La politique pharmaceutique à l hôpital (PPH) : élémentaire pour la dispense globale de soins

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La politique pharmaceutique à l hôpital (PPH) : élémentaire pour la dispense globale de soins"

Transcription

1 La politique pharmaceutique à l hôpital (PPH) : élémentaire pour la dispense globale de soins Eléments pour une note de politique Introduction Les médicaments prennent une place de plus en plus importante dans les hôpitaux. D une part, les thérapies médicamenteuses sont une des pierres angulaires de la thérapeutique et, d autre part, les médicaments sont à l origine d une part importante de l augmentation des dépenses. Dans certains hôpitaux, il s agit même de plus de 20% des dépenses, et les médicaments représentent la dépense la plus importante, en dehors des frais de personnel. Outre les implications thérapeutiques et financières, il a été constaté que les médicaments peuvent être une source importante de problèmes. En moyenne, 5% des admissions sont liées à des médicaments et, pour certains groupes de patients, comme les patients gériatriques, ce chiffre s élève à plus de 20%. A l hôpital, les médicaments représentent également une source importante d incidents (évitables). L élaboration d une politique pharmaceutique globale dans les hôpitaux s inscrit dans ce cadre. Par conséquent, une politique pharmaceutique efficiente dans les hôpitaux et les institutions fait partie intégrante des soins de qualité dispensés aux patients, avec comme missionsclés : rationaliser le comportement prescripteur, tant du point de vue thérapeutique qu économique; viser à un usage correct et en toute sécurité de médicaments par les prestataires de soins ; réduire les problèmes liés à l utilisation des médicaments ; assurer la continuité des soins pharmaceutiques et la disponibilité de médicaments vitaux ; intégrer une stratégie pharmaceutique cohérente et bien élaborée au sein de l organisation hospitalière. Le fil rouge de la présente note politique est d offrir une thérapie médicamenteuse de qualité et sûre pour le patient, dans le cadre de la politique globale de soins à l hôpital, en concertation multidisciplinaire (médecin, infirmier, pharmacien clinicien, pharmacologue clinique). Politique pharmaceutique à l hôpital avril

2 Contenu de la note politique 1. Résumé 2. But d une note politique 3. Situation 4. Vision d une politique pharmaceutique efficiente dans les hôpitaux 5. Plan d implémentation 6. Plan d évaluation 7. Financement 8. Conclusion Annexes 1 : Plan d implémentation Politique pharmaceutique à l hôpital avril

3 1. Résumé de la note politique Les éléments suivants sont essentiels à la réalisation des missions-clés dans le cadre d une gestion pharmaceutique efficiente : A Promouvoir le développement de soins pharmaceutiques multidisciplinaires (pharmacie clinique). B Démontrer la qualité optimale en ce qui concerne la prescription, la délivrance, l administration et la préparation de médicaments. C Viser à la continuité du transfert d informations et mettre à disposition une prescription électronique liée à des banques des données et à des fiches d information. D Concevoir et mettre à disposition une banque de données centrale validée pour les données administratives et pharmacotechniques. E Développer et appliquer une stratégie pour la gestion des médicaments onéreux. F Créer une plateforme ( tampon ) chargée d évaluer la valeur promotionnelle et la valeur ajoutée garantie des médicaments à l égard des patients. G Concevoir et pérenniser un cadre pour le support pharmaceutique en ce qui concerne les soins spécialisés à domicile. H Etablir un cadre légal pour la préparation et l emballage de médicaments destinés à un usage interne à l hôpital. I Viser à une préparation centralisée des médicaments complexes, critiques et à risque. Politique pharmaceutique à l hôpital avril

4 2. Objectif de la note politique La note politique est destinée au Ministre de la Santé publique et précise les domaines les plus importants où des progrès peuvent être réalisés. A cet égard, l élaboration d une pharmacothérapie intra-muros et transmurale efficiente et de qualité est un élément prioritaire. Par intra-muros, il faut entendre les médicaments administrés à des patients hospitalisés ou à des patients en hôpital de jour (policlinique). Par pharmacothérapie transmurale, il faut entendre l harmonisation optimale des traitements à l hôpital et en dehors de l hôpital. La note politique présentée s étend sur plusieurs années ; d une part, parce que des moyens doivent être mis à disposition et, d autre part, parce que la mise en œuvre d une organisation intégrée, des adaptations légales et les modifications de la culture organisationnelle nécessiteront un certain temps. Dans le contexte de budgétisation et de forfaitarisation des médicaments, il est nécessaire de prévoir des normes de qualité au niveau central. Les institutions peuvent être encouragées à élaborer une gestion de qualité, entre autres en prévoyant une rémunération adéquate. Outre les moyens décentralisés, de nombreuses initiatives centralisées visant à étayer cette politique de qualité pourront être prises. La présente note a été élaborée par le Réseau des Comités Médico-Pharmaceutiques (CMP), une plateforme multidisciplinaire qui apporte un soutien aux hôpitaux pour la réalisation de tâches légales (AR 4/03/1991). Le Réseau se basera sur la présente note pour diriger ses propres projets et initiatives. Politique pharmaceutique à l hôpital avril

