Recensement des acteurs-actions en Santé Environnement. Etat des lieux non exhaustif pour définir des pistes en Prévention Santé Environnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recensement des acteurs-actions en Santé Environnement. Etat des lieux non exhaustif pour définir des pistes en Prévention Santé Environnement"

Transcription

1 Recensement des acteurs-actions en Santé Environnement Etat des lieux non exhaustif pour définir des pistes en Prévention Santé Environnement Félicie DAVID Chargée de communication Santé-Environnement - INPES Mai 2013

2 2 Recensement des acteurs-actions en Santé environnement Etat des lieux non exhaustif pour définir des pistes en Prévention Santé Environnement PREAMBULE... 5 SANTE ENVIRONNEMENT, UN DOMAINE DE SANTE PUBLIQUE?... 6 I L ENVIRONNEMENT, UN DETERMINANT IMPORTANT DE LA SANTE L incidence de l environnement sur la santé Des pathologies directement imputables à l environnement De nombreuses incertitudes scientifiques demeurent La réduction des inégalités environnementales, un enjeu de santé majeur Cadre réglementaire Le champ des PNSE La loi de santé publique La problématique des risques environnementaux et les Français Les risques environnementaux : une préoccupation majeure Perception des risques environnementaux Caractéristique spécifique : le décalage entre perception des risques et réalité épidémiologique II CONTEXTE SE A L INPES Stratégie santé environnement Un cadre à définir Le programme Santé Environnement Historique Santé Environnement Des accidents de la vie courante à la santé environnementale Récapitulatif par thématique Positionnement de l Inpes par rapport à Santé Environnement Un champ d intervention polymorphe plus qu une thématique Une prévention investie au niveau local TOUR D HORIZON «ACTEURS ACTIONS» I MONOXYDE DE CARBONE - CO Contexte de santé publique Définition Epidémiologie Connaissances, perceptions et comportements Contexte réglementaire PNSE Textes principaux de référence Les acteurs et leurs actions Actions nationales Actions des institutions Actions vers les professionnels du bâtiment et du chauffage Actions vers les professionnels de santé Actions des organismes mutualistes et assurances Actions des entreprises privées Actions des associations Actions locales Actions des ARS (ex DRASS-DDASS) Actions en situation d urgence (AZF, Tempêtes, ) Actions vers les collectivités locales, les organismes sociaux et de santé Actions des associations Actions vers les professionnels du chauffage et du bâtiment Pistes envisagées pour la prévention CO Accompagner les acteurs locaux Faciliter la mise en œuvre d action de communication II POLLUTION DE L AIR INTERIEUR - PAI Contexte de santé publique Définition Epidémiologie... 27

3 Connaissances, perceptions et comportements Contexte réglementaire PNSE Textes principaux de référence Les acteurs et leurs actions Actions nationales Actions des Ministères Actions des agences sanitaires Actions des associations Actions vers les professionnels accueillants du public Actions de ou vers les professionnels de santé Actions vers les professionnels du bâtiment Actions des entreprises privées Actions locales Actions des ARS Actions des collectivités locales vers les professionnels vers les scolaires Actions des associations Zoom : Pollution de l air et mobilité active Pistes Prévention Pollution de l air intérieur Soutenir la mise en réseau Valoriser les actions locales III RISQUES SOLAIRES Contexte de santé publique Définition Epidémiologie Connaissances, perceptions et comportements Contexte réglementaire Plan national Cancer Textes de référence Les acteurs et leurs actions Les actions nationales Les institutions, principalement Inca Institut National du Cancer et INPES Actions des associations Professionnels de santé Actions des mutuelles Actions des entreprises privées Actions locales Actions des associations Actions des collectivités locales ZOOM Les villes engagées dans le réseau Ville-Santé OMS La Synthèse des résultats de l enquête réalisée auprès des villes du Réseau français des Villes-Santé de l OMS (2008) mais non publiée, montre qu une vingtaine de villes mènent des actions de prévention solaire Actions des mutuelles et caisses d assurance maladie Actions des associations vers le public scolaire ou centres de loisirs Actions des professionnels de la santé vers le public scolaire ou centres de loisirs Actions des mutuelles et caisses d assurance Maladie Pistes Prévention solaire Développer les partenariats pour relayer le message de proximité Collaborer plus étroitement avec les professionnels de santé Engager une réflexion pour un message sanitaire fort IV RISQUES AUDITIFS Contexte de santé publique Définition Epidémiologie Connaissances, perceptions et comportements Contexte réglementaire Plans nationaux Textes principaux de référence Les acteurs et leurs actions Actions nationales Action des institutions... 51

4 Actions des associations Action vers des professionnels de collectivités Action vers des professionnels de santé Action vers des professionnels musicaux Actions vers les scolaires Les actions locales Les Actions des ARS Actions locales à destination des collectivités Actions d'information à destination des exploitants Actions d'information à destination des riverains Action des associations Actions des collectivités Actions des mutuelles Actions des entreprises privées Pistes Prévention Risques auditifs Engager un partenariat avec les acteurs identifiés Cibler les jeunes Optimiser les actions de terrain V RADON Contexte de santé publique Définition Epidémiologie Connaissances, perceptions et comportements Contexte réglementaire PNSE Textes de référence Les acteurs et leurs actions Actions nationales Les institutions (Ministères, agences sanitaires, organismes de recherches) Actions des associations Actions des Entreprises Actions locales Actions des ARS Actions des établissements de soins Actions des collectivités locales Pistes Prévention Radon Des actions locales portées par les élus et réalisées en partenariat... 71

5 5 Préambule Ce document a été rédigé par Félicie DAVID, chargée de communication dans le cadre du programme Santé Environnement de l INPES. Le sujet Santé Environnement est traité à l Inpes depuis La finalité du présent rapport est d effectuer un état des lieux, une photographie globale des acteurs et des actions agissant tant au niveau national que local afin de pouvoir positionner l action de prévention de l Inpes au sein de ce champs d intervention complexe et en constante évolution. Les objectifs sont de recenser des acteurs et leurs actions de prévention, notamment les campagnes de communication et d en dégager des pistes pour que les futures actions puissent intégrer une adéquation nationale-locale ; autrement dit qu il y ait un bénéfice réciproque, une complémentarité entre ces deux échelles. Le recensement Acteurs Actions a été réalisé, par le biais de recherche internet et de contacts avec les acteurs entre avril et novembre Six régions ont particulièrement été rencontrées : Aquitaine, Bretagne, Ile-de-France, Nord Pas-de-Calais, Rhône-Alpes, Provence-Alpes Côtes-d Azur. Compte tenu de la multitude d actions existantes, notamment au niveau local, cette démarche de recensement n est pas exhaustive. Merci au RESE, réseau d échange en Santé Environnementale, qui administre l intranet du Ministère chargé de la Santé sur ce thème. Ce site a été une ressource essentielle pour réaliser ce document.

6 6 Santé Environnement, un domaine de santé publique? I L environnement, un déterminant important de la santé Extrait : Cahier des charges - programme SE, Inpes Elsa Stoll «La santé est un processus qui confère aux populations les moyens de réaliser leurs ambitions et de satisfaire leurs besoins, mais aussi d évoluer dans le milieu ou de s adapter à celui-ci.» (OMS, 1986) Cette définition a introduit un lien évident entre la santé et l environnement pris au sens large. Plus tard, naquit le concept de santé environnementale : «Elle recouvre les aspects de la santé humaine, y compris qualité de vie, qui sont déterminés par les facteurs physiques, biologiques, sociaux et psychosociaux de l environnement.» (OMS, 1993) 1 Le champ de la santé environnementale se caractérise par une grande diversité dans la nature des risques et la gravité des effets constatés. «Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé» 2. La santé environnementale, telle que définie dans le Plan National Santé Environnement, concerne les effets sur la santé provoqués par une exposition aux agents chimiques, physiques et biologiques présents dans les différents milieux, y compris le milieu de travail, ainsi que ceux des événements météorologiques extrêmes L incidence de l environnement sur la santé 1.1. Des pathologies directement imputables à l environnement Parmi les nombreux facteurs qui déterminent la santé humaine et le développement de pathologies, l environnement joue un rôle fondamental. La qualité des milieux (air, eau, sols), les nuisances (bruit, insalubrité ), les changements environnementaux (climatiques, UV ) sont autant d éléments qui favorisent, voire déterminent l apparition de certaines pathologies. Certaines pathologies sont indubitablement associées à l environnement. C est le cas du saturnisme qui résulte d une exposition au plomb, de la légionellose, ou encore de certains cancers comme ceux liés à l amiante. C est le cas également de la pollution atmosphérique dont les effets sur la santé sont avérés. L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime ainsi à le nombre annuel de décès anticipés liés à la pollution atmosphérique urbaine en France, en Europe (exposition à long terme à la pollution atmosphérique, toute sources confondues 4 ). Outre les effets sanitaires objectifs liés à la pollution de l environnement, la dégradation des milieux de vie constitue une gêne, un mal-être au quotidien pour la population. On peut citer l exemple du bruit dans les zones urbaines : 54% des ménages habitant une agglomération de plus de habitants se disent gênés par le bruit De nombreuses incertitudes scientifiques demeurent Pour d autres pathologies, il n existe pas de consensus au niveau scientifique sur leur origine génétique ou environnementale. La relation entre l exposition à une pollution donnée et ses effets sur la santé est difficile à établir. Les pathologies sont en effet le plus souvent la résultante d une exposition à divers facteurs, à des polluants parfois en très faibles concentrations, pendant des durées variables qui peuvent être très longues. La vulnérabilité individuelle déterminée notamment par la génétique, l âge, le sexe, l état de santé, le bien-être général, rend les individus plus ou moins 1 Extrait du Cahier d initiatives girondines n Loi N du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique. Termes repris dans la Loi constitutionnelle relative à la Charte de l environnement, qui place, désormais, les principes de sauvegarde de notre environnement au même niveau que les Droits de l Homme et du Citoyen de 1789 et les droits économiques et sociaux du préambule de Plan National Santé Environnement 2 (PNSE 2) Kunsli N, Kaiser R, Medina S et al. Public health impact of outdoor and traffic-related air pollution : european assessment. The lancet 2000 ; 356 : Mesurer la qualité de vie dans les grandes agglomérations. Insee 2002

7 7 sensibles aux différents facteurs. Il est donc difficile de déterminer avec précision les causes d une pathologie donnée, et, inversement, les conséquences sanitaires d une exposition à un facteur donné. Ceci est d autant plus marqué qu aujourd hui nous connaissons très mal les phénomènes de multi exposition ainsi que les interactions entre les différents polluants. Ainsi, comme l indique le rapport d expertise collective de l Inserm 6, commandité par l Afsset (aujourd hui ANSES), «une séparation trop tranchée entre mécanismes génétiques et environnementaux semble cependant particulièrement réductrice de nos jours».toutefois, malgré les incertitudes sur leur impact quantitatif, des actions sont nécessaires afin de réduire les impacts sur la santé des dégradations de notre environnement La réduction des inégalités environnementales, un enjeu de santé majeur Réduire les inégalités environnementales est aujourd hui un enjeu majeur, qui figure d ailleurs parmi les priorités du PNSE 2. Les inégalités environnementales peuvent être abordées selon deux grands axes : - Les inégalités en terme de vulnérabilité des individus : Les hommes ne sont pas égaux devant la maladie et la mort selon plusieurs facteurs, qu ils soient individuels (âge, santé), comportementaux, socio-économiques, environnementaux ou en terme d accès aux soins. La vulnérabilité tient compte notamment de la sensibilité des personnes aux effets d'événements néfastes et leur capacité à résister et à s'adapter. Par exemple, un enfant est plus exposé aux risques solaires qu un adulte ou encore, certains individus en situation de précarité sont davantage concernés par la pollution de l air intérieur (lieux insalubres dans lesquels on trouve de la peinture de plombs qui peuvent causer des cas de saturnisme) que des personnes qui vivent dans des lieux aux normes. Certains groupes de personnes sont clairement identifiés comme plus vulnérables face à l environnement : les enfants, femmes enceintes et femmes en âge de procréer ; les personnes atteintes de pathologies chroniques vulnérables à certains déterminants environnementaux ; les personnes vulnérables du fait de leur condition économique et sociale, avec une approche principalement portée sur l habitat indigne. - Les inégalités en terme d exposition : Il s agit ici des inégalités liées au contexte géographique de chacun. Plus précisément, certaines personnes sont davantage exposées à des nuisances environnementales du fait du milieu dans lequel elles vivent. Les quatre grandes sources d inégalités d exposition géographique sont les suivantes : accès à l eau potable et à des ressources de bonne qualité ; proximité de zones à fortes densité d activité et contaminations passées susceptibles de générer une surexposition de la population ; les nuisances liées au bruit et notamment les points noirs de bruit ; exposition à certaines substances ou agents d origine naturelle présents dans l environnement. 2. Cadre réglementaire 2.1. Le champ des PNSE En France, les nombreux plans d'action décidés ou mis en œuvre par le gouvernement ont participé à la construction du champ santé environnement. L'appréhension globale de ce champ a appelé de nouvelles méthodes de travail et une mise en réseau des acteurs intervenant aujourd'hui dans la veille, l'expertise ou l'information des publics et le dialogue avec la société. En 2003, le premier plan santé environnement (PNSE) a introduit la santé environnement dans le dispositif de sécurité sanitaire français. Le deuxième plan a été adopté en 2009, en concertation avec les parties prenantes du Grenelle de l'environnement. L élaboration des PNSE est basée sur une définition de la santé environnement qui exclut les risques relevant d un comportement individuel. Les actions ont ainsi été définies en considérant la santé environnement comme étant l ensemble des interactions entre l homme, son environnement et les 6 Inserm-Afsset, Cancer et environnement-expertise collective, octobre 2008

8 8 effets sur sa santé liés à son mode de vie (exposition professionnelle ) et à la contamination des différents milieux (eau, air, sol ). Le PNSE 1 ( ) Le PNSE a permis l émergence politique de la thématique santé environnement et sa prise en compte par l ensemble de la société. Il se déclinait en trois objectifs majeurs : Garantir un air et une eau de bonne qualité Prévenir les pathologies d origine environnementale et notamment les cancers Mieux informer le public et protéger les populations sensibles. Le PNSE 2 ( ) Le PNSE 2 s inscrit dans la continuité de PNSE 1, bénéficiant des enseignements de son évaluation à mi-parcours et de son impulsion. Il a été adopté en 2009, en concertation avec les parties prenantes du Grenelle de l'environnement. Le PNSE 2 comporte 12 actions majeures et s articule autour de deux axes majeurs : 1/ Réduire les expositions responsables de pathologies à fort impact sur la santé Cet axe se concentre sur les substances chimiques ou les agents biologiques ou physiques d origine environnementale auxquels la population est exposée via l air, l eau, l alimentation et les sols. Les principaux sous objectifs sont : Réduire les émissions de particules dans l air Réduire les émissions dans l air et dans l eau de 6 substances jugées particulièrement importantes au vu de leur toxicité et de l exposition de la population Améliorer la qualité de l air intérieur des bâtiments Développer des modes de transport respectueux de la santé Réduire les expositions aux substances cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) en milieu de travail 2/ Réduire les inégalités environnementales Le PNSE 2 a également pour objectif la prise en compte et la gestion des inégalités environnementales, c'est-à-dire la limitation des nuisances écologiques susceptibles d induire ou de renforcer des inégalités de santé. Les inégalités environnementales y sont abordées selon plusieurs axes : Les inégalités de sensibilités aux agents pathogènes en fonction de l âge : les enfants, sont particulièrement sensibles aux facteurs environnementaux Les inégalités de sensibilité aux agents pathogènes en fonction de l état de santé particulier de chacun (asthme, allergie, personne ayant déjà eu un cancer, etc.) Les inégalités liées au contexte socio-économique (résorption de l habitat indigne) Les inégalités géographiques et l inhomogénéité des altérations de l environnement sur le territoire Le Plan National Santé Environnement n a pas vocation à intégrer l ensemble des mesures prises dans le domaine de la santé environnement, ni à se substituer aux différents plans existants. Il vise à établir des priorités en matière de santé environnement en donnant une vision globale et une cohérence à l ensemble. C'est pourquoi, lorsque des plans spécifiques traitent d un sujet évoqué dans le PNSE 2 (plan chlordécone, plan radon, plans nationaux pour l inclusion et du plan d éradication de l habitat indigne ), le PNSE 2 s y réfère mais sans redétailler chacune des actions spécifiques de ces plans. Ainsi, d autres plans comportent des mesures qui peuvent avoir un rapport direct avec le PNSE : le plan cancer 7 ; le plan santé travail , le plan en faveur des personnes sourdes ou malentendantes , etc. 7 Plan national Cancer ; Rapport au président de la République. Recommandations pour le plan cancer

9 La loi de santé publique La loi de Santé publique du 9 août 2004 comporte 100 objectifs 8 dont 9 se réfèrent aux problématiques des accidents de la vie courante et de la santé environnementale, et 2 ont un lien direct avec le programme de l Inpes. L objectif 23 «Habitat» : réduire de 30 % la mortalité par intoxication au monoxyde de carbone ; L objectif 24 «Bruit» : réduire les niveaux de bruit entraînant des nuisances sonores quelles que soient leurs sources (trafic, voisinage, musiques amplifiées). A noter, cette loi évoque également l environnement par la réduction de l exposition de la population aux polluants atmosphériques : les objectif 20 et 21, hors champs du programme Inpes. Les travaux menés à l occasion du Grenelle de l environnement ont également apporté, en sus de ce cadre règlementaire, de nouvelles orientations notamment en ce qui concerne la sensibilisation des professionnels de santé aux problématiques de santé environnementale ou encore l impact des nouvelles technologies sur la qualité de vie (ex : les champs électromagnétiques via la téléphonie mobile). 3. La problématique des risques environnementaux et les Français Les problématiques environnementales représentent une source d inquiétude de plus en plus importante chez les Français. D autre part, les risques environnementaux se caractérisent par un décalage entre la perception de la population et la réalité épidémiologique Les risques environnementaux : une préoccupation majeure Depuis les années 70, l environnement n a cessé de prendre de l importance dans l esprit des Français. Ainsi, le baromètre de l IRSN 9, montre qu en 2010, malgré la crise économique et l épidémie de grippe A, les Français confirment leurs préoccupations environnementales (21%), qui se trouvent juste derrière les craintes du chômage (41%) et celles de la misère et de l exclusion (35%). Cette inquiétude grandissante au sujet des risques environnementaux s observe depuis 2006 et est en constante évolution. Le concept d environnement, est rattaché avant tout à la transmission d un patrimoine pour les générations futures (48,4%) puis à la protection de la nature (42,6 %) 10. L inquiétude croissante de la population française vis-à-vis des risques environnementaux peut sans doute s expliquer par la mise en évidence de liens avérés entre santé et environnement par les scientifiques mais aussi par l ampleur médiatique prise sur ces sujets, souvent diffusée dans un contexte de controverse. Un sentiment d information mitigé sur les risques environnementaux Des disparités importantes existent en termes de connaissance des différents risques environnementaux. Ainsi, selon le baromètre santé environnement de l Inpes, les Français ont le sentiment d être plutôt bien informés des risques sur la santé liés à la qualité de l eau du robinet, à la pollution de l air extérieur, au bruit, au monoxyde de carbone. En revanche certains thèmes comme la légionellose, les risques liés à certaines peintures au plomb, les conséquences de la pollution de l air intérieur ou la pollution des sols sont peu connus : un enquêté sur dix n a jamais entendu parler de ces thématiques. Un thème se distingue très nettement des autres : 61,9 % des Français n ont jamais entendu parler du radon. Si l on exclut la thématique du radon, près de sept personnes sur dix (67,2 %) ont déjà entendu parler de tous les sujets environnementaux listés. 6 % des Français «n ont jamais entendu parler» d au moins un tiers des sujets évoqués. Le niveau d information est fortement associé à l âge et au niveau 8 Loi N du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique 9 Baromètre IRNS, La perception des risques et de la sécurité par les Français, Baromètre santé environnement Inpes, 2007

10 10 d instruction : les personnes les moins bien informées sont surtout les jeunes de ans, et les personnes de niveau d étude inférieur au bac. Même s ils se sentent plutôt bien informés des risques sanitaires liés à l environnement, les Français ne sont pas pour autant satisfaits de l information dont ils disposent. En effet, plus d un Français sur deux (51,4 %) se déclare insatisfait de l information reçue. Ces résultats soulignent l importance de mettre à disposition du public une information davantage accessible, cohérente et compréhensible Perception des risques environnementaux En ce qui concerne la perception des risques, au final, 3 groupes se distinguent : Les risques perçus comme présentant un risque élevé pour plus de 80% de la population : l amiante est de très loin la problématique environnementale perçue comme présentant les risques les plus élevés. Viennent ensuite le monoxyde de carbone, les peintures au plomb et l exposition solaire. Il convient de noter que ces thématiques sont celles qui ont fait l objet des actions de communication les plus importantes par l ensemble des parties prenantes ; Les risques perçus comme présentant un risque élevé pour 7 Français sur 10 : les risques liés aux légionnelles, à la pollution des sols, l utilisation des produits ménagers, de bricolage, de jardinage ou au bruit ; Les risques qui divisent l opinion : la perception des risques liés à la pollution à l intérieur des habitations, la téléphonie mobile et les produits cosmétiques divisent fortement l opinion. La téléphonie mobile est par ailleurs le sujet sur lequel le public se montre le plus sceptique dans la confiance dans l expertise scientifique (la moitié des personnes interrogées ne font pas confiance aux experts) Caractéristique spécifique : le décalage entre perception des risques et réalité épidémiologique La perception des risques par les citoyens ne répond pas uniquement à des données objectives de mortalité ou de probabilité de survenue d un événement. De nombreux paramètres subjectifs interviennent, ce qui conduit parfois à un décalage entre la perception des risques que peut avoir la population et les données épidémiologiques et scientifiques disponibles. Le degré d impact individuel ou collectif des risques entre fortement en jeu, de même que le sentiment de maîtrise ou pas qu en a l individu : un risque subi sera jugé moins acceptable qu un risque assumé de plein gré, un risque crée par l Homme sera jugé moins acceptable qu un risque naturel, un risque peu connu est jugé moins acceptable qu un risque connu, un risque qui comporte une grande part d incertitude est jugé moins acceptable qu un autre risque, etc. 11 Les baromètres de l IRSN 12 montrent ainsi que les risques individuels (tabagisme, drogue, obésité, alcoolisme, accidents de la route) sont perçus comme élevés par la population car pouvant porter atteinte à l intégrité physique de la personne. Les risques dus aux pollutions diffuses (pollution de l air ou de l eau, pesticides, retombées en France de Tchernobyl, radioactivité,) ou les risques technologiques attachés à des sites identifiables (déchets radioactifs ou chimiques, installations chimiques, etc.) sont également perçus comme élevés par la population dans la mesure où ils peuvent porter atteinte à un grand nombre de personnes, de milieux naturels ou de biens et où ils constituent un risque qui leur est imposé, sans possibilité d action directe dessus. Les risques émergents comme la téléphonie mobile ou les cosmétiques, sujets à de nombreuses polémiques, ont quant à eux tendance à diviser l opinion. 11 Cahier des charges - programme SE, Inpes Elsa Stoll 12 Baromètre IRSN La perception des risques et de la sécurité par les Français. Résultats d ensemble. Fontenay-aux-Roses, rapport IRSN-DSDRE n 12, Juillet 2009

11 11 Un des rôles de prévention en Santé environnement de l Inpes est d inciter et de favoriser le changement de comportements pour créer des environnements favorable à la santé via des campagnes d informations, des actions de sensibilisation (actions locales, formation, ). II Contexte SE à l Inpes 1. Stratégie santé environnement 1.1. Un cadre à définir Extrait : Cahier des charges - programme SE, Inpes Elsa Stoll L étendue du champ de la santé environnementale est très large et ne permet pas à l Inpes d aborder tous les types de risques. Il a été nécessaire de prioriser pour les actions de prévention à mener en fonction des données épidémiologiques disponibles et des priorités de santé publique identifiées dans la Loi de santé publique et des plans nationaux. D autre part, si la santé environnementale recouvre de multiples thématiques, les thèmes abordés au sein de l INPES se doivent d être en adéquation avec les missions et prérogatives qui lui incombent. Suite à une réorganisation, la direction des programmes a été créée au sein de l Inpes. Elle est organisée en différents pôles répartis selon différentes thématiques. Les risques environnementaux sont rattachés au pôle «Promotion de la santé environnementale, maladies infectieuses et urgences sanitaires» Le programme Santé Environnement Les actions de préventions menées par l Inpes correspondent à trois axes stratégiques qui ont été retenus afin de définir le programme santé environnement de l Institut. Axe 1 : Promouvoir un habitat «sûr» et «sain» L Homme passe en moyenne 70 à 90% de son temps en milieu intérieur, et notamment au sein de son logement. Le temps passé à l intérieur du domicile est d autant plus long aux stades de la vie où l on est le plus vulnérable, c est-à-dire aux âges les plus jeunes et les plus avancés. Le domicile constitue un lieu particulièrement à risque, que soit en terme accidentel ou environnemental (concentration de polluants : produits chimiques, allergènes, etc.). Une bonne hygiène de l habitat en général permet dans une certaine mesure de limiter la propagation des virus et l exposition à certains polluants. Exemples de thématiques : La pollution de l air intérieur, Le monoxyde de carbone Axe 2 : Prévenir les risques sanitaires liés aux activités quotidiennes et de loisirs L exposition quotidienne et la diversification des activités de loisirs exposent la population à de nombreux risques pour sa santé. Leur réduction constitue une priorité pour l Inpes. Exemples de thématiques : L exposition à la musique amplifiée chez les jeunes, les risques liés à l exposition aux UV. Axe 3 : Les nouvelles problématiques traitées en santé environnementale Certaines problématiques dans le domaine de la santé environnementale prennent rapidement de l importance pour différentes raisons : développements technologiques rapides qui peuvent engendrer des risques pour la santé, incertitudes scientifiques dont se saisit l opinion publique, mise à l agenda politique de certains sujets, etc. La prise en compte de ces sujets émergents est nécessaire en terme de prévention. Exemples de thématiques : les ondes électromagnétiques des téléphones portables, les substances chimiques Parallèlement à ces trois objectifs, un certain nombre d axes transversaux sont conduits afin de sensibiliser la population à ces problématiques et de développer les connaissances.

(Texte non paru au Journal officiel)

(Texte non paru au Journal officiel) Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Direction générale de la prévention des risques RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Plus en détail

AVIS DE LA REGION BRETAGNE SUR LE PROJET DE PROGRAMME REGIONAL SANTE ENVIRONNEMENT (PRSE) 2011-2015

AVIS DE LA REGION BRETAGNE SUR LE PROJET DE PROGRAMME REGIONAL SANTE ENVIRONNEMENT (PRSE) 2011-2015 Direction de l aménagement, des politiques territoriales, des solidarités et des services publics Service du développement territorial 5 ième réunion 16 et 17 décembre 2010 AVIS DE LA REGION BRETAGNE SUR

Plus en détail

Service communication ARS Aquitaine Véronique Séguy / Séverine Huguet 05 57 01 44 13/14 veronique.seguy@ars.sante.fr / severine.huguet@ars.sante.

Service communication ARS Aquitaine Véronique Séguy / Séverine Huguet 05 57 01 44 13/14 veronique.seguy@ars.sante.fr / severine.huguet@ars.sante. «Les intoxications au monoxyde de carbone concernent tout le monde. Les bons gestes de prévention aussi.» Dossier de presse Novembre 2012 CONTACT PRESSE Service communication ARS Aquitaine Véronique Séguy

Plus en détail

Le monoxyde de carbone : un risque connu mais pas toujours pris en compte... p. 8

Le monoxyde de carbone : un risque connu mais pas toujours pris en compte... p. 8 «Les intoxications au monoxyde de carbone concernent tout le monde. Les bons gestes de prévention aussi.» Dossier de presse septembre 2009 Sommaire Introduction... p. 3 Un gaz invisible, inodore et mortel...

Plus en détail

Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013

Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013 Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013 L impact sanitaire d un habitat dégradé ou inadéquat XX/XX/XX La santé environnementale dans les ARS = évaluer, prévenir et gérer les risques sanitaires associés

Plus en détail

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS.

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Francine MORAT-VUONG Boulogne-Billancourt Vice-présidente du réseau français des villes santé de l OMS. LES VILLES S IMPLIQUENT

Plus en détail

Intoxications au monoxyde de carbone : prudence

Intoxications au monoxyde de carbone : prudence Communiqué de presse Intoxications au monoxyde de carbone : prudence Le monoxyde de carbone est un gaz asphyxiant indétectable : il est invisible, inodore et non irritant. Il résulte d une mauvaise combustion

Plus en détail

Qualité de l'air intérieur : quels enjeux pour les collectivités locales?

Qualité de l'air intérieur : quels enjeux pour les collectivités locales? Qualité de l'air intérieur : quels enjeux pour les collectivités locales? Olivier Blanchard, EHESP Corinne Mandin, CSTB Page 1 Plan de l exposé La qualité de l air intérieur : quels enjeux? L OQAI en bref

Plus en détail

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement Strasbourg, le 26 mars 2009 AP/CAT (2009) 12 ACCORD EUROPEEN ET MEDITERRANEEN SUR LES RISQUES MAJEURS (EUR-OPA) RECOMMANDATION 1863 (2009) DE L ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE Environnement et santé: pour une

Plus en détail

2011 Informer, sensibiliser, dépister

2011 Informer, sensibiliser, dépister 2011 Informer, sensibiliser, dépister Le plan d actions Prévention plandeprevention4.indd 1 01/12/2010 15:06:23 Edito L a Mutualité Française Aquitaine est convaincue de la nécessité de prévenir, dépister

Plus en détail

Qualité de l air intérieur :

Qualité de l air intérieur : Qualité de l air intérieur : les politiques publiques et le cadre réglementaire Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement WWW.developpement-durable.gouv.fr Enjeux

Plus en détail

Atelier santé et précarité énergétique n 2 ARENE - 3 février 2015

Atelier santé et précarité énergétique n 2 ARENE - 3 février 2015 PRSE3 & précarité énergétique Atelier santé et précarité énergétique n 2 ARENE - 3 février 2015 Sommaire 1. Avancement et bilan du PRSE 2 2. Adoption du PNSE3 : élaboration & axes principaux 3. Déclinaison

Plus en détail

Santé Environnement PRSE Bretagne

Santé Environnement PRSE Bretagne L influence de l environnement sur la santé est bien réelle En Bretagne > 20 % des décès par cancer du poumon attribuables au radon, gaz radioactif d origine naturelle émis par les sous-sols granitiques

Plus en détail

Bulletin de veille sanitaire octobre 2012

Bulletin de veille sanitaire octobre 2012 CELLULE DE L INVS EN RÉGION BRETAGNE Bulletin de veille sanitaire octobre 01 Les intoxications au monoxyde de carbone survenues en Bretagne en 011 Page 1 Introduction Page Matériel et méthode Le système

Plus en détail

Diplôme Universitaire de Conseiller habitat et santé Année Universitaire 2012/2013

Diplôme Universitaire de Conseiller habitat et santé Année Universitaire 2012/2013 SERVICE DE LA SCOLARITE Bureau des diplômes d université Réf. / GS/CP/ML Tél. : 04.91.32.43.26 Courriel : campagne.habilitation.du@medecine.univmed.fr Diplôme Universitaire de Conseiller habitat et santé

Plus en détail

PROGRAMME ANNUEL DE PRÉVENTION ACADÉMIQUE ANNÉE 2015

PROGRAMME ANNUEL DE PRÉVENTION ACADÉMIQUE ANNÉE 2015 PROGRAMME ANNUEL DE PRÉVENTION ACADÉMIQUE ANNÉE 2015 Le programme annuel de prévention académique 2015 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques ministérielles de l Éducation nationale,

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations?

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations? APPEL A COMMUNICATIONS 7 ème édition Rencontres territoriales de la santé publique CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles

Plus en détail

Annexe 1 Etat d avancement des autres actions

Annexe 1 Etat d avancement des autres actions Annexe 1 des autres actions Le symbole suivant : symbolise les actions non programmées et/ou mises en œuvre par un porteur de non ciblé initialement dans le PRSE ; la plupart sont issues de l appel à s.

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction générale de la sécurité

Plus en détail

Approfondissement sur les données environnementales dans les études de Points Noirs Environnementaux (PNE)

Approfondissement sur les données environnementales dans les études de Points Noirs Environnementaux (PNE) 1 Approfondissement sur les données environnementales dans les études de Points Noirs Environnementaux (PNE) Thématique : Fiche Eau, Bruit et Sols pollués Fiche n 3-6 Sites potentiellement pollués sur

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION

STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION Contribution CCI de région PACA STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION L évaluation préliminaire nationale a montré l'