L ANALYSE DES BESOINS DE FORMATION. Josianne Basque, professeure

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ANALYSE DES BESOINS DE FORMATION. Josianne Basque, professeure"

Transcription

1 Josianne Basque, professeure

2 1 DESCRIPTION L analyse des besoins consiste à vérifier s il y a un réel besoin de formation, à partir de données valides colligées dans le milieu de formation visé et, si oui, à spécifier en quoi consiste ce besoin. Kaufman (1972) définit un besoin comme le résultat de la mesure de l écart qui existe entre la situation désirée et la situation actuelle dans le milieu visé. On peut traduire cette définition par l équation suivante : Situation désirée Situation actuelle = Besoin de formation On nomme cette activité «analyse des besoins», puisque lorsqu il est établi qu il y a un besoin de formation; l analyse plus spécifique de ce besoin se traduit généralement par une série de besoins de formation à combler, lesquels seront traduits dans l énoncé du but de la formation. Le but de la formation spécifie les résultats qui sont attendus chez les étudiants à la fin de la formation. BUT L analyse des besoins cherche à colliger toutes les données nécessaires permettant de spécifier le but de la formation, de manière que ce but réponde aux besoins réels du milieu visé. Le fait de conduire une analyse des besoins, puis d utiliser les résultats de cette analyse pour formuler le but de la formation dans un énoncé clair, permet d orienter la suite du travail de conception de manière que toutes les décisions convergent vers ce but. Comme le notent Lebrun et Berthelot (1994. p. 11), «un but mal identifié, ou qui ne correspond pas à ce que l on désire voir acquérir par l apprenant, amène souvent des difficultés de réalisation impliquant soit une réévaluation du but, soit une nouvelle conception de certaines étapes afin que la planification ne soit pas vouée à l échec». Lorsque plusieurs personnes participent à la conception de la formation, l identification des besoins, puis du but de la formation, et ce en début de processus de design pédagogique, permet également d établir un consensus entre les différents intervenants. PROCÉDURE Selon les situations et les milieux, l analyse des besoins peut varier en complexité. Nous vous présentons ici une procédure générique d analyse de besoins (à adapter selon chaque situation) qui inclut cinq étapes : (1) Définition de la situation désirée, (2) Définition de la situation actuelle, (3) Définition du besoin, (4) Formulation du but de la formation et (5) Évaluation du but de la formation. Définition de la situation désirée Dans un projet de design pédagogique, la situation désirée désigne les comportements ou les compétences que les demandeurs de la formation souhaitent voir se développer chez la clientèle cible. En quelque sorte, il s agit d une définition préliminaire du but de la formation, du point de vue du milieu demandeur de la formation. L analyse des besoins permettra de vérifier si ce but peut être atteint par une autre activité qu une activité de formation, ou s il doit être reformulé ou, encore, s il doit davantage être spécifié.

3 2 L ANALYSE DES BESOINS DE FORMATION Dans certains cas, la situation désirée a déjà été définie au moment où le formateur-concepteur entre en scène. C est souvent le cas en milieu scolaire, où le formateur-concepteur est généralement engagé pour développer un cours ou une partie d un cours spécifique. Ce cours s inscrit lui-même dans un programme d études, ayant des buts déjà déter minés par les concepteurs des programmes d études 1. Et le programme d études auquel se rattache le cours ou l activité de formation s inscrit lui-même dans un cadre de formation plus général comportant des finalités éducatives 2 spécifiées par les autorités au ministère de l Éducation. La définition de la situation désirée consistera donc, la plupart du temps, à simplement identifier ces finalités éducatives, ainsi que les buts et (ou) les compétences visées dans le programme d études auquel se rattache l activité de formation à concevoir. Comme en milieu scolaire, le formateur œuvrant en milieu sociocommunautaire se verra généralement confié un mandat de formation relativement spécifique : on lui demande, par exemple, de donner un cours ou un atelier sur l art de s exprimer en public. Toutefois, le but d une telle formation n est pas nécessairement prédéterminé. Il est alors utile de préciser d abord les finalités de formation de l organisme de formation sociocom munautaire, puis de clarifier le point de vue des responsables de la demande de formation sur les comportements et (ou) compétences attendues des personnes qui participeront à la formation. Pour ce faire, différentes techniques de collecte de données peuvent être utilisées. Les plus simples consistent à consulter des documents (plan de formation, énoncé de mission, plan de programmation, etc.) ou de mener une entrevue avec des personnes bien informées dans le milieu. La finalité d un organisme sociocommunautaire de formation pourrait être, par exemple, «développer chez les citoyens des valeurs spirituelles et sociales, telles que celles de justice et dignité humaine, démocratie et solidarité, spiritualité et foi chrétiennes» 3. L atelier sur l art de s exprimer en public se rattacherait aux finalités relatives aux valeurs de démocratie et de solidarité et son but pourrait être formulé de la manière suivante : «Développer chez le participant sa capacité à défendre efficacement un point de vue, oralement, devant un auditoire nombreux». Le terme «efficacement» pourrait être spécifié encore plus précisément en dressant une liste de critères tels que la clarté de l exposé, le respect des règles de démocratie, le respect des tours de parole, le ton posé, l attitude calme, etc. On obtient ainsi une description précise de la situation désirée. 1. Au Québec, la majorité des programmes d études en éducation des adultes sont conçus par la Direction générale de la formation des adultes au ministère de l Éducation. Cependant, en vertu de l article 463 de la Loi sur l instruction publique, les commissions scolaires qui le désirent peuvent offrir des cours élaborés par des établissements scolaires de formation aux adultes (DGFA, 1997). 2. Les finalités de l éducation reflètent les valeurs philosophiques, psychologiques, spirituelles et sociales privilégiées à l échelle d une société donnée. Elles ont une valeur légale. Les établissements scolaires doivent obligatoirement s y référer s ils prennent l initiative de développer des programmes d études. Par exemple, au Québec, l article 1 du Régime pédagogique applicable aux services éducatifs pour les adultes en formation générale (Gouvernement du Québec, 2005) précise les finalités suivantes : - Permettre à la personne d accroître son autonomie; - Faciliter son insertion sociale et professionnelle; - Favoriser son accès et son maintien sur le marché du travail; - Lui permettre de contribuer au développement économique, social et culturel de son milieu; - Lui permettre d acquérir une formation sanctionnée par la ministre. Les mêmes finalités gouvernent le Régime pédagogique applicable aux services éducatifs pour les adultes en formation professionnelle (Gouvernement du Québec, 2005). 3. Cette finalité fait partie de la mission du Centre Saint-Pierre, un centre d éducation populaire situé à Montréal (

4 3 C est en entreprise qu une analyse des besoins est la plus souvent menée de manière exhaustive, bien que la situation désirée puisse être énoncée de manière précise dans la demande initiale de formation. Le formateur ou le concepteur pédagogique peut, en effet, recevoir un mandat précis et l activité de formation peut s inscrire dans un cadre déjà relativement déterminé. Le concepteur s assurera alors de bien comprendre le cadre dans lequel s inscrit la demande de formation. Dans les grandes entreprises qui possèdent leur propre service de formation, il est possible, par exemple, que des finalités et des buts de formation soient énoncés dans divers documents (plan stratégique de formation, énoncé de mission de l entreprise, etc.). Le concepteur aura intérêt à les demander et à les consulter afin de bien circonscrire la situation désirée. Dans d autres cas, la situation désirée n est pas clairement définie. Le concepteur pédagogique peut alors solliciter une entrevue auprès des personnes compétentes dans l organisme demandeur (responsable de la formation, responsable de secteur, etc.) afin de les amener à spécifier les comportements et (ou) compétences attendues chez la clientèle cible à la fin de la formation. La finalité générale de formation d une entreprise pourrait être, par exemple, «amener les employés à fournir leur potentiel maximal de productivité», qui peut se traduire par une série de buts tels que «amener les employés à réduire le nombre d erreurs commises dans telle ou telle activité», «les amener à offrir un meilleur service à la clientèle», «augmenter leur vitesse de production», «les amener à assurer une meilleure gestion de personnel», etc. L un ou plusieurs de ces buts pourraient être ciblés pour la formation. Il s agira ensuite de les préciser davantage : Quels seraient, du point de vue des demandeurs de la formation, les comportements attendus d un employé qui fait preuve d un bon service à la clientèle, d une vitesse satisfaisante de production, d une bonne gestion de personnel, etc.? Définition de la situation actuelle La situation actuelle représente les compétences et (ou) les comportements actuels de la clientèle cible dans le domaine touchant la situation désirée. Par exemple, si le but visé par une entreprise est d «amener les employés à assurer un meilleur service à la clientèle», il faut alors brosser un portrait de la situation actuelle du service à la clientèle : Y a-t-il des problèmes spécifiques avec ce service? Est-ce que cela touche l ensemble du personnel affecté au service à la clientèle ou un petit groupe d employés? Les employés du service à la clientèle sont-ils motivés? Les employés ont-ils toutes les compétences et les infor mations nécessaires pour exécuter leurs tâches? Quelle formation les employés ont-ils déjà reçue sur le sujet? Le temps pour accomplir chaque tâche est-il suffisant? Les critères de performance exigés par l entreprise sont-ils réalistes? Quelles rétroactions les employés reçoivent-ils au cours de l accomplissement de leur tâche? Les outils utilisés sont-ils appropriés pour réaliser les tâches? Etc. Le concepteur pédagogique peut utiliser une ou plusieurs techniques pour colliger des données qui lui permettront de répondre à de telles questions. Rivard (1998) regroupe ces techniques en quatre catégories : méthodes individuelles (entrevue individuelle, questionnaire d autoévaluation, analyse des compétences), méthodes de groupe (comité de formation, groupe de discussion ou groupe-focus, groupe de résolution de problèmes),

5 4 L ANALYSE DES BESOINS DE FORMATION méthodes d observation (observation participante, observation méthodique) et méthodes d analyse des données existantes (profils de poste, système d évaluation du rendement, rapports de productivité). En milieu scolaire, l étape de la définition de la situation actuelle est généralement déjà faite par les concepteurs de programmes d études. Par exemple, on peut lire dans le Programme d études de la micro-informatique développé par la Direction de la formation générale des adultes du ministère de l Éducation du Québec, ce qui suit : En vue de définir les objectifs d enseignement et d apprentissage du programme d études de la micro-informatique, nous avons consulté les membres du Comité provincial de la micro-informatique ainsi que des enseignants et des enseignantes de toutes les disciplines présentes à l éducation des adultes. Cette consultation a permis d établir les besoins des élèves, de dresser une liste des différents program mes et de les adapter aux besoins des adultes dans leur cheminement scolaire. (DFGA, 1996, p. 2) Dans le cas où un formateur en milieu scolaire ou en milieu sociocommunautaire est invité à concevoir une activité de formation s inscrivant dans un programme de formation non encore existant, il faudra alors déterminer, avec le plus de précision possible, les comportements d entrée des apprenants auxquels s adressera l activité de formation. Quels types de problèmes rencontrent-ils dans le domaine visé? Quelles connaissances ou habiletés reliées au domaine ont-ils et n ont-ils pas? Il est possible que le formateur ou le concepteur connaisse déjà bien la clientèle visée et puisse répondre à ces questions. D autres moyens peuvent aussi être utilisés : consultation de données déjà existantes sur les étudiants, entre vues avec des personnes connaissant bien la clientèle cible, passation de tests, observation des comportements des étudiants dans des situations cibles, enquête à l aide d un question naire, entrevues individuelles ou de groupe avec des étudiants cibles, etc. Définition du besoin de formation Pour définir un besoin de formation, il faut mesurer l écart entre la situation actuelle et la situation désirée, en énonçant les connaissances et les habiletés ou, encore, les compétences que les apprenants visés devrait développer au cours de la formation, de manière à atteindre la situation désirée. Il ne s agit pas ici de formuler les objectifs d apprentissage de l activité de formation, qui eux sont plus spécifiques que le but et qui sont déterminés plus tard dans le processus de design pédagogique. En entreprise surtout, il est possible que l écart entre la situation actuelle et la situation désirée ne puisse être comblé uniquement par une formation. Un autre type d inter vention peut être nécessaire : une réingénierie des processus, l acquisition d un nouveau système techno logique, la mise en place d incitatifs propres à augmenter la motivation des employés, l amélioration de l ergonomie des postes de travail des employés, l ajout de personnel, le développement d aides à la performance, la redéfinition de tâches, etc. Par exemple, si l on découvre au cours d une analyse du besoin de formation que les personnes affectées au service téléphonique à la clientèle sont récompensées en fonction du nombre d appels traités dans une journée, avec obligation d atteindre un certain quota, on peut faire l hypothèse que ce système de récompense décourage les employés à offrir des explications détaillées aux clients. Une formation ne changerait rien à la situation.

6 5 Formulation du but de la formation Le but de la formation est un énoncé qui permet d identifier, en termes clairs mais encore généraux à ce stade précoce du processus de design pédagogique, les compétences que l on souhaite voir se développer chez les apprenants. Les besoins identifiés lors de l analyse des besoins servent d intrants à la formulation du but de la formation. Le but est, en quelque sorte, la reformulation de la situation désirée par les demandeurs. Notez qu une formation peut avoir plusieurs buts; toutefois, nous utiliserons généralement le mot «but» au singulier dans la suite du texte. Le but d une formation n est pas nécessairement défini en termes opérationnels, comme le sont les objectifs d apprentissage plus spécifiques définis selon la méthode proposée par Mager (1984) 4. C est le «verbe», dans l énoncé du but, qui précise la nature de ce que l étudiant sera en mesure de faire à la fin de la formation. Il faut donc porter une attention particulière au choix de ce ou ces verbes. Comme le soulignent Lebrun et Berthelot (1994), le but de la formation devra être suffisamment général pour englober les comportements sous-entendus qui seront formulés ultérieurement dans des objectifs formulés en termes plus spécifiques. Mais le but ne doit pas, non plus, être formulé en termes trop généraux. Par exemple, «Amener les participants à devenir un bon citoyen» serait un but trop général : l atteinte de ce but peut prendre des années. Il s agirait plutôt ici d une finalité éducative. Lebrun et Berthelot (1994) suggèrent de remplacer cet énoncé par «L étudiant sera capable de décrire dans ses propres mots les situations dans lesquelles, dans son milieu formel ou informel, on démontre que l on est un bon citoyen». L une des erreurs les plus courantes dans la formulation du but (et des objectifs d apprentissage, d ailleurs) est d utiliser des verbes n offrant qu une idée vague des comportements visés, tels les verbes «connaître» et «comprendre». «Connaître la musique du 19 e siècle», par exemple, ne nous permet pas de savoir ce que l apprenant sera capable de faire à la fin de la formation. Sera-t-il capable d exécuter une pièce musicale du 19 e siècle, de porter un jugement critique sur la musique de ce siècle, de décrire les caractéristiques principales de cette musique ou, encore, d identifier les pièces musicales de ce siècle? De même, le but «Connaître la procédure de création d un tableau avec le logiciel Excel» ne nous dit pas si l apprenant sera capable, après la formation, de l exécuter ou simplement de l expliquer Enfin, l énoncé «Comprendre les effets d une alimentation saine sur la santé» pourrait être clarifié de la manière suivante : «Décrire (ou expliquer) les différents effets d une alimentation saine sur la santé». 4. Voir le texte 431: La spécification des cibles d apprentissage.

7 6 L ANALYSE DES BESOINS DE FORMATION Évaluation du but de la formation Une fois le but formulé, il est bon de le faire évaluer par des collègues, par des experts, par des responsables dans l organisme demandeur ou même par des représentants des étudiants cibles. Est-il suffisamment clair? Est-il approprié, eu égard aux finalités et buts généraux de formation et aux attentes de l organisme? Est-il réalisable? Selon les commentaires émis par les évaluateurs, on pourra reformuler le but, au besoin. RÉFÉRENCES Direction de la formation générale aux adultes (1996). Programme d études de la microinformatique. Québec : Ministère de l Éducation du Québec. gouv.qc.ca/dfga/disciplines/micro_informatique/pdf/programme/micro.pdf [consulté le 19 octobre 2004]. Direction de la formation générale aux adultes (1997). Guide d élaboration de programmes d études pour des cours d établissement. Québec : Ministère de l Éducation du Québec. [consulté le 19 octobre 2004]. Gouvernement du Québec (2005). Régime pédagogique applicable aux services éducatifs pour les adultes en formation générale. Loi sur l instruction publique (L.R.Q., c. I-13.3, a. 448). Québec : Publications du Québec. php?type=3&file=/i_13_3/i13_3r4_1.htm [consulté le 21 octobre 2005]. Gouvernement du Québec (2005). Régime pédagogique applicable aux services éducatifs pour les adultes en formation professionnelle. Loi sur l instruction publique (L.R.Q., c. I-13.3, a. 448). Québec : Publications du Québec. php?type=3&file=/i_13_3/i13_3r4_2.htm [consulté le 21 avril 2005]. Kaufman, R.A. (1972). Educational system planning. Englewood Cliffs : Prentice-Hall. Lebrun, N., et Berthelot, S. (1994). Plan pédagogique : Une démarche systématique de planification de l enseignement. Ottawa : Éditions Nouvelles/De Boeck. Mager, R.F. (1984). Preparing instructional objectives.2e éd.) Belmont, CA : Pitman. Rivard, P. (1998). L identification et l analyse des besoins de formation. Dans Formation des formateurs, une approche andragogique et globale de la formation en entreprise. Manuel d apprentissage, Formation sur mesure. Montréal : Télé-université.

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S Travail de fin d études en didactique universitaire Magali Muller Bastien Walliser Septembre 2009 CHOIX D UNE PROBLEMATIQUE L étape choix d une problématique comprend les documents

Plus en détail

Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE)

Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE) Démarches sur les normes et modalités (Fait à partir de documents de la FSE) 2007-2008 2 1 Commentaires généraux En octobre 2005, le MELS invitait les commissions scolaires à entreprendre une démarche

Plus en détail

Balises pour les modifications aux descriptifs de cours

Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Automne 2011 Service des programmes et du développement pédagogique Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Contexte Au Cégep Marie

Plus en détail

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Au sein d un Service météorologique et hydrologique national (SMHN) ou d un service apparenté, différents

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

PLAN DE COURS. Diplôme en enseignement (DE)

PLAN DE COURS. Diplôme en enseignement (DE) PLAN DE COURS Diplôme en enseignement (DE) Titre du cours : Ingénierie pédagogique et télé-apprentissage Sigle du cours : PED878 Séquentiel : 68.122 Nombre de crédits : 3 DESCRIPTION OFFICIELLE DU COURS

Plus en détail

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION SECTEUR : FILIERE : NIVEAU : TERTIAIRE TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES TECHNICIEN 1 Document élaboré par : Nom et Prénom Etablissement : Mohamed BACHAR :

Plus en détail

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie.

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Eléments de réflexion pour répondre à la consultation de la Commission européenne 1. Remarque préliminaire

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) de Tuteur d entreprise. INTITULÉ

Plus en détail

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

Dossier des documents de suivi formatif des stages

Dossier des documents de suivi formatif des stages Filières secondaires Dossier des documents de suivi formatif des stages Haute Ecole Pédagogique Documents à l usage des étudiants et des praticiens formateurs Version: 17.08.2010 Pour désigner les personnes,

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel Programme d accueil et d intégration Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

Vers la planification stratégique 2016-2022

Vers la planification stratégique 2016-2022 Vers la planification stratégique 2016-2022 Démarche proposée en vue d établir le Bilan de l efficacité du Plan stratégique 2010-2016 et d adopter une nouvelle Planification stratégique 2016-2022 Adopté

Plus en détail

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais :

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : 1-800-230-6349 Télécopieur : (819) 953-6088 (Pour les malentendants

Plus en détail

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Méthodologie 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Outil et méthodologie 2 Table des matières 3 Table des matières (suite) 4 Aperçu de l outil Évaluation des capacités de la GI 5 Contexte

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE

FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE La formation s intitule «Développement personnel et professionnel». PUBLIC CIBLE Cette formation s adresse à toute personne qui souhaite développer ses compétences

Plus en détail

APPEL D OFFRE. Les fondamentaux du formateur REFERENCE A RAPPELER LORS DE LA SOUMISSION : CC/CSL_TTT2015

APPEL D OFFRE. Les fondamentaux du formateur REFERENCE A RAPPELER LORS DE LA SOUMISSION : CC/CSL_TTT2015 APPEL D OFFRE Les fondamentaux du formateur REFERENCE A RAPPELER LORS DE LA SOUMISSION : CC/CSL_TTT2015 Ce document identifie les spécificités du programme de formation «les fondamentaux du formateur»

Plus en détail

GUIDE EN TROIS ÉTAPES POUR SATISFAIRE AUX EXIGENCES DU PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA COMPÉTENCE

GUIDE EN TROIS ÉTAPES POUR SATISFAIRE AUX EXIGENCES DU PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA COMPÉTENCE Les trois étapes pour satisfaire aux exigences du PMC sont les suivantes : 1. Autoévaluation : Évaluation de votre pratique pour déterminer vos besoins d apprentissage. Les infirmières immatriculées évaluent

Plus en détail

Règlement sur le cheminement scolaire

Règlement sur le cheminement scolaire Règlement sur le cheminement scolaire Adopté le : 17 décembre 2001 218 e réunion du conseil d administration Amendé le : 10 juin 2008 261 e réunion du conseil d administration Amendé le : 16 décembre 2013

Plus en détail

LEADERSHIP ET PRISE DE DECISION

LEADERSHIP ET PRISE DE DECISION TITRE /THEME DE LA SEQUENCE LEADERSHIP ET PRISE DE DECISION BUT Permettre d analyser son mode de management et expérimenter un exercice de prise de décision dans gestion de projet OBJECTIFS : NOMMER DIFFERENTS

Plus en détail

Contexte. Problèmes posés

Contexte. Problèmes posés CONCEPTION ET EVALUATION D UN COURS EN LIGNE DESTINE A AMELIORER LES COMPETENCES DE FUTURS ENSEIGNANTS EN EDUCATION PHYSIQUE A L ANALYSE DE TACHES. DES SAVOIRS TECHNIQUES AUX COMPETENCES PEDAGOGIQUES Catherine

Plus en détail

NOS FORMATIONS VEDETTES

NOS FORMATIONS VEDETTES NOS FORMATIONS VEDETTES 1. Communication interpersonnelle au bureau 2. Productivité et Efficacité Professionnelles 3. Planifier et concevoir une formation 4. Lean SixSigma 5. Communication orale et rédaction

Plus en détail

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Financé par le Gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils sectoriels Introduction et contexte :

Plus en détail

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007 Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles COHEP, novembre 2007 Etat : Adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 14/15 novembre 2007 Table

Plus en détail

GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS : LOGIQUE ET INSTRUMENTATION

GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS : LOGIQUE ET INSTRUMENTATION GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS : LOGIQUE ET INSTRUMENTATION 1 Présentation de l École nationale d administration publique Fondée en 1969, l ENAP est une école universitaire et professionnelle qui regroupe

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

QMP-7. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle RÉSULTATS. Yann FORNER U55MA65U 08/01/2014 MIAOU. Masculin.

QMP-7. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle RÉSULTATS. Yann FORNER U55MA65U 08/01/2014 MIAOU. Masculin. Questionnaire de Motivation à la réussite en situation Professionelle Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 08/01/2014 Masculin Âge: 37 Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation Professionnelle

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS. pour le développement professionnel. des enseignantes et des enseignants

POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS. pour le développement professionnel. des enseignantes et des enseignants POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS pour le développement professionnel des enseignantes et des enseignants Direction des études et Direction des services aux ressources humaines ADOPTÉE

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

INTÉGRATION ET STRATÉGIE D ENTREPRISE. ADM-21916 Sections A et H

INTÉGRATION ET STRATÉGIE D ENTREPRISE. ADM-21916 Sections A et H FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION PLAN DE COURS Hiver 2004 Le 8 janvier 2004 INTÉGRATION ET STRATÉGIE D ENTREPRISE ADM-21916 Sections A et H Professeure : Mélanie Roussy 6240, Pavillon Palasis-Prince

Plus en détail

Dossier d admission au master par la valorisation des acquis de l expérience (VAE)

Dossier d admission au master par la valorisation des acquis de l expérience (VAE) Dossier d admission au master par la valorisation des acquis de l expérience (VAE) Dossier incluant une note d accompagnement à destination du candidat 1. Conditions de recevabilité d une demande de VAE

Plus en détail

STAGES D ENSEIGNEMENT EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Grille d évaluation du stagiaire par l enseignant associé

STAGES D ENSEIGNEMENT EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Grille d évaluation du stagiaire par l enseignant associé FORMATION PRATIQUE Département d éducation et formation spécialisées Unité de programme - formation professionnelle et technique STAGES D ENSEIGNEMENT EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Grille d

Plus en détail

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée.

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée. Fiche pratique N 3 «Analyse des activités d un poste de travail et référentiel d activités» De quoi s agit-il? 1 Il s agit de recueillir des données relatives au poste de travail qui devront être fidèles

Plus en détail

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Adoptée au comité de Régie interne du 1er mars 2016 1. Introduction Notre système d assurance qualité comprend déjà toutes les composantes

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Exercices programmés:

Exercices programmés: Franz Blum Collaborateur scientifique à l Institut für Test- und Begabungsforschung Anne Hensgen für Bildungsforschung Carmen Kloft für Bildungsforschung Ulla Maichle für Test- und Begabungsforschung et

Plus en détail

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session Tbilissi (Géorgie), 15-18 septembre 2008 Point 9 d) de l ordre du jour provisoire EUR/RC58/Inf.Doc./2 28 juillet 2008 80849 ORIGINAL : ANGLAIS Désignation

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2008 09 38 0274 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

Plan de cours. Titre du cours : Programmation en C# complémentaire. Session visée par le cours : Hiver 2009. Aucun Aucun. Préalables : Préparatoire à

Plan de cours. Titre du cours : Programmation en C# complémentaire. Session visée par le cours : Hiver 2009. Aucun Aucun. Préalables : Préparatoire à Titre du cours : Programmation en C# Code officiel : 420-BBT-BB Plan de cours Programme d études : Session visée par le cours : Hiver 2009 Discipline : Préalables : Préparatoire à Aucun Aucun Cours de

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Version originale signée par LE 21 juillet 2015 M. DANIEL GOSSELIN DATE ADMINISTRATEUR EN CHEF TABLE

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

Soumettre une demande

Soumettre une demande Soumettre une demande Table des matières 1. Financement de projets... 2 1.1 Les règles de financement... 3 1.2 Procédure de dépôt et phases d étude des demandes... 4 1.2.1 Volet Sécurité alimentaire...

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE ET SYSTEMES - FINALITE : TECHNOLOGIE DE L INFORMATIQUE

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE ET SYSTEMES - FINALITE : TECHNOLOGIE DE L INFORMATIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

Mes observations en lien avec les 12 compétences professionnelles

Mes observations en lien avec les 12 compétences professionnelles Mes observations en lien avec les 12 compétences professionnelles Compétence 1 : Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d objets de savoirs ou de culture dans

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

Job Opening: Concours de recrutement de professeurs de français (Interne / Externe) Department/Office: Genève Posting Period: Job number: N/A

Job Opening: Concours de recrutement de professeurs de français (Interne / Externe) Department/Office: Genève Posting Period: Job number: N/A Job Opening: Job Title: Concours de recrutement de professeurs de français (Interne / Externe) Department/Office: Genève Posting Period: Job number: N/A Cadre organisationnel Les postes de professeurs

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Suivi-évaluation. Fiches outils. Piloter l action par la décision, Eclairer la décision par l action

Suivi-évaluation. Fiches outils. Piloter l action par la décision, Eclairer la décision par l action Suivi-évaluation Fiches outils Piloter l action par la décision, Eclairer la décision par l action La société SEVALPRO SAS, filiale du groupe MGDIS créée en Janvier 2010, consacre son activité à la réalisation

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire.

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire. om Ce fichier D3C, corrigé du fichier D3, présente deux activités autour des apprentissages numériques en Cycle 2, cycle des apprentissages fondamentaux. La première situation problème est une situation

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains 12.03.28.10 12.11.27.09 13.06.12.08 Préambule La présente politique traduit l engagement du Cégep à promouvoir et à faire respecter les règles

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

APPEL D OFFRES ET CAHIER DES CHARGES DU PRESTATAIRE CO-TRAITANT

APPEL D OFFRES ET CAHIER DES CHARGES DU PRESTATAIRE CO-TRAITANT 1 APPEL D OFFRES ET CAHIER DES CHARGES DU PRESTATAIRE CO-TRAITANT PROGRAMME INITIATIVE POUR L EMPLOI DES JEUNES PILOTÉ PAR LA MISSION LOCALE DU BASSIN CARCASSONNAIS Formation SST Le programme opérationnel

Plus en détail

Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada

Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada Numéro de la recommandation et date REC-2010-1 (29/03/2010) REC-2010-2 (29/03/2010) REC-2010-3 (29/03/2010) REC-2010-4

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) Titre : Responsable de l'application : Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Direction des Services de la formation professionnelle Adoption

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

Les composantes de la réussite scolaire

Les composantes de la réussite scolaire Les composantes de la réussite scolaire Cognitives Culturelles Physiologiques Psychologiques Sociologiques Que devons-nous privilégier dans cette notion polysémique? Sa mesure (évaluations, signalements,

Plus en détail

Mon portefolio de compétences

Mon portefolio de compétences portfolio de compétences 1 Nom prénom de l élève Année Classe Etablissement Mon portefolio de compétences portfolio de compétences 2 Les compétences que je dois avoir acquis en fin de scolarité obligatoire

Plus en détail

ÉVALUATION DU TRAVAIL D UN ÉTUDIANT PAR LE TUTEUR EN ENTREPRISE STAGE MULTIDISCIPLINAIRE

ÉVALUATION DU TRAVAIL D UN ÉTUDIANT PAR LE TUTEUR EN ENTREPRISE STAGE MULTIDISCIPLINAIRE ÉVALUATION DU TRAVAIL D UN ÉTUDIANT PAR LE TUTEUR EN ENTREPRISE STAGE MULTIDISCIPLINAIRE L entreprise Nom Le tuteur en entreprise Nom Titre de la fonction Numéro de téléphone Le stagiaire Nom Matricule

Plus en détail

L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014

L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014 l AREF Fès-Boulmane et le CRMEF de Missour en partenariat avec l Institut Français du Maroc - site de Fès ORGANISENT L UNIVERSITÉ DE PRINTEMPS 2014 PRIMAIRE COLLÈGE LYCÉE Du 14 au 16 avril 2014 CRMEF de

Plus en détail

Questions fréquemment posées

Questions fréquemment posées Questions fréquemment posées 1. Si mon auditoire cible est petit ou mon budget limité, ma demande de subvention à la formation médicale indépendante sera-t-elle tout de même prise en compte? 2. Les critères

Plus en détail

1. Présentation du projet

1. Présentation du projet SONDAGE RAPPROCHER L ÉCOLE DES FAMILLES 1. Présentation du projet Le 31 mars dernier, une soirée d échanges à l intention des parents a été organisée par l Organisme de participation des parents de l école

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf

Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf ANALYSE PÉDAGOGIQUE ET DIDACTIQUE Stéréogrammes sur Excel Par Vincent Papillon, Collège Jean-de-Brébeuf Critères 1. Développement de l autonomie dans l apprentissage des élèves Évaluation Passif 1 2 3

Plus en détail

Standard de la section 3 MDC du Collège royal

Standard de la section 3 MDC du Collège royal Standard de la section 3 MDC du Collège royal Cette présentation a été développée en collaboration avec le département de l accréditation du Collège royal Déclaration de conflits d intérêts Créé le 20

Plus en détail

Grille d analyse des outils d intervention en éducation pour la santé

Grille d analyse des outils d intervention en éducation pour la santé Grille d analyse des outils d intervention en éducation pour la santé 53 La Direction des affaires scientifiques (Das) de l Inpes a construit une grille d analyse à partir de la liste des critères de qualité

Plus en détail

1 semaine avant le début de la formation session@institutbioforce.fr. accessible ICI

1 semaine avant le début de la formation session@institutbioforce.fr. accessible ICI Gestion de projet Acquérir les outils et méthodes nécessaires pour mettre en place un dispositif de suivi et d évaluation dans le cadre d un projet: représenter les processus de suivi et d évaluation au

Plus en détail

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020

COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE. Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 COMITÉ D ÉTHIQUE DE SANTÉ PUBLIQUE Avis sur le Plan régional de surveillance du Saguenay Lac-Saint-Jean 2014-2020 AUTEUR Comité d éthique de santé publique RÉDACTEURS Michel Désy France Filiatrault Comité

Plus en détail

Vers une intégration pédagogique des TICE

Vers une intégration pédagogique des TICE Formation F3MITIC Vers une intégration pédagogique des TICE Scénario lié aux modules 1 et 2A Marc EBNETER Gilbert LIPPUNER André VIEKE 28 septembre 2001 - Version: 1.00 Discipline ou domaine: pédagogie

Plus en détail

Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada

Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada 12 2 Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada Table des matières Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada Résumé...227 Contexte...229 Affaires étrangères

Plus en détail

Constats et questions des repfrans au sujet du test à l embauche dans les collèges Bilan de la Journée Repfran du 26 septembre 2014

Constats et questions des repfrans au sujet du test à l embauche dans les collèges Bilan de la Journée Repfran du 26 septembre 2014 Constats et questions des repfrans au sujet du test à l embauche dans les collèges Bilan de la Journée Repfran du 26 septembre 2014 Test à l embauche dans les collèges : où en sommes-nous? Vers quoi allons-nous?

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DIRECTION DE LA FORMATION ET DU PERFECTIONNEMENT

MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DIRECTION DE LA FORMATION ET DU PERFECTIONNEMENT REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DIRECTION DE LA FORMATION ET DU PERFECTIONNEMENT Projet MENFP-MAECD-UNESCO «Amélioration de la qualité de la formation

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

Façonnez. votre avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom.

Façonnez. votre avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Façonnez votre avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Prêt pour le marché du travail Un apprentissage professionnel vous permet d accéder directement à la vie professionnelle en

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES LISTE DES ANNEXES

TABLE DES MATIÈRES LISTE DES ANNEXES Page 1 TABLE DES MATIÈRES PROCÉDURE D APPLICATION DES PÉNALITÉS POUR REFUS DE PARTICIPER AUX ÉTUDES DE COÛTS DE PRODUCTION DU PROGRAMME D ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES (ASRA)... 2 1. MISE

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PASSAGE ET LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES EN CLASSE ORDINAIRE AUX ORDRES D ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE

POLITIQUE SUR LE PASSAGE ET LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES EN CLASSE ORDINAIRE AUX ORDRES D ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP Code : SE 1999 03 En vigueur : 1999 01 13 Approbation : Conseil des commissaires CC 1999-01-97 POLITIQUE SUR LE PASSAGE ET LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES EN

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION. Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008

RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION. Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008 ED/BIE/CONFINTED/48/RN Genève, 7 décembre 2007 Original : anglais RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008 A. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

Curriculum de traduction

Curriculum de traduction CENTRES REGIONAUX DES METIERS FILIERE DE QUALIFICATION DES PROFESSEURS DU SECONDAIRE QUALIFIANT Curriculum de traduction Unité Centrale de la Formation des Cadres Juillet 2012 Module 1 INTRODUCTION GENERALE

Plus en détail