Bulletin de l Union Départementale Force Ouvrière du Val d Oise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin de l Union Départementale Force Ouvrière du Val d Oise"

Transcription

1 Bulletin de l Union Départementale Force Ouvrière du Val d Oise Nouvelle Série N 67 SEPTEMBRE 2008 Maison des Syndicats - 26, rue Francis Combe CERGY-PONTOISE Cedex Tel : Fax : Site : EDITORIAL Le jeudi 6 novembre Elections dans la Fonction Publique Territoriale Le mardi 2 décembre Elections dans l Education Nationale Le mercredi 3 décembre Elections des Conseillers Prud hommes Cette rentée est marquée par une accélération importante de la crise sociale, économique et financière. Les premiers effets se font sentir dans l immobilier mais touchent aussi l ensemble des secteurs industriels. Le chômage augmente, les salaires stagnent, le pouvoir d achat recule, le gouvernement met en place la révision générale des politiques publiques qui a des conséquences très graves pour l ensemble des salariés et usagers : fermeture de services dans les hôpitaux, suppressions de classes, d heures de cours dans les écoles, les collèges et les lycées, fusion de l ANPE/ASSEDIC, et maintenant marche en avant vers la privatisation de la Poste. Comme l a expliqué Jean-Claude Mailly, pour la confédération Force Ouvrière, la question de la grève interprofessionnelle reste d actualité. C est la raison pour laquelle FO s est adressé à tous les autres syndicats pour s accorder sur la date, les revendications et les modalités d action. Encore faut-il que leurs dirigeants ne se rangent pas sous la bannière de la «contestation raisonnable», Il n y a pas lieu d être raisonnable dans la situation que nous vivons! Gouvernement et patronat cherchent bien sûr à empêcher cette unité d action, dans ce cadre la «position commune» Medef, CGPME, CGT et CFDT sur la représentativité syndicale donne le LA! Les patrons peuvent ainsi aujourd hui faire travailler les cadres tous les jours de l année en dehors du dimanche, le 1 er mai et des 30 jours de congés. Pourtant rien n est joué, le succès de la mobilisation des postiers lors de la grève et des manifestations le 23 septembre à La Poste le prouve. Les salariés n ont pas décidé de rester les bras croisés face aux attaques du patronat et du gouvernement. Par ailleurs, Ils subissent tous des pertes importantes de leur pouvoir d achat. C est bien dans ce contexte que les salariés de l Action Sociale seront en grève et manifesteront à Paris le 30 septembre, et que, toujours le 30 septembre l Union Régionale FO d Ile de France avec l ensemble des Unions départementales de la Région Parisienne (RP) appellent les salariés de la RP à participer au meeting organisé Place de la Bourse à Paris. D autres mobilisations sont en cours, comme celle des fonctionnaires le 23 octobre prochain, les trois Fonctions Publiques (de l Etat, Territoriale et Hospitalière) seront en grève pour exiger l augmentation de salaires, des effectifs et s opposer à la révision générale des politiques publiques (RGPP). L Union Départementale FO Val d Oise mettra tout en œuvre pour que les élections prud homales du 3 décembre, celles dans l éducation nationale du 2 décembre, ainsi que celles dans la fonction territoriale du 6 novembre, mais aussi toutes celles internes aux entreprises du département soient des succès propres à affirmer notre représentativité aux yeux de tous. Mais il va falloir se battre pour permettre aux salariés de disposer d une organisation syndicale libre et indépendante et il n est pas temps d attendre ces différentes mobilisations et échéances ; il faut dés à présent s assembler pour harmoniser la grogne qui se fait entendre ça et là afin qu elle devienne un véritable grondement continu clairement audible de tous et de toutes! Christian DEBUIRE Secrétaire Général Sommaire en page 9

2 ACTION SOCIALE : GRÈVE ET MANIFESTATION NATIONALE LE 30 SEPTEMBRE 2008 Les Fédérations ACTION SOCIALE et SANTE PRIVEE FORCE OUVRIERE, appellent avec la CFDT, la CFECGC, la CFTC, la CGT et l UNSA-Aide à Domicile, l ensemble des salariés des Branches Associatives Sanitaire Sociale Médicosociale (Centres de lutte contre le cancer, Croix-Rouge, conventions collectives nationales 1951 et 1966, CHRS), de l Aide au maintien à Domicile et de la CCN-65, à une journée nationale de grève, et à une manifestation nationale, le mardi 30 septembre Le détonateur : la perte du pouvoir d achat depuis 1999, est supérieure à 12 %. En cause, d abord, la mise en place des 35 heures qui a imposé durablement le gel des salaires, les pertes de suppléments salariaux dans des Conventions Collectives Nationales, mais également la «non augmentation» persistante de nos valeurs du point, par rapport aux hausses du coût de la vie. Tout ceci, notamment, en application de l engagement européen de la France, de maintenir le déficit public en dessous des 3 %.Voilà pourquoi, F-O, CFDT, CGC, CFTC, CGT et l UNSA-Aide à Domicile revendiquent : une première revalorisation immédiate des points conventionnels d au moins 2,15 % au 01/01/2008; l engagement, sans délai, des négociations paritaires pour augmenter les différentes valeurs de point, et rattraper les pertes de pouvoir d achat des années antérieures, (notamment en référence aux mesures dont ont pu bénéficier les professionnels du secteur public); la réévaluation des minima conventionnels, actuellement sous le SMIC. Ce 30 septembre 2008, l Union Nationale de la Santé Privée F-O appelle également les salariés du secteur privé commercial à se mettre en grève et à rejoindre la manifestation. En effet, dans ce secteur, la Fédération Patronale FHP, après la journée de grève du 18 juin, après la signature par des milliers de salariés d une pétition, il n a été répondu à la revendication d augmentation salariale, que par une recommandation patronale revalorisant de 0,8 % et qu à partir du 1er juillet, la valeur du point conventionnel. Et ceci, alors que des bénéfices importants sont dégagés dans les groupes et les établissements. Force Ouvrière a bien entendu, appelé les autres organisations syndicales à s associer à cet appel. En conséquence de quoi, Force Ouvrière revendique : une augmentation de 5 % de la valeur du point, une revalorisation des minima conventionnels. Pour Force Ouvrière Action Sociale et Santé Privée, cette journée de grève et de manifestation sera l occasion de rappeler qu en plus des attaques contre nos salaires, se poursuivent les attaques des employeurs et des ministères pour mettre définitivement à mal, le principe d égalité et les garanties collectives nationales que portent les conventions collectives nationales de notre secteur. Lors de cette journée nationale de grève et de manifestation, c est bien l amélioration de nos droits de Salariés dans les différentes Conventions Collectives Nationales, qui sera au coeur des revendications F-O. La manifestation nationale débutera à 14h00, et partira du siège de la Direction Générale de l Action Sociale : Place des 5 Martyrs du Lycée Buffon, Paris, pour se rendre au Ministère du Travail, en passant par le Ministère de la Santé. MEETING FORCE OUVRIERE LE 30 SEPTEMBRE 2008, À L OCCASION DU MEETING PUBLIC ORGANISÉ PLACE DE LA BOURSE À PARIS DÈS 17H00 AVEC JEAN-CLAUDE MAILLY AMORÇONS ENSEMBLE L ACTION INTERPROFESSIONNELLE INDISPENSABLE À LA DÉFENSE ET À LA RECONQUÊTE DE NOS DROITS ESSENTIELS! UN BUS PARTIRA DE LA MAISON DES SYNDICATS À 15H30 ET DESSERVIRA LA GARE D ERMONT-EAUBONNE À 15H45 PUIS AMÈNERA LES MILITANTS SUR PLACE ET LES RAMÈNERA AUX MÊMES POINTS. MERCI DE VOUS INSCRIRE AUPRES DE L UD P L A N N I N G S T A G E S SEMAINE DATES INTITULE DU STAGE Inscriptions avant 47 Lundi 17 au vendredi 21 novembre 2008 SYNDICALISATION ET DEVELOPPEMENT 17/09/ Mardi 2 au jeudi 4 décembre 2008 L Action syndicale sur le terrain économique 02/10/ Lundi 8 au vendredi 12 décembre 2008 CHS-CT 08/10/2008 LES STAGES SONT OUVERTS A TOUT ADHERENT(E). Toute personne a droit à 12 jours de formation par an. Nous vous rappelons que vous avez la possibilité de retrouver tous les stages ainsi que les formulaires d inscription sur notre site : 2

3 MOBILISATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE FONCTIONNAIRES DE L ETAT, TERRITORIAUX, HOSPITALIERS, FORCE OUVRIERE VOUS APPELLE A UNE MOBILISATION FORTE, VISIBLE ET DETERMINEE LE 23 OCTOBRE Depuis la rentrée 2008, aucun dossier relatif à la situation des fonctionnaires et agents publics n est satisfaisant. SALAIRES ET POUVOIR D ACHAT : le 3 juillet, le gouvernement annonce la rigueur pour les fonctionnaires pour les 3 ans à venir ( ) : + 0,5 % chaque mois de juillet pour une inflation d au minimum 2 %! EFFECTIFS : jamais autant de suppressions d emplois statutaires ( en 2008, autant,voire plus, les deux années suivantes). NOUVELLES DELOCALISATIONS : 10 % des effectifs d administration centrale seront délocalisés, pour «compenser» les saignées produites dans certaines villes par la carte militaire!!! REVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES : accompagnée de fortes restrictions budgétaires et de restructuration des services de l Etat au niveau régional et départemental, la RGPP traduit une attaque sans précédent contre la République et ses valeurs de démocratie et de solidarité. Dans chaque ministère, dans chaque versant de la Fonction publique, à La Poste... tout est remis en cause avec un seul objectif : réduire à néant le service public et faire tomber les garanties collectives et individuelles contenues dans le Statut général (CAP notamment). Pour se donner toutes les chances de faire reculer le gouvernement sur ces questions essentielles, une mobilisation de tous, des modalités d action sur la base de revendications claires et partagées sont indispensables. LA RÉPUBLIQUE MENACÉE La circulaire du Premier Ministre adressée aux préfets sur l organisation départementale de l Etat, par-dessus les Ministres, a un double objectif : Mettre en œuvre la RGPP et la réduction de la taille des services publics et des effectifs par une restructuration profonde de toute l organisation de l Etat pouvant conduire à des suppressions de services publics. Amorcer la suppression du département en le transformant au plan administratif en souspréfecture de région, ce qui préfigure la fin du département et des conseils généraux. Pour Force Ouvrière, on assiste ainsi à un démantèlement qui a notamment pour objectif de répondre à une politique économique restrictive de réduction aveugle et dogmatique des comptes publics. C est aussi l occasion de développer les agences, telles les agences régionales de santé, qui déstructureront 3 l assurance maladie et d amorcer un acte III de la décentralisation. Pour la confédération Force Ouvrière, on ne joue pas ainsi avec la République et ses principes en catimini par rapport aux citoyens. Alors que certains s interrogent sur la visibilité des grèves, il serait urgent de s inquiéter de la visibilité des principes républicains. Communiqué Force Ouvrière,

4 Lu dans la Presse : Réformes: la stratégie de Sarkozy a bousculé opposition et syndicats PARIS (AFP) Nicolas Sarkozy, qui n'a cessé d'affirmer que "tout se tient", se félicite d'avoir mené tambour battant et de front un nombre record de réformes depuis mai 2007, stratégie qui semble avoir pris de court syndicats et opposition. "Une année d'exception" en terme de production législative, se réjouit le gouvernement. 61 lois votées, du jamais vu depuis trente ans pour une première année de législature, se flatte l'exécutif, même s'il a dû en rabattre par rapport à ses ambitions initiales et si ce bilan recouvre des textes d'importance inégale. Sitôt au pouvoir, le chef de l'etat et François Fillon ont martelé leur intention de réformer au pas de charge, invoquant la nécessité de "rattraper le retard" pris sur les autres pays européens. Dans un Parlement parfois au bord de l'asphyxie, le gouvernement a souvent décrété l'urgence, limitant ainsi les débats. Ce fut le cas des deux derniers textes - réforme du temps de travail et "droits et devoirs des chômeurs" - propres à susciter l'ire des syndicats. Mais accolés l'un à l'autre et en plein été, ils ont été votés dans une quasi indifférence. Cette ardeur a donné le tournis aux syndicats: ils n'avaient pas fourbi leurs armes qu'un autre texte était en discussion au Parlement. Ce coup d'avance "est une façon d'éviter que la contestation ne se cristallise sur un point particulier", admettent plusieurs proches de Nicolas Sarkozy. "L'adaptation des structures économiques et sociales a été engagée dans d'excellentes conditions", s'est auto-congratulé le gouvernement, faisant écho aux déclarations du chef de l'etat début juillet: "désormais, quand il y a une grève, personne ne s'en aperçoit", avait-il soutenu, provoquant un tollé. Il est vrai qu'à l'exception d'un long arrêt de travail des agents des transports parisiens en novembre contre la fin des régimes spéciaux de retraite, le mouvement social est resté plutôt atone. Le chef de l'etat avait donné des gages de considération aux syndicats en les recevant avant même de prendre ses fonctions, puis plus tard en lançant le chantier de la représentativité syndicale et en multipliant les consultations sur "l'agenda social". Pour Force Ouvrière, la tactique de l'exécutif s'apparente à celle "du boa constrictor: embrasser pour mieux étouffer". "On avait bien préparé en amont", explique Jean- Louis Malys, secrétaire national de la CFDT, tout en jugeant que les consultations tous azimuts ont permis au gouvernement de brouiller le calendrier et de faire "des coups politiques" notamment sur le détricotage des 35 heures. Le rythme effréné des réformes a également désarçonné l'opposition socialiste, empêtrée dans des querelles sur sa ligne et son futur leader. "Sur tous les sujets, on est toujours en dénonciation formelle. On est incapable de promouvoir des priorités, des axes clairs", reconnaît le député socialiste Jean-Marie Le Guen qui met cette "opposition défensive" sur le compte notamment d'un "agenda" imposé par Nicolas Sarkozy. Les socialistes n'ont également eu de cesse de se disputer sur la manière de s'opposer. Face à Ségolène Royal et ses proches, partisans d'un affrontement systématique, d'autres comme Manuel Valls, penchent pour une ligne plus nuancée. Poursuivant sur sa lancée, l'exécutif envisage déjà une session parlementaire extraordinaire en septembre, mais à gauche, on prédit que cette boulimie se heurtera à la dégradation de la situation économique. Source AFP le 30 juillet

5 Assurance maladie UN NOUVEAU PLAN DE «REDRESSEMENT» DES COMPTES Selon FO, le pire a été pour l instant évité car le gouvernement prévoit de taxer les complémentaires santé et de faire payer les entreprises au titre de l intéressement et la participation, sans ponctionner une fois de plus les assurés. Juste avant de prendre ses quartiers d été, le gouvernement a diffusé à la presse son nouveau plan de «redressement» des comptes de l Assurance maladie. Les mesures qui ont été détaillées mardi par la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, et son alter ego du Budget, Eric Woerth, sont censées réduire de quatre milliards d euros le déficit prévu pour 2009, «en développant des stratégies de prévention, en infléchissant la consommation de soins, produits ou prestations dont la justification médicale est discutable ou en modifiant les prix dans des secteurs où les tarifs apparaissent comme trop élevés». Leur plan «reprend» d abord les propositions du directeur de l'assurance maladie, Frédéric van Roekeghem. Lequel prévoyait environ deux milliards d'euros d économies, via notamment la baisse des prix des médicaments génériques et de certains actes médicaux (radiologie, analyses ) ou la restriction des prescriptions de nouveau médicaments «inutilement coûteux» et des arrêts maladie. Les deux ministres ne sont pas allés jusqu à reprendre la proposition de M. van Roekeghem sur les affections longue durée (ALD), vu le tollé général qu elle avait suscitée (voir notre article du 25 juin et du 12 juillet 2008). À ces mesures de réduction des dépenses, le gouvernement a ajouté de nouvelles ressources qui, selon eux, rapporteront à la sécurité sociale deux milliards d euros supplémentaires. La recette la plus importante dudit plan un milliard d euros proviendrait de la taxation du chiffre d'affaires complémentaires santé. Il s agit là de porter à 5,5% une taxe déjà acquittée par les mutuelles et les assurances, qui sert notamment aujourd hui à financer la couverture maladie universelle (CMU). La croissance du nombre de personnes en ALD, prises en charge à 100% par l'assurance maladie, entraîne «un transfert de charges d'au moins 600 millions d'euros par an des organismes complémentaires vers la sécurité sociale», a expliqué le gouvernement pour justifier la hausse de leur contribution. Celui-ci espère attend maintenant d eux «qu'ils fassent leurs meilleurs efforts pour ne pas répercuter cette contribution dans les cotisations de leurs adhérents, dès lors qu'ils seront (désormais) associés plus étroitement à la gestion du risque santé». Pour le reste, le gouvernement compte faire payer les entreprises sur les sommes versées au titre de l'intéressement ou la participation (300 millions d euros) et augmenter de manière «significative» des ressources de la Sécu perçues sur les accidents du travail ou les maladies professionnelles (300 millions d euros). Enfin, les quelque 400 millions d'euros d'intérêts sur le cumul des déficits décaissée actuellement par l'assurance maladie seront transférés à caisse d amortissement de la dette sociale (CADES). Le «pire» semble avoir été évité, selon une première réaction de la confédération FO, qui «considère que son intervention a été déterminante ( ), le ticket modérateur n étant pas augmenté». Dans un communiqué, elle s est ainsi félicitée de voir accorder «une large place à la maîtrise médicalisée» et appliquer «une cotisation patronale à des revenus de type participation ou intéressement». Il n en demeure pas moins que «l ensemble des mesures fera l objet d un soin attentif et précis de la confédération à l occasion du débat sur le futur Projet de loi de financement de la sécurité sociale», prévu à l automne, précise le communiqué. FO juge en particulier «pas acceptable» l association des assurances privées à la gestion de l assurance-maladie. La centrale syndicale y est d autant plus opposée qu elle a été choquée par la réaction de ces assurances «plus soucieuses de leurs bénéfices grandissant que d une assurance-maladie solidaire entre tous». Si La Mutualité française a fait savoir qu'elle allait «tout faire dans cette période terrible pour le pouvoir d'achat des plus défavorisés pour essayer de ne pas répercuter, cette année, la taxation nouvelle sur les mutuelles», la Fédération française des sociétés d assurances privée (FFSA) a en effet indiqué de son côté que «toute taxe sur le chiffre d'affaires serait inévitablement répercutée sur le consommateur final à un moment ou à un autre». En clair, les assurés ne perdent rien pour attendre car ces entreprises entendent bien maintenir leurs marges... dans le seul intérêt de leurs actionnaires. Source : Site confédéral : Jour après Jour, daté du mercredi 30 juillet

6 HOPITAL D ARGENTEUIL : FO INTERVIENT CONTRE SON DÉMANTÈLEMENT Interview de la responsable de l Union Locale FO d Argenteuil à une délégation des personnels et des usagers au Conseil d Administration de l hôpital. Peux-tu résumer les revendications du Comité de Défense de l hôpital d Argenteuil? Le comité de défense de l hôpital, les représentants des personnels et des représentants des organisations syndicales (CGT, FO, CFDT) ont obtenu du nouveau conseil d administration, présidé par Philippe Doucet une suspension de séance pour pouvoir présenter leurs revendications. Mme Leser, responsable du Comité de défense a indiqué que signatures avaient été recueillies sur une pétition réclamant l arrêt de la tarification à l acte, l arrêt de la privatisation des activités annexes (cuisine, entretien ) et un plan d urgences de création de lits et de postes Il s agit de refuser le diktat de l ARH (agence régionale d hospitalisation), refusant de souscrire à la politique qui fait de la rentabilité financière l unique critère, sans se préoccuper des besoins des patients. Le Comité a insisté sur la dégradation des conditions de travail. Qu en est-il? Un médecin, responsable des consultations externes montre les conséquences des restructurations. Des personnels qualifiés travaillaient depuis de nombreuses années (parfois plus de 20 ans) dans ces services. Du jour au lendemain, ces personnels ont été parachuté dans d autres services sans concertation ni formation. Ils ne sont pas au courant des protocoles de soins qu ils doivent utiliser et donc il y a un risque majeur de faute professionnelle et le patient risque d en faire les frais. Les suppressions de services se sont faîtes brutalement sans avertir les personnels qui découvrent au retour de vacances qu ils sont dans un autre service. De plus, les personnels sont écrasés par des tâches administratives. Pour eux, il n est plus possible de continuer à travailler dans ces conditions. N y a-t-il pas un rapport entre les mesures que tu décris et le plan de restrictions budgétaires voulu par le gouvernement? Une responsable gestionnaire, (du CHCT) a insisté sur la dégradation des conditions de travail : en quatre mois, 13 personnes sont en arrêt maladie de plus de 21 jours, ceci pour dépression, stress on enregistre de nombreuses demandes de mutation voire de démission tellement la souffrance au travail est grande. Alors que le nombre de lits de l établissement est en régression constante, le nombre de lits attribués à chaque infirmière et aide-soignante ne cesse d augmenter. Les personnels doivent travailler en continu, sans pause pendant quelques fois huit heures d affilé Certaines personnes font quelques fois plusieurs services le stresse provient du fait que les personnels ne peuvent plus soigner correctement les patients. La pression est faite pour que les patients sortent le plus vite possible et on les voit revenir quelques jours plus tard avec des complications aux urgences. Dans ce dernier service, il y a engorgement, les lits d accueil manquent, les malades attendent sur des brancards qu un lit se libère pendant de longues heures (parfois plus de 24 heures) les infirmières doivent dans ces conditions leur prodiguer les premiers soins, selon l avis du personnel les conditions d accueil aux urgences sont indignes d un pays civilisé. Cet hôpital a subi des restructurations. Qu elles en sont les conséquences pour le personnels soignant? Le rapport de la Cour des comptes enregistre que l hôpital d Argenteuil a réalisé beaucoup d économies, mais cela ne suffit pas. Ils demandent plus! Ils veulent imposer la suppression de services «non rentables», la suppression de certaines spécialités. Le rapport Larcher va plus loin encore car il propose entre autre que les élus politiques ne siègent plus au conseil, comme cela il n y aura plus que des «comptables» pour prendre les décisions, c est la nouvelle gouvernance! Et la mise sur pied des «pôles». On ne peut accepter cela, il faut offrir à la population la possibilité de se faire soigner correctement près de chez elle. Pourquoi les gens devraient faire des dizaines de kilomètres pour se soigner? N est-ce pas le secteur public qui est menacé? Effectivement on assiste à la privatisation des centres hospitaliers du département. L activité chirurgie de l hôpital de Beaumont est menacée alors que dans le même temps la clinique privée Conti connaît une croissance importante, idem pour l hôpital d Eaubonne et la clinique St Marie pour l hôpital de Pontoise. Les services de réanimation, de chirurgie, d hématologie de l hôpital sont sur la sellette et on conseille déjà à certains malades de prendre contact avec l hôpital d Eaubonne. Propos recueillis auprès de L. Fraysse. 6

7 DOSSIER LOI DE MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL : CONSEQUENCES POUR LES CONVENTIONS COLLECTIVES La loi de modernisation du marché du travail du 25 juin 2008 qui est entrée en vigueur le 27 juin 2008, reprend, avec quelques aménagements notamment pour la période d essai, l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008 en cours d extension. Nous reprenons ci-après certaines mesures pouvant avoir des conséquences qu regard des dispositions conventionnelles : période d essai, indemnité de licenciement et maintien de salaire en cas de maladie. La loi comporte également des dispositions concernant notamment : Le contrat à durée déterminée à objet dont le recours est subordonné à la conclusion d un accord de branche étendu ou, à défaut, d un accord d entreprise ; Le portage salarial (un accord national interprofessionnel étendu peut confier à une branche la mission d organiser le portage salarial par accord de branche étendu) ; La rupture conventionnelle. Disposition de la loi 1. Fixation de la période d essai La période d essai (et par extension la possibilité de la renouveler) ne se présume pas. Elle doit être expressément stipulée dans la lettre d engagement ou le contrat de travail. (C. trav. Nouv., art. L ). A défaut, elle sera inopposable au salarié. Précisions Cette disposition s impose quels que soient les textes conventionnels en vigueur. Une période d essai prévue uniquement dans la convention collective applicable à l entreprise ne peut donc plus être imposée au salarié. La jurisprudence actuelle qui admet qu une période d essai puisse résulter directement d une convention collective est don remise en cause. 2. Durée de la période d essai L article L du nouveau code du travail fixe la durée maximale de la période d essai applicable au contrat à durée indéterminée en la modulant par catégorie professionnelle (sans pour autant définir ces catégories) : Ouviers et employés : 2 mois Agents de maîtrise et techniciens : 3 mois Cadres : 4 mois. 3. Renouvellement de la période d essai A condition qu un accord de branche étendu l autorise, la période d essai pourra être renouvelée un seule fois. Les conditions et la durée de ce renouvellement doivent être fixées dans cet accord. Les durées maximales légales sont impératives sous réserve des dispositions suivantes prévues à l article L du nouveau code du travail. Deux hypothèses : Les durées conventionnelles sont plus longues : Il n est pas impossible de prévoir dans le contrat de travail ou un accord collectif conclu à compter du 27 juin 2008 une durée plus longue ; Seuls les accords de branches conclus avant la date de publication de la loi qui prévoient une durée plus longue que la nouvelle durée légale continuent à s appliquer (en revanche, s il s agit d un accord d entreprise, celui-ci a cessé de s appliquer depuis le 27 juin 2008). Les durées conventionnelles sont plus courtes : Dans la mesure où la loi ne fixe que des maxima, les parties sont libres de convenir des durées d essai plus courtes soit dans le contrat de travail ou la lettre d engagement, soit par accord de branche ou d entreprise dès lors que celui-ci a été conclu après la date de publication de la loi. En revanche, à titre transitoire, les dispositions des accords de branches fixant des durées plus courtes et conclus avant la date de publication de la loi restent applicables jusqu au 30 juin Si ces branches veulent continuer à prévoir des durées d essai plus courtes, elles devront signer un nouvel accords reprenant les mêmes durées. A défaut, les durées légales s appliqueront. La possibilité de renouvellement ne se présume pas. Il ne suffit donc pas qu elle soit prévue dans la convention collective applicable. Remarque : cette disposition légale ne devrait pas remettre en cause la jurisprudence actuelle qui exige l accord exprès et non équivoque du salarié pour le renouvellement de la période d essai, même si les dispositions contractuelles ou la convention collective ne 7

8 DOSSIER LOI DE MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL : CONSEQUENCES POUR LES CONVENTIONS COLLECTIVES Disposition de la loi Pour être opposable au salarié, la possibilité de renouveler la période d essai devra expressément être indiquée dans la lettre d engagement ou dans le contrat de travail. (C. trav. nouv., art ). L article L du nouveau code du travail prévoit que la durée de l essai renouvellement compris ne doit pas excéder le double de celle initialement prévue, soit : Ouvriers et employés : 4 mois Agents de maîtrise e techniciens : 6 mois Cadres : 8 mois. Précisions pas la validité de ce renouvellement à un accord des parties. Les durées légales sont impératives. Il n est donc pas possible de prévoir dans un nouveau contrat ou un accord collectif un essai, renouvellement compris, excédant ces durées (sauf accord de branche conclu avant la date de publication de la loi). Par contre, il est toujours possible de prévoir des durées plus courtes soit par contrat, soit par accord collectif conclu après la date de publication de la loi. Remarque : le maintien à titre provisoire jusqu au 30 juin 2009 des accords (v. ci-avant) ne concerne que les durées initiales des périodes d essai et non les durées renouvellement compris. Les accords de branche conclu avant l entrée en vigueur de la loi qui autorisent déjà le renouvellement de la période d essai vont continuer à s appliquer dès lors que ceux-ci répondent aux nouvelles exigences légales c est-à-dire comportent des précisions sur les conditions et la durée de renouvellement. 4. Le délai de prévenance (ou préavis pendant l essai) La nouvelle loi institue un délai de prévenance minimum applicable à l employeur comme au salarié. Lorsqu il es mis fin, par l employeur, au contrat en cours ou au terme de la période d essai, le salarié est prévenu dans un délai minimum de : 24 h en deçà de 8 jours de présence; 48 h entre 8 jours et 1 mois de présence ; 2 semaines après 1 mois de présence; 1 mois après 3 mois de présence. Lorsqu il est mis fin à la période d essai par le salarié, celui-ci respecte un délai de prévenance de : 24 h si la présence est inférieure à 8 jours ; 48 h dans les autres cas. La loi indique par ailleurs que le délai de prévenance de l employeur ne doit pas avoir pour effet de prolonger la période d essai, renouvellement inclus, audelà des maxima légaux. En revanche, lorsque c est le salarié qui met fin à la période d essai, le délai de prévenance pourra avoir pour effet de dépasser la durée maximale de la période d essai. 5. Prise en compte des stages La loi ne précise pas les modalités d articulation de ce nouveau délai légal de prévenance avec les dispositions des conventions collectives qui prévoient déjà un préavis de rupture de l essai. Il semble logique d exclure une application des délais légaux en présence d une période d essai conventionnelle notamment si on considère que les délais de prévenance sont indissociables des durées et constituent un même groupe d avantages. On appliquerait donc : La rupture de la période d essai légale, le délai de prévenance prévu par la loi, qui ne peut avoir pour effet de prolonger la période d essai ; À la rupture de la période d essai conventionnelle, le délai de prévenance prévu par la convention collective, qui, dans bien des cas, peut avoir pour effet de prolonger la relation contractuelle au delà du terme de la période d essai, puisque certaines conventions autorisent la signification de la rupture jusqu au dernier jour de la période d essai. Remarque : Cette solution présente cependant l inconvénient d exposer les entreprises à une éventuelle prise de position contraire de certaines juridictions. La seul façon de se prémunir en l absence de jurisprudence stabilisée consiste pour l employeur, à respecter le délai de prévenance le plus long (y compris, donc, le cas échéant, en appliquant le délai de prévenance légal à une période d essai conventionnelle) et les modalités de rupture les moins contestables, c est-à-dire, dans tous les cas, à insérer ce délai de prévenance à l intérieur de la période d essai. La relation contractuelle ne se poursuivra donc jamais au-delà du terme de la période d essai (éventuellement renouvelée). Conformément à l ANI du 11 janvier 2008, la loi prévoit qu en cas d embauche dans une entreprise à l issue d un stage intégré à un cursus pédagogique réalisé lors de la dernière année d études, la durée de ce stage est déduite de la période d essai, sans toutefois que cela ait pour effet de réduire cette dernière de plus de la moitié, sauf accord collectif plus favorable aux salariés (C. trav. nouv., art. L ). Exemple : Si la période d essai est de 2 mois, le salarié embauché après un stage de 3 mois ne sera plus soumis qu à une période d essai de 1 mois. 8

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

JORF n 0148 du 26 juin 2008. Texte n 2. LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L

JORF n 0148 du 26 juin 2008. Texte n 2. LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L Le 20 janvier 2011 JORF n 0148 du 26 juin 2008 Texte n 2 LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

Plus en détail

Modernisation du marché du travail. Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008

Modernisation du marché du travail. Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008 Modernisation du marché du travail Réunion UIMM Touraine du 25 septembre 2008 Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché du travail étendu par arrêté du 23 juillet

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL N 51355#02 NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL I. Objectif Attribuer une allocation destinée à compenser une partie de l indemnisation versée aux

Plus en détail

2) Qui effectue le remboursement à l employeur? Nous modifions la procédure provisoire mise en place depuis le début de l année. L UD ou la FD qui a

2) Qui effectue le remboursement à l employeur? Nous modifions la procédure provisoire mise en place depuis le début de l année. L UD ou la FD qui a Note concernant la procédure de subrogation des salaires pendant les congés de formation économique sociale et syndicale suite à la loi relative au dialogue social et à l emploi du 17 août 2015. Suite

Plus en détail

Transfert de personnel

Transfert de personnel Transfert de personnel 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 18 août 2010 Mise à jour le 8 juillet 2011

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

FICHE 4 : LA QUESTION DES RÉMUNERATIONS

FICHE 4 : LA QUESTION DES RÉMUNERATIONS UNSA-UPCASSE/DB/novembre 2012 Rapport PLF 2013 Assemblée Nationale Fonction publique FICHE 4 : LA QUESTION DES RÉMUNERATIONS 1. La multiplicité des éléments de la rémunération des fonctionnaires a) Le

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 41-15 novembre 2013 Les complémentaires santé font encore «la Une» de l actualité de cet automne parlementaire. Serge Lavagna Secrétaire national

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3217 Convention collective nationale IDCC : 2253. ORGANISMES D AIDE À DOMICILE OU DE MAINTIEN À DOMICILE

Plus en détail

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance GUIDE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Article L911-8 du Code de la Sécurité Sociale Mutuelle UMC - 35 rue Saint Sabin

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Le Canard Vigilant. Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013. est une publication du syndicat CGT Natixis

Le Canard Vigilant. Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013. est une publication du syndicat CGT Natixis Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013 Flexibilité contre les droits des salariés 2 Sanction 3 Avancement 3 Mutuelle Natixis Sa 3 BGC 4 IPSEC Pour qui? Pour quoi?4 Retraites 5 C est décidé, vous voulez

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL

QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL QUESTIONS / REPONSES SUR L ACCORD SUR L EXERCICE DU DROIT SYNDICAL SOMMAIRE I) - Les effets de l accord sur les dispositions conventionnelles actuelles :... 3 II) - L exercice d'une activité syndicale

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Newsletter n 18 Septembre 2015

Newsletter n 18 Septembre 2015 1 Newsletter n 18 Septembre 2015 Proposition de loi sur les Centres de Gestion Alain VASSELLE, Sénateur de l Oise, a déposé le 17 septembre dernier, une proposition de loi visant à modifier les dispositions

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

AGENCES ET DE TOURISME

AGENCES ET DE TOURISME AGENCES DE VOYAGES ET DE TOURISME Convention collective nationale N 3061 12 mars 1993 IDCC 412 CONVENTION COLLECTIVE LES 10 POINTS ESSENTIELS Mai 2013 SOMMAIRE 1 Le champ d application 3 2 Le salaire 4

Plus en détail

Questions / réponses - Urssaf

Questions / réponses - Urssaf Questions / réponses - Urssaf La généralisation de la complémentaire santé à toutes les entreprises entre bientôt en vigueur... et pourtant des questions demeurent. Au 1 er janvier 2016, les entreprises

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

STATUT LE DETACHEMENT Circulaire 15 mars 2012

STATUT LE DETACHEMENT Circulaire 15 mars 2012 STATUT LE DETACHEMENT Circulaire 15 mars 2012 Références: - Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations des fonctionnaires, - La loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée,

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite LE PROJET DE LA DROITE DÉCRYPTÉ Travailler plus longtemps pour gagner moins L âge légal de départ à la retraite est porté à 62 ans. Les victimes de ce recul

Plus en détail

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale

Accord collectif de branche du 14 mai 2010. Régime de prévoyance complémentaire. Garantie Incapacité de travail. Convention Collective Nationale Accord collectif de branche du 14 mai 2010 Régime de prévoyance complémentaire Garantie Incapacité de travail Convention Collective Nationale des Chaînes de Cafétéria & Assimilés du 28 août 1998 Entre

Plus en détail

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD LETTRE CIRCULAIRE N 13/11/2008 Paris, le 5 novembre 2008 Aux Délégués Syndicaux Mutualité Aux Secrétaires de Syndicats OSDD Chers

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

La révision de la CCN 51. en 15 points. Evolution. Adaptation. Masse salariale constante. Marges. Négociations locales

La révision de la CCN 51. en 15 points. Evolution. Adaptation. Masse salariale constante. Marges. Négociations locales La révision de la CCN 51 en 15 points Masse salariale constante Marges Evolution Négociations locales Adaptation Edito Les évolutions importantes des secteurs sanitaire, social et médico-social (adaptation

Plus en détail

ACCORD DU 22 MAI 2014

ACCORD DU 22 MAI 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR ACCORD DU 22 MAI 2014 RELATIF AU TRAVAIL

Plus en détail

La protection des représentants du personnel

La protection des représentants du personnel La protection des représentants du personnel Les représentants du personnel bénéficient d une protection dans leur emploi afin de mener à bien leurs missions en lien avec leur mandat. Cette protection

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

TEMPS PARTIELS : application de l ANI (accord national interprofessionnel). 1ère proposition d avenant des employeurs : 4h hebdomadaires.

TEMPS PARTIELS : application de l ANI (accord national interprofessionnel). 1ère proposition d avenant des employeurs : 4h hebdomadaires. Lors de la 1ère commission paritaire de l année 2014, le 14/01, le collectif national CGT de l'aide et du Maintien à Domicile, les camarades de la Fédération du personnel des Organismes Sociaux, dont le

Plus en détail

Accords d'interessement de la CRCAM Brie Picardie

Accords d'interessement de la CRCAM Brie Picardie Accords d'interessement de la CRCAM Brie Picardie signé le 10/05/07 par la CFDT, FO Oise et le SNECA ACCORD N 5 ACCORD D INTERESSEMENT DES SALARIES AU DEVELOPPEMENT DE L ENTREPRISE EXERCICES 2007-2008

Plus en détail

PROTOCOLE n 155 du 4 juillet 2014 relatif au régime collectif de complémentaire santé

PROTOCOLE n 155 du 4 juillet 2014 relatif au régime collectif de complémentaire santé «ACCORDS COLLECTIFS DE TRAVAIL APPLICABLES DANS LES CENTRES D HÉBERGEMENT ET DE RÉADAPTATION SOCIALE ET DANS LES SERVICES D ACCUEIL, D ORIENTATION ET D INSERTION POUR ADULTES» PROTOCOLE n 155 du 4 juillet

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3073 Convention collective nationale IDCC : 86. ENTREPRISES DE LA PUBLICITÉ ET

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ORGANISMES DE TOURISME DU 5 FEVRIER 1996,

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ORGANISMES DE TOURISME DU 5 FEVRIER 1996, CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ORGANISMES DE TOURISME DU 5 FEVRIER 1996, ACCORD RELATIF A L INSTAURATION D UNE COUVERTURE SANTE OBLIGATOIRE POUR TOUS LES SALARIES Préambule. Dans le cadre du processus

Plus en détail

Relevé de conclusions de la réunion de négociation préalable du 17 septembre 2012

Relevé de conclusions de la réunion de négociation préalable du 17 septembre 2012 Comme le prévoit la réglementation relative à la négociation préalable, la directrice générale des ressources humaines du ministère de l éducation nationale a invité la Confédération générale du travail

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3125 Convention collective nationale IDCC : 1586. INDUSTRIES CHARCUTIÈRES (Salaisons, charcuteries,

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE LA RUPTURE CONVENTIONNELLE Maître Nicole BIOLET, Avocat au Barreau de Grasse Le 14/05/09 La rupture amiable (ou départ négocié) a toujours été admise par la jurisprudence sur le fondement de l article

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3073 Convention collective nationale IDCC : 86. ENTREPRISES DE LA PUBLICITÉ ET ASSIMILÉES AVENANT N 20 DU 7 NOVEMBRE

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social

Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social Unité Territoriale de la DIRECCTE de la Vienne Section Centrale Travail 6, Allée des Anciennes Serres 86280 SAINT-BENOIT

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3604 Convention collective nationale IDCC : 7005. CAVES COOPÉRATIVES VINICOLES ET LEURS UNIONS AVENANT

Plus en détail

Commission paritaire nationale des cabinets dentaires du vendredi 13 mars 2015

Commission paritaire nationale des cabinets dentaires du vendredi 13 mars 2015 Commission paritaire nationale des cabinets dentaires du vendredi 13 mars 2015 Accord portant sur l instauration d une couverture santé complémentaire collective à adhésion obligatoire dans les cabinets

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX. Avenant n 68 - - - -

CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX. Avenant n 68 - - - - CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX Le 15 Janvier 2015, entre : Avenant n 68 - - - - - La CONFEDERATION DES SYNDICATS MEDICAUX FRANCAIS (C.S.M.F.) - La FEDERATION DES MEDECINS DE FRANCE

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

Quoi de neuf dans la législation sociale (lois, décrets, circulaires, jurisprudences)

Quoi de neuf dans la législation sociale (lois, décrets, circulaires, jurisprudences) Quoi de neuf dans la législation sociale (lois, décrets, circulaires, jurisprudences) Prévoyance : peut-on traiter différemment les cadres et les non cadres? Les juges de la cour de cassation, à l occasion

Plus en détail

Les mobilités professionnelles

Les mobilités professionnelles L Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 Pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 8 OCTOBRE

Plus en détail

LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L. Version consolidée au 27 juin 2008

LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L. Version consolidée au 27 juin 2008 Le 31 août 2009 LOI LOI n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail (1) NOR: MTSX0805954L Version consolidée au 27 juin 2008 L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président

Plus en détail

Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires

Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires La reconnaissance collective de la pénibilité dans la Fonction publique et la réforme 2010 des retraites La question de la pénibilité du travail comporte

Plus en détail

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 28 Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Loi relative à l entreprise publique La Poste et aux activités postales Le projet de loi relatif

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3314 Convention collective nationale IDCC : 2412. PRODUCTION DE FILMS D ANIMATION

Plus en détail

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61

Table des matières. Partie I. Les relations individuelles de travail. Titre I La conclusion du contrat de travail 61 Table des matières Introduction 13 Chapitre I L objet et la finalité du droit du travail 14 Section I L objet du droit du travail 15 Section II La fonction du droit du travail 16 Chapitre II Histoire du

Plus en détail

AVENANT DU 6 AVRIL 2006

AVENANT DU 6 AVRIL 2006 Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales Direction du Développement Social Compte Epargne Temps AVENANT DU 6 AVRIL 2006 13/04/06 1 Sommaire PREAMBULE...3 ARTICLE 1 : CHAMP D APPLICATION...3

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE

LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE LE CONTRAT UNIQUE D INSERTION CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI 1 CUI -CAE Issu de la loi sur le revenu de solidarité de décembre 2008, le Contrat Unique d Insertion (CUI) est entré en vigueur au

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 112. INDUSTRIE LAITIÈRE

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 112. INDUSTRIE LAITIÈRE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3124 Convention collective nationale IDCC : 112. INDUSTRIE LAITIÈRE AVENANT N O 6 DU 29 JUIN 2006 À L ANNEXE

Plus en détail

CONFEDERATION DES PRATICIENS DES HOPITAUX La loi HPST sortie de l Assemblée Nationale

CONFEDERATION DES PRATICIENS DES HOPITAUX La loi HPST sortie de l Assemblée Nationale 1 CONFEDERATION DES PRATICIENS DES HOPITAUX La loi HPST sortie de l Assemblée Nationale I. Montet, J.-P Salvarelli, J.-C Pénochet, J. Trévidic. Discutée du 10 février au 18 mars, la loi HPST votée à l

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008?

COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008? MANUEL D AIDE COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008? Cgt FORCE OUVRIERE - Secteur Conventions Collectives Négociation Collective - Comités d Entreprises - Comités

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites Paris, le 18 mai 2009 Aux Secrétaires généraux : des Unions départementales des Fédérations Pour information : Aux administrateurs : Retraite et Prévoyance CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres : - du Comité

Plus en détail

Les conséquences du franchissement de seuil d effectifs de personnel

Les conséquences du franchissement de seuil d effectifs de personnel Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 de seuil d effectifs de personnel En bref Une opération de restructuration s accompagne en général d une modification des effectifs des entités concernées

Plus en détail

ACCORD DU 3 SEPTEMBRE 2010

ACCORD DU 3 SEPTEMBRE 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3368 Accords professionnels INDUSTRIES ÉLECTRIQUES ET GAZIÈRES (IEG) ACCORD DU 3 SEPTEMBRE 2010 RELATIF

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL

APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL Attention Les notions d inaptitude et d invalidité sont totalement indépendantes l une de l autre. Seul le médecin du travail peut se prononcer sur l

Plus en détail

Syndicat des Médecins d Eure et Loir

Syndicat des Médecins d Eure et Loir Syndicat des Médecins d Eure et Loir Président : Dr Gérald GALLIOT Danou Rupture de la relation médecin clinique en l absence de contrat Il faut tout d'abord rappeler que la clinique a l'obligation de

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (ANI) SUR LA DU 11 JANVIER 2013

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (ANI) SUR LA DU 11 JANVIER 2013 Argumentaire CFTC Illustration : Ogerepus - Fotolia.com ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL (ANI) SUR LA DU 11 JANVIER 2013 CE QUE DIT L ACCORD 2 - LES 12 POINTS POSITIFS QUI SÉCURISENT L EMPLOI - LES 3

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Comité d'entreprise Désignation d un RS au CE dans les entreprises de moins de trois cents salariés

Comité d'entreprise Désignation d un RS au CE dans les entreprises de moins de trois cents salariés Veille jurisprudentielle : Droit privé : quelques arrêts intéressants. Comité d'entreprise Désignation d un RS au CE dans les entreprises de moins de trois cents salariés Dans cet arrêt, la Cour de cassation

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

Le point sur l accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013 relatif à la formation professionnelle

Le point sur l accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013 relatif à la formation professionnelle Le point sur l accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013 relatif à la formation professionnelle 08/01/2014 La négociation nationale sur la formation professionnelle engagée entre les organisations

Plus en détail

L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre

L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre DOSSIER DE PRESSE Mardi 11 décembre 2012 L ARS du Centre invite l ensemble des directeurs des centres hospitaliers de la région Centre - 12 décembre 2012 de 10h à 12h Point presse à 12h Médiathèque d Orléans

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Seconde rencontre nationale des mandatés CHOMAGE CFTC les 17

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3115 Convention collective nationale IDCC : 2335. PERSONNELS DES AGENCES

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Les droits et obligations des représentants du CHSCT

Les droits et obligations des représentants du CHSCT Les droits et obligations des représentants du CHSCT Les heures de délégations Répartition du crédit d heures Les heures imputées sur le crédit d heures Les heures non imputées sur le crédit d heures La

Plus en détail

Le Crédit-temps en 2015

Le Crédit-temps en 2015 NOTE SERVICE D ETUDE Le Crédit-temps en 2015 OCTOBRE 2015 P A TRICIA DE MARCHI CONSEILLÈRE CONCI LIA TI ON VIE PRIVEE ET P ROFESSIONNELLE E T F IN DE CARRIERE Table des matières 1. Préambule... 2 2. Le

Plus en détail