Recensement des acteurs-actions en Santé Environnement. Etat des lieux non exhaustif pour définir des pistes en Prévention Santé Environnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recensement des acteurs-actions en Santé Environnement. Etat des lieux non exhaustif pour définir des pistes en Prévention Santé Environnement"

Transcription

1 Recensement des acteurs-actions en Santé Environnement Etat des lieux non exhaustif pour définir des pistes en Prévention Santé Environnement Félicie DAVID Chargée de communication Santé-Environnement - INPES Mai 2013

2 2 Recensement des acteurs-actions en Santé environnement Etat des lieux non exhaustif pour définir des pistes en Prévention Santé Environnement PREAMBULE... 5 SANTE ENVIRONNEMENT, UN DOMAINE DE SANTE PUBLIQUE?... 6 I L ENVIRONNEMENT, UN DETERMINANT IMPORTANT DE LA SANTE L incidence de l environnement sur la santé Des pathologies directement imputables à l environnement De nombreuses incertitudes scientifiques demeurent La réduction des inégalités environnementales, un enjeu de santé majeur Cadre réglementaire Le champ des PNSE La loi de santé publique La problématique des risques environnementaux et les Français Les risques environnementaux : une préoccupation majeure Perception des risques environnementaux Caractéristique spécifique : le décalage entre perception des risques et réalité épidémiologique II CONTEXTE SE A L INPES Stratégie santé environnement Un cadre à définir Le programme Santé Environnement Historique Santé Environnement Des accidents de la vie courante à la santé environnementale Récapitulatif par thématique Positionnement de l Inpes par rapport à Santé Environnement Un champ d intervention polymorphe plus qu une thématique Une prévention investie au niveau local TOUR D HORIZON «ACTEURS ACTIONS» I MONOXYDE DE CARBONE - CO Contexte de santé publique Définition Epidémiologie Connaissances, perceptions et comportements Contexte réglementaire PNSE Textes principaux de référence Les acteurs et leurs actions Actions nationales Actions des institutions Actions vers les professionnels du bâtiment et du chauffage Actions vers les professionnels de santé Actions des organismes mutualistes et assurances Actions des entreprises privées Actions des associations Actions locales Actions des ARS (ex DRASS-DDASS) Actions en situation d urgence (AZF, Tempêtes, ) Actions vers les collectivités locales, les organismes sociaux et de santé Actions des associations Actions vers les professionnels du chauffage et du bâtiment Pistes envisagées pour la prévention CO Accompagner les acteurs locaux Faciliter la mise en œuvre d action de communication II POLLUTION DE L AIR INTERIEUR - PAI Contexte de santé publique Définition Epidémiologie... 27

3 Connaissances, perceptions et comportements Contexte réglementaire PNSE Textes principaux de référence Les acteurs et leurs actions Actions nationales Actions des Ministères Actions des agences sanitaires Actions des associations Actions vers les professionnels accueillants du public Actions de ou vers les professionnels de santé Actions vers les professionnels du bâtiment Actions des entreprises privées Actions locales Actions des ARS Actions des collectivités locales vers les professionnels vers les scolaires Actions des associations Zoom : Pollution de l air et mobilité active Pistes Prévention Pollution de l air intérieur Soutenir la mise en réseau Valoriser les actions locales III RISQUES SOLAIRES Contexte de santé publique Définition Epidémiologie Connaissances, perceptions et comportements Contexte réglementaire Plan national Cancer Textes de référence Les acteurs et leurs actions Les actions nationales Les institutions, principalement Inca Institut National du Cancer et INPES Actions des associations Professionnels de santé Actions des mutuelles Actions des entreprises privées Actions locales Actions des associations Actions des collectivités locales ZOOM Les villes engagées dans le réseau Ville-Santé OMS La Synthèse des résultats de l enquête réalisée auprès des villes du Réseau français des Villes-Santé de l OMS (2008) mais non publiée, montre qu une vingtaine de villes mènent des actions de prévention solaire Actions des mutuelles et caisses d assurance maladie Actions des associations vers le public scolaire ou centres de loisirs Actions des professionnels de la santé vers le public scolaire ou centres de loisirs Actions des mutuelles et caisses d assurance Maladie Pistes Prévention solaire Développer les partenariats pour relayer le message de proximité Collaborer plus étroitement avec les professionnels de santé Engager une réflexion pour un message sanitaire fort IV RISQUES AUDITIFS Contexte de santé publique Définition Epidémiologie Connaissances, perceptions et comportements Contexte réglementaire Plans nationaux Textes principaux de référence Les acteurs et leurs actions Actions nationales Action des institutions... 51

4 Actions des associations Action vers des professionnels de collectivités Action vers des professionnels de santé Action vers des professionnels musicaux Actions vers les scolaires Les actions locales Les Actions des ARS Actions locales à destination des collectivités Actions d'information à destination des exploitants Actions d'information à destination des riverains Action des associations Actions des collectivités Actions des mutuelles Actions des entreprises privées Pistes Prévention Risques auditifs Engager un partenariat avec les acteurs identifiés Cibler les jeunes Optimiser les actions de terrain V RADON Contexte de santé publique Définition Epidémiologie Connaissances, perceptions et comportements Contexte réglementaire PNSE Textes de référence Les acteurs et leurs actions Actions nationales Les institutions (Ministères, agences sanitaires, organismes de recherches) Actions des associations Actions des Entreprises Actions locales Actions des ARS Actions des établissements de soins Actions des collectivités locales Pistes Prévention Radon Des actions locales portées par les élus et réalisées en partenariat... 71

5 5 Préambule Ce document a été rédigé par Félicie DAVID, chargée de communication dans le cadre du programme Santé Environnement de l INPES. Le sujet Santé Environnement est traité à l Inpes depuis La finalité du présent rapport est d effectuer un état des lieux, une photographie globale des acteurs et des actions agissant tant au niveau national que local afin de pouvoir positionner l action de prévention de l Inpes au sein de ce champs d intervention complexe et en constante évolution. Les objectifs sont de recenser des acteurs et leurs actions de prévention, notamment les campagnes de communication et d en dégager des pistes pour que les futures actions puissent intégrer une adéquation nationale-locale ; autrement dit qu il y ait un bénéfice réciproque, une complémentarité entre ces deux échelles. Le recensement Acteurs Actions a été réalisé, par le biais de recherche internet et de contacts avec les acteurs entre avril et novembre Six régions ont particulièrement été rencontrées : Aquitaine, Bretagne, Ile-de-France, Nord Pas-de-Calais, Rhône-Alpes, Provence-Alpes Côtes-d Azur. Compte tenu de la multitude d actions existantes, notamment au niveau local, cette démarche de recensement n est pas exhaustive. Merci au RESE, réseau d échange en Santé Environnementale, qui administre l intranet du Ministère chargé de la Santé sur ce thème. Ce site a été une ressource essentielle pour réaliser ce document.

6 6 Santé Environnement, un domaine de santé publique? I L environnement, un déterminant important de la santé Extrait : Cahier des charges - programme SE, Inpes Elsa Stoll «La santé est un processus qui confère aux populations les moyens de réaliser leurs ambitions et de satisfaire leurs besoins, mais aussi d évoluer dans le milieu ou de s adapter à celui-ci.» (OMS, 1986) Cette définition a introduit un lien évident entre la santé et l environnement pris au sens large. Plus tard, naquit le concept de santé environnementale : «Elle recouvre les aspects de la santé humaine, y compris qualité de vie, qui sont déterminés par les facteurs physiques, biologiques, sociaux et psychosociaux de l environnement.» (OMS, 1993) 1 Le champ de la santé environnementale se caractérise par une grande diversité dans la nature des risques et la gravité des effets constatés. «Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé» 2. La santé environnementale, telle que définie dans le Plan National Santé Environnement, concerne les effets sur la santé provoqués par une exposition aux agents chimiques, physiques et biologiques présents dans les différents milieux, y compris le milieu de travail, ainsi que ceux des événements météorologiques extrêmes L incidence de l environnement sur la santé 1.1. Des pathologies directement imputables à l environnement Parmi les nombreux facteurs qui déterminent la santé humaine et le développement de pathologies, l environnement joue un rôle fondamental. La qualité des milieux (air, eau, sols), les nuisances (bruit, insalubrité ), les changements environnementaux (climatiques, UV ) sont autant d éléments qui favorisent, voire déterminent l apparition de certaines pathologies. Certaines pathologies sont indubitablement associées à l environnement. C est le cas du saturnisme qui résulte d une exposition au plomb, de la légionellose, ou encore de certains cancers comme ceux liés à l amiante. C est le cas également de la pollution atmosphérique dont les effets sur la santé sont avérés. L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime ainsi à le nombre annuel de décès anticipés liés à la pollution atmosphérique urbaine en France, en Europe (exposition à long terme à la pollution atmosphérique, toute sources confondues 4 ). Outre les effets sanitaires objectifs liés à la pollution de l environnement, la dégradation des milieux de vie constitue une gêne, un mal-être au quotidien pour la population. On peut citer l exemple du bruit dans les zones urbaines : 54% des ménages habitant une agglomération de plus de habitants se disent gênés par le bruit De nombreuses incertitudes scientifiques demeurent Pour d autres pathologies, il n existe pas de consensus au niveau scientifique sur leur origine génétique ou environnementale. La relation entre l exposition à une pollution donnée et ses effets sur la santé est difficile à établir. Les pathologies sont en effet le plus souvent la résultante d une exposition à divers facteurs, à des polluants parfois en très faibles concentrations, pendant des durées variables qui peuvent être très longues. La vulnérabilité individuelle déterminée notamment par la génétique, l âge, le sexe, l état de santé, le bien-être général, rend les individus plus ou moins 1 Extrait du Cahier d initiatives girondines n Loi N du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique. Termes repris dans la Loi constitutionnelle relative à la Charte de l environnement, qui place, désormais, les principes de sauvegarde de notre environnement au même niveau que les Droits de l Homme et du Citoyen de 1789 et les droits économiques et sociaux du préambule de Plan National Santé Environnement 2 (PNSE 2) Kunsli N, Kaiser R, Medina S et al. Public health impact of outdoor and traffic-related air pollution : european assessment. The lancet 2000 ; 356 : Mesurer la qualité de vie dans les grandes agglomérations. Insee 2002

7 7 sensibles aux différents facteurs. Il est donc difficile de déterminer avec précision les causes d une pathologie donnée, et, inversement, les conséquences sanitaires d une exposition à un facteur donné. Ceci est d autant plus marqué qu aujourd hui nous connaissons très mal les phénomènes de multi exposition ainsi que les interactions entre les différents polluants. Ainsi, comme l indique le rapport d expertise collective de l Inserm 6, commandité par l Afsset (aujourd hui ANSES), «une séparation trop tranchée entre mécanismes génétiques et environnementaux semble cependant particulièrement réductrice de nos jours».toutefois, malgré les incertitudes sur leur impact quantitatif, des actions sont nécessaires afin de réduire les impacts sur la santé des dégradations de notre environnement La réduction des inégalités environnementales, un enjeu de santé majeur Réduire les inégalités environnementales est aujourd hui un enjeu majeur, qui figure d ailleurs parmi les priorités du PNSE 2. Les inégalités environnementales peuvent être abordées selon deux grands axes : - Les inégalités en terme de vulnérabilité des individus : Les hommes ne sont pas égaux devant la maladie et la mort selon plusieurs facteurs, qu ils soient individuels (âge, santé), comportementaux, socio-économiques, environnementaux ou en terme d accès aux soins. La vulnérabilité tient compte notamment de la sensibilité des personnes aux effets d'événements néfastes et leur capacité à résister et à s'adapter. Par exemple, un enfant est plus exposé aux risques solaires qu un adulte ou encore, certains individus en situation de précarité sont davantage concernés par la pollution de l air intérieur (lieux insalubres dans lesquels on trouve de la peinture de plombs qui peuvent causer des cas de saturnisme) que des personnes qui vivent dans des lieux aux normes. Certains groupes de personnes sont clairement identifiés comme plus vulnérables face à l environnement : les enfants, femmes enceintes et femmes en âge de procréer ; les personnes atteintes de pathologies chroniques vulnérables à certains déterminants environnementaux ; les personnes vulnérables du fait de leur condition économique et sociale, avec une approche principalement portée sur l habitat indigne. - Les inégalités en terme d exposition : Il s agit ici des inégalités liées au contexte géographique de chacun. Plus précisément, certaines personnes sont davantage exposées à des nuisances environnementales du fait du milieu dans lequel elles vivent. Les quatre grandes sources d inégalités d exposition géographique sont les suivantes : accès à l eau potable et à des ressources de bonne qualité ; proximité de zones à fortes densité d activité et contaminations passées susceptibles de générer une surexposition de la population ; les nuisances liées au bruit et notamment les points noirs de bruit ; exposition à certaines substances ou agents d origine naturelle présents dans l environnement. 2. Cadre réglementaire 2.1. Le champ des PNSE En France, les nombreux plans d'action décidés ou mis en œuvre par le gouvernement ont participé à la construction du champ santé environnement. L'appréhension globale de ce champ a appelé de nouvelles méthodes de travail et une mise en réseau des acteurs intervenant aujourd'hui dans la veille, l'expertise ou l'information des publics et le dialogue avec la société. En 2003, le premier plan santé environnement (PNSE) a introduit la santé environnement dans le dispositif de sécurité sanitaire français. Le deuxième plan a été adopté en 2009, en concertation avec les parties prenantes du Grenelle de l'environnement. L élaboration des PNSE est basée sur une définition de la santé environnement qui exclut les risques relevant d un comportement individuel. Les actions ont ainsi été définies en considérant la santé environnement comme étant l ensemble des interactions entre l homme, son environnement et les 6 Inserm-Afsset, Cancer et environnement-expertise collective, octobre 2008

8 8 effets sur sa santé liés à son mode de vie (exposition professionnelle ) et à la contamination des différents milieux (eau, air, sol ). Le PNSE 1 ( ) Le PNSE a permis l émergence politique de la thématique santé environnement et sa prise en compte par l ensemble de la société. Il se déclinait en trois objectifs majeurs : Garantir un air et une eau de bonne qualité Prévenir les pathologies d origine environnementale et notamment les cancers Mieux informer le public et protéger les populations sensibles. Le PNSE 2 ( ) Le PNSE 2 s inscrit dans la continuité de PNSE 1, bénéficiant des enseignements de son évaluation à mi-parcours et de son impulsion. Il a été adopté en 2009, en concertation avec les parties prenantes du Grenelle de l'environnement. Le PNSE 2 comporte 12 actions majeures et s articule autour de deux axes majeurs : 1/ Réduire les expositions responsables de pathologies à fort impact sur la santé Cet axe se concentre sur les substances chimiques ou les agents biologiques ou physiques d origine environnementale auxquels la population est exposée via l air, l eau, l alimentation et les sols. Les principaux sous objectifs sont : Réduire les émissions de particules dans l air Réduire les émissions dans l air et dans l eau de 6 substances jugées particulièrement importantes au vu de leur toxicité et de l exposition de la population Améliorer la qualité de l air intérieur des bâtiments Développer des modes de transport respectueux de la santé Réduire les expositions aux substances cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) en milieu de travail 2/ Réduire les inégalités environnementales Le PNSE 2 a également pour objectif la prise en compte et la gestion des inégalités environnementales, c'est-à-dire la limitation des nuisances écologiques susceptibles d induire ou de renforcer des inégalités de santé. Les inégalités environnementales y sont abordées selon plusieurs axes : Les inégalités de sensibilités aux agents pathogènes en fonction de l âge : les enfants, sont particulièrement sensibles aux facteurs environnementaux Les inégalités de sensibilité aux agents pathogènes en fonction de l état de santé particulier de chacun (asthme, allergie, personne ayant déjà eu un cancer, etc.) Les inégalités liées au contexte socio-économique (résorption de l habitat indigne) Les inégalités géographiques et l inhomogénéité des altérations de l environnement sur le territoire Le Plan National Santé Environnement n a pas vocation à intégrer l ensemble des mesures prises dans le domaine de la santé environnement, ni à se substituer aux différents plans existants. Il vise à établir des priorités en matière de santé environnement en donnant une vision globale et une cohérence à l ensemble. C'est pourquoi, lorsque des plans spécifiques traitent d un sujet évoqué dans le PNSE 2 (plan chlordécone, plan radon, plans nationaux pour l inclusion et du plan d éradication de l habitat indigne ), le PNSE 2 s y réfère mais sans redétailler chacune des actions spécifiques de ces plans. Ainsi, d autres plans comportent des mesures qui peuvent avoir un rapport direct avec le PNSE : le plan cancer 7 ; le plan santé travail , le plan en faveur des personnes sourdes ou malentendantes , etc. 7 Plan national Cancer ; Rapport au président de la République. Recommandations pour le plan cancer

9 La loi de santé publique La loi de Santé publique du 9 août 2004 comporte 100 objectifs 8 dont 9 se réfèrent aux problématiques des accidents de la vie courante et de la santé environnementale, et 2 ont un lien direct avec le programme de l Inpes. L objectif 23 «Habitat» : réduire de 30 % la mortalité par intoxication au monoxyde de carbone ; L objectif 24 «Bruit» : réduire les niveaux de bruit entraînant des nuisances sonores quelles que soient leurs sources (trafic, voisinage, musiques amplifiées). A noter, cette loi évoque également l environnement par la réduction de l exposition de la population aux polluants atmosphériques : les objectif 20 et 21, hors champs du programme Inpes. Les travaux menés à l occasion du Grenelle de l environnement ont également apporté, en sus de ce cadre règlementaire, de nouvelles orientations notamment en ce qui concerne la sensibilisation des professionnels de santé aux problématiques de santé environnementale ou encore l impact des nouvelles technologies sur la qualité de vie (ex : les champs électromagnétiques via la téléphonie mobile). 3. La problématique des risques environnementaux et les Français Les problématiques environnementales représentent une source d inquiétude de plus en plus importante chez les Français. D autre part, les risques environnementaux se caractérisent par un décalage entre la perception de la population et la réalité épidémiologique Les risques environnementaux : une préoccupation majeure Depuis les années 70, l environnement n a cessé de prendre de l importance dans l esprit des Français. Ainsi, le baromètre de l IRSN 9, montre qu en 2010, malgré la crise économique et l épidémie de grippe A, les Français confirment leurs préoccupations environnementales (21%), qui se trouvent juste derrière les craintes du chômage (41%) et celles de la misère et de l exclusion (35%). Cette inquiétude grandissante au sujet des risques environnementaux s observe depuis 2006 et est en constante évolution. Le concept d environnement, est rattaché avant tout à la transmission d un patrimoine pour les générations futures (48,4%) puis à la protection de la nature (42,6 %) 10. L inquiétude croissante de la population française vis-à-vis des risques environnementaux peut sans doute s expliquer par la mise en évidence de liens avérés entre santé et environnement par les scientifiques mais aussi par l ampleur médiatique prise sur ces sujets, souvent diffusée dans un contexte de controverse. Un sentiment d information mitigé sur les risques environnementaux Des disparités importantes existent en termes de connaissance des différents risques environnementaux. Ainsi, selon le baromètre santé environnement de l Inpes, les Français ont le sentiment d être plutôt bien informés des risques sur la santé liés à la qualité de l eau du robinet, à la pollution de l air extérieur, au bruit, au monoxyde de carbone. En revanche certains thèmes comme la légionellose, les risques liés à certaines peintures au plomb, les conséquences de la pollution de l air intérieur ou la pollution des sols sont peu connus : un enquêté sur dix n a jamais entendu parler de ces thématiques. Un thème se distingue très nettement des autres : 61,9 % des Français n ont jamais entendu parler du radon. Si l on exclut la thématique du radon, près de sept personnes sur dix (67,2 %) ont déjà entendu parler de tous les sujets environnementaux listés. 6 % des Français «n ont jamais entendu parler» d au moins un tiers des sujets évoqués. Le niveau d information est fortement associé à l âge et au niveau 8 Loi N du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique 9 Baromètre IRNS, La perception des risques et de la sécurité par les Français, Baromètre santé environnement Inpes, 2007

10 10 d instruction : les personnes les moins bien informées sont surtout les jeunes de ans, et les personnes de niveau d étude inférieur au bac. Même s ils se sentent plutôt bien informés des risques sanitaires liés à l environnement, les Français ne sont pas pour autant satisfaits de l information dont ils disposent. En effet, plus d un Français sur deux (51,4 %) se déclare insatisfait de l information reçue. Ces résultats soulignent l importance de mettre à disposition du public une information davantage accessible, cohérente et compréhensible Perception des risques environnementaux En ce qui concerne la perception des risques, au final, 3 groupes se distinguent : Les risques perçus comme présentant un risque élevé pour plus de 80% de la population : l amiante est de très loin la problématique environnementale perçue comme présentant les risques les plus élevés. Viennent ensuite le monoxyde de carbone, les peintures au plomb et l exposition solaire. Il convient de noter que ces thématiques sont celles qui ont fait l objet des actions de communication les plus importantes par l ensemble des parties prenantes ; Les risques perçus comme présentant un risque élevé pour 7 Français sur 10 : les risques liés aux légionnelles, à la pollution des sols, l utilisation des produits ménagers, de bricolage, de jardinage ou au bruit ; Les risques qui divisent l opinion : la perception des risques liés à la pollution à l intérieur des habitations, la téléphonie mobile et les produits cosmétiques divisent fortement l opinion. La téléphonie mobile est par ailleurs le sujet sur lequel le public se montre le plus sceptique dans la confiance dans l expertise scientifique (la moitié des personnes interrogées ne font pas confiance aux experts) Caractéristique spécifique : le décalage entre perception des risques et réalité épidémiologique La perception des risques par les citoyens ne répond pas uniquement à des données objectives de mortalité ou de probabilité de survenue d un événement. De nombreux paramètres subjectifs interviennent, ce qui conduit parfois à un décalage entre la perception des risques que peut avoir la population et les données épidémiologiques et scientifiques disponibles. Le degré d impact individuel ou collectif des risques entre fortement en jeu, de même que le sentiment de maîtrise ou pas qu en a l individu : un risque subi sera jugé moins acceptable qu un risque assumé de plein gré, un risque crée par l Homme sera jugé moins acceptable qu un risque naturel, un risque peu connu est jugé moins acceptable qu un risque connu, un risque qui comporte une grande part d incertitude est jugé moins acceptable qu un autre risque, etc. 11 Les baromètres de l IRSN 12 montrent ainsi que les risques individuels (tabagisme, drogue, obésité, alcoolisme, accidents de la route) sont perçus comme élevés par la population car pouvant porter atteinte à l intégrité physique de la personne. Les risques dus aux pollutions diffuses (pollution de l air ou de l eau, pesticides, retombées en France de Tchernobyl, radioactivité,) ou les risques technologiques attachés à des sites identifiables (déchets radioactifs ou chimiques, installations chimiques, etc.) sont également perçus comme élevés par la population dans la mesure où ils peuvent porter atteinte à un grand nombre de personnes, de milieux naturels ou de biens et où ils constituent un risque qui leur est imposé, sans possibilité d action directe dessus. Les risques émergents comme la téléphonie mobile ou les cosmétiques, sujets à de nombreuses polémiques, ont quant à eux tendance à diviser l opinion. 11 Cahier des charges - programme SE, Inpes Elsa Stoll 12 Baromètre IRSN La perception des risques et de la sécurité par les Français. Résultats d ensemble. Fontenay-aux-Roses, rapport IRSN-DSDRE n 12, Juillet 2009

11 11 Un des rôles de prévention en Santé environnement de l Inpes est d inciter et de favoriser le changement de comportements pour créer des environnements favorable à la santé via des campagnes d informations, des actions de sensibilisation (actions locales, formation, ). II Contexte SE à l Inpes 1. Stratégie santé environnement 1.1. Un cadre à définir Extrait : Cahier des charges - programme SE, Inpes Elsa Stoll L étendue du champ de la santé environnementale est très large et ne permet pas à l Inpes d aborder tous les types de risques. Il a été nécessaire de prioriser pour les actions de prévention à mener en fonction des données épidémiologiques disponibles et des priorités de santé publique identifiées dans la Loi de santé publique et des plans nationaux. D autre part, si la santé environnementale recouvre de multiples thématiques, les thèmes abordés au sein de l INPES se doivent d être en adéquation avec les missions et prérogatives qui lui incombent. Suite à une réorganisation, la direction des programmes a été créée au sein de l Inpes. Elle est organisée en différents pôles répartis selon différentes thématiques. Les risques environnementaux sont rattachés au pôle «Promotion de la santé environnementale, maladies infectieuses et urgences sanitaires» Le programme Santé Environnement Les actions de préventions menées par l Inpes correspondent à trois axes stratégiques qui ont été retenus afin de définir le programme santé environnement de l Institut. Axe 1 : Promouvoir un habitat «sûr» et «sain» L Homme passe en moyenne 70 à 90% de son temps en milieu intérieur, et notamment au sein de son logement. Le temps passé à l intérieur du domicile est d autant plus long aux stades de la vie où l on est le plus vulnérable, c est-à-dire aux âges les plus jeunes et les plus avancés. Le domicile constitue un lieu particulièrement à risque, que soit en terme accidentel ou environnemental (concentration de polluants : produits chimiques, allergènes, etc.). Une bonne hygiène de l habitat en général permet dans une certaine mesure de limiter la propagation des virus et l exposition à certains polluants. Exemples de thématiques : La pollution de l air intérieur, Le monoxyde de carbone Axe 2 : Prévenir les risques sanitaires liés aux activités quotidiennes et de loisirs L exposition quotidienne et la diversification des activités de loisirs exposent la population à de nombreux risques pour sa santé. Leur réduction constitue une priorité pour l Inpes. Exemples de thématiques : L exposition à la musique amplifiée chez les jeunes, les risques liés à l exposition aux UV. Axe 3 : Les nouvelles problématiques traitées en santé environnementale Certaines problématiques dans le domaine de la santé environnementale prennent rapidement de l importance pour différentes raisons : développements technologiques rapides qui peuvent engendrer des risques pour la santé, incertitudes scientifiques dont se saisit l opinion publique, mise à l agenda politique de certains sujets, etc. La prise en compte de ces sujets émergents est nécessaire en terme de prévention. Exemples de thématiques : les ondes électromagnétiques des téléphones portables, les substances chimiques Parallèlement à ces trois objectifs, un certain nombre d axes transversaux sont conduits afin de sensibiliser la population à ces problématiques et de développer les connaissances.

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14 Diagnostic stratégique Programme 2012-14 Version 5, lundi 11 avril 2011 1 Diagnostic stratégique Rappel de l objectif Première étape de l élaboration d une programmation pluriannuelle, parfois appelée

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

Atelier santé et précarité énergétique n 2 ARENE - 3 février 2015

Atelier santé et précarité énergétique n 2 ARENE - 3 février 2015 PRSE3 & précarité énergétique Atelier santé et précarité énergétique n 2 ARENE - 3 février 2015 Sommaire 1. Avancement et bilan du PRSE 2 2. Adoption du PNSE3 : élaboration & axes principaux 3. Déclinaison

Plus en détail

Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013

Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013 Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013 L impact sanitaire d un habitat dégradé ou inadéquat XX/XX/XX La santé environnementale dans les ARS = évaluer, prévenir et gérer les risques sanitaires associés

Plus en détail

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Le baromètre des «professionnels du développement durable au sein des» est la première enquête nationale réalisée avec eux

Plus en détail

CONTEXTE SANTE ENVIRONNEMENT

CONTEXTE SANTE ENVIRONNEMENT CONTEXTE SANTE ENVIRONNEMENT Séverine KIRCHNER Société de Médecine et de Santé au Travail Dauphiné-Savoie 18 Annecy, 18 PAGE 1 Plan National Santé-Environnement 2009-2013 Plan national (PNSE 2) publié

Plus en détail

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?»

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Nombre de réponses Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Erwan Le Goff Doctorant en Géographie aménagement de l espace UMR 9 CNRS Espaces

Plus en détail

Qualité de l'air intérieur : quels enjeux pour les collectivités locales?

Qualité de l'air intérieur : quels enjeux pour les collectivités locales? Qualité de l'air intérieur : quels enjeux pour les collectivités locales? Olivier Blanchard, EHESP Corinne Mandin, CSTB Page 1 Plan de l exposé La qualité de l air intérieur : quels enjeux? L OQAI en bref

Plus en détail

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS.

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Francine MORAT-VUONG Boulogne-Billancourt Vice-présidente du réseau français des villes santé de l OMS. LES VILLES S IMPLIQUENT

Plus en détail

Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque "VERS UN MONDE SANS TABAC" Paris, le 29 mai 2015

Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque VERS UN MONDE SANS TABAC Paris, le 29 mai 2015 Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque "VERS UN MONDE SANS TABAC" Paris, le 29 mai 2015 Quelle démarche adoptée en Ile-de- France? Pourquoi l ARS Ile-de-France décline-t-elle le PNRT? Comment

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

(Texte non paru au Journal officiel)

(Texte non paru au Journal officiel) Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Direction générale de la prévention des risques RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Intoxications au monoxyde de carbone : prudence

Intoxications au monoxyde de carbone : prudence Communiqué de presse Intoxications au monoxyde de carbone : prudence Le monoxyde de carbone est un gaz asphyxiant indétectable : il est invisible, inodore et non irritant. Il résulte d une mauvaise combustion

Plus en détail

Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola. Service d information du Gouvernement

Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola. Service d information du Gouvernement Fiche 1F0 Plan de communication gouvernementale sur le virus Ebola Service d information du Gouvernement Le dispositif interministériel de communication coordonné doit permettre de répondre aux objectifs

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Dr Patricia Saraux-Salaün Xavier Samson Mission santé publique, Ville de Nantes Dr Anne

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale

Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale APPEL A PROJETS ACTIONS EN SANTE-ENVIRONNEMENT Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale Cahier des charges I. PREAMBULE La population française est de plus

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction générale de la sécurité

Plus en détail

Qualité de l air intérieur : enjeux sanitaires et réglementation

Qualité de l air intérieur : enjeux sanitaires et réglementation Qualité de l air intérieur : enjeux sanitaires et réglementation Hubert Boulanger ARS Lorraine Marylise Fleury DREAL Lorraine 1 Plan I) Enjeux sanitaires et principaux polluants II) Résultats de la campagne

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail Départemental. Programme annuel de prévention départemental 2015-2016

Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail Départemental. Programme annuel de prévention départemental 2015-2016 Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail Départemental Programme annuel de prévention départemental 2015-2016 Le programme annuel de prévention intègre les orientations stratégiques qui

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Prévention des intoxications Entretien des chaudières

Prévention des intoxications Entretien des chaudières Journée Information «Monoxyde de Carbone» 18 juin 2012 Clermont-Ferrand Prévention des intoxications Entretien des chaudières Textes réglementaires et pratiques des professionnels Ministère de l'écologie,

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

Dossier de presse. L Anses lance son nouveau site Internet

Dossier de presse. L Anses lance son nouveau site Internet Dossier de presse L Anses lance son nouveau site Internet Diffuser-Expliquer-Partager www.anses.fr Contact presse : Elena Séité 01 49 77 27 80 elena.seite@anses.fr www.anses.fr Sommaire : L Anses lance

Plus en détail

Connaître la qualité de l air intérieur

Connaître la qualité de l air intérieur Connaître la qualité de l air intérieur L Observatoire de la Qualité de l Air Intérieur Comment savoir si l air que nous respirons chez nous, au travail, à l école, dans les salles de sport, etc. est de

Plus en détail

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R.

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R. PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE Année 2014 Le programme annuel de prévention académique 2014 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques ministérielles de l éducation nationale,

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

AVIS DE LA REGION BRETAGNE SUR LE PROJET DE PROGRAMME REGIONAL SANTE ENVIRONNEMENT (PRSE) 2011-2015

AVIS DE LA REGION BRETAGNE SUR LE PROJET DE PROGRAMME REGIONAL SANTE ENVIRONNEMENT (PRSE) 2011-2015 Direction de l aménagement, des politiques territoriales, des solidarités et des services publics Service du développement territorial 5 ième réunion 16 et 17 décembre 2010 AVIS DE LA REGION BRETAGNE SUR

Plus en détail

Le PRSE2 Rhône-Alpes. CoTITA Centre-Est - 14 juin 2012 Bruno Fabres, ARS Rhône-Alpes Yves Eprinchard, DREAL Rhône-Alpes

Le PRSE2 Rhône-Alpes. CoTITA Centre-Est - 14 juin 2012 Bruno Fabres, ARS Rhône-Alpes Yves Eprinchard, DREAL Rhône-Alpes Le PRSE2 Rhône-Alpes CoTITA Centre-Est - 14 juin 2012 Bruno Fabres, ARS Rhône-Alpes Yves Eprinchard, DREAL Rhône-Alpes Santé Environnement Ensemble des interactions entre l homme et son environnement,

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Service communication ARS Aquitaine Véronique Séguy / Séverine Huguet 05 57 01 44 13/14 veronique.seguy@ars.sante.fr / severine.huguet@ars.sante.

Service communication ARS Aquitaine Véronique Séguy / Séverine Huguet 05 57 01 44 13/14 veronique.seguy@ars.sante.fr / severine.huguet@ars.sante. «Les intoxications au monoxyde de carbone concernent tout le monde. Les bons gestes de prévention aussi.» Dossier de presse Novembre 2012 CONTACT PRESSE Service communication ARS Aquitaine Véronique Séguy

Plus en détail

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces

Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces Le Responsible Care, une démarche accessible aux PME - PMI: Les 9 principes du Responsible Care illustrés par des actions simples et efficaces 1 Origine du Responsible Care Démarche volontaire de l'industrie

Plus en détail

LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2013

LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2013 Le mardi 9 avril 2013 LE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE ORLEANS-TOURS 2013 Le programme annuel de prévention 2013 pour l académie d Orléans-Tours a été rédigé en s appuyant sur les orientations

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti SPPPI PACA Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti Constat : des obstacles à la mise en œuvre des mesures PPRT - des aspects sociaux et habitat

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Evaluation d Impact Santé Cas du réaménagement de la Friche Saint Sauveur 29 Janvier 2015 Journée d échange sur les EIS Inpes, EHESP et CNFPT Delphine Forestier Service des Risques Urbains et Sanitaires

Plus en détail

Les actions en environnement santé : quelles priorités pour la Région?

Les actions en environnement santé : quelles priorités pour la Région? Le 27 mars 2006. IW/06/AcChô.009 AT/RB/KT/OL 12.776 signes Pour accord site Les actions en environnement santé : quelles priorités pour la Région? Jean-Louis Canieau Comme le dit un vieux proverbe chinois

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

L air un capital commun

L air un capital commun L air un capital commun devenez partenaire page 3 Édito Édito page 4 Nos missions, nos moyens page 5 Nos champs d action page 6 Concertation et partenariat surveillance dispositifs et protocoles page 7

Plus en détail

Mutualité Française Ile-de-France

Mutualité Française Ile-de-France Mutualité Française Ile-de-France Représentation régionale de la Fédération Nationale de la Mutualité Française Acteur de l économie sociale et solidaire 280 mutuelles adhérentes 5.5 millions de personnes

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Présentation du CoDES 13

Présentation du CoDES 13 Présentation du CoDES 13 Le réseau des Comités d EpS!L INPES!La FNES!Le CRES PACA!Le CoDES 13 Missions du Comité! Accueil et documentation du public! Conseil en méthodologie et aide à l élaboration de

Plus en détail

Plan d action développement durable 2014-2016

Plan d action développement durable 2014-2016 Plan d action développement durable 2014-2016 Orientations 1. Informer, sensibiliser, éduquer, innover (information/éducatio n et formation / recherche et innovation). ORIENTATION PRIORITAIRE 1. Mieux

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DU REPRESENTANT DU PERSONNEL AU CHSCT (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Annexe 8 Référentiel de formation

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007 La charte pour l environnement au niveau local : enjeux et rôles des actions de communication et de sensibilisation CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011 VARENIO

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Roche Diagnostics France Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

RÉCUPÉRATION DE LA CHALEUR DES RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT

RÉCUPÉRATION DE LA CHALEUR DES RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT Imprimé sur papier composé de 60 % de fibres recyclées, 40 % de fibres vierge RÉCUPÉRATION DE LA CHALEUR DES RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT AU CŒUR DES VILLES, UN CHAUFFAGE ÉCOLOGIQUE À PARTIR DU RÉSEAU D ASSAINISSEMENT,

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Direction générale de la santé. Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités

Direction générale de la santé. Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités Direction générale de la santé Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités Téléchargeable à l adresse suivante : http://www.sante.gouv.fr/programme-national-nutrition-sante-2011-2015.html 2 Nutrition : le

Plus en détail

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Habitat et vieillissement La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Diagnostic autonomie et vieillissement Colloque FREGIF Paris Page 1 Le CSTB : au service la qualité et de la sécurité de la

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 juin 2012. PROPOSITION DE LOI visant à renforcer les pouvoirs du

Plus en détail

BRIANÇON VILLE - SANTÉ OMS Mai 2010

BRIANÇON VILLE - SANTÉ OMS Mai 2010 BRIANÇON VILLE - SANTÉ OMS Mai 2010 BRIANÇON LA VILLE QUI GRIMPE BRIANÇON BRIANÇON VILLE-SANTE OMS LES DETERMINANTS SOCIAUX DE LA SANTÉ BRIANÇON VILLE-SANTE OMS La santé concerne les soignants mais aussi

Plus en détail

Prévenir les nuisances futures

Prévenir les nuisances futures 4877 Prévenir les nuisances futures BILAN D ACTIVITÉ 2000 q 2005 50 51 52 53 54 Sensibiliser les professionnels aux nuisances sonores Réviser les Plans d Exposition au Bruit (PEB) Créer une zone D Réfléchir

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

DREAL PACA 17 octobre 2013

DREAL PACA 17 octobre 2013 PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT DREAL PACA 17 octobre 2013 Plan de rénovation énergétique de l Habitat En réponse : aux difficultés de logement à un secteur de la construction durement impacté

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail