiques, ces chômages techniques, on ne peut plus y faire face avec un seul revenu. Le travail sur appel devient un phénomène, il est peu régularisé surtout dans le secteur de la vente. Il commence à s étendre dans le domaine de l industrie surtout dans tous les secteurs non conventionnés. Le système ne permet pas de savoir ce que réserve chaque mois La pauvreté peut toucher chacun! Chômage : la pauvreté touche en premier la personne qui perd son travail. Ces personnes au chômage se retrouvent dans la précarité parce que les économies ne sont pas suffisantes pour les factures. La maladie et accident, aide de la famille : la personne qui doit aider ses parents âgés ou malades se retrouve dans l obligation de réduire son taux de travail non pas par choix, mais par nécessité. Les personnes pas assez formées : le système ne permet pas toujours de faire le cursus nécessaire. Sans aucune qualification c est difficile de sortir de ce système. Même si parfois la formation continue permet de combler ces lacunes. La liste s allonge : les familles de 3 enfants ou plus, les personnes qui vivent une séparation ou un divorce sont exposées, les victimes de la crise économique, les personnes vivants un décès ou une difficulté familiale, les retraités ou les étudiants La pression et la productivité Beaucoup de salariés sont de plus en plus dans une situation de santé fragilisée par les exigences professionnelles de plus en plus insupportables dont le système de salaire au mérite, le travail à la tâche qui précarise ; le mobbing et la pression qui coûtent cher à la société et précarisent les salariés touchés. Cette pression touche pleinement les salariés de plus de 50 ans. Elle augmente les écarts de salaires et favorise les très hauts revenus en baissant les masses salariales des personnes non qualifiées. 3

4 1.8. Comment agir? Plusieurs axes d action: garantir un salaire minimum en Suisse; obligation de Conventions collectives du travail (CCT) pour garantir l évolution et le contrôle, la lutte contre le dumping salarial, reconnaissance du mobbing comme maladie professionnelle, parler de son salaire, transparence entre salarié, avoir un langage commun sur le salaire, renforcer les syndicats et protéger les délégués, formation professionnelle et intégration des migrants, amélioration des conditions de retraite et égalité, crèches et garderies accessibles et suffisantes, améliorations des dispositions légales, lancer des initiatives pour des améliorations sociales, redynamiser la solidarité, coordonner les activités des associations. 2. Travail en carrefour : «Qu est ce qui est assez? Qu est ce qui n est pas assez?» En résumé, il ressort de ce travail en carrefour les idées suivantes : En Suisse, nous sommes dans une société où l assez est très développé mais le diktat du paraître est trop fort ressenti surtout chez les jeunes. Il ya la honte de demander l aide sociale surtout dans les campagnes : tout le village le sait, tout le monde le sait. En ville, cela peut se faire dans l anonymat. Les travailleurs ont peur de défendre leur salaire ou de revendiquer même des choses très simples, peur de s engager. On se trouve dans des situations pénibles parce que l on divise pour régner. Les patrons sont forts en ce domaine : surtout pas dire le salaire, la peur de revendiquer lorsque l on connaît les collègues licenciés ou condamnés pour avoir défendu les droits des travailleurs.comment avoir cette solidarité pour défendre ces droits essentiels si même les délégués du personnel sont licenciés pour fait leur travail de délégué. Chaque travailleur peut être éjecté à tout moment du monde du travail pour basculer dans la précarité. Il suffit qu on ait un accident et de se retrouver obligé de faire des demandes à l AI. La fragilisation de l emploi passe dans les mœurs. Elle devient une réalité acceptable. Tendance à régler les problèmes individuellement : diviser pour mieux régner. Au lieu de traiter les sujets de manière communautaire et solidaire, on s arrange avec les travailleurs. Pas assez si c est seulement pour couvrir les besoins fondamentaux (loyer, assurance maladie, nourriture, hygiène et vêtements, formation des enfants). Assez si en plus des besoins fondamentaux, la personne peut avoir des vacances, loisirs, culture, lorsque l on n est pas ébranlé par une facture extra ou imprévue comme le dentiste, le garage Assez? La suffisance est ce le paraître, est-ce la manière dont nous vivons? Est-ce qu il faut vivre en fonction de ce que l on a? Ou en fonction de ce que l on n a pas.? Nous sommes dans une société de consommation où il faut avoir tout et tout de suite. 4