5 3. Situation Plusieurs dispositions légales sont déjà d application pour l officine hospitalière. Tout d abord, il y a l AR élargi du 3 mars 1991 fixant les normes d agrément de l officine hospitalière, en application de la loi sur les hôpitaux. Cet arrêté décrit les normes architecturales et organisationnelles relatives à l officine hospitalière. L AR a déjà subi plusieurs modifications, surtout en ce qui concerne les missions du Comité médicopharmaceutique. Ensuite, il y a l AR du 19/10/1978 qui détermine les compétences du pharmacien clinicien en ce qui concerne la délivrance des médicaments. L AR 78 du 10 novembre 1967 décrit ce que le législateur entend par soins pharmaceutiques, un terme qui indique clairement que le pharmacien met à disposition les médicaments, mais qu il collabore également avec d autres prestataires de soins, ainsi qu avec le patient, afin d'atteindre des objectifs généraux de santé par la prévention, l'identification et la résolution de problèmes liés à l'usage de médicaments (soins pharmaceutiques). En dehors de la législation pharmaceutique et hospitalière, il existe également la législation INAMI qui fixe les règles spécifiques concernant le calcul de la forfaitarisation et la tarification de la délivrance de médicaments. Différentes initiatives soutiennent les activités liées aux services pharmaceutiques à l hôpital. Ainsi récemment, une base de données médicaments adaptés à la gamme hospitalière spécifique a été mise à disposition par le Centre belge d'information pharmacothérapeutique (CBIP), dans le but de soutenir les hôpitaux dans l élaboration d un formulaire pharmaceutique. Un logiciel permettant l élaboration d un formulaire de médicaments a été développé en collaboration avec l association professionnelle des pharmaciens hospitaliers. Le réseau des CMP a insisté auprès de l INAMI (Commission de remboursement des médicaments), de rendre publiques les évaluations effectuées par les experts dans le cadre de l étude sur le remboursement des médicaments. De ce fait, lors du lancement de nouveaux médicaments, les hôpitaux disposeront d une source d information indépendante (les évaluations effectuées par les experts) sur les nouveaux médicaments et les nouvelles formes de médicaments. Le Service public fédéral, Direction Générale Organisation des Etablissements de soins a lancé un projet d évaluation de l impact de la pharmacie clinique dans les hôpitaux. Dans ce cadre, un projet pilote est en cours de réalisation dans 28 hôpitaux ; et ce jusque fin Ce projet suit dans une certaine mesure l intégration par phases qui fut également suivie pour les groupes de gestion de l antibiothérapie. Enfin, le Conseil national des établissements hospitaliers a fait «l exercice» d évaluer un financement de l officine hospitalière lié aux résultats. En outre, le Réseau des CMP a joué un rôle de modulateur et il tente d élaborer une interface entre les hôpitaux et les autorités. Les résultats obtenus sont commentés lors d une journée d étude annuelle ; différentes lignes d information ont été créées, comme, par exemple, un forum de discussion pour les CMP, une adresse de contact et un site web et ce afin de garantir une bonne transmission des informations. Le Réseau CMP est étroitement impliqué dans les initiatives du Service public fédéral en matière de sécurité des patients, vu l impact important des médicaments sur la sécurité des soins aux patients. Politique pharmaceutique à l hôpital avril

6 4. Vision d une politique pharmaceutique efficiente dans les hôpitaux Les points suivants sont considérés comme prioritaires par le Réseau des CMP. A cet égard, la dispense de soins sécurisée et de qualité constitue le principal objectif. A Promouvoir le développement de soins pharmaceutiques multidisciplinaires (pharmacie clinique). Les soins pharmaceutiques ont pour but la prévention, l'identification et la résolution de problèmes liés à la santé ou à l'utilisation de médicaments, en collaboration avec les autres prestataires de soins. Dans plusieurs pays, principalement les pays anglo-saxons, les soins pharmaceutiques sont intégrés dans le concept de la pharmacie clinique. Les pharmaciens cliniciens soutiennent et donnent des avis au médecin et à l infirmier en ce qui concerne la formulation et l application d une thérapie médicamenteuse optimale. Ils veillent en particulier à la prévention des problèmes liés aux médicaments (Adverse Drug Reactions, effets secondaires, interactions, dosages). Les incidents évitables liés aux médicaments (ainsi que les effets secondaires inévitables) représentent un coût masqué substantiel de la thérapie médicamenteuse. La prévention peut donc avoir un impact important sur les dépenses des hôpitaux. Il est nécessaire, pour l application de la pharmacie clinique à l hôpital, que le pharmacien clinicien fasse partie intégrante de l équipe de soins, au même titre que le médecin, l infirmier etc. et qu il soutienne le prestataire de soins dans l élaboration et l application d un traitement de pharmacothérapie optimal. La réduction des effets secondaires liés aux médicaments doit devenir une priorité des autorités et des hôpitaux. La transmission de l information de et vers les soins à domicile est une préoccupation prioritaire. Le double emploi des médicaments, du à un manque d information sur la substitution, l interruption de la thérapie au moment de l admission ou de la sortie, une évaluation insuffisante de l usage des médicaments au moment de l admission ne sont là que quelques exemples de problèmes liés à la pharmacie transmurale. L harmonisation de la pharmacie intramurale et de la pharmacie extramurale, la communication entre l hôpital et les prestataires des soins à domicile constituent des questions prioritaires qui nécessitent une amélioration urgente. L enregistrement et la documentation des soins pharmaceutiques et de la pharmacie clinique constituent un exercice important. L enregistrement ne vise pas en premier lieu à en démontrer l utilité, mais à documenter les connaissances et à échanger des informations sur des interventions importantes. Dans le cadre de la spécialisation du pharmacien clinicien, une formation certifiée de pharmacien clinicien devrait être proposée par les universités. En effet, l uniformisation de la formation de base et l échange des expériences et des compétences devraient permettre d offrir un service bien structuré. A la suite des modifications du cadre des soins, il faut envisager de définir plus avant la collaboration intégrée dans l AR 78, qui décrit une approche délimiter des soins, alors qu en pratique, on assiste au développement d une approche synergique, intégrée et déléguée. B Démontrer la qualité optimale en ce qui concerne la prescription, la délivrance, l administration et la préparation de médicaments. Le processus de pharmacothérapie est un processus complexe dont il faut décrire précisément les informations ainsi que les flux de produits. Il faut pouvoir garantir et démontrer les bonnes pratiques dans toutes les applications de la pharmacie hospitaliers (préparation, reconstitution, réemballage, prescription, distribution et administration de Politique pharmaceutique à l hôpital avril

7 médicaments, informations sur les médicaments). L application des normes de qualité est standard. Une certification ISO ou un certificat semblable de la pharmacie hospitalière est à conseiller, de manière à ce que des actions correctives visant à l amélioration de la qualité soient partie intégrante de la culture d entreprise. La réalisation d un audit, soit par les autorités, soit par des collèges, soit encore par un organisme de contrôles indépendant, peut contribuer à améliorer la qualité et peut être encouragée. Le processus ne peut être amélioré que si l organisation se montre disposée à tirer des enseignements des incidents survenus, évitables ou non. Pour ce faire, la déclaration des incidents nécessite une culture d ouverture et de transparence. Un point de déclaration central permet d accroître les connaissances relatives aux manquements du système hospitalier et partant, d améliorer les processus et d agir de façon préventive. Comme dans d autres pays, une telle déclaration doit permettre d entreprendre des actions au niveau national en matière d emballage des médicaments, de dénomination des médicaments, etc. Lorsque des problèmes génériques ou globaux se présentent, les autorités peuvent orienter la gestion ou émettre des mises en garde concernant des dangers potentiels. C Viser à la continuité du transfert d informations et mettre à disposition une prescription électronique liée à des banques des données et à des fiches d information. Une mauvaise communication lors de la transmission des informations est la cause majeure des incidents liés aux médicaments. L utilisation d un dossier médical du patient, unique informatisé en tant que norme, permet à l ensemble des prestataires de soins de disposer de l information correcte au moment voulu afin d effectuer ainsi leur tâche. Néanmoins, il faut prêter suffisamment attention à l apparition d erreurs systématiques (algorithmes de calcul) et à l introduction de données incorrectes. Par conséquent, le système doit être conçu de manière intelligente afin de détecter des erreurs accidentelles, telles que les erreurs de frappe ou le dépassement des doses maximales. La prescription électronique avec contrôle de la prescription, et le transfert des informations relatives aux préparations et à l administration pourraient être rendus obligatoires en première instance pour l ensemble des chimiothérapies, en raison de l impact important des incidents liés à ces produits pour la santé du patient. D Concevoir et mettre à disposition une banque de données centrale validée pour les données administratives et pharmacotechniques. La prescription électronique n est efficiente que lorsqu elle est soutenue par des bases de données validées. La mise à disposition de bases de données validées pour les hôpitaux, mises sur pied par des experts avec l appui de l autorité, permet l accès à des données identiques, formatées de telle sorte que les données propres puissent y être intégrées. Ces données concernent des informations administratives (facturation), pharmacotechniques et pharmacologiques (par exemple, le nombre d administrations et la dose). E Développer et appliquer une stratégie pour la gestion des médicaments onéreux. Le coût du traitement augmente incontestablement, et de plus en plus de médicaments sont utilisés par un groupe de plus en plus restreint de patients hospitalisés. L usage inconséquent de ces médicaments onéreux peut déséquilibrer rapidement le budget de l hôpital ainsi que le budget public. C est la raison pour laquelle il est recommandé que l hôpital élabore, par la collaboration entre le Conseil Médical, le Comité médicopharmaceutique et le Comité d éthique, une procédure décrivant l usage de ces médicaments. Politique pharmaceutique à l hôpital avril

