Cours N4 - Saison 2011/2012. La dissolution des gaz : Mécanismes et facteurs favorisants.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours N4 - Saison 2011/2012. La dissolution des gaz : Mécanismes et facteurs favorisants."

Transcription

1 Cours N4 - Saison 2011/

2 Plan du cours 1. Objectif / But 2. Rappels 3. La dissolution des gaz et les facteurs favorisants / La loi de Henry 4. Application à la saturation / désaturation 5. Conclusions 2

3 1. Objectif Objectif du cours : Coprendre le phénoène de dissolution des gaz et ses applications à la plongée, en tant que N4. 3

4 1. Objectif (suite) Pourquoi ce cours? Le phénoène de dissolution des gaz dans un liquide concerne directeent les plongeurs, qui dissolvent des gaz dans leur corps (N 2, O 2, CO 2 ). Coprendre ce phénoène et ses facteurs favorisants est donc iportant pour la gestion de la plongée et de la décopression en particulier. Ceci servira égaleent à coprendre les problèes de toxicité des gaz (N 2, O 2, CO 2 ) Assiiler ces écanises aidera le(la) guide de palanquée à assurer la sécurité de sa palanquée. De plus, ceci servira de base à la copréhension des éthodes d élaboration des tables et odèles de décopression. 4

5 2. Rappels Rappel des lois physiques : Les Pressions : Loi de Dalton : P abs = P at + P hydro avec P hydro ~ Prof/10 A tepérature et volue donné, la pression partielle d'un gaz dans un élange est égale à la pression, qu'il aurait, s'il occupait à lui seul le volue total. En conséquence, 1) La pression totale exercée par un élange est égale à la soe des pressions partielles des constituants. P él. = Pp gaz1 +Pp gaz2 +Pp gaz3 2) La pression partielle d un gaz est le produit de son pourcentage dans le élange et de la pression totale du élange. Pp gaz = % gaz x P él. 5

6 3. La dissolution des gaz Mise en évidence : Certains gaz peuvent se trouver dissous dans les liquides. Ex. : Gaz carbonique dans les eaux gazeuses (existence de bulles), Oxygène dans l eau (utilisé par les poissons ou autres aniaux pour vivre) Définition des solvants: Un solvant est un corps capable d absorber les olécules d un autre corps. 6

7 3. La dissolution des gaz (suite) Mécanise de la dissolution : G L Les olécules d un gaz G sont en peranence en ouveent. Elles peuvent s insérer entre les olécules d un liquide L, en fonction de la pression. A pression et tepérature constantes, autant de olécules de gaz pénètrent dans le liquide qu il n en sort. Cet état d équilibre est appelé état de saturation. Il sera aintenu tant que pression et tepérature resteront inchangées. Facteurs favorisants de la dissolution (notions qualitatives) : 2 principaux facteurs peuvent influer sur la qualité de la dissolution : Le gaz ; Le solvant. 7

8 3. La dissolution des gaz (suite) Facteurs favorisants de la dissolution (notions qualitatives, suite) : Influence du gaz : A solvant identique, on s aperçoit que plus les olécules d un gaz sont petites, ieux (plus vite) il se dissout. On parle alors de solubilité d un gaz, qui est sa faculté plus ou oins grande à se dissoudre dans un solvant. Ex : Utilisation de l Héliu pour la plongée Héliox ou Triix. Rearque : La solubilité de l Azote (N 2 ) est plus iportante avec les solvants huileux qu avec l eau. Ils disposent en effet de propriétés physico-chiiques particulières, que nous ne traiterons pas ici. Influence du solvant : A gaz identique, on s aperçoit, que plus les olécules d un solvant sont espacées, ieux il dissout le gaz. Ex : Le sang dissout plus vite l azote que les os. 8

9 3. La dissolution des gaz (suite) Facteurs favorisants de la dissolution (notions qualitatives, suite) : Influence de la pression : La loi de Henry : «A tepérature donnée et à saturation, la quantité de gaz dissous dans un liquide est proportionnelle à la pression exercée par ce gaz sur ce liquide.» 2P Gaz dissout G G L L 1 2 En 1, à saturation L contient une quantité de gaz G dissous sous la pression P En 2, à saturation L contient 2 fois plus de gaz dissous. Ex. : On dissout plus d azote avec la profondeur. Pression 9

10 3. La dissolution des gaz (suite) G L Facteurs favorisants de la dissolution (notions quantitatives): Influence de la tepérature : Si l on fait chauffer une casserole d eau, on rearque assez rapideent (avant ébullition) l apparition de petites bulles d air. L air dissous reprend sa fore gazeuse. La quantité de gaz dissous évolue donc à l inverse de la tepérature. S1 Influence de la surface de contact : P 1 Ex. : On dissout plus d azote lors des plongées en eau froide. G S2 L 2 En 1, à saturation L contient une quantité de gaz G dissous en fonction de la surface S1. En 2, à saturation L contient une quantité de gaz identique, ais dans un laps de teps plus iportant si S2 est oindre. Ex. : On dissout plus rapideent l azote si la surface des alvéoles pulonaires est plus grande, donc notaent au cours d un effort. 10

11 3. La dissolution des gaz (suite) Facteurs favorisants de la dissolution (notions quantitatives, suite): Influence de la durée : La dissolution d un gaz dans un solvant n est pas iédiate. Pour passer d un état de saturation à un autre, il faut un certain teps. Selon la loi de Henry en doublant la pression, on passe d une quantité de gaz dissous 1 à l état initial, à une quantité 2 à l état final. Après une durée T, la quantité passe de 1 à 1,5, soit la oitié de ce qui reste à dissoudre pour une coplète saturation. Après une nouvelle durée T la quantité est 1,75, soit à nouveau la oitié de ce qui restait à dissoudre, et ainsi de suite Théoriqueent, le nouvel état de saturation n est jaais atteint. Cet intervalle de teps T s appelle la «période» et caractérise un couple solvant-gaz. Le procédé est identique pour l éliination (désaturation). Ex. : On dissout plus d azote si le teps de plongée augente. 11

12 3. La dissolution des gaz (suite) Facteurs favorisants de la dissolution (notions quantitatives, suite): Influence de la durée (suite) : 2P 2P 2P 2P 2P 2P G L 1 Etat Initial 1 0 1,5 T 1,75 2T 1,875 3T 1,9375 4T teps 2 Etat final En pratique, on adet généraleent, pour siplifier, que le nouvel état de saturation est atteint au bout de 6T, où on atteint plus de 98% de la dissolution finale. 100% 87,5% 75% Pourcentage de saturation 50% dissolution éliination 0 T 2T 3T 4T 5T etc. teps 12

13 3. La dissolution des gaz (suite) Facteurs favorisants de la dissolution (notions quantitatives, suite): Influence de la durée (suite) : Ex. : La durée nécessaire à éliiner l azote est prise en copte par les dispositifs de gestion de la décopression (ou plutôt désaturation) coe les tables ou les ordinateurs. Ce teps d éliination de l azote sert notaent à déteriner les vitesses de reontée et les durées des paliers. Ceci explique aussi pourquoi des recoandations sont faites pour ne pas faire d apnée, aller en altitude ou prendre l avion directeent après une plongée. 13

14 3. La dissolution des gaz (suite) Facteurs favorisants de la dissolution (notions quantitatives, suite): Dissolution et diffusion : L1 et L2, 2 solvants non iscibles, G un gaz sous la pression P. L1 est oins dense que L2. Au bout de t, les 2 solvants sont saturés dans des proportions variables, fonction de leurs solubilités respectives. Ex. : Dans le corps huain, l azote se dissout d abord dans le sang, puis se diffuse dans les tissus irrigués par le sang. Les tissus sont ensuite classés selon leur période. Mélange gazeux : En appliquant la loi de Dalton, les quantités de gaz dissous sont déterinées par les pourcentages des constituants du élange. Ex. : Plongée Triix Définition de la Tension : La tension est la pression qu exerce un gaz dissout dans son solvant. On la note Tg. C est une pression partielle. Une «tension» s applique à un gaz dissout. Une «pression partielle» s applique à un gaz dans un élange. A saturation, on a Tg = Pp. G L1 L2 14

15 4. Application à la saturation / désaturation Facteurs favorisants de la dissolution (notions quantitatives, suite): Saturation : La saturation est l état d équilibre, où la quantité de gaz dissous dans un liquide devient stable. On a alors Tg = P (ou encore Tg/P = 1). Sous-saturation : La sous-saturation correspond à un déséquilibre teporaire. Le solvant doit dissoudre encore du gaz, avant d arriver à un nouvel état de saturation. On a alors oentanéent Tg < P (ou encore Tg/P < 1). Ex. : Lors de la descente le plongeur est globaleent en sous-saturation. Sursaturation : La sursaturation correspond au déséquilibre teporaire inverse. Le solvant doit éliiner du gaz avant d arriver à un nouvel état de saturation. On a alors teporaireent Tg > P (ou encore Tg/P > 1). Ex. : Lors de la reontée le plongeur est globaleent en sursaturation. 15

16 4. Application à la saturation / désaturation Facteurs favorisants de la dissolution (notions quantitatives, suite): Sursaturation critique: Chaque couple (solvant/gaz) possède un coefficient, dit de sursaturation critique (Sc). Si la sursaturation est telle que Tg/P > Sc, on est alors en situation de sursaturation critique et la désaturation se fait en laissant apparaître des bulles de gaz dans le solvant. Ex. : Une bonne désaturation pour le plongeur doit se faire sans bulle. La vitesse de reontée et les paliers de décopression servent à ne pas se ettre en situation de sursaturation critique, afin d éviter tout risque d accident de décopression. 16

17 5. Conclusions (1/2) Pour nous plongeurs, la dissolution de l azote dans le corps est donc principaleent déterinée par la profondeur et la durée. Elle est ensuite principaleent favorisée par : le froid ; l effort en plongée (agitation : irrigation des tissus / ventilation : surface d échange). La dissolution d autres gaz coe l O2 ou le CO2, peut égaleent avoir d autres conséquences plus ou oins gênantes sur l organise chez les plongeurs (cf cours sur les accidents). L éliination de ces gaz en fin de plongée est altérée par : le tabagise (surface d échange réduite au niveau des pouons) ; l ebonpoint (tissus graisseux : solvants plus efficaces de l azote) ; l âge et la éfore physique (circulation sanguine et ventilation oins efficaces pour acheiner l azote vers les pouons et l évacuer). Ces facteurs défavorisants pour l éliination seront développés plus apleent lors des cours sur l anatoie-physiologie et les accidents. 17

18 5. Conclusions (2/2) Il donc iportant de tenir copte de ces facteurs plus sérieuseent encore, pour gérer la décopression, et prévenir tout risque d accident (y copris ceux dus à d autres gaz que l azote) lorsqu ils sont intervenus de façon iportante au cours de la plongée. C est là une grande partie du rôle de prévention, que doit assurer le N4 pour la sécurité de sa palanquée. Ce cours servira égaleent à la copréhension des éthodes d élaboration des tables. Il sera donc repris à cette occasion prochaineent. Les prochains cours portent sur : Le sang et la circulation, Les accidents de décopression. Merci pour votre attention. 18

Cours N2 : Dissolution des gaz

Cours N2 : Dissolution des gaz Sommaire Cours N2 : Dissolution des gaz Justification ADD et tables de décompression Rappels Physique : la pression Composition de l air Mise en évidence Ennoncé de la loi de Henri Application à la plongée

Plus en détail

Dissolution des gaz Loi Henry

Dissolution des gaz Loi Henry Dissolution des gaz Loi Henry William HENRY ( 1775 1836) En 1803, William Henry, physicien et chimiste Anglais, présente la loi qui porte désormais son nom. Selon cette loi, en l absence de réaction chimique

Plus en détail

Physique Composition de l air, l dissolution des gaz et appareil respiratoire

Physique Composition de l air, l dissolution des gaz et appareil respiratoire Physique Composition de l air, l dissolution des gaz et appareil respiratoire Club du CSA de Ruelle Cours niveau 2 et 3 PSM - CSA Ruelle 2009 1 / 16 Introduction Sujets : la composition de l air et la

Plus en détail

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression Dissolution des Gaz & Accidents de décompression 1 Plan du cours Introduction Rappels Pression Composition de l air Pression partielle Courbe de sécurité Anatomie Dissolution des Gaz (Loi de Henry) Mise

Plus en détail

Physiologie. Physiologie. Physiologie. Buts. Objectifs. Rappel. Théorie. Contrôle des objectifs. Conclusions.

Physiologie. Physiologie. Physiologie. Buts. Objectifs. Rappel. Théorie. Contrôle des objectifs. Conclusions. Contenu du cours Buts. Objectifs. Rappel. Théorie. Contrôle des objectifs. Conclusions. Buts Etre conscient du phénomène de la saturation des tissus. Connaître les conséquences de la saturation sur la

Plus en détail

1 Pression atmosphérique en altitude

1 Pression atmosphérique en altitude Plongées et altitude 8. mars 200 Maud Quillon maud.quillon@gmail.com MOTS Clefs : altitude, ADD, variation de volume, adaptation des tables, étalonnage des instruments atmosphérique en altitude Quand on

Plus en détail

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

Cours Niveaux 3 LA REMONTEE - 1ère partie CB/03-2012

Cours Niveaux 3 LA REMONTEE - 1ère partie CB/03-2012 Cours iveaux 3 LA REMOTEE - 1ère partie Plan du cours La remontée est un moment crucial de la plongée puisque nous allons subir, comme à la descente, des variations de volumes mais nous devrons aussi veiller

Plus en détail

L accident de décompression. Jean-Luc HURTEL Cmas*** 1

L accident de décompression. Jean-Luc HURTEL Cmas*** 1 L accident de décompression Jean-Luc HURTEL Cmas*** 1 Plan du cours Introduction et rappels Principe de la dissolution des gaz Conséquences biologiques Symptomatologie de l ADD Facteurs favorisants Traitement

Plus en détail

2.x. L écoulement des liquides

2.x. L écoulement des liquides .x L écouleent des liquides près l étude de cette section, le lecteur pourra calculer le débit d un liquide dans une canalisation ainsi que la diinution graduelle de la pression causée par la résistance

Plus en détail

NOTIONS DE PHYSIQUE TABLE DES MATIÈRES. NIVEAUX 2 et 4

NOTIONS DE PHYSIQUE TABLE DES MATIÈRES. NIVEAUX 2 et 4 NOTIONS DE PHYSIQUE TABLE DES MATIÈRES NIVEAUX 2 et 4 1 CORRESPONDANCES ENTRE LES UNITÉS DE BASE 2 2 LA FORCE 2 3 LA MASSE 3 4 LE POIDS 3 5 LA MASSE VOLUMIQUE 4 6 LA DENSITÉ 4 7 LA PRESSION 4 8 NOTIONS

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS

LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS UE3 I) Niveaux d organisation de la matière A. Caractéristiques des 3 états de la matière 1 er niveau = atome. 2 ème niveau = molécule (H2O ; Buthane ; ADN). 3 ème niveau = état

Plus en détail

Les ordinateurs de plongée

Les ordinateurs de plongée NIVEAU 3 Les ordinateurs de plongée Tout le monde l utilise L arrivée des ordinateurs marque un progrès majeur dans la pratique de la plongée en scaphandre. Plus de calculs fastidieux d intervalles de

Plus en détail

S entraîner à VMA en ski de fond

S entraîner à VMA en ski de fond S entraîner à VMA en ski de fond Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale Aérobie correspond à la vitesse associée à la consommation maximale d oxygène, c'est-à-dire à VO2max. On entend parler aussi de

Plus en détail

Formation MF1. Éléments de physique dans l enseignement de la plongée. FFESSM comité Inter Régional LRMP

Formation MF1. Éléments de physique dans l enseignement de la plongée. FFESSM comité Inter Régional LRMP Formation MF1 Éléments de physique dans l enseignement de la plongée Enseigner de la physique...pourquoi? Pour comprendre et prévenir des accidents : Barotraumatismes, ADD, toxicités de gaz. Pour comprendre

Plus en détail

A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide.

A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide. : Constitution de la matière: Différentes phases de la matière: A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide. o Phase gazeuse:

Plus en détail

Lois physiques appliquées à la pratique de la plongée

Lois physiques appliquées à la pratique de la plongée T. Monnier janvier 2006 Lois physiques appliquées à la pratique de la plongée I. La pression La pression est une grandeur physique qui rend compte de l intensité d'une force par la surface sur laquelle

Plus en détail

TABLES SIMPLES NIVEAU 2

TABLES SIMPLES NIVEAU 2 TABLES SIMPLES NIVEAU 2 Objectif Etre capable d utiliser les tables pour le calcul d un palier en fonction du temps et de la profondeur de la plongée simple et consécutive et comprendre les abréviations..

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites

Les calculatrices sont interdites Les calculatrices sont interdites Ce sujet coporte deux problèes indépendants qui portent sur des thèes différents. Chaque problèe coporte plusieurs parties qui sont le plus souvent indépendantes les unes

Plus en détail

( ) ( ) U. c,e. Remarque : On s intéressera quasiment systématiquement à un système au repos dans le référentiel d étude. tot

( ) ( ) U. c,e. Remarque : On s intéressera quasiment systématiquement à un système au repos dans le référentiel d étude. tot herodnaique Le paragraphe I. est consacré à l introduction (d une partie) du vocabulaire de base de la therodnaique. Dans le paragraphe II., l étude d un sstèe particulier, le gaz parfait, peret une preière

Plus en détail

Physique Niveau Ⅳ Première Partie

Physique Niveau Ⅳ Première Partie Physique Niveau Ⅳ Première Partie Les pressions. La Flottabilité Archimède. La compressibilité des gaz Mariotte. Le gonflage des bouteilles. Son et Lumière en plongée. Exercices d application. Les pressions

Plus en détail

Qualification NITROX. Jean MARCILLY MF1 15775 Moniteur Nitrox 3231

Qualification NITROX. Jean MARCILLY MF1 15775 Moniteur Nitrox 3231 Qualification Jean MARCILLY MF1 15775 Moniteur Nitrox 3231 PLAN Plus d oxygène : 2 Qu est-ce que le Nitrox? Plus d oxygène : Mélange d oxygène et d azote dont le pourcentage en O 2 est supérieur à celui

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents

THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents 1 Les différents types d accidents Les barotraumatismes L essoufflement L accident de décompression Le froid 2 Les différents types d accidents de plongée 1

Plus en détail

CH.9 ÉNERGIES exercices - correction

CH.9 ÉNERGIES exercices - correction CH.9 ÉNERGIES exercices - correction SAVOIR SON COURS ❶ Choisir la bonne réponse : Enoncés Réponse A Réponse B Réponse C ❶ L énergie de position d un objet ❷ Lorsqu un objet tobe augente quand son altitude

Plus en détail

Physique : Comportement des gaz dans les mélanges

Physique : Comportement des gaz dans les mélanges Question 1 00PHY-DT-4-02(1) 1) Si l'on considère que la PpO2 max. admissible pour ne pas avoir d'accident hyperoxique est de 1.6b, quelle est la profondeur limite d'utilisation d'un mélange 60% N2, 40%

Plus en détail

S entraåner Ç VMA en ski de fond

S entraåner Ç VMA en ski de fond S entraåner Ç VMA en ski de fond 1. Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale AÉrobie correspond Ä la vitesse associåe Ä la consommation maximale d oxygéne, c'est-ä-dire Ä VO2max. On entend parler aussi

Plus en détail

Phys. N 11 La Pression. Exercices.

Phys. N 11 La Pression. Exercices. Phys. N 11 La Pression. Exercices. Moteur de Recherche sur le site Rechercher Recherche personnalisée Mode d'emploi Recherche générale Entrez les termes que vous recherchez. Envoyer un formulaire de recherche

Plus en détail

Cours Tables - Niveau 2

Cours Tables - Niveau 2 Cours Tables - Niveau 2 Pourquoi ce cours? Historique des tables Rappels : Décompression Courbe de sécurité Utilisation des tables : Limites Profils Paramètres Sommaire Partie 1 Présentation des tables

Plus en détail

LES ORDINATEURS DE PLONGEE

LES ORDINATEURS DE PLONGEE LES ORDINATEURS DE PLONGEE Les ordinateurs de plongée sont des calculateurs qui utilisent un algorithme (basé sur un modèle mathématique de charge et décharge du corps en azote) afin de déterminer les

Plus en détail

depth dive time max. depth deco info STOP NO STOP DIVE Ordinateur de décompression SPEED % S L O W Français DO NOT FLY DIVEPLAN LOGBOOK DESATURATION

depth dive time max. depth deco info STOP NO STOP DIVE Ordinateur de décompression SPEED % S L O W Français DO NOT FLY DIVEPLAN LOGBOOK DESATURATION M O D E D E M P L O I Français DIVE SPEED % DESATURATION DIVE SPEED % max. S L O W DO NOT FLY DIVEPLAN LOGBOOK STOP NO STOP ft m max. DESATURATION DO NOT FLY DIVEPLAN LOGBOOK S L O W Ordinateur de décompression

Plus en détail

Construire une stratégie pour l enseignement du système gonflable de sécurité dans le cursus de formation du plongeur

Construire une stratégie pour l enseignement du système gonflable de sécurité dans le cursus de formation du plongeur Construire une stratégie pour l enseignement du système gonflable de sécurité dans le cursus de formation du plongeur I Introduction 1-Généralités Le SGS permet : -la mise en sécurité du plongeur en surface

Plus en détail

La pression atmosphérique diminue avec l altitude. Le tableau suivant donne quelques valeurs de la pression barométrique pour quelques altitudes :

La pression atmosphérique diminue avec l altitude. Le tableau suivant donne quelques valeurs de la pression barométrique pour quelques altitudes : PRESSION ATMOSPHERIQUE ET PIO 2 La pression atmosphérique diminue avec l altitude. Le tableau suivant donne quelques valeurs de la pression barométrique pour quelques altitudes : altitude Arcachon (0 m)

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

Chimie cinquième - 2015/2016 Chapitre chimie 5.2 : L eau

Chimie cinquième - 2015/2016 Chapitre chimie 5.2 : L eau Chapitre Chimie 5.2 : L eau 1. Quels sont les états physiques de la matière? 2. Sous quel état est l eau des nuages? 3. A quoi ressemble la vapeur d eau? 4. Avec quoi mesure-t-on la température? 5. Quelle

Plus en détail

RAPPELS SUR LA CONDUCTIMETRIE

RAPPELS SUR LA CONDUCTIMETRIE Terinale S Chiie Chapitre TP b Correction RAPPES SUR A CONDUCTIMETRIE a cellule conductiétrique est constituée de deux électrodes conductrices. Elle peret de esurer la conductance G(solution) d une portion

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang Transport des gaz dans le sang A Introduction : La fonction respiratoire du sang représente le transport des gaz respiratoires: du poumon aux tissus pour l oxygène, en sens inverse pour le dioxyde de carbone.

Plus en détail

Chapitre 6 (Courant et résistance)

Chapitre 6 (Courant et résistance) . Déinitions 1. ntensité oyenne e courant. ntensité instantanée Plan e la 3 èe partie (Électrocinétique) Chapitre 6 (Courant et résistance) Q t Q (en père) t 3. Densité e courant (en père/ ) J. Théorie

Plus en détail

Deutsch. Smart Instructions. English. Français SWISS MADE BY UWATEC AG

Deutsch. Smart Instructions. English. Français SWISS MADE BY UWATEC AG Sart Instructions Français Deutsc Englis Sart Sart PRO OM SWISS MADE BY UWATE AG A propos de sécurité Avant d utiliser le Sart il faut lire attentiveent et coplèteent ce anuel. Vous devez lire attentiveent

Plus en détail

L A VAN DORMAEL PHILIPPE MONITEUR 1* 13 MARS 2009

L A VAN DORMAEL PHILIPPE MONITEUR 1* 13 MARS 2009 L A 1 VAN DORMAEL PHILIPPE MONITEUR 1* 13 MARS 2009 COURS SUR LA DIRECTION DE PALANQUEE 2 LA DIRECTION DE PALANQUEE 1 2 3 4 5 LE CHOIX DU SERRE FILELE BRIEFING LE RÔLE DU SERRE-FILE LA PLONGEE LE DEBRIEFING

Plus en détail

Impact des paramètres de surgélation sur les caractéristiques des denrées alimentaires

Impact des paramètres de surgélation sur les caractéristiques des denrées alimentaires Impact des paramètres de surgélation sur les caractéristiques des denrées alimentaires Adrien Agoulon Directeur, Agro-Hall Abstract : Des études diverses, sur les modifications d'état des produits alimentaires,

Plus en détail

EXAMEN NIVEAU II SESSION 2006

EXAMEN NIVEAU II SESSION 2006 EXAMEN NIVEAU II SESSION 2006 NOM : PRENOM : AGE : CLUB : Vous avez deux heures pour répondre aux questions. Prenez le temps de lire correctement l énoncé des questions. Pour les exercices de tables, vous

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

2015-2016 Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau

2015-2016 Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau Biochimie UE : 11 Pharmacotechnie et pharmacie galénique Qualité de l'eau Semaine : n 13 (du 30/11/15 au 04/12/15) Date : 03/12/2015 Heure : de 9h à 10h Professeur : Pr. Gayot Binôme : n 29 Correcteur

Plus en détail

PERMEABILITE DES POLYMERES

PERMEABILITE DES POLYMERES ANVAR PERMEABILITE DES POLYMERES I. NOTIONS SUR LE TRANSPORT GAZEUX DANS LES POLYMERES Il est généralement admis que les gaz traversent les films polymères denses par un processus de "dissolution-diffusion".