5 Problème de droits élémentaires, des droits de l homme : le droit au logement et le droit au travail ne sont pas traduits dans les lois suisses par des clauses correspondantes. Chaque personne devrait avoir son indépendance financière, sa fierté en dépend. Cette indépendance financière permettrait de dire que l on a assez. 3. De quoi vivre? par Marianne Chevalier, assistante sociale canton de Vaud Marianne Chevalier, assistante sociale dans le canton de Vaud, illustre la situation par un cas concret en expliquant ce qui est prévu par les services pour les personnes touchant l aide sociale. Rentrer dans l aide sociale, c est rentrer dans la pauvreté. C est très difficile pour les gens qui vont devoir s inscrire à l aide sociale. Des gens qui n avaient pas de gros salaires arrivent à vivre un tout petit peu mieux avec l aide sociale. Par contre, la situation est encore plus difficile pour les gens qui touchaient un gros salaire. Pour prétendre à l aide sociale, on ne doit pas avoir plus de FR 4000 sur le compte. Cela veut dire que la personne doit d abord utiliser ses économies avant d avoir droit à l aide sociale. L aide sociale actuellement, pour une personne seule, est de FR 1110 ; pour un couple FR 1700 ; un couple avec un enfant FR 2070, avec deux enfants FR Avec cet argent, on doit payer l électricité, le téléphone. Quelqu un qui est à l AI et qui a des prestations complémentaires s en sort mieux. A l aide sociale, on mène une vie de privation : pas de sortie, pas de cinéma, pour manger au restaurant, il faut se faire inviter. Les gens vivant de l aide sociale perdent leur dignité, il y en a qui tombent dans la dépression. Des fois, l accueil dans les services sociaux les culpabilise : ils sont pris pour des profiteurs qui viennent demander l aide sociale. Pourtant pour y avoir droit, on doit se mettre à nu, donner les extraits du compte bancaire, toutes vos factures, une voiture est comptée comme épargne Les gens sont vraiment tristes d en être arrivés là. Pourtant une assistante sociale qui vous reçoit avec empathie, les contacts se font mieux et la personne renoue confiance avec elle. 4. Résister, lutter pour quoi? Comment? La première piste pour résister c est l information et la formation : il y a un besoin des cours sur le droit du travail. Beaucoup de gens ignorent leurs droits. Difficiles dans ces conditions de revendiquer sans connaître la législation. Importance de créer des réseaux : L expérience montre que sur plusieurs points les sensibilités sont les mêmes : la défense des personnes en difficultés, les sans papiers L information et la formation demandent aussi d unir les forces. Il faudrait une collaboration intelligente et plus étroite entre les acteurs sociaux Il faudrait renforcer les moyens de contrôle et mieux protéger les syndicalistes face aux intimidations des patrons. 5

6 5. Perspectives concrètes, élans-envoi. Possibilités d organiser des rencontres par région du forum entre le rendez-vous annuel en fonction du nombre de personnes dans une région géographique donnée. Pas besoin d un immense programme mais un moment de partage sur des questions proches de celles abordées annuellement au forum. Les organismes avec site internet devraient faire renvoi au site des autres pour mieux être informés sur les diverses activités en Suisse romande. Le choix de la date du forum œcuménique doit tenir compte des vacances scolaires pour permettre une plus large participation. Proposition provisoire des dates du prochain forum :6 ou 16 novembre Melchior Kanyamibwa CRAL Fribourg 6

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

La faillite personnelle

La faillite personnelle La faillite personnelle Selon l article 191 de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LP), Le-la débiteur-trice surendetté-e peut se déclarer lui-elle-même en faillite. Critères Si

Plus en détail

Table des Par des associations et des ONG matières Par des avocats Dans les communes Par les syndicats

Table des Par des associations et des ONG matières Par des avocats Dans les communes Par les syndicats 2 Table des matières Par des associations et des ONG 5 Pour tous 7 Pour les personnes inscrites au chômage 8 Pour les femmes 9 Pour les jeunes 10 Pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transexuels 10

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE COMMENCER :

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE COMMENCER : DEMANDE DE SERVICES JURIDIQUES PRO BONO (MATIÈRES FAMILIALES) CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE COMMENCER : DÉLAIS L examen de votre demande peut prendre au moins deux semaines. De plus, Pro Bono Québec

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Population active et pauvreté en région Centre

Population active et pauvreté en région Centre Population active et pauvreté en région Centre Conseil Economique et Social Régional du Centre Janvier 2010 Partie I. Périmètre de l étude quatre ménages touchant le SMIC ou le RSA Nombre potentiel de

Plus en détail

Ma banque. Prévoyance et planification financière de la retraite

Ma banque. Prévoyance et planification financière de la retraite Ma banque Prévoyance et planification financière de la retraite Table des matières 1. Le service prévoyance de la BCJ...4 2. Préparer votre retraite en toute sérénité...4 3. La planification de la retraite

Plus en détail

Prêts pour l avenir. A chaque étape de la vie. Comment assurer une prévoyance optimale. En famille, en couple et en célibataire.

Prêts pour l avenir. A chaque étape de la vie. Comment assurer une prévoyance optimale. En famille, en couple et en célibataire. Prêts pour l avenir. A chaque étape de la vie. Comment assurer une prévoyance optimale. En famille, en couple et en célibataire. Votre famille a de l avenir. Tout comme notre société, les modes de vie

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Thème N 1 Ménages et consommation

Thème N 1 Ménages et consommation Thème N 1 Ménages et consommation Chapitre 1. Comment le revenu et les prix influencent - t - ils les choix des consommateurs? Objectifs Acquisitions de concepts et de méthodes et être capable d analyser

Plus en détail

argent sur table Un jeu éducatif portant sur la gestion d un budget pour les jeunes (à partir de 14 ans) et les moins jeunes. ARGENT EURO ARGENT

argent sur table Un jeu éducatif portant sur la gestion d un budget pour les jeunes (à partir de 14 ans) et les moins jeunes. ARGENT EURO ARGENT argent sur table Un jeu éducatif portant sur la gestion d un budget pour les jeunes (à partir de 14 ans) et les moins jeunes. argent sur table Un jeu éducatif portant sur la gestion d un budget pour les

Plus en détail

Propension moyenne et marginale

Propension moyenne et marginale Propension moyenne et marginale Les ménages utilisent leur revenu soit pour consommer (tout de suite), soit pour épargner (et consommer plus tard). On appelle propension moyenne à consommer (PMC) la part

Plus en détail

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier La retraite en Suisse : le 2 ème pilier Conférence du Vendredi 27 mars 2015 présentée par le Service Juridique du GTE Suzanne Ruiz-Berthet LA PLACE DU 2EME PILIER DANS LE SYSTÈME DE RETRAITE SUISSE 1 er

Plus en détail

Crédit d impôt pour frais de garde

Crédit d impôt pour frais de garde Crédit d impôt pour frais de garde Érik Bouchard-Boulianne Économiste Réseau des jeunes de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) 8 mai 2014 Plan de la présentation 1. Introduction 2. Comprendre le

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? p.7 La qualification, c est quoi? p.8

Plus en détail

A/ Vie pratique : Logement :

A/ Vie pratique : Logement : A/ Vie pratique : Logement : Au cours de mon année universitaire à Wrexham, j ai logé en résidence universitaire. Wrexham village est l une des deux résidences universitaires situées au sein même du campus

Plus en détail

RÈGLEMENT SERVICE MAMANS DE JOUR ASSOCIATION «LES P TITS PRUNEAUX» ST-AUBIN

RÈGLEMENT SERVICE MAMANS DE JOUR ASSOCIATION «LES P TITS PRUNEAUX» ST-AUBIN ASSOCIATION D ACCUEIL FAMILIAL DE JOUR DU DISTRICT DE LA BROYE «LES P TITS PRUNEAUX» Place du Château, 1566 St-Aubin/FR RÈGLEMENT SERVICE MAMANS DE JOUR ASSOCIATION «LES P TITS PRUNEAUX» ST-AUBIN Préambule

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

FORMULAIRE lll. (Règles 26 à 30) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c.

FORMULAIRE lll. (Règles 26 à 30) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c. (Règles 26 à 30) FORMULAIRE lll CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c. Partie: ÉTAT DES REVENUS, DÉPENSES ET BILAN Je, soussigné(e), domicilié(e)

Plus en détail

La SENIORESCENCE ACTIVE

La SENIORESCENCE ACTIVE CENTRE RESSOURCES des INITIATIVES pour le DEVELOPPEMENT de l ECONOMIE LOCALE La SENIORESCENCE ACTIVE Avec le soutien de 1 Centre d Affaires ACTIV BURO 69120 Vaulx en Velin Permanences à MEYZIEU & VENISSIEUX

Plus en détail

ÉPARGNE Fiche de travail

ÉPARGNE Fiche de travail Questions de compréhension Exercice 1 Le schéma ci-après représente les budgets de Catherine, de Fred et de Louane. Laquelle de ces trois personnes a un budget équilibré, un budget présentant un excédent

Plus en détail

Les solutions de prévoyance professionnelle pour les PME

Les solutions de prévoyance professionnelle pour les PME Les solutions de prévoyance professionnelle pour les PME Les solutions LPP pour les PME CCIF Fribourg - 26 mars 2013 Coût des assurances sociales Par type d assurance, en % Source : Office fédéral des

Plus en détail

Examen langue d interprétariat

Examen langue d interprétariat Certificat INTERPRET d interprète communautaire: Test modèle 2 Avril 2015 Examen langue d interprétariat Contenu Introduction page 2 Structure de l examen page 3 Partie 1 de l examen: entretien page 3

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

Bâtiment et génie civil Convention collective de travail CCT

Bâtiment et génie civil Convention collective de travail CCT Bâtiment et génie civil Convention collective de travail CCT La convention collective de travail est entrée en vigueur le 1er avril 2012. Elle est valable jusqu au 31 décembre 2015. Durée de travail 2

Plus en détail

REFORME DES RETRAITES

REFORME DES RETRAITES N-Nour JUILLET-AOÛT 2010 REFORME DES RETRAITES Nous y sommes! Après une phase de consultation et de préparation, le Gouvernement engage la procédure de réforme des retraites. Le 13 juillet dernier, le

Plus en détail

Avez-vous joint les documents suivants? Une copie de votre déclaration de revenus provinciale 2 parents ou conjoints Avis de cotisation.

Avez-vous joint les documents suivants? Une copie de votre déclaration de revenus provinciale 2 parents ou conjoints Avis de cotisation. Chers parents, Veuillez prendre note qu afin d être équitable pour tous le comité d attribution considérera uniquement les formulaires dûment complétés auxquels les photocopies de tous les documents requis

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Analyse 2012/17 31 octobre 2012

Analyse 2012/17 31 octobre 2012 Analyse 2012/17 31 octobre 2012 État des lieux des "pensions complémentaires" dans un état critique! À découvrir dans cette analyse «Épargne pension. Épargnez-vous un job d étudiant à la retraire!». On

Plus en détail

Les conditions de salaire et de travail en Suisse. Un «Sonderfall» en crise?

Les conditions de salaire et de travail en Suisse. Un «Sonderfall» en crise? Les conditions de salaire et de travail en Suisse Un «Sonderfall» en crise? 2 Le débat sur la préférence cantonale 3 Un taux de chômage toujours bas en comparaison internationale (février 2012) 4 Genève:

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JANVIER 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

ANALYSE DES BESOINS : COMPTE-RENDU (RES)

ANALYSE DES BESOINS : COMPTE-RENDU (RES) «Du Boulot, mais pas seulement!» ANALYSE DES BESOINS : COMPTE-RENDU (RES) Conférence finale Bruxelles, le 27/08/201 Programme Organismes participants Méthodologie Résultats Analyse quantitative Analyse

Plus en détail

SOMMAIRE : Le texte intégral de l accord est disponible sur notre site : www.fncpla.org dans la partie «documents à télécharger».

SOMMAIRE : Le texte intégral de l accord est disponible sur notre site : www.fncpla.org dans la partie «documents à télécharger». GUIDE D APPLICATION DE L ACCORD DE BRANCHE DU 13 AVRIL 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD DE CLASSIFICATIONS DU 5 MAI 1992 ET A L ACCORD ARTT DU 14 DECEMBRE 2001 SUR : - SALAIRES, - TEMPS DE TRAVAIL, DANS

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

DIVORCE INFORMATIONS PRATIQUES POUR L ENFANT ET LES DEUX PARENTS

DIVORCE INFORMATIONS PRATIQUES POUR L ENFANT ET LES DEUX PARENTS SÉPARATION DIVORCE INFORMATIONS PRATIQUES POUR L ENFANT ET LES DEUX PARENTS Service de protection des mineurs SPMi SOMMAIRE page 3 LES BESOINS DE L ENFANT page 4 DROIT DE VISITE: UN DROIT DE L ENFANT AVANT

Plus en détail

6. TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE DÉBUTER. Revenu Québec : www.revenuquebec.ca/documents/fr/publications/in/in-189%282012-12%29.

6. TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE DÉBUTER. Revenu Québec : www.revenuquebec.ca/documents/fr/publications/in/in-189%282012-12%29. ` COMPTABILITÉ Que vous soyez reconnue à titre de RSG ou que vous offriez des SGMF privés, vous êtes considérée, au sens de la loi, comme étant une travailleuse autonome ou une travailleuse indépendante.

Plus en détail

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application MARS 2015 DROITS RECHARGEABLES Mars 2015 SOMMAIRE Une application problématique dans

Plus en détail

Les allocations familiales après 18 ans : pour qui et comment?

Les allocations familiales après 18 ans : pour qui et comment? Les allocations familiales après 18 ans : pour qui et comment? chapitre 1 Dix-huit ans! âge de la majorité, de l autonomisation, des premiers pas dans la vie adulte. Mais aussi de toute une série de droits

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

Adolescence et jeunesse (de 12 ans à 18 ans)

Adolescence et jeunesse (de 12 ans à 18 ans) Adolescence et jeunesse (de 12 ans à 18 ans) Voici un ensemble de questions, qui pourraient vous préoccuper en tant que parent ou en tant que détenteur ou détentrice de l autorité parentale : Est-ce que

Plus en détail

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8 LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Dépenser : se comporter en consommateur avisé Organiser Ajuster : réagir rapidement aux événements son Budget Sommaire Les supports proposés...2 Échéancier....3-6

Plus en détail

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!»

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» «Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» Entreprendre une vie de couple est toujours un moment plein d excitation, de rêves et d espoir. Voici un nouveau départ, une nouvelle vie

Plus en détail

Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.»

Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.» Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.» De bonnes perspectives avec la Prévoyance privée. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos côtés. Votre assureur suisse. 1/7 Helvetia PV-Prospectus

Plus en détail

Votre entreprise a-t-elle reçu le feu vert de la délégation syndicale pour l utilisation d intérimaires?

Votre entreprise a-t-elle reçu le feu vert de la délégation syndicale pour l utilisation d intérimaires? 1 Votre entreprise a-t-elle reçu le feu vert de la délégation syndicale pour l utilisation d intérimaires? Quand une entreprise souhaite avoir recours au travail intérimaire en cas de remplacement de travailleurs

Plus en détail

CV EN SUISSE LES 5 ERREURS À ÉVITER. A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché suisse

CV EN SUISSE LES 5 ERREURS À ÉVITER. A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché suisse Travailler- en- Suisse.ch CV EN SUISSE LES 5 ERREURS À ÉVITER A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché suisse CV en Suisse Les 5 erreurs à éviter A lire absolument

Plus en détail

TARIFS ET CHECK-LIST POUR LE STATUT DE QUASI-RESIDENT

TARIFS ET CHECK-LIST POUR LE STATUT DE QUASI-RESIDENT TARIFS ET CHECK-LIST POUR LE STATUT DE QUASI-RESIDENT Vous trouverez, ci-après, huit check-lists qui vous permettront de rassembler tous les documents nécessaires pour l établissement votre déclaration

Plus en détail

Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse

Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse Implications fiscales françaises pour les frontaliers participants dans le 2 ème pilier suisse Michael Sime : Directeur Associé, EY Paris Bâle, le 28 novembre 2013 Régime fiscal des frontaliers Petit rappel

Plus en détail

Rencontre Incubateur The Ark La sécurité sociale en Suisse

Rencontre Incubateur The Ark La sécurité sociale en Suisse Rencontre Incubateur The Ark La sécurité sociale en Suisse Sommaire Système suisse de sécurité sociale Les principes généraux Le système dit des trois piliers Employeur & Indépendant Assurance-accidents

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation De «pair patient» à «pair aidant» : vers de nouvelles fonctions des destinataires de l action médico-sociale? Présentation Association Trait d Union 07.02.2014 Esther Hartmann, Pro Mente Sana Florence

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève

Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève AVS -Assurance vieillesse et survivants Couvre besoin

Plus en détail

Au lieu de ressortir les habituelles résolutions du Nouvel An qui sont

Au lieu de ressortir les habituelles résolutions du Nouvel An qui sont É pour Au lieu de ressortir les habituelles résolutions du Nouvel An qui sont de moins manger et de faire plus d exercice, pourquoi ne pas vous concentrer sur une chose qui sera également bonne pour vous

Plus en détail

Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22

Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22 Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22 Définition des cas types étudiés Afin de pouvoir analyser et comparer entre elles les particularités

Plus en détail

Assurances nécessaires pour les start-up et optimisation du portefeuille d assurances pour PME

Assurances nécessaires pour les start-up et optimisation du portefeuille d assurances pour PME Assurances nécessaires pour les start-up et optimisation du portefeuille d assurances pour PME Rencontre de l Incubateur au Bioark à Monthey Le 22 février 2013 Inge Meyer-Weckel Experte en assurance sociale

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Contributions. Edition 2007

Contributions. Edition 2007 Contributions Contributions sur salaires et autres prestations que l'employeur doit payer aux caisses de compensation et aux assurances conformément aux réglementations légales et conventionnelles Edition

Plus en détail

Dossier 3 ligne du temps :

Dossier 3 ligne du temps : Dossier 3 ligne du temps : Le Québec est-il une société démocratique? Comparaison des sociétés québécoises de 1905 et de 1980 (troisième cycle du primaire). Table des matières : Notes aux enseignants :

Plus en détail

d importants problèmes financiers!

d importants problèmes financiers! Un complément précieux avec nos assurances incapcité de gain. Protégez-vous pour éviter d importants problèmes financiers! Vous avez certainement assuré vos biens au mieux. Mais qu en est-il de votre sécurité

Plus en détail

30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers. Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel

30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers. Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel 30 mars 2012 Les 2 ème et 3 ème piliers Alexandre Caillon Jean-Pierre Durel Fondements Fondements des trois piliers 1 er pilier (AVS AI ) BUT : Couvrir les besoins vitaux 2 ème pilier (Prévoyance professionnelle)

Plus en détail

2.4.2 L'assurance maladie L assurance maladie qui couvre les frais de base (LAMal) est obligatoire pour toutes les personnes domiciliées en Suisse.

2.4.2 L'assurance maladie L assurance maladie qui couvre les frais de base (LAMal) est obligatoire pour toutes les personnes domiciliées en Suisse. Budget les charges 2.4 Les charges ou l'argent qui sort... Les charges: ce sont les dépenses, l'argent qui sort de ton porte-monnaie - ou que tu épargnes - tous les mois. 2.4.1 Le loyer Le bail à loyer

Plus en détail

Les assurances sociales au quotidien II

Les assurances sociales au quotidien II François Wagner Les assurances sociales au quotidien II Assurances maladie et prévoyance professionnelle Assurance vieillesse et survivants Allocations familiales CIP-Notice abrégée de la deutsche Bibliothek

Plus en détail

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013 1 NOTE PRÉLIMINAIRE... 2 2 LE BILAN SOCIAL AU 31 DECEMBRE 2013... 3 2.1 EMPLOI... 3 2.2 RÉMUNÉRATIONS... 9 2.3 HYGIENE ET SÉCURITÉ... 13 2.4 AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL... 13 2.5 FORMATION... 14 2.6 RELATIONS

Plus en détail

Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice

Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice Je travaille pour le Réseau flamand de lutte contre la pauvreté 58 associations où les pauvres prennent la parole en Flandre et à Bruxelles sont affiliés à

Plus en détail

Entre Demandeur 1 et Défendeur ÉTAT FINANCIER ÉTAT FINANCIER DE (demandeur ou défendeur) Je soussigné,

Entre Demandeur 1 et Défendeur ÉTAT FINANCIER ÉTAT FINANCIER DE (demandeur ou défendeur) Je soussigné, Formule 94 (Règle 63A (1) ) C.S. n o COUR SUPRÊME DU YUKON Entre Demandeur 1 et Défendeur ÉTAT FINANCIER ÉTAT FINANCIER DE (demandeur ou défendeur) Je soussigné,, de, au Yukon, DÉCLARE SOUS SERMENT (OU

Plus en détail

Parce que je le vaux bien

Parce que je le vaux bien Parce que je le vaux bien Un mémento pour les femmes qui veulent être informées et préparées lors de la négociation de leur salaire A. Connaître les enjeux - les composantes du salaire B. Votre plan d

Plus en détail

1. Qu est-ce que la pauvreté signifie pour vous et quelles en sont les causes?

1. Qu est-ce que la pauvreté signifie pour vous et quelles en sont les causes? SÉANCE DE DIALOGUE Richibucto- le 2 février 2009 Royal Canadian Legion 20 Legion St. 6:30-9:30p.m. Résumé des notes de la séance 1. Qu est-ce que la pauvreté signifie pour vous et quelles en sont les causes?

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Ouvriers/ employés : éliminer les discriminations!

Ouvriers/ employés : éliminer les discriminations! Ouvriers/ employés : éliminer les discriminations! 1 HOMMES / FEMMES Les références aux personnes et fonctions au masculin visent naturellement aussi bien les hommes que les femmes. 2 Ouvriers/employés:

Plus en détail

imum ité é! Un outil d éducation populaire du

imum ité é! Un outil d éducation populaire du Un outil d éducation populaire du Un salaire e minm décent c est: - un droitd - une prior ité - une nécessit ité é! Le MÉPACQ joint sa voix à celle du Front de défense des non-syndiqués pour demander au

Plus en détail

S adapte à votre besoin de protection.

S adapte à votre besoin de protection. S adapte à votre besoin de protection. ALLEGRA prend le relais là où vos assurances accidents de base (caisse maladie ou assurances professionnelles) s arrêtent, afin de vous offrir une protection complète

Plus en détail

INSTRUCTIONS GENERALES SUR L APPLICATION

INSTRUCTIONS GENERALES SUR L APPLICATION INSTRUCTIONS GENERALES SUR L APPLICATION DES DISPOSITIONS CONVENTIONNELLES DANS LA MAÇONNERIE ET LE GENIE CIVIL, VALABLES DANS LE CANTON DE VAUD EN 2014 (ETAT DECEMBRE 2013) 2/7 Sommaire : 1. Généralités

Plus en détail

Déroulement. Arc lémanique «État des lieux» Indicateurs Courtiers Partenaires ICP. Questions & réponses. Président du CA. Directeur.

Déroulement. Arc lémanique «État des lieux» Indicateurs Courtiers Partenaires ICP. Questions & réponses. Président du CA. Directeur. présentent Déroulement Mot de bienvenue Bilan 1 année Arc lémanique «État des lieux» Indicateurs Courtiers Partenaires ICP Conclusion & Perspectives Questions & réponses Anthony Collé Président du CA

Plus en détail

Nom * Rue * / N Numéro de téléphone. Prénom * Case postale Numéro de téléphone portable. Date de naissance NPA * / Lieu * Adresse e-mail

Nom * Rue * / N Numéro de téléphone. Prénom * Case postale Numéro de téléphone portable. Date de naissance NPA * / Lieu * Adresse e-mail Rekurskommission EDK/GDK Commission de recours CDIP/CDS Commissione di ricorso CDPE/CDS Requête d assistance judiciaire 1 Partie requérante Nom * Rue * / N Numéro de téléphone Prénom * Case postale Numéro

Plus en détail

Easy Plan. L assurance de groupe pour la petite entreprise

Easy Plan. L assurance de groupe pour la petite entreprise L assurance de groupe pour la petite entreprise Easy Plan, une solution d assurance bien pensée Allianz souhaite répondre efficacement aux besoins spécifiques des petites entreprises en matière d assurance

Plus en détail

MAINTENIR SON ÉPARGNE MALGRÉ UNE HAUSSE DE LOYER

MAINTENIR SON ÉPARGNE MALGRÉ UNE HAUSSE DE LOYER MAINTENIR SON ÉPARGNE MALGRÉ UNE HAUSSE DE LOYER MÉLISSA PROULXCOLLABORATION SPÉCIALE «J ai toujours été économe, mais jusqu à récemment, je n avais jamais élaboré de budget et je n avais rien de prévu

Plus en détail

QUESTIONNAIRE N O I PROFIL DE LA SITUATION PERSONNELLE ET FAMILIALE

QUESTIONNAIRE N O I PROFIL DE LA SITUATION PERSONNELLE ET FAMILIALE QUESTIONNAIRE N O 1 1 QUESTIONNAIRE N O I PROFIL DE LA SITUATION PERSONNELLE ET FAMILIALE 1. Renseignements généraux Nom(s) et prénom(s) État civil Date de naissance (âge) Occupation(s) Adresse Résidence

Plus en détail

B.A.-BA de la garde d enfants

B.A.-BA de la garde d enfants B.A.-BA de la garde d enfants pour la Suisse romande Vue d ensemble des variantes de garde les plus fréquentes pour les petits enfants - Crèche - Accueil familial de jour - Nounou - Babysitter, Au Pair

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales. Commission centrale des examens. Examen professionnel 2008 du brevet

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales. Commission centrale des examens. Examen professionnel 2008 du brevet FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2008 du brevet Prestations complémentaires à l AVS/AI (PC) et Aide sociale (AS) Nom / Prénom

Plus en détail

Pouvoir d achat - 124. Revenu mensuel en Autriche. Tableau: Revenu mensuel en Autriche Valide au 31 mars 2009

Pouvoir d achat - 124. Revenu mensuel en Autriche. Tableau: Revenu mensuel en Autriche Valide au 31 mars 2009 Revenu mensuel en Autriche ans d expérience, a) célibataire et b) marié et père de 2 enfants c) et d) sans revenir chaque jour à la maison et preste 5 heures supplémentaires Tableau: Revenu mensuel en

Plus en détail

Tous ensemble, Maitrisons nos dépenses de santé

Tous ensemble, Maitrisons nos dépenses de santé P Des outils à votre disposition Vous cherchez des tarifs de consultation, des adresses de médecins,. www.ameli-direct.ameli.fr Vous cherchez des informations sur les centres mutualistes. www.mutualite.fr

Plus en détail

BEAUVAIS CONSULTANTS non-motorisés synthèse 16 octobre 1999 1 - OBJECTIF

BEAUVAIS CONSULTANTS non-motorisés synthèse 16 octobre 1999 1 - OBJECTIF BEAUVAIS CONSULTANTS non-motorisés synthèse 16 octobre 1999 1 - OBJECTIF Dans la perspective d un développement durable et plus précisément d un scénario reposant sur la dé-motorisation, on peut souhaiter

Plus en détail

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs»

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Les présentes modalités ont pour objectif d interpréter les

Plus en détail

Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11

Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11 Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE Je suis le demandeur / requérant / défendeur de cette demande pour l obtention ou

Plus en détail

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Animateur : Henri TOULOUZE Secrétaire général de l Union Nationale des Syndicats

Plus en détail

2. Personnel et coût de la main-d œuvre

2. Personnel et coût de la main-d œuvre 2. Personnel et coût de la main-d œuvre Sommaire 2.1 Productivité, motivation et expérience internationale 2.2 Modalités d emploi 2.3 Recrutement 2.4 Niveau des salaires 2. Coût des charges sociales 2.6

Plus en détail

QUESTIONNAIRE POUR MESURER LES ATTENTES DES FAMILLES. Enfance & Jeunesse

QUESTIONNAIRE POUR MESURER LES ATTENTES DES FAMILLES. Enfance & Jeunesse Commune en partenariat avec la CAF de Villefranche-sur-Saône QUESTIONNAIRE POUR MESURER LES ATTENTES DES FAMILLES Enfance & Jeunesse OBJECTIF : Mesurer les attentes des familles en matière d offre de service

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

Planifier pour épargner, planifier pour dépenser

Planifier pour épargner, planifier pour dépenser Guides de Tangerine sur les finances personnelles Planifier pour épargner, planifier pour dépenser Guide pratique sur l épargne et les dépenses En théorie, c est facile d épargner. Pourquoi est-ce si difficile

Plus en détail

Copyright 2011 - Le Cercle DLP - Tous droits réservés

Copyright 2011 - Le Cercle DLP - Tous droits réservés 1 Licence L auteur s est efforcé d être aussi précis et complet que possible lors de la création de cet ouvrage, malgré ceci, il ne peut en aucun cas garantir ou représenter l exactitude de son contenu

Plus en détail

FORMULAIRE III (Bénéficiaire)

FORMULAIRE III (Bénéficiaire) FORMULAIRE III (Bénéficiaire) CANADA Province de Québec District de Montréal C O U R S U P É R I E U R E CHAMBRE DE LA FAMILLE No du dossier 500- - - c. partie demanderesse partie défenderesse ÉTAT DES

Plus en détail

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE (Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien, L.N.-B. 2002, c.i-12.05, art.5(2)e), 9(1)b)(ii), 23(2)f) et 27(1)b)(ii)) Je suis le demandeur

Plus en détail

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget.

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Votre partenaire Budget Ce guide vous est offert Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Pourquoi? Parce que sans cette étape, il n est pas possible de bien gérer son compte bancaire

Plus en détail