Règlement départemental d aide sociale du Rhône en faveur de l enfance et de la famille

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Règlement départemental d aide sociale du Rhône en faveur de l enfance et de la famille"

Transcription

1 Règlement départemental d aide sociale du Rhône en faveur de l enfance et de la famille MESURES ACCOMPAGNEMENT DROITS DES USAGERS PRISE EN CHARGE PRÉVENTION PROTECTION MINEURS ENFANCE FAMILLE FAMILLE ACCOMPAGNEMENT ASE PMI PRÉVENTION ACCUEIL ADOPTION TUTELLE PUPILLES w w w. r h o n e. f r

2 REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDE SOCIALE DU RHONE VOLUME 4 : ACTIONS EN FAVEUR DE L ENFANCE ET DE LA FAMILLE LIVRE 1 : L aide sociale à l enfance TITRE 1 : Règles générales relatives à l aide sociale à l enfance CHAPITRE 1 : Les missions de l aide sociale à l enfance CHAPITRE 2 : Droits des usagers dans leurs relations avec les services de l aide sociale à l enfance CHAPITRE 3 : La protection des mineurs en danger ou en risque de l être CHAPITRE 4 : Les structures gérées par le secteur associatif concourant à la protection de l'enfance TITRE 2 : La prévention de l inadaptation de l enfance et de la jeunesse CHAPITRE 1 : Dispositions générales CHAPITRE 2 : La prévention spécialisée TITRE 3 : Mesures d aide à domicile et mesures en milieu ouvert CHAPITRE 1 : L intervention d un technicien de l intervention sociale et familiale ou d une aide ménagère CHAPITRE 2 : L accompagnement en économie sociale et familiale CHAPITRE 3 : Les mesures d aide éducative administrative CHAPITRE 4 : La mise en œuvre des mesures judiciaires d aide éducative en milieu ouvert CHAPITRE 5 : Les aides financières TITRE 4 : Les différentes prises en charge au titre de la protection de l enfance CHAPITRE 1 : Dispositions générales en matières de protection de l enfance CHAPITRE 2 : Accueil des mineurs au titre de la protection sociale administrative CHAPITRE 3 : Accueil des mineurs dans le cadre de la protection judiciaire CHAPITRE 4 : Les délégations d autorité parentale CHAPITRE 5 : La tutelle CHAPITRE 6 : Les pupilles de l État TITRE 5 : Les modalités de la prise en charge au titre de la protection de l enfance CHAPITRE 1 : L hébergement CHAPITRE 2 : L accueil externalisé, l'accueil-formation, et l'accueil de jour 1

3 TITRE 6 : L aide aux jeunes majeurs et mineurs émancipés CHAPITRE 1 : Le fonds d aide aux jeunes CHAPITRE 2 : Contrat jeune majeur CHAPITRE 3 : Contrat social TITRE 7 : Accueil des femmes enceintes et mères isolées avec enfants de moins de trois ans TITRE 8 : L adoption LIVRE 2 : La protection maternelle et infantile TITRE 1 : Les mesures de prévention et d éducation pour la santé en faveur des futurs parents et des enfants de moins de 6 ans CHAPITRE 1 : L accompagnement des futurs parents CHAPITRE 2 : L accompagnement des enfants de la naissance jusqu à six ans CHAPITRE 3 : La planification familiale et l accompagnement à la vie affective TITRE 2 : Les actions en santé publique et épidémiologie TITRE 3 : Le dispositif d accueil des enfants de moins de six ans CHAPITRE 1 : Dispositions relatives à l accueil collectif CHAPITRE 2 : Dispositions relatives aux assistants maternels CHAPITRE 3 : La Commission départementale de l accueil des jeunes enfants 2

4 VOLUME 4 : ACTIONS EN FAVEUR DE L ENFANCE ET DE LA FAMILLE Article 4-1 : Compétences du Département du Rhône en matière d aide sociale à l enfance et de protection maternelle et infantile Le Département définit et met en œuvre la politique d'action sociale, notamment dans les domaines de l'aide sociale à l'enfance et de la protection maternelle et infantile, et coordonne les actions menées sur son territoire qui y concourent. Depuis la loi n du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance, le président du Conseil général du Rhône détermine les interventions en matière de protection de l enfance (recueil, traitement et évaluation des informations préoccupantes) et coordonne les mesures prises envers les enfants et leur famille. Art. L du CASF Article 4-2 : Organisation des services d aide sociale à l enfance et de protection maternelle et infantile du Département du Rhône Le Département est responsable des services de l'aide sociale à l'enfance et de protection maternelle et infantile. Il en assure le financement et organise ces services sur une base territoriale. Au sein du Département du Rhône, l organisation des actions d aide sociale à l'enfance et de protection maternelle et infantile s articule entre : - le pôle Enfance-Famille et PMI, constitué de : o la direction de la Protection de l enfance, o la direction de la Santé enfance famille, o la direction de l Accueil de l enfant et de sa famille, o l Institut départemental de l enfance et de la famille, - le pôle Intégration sociale, notamment la mission Prévention spécialisée et le Fonds d aide aux jeunes, - les travailleurs médico-sociaux territoriaux. Art. L et 3, et 3 ème alinéa du CASF Article 4-3 : Organisation et mise en œuvre des mesures de protection de l'enfance L organisation et la mise en œuvre des mesures de protection de l enfance se font dans le cadre des orientations retenues par le schéma départemental de protection de l enfance du Département du Rhône (disponible sur : departemental_2006_2010). Les prestations mentionnées dans ce volume du règlement départemental d'aide sociale sont dispensées principalement par les Maisons du Rhône implantées sur tout le territoire du département. Article 4-4 : Admission aux prestations L'admission aux prestations légales relevant de la compétence du Département du Rhône ou aux prestations que le Département crée de sa propre initiative est prononcée au vu des conditions d'attribution, telles qu'elles résultent des dispositions du présent règlement départemental d'aide sociale. 3

5 Pour connaître les prestations créées par le Département du Rhône et les conditions dans lesquelles celles-ci sont attribuées, il est possible de consulter les délibérations du Conseil général du Rhône mentionnées dans le présent règlement départemental d aide sociale et disponibles sur : Art. L du CASF LIVRE 1 : L aide sociale à l enfance (ASE) TITRE 1 : Règles générales relatives à l aide sociale à l enfance CHAPITRE 1 : Les missions de l aide sociale à l enfance Article : Missions de l'aide sociale à l enfance Le service de l'aide sociale à l enfance est un service non personnalisé du Département du Rhône, placé sous l'autorité du président du Conseil général. Il est chargé des missions suivantes : - apporter un soutien matériel, éducatif et psychologique tant aux mineurs et à leur famille ou à tout détenteur de l'autorité parentale, confrontés à des difficultés risquant de mettre en danger la santé, la sécurité, la moralité de ces mineurs ou de compromettre gravement leur éducation ou leur développement physique, affectif, intellectuel et social, qu'aux mineurs émancipés et majeurs de moins de vingt et un ans confrontés à des difficultés familiales, sociales et éducatives susceptibles de compromettre gravement leur équilibre ; - organiser, dans les lieux où se manifestent des risques d'inadaptation sociale, des actions collectives visant à prévenir la marginalisation et à faciliter l'insertion ou la promotion sociale des jeunes et des familles ; - mener en urgence des actions de protection en faveur des mineurs précités ; - pourvoir à l'ensemble des besoins des mineurs confiés au service et veiller à leur orientation, en collaboration avec leur famille ou leur représentant légal ; - mener, notamment à l'occasion de l'ensemble de ces interventions, des actions de prévention des situations de danger à l'égard des mineurs et, sans préjudice des compétences de l'autorité judiciaire, organiser le recueil et la transmission des informations préoccupantes relatives aux mineurs dont la santé, la sécurité, la moralité sont en danger ou risquent de l'être, ou dont l'éducation ou le développement sont compromis ou risquent de l'être, et participer à leur protection ; - veiller à ce que les liens d'attachement noués par l'enfant avec d'autres personnes que ses parents soient maintenus, voire développés, dans son intérêt supérieur. Les missions de l'aide sociale à l enfance comportent également l'information et la sensibilisation de la population et des personnes concernées par les situations de mineurs en danger ou qui risquent de l'être, ainsi que la publicité du dispositif de recueil d'informations. Le Département du Rhône organise sur une base territoriale les moyens nécessaires à l'accueil et à l'hébergement des enfants confiés au service de l'aide sociale à l enfance. Ces moyens comportent notamment les possibilités d'accueil d'urgence, les modalités d agrément et de recrutement des assistants familiaux par le Département. Le service de l'aide sociale à l enfance dispose en outre de structures d'accueil pour les femmes enceintes et les mères avec leurs enfants. Pour l'exécution des missions d'aide sociale à l'enfance, le Département peut conclure des conventions avec d'autres collectivités territoriales ou recourir à des établissements et services habilités. Le service de l'aide sociale à l enfance contrôle les personnes physiques ou morales à qui il a confié des mineurs, en vue de s'assurer des conditions matérielles et morales de leur placement. 4

6 Dans le domaine de l adoption, le service de l'aide sociale à l enfance instruit les demandes d agrément des candidats à l adoption, contrôle les organismes autorisés pour l adoption, et élabore les projets d adoption des pupilles de l État. Art. L , L et L du CASF Article : Nature des prestations de l aide sociale à l enfance La protection de l'enfance a pour but de prévenir les difficultés auxquelles les parents peuvent être confrontés dans l'exercice de leurs responsabilités éducatives, d'accompagner les familles et d'assurer, selon des modalités adaptées à leurs besoins, une prise en charge partielle ou totale des mineurs. Elle comporte à cet effet un ensemble d'interventions en faveur de ceux-ci et de leurs parents. Ces interventions peuvent également être destinées à des majeurs de moins de vingt et un ans connaissant des difficultés susceptibles de compromettre gravement leur équilibre. La protection de l'enfance a également pour but de prévenir les difficultés que peuvent rencontrer les mineurs privés temporairement ou définitivement de la protection de leur famille et d'assurer leur prise en charge. Les prestations de l aide sociale à l enfance comprennent, ensemble ou séparément, des interventions d aide ou de soutien, et des prises en charge dans les domaines suivants: - l'aide à domicile, - le soutien éducatif à l'enfant et l'accompagnement des parents, - l'accueil à temps complet ou partiel, dans les services de l aide sociale à l enfance, en famille d accueil, au sein d un établissement ou dans un service d accueil de jour, éventuellement avec maintien dans le milieu de vie habituel, - la prévention de l'inadaptation sociale de l'enfance et de la jeunesse, - l'accompagnement psychologique et social de toute femme qui demande, lors de son accouchement, la préservation du secret de son admission et de son identité par un établissement de santé. Art. L , L , L , L , L , L , et L du CASF Article : Bénéficiaires des prestations de l aide sociale à l enfance Les personnes résidant en France et les personnes de nationalité étrangère bénéficient, si elles remplissent les conditions légales d'attribution, des prestations de l'aide sociale à l'enfance. Sont pris en charge par le service de l'aide sociale à l enfance, sur décision du président du Conseil général: - les mineurs qui ne peuvent demeurer provisoirement dans leur milieu de vie habituel et dont la situation requiert un accueil à temps complet ou partiel, modulable selon leurs besoins, en particulier de stabilité affective, ainsi que les mineurs rencontrant des difficultés particulières nécessitant un accueil spécialisé, familial ou dans un établissement ou dans un service à caractère expérimental ; - les pupilles de l'état remis aux services ; - les mineurs confiés au service de l'aide sociale à l enfance par décision de justice, ou par leurs parents ou leurs représentants légaux ; - les femmes enceintes et les mères isolées avec leurs enfants de moins de trois ans qui ont besoin d'un soutien matériel et psychologique, notamment parce qu'elles sont sans domicile ; - les mineurs émancipés et les majeurs âgés de moins de vingt et un ans qui éprouvent des difficultés d'insertion sociale faute de ressources ou d'un soutien familial suffisants. Art. L à L , L , et L du CASF 5

7 Article : Traitement de la demande : compétence territoriale et procédure d'attribution Les prestations d'aide sociale à l enfance dont la demande est présentée dans le Département du Rhône ne peuvent être accordées que par décision du président du Conseil général du Rhône. Toute personne qui demande une prestation ou qui en bénéficie est informée par les services de l'aide sociale à l enfance des conditions d'attribution et des conséquences de cette prestation sur les droits et obligations de l'enfant et de son représentant légal. Tous ces renseignements peuvent être obtenus dans les Maisons du Rhône. La Maison du Rhône compétente est celle dans le ressort de laquelle est situé le domicile du bénéficiaire de la prestation. Art. L et L du CASF Article : Évaluation de la situation de l'enfant L'attribution d'une ou plusieurs prestations d aide sociale à l enfance est précédée d'une évaluation de la situation prenant en compte l'état du mineur, la situation de la famille et les aides auxquelles elle peut faire appel dans son environnement. Cette évaluation est réalisée par les agents de la Maison du Rhône territorialement compétents. Le service de l'aide sociale à l enfance élabore au moins une fois par an un rapport, établi après une évaluation pluridisciplinaire, sur la situation de tout enfant accueilli ou faisant l'objet d'une mesure éducative. Lorsque l'enfant est confié au service de l'aide sociale à l enfance par décision judiciaire, ce rapport est transmis à l'autorité judiciaire. Le contenu et les conclusions de ce rapport sont également portés à la connaissance du père, de la mère, de toute autre personne exerçant l'autorité parentale, du tuteur et du mineur, en fonction de son âge et de sa maturité. Art. L , 4 ème alinéa et L , 2 ème, 3 ème et 4 ème alinéas du CASF Article : La commission enfance Les décisions d attribution ou de refus d une prestation d aide sociale à l enfance sont prises par le cadre de l aide sociale à l enfance qui bénéficie d'une délégation de signature du président du Conseil général du Rhône. Toute décision est notamment fondée sur les motifs de la demande présentée par les représentants légaux de l'enfant, et sur les échanges tenus au cours de la commission enfance dont il est rendu compte dans un procès-verbal. Cette commission est organisée à la Maison du Rhône du domicile du bénéficiaire, en présence du ou des responsables légaux de l enfant. L enfant peut être présent, selon son âge et son degré de maturité. La commission est ainsi composée : - deux membres permanents : le cadre qui a délégation de signature pour la mission d'aide sociale à l enfance et l'agent qui a délégation de signature pour la mission santé, - les professionnels médico-sociaux qui présentent la situation, - éventuellement d autres professionnels concernés, sur décision de l'agent régulièrement compétent et sous réserve de l accord de la famille. 6

8 Article : Prise en charge financière par le département du Rhône Le Département du Rhône prend en charge financièrement au titre de l'aide sociale à l'enfance, à l'exception des dépenses résultant de placements dans des établissements et services publics de la protection judiciaire de la jeunesse, les dépenses d'entretien, d'éducation et de conduite des pupilles de l État et de chaque mineur : - confiés au service de l'aide sociale à l enfance par ses parents ou représentants légaux ; - confiés par l'autorité judiciaire à un tiers digne de confiance, ou à un établissement ou à un service habilité pour l'accueil de mineurs ; - confiés au service de l'aide sociale à l enfance par une décision judiciaire. Il prend également en charge les dépenses afférentes aux mesures d'action éducative en milieu ouvert exercées sur le mineur et sa famille et dont l'exécution est confiée soit à des personnes physiques, établissements et services publics ou privés, soit au service de l'aide sociale à l'enfance. Les prestations d'aide sociale à l'enfance sont à la charge du Département du Rhône chaque fois que l'admission dans le service de l'aide sociale à l enfance a été accordée : - par le président du Conseil général du Rhône, - par décision judiciaire, lorsque ce sont les juridictions de Lyon et Villefranche-sur-Saône qui ont prononcé la mesure en première instance. Le Département du Rhône assure la prise en charge financière au titre de l'aide sociale à l enfance selon le tarif en vigueur dans le département où se trouve le lieu de placement de l'enfant. Cette prise en charge prend principalement les formes suivantes : - une indemnité journalière forfaitaire, lorsque l enfant est confié à un tiers digne de confiance - un prix de journée, lorsque l enfant est confié à un établissement ou à un service. Art. L et L du CASF Article : Participation financière des bénéficiaires Le père, la mère et les ascendants d'un enfant pris en charge par le service de l'aide sociale à l'enfance restent tenus envers lui des obligations de le nourrir, l entretenir et l élever. Une contribution peut ainsi être demandée à toute personne prise en charge par le service de l'aide sociale à l'enfance ou, si elle est mineure, à ses débiteurs d'aliments. Les personnes tenues à l'obligation alimentaire sont invitées à indiquer l'aide qu'elles peuvent allouer aux postulants et à apporter, le cas échéant, la preuve de leur impossibilité de couvrir la totalité des frais. Les frais d'entretien et d'éducation de l'enfant qui a fait l'objet d'une mesure d'assistance éducative continuent d'incomber à ses père et mère ainsi qu'aux ascendants auxquels des aliments peuvent être réclamés, sauf la faculté pour le juge de les en décharger en tout ou en partie. La proportion de l'aide consentie par le Département du Rhône est fixée en tenant compte du montant de la participation éventuelle des personnes tenues à l'obligation alimentaire. Les titres de recette sont émis mensuellement par le service de l'aide sociale à l enfance. Le payeur départemental du Rhône est chargé de leur recouvrement. Tout abandon de créance est décidé par une délibération du Conseil général du Rhône. Art. L et L du CASF Art du Code civil 7

9 Modalités de participation dans le cas de l accueil d un enfant sur décision administrative : Le montant de la participation est fixé par le cadre de l aide sociale à l enfance qui a délégation de signature du président du Conseil général du Rhône, conformément aux règles suivantes : - la participation exigée des parents pour un enfant admis au bénéfice de l'aide sociale et confié au service de l'aide sociale à l'enfance, ne peut être inférieure, sauf exceptions dûment motivées, aux allocations familiales qu'ils perçoivent du chef de cet enfant ; - sauf décision judiciaire contraire, la participation ne peut être supérieure mensuellement pour chaque personne prise en charge à 50% de la base mensuelle de calcul des prestations familiales, mentionnées à l article L du Code de la sécurité sociale ; - lorsque la contribution est calculée par jour de prise en charge, son montant journalier ne peut excéder le trentième du plafond prévu à l alinéa précédent. Art. L et L du CASF Art. L du Code de la sécurité sociale Arrêté n du 29 janvier 1997 fixant la participation à la charge du père, de la mère, et des ascendants d'un enfant pris en charge par le Département Modalités de participation dans le cas de l accueil d un enfant sur décision du juge des enfants : La participation peut être effectuée sous forme de versement au Département du Rhône de tout ou partie de la part des prestations familiales afférentes à l enfant accueilli. Lorsque la situation n ouvre pas droit à la perception de prestations familiales du chef de l enfant, une participation peut être ordonnée par le juge des enfants. Sauf dans les cas où le juge des enfants a décidé de dispenser la famille de toute participation, et si la situation le justifie ou lorsque le juge ne définit pas de contribution, le cadre de l aide sociale à l enfance qui bénéficie d'une délégation de signature peut décider d une contribution jusqu à concurrence du montant maximum dont il est fait état ci-dessus. L autorité judiciaire administrative qui a fixé la contribution peut la modifier, la suspendre ou l interrompre. Art du Code civil CHAPITRE 2 : Droits des usagers dans leurs relations avec les services de l'aide sociale à l enfance Article : Prise en compte des droits de l'enfant et de son intérêt dans les décisions de l aide sociale à l enfance Tout enfant a droit à la protection et aux soins nécessaires à son bien-être, compte tenu des droits et des devoirs de ses parents, de ses tuteurs ou des autres personnes légalement responsables de lui. Le service de l'aide sociale à l enfance prend à cette fin toutes les mesures appropriées. Le service de l'aide sociale à l enfance doit s'efforcer de protéger l'enfant contre toutes formes de violence, d'atteinte ou de brutalités physiques ou mentales, d'abandon ou de négligence, de mauvais traitements ou d'exploitation, y compris la violence sexuelle, pendant qu'il est sous la garde de ses parents ou de l'un d'eux, de son ou ses représentants légaux ou de toute autre personne à qui il est confié. Il doit s'efforcer d'assurer la sécurité et la santé de l enfant, de garantir ses droits aux libertés de pensée, de conscience, de religion et d'expression, et de préserver son identité. Les 8

10 opinions de l'enfant capable de discernement doivent être prises en considération sur toute question l'intéressant, eu égard à son âge et à son degré de maturité. L'intérêt de l'enfant, la prise en compte de ses besoins fondamentaux, physiques, intellectuels, sociaux et affectifs doivent guider toutes décisions le concernant. Convention internationale des droits de l'enfant du 20 novembre 1989 Art. L du CASF Article : Droits des parents et représentants légaux Droits liés à l'autorité parentale : Sous réserve des pouvoirs de l'autorité judicaire, les mesures prises par le Département au titre de l'aide sociale à l'enfance ne peuvent pas porter atteinte à l'exercice de l'autorité parentale. Les parents ont à l'égard de l'enfant des devoirs de garde, de surveillance et d'éducation. En cas de placement, des droits de visite et d'hébergement sont reconnus aux parents. Le lieu de placement de l'enfant doit être déterminé dans l'intérêt de celui-ci. Il doit également permettre de favoriser l'exercice du droit de visite et d'hébergement par le ou les parents et le maintien des liens de l'enfant avec ses frères et sœurs. Lorsqu'une décision judiciaire confie l enfant au service de l'aide sociale à l enfance (placement judiciaire), les droits de visite et d hébergement sont organisés conformément à cette décision. Dans le cadre d'un placement administratif, les droits de visite s exercent conformément au règlement intérieur de l établissement d accueil ou aux règles de vie établies par la famille d'accueil. Pour l'application des décisions judiciaires prises en vue de confier l'enfant au service de l'aide sociale à l enfance, le représentant légal du mineur donne son avis par écrit préalablement au choix du mode et du lieu de placement et à toute modification apportée à cette décision. Art du Code civil Art. L du CASF Droit d'être informé : Toute personne qui demande une prestation d aide sociale à l enfance ou qui en bénéficie est informée, par le service de l'aide sociale à l enfance, des conditions d'attribution et des conséquences de cette prestation sur les droits et obligations de l'enfant et de son représentant légal. Lorsqu'un enfant bénéficie d'une mesure de protection, le président du Conseil général ou le cadre de l aide sociale à l enfance qui bénéficie d'une délégation de signature est tenu d'en informer le père, la mère, toute personne exerçant l'autorité parentale ou le tuteur, sauf en cas de danger pour l'enfant. Sauf intérêt contraire de l'enfant, le père, la mère, toute autre personne exerçant l'autorité parentale ou le tuteur sont préalablement informés de la transmission de l'information préoccupante à l'autorité judiciaire (voir l'article du présent règlement). Art. L , L , 1 er alinéa, L , et L du CASF 9

11 Droit d'être accompagné : Le père, la mère, toute autre personne exerçant l'autorité parentale ou le tuteur, peut être accompagné de la personne de son choix, dans ses démarches auprès du service de l'aide sociale à l enfance. Art. L du CASF L'accord dans le cadre des décisions administratives : Aucune décision sur le principe ou les modalités de l'admission dans le service de l'aide sociale à l'enfance ne peut être prise sans l'accord écrit des représentants légaux du mineur ou du bénéficiaire lui-même s'il est mineur émancipé (formulé par lettre recommandée avec demande d'avis de réception), sauf si l'enfant est confié au service par décision judiciaire ou s'il s'agit de prestations en espèces. Pour toutes les décisions relatives au lieu et au mode de placement des enfants déjà admis dans le service, l'accord des représentants légaux est réputé acquis si ces derniers n'ont pas fait connaître leur opposition dans un délai de quatre ou six semaines selon les cas. En cas d'urgence et lorsque le représentant légal du mineur est dans l'impossibilité de donner son accord, ou si le représentant légal est en mesure de donner son accord mais le refuse, ou si l'enfant n'a pas pu être remis à sa famille, l'enfant est recueilli provisoirement par le service qui en avise immédiatement le procureur de la République. En cas de danger immédiat ou de suspicion de danger immédiat concernant un mineur ayant abandonné le domicile familial, le service peut, pendant une durée maximale de soixante-douze heures, accueillir le mineur, sous réserve d'en informer ses représentants légaux, ainsi que le procureur de la République. Si au terme de ce délai le retour de l'enfant dans sa famille n'a pas pu être organisé, une procédure d'admission à l'aide sociale à l enfance est engagée. Art. L , L , et R du CASF Article : Secret professionnel et partage des informations entre professionnels Toute personne participant aux missions du service de l'aide sociale à l enfance est tenue au secret professionnel, sous les peines et dans les conditions suivantes : la révélation d'une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d'une fonction ou d'une mission temporaire, est punie d'un an d'emprisonnement et de euros d'amende. Les personnes qui mettent en œuvre la politique de protection de l'enfance ainsi que celles qui lui apportent leur concours sont néanmoins autorisées à partager entre elles des informations à caractère secret, afin d'évaluer une situation individuelle, de déterminer et de mettre en œuvre les actions de protection et d'aide dont les mineurs et leur famille peuvent bénéficier. Le partage des informations relatives à une situation individuelle est strictement limité à ce qui est nécessaire à l'accomplissement de la mission de protection de l'enfance. Art. L et L du CASF Art du Code pénal 10

12 Article : Durée des mesures Dans les cas où un enfant est confié au service de l'aide sociale à l enfance par décision administrative, aucune mesure ne peut être prise pour une durée supérieure à un an. Elle est renouvelable dans les mêmes conditions. Art. L , 1 er alinéa du CASF Article : L'accès au dossier A l exception des mineurs qui ne peuvent avoir accès à leur dossier qu avec l autorisation de leurs représentants légaux, toute personne peut obtenir communication des documents administratifs la concernant : - soit en demandant de se faire adresser une copie des pièces de son dossier, - soit en venant le consulter gratuitement auprès du service concerné. Pendant la consultation, elle peut être accompagnée de la personne de son choix, ou mandater un tiers. Modalités d accès : - la demande doit être écrite et formulée par le demandeur, accompagnée de sa pièce d identité, - le service adresse un accusé de réception de la demande. Le dossier comprend l ensemble des pièces contenant des informations personnelles à caractère nominatif, à l exception des pièces pour lesquelles le secret a été demandé. Toute décision de refus d'accès aux documents administratifs est notifiée au demandeur sous la forme d'une décision écrite motivée comportant l'indication des voies et délais de recours. La personne à qui est opposé un refus de communication d'un document administratif peut saisir pour avis la Commission d'accès aux documents administratifs (CADA). Elle est chargée de veiller au respect de la liberté d accès aux documents administratifs, sa saisine pour avis est un préalable obligatoire à l'exercice d'un recours contentieux. Loi n du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d'amélioration des relations entre l'administration et le public et diverses dispositions d'ordre administratif, social et fiscal Article : Recours contre les décisions Les décisions d'attribution ou de refus d'attribution et de modification de la nature ou des modalités d'attribution des prestations doivent être motivées. Leur notification mentionne les voies et délais de recours. Les décisions administratives prises par le service de l'aide sociale à l enfance peuvent faire l objet de recours administratif et contentieux. Lorsque l'enfant est confié au service départemental de l'aide sociale à l enfance par décision judiciaire, le juge est saisi de tout désaccord entre le service et les parents, en ce qui concerne les conditions d'exercice de sa mesure. Art. L et R du CASF 11

13 CHAPITRE 3 : La prévention des situations de danger et protection des mineurs en danger ou en risque de l'être Article : Missions du Département du Rhône L aide sociale à l enfance est chargée : - de mener des actions de prévention des situations de danger à l'égard des mineurs, - d organiser le recueil, le traitement, l évaluation et la transmission des informations préoccupantes relatives aux mineurs dont la santé, la sécurité, la moralité sont en danger ou risquent de l'être ou dont l'éducation ou le développement sont compromis ou risquent de l'être, - de participer à la protection des mineurs en danger ou qui risquent de l être, - d'informer et sensibiliser la population et les personnes concernées par les situations de mineurs en danger ou qui risquent de l'être. Le préfet du Rhône et l autorité judiciaire lui apportent leur concours. L accueil, l évaluation et le suivi des situations des usagers sont réalisées dans les Maisons du Rhône. Le Département du Rhône adhère au Groupement d'intérêt public Enfance en danger (GIPED) et participe à son financement. Ce groupement a pour but de gérer un service d'accueil téléphonique gratuit, ainsi qu'un Observatoire de l'enfance en danger ayant pour mission, à l'échelon national, l'observation, l'analyse, la prévention des mauvais traitements et la protection des mineurs en danger. Art. L , 5, L , L , L , 1 er alinéa, L , et L du CASF Délibération du Conseil général du Rhône n 014 du 20 juillet 2007 (Groupement d'intérêt public Enfance en danger GIPED) Article : Dispositif départemental de recueil, traitement et évaluation des informations préoccupantes Cellule de recueil, traitement et évaluation des informations préoccupantes : Le Département du Rhône a institué une cellule chargée du recueil, du traitement et de l'évaluation des informations préoccupantes relatives aux mineurs en danger ou qui risquent de l'être. Cette cellule est composée : - d un niveau de veille stratégique réunissant l ensemble des signataires du protocole relatif au recueil, traitement et évaluation des informations préoccupantes, chargé de suivre le dispositif et de proposer des évolutions ; - d un niveau opérationnel interne aux services du Département, chargé du recueil, du traitement et de l évaluation de ces informations. Le niveau opérationnel comprend des Maisons du Rhône réparties sur tout le territoire du département et un Bureau de coordination des informations préoccupantes et des signalements, au sein de la direction de la Protection de l enfance. Pour transmettre une information préoccupante, toute personne est invitée à contacter en priorité la Maison du Rhône la plus proche de chez elle, ou envoyer un message électronique à Protocole d accord en matière d information préoccupante : Le Protocole d accord en matière d informations préoccupantes pour les enfants en danger ou en risque de danger du 29 mai 2008 a été signé par le président du Conseil général 12

14 du Rhône, les représentants des services de l'état dans le département et par les partenaires concourant à la protection de l enfance dans le Rhône (disponible sur En téléchargement : Protocole des informations préoccupantes). Ce protocole précise : - l organisation globale du dispositif, - la procédure de recueil-traitement-évaluation des informations préoccupantes, - la transmission des éléments à traiter par la cellule départementale, et - le suivi du dispositif. Observatoire départemental de la protection de l enfance : L Observatoire départemental de la protection de l'enfance, placé sous l'autorité du président du Conseil général du Rhône, a principalement pour mission de recueillir, d'examiner et d'analyser les données relatives à l'enfance en danger dans le Département, au regard notamment des informations anonymes transmises dans le cadre du recueil, du traitement et de l'évaluation des informations préoccupantes. Ces données sont collectées par le Bureau de coordination des informations préoccupantes, puis transmises sous forme anonyme à l'observatoire national de l'enfance en danger. Art. L et L du CASF Article : Accueil et permanence téléphonique Dans le Rhône, un accueil téléphonique destiné à recueillir les informations préoccupantes est assuré par les Maisons du Rhône et la direction de la Protection de l'enfance. Au niveau national, une permanence téléphonique est assurée par le Service national d accueil téléphonique de l enfance en danger (SNATED), au numéro vert 119 Allô Enfance en danger. Ce service intervient dans le cadre du GIPED mentionné ci-avant. Il transmet les informations au département du Rhône quand la situation est de son ressort. Article : Retour d'information à l'auteur d'une information préoccupante Le président du Conseil général informe les personnes qui lui ont communiqué des informations préoccupantes dont elles ont eu connaissance à l'occasion de l'exercice de leur activité professionnelle ou d'un mandat électif des suites qui leur ont été données. Sur leur demande, il fait savoir aux autres personnes l'ayant informé si une suite a été donnée. En cas de saisine de l'autorité judiciaire, il en informe par écrit les parents de l'enfant ou son représentant légal. Art. L du CASF Article : Information préoccupante et signalement aux autorités judiciaires Par informations préoccupantes, on entend toutes informations de nature à laisser craindre qu un mineur se trouve en situation de danger ou risque de l'être. Ces informations peuvent correspondre à des faits observés, à des propos entendus, ou à une inquiétude sur le comportement d un mineur ou d adultes à l égard d'un mineur. 13

15 Elles sont traitées par la cellule de recueil, de traitement et d'évaluation de ces informations (article du présent règlement). Un signalement fait suite au traitement d une information préoccupante. Il correspond à la saisine de l autorité judiciaire. Il est constitué de l ensemble des documents établis après évaluation par les travailleurs sociaux ou médico-sociaux et validés par les cadres de l aide sociale à l enfance bénéficiant d'une délégation de signature, transmis à l autorité judiciaire afin de porter à sa connaissance des faits graves, des éléments de danger avéré, compromettant le développement du mineur et sollicitant une mesure de protection judiciaire. Il y a lieu à signalement : - lorsqu'un mineur est présumé en situation de danger mais qu il est impossible d évaluer cette situation ; - lorsque la santé, la sécurité ou la moralité d'un mineur non émancipé sont en danger, ou si les conditions de son éducation ou de son développement physique, affectif, intellectuel et social sont gravement compromises, et : o qu'il a déjà bénéficié de plusieurs prestations au titre de l'aide sociale à l enfance, et o que celles-ci n'ont pas permis de remédier à la situation ; qu'aucune prestation au titre de l'aide sociale à l enfance ne peut être mise en place en raison du refus de la famille d'accepter l'intervention du service de l'aide sociale à l'enfance ou de l'impossibilité dans laquelle elle se trouve de collaborer avec ce service ; - lorsque les faits portés à la connaissance de l'aide sociale à l enfance à l égard du mineur sont présumés constitutifs d une infraction pénale ; - lorsque le mineur nécessite une protection immédiate en cas d urgence. Le président du Conseil général avise alors sans délai le procureur de la République. La situation de la famille est le plus souvent étudiée en commission enfance, avant la transmission du signalement au procureur de la République (Parquet des mineurs). En cas d urgence, et si à raison de sa gravité la situation ne peut être évoquée en commission enfance, le signalement judiciaire est télécopié au Service de traitement direct du Parquet des mineurs, et confirmé par un appel téléphonique de l'agent régulièrement compétent au substitut du procureur pour lui exposer l urgence de la situation. Le procureur de la République informe dans les meilleurs délais l'agent régulièrement compétent qui l a avisé des suites qui ont été données à sa saisine. Art. L du CASF Art. 375 du Code civil Article : Information aux familles suite à un signalement En cas de saisine de l'autorité judiciaire, le président du Conseil général du Rhône en informe par écrit les parents de l'enfant ou son représentant légal. Art. L , 3 ème alinéa du CASF Article : Territorialisation de la mise en œuvre des mesures administratives ou judiciaires Sauf urgence, les décisions administratives ou judiciaires concernant les enfants en danger ou qui risquent de l être sont décidées par l'agent régulièrement compétent de la Maison du Rhône dans le ressort de laquelle est située la résidence de l enfant. Des groupes d aide technique sont mis en place pour aider les professionnels dans leur travail auprès des enfants et de leur famille. 14

16 CHAPITRE 4 : Les structures gérées par le secteur associatif concourant à la protection de l'enfance Article : Création, transformation et extension Sont des établissements et services sociaux et médico-sociaux les établissements et les services, dotés ou non de la personnalité morale, prenant en charge habituellement, y compris au titre de la prévention, des mineurs et des majeurs de moins de vingt et un ans. La création, la transformation et l'extension des établissements et services sociaux et médico-sociaux sont soumises à autorisation. Les lieux de vie et d accueil, qui ne constituent pas de tels établissements, sont également soumis à cette autorisation. Pour délivrer l'autorisation de création, transformation ou extension des établissements ou services sociaux ou médico-sociaux il est institué, auprès de l'autorité ou des autorités compétentes, une commission de sélection d'appel à projet social ou médico-social. Le cahier des charges de l'appel à projet social ou médico-social est établi par l'autorité compétente ou les autorités compétentes pour délivrer l'autorisation. L'autorisation du projet par l'autorité ou, conjointement, par les autorités compétentes est délivrée dans un délai maximum de six mois à compter de la date limite de dépôt des projets mentionnée dans l'avis d'appel à projet. L'absence de notification d'une décision dans ce délai vaut rejet du projet. La décision d'autorisation est publiée selon les mêmes modalités que l'avis d'appel à projet. Elle est notifiée au candidat retenu par lettre recommandée avec avis de réception. Elle est également notifiée aux autres candidats ; le délai de recours court à leur égard à compter de cette notification. Lorsque l'autorité compétente ne suit pas l'avis de la commission, elle informe sans délai les membres de la commission de sélection des motifs de sa décision. L autorisation est délivrée pour une durée de quinze ans par le président du Conseil général. Toute décision expresse d'autorisation ou de rejet doit faire l'objet d'une publication au Recueil des actes administratifs du Département du Rhône, et peut être contestée selon les voies de recours ordinaires dans les conditions de droit commun. Tout changement important dans l'activité, l'installation, l'organisation, la direction ou le fonctionnement d'un établissement ou d'un service soumis à autorisation doit être également porté à la connaissance de l'autorité compétente. Art. L , L , L , L , et R et suivants du CASF Article : Habilitation Pour recevoir des bénéficiaires de l'aide sociale à l enfance, les établissements ou services sociaux ou médico-sociaux doivent être détenteurs d'une habilitation délivrée par le président du Conseil général. Cette habilitation peut être délivrée par l'arrêté d'autorisation de création. Pour recevoir des mineurs confiés par l'autorité judiciaire, soit au titre de la législation relative à l'enfance délinquante, soit au titre de celle relative à l'assistance éducative, les structures sont habilitées par le préfet du Rhône après avis du président du Conseil général, pour tout ou partie du service ou de l'établissement. Elles sont alors détentrices d'une double habilitation : Aide sociale à l'enfance et Justice, qui peut être délivrée dans une même décision. Art. L et L du CASF 15

17 Article : Tarification La tarification des prestations fournies par les établissements et services habilités à recevoir des bénéficiaires de l'aide sociale à l'enfance du Rhône est arrêtée chaque année par le président du Conseil général. La tarification annuelle des institutions bénéficiant de la double habilitation Aide sociale à l enfance et Justice est fixée par un arrêté conjoint du président du Conseil général et du préfet. Art. L du CASF Article : Contrôle Le président du Conseil général du Rhône est chargé de la protection des mineurs accueillis hors du domicile de leurs parents. A ce titre, le service de l aide sociale à l'enfance contrôle les personnes morales ayant leur domicile ou leur siège dans le Rhône et auxquelles sont confiés des mineurs, en vue de s'assurer des conditions matérielles et morales de leur accueil. TITRE 2 : La prévention de l'inadaptation de l'enfance et de la jeunesse CHAPITRE 1 : Dispositions générales Article : Actions de la prévention Dans les zones urbaines sensibles et dans les lieux où se manifestent des risques d'inadaptation sociale, le Département du Rhône participe aux actions visant à prévenir la marginalisation et à faciliter l'insertion ou la promotion sociale des jeunes et des familles, qui peuvent prendre une ou plusieurs des formes suivantes : - actions tendant à permettre aux intéressés d'assurer leur propre prise en charge et leur insertion sociale ; - actions dites de prévention spécialisée auprès des jeunes et des familles en difficulté ou en rupture avec leur milieu, pour la mise en œuvre desquelles le président du Conseil général habilite des organismes publics ou privés ; - actions d'animation socio-éducatives ; - actions de prévention de la délinquance. Art. L CASF Article : Actions destinées à l'insertion sociale Ces actions tendent à permettre aux bénéficiaires d'assurer leur propre prise en charge et leur insertion sociale. Elles peuvent prendre la forme d'une participation financière du Département ou d une participation des agents du Département à des actions collectives, au titre des missions de l'aide sociale à l'enfance et de la protection maternelle et infantile, comme par exemple les actions "petite enfance" dans les quartiers ou dans les lieux d accueil enfants-parents. 16

18 Article : Actions d'animation socio-éducative L'animation socio-éducative s'exerce notamment au sein des foyers de jeunes travailleurs, des structures socio-éducatives et dans le cadre des dispositifs vacances. Les structures socio-éducatives : Elles sont gérées par des organismes publics ou privés. Ces équipements de proximité sont à l'origine de services ou d'actions dans les domaines médico-social, éducatif, sportif ou culturel. Ils permettent aux habitants des quartiers ou communes concernés de trouver des réponses à leurs préoccupations quotidiennes, individuelles ou collectives. Conformément aux orientations de sa politique socio-éducative, le Département du Rhône apporte son soutien à diverses actions qui font l'objet, pour chaque structure socioéducative, d'une convention annuelle ou pluriannuelle, d'un suivi et d'une évaluation annuelle. Les priorités définies par le Conseil général du Rhône s inscrivent dans le champ plus large de la politique de l enfance et la famille, en étroite relation avec les missions d aide sociale à l enfance et de protection maternelle et infantile. Sont considérées comme prioritaires : - les actions en matière de prévention précoce, - les actions en matière d éducation pour la santé, - les actions concernant l accueil du jeune enfant, - les actions portées par des œuvres d adoption, - les actions permettant le maintien et le développement du lien social, - les actions de prévention, au titre de la protection de l enfance, - les actions de promotion de la culture, de la pratique sportive et des loisirs auprès des jeunes et des familles. En particulier, des conventions sont établies avec les centres sociaux et les Maisons des jeunes et de la culture, qui proposent des actions de prévention au titre de la protection de l enfance. Une évaluation des actions financées par le Département est assurée à la fin de chaque année par les Maisons du Rhône. Le montant des subventions est voté chaque année au regard de l évaluation de ces actions. Les dispositifs vacances : Ils ont pour objectif de permettre à des familles et à leurs enfants de bénéficier de temps de loisirs ou de séjours de vacances, qui contribuent au renforcement des liens familiaux et à l'amélioration des relations des habitants d'un quartier ou d'une commune. Le Département du Rhône finance plusieurs dispositifs : - soit seul, dans le cadre de Rhône Vacances sportives, - soit avec les caisses d allocations familiales de Lyon et de Villefranche-sur-Saône, dans le cadre de Vacances familles solidarité. Le montant du financement de chacun de ces dispositifs est réévalué et alloué chaque année. Art. L du CASF Délibération du Conseil général n 009 du 20 juillet 2007 (Évolution des modalités de financement des centres sociaux) 17

19 CHAPITRE 2 : La prévention spécialisée Article : Rôle de la prévention spécialisée La prévention spécialisée est une mission spécifique qui contribue à l effort d éducation et d insertion des jeunes de douze à vingt et un ans en voie de marginalisation, et de prévention de la délinquance de ce public. Elle est conduite par des éducateurs spécialisés qui vont à la rencontre des jeunes dans les lieux où ils sont présents : espaces publics ou privés, rues, squares, équipements socioculturels, pieds d immeubles, cages d escaliers, centres commerciaux, cafés, salles de jeux Leurs actions sont appelées «travail de rue», ou «présence sociale». Les éducateurs de prévention spécialisée qui rencontrent des jeunes (ou des groupes de jeunes) leur laissent le choix d adhérer à l accompagnement éducatif proposé et respectent l anonymat et la confidentialité des informations les entourant. Ils établissent une relation de confiance, nécessitant du temps, afin d engager un travail éducatif. Ils vont ainsi favoriser l autonomie et les compétences sociales et personnelles de chaque jeune. Ils aident celui-ci à penser un projet de vie, à le formuler et à engager les actions permettant de le réaliser à terme. Les éducateurs établissent des liens avec les familles afin de renforcer la fonction parentale. Les éducateurs de prévention spécialisée engagent également des actions collectives, pour apprendre à construire avec autrui, à respecter un certain nombre de règles de vie en commun, à rompre avec la violence et à développer le civisme. Ils aident des groupes de jeunes à formuler des projets communs et leur apportent un soutien technique et logistique pour sa réalisation. Ces actions sont transitoires, puisqu elles visent à favoriser la prise de relais par d autres professionnels, comme des structures préventives classiques de type centre social, association sportive, ou maison des jeunes et de la culture. Article : Orientations départementales Un cadre de référence départemental de la prévention spécialisée a été défini par l Association des départements de France (ADF), à la suite duquel le Département du Rhône a développé une convention-cadre de la prévention spécialisée, qui a pour objectif de préciser : - la nature des relations entre le Département, les communes et les services de prévention spécialisée, - le cadre d exercice de cette mission et ses publics prioritaires (de douze à vingt et un ans), - l organisation territoriale des services. Ces orientations reposent sur deux étapes majeures, partout où interviennent des équipes d éducateurs de prévention spécialisée : - la réalisation d un diagnostic sur la jeunesse en risque d exclusion, - la définition d axes prioritaires pour déterminer les actions communes ou complémentaires à mettre en œuvre. Une commission départementale de la prévention spécialisée, présidée par le président du Conseil général ou son représentant, est responsable de l évaluation technique et politique au niveau départemental. Dans chaque commune bénéficiant d interventions de prévention spécialisée, un comité de suivi local, présidé par le conseiller général du canton, détermine, après diagnostic, les actions prioritaires conduites en faveur des jeunes en difficultés. 18

20 Un protocole d accord territorial permet de fixer le cadre et les conditions de partenariat entre le Département du Rhône et les communes concernées. Art. L du CASF Délibérations du Conseil général n 029 du 15 avril 2005 (Convention-cadre sur la prévention spécialisée) et n 041 du 2 février 2007 (Bilan de l expérimentation de la convention-cadre de prévention spécialisée et perspectives) Article : Mise en œuvre de la prévention spécialisée La prévention spécialisée est conduite par des équipes départementales ou par des associations habilitées par le président du Conseil général du Rhône. Les conventions signées entre le Département du Rhône et les associations de prévention spécialisée aident à définir les besoins financiers qui permettront d atteindre les objectifs fixés dans cette même convention et à déterminer les modalités de financement. Les lieux d intervention des équipes de prévention spécialisée sont définis par le Département, après un diagnostic réalisé par ses services. Cette étude est réalisée à partir de la réflexion des partenaires locaux qui ont l'expérience du public des jeunes en difficulté. TITRE 3 : Mesures d'aide à domicile et mesures en milieu ouvert Article : Éléments de l'aide à domicile Le maintien de l enfant dans son milieu actuel est privilégié par le service qui utilise à cet effet, ensemble ou séparément, les composants de l aide à domicile : - l'action d'un technicien de l'intervention sociale et familiale ou d'une aide ménagère ; - un accompagnement en économie sociale et familiale ; - l'intervention d'un service d'action éducative ; - le versement d'aides financières, effectué sous forme soit de secours exceptionnels, soit d'allocations mensuelles, à titre définitif ou sous condition de remboursement, éventuellement délivrés en espèces ou sous forme de chèques d accompagnement personnalisé. Les secours et allocations mensuelles d'aide à domicile sont incessibles et insaisissables. Art. L et L , 1 er alinéa du CASF Art du Code civil Article : Bénéficiaires L'aide à domicile est attribuée sur sa demande, ou avec son accord : - à la mère ; - au père ; - ou à la personne qui assume la charge effective de l'enfant, lorsque la santé de celui-ci, sa sécurité, son entretien ou son éducation l'exigent et, pour les prestations financières, lorsque le demandeur ne dispose pas de ressources suffisantes ; - aux femmes enceintes confrontées à des difficultés médicales ou sociales et financières, lorsque leur santé ou celle de l'enfant l'exige ; - aux mineurs émancipés et aux majeurs âgés de moins de vingt et un ans, confrontés à des difficultés sociales. Elle peut concourir à prévenir une interruption volontaire de grossesse. Les secours et allocations mensuelles d'aide à domicile peuvent être versés à toute personne temporairement chargée de l'enfant. 19

Opposable à tous, ce règlement se veut être à la fois un document d'information pour :

Opposable à tous, ce règlement se veut être à la fois un document d'information pour : Le mot du Président Conformément aux dispositions de l'article 34 de la loi n 83-663 du 22 juillet 1983, codifié à l article L.121-3 du code de l action sociale et des familles, l assemblée départementale

Plus en détail

Textes de référence. II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8

Textes de référence. II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8 Textes de référence I. Code de l action sociale et des familles p.2 II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8 III. Loi n 2010-625 du 9 juin 20010 relative à

Plus en détail

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières"

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré Les Grandes Hières Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières" Entre d'une part, le Département des Vosges, 8 rue

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

Fiche pratique L AIDE SOCIALE A L ENFANCE

Fiche pratique L AIDE SOCIALE A L ENFANCE Juillet 2011 Fiche pratique L AIDE SOCIALE A L ENFANCE Les aides financières Sommaire I. Le droit II. Les démarches pour l admission aux prestations de l aide sociale à l enfance III. La pratique IV. Les

Plus en détail

PROTECTION : MOYENS D ACCUEIL L ACCUEIL PAR UN ASSISTANT FAMILIAL

PROTECTION : MOYENS D ACCUEIL L ACCUEIL PAR UN ASSISTANT FAMILIAL B14 PROTECTION : MOYENS D ACCUEIL L ACCUEIL PAR UN ASSISTANT FAMILIAL B14.1 RÔLE DE L ASSISTANT FAMILIAL L assistant familial est un travailleur social qui exerce une profession d accueil permanent à son

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LES BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE SOCIALE AIDE SOCIALE À L'ENFANCE

QUESTIONNAIRE SUR LES BÉNÉFICIAIRES DE L'AIDE SOCIALE AIDE SOCIALE À L'ENFANCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDE SOCIALE

REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDE SOCIALE REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDE SOCIALE SOMMAIRE PARTIE 1 : ENFANCE ET FAMILLE... 10 TITRE 1 : MISSIONS DU CONSEIL GENERAL AU TITRE DE LA PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE... 10 Chapitre 1 : Actions de

Plus en détail

L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE

L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE Annexe à la convention relative aux Actions Educatives à Domicile CAHIER DES CHARGES DE L'ACTION EDUCATIVE Ā DOMICILE dans le Département des Vosges - 2012 Préambule Le service de l'aide Sociale à l'enfance

Plus en détail

Droits des enfants. Fiche 8. Juridictions de droit commun pour les mineurs

Droits des enfants. Fiche 8. Juridictions de droit commun pour les mineurs Fiche 8. DROITS DES ENFANTS Droits des enfants Les principes énoncés dans le cadre international des droits de l'homme s'appliquent à la fois aux enfants et aux adultes. Les enfants sont explicitement

Plus en détail

Règlement départemental. d action sociale. Aide sociale à l enfance

Règlement départemental. d action sociale. Aide sociale à l enfance Règlement départemental d action sociale Aide sociale à l enfance REGLEMENT DEPARTEMENTAL D AIDE SOCIALE A L ENFANCE TITRE 1 : LES MISSIONS DU SERVICE DE L AIDE SOCIALE A L ENFANCE FICHE 6.1 - LES MISSIONS

Plus en détail

ENFANCE. ouvre de nouveaux horizons. charente-maritime.fr

ENFANCE. ouvre de nouveaux horizons. charente-maritime.fr ENFANCE Réglement départemental de Prévention et de Protection de l Enfance ouvre de nouveaux horizons charente-maritime.fr Préambule Le Département adopte un règlement départemental de l aide sociale

Plus en détail

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002)

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002) En rouge les éléments de la loi du 22 avril 2005 En violet des éléments de la petite loi du 17 mars 2015 (suite première lecture à l assemblée nationale) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Chapitre préliminaire

Plus en détail

Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2

Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2 Département de Seine-Maritime Direction de l Action Sociale et de l Insertion Service Accompagnement Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2 1 Mars 2015 Sommaire

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE

FORMATION MEDICALE CONTINUE FORMATION MEDICALE CONTINUE Code de la Santé Publique Quatrième partie : Professions de santé Livre Ier : Professions médicales Titre III : Profession de médecin Chapitre III : Formation médicale continue.

Plus en détail

Les missions de Protection de l Enfance

Les missions de Protection de l Enfance Les missions de Protection de l Enfance Sous l autorité du Président du Conseil Général, l Aide Sociale à l Enfance intervient en faveur de l enfance et des familles (art. R. 221-2 du Code de l Action

Plus en détail

AHIERS La fonction d accueil

AHIERS La fonction d accueil CAHIERS techniques La fonction d accueil de l'assistant familial accueillant un jeune confié au service de l'aide sociale l'enfance Préambule «Être famille d accueil c est accompagner un enfant séparé

Plus en détail

LES COMITES MEDICAUX LA COMMISSION DE REFORME

LES COMITES MEDICAUX LA COMMISSION DE REFORME Circulaire d'informations n 2009/03 du 15 février 2009 LES COMITES MEDICAUX LA COMMISSION DE REFORME Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires ; -

Plus en détail

APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018

APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018 APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018 La loi n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs dispose que «toute personne majeure

Plus en détail

FONDS D'AIDE AUX JEUNES F.A.J. TARN ET GARONNAIS

FONDS D'AIDE AUX JEUNES F.A.J. TARN ET GARONNAIS CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE 3 ème REUNION DE 2005 Séance du 27 juin 2005 CG 05/3 ème /V-13 FONDS D'AIDE AUX JEUNES F.A.J. TARN ET GARONNAIS Le

Plus en détail

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de v e n d r e d i 2 0 n o v e m b r e 2 0 0 9 dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de protection des

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

STATUT - LE CUMUL D ACTIVITES

STATUT - LE CUMUL D ACTIVITES STATUT - LE CUMUL D ACTIVITES modification 22 janvier 2014 Référence: Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires ; Loi n 2007-148 du 2 février 2007 ; Loi

Plus en détail

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par :

Le Tribunal de Grande Instance de Digne les Bains représenté par : PROTOCOLE RELATIF A LA PROTECTION ET A L'ACCOMPAGNEMENT DES VICTIMES DE VIOLENCES CONJUGALES ET A LA PREVENTION DE LA RECIDIVE PAR LE TRAITEMENT PENAL ET SOCIAL DES MIS EN CAUSE Entre : L'État représenté

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL DE CENTRALE, DE PROXIMITE ET SPECIAUX DES MINISTERES ECONOMIQUE ET FINANCIER Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs

Plus en détail

Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées.

Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées. ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES D ACCUEIL - 4 - Le placement familial des personnes handicapées et des personnes âgées. Établissements et services d accueil et d accompagnement à tous les âges de la vie 75

Plus en détail

ADOPTE TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES. CHAPITRE I - Champ d'application

ADOPTE TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES. CHAPITRE I - Champ d'application DÉLIBÉRATION N 99-71 APF du 11 mai 1999 portant réglementation et contrôle des centres de vacances ou de placement de vacances avec hébergement modifiée par la délibération n 2001-30 APF du 15 février

Plus en détail

Mandat de protection future

Mandat de protection future N 13592*02 LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE NE PEUT PRENDRE EFFET QUE LORSQU IL EST ETABLI QUE LE MANDANT NE PEUT PLUS POURVOIR SEUL A SES INTERETS Mandat de protection future (Articles 477 à 488 et 492

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par le Sénat. Texte adopté par l'assemblée nationale TITRE PREMIER A TITRE PREMIER A

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par le Sénat. Texte adopté par l'assemblée nationale TITRE PREMIER A TITRE PREMIER A 51 TABLEAU COMPARATIF TITRE PREMIER A De la coordination de la prise en charge de la dépendance [Division et intitulé nouveaux.] Article premier A (nouveau). TITRE PREMIER A De la coordination de la prise

Plus en détail

L autorisation de création, de transformation et d extension

L autorisation de création, de transformation et d extension Mois AAAA Mois mars AAAA 2011 Etablissements et services sociaux et médico-sociaux et lieux de vie et d accueil de création, de transformation et d extension En bref Depuis la loi du 30 juin 1975 relative

Plus en détail

Infractions. Livret de l indemnisation. Conditions d indemnisation 1. Délai de saisine 2. Faits générateurs 3 des dommages. Lieu de l infraction 4

Infractions. Livret de l indemnisation. Conditions d indemnisation 1. Délai de saisine 2. Faits générateurs 3 des dommages. Lieu de l infraction 4 Livret de l indemnisation Infractions Conditions d indemnisation 1 Délai de saisine 2 Faits générateurs 3 des dommages Lieu de l infraction 4 Faute de la victime 5 Nature et gravité 6 du préjudice Procédure

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D ENTREPRISE DE LA CAF DES YVELINES

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D ENTREPRISE DE LA CAF DES YVELINES REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D ENTREPRISE DE LA CAF DES YVELINES En sa séance du 29 mars 2013 le Comité d Entreprise a adopté le règlement intérieur suivant. Il est applicable au 1 er avril 2013 Le règlement

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 S A M E D I 2 2 N O V E M B R E 2 0 1 4 P R É S E N T A T I O N P A R V A L E N T I N E D U H A U T, J U R I S T E Présentation de la réunion Le fonctionnement

Plus en détail

LES PERSONNES HANDICAPÉES

LES PERSONNES HANDICAPÉES LES PERSONNES HANDICAPÉES - 1 - Hébergement et accompagnement de la personne handicapée Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 25 LES 1 1 - Hébergement et

Plus en détail

AIDE SOCIALE À L ENFANCE PROTECTION JUDICIAIRE PARQUET SIGNALEMENT INFORMATIONS PRÉOCCUPANTES

AIDE SOCIALE À L ENFANCE PROTECTION JUDICIAIRE PARQUET SIGNALEMENT INFORMATIONS PRÉOCCUPANTES ENFANCE EN DANGER INTÉRÊT DE L ENFANT URGENCE PROTECTION SOCIALE PRÉVENTION ACCOMPAGNEMENT PROTECTION GUIDE À L USAGE MATERNELLE DES PROFESSIONNELS ET INFANTILE AIDE SOCIALE À L ENFANCE PROTECTION JUDICIAIRE

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Proposition APF -Association des paralysés de France- (Groupe de travail Mars 2009) Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Article 1 Fondement Le Conseil

Plus en détail

"Touchez désormais votre pension à la banque, dès le mois suivant votre départ effectif à la retraite!"

Touchez désormais votre pension à la banque, dès le mois suivant votre départ effectif à la retraite! "Touchez désormais votre pension à la banque, dès le mois suivant votre départ effectif à la retraite!" Tout savoir sur LA PENSION DE VIEILLESSE, D'INVALIDITE ET DE DECES Pour prétendre au bénéfice d'une

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-130 du 8 février 2006 relatif à la convention de base constitutive de la maison départementale des

Plus en détail

TITRE I - Principes généraux (adhésion démission- radiation) TITRE II - Obligations réciproques de l AGEMETRA et de ses adhérents

TITRE I - Principes généraux (adhésion démission- radiation) TITRE II - Obligations réciproques de l AGEMETRA et de ses adhérents RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES ADHÉRENTS (DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 6 DECEMBRE 2012) Préambule Le présent règlement est établi en application de l article 14 des statuts. Il complète ce dernier

Plus en détail

Attributions en l'absence de comité d'entreprise

Attributions en l'absence de comité d'entreprise Attributions en l'absence de comité d'entreprise D'une manière générale, il est prévu que, en l'absence de comité d'entreprise, les délégués du personnel peuvent communiquer à leur employeur toutes les

Plus en détail

N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE

N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1982 N 93 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1981-1982 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE relatif aux chambres régionales des comptes et modifiant

Plus en détail

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne Article 1 er Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre

Plus en détail

QUATRIÈME PARTIE: SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE VI: INSTITUTIONS ET ORGANISMES DE PRÉVENTION

QUATRIÈME PARTIE: SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE VI: INSTITUTIONS ET ORGANISMES DE PRÉVENTION Partie législative nouvelle QUATRIÈME PARTIE: SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE VI: INSTITUTIONS ET ORGANISMES DE PRÉVENTION TITREIer:COMITÉD'HYGIÈNE,DESÉCURITÉETDES CONDITIONS DE TRAVAIL Chapitre Ier:

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 207 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 décembre 2013 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, renforçant la lutte contre le système prostitutionnel,

Plus en détail

CODE DE L ACTION SOCIALE

CODE DE L ACTION SOCIALE CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES PARTIE LEGISLATIVE Dernière modification parue au Journal Officiel le 28 juin 2005 Article L. 211-1 Ont le caractère d associations familiales au sens des dispositions

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne accueillie

Charte des droits et libertés de la personne accueillie Charte des droits et libertés de la personne accueillie Arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée à l'article L. 311-4 du code de l'action

Plus en détail

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES SOURCE : BO n 42 du 22 novembre 1979 Liberté d' accès aux documents administratifs. Circulaire n 79-390 du 14 novembre 1979 (Cabinet du ministre : Affaires générales et administratives) Texte adressé aux

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE CODE DE LA POSTE

REPUBLIQUE TUNISIENNE CODE DE LA POSTE REPUBLIQUE TUNISIENNE CODE DE LA POSTE Publications de l Imprimerie Officielle de la République Tunisienne 2008 Loi n 98-38 du 2 juin 1998 relative au code de la poste (1). Au nom du Peuple, La chambre

Plus en détail

PARIS FOOT GAY STATUTS

PARIS FOOT GAY STATUTS PARIS FOOT GAY STATUTS Article 1 Objet et Siège social Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

CUMUL LE CUMUL D'ACTIVITES NOUVELLES DISPOSITIONS - ENTREE EN VIGUEUR : 23 JANVIER 2011 -

CUMUL LE CUMUL D'ACTIVITES NOUVELLES DISPOSITIONS - ENTREE EN VIGUEUR : 23 JANVIER 2011 - CUMUL NOTE D'INFORMATION du 07.03.2011 N 2011-09 SERVICE DOCUMENTATION-CONSEIL LE CUMUL D'ACTIVITES NOUVELLES DISPOSITIONS - ENTREE EN VIGUEUR : 23 JANVIER 2011 - Un décret du 20 janvier 2011 1 vient apporter

Plus en détail

REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE

REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE SERVICE ADMISSION RÈGLEMENT 2013 2014 Agréé par la D.R.J.S.C.S.de Lorraine le 10 Septembre 2007 Modifié le 4 Octobre 2013 REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE - Dispositions

Plus en détail

Code de l Action Sociale et des Familles. Adoption. Livre I : Dispositions générales

Code de l Action Sociale et des Familles. Adoption. Livre I : Dispositions générales Code de l Action Sociale et des Familles Adoption Livre I : Dispositions générales Article L147-1 (inséré par Loi nº 2002-93 du 22 janvier 2002 art. 1 Journal Officiel du 23 janvier 2002) Un Conseil national,

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (C.H.S.C.T.)

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (C.H.S.C.T.) Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique Territoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex Tél. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 05/2016 Cl.

Plus en détail

D AIDE SOCIALE À L ENFANCE MEURTHE-ET-MOSELLE NS ET MÉTHODE

D AIDE SOCIALE À L ENFANCE MEURTHE-ET-MOSELLE NS ET MÉTHODE L E D I S P O S I T I F D AIDE SOCIALE À L ENFANCE 2013 MEURTHE-ET-MOSELLE NS ET MÉTHODE LE DISPOSITIF ASE 54 Sens et méthode 2013 Groupe de rédaction et de mise à jour Carole BARTH-HAILLANT, directrice

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 123 16 juin 2011. S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 123 16 juin 2011. S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1827 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 123 16 juin 2011 S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES Texte

Plus en détail

La présentation et la sélection des candidatures et des offres.

La présentation et la sélection des candidatures et des offres. La présentation et la sélection des candidatures et des offres. Les points essentiels à retenir : - Le principe est l ouverture de la consultation à tout candidat, dans la mesure où il présente les garanties

Plus en détail

S O M M A I R E. Le métier 4. Les étapes avant le dépôt de dossier 5 La procédure d'agrément 6

S O M M A I R E. Le métier 4. Les étapes avant le dépôt de dossier 5 La procédure d'agrément 6 S O M M A I R E Le métier 4 Les étapes avant le dépôt de dossier 5 La procédure d'agrément 6 Les conditions requises pour être agréé(e) 6-7 La décision 8 Le suivi 8 La formation 9 L'aspect juridique 9

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS REVUE D'INFORMATIONS OFFICIELLES

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS REVUE D'INFORMATIONS OFFICIELLES RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS REVUE D'INFORMATIONS OFFICIELLES REGLEMENT DEPARTEMENTAL D'AIDE SOCIALE 2014 RÈGLEMENT DÉPARTEMENTAL D'AIDE SOCIALE Introduction : - Bien sûr, la solidarité Dispositions

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits Nathalie DEGELDER Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs et coordinatrice du Service Régional d Information et de Soutien aux Tuteurs Familiaux vous présente le Thème Protéger un membre de sa

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

La loi de Modernisation Sociale

La loi de Modernisation Sociale La loi de Modernisation Sociale Extraits concernant la validation des acquis de l'expérience Le texte complet se trouve sur http://www.legifrance.gouv.fr Section 1 Validation des acquis de l'expérience

Plus en détail

I EXISTENCE D'UN OU PLUSIEURS SYNDICATS SECONDAIRES

I EXISTENCE D'UN OU PLUSIEURS SYNDICATS SECONDAIRES C.N.E.C. - Brève... janvier 2011 Commission relative à la copropriété - Recommandation n 13 bis modifiant la recommandation n 13 relative au conseil syndical (cas particuliers) - Janvier 2011 La présente

Plus en détail

Education-civique. Chapitre n L enfant

Education-civique. Chapitre n L enfant Education-civique Chapitre n L enfant I) L enfant : une personne mineure Problématiques : Comment est définie l identité de l enfant? Qu est-ce que l autorité parentale? A/ L enfant acquiert une identité

Plus en détail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins Session des 30 et 31 janvier 2003 Entre : Monsieur

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Instances concourant à l admission à l aide sociale Procédures d admission à l aide sociale Obligation

Plus en détail

REGLEMENT SERVICE RESTAURATION

REGLEMENT SERVICE RESTAURATION REGLEMENT SERVICE RESTAURATION ---------- Préambule : L'article 82 de la loi n 2004-809 du 13 août 2004 confie à la Collectivité de rattachement dans l'établissement dont elle a la charge, l'accueil, la

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL STATUTS. Association Interentreprises de Santé au Travail du Grand Lyon (Association déclarée J.O. du 21 janvier 1980)

SANTE AU TRAVAIL STATUTS. Association Interentreprises de Santé au Travail du Grand Lyon (Association déclarée J.O. du 21 janvier 1980) SANTE AU TRAVAIL STATUTS Association Interentreprises de Santé au Travail du Grand Lyon (Association déclarée J.O. du 21 janvier 1980) Service Interentreprises de Santé au Travail 100 rue du 4 août 1789

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Les assistants familiaux

Les assistants familiaux L accueil d enfants dans le cadre de mesure de placement en famille est un mode ancien d aide et d assistance de l enfance en danger. Afin de reconnaître les nécessaires compétences professionnelles que

Plus en détail

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT Formation des personnes ressources chargées d accompagner les membres des comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Secrétariat général DGRH C1 La cartographie des acteurs de

Plus en détail

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE Vous souhaitez solliciter l ouverture d une mesure de protection judiciaire, avant de faire cette démarche,

Plus en détail

Fiches Guides. Intervention des Entreprises Extérieures dans une Entreprise Utilisatrice. Direction des Risques Professionnels Service Prévention

Fiches Guides. Intervention des Entreprises Extérieures dans une Entreprise Utilisatrice. Direction des Risques Professionnels Service Prévention Direction des Risques Professionnels Service Prévention Fiches Guides Intervention des Entreprises Extérieures dans une Entreprise Utilisatrice Titre du document INTERVENTION DES ENTREPRISES EXTÉRIEURES

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES AIDES FINANCIERES GUIDE DE PROCEDURE DESTINE AUX PROFESSIONNELS

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES AIDES FINANCIERES GUIDE DE PROCEDURE DESTINE AUX PROFESSIONNELS Direction de la Prévention et de l Action Sociale Janvier 2010 REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES AIDES FINANCIERES GUIDE DE PROCEDURE DESTINE AUX PROFESSIONNELS Préambule : La création du fonds d'aide généraliste

Plus en détail

GENERALITES DE L AIDE SOCIALE

GENERALITES DE L AIDE SOCIALE GENERALITES DE L AIDE SOCIALE CONDITIONS GENERALES DE L AIDE SOCIALE RESIDENCE : art. L111-1 du CASF Pour prétendre à l aide sociale, il faut résider en France de façon habituelle et non passagère. Elle

Plus en détail

Référentiel national des espaces de rencontre

Référentiel national des espaces de rencontre Annexe 1 1 Référentiel national des espaces de rencontre 1. Définition des espaces de rencontre A. Objectifs et nature de l activité des espaces de rencontre L espace de rencontre est un lieu permettant

Plus en détail

STATUT GÉNÉRAL DES FONCTIONNAIRES TITRE III

STATUT GÉNÉRAL DES FONCTIONNAIRES TITRE III STATUT GÉNÉRAL DES FONCTIONNAIRES TITRE III Dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale (Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée) Dernière MAJ : la loi n 2014-1554 du 22 décembre

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014 DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Mise à jour janvier 2014 Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr

Plus en détail

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères et d origine étrangère. 1 PLAN Introduction Parcours

Plus en détail

- 77 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à l organisation de la médecine du travail.

- 77 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à l organisation de la médecine du travail. - 77 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à l organisation de la médecine du travail Article 1 er Proposition de loi relative à l organisation de la médecine du travail Article 1 er I. - Le

Plus en détail

CRECHE DE BEL-AIR REGLEMENT INTERIEUR

CRECHE DE BEL-AIR REGLEMENT INTERIEUR 1 CRECHE DE BEL-AIR FRANCHEVILLE REGLEMENT INTERIEUR I - DIISPOSIITIIONS FONDAMENTALES ARTICLE 1 : ADMINISTRATION La Crèche de Bel-Air est administrée par le Centre Communal d Action Sociale de FRANCHEVILLE.

Plus en détail

Tableau comparatif des décrets relatifs aux comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail

Tableau comparatif des décrets relatifs aux comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Tableau comparatif des décrets relatifs aux comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Décret n 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu à la médecine

Plus en détail

Chapitre I er. Devoirs généraux des professionnels de santé dans leur exercice professionnel

Chapitre I er. Devoirs généraux des professionnels de santé dans leur exercice professionnel Code de déontologie de certaines professions de santé Règlement grand-ducal du 7 octobre 2010 établissant le code de déontologie de certaines professions de santé. - base juridique: L du 26 mars 1992 (Mém.

Plus en détail

CUMUL D'ACTIVITES CUMUL D'ACTIVITES. Note d information N 2007-29 du 1 er septembre 2007 REFERENCES :

CUMUL D'ACTIVITES CUMUL D'ACTIVITES. Note d information N 2007-29 du 1 er septembre 2007 REFERENCES : Note d information N 2007-29 du 1 er septembre 2007 CUMUL D'ACTIVITES REFERENCES : Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires article 25 (Journal officiel

Plus en détail

ENTENTE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE D'ADOPTION INTERNATIONALE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SOCIALISTE DU VIETNAM

ENTENTE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE D'ADOPTION INTERNATIONALE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SOCIALISTE DU VIETNAM ENTENTE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE D'ADOPTION INTERNATIONALE ENTRE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SOCIALISTE DU VIETNAM LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC ci-après appelé «le Québec»

Plus en détail

Charte des voyages et sorties scolaires

Charte des voyages et sorties scolaires Charte des voyages et sorties scolaires Vu la circulaire n 2011-117 du 3 août 2011 modifiée par la circulaire n 2013-106 du 16 juillet 2013 portant sur les modalités d organisation des sorties et voyages

Plus en détail

APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud. Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration

APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud. Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration TABLES DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA PRÉSENTE POLITIQUE...-

Plus en détail

Fiche 1 Statut du Dossier Patient p 3. Fiche 2 Contenu du Dossier Patient p 4. Fiche 3 Conservation du Dossier Patient p 5

Fiche 1 Statut du Dossier Patient p 3. Fiche 2 Contenu du Dossier Patient p 4. Fiche 3 Conservation du Dossier Patient p 5 Fiches de synthèse réglementation de l archivage du Dossier Patient Fiche 1 Statut du Dossier Patient p 3 Fiche 2 Contenu du Dossier Patient p 4 Fiche 3 Conservation du Dossier Patient p 5 Fiche 4 Communication

Plus en détail

Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE)

Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE) Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE) REGLEMENT DES STRUCTURES D ACCUEIL COLLECTIF - UAPE DU RESEAU AJERE 1.- CADRE GENERAL L Unité d accueil pour écoliers (ci-après UAPE) de

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Règlement intérieur adopté par le CA du 5/05/2008 modifié par le CA du 10/02/2012 CENTRE COMMUNAL D'ACTION SOCIALE DE LA VILLE DE GRENOBLE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION L'article R.123-19

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

15 DECEMBRE 2005. - Arrêté royal fixant les règles de déontologie du géomètreexpert

15 DECEMBRE 2005. - Arrêté royal fixant les règles de déontologie du géomètreexpert SERVICE PUBLIC FEDERAL ECONOMIE, P.M.E., CLASSES MOYENNES ET ENERGIE 15 DECEMBRE 2005. - Arrêté royal fixant les règles de déontologie du géomètreexpert Publié au moniteur Belge du 25 janvier 2006. ----------------------------------------------

Plus en détail

Réglement départemental d aide sociale

Réglement départemental d aide sociale Réglement départemental d aide sociale Conseil général de la Lozère Illustrations : Poaplume lozere.fr Sommaire Préambule Introduction Protection Maternelle et Infantile Information des futurs parents...

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance)

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) Livre VI - Des difficultés des entreprises Titre Ier - De la prévention des difficultés des entreprises Chapitre Ier - De la prévention des difficultés

Plus en détail

Le Conseil général : chef de file de la protection de l enfance dans le département P. 3

Le Conseil général : chef de file de la protection de l enfance dans le département P. 3 Dossier de presse SOMMAIRE Le Conseil général : chef de file de la protection de l enfance dans le département P. 3 Deux modes de protection : la protection administrative et la protection judiciaire p.

Plus en détail

Les CHSCT en ARS REGLEMENTATION

Les CHSCT en ARS REGLEMENTATION Les CHSCT en ARS REGLEMENTATION CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Article L1432-11 extrait 2. Le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail est institué dans les conditions prévues par l'article

Plus en détail

Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption

Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE Sous-directionde l enfance et de la famille Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption Colloque de la Mission de l adoption internationale

Plus en détail