PlaNet Paper. L innovation au cœur des dispositifs de microassurance santé en Afrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PlaNet Paper. L innovation au cœur des dispositifs de microassurance santé en Afrique"

Transcription

1 PlaNet Paper L innovation au cœur des dispositifs de microassurance santé en Afrique PlaNet Finance partage son expérience au Bénin et à Madagascar et définit les facteurs clés de succès pour l accès aux soins pour les plus pauvres Ce document a été réalisé par Eloïse ORANGE, Chargée de projet Microassurance santé au Bénin, PlaNet Finance Bénin et Glenn ANDRE, Chargé de projet Microassurance santé à Madagascar, PlaNet Finance Madagascar. PlaNet Finance 44, rue de Prony, Paris Tel: +33 (0)

2 INTRODUCTION Les soins de santé sont perçus comme un droit humain et un bien public à part entière et figurent à ce titre dans la Déclaration Universelle des Droits de l Homme 1 de Cependant, des limitations de ressources importantes, tant au niveau des Etats que des populations, continuent de freiner leur accès et leur financement dans le monde. Selon une étude approfondie de Swiss Re 2, le deuxième réassureur mondial, les services de microassurance santé pourraient couvrir 4 milliards de personnes qui en sont actuellement exclues. Ainsi l assurance santé figure parmi les besoins prioritaires de couverture exprimés par les personnes à faible revenu dans la plupart des pays en développement : seules environ 0,3 % des populations en Afrique sub-saharienne en bénéficient 3. Forts de ce constat, les gouvernements des pays à faible revenu comme les partenaires du développement s attachent depuis une dizaine d années à promouvoir la microassurance santé comme facteur d amélioration de l accès aux soins et du financement de la santé, d extension de la protection sociale et de lutte contre la pauvreté. PlaNet Finance se propose d identifier dans le présent document les principaux facteurs clés de réussite de projets de MicroAssurance Santé (MAS) issus de ses deux initiatives pilotes, conduites avec l'appui de PlaNet Guarantee (filiale du Groupe PlaNet Finance) au Bénin et à Madagascar de 2009 à 2012 en partenariat avec Sanofi. CONTEXTE La microassurance santé figure parmi les besoins prioritaires des populations dans les pays en développement Selon des études du Bureau International du Travail (BIT) 4 réalisées en 2010, 26% des ménages dans les pays à revenus faibles et intermédiaires ont recours à des emprunts ou à la vente de biens pour couvrir leurs dépenses de santé. La microassurance santé, par le biais des mutuelles de santé, est souvent la seule réponse possible pour réduire le coût des dépenses personnelles de santé et permettre ainsi l accès aux soins des populations à bas revenus. En effet, la MAS réduit le coût des dépenses personnelles pour les soins par la prise en charge des frais de santé, particulièrement lorsque surviennent des événements graves ; elle facilite par ailleurs l accès à des soins de santé de bonne qualité et incite à une amélioration marquée des comportements. Elle favorise ainsi un meilleur état de santé des populations 5, les met en situation de pouvoir travailler et ainsi dégager les revenus nécessaires à leur subsistance, et peut permettre à leurs enfants de bénéficier d une scolarité minimale. Les partenaires du développement s accordent sur l intérêt de promouvoir la microassurance santé en poursuivant plusieurs objectifs 6 L apport au fonctionnement du secteur de la santé. L assurance maladie doit permettre de lever la barrière financière d accès aux soins coûteux et, simultanément, fournir des ressources stables aux établissements de santé. La contribution à l extension de la protection sociale dans les pays en développement. La promotion de la microassurance santé s inscrit dans le mouvement actuel entrepris par les Gouvernements en faveur de l extension de la protection sociale pour les populations informelles à travers la mise en place de régimes d assurance maladie universelle, comme c est le cas au Bénin par exemple. 1 Déclaration Universelle des Droits de l Homme adoptée le 10 décembre 1948 par l'assemblée générale des Nations Unies. 2 Source : SIGMA, Microinsurance - Risk protection for 4 billion people, N 6/2010, publié par Swiss Re, Source : Etats des lieux de la micro-assurance en Afrique, Michal Matul, Michael J. McCord, Caroline Phily and Job Harms, Fonds pour l innovation en microassurance, BIT, Octobre Source : Protecting the Poor: A microinsurance compendium. Vol. II, publié par le BIT et la Fondation Munich Re. 5 Sur le projet SKY conduit par le GRET au Cambodge, une amélioration significative de l accès aux soins a été relevée dans les zones concernées : de 0,3 contacts avec une structure de soins par personne et par an à 3 contacts par personne et par an en moyenne. 6 Source : La microassurance de santé dans les pays à faible revenu, AFD, Alain Letourmy et Aude Pavy- Letourmy. 2 / 9

3 La participation à la lutte contre la pauvreté. Les institutions internationales et les coopérations bilatérales soutiennent la promotion de la microassurance comme filet de sécurité pour ces populations susceptibles de tomber dans la pauvreté en cas d accident de santé. La synergie possible entre microfinance et microassurance. La microfinance s est développée afin que des catégories exclues du système bancaire classique accèdent aux services financiers de base (épargne, crédit ). De même, la microassurance doit pouvoir offrir à ces populations des services à moindre coût adaptés à leurs besoins. Dans ce cadre, les institutions de microfinance permettent un accès facilité à un nombre important de personnes à faible revenus, notamment des femmes, et jouent un rôle de plateforme de recouvrement des cotisations. Par ailleurs, elles constituent un canal idéal pour une éducation sanitaire ciblée et une sensibilisation au produit de MAS. Des recherches de Freedom from Hunger 7 ont montré une amélioration des comportements en matière de santé, ainsi qu un plus grand accès (géographique et financier) aux prestataires de soins parmi la clientèle des IMF proposant une éducation sanitaire en plus de leurs services financiers (incluant l assurance). Enfin, il faut noter que les IMF ont un intérêt direct à ce que leur clientèle soit assurée. Cela renforce en effet la capacité de remboursement des emprunteurs, parfois compromise par leur état de santé. Les facteurs de réussite identifiés pour le développement de la microassurance santé En Afrique, la population couverte par un produit de microassurance a augmenté de plus de 200% entre 2008 et Cette croissance forte de la microassurance peut être attribuée à quatre facteurs principaux 9 : (i) le soutien des pouvoirs publics, pour étendre la protection sociale aux travailleurs informels par l utilisation de la microassurance et via la création d un cadre réglementaire adapté et d un environnement macro-économique propice; (ii) l efficacité des systèmes de paiement, avec le développement de systèmes à distance facilitant la collecte des primes, en particulier en milieu rural ; (iii) l effet d entrainement et la réplication des succès des assureurs et courtiers internationaux, tels qu Allianz, Munich Re, etc ; (iv) l amélioration progressive de la qualité des services et les changements de comportements en matière de santé (vaccination, hygiène de l eau, etc). ENSEIGNEMENTS DES DEUX PROJETS PILOTES MIS EN OEUVRE AU BENIN ET A MADAGASCAR Enseignement n 1 : Les institutions de microfinance sont un canal de distribution de la microassurance santé pertinent et efficace pour toucher les travailleurs informels et leurs familles, dans des pays où le secteur informel représente plus de 80% de la population active En 2007, PlaNet Finance et SANOFI ont initié un partenariat stratégique afin d améliorer l accès aux soins de santé pour les microentrepreneurs, sous la forme de deux projets pilotes au Bénin et à Madagascar couplant microassurance santé (MAS) et microfinance. Au Bénin, création d une association d institutions de microfinance (IMF) commercialisant un produit de MAS auprès des microentrepreneurs Une étude de faisabilité au Bénin 10 a révélé que les frais de santé étaient l une des principales contraintes financières que rencontraient les microentrepreneurs, notamment dans le cadre du remboursement de leurs crédits. En 2009, PlaNet Finance 11 a ainsi décidé avec l appui technique du BIT/STEP de mettre en place un modèle innovant de microassurance santé afin de favoriser l accès à l assurance santé pour une population vulnérable (les clients des IMF et leurs ayant-droits). 7 Metcalfe et al, Source: Briefing note, The landscape of microinsurance in Africa 2012, publié par Making finance work for Africa et la Fondation Munich Re. 9 Source: Protecting the Poor: A microinsurance compendium. Vol. II, publié par le BIT et la Fondation Munich Re. 10 Source : Etude de faisabilité sur la mise en place d une assurance maladie pour les IMF au Bénin, par PlaNet Finance, le BIT/STEP, Ici et dans la suite du document, entendre par «PlaNet Finance» l ONG et la filiale du Groupe spécialisée dans la microassurance santé, PlaNet Guarantee. 3 / 9

4 Le projet Microassurance Santé au Bénin repose ainsi sur la création d une association entre différentes IMF béninoises 12. Cette association nommée Djidjoho, «bien-être» en langue fon, est chargée d assurer la commercialisation d un produit de MAS auprès des clients des IMF respectives. La distribution du produit repose sur un modèle d adhésion volontaire (le produit est proposé par Djidjoho aux clients des IMF en complément de l'offre de services financiers), le principe d adhésion obligatoire n ayant pas été retenu par les IMF partenaires. L association Djidjoho : (i) est responsable des activités de sensibilisation à l assurance santé et de la collecte des cotisations auprès des clients des IMF ; (ii) assure un lien privilégié avec la Mutuelle de Sécurité Sociale du Bénin (MSS-B) qui porte le risque financier et est en relation avec les prestataires de soins. Grâce au produit distribué par Djidjoho et développé par la MSS-B, les clients des IMF partenaires et leurs familles peuvent se rendre dans les 16 centres de santé conventionnés par la MSS-B et bénéficier de soins pris en charge par la mutuelle sur une vaste palette de prestations. Les caractéristiques du produit sont les suivantes : (i) Cible : clients des IMF partenaires (emprunteurs et épargnants) et leurs familles. (ii) Couverture : 70% (tiers payant). (iii) Soins pris en charge : consultations généralistes, hospitalisation, chirurgie, consultations spécialisées, maternité, médicaments disponibles dans les centres de santé conventionnés, laboratoire, soins ophtalmologiques et dentaires. (iv) Prime d assurance : 850 FCFA / mois / personne (1,30 euros). Dans un premier temps, 70 agents de crédit ont été formés à la commercialisation du produit de microassurance santé au sein des IMF membres de Djidjoho. Cependant, en vue d assurer une meilleure pénétration du produit auprès des clients des IMF et un suivi régulier des adhérents, PlaNet Finance a proposé la création d une force de vente uniquement dédiée à la commercialisation du produit de microassurance santé et réalisant l ensemble des activités liées à la distribution du produit (sensibilisation à la MAS, gestion des adhésions et recouvrement des cotisations). Les quatre agents dédiés mis en place dès février 2012 ont largement contribué à faciliter l accès à la MAS pour les bénéficiaires. Fin mai 2013, clients d IMF et leurs familles, soit personnes au total, bénéficiaient d un accès aux soins de santé de qualité et à moindre coût, dispensés par réseau de centres de santé conventionnés. Bien que le nombre d adhésions reste relativement faible par rapport au potentiel d adhérents, on observe une prise de conscience importante des populations quant aux services que leur procure la microassurance santé. Diffuser le principe d assurance et permettre une meilleure compréhension de la notion de prévoyance constitue un enjeu important étant donnée la population cible caractérisée par de faibles revenus pour laquelle les dépenses de santé n apparaissent pas prioritaires - un certain illettrisme et une totale méconnaissance de ces concepts. Par ce projet, l association Djidjoho, PlaNet Finance et Sanofi, ont mis en place une initiative pilote qui pourrait permettre, à terme, d apporter une assurance santé à toute une frange de la population informelle au Bénin, via un canal de distribution reconnu que sont les IMF. 12 Il s agit des IMF ALIDé, ACFB et Renaca, représentant un potentiel de personnes. 4 / 9

5 A Madagascar, création d une mutuelle de santé ciblant les clients d une IMF partenaire A Madagascar, une étude de faisabilité sur la mise en place d'un système de microassurance santé 13 réalisée par PlaNet Finance en 2011 auprès des membres d'une IMF, a démontré un fort intérêt de ces membres à cotiser à une mutuelle de santé malgré des services de santé de faible qualité. Cette étude a donc conduit à la création en mai 2012 de la mutuelle de santé «Harena». Cette mutuelle propose une couverture santé aux microentrepreneurs (et à leurs familles) clients de l IMF OTIV Tana, soit emprunteurs et membres au sein d un réseau de 10 agences dans 5 régions des Hautes Terres de Madagascar (Analamanga, Itasy, Bongolava, Vakinankaratra et Amoroni Mania). Le schéma est simple : tout client d OTIV Tana empruntant une somme égale ou supérieure à MGA (soit environ 350 euros) doit obligatoirement adhérer à la mutuelle Harena s il ne peut justifier d une couverture santé au moment de la demande de crédit. Les autres membres d OTIV Tana (simples épargnants ou petits emprunteurs) peuvent adhérer volontairement à la mutuelle de santé. Le produit est lui aussi le plus simple possible afin d être facilement compris des bénéficiaires et facilement géré par le personnel d OTIV Tana. La cotisation est annuelle et couvre toute la famille à raison de 9 EUR pour les adhésions obligatoires et 10,5 EUR par famille pour les adhésions volontaires. En contrepartie de leur adhésion, les membres bénéficient des prestations suivantes : (i) 70% de prise en charge sur les consultations et les médicaments ; (ii) 80% de prise en charge sur les hospitalisations, chirurgies et accouchement dystociques ; (iii) Le tiers payant s applique chez l ensemble des prestataires conventionnés 14. Un an après sa création, au 31 mai 2013, la croissance du nombre d adhérents est régulière et la mutuelle Harena couvre bénéficiaires dans la ville d Antananarivo et ses environs. Des difficultés se sont initialement présentées au niveau du personnel de l IMF OTIV Tana qui ne se sentait pas impliqué dans cette mutuelle. La stratégie a alors été changée avec le recrutement de deux personnes dédiées à la mutuelle et l intégration de la mutuelle Harena à l ensemble des outils de communication d OTIV. Cette stratégie a donné des résultats rapides en termes d appropriation du produit par le personnel de l IMF. Après cette phase pilote d un an limitée à deux agences de l IMF OTIV Tana, l objectif de la seconde phase du projet lancée en mai 2013 est de couvrir l ensemble du réseau de cette IMF d ici avril Ce schéma pourrait donc à terme être reproduit sur une très grande partie du territoire malgache. En effet, OTIV Tana fait partie du réseau national OTIV comptant 6 IMF dans tout le pays. Les autres IMF OTIV présentes dans les régions SAVA, DIANA, Boeny, Atsinana et Alaotro Mangoro représentent plus de emprunteurs et adhérents. Enseignement n 2 : La subvention des cotisations par un tiers est une solution pour réduire les coûts de santé des bénéficiaires Le modèle développé à Madagascar a pu atteindre rapidement de solides résultats quantitatifs en raison de deux principaux facteurs que sont le modèle d adhésion obligatoire et la subvention des cotisations par un tiers. Au delà de ce modèle d adhésion obligatoire développé avec OTIV Tana, PlaNet Finance a développé un 2 ème modèle dans le Nord de Madagascar. Deux mutuelles de santé dans les régions DIANA et SAVA ont été lancées avec le soutien de la multinationale allemande Symrise. Ces mutuelles reprennent le modèle de nombreux systèmes de sécurité sociale développés dans le monde avec des cotisations payées par l employeur (ici Symrise, qui est l acheteur des produits élaborés par les producteurs / assurés sociaux) dans le cadre des relations commerciales. Cette entreprise spécialisée dans les fragrances et les arômes pour la parfumerie et l agroalimentaire s approvisionne en vanille bourbon à Madagascar. Dans le but de développer une relation de long terme avec ses paysans fournisseurs, Symrise a choisi de développer des projets de diversification des productions, d éducation des populations locales et, surtout, d accès à la santé. Ce volet santé s est traduit par la constitution de deux mutuelles de santé, Tsihàrôfy et Mahavelona, au nord de Madagascar, respectivement dans les régions Diana et Sava. Le développement de ces mutuelles constitue un vrai défi du fait de leur implantation principalement rurale. En effet, le milieu rural est caractérisé par une dispersion de la population cible, la cherté des coûts de transports, un accès difficile et la faible qualité des soins disponibles. 13 Etude de faisabilité Mutuelle OTIV Tana Juin Les prestataires conventionnés par la mutuelle Harena représentent 29 médecins et dispensaires, 13 pharmacies et 4 hôpitaux. 5 / 9

6 Dans ce cadre, l appui d une structure extérieure telle que Symrise a été primordial. L adhésion automatique de tous les agriculteurs bénéficiant du soutien de Symrise permet d apporter un nombre minimum d adhérents à la mutuelle et donc de faciliter l atteinte du point mort, mais aussi une réduction (voire une annulation) des coûts de recouvrement des cotisations. La mutuelle de santé Tsihàrôfy compte ainsi 690 bénéficiaires à la fin de la phase pilote d un an et la mutuelle Mahavelona devrait démarrer ses activités en août 2013 avec environ bénéficiaires. Un portefeuille de bénéficiaires permettrait d assurer la viabilité financière du dispositif. Ce partenariat, au-delà de l aspect pratique d un recouvrement facilité pour les mutuelles, permet de créer une dynamique positive entre l entreprise et les producteurs bénéficiaires. En effet, cela permet d éviter les potentiels rapports de force que l on retrouve dans le cadre de l agriculture contractuelle et d établir une relation durable basée sur la confiance. Ce modèle de subvention des cotisations par une entreprise est particulièrement adapté au secteur agricole dans lequel de grandes entreprises se fournissent auprès de travailleurs individuels dépourvus de toute protection sociale. La seule entreprise Symrise permettrait à terme de toucher environ agriculteurs et leur famille. Ce dispositif permet ainsi aux entreprises de se constituer un réseau de fournisseurs de confiance et aux agriculteurs d avoir accès à des services de base en contrepartie de la vente de leur production. Enseignement n 3 : Les mutuelles de santé ont intérêt à mutualiser leurs ressources, compétences et efforts afin de gagner en efficacité Une des originalités du projet de mutuelles de santé à Madagascar tient à la création d une plateforme de gestion (plateforme Zina) commune aux différentes mutuelles créées dans le cadre du projet. Le schéma est celui d un réseau de mutuelles de santé qui mettent en commun des compétences spécifiques pour limiter leurs coûts et améliorer leur gestion. Une part des cotisations collectées par les différentes mutuelles est consacrée au fonctionnement de cette structure à vocation nationale. Cette plateforme portée par PlaNet Finance lors de la phase projet se compose d un coordonnateur, d un médecin conseil et d un responsable formation et communication. A terme, d autres employés pourront s y ajouter pour supporter la charge de travail et compléter les prestations proposées aux mutuelles. Il est prévu que cette plateforme soit autonome financièrement après le désengagement de PlaNet Finance dans le projet et qu elle devienne accessible à toutes les mutuelles de santé, qu elles soient déjà créées ou en gestation. Ses prestations consistent en 4 points : (i) Compétence technique en matière d assurance qui permet la réalisation d études de faisabilité, la création de modèles économiques, la tarification et la création de produits d assurance santé et le suivi des principaux ratios assuranciels ; (ii) Compétence technique en santé pour pouvoir contractualiser les partenariats avec les structures de santé, suivre la qualité des prestations, établir des statistiques sur les pathologies des bénéficiaires et suivre les statistiques des prestations pour éviter tout risque de fraude ou surconsommation ; (iii) Compétence en termes de formation et de communication avec la création d une charte graphique, de matériel de communication (affiches, brochures, etc.) et de sensibilisation (flyers sur des thématiques de santé, boite à images sur l utilité d une mutuelle de santé) ; (iv) Mise en commun d un Système d Information et de Gestion (SIG) adapté à toutes les mutuelles et qui permet une gestion efficace de la mutuelle et un bon suivi par la plateforme Zina. A terme, un autre avantage de la plateforme Zina pourrait être exploité : la mise en commun du réseau de prestataires de santé entre les différentes mutuelles de santé. Cela permettrait ainsi aux mutualistes vivant en province d être pris en charge dans les services spécialisés des Centres Hospitaliers Universitaires d Antananarivo lors de cas graves. Par ailleurs, les mutualistes pourraient continuer à bénéficier des services de leur mutuelle lors de leurs déplacements, par exemple lors de visites de familles en province. Ce modèle novateur a pour but d agréger le plus grand nombre de mutuelles possibles afin de maximiser les bénéfices de la mise en commun des coûts et des compétences. Il permet aussi de répliquer facilement des modèles ayant fait leurs preuves à de nouvelles régions et populations cibles. Il est prévu qu en avril 2016, à la fin de la 2 ème phase du projet Zina, les deux mutuelles du nord touchent chacune bénéficiaires et la mutuelle Harena bénéficiaires. Avec / 9

7 bénéficiaires, les mutuelles de santé et la plateforme Zina auront ainsi atteint leur seuil de viabilité. Enseignement n 4 : La viabilité des systèmes de MAS passe impérativement par une amélioration de la qualité de l offre de soins et une prise en compte des pratiques locales en matière de santé Au Bénin, une étude a révélé plusieurs freins à l adhésion et à la fidélisation des clients Afin de mieux comprendre les mécanismes d adhésion et de fidélisation à la microassurance santé, PlaNet Finance et SANOFI ont commandité en novembre 2011 une étude 15 anthropologique et épidémiologique auprès de l IRD (Institut de Recherche pour le Développement). L objectif de cette recherche était double : (i) Faire progresser les connaissances sur les besoins de santé et la compréhension des pratiques des populations dans le choix d'itinéraires thérapeutiques et des dépenses liées à la santé ; (ii) Evaluer les perceptions de la microassurance par les populations santé et recueillir leurs appréciations sur le produit afin d améliorer la pérennité financière et sociale du modèle de Djidjoho et d enrichir les connaissances pour la réplication et l extension de ce projet. Les principaux freins au développement du produit MAS identifiés lors de l étude auprès des clients des IMF membres de Djidjoho sont les suivants : Pratique de l automédication. L automédication, préventive et curative, est extrêmement répandue au Bénin 16, qu il s agisse de médicaments pharmaceutiques ou de remèdes traditionnels. L automédication est utilisée le plus souvent en première intention devant toute symptomatologie simple fièvre, céphalée, maux de ventre, courbature et surtout en cas d autodiagnostic de paludisme. Ces différents symptômes ou maladies, comme le paludisme, sont principalement traités avec des antipyrétiques et des antipaludiques, ces derniers représentant environ 30% des traitements. Ces traitements, que les familles perçoivent comme adaptés et peu chers, leur confèrent une autonomie vis-à-vis du système de santé formel pour les maux quotidiens. Le véritable intérêt du produit de MAS leur apparait lorsque se pose la question du «dépassement», à la suite d un évènement relativement rare (accident, grossesse) qui nécessite la prise en charge de soins coûteux. Il est très important de tenir compte de l itinéraire thérapeutique des bénéficiaires dans la mise en place d'un projet de MAS. Au Bénin par exemple, un problème de santé est toujours source d échanges et de conseils entre individus, notamment en raison de la proximité à l intérieur des concessions. Chacun véhicule dans son entourage les perceptions positives ou négatives des centres de santé qu il a fréquentés et influence ainsi le choix des lieux de consultation. Accessibilité de l offre de soins. En zone rurale, ce phénomène est accentué en raison de l éloignement des centres de santé. Les populations sont réticentes à effectuer de longs trajets, coûteux en temps et en argent, pour se faire soigner pour des problèmes de santé mineurs. Méconnaissance des avantages de la MAS. Les hésitations à cotiser résident dans la méconnaissance des bénéfices rendus par le produit d assurance santé. Le concept de mutuelle est complexe, différent de celui des systèmes de solidarité sociale habituels. Par ailleurs, pour les deux raisons évoquées ci-dessus, peu de personnes ont la possibilité de tester le service rendu par la mutuelle, or ce test constituerait le meilleur des arguments de diffusion du produit au sein de la population. Ces résultats sont conformes avec les expériences d autres projets de MAS dans le monde 17 et confirment la nécessité d une intervention conjointe entre les gouvernements, les bailleurs de fonds, le secteur privé et la Société Civile en vue d une diffusion de la couverture santé auprès des populations, en particulier dans le secteur informel. Les résultats de cette étude ont permis de dégager deux conditions nécessaires au développement de la MAS Améliorer la qualité de l offre de soins. Les populations ont organisé leur accès aux soins en fonction 15 Source : Micro-assurance : Améliorer l adhésion et la fidélisation des populations au Bénin, Jean-Yves Le Hesran, Carine Baxerres, Anne-Lise Le Hesran, UMR 216, IRD, Novembre L étude révèle que 85,8% des familles à Cotonou ont recours à l automédication, et 83% à Agon. 17 Évaluation de l impact du programme SKY au Cambodge 2010, Expost n 9, AFD, Avril / 9

8 des offres disponibles et de leurs possibilités économiques. La MAS doit donc se positionner comme une alternative positive à un système déjà en place, en offrant un service plus important que le simple «accès aux soins». Ainsi, le succès d un projet de MAS passe en grande partie par l amélioration de la qualité de l accueil et de la prise en charge au sein des centres de santé. Proposer une éducation sanitaire. Le succès du projet réside dans un certain changement des comportements des individus. En effet, si ces derniers comprennent que la microassurance santé permet l accès à un éventail très large de soins et une plus grande qualité des soins, ils ne voient pas forcément l utilité de meilleurs diagnostics. Il convient donc d associer à la promotion du produit une éducation sanitaire ciblée sur les petits maux de la vie, en collaboration avec les professionnels de la santé. Il faut sensibiliser les familles à la nécessité d un diagnostic précis et d un traitement adapté plus en amont, au recours au spécialiste si besoin, pour éviter toutes complications secondaires de pathologies mal traitées. Les personnes ayant souscrit un microcrédit auprès des IMF représentent une population cible idéale pour une éducation sanitaire suivie. PERSPECTIVES Des stratégies nationales en faveur d une couverture maladie universelle La MAS peut fortement contribuer à l amélioration de l accès aux soins pour les populations vulnérables, et plus généralement à l amélioration de leurs revenus et de leurs conditions de vie, surtout en Afrique où les systèmes de sécurité sociale n en sont parfois qu à leurs prémices. Néanmoins, le développement de la microassurance santé ne pourra se faire sans un engagement et un soutien important des pouvoirs publics (tant en termes d infrastructures que d investissements). Il est nécessaire que les gouvernements installent un cadre institutionnel adapté, investissent dans les infrastructures et mettent en place des programmes subventionnés au profit des plus démunis. Ces conditions constituent un préalable à la mise en place de Partenariats Public Privés (PPP) et à l intervention d une multitude d acteurs tels que bailleurs de fonds, assureurs commerciaux, ONG et partenaires privés. Désormais, un nombre croissant de gouvernements d Afrique de l Ouest s orientent vers la mise en place d un Régime d Assurance Maladie Universelle (RAMU). Toutefois, ces initiatives encore fragiles nécessitent un accompagnement durable, à la fois technique et financier, afin d aboutir à des dispositifs pérennes et efficaces. Dans ce contexte, les institutions de microfinance et les ONG peuvent largement contribuer à ces efforts, comme c est le cas au Bénin avec la diffusion de la MAS via l association d IMF Djidjoho. Focus sur le Bénin Le projet conduit par PlaNet Finance s inscrit dans le cadre de la politique nationale actuelle de l Etat béninois qui vise à mettre en place un Régime d Assurance Maladie Universelle (RAMU) devant se traduire par un système de couverture sociale destiné à protéger l ensemble des couches sociales de la population contre les conséquences financières du risque maladie. Le RAMU, actuellement en cours d adoption, s appuiera notamment sur les mutuelles existantes et leurs expériences dans le domaine de la commercialisation de produits de microassurance santé. Dans ce contexte, une association d IMF telle que Djidjoho bénéficiant d un accès direct à la population cible et d une expertise dans la formation et sensibilisation à la MAS constituerait pour l Etat un partenaire stratégique pour la mise en œuvre de la politique nationale. Focus sur Madagascar L Etat malgache a inclus la protection sociale et notamment les mutuelles de santé dans sa politique nationale pour la santé (notamment à travers la politique de santé communautaire). Malgré ces intentions il n y a pas de réelle mise en œuvre de cette protection sociale pour tous. En effet, la crise dans laquelle se trouve Madagascar depuis 2009 prive les institutions des ressources nécessaires à l application d un tel programme. Un programme comme le RAMU au Bénin ne pourrait être appliqué qu après un retour à l ordre constitutionnel qui conditionne le retour des bailleurs internationaux. Pour le moment, les institutions publiques se limitent à des actions comme le conventionnement des prestataires de santé publics auprès des mutuelles de santé (comme c est le cas pour les 3 mutuelles du projet Zina) ou la création de réseaux d acteurs de la protection sociale (réseau P4H lancé en 2012). 8 / 9