Plus en détail

Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN)

Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN) Mini dictionnaire de physique ( d après 5 ème BELIN) Année (une) : durée de la révolution de la Terre autour du Soleil. Une année est égalée 365,25 jours. Aqueux (adj.): se dit d'un mélange dont le constituant

Plus en détail

Accidents Barotraumatismes, accident de décompression d et noyade

Accidents Barotraumatismes, accident de décompression d et noyade Accidents Barotraumatismes, accident de décompression d (ADD) et noyade Club du CSA de Ruelle Cours niveau 2 et 3 PSM - CSA Ruelle 2009 1 / 29 Introduction Sujets : les accidents liés à la pression. La

Plus en détail

ACCIDENTS DE PLONGEE: PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE

ACCIDENTS DE PLONGEE: PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE ACCIDENTS DE PLONGEE: PRISE EN CHARGE PRE-HOSPITALIERE Introduction,historique Généralités,matériel Lois physiques et plongée Modifications physiologiques induites Toxicité des gaz Accidents de décompression(add)

Plus en détail

Cours Accidents Biochimiques

Cours Accidents Biochimiques Toxicité des gaz en plongée Justification Rappels Plongée à l air Intoxication O 2 Effet Paul Bert Effet Lorrain Smith Hyperoxie Hypoxie Intoxication N 2 Intoxication CO 2 Intoxication CO Intoxication

Plus en détail

Prévention des accidents en plongée 2

Prévention des accidents en plongée 2 Accidents 2 Préparation Niveau II Prévention des accidents en plongée 2 Accidents biophysiques Autres accidents Vincent BONNEMAISON Club Subaquatique de Charenton 1/14 Version 1 : Vincent Bonnemaison 22.01.2003

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION

PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION PHYSIOLOGIE DE LA RESPIRATION Elisabeth Le Rumeur 2011-12 Introduction Mécanique ventilatoire Échanges gazeux respiratoires Transport des gaz respiratoires (oxygène et CO2) par le sang Échanges gazeux

Plus en détail

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES...

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES... Cours prépa niveau 1 La Pression et ses effets sur l'organisme (Les barotraumatismes et la surpression pulmonaire) SITUATION : début de formation N1, 3 ème cours théorique. Cours n 1 : Le matériel de plongée

Plus en détail

G' 0 = - 30,9 kj.mol -1. ATP + H 2 O ADP + Pi

G' 0 = - 30,9 kj.mol -1. ATP + H 2 O ADP + Pi Énergie et métabolisme Les animaux trouvent la plupart de leur énergie dans l'oxydation des nutriments. La quantité d'oxygène absorbée peut permettre des mesures du métabolisme. Certains organismes peuvent

Plus en détail

Equilibre Liquide-Vapeur d un Système Binaire

Equilibre Liquide-Vapeur d un Système Binaire Equilibre Liquide-Vapeur d un Système Binaire 1 BUT... 2 2 THÉORIE... 2 2.1 LOI DE DLTON... 2 2.2 LOI DE ROULT... 2 2.3 LOI DE HENRY... 3 3 PRÉ RPPORT... 3 3.1 SYSTÈME BENZÈNE-TOLUÈNE... 3 4 PRTIE EXPÉRIMENTLE...

Plus en détail

10 Cycles frigorifiques

10 Cycles frigorifiques 14 mars 2003 Introduction 277 10 10.1 Introduction Dans la section 9.1, on a considéré des machines thermiques constituées de quatre processus distincts, mettant en œuvre soit des dispositifs à circulation

Plus en détail

Devoir Surveillé de Physique - Chimie n 3 - Mercredi 18 Novembre 2015 -

Devoir Surveillé de Physique - Chimie n 3 - Mercredi 18 Novembre 2015 - Devoir Surveillé de Physique - Chimie n 3 - Mercredi 18 Novembre 2015 - Durée : 3h00. Les calculatrices sont autorisées. Les trois parties sont complètement indépendantes. Tout résultat donné dans l énoncé

Plus en détail

5 La résistance électrique

5 La résistance électrique 5 La résistance électrique 5.1 La nature de la résistance électrique Expérience : Appliquons une tension U à un fil de cuivre de longueur et de diaètre connus et esurons l intensité du courant I. Ensuite,

Plus en détail

Présentation de la législation sur la réversion. Caisse Nationale d Assurance Vieillesse Direction Statistiques et prospective

Présentation de la législation sur la réversion. Caisse Nationale d Assurance Vieillesse Direction Statistiques et prospective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 09 juillet 2008-9 h 30 «Evolution des droits familiaux et conjugaux ; niveau de vie au moment du veuvage» Document N 14 Document de travail, n engage

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

FORMATION DE MONITEUR LE M* CMAS.CH PAR CROSS-OVER

FORMATION DE MONITEUR LE M* CMAS.CH PAR CROSS-OVER LE M* CMAS.CH PAR CROSS-OVER LE M1 CMAS.CH PAR CROSS-OVER M. ZÜRCHER 2010 Philosophie de la formation M1 par cross-over. Les objectifs de formation d un plongeur CMAS sont de préparer le plongeur à être

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf

Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf I Terminale S Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf Objectifs : - Etablir un protocole et le réaliser afin d extraire un colorant et l identifier par spectroscopie UV-visible. - Utiliser la loi

Plus en détail

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008 Un système de rafraîchissement hérité des romains est sorti de l'oubli : on l'appelle puits canadien quand il sert à préchauffer l'air extérieur l'hiver, puits provençal quand il sert à rafraîchir l'été,

Plus en détail

Chapitre 5 Les lois de la mécanique et ses outils

Chapitre 5 Les lois de la mécanique et ses outils DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 12:49 Chapitre 5 Les lois de la écanique et ses outils Table des atières 1 Les référentiels et repères 2 2 Les grandeurs de l évolution 2 2.1 Le vecteur de position..........................

Plus en détail

Table des matières. Equilibres de phases dans le cas des mélanges binaires. S.Boukaddid Equilibres binaires MP2

Table des matières. Equilibres de phases dans le cas des mélanges binaires. S.Boukaddid Equilibres binaires MP2 Equilibres de phases dans le cas des mélanges binaires able des matières 1 Mélange binaire-héorème des moments chimiques 2 1.1 Définitions....................................... 2 1.2 ariance........................................

Plus en détail

(bicarbonates ) et CO 3

(bicarbonates ) et CO 3 2/ Les eaux gazeuses LE SYSTÈME CARBONATE est l'ensemble formé par trois types de composés chimiques, qui sont : - dans l'atmosphère : le gaz carbonique (CO2) ; - dans l'eau : les composés de l'acide carbonique

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides»

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» (Méthode du flacon) 1. I N T R O D U C T I O N C o n n a i s s

Plus en détail

Le soleil, source d énergie pour la biosphère

Le soleil, source d énergie pour la biosphère 3. ENTREE DE L ENERGIE DANS LE MONDE VIVANT. Le soleil, source d énergie pour la biosphère Activités pratiques Ex.A.O. De la lumière solaire à la matière organique Connaissances La lumière solaire permet,

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance :

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance : Man Vs Woman Les femmes sont souvent considäräes comme Å le sexe faible Ç et on peut remarquer que dans certains sports, les femmes sont souvent en minoritä par rapport aux hommes. Vient s ajouter la diffärence

Plus en détail

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Ce chapitre est le chapitre central de la classe de Terminale STG. Il permet (en partie) de clore ce qui avait été entamé dés le collège avec les fonctions affines

Plus en détail

POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES

POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES Cette note complète la présentation pédagogique allégée de la pompe à chaleur, en traitant du cas où le fluide thermodynamique est un mélange de vapeurs. C est notamment

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Caisse de Pension Avenir de la caisse: Proposition du GT Fin Plan de la présentation Contexte Objectif Processus Démarches réalisées Solutions proposées Conclusion 2 1 Contexte Nouvelles exigences fédérales

Plus en détail

INTRODUCTION. CTD 29 / Formation N4 23/10/2010. Physique Cours n 1 (Pression, Mariotte, Charles)

INTRODUCTION. CTD 29 / Formation N4 23/10/2010. Physique Cours n 1 (Pression, Mariotte, Charles) INTRODUCTION 1 Éléments de physique & rappels 2 Compressibilité des gaz : principe et applications à la plongée 3 Influence de la température : principe et application à la plongée 4 Exercices complémentaires

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

Cours 4. Pour agir, il faut comprendre Pour comprendre, il faut connaître! L ordinateur de plongée L ADD. Xavier LAUNOIS. Yann LEGROS.

Cours 4. Pour agir, il faut comprendre Pour comprendre, il faut connaître! L ordinateur de plongée L ADD. Xavier LAUNOIS. Yann LEGROS. Xavier LAUNOIS E3 n 23013 E3 n 25061 L ordinateur de plongée L ADD 58 Pour agir, il faut comprendre Pour comprendre, il faut connaître! o L ordinateur de plongée L'ordinateur de plongée Le plongeur N2

Plus en détail

FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école. II A. Les mélanges de liquides

FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école. II A. Les mélanges de liquides FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école Shirley Allibon (shirley.baze@edu.ge.ch) Karl Perron (karl.perron@unige.ch) Partie II : les mélanges II A. Les mélanges de liquides II B. Les mélanges

Plus en détail

PLONGEUR EN AUTONOMIE 20 m

PLONGEUR EN AUTONOMIE 20 m PROFIL GENERAL Le plongeur titulaire de la qualification Plongeur Autonome 20 m (PA20) est capable de réaliser des plongées d exploration : Jusqu à 20 m de profondeur, au sein d une palanquée, en autonomie,

Plus en détail

1/4 2/4 3/4 4/4. 10. Estimation MTH2302D. S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016. (v1) MTH2302D: estimation 1/50

1/4 2/4 3/4 4/4. 10. Estimation MTH2302D. S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016. (v1) MTH2302D: estimation 1/50 10. Estimation MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016 (v1) MTH2302D: estimation 1/50 Plan 1. Introduction 2. Estimation ponctuelle 3. Estimation par intervalles de confiance 4. Autres

Plus en détail

Introduction aux tables de plongées - Prérogatives

Introduction aux tables de plongées - Prérogatives Introduction aux tables de plongées - Prérogatives Cours théorique PP1 BBTB Sophie Mieszkin Introduction aux tables de plongée Lors de la plongée l azote n est pas éliminé par l organisme Pour l éliminer

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE ECHANGES THERMIQUES 1. GENERALITES : 1.1. Notion de température : Cette notion est liée à la sensation de chaud et de froid (sensation subjective). Par contre elle est directement liée à l état thermique

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

ρ = d = (sans unité) eau Un fluide est en équilibre dans le champ de pesanteur. Dans un repère O, i, j, k avec l'axe des z orienté vers le haut,

ρ = d = (sans unité) eau Un fluide est en équilibre dans le champ de pesanteur. Dans un repère O, i, j, k avec l'axe des z orienté vers le haut, Pour mettre en mouvement un objet, déformer un objet, modifier le mouvement d'un objet ; il est nécessaire de faire subir à celui-ci une action mécanique (avec ou sans contact). Pour décrire cette action

Plus en détail

Connaissances théoriques élémentaires

Connaissances théoriques élémentaires NIVEAU 1 Théorie Connaissances théoriques élémentaires Principe des barotraumatismes et prévention. L'essoufflement. Le froid, les dangers du milieu naturel. Le principe de l'accident de décompression,

Plus en détail

Découvrez la réponse à cette question dans ce chapitre.

Découvrez la réponse à cette question dans ce chapitre. Quels sont le poids apparent (grandeur et direction) et le nobre de g subit par un pilote d avion de chasse de 70 kg quand il est catapulté d un porte-avion sachant que l avion accélère jusqu à une vitesse

Plus en détail

Les stalactites de glace fondent sous la chaleur du soleil. Pourquoi la glace fond-elle? Une canette ci!eau a été oubliée au congélateur. Pourquoi le métal s est-il déchiré? Par les froids matins d'automne,

Plus en détail

Pression, volume et barotraumatismes. Pression, volume et barotraumatismes 1

Pression, volume et barotraumatismes. Pression, volume et barotraumatismes 1 Pression, volume et barotraumatismes Pression, volume et barotraumatismes 1 Pression, volume et barotraumatisme La pression et le volume d un gaz sont étroitement liés. Le plongeur respire de l air à pression

Plus en détail

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons.

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. OXYDO-REDUCTION I) Définitions 1) Oxydant et Réducteur Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. 2) Couple rédox On parle de

Plus en détail

BRGM L'INTIEPIISE AU SEiVICI DI LA IEBBE

BRGM L'INTIEPIISE AU SEiVICI DI LA IEBBE BRGM L'INTIEPIISE AU SEiVICI DI LA IEBBE DEGAZAGE, DEFERRISATION ET OPTIMISATION DE L'EXPLOITATION DE L'EAU MINERALE DE DESAIGNES (07) R.33176.EAU.4S.91 LYON, JUILLET 1991 par JL. HONEGGER F. IUNDT BRGM

Plus en détail

Equilibre acidobasique. Principes

Equilibre acidobasique. Principes Equilibre acidobasique Principes Objectif : maintenir le ph du milieu extracellulaire à 7,40 valeurs physiologiques : 7,36 à 7,42 variations maximales compatibles avec la vie : 6,90 à 7,70 Or : afflux

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2011

CONCOURS D ADMISSION 2011 A 2011 Chimie MP ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINTETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP) ECOLE

Plus en détail

Perfectionnement depannezvous.com. Électricien

Perfectionnement depannezvous.com. Électricien r Richard Roy Perfectionnement depannezvous.com Électricien Mécanicien Vous présente Électrotechnicien Électromécanicien r Richard Roy Technique du vide r Richard Roy Pression La pression est une force

Plus en détail

http://www.sous-la-mer.com/modules.php?name=news&file=article&sid=64

http://www.sous-la-mer.com/modules.php?name=news&file=article&sid=64 Sous la mer: portail plong ée sous-marine - Les plongées aux mélanges Page 1 sur 5 Enregistrez-vous :: Comptes rendus :: Carnets de plongée :: Sites :: Galerie :: Forums :: Chat! :: Annonces :: 11 Février

Plus en détail

LE SYSTEM. Active Light. Français. Français PRO ULTRA SWISS MADE BY UWATEC AG

LE SYSTEM. Active Light. Français. Français PRO ULTRA SWISS MADE BY UWATEC AG LE SYSTEM M O D E D E M P L O I Active Light PRO ULTRA SWISS MADE BY UWATEC AG NO STOP Schéma d utilisation Schéma d utilisation des fonctions de surface B et E B et + B et 1 Repos Veille 6 5 2 4 Etape

Plus en détail

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR

DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR DIAGRAMME BINAIRE EN EQUILIBRE LIQUIDE VAPEUR L'objectif du TP est de tracer un diagramme isobare en équilibre liquide vapeur du binaire H 2 O / HCl, par une méthode utilisant le principe de la distillation

Plus en détail

en m' en en -1 r: a l> m, - < JIll; 1 ""'O. 3: -1 ::::0 c: ~ c ~O n ~ c: ~. CI> m, ~ -< m, V> m, G'l 3:: m 1:1 m < m Al m ~ "'0 m CI> CI> m VI

en m' en en -1 r: a l> m, - < JIll; 1 'O. 3: -1 ::::0 c: ~ c ~O n ~ c: ~. CI> m, ~ -< m, V> m, G'l 3:: m 1:1 m < m Al m ~ '0 m CI> CI> m VI J> (fl r: a n l>, -; en ' en ""'O. 3: c O JIll; V>» Cl id ' ' C Z - < :::: en, Z "' r - "' '"Ft. VI, 3:: l> n "' (5 z Z - CONSTITUTION DE ia CAISSE DE RETRAITE La caisse de

Plus en détail