Étude Salaires Rémunération des professionnels. Marketing, Vente, Communication & Digital

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude Salaires 2013. Rémunération des professionnels. Marketing, Vente, Communication & Digital"

Transcription

1 - 33 ème édition Étude Salaires 2013 Rémunération des professionnels Marketing, Vente, Communication & Digital MAESINA INTERNATIONAL SEARCH Présente en partenariat avec AON HEWITT son enquête annuelle. Pour toute information, nous vous prions de contacter :

2 ETUDE SALAIRES MARKETING VENTES COMMUNICATION 2013 SOMMAIRE Page Première Section INTRODUCTION 3 RÉMUNÉRATIONS PAR FONCTION : Médianes 4 Critères d'analyse 5 AUGMENTATIONS 7 FIXE ET VARIABLE 11 LE MARCHE DU DIGITAL EN REMUNERATION MEMBRES DU CODIR 15 REMUNERATIONS EUROPEENNES 16 ECHANTILLON et METHODOLOGIE 20 Deuxième section TABLEAUX DES RÉMUNÉRATIONS DES FONCTIONS 2

3 INTRODUCTION Réalisée en partenariat avec AON HEWITT depuis plus de 20 ans, l étude salaires Marketing-Ventes- Communication de MAESINA INTERNATIONAL SEARCH, véritable référence du marché, poursuit son développement. Cette année, elle présente : L analyse des rémunérations de 29 fonctions Marketing, Commerciales, Communication et Digitales particulièrement représentatives du marché. L importance des différents critères influençant le niveau de rémunération Une analyse des augmentations individuelles concernant les titulaires n'ayant changé ni de poste ni d'entreprise, en cette période chahutée. o Le Marketing est toujours en hausse. o La Communication encore plus o Le Digital dans toutes ses dimensions explose. Une analyse du marché des fonctions digitales dans l entreprise qui se développent très vite mais l organisation ne suit pas toujours. L'analyse des fonctions de Dirigeants membres du Comité de Direction dans les groupes L'analyse comparée des rémunérations de 5 fonctions significatives dans 6 pays d'europe. Réalisée cette année auprès de 235 entreprises et regroupant 2283 dirigeants, managers et professionnels, occupant ces 29 fonctions, l étude présente de façon classique les moyennes, médianes, quartiles et déciles pour chaque fonction, donnant ainsi une vision plus large des rémunérations correspondant à chaque fonction. Attention : les rémunérations présentées correspondent au brut annuel 2012 pour le salaire fixe auquel s ajoutent les rémunérations variables effectivement touchées au titre de l année 2011 par les titulaires. 3

4 NIVEAUX DE RÉMUNÉRATIONS : Tableaux détaillés en deuxième section et tableaux Comité de Direction: MÉDIANES DES RÉMUNÉRATIONS PAR FONCTION Médianes 2013 en K Rémunération Rémunération Fonction fixe globale Directeur Marketing et Ventes DMV 117,4 135,0 Directeur Marketing DM 93,1 112,2 Chef de Groupe de Produits CG 65,5 77,7 Chef de Produit Senior CPS 41,9 46,8 Chargé d études marketing CE 37,5 41,0 Responsable du Marketing Direct RMD 50,6 56,3 Responsable e-marketing Re-M 56,2 65,3 Community Manager CtyMgr 46,5 56,2 Responsable CRM RCRM 53,2 55,6 Directeur Développement Web DDW 69,6 75,2 Directeur Digital DDtl 82,0 92,1 Responsable e-business Re-B 72,0 86,2 Directeur de La Communication DirCom 102,9 128,1 Responsable des Relations Publiques RRP 62,2 77,1 Attaché de Presse AP 37,0 39,6 Responsable Communication Externe Rcom 56,2 62,9 Responsable Media Rmedia 63,1 70,3 Directeur Commercial DC 95,6 114,3 Directeur National des Ventes DNV 68,9 90,9 Chef de Vente Régional CVR 49,7 65,5 Responsable Grands Comptes RGC 56,5 67,0 Category Manager CatMgr 48,0 58,2 Directeur du développement des ventes DDV 84,4 97,3 Directeur du Service Clientèle DSC 70,2 80,7 Directeur des Ventes Export DVX 97,2 116,4 Responsable de Zone Export RZX 53,2 67,4 Directeur des achats Dach 95,6 117,0 Responsable de Service Achats RSAch Acheteur Ach 44,2 48,9 4

5 CRITÈRES EXPLICATIFS DES DIFFERENCES DE REMUNERATION : Critères fonction La localisation géographique (Région parisienne versus Province) Elle a un impact sur les niveaux de rémunération de l ensemble des fonctions. En effet, selon le groupe de fonctions, le fait de travailler sur Paris/Région parisienne est de 5% à 8% plus rémunérateur que de travailler en Province. La dimension Groupe du poste. Les fonctions de Direction et Responsables d activité ayant des responsabilités pour l ensemble du groupe ont une rémunération globale supérieure de 4% par rapport aux titulaires qui n ont pas de dimension groupe. L effectif supervisé. L effectif supervisé a un impact sur les niveaux de rémunération de l ensemble des cadres et fonctions non cadres à supervision. La rémunération est croissante avec l effectif supervisé. Cet impact est particulièrement plus prononcé pour les fonctions administratives, techniques et commerciales. Le montant sous responsabilité. Le montant sous responsabilité a un impact sur les niveaux de rémunération des fonctions de Direction et Responsables d activité, et plus particulièrement dans la filière forces de vente. L appartenance au comité de direction. A fonction équivalente, un Directeur appartenant au comité de direction aura une rémunération globale supérieure de 3% par rapport aux titulaires qui n appartiennent pas au comité de direction. Critères titulaire L âge Quelle que soit la fonction, on observe un impact de l'âge sur les niveaux de rémunération. La rémunération est croissante avec l âge, cet impact s amenuisant au fur et à mesure que l âge augmente. L ancienneté Elle influence positivement le niveau de rémunération des titulaires occupant une fonction non cadre, notamment en début de carrière (la rémunération augmentant de 9% entre la 1 ère et la 5 ème année). Le niveau de maîtrise de la fonction (Junior, Middle, Senior) Il a un impact significatif sur le niveau de la rémunération pour l ensemble des fonctions, et plus particulièrement pour les Cadres : o La «maîtrise» du poste (Senior) apporte un plus d environ 5% pour les Directeurs ou Responsables d activité par rapport aux titulaires (Junior) qui débutent dans leur fonction, 5

6 o La rémunération des autres cadres «maîtrisant» leur poste est de 5% supérieure à celle des cadres junior, La formation initiale C est un critère significatif sur l'ensemble des fonctions, en particulier pour les cadres débutants. Leur rémunération globale évolue de façon croissante avec le niveau de formation. 6

7 AUGMENTATIONS : Rappelons ici que les augmentations présentées ci-dessous correspondent à celles dont ont bénéficié des titulaires n ayant changé ni de société ni de poste entre les 2 années. Marketing : Forte hausse du niveau d'augmentation pour les marketers : La moyenne des augmentations de la fonction Marketing est de 4,8% vs 4,2% en 2010 pour le fixe mais 5,9% vs 4,9% pour la rémunération totale, une variation qui s explique par une hausse significative du fixe et de la part de variable chez ces marketers. Les objectifs établis à fin 2010 ont été élevés car l année 2011 s annonçait favorable en poursuivant la tendance à fin Les résultats ont généralement été en ligne avec les objectifs. C'est vrai pour tous les niveaux de cette hiérarchie. Le niveau d'inflation pour 2012 vs 2011 (2,0%) laisse un gain de pouvoir d achat de 3,9%. 7

8 Répartition des niveaux d'augmentation de rémunération totale : Le graphique montre effectivement que cette année 42% des Marketers ont vu leur rémunération augmenter de 4% et plus contre 37% l année dernière. A l'opposé 28% ont vu leur rémunération baisser contre 20% l'année dernière, un contraste fort entre les entreprises qui ont réussi et celles qui ont vu leurs résultats se dégrader et ne pouvoir offrir des rémunérations en augmentation. En conséquence la proportion de petites augmentations et de stagnation est en forte baisse 30% vs 42% l'année dernière est en forte baisse ; c'est clairement une année de contrastes. 8

9 Commerciaux : Chez les commerciaux la tendance est différente : moins d augmentations qu en 2011 sur le fixe, rattrapé en partie par le variable. En moyenne le fixe a augmenté cette année de 3,4% vs 4,8% en 2011 mais la rémunération globale a tout de même augmenté un peu plus, de 3,6% vs 3,4% en Cette observation est forte chez les dirigeants : 6,1% vs 3,9% mais pas chez les managers dont l augmentation globale est en moindre augmentation : 2,3% vs 5,4%. Les professionnels sont mieux traités : 2,3% d augmentation vs le très bas 0,8% de l année dernière, comme si une compensation automatique s était de nouveau mise en place. 9

10 Répartition des niveaux d'augmentation de salaire total : Comme pour les marketers, les commerciaux présentent une répartition des augmentations très portée sur les extrêmes : 37% ont une augmentation égale ou supérieure à 4% contre 33% l'année dernière. 48% ont droit à une baisse de salaire vs 16% l'année dernière. C est bien évidemment le variable qui est en cause, donc les réalisations très disparates selon les entreprises par rapport à des objectifs probablement élevés. 10

11 REMUNERATION VARIABLE : Proportion de Bénéficiaires Le pourcentage de bénéficiaires d une rémunération variable individuelle reste maintenant à son niveau proche du plus haut avec des variations chaque année dues au fait que certains n'atteignent pas leur objectif et n'ont pas de bonus une année donnée. Poids du variable : Le poids du variable réellement touché est calculé par rapport au salaire fixe, conformément à la façon habituelle des sociétés à présenter un package salarial. Le poids du variable est ici dépendant de l atteinte des objectifs fixés, donc de la conjoncture et de la pertinence des objectifs eux-mêmes. En effet les chiffres présentés sont ceux que les titulaires ont effectivement touchés au titre de l année précédente et non pas le "package" sur la base duquel ils sont mesurés cette année. Ce chiffre ne tient pas compte des titulaires n'ayant pas touché de variable du tout, même si leur package en comporte. Ce poids est généralement en hausse cette année. 11

12 Critères habituels déterminant le variable. (Ce paragraphe est un rappel) En général les critères de mesure du variable sont répartis en 3 parties : Société, Équipe, Individuels Pour les forces de vente ils s'analysent plus en détail comme suit : Dans presque toutes les catégories de Forces de Vente, les critères quantitatifs restent prépondérants dans la détermination de la part variable individuelle, notamment le "chiffre d affaires", le "volume des ventes" et bien entendu la "marge". Pour les Commerciaux Terrain, on tiendra également compte de certains critères d activité comme le "nombre d offres clients/réalisées" ou le "nombre de visites clients/prospects". Concernant les critères qualitatifs pour les Commerciaux Terrain, la "maîtrise des techniques de vente", la "rigueur/l organisation", "l orientation client" et "l esprit d équipe" sont les savoirs et comportements les plus fréquemment pris en compte dans la détermination de la part variable individuelle. Pour les Managers, ce sont surtout les capacités de leadership et d animation qui sont attendues, notamment en termes de "direction d équipe" et de "coaching". De même, les entreprises attendent de leurs Managers qu ils fassent preuve de "rigueur et d organisation" afin de gérer de manière optimale leur équipe et leur activité. Il est important de noter que pour de nombreuses entreprises, les critères qualitatifs seront plutôt réservés à la détermination de l augmentation individuelle dans le cadre de l appréciation du "mérite" 12

13 LE MARCHE DU DIGITAL EN 2013 Nous avions fait le constat l année dernière, que le Digital prenait une place de plus en plus importante au sein de l entreprise, et notamment dans la gestion de sa relation clients. Cette tendance est plus que confirmée cette année, avec toutefois, une approche mieux segmentée et plus qualitative. Les coûts d acquisition clients ayant connu une hausse significative en 2012, les entreprises cherchent d avantage à rationaliser leur stratégie de conquête et consacrer une part plus importante de leur budget Marketing, au service du développement et de la fidélisation de leurs clients. Elles investissent sur des outils de CRM de plus en plus performants, centrés sur l expérience utilisateur et abordent le multicanal de manière plus uniforme et donc plus percutante. Les sociétés aspirent désormais harmoniser leur prise de parole par un message clair (quel que soit le support utilisé), permettant ainsi de resserrer les liens entre la marque et ses consommateurs. La marque Cette tendance d uniformisation des messages se retrouve également dans la promotion de sa marque et sa déclinaison pluri-médias. Les sociétés souhaitent aujourd hui avoir un «brand content management» (management du contenu de la marque) plus efficace. On parle de brand content lorsqu une marque développe son territoire de communication en adoptant et en s appropriant un univers qui dépasse les frontières de son produit, de son service. Cette démarche vise à plonger un consommateur/client d être dans un univers qu il connait, qu il maîtrise et dans lequel il se sent bien. Qu il soit en ligne avec un centre d appels où qu il surfe sur un site Internet, voire même sur Facebook ; les codes, les messages et l environnement doivent être pour lui familiers et lui permettent de se sentir dans un confort de consommation. De nombreuses entreprises, notamment dans la grande consommation, se sont largement renforcées sur cette partie et ont recruté des responsables «digital», en mesure d accompagner cette mutation à la fois impérieuse et indispensable. L organisation Nous avions posé l an dernier la problématique du positionnement du Digital au sein de l organisation des sociétés. Ce problème n est pas résolu, néanmoins une tendance apparait. Les services Internet/Digital sont de plus en plus fréquemment rattachés à la direction générale. Toutefois, de par le développement de la partie e-commerce dans la majorité des secteurs d activité, les services «digital» doivent pouvoir s appuyer sur des savoirs faire plus traditionnels. On voit donc émerger des nouveaux métiers comme l e-merchandising, l e-trade marketing, voire l e-category management, ainsi que la fonction d ergonome UX (User experience), chargés de définir un circuit clair, agréable, et performant pour l internaute. A l inverse, les services traditionnels du marketing et de la communication se digitalisent. Les sociétés ont pris conscience qu il ne faut plus seulement travailler avec l équipe digitale, mais qu il faut intégrer dans leur réflexion au quotidien, les spécifiés attenant aux nouveaux médias. Les chefs de produits, les responsables merchandising, les responsables des relations publiques, toutes les fonctions classiques du marketing et de la communication comportent une partie digitale dans le cadre de leurs prérogatives. 13

14 En résumé, on constate une digitalisation des métiers classiques et l apparition des métiers traditionnels dans l équipe digitale et le service e-business. Le ROI Les entreprises souhaitent gérer leurs coûts de manière toujours plus drastique, dans une période où les perspectives de croissance économique restent incertaines. Le retour sur investissement est le point essentiel. Une société ne souhaite plus investir, même dans une nouvelle technologie performante, sans connaitre et mesurer le bénéfice qu elle pourra en tirer. En conséquence, les investissements grandissants sur le digital ne se font plus de manière aléatoire et implique de calculer un ROI précis et rentable. Il y a aujourd hui l objectif du marketing à la performance. Cela conduit les profils du web à avoir une approche plus rationnelle intégrant les problématiques de business, de concurrence, et de mix marketing. Les salaires L année 2012 a encore une fois été une bonne année pour les salaires dans l univers du digital. Nous avions prévu une augmentation entre 5 % et 7 %. Cette tendance se confirme avec une hausse de 5,5 % des salaires en moyenne dans cet univers. Toutefois, certaines disparités apparaissent ; les patrons de services e-business se rapprochent de plus en plus des salaires des dirigeants classiques. Un directeur du e-commerce dans une entreprise de distribution peut facilement avoir une rémunération supérieure à celle d un directeur de la communication, avec un niveau de variable très élevé pouvant aller jusqu à 30 ou 40 %. Dans le même temps, les postes plus classiques du digital comme un chef de projet, un web designer, un responsable e-marketing, ont vu leur rémunération augmentée moins rapidement que les années précédentes. Ces métiers tendent à se généraliser et conduisent les services des ressources humaines à rationaliser leur niveau de rémunération, qui suivent dans une certaine mesure la même tendance d augmentation que les fonctions plus traditionnelles du marketing et de la communication. On peut évaluer à 4,5 % l augmentation de ces postes avec une tendance similaire pour l année prochaine. Les augmentations supérieures à 10 % pour les postes dits classiques du web sont révolues. Cependant, chaque jour connait sa nouvelle évolution, son nouveau développement, ses nouvelles opportunités et ses nouveaux métiers. En conséquence, les profils digitaux ont encore de belles années devant eux et des perspectives professionnelles et salariales très intéressantes. Le Digital est autant une opportunité pour chaque entreprise que pour les professionnels du marketing, de la communication et du commerce. L année 2013 sera encore une très belle année digitale. 14

15 REMUNERATION DES MEMBRES DU COMITE DE DIRECTION Nous présentons les rémunérations des Dirigeants directement impliqués dans les fonctions Marketing et Commerciales ainsi que les fonctions de Direction Générale de l'entreprise ou du groupe. Chaque fonction est observée selon l'étendue des responsabilités en termes géographiques, filiale, Europe ou groupe avec indication du chiffre d'affaires concerné. Les critères d'analyse sont évidents, plus le chiffre couvert est important plus la rémunération est élevée. Ce qui est frappant c'est le taux de variable des Présidents Directeurs Généraux, la pertinence des objectifs donnés par le Conseil d'administration ou le Comité des Rémunérations des Dirigeants est essentielle à l'efficacité de la politique de rémunération et au retour sur investissement correspondant. 15

16 REMUNERATIONS DES DIRIGEANTS EUROPEENS Comme chaque année l Etude Salaires Marketing-Ventes de Mæsina International Search réalisée en association avec Aon Hewitt permet une comparaison des rémunérations de 5 fonctions significatives de ces métiers : Directeur Marketing Ventes Directeur Commercial Responsable Grands Comptes Directeur Marketing Chef de Groupe Ces fonctions, déjà observées depuis plus de 10 ans sont suffisamment représentatives pour que les évolutions observées puissent être en partie extrapolées à l ensemble de la filière Marketing-Ventes. L étude porte sur le niveau de rémunération annuel brut, fixe et total, exprimé en Euros, le pourcentage moyen de salaire variable sur le fixe et la proportion de bénéficiaires d une voiture de fonction. Cette année encore 6 pays sont couverts, Allemagne, Royaume Uni, France, Pays-Bas, Belgique et Italie. CONCLUSIONS PRINCIPALES DE L'ETUDE LES DISPARITÉS ENTRE LES PAYS SUBSISTENT : Les comparaisons directes de rémunérations brutes sont trompeuses car l'effet des charges sociales et de la fiscalité sont peu cohérents entre les pays. Cependant les grandes différences restent les mêmes, l'allemagne est toujours en moyenne au-dessus du lot mais le Royaume Uni la dépasse pour la fonction Directeur Marketing Ventes de même que curieusement l Italie qui favorise fortement les fonctions de dirigeants. C est apparemment le poids élevé du variable qui permet ce résultat tant au royaume Uni qu en Italie. ATTENTION AUX COMPARAISONS DIRECTES! Rappelons que les comparaisons directes de poste à poste restent malgré tout hasardeuses à cause des disparités entre les niveaux des prélèvements fiscaux et sociaux, et surtout ce que ces prélèvements recouvrent en matière d assurance(vie, maladie), de prévoyance et de retraite. 16

17 Directeur Marketing Ventes : Pour les Dirigeants et en particulier les Directeurs Marketing-Vente, le Royaume Uni et l Italie sont nettement au-dessus devant l Allemagne et le Belgique puis un groupe presque homogène constitué de des Pays-Bas et de la France. Apparemment ce résultat est obtenu grâce à un taux de variable très élevé tant en Italie qu au Royaume Uni. (Cf. ci-dessous) Il est intéressant de noter que les hiérarchies sont différentes entre les Directeurs Commerciaux et les Directeurs Marketing. En Belgique le Directeur Commercial est même mieux payé que le Directeur Marketing Ventes, on peut supposer que les sociétés ayant un DMV sont plus petites que celles avec un siège souvent international à Bruxelles. Par contre le Directeur Marketing est mieux reconnu en Allemagne et en Italie. Pour les postes de managers Commerciaux ou Marketing, les rémunérations sont plus homogènes sauf en Allemagne qui garde son avance habituelle. Le développement des postes internationaux devrait normalement pousser les rémunérations à devenir plus homogènes, c est ce que nous pensons depuis des années mais en pratique cela reste compliqué à cause des disparités fiscales et sociales des pays de l Europe. 17