8 F Créer une plateforme ( tampon ) chargée d évaluer la valeur promotionnelle et la valeur ajoutée garantie des médicaments à l égard des patients. Il arrive souvent que l expertise spécialisée nécessaire à l évaluation des médicaments sur leurs valeurs (ajoutées) ne soit pas disponible dans un hôpital de taille moyenne. Dès lors, la demande concernant la mise à disposition d informations indépendantes, ainsi que l échange de ces informations s avèrent être pertinentes. Les autorités peuvent jouer un rôle central et intervenir en tant qu instance indépendante. Les informations communiquées aux médecins et aux pharmaciens pourront faire l objet d une évaluation précise par rapport à l évidence et ceci selon une méthodologie correcte. Le Réseau des CMP offrira, en collaboration avec l INAMI, le soutien nécessaire afin de mettre à disposition des informations objectives. Les CMP s engageront également à contribuer à l analyse a posteriori, et à évaluer la valeur real life des médicaments (pharmacovigilance, études observationnelles). G Concevoir et pérenniser un cadre pour le support pharmaceutique en ce qui concerne les soins spécialisés à domicile. Il est recommandé, tant dans l intérêt du patient que de l hôpital, de soigner le patient le plus rapidement possible dans l environnement le mieux adapté. Trop souvent encore, des hospitalisations inutiles sont effectuées, alors qu elles pourraient être évitées, par exemple au moyen d une facturation adaptée ou par le biais d un cadre de soins adaptés permettant d administrer un médicament par une voie spécifique au patient en dehors de l hôpital. Pour ce faire, il convient de créer un cadre pour ces soins spécialisés à domicile qui couvre aussi bien les aspects financiers que les critères liés au contenu et à la qualité. Une collaboration avec la première ligne est évidente. H Etablir un cadre légal pour la préparation et l emballage de médicaments destinés à un usage interne à l hôpital. L AR du 29 janvier 2007 modifiant l'arrêté royal du 19 octobre 1978 permet la collaboration et la sous-traitance de préparations pharmaceutiques. Cette modification constitue une adaptation importante et vise à lever les difficultés liées aux préparations parfois compliquées, réalisées à petite échelle et non rentables. Cet AR peut également contribuer à garantir la production «propre» de médicaments essentiels ou vitaux qui, pour toute une série de raisons ne sont plus proposés par les firmes et de les mettre à la disposition des hôpitaux qui ne disposent pas de l équipement nécessaire. I Viser à une préparation centralisée des médicaments complexes, critiques et à risque. La raison en est double. D une part, la production de ces médicaments repose sur l augmentation du nombre de préparations complexes, lesquelles nécessitent des connaissances pharmaceutiques approfondies, de nombreux actes pouvant porter atteinte à l intégrité (p.ex. stérilité) du produit final. D autre part, la protection de la personne qui prépare les médicaments contre un risque de contamination par des produits toxiques (les cytostatiques et produits assimilés en sont les exemples les plus frappants). Cette approche nécessite un appui logistique (infrastructure, accessibilité) et organisationnel (continuité, heures d ouverture) pour les activités liées à la pharmacie hospitalière. Politique pharmaceutique à l hôpital avril

9 5. Plan d implémentation (voir annexe 2) L exécution du plan d implémentation peut être appuyée par : les adaptations et les ajustements de la réglementation actuelle ; les communications et la diffusion d informations lors de symposiums, de workshops thématiques et l élaboration de recommandations ; les incitants financiers, soit par un financement adapté liés au résultat par exemple, par le financement adapté des frais de fonctionnement, au travers du budget médicaments, ou par le financement de projets (voir plus loin) ; la collaboration et la concertation du Réseau des CMP avec les partenaires suivants : lspf DG Etablissement des soins, l Agence fédérale des médicaments et des produits sanitaires (AFMPS), l INAMI, le CBIP, la Belgian Antibiotic Policy Coordination Committee (BAPCOC), le Réseau des Comité du matériel médical, les hôpitaux et les CMP respectifs, d autres organisations scientifiques ; les conditions connexes: appui assuré par le Réseau, suivi et l évaluation sur une période de quatre ans (= période du plan implémentation) du plan d action par le Réseau. 6. Financement du fonctionnement de la pharmacie hospitalière et des CMP: Le financement de la pharmacie hospitalière est basé sur la sous-partie B5 du budget des moyens financiers de l hôpital. Ce budget est calculé par hôpital, sur la base d un algorithme proposé par le Conseil national des établissements hospitaliers. Une partie de ce budget est entre autre affectée au financement du groupe de gestion de l antibiothérapie. Le B5 est octroyé pourvu que les pharmaciens soient des pharmaciens hospitaliers agréés. Par ailleurs, il faut éventuellement satisfaire à des indicateurs de qualité supplémentaires, mais ceux-ci n ont pas encore été spécifiés. En outre, chaque hôpital dispose de revenus issus d un financement tarifaire pour la délivrance de médicaments et d implants. Une partie des médicaments est financée à 75% par l INAMI sur la base du casemix de pathologies. Un projet concernant la pharmacie clinique sous forme de projet pilote est financé dans un nombre restreint d hôpitaux par le biais du B4. Un financement peut être réalisé, soit par le biais de l imposition explicite des critères de qualité pour l obtention d un financement régulier, soit en libérant des moyens supplémentaires (p.ex. pharmacie clinique). A cet égard, l on peut disposer que les moyens financiers octroyés pour des objectifs spécifiques sont justifiés. Comme par exemple pour fonctionnement du Comité médico-pharmaceutique. 7. Conclusion Les soins pharmaceutiques multidisciplinaires dont la qualité peut être démontrée, validée et certifiée constituent le fondement d une politique pharmaceutique. A cet égard, la note politique se base sur une série de maillons faibles ou de chaînons manquants de la gestion pharmaceutique actuelle. Une partie d entre eux fait l objet d améliorations et de modifications. Le Réseau se porte garant à favoriser et à appuyer la bonne exécution de cette stratégie. Politique pharmaceutique à l hôpital avril

10 Annexe : Plan d implémentation Sujet Description Commentaires Législation Financement Timing Partenaires conditions/remarques Pharmacie Clinique projet phase 1 28 hôpitaux par des projets 18 mois DG1 1 projet/hôpital Pharmacie Clinique projet phase 2 50 hôpitaux par des projets 3 ans DG1 1 projet/hôpital Pharmacie Clinique Phase de consolidation tous les hôpitaux structurelle via B5 4 ans 2012 CNEH, DG1 1 pharmacien clinicien /x lits formation pharmacie clinique formation pharmaciens hospitaliers en pharmacologie clinique coordination Universités 20 endroits de stage reconnus et financés 2 ans facultés de médecin et pharmacologie coordination via hôpitaux universitaires Soins pharmaceutique soins transmuraux développement d'un cadre structuré pour la médication à l'admission et à la sortie du patient tous les hôpitaux déterminer les informations minimales à transmettre par médecin généraliste, pharmacien et hôpital Condition préalable : financement de la pharmacie clinique? 3 ans 2009 médecins généralistes, pharmaciens d'officine, médecins spécialistes, pharmaciens hospitalier communication de données électronique et BE.-Health enregistrement interventions de la pharmacie clinique méthodologie pour mesurer tous les hôpitaux l'output de la pharmacie clinique condition préalable : financement de la pharmacie clinique? 3 ans 2009 BAPCOC; DG1 modification AR 78 révision des accords mutuelles des tâches entre les praticiens de la médecine, les soins infirmiers et paramédicaux dans le contexte de l'équipe de soins AR 78 nihil? DG1, DG2, Ordre des médecins et pharmaciens nécessité de la transmissibilité des données pour les soins intégrés garantissant le respect de la confidentialité médicale Politique pharmaceutique à l hôpital avril

11 Qualité démontrable imposer des certification ISO certification, conditions minimales certification semblables, audit pour l'agrément de la validé pharmacie hospitalière déclaration interne et centrale des (presque)-incidents lié à la médication déclaration des (presque) - incidents à l'hôpital au niveau central évaluer le fonctionnement cc la structure, les procès et le output une organisation qui tire des enseignements dans une culture d'ouverture et de transparence AR 4 mars 91 nihil 4 ans 2012 DG1; communautés et associations professionnelles, CNEH AR 4 mars 91 nihil DG, AFMPS, BE- Health Haute Autorité Santé (France) voir p.ex. en UK, Nl, FR transmission de données, prescription électronique prescription électronique des médicaments prescription électronique pour la chimiothérapie voir aussi soins pharmaceutiques prescription électronique est standard des prescriptions complexes et critiques exigent des niveaux de sécurité supplémentaires 31 mai 1885 / AR 78 conditions d'agrément des Centres Médicaux Oncologique?conditions de remboursement 8 ans DG1, INAMI et Be- Health par projet 4 ans priorité pour les prescriptions en chimiothérapie Banque de données centrale Banque de données centrale un ensemble minimal de données pharmacologiques administratif et pharmacotechnique appui par des banques de données validées partenaires divers 3 ans INAMI, AFMPS, CBIP, associations professionnelles Gestion médicaments onéreux Gestion médicaments onéreux fonder l'allocation de dépenses très élevées missions comité éthique, CMP, Conseil Médical nihil 3 ans Conseil Supérieur de la Santé, Ordre des Médecins et pharmaciens Politique pharmaceutique à l hôpital avril

12 Évaluer plus value des méd. informations indépendantes sur les médicaments mettre à disposition des informations des experts Évaluer le plus value des nouveaux médicaments INAMI INAMI 1 an INAMI, Réseau CMP, CBIP projet a été repris dans la convention INAMI Soins spécialisés Soins à domicile spécialisés cadre pour la "hospitalisation à domicile" prévenir des hospitalisations inutiles 19 octobre 1978 art 56 INAMI (conventions)? 2 ans INAMI, AFMPS Usage médicaments interne reconditionnement et production des médicaments vitaux collaboration logistique entre hôpitaux en vue de garantir une bonne qualité usage délimité au niveau de compétence du pharmacien hospitalier conforme 19 oct modification 29 jan ans associations professionnelles, hôpitaux universitaires, partenaires commerciaux Préparation centrale préparations complexes, protection du préparateur hôpitaux soutien logistique et administratif Politique pharmaceutique à l hôpital avril

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Etienne COUSEIN Centre Hospitalier de Valenciennes Pharmacien

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

3 e symposium international

3 e symposium international 3 e symposium international de l Association internationale des Acheteurs et Approvisionneurs publics et privés de la Santé Bruxelles, les 18 et 19 octobre 2012 Les Achats: Du support à la coordination

Plus en détail

ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR

ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR Dr. Pascal BONNABRY, PD Pharmacie des HUG Genève PRESSIONS D EVOLUTION Externes Situation économique Besoin de rentabilité Concurrence Législation

Plus en détail

"Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse"

Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse "Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse" Journées Franco-Suisses de Pharmacie Hospitalière 23 avril 2015, Mâcon Dr Vera Jordan-von Gunten Pharmacien d hôpital,

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

La Pharmacie Clinique en Belgique : Pratique et Formation

La Pharmacie Clinique en Belgique : Pratique et Formation La Pharmacie Clinique en Belgique : Pratique et Formation Céline Michel, pharmacien hospitalier clinicien Charline Artoisenet, pharmacien hospitalier clinicien Université Catholique de Louvain, Cliniques

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

La pharmacie hospitalière

La pharmacie hospitalière La pharmacie hospitalière Pour traiter ce sujet, nous avons laissé la plume à M. Léon Wilmotte, qui, dès les premières années, a été le pionnier de la pharmacie hospitalière sous la direction du Pr M.

Plus en détail

AGRéMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS

AGRéMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS COMMISSION D AGRÉMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS AGRéMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS Pourquoi un agrément en tant que Pharmacien hospitalier? 4 introduction 5 notice explicative I. La demande d InscrIptIon

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES Promouvoir les soins pharmaceutiques PRÉSENTATION DE LA FORMATION Contexte Le métier du pharmacien est en pleine évolution. Un concept qui va

Plus en détail

La raison d être des systèmes d information

La raison d être des systèmes d information La raison d être des systèmes d information 23 ème Séminaire en sciences pharmaceutiques Pourrait-on vivre sans? 1 Enjeux Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine Suivi

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX

AVIS RELATIF A L APPLICATION DE L ART. 97ter DE LA LOI SUR LES HOPITAUX SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 08/09/2005 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Bienvenue chez votre pharmacien

Bienvenue chez votre pharmacien Bienvenue chez votre pharmacien En première ligne Le pharmacien Prestataire de soins à part entière, le pharmacien occupe aujourd hui une place centrale au cœur de notre système de santé. Disponible sans

Plus en détail

COMMISSION D AGRÉMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS. AGRéMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS

COMMISSION D AGRÉMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS. AGRéMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS COMMISSION D AGRÉMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS AGRéMENT DES PHARMACIENS HOSPITALIERS sommaire Pourquoi un agrément en tant que spécialiste pharmacien hospitalier? 4 Introduction 5 Notice explicative

Plus en détail

Énoncé de position sur les pénuries de médicaments d ordonnance au Canada

Énoncé de position sur les pénuries de médicaments d ordonnance au Canada POLITIQUE DE L AMC Énoncé de position sur les pénuries de médicaments d ordonnance au Canada Les pénuries de plus en plus graves de médicaments d ordonnance des dernières années et les ruptures de stocks

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Politique globale concernant. les interactions avec les professionnels de la santé

Politique globale concernant. les interactions avec les professionnels de la santé Politique globale concernant p les interactions avec les professionnels de la santé Politique globale concernant les interactions avec les professionnels de la santé P fizer est résolu à collaborer avec

Plus en détail

Maîtrise universitaire d études avancées (MAS) en pharmacie hospitalière. Dossier de présentation et programme

Maîtrise universitaire d études avancées (MAS) en pharmacie hospitalière. Dossier de présentation et programme Maîtrise universitaire d études avancées (MAS) en pharmacie hospitalière Dossier de présentation et programme V6/30.04.07: annule et remplace V5 de avril 2006 TABLE DES MATIERES Page 1. Préambule 3 2.

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques

Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques DIRECTION DE L EVALUATION DE LA PUBLICITE, DES PRODUITS COSMETIQUES ET DES BIOCIDES Charte pour la communication sur internet des entreprises pharmaceutiques Préambule Mise à jour 2010 Au plan mondial,

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section "santé"

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section santé Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section "santé" CSSSS/12/291 DÉLIBÉRATION N 12/082 DU 18 SEPTEMBRE 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL RELATIVES À LA

Plus en détail

agrément DES professions paramédicales

agrément DES professions paramédicales agrément DES professions paramédicales LES ERGOTHÉRAPEUTES Table des matières Pourquoi agréer les ergothérapeutes?...3 Un ergothérapeute au sens de la loi : de qui s'agit-il?...4 L'agrément est obligatoire...5

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD La communication médecins/ pharmaciens/patients Enquête sur les attentes des différents acteurs. Quelles solutions pour améliorer la concertation médecin/pharmacien pour le bénéfice du patient? Pascal

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/11/ DÉLIBÉRATION N 11/66 DU 20 SEPTEMBRE 2011 RELATIVE AU TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL RELATIVES À LA SANTÉ PAR

Plus en détail

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Marion Alpy Jean-Marie Kinowski Journée OMEDIT 3 avril 2014 Contexte La prise en charge du traitement personnel du patient peut

Plus en détail

Mediprima. La réforme de l aide médicale octroyée par les CPAS

Mediprima. La réforme de l aide médicale octroyée par les CPAS Mediprima La réforme de l aide médicale octroyée par les CPAS 22 Mars 2013 Table des matières Introduction 1 Notions de base...5 1.1. Aide médicale:...5 1.2. Aide Médicale Urgente...5 1.3. L urgence médicale...5

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail

5. Prescription sous DCI et substitution

5. Prescription sous DCI et substitution 5. Prescription sous DCI et substitution INTRODUCTIon La prescription sous dénomination commune internationale (DCI) et la substitution font depuis de nombreuses années l objet de divergences entre médecins

Plus en détail

L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé

L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé 3 e conférence sur les traitements de la dépendance aux opioïdes Genève, 19 octobre 2012 Nicolas Bonnet, directeur du Respadd Anne

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis Le DOSSIER MEDICAL PARTAGE au c œur des SYSTEMES d INFORMATION et des RESEAUX de SANTE: MYTHE ou REALITE 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 INTRODUCTION

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

2007-2012. L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire

2007-2012. L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire 2007-2012 L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire Cinq ans : petit coup d œil dans le rétro Cher lecteur, chère lectrice, 2012 est une année particulière

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Remboursement des médicaments. Performance de la gestion publique

Remboursement des médicaments. Performance de la gestion publique Remboursement des médicaments Performance de la gestion publique Rapport de la Cour des comptes transmis à la Chambre des représentants Bruxelles, décembre 2013 Remboursement des médicaments Performance

Plus en détail

Institut Universitaire International Luxembourg Château de Munsbach 31, rue du Parc L-5374 Munsbach Tél: 26 15 92 12 Fax: 26 15 92 28. www.iuil.

Institut Universitaire International Luxembourg Château de Munsbach 31, rue du Parc L-5374 Munsbach Tél: 26 15 92 12 Fax: 26 15 92 28. www.iuil. F O R M A T I O N M A N A G E R I A L E P O U R L E S E C T E U R H O S P I T A L I E R F O R M A T I O N M A N A G E R I A L E P O U R L E S E C T E U R H O S P I TA L I E R DEROULEMENT DE LA FORMATION

Plus en détail

1.1.2. La durée du stage officinal est légalement de 6 mois.

1.1.2. La durée du stage officinal est légalement de 6 mois. 1. REGLEMENT DU STAGE OFFICINAL 1.1. Du stage et des stagiaires 1.1.1. Le stage est accompli dans une officine ouverte au public ou dans une officine hospitalière, dirigée par un pharmacien comptant au

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX Arrêté royal du 28 décembre 2011 relatif à l exécution du plan d attractivité pour la profession infirmière, dans certains secteurs

Plus en détail

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC 2éme Journée des Infirmiers de Basse-Normandie Jeudi 9 Octobre 2014 Florence BANNIE, Pharmacien CHPC, CHERBOURG Déclarations

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier

Un métier en évolution pour répondre aux nouvelles. Face à ces évolutions, un nouveau métier Les métiers de la pharmacovigilance Des métiers en évolution dans une industrie de haute technologie et d'innovation Une mission d'évaluation et de gestion des risques liés à l'utilisation des médicaments

Plus en détail

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06. Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.1998) Texte coordonné : dernière mise à jour : 08.08.2014 CHAPITRE

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible

N o d organisme. Rendement actuel Cible Justification de la cible Plan qualité 2015-2016 pour Soins continus Bruyère Objectifs et initiatives d amélioration BUT Mesure Changement Initiatives prévues Dimension de la qualité Objectif Mesure/indicateur Unité/population

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Qualité et gestion des risques

Qualité et gestion des risques formation 2007 Qualité et gestion des risques Qualité et certification HAS Démarche qualité Qualité et certification ISO Qualité en imagerie Qualité au laboratoire Management des risques Risques spécifiques

Plus en détail

Texte de synthèse PROPOSITIONS ET MESURES POUR UNE MEILLEURE COORDINATION DE LA POLITIQUE DES SOINS EN MAISONS DE REPOS ET DE SOINS

Texte de synthèse PROPOSITIONS ET MESURES POUR UNE MEILLEURE COORDINATION DE LA POLITIQUE DES SOINS EN MAISONS DE REPOS ET DE SOINS Groupe de travail mixte «MCC» avec les représentants : Des mutualités Des organisations de médecins Des organisations MCC Des organisations de pharmaciens Des organisations de maisons de repos et de soins

Plus en détail

Projet de loi n o 20

Projet de loi n o 20 Loi édictant la Loi favorisant l accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée Mémoire présenté

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

Sommaire. 1. Introduction p.3. 2. Objectif 2017 p.13 3. Les 7 axes de la promotion du médicament générique p.15

Sommaire. 1. Introduction p.3. 2. Objectif 2017 p.13 3. Les 7 axes de la promotion du médicament générique p.15 mars 2015 Sommaire 1. Introduction p.3 Dates et chiffres clés p.4 Evolution en France p.5 Comparaison internationale p.8 Jalons des travaux p.12 2. Objectif 2017 p.13 3. Les 7 axes de la promotion du médicament

Plus en détail

Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments

Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments Sécurisation des processus de production des médicaments Déroulement du cycle Place de l assurance-qualité dans l organisation

Plus en détail

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA ASSURANCES a.m. Association Mutuelle Médicale d Assurances entreprise d assurance mutuelle association d assurance mutuelle à cotisations fixes conformément

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Organisation MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de

Plus en détail

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1.

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. UEMS - OB/GYN SECTION Board et Collège Européen de Gynécologie et d' Obstétrique ( EBCOG) LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. ADOPTEES

Plus en détail

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE SERVICE PHARMACIE Jean-Louis LONGUEFOSSE Anne-Marie FORTUNE Géraldine LIGUORI Pharmacien Chef de service Pharmacien Pharmacien contractuel Tel : 0596 59 29 39 Tel : 0596 70 83 20 Tel : 05 96 59 28 62 jllonguefosse@ch-colson.fr

Plus en détail

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Institut Ludwig Boltzmann de sociologie de la santé et de la médecine Avril 2001 Introduction

Plus en détail

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle possible? 18 octobre 2012 Professeur Philippe KOLH CIO, Directeur du Service des Informations Médico-Economiques CHU de LIEGE Plan

Plus en détail

La tarification des actes médicaux

La tarification des actes médicaux www.coopami.org FORMATION en gestion de l assurance maladie La tarification des actes médicaux Caisse Nationale d Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS) Libreville 12 juin 2013 Michel Vigneul

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Québec, le 21 février 2000 2. PRÉAMBULE La Fédération des médecins

Plus en détail

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria DESS en pharmacie hospitalière Séminaires Assurance Qualité Sion, le 21 juin 2005 Plan Définitions Historique SMQ Pharmacie des HUG Utilité RQPH

Plus en détail

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale Suivi ADOM Claude Boiron Oncologie Médicale PLAN 1. Problématiques du traitement anti cancéreux per os 2. Objectifs du suivi ADOM 3. Procédures 4. Bilan Étude observationnelle Étude médico économique Étude

Plus en détail

La conciliation des traitements médicamenteux Qualité et sécurité des soins liées aux produits de santé

La conciliation des traitements médicamenteux Qualité et sécurité des soins liées aux produits de santé La conciliation des traitements médicamenteux Qualité et sécurité des soins liées aux produits de santé Le parcours de soins Edith DUFAY CH de Lunéville 1 Un contexte favorable... C'est autour du parcours

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu

Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires. Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Pandémie grippale et réorganisation des soins primaires Le travail de la Maison Médicale de Garde d Ambérieu Introduction Réorganisation profonde nécessaire de l offre de soins Organisation hospitalière

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU COLLEGE A PROPOS DU PHARMACIEN ADJOINT MAITRE DE STAGE ADJOINT

RECOMMANDATIONS DU COLLEGE A PROPOS DU PHARMACIEN ADJOINT MAITRE DE STAGE ADJOINT RECOMMANDATIONS DU COLLEGE A PROPOS DU PHARMACIEN ADJOINT MAITRE DE STAGE ADJOINT L agrément de maître de stage repose à la fois sur des critères liés à l officine d une part et à son titulaire d autre

Plus en détail

1. Rappel des engagements - Roadmap actuelle (RM) Action 8

1. Rappel des engagements - Roadmap actuelle (RM) Action 8 ACTUALISATION ROADMAP esante 2013-2018 SESSION N 1 04/05/15 Projet A8 : Instauration d un instrument d évaluation uniforme (BelRAI) 1. Rappel des engagements - Roadmap actuelle (RM) Action 8 En 2013, l

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Etat 4 mai 2015 Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives

Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives Présentation à la Commission des affaires sociales Ordre des pharmaciens du Québec 28 mai 2002

Plus en détail

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Réseau sur l Innocuité et l Efficacité des Médicaments Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Instituts de recherche en santé du Canada Canadian Institutes of Health Research Version

Plus en détail