ADULTES DANS LE SCOUTISME

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ADULTES DANS LE SCOUTISME"

Transcription

1 ADULTES DANS LE SCOUTISME politique MONDIALE Adultes dans le Scoutisme

2 2 Bureau Mondial du Scoutisme Case postale 91 5, rue du Pré-Jérôme CH-1211 Genève 4, Plainpalais Suisse Copyright 2011, Bureau Mondial du Scoutisme Reproduction autorisée aux Organisations Scoutes Nationales et Associations membres de l Organisation Mondiale du Mouvement Scout. La source devra être citée. Une autorisation devra être demandée au Bureau Mondial du Scoutisme pour tout usage par des tiers.

3 3 INDEX RESOLUTION 11/11 4 DEFINITIONS 5 1. INTRODUCTION 6 2. CONSTITUTION DES ADULTES ESTIMATION DES BESOINS RECRUTEMENT ENGAGEMENT MUTUEL NOMINATION 9 3. FORMATION, SOUTIEN ET DEVELOPPEMENT PERSONNEL INSERTION ET SOUTIEN D UN NOUVEAU ADULTE DANS LE SCOUTISME FORMATION LE SYSTEME DE FORMATION SOUTIEN DES ADULTES RECONNAISSANCE DE LA QUALIFICATION LA GESTION DES ADULTES DANS LE SCOUTISME EVALUATION DE LA TACHE RECONDUCTION DU MANDAT OU EVALUATION DES PERFORMANCES RETENTION STRUCTURES AU PLAN NATIONAL AU PLAN REGIONAL AU PLAN MONDIAL CONCLUSION 15

4 4 RESOLUTION 11/11 La Conférence - réaffirmant les résolutions des Conférences Mondiales du Scoutisme précédentes : 4/93, 10/05, 12/08 et 13/08 au sujet des Adultes dans le Scoutisme - considérant la nécessité d intégrer les politiques majeures récentes et d autres approches clés adoptées par l OMMS telles que la Politique de genre, la Protection des enfants, l Ouverture, etc. - soulignant le rôle clé joué par les adultes pour soutenir la croissance du Mouvement Scout - accueillant en 2011 la célébration des Nations Unies du 10e anniversaire de l Année Internationale des Volontaires accueille avec satisfaction le travail réalisé par le Comité Mondial du Scoutisme et le Bureau Mondial du Scoutisme pour mettre à jour la Politique Mondiale des Ressources Adultes reconnaît que le cadre d Adultes dans le Scoutisme adopté en 1990 peut être utilisé pour gérer à la fois les bénévoles et les professionnels dans le Scoutisme adopte la Politique Mondiale des Adultes dans le Scoutisme comme représentant la Politique de l OMMS pour le recrutement, la rétention, la formation, le développement personnel et la gestion des Adultes au sein du Mouvement Scout décide que les politiques et les procédures de recrutement, nomination, soutien, formation et rétention des Adultes, telles que les stipulent les résolutions antérieures, sont modifiées par l adoption des dispositions de la Politique Mondiale des Adultes dans le Scoutisme invite les Organisations scoutes nationales à mettre en œuvre les dispositions de la Politique Mondiale des Adultes dans le Scoutisme demande au Comité Mondial du Scoutisme de développer et distribuer des lignes directrices qui soutiennent la mise en œuvre de la Politique Mondiale des Adultes dans le Scoutisme y compris le schéma du Badge de Bois et l application de la Politique en relation avec le personnel salarié aussitôt que possible une fois la Conférence Mondiale du Scoutisme terminée.

5 5 DEFINITIONS Adultes dans le Scoutisme : est un programme systématique de gestion de ressources adultes, pour améliorer l efficacité, l engagement et la motivation des responsables afin d offrir de meilleurs programmes pour des jeunes et de rendre l organisation plus efficace et efficiente. Adultes, responsables, chefs : ce sont principalement des bénévoles (rares cas avec des responsables professionnels) responsables du développement ou de la mise en œuvre du Programme des Jeunes ; ou responsables du soutien d autres adultes ; ou responsables du soutien des structures de l organisation. Jeunes adultes, jeunes responsables/ chefs : ce sont des jeunes membres assurant la mise en œuvre du programme des jeunes pour les branches plus jeunes, ils peuvent aussi être impliqués dans le soutien d autres adultes ou des structures de l organisation. Dans ce cas-ci le «chef» est lié au rôle qu il joue au nom de l organisation. Les chefs des équipes, par exemple dans la branche Route, ne rentrent pas sous cette définition. Cependant s ils ont une autre position comme mentionnée ci-dessus ils pourraient s appeler «jeunes chefs». Volontaires (nous privilégions le terme bénévoles) : ce sont les personnes impliquées dans différentes activités sans aucune rémunération monétaire (bien que l on puisse permettre le remboursement des frais personnels engagés par le bénévole). Cette participation est un choix entièrement dû à la bonne volonté et liberté de l individu. Les bénéfices de cette participation sont dirigés à des personnes autres que le bénévole ou ses proches (bien qu il soit évident qu il y ait des gains pour le bénévole aussi et que celui ci puisse apprendre beaucoup de l engagement qu il offre). Professionnels : ce sont les membres recrutés pour une/des tâche(s) spécifique(s) servant l intérêt du Scoutisme. Ils peuvent être ou ne pas être des chefs scouts (engagés comme «scout», ayant fait la promesse de scout). Les professionnels dans l une ou l autre catégorie travailleront pour une Organisation scoute avant tout comme professionnels.

6 6 1. INTRODUCTION En 1990, la Conférence Mondiale du Scoutisme a convenu de la nécessité d une approche de gestion efficace des adultes dans le Scoutisme et en 1993 la Politique Mondiale des Ressources Adultes a été adoptée avec comme but principal le soutien des adultes dans le Scoutisme grâce à un programme systématique de gestion des ressources adultes. Depuis 1993, les Organisations scoutes nationales ont adopté et mis en œuvre (entièrement ou partiellement) la Politique Mondiale des Ressources Adultes, avec néanmoins certaines difficultés culturelles et/ou linguistiques. Les amendements proposés à la Politique Mondiale des Ressources Adultes renforcent le but principal de la politique, qui est le soutien des adultes par la formation, l encouragement et l appui continu et de s assurer que des systèmes appropriés sont en place pour que tout cela puisse se faire. La nouvelle version de la Politique Mondiale des Ressources Adultes, intitulée Politique Mondiale des Adultes dans le Scoutisme se veut intégratrice, incorporant d autres politiques appropriées de l OMMS, encourageant une approche d équipe pour le soutien des adultes et construite selon les principes des organisations apprenantes. La Politique Mondiale des Adultes dans le Scoutisme peut également être utilisée comme cadre de référence pour gérer les professionnels dans le Scoutisme. 2. CONSTITUTION DES ADULTES Adultes dans le Scoutisme (1990) fournit les exigences et les lignes directrices approuvées par la Conférence Mondiale du Scoutisme pour la constitution, la formation, le développement personnel et la gestion des adultes soutenant l accomplissement de la Mission du Mouvement. Ces lignes directrices et ces exigences constituent la Politique Mondiale des Adultes dans le Scoutisme qui définit les responsabilités respectives des Organisations scoutes nationales et divers organes régionaux et mondiaux de l OMMS. Afin de remplir sa Mission, chaque Organisation scoute nationale devrait avoir les responsables adultes dont elle a besoin pour développer et fonctionner de manière efficace. Pour construire ce pool d adultes et les maintenir à un niveau optimal en termes de qualité et de quantité, l Organisation scoute nationale doit avoir une vision claire de ses besoins et entreprendre des actions volontaristes de recrutement. Conformément à l esprit de la Mission du Mouvement, qui se consacre au développement des jeunes, l encadrement adulte devra aussi comprendre de jeunes adultes, placés à des postes de responsabilité.

7 7 L OMMS affirme que le Scoutisme est un espace de développement et de partage des responsabilités entre les hommes et les femmes. Cela implique que chaque Organisation scoute nationale se doit de réfléchir sur le paradoxe de la différenciation et l égalité entre les sexes dans son propre contexte social et culturel. Chaque Organisation scoute nationale est invitée à intégrer dans ses stratégies de recrutement, les options visant à promouvoir l accès aux femmes là où l équilibre entre les sexes est faible ou n existe pas. Un effort particulier doit être fait pour améliorer la diversité dans l encadrement adulte, avec un accent sur l ouverture (en offrant le Scoutisme à tous les segments de la société) comme une des priorités de l OMMS. 2.1 Estimation des besoins Chaque Organisation scoute nationale devrait établir sa propre liste complète des postes à pourvoir avec les compétences requises, en reconnaissant que la majorité des postes seront assumés par des bénévoles, qui peuvent être soutenus par certains membres du personnel salarié. Cette estimation devrait également identifier les postes permanents ainsi que des postes à court terme ou temporaires. Cette liste sera ensuite comparée à la situation actuelle de l encadrement (postes vacants, les transferts, les démissions) et tiendra compte de la croissance de l association, pour estimer les besoins à court et à moyen terme en adultes. Les postes à court terme, temporaires ou partagés devraient être proposés à tous les adultes qui souhaitent soutenir le Scoutisme dans des tâches ou activités spécifiques. Cela pourra convenir aux adultes qui n ont pas beaucoup de temps pour du bénévolat et aidera probablement à recruter des adultes qui ne sont pas traditionnellement les bénévoles dans le Scoutisme. Les adultes doivent faire partie d une équipe en place, et même si la Politique actuelle a besoin d une certaine souplesse, elle doit être mise en œuvre pour le temps à consacrer bénévolement. 2.2 Recrutement Les Organisations scoutes nationales sont fortement encouragées à adopter une attitude proactive et à entreprendre un recrutement systématique des adultes. Ce recrutement se fera en conformité avec des fonctions spécifiques, fondées sur des descriptions de poste qui définissent clairement les tâches à accomplir au sein d une équipe spécifique des adultes. Il est important que les associations recrutent des personnes ayant des attitudes et des approches appropriées ; ainsi, les personnes peuvent acquérir les compétences et les connaissances requises pour leur rôle.

8 8 Il est évident que les stratégies de recrutement ont besoin de prendre en considération la diversité des adultes ; un effort particulier doit être fait pour développer une approche et des outils spécifiques pour des cibles particulières (minorités, par exemple) mais aussi pour répondre aux attentes et aux intérêts des adultes. L Organisation Mondiale du Mouvement Scout souhaite aider les jeunes à pleinement réaliser leurs potentialités grâce à la Méthode scoute dans un environnement sûr, non discriminatoire et respectueux. Cela implique que le processus de recrutement des adultes dans toutes les associations devra permettre de s assurer que seuls des adultes appropriés soient recrutés. Les associations sont instamment invitées à élaborer des procédures pour le recrutement et la sélection des adultes. Il faudra pour cela que les données, dont certaines sont confidentielles, soient collectées et stockées de façon adéquate. Les adultes qui souhaitent faire du bénévolat dans le cadre du Scoutisme devront être invités à fournir des références telles que des membres respectés au sein de leur communauté, dont l un devrait être un responsable communautaire externe au Scoutisme. Les Organisations scoutes nationales doivent aussi reconnaître les droits des adultes. Il est très important que les adultes, qui sont en contact relativement étroit avec les enfants et les jeunes, reçoivent une formation appropriée afin qu ils ne se mettent pas dans des situations qui pourraient mener à des accusations de comportement inapproprié. Il est de la responsabilité de chaque association de créer les conditions les plus appropriées pour que les adultes soient en mesure de jouer leur rôle d éducateurs, soit comme bénévoles ou comme personnel rémunéré. 2.3 Engagement mutuel La Politique Mondiale des Adultes dans le Scoutisme affirme le principe de la négociation et de formalisation d un accord clair concernant les durées et les obligations réciproques entre l Organisation scoute nationale et la personne concernée. Cette étape est l occasion pour chaque Organisation scoute nationale d expliquer les politiques et les règlements (internes et externes) que tous les membres doivent appliquer et respecter dans leur travail. Les Organisations scoutes nationales devraient veiller à ce que l engagement soit dans les deux sens de sorte qu il soit clair sur ce que le bénévole va offrir au Scoutisme et sur ce que le Scoutisme va offrir au bénévole. Les avantages de l engagement mutuel sont qu il fixe les limites de l engagement, les attentes et les obligations de formation et de soutien ainsi que la base pour les futures évaluations. Chaque Organisation scoute nationale nécessite d adapter son propre matériel écrit pour être inclusive à tous les membres potentiels.

9 9 2.4 Nomination Chaque Organisation scoute nationale détient l entière responsabilité de la nomination de ses responsables adultes à toutes les fonctions et ce, conformément aux principes généraux suivants : Seuls les responsables accrédités d une l Association peuvent nommer une personne à une fonction quelconque dans cette Association. Toute nomination se fait sur la base d un engagement réciproque entre l Association et la personne recrutée. Toute nomination est assortie d une durée limitée. Toutes les conditions concernant les décisions pour l avenir de la personne nommée par exemple l évaluation, le renouvellement ou la réaffectation devraient être prévues. Les Associations sont fortement encouragées à inscrire tous leurs membres de tous les niveaux. 3. FORMATION, SOUTIEN ET DEVELOPPEMENT PERSONNEL Chaque Organisation scoute nationale est responsable de la conception et de la mise en œuvre d un système de formation et de développement des responsables adultes intégrant toutes les fonctions (portant ou pas l uniforme) et tous les niveaux. Le système de formation doit être conçu pour convenir à tous les adultes en tenant compte des différences et des diversités de la société. Ce système : recouvre l insertion d un nouveau responsable dans sa fonction, la formation formelle (basique et avancée), la formation continue et informelle, la formation et le soutien permanent, tout au long de son mandat, prend en compte non seulement l acquisition et le développement des connaissances et des compétences indispensables à l accomplissement de chaque fonction, mais également le développement personnel des responsables adultes, est d une grande souplesse et permet la prise en compte des expériences et des compétences antérieures, permet l acquisition de compétences ou de connaissances complémentaires pour faciliter le passage d une fonction à une autre. Le développement personnel des Adultes dans le Scoutisme est explicitement inclus en tant qu élément de la formation à proposer. L accent doit être mis sur la flexibilité du système employé pour fournir les formations.

10 Insertion et soutien d un nouveau Adulte dans le Scoutisme La Politique Mondiale des Adultes dans le Scoutisme prévoit une période systématique d insertion permettant aux adultes de comprendre les responsabilités attachées à leur fonction et leurs besoins de formation. Ceci implique aussi qu ils reçoivent la formation technique indispensable leur permettant de démarrer dans leur fonction. 3.2 Formation La formation proposée aux cadres adultes a pour but de leur donner les moyens de contribuer efficacement à l accomplissement de la Mission du Mouvement. Elle sera adaptée à chaque fonction et au cas particulier de chaque responsable à partir d une analyse détaillée de ses besoins de formation et de l inventaire de ses acquis antérieurs. Elle s inscrit dans un processus continu. Le contact de l adulte et ses activités régulières avec son équipe doivent être considérés comme des composantes du système d apprentissage, les Organisations scoutes nationales sont invitées à développer un processus systématique pour soutenir et valider une telle formation non formelle. 3.3 Le système de formation Chaque Organisation scoute nationale mettra en place un système de formation couvrant toutes les fonctions remplies par des adultes. Ce système couvrira non seulement les compétences requises pour remplir ces fonctions mais aussi le développement personnel des adultes. Le système de formation doit être utilisé comme un outil stratégique, les Organisations scoutes nationales doivent impliquer l ensemble de leurs responsables de toutes les structures dans le processus de formation afin de développer des compétences collectives. Tenant compte des principes des organisations apprenantes, le système de formation ne doit pas seulement se focaliser sur les besoins internes, mais intégrer et répondre aux tendances des communautés et de la société à une plus grande échelle. Cette approche devra aider les Organisations scoutes nationales à développer une réelle stratégie de croissance. Le système sera souple et les activités de formation proposées seront faciles d accès en termes de fréquence, de proximité et de conditions d inscription. Cela nécessitera dans certains cas une décentralisation de la formation et dans tous les cas la mobilisation d un plus grand nombre de gens, y compris de jeunes adultes, appelés à partager avec d autres leurs compétences. Les personnes chargées de coordonner la formation à tous les niveaux de l Association identifieront des équipes de formateurs, organiseront les activités de formation de formateurs et assureront le

11 11 développement et la gestion des ressources nécessaires. Ce qui veut dire un meilleur équilibre de genre, une vraie diversité des chefs et des occasions concrètes pour les jeunes responsables de participer. Le système de formation doit être considéré comme un cycle continu ; se composant de l analyse des besoins de formation, de la définition des objectifs de celle-ci, de sa mise en œuvre, de l évaluation des réactions et de la mesure de ses effets en profondeur. La croissance peut être considérée comme indicateur de la qualité de la formation à la mise en œuvre d un Scoutisme de qualité. Au niveau national, une personne ou une équipe sera chargée de coordonner le fonctionnement de l ensemble du système de formation. D autres personnes ou d autres équipes seront chargées de ce travail aux autres niveaux. Dans des domaines spécialisés la formation pourra être assurée par des agents extérieurs au Mouvement, accrédités par l Organisation scoute nationale. 3.4 Soutien des adultes Chaque adulte doit pouvoir compter à tout moment sur un soutien direct, technique, pédagogique, matériel, moral ou personnel. On s attend à ce que les adultes se sentent à l aise dans leur fonction, qu ils soient efficaces et qu ils mettent en application avec succès les activités dont ils sont responsables. Ceci signifie qu ils doivent être encouragés, écoutés, guidés et soutenus. Ils doivent être reconnus par les autres Adultes dans le Scoutisme aussi bien que ceux de leurs équipes immédiates. Par des rencontres régulières, ils peuvent renforcer leur motivation, modifier leur comportement, changer leur approche des problèmes et surmonter leurs difficultés en identifiant les moyens de formation nécessaires. Les Organisations scoutes nationales sont encouragées à développer une profonde connaissance des besoins spécifiques qui peuvent être exprimés par certaines communautés ou minorités. 3.5 Reconnaissance de la qualification La reconnaissance de la qualification d un responsable adulte est du ressort exclusif de chaque Organisation scoute nationale. Le certificat de capacité, pour une fonction ou une responsabilité donnée, sera délivré sur la base d une compétence démontrée et couramment utilisée et assortie d une limite de validité avec une date d expiration. Ceci peut également être inscrit dans un livret personnel. Le renouvellement d un certificat de capacité est possible, sur la base d une compétence démontrée et tenue à jour et pour la même durée limitée.

12 12 La participation à un stage donnera lieu à la délivrance d une attestation ou sera inscrite dans un livret personnel. L insigne du Badge de Bois est utilisé comme reconnaissance de la réussite du programme de formation avancé des «responsables» prescrit par chaque Association. L utilisation du Badge de Bois est recommandée comme signe d unité. L OMMS a développé un cadre pour l insigne du Badge de Bois à l usage des Organisations scoutes nationales. 4. LA GESTION DES ADULTES DANS LE SCOUTISME Pour assurer la mobilité indispensable et la souplesse du dispositif tout entier, la Politique Mondiale de Adultes dans le Scoutisme préconise la mise en place de réseaux destinés à compléter et, le cas échéant, à remplacer les systèmes hiérarchiques et linéaires qui sont de règle dans la plupart des Associations. Ceci met l accent sur les réseaux plutôt que sur des systèmes hiérarchiques, pour offrir plus de souplesse et plus d occasions de participer à tous les niveaux. 4.1 Evaluation de la tâche L évaluation de la tâche est un élément permanent dans la gestion des activités de l Association. Elle donne la possibilité de faire le point par rapport aux objectifs fixés et de voir si des modifications sont nécessaires. 4.2 Reconduction du mandat ou évaluation des performances Le renouvellement ou la révision de leurs performances est un élément régulier dans le cycle de vie d un adulte dans le Scoutisme. Il est recommandé que cela se fasse environ tous les mois. Ceci est basé sur les réalisations mais aussi avec un regard porté sur l avenir pour identifier les options qui correspondent au mieux aux désirs et aux intérêts du responsable adulte et aux intérêts de l Association tout entière. Elle aboutit à un choix entre trois solutions : le renouvellement du mandat, la réaffectation à une autre tâche pour un nouveau mandat ou le départ de l intéressé. Il est fortement recommandé de soutenir et de former les personnes en charge de cette évaluation afin d éviter des erreurs et de mieux les aider à gérer les difficultés. Il est également conseillé d étendre la portée de cette évaluation aux équipes. 4.3 Rétention Pour développer un système de gestion des Adultes dans le Scoutisme efficient, les Organisations scoutes nationales doivent améliorer leur stratégie de rétention. Trois éléments majeurs influencent la fidélité des adultes dans le Scoutisme :

13 13 ils ont besoin de faire confiance à l Organisation scoute nationale et à ses représentants et avoir le sentiment qu on leur fait également confiance, ils ont besoin de ressentir un sentiment d engagement envers l Association, et ils ont besoin d avoir le sentiment d accomplissement dans leur rôle au sein du Scoutisme. 5. STRUCTURES À tous les niveaux de l Organisation Mondiale du Mouvement Scout - du national, régional au mondial - la gestion des Adultes dans le Scoutisme exige la mise en place de structures spécifiques pour les trois dimensions qui permettent une approche globale et coordonnée : l acquisition des adultes, dans une approche à court terme ou à long terme, visant l ensemble des composantes de la société, la formation et le soutien selon les attentes de l Association ainsi que les souhaits de développement personnel des adultes, la gestion des décisions pour l avenir. Conformément à la Mission du Mouvement, il est important que ces structures incluent des jeunes adultes à tous les niveaux. Dans certains cas, un effort particulier devra être fait pour assurer un équilibre entre les sexes, les femmes doivent être encouragées à prendre part dans ces structures. Lorsque des personnes avec des besoins spécifiques ou issues des minorités rejoignent une Organisation scoute nationale, celle-ci se doit de les aider à s autonomiser et à partager les responsabilités. 5.1 Au plan national Il appartient à chaque Organisation scoute nationale de définir la structure la mieux adaptée pour assurer la gestion des Adultes dans le Scoutisme, en fonction de sa situation particulière, de ses besoins et des ressources dont elle dispose. Cette structure devra assurer la coordination du recrutement, de la formation, le soutien des Adultes dans le Scoutisme, le développement personnel et la gestion des décisions pour l avenir de ces adultes et de faire rapport au Comité directeur de l Association. Elle devrait avoir un lien formel avec les responsables du développement et de la mise en œuvre du Programme des Jeunes (par exemple, un représentant du Comité du Programme des jeunes peux être membre de droit du Comité Adultes dans le Scoutisme et vice-versa). La création d un Comité National des Adultes dans le Scoutisme relié au Conseil National ou à une instance équivalente peut constituer une solution.

14 14 Le Comité National des Adultes dans le Scoutisme devrait également être lié à un réseau couvrant l ensemble du territoire de l Association et être composé de personnes impliquées dans le processus de gestion des Adultes dans le Scoutisme. Les membres en charge de la coordination nationale du Programme des Jeunes et des activités de formation devraient faire partie du réseau, ainsi que ceux qui assument des fonctions de recrutement ou de gestion. 5.2 Au plan régional Il appartient à chaque Région de l OMMS de définir la structure qui lui convient le mieux, compte tenu de sa situation, de ses besoins et des ressources dont elle dispose. En tout état de cause, la Politique Mondiale des Adultes dans le Scoutisme préconise l établissement d un réseau comme élément de base du dispositif régional. Pour que ce réseau soit stimulé, interrogé et alimenté en informations, on peut envisager l une ou l autre des solutions suivantes : un coordonateur régional du réseau des Adultes dans le Scoutisme, désigné par le Comité Scout Régional, un Sous-comité Régional des Adultes dans le Scoutisme, est constitué sur le modèle des Comités Nationaux, la tâche de coordination est confiée par la Conférence Régionale au Bureau Régional du Bureau Mondial du Scoutisme. Il est également recommandé d encourager le travail et des activités communes entre ce réseau et le réseau du Programme des Jeunes. Quel que soit le choix régional, il est important de développer une forte relation entre les structures régionales et les Organisations scoutes nationales d une part, et entre les différentes régions et le niveau mondial, d autre part. 5.3 Au plan mondial Cette politique fait maintenant partie des termes de référence du Comité des Méthodes Educatives qui est un sous-comité du Comité Mondial du Scoutisme. Le Comité des Méthodes Educatives peut constituer en fonction des besoins : des réseaux, des groupes de travail, etc. afin de proposer des orientations, d élaborer des outils et d autres supports sur toutes les questions liées aux Adultes dans le Scoutisme. Le Comité des Méthodes Educatives est encouragé à travailler avec les structures régionales dans un large réseau qui offrira une structure d échange et de circulation de l information, d assistance mutuelle en matière de gestion des Adultes dans le Scoutisme, d expérimentation d idées et d initiatives nouvelles et d expression des sensibilités culturelles et régionales.

15 15 6. CONCLUSION Le Comité des Méthodes Educatives a développé et continuera à élaborer des lignes directrices sur toutes les questions liées aux Adultes dans le Scoutisme Afin de rester fidèle aux principes sur lesquels elle est fondée, cette politique devra faire l objet de révisions régulières et, le cas échéant, de modifications. La Conférence Mondiale du Scoutisme sera régulièrement informée des progrès réalisés dans la mise en œuvre de cette Politique.

16 Bureau Mondial du Scoutisme Education, Recherche & Développement Février 2011 Bureau Mondial du Scoutisme Rue du Pré-Jérôme 5 Case postale 91 CH-1211 Genève 4 Plainpalais Suisse Tél.: (+41 22) Fax: (+41 22)

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 1 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE Sommaire Loi du 4 juillet 2008 sur la jeunesse (telle qu elle a été modifiée)... 3 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 3 Loi du 4 juillet

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas»

CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas» CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas» Les valeurs Depuis sa fondation en 2001, l Action de l aisbl Accompagner, et celle de l asbl «Les Amis d Accompagner» qui lui a succédé sur le terrain,

Plus en détail

Projet «Offres de formation»

Projet «Offres de formation» Projet «Offres de formation» Lignes diréctrices pour l'organisation, le pilotage et le subventionnement des offres de formation destinées aux collaborateurs ecclésiaux à l échelon de la Suisse et des régions

Plus en détail

CONSEIL MONDIAL : TERMES DE RÉFÉRENCE

CONSEIL MONDIAL : TERMES DE RÉFÉRENCE Extrait du manuel de gouvernance http://www.publishwhatyoupay.org/wpcontent/uploads/2015/06/manuel_de_gouvernance_20151.pdf Objectif CONSEIL MONDIAL : TERMES DE RÉFÉRENCE Le Conseil mondial conseille le

Plus en détail

Les Scouts du district de l Outaouais

Les Scouts du district de l Outaouais Les Scouts du district de l Outaouais PROGRAMME DE NOMINATION ET D ENCADREMENT DES CHEFS DE GROUPE Introduction À travers ce programme, nous visons à mieux définir le rôle du chef de groupe pour le district

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

s'y prête pas. Page 1 sur 6

s'y prête pas. Page 1 sur 6 POLITIQUE DE RECRUTEMENT ET DE FORMATION DES MEMBRES 28 avril 2016 Selon le contexte, le genre masculin ou le genre féminin est utilisé dans les présentes règles de fonctionnement pour en faciliter la

Plus en détail

PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION. AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES

PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION. AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES sous la responsabilité du vice-rectorat aux études Février 2010 INTRODUCTION Le Programme d innovation en formation aux 1 er, 2 e et 3 e

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe, Recommandation CM/Rec(2009)4 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l éducation des Roms et des Gens du voyage en Europe (adoptée par le Comité des Ministres le 17 juin 2009, à la 1061e réunion

Plus en détail

d une gestion inclusive» qui a reçu l appui financier du Gouvernement des Pays-Bas pour la période allant de d aout 2015 à juillet 2018.

d une gestion inclusive» qui a reçu l appui financier du Gouvernement des Pays-Bas pour la période allant de d aout 2015 à juillet 2018. Termes de référence (TdRs) pour le recrutement d un formateur/mentor en genre sur la gestion des ressources naturelles dans le Paysage du Grand Virunga. 1. Contexte La Collaboration Transfrontalière du

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD ENTRE L ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES (OCDE) ET LE COMITÉ INTERNATIONAL DE COORDINATION DES

PROTOCOLE D ACCORD ENTRE L ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES (OCDE) ET LE COMITÉ INTERNATIONAL DE COORDINATION DES PROTOCOLE D ACCORD ENTRE L ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES (OCDE) ET LE COMITÉ INTERNATIONAL DE COORDINATION DES INSTITUTIONS NATIONALES DES DROITS DE L HOMME (CIC) PROTOCOLE

Plus en détail

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007 Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles COHEP, novembre 2007 Etat : Adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 14/15 novembre 2007 Table

Plus en détail

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 l Europe se mobilise Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 L action de l Union européenne Une action commune... L Union européenne met en œuvre, depuis

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 4 mai 2011 fixant le cahier des charges relatif au label national «Orientation pour tous - pôle

Plus en détail

I. INTRODUCTION UN MANAGEMENT EXTERNE RENFORCÉ

I. INTRODUCTION UN MANAGEMENT EXTERNE RENFORCÉ NOTE INFORMELLE DU BUREAU INTERNATIONAL SUR LE MANAGEMENT DU PROJET DE NOUVELLE CONSTRUCTION À LA LUMIÈRE DES RAPPORTS DU VÉRIFICATEUR EXTÉRIEUR RECUS PAR LE BUREAU INTERNATIONAL EN DATE DU 15 AVRIL 2005

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

L apprentissage : une formation en alternance

L apprentissage : une formation en alternance Formation de formateurs en alternance nouvellement recrutés de CFA-BTP Direction de la formation L apprentissage : une formation en alternance L apprentissage permet une insertion progressive des jeunes

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE

FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE FORMATION A LA COMMUNICATION ECRITE ET ORALE La formation s intitule «Développement personnel et professionnel». PUBLIC CIBLE Cette formation s adresse à toute personne qui souhaite développer ses compétences

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Brevet fédéral d informaticienne en technique des systèmes et réseaux TIC Brevet fédéral d informaticienne de gestion 1. :

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3613 Convention collective nationale IDCC : 7017. PERSONNEL DES PARCS ET JARDINS ZOOLOGIQUES PRIVÉS ACCORD

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3909 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 166 110 28 22 août mai 2009 2015 S o m m a i r e INSTITUT DE

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes GARANTIE JEUNES Luxembourg le 21 mars 2014 AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes INTRODUCTION Les membres de l EGMJ approuvent fortement la conception d une garantie

Plus en détail

FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL

FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL 1.1. POUR LE MINISTERE FRANÇAIS DE L EDUCATION NATIONALE Le MEN, utilisant son expertise technique et pédagogique, sélectionne et met à disposition du Centre

Plus en détail

Mise en valeur des ressources humaines et formation

Mise en valeur des ressources humaines et formation Conférence internationale du Travail 92 e session 2004 Rapport IV (1) Mise en valeur des ressources humaines et formation Quatrième question à l ordre du jour Bureau international du Travail Genève ISBN

Plus en détail

Séminaire de formation euro-arabe Coopération et action pour la participation démocratique des jeunes

Séminaire de formation euro-arabe Coopération et action pour la participation démocratique des jeunes DDCP-YD/JP- SOUTH (2013) 3 Budapest, 28 octobre 2013 Séminaire de formation euro-arabe Coopération et action pour la participation démocratique des jeunes 29 novembre 6 décembre 2013 Centre européen de

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Formation professionnelle TIC Suisse

Formation professionnelle TIC Suisse Formation professionnelle TIC Suisse DIRECTIVES concernant l examen professionnel de: Informaticienne / informaticien 1 en technique des systèmes et réseaux TIC Informaticienne / informaticien en développement

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Validation des acquis de l expérience

Validation des acquis de l expérience 1 Guide pour la formation professionnelle initiale 2 Impressum Editeur: Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), Berne Version: 1 Langues: d / f / i Date de publication:

Plus en détail

APPEL D OFFRES ET CAHIER DES CHARGES DU PRESTATAIRE CO-TRAITANT

APPEL D OFFRES ET CAHIER DES CHARGES DU PRESTATAIRE CO-TRAITANT 1 APPEL D OFFRES ET CAHIER DES CHARGES DU PRESTATAIRE CO-TRAITANT PROGRAMME INITIATIVE POUR L EMPLOI DES JEUNES PILOTÉ PAR LA MISSION LOCALE DU BASSIN CARCASSONNAIS Formation SST Le programme opérationnel

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1)

3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1) 3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1) 3.6.1 L Organisation doit s efforcer d appliquer les pratiques de gestion les mieux adaptées à sa mission, à son fonctionnement et à sa structure

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

ICARUS Les bonnes pratiques

ICARUS Les bonnes pratiques ICARUS Les bonnes pratiques Voici une liste des choses que nous pouvons faire pour rendre plus efficaces les actions syndicales sur les Comités d entreprise européens (CEE). 1 Actions possibles des représentants

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail

Guide d entretien de développement des seniors

Guide d entretien de développement des seniors Guide d entretien de développement des seniors 1. Introduction Ce document s inscrit dans une approche d entretiens de développement réguliers de tous les salarié(e)s de l entreprise. Il tient compte de

Plus en détail

Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement

Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement François Dandonneau, associé, Gowlings Jean M. Gagné, associé, Fasken Martineau 1, Place Ville-Marie, 37e étage

Plus en détail

ACCORD EUROPEEN SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN AGRICULTURE

ACCORD EUROPEEN SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN AGRICULTURE ACCORD EUROPEEN SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE EA(02)212X1 EN AGRICULTURE PREAMBULE L objectif stratégique de l Union européenne, fixé par le sommet de Lisbonne de mars 2000, est de devenir, d ici 2010,

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : POLITIQUE DE VALORISATION DE COTE : DG 2012-02 LA LANGUE FRANÇAISE APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration En vigueur le 16 mai 2012 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères et d origine étrangère. 1 PLAN Introduction Parcours

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

ATTENTION, UN STAGE NON RÉMUNÉRÉ EST VITE EFFECTUÉ!

ATTENTION, UN STAGE NON RÉMUNÉRÉ EST VITE EFFECTUÉ! ATTENTION, UN STAGE NON RÉMUNÉRÉ EST VITE EFFECTUÉ! 2015 Prise de position de l OGBL concernant l encadrement des stages et l amélioration de la situation des stagiaires En cas de problèmes avec ton stage

Plus en détail

Les Verts Réponse à la consultation. Avenir de la formation professionnelle neuchâteloise. Questionnaire -standard. 1.

Les Verts Réponse à la consultation. Avenir de la formation professionnelle neuchâteloise. Questionnaire -standard. 1. Les Verts Réponse à la consultation Avenir de la formation professionnelle neuchâteloise Questionnaire -standard 1.1 Entreprises a. Réactiver les entreprises autorisées à former et qui ne forment pas et

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS DE HEC MONTRÉAL Adopté par l Assemblée des professeurs et l APHEC le De façon à alléger la lecture du texte, le genre masculin est utilisé pour désigner

Plus en détail

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE) Services à la famille et Logement Manitoba Programme de garde d enfants du Manitoba Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Plus en détail

I. Rôle et fonction de l éducateur :

I. Rôle et fonction de l éducateur : La Résidence Sociale Jeune a été créée en 2002 pour recevoir des jeunes de 18 à 25 ans et plus. Elle offre 20 logements autonomes à loyers modérés. La Résidence Sociale est gérée par le PACT 04. L ADSEA

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2009/6 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 15 septembre 2009 Français Original: anglais Troisième session Doha, 9-13

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Politique d embauche du personnel étudiant (culture, loisir et vie communautaire) Titre #

Politique d embauche du personnel étudiant (culture, loisir et vie communautaire) Titre # Ville de Québec Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois dans le secteur de la culture, du loisir et de la vie communautaire dans les arrondissements Titre # Politique d embauche du

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale PROFESSIONNALISER LES ACTEURS DE LA MÉDIATION SOCIALE LES FORMATIONS 2016 Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale w w w. f r a n c e m e d i a t i o

Plus en détail

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE...3 2. CADRE LÉGAL ET JURIDIQUE...3 3. CHAMP D APPLICATION...3 4. RESPONSABILITÉS...4 4.1... Administrateur

Plus en détail

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe par Valentin Nikonov Cet article présente un modèle de système de management intégré pour les entreprises de

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Service du Personnel Recrutement Liège, le 30 janvier 2012 APPEL INTERNE et ETERNE AU CANDIDATURES

Plus en détail

Renforcement des compétences pour la Promotion de l Egalité entre les sexes en Afrique et dans les pays d Asie de l ouest

Renforcement des compétences pour la Promotion de l Egalité entre les sexes en Afrique et dans les pays d Asie de l ouest Division de la Promotion de la Femme, Département des Affaires économiques et sociales et Centre africain pour le Genre et le Développement, Commission économique pour l Afrique Renforcement des compétences

Plus en détail

HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains

HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains NATIONS UNIES HSP HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains Distr. générale 2 avril 2015 Français Original : anglais Vingt-cinquième session

Plus en détail

Programme Ressources humaines

Programme Ressources humaines No. de la directive Nb. de pages 5 Auteur: Direction des ressources humaines Approuvée par: Comité de gestion Programme Ressources humaines Titre: Programme de gestion de l assiduité au travail Entrée

Plus en détail

Management & Leadership

Management & Leadership Management & Leadership Certificat ASFC Brevet fédéral de «Spécialiste de la conduite d un groupe» «Diriger et apprendre ne sont pas dissociables.» - John F. Kennedy Case postale 259 1951 Sion Tél. 027

Plus en détail

Conseil Économique, Social et Environnemental de Lorraine Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles (CPRDFP)

Conseil Économique, Social et Environnemental de Lorraine Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles (CPRDFP) Conseil Économique, Social et Environnemental de Lorraine Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles (CPRDFP) Avis de la 2 ème Commission Séance Plénière du 24 juin 2011

Plus en détail

Chapitre 2 La reconnaissance et la validation des acquis

Chapitre 2 La reconnaissance et la validation des acquis Chapitre 2 La reconnaissance et la validation des acquis Qualifications + 14 I. Obtenir une attestation de qualifications 14 Qui est concerné? 14 Comment s y prendre? 14 Quel est le coût d une procédure?

Plus en détail

Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat

Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat Département d administration de la santé Guide pour les mentors et mentore s: Qu est-ce que le mentorat 2015 Programme de mentorat s adressant aux diplômés en administration de la santé de l Université

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Au sein d un Service météorologique et hydrologique national (SMHN) ou d un service apparenté, différents

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS POUR L ÉVALUATION D IMPACT DU PROGRAMME NATIONAL LEADERSHIP DE SERVICE 1. L Arche, qu est-ce que c est? ; «L'Arche rassemble des personnes, avec et sans déficience

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE A partir du mois d Avril, la formation s achève par un stage professionnel obligatoire d une durée minimale

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ADE06-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Éducation coopérative et autres formes d apprentissage par l expérience

RECUEIL DES POLITIQUES ADE06-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Éducation coopérative et autres formes d apprentissage par l expérience RÉSOLUTION 183-03 Date d adoption : 23 septembre 2003 En vigueur : 23 septembre 2003 À réviser avant : DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS Éducation coopérative 1. Expérience d apprentissage pratique

Plus en détail

Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements

Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements Ville de Québec Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans les services et arrondissements Titre # Politique d embauche du personnel étudiant pour les emplois généraux dans

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail