Il n y a pas que les caractères qui soient incompatibles. Bertrand Décaudin Pharmacien PU-PH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Il n y a pas que les caractères qui soient incompatibles. Bertrand Décaudin Pharmacien PU-PH"

Transcription

1 Il n y a pas que les caractères qui soient incompatibles Bertrand Décaudin Pharmacien PU-PH

2 L auteur n a pas déclarer de conflit d intérêt

3 3 Plan Dispositifs médicaux, conditions de perfusion et mise à disposition de médicaments Interactions contenant-contenu Incompatibilités médicamenteuses Décaudin Genay; Techniques pharmaceutiques et bon usage du médicament

4 4

5 Compa(bilité physico- chimique Interac(on = fonc(on (temps de contact) 4 types d interac(on Adsorp(on Absorp(on Désorp(on Perméa(on U(lisa(on préféren(elle PVC sans DEHP Polyoléfines (PE, PP) Polyuréthane Mul(couche

6 Phénomènes observés Phénomènes de sorp(on Principe ac(f intact è Paroi Adsorp(on Absorp(on Principes ac(fs concernés Nitroglycerine, diazepam, warfarine, vitamine A, dac(nomycine, insuline Moorhacht P, Chiou WL. Interactions between drugs and plastic intravenous fluid bags: I. Sorption studies in 17 drugs. Am J Hosp Pharm. 1974; 31: 72-78

7 Phénomènes observés Adsorp(on Interac(on molécule de PA ó surface du disposi(f Essen(ellement molécules avec noyau aroma(que Impact ++ ó PA en faible concentra(on en solu(on è Phénomène de satura(on des sites de liaison à la surface du disposi(f Trissel LA. Drug stability and compatibility issues in drug delivery. Cancer Bull. 1990; 42: 393-8

8 Phénomènes observés Absorp(on Pénétra(on du PA à l intérieur du disposi(f Essen(ellement les molécules lipophiles Exemple type è PA lipophile et PVC plas(fié è PE ou PP pour PA lipophile Trissel LA. Drug stability and compatibility issues in drug delivery. Cancer Bull. 1990; 42: Illium L, Bundgaard H. Sorption of drugs by plastic infusion bags. Int J Pharmaceutics. 1982; 10:

9 Interaction contenant-contenu Phénomènes de sorption Diazepam Kambia NK et al. J Pharm Biomed Anal Feb 23;37(2):

10 Interaction contenant-contenu Phénomènes de sorption Hewson MP et al, J. Paediatr. Child Health (2000) 36,

11 Interaction contenant-contenu Phénomènes de sorption Hewson MP et al, J. Paediatr. Child Health (2000) 36,

12 Interaction contenant-contenu Phénomènes de sorption Insuline

13 Phénomènes observés Phénomènes d extrac(on Relargage de plas(fiants (++) et d autres addi(fs! ne concerne pas que le PVC Impact ++ ó tensio- ac(fs, produits lipophiles (i.e. cremophor, polysorbate) Concentra(on, longueur du tube, débit, température de contact Moorhacht P, Chiou WL. Interactions between drugs and plastic intravenous fluid bags: II. Leaching of chemicals from bags containing various solvent media. Am J Hosp Pharm. 1974; 31: Kambia K et al. Evolution of childhood exposure to di(2-ethylhexyl)phtalate from perfusion kits during long-term parenteral nutrition. Int J Pharm. 2003; 262(83)

14 Extrac(on Exemple du DEHP Tubulure PVC Données toxicologiques Animal Rats et souris è Appareil reproducteur mâle Rongeurs è Foie Homme Peu de données confirmant les études animales There is limited evidence indicating a relation between DEHP exposures and specific effects in humans. It is recognised that especially the potentially high exposure during medical treatments raises concern, even in the absence of clinical or epidemiological evidence for harmful effects in humans. SCENIRH, 2007 Commission européenne, Scientific Committee on Emerging and Newly-Identified Health Risks. Juin 2007

15 Extrac(on des phtalates Exemple du DEHP Tubulure PVC Commission européenne Scien&fic Commi,ee on Emerging and Newly- Iden&fied Health Risks. Juin 2007 Confirma(on de la toxicité animale Défini(on de popula(on à haut risque d exposi(on Défini(on d actes à haut risque d exposi(on pour le pa(ent Analyse de la liyérature è peu de preuves de toxicité chez l homme Évalua(on des alterna(ves au DEHP

16 Extrac(on Exemple du DEHP Tubulure PVC Commission européenne Direc&ve 2007/47/CE Présence de phtalates (ex: DEHP) dans le disposi(f Disposi(fs concernés «Disposi&f des&né à administrer dans l'organisme et/ou à re&rer de l'organisme des médicaments, des liquides biologiques ou d autres substances ou des disposi&fs des&nés au transport et au stockage de ces liquides ou substances» qui con(ennent des phtalates Classés comme carcinogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduc(on, de la classe 1 ou 2 conformément à l'annexe I de la direc(ve 67/548/CEE è Ces disposi(fs doivent être é(quetés sur le disposi(f et/ou l emballage de chaque unité, l emballage de vente, en tant que disposi(f contenant des phtalates

17 Recherches d alterna(ves Disposi(fs médicaux sans PVC Disposi(fs médicaux sans DEHP et sans phtalates à risque CMR 1ou 2. Alterna(ves suggérées par le SCENIHR Limites du coextrudé Leaching of diethylhexyl phthalate from mul(layer tubing into etoposide infusion solu(ons Bagel- Boithias S et al. Am J Health Syst Pharm. 2005; 62(2): è DEHP leached rapidly from PVC, coextruded (PE/PVC), and triple- layered (PE/EVA/PVC) i.v. tubing into etoposide infusion solu&on.

18 Sources d informa(on Ouvrages de références Trissel LA. Handbook on injectable drugs. King JC. King guide to parenteral admixtures. Bing C. Extended stability for parenteral drugs. Hecq JD. Stabilité des médicaments injectables en perfusion. Bases de données Stabilis4. Vigneron J et al Concomp. BBraun

19

20 Types d incompa(bilités Incompa(bilités physico- chimiques médicamenteuses Réactions oxydo-réduction (ex.: cisplatine et aluminium) Photolyse (nitroprussiate, isoprénaline seringues opaques) Complexa(on (ex.: cesriaxone et sels de calcium) Réac(ons acido- basiques (ex.: furosémide et G5) Solubilité (ex.: précipita(on solu(on saturée mannitol 20% si T<15 C) Rupture émulsion Dégagement gazeux (ex.: bicarbonate Na et médicaments acides)

21 Conséquences Conséquences cliniques poten(ellement graves Obstruc(on cathéter Perte efficacité médicament (échec thérapeu(que) Forma(on dérivés toxiques Syndrome Inflammatoire de Réponse Systémique (SIRS)

22 Mesures de prévention Nombre de voies des cathéters veineux Filtre en ligne Protocolisation des perfusions Utilisation de codes couleur pour identifier les médicaments selon leur ph Bases de données

23 Filtres Cons(tu(on Embout d entrée luer- lock (femelle) Chambre Membrane hydrophobe (0,2µm) Membrane hydrophile 0,8µm à 0,45µm voire 1,2 µm 0,22µm Embout de sor(e luer- lock (mâle) Composi(on Polycarbonate & Polystyrène (boî(er) Polyamide & ABS (embout) Polyamide, ester de cellulose, polyéthersulfone, polystyrol, polystyrène ou acrylique (membrane hydrophile) Polytétrafluoroéthylène (membrane hydrophobe)

24 Filtres Point d attention Porosité 0,2-1,2 µm Durée d utilisation Selon les instructions du fabricants 24 à 96 h Technique de purge Selon les instructions du fabricants Filtre vertical purge à l envers

25 Filtres Point d attention Fixation des médicaments Impact Médicaments Insuline, gentamycine, cloxacilline, amphob Membrane AmphoB polyethersulfone OK AmphoB polyamide KO Concentration Débit Liste de médicaments compatibles avec le filtre

26 Filtres Etude monocentrique prospective PICU Jack T et al, Intensive Care Med 2012

27 Protocoles et base de données

28 Autre approche

29 Objectifs de l étude Evaluer l impact de différentes modalités de perfusion sur la formation d incompatibilités physico-chimiques médicamenteuses Déterminer si un montage de perfusion permettrait de perfuser simultanément plusieurs médicaments incompatibles entre eux Conjointement à solution d hydratation Même voie cathéter veineux central Etude 2 montages de perfusion Ø Rampe de robinets et prolongateur Ø Dispositif Edelvaiss Multiline Critère Débit d hydratation associé à la perfusion des médicaments incompatibles Objectif : débit d hydratation le plus bas possible

30 Matériels et méthodes (1) 1) Dispositifs médicaux Rampe de 6 robinets et prolongateur Robinet seringue contenant un médicament Robinets Distal CVC Proximal (SSI, Ringer, G5)

31 Matériels et méthodes (2) Dispositif Edelvaiss-Multiline Ø Prolongateur multi-lumières 7 PA + véhicule de perfusion/ hydratation Ø Voie spécifique HF (High Flow) Ø Volume résiduel lumière = 0,9 ml (~2,9 ml HF) Ø Valve unidirectionnelle à l extrémité proximale de chaque lumière Ø Extrémité distale du Multiline connectée à prolongateur cathéter veineux central (Vr 0,50 ml)

32 Matériels et méthodes (3) 2) Médicaments utilisés Critères de choix thérapeu(que, pka, coûts 3 véhicules de perfusion Sérum salé isotonique (SSI ou NaCl 0,9%), Ringer, Glucose 5% (G5) Médicaments basiques Médicaments acides Furosémide 10mg/ ml (pure) Pantoprazole 0,8mg/ ml (dilué) Amoxicilline/Acide clavulanique 20mg/ ml (dilué) Amiodarone 6mg/mL (diluée) Dobutamine 5mg/mL (dilué) Midazolam 1mg/mL (dilué) Observation visuelle pka ph mesuré médiane [min; max] Limpide 3,90 9,05 [8,96 ; 9,30] Limpide 3,92 ; 8,19 9,30 [8,91 ; 9,32] Jaune pâle 2,40 ; 7,40 ; 9,01; 10,29 8,82 [8,77 ; 8,89] Limpide 6,56 4,18 [4,16 ; 4,40] Limpide 9,45 3,66 [3,64 ; 3,71] Limpide 6,20 3,61 [3,59 ; 3,64]

33 Matériels et méthodes (4) 3) Equipements Ø Station de perfusion Base Intensive Orchestra (Fresenius Kabi, France) Ø Pousse-seringues électriques (PSE) seringues 50 ml Luer- Lock Ø Pompe volumétrique à système péristal(que PSE (module DPS) Pompe (module MVP) Station de perfusion

34 Matériels et méthodes (5) Ø Compteur de particules APSS-2000 (PMT, Dourdan, France) Ø Compteur volumétrique Ø Extinction de lumière Ø ph-mètre SB70P Symphony (VWR, France)

35 Matériels et méthodes (6) 4) Méthode expérimentale Plan d expérience 2 parties - Caractérisation des réactions physico-chimiques par mélanges extemporanés - Etude de l intérêt du dispositif multi-lumières par simulation de perfusion Mélanges extemporanés Equivolumiques Chaque condition 3 essais Rapport de tout signe d incompa(bilité physico- chimique visible Evalua(on forma(on précipité selon condi(on simula(on perfusion 6 PSE 6 seringues contenant les 6 médicaments Furosémide seringue + prolongateur opaques Purge automa(que avant démarrage PSE Médicament 1 seule condi(on débit/concentra(on testée

36 22/05/13 Plan d expérience suivi pour chaque condition testée Pour chaque condition débit ini(al du véhicule hydrata(on fixé à 100 ml/h

37 Résultats (1) 22/05/13 1) Mélanges extemporanés Molécules Modifications visuelles ph mesuré (médiane [min ; max]) Présence signe d incompatibilité visible oui/non Furosémide+Amiodarone Trouble immédiat 6,70 [6,67 ; 6,75] Oui Furosémide+Midazolam Opacité blanche immédiate 5,62 [5,60 ; 5,66] Oui Furosémide+Dobutamine Opacité blanche immédiate 6,29 [6,25 ; 6,34] Oui Pantoprazole+Dobutamine Limpide 7,50 [7,40 ; 7,58] Non Amox/Ac. clav+amiodarone Léger trouble 8,49 [8,45 ; 8,57] Oui Amox/Ac. clav+midazolam Léger trouble - blanc immédiat 8,52 [8,47 ; 8,61] Oui Furosémide+Pantoprazole+ Amiodarone+Midazolam Trouble immédiat 5,91 [5,87 ; 5,98] Oui Furosémide+Pantoprazole+ Trouble puis opacité blanc Amiodarone+Dobutamine laiteux 7,03 [6,94 ; 7,10] Oui Furosémide+Pantoprazole+ Midazolam+Dobutamine Opacité blanc laiteux 5,97 [5,87 ; 6,17] Oui Furosémide+Amox/ Ac.clav +Amiodarone+Midazolam Limpide 8,29 [8,21 ; 8,33] Non Pantoprazole+Amox/Ac. Clav+ Amiodarone+Dobutamine Léger trouble 8,21 [8,19 ; 8,23] Oui Pantoprazole+Amox/Ac.clav+ Amiodarone+Midazolam Limpide 8,20 [8,15 ; 8,28] Non Furosémide+Pantoprazole+ Amox/Ac.clav +Amiodarone+ Léger trouble 8,15 [8,06 ; 8,18] Oui

38 Résultats (2) 2) Observation visuelle et comptage particulaire des simulations de perfusion Perfusion simultanée de 2 médicaments M6 100 M Valeurs les + basses de débit de perfusion (ml/h) des véhicules d hydratation pour lesquelles la solution perfusée satisfait à l observation visuelle et au comptage particulaire M2 M M M 2 M6 100 M M2 M5 SSI Rampe M4 M3 M 5 Ringer Rampe M 4 M 3 M5 G5 Rampe M4 M3 M1 : Furosémide + Midazolam M2 : Amox/Clav + Midazolam M3 : Amox/Clav + Amiodarone M4 : Furosémide + Amiodarone M5 : Furosémide + Dobutamine M6 : Pantoprazole + Dobutamine

39 Résultats (3) M6 Perfusion simultanée de 4 médicaments 100 M Valeurs les + basses de débit de perfusion (ml/h) des véhicules d hydratation pour lesquelles la solution perfusée satisfait à l observation visuelle et au comptage particulaire M2 M6 100 M M2 M M 1 M 2 M5 M3 M5 M3 M 5 M 3 SSI Rampe M4 Ringer Rampe Perfusion simultanée de 6 médicaments Ø Précipité banc dès 100 ml/h Ø Turbidité éluât rampe +++, absente avec le Multiline M4 G5 Rampe M1 : Furosémide+Amox/Clav+Amiodarone +Midazolam M2 : Furosémide+Pantoprazole+Amiodarone +Midazolam M3 : Furosémide+Pantoprazole+Amiodarone +Dobutamine M4 : Furosémide+Pantoprazole+Midazolam +Dobutamine M5 : Pantoprazole+Amox/Clav+Midazolam +Dobutamine M6 : Pantoprazole+Amox/Clav+Amiodarone +Dobutamine M 4

40 Conclusion 2 paramètres à considérer Débit de la solution d hydratation Type de dispositif utilisé Hypothèse prévention incompatibilités confirmée Intérêt Multiline géométrie innovante Temps contact entre médicaments limité/rampe Avantage certain en clinique au vu des conséquences potentiellement graves des incompatibilités physico-chimiques Obstruction cathéter Perte efficacité médicaments (échec thérapeutique) Formation de dérivés toxiques

41 Au final Bien choisir ses dispositifs Bien définir ses besoins Se former Connaître les interactions Connaître les médicaments incompatibles

Rappel théorique: Les incompatibilités physico-chimiques (IPC)

Rappel théorique: Les incompatibilités physico-chimiques (IPC) Rappel théorique: Les incompatibilités physico-chimiques (IPC) 2 Déf.: réaction chimique ou physicochimique reproductible entre un ou plusieurs composants de médicaments mis en contact à l occasion d une

Plus en détail

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix Perfusion Bonnes pratiques IFSI - CH Roubaix Marion Coussemacq - 2012 Généralités Définition : Acte infirmier sur prescription médicale consistant à administrer par voie parentérale une préparation injectable

Plus en détail

ALARMES D OCCLUSION ET INCOMPATIBILITES MEDICAMENTEUSES: utilité des filtres en ligne

ALARMES D OCCLUSION ET INCOMPATIBILITES MEDICAMENTEUSES: utilité des filtres en ligne ALARMES D OCCLUSION D ET INCOMPATIBILITES MEDICAMENTEUSES: utilité des filtres en ligne Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Mini-symposium: filtres en ligne pourquoi? Formation post-graduée de

Plus en détail

Pompes et Pousse-seringues seringues : Caractéristiques ristiques et limites

Pompes et Pousse-seringues seringues : Caractéristiques ristiques et limites Pompes et Pousse-seringues seringues : Caractéristiques ristiques et limites Laurent Gattlen CMD SMIA / CHUV 29.09.2009 MAITRISE UNIVERSITAIRE D'ETUDES AVANCEES EN PHARMACIE HOSPITALIERE (MAS) SEMINAIRE

Plus en détail

Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation. Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct.

Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation. Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct. Gestion des catécholamines par les infirmières en réanimation Réanimation adulte Centre Hospitalier de Pau CREUF PERIGUEUX oct. 2012 L hôpital de PAU Environ 700 lits Diverses spécialités : médecine différentes

Plus en détail

Congélation des préparations injectables prêtes à l'emploi. 1. Introduction. 12 èmes Journées du GERPAC, 7-9 octobre 2009

Congélation des préparations injectables prêtes à l'emploi. 1. Introduction. 12 èmes Journées du GERPAC, 7-9 octobre 2009 Congélation des préparations injectables prêtes à l'emploi 12 èmes Journées du GERPAC, 7-9 octobre 2009 J.-D. HECQ Pharmacien Hospitalier Docteur en Sciences Pharmaceutiques Chef de Département Cliniques

Plus en détail

intradermique de Bléomycine

intradermique de Bléomycine Stabilité physico-chimique chimique d un d mélange m intradermique de Bléomycine omycine Lidocaïne ne Adrénaline dilué en poche de Nacl 0,9 % Michael Chaussard, Christelle Elias, Antoine Petit, Patrice

Plus en détail

Les préparations ophtalmiques

Les préparations ophtalmiques Les préparations ophtalmiques Pharmacie galénique Objectifs Définir les. Connaître les critères de qualité de ces préparations. Distinguer entre les différentes formes de ces préparations, leurs spécificités

Plus en détail

PEGA PCA L excellence dans le traitement de la douleur!

PEGA PCA L excellence dans le traitement de la douleur! PEGA PCA L excellence dans le traitement de la douleur! Plus de 20 années d expériences font des pompes à perfusion PEGA des produits de pointe dans le domaine de la technologie de perfusion tout à fait

Plus en détail

Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile

Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile La NP consiste à administrer, par perfusion intraveineuse, un mélange nutritif complet. Le plus souvent la prescription en ville se résume à un mélange

Plus en détail

!"#$%#&'()(*)+$(,&$'+*'-.,

!#$%#&'()(*)+$(,&$'+*'-., 0(-&"&1&)*$)23#*"'+'."$)*$)4'(5+!"#$%&"'()*$)+,$(-$".($/$(& Résidents / Moniteurs cliniques!"#$%#&'()(*)+$(,&$'+*'-., Pharmacie Les heures d ouverture de la pharmacie sont de 8 h à 18 h du lundi au

Plus en détail

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions Préparations pharmaceutique Cours de en 2ème petites Année quantités de Master en Pharmacie Liquides oraux : solutions, Préparation sirops pharmaceutique et suspensions en petites quantités Section des

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile. Nouvelle Législation

NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile. Nouvelle Législation NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile Nouvelle Législation 1 Refonte de la LPP avec individualisation des prestations relatives à la nutrition parentérale CE QUI

Plus en détail

Procédure de reconstitution des médicaments utilisés en anesthésie au CHLS (adultes)

Procédure de reconstitution des médicaments utilisés en anesthésie au CHLS (adultes) Procédure de reconstitution des médicaments utilisés en au CHLS (adultes) Rédaction : M. KHALED, V. BOUCHE Validation : V. PIRIOU, R. GIRARD, C. STAMM Date : le 20/02/2007 Groupe de travail : V. BOUCHE,

Plus en détail

Etudes de stabilité des médicaments en pharmacie hospitalière Pourquoi et comment? DU de Pharmacie Oncologique Nancy

Etudes de stabilité des médicaments en pharmacie hospitalière Pourquoi et comment? DU de Pharmacie Oncologique Nancy Etudes de stabilité des médicaments en pharmacie hospitalière Pourquoi et comment? DU de Pharmacie Oncologique Nancy J Vigneron 13 juin 2006 Plan zpourquoi réaliser des études de stabilité? zcomment réaliser

Plus en détail

CYTO. Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et Connect Z ONCE

CYTO. Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et Connect Z ONCE CYTO Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et CYTO Préparer les cytostatiques Ces instructions sousentendent le respect des règles d hygiène et de sécurité sanitaires. Préparation : Sortir le, le spike CODAN,

Plus en détail

Catécholamines en réanimation

Catécholamines en réanimation Catécholamines en réanimation Dahbia REGAD Arnaud MALATRAY Réanimation Médicale Groupement Hospitalier Edouard Herriot LYON Perfusion des organes Pour éteindre un incendie, le pompier va avoir besoin :

Plus en détail

Déclaration de liens d intérêts

Déclaration de liens d intérêts Déclaration de liens d intérêts 2 Aucun lien d intérêt avec l industrie pharmaceutique à déclarer Problématique 3 Constat CHRUB : Plusieurs types d incidents signalés : Incompatibilités médicamenteuses

Plus en détail

Incidents de perfusion aux soins intensifs de pédiatrie : existe-t-il un lien entre les alarmes d'occlusion et des incompatibilités médicamenteuses?

Incidents de perfusion aux soins intensifs de pédiatrie : existe-t-il un lien entre les alarmes d'occlusion et des incompatibilités médicamenteuses? Pharmacie des Hôpitaux Universitaires de Genève Incidents de perfusion aux soins intensifs de pédiatrie : existe-t-il un lien entre les alarmes d'occlusion et des incompatibilités médicamenteuses? Travail

Plus en détail

Dossier Technique 2 Page 1/5 Ed 1 11/02. Chambre SANS PVC

Dossier Technique 2 Page 1/5 Ed 1 11/02. Chambre SANS PVC Dossier Technique 2 Page 1/5 Ed 1 11/02 Chambre SANS PVC 2 DOSSIER TECHNIQUE D'UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE FABRICANT : DORAN INTERNATIONAL / PMH SITE DE FABRICATION : UNITE DE PRODUCTION AU PORTUGAL

Plus en détail

Enseigner la formulation chimique. Vangelis Antzoulatos, Lycée de l Escaut

Enseigner la formulation chimique. Vangelis Antzoulatos, Lycée de l Escaut Enseigner la formulation chimique Vangelis Antzoulatos, Lycée de l Escaut La formulation Définition, importance économique La formulation RSC : Tout ce qui a trait à la conception des produits de tous

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

CPRE: principe duodénoscope

CPRE: principe duodénoscope CPRE: indications Le cathétérisme endoscopique bilio-pancréatique peut être utile pour déterminer l origine de troubles hépatiques comme l'apparition d'un ictère (jaunisse), de douleurs abdominales, de

Plus en détail

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE Page 1/9 LE MATERIEL 2 piles 1.5 volts AA Une pompe CADD LEGACY Une sacoche Une clé RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE FICHE TECHNIQUE FT3 09/11/2012 Version 2 Page 2/9 PREPARATION DE LA CASSETTE

Plus en détail

Journées Euro-Pharmat NICE 13-14-15 Octobre 2015

Journées Euro-Pharmat NICE 13-14-15 Octobre 2015 2 1. Scenario 1 : 11. Matériels utilisés : Pousse Seringue Electrique PSE Poches et flacons semi-rigides Colorants Perfuseurs, Prolongateur PSE, Prolongateurs standards, Rampes, Robinets, Valves AR, Valves

Plus en détail

Perfusion - Quelques chiffres

Perfusion - Quelques chiffres Perfusion - Quelques chiffres En France chaque année : 131.10 6 poches et 400.10 6 ampoules verre soit environ 500 000 hectolitres production des vins de Touraine 75.10 6 perfuseurs 32.10 6 cathéters périphériques

Plus en détail

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest

PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line. PICC-line: matériel. PICC-line: matériel. Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Dr thomas Hebert Service de Radiologie CHU de Brest PICC-line Peripheric Inserted Central Catheter PICC-line Cathéter veineux inséré dans une veine périphérique profonde du bras, PICC-line dont

Plus en détail

Vivaspin 500 µl et 2 ml

Vivaspin 500 µl et 2 ml Caractéristiques techniques et mode d emploi Vivaspin 500 µl et 2 ml À usage in vitro uniquement 85032-539-17 85032-539-17 Vivaspin 500 µl et 2 ml Introduction Conditions de stockage Durée de vie Les colonnes

Plus en détail

Matériel d'hôpital. - Masques -

Matériel d'hôpital. - Masques - Matériel d'hôpital - Masques - Masques à coussin d'air Les masques à coussin d'air ont une forme anatomique et sont très doux et agréables à porter grâce à leur étanchéité à coussin d'air. Le code de coloris

Plus en détail

UE6 cours 6 Production du médicament

UE6 cours 6 Production du médicament UE6 cours 6 Production du médicament 6.4 Production du MédicamentM Production industrielle et changement d éd échelle Assurance qualité Bonnes Pratiques Etude de procédés s et matériels adaptés à la production

Plus en détail

LA RECONSTITUTION, LE DOSAGE ET L ADMINISTRATION

LA RECONSTITUTION, LE DOSAGE ET L ADMINISTRATION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament VELCADE de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions?

Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Relais de la perfusion de Catécholamines : Quelles solutions? Laurent ARGAUD Réanimation Médicale Groupement Hospitalier Edouard Herriot laurent.argaud@chu-lyon.fr Incidents lors des relais de seringues

Plus en détail

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 Session ide Dispositifs médicaux de perfusion en 2008 Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 1 Pôle d Anesthésie Réanimation Hôpital Salengro 2 SAMU 59 CHRU Lille La perfusion est un acte courant dans tous les

Plus en détail

Nettoyeur Haute Pression Thermique

Nettoyeur Haute Pression Thermique Nettoyeur Haute Pression Thermique Sécurité Ce manuel contient des informations dont vous devez prendre connaissance et comprendre. Il en va de votre sécurité et de la longévité du matériel. Risque d explosion

Plus en détail

Pharmacien HPST. Territoire de santé Soins de premiers recours. Circuit du médicament Maintien a domicile Coopération professionnelle.

Pharmacien HPST. Territoire de santé Soins de premiers recours. Circuit du médicament Maintien a domicile Coopération professionnelle. Pharmacien HPST Territoire de santé Soins de premiers recours Circuit du médicament Maintien a domicile Coopération professionnelle Pharma-MaDi Un dispositif territorial innovant pour la contribution du

Plus en détail

Rencontres avec l expert à propos du PICC*

Rencontres avec l expert à propos du PICC* Congrès SF2H 2012 Rencontres avec l expert à propos du PICC* * cathéter veineux central à abord périphérique Sébastien BOMMART, CHU MONTPELLIER Pascale CHAIZE, CHU MONTPELLIER Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

La technique des pompes pour l administration en ambulatoire

La technique des pompes pour l administration en ambulatoire La technique des pompes pour l administration en ambulatoire BOPPAss 19 et 24 novembre 2009 Brigitte Geubelle (Clinique St Luc Bouge) et France Duvivier (CHPLT Verviers) 1 PLAN A. Perf. continue / diffuseur

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière Prof. Pascal BONNABRY Formation des cadres au management «Gérer les incidents en milieu hospitalier» Genève, 19 novembre 2012

Plus en détail

Notice : information de l utilisateur. VPRIV 400 unités, poudre pour solution pour perfusion vélaglucérase alfa

Notice : information de l utilisateur. VPRIV 400 unités, poudre pour solution pour perfusion vélaglucérase alfa B. NOTICE 1 Notice : information de l utilisateur VPRIV 400 unités, poudre pour solution pour perfusion vélaglucérase alfa Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle

Plus en détail

SYSTEMES CLOS SANS AIGUILLES :

SYSTEMES CLOS SANS AIGUILLES : Europharmat Nantes 16 octobre 2007 SYSTEMES CLOS SANS AIGUILLES : LES CONNECTEURS POUR PERFUSION VEINEUSE Yves LURTON - Service des Achats Pharmaceutiques / CAMSP CHU RENNES LES OBTURATEURS Système ouvert

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES Session 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE ST2S SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 3 L usage de

Plus en détail

Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus

Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Congrès «La sécurité des patients en Suisse» Le risque La cible à atteindre Le risque zéro n existe pas Déterminer le niveau

Plus en détail

Le risque La cible à atteindre. Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus. Le risque zéro n existe pas

Le risque La cible à atteindre. Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus. Le risque zéro n existe pas Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Congrès «La sécurité des patients en Suisse» Le risque La cible à atteindre Le risque zéro n existe pas Déterminer le niveau

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

SESSION 15 Médicaments à haut risque 25/09/2013. Prof JD HECQ Pharmacien hospitalier Dr Sc Pharm Directeur du Département de Pharmacie Mont-Godinne

SESSION 15 Médicaments à haut risque 25/09/2013. Prof JD HECQ Pharmacien hospitalier Dr Sc Pharm Directeur du Département de Pharmacie Mont-Godinne SESSION 15 Médicaments à haut risque 25/09/2013 Prof JD HECQ Pharmacien hospitalier Dr Sc Pharm Directeur du Département de Pharmacie Mont-Godinne 2 Plan Identification des médicaments à haut risque Amélioration

Plus en détail

Voie Veineuse Centrale

Voie Veineuse Centrale Les procédures en réanimation 21/04/2010 Page 1/9 Rédaction : S. Marmilloud (IDET) Vérification : IDE V. Labat Approbation : Dr C. Santre 1 But Ce document décrit la procédure de mise en place et la surveillance

Plus en détail

Mallette «Chromatographie sur colonne»

Mallette «Chromatographie sur colonne» 1 MATERIEL 1.1 Contenu de la mallette 1.2 Description du matériel VANNE D INJECTION COLONNE SERINGUE D INJECTION RÉSERVE D ÉLUANT POMPE MISE SOUS TENSION SÉLECTEUR DE LA GAMME DE VITESSE X1 X10 MAX RÉGLAGE

Plus en détail

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central.

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central. Page : 1/7 Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central DESTINATAIRES - Cadres de santé - Pharmacie Centrale et Pharmacies d'etablissement - Tous les destinataires des classeurs CLIN - Tous les médecins

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

BON USAGE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE PERFUSION 2015 Groupe de travail CODIMS AP-HP

BON USAGE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE PERFUSION 2015 Groupe de travail CODIMS AP-HP Comité des Dispositifs Médicaux de la COMEDIMS APHP BON USAGE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE PERFUSION 2015 Groupe de travail CODIMS AP-HP Composition du groupe : - Coordinatrices : Catherine Fargeot, Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

EVALUATION DE L ERGONOMIE ET DE LA FIABILITÉ DES PERFUSEURS MÉCANIQUES

EVALUATION DE L ERGONOMIE ET DE LA FIABILITÉ DES PERFUSEURS MÉCANIQUES UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DES SCIENCES SECTION DE PHARMACIE Année Universitaire 2003/2004 Mémoire pour le travail de diplôme de chimie analytique pharmaceutique EVALUATION DE L ERGONOMIE ET DE LA FIABILITÉ

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Extraction d un liquide et isolement du liquide brut

Extraction d un liquide et isolement du liquide brut Extraction d un liquide et isolement du liquide brut 1- Isolement d un liquide : Pour retirer un liquide contenu dans un milieu réactionnel on peut : Hydrodistiller Le principe consiste à extraire le liquide

Plus en détail

BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace

BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace Un BIA à fibre-optique hautement efficace SENSATION PLUS est une innovation dans le domaine de l assistance hémodynamique. Il offre tous les avantages

Plus en détail

Critères d évaluation des ampoules à basse consommation d énergie et de longue durée de vie

Critères d évaluation des ampoules à basse consommation d énergie et de longue durée de vie Critères d évaluation des ampoules à basse consommation d énergie et de longue durée de vie Edition : juillet 2013 SuperDrecksKëscht B.P. 43 L-7701 Colmar-Berg Tél. : 00352 488 216 1 Fax : 00352 488 216

Plus en détail

FICHES DE DONNES DE SECURITE Selon le règlement CE 1907/2006 modifié par le règlement UE n 453/2010

FICHES DE DONNES DE SECURITE Selon le règlement CE 1907/2006 modifié par le règlement UE n 453/2010 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/MELANGE ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE 1.1 Identification de la substance/ mélange Nom de la substance/mélange : OXYDOR 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Qui suis-je? Chapitre 1 et 2 1. Représentation imagée d une vérité inaccessible par les sens. Modèle scientifique 2. Plus petite partie possible de la matière

Plus en détail

1. Les produits chimiques et leurs stockages

1. Les produits chimiques et leurs stockages 1. Les produits chimiques et leurs stockages BUT : Répondre à des questions telles que : Où trouve-t-on les produits chimiques? Quelles informations trouve-t-on sur les étiquettes? Comment les stocker?

Plus en détail

Maîtrise Universitaire en Pharmacie. Travail Personnel de Recherche

Maîtrise Universitaire en Pharmacie. Travail Personnel de Recherche Maîtrise Universitaire en Pharmacie Travail Personnel de Recherche Evaluation de l emploi de filtres pour les alimentations parentérales dans une unité de soins intensifs pédiatriques présenté à la Faculté

Plus en détail

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés physico-chimiques IV.1. Dénaturation Définition : Perte d activité biologique

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Nouveautés sur la voie intra-osseuse Voie intra-osseuse adulte. Dr Fortin Jean-Luc Praticien Hospitalier Samu 25 CHU J Minjoz - Besançon

Nouveautés sur la voie intra-osseuse Voie intra-osseuse adulte. Dr Fortin Jean-Luc Praticien Hospitalier Samu 25 CHU J Minjoz - Besançon Nouveautés sur la voie intra-osseuse Voie intra-osseuse adulte Dr Fortin Jean-Luc Praticien Hospitalier Samu 25 CHU J Minjoz - Besançon Pourquoi la voie intra-osseuse chez l adulte? Le problème clinique

Plus en détail

Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique

Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique Séminaire «Dispositifs médicaux et matériovigilance» P. Coti Bertrand 29 septembre 2009 Dénutrition sévère Indications Apports oraux insuffisants état

Plus en détail

Comment fabriquer une colle à partir du lait?

Comment fabriquer une colle à partir du lait? BTS Mil agroressources septembre 2010 TP N 1 CHIMIE Comment fabriquer une colle à partir du lait? Pour faire coaguler le lait, il y a 3 principales méthodes : - par action enzymatique (ex : de la pressure

Plus en détail

Chap2 Tests de reconnaissance de quelques ions.

Chap2 Tests de reconnaissance de quelques ions. Chap2 Tests de reconnaissance de quelques ions. Items Connaissances Acquis Formule des ions sodium, cuivre(ii), fer(ii), fer(iii) et chlorure Domaines d acidité et de basicité en solution aqueuse. Lien

Plus en détail

NOTICE. HYDROCORTISONE UPJOHN 100 mg, préparation injectable HYDROCORTISONE UPJOHN 500 mg, préparation injectable

NOTICE. HYDROCORTISONE UPJOHN 100 mg, préparation injectable HYDROCORTISONE UPJOHN 500 mg, préparation injectable NOTICE 1. IDENTIFICATION DU MEDICAMENT a) DENOMINATION HYDROCORTISONE UPJOHN 100 mg, préparation injectable HYDROCORTISONE UPJOHN 500 mg, préparation injectable b) COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Désignation commerciale : KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Date de création : 29/02/2000 Date de révision : 01/04/2005 FICHE DE DONNEES DE SECURITE

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

Gels. Gels Crèmes Pommades. Gels. Crèmes, pommades Préparation et gels des médicaments en petites quantités. Gels

Gels. Gels Crèmes Pommades. Gels. Crèmes, pommades Préparation et gels des médicaments en petites quantités. Gels Préparations des médicaments Cours de 2ème en petites Année quantités de Master en Pharmacie, pommades Préparation et gels des médicaments en petites quantités Section des Sciences pharmaceutiques 1 Dr.

Plus en détail

RVTM3 ASPIRATION REGULATEURS DE VIDE. Version française 07/2011. Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon

RVTM3 ASPIRATION REGULATEURS DE VIDE. Version française 07/2011. Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon Version française 07/2011 09/2011 Coordination : Serge Itzkowitch Création : Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon RVTM3 ASPIRATION rvtm3_8pages_31_08.indd 2 05/09/11 16:19 RVTM3 Le régulateur

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA Hôpitaux Universitaires de Genève Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef De la pharmacie au patient: comment réduire les erreurs? Etre les premiers pour Symposium vous Aguettant - SFAR 19 septembre 2013 2

Plus en détail

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents «Nouveaux» traitements pour polluants émergents Valérie HEQUET Colloque IMT «Ressources naturelles et environnement» les 5 et 6 Novembre 2014, Paris Laboratoire GEPEA UMR CNRS 6144 Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

VOIE PARENTERALE ET FORMES PHARMACEUTIQUES

VOIE PARENTERALE ET FORMES PHARMACEUTIQUES VOIE PARENTERALE ET FORMES PHARMACEUTIQUES 1 VOIE PARENTERALE ET FORMES PHARMACEUTIQUES I. Définitions II. Historique III. Voies d administration de la voie parentérale III-1. Indications de la voie parentérale

Plus en détail

PLAN LES PREPARATIONS POUR USAGE PARENTERAL 1. GÉNÉRALITÉS. 1.1. Définition des préparations pour usage parentéral

PLAN LES PREPARATIONS POUR USAGE PARENTERAL 1. GÉNÉRALITÉS. 1.1. Définition des préparations pour usage parentéral PLAN LES PREPARATIONS POUR USAGE PARENTERAL Dr I. LIMAYEM BLOUZA Pr.Ag Ph. Galénique 2013-2014 1 1. Généralités 2. Différentes catégories 3. Propriétés des préparations injectables 4. Les substances auxiliaires

Plus en détail

- excipient : toutes formes liquides. - lavage : verrerie, matériel

- excipient : toutes formes liquides. - lavage : verrerie, matériel 1) DEFINITIONS L'eau est utilisée comme: - excipient : toutes formes liquides - lavage : verrerie, matériel - agent externe (bain marie, vapeur ) 1 La pharmacopée définit plusieurs type d'eau: A) Eau purifiée:

Plus en détail

> SOMMAIRE. Avant-propos...

> SOMMAIRE. Avant-propos... > SOMMAIRE Avant-propos... XV CHAPITRE 1 : ASSURANCE QUALITÉ ET BONNES PRATIQUES DE FABRICATION... 1 1. BASES DE L ASSURANCE QUALITÉ... 4 Définitions et domaines d application... 4 Bonnes pratiques...

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = =

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = = 1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail

Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier

Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier AG des pharmaciens hospitaliers francophones de Belgique Pourquoi le pharmacien? «A la pointe de la gestion du processus et du

Plus en détail

Pharmacien d'officine Document professeur

Pharmacien d'officine Document professeur Pharmacien d'officine Document professeur Mathématiques, Physique Chimie et SVT 3 e Quelles approches dans les disciplines scientifiques et technologiques? Thèmes de convergence THÈME 5 : SANTÉ SVT : Les

Plus en détail

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters Le pansement idéal pour cathéters IV3000 diminue sensiblement le risque d infection en maintenant sec le site de ponction. IV3000 est jusqu à 8 fois plus efficace en terme d évaporation d humidité que

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Ballonnet de mesure HALO 360+ BX/3441C Ballonnet de mesure HALO 360+ BX/FL-200B Filtre HALO 360. Unité de commande : 1

FICHE TECHNIQUE. Ballonnet de mesure HALO 360+ BX/3441C Ballonnet de mesure HALO 360+ BX/FL-200B Filtre HALO 360. Unité de commande : 1 1- DISTRIBUTEUR Ballonnet de mesure HALO 360+ LIFE PARTNERS EUROPE 161 avenue Galliéni 93170 Bagnolet Tél. : 01 49 88 01 01 / Fax : 01 48 59 70 72 E-mail : life@lifeurope.com Site Internet : www.lifeurope.com

Plus en détail

Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide

Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide Pour une cryopréservation des échantillons biologiques de la plus haute qualité www.cryobiosystem.com Une meilleure qualité, flexibilité, efficacité

Plus en détail

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM ANNEXE 14 Exemples de modifications substantielles et non substantielles pour l ANSM NB Cette fiche aborde les attentes de l ANSM et n a pas trait aux attentes des comités de protection des personnes ().

Plus en détail

24 heures avec une gastrostomie

24 heures avec une gastrostomie 24 heures avec une gastrostomie 6 ème Congrès Dysphagie Octobre 2013 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute Indications de la gastrostomie bien plus nombreuses que le thème d aujourd hui Patients

Plus en détail

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 Concours PACES 2012-2013 Séance préparée par les tuteurs stagiaires QCM n 1 : L'amphétamine (masse molaire égale à 135 g.mol -1

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Choix de la nutrition artificielle : avantages et inconvénients des différentes techniques

Choix de la nutrition artificielle : avantages et inconvénients des différentes techniques Inter-CLANs Midi-Pyrénées 2013 Choix de la nutrition artificielle : avantages et inconvénients des différentes techniques Dr JM Conil Président du Comité d Ethique de la Recherche UF Réanimation polyvalente

Plus en détail

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE Ce document a été élaboré par le groupe de travail "EHPAD" de l'omedit de Haute- Normandie. Il s'agit d'une proposition de protocole d'insulinothérapie

Plus en détail

Le Transport des Matières Dangereuses

Le Transport des Matières Dangereuses Section des produits chimiques Service du pharmacien cantonal 24, avenue de Beau-Séjour 1206 Genève Le Transport des Matières Dangereuses tél.: 022/546.51.90(88) fax.: 022/546.51.89 section.toxiques@etat.ge.ch

Plus en détail

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau Journée d information & d échanges des fontainiers La désinfection de l eau La désinfection de l eau Le but de la désinfection La désinfection par le Chlore Les méthodes Le dosage Mesurer la teneur en

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

Article Insulib. Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale

Article Insulib. Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale Article Insulib Vers une nouvelle approche thérapeutique du diabète : l administration de l insuline par voie orale Le diabète et les chiffres Le diabète est une maladie dont l essor ne cesse de croître

Plus en détail

MODE OPERATOIRE. Modalités d'administration des médicaments injectables du chariot d'urgence

MODE OPERATOIRE. Modalités d'administration des médicaments injectables du chariot d'urgence MODE OPERATOIRE des médicaments injectables du chariot d'urgence OBJET ET DOMAINE D APPLICATION Ce document décrit les modalités de préparation, de d administration des médicaments injectables stockés

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments 1 2 Sommaire 1. Inspection visuelle (p.4) 2. Tests de réactions colorées (p.7) 2.1. Préparation d un comprime pour un test de réaction colorée (p.10)

Plus en détail