ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON. Année Thèse n

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON. Année 2008 - Thèse n"

Transcription

1 ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON Année Thèse n EFFETS INDESIRABLES ET INTOXICATIONS DUS A L UTILISATION DE MEDICAMENTS À BASE DE PERMETHRINE CHEZ LE CHAT. ETUDE EPIDEMIOLOGIQUE THESE Présentée à l UNIVERSITE CLAUDE-BERNARD - LYON I (Médecine - Pharmacie) et soutenue publiquement le 28 mai 2008 pour obtenir le grade de Docteur Vétérinaire par DELHAYE Damien Né le 20 avril 1983 à Roubaix 1

2 2

3 3

4 4

5 REMERCIEMENTS A Monsieur le Professeur Jacques DESCOTES Du Centre Hospitalier Universitaire de Lyon, Qui nous a fait l honneur de présider notre jury de thèse, Qu il trouve ici l expression de nos hommages respectueux. A Monsieur le Professeur Philippe BERNY, De l Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon, Qui nous a apporté son soutien et son aide tout au long de ce travail, Qu il trouve ici l expression de notre profonde reconnaissance. A Madame le Professeur Claude CHAUVE, De l Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon, Qui a accepté de juger notre travail et de participer à notre jury de thèse, Qu elle trouve ici l expression de nos sincères remerciements. A Monsieur le Docteur Xavier PINEAU, Du Centre de Pharmacovigilance Vétérinaire de Lyon, Qui nous a apporté beaucoup de conseils, d aide, de temps et de soutien, Qu il trouve ici l expression de notre profonde reconnaissance. A toute l équipe du C.N.I.T.V. et du C.P.V.L. : Florence, Laurence, France, Stéphane, Tristane, Béatrice, merci pour votre accueil, votre sympathie, votre aide et votre participation à nos travaux. A l Agence Nationale du Médicament Vétérinaire, qui nous a permis d utiliser les données de pharmacovigilance pour notre étude. 5

6 . 6

7 A mes parents, qui m ont toujours encouragé dans le choix de mes études. Merci d avoir cru si fort en moi. A Sébastien et Ghislain, à votre réussite qui m a permis de croire que pour moi aussi, c était possible. A Nathalie, à l espoir de revoir notre famille unie, cet espoir qui m a aider à tenir le coup dans les moments difficiles. A mes grands parents, tantes, oncles, cousines et cousins. Merci pour la confiance que vous m avez accordée, quand moi-même j en manquais. A toute la famille Malavas, qui m a accueilli les bras ouvert, et qui m a permis de sortir un peu de Marcy, de m aérer les idées dans les belles montagnes de l Ardèche. Merci pour votre accueil et pour votre gentillesse. A tous les amis que je me suis faits à l E.N.V.L., Marie(s!!!), Brunette, Do, Lulu, Sandra, Plane, Ché, Spartou, Marc, Greg, Anaïs, et tous ceux qu il conviendrait de noter ici. La place manque sur le papier, mais pas dans le cœur. Merci à vous tous, qui avez rendu la vie à Marcy bien agréable. A Emilie et François-Emmanuel, à Noé et à son petit frère Maël. A Manue et Benoît. Merci pour votre amitié et votre soutien. A l équipe des vieux du S.S.J., Olivier, P tibeubeu, Hélène et Tibo (et Suzanne!), Tiko, même à 700 kilomètres, nous avons su garder contact. Merci pour vos petits passages à Marcy, et pour votre soutien. Enfin et surtout, à Julien, aux liens si forts qui nous lient depuis nos débuts à Faidherbe. A cet après-midi si cruel de juin, qui m a marqué à jamais. Sans toi, sans ce que tu m as dit ce jour là, j aurais tout abandonné. Je te devais déjà mon diplôme, je te dois maintenant mon grade de Docteur Vétérinaire. Merci pour l intensité de ton amitié, pour ton soutien, pour ta générosité. A Annie, pour votre accueil et votre générosité, et pour la confiance que vous m avez accordé. A tous ceux que j aurais aimé remercier ici, aux arbres que j aurai épargnés en me retenant de le faire A vous tous, mille fois, merci. 7

8 8

9 A Isa. «Les anges parfois ont un chien, et les chiens parfois ont un ange» J ai eu la chance d être adopté à la fois par le chien et par l Ange. Merci pour ta présence, ton amour, et pour la vie que nous allons partager ensemble. 9

10 10

11 Table des matières Table des illustrations... Introduction... PREMIERE PARTIE : Etude générale des antiparasitaires externes à base de perméthrine... I. La perméthrine : un insecticide de synthèse... A. Histoire des pyréthrinoïdes... B. Structure et nomenclature de la perméthrine... 1) Structure des pyréthrines naturelles... 2) Structure et nomenclature des pyréthrinoïdes... II. La perméthrine : mécanisme d action... A. Action de la perméthrine au niveau membranaire... B. Autres sites d action de la perméthrine... 1) Action de la perméthrine au niveau synaptique... 2) Action de la perméthrine au niveau neurohormonal... C. Mise à profit de l action de la perméthrine dans les traitements antiparasitaires externes... III. Propriétés biologiques de la perméthrine chez les carnivores... A. Absorption et distribution... B. Biotransformations et élimination des métabolites... 1) Biotransformations... 2) Elimination... C. Toxicité de la perméthrine chez le chat... 1) Clinique de l intoxication chez le chat... 2) Hypothèses expliquant la sensibilité accrue du chat à la perméthrine... 3) Discussion... 4) Notions de traitement des intoxications... 5) Moyens actuels mis en œuvre pour remédier aux intoxications du chat

12 DEUXIEME PARTIE : Etude épidémiologique des intoxications à la perméthrine chez le chat... I. Méthodes... A. Présentation du C.N.I.T.V.... B. Présentation du C.P.V.L.... 1) La pharmacovigilance... 2) L A.N.M.V.... C. Fonctionnement de la pharmacovigilance commune à tous les médicaments vétérinaires... D. Synthèse des données de l enquête sur les cas d intoxication par de la perméthrine chez le chat... II. Résultats et analyse... A. Epidémiologie générale... 1) Le sexe... 2) L âge... 3) Le poids... 4) La race... B. Les circonstances de l intoxication... 1) La formulation... 2) La présence ou non d un chien dans le foyer... 3) Connaissance de la contre-indication... 4) Application du médicament sur conseil du vendeur... 5) Contact entre un chien traité et le chat... 6) Le site de vente du médicament responsable de l intoxication... C. Symptomatologie de l intoxication... 1) Symptômes observés... 2) Durée d évolution... 3) Issue des intoxications... D. Traitement des intoxications

13 TROISIEME PARTIE : Impact des mesures décidées lors de la commission de pharmacovigilance de mars I. Etude de la présence de la contre-indication d utilisation chez le chat sur les R.C.P., les notices du D.M.V. et les emballages des produits... A. Présence de la contre-indication sur les R.C.P.... 1) Informations contenues dans les R.C.P. au 6 décembre ) Evolution des informations contenues dans les R.C.P.... B. Présence de la contre-indication sur les notices du D.M.V.... C. Présence de la contre-indication sur les emballages des spécialités concernées... 1) Description des emballages des spécialités sous forme de spot-on... 2) Description des emballages des spécialités sous forme de sprays... D. Discussion... II. Etude de l impact des mesures prises en mars 2003 sur le nombre d intoxications... A. Evolution du nombre d intoxications de chats par des spécialités à base de perméthrine depuis janvier B. Analyse des données et discussion... 1) Evolution du nombre global de déclarations... 2) Evolution du nombre de cas graves... 3) Evolution de la part des déclarations portant sur les spot-on et sur celles portant sur les sprays... Conclusion... Annexes... Bibliographie

14 Table des illustrations Liste des figures Figure 1 : Chrysanthemum cinerariaefolium...page 25 Figure 2 : structure des pyréthrates (issus de l acide pyréthrique)...page 27 Figure 3 : structure des chrysanthémates (issus de l acide chrysanthémique)...page 28 Figure 4 : structure moléculaire de la perméthrin...page 29 Figure 5 : modélisation en trois dimensions de la molécule de perméthrine...page 30 Figure 6 : Schéma de la membrane neuronale au repos...page 32 Figure 7 : Schéma de la membrane neuronale : ouverture des canaux à sodium...page 33 Figure 8 : Schéma de la membrane neuronale : ouverture des canaux à potassium...page 33 Figure 9 : Schéma de la membrane neuronale : action des pompes Na/K/ATPases...page 34 Figure 10 : Schéma de la membrane neuronale après rétablissement des concentrations ioniques...page 34 Figure 11 : réaction d hydrolyse de la perméthrine...page 40 Figure 12 : traitement général des convulsions chez les carnivores domestiques...page 47 Figure 13 : logo du Centre National d Information et de Toxicologie Vétérinaire...page 57 Figure 14 : répartition du nombre d appels reçu au C.N.I.T.V. en fonction du département de résidence de l interlocuteur...page 58 Figure 15 : logo du Centre de Pharmacovigilance de Lyon...page 60 Figure 16 : Place du C.P.V.L. au sein de la Pharmacovigilance en France...page 61 Figure 17 : représentation graphique de la répartition des cas d intoxication de notre étude en fonction de l âge...page 67 Figure 18 : représentation graphique de la répartition des cas d intoxication de notre étude en fonction du poids...page 69 Figure 19 : répartition des intoxications en fonction de la présentation...page 71 Figure 20 : répartition du nombre d intoxications en fonction de la présence ou non d un chien dans le foyer...page 73 Figure 21 : représentation graphique de la répartition des intoxications en fonction des circonstances d application...page 74 14

15 Figure 22 : représentation graphique de la répartition des intoxications après application sur conseil du vendeur en fonction du site de vente...page 76 Figure 23 : représentation graphique de la répartition des cas d intoxication en fonction du site de vente... page 78 Figure 24 : représentation graphique de la répartition des ventes de spot-on à base de perméthrine en fonction du site de vente, sur les pipettes vendues en page 79 Figure 25 : représentation graphique de la répartition des cas d intoxication par des spot-on en fonction du site de vente...page 79 Figure 26 : représentation graphique de la fréquence des symptômes observés lors de notre étude...page 83 Figure 27 : répartition des cas suivant la durée de la phase clinique de l intoxication...page 84 Figure 28 : répartition des cas d intoxication en fonction de l issue de l intoxication...page 85 Figure 29 : représentation graphique de la part des différentes associations d anticonvulsivants administrées dans le cadre des intoxications des chats par de la perméthrine...page 88 Figure 30 : produits utilisés lors du nettoyage des chats intoxiqués...page 89 Figure 31.1 : photographies de symboles...page 102 Figure 31.2 : photographies de symboles...page 103 Figure 31.3 : photographies de symboles...page 103 Figure 31.4 : photographie d un symbole...page 103 Figure 32.1 : photographies de notices...page 104 Figure 32.2 : photographies de notices...page 104 Figure 32.3 : photographies de notices...page 105 Figure 32.4 : photographies de notices...page 105 Figure 33 : représentation graphique du nombre de déclarations annuelles portant sur des antiparasitaires externes contenant de la perméthrine...page 110 Figure 34 : représentation graphique de la part des déclarations relatives à des sprays et spot-on à base de perméthrine par rapport à toutes les déclarations concernant des chats...page

16 Figure 35 : représentation graphique du nombre de déclarations annuelles concernant les chats en général et les chats traités avec des sprays et spot-on contenant de la perméthrine...page 113 Figure 36 : représentation graphique de la part des cas graves dans les déclarations concernant des chats traités par des sprays et spot-on contenant de la perméthrine...page 114 Figure 37 : représentation graphique du nombre de déclarations annuelles relatives à des chats ayant reçu des sprays et à des spot-on contenant de la perméthrine...page 116 Figure 38 : représentation graphique de la part des sprays et des spot-on dans les déclarations concernant des chats traités par des médicaments contenant de la perméthrine...page 117 Figure 39 : représentation graphique du nombre de cas graves et non graves annuels relatifs à des chats traités par des spot-on contenant de la perméthrine...page 118 Figure 40 : représentation graphique du nombre de cas graves et non graves annuels relatifs à des chats traités par des sprays contenant de la perméthrine...page 118 Figure 41 : représentation graphique de la part des cas graves et non graves dans les déclarations concernant des chats traités par des spot-on contenant de la perméthrine...page 120 Figure 42 : représentation graphique de la part des cas graves et non graves dans les déclarations concernant des chats traités par des sprays contenant de la perméthrine...page

17 Liste des tableaux Tableau 1 : Classement de quelques pyréthrines...page 29 Tableau 2 : répartition des cas déclarés en fonction du sexe...page 66 Tableau 3 : répartition des cas déclarés en fonction de l âge...page 67 Tableau 4 : répartition et fréquence des cas déclarés en fonction de l âge comparées à la fréquence théorique...page 68 Tableau 5 : répartition des cas déclarés en fonction du poids...page 69 Tableau 6 : répartition des cas déclarés en fonction de la présentation...page 71 Tableau 7 : Répartition des cas déclarés en fonction de la présence ou non d un chien dans le foyer...page 72 Tableau 8 : répartition des cas déclarés en fonction du statut de connaissance de la contre-indication d application sur les chats...page 73 Tableau 9 : répartition des cas déclarés pour lesquels il a été conseillé d administrer la spécialité au chat, en fonction du statut du vendeur...page 75 Tableau 10 : répartition des cas déclarés en fonction du site de vente...page 78 Tableau 11 : pourcentages de ventes en fonction du site de vente, pendant l année XXXX (données de l A.N.M.V.)...page 78 Tableau 12 : répartition et fréquence des cas déclarés (spot-on uniquement) en fonction du site de vente...page 79 Tableau 13 : répartition et fréquence des cas déclarés relatifs à des spot-on en fonction du site de vente, comparées à la fréquence théorique...page 80 Tableau 14 : fréquence des symptômes décrits dans les déclarations de cas...page 83 Tableau 15 : répartition des cas déclarés en fonction de la durée d évolution de l intoxication...page 84 Tableau 16 : répartition des cas déclarés en fonction de l issue de l intoxication...page 85 Tableau 17 : nombre de cas déclarés au CPVL concernant des chats, pour tous les médicaments confondus, et pour les médicaments contenant de la perméthrine, de 2001 à 2007 (données du C.P.V.L.)...page 108 Tableau 18 : nombre de cas déclarés au CPVL concernant des chats intoxiqués par des sprays et spot-on contenant de la perméthrine, de 2001 à 2007 (données du C.P.V.L.)...page

18 Tableau 19 : nombre de cas déclarés au CPVL concernant des chats, pour tous Les médicaments confondus, et pour les sprays et spot-on contenant de la perméthrine, de 2001 à 2007 (données du C.P.V.L.)...page 109 Tableau 20 : nombre de cas graves et non graves parmi les déclarations portant sur des chats intoxiqués par des sprays et spot-on contenant de la perméthrine de 2001 à 2007 (données du C.P.V.L.)...page 119 Liste des annexes Annexe 1 : formulaire de notification téléphonique d effet indésirable de médicament vétérinaire...page 126 Annexe 2 : formulaire de déclaration d effet indésirable chez l animal susceptible d être dû à un médicament vétérinaire...page 130 Annexe 3 : questionnaire téléphonique d enquête de pharmacovigilance...page 132 Annexe 4 : Extraits des R.C.P. et des notices de DMV relatives aux antiparasitaires externes pour carnivores domestiques à base de perméthrine...page

19 19

20 20

21 INTRODUCTION La perméthrine est un insecticide pyréthrinoïde de synthèse de type 1, utilisée dans divers produits de santé animale tels que des shampooings, des sprays et des spot-on. L utilisation des sprays et des spot-on est devenue une habitude chez les propriétaires d animaux de compagnie. Ceci, ainsi que la volonté croissante d automédication des particuliers envers leurs animaux, est sans doute à l origine d une présentation maintenant commune de ces produits non plus seulement chez le vétérinaire, mais aussi en pharmacie, dans les grandes surfaces et les animaleries, les laissant ainsi à la disposition du grand public sans aucun accompagnement du moindre conseil professionnel. Pourtant, l utilisation de la perméthrine n est pas sans risque pour la santé animale. En effet, cette molécule présente une toxicité non négligeable, chez le chat, aux doses présentes dans les sprays et spot-on. En 2007, le Centre de Pharmacovigilance Vétérinaire de Lyon (C.P.V.L.) a enregistré 488 déclarations d intoxications à la perméthrine chez le chat, portant dans la très grande majorité des cas sur des effets convulsifs, avec parfois comme issue le décès de l animal. Ces appels n étant que des déclarations spontanées, et une grande partie des vétérinaires praticiens étant habituée à traiter ces intoxications sans avoir recours aux conseils du C.P.V.L. et du Centre National d Information et de Toxicologie Vétérinaire (C.N.I.T.V.), ces 488 déclarations ne représentent très certainement qu une partie infime de la totalité des cas d intoxications ; cette supposition ne fait qu accroître l importance d une information claire, objective, et inévitable que devraient recevoir les particuliers ayant recours aux médicaments contenant de la perméthrine. Ces différents points ont d ailleurs été à l origine d une saisie de la Commission de Pharmacovigilance Vétérinaire, dont les conclusions du rapport d expertise ont été rendues publiques par l AFSSA (Agence Française de la Sécurité Sanitaire des Aliments) en Dans notre étude, nous nous arrêterons d abord sur le fonctionnement de la perméthrine en tant qu antiparasitaire ainsi que sur les explications quant à sa toxicité chez le chat présentes dans la bibliographie ; nous essayerons ensuite de comprendre, en nous fondant sur une étude de pharmacovigilance que nous avons menée du 1 er avril 2007 au 30 juin 2007, les circonstances de ces intoxications ainsi que les gestes thérapeutiques effectués par les praticiens ; nous étudierons, enfin, l impact sur la fréquence de ces intoxications qu a eu le rapport d expertise de l AFSSA. 21

22 22

23 PREMIERE PARTIE : Etude générale des antiparasitaires externes à base de perméthrine 23

24 24

25 I. La perméthrine : un insecticide de synthèse A. Histoire des pyréthrinoïdes Les pyréthrines naturelles (pyréthroïdes) regroupent un ensemble de principes actifs d origine végétale, dont les propriétés insecticides sont connues depuis au moins le milieu des années 1800 (HANSEN (2006)), extraits de la fleur de Chrysanthème insecticide ou Pyrèthre de Dalmatie, plus particulièrement de Chrysanthemum cinerariaefolium (cf. figure 1) (BEUGNET (2004), VALENTINE (1990)). Jusqu en 1940, elles ont servi à la lutte contre les insectes, aux côtés d autres insecticides naturels d origine végétale ou minérale (arsenicaux, fluorures). Figure 1 : Chrysanthemum cinerariaefolium 25

26 Après la seconde guerre mondiale, les pyréthrines, trop instables à la lumière, ont été délaissées au profit d insecticides organiques tels que les organophosphorés, organochlorés ou carbamates, plus performants mais aussi moins chers et plus stables. A partir de 1970, l Homme a pris conscience de la toxicité environnementale de ces derniers insecticides de seconde génération, ainsi que de leur toxicité marquée notamment pour les Vertébrés. Il est donc revenu à l utilisation des pyréthrines, et a corrigé leur photolabilité par synthèse organique (DURAND (1993), VALENTINE (1990)). Ainsi, la première pyréthrine de synthèse (pyréthrinoïde) a vu le jour en 1973 (MEYER (1999)). L action rapide et à faible dose des pyréthrinoïdes, justifiant leur dénomination d «insecticide de choc», ainsi que leur toxicité relativement faible chez les mammifères, a motivé l intérêt croissant porté sur eux. Par la suite, d autres synthèses organiques ont permis d accroître leur photostabilité et leur activité insecticide. Suivant les groupements ajoutés lors de la synthèse organique, deux grands types de pyréthrinoïdes ont vu le jour : les pyréthrinoïdes de type II qui possèdent un groupement α- cyané, et les pyréthrinoïdes de type I qui n en possèdent pas. La perméthrine, à laquelle nous nous intéresserons maintenant, est un pyréthrinoïde de type I, dont les noms de code sont NDRC-143, OMS-1221, RU ou FMC Lors de sa synthèse, 4 stéréoisomères sont formés, dont 2 seulement sont toxiques (BEUGNET (2004), DURAND (1993), HANSEN (2006)). Ceci sera étudié plus précisément par la suite. 26

27 B. Structure et nomenclature de la perméthrine Afin de comprendre la structure de la perméthrine, nous nous pencherons d abord sur les pyréthrines naturelles. 1) Structure des pyréthrines naturelles Dans l extrait naturel de fleurs de Chrysanthème insecticide, sont présents les esters de deux acides voisins (acides chrysanthèmique et pyréthrique) et de trois alcools dérivant d un cycle cyclopentanone substitué. En se référant à l acide à l origine de la formation des pyréthrine, on distingue donc deux types de structures : les pyréthrates (cf. figure 2) et les chrysanthémates (cf. figure 3) Figure 2 : structure des pyréthrates (issus de l acide pyréthrique) 27

28 Figure 3 : structure des chrysanthémates (issus de l acide chrysanthémique) Le «R» représenté à l extrémité droite de ces molécules, issu des alcools, peut être un groupement méthyl, un groupement éthyl, ou un groupement éthylène. De cette manière, on obtient 3 chrysanthémates et 3 pyréthrates. Ces 6 molécules, particulièrement instables à la lumière solaire, composent l ensemble des principes actifs que l on nomme pyréthrines naturelles. Les chimistes ont donc, à partir de ces modèles, cherché à améliorer à la fois leurs performances insecticides et leur photostabilité (DURAND (1993)). 2) Structure et nomenclature des pyréthrinoïdes Les pyréthrinoïdes de première génération sont produits à partir de 1960, et voient essentiellement accroître leur pouvoir insecticide. Ils ne possèdent pas de groupement α- cyané, ce qui les différencie des pyréthrinoïdes de seconde génération. 28

29 Pyréthrines naturelles Pyréthrinoïdes de type I Pyréthrinoïdes de type II Pyréthrine I Pyréthrine II Cinerine I Cinerine II Jasmoline I Jasmoline II Alléthrine Bifenthrine Perméthrine Phénothrine Resméthrine Sumithrine Téfluthrine Tétraméthrine Cyfluthrine Cyhalothrine Cyperméthrine Deltaméthrine Fenvalérate Fluméthrine Fluvalinate Tralométhrine Tableau 1 : Classement de quelques pyréthrines La perméthrine ne possède pas de groupement cyané, c est une pyréthrinoïde de première génération (cf. tableau 1) dont la formule chimique semi-développée ainsi que la représentation en trois dimensions sont présentées ci-après (cf. figures 4 et 5) : Figure 4 : structure moléculaire de la perméthrine 29

30 Atome blanc : hydrogène Atome bleu : carbone Atome rouge : oxygène Atome vert : chlore Figure 5 : modélisation en trois dimensions de la molécule de perméthrine La présence des deux cycles benzènes stabilise la liaison ester, conférant à la molécule une moindre photolabilité. Sa synthèse produit 4 stéréoisomères dont les isomères (1R, cis) et (1R, trans) sont plus toxiques, en raison de la conformation de la liaison ester. 30

31 II. La perméthrine : mécanisme d action L activité insecticide de la perméthrine est étroitement liée à sa configuration spatiale, lui permettant d intervenir au contact des sites sensibles de l insecte. L intégrité de la fonction ester de la molécule joue ici un rôle indispensable, il est important de le noter afin de mieux comprendre par quel mécanisme les effets indésirables sont peu présents chez la plupart des mammifères. La configuration des stéréoisomères (1R, cis) et (1R, trans) par rapport aux stéréoisomères (1S, cis) et (1S, trans) est davantage conforme à la structure des sites sensibles de l insecte, ce qui explique leur activité insecticide plus importante. La perméthrine joue son rôle insecticide au niveau du système neurologique des insectes. Elle agit à différents niveaux, par des modes d actions différents que nous allons étudier ici. 31

32 A. Action de la perméthrine au niveau membranaire La perméthrine agit principalement au niveau des canaux à sodium présents sur les membranes des cellules nerveuses. Afin de mieux comprendre l action de la perméthrine au niveau membranaire, il est nécessaire de revenir sur le fonctionnement de la membrane neuronale. Les canaux ioniques jouent un rôle essentiel dans la fonction de la membrane nerveuse : il existe au repos une différence de potentiels d environ -70mV entre la face externe et la face interne de ces membranes ; ceci est permis par la présence importante d ions sodium (Na + ) dans le milieu extracellulaire, et d ions potassium (K + ) dans le milieu intracellulaire (cf. figure 6). : ion Sodium : ion Potassium : canal à Sodium : canal à Potassium : pompe Na/K/ATPase Figure 6 : Schéma de la membrane neuronale au repos Lors d un stimulus, les courants locaux peuvent être à l origine d un potentiel d action, qui correspond à une inversion de polarité de la membrane de -70mV à +50mV. Ceci est permis par l existence des canaux à sodium d une part, et des canaux à potassium d autre part. Lors de la présence d un stimulus, les canaux à sodium s ouvrent, laissant entrer les ions Na + dans la cellule : c est la dépolarisation (cf. figure 7). 32

33 Figure 7 : Schéma de la membrane neuronale : ouverture des canaux à sodium Puis ces canaux se referment et se trouvent momentanément inactivés, pendant que les canaux à potassium s ouvrent à leur tour pour permettre la sortie des ions K + vers le milieux extracellulaire : c est la repolarisation de la membrane (cf. figure 8). : canal à Sodium inactivé Figure 8 : Schéma de la membrane neuronale : ouverture des canaux à potassium 33

34 Des pompes Na/K/ATPases interviennent également dans cette repolarisation en rétablissant les concentrations en sodium et en potassium dans les milieux extracellulaires et intracellulaires, moyennant une dépense en énergie sous forme d A.T.P. (Adénosine TriPhosphate) (cf. figure 9). ATP ATP : adénosine tri-phosphate Figure 9 : Schéma de la membrane neuronale : action des pompes Na/K/ATPases Après un laps de temps constant, les canaux à sodium sont à nouveau fonctionnels, et la membrane neuronale, revenue à l état dit de repos, est prête à réagir à un nouveau stimulus (cf. figure 10). Figure 10 : Schéma de la membrane neuronale après rétablissement des concentrations ioniques 34

35 Les canaux à sodium sont le site d action majeur de la perméthrine : cette dernière augmente, en agissant auprès de ces canaux, la perméabilité de la membrane cellulaire au sodium, prolongeant donc le flux d ions Na + lors de la stimulation de la cellule nerveuse. De cette manière, le temps moyen d ouverture des canaux à sodium est multiplié environ par dix (BURGAT-SACAZE (1993), DORMAN et BEASLEY (1991), DURAND (1993), RICHARDSON (2000), WHITTEM (1995)). La perméthrine possède également une action inhibitrice sur les pompes ATPases Na+/K+ dépendantes, ayant pour effet un retard à la repolarisation, et sur les pompes ATPases Ca2+/Mg2+ dépendantes. Cette dernière action inhibitrice a pour conséquence une baisse du seuil d excitabilité de la membrane, la rendant donc plus facilement excitable (BURGAT- SACAZE (1993), DORMAN et BEASLEY (1991), DURAND (1993)). Enfin, par l action inhibitrice de la perméthrine sur ces pompes ATPases, il y a indirectement un effet d épuisement rapide en A.T.P., principale source d énergie de la cellule nerveuse (BURGAT-SACAZE (1993), DURAND (1993)). En présence de perméthrine, le temps de dépolarisation est donc plus long. 35

36 B. Autres sites d action de la perméthrine 1) Action de la perméthrine au niveau synaptique. La perméthrine possèderait également une action secondaire, au niveau synaptique, sur les récepteurs GABA, les récepteurs nicotiniques de l Acétyl-choline, et les récepteurs de l acide kaïnique. Ces actions correspondent, respectivement, en : o une inhibition de la transmission GABA-ergique (qui, en temps normal, a un rôle inhibiteur ; on a donc levée de ce rôle inhibiteur), o une inhibition indirecte de la libération d Acétyl-choline, o enfin, une libération d amino-acides excitateurs qui a pour conséquence une dépolarisation encore prolongée de la membrane, aboutissant à un épuisement énergétique cellulaire et à la mort neuronale. Ces effets potentialisent l action de la perméthrine au niveau membranaire (BURGAT- SACAZE (1993), DURAND (1993)). Ils seraient nettement plus présents lors de l utilisation de pyréthrinoïdes de type II (VOLMER (2004)). 2) Action de la perméthrine au niveau neurohormonal L action de la perméthrine au niveau neurohormonal est mal connue. Elle est à l origine d une libération par les cellules neurosécretrices de neurohormones naturelles, notamment de catécholamines, de glucose sanguin et de lactate. Ceci a été prouvé pour d autres pyréthrinoïdes tels que la cisméthrine et la deltaméthrine. Par ces différentes actions, la perméthrine est à l origine d une perte énergétique progressive des cellules nerveuses (BURGAT-SACAZE (1993), DURAND (1993)). 36

37 C. Mise à profit de l action de la perméthrine dans les traitements antiparasitaires externes. D un point de vue clinique, la perméthrine est douée d une rémanence de plusieurs semaines sur le tégument. Elle agit par contact ou par ingestion sur les insectes ainsi que sur les acariens. Son passage au travers de la cuticule des arthropodes est rapide et sans obstacle. Le mode d action de la perméthrine, comme celui des pyréthrinoïdes en général, est proche de celui des organochlorés, intervenant sur les ganglions cérébraux des insectes et provoquant un effet dit «knock-down» (qui correspond à la chute de l insecte) suivi d une phase d hyperexcitation aboutissant à la mort de l insecte (BURGAT-SACAZE (1993), DURAND (1993), KECK (1992), MEYER (1999)). Cette molécule est également assez volatile, ce qui a pour conséquence un effet répulsif sur les insectes volants (moustiques ou phlébotomes). Enfin, chez les mammifères, la perméthrine et les pyréthrinoïdes en général sont relativement peu toxiques. Ceci s explique par les propriétés biologiques des pyréthrinoïdes et par leur métabolisation rapide chez les mammifères. Nous nous attarderons dans la partie qui suit sur ces étapes (DORMAN et BEASLEY (1991), WHITTEM (1995)) ; de plus, on note un rôle important de la température corporelle: en effet, l action de la perméthrine au niveau des canaux à sodium est plus élevée à basse température (ceci aura une importance dans le traitement éliminatoire des intoxications), la température corporelle des mammifères étant de 37 C en moyenne et celle des insectes de 25 C environ, il s en suit une activité neurotoxique accrue chez les insectes (VOLMER (2004)). Pour finir, lors d administration par voie cutanée, la molécule a tendance à diffuser de manière radiale dans l épiderme, diffusant donc sur la surface corporelle sans rôle systémique majeur. Ces caractéristiques ont favorisé le développement des médicaments sous forme de sprays et de spot-on, formes galéniques particulièrement adaptées au traitement des ectoparasitoses des carnivores domestiques. 37

Protéger. son animal. la gamme FRONTLINE. grâce à la gamme. Contre les puces et les tiques. Efficace plusieurs semaines (1) Résistant à la pluie,

Protéger. son animal. la gamme FRONTLINE. grâce à la gamme. Contre les puces et les tiques. Efficace plusieurs semaines (1) Résistant à la pluie, la gamme Frontline Contre les puces et les tiques Efficace plusieurs semaines (1) Résistant à la pluie, aux bains et aux shampooings (2) Protéger son animal grâce à la gamme FRONTLINE La gamme FRONTLINE

Plus en détail

Métabolisme interspécifique et applications

Métabolisme interspécifique et applications Métabolisme interspécifique et applications 2 Sommaire a. A l échelle du système b. A l échelle enzymatique c. Variations à l échelle de la race / de l individu II. Et en pratique 1 3 Introduction Définition

Plus en détail

NOTICE Advantage pour chats

NOTICE Advantage pour chats NOTICE Advantage pour chats 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE FABRICATION RESPONSABLE DE LA LIBÉRATION DES LOTS, SI DIFFÉRENT Titulaire

Plus en détail

FIPROTEC, PIPETTES CONTRE PUCES ET TIQUES :

FIPROTEC, PIPETTES CONTRE PUCES ET TIQUES : FIPROTEC, PIPETTES CONTRE PUCES ET TIQUES : FIPROTEC 50 MG SOLUTION SPOT-ON POUR CHAT Composition :Une pipette de 0,50 ml contient 50 mg de Fipronil. Indications d utilisation : Chez les chats : - Traitement

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Bijsluiter FR versie Collier Propoxur Halsband B. NOTICE 1/5

Bijsluiter FR versie Collier Propoxur Halsband B. NOTICE 1/5 B. NOTICE 1/5 NOTICE COLLIER PROPOXUR HALSBAND pour chiens de petite taille et chats COLLIER PROPOXUR HALSBAND pour chiens de grande et moyenne taille 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE

Plus en détail

MENTIONS REGLEMENTAIRES

MENTIONS REGLEMENTAIRES MENTIONS REGLEMENTAIRES COLLIER ANTIPARASITAIRE AU DIMPYLATE POUR CHAT VETOCANIS... 2 COLLIER ANTIPARASITAIRE AU DIMPYLATE POUR CHIEN VETOCANIS... 3 COLLIER ANTIPARASITAIRE AU DIMPYLATE POUR GRAND CHIEN

Plus en détail

La reconnaissez- vous?

La reconnaissez- vous? La reconnaissez- vous? Qu est ce qu une puce? C est un insecte piqueur sans ailes de couleur brune mesurant quelques millimètres et ayant la capacité de sauter 30 fois sa longueur. L espèce Cténocephalidès

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Nouveaux produits antiparasitaires aux extraits naturels pour chiens et chats.

Nouveaux produits antiparasitaires aux extraits naturels pour chiens et chats. Nouveaux produits antiparasitaires aux extraits naturels pour chiens et chats. - VETOFORM - Laboratoire DAZONT Contact presse Johann Fourmond / Marie Gesrel Agence RELEASE PRESSE Tel : 02 99 65 05 47 Port

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

)F- Ttulaire de l'autorisation de mise sur le marché :

)F- Ttulaire de l'autorisation de mise sur le marché : )F- 6: ô: Frontline Tri-Act solution pour spot-on pour chiens 2-5 kg Frontline Tri-Act solution pour spot-on pour chiens 5-10 kg Frontline Tri-Act solution pour spot-on pour chiens l0-20 kg Frontline Tri-Act

Plus en détail

PREVENTION ASV. Partie réalisée par Aurélys ANTOINE. Le 09/05/2015

PREVENTION ASV. Partie réalisée par Aurélys ANTOINE. Le 09/05/2015 PREVENTION ASV Partie réalisée par Le 09/05/2015 Atelier n 2 : Parasites et intoxication Principaux parasites de l été: - Les puces : c est quoi? - Les tiques : c est quoi? - Les aoutats : c est quoi?

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un ml contient: Principe actif: Méloxicam

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 [pipettes unidoses] 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Profender 30 mg/7,5 mg solution pour spot-on pour petits chats Profender 60 mg/15 mg solution

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES COMPTE RENDU PUBLIC DE LA COMMISSION NATIONALE DES MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES. Réunion n 8 du 14 Février 2012.

MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES COMPTE RENDU PUBLIC DE LA COMMISSION NATIONALE DES MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES. Réunion n 8 du 14 Février 2012. Agence nationale du médicament vétérinaire BP 90203-35302 Fougères cedex Téléphone : 02 99 94 78 78 - Télécopie : 02 99 94 78 64 MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES COMPTE RENDU PUBLIC DE LA COMMISSION NATIONALE

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Le Conseil Général ménage votre santé! Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Sommaire 1. Pourquoi créer ce cahier pratique du nettoyage écologique?

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Contact cutané. Contact avec les yeux. Inhalation. Ingestion.

Contact cutané. Contact avec les yeux. Inhalation. Ingestion. FICHE SIGNALÉTIQUE 995-01 Canutec 1-613-996-6666 (24 heures) 1. PRODUIT CHIMIQUE ET FOURNISSEUR Identification du produit : 995-01 Nom du produit : Graisse montage pneu Famille chimique : Mélange Fournisseur/Fabricant

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

LE POINT TOX. N 7 - Juillet 2013. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS

LE POINT TOX. N 7 - Juillet 2013. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS LE POINT TOX Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion N - Juillet 213 Dans ce bulletin d information, nous vous présentons l évolution temporelle du nombre d intoxications à la Réunion recensées

Plus en détail

Effets néfastes de l infestation par les puces

Effets néfastes de l infestation par les puces Les puces Les puces sont incontestablement au premier rang des ectoparasites rencontrés chez le chien. Ces insectes sont responsables de l'apparition de diverses maladies de peau. Les connaissances sur

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers 1 Buts Etre capable de reconnaître les dangers indiqués sur une étiquette de produits dangereux. Connaître les pictogrammes du

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

Chapitre 2 : Les compartiments liquidiens de l organisme. Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Chapitre 2 : Les compartiments liquidiens de l organisme. Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 2 : Les compartiments liquidiens de l organisme Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage»

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d utilisation Avantage des produits «BIO» et des ECOLABEL 1) Caractéristiques certifiées (label européen): les liquides vaisselles

Plus en détail

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire :

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire : La physiologie neuro-musculaire : Introduction : Le neurone possède 3 propriétés indispensables pour assurer sa fonction au sein de l organisme : -l excitabilité : capacité à répondre à un stimulus -la

Plus en détail

Les puces en élevage de chèvres des Pyrénées (et autres élevages caprins)

Les puces en élevage de chèvres des Pyrénées (et autres élevages caprins) Les puces en élevage de chèvres des Pyrénées (et autres élevages caprins) Enquête réalisée par l association Chèvre des Pyrénées en septembre 2014 via un questionnaire mis en ligne sur www.sondageonline.com

Plus en détail

BETTER THAN FUMIGATEUR À LIBÉRATION TOTALE AÉROSOL INSECTICIDE FUMIGATEUR-EXTERMINATEUR DOMESTIQUE

BETTER THAN FUMIGATEUR À LIBÉRATION TOTALE AÉROSOL INSECTICIDE FUMIGATEUR-EXTERMINATEUR DOMESTIQUE BETTER THAN FUMIGATEUR À LIBÉRATION TOTALE AÉROSOL INSECTICIDE FUMIGATEUR-EXTERMINATEUR DOMESTIQUE Enfoncer et barrer la gâchette pour une VAPORISATION CONTINUE ou appuyer sur la gâchette pour une VAPORISATION

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Liaison : Service à la clientèle au 1-800-395-9960 En cas d urgence médicale, communiquer avec un centre antipoison.

Liaison : Service à la clientèle au 1-800-395-9960 En cas d urgence médicale, communiquer avec un centre antipoison. FICHE SIGNALÉTIQUE Produit fini SECTION 1 SUBSTANCE CHIMIQUE/IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE L ENTREPRISE Nom du produit fini : Savon Ivory (15157069) Identification de l entreprise : The Procter & Gamble

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte GESTION D UNE EPIDEMIE DE DERMATITES LIEES A CIMEX LECTULARIUS DANS UNE UNITE DE SOINS DU CENTRE HOSPITALIER SPECIALISE DE LA SAVOIE : RETOUR D EXPERIENCE Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne

Plus en détail

Vulcano Pièges Fourmis

Vulcano Pièges Fourmis FDS Conforme au règlement 1907/2006/CE et 1272/2008/CE 16-12-10- Page 1/5 FICHES DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Utilisation : Fournisseur : Vulcano Pièges

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques Résumé Sécurité GPS Contacts Identité chimique Paraméthoxyphénol Désignation commerciale Paraméthoxyphénol Numéro CAS 150 76 5 Nom chimique (IUPAC) 4 methoxyphenol Formule chimique C7H8O2 Synonymes EMHQ,

Plus en détail

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 -

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - OBJECTIF DE L ETUDE L objectif de cette étude est de répertorier tous les risques professionnels dans un pressing (base de l évaluation des

Plus en détail

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver.

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Syndicat des apiculteurs de Thann et environs Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Auteurs : R.Hummel & M.Feltin Octobre 2014 Les sirops de nourrissement : La qualité des sirops utilisés pour

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 1 er avril 2014 AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d autorisation de mise

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9.

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. Dénomination du Module HIGIENE, TECHNOLOGIE ET SECURITE ALIMENTAIRE Unité temporelle SEMESTRE 9 Cr. ECTS 22 Caractère OBLIGATOIRE Matières M1 TECHNOLOGIE, HYGIENE ET CONTRÔLE

Plus en détail

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible FICHE SIGNALÉTIQUE 1. PRODUIT CHIMIQUE ET IDENTIFICATION DE L'ENTREPRISE Adresse du fournisseur/distributeur : Dominion Sure Seal Group of Companies 6175, chemin Danville, Mississauga (Ontario) Canada,

Plus en détail

PIL Décembre 2009. Autres composants: acide tartrique, macrogol 4000, macrogol 1000, macrogol 400, butylhydroxyanisol.

PIL Décembre 2009. Autres composants: acide tartrique, macrogol 4000, macrogol 1000, macrogol 400, butylhydroxyanisol. Notice publique MOTILIUM Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Si vous avez d autres questions,

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif

Risques spécifiques Création : 17/03/1994. ocif COMPAGNIE GENERALE DES INSECTICIDES 9 rue Louis Armand ST OUEN L'AUMONE 95315 CERGY PONTOISE Cedex Tél: 01.34.64.11.73 Fax: 01.30.37.15.90. FICHE DE DO EES SECURITE Réf. : GUEP2 Risques spécifiques Création

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

PIQURES D HYMENOPTERES

PIQURES D HYMENOPTERES Docteurs Erik BOQUET et François ROLLIN Page 1 21/06/2008 PIQURES D HYMENOPTERES (Docteurs Erik BOQUET* et François ROLLIN**) Les hyménoptères forment un ordre important parmi les insectes avec plus de

Plus en détail

Santé Environnement PRSE Bretagne

Santé Environnement PRSE Bretagne L influence de l environnement sur la santé est bien réelle En Bretagne > 20 % des décès par cancer du poumon attribuables au radon, gaz radioactif d origine naturelle émis par les sous-sols granitiques

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Les animaux et l aloe vera

Les animaux et l aloe vera Les animaux et l aloe vera L aloe vera Une des plus anciennes plantes bénéfiques connues Contient plus de 200 nutriments : vitamines, minéraux, acides aminés, enzymes Processus de stabilisation unique

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

Ingrédients N CAS % Cyanoacrylate d éthyle Confidentiel 90-95 Hydroquinone 123-31-9 0,1-1

Ingrédients N CAS % Cyanoacrylate d éthyle Confidentiel 90-95 Hydroquinone 123-31-9 0,1-1 Fiche signale tique 1. Identification du produit et de la société Nom du produit : Colle 2P-10 (adhésif à base de cyanoacrylate) Numéro de pièce/produit : COLLE 2P-10 2P-10 JEL 2 OZ / 2P-10 JEL 10 OZ /

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Page : 1/8 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Identification de la préparation Utilisation de la préparation Identification de la Société / Entreprise Adresse : Eosine

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

Le cadre réglementaire des Essais Cliniques en Tunisie

Le cadre réglementaire des Essais Cliniques en Tunisie REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DE LA PHARMACIE ET DU MEDICAMENT Le cadre réglementaire des Essais Cliniques en Tunisie Dr Kamel IDDIR Directeur Général DPM/MSP 15ème journée de la

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010 Les opioïdes Aude Ferran Avril 2010 Introduction Analgésiques centraux = diminuent ou suppriment la douleur par un effet au niveau du système nerveux central (moelle épinière ou cerveau) Introduction Opioïdes

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 Session ide Dispositifs médicaux de perfusion en 2008 Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 1 Pôle d Anesthésie Réanimation Hôpital Salengro 2 SAMU 59 CHRU Lille La perfusion est un acte courant dans tous les

Plus en détail