LES MUTUELLES DE SANTÉ À MADAGASCAR

LES MUTUELLES DE SANTÉ À MADAGASCAR LES MUTUELLES DE SANTÉ À MADAGASCAR Agathe SIMONIN, Inter Aide Séminaire Handicap International Tananarive, Madagascar 26-29 Octobre 2015 POURQUOI LES MUTUELLES DE SANTÉ? Contexte sanitaire La protection

Plus en détail

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour permettre un accès à des soins de qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Abdou Diagne, DG mutuelle sociale TransVie 5 ème Conférence

Plus en détail

TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE

TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE TRAVAILLEURS DE L ECONOMIE INFORMELLE ET DES PME POUR RENDRE ACCESSIBLE UN PRODUIT DE MICRO ASSURANCE SANTE : Cas de la Mutuelle de Sécurité Sociale du Bénin (MSSB)

Plus en détail

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso L expérience de la p Mutuelle de santé régionale de Sikasso La MUSARS La MUSARS (Mutuelle de santé régionale de Sikasso) offre des produits d assurance maladie: basés sur un mécanisme d entraide, de solidarité

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Objectifs de développement et stratégies d appui pour la micro assurance de santé dans les PED.

Objectifs de développement et stratégies d appui pour la micro assurance de santé dans les PED. Objectifs de développement et stratégies d appui pour la micro assurance de santé dans les PED. Alain Letourmy (CNRS, CERMES), Aude Pavy- Letourmy (CERDI), Pascal Brouillet (AfD) Cerdi, 1er décembre 2005

Plus en détail

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 systèmes de PSBC 1. Un phénomène mondial 2. Origine et causes du phénomène

Plus en détail

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives République du Sénégal Un Peuple- Un But- Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives Symposium sur la Protection

Plus en détail

A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC

A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC A la recherche d un cadre d analyse entre micro-finance et micro-assurance santé GRAP - OSC Etude exploratoire à partir du cas du Bénin Marc Labie, Ilere Ngongang,Marthe Nyssens, Pascal Wele Plan Micro-finance

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

Actionsdes MUTUELLES

Actionsdes MUTUELLES 10 Actions des MUTUELLES POLITIQUE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE EN FAVEUR DES SOINS DE PREMIER RECOURS FACILITER L ACCÈS AUX SOINS ET RÉDUIRE LES RESTES À CHARGE Comment rendre l accès aux soins plus facile?

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

La place de la micro-assurance santé dans les dispositifs de couverture universelle en santé des PVD

La place de la micro-assurance santé dans les dispositifs de couverture universelle en santé des PVD La place de la micro-assurance santé dans les dispositifs de couverture universelle en santé des PVD SANOFI / AFD 29 Octobre 2015 www.cidr.org RETOUR DE 20 ANS D EXPÉRIENCES DU CIDR DANS 14 PAYS D AFRIQUE

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

PLANET GUARANTEE MALI. One World to protect

PLANET GUARANTEE MALI. One World to protect PLANET GUARANTEE MALI One World to protect Sommaire Sommaire I. Présentation de PlaNet Guarantee II. Présentation de PlaNet Guarantee Mali I. Assurance Récolte Sahel II. Santé pour tous III. Lakana 2 3

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

Mutuelles de santé L approche du CIDR

Mutuelles de santé L approche du CIDR 1 SYNTHESE DE LA SESSION DE FORMATION SUR «LE DEVELOPPEMENT ET LA VIABILITE DES MUTUELLES DE SANTE EN AFRIQUE» Centre de Formation et d appui Sanitaire (CEFA) Kinshasa, du 2 au 6 juin 2003 Depuis un certain

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Assurance Récolte Sahel

Assurance Récolte Sahel Assurance Récolte Sahel L ASSURANCE INDICIELLE EN AFRIQUE DE L OUEST EXPÉRIENCE DU BURKINA Conference FARM - Pluriagri 18 décembre 2012 Contents I. Contexte II. Eléments clés d ARS III. L Expérience au

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali B DAOU, M KOUAME, C ATIM Institut National de recherche en santé Publique (INRSP)- Bamako,

Plus en détail

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 1 Programme Présentation du contexte dans lequel s insère le projet Présentation de la mutuelle

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Dossier de presse Février 2015 Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Coverlife, le courtier spécialisé en distribution d assurances pour particulier, crée

Plus en détail

MUTUELLE SOLIDAIRE UNE COUVERTURE COMPLEMENTAIRE SANTE POUR TOUS APPEL A PARTENARIAT

MUTUELLE SOLIDAIRE UNE COUVERTURE COMPLEMENTAIRE SANTE POUR TOUS APPEL A PARTENARIAT MUTUELLE SOLIDAIRE UNE COUVERTURE COMPLEMENTAIRE SANTE POUR TOUS APPEL A PARTENARIAT CAHIER DES CHARGES ET CONDITIONS DE LA CONSULTATION 1/6 CONTEXTE De plus en plus de nos concitoyens sont, pour diverses

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie

Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie APPEL À PROJETS Prix AGIRC et ARRCO Faciliter l accès aux soins des personnes handicapées vieillissantes pour favoriser l autonomie en partenariat avec le Comité national Coordination Action Handicap (CCAH)

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion?

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? Mercredi 27 mars 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur,

Plus en détail

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà 50 projets pour demain GÉENÉERATIONS demain c est déjààà AUCHAN chez nous Les fondations Auchan et Simply lancent un appel à projets «50 projets pour demain» En 2011, le Groupe Auchan fête ses 50 ans.

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

1. Contexte de l atelier

1. Contexte de l atelier 1. ATELIER DE MISE A NIVEAU SUR LA MICROFINANCE ISLAMIQUE 06-07 février 2013, Radisson Blu Hotel (SENEGAL) 1 1. Contexte de l atelier A l instar du reste du monde, au Sénégal et dans la sous région des

Plus en détail

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! LIVRe BLANC www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! MUTUELLE LMP LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE, UN ENJEU MAJEUR DÈS MAINTENANT. CONTRAT COLLECTIF ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Introduction. Une démarche par étape a été adoptée en vue d atteindre cet objectif :

Introduction. Une démarche par étape a été adoptée en vue d atteindre cet objectif : Élaborer un régime d assurance-médicaments pour les Néo-Brunswickois non assurés Introduction Au cours des importantes consultations publiques réalisées pendant les premières phases du projet Ensemble

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 751 CIDR Tous droits de reproduction réservés Guide d estimation de la capacité contributive des ménages au financement de l assurance

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

Activités de PlaNet Guarantee au Burkina Faso. 10 mars 2013

Activités de PlaNet Guarantee au Burkina Faso. 10 mars 2013 1 Activités de PlaNet Guarantee au Burkina Faso 10 mars 2013 Présentation de PlaNet Guarantee Courtier en Microassurance PlaNet Guarantee est une société du Groupe PlaNet Finance, consacrée à la promotion

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

La santé, un facteur d insertion

La santé, un facteur d insertion La santé, un facteur d insertion Anne Danibert - Chef de projets prévention et promotion de la santé Mutuelle Atlantique Une orientation politique de la Mutuelle En 1996, la mutuelle inscrit comme orientation

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE GESTION DU RISQUE MALADIE EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. ASSURANCE MALADIE

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives UNIVERSITE HASSAN II JOURNEES D ETUDES Faculté des Sciences Juridiques, 20 Mars 2015 Economiques, et Sociales Casablanca Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Plus en détail

Finances Sans Frontières (F.S.F.)

Finances Sans Frontières (F.S.F.) Finances Sans Frontières (F.S.F.) Conseils et Formations en Banque & Finance Direction générale: 202 Bd du Haho - Tél : +228 22 26 31 31 Courriel : fsf.formation@yahoo.fr Lomé Togo Objet : séminaire de

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS

PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS PROGRAMME REGIONAL DE REDUCTION DES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES BILAN AU 30-06-2012 SYNTHESE DES PRINCIPAUX RESULTATS Depuis le début du programme en 2009, les cellules ont accueilli 1139 adhérents. La

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA766 CIDR Tous droits de reproduction réservés Présentation méthodologique pour le calcul des cotisations dans les mutuelles de santé

Plus en détail

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations Termes de Référence Recrutement d un volontaire de l OMT pour le projet «Augmenter l impact du développement touristique sur l économie locale dans la région de Jacmel, Haïti» dans le cadre du Programme

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie ------------------ MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ------------------ SECRETARIAT GENERAL -------------------- DIRECTION DE LA PROMOTION DE LA SANTE ----------------------

Plus en détail

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Fiche action 3 Accompagnement des personnes en situation de précarité

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre Abidjan, le 02 Février 2015 MUGEFCI - TOURE Laciné MUTREPCI - SERY Jean-Pierre PASS - HUCHET Jean-Philippe [LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] 1 Des mutuelles pour participer à la réussite

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ PRÉPARATION DE LA STRATÉGIE DE PROTECTION SOCIALE AU SÉNÉGAL

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles»

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Dossier de presse 27 novembre 2012 «Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Une satisfaction globalement élevée pour

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Entrepreneur du paysage non salarié (TNS), et bien assuré

Entrepreneur du paysage non salarié (TNS), et bien assuré Entrepreneur du paysage non salarié (TNS), et bien assuré Travailleur non salarié vous protégez votre famille, votre revenu, votre avenir. Pourquoi ne pas aller plus loin et bénéficier, vous aussi de l

Plus en détail

Entrepreneur du paysage. non salarié (TNS) Dossier Santé - Prévoyance Retraite - Dépendance

Entrepreneur du paysage. non salarié (TNS) Dossier Santé - Prévoyance Retraite - Dépendance Entrepreneur du paysage non salarié (TNS) Dossier Santé - Prévoyance Retraite - Dépendance Entrepreneur du paysage non salariés (TNS), une protection sociale optimale Mutex vous propose, en partenariat

Plus en détail