18 Pourcentage du variable sur le fixe La pratique des rémunérations variables est courante en Europe, mais les taux sont disparates en fonction de la réussite dans l'atteinte des objectifs. Cette année les taux atteints en Angleterre et en Italie sont très élevés pour les Directeurs Marketing Ventes, ils sont également élevés pour l'allemagne, l'angleterre et l'italie pour les Directeurs Marketing. Enfin les Directeurs Commerciaux bénéficient aussi d'un taux plus élevé en Angleterre et en France. Curieusement cette année nous voyons un taux nettement plus élevé chez les Responsables Grands Comptes en France. Voitures de fonction : la France reste là aussi en deçà de ses voisins. L'Angleterre qui avait brutalement baissé par rapport aux autres pays pour passer aux indemnités kilométriques est revenue au taux d'équipement élevé à tous les niveaux comme c'était le cas il y a quelques années. La coutume n'est pas d'offrir une voiture de fonction aux chefs de groupe en France. 18

19 TABLEAU DES REMUNERATIONS PAR PAYS Rémunérations Europe 2012 en K Salaire annuel fixe Rém. annuelle globale 1er Q. Méd. 3è Q. 1er Q. Méd. 3è Q. Allemagne Directeur Marketing et Ventes Directeur Commercial Responsable Grands Comptes Directeur Marketing Chef de groupe de produits Royaume Uni (1 = 0,862 ) Directeur Marketing et Ventes Europe Directeur Commercial Responsable Grands Comptes Directeur Marketing Chef de groupe de produits Pays-Bas Directeur Marketing et Ventes Directeur Commercial Responsable Grands Comptes Directeur Marketing Chef de groupe de produits Belgique Directeur Marketing et Ventes Directeur Commercial Responsable Grands Comptes Directeur Marketing Chef de groupe de produits Italie Directeur Marketing et Ventes Directeur Commercial Responsable Grands Comptes Directeur Marketing Chef de groupe de produits France Directeur Marketing et Ventes Directeur Commercial Responsable Grands Comptes Directeur Marketing Chef de groupe de produits

20 ECHANTILLON et METHODOLOGIE : Échantillon Groupe de référence 235 entreprises ont composé le panel de l étude Aon Hewitt en Elles ont les caractéristiques suivantes : L étude concerne 2283 titulaires. Il s agit des titulaires inclus dans l analyse, c'est-à-dire sélectionnés de telle sorte qu aucune entreprise ne soit surreprésentée sur le marché. Répartition par branche d activité : Entreprise française indépendante 15% Groupe français 19% Filiale d'un groupe français 18% Filiale d'un groupe étranger 45% Entreprise publique ou para-publique 3% 20

21 Répartition par tranches de chiffre d affaires France: Répartition par tranches d effectif France : 21

22 Les conventions de l étude Les données et informations utilisées dans cette étude sont issues de l enquête Cadres non Cadres d Aon Hewitt. Cette enquête a été réalisée dans les conditions suivantes : Envoi par Aon Hewitt, entre Février et Juillet 2012, d'un guide confidentiel de recueil de données, aux responsables des relations humaines des entreprises participantes, Les composantes de la rémunération prises en compte dans l'enquête sont définies comme suit : Le Total fixe 2012 C est la partie de la rémunération en espèces, constituée : du salaire fixe, versé en un nombre constant de mensualités et comprenant les 13ème et 14ème mois contractuels ou versés régulièrement, des primes d'ancienneté, congés payés, indemnités et allocations mensuelles forfaitaires déclarées comme revenu taxable, ainsi que toute prime à caractère garanti. La Rémunération variable individuelle versée au titre de 2011 Elle rétribue la contribution et la performance d'un salarié sous la forme de : primes discrétionnaires qui reconnaissent la qualité de la réalisation des missions sur la base d'une appréciation directe par la hiérarchie, primes d'objectifs individuels qui récompensent l'atteinte d'objectifs quantitatifs et/ou qualitatifs, commissions ou bonus versés sur la base de résultats individuels, primes d unité, d équipe ou d entreprise à l exclusion de l Intéressement et de la participation. Le Total fixe + Bonus Il représente le Total fixe et la rémunération variable individuelle. L'Intéressement 2012 Montant de l'intéressement versé au titulaire au titre de l'année 2011, en vertu de la loi du 25 juillet 1994 ex Ordonnance de 1986, et modifiée par la loi n du 19 février La Participation 2012 Montant de la participation versé au titulaire au titre de l'année 2011, en vertu de la loi du 7 Novembre 1990 ex Ordonnances de 1967 et La Rémunération annuelle globale 2012 Elle comprend le total fixe, et toutes les rémunérations variables telles que : les primes discrétionnaires, les primes d'objectifs individuels, les commissions ou bonus, les primes d unité, d équipe ou d entreprise, l Intéressement, la Participation. 22

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

Enquête sur. rémunération

Enquête sur. rémunération Enquête sur les juristes d entreprise et leur rémunération Cette note de synthèse est le résultat d une enquête sur le métier de Juriste d entreprise, menée conjointement par l AFJE, Association Française

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs

Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs Forum SETO 2013 11 décembre 2013 Synthèse des résultats Plan Les enjeux de l étude L activité Benchmark Rémunération d Aon Hewitt Caractéristiques de l

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Alors que les postes de contrôleurs. Carrières. de gestion : une rémunération à géométrie variable. ENQUÊTE - Contrôleurs

Alors que les postes de contrôleurs. Carrières. de gestion : une rémunération à géométrie variable. ENQUÊTE - Contrôleurs Carrières ENQUÊTE - Contrôleurs de gestion : une rémunération à géométrie variable Le baromètre des fonctions financières DFCG - Michael Page - Option Finance Combien d années d ancienneté avez-vous dans

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Avenant Avenant du 28 avril 2014 à l accord du 6 juillet 2010 relatif aux certificats de qualification professionnelle

Avenant Avenant du 28 avril 2014 à l accord du 6 juillet 2010 relatif aux certificats de qualification professionnelle Le 24 juillet 2015 Avenant Avenant du 28 avril 2014 à l accord du 6 juillet 2010 relatif aux certificats de qualification professionnelle Article 1er L article 5 du chapitre II, titre Ier, relatif à la

Plus en détail

Stratégie de rémunération

Stratégie de rémunération CONSULTING Offre Conseil RH Stratégie de rémunération La stratégie de rémunération est un facteur de stabilité et de performance de l'entreprise. GFI Consulting vous accompagne en mettant en cohérence

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

Bruxelles le 31 août 2010 -

Bruxelles le 31 août 2010 - RENTABILIWEB Progression record du chiffre d affaires et des résultats au 1 er semestre 2010 Croissance organique très dynamique : CA +39% Excellente progression des performances opérationnelles : EBITDA

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Etude salaires : le marketing s'en sort bien

Etude salaires : le marketing s'en sort bien Page 1/5 Etude salaires : le arketing s'en sort bien Public- le i:» 12 2013 pai ('ATI IF RI M; UFrRTFHISi Selon l'étude Maesina Marketing Search/Aon Hewitt, les arketers ont vu leur réunération progresser

Plus en détail

FICHES MÉTIERS BY SHEFFERD

FICHES MÉTIERS BY SHEFFERD FICHES MÉTIERS BY SHEFFERD COMMUNICATION - Directeur de la Communication - Responsable Social Média - Chargé de communication Web CREATION - Directeur Artistique - Directeur de la Création - Creative Technologist

Plus en détail

www.jpad.fr.st JPAD portage - portage 1/5 Pour qui? Comment? Les avantages Portage - Pour qui?

www.jpad.fr.st JPAD portage - portage 1/5 Pour qui? Comment? Les avantages Portage - Pour qui? JPAD portage - portage 1/5 Pour qui? Comment? Les avantages Portage - Pour qui? Une nouvelle façon de travailler : le portage permet à des consultants (experts ou formateurs) d'être salariés pour une mission

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Gestion et animation de sites web. Synthèse

Gestion et animation de sites web. Synthèse A l usage exclusif des sociétés interrogées en ligne dans le cadre de l étude Gestion et animation de sites web Les métiers, les budgets, les projets L étude de référence Effectifs Budgets Chantiers et

Plus en détail

LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres

LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres Février 2010 - N 008 LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres En 2007, 86 % des entreprises de 10 salariés ou plus des

Plus en détail

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire fiscalité cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager le

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION DE L ÉQUIPE COMMERCIALE La rémunération est un poste de dépense important dans l activité tertiaire, en matière de service ou de négoce. Toutefois, gérer la rémunération ne

Plus en détail

Etude de Rémunérations 2015

Etude de Rémunérations 2015 Etude de Rémunérations 2015 Les grandes tendances du marché du recrutement en France L analyse d un recruteur spécialisé Les chiffres sont têtus et pourtant, ils ne sont pas toujours le reflet exact d

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Petit déjeuner des PME Fédération des entreprises romandes Genève, Rue de Saint Jean 98 Jean-Pierre Cubizolle Vendredi 21 octobre 2011 Hostettler,

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER Les renseignements, communiqués dans le présent document, au sujet de La Great-West, compagnie d assurance-vie («la

Plus en détail

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande.

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers.

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Dr Raphaël BRIOT ; Dr Jean GARRIC Syndicat National des Praticiens Hospitaliers d'anesthésie-réanimation RÉSUMÉ

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES CONVENTION COLLECTIVE INTERREGIONALE DES COMMERCES DE QUINCAILLERIE, FOURNITURES INDUSTRIELLES, FERS, METAUX ET EQUIPEMENT DE LA MAISON Accord du 7 octobre 1999 modifié par avenants du 9 octobre 2002 et

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires

ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires 2011 ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires Note de Synthèse Présentation de l étude Réalisé par 1 SOMMAIRE Partie 1 : PRESENTATION DE L ENQUETE p. 3 Partie 2 : ENQUETE DES SALAIRE TIC : RESTITUTION DES

Plus en détail

Rémunérations alternatives et flexibles Le plan cafétéria: la solution?

Rémunérations alternatives et flexibles Le plan cafétéria: la solution? Rémunérations alternatives et flexibles Le plan cafétéria: la solution? Jean-Paul Lacomble Avocat associé Nadège Toussaint Avocat senior associate Les petits déjeuners de l ADP, Liège, le 10 octobre 2014

Plus en détail

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS ENQUETE La Gestion de la Retraite dans le Cadre de la Mobilité Internationale Dans le cadre du 19 ème Salon de la Mobilité Internationale AVENIR EXPAT Etude réalisée par la Direction Internationale de

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

Portail SIRH CBM Value

Portail SIRH CBM Value Portail SIRH CBM Value Gestion et pilotage des rémunérations PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Présentation Pour s assurer des succès de demain, ne pas se laisser distancer par la concurrence

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

E-MARKETING & E-COMMERCE

E-MARKETING & E-COMMERCE E-MARKETING & E-COMMERCE Passionné par le web, le marketing et la communication, vous souhaitez vous spécialiser dans ces domaines? FORMATIONS COURTES ET CERTIFIANTES 4 MODULES plus d informations sur

Plus en détail

LE BAROMÈTRE DES RÉMUNÉRATIONS DES MÉTIERS DU DIGITAL

LE BAROMÈTRE DES RÉMUNÉRATIONS DES MÉTIERS DU DIGITAL LE BAROMÈTRE DES RÉMUNÉRATIONS DES MÉTIERS DU DIGITAL Hay Group - Acsel 1er octobre 2015 PÉRIMÈTRES DE L ÉTUDE PANEL DE SOCIÉTÉS UNE BASE EN CROISSANCE 4939 salariés + 71% 2000 salariés 149 sociétés 2880

Plus en détail

MANAGER DU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES ET DES ORGANISATIONS

MANAGER DU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES ET DES ORGANISATIONS MANAGER DU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES ET DES ORGANISATIONS Titre inscrit au RNCP, niveau I (NIVEAU BAC+5), JO du 09/08/2014 120 crédits ECTS Délivré en partenariat avec ECORIS Langues d enseignement

Plus en détail

Salary Plan. L assurance de groupe flexible pour salariés

Salary Plan. L assurance de groupe flexible pour salariés Salary Plan L assurance de groupe flexible pour salariés Une assurance de groupe : oui ou non? La question ne se pose plus. Mais choisissez la bonne formule. La pension complémentaire : plus que jamais

Plus en détail

DOSSIER 1 : Mesurer l'efficacité d'une campagne d'e-mailing. 1.1 Justifier le recours à un prestataire extérieur pour réaliser la campagne d emailing.

DOSSIER 1 : Mesurer l'efficacité d'une campagne d'e-mailing. 1.1 Justifier le recours à un prestataire extérieur pour réaliser la campagne d emailing. SESSION 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR NÉGOCIATION ET RELATION CLIENT Corrigé E5 : MANAGEMENT ET GESTION D ACTIVITÉS COMMERCIALES VOCALISIS INFORMATIQUE Version 7 mai 2 DOSSIER : Mesurer l'efficacité

Plus en détail

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire 13 EME SALAIRE 13 EME SALAIRE - ETAT DE GENEVE Confidentiel Etat de Genève 23/01/2009 DESCRIPTIF DU DOCUMENT Phase du projet Domaine État du document Version actuelle Déploiement Nouveau système de rémunération

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE

LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE LES SALAIRES DES CADRES EN POSTE les étus l emploi cadre - octobre 2007 PHOTOGRAPHIE DES SALAIRES DES CADRES QUELS PROFILS POUR QUELS SALAIRES? ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DU SALAIRE DES CADRES Enquête auprès

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008

DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008 DISPOSITIF EN FAVEUR DU POUVOIR D ACHAT DES FONCTIONNAIRES GIPA 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la Fonction

Plus en détail

Comparaison des politiques de remboursement de frais

Comparaison des politiques de remboursement de frais Comparaison des politiques de remboursement de frais 354 Que ce soit sur la procédure d avance de frais, l assurance des véhicules, le recours à la location ou la valorisation des sur-temps, les dispositions

Plus en détail

Alliez liberté et sécurité

Alliez liberté et sécurité Alliez liberté et sécurité des missions indépendantes un statut de salarié Chagall Portage Salarial 5 rue de Gutenberg- BP 22 91071 BONDOUFLE Cedex 21 rue Edouard Jacques 75014 Paris Tel. 01 69 11 68 97

Plus en détail

crédits à la consommation prospectus n 3 d application à partir du 17ème décembre 2007

crédits à la consommation prospectus n 3 d application à partir du 17ème décembre 2007 crédits à la consommation prospectus n 3 d application à partir du 17ème décembre 2007 Prospectus Crédits à la consommation Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA,

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Depuis quelques années la crise du logement entraîne un fort dynamisme de l emploi dans les secteurs de l aménagement et

Plus en détail

Manager de Centre de Profits

Manager de Centre de Profits Stratégie et Management d Entreprise Programme / Niveau I (Bac+5) Manager de Centre de Profits Métiers / Emplois Créateur d entreprise / Manager opérationnel centres de profit / Directeur d entreprise

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

MASTER MARKETING VENTE, SPECIALITE MANAGEMENT ET DIRECTION DES EQUIPES COMMERCIALES

MASTER MARKETING VENTE, SPECIALITE MANAGEMENT ET DIRECTION DES EQUIPES COMMERCIALES MASTER MARKETING VENTE, SPECIALITE MANAGEMENT ET DIRECTION DES EQUIPES COMMERCIALES RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Mention : Marketing

Plus en détail

La vision des annonceurs sur la stratégie digitale et le marché des agences de communication

La vision des annonceurs sur la stratégie digitale et le marché des agences de communication La vision des annonceurs sur la stratégie digitale et le marché des agences de communication MÉTHODOLOGIE La partie de l'image avec l'id de relation rid11 n'a pas été trouvé dans le fichier. Phase qualitative

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/51/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 16 SEPTEMBRE 2013 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante et unième série de réunions Genève, 23 septembre 2 octobre 2013 FINANCEMENT DES PRESTATIONS À LONG

Plus en détail

Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats

Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats Trois notions sont devenues incontournables dans les affaires et ne peuvent que

Plus en détail

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée 1/13 Dans le cadre des dispositions issues du code du travail, il est établi une synthèse du plan d actions. I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée Salaires annuels moyens de

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE Préambule Le présent document a été établi en application des articles 43.1 et 43.2 du règlement n 97-02 relatif au contrôle

Plus en détail

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC QUEBEC ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC Il existe deux statuts au regard de la sécurité sociale française, le détachement et l expatriation. Le détaché est rattaché

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

CONTEXTE... 3 PROFIL DES POSTES DE NOUNOUS... 5 AGE DU PLUS JEUNE ENFANT GARDE... 5 TYPE DE GARDE... 5 HORAIRES... 5

CONTEXTE... 3 PROFIL DES POSTES DE NOUNOUS... 5 AGE DU PLUS JEUNE ENFANT GARDE... 5 TYPE DE GARDE... 5 HORAIRES... 5 Résultats d enquête Nounous à domicile : profils, salaire, horaires 2014 1 TABLE DES MATIERES CONTEXTE... 3 PROFIL DES REPONDANTS... ERREUR! SIGNET NON DEFINI. PROFIL DES NOUNOUS... 4 PROFIL DES POSTES

Plus en détail

AVENANT DU 28 AVRIL 2014

AVENANT DU 28 AVRIL 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3073 Convention collective nationale IDCC : 86. ENTREPRISES DE LA PUBLICITÉ ET ASSIMILÉES AVENANT DU 28 AVRIL

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Document d études direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 170 Février 2012 LES TRAJECTOIRES SALARIALES DES JEUNES ENTRÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE 1995 ET 2002

Plus en détail

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012 Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique Bruxelles, le 11 décembre 2012 Administration des Affaires Fiscales ----------------------------------------

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

CERTIFICATS DE CONGES : ELEMENTS DE REMUNERATION À INCLURE À EXCLURE.

CERTIFICATS DE CONGES : ELEMENTS DE REMUNERATION À INCLURE À EXCLURE. CERTIFICATS DE CONGES : ELEMENTS DE REMUNERATION À INCLURE À EXCLURE. Salaire total brut Total des salaires bruts, avant abattement, versés par l entreprise au cours de la période d emploi comprise entre

Plus en détail

Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD

Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD Portage salarial : caractéristiques et formalités obligatoires du CDD Article juridique publié le 20/04/2015, vu 986 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Selon l Ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015, le

Plus en détail

Consultation publique 2-30 juillet 2014

Consultation publique 2-30 juillet 2014 DATE : 30/07/2014 Proposition de Méthodologie Tarifaire transitoire applicable aux gestionnaires de réseau de distribution d électricité actifs en Wallonie pour la période 2015-2016 Consultation publique

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima La progression des salaires des emplois autres qu artistiques prévue par la Convention collective nationale des entreprises artistiques et culturelles - CCNEAC - La progression des salaires, dans la convention

Plus en détail

arvato Dossier de presse www.arvato.fr

arvato Dossier de presse www.arvato.fr arvato Dossier de presse www.arvato.fr Sommaire 2 EDITO 5 L E-COMMERCE PAR ARVATO 7 DOMAINES D EXPERTISES 9 NOS EXPERTS E-COMMERCE 10 ARVATO, LA DIVISION SERVICES DU GROUPE BERTELSMANN Souvent dirigés

Plus en détail

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014

Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Principaux enjeux des directeurs financiers en 2014 Cela n a rien de nouveau : depuis longtemps, vous cherchez à améliorer les performances de l entreprise en collectant des données, en les recoupant et

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

WAGRAM CONSULTING sarl. 5 rue Villaret de Joyeuse 75017 Paris. Tel : 01 80 87 44 24. www.wagram-portage.fr. contact@wagramconsulting.

WAGRAM CONSULTING sarl. 5 rue Villaret de Joyeuse 75017 Paris. Tel : 01 80 87 44 24. www.wagram-portage.fr. contact@wagramconsulting. Depuis 2008, Wagram Consulting offre aux consultants la possibilité d exercer leur activité en toute indépendance en les libérant des contraintes administratives. Le portage salarial est reconnu par les

Plus en détail

Executive MBA. Franck BRUNET Conseil en stratégie, Business Model, Business Development

Executive MBA. Franck BRUNET Conseil en stratégie, Business Model, Business Development P R O J E T D E T U D E Executive MBA Conseil en stratégie, Business Model, Business Development Préambule Dans le cadre d un Executive MBA à PARIS EXECUTIVE CAMPUS, je suis amené à proposer des projets

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail