Le projet de loi de financement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le projet de loi de financement"

Transcription

1 - N ISSN SOMMAIRE BREF SOCIAL (p. 1-6) Le PLFSS pour 2010 adopté en Conseil des ministres Les mesures retraite du PLFSS 2010 Rapport Hénart sur le développement de l apprentissage dans la Fonction publique Révision des loyers d habitation : + 0,32 % au 3 e trimestre 2009 Points de repère Express CONVENTIONS ET ACCORDS n 212/2009 (p. 1-4) Industries chimiques : indemnisation du chômage partiel Ce numéro comporte 12pages dont 2pages de publicité (Actualité et formation) BREF SOCIAL PROJETS Le PLFSS pour 2010 adopté en Conseil des ministres Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2010 a été adopté, le 14 octobre, en Conseil des ministres. S inscrivant dans un contexte de crise et de dérive des déficits sociaux, il s agit d un PLFSS «d attente», les réformes d envergure étant renvoyées, au mieux, à Le projet de loi tente toutefois de réduire le déficit prévisionnel de 2010 de 3 milliards d (pour le ramener de 33,6 à 30,6 milliards) en s appuyant sur trois axes d action : un élargissement du financement de la Sécurité sociale par la réduction de plusieurs niches sociales, un renforcement de la lutte contre la fraude et une meilleure maîtrise des dépenses de santé. Mais la mesure «phare» du PLFSS est sans conteste la réforme de la majoration de durée d assurance vieillesse des mères (v. page 2). Réduction des niches sociales Pour consolider les ressources de la Sécurité sociale, le projet de loi réduit plusieurs niches sociales : relèvement de 2 à 4 % du taux du forfait social sur l épargne salariale; doublement des taux de la contribution sur les retraites chapeaux, qui passeraient de 8 à 16 % pour la contribution assise sur les rentes servies et de 6 à 12 % pour la contribution assise sur les primes versées à un organisme assureur (de 12 à 24 % pour la contribution assise sur les dotations aux prévisions en cas de gestion interne); suppression de l exonération de prélèvements sociaux (12,1 %), en cas de succession, sur les intérêts des contrats d assurance vie multisupports; soumission aux prélèvements sociaux de toutes les plus-values mobilières au premier euro de cession. De plus, l assiette de la taxe sur les dispositifs médicaux payée par les fabricants serait élargie à la promotion de certains produits (optique, audioprothèses), et le taux de cette taxe porté de 10 à 15 %. Par ailleurs, pour la seule année 2010, les organismes complémentaires en santé seraient soumis à une contribution exceptionnelle au financement de la vaccination collective contre la grippe A H1N1, affectée aux régimes obligatoires d assurance maladie. Le taux de cette contribution assise sur le chiffre d affaires des organismes serait fixé à 0,94 %. Lutte contre la fraude Le PLFSS institue de nouvelles mesures de lutte contre la fraude aux prestations sociales. Arrêts maladie. L expérimentation instaurée par la LFSS pour 2008, visant à renforcer la coordination entre les actions du service du contrôle médical des caisses et les prérogatives des employeurs en matière de «contre-visite», serait généralisée. Un délai de transmission du rapport établi par le médecin contrôleur mandaté par l employeur serait institué, et une suite serait systématiquement donnée par la caisse au rapport si l arrêt apparaît non médicalement justifié. De plus, pour lutter contre les arrêts de travail successifs abusifs,la reprise du versement des indemnités journalières, suspendu à la suite d un contrôle, serait subordonnée à l avis du service du contrôle médical en cas de prescription d un nouvel arrêt de travail. Le contrôle des arrêts maladie par le RSI serait par ailleurs rendu plus efficace : la sanction applicable à l assuré qui ne respecte pas ses obligations (heures de sortie, etc.) serait plus lourde. Prestations famille et vieillesse. L efficacité des sanctions applicables en cas de fraude aux prestations versées par les branches famille et vieillesse serait améliorée par la suppression de la nécessité de constater un indu afin de sanctionner la tentative, l intégration de nouveaux motifs de pénalité, l extension du champ des personnes susceptibles d être sanctionnées, le doublement du montant maximum de la pénalité encourue qui serait fixé à quatre plafonds de la sécurité sociale ( en 2009). Aides au logement. Les CAF seraient habilitées à contrôler la réalité de l existence des logements loués par des bailleurs à des bénéficiaires d aides personnelles au logement, en leur permettant d échanger les données nécessaires avec l administration fiscale. De plus, l expérimentation concernant la mise en œuvre d une nouvelle sanction administrative en cas de fraude aux aides personnelles au logement, qui consiste en la suppression du service de la prestation «fraudée» mais aussi de celui des deux autres aides au logement, serait prorogée d une année, soit jusqu au 31 décembre Maîtrise des dépenses de santé Le PLFSS prévoit une progression de l Ondam (objectif national des dépenses d assurance maladie) de 3% en 2010, le fixant à 162,4 milliards d. Pour atteindre cet objectif, il comporte différentes me- SÉCURITÉ SOCIALE Hausse des prélèvements sur l épargne salariale et les retraites chapeaux, renforcement du contrôle des arrêts maladie, création d un bonus-malus pour les AT-MP, etc. LIAISONS SOCIALES Quotidien 1

2 sures visant à contenir l augmentation des dépenses de santé : le directeur d un organisme d assurance maladie serait autorisé à fixer à un médecin un objectif de réduction de ses prescriptions dont le nonrespect serait sanctionné, en lieu et place de la procédure de mise sous accord préalable, qui est lourde et coûteuse pour les organismes; un taux national d évolution des dépenses de frais de transport des établissements de santé serait fixé, et les établissements dont les prescriptions dépasseraient ce taux sanctionnés; pour mieux maîtriser les dépenses liées aux affections de longue durée (ALD), il est envisagé de ne pas renouveler le bénéfice de l ALD pour les personnes guéries d un cancer, mais de leur assurer, par une mesure du PLFSS, une prise en charge à 100 % des actes médicaux et examens biologiques nécessités par le suivi médical de leur affection. Lors de la présentation du budget de la Sécurité sociale pour 2010, le gouvernement a également annoncé d autres mesures, qui seront mises en place par la voie réglementaire : relèvement du forfait hospitalier de 16 à 18, réduction de 35 à 15 % du taux de remboursement des médicaments à service médical rendu faible, etc. Création d un «bonus-malus» pour les AT-MP Pour inciter davantage les entreprises à s engager dans une démarche de prévention des accidents du travail et maladies professionnelles, le projet de loi prévoit un mécanisme de «bonus-malus». Le bonus consisterait en l octroi par les caisses de retraite et de santé au travail (Carsat) d aides financières simplifiées, sous la forme de subventions directes, aux entreprises qui réalisent des actions de prévention, dans le cadre d enveloppes limitatives, aides qui ne pouvaient jusqu ici intervenir que dans un cadre expérimental. Le malus devrait permettre de rendre les sanctions «plus lisibles et dissuasives» en prévoyant : un plancher minimum de majoration, destiné à inciter les entreprises à mettre en œuvre le plus rapidement possible les mesures demandées par l injonction; la possibilité de majorer la cotisation due par un établissement sans lui adresser une injonction préalable dès lors qu une situation de risque exceptionnel a déjà fait l objet d injonctions à cet établissement ou à un autre établissement de l entreprise. Concernant la branche famille, le projet de loi prévoit d ouvrir le prêt pour l amélioration de l habitat aux assistants maternels, afin de faciliter le développement de ce mode d accueil. Les mesures retraite du PLFSS 2010 RETRAITE Réforme de la majoration de durée d assurance des mères, cumul entre pension d invalidité et revenu d activité, transfert de charges au FSV Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2010, adopté le 14 octobre en Conseil des ministres, comprend très peu de mesures relatives aux retraites. Les réformes structurelles sont en effet remises à plus tard, un rendez-vous tripartite sur le sujet étant programmé à la mi Le projet de loi réalise toutefois à une réforme notable : celle de la majoration de durée d assurance des mères de famille du secteur privé, réforme à laquelle le gouvernement est contraint de procéder à la suite de la décision de la Cour de cassation du 19 février dernier (v. Bref social n du 5 mars 2009). De nouvelles MDA de quatre trimestres chacune L actuelle majoration de durée d assurance (MDA) de huit trimestres par enfant est attribuée à la mère dès lors qu elle a élevé celui-ci au moins huit ans avant son 16 e anniversaire. Le nouveau dispositif, applicable aux pensions prenant effet à compter du 1 er avril 2010, se décomposerait en deux majorations, auxquelles s ajouterait une majoration spécifique pour les parents adoptifs. Une majoration de quatre trimestres serait attribuée aux femmes assurées sociales, pour chacun de leurs enfants, au titre de la grossesse et de l accouchement. Les femmes ayant adopté ne pourraient pas en bénéficier. Une deuxième majoration de quatre trimestres serait attribuée, pour chaque enfant mineur, à ses parents, au titre de son éducation pendant les quatre années suivant sa naissance ou son adoption. Elle serait accordée : à la mère pour les enfants nés avant le 1 er janvier 2010, sauf si, dans le délai d un an à compter de la publication de la LFSS, le père apporte la preuve qu il a élevé seul l enfant pendant une ou plusieurs années au cours des quatre premières années suivant la naissance ou l adoption; à la mère dans le silence du couple, pour les enfants nés après le 1 er janvier 2010, cette majoration pouvant être partagée d un commun accord entre les deux parents, accord exprimé dans un délai de six mois à compter du quatrième anniversaire de l enfant ou de son adoption. En cas de désaccord des parents, formulé par l un ou l autre dans le même délai, la majoration serait attribuée à celui qui établit avoir contribué à titre principal à l éducation de l enfant pendant la période la plus longue ou, à défaut, la majoration serait partagée par moitié. Une majoration spécifique de quatre trimestres serait par ailleurs attribuée aux assurés pour chaque enfant adopté, dans les conditions applicables à la majoration liée à l éducation, exposées ci-dessus. Ces dispositions concerneraient, outre le régime général, les régimes alignés des artisans et commerçants et des salariés agricoles, le régime des professions libérales et celui des avocats. Par ailleurs, il est prévu d exclure des périodes prises en compte pour l ouverture du droit à la retraite anticipée pour carrière longue ou pour handicap les nouvelles majorations de durée d assurance «accouchement» et «éducation», mais aussi la majoration de durée d assurance pour enfant handicapé, les trimestres validés au titre du congé parental, les trimestres AVPF, les bonifications pour enfants de la Fonction publique. Pensions d invalidité Le PLFSS comprend également des mesures relatives aux pensions d invalidité. En premier lieu, pour faciliter le maintien en emploi des seniors, le versement d une pension d invalidité de première catégorie (pension cumulable avec un revenu d activité), deviendrait possible jusqu à 65 ans, contre 60 ans actuellement. Il serait par ailleurs prévu : que la pension d invalidité 2 LIAISONS SOCIALES Quotidien

3 n est pas cumulable avec une pension de vieillesse, y compris lorsque cette dernière est attribuée dans le cadre du dispositif de départ anticipé pour carrière longue ou pour handicap; que la pension d invalidité de veuf ou de veuve n est pas cumulable avec la pension de réversion. Transfert de charges au FSV Le projet de loi organise également le transfert au FSV (Fonds de solidarité vieillesse) à compter de 2010 de la prise en charge des validations gratuites de trimestres pour la retraite accordées au titre des périodes d arrêt maladie, maternité, AT-MP et d invalidité. Compte tenu de l impossibilité de déterminer avec précision le coût de ces validations pour les régimes, la contribution serait forfaitaire et alignée sur celle appliquée pour les validations de périodes de chômage. Un décret fixera les modalités précises du calcul du transfert entre le FSV et les régimes concernés (régime général, régime des salariés agricoles et RSI). ÉTUDES ET RAPPORTS Rapport Hénart sur le développement de l apprentissage dans la Fonction publique Laurent Hénart, député UMP de Meurthe-et-Moselle, a remis, le 13 octobre, au Premier ministre, son rapport consacré au développement des formations en alternance dans le secteur public. Cette mission lui avait été confiée en juin 2009, suite au constat de faible développement de l apprentissage dans le secteur public, alors que le dispositif y est ouvert depuis En 2008, seules 6400 entrées en contrat d apprentissage ont été recensées, contre dans le secteur marchand. Le rapport propose de fixer un objectif de jeunes formés en alternance en cinq ans dans le secteur public. À cette fin, il préconise la mise en place d un programme national concerté. Promouvoir l apprentissage Le rapport préconise de faciliter l accès à l apprentissage dans la Fonction publique. Améliorer l image et la connaissance de la formation en alternance. Il est proposé à cet effet de : mettre en place un réseau de référents sur le sujet au sein des DRH des ministères, des établissements publics et des collectivités territoriales; instituer des outils Internet sur les offres et demandes de formations, et sur les recrutements en alternance dans le secteur public; créer un guide et un observatoire sur le développement de l apprentissage. Améliorer les conditions matérielles des apprentis. Le rapport reprend certaines propositions du livre vert sur la politique de la jeunesse (v. Bref social n du 9 juillet 2009), comme l ouverture aux apprentis d un système équivalent au revenu de solidarité active (RSA) complément de revenus, ainsi que la mise en place d une aide au transport et au logement. Harmoniser le contrat d apprentissage du secteur public et le dispositif de droit commun. Le réseau des centres de formation des apprentis (CFA) existant pourrait ainsi être utilisé par le secteur public. Supprimer les obstacles juridiques et administratifs. Il s agit de dématérialiser et simplifier l enregistrement des contrats d apprentissage, et de supprimer l agrément préfectoral de l employeur public. De plus, le rapport suggère d attribuer clairement à l inspection du travail la mission de contrôler les conditions de travail de l apprenti, et d aligner les modalités de rémunération des apprentis du secteur public sur celles du secteur privé. Valoriser le maître d apprentissage. Le rapport propose de créer une gratification spécifique pour ce dernier, ou de le payer en heures supplémentaires. Organiser l accompagnement vers l emploi. Il s agit d articuler plus nettement les dispositifs d apprentissage avec les perspectives de recrutement. Le rapport préconise également de proposer l apprentissage aux jeunes bénéficiaires potentiels de contrats aidés. Rénover le parcours d accès aux carrières territoriales, hospitalières et de l État (Pacte). Il est proposé d élargir les conditions d accès à ce dispositif, qui permet l accès à un emploi de la Fonction publique de catégorie C à des jeunes de 16 à 25 ans sans qualification ou peu diplômés, et de l ouvrir aux emplois de la catégorie B. Aides au financement Plusieurs propositions du rapport concernent les aides au financement. Le rapport propose d intégrer les apprentis du secteur public dans le calcul de la subvention globale de fonctionnement des CFA par les régions. Ainsi, une partie du coût de formation de ces apprentis sera couverte par cette subvention. En outre, pour chaque Fonction publique, un dispositif national cadre conventionnel entre les principaux partenaires intéressés devrait être élaboré pour mettre en œuvre le cofinancement des coûts résiduels de formation. Dans les services de l État, ce financement serait assuré par la mise en place d un «bonus-malus». En effet, les ministères et leurs services déconcentrés accueillant au moins 1% d apprentis bénéficieraient d une dotation budgétaire égale au nombre d apprentis recrutés multiplié par le coût résiduel moyen de formation de leurs apprentis. À l inverse, les ministères ou établissements publics ne respectant pas l objectif de formation d apprentis verraient leur dotation budgétaire réduite d un montant équivalent. La fixation du seuil de 1 % devrait être définie à un niveau agrégé, par exemple celui de chaque ministère, afin de permettre une adaptation souple à la situation des différents services, centraux ou déconcentrés, en dépendant. Dans les collectivités territoriales et les établissements hospitaliers, le financement du coût résiduel de formation des apprentis serait pris en charge par le fonds national de développement et de modernisation de l apprentissage. Autre proposition du rapport Hénard : dans les collectivités territoriales de moins de 20 agents, la rémuné- FORMATION Le rapport propose la mise en place d un «bonusmalus» dans les administrations de l État LIAISONS SOCIALES Quotidien 3

4 ration des apprentis pourrait être financée partiellement par l État, grâce à une aide supplémentaire de 2000 par an et par apprenti formé. En outre, pour un an à compter de septembre 2009, une prime de par apprenti (s ajoutant à celle de 1800 déjà prévue par le plan d urgence en faveur de l emploi de jeunes; v. Bref social n du 28 avril 2009), serait versée par l État à tout employeur public embauchant un apprenti. Enfin, il est proposé d apporter des moyens supplémentaires aux CFA, pour leur permettre d accroître leurs effectifs d apprentis. À cette fin, une partie de la taxe d apprentissage leur serait réservée. LOGEMENT Nouveau ralentissement de la progression de l IRL LÉGISLATION ET RÉGLEMENTATION Révision des loyers d habitation : + 0,32 % au 3 e trimestre 2009 Selon l Insee, la progression de l indice de référence des loyers (IRL) a fortement ralenti au troisième trimestre 2009 : + 0,32 % en rythme annuel, après + 1,31 % au trimestre précédent. Cette évolution tient à la baisse des prix à la consommation en glissement annuel, à l œuvre dans l Hexagone depuis plusieurs mois. L IRL constitue le plafond de révision des loyers d immeuble à usage d habitation, cette révision intervenant à la date anniversaire du bail. La date de publication de l Insee détermine la date de référence de parution de l IRL. Indice de référence des loyers : 117,41 au troisième trimestre 2009 Depuis l entrée en vigueur de la loi en faveur du pouvoir d achat (v. Légis. soc. -Rému.- n 50/2008 du 26 février 2008), l IRL se calcule comme la moyenne, sur les 12 derniers mois, de l indice des prix à la consommation hors tabac et hors loyers. L IRL s établit à 117,41 au troisième trimestre 2009 (base 100 au quatrième trimestre 2008). Ce recul de l IRL, observé pour le troisième trimestre consécutif, pourrait s achever en fin d année. Selon les prévisions de l Insee (v. Bref social n du 5 octobre 2009), l inflation remonterait fin INSEE, Informations rapides n 267, 14 octobre 2009 Points de repère EXPRESS Prix à la consommation dans la zone euro : ils ont reculé pour le quatrième mois consécutif en septembre, de 0,3 % sur un an, a confirmé, le 15 octobre, Eurostat, dans une deuxième estimation. Dans l ensemble de l UE, les prix ont également reculé en septembre de 0,3 % sur un an. Décloisonner l industrie : «Je souhaite que nous passions d une politique de branches (industrielles) à une politique de filières. Il faut favoriser le décloisonnement entre branches», a affirmé, le 14 octobre, le ministre de l Industrie, Christian Estrosi, auditionné par la commission des Affaires économiques de l Assemblée nationale, à la veille du lancement officiel d états généraux de l industrie. Emploi des seniors dans les PME : le secrétaire d État chargé de l emploi, Laurent Wauquiez, et Jean-François Bernardin, président de l ACFCI, ont mis en place un partenariat Législation et réglementation Adoption définitive de la loi formation : la loi relative à l orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie a été définitivement adoptée par le Parlement le 14 octobre, après un ultime passage au Sénat. Elle transpose largement les dispositions de l ANI du 7 janvier 2009 sur la formation et modifie plusieurs dispositifs existants. On peut retenir notamment la mise en place de la portabilité du DIF (droit individuel à la formation) et la création du FPSPP (Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels). Nous reviendrons dans le prochain Bref social sur l ensemble des mesures de la loi. Projets PLF pour 2010 : la commission des Finances de l Assemblée nationale a adopté, le 14 octobre, un amendement UMP qui «réécrit» l article du gouvernement sur la réforme de la taxe professionnelle. Dans le budget 2010, la taxe va être remplacée par une «cotisation locale d activité» et une «cotisation parlementaire» assise sur la valeur ajoutée. Dans sa réécriture de l article, le rapporteur général du Budget, Gilles Carrez (UMP), a proposé d accroître la part perçue par les intercommunalités. Il s agit de renforcer le lien entre l entreprise et son territoire d implantation. «Il est proposé de le faire en réduisant de 75 % à 55 % la part de la cotisation affectée aux départements», indique Gilles Carrez. - Taxation des banques : la commission a adopté un amendement qui instaure une taxe additionnelle à l impôt sur les sociétés sur les établissements financiers. Il doit encore être adopté en séance publique à l Assemblée la semaine prochaine. «L État ayant joué le rôle d assureur de dernier ressort au cours de la crise bancaire de l automne 2009, il est normal qu il reçoive la contrepartie de cette couverture exceptionnelle en faveur de l intérêt général», indique Didier Migaud, pour justifier son amendement. Actualité sociale Bouclier fiscal : le président de la commission des Lois de l Assemblée nationale, Jean- Luc Warsmann (UMP), propose de retirer la CRDS du bouclier fiscal, dans un rapport visant à «optimiser la dépense publique», rendu public le 14 octobre. «Cette mesure exceptionnelle est justifiée par la situation elle-même exceptionnelle de la dette sociale», indique le rapport. «Lutter contre cette dette est une cause nationale qui suppose la solidarité de tous. La CRDS se distingue également de l impôt. Sa seule raison d être est le remboursement de la dette 4 LIAISONS SOCIALES Quotidien

5 sociale». Le rapport propose aussi de «raboter les niches fiscales», en réduisant «uniformément de 10 % les taux de réduction qu offre chaque niche fiscale, à l exception du crédit d impôt recherche, afin de baisser de 5 à 7 milliards le coût total des dépenses fiscales». Le rapport suggère la tenue d un «sommet national de la dette publique» et préconise la mise en place dès 2011 de la retenue à la source pour l impôt sur le revenu. - Réactions gouvernementales : le porteparole du gouvernement, Luc Chatel, a assuré, le 14 octobre, que la modification du bouclier fiscal n était «pas d actualité». «Nous défendons le bouclier fiscal comme un outil de justice fiscale et sociale, nous pensons que c est un élément très important de notre politique fiscale», a-t-il assuré, en rendant compte des travaux du Conseil des ministres. Le ministre du Budget, Éric Woerth, a lui aussi exclu de retirer la CRDS des impôts pris en compte dans le bouclier fiscal. De même, le conseiller spécial de l Élysée, Henri Guaino, a estimé qu il ne serait «pas très cohérent» d exclure la CRDS du bouclier fiscal, jugeant qu on ne peut pas «faire chaque jour le contraire de ce qu on a décidé de faire la vielle». - CFDT : la confédération soulignant que «cette proposition vise à ce que les plus grosses fortunes et les revenus les plus élevés ne soient plus exonérés de l effort de solidarité, comme ils l ont été du financement du RSA», considère qu «il s agit d une première brèche dans un dispositif qu elle a toujours contesté. Elle demande l abolition du bouclier fiscal avec d autant plus de détermination que les inégalités de revenus ne cessent de se creuser». Réduction de la pauvreté : le hautcommissaire aux Solidarités actives, Martin Hirsch, a défendu, le 14 octobre en Conseil des ministres, son «tableau de bord» de mesure de la pauvreté, dont certains indicateurs sont contestés par des associations, tout en reconnaissant qu il ne saurait être «parfait». Selon le «tableau de bord», le taux de pauvreté, c est-à-dire le pourcentage de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté, a reculé et est passé de 13,1 % en 2006 à 12,5 % en 2007, en prenant comme référence le seuil à son niveau de 2006, soit 880 par mois (taux «ancré dans le temps»). Le seuil de pauvreté correspond à un revenu inférieur à 60 % du revenu médian de l ensemble de la population. Plusieurs associations critiquent ce mode de calcul qu elles jugent trop favorable aux ambitions du gouvernement et lui préfèrent le «taux de pauvreté relative», obtenu en recalculant chaque année le seuil de pauvreté, soit 910 en 2007 par exemple. Selon ce calcul, le taux de pauvreté a augmenté, passant à 13,4 % en 2007 contre 13,1 % en Portage salarial : dans le cadre de la négociation relative au portage salarial, le Prisme a transmis aux syndicats, pour la séance de négociation prévue le 16 octobre, une cinquième version du projet d accord. Elle porte notamment la période expérimentale (qui réserve l activité de portage aux cadres) de deux à trois ans. De plus, les plafonds des conventions de forfait en heures ou en jours qui organiseraient le temps de travail des portés sont abaissés (173 heures par mois, 1827 heures par an et 218 jours par an). Le projet fixe en outre une rémunération minimale à 2600 brut par mois et renvoie à une future négociation relative à la CCN du portage salarial le soin de fixer les conditions d évolution de ce montant minimum. En réaction à ce nouveau projet, «qui fait du CDD d usage la norme pour exercer l activité de portage», l Union des cadres CFTC (Ugica) met en garde le Prisme sur l utilisation «à haut risque» de ce type de contrat, la chambre sociale de la Cour de cassation venant de rappeler que le fait de se situer dans un secteur visé par décret «ne dispense pas l employeur de démontrer, à chaque signature de contrat, que, pour l emploi en cause, il est d usage constant de ne pas recourir au CDI». Protection sociale Découvert accru de l Acoss : l accroissement du découvert de l Acoss, qui pourrait atteindre jusqu à 60 milliards d en 2010, permettra d éviter une hausse des prélèvements obligatoires, a déclaré, le 14 octobre, le ministre du Budget devant la commission des Affaires sociales de l Assemblée nationale, au cours d une audition sur le projet de budget de la Sécurité sociale pour Éric Woerth a exclu de transformer le déficit cumulé de la Sécurité sociale en «dette sociale», en le transférant en 2010 à la Caisse d amortissement de la dette sociale (Cades) qui est alimentée par la CRDS. «Un transfert de dette aurait nécessité une hausse de la CRDS. La hausse aurait pesé sur le pouvoir d achat et la croissance, donc nous ne voulons pas procéder de cette manière». «En 2010, l Acoss continuera donc à porter le déficit de la Sécurité sociale. Elle recourra en complément de ses instruments classiques de financement, qui sont l émission de billets de trésorerie et puis les avances de la Caisse de dépôts à des émissions complémentaires sur les marchés». Secteurs Restauration : le secrétaire d État au commerce a réuni, le 14 octobre, les neuf syndicats de restaurateurs signataires du «contrat d avenir» pour faire le point sur son application après la publication par l Insee des derniers chiffres sur les prix dans ce secteur, montrant que les prix dans les restaurants n ont pas bougé en septembre, alors que, dans le même temps, les prix à la consommation ont baissé de 0,2 %. Il leur a demandé d aller «plus loin» et «plus vite» dans l application du contrat d avenir, qui prévoit des contreparties en termes de prix ou d emplois en échange de la TVA à taux réduit. Hervé Novelli a déclaré que les négociations salariales et sociales dans le secteur allaient reprendre «sur le champ» et devraient «se conclure au 30 novembre au plus tard» et non à la fin de l année comme cela figurait dans le contrat d ave- EXPRESS pour l accompagnement des PME en matière d emploi des seniors. Un guide de bonnes pratiques, sera accessible sur le site à l image du guide qui a été élaboré par Vigeo pour les grandes entreprises. Tarifs des médecins : à la veille des négociations entre syndicats de médecins libéraux, assurance maladie et complémentaires santé sur les dépassements d honoraires, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a indiqué, le 14 octobre, qu «en l absence d accord avant le 15 octobre, la loi laisse la possibilité de prendre un arrêté pour une période de quatre mois». Cependant, «il ne faut pas confisquer le débat conventionnel et j analyserai avec les représentants des professionnels de santé la stratégie la plus adaptée pour ne pas agir d une manière isolée et brutale». Emploi et environnement : le gouvernement a demandé, le 14 octobre, au Conseil d orientation pour l emploi (COE) de réfléchir à l impact sur l emploi des mutations économiques liées à l évolution de la France vers un modèle plus respectueux de l environnement. L avis du COE, organisme consultatif comprenant notamment experts et partenaires sociaux, est attendu pour janvier 2010, date à laquelle le gouvernement veut organiser une conférence nationale sur les métiers de la croissance verte. Déclarations d absences des médecins : le comité directeur de MG France demande le retrait du projet de décret relatif aux déclarations d absences des médecins généralistes libéraux. «À l heure où les étudiants se détournent massivement de l exercice en cabinet de la médecine générale, et où des confrères cessent leurs activités libérales avant l heure, commencer à décliner la loi HPST par des mesures coercitives avant toutes dispositions structurantes positives peut apparaître comme une véritable provocation». Formation continue : alors que, pour les salariés danois, la formation continue permet avant tout de développer l employabilité et de réduire les risques de licenciement économique, pour les salariés fran- LIAISONS SOCIALES Quotidien 5

6 EXPRESS çais, elle est avant tout au bénéfice de l entreprise et ils ne sont que 18 % à estimer qu elle peut les protéger d un éventuel licenciement économique, selon une étude de la CCIP datée de septembre Centres d appels et entreprises de vente à distance : le Syndicat des professionnels des centres de contacts (SP2C) et celui des entreprises de ventes à distance (SNVAD) ont signé, le 14 octobre, une convention de partenariat pour faciliter la mobilité des salariés entre les deux secteurs. Le secteur traditionnel de la VPC (Redoute, 3 Suisses, etc.) subit des restructurations du fait de l explosion du commerce sur internet, alors que celui des centres d appels externes est en fort développement. Servisair : le trafic à l aéroport d Orly-sud était toujours perturbé, le 15 octobre, au deuxième jour de la grève des salariés de Servisair chargés des enregistrements et du fret pour plusieurs compagnies. Les salariés sont inquiets pour leur avenir après que l État a retiré sa licence à Servisair. Les grévistes demandent un engagement des repreneurs à employer la totalité des salariés de Servisair dont l activité se termine le 31 octobre. La Poste : les fédérations CGT, SUD, CFDT, FO et CFTC vont adresser une lettre commune aux sénateurs réaffirmant leur opposition «au changement de statut de La Poste en société anonyme et à l ouverture du capital, et leur demandant de voter contre». Le projet de loi sur la réforme de La Poste sera examiné par le Sénat du 2 au 6 novembre. Molex : deux syndicalistes de l usine de Villemur-sur-Tarn, fermée le 1 er octobre après un long conflit social, sont invités par les syndicats américains à participer à une manifestation devant le siège de Molex près de Chicago (USA), le 30 octobre alors que se tiendra l assemblée générale des actionnaires, indique la CGT. nir. Un «comité de suivi se réunira le 15 décembre» et «conclura définitivement sur le succès ou non en matière de baisse des prix». Hervé Novelli a indiqué que, si la baisse des prix n était pas conforme aux engagements pris, le gouvernement en tirerait «toutes les conséquences», sans vouloir préciser ce qu il ferait. - Umih : la présidente du principal syndicat de restaurateurs, Christine Pujol, a estimé, à l issue de la réunion, qu il y avait «une menace réelle de perdre la TVA à taux réduit» dans le secteur, tout en reconnaissant que cette menace n avait pas été clairement évoquée. Actualité économique Garanties des entreprises exportatrices : le gouvernement a officiellement lancé, le 13 octobre, un dispositif destiné aux entreprises exportatrices, leur permettant de bénéficier de garanties complémentaires à celles proposées par les assureurs-crédit traditionnels. Ces offres d assurance-crédit export, baptisées CAP Export et CAP + Export, sont similaires aux mécanismes CAP (complément d assurance-crédit public) et CAP + annoncés fin 2008 et début 2009, qui ne concernent eux que le crédit interentreprises en France. La ministre de l Économie a par ailleurs annoncé que CAP et CAP +, qui ne devaient initialement être disponibles que jusqu à fin 2009, seront prolongés jusqu à fin Réactions patronales : le Medef salue la création de cette offre, qui «sécurise les marchés export existants et prépare ceux de la reprise». La CGPME estime que, malgré le prolongement du dispositif CAP et CAP +, son arrêt au 1 er janvier 2011 «serait catastrophique pour un certain nombre de PME dans un contexte économique probablement encore fragile et incertain». Accords de branche Négociation dans la CCN du particulieremployeur : après l adhésion du SPE (Syndicat des particuliers-employeurs) à la CCN (v. Bref social n du 9 octobre 2009), la Fepem s interroge sur la représentativité de ce second syndicat patronal. Elle «entend rappeler» que seules les organisations patronales représentatives «peuvent participer aux organismes paritaires, participer à la gestion des institutions créées par la convention collective et prendre part aux négociations de branche». Elle souligne qu une «enquête de représentativité est actuellement instruite par le ministère du Travail». Pour sa part, ajoute-t-elle, la Fepem «constate» que le SPE a adhéré à la Fédération des services aux particuliers (Fesp), «qui regroupe principalement les entreprises intervenant sur le marché des services à la personne et positionne le particulier-employeur au rang d un opérateur sur ce marché». Cette conception «est à l opposé de celle soutenue depuis 60 ans par la Fepem au travers de ses engagements, de ses actions et des textes conventionnels qui portent sa signature». Entreprises France Télécom : le climat social restait tendu, le 14 octobre, à France Télécom, les syndicats ayant claqué la porte d une réunion du comité central d entreprise et la CFE-CGC-Unsa celle d une négociation sur le stress, au lendemain d une nouvelle tentative de suicide d un salarié du groupe à Marseille. Le nouveau numéro 2 de France Télécom, Stéphane Richard, qui devait se rendre le 15 octobre à Marseille, a reconnu, lors d un déplacement à Lens (Pas-de- Calais), que l entreprise était «peut-être allée trop loin dans la mise en place de toute une série d outils de contrôle» des salariés, estimant qu il fallait leur redonner davantage d autonomie. - Les syndicats ont claqué la porte, le 14 octobre, d un CCE, en dénonçant un projet de mise en place d un «nouvel outil de flicage des salariés», dans des services techniques, selon la CGT. La direction a proposé de les revoir «dans les jours qui viennent pour arrêter la mise en œuvre des points négatifs, lever les malentendus, et poursuivre les aspects reconnus par tous comme positifs». SUD-PTT a déploré la volonté de la direction de mettre en place «des assises de la refondation sociale, dans les semaines qui viennent. C est calamiteux alors que la situation s embourbe». Pour la direction, «il n est pas question de contourner la négociation» en cours sur le stress au travail. SUD-PTT avoue se poser la question de sa participation à ces négociations, à l instar de la CFE-CGC-Unsa qui a quitté la table le 14 octobre, exigeant un «véritable projet industriel collectif» afin que les salariés «ne se sentent plus inutiles socialement». La CGT et FO ont affirmé qu elles resteraient. «Il serait irresponsable de pratiquer la politique de la chaise vide, alors que les salariés attendent des mesures concrètes», a expliqué FO. - La ministre de l Économie, Christine Lagarde, a écrit, le 26 septembre, aux entreprises dans lesquelles l État est un actionnaire important (Aéroports de Paris, GDF Suez, Renault, Safran, Air France KLM, EADS ou la SNCF, etc.) pour leur demander d être «exemplaires», après les suicides survenus à France Télécom, révèle Challenges (14-10). Elle demande aux entreprises concernées de l informer de leur «politique de gestion provisionnelle des emplois et des compétences, ainsi que de la manière dont (elles) s efforce (nt) de donner une meilleure visibilité à (leurs) collaborateurs». Président, directeur de la publication : Xavier Gandillot Directeur général du pôle entreprises : Isabelle Bussel Directrice de la presse sociale : Hélène Morel. Rédactrice en chef : Isabelle Gervais. Rédactrice en chef adjointe : Rachel Brunet. Rédaction : Emmanuelle Couprie (chef de rubrique protection sociale), Aude Courmont (chef de service actualités, chef de rubrique travail-emploi), Michel Eicher (chef de rubrique conventions), Sandrine Jean (chef de rubrique jurisprudence), Pierre-David Labani (chef de rubrique économie), Anne Buis, Catherine Leroy, Sandra Limou, Vincent Szpyt. Secrétaires de rédaction : Frédéric Siméon (correcteur), Annick Fichard, Michèle Manoury (maquettistes). Premier rédacteur graphiste : Yvon Larguier. Webmestre : Fabien Hervé. Infographiste : François Le Quellec. Directeur de production : J.-M. Eucheloup. Liaisons sociales est édité par WOLTERS KLUWER FRANCE, SAS au capital de , rue Eugène et Armand Peugeot, Rueil-Malmaison Cedex RCS Nanterre Associé unique : Holding Wolters Kluwer France - N Commission paritaire 1111 T Abonnement : 1 012,83 TTC/an. Prix du numéro dans le cadre de l abonnement : 3,60 TTC. Impression routage : BRI, ZI des Vignes, 61-79, rue Saint-André, Bobigny. Dépôt légal : octobre ISSN Abonnements : (Fax : ) Service lecteurs : (Fax : ) Internet : Rédaction : (Fax : ) Internet : 6 LIAISONS SOCIALES Quotidien

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Sommaire Social AGIRC-ARCCO : la clé de répartition des hausses de cotisations 2014-2015 est fixée : L objectif de la loi du 20 janvier 2014

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Entre les soussignés La Caisse d'epargne Loire-Centre dont le siège social est situé à ORLEANS,

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS?

NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? Club des Repreneurs NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE : COMMENT PREPARER VOS DIAGNOSTICS? CREATEURS D ENTREPRISE Intervenant : Alain Maurey Quelles assurances? PREAMBULE

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Entreprises La réforme de l apprentissage L ACCUEIL DES STAGIAIRES Les aides financières Focus sur la réforme de l apprentissage La loi du 5 mars 2014 sur la réforme de l apprentissage et de l enseignement

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés?

Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés? Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés? La réforme des retraites, au delà de la problématique du financement, consacre un titre entier à l'épargne retraite

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant 1 Harmonie Mutuelle, 1 ère mutuelle santé de France. 520 000 personnes protégées au titre du 4.5 millions de personnes protégées en complémentaire santé

Plus en détail

BULLETIN DE LA CENTRALE

BULLETIN DE LA CENTRALE BULLETIN DE LA CENTRALE N 229 - JUIN-JUILLET 2010-30ème année RÉFORME 2010 DU RÉGIME DES RETRAITES M. Éric WOERTH, alors ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

GUIDE DE LA PORTABILITE

GUIDE DE LA PORTABILITE GUIDE DE LA PORTABILITE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Présentation du dispositif de Portabilité et Répercussions sur vos contrats Complémentaires Santé / Prévoyance

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB...

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... C O T I S A T I O N S S O C I A L E S LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... Exercer c est aussi déclarer... et cotiser! Prélèvements sociaux et professionnels : COMPARATIF COLLABORATEUR

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant On en parle aujourd hui A chaque statut, son régime social A chaque activité, son régime social Un interlocuteur social unique Une protection sociale complète

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Le point sur l élargissement de la complémentaire santé Benjamin JOUSSE Mars 2013 L ANI du 11 janvier 2013 en bref L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir!

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! AGAMY 25/06/15 Par Philippe BARRAUD, Inspecteur Collectives AXA ENTREPRISES & Dominique THIERY, Agent AXA Patrimoine & Prévoyance

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU

Plus en détail

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau)

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau) - 1 - PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 Examen de l article liminaire et des articles de première partie AMENDEMENTS DU RAPPORTEUR GÉNÉRAL Mercredi 13 novembre 2013 Article liminaire Prévision de solde

Plus en détail

EXPERTS-COMPTABLES. La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières

EXPERTS-COMPTABLES. La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières EXPERTS-COMPTABLES La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières Focus sur la réforme de l apprentissage La loi du 5 mars 2014 sur la réforme de l apprentissage et de l enseignement

Plus en détail

CABINET. Audit & Expertise Comptable.

CABINET. Audit & Expertise Comptable. CABINET Audit & Expertise Comptable. ASSURANCE COLLECTIVE Prévoyance Santé Retraite 2 1/ Prévoyance a/ Prévoyance Classique b/ Prévoyance Conventionnelle c/ Prévoyance 1,50 Cadres d/ Prestations e/ Fiscalité

Plus en détail

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures)

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures) EC CABIINET PESCE - LEBOUCHER 1. SOCIETE 2. D EXPERTISE COMPTABLE www.cabinetpesceleboucher.fr Le 25/09/2013 ACTUALITES SOCIALES 2013/2 EN BREF (quelques chiffres) valeurs inchangées : SMIC Horaire au

Plus en détail

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire 0 Contributions patronales de prévoyance complémentaire et

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire fiscalité cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager le

Plus en détail

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Avenant n 51 du 22 juin 2010 portant modification de l article 11.1 «Prévoyance» du Chapitre 11 «Prévoyance Mutuelle Retraite» de la Convention Collective

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Le Club Jeudi 10 septembre 2015 Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Ouverture Dominique VIENNE, Président Jeudi 10 septembre 2015, Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Aujourd hui : Le Point Expert

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs ------------------------------------------ Page 1 Source : Liaisons Sociales Quotidien 12 février 2015 Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours,

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Suggestion d ordre du jour de Janvier

Suggestion d ordre du jour de Janvier Suggestion d ordre du jour de Janvier Entreprise de moins de 300 salariés * Commandes, situation financière et exécution des programmes de production Information trimestrielle portant sur : - l évolution

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS Ordre du jour : Ouverture de la négociation sur les salaires, Projet de mutuelle santé du réseau, Bilan de formation 2010, orientations 2012. Présents : Marcel

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA COMPLEMENTAIRE PREVOYANCE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE BRIE PICARDIE

ACCORD RELATIF A LA COMPLEMENTAIRE PREVOYANCE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE BRIE PICARDIE ACCORD RELATIF A LA COMPLEMENTAIRE PREVOYANCE SANTE AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE BRIE PICARDIE Entre les soussignés : - La Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel de Brie Picardie, dont le siège social

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Présentation par Michel Boixader Service Juridique et Conformité Actualité de la protection sociale Sommaire 1. Textes 2013 2. La mise en conformité (régimes

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L.

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L. Commentaire Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013 Mme Annick D. épouse L. (Cotisations et contributions sociales des travailleurs non salariés non agricoles outre-mer) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

LETTRE D INFO SOCIAL

LETTRE D INFO SOCIAL & Salmon & Associés AVOCATS Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit de la famille Droit du travail Jean-Jacques SALMON Philippe SALMON Christine BAUGE David ALEXANDRE AUDIT EXPERTISE

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 Version v19.00 NOUVELLES NORMES SOCIALES JUIN 2010... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/06/2010... 4 SUPPRESSION DU RACHAT DES

Plus en détail