Implémentation d une armoire automatique de dispensation des médicaments dans un hôpital : une méthodologie pour évaluer la performance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Implémentation d une armoire automatique de dispensation des médicaments dans un hôpital : une méthodologie pour évaluer la performance"

Transcription

1 Implémentation d une armoire automatique de dispensation des médicaments dans un hôpital : une méthodologie pour évaluer la performance Christe Di MARTINELLY IESEG School of Management (LEM- UMR CNRS 8179), Lille, France Fouad RIANE CREGI, FUCAM, Mons, Belgique James RAPPOLD Supply Cha Sciences, Middletown, USA Ala GUINET Laboratoire LIESP, INSA,Villeurbanne, France La mise en place d une armoire automatique de gestion des médicaments change les pratiques en cours et requiert des vestissements fanciers. L évaluation de ce nouveau système ne peut toutefois pas être envisagée d un seul pot de vue, qualité ou coûts et doit être pilotée par une politique adaptée de gestion des stocks. Pour mener cette étude, une version étendue de la méthodologie ASCI est utilisée pour analyser la situation existante, proposer et évaluer une solution en prenant en compte les pots de vue des différentes parties prenantes de l hôpital. En outre, un politique de gestion des stocks multi-produit, multi-niveau et contrate par la capacité est appliquée pour piloter le nouveau système. Mots clés : gestion hospitalière, pharmacie, gestion des stocks, réorganisation. Introduction En Belgique, depuis le 1 juillet 2002, un système de fancement des établissements de santé progressivement basé sur les concepts de performance et d activité justifiée a été adopté. En France, une démarche analogue a été entreprise. Ces réformes des méthodes de subventionnement ont obligé les hôpitaux à entamer des démarches de réorganisation pour trouver des moyens de réduire leurs dépenses tout en garantissant la qualité des sos aux patients. Parmi les postes importants du budget d un hôpital, outre les rémunérations, se trouve les coûts des stocks. Ceux-ci comprennent des produits divers comme produits d entretien, petit matériel, produits stériles, lge, produits pharmaceutiques,..une étude réalisée aux USA par Jarett (Jarett, 1998) a montré que la valeur des stocks peut représenter 10 à 18% du revenu net des hôpitaux. Un enquête similaire menée par Beaulieu et Landry (Beaulieu and Landry, 2002) dans des hôpitaux européens a conclu que la valeur des produits stockés varie entre 30 et 40% de leur budget annuel. Parallèlement, une étude menée au cours de la période sur l évolution des dépenses hospitalières a montré que le taux de croissance annuel moyen des technologies de sos Vol. 19 N 2,

2 a augmenté de 25%, celui des fournitures médicales de 26% et des produits pharmaceutiques de 22% (Solucient, 2004). Les produits pharmaceutiques, bien que représentant une part non négligeable des dépenses en augmentation, sont encore gérés de manière peu structurée. Sur base de notre observation, il existe une grande disparité dans la manière de gérer la dispensation de ces produits. Bien que trois grandes étapes génériques soient défies, à savoir la prescription, la délivrance et l admistration, il existe un grand nombre d activités différentes en fonction des hôpitaux et des produits pharmaceutiques. En outre, le processus est encore peu ou partiellement formatisé avec de nombreux acteurs tervenant aux différentes étapes de la dispensation. Une même ordonnance peut asi être encodée plusieurs fois multipliant asi les risques d erreur d admistration et de facturation. Ce constat à propos de la dispensation des médicaments est partagé par des rapports publiés en France et en Belgique (Laborie and Woynar, 2006, Laborie and Woynar, 2008, Lequien, 2009). Ces études mentionnent également diverses itiatives entreprises pour améliorer le circuit du médicament. Il s agit toutefois de projets menés localement, sans diagnostic préalable et non accompagnés d outils de pilotage. Ces derniers éléments ont été identifiés par Kaplan (Kaplan and Harris-Salamone, 2009) comme des causes d échec des projets d troduction de nouvelles technologies dans un hôpital. Par ailleurs, la littérature sur la gestion des stocks en milieu hospitalier est limitée et l application des modèles analytiques traditionnels du monde manufacturier ne répond que partiellement aux attentes des établissements de santé. Les gestionnaires disposent donc de peu d outils pour les aider à réorganiser la gestion des médicaments au se d un hôpital. Pour la réalisation de cette recherche, nous avons collaboré avec un hôpital belge qui a entamé un projet de réorganisation de sa plateforme logistique, englobant le service des achats, la pharmacie et la stérilisation. L objectif général de ce projet est de réduire les coûts tout en améliorant la qualité de service aux patients. Ce vaste projet de réorganisation va impacter de nombreux acteurs et de nombreuses activités. Notre collaboration s est centrée sur la dispensation des produits pharmaceutiques et fournitures médicales. L objectif de cette communication scientifique est de présenter les résultats de cette collaboration. Il s agissait tout d abord d appliquer, à l évaluation d un système de gestion des stocks, une méthodologie fournissant un cadre d analyse et de diagnostic du système étudié, méthodologie développée par Di Martelly (Di Martelly, 2008, Di Martelly et al., 2009). Il s agissait ensuite de proposer une solution pour gérer les stocks. Le reste du papier est organisé comme suit : après un bref aperçu des méthodologies de ré-engeerg, un état de l art des systèmes et méthodes de gestion des stocks en milieu hospitalier sont présentés. Les étapes de la méthodologie sont ensuite brièvement expliquées avant d être appliquées au cas de l hôpital. Revue de la littérature Méthodologie de modélisation Les projets de réorganisation s appuient sur une méthodologie de modélisation af d identifier et d troduire les changements nécessaires. Différentes méthodologies ont été développées mais elles présentent un même schéma général : dans un premier temps, le système actuel est modélisé pour décrire son fonctionnement (situation «AS-IS»), dans un second temps, le système cible est élaboré (situation «TO-BE»). Selon la classification GERAM, «Generalized Enterprise Reference Architecture and Methodology» (Force, 1998), les méthodologies de ré-engeerg d entreprise sont par exemple GIM «GRAI Integrated Methodology» (Doumegts et al., 1987), CIMOSA «Computer Integrated Manufacturg Open System Architecture» (Zelm et al., 1995), PERA «Purdue Enterprise Reference Architecture» (Williams, 1994) ou encore ASCI «Analyse Spécification Conception et Implémentation» (Gourgand and Keller, 1991). Comme il n existe pas, à notre connaissance, de méthodologie spécifiquement développée pour le monde hospitalier, il a semblé pertent de retenir la méthodologie appliquée avec succès pour des projets hospitaliers (Chabrol et al., 2006, Fenies and Tchernev, 2005), à savoir ASCI. Toutefois, elle considère l appréciation de la performance comme implicite et d un pot de vue fancier (Comelli et al., 2005). Cependant, comme souligné par Porter, l évaluation purement fancière des projets en milieu hospitalier mène a une performance médiocre sur le long terme. La méthodologie ASCI a donc été enrichie par Di Martelly (Di Martelly, 54 Vol. 19 N 2, 2011

3 2008) d un modèle de la valeur et de défition de la performance. L objectif de cette extension est de fournir un cadre de modélisation qui permette de clarifier la stratégie de l hôpital, de défir la notion de valeur, de décler la stratégie en objectifs aux différents niveaux de gestion et de fournir aux gestionnaires un outil de mesure qui permettent de prendre en considération les pots de vue des différentes parties prenantes. Systèmes de gestion des stocks en milieu hospitalier Les systèmes de gestion d approvisionnement les plus largement implémentés dans les hôpitaux sont les systèmes d échange de conteneurs. Ces systèmes sont normalement contrôlés par une politique de gestion des stocks de type ROP/EOQ (politique de gestion à pot de commande basé sur la quantité économique), plus communément appelée en milieu hospitalier «PAR level» (Prashant, 1991, Taylor, 1990). Ces systèmes ont rencontré un vif succès dans les hôpitaux car ils sont faciles à déployer, ne requièrent pas de systèmes d formation élaborés et ont mené à des réductions de stocks conséquentes (anonymous, 1998). Toutefois dans de nombreux cas, ces systèmes ont été improprement implémentés : les niveaux défis tendent à refléter les stocks désirés par le personnel soignant plutôt que les quantités réellement nécessaires pour le département. Les quantités stockées sont alors fonction de l utilisation maximale de l espace, basées sur l expérience ou encore détermées politiquement. Cette situation entraîne un sur-stockage de certas produits tandis que d autres doivent être commandés en dehors des dates prévues (Rackoff et al., 1985). Pour que le système soit efficace, les quantités de recomplètement doivent être détermées sur base de données d historiques, pour autant que celles-ci soient en nombre suffisant. Af de détermer les quantités de produits pharmaceutiques et de contrôler les stocks, plusieurs auteurs exament l applicabilité du concept MRP II aux hôpitaux (Roth and Van Dierdonck, 1995, Showalter, 1987, van Merode et al., 2004). Directement spiré du MRP II, le HRP ou «Hospital Resources Planng» est un système basé sur la planification et le contrôle qui utilise le concept des Diagnostic Related Groups ou DRG (Roth and Van Dierdonck, 1995). Le système de DRG permet de classifier les patients en différents groupes ayant une consommation de ressources similaires. A chaque DRG est asi associé une certae consommation de ressources (matériels, firmières, temps, frastructures, ) selon le même prcipe que les nomenclatures. En se basant sur la demande future, exprimée en nombre de DRG, il est asi possible de détermer les quantités de produits pharmaceutiques nécessaires. L application du prcipe du MRP est toutefois rendue difficile par l certitude hérente à l activité hospitalière (van Merode et al., 2004). En outre, les questions de gestion des stocks restent en suspens : combien approvisionner, quand et quel niveau de stock de sécurité. Le concept de juste-à-temps est également appliqué dans les hôpitaux. Celui-ci est généralement matérialisé par des systèmes de gestion de stockage au pot d utilisation ou «pot of use system» comme les systèmes de dispensation automatique de Pyxis Medstation ou encore Omnicell Sur-Med par exemple. Ces armoires formatisées et reliées à un système d formation permettent une gestion en temps réel des stocks. L implémentation de ces systèmes a été envisagée selon des pots de vue différents : gestion ou pharmacie. Les études menées en gestion soulignent les bénéfices troduits par la standardisation des produits utilisés mais soulignent les coûts d implémentation qui peuvent être onéreux et qui dès lors les réservent pour des produits coûteux ou de grand volume de consommation (Jarett, 1998, Rivard-Royer et al., 2002). Les études menées par les pharmaciens soulignent l amélioration de la distribution, la sécurisation des médicaments, la réduction des erreurs de dispensation mais aussi l exactitude de la gestion de stocks et de la facturation (Paparella, 2006, Fitzpatrick et al., 2005). Toutefois, bien que la mise en place de ce système de gestion des stocks apporte de nombreux changements aux pratiques en cours et troduit un système d formation, les études réalisées n envisagent pas de description des processus, ni de défition claire des objectifs, ce qui mène à des attentes contradictoires. Asi, par exemple, l troduction de l armoire ne modifie en rien les aspects prescriptions ; en outre, si elle n est pas accompagnée d une politique de gestion des stocks appropriée, des problèmes de rupture de stocks et sur-stockage surgiront également. Modèles de gestion des stocks appliquées en milieu hospitaliers Ces différents systèmes de gestion des stocks apportent une réponse à la question du «comment gérer les stocks» mais doivent toutefois Vol. 19 N 2,

4 1 - R désigne l tervalle de commande ; s dique le pot de commande et c, le pot de commande possible ; S représente le stock cible. être pilotés par une politique de gestion des stocks appropriée qui permettra de fournir des réponses aux questions de «combien commander», «quand commander» et «quelle quantité de stock de sécurité». Les politiques de gestion des stocks les plus largement adoptées en milieu hospitalier sont dérivées de la quantité économique de commande. Suite au manque de système d formation, des modèles simples basés sur des structures de demande détermiste utilisant la demande moyenne sur un horizon détermé ont été utilisés (Burns and Tucker, 2001, Hassan et al., 2005). Cependant, l utilisation de ces modèles détermistes pour établir le niveau des stocks est approprié pour de nombreux produits car la demande est rarement stationnaire. Les modèles doivent considérer de manière explicite les processus de demande non stationnaire, autrement les quantités stockées seront surestimées. Une demande certae rend le contrôle du système difficile, nécessitant davantage de stocks pour satisfaire le consommateur. Dans le milieu hospitalier, un produit ne peut pas être en rupture de stock car cela peut avoir des conséquences sur la vie du patient. Dellaert et al. (Dellaert and Van de Poel, 1996) et Nicholson et al. (Nicholson et al., 2004) ont proposé des modèles considérant une demande aléatoire et défissant un niveau de service pour aborder ce problème. Dellaert et al. (Dellaert and Van de Poel, 1996) ont considéré l occurrence des demandes de produits pharmaceutiques suivant une loi de Poisson et les quantités commandées selon une loi normale. Un modèle de recomplètement calendaire (R,s,c,S) 1 à deux pots de commande est développé pour un problème multi-produit, à un échelon et une période. Les paramètres s, c et S sont détermés de manière tuitive, en se basant sur le modèle de la quantité économique de commande. Les Figure 1 - Méthodologie ASCI adaptée et enrichie. performances de ce modèle sont comparées à une méthode en deux temps basée sur les chaînes de Markov et proposée par Ferdergruen (Ferdergruen et al., 1984). Les performances en termes de coûts sont comparables mais le temps de résolution du problème est plus rapide. Nicholson et al. (Nicholson et al., 2004) se sont téressés à un modèle multi-échelon pour un produit sur une période. L troduction des contrates de niveaux de service dans un environnement multi-échelon rend le problème NP-hard car la fonction «objectif» est non léaire sur un ensemble non convexe de contrates. Les auteurs ont développé une heuristique gloutonne pour le solutionner. Ces modèles de gestion des stocks se basent sur les données historiques pour détermer la demande future et le niveau des stocks. Le niveau des stocks de sécurité sera une fonction du degré de volatilité de la demande, de ce fait, nécessitant plus d vestissement. Ces modèles considèrent que la demande future pour chaque produit est certae et dépendante. Méthodologie Comme mentionné dans la revue de la littérature, la méthodologie utilisée pour évaluer le système de gestion des stocks et proposer une réorganisation se base sur la méthodologie ASCI (Gourgand and Keller, 1991), enrichie d un module de la valeur et de défition de la performance (Di Martelly, 2008, Di Martelly et al., 2009). La démarche, composée de 4 grandes étapes, est représentée schématiquement dans la figure 1. Au départ d une situation existante, le modèle de connaissance présente une analyse du système étudié. Il identifie la structure physique du système et les formations échangées, documente les processus impliqués dans la dispensation des médicaments et spécifie les procédures de décision. Le modèle de valeur et de défition de la performance permet d établir les dicateurs qui serviront à quantifier le système, considérant les pots de vue des différentes parties prenantes. Les 3 étapes de l élaboration de ce module seront expliquées au pot La phase d analyse se terme par un diagnostic du fonctionnement et l identification des problèmes éventuels. Les modèles d action représentent les solutions proposées face aux dysfonctionnements, élaborés sur base de modèles mathématiques, de 56 Vol. 19 N 2, 2011

5 simulation ou hybrides. Ils répliquent le fonctionnement du système et fournissent les valeurs pour évaluer les solutions alternatives envisagées. Enf, le modèle de résultats permet de comparer la situation actuelle aux solutions proposées sur base des dicateurs défis au terme de l élaboration du modèle de connaissance. De la sorte, la méthodologie suivie permet de s assurer que les changements suggérés améliorent le fonctionnement du système et contribue globalement à satisfaire les objectifs du système. Application de la méthodologie à la réorganisation de la dispensation des médicaments. L étude a été menée avec un hôpital universitaire belge qui réorganise ses activités logistiques. L objectif recherché est de dimuer les dépenses et d améliorer la qualité de service aux patients. Notre collaboration s est centrée sur la distribution des produits pharmaceutiques et des fournitures médicales à destation du service des urgences. Modèle de connaissance. Description du système La dispensation des médicaments est réglementée par décret en Belgique et est de la responsabilité du pharmacien. Les médicaments doivent être distribués nomativement, sur base d une ordonnance. Il y a cependant des exceptions à cette règle pour les unités traitant des cas d urgence. Ces unités disposent d une réserve de médicaments, ou «armoire de médicaments», qui peuvent être dispensés sans prescription a priori. Ces réserves sont stallées dans des unités de sos comme les sos tensifs, le quartier opératoire, la néonatologie, la salle d accouchement, les unités médico-techniques, les cabets de consultation médicale et le service des urgences, lequel fait l objet de notre étude. La pharmacie centrale localisée dans un autre bâtiment, fournit les médicaments au service des urgences. Elle gère ses stocks sur base d une méthode Kanban. Ce stock est approvisionné par divers fournisseurs et les temps de livraison sont variables. Au niveau du service des urgences, les firmières prélèvent les médicaments prescrits dans le stock situé sur les étagères. Ce stock est complété deux fois par semae par la pharmacie, sur base des produits consommés et enregistrés au nom du patient. A la f du mois, un ajustement est Figure 2 - Processus de livraison des médicaments. réalisé pour compléter les stocks aux «PAR level» qui ont été défis pour ce produit. La figure 2 schématise cette distribution et dique également les trois processus de la gestion quotidienne qui ont été identifiés: un processus de dispensation des produits pharmaceutiques, un processus de commande et un processus de facturation. Ce dernier processus est différent pour les patients hospitalisés ou en ambulatoire. Les processus ont été décrits au moyen de logigrammes. Les logigrammes permettent d identifier les différents acteurs et leurs responsabilités, les différentes activités, la logique et la chronologie entre les différentes actions. Ils permettent également de mettre en évidence les échanges de produits et les formations circulant. Les différents logigrammes sont présentés en page 60. Les logigrammes ont été élaborés sur base des formations recueillies lors des terviews des firmières du service des urgences et des pharmaciens. Ces logigrammes ont ensuite été validés par ces mêmes personnes pour s assurer de la compréhension du processus. A la consultation des logigrammes représentés, il est possible de se rendre compte du nombre de personnes différentes impliqués directement ou directement dans le processus de dispensation des médicaments : il y a le personnel de la pharmacie (pharmacien et préparateurs), les transporteurs (qui peuvent dépendre de la pharmacie ou d une autre unité logistique), les firmières et le personnel de la facturation (unités admistratives). Indirectement se retrouve le médec qui reçoit ce qu il prescrit et le patient. Ces différents acteurs, hormis le patient, appartiennent à des directions/départements distcts, à savoir : la direction médicale, la direction technique, la direction nursg et la direction admistrative. Vol. 19 N 2,

6 Table 1 - Décisions relatives aux stocks. Niveau de décision Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Activités (responsable) Système de gestion des stocks (pharmacien) Fréquence de livraisons (pharmacien) détermation des PAR level Commandes (firmières) Observations Les produits pharmaceutiques sont stockés sur des étagères en utilisant un système de kanban (méthode traditionnelle de gestion des stocks basée sur la quantité économique de commande). Pas d tégration du système d formation de la pharmacie et des unités de so. Pas de système d formation au niveau des unités de sos. Dispensation est réglée par la loi. Approvisionnement 2 fois par semae sur base des commandes passées par les firmières. Une fois par mois, recomplètement des kanbans à leur niveau défis. Les quantités sont commandées chaque période sur base des quantités facturées aux patients. Les décisions relatives à la gestion des médicaments sont résumées dans la. Les personnes responsables sont diquées entre parenthèses. Les décisions de niveau 1 sont liées au type d vestissement à réaliser. Le niveau 2 est lié au système de distribution et les quantités à garder en stock. Le niveau 3 est lié aux décisions journalières concernant les stocks comme les quantités à commander et la périodicité. L troduction d un nouveau système de gestion des stocks va donc changer les pratiques aux différents niveaux de décision. Module de la valeur et de défition de la performance identification des objectifs et défition des dicateurs de performance. La description des processus et l identification des décisions prises dans la dispensation de médicaments permettent de souligner une fois de plus la nécessité d une démarche spécifique pour identifier les objectifs et défir les dicateurs de performance. Asi, les acteurs impliqués dans le processus de dispensation appartiennent à des catégories socioprofessionnelles différentes au se de l hôpital, catégories qui ne partagent pas la même vision de la notion de valeur et des objectifs à attedre. Ceci engendre des difficultés pour défir la performance (MacStravic, 1999, Weber, 2001). La défition des dicateurs de performance est spirée des tableaux de bord équilibrés, ou Balanced Score Cards (BSC) (Kaplan and Norton, 1996b). Les BSC se basent sur la reconnaissance que les dicateurs fanciers sont suffisants pour piloter une compagnie. Ils utilisent une logique de cause à effet pour déduire les objectifs de la stratégie et les organiser en quatre perspectives : fance, client, processus ternes, apprentissage. L élaboration des BSC suppose toutefois que la stratégie de la compagnie soit clairement comprise par toutes les parties prenantes (Kaplan and Norton, 2007). Les BSC ont été largement implémentés dans l dustrie. Toutefois sont implémentation n est pas aisée (Kaplan and Norton, 2007, Kaplan and Norton, 1996a) car il n est pas facile de lier la stratégie aux objectifs. Pour ce faire, les diagrammes de connectance ont été utilisés (Tan and Platts, 2003). Ils permettent de décler les objectifs stratégiques aux différents niveaux de décision et d identifier les activités impliquées. Falement, pour chaque objectif, les dicateurs de performance sont défis en se basant sur la revue de la littérature de Li (Li and Benton, 1996). La figure 3 illustre les objectifs identifiés pour piloter le flux des produits pharmaceutiques. Les tableaux complets comprenant les dicateurs sont fournis en annexe. Ils permettent d évaluer la solution envisagée et de fournir un outil de pilotage du système. Le lecteur téressé de plus amples détails à propos de l application de ce framework est vité à consulter Di Martelly (Di Martelly, 2008). Identification des problèmes et proposition de solutions. L élaboration du modèle de connaissance a permis d identifier un certa nombre de dysfonctionnements. Une réunion a été organisée entre d une part les pharmaciens et d autres par les responsables du projet de réorganisation pour identifier et valider les problèmes. Les pots mis en évidence sont les suivants : La politique de gestion des stocks actuelles aux services d urgence (taille des Kanban et niveaux de recomplètement mal défis) entraîne du surstockage pour certas médicaments et des ruptures de stock pour d autre ; les médicaments ne sont pas sécurisés ; il y a redondance des activités et une faible tégration des systèmes d formation. Ceci engendre de nombreuses retranscriptions et multiplie les risques d erreurs. Ces différentes faiblesses ont à la fois un impact fancier et en terme de qualité. Modèle d action Af de solutionner ces problèmes, l idée est de changer le système actuel de gestion des stocks. Parmi les différents systèmes de gestion des stocks identifiés dans la revue de la littérature, le système de kanban est actuelle- 58 Vol. 19 N 2, 2011

7 ment en place. Pour résoudre les problèmes de stock, il conviendrait de redéfir les «PAR levels» mais cela ne résoudrait pas les problèmes de traçabilité. Le système de MRP est difficilement envisageable pour un service des urgences car la demande au niveau des urgences est aléatoire. La solution la plus probante est donc la mise en place d une armoire de dispensation automatique de médicaments pilotée par une politique de gestion des stocks appropriée. Toutefois, vu le nombre d acteurs impliqués dans le processus de dispensation des médicaments et les changements apportés par ce système, il est nécessaire d évaluer le mieux possible la solution envisagée avant son implantation. L armoire de dispensation automatique sera stallée dans le service des urgences et sera connectée formatiquement à la pharmacie. Ce type d armoire est semblable dans son fonctionnement à un distributeur de billets. Ces armoires sont conçues pour stocker et délivrer les médicaments. Le personnel de sos doit s identifier au moyen d un nom d utilisateur et d un mot de passe. Les données du patient sont ensuite troduites dans le système et uniquement les tiroirs contenant les médicaments dédiés aux patients s ouvrent. Les firmières n ont plus qu à prélever la quantité de médicaments nécessaires. Cette solution apporte des améliorations aux différents problèmes identifiés. Simplification des processus Figure 3 - Carte stratégique de l implémentation des armoires. Table 2 - Étude de la consommation de médicaments et facturation sur une période de 10 jours février 2005 Description Valeur Médicaments dispensés aux patients 100 % Médicaments scrits sur la liste des produits pharmaceutiques 61 % Médicaments scrits dans le dossier patient 18 % ightmédicaments effectivement facturés aux patients 45,19 % Taux de facturation (médicaments facturés aux patients/médicaments 45,19 % dispensés) Les armoires de dispensation automatique vont impacter les processus opérationnels liés aux médicaments, c est-à-dire, le processus de dispensation dans l unité de sos et les processus de commande et facturation en troduisant l formatisation et l automatisation de nombreuses activités. Celles-ci seront dorénavant une boîte noire pour les acteurs. Les changements duits ont été superposés aux logigrammes itiaux et sont encadrés en gris, sur la figure 4 en page 60. Le processus le plus modifié par ce nouveau système est le processus de facturation qui sera totalement formatisé. Le processus de commande des médicaments (recomplètement de l armoire) est lui aussi automatisé : l armoire fonctionne sur base d un ventaire permanent ; lorsque les niveaux de commande sont attets, une commande est lancée, sans tervention des firmières. Il est donc crucial que la politique de gestion des stocks soit correctement défie. Les changements duits au niveau du processus de dispensation vont permettre d améliorer la traçabilité car les médicaments seront automatiquement attribués au patient. Toutefois, le nouveau système ne touche pas le processus de prescription des médicaments. Af de quantifier les gas fanciers générés par l armoire, le processus de facturation a été évalué. Un ventaire des stocks du service des urgences est réalisé au jour J et au jour J+10, en février Tous les documents papiers relatifs aux médicaments au cours de cette même période sont revus : dossiers patients, listes de produits pharmaceutiques et document de facturation patients ayant séjournés aux urgences durant cette période. Au total 276 patients ont été admis au service des urgences au cours de cette période et plus de 700 documents ont été analysés. La comparaison entre les médicaments consommés (comparaison des deux ventaires) et les médicaments facturés aux patients permet d estimer la perte au cours de cette période de 10 jours. Les médicaments sont valorisés à leur prix de facturation aux patients. Le tableau 2 présente les résultats. Les valeurs sont exprimées en pourcentage du total de médicaments dispensés au cours de la période. Au cours de cette période, le taux de facturation est bas, de 45,17%, suite aux oublis et erreurs qui peuvent survenir à cause des diffé- Vol. 19 N 2,

8 Figure 4 - Description des processus de dispensation des médicaments. En encadré gris, les activités impactées par l armoire. 60 Vol. 19 N 2, 2011

9 Table 3 - Impact de l troduction des armoires automatiques de médicaments dans deux hôpitaux universitaires helvétiques (Du Pasquier et al., 2003, Meier, 2001) Valeur des dicateurs AVANT l troduction de l armoire automatique. Valeur des dicateurs APRES l troduction de l armoire automatique Objectif : réduire les erreurs de diagnostic % d erreurs dues à la mauvaise quantité de 0.20 % 0.60 % médicaments dispensés % d ereurs dues à une erreur de médicaments 0.10 % 2.20 % dispensés % d erreurs dues à la non dispensation des 0.10 % 0.20 % médicaments % de réduction des erreurs de dispensation (total) 3.00 % 0.40 % Objectif : réduire le temps passé par les firmières pour gérer les produits pharmaceutiques % de temps passé par les firmières pour remplir % % les dossiers des patients % de temps passé par les firmières pour 5.60 % % commander les produits pharmaceutiques % de temps total passé pour gérer les produits % % pharmaceutiques Taux de facturation % % rentes retranscriptions. L troduction des armoires permettrait d espérer un taux de facturation de 97% dans des conditions optimales d utilisation (Lee et al., 1992). Amélioration de la qualité et de la traçabilité Un des prcipaux avantages de l utilisation d une armoire de dispensation automatique est l amélioration de la sécurité du patient grâce au processus d automatisation et à l amélioration de la traçabilité des médicaments. L hôpital ne dispose pas de données relatives aux erreurs de dispensation ou au temps passé pour effectuer la gestion des produits pharmaceutiques. Pour obtenir une estimation, des études médicales réalisées dans un hôpital universitaire de taille semblable, en Suisse, ont été prises en compte. Ces études ont permis d évaluer l impact de l implémentation d une armoire automatique sur la qualité des médicaments (Du Pasquier et al., 2003, Meier, 2001). Une pharmacie expérimentale a été mise en place et un stock standard a été créé dans une salle vide. Des firmières volontaires ont accepté de participer à ce projet. Il leur fut demandé de préparer et dispenser les doses de médicaments pour 20 patients, une fois sans utiliser les armoires et une fois en utilisant les armoires. La table 3 résume les résultats. Ces études ont été menées dans un environnent expérimental, lequel selon les auteurs, mène largement à sous-estimer les erreurs. Politique de gestion des stocks pour piloter le système L implémentation de l armoire automatique de dispensation se révèle profitable sur le plan de l amélioration de la qualité et sur le plan fancier. Ce nouveau système fait partie d un système de gestion des stocks et doit être piloté par une politique adaptée. En effet, la politique actuelle, kanban et PAR level, mène à des ruptures de stocks pour certas médicaments et du sur-stockage pour d autres. Pour élaborer le modèle de gestion des stocks, le plus possible de caractéristiques sont prises en compte : Demande stochastique et non stationnaire : les arrivées des patients aux urgences asi que leurs pathologies sont complètement aléatoires ; la demande des produits pharmaceutiques pour les soigner est donc également aléatoire ; Contrate par la capacité : le nombre de produits à approvisionner sur une période est limité ; Multi produits : tous les produits doivent être disponibles au même moment pour traiter n importe quelle pathologie ; Multi niveaux : les coûts de stockage des médicaments sont plus élevés aux urgences qu à la pharmacie centrale ; une fois les médicaments délivrés au service des urgences, il n y a pas de compensation entre les unités de sos ; les produits sont réemballés au niveau de la pharmacie et délivrés ensuite au service des urgences. Vol. 19 N 2,

Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY

Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments Flux des médicaments et pharmacoéconomie DESS, Enjeux! Processus de soins très complexes et fortement basés

Plus en détail

La raison d être des systèmes d information

La raison d être des systèmes d information La raison d être des systèmes d information 23 ème Séminaire en sciences pharmaceutiques Pourrait-on vivre sans? 1 Enjeux Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine Suivi

Plus en détail

L animation de la performance d une Supply Chain

L animation de la performance d une Supply Chain L animation de la performance d une Supply Chain Pré-soutenance de Mémoire Thématique Master Recherche OSIL Ecole Centrale Paris Etudiante : Samira Jaï Encadrant : Alain Chapdaniel Plan de la présentation

Plus en détail

L analyse de processus au service de la gestion des risques

L analyse de processus au service de la gestion des risques L analyse de processus au service de la gestion des risques 1. Pourquoi faire? 2. L analyse des processus : une notion clé Définition Typologie et cartographie Niveaux d approche 3. Une approche pour identifier

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Sujets de stage. Sciences de la Fabrication et Logistique. Génie Industriel. Optimisation. Recherche opérationnelle. Simulation

Sujets de stage. Sciences de la Fabrication et Logistique. Génie Industriel. Optimisation. Recherche opérationnelle. Simulation 2011 2012 Sujets de stage Génie Industriel Optimisation Recherche opérationnelle Simulation Sciences de la Fabrication et Logistique Table des matières Problème de planification de production avec des

Plus en détail

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Etienne COUSEIN Centre Hospitalier de Valenciennes Pharmacien

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

LOGISTIQUE DE PRODUCTION

LOGISTIQUE DE PRODUCTION BROCHURE LOGISTIQUE DE PRODUCTION Tél. : 024 423 96 50 1 INTRODUCTION Plus que jamais, les fonctions logistiques doivent évoluer et se développer afin d accroître la performance industrielle, par une meilleure

Plus en détail

Les problèmes de mise en œuvre d un SIH

Les problèmes de mise en œuvre d un SIH Les problèmes de mise en œuvre d un SIH N.Qarmiche 1*, K.Amzian 2, M.Berraho 1, Z.Srhier 1, K.El Rhazi 1, S.El Fakir 1, N.Tachfouti 1, C.Nejjari 1 1 Laboratoire d Epidémiologie et Santé Publique, Faculté

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments

Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments Sécurisation des processus de production des médicaments Déroulement du cycle Place de l assurance-qualité dans l organisation

Plus en détail

Table des matières PREMIÈRE PARTIE CONCEPTS FONDAMENTAUX...25

Table des matières PREMIÈRE PARTIE CONCEPTS FONDAMENTAUX...25 Table des matières Introduction...5 Chapitre 1 La fonction industrielle et logistique dans l'entreprise...9 1. Le domaine du management industriel et logistique... 9 2. Mise en perspective historique...

Plus en détail

Proposition d un modèle UML de gestion des stocks et de transport dans un système de distribution multi-niveaux (a).

Proposition d un modèle UML de gestion des stocks et de transport dans un système de distribution multi-niveaux (a). Proposition d un modèle UML de gestion des stocks et de transport dans un système de distribution multi-niveaux (a). Khadija Eddoug (* ), Saâd Lissane Elhaq (* ), Hamid Ech-cheikh (* ) (*) : Laboratoire

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL DÉCLARATION DE L ASSURÉ À LA SUITE D UNE RÉCLAMATION 1 Cette déclaration est strictement confidentielle et ne sera transmise qu à l assureur, l avocat ou l expert en sinistre à

Plus en détail

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Préparé par : George Crump, analyste senior Préparé le : 03/10/2012 L investissement qu une entreprise fait dans le domaine de

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

La pharmacie hospitalière

La pharmacie hospitalière La pharmacie hospitalière Pour traiter ce sujet, nous avons laissé la plume à M. Léon Wilmotte, qui, dès les premières années, a été le pionnier de la pharmacie hospitalière sous la direction du Pr M.

Plus en détail

JDA SOFTWARE OPTIMISATION DES STOCKS. Pour vos appels d offre. 2 e ÉDITION. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort

JDA SOFTWARE OPTIMISATION DES STOCKS. Pour vos appels d offre. 2 e ÉDITION. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort Mars 2009 Pour vos appels d offre OPTIMISATION DES STOCKS 2 e ÉDITION JDA SOFTWARE SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort QUESTIONNAIRE EDITEURS DE LOGICIELS D OPTIMISATION

Plus en détail

DES DMS Exemple du CHU de Nîmes

DES DMS Exemple du CHU de Nîmes PLATEFORME LOGISTIQUE ET CIRCUIT DES DMS Exemple du CHU de Nîmes L ensemble des illustrations a été supprimé en raison de la taille du fichier incompatible avec la diffusion sur le site euro-pharmat.com.

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR

ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR Dr. Pascal BONNABRY, PD Pharmacie des HUG Genève PRESSIONS D EVOLUTION Externes Situation économique Besoin de rentabilité Concurrence Législation

Plus en détail

L apport des logiciels d optimisation des stocks multi-échelons

L apport des logiciels d optimisation des stocks multi-échelons omment passer à la vitesse supérieure dans le calcul des stocks de sécurité et aller plus loin que les ERP et APS traditionnels? est ce que nous explique Tanguy aillet de J&M Management onsulting en nous

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

Healthcare * sdv.com. Logistique. Imagination. *Santé

Healthcare * sdv.com. Logistique. Imagination. *Santé Healthcare * sdv.com Logistique. Imagination. *Santé SDV, un service de proximité et une performance assurée La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes Université Claude Bernard Lyon 1 Institut de Science Financière et d Assurances Système Bonus-Malus Introduction & Applications SCILAB Julien Tomas Institut de Science Financière et d Assurances Laboratoire

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

Le système d information hospitalier. exercice d équilibre entre innovation et activité quotidienne

Le système d information hospitalier. exercice d équilibre entre innovation et activité quotidienne Le système d information hospitalier exercice d équilibre entre innovation et activité quotidienne Résultats du sondage de septembre 2012 ch Table des matières Avant-propos 3 A propos de l étude 4 Institutions

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

Génie logiciel. Concepts fondamentaux. Bruno MERMET, Université du Havre 1

Génie logiciel. Concepts fondamentaux. Bruno MERMET, Université du Havre 1 Génie logiciel Concepts fondamentaux Bruno MERMET, Université du Havre 1 Nécessité du Génie Logiciel Bruno MERMET, Université du Havre 2 Développement d un logiciel Caractéristiques souhaitées : Adéquation

Plus en détail

chaîne logistique GESTION DE LA MICROSOFT BUSINESS SOLUTION NAVISION

chaîne logistique GESTION DE LA MICROSOFT BUSINESS SOLUTION NAVISION GESTION DE LA chaîne logistique MICROSOFT BUSINESS SOLUTION NAVISION DISTRIBUTION Le module Distribution de Microsoft Business Solutions navision vous donne les moyens de pleinement satisfaire vos clients.

Plus en détail

traçabilité en milieu médical

traçabilité en milieu médical traçabilité en milieu médical SOLUTIONS - EFFICACITÉ - SÉCURITÉ la traçabilité, pourquoi? Améliorer la sécurité du patient et la qualité des soins Améliorer la qualité des soins de santé est un enjeu majeur

Plus en détail

Une pièce d une stratégie

Une pièce d une stratégie Robot de distribution Rowa: Hugot bosse-t-il bien? Prof. Pascal BONNABRY 2 ème colloque sur l automatisation en pharmacie hospitalière Lausanne, 31 janvier 2013 Une pièce d une stratégie Distribution robotisée

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière Prof. Pascal BONNABRY Formation des cadres au management «Gérer les incidents en milieu hospitalier» Genève, 19 novembre 2012

Plus en détail

PROCONCEPT EASY START

PROCONCEPT EASY START PROCONCEPT EASY START Découvrez les avantages d une solution logicielle Suisse, développée spécialement pour couvrir l ensemble des besoins des PME DÉVELOPPÉE PAR UNE PME POUR LES PME Avec ProConcept Easy

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Le début de l aventure

Le début de l aventure CONTEXTE L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium : au cœur du roulement de patient Contexte L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium forment un nouveau groupe hospitalier qui

Plus en détail

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Le Management en mode projet..2 Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Sa mission est d'aider les entreprises à développer la qualité de service dont ont besoin leurs clients internes ou externes.

Plus en détail

Présentation. Pour. Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris

Présentation. Pour. Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris Présentation Pour Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris Email: galais@barloworldscs.com Tel : + 33 1 73 03 04 10 / + 33 6 08 01 52

Plus en détail

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense Master Data Management pour les données de référence dans le domaine de la santé Table des matières CAS D ETUDE : COLLABORATION SOCIALE ET ADMINISTRATION

Plus en détail

Le pôle logistique. & la blanchisserie. des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Le pôle logistique. & la blanchisserie. des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Le pôle logistique & la blanchisserie des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Sommaire Présentation générale...3 L entrepôt...4 La pharmacie...5 L unité centrale de production culinaire...6 Le SAMU...7

Plus en détail

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux Au Centre hospitalier de Valenciennes 1 Le centre hospitalier de Valenciennes MCO Psychiatrie SSR Soins de longue durée Maison de retraite

Plus en détail

Gestion de production

Gestion de production Maurice Pillet Chantal Martin-Bonnefous Pascal Bonnefous Alain Courtois Les fondamentaux et les bonnes pratiques Cinquième édition, 1989, 1994, 1995, 2003, 2011 ISBN : 978-2-212-54977-5 Sommaire Remerciements...

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

Votre partenaire idéal

Votre partenaire idéal Technologie Partenaire Votre partenaire idéal Avnet Supply Chain Solutions Nos partenaires 2 Avnet Supply Chain Solutions Votre partenaire idéal Confiez votre logistique à un spécialiste Dans l environnement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées NA (mission régionale) Appui à l élaboration d

Plus en détail

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC Prof. Pascal BONNABRY Certificat qualité des soins Genève, 14 avril 2011 Agenda Introduction: analyse de risques Exemple d application de

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal)

Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Tarif et modifications tarifaires dans la loi sur l assurance-maladie (LAMal) Extrait d un exposé du Dr Willy Oggier, Gesundheitsökonomische Beratungen AG, Küsnacht Structure Comment les négociations tarifaires

Plus en détail

Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés

Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés Sécurisation du circuit du médicament au Centre Hospitalier d ANNECY Sur- conditionnement et délivrance nominative automatisés Dr Julien FIOT Praticien Hospitalier Maîtrise universitaire d études avancées

Plus en détail

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque.

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque. glossaire Accessibilité financière Le coût d un traitement par rapport au revenu de la population. dans cette enquête, le salaire journalier minimum d un employé non-qualifié du secteur public est comparé

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

Blood derivate (CFC) supply chain in the hospital How to maximise full traceability. CHU-Hôpitaux de Rouen - 1

Blood derivate (CFC) supply chain in the hospital How to maximise full traceability. CHU-Hôpitaux de Rouen - 1 Blood derivate (CFC) supply chain in the hospital How to maximise full traceability CHU-Hôpitaux de Rouen - 1 Teaching Hospital (CHU) Rouen Multi-site Hospital : 5 sites 2500 beds and places 300 wards

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Management des Systèmes d Information

Management des Systèmes d Information Spécialité Réseaux (RES) UE: Management des systèmes d'information [mnsi, NI303] M2IRT 2012 1 ère année Management des Systèmes d Information Unité 2 - Les principaux types de SI dans l entreprise Gilles

Plus en détail

Salon Progiciel Annecy ERP & manufacturing

Salon Progiciel Annecy ERP & manufacturing et Salon Progiciel Annecy ERP & manufacturing P. Reboud - 06.71.18.19.82 / D. Michallet 06 84 95 80 07 September 30 th, 2010 et Insert "IFS Offer, P. Reboud, 19/01/2010" 2 2010 Capgemini. All rights reserved

Plus en détail

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE, SPÉCIALITÉ GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE, SPÉCIALITÉ GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT DIPLOME UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE, SPÉCIALITÉ GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Doctorat d'université Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation

Plus en détail

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain?

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? DOSSIER SOLUTION Solution CA Virtual Placement and Balancing Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? agility made possible La solution automatisée

Plus en détail

Quels outils pour prévoir?

Quels outils pour prévoir? modeledition SA Quels outils pour prévoir? Les modèles de prévisions sont des outils irremplaçables pour la prise de décision. Pour cela les entreprises ont le choix entre Excel et les outils classiques

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

Conseil, stratégie, organisation,

Conseil, stratégie, organisation, Le pôle Ingénierie des flux Notre vocation : Vous faire bénéficier de notre expertise afin d améliorer la performance de vos organisations pour accroitre la satisfaction de vos clients tout en optimisant

Plus en détail

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NUMÉRO 152 : JUIN 2005 DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE Depuis quelques années, le Bureau des substances contrôlés (BSC)

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité

Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité Journées Innovation Recherche BSPPP Matthieu LAURAS (EMAC), Cdt Florent COURREGES (SDIS81) matthieu.lauras@mines-albi.fr, florent.courreges@sdis81.fr

Plus en détail

M E S. Organiser et suivre la performance de ses ateliers

M E S. Organiser et suivre la performance de ses ateliers M E S. Organiser et suivre la performance de ses ateliers Lorraine La nécessité de «piloter au plus juste» les équipements et les ateliers est à l origine de la naissance des logiciel de Manufacturing

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits

MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits Préambule La performance flux, quel que soit le vocable sous lequel on la désigne ( Juste

Plus en détail

Arbres binaires et codage de Huffman

Arbres binaires et codage de Huffman MP Option Informatique Premier TP Caml Jeudi 8 octobre 2009 Arbres baires et codage de Huffman 1 Arbres baires Soit E un ensemble non vide. On défit la notion d arbre baire étiqueté (aux feuilles) par

Plus en détail

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 N i c o l a s C h u Réussir un projet de site web 6 e édition Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 annexe D Les indicateurs de pilotage

Plus en détail

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring

Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Projet SINF2275 «Data mining and decision making» Projet classification et credit scoring Année académique 2006-2007 Professeurs : Marco Saerens Adresse : Université catholique de Louvain Information Systems

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

Chaîne de production des médicaments

Chaîne de production des médicaments Chaîne de production des médicaments GPAO : Aspects légaux et pharmaceutiques 2 Principe de base Une préparation n est entreprise que si la pharmacie possède les moyens appropriés pour la réaliser et la

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Achats Internationaux & Supply Chain" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

DEMAND MANAGEMENT inc

DEMAND MANAGEMENT inc Mars 2009 Pour vos appels d offre OPTIMISATION DES STOCKS 2 e ÉDITION DEMAND MANAGEMENT inc SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort QUESTIONNAIRE EDITEURS DE LOGICIELS D OPTIMISATION

Plus en détail

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE SERVICE PHARMACIE Jean-Louis LONGUEFOSSE Anne-Marie FORTUNE Géraldine LIGUORI Pharmacien Chef de service Pharmacien Pharmacien contractuel Tel : 0596 59 29 39 Tel : 0596 70 83 20 Tel : 05 96 59 28 62 jllonguefosse@ch-colson.fr

Plus en détail

Académie de pharmacie

Académie de pharmacie Académie de pharmacie Expérimentation d une méthode Lean pour l amélioration des processus métiers Application à l amélioration de la prise en charge médicamenteuse dans un service de médecine Niccolo

Plus en détail

Collaboration MRS (MRPA) - Pharmacie

Collaboration MRS (MRPA) - Pharmacie Collaboration MRS (MRPA) - Pharmacie 5 mars 2015 Laurent Lamard Sales Manager Care Pharmacien Tom Claes BU Manager Corilus Pharma Pharmacien Hugues Florquin Agenda Le cadre de la TUH Comment démarrer?

Plus en détail

"Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse"

Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse "Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse" Journées Franco-Suisses de Pharmacie Hospitalière 23 avril 2015, Mâcon Dr Vera Jordan-von Gunten Pharmacien d hôpital,

Plus en détail

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable I PRESENTATION DES THEORIES 1 La chaîne logistique traditionnelle 2 Supply chain 3 Supply chain in reverse logistics La gestion globale de la chaîne logistique dans la logistique inversée (verte) II L

Plus en détail

Business Process Change:

Business Process Change: Business Process Change: A Study of Methodologies, Techniques, and Tools par: W. Kettinger, J. Teng & S. Guha 1 Plan de la présentation Situer l article Relever son contenu Apprécier l article Appliquer

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

En un coup d œil. vie. entreprise. Association d assureurs. Groupe Mutuel santé

En un coup d œil. vie. entreprise. Association d assureurs. Groupe Mutuel santé En un coup d œil N o s p r e s t a t i o n s d a s s u r a n c e m a l a d i e santé vie entreprise Association d assureurs Assurance de base Le minimum légal L assurance obligatoire des soins (LAMal)

Plus en détail

Consultant Dynamics AX Supply Chain

Consultant Dynamics AX Supply Chain Filière de Formation : Consultant Dynamics AX Supply Chain DOSSIER PEDAGOGIQUE Renseignements et moyens pédagogiques Contenus de cours détaillés Durée : 40 jours Sommaire Sommaire... 2 Découpage de la

Plus en détail

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria DESS en pharmacie hospitalière Séminaires Assurance Qualité Sion, le 21 juin 2005 Plan Définitions Historique SMQ Pharmacie des HUG Utilité RQPH

Plus en détail

Circuit du médicament informatisé

Circuit du médicament informatisé Circuit du médicament informatisé Points de vigilance axe technique SOMMAIRE... 1 FICHE N 1- DISPONIBILITE ET PERFORMANCE... 2 FICHE N 2- ENVIRONNEMENT DE TEST... 4 FICHE N 3- VERSIONNING... 5 FICHE N

Plus en détail

Gestion de projets et de portefeuilles pour l entreprise innovante

Gestion de projets et de portefeuilles pour l entreprise innovante LIVRE BLANC Novembre 2010 Gestion de projets et de portefeuilles pour l entreprise innovante accélérer le taux de rendement de l innovation James Ramsay Consultant principal, Gouvernance de la zone Europe,

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Préambule Sommaire Préambule L entreprise : système complexe en mouvement permanent Mickael Porter Harvard Business School - L avantage

Plus en détail

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Hassen RAÏS. Enseignant-Chercheur. IAE -Toulouse. CRM UMR 5303 CNRS. hassen.rais@iae-toulouse.fr - +33(0)6 33 09 16

Plus en détail

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 20000-1 Deuxième édition 2011-04-15 Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services Information technology Service

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

Référentiels d Interopérabilité

Référentiels d Interopérabilité INFORMATION HOSPITALIERE STANDARDISEE Formation Maîtrise d Ouvrage Hospitalière Informatisation du circuit du médicament & des dispositifs médicaux Référentiels d Interopérabilité 7 ème édition : 14 janvier

Plus en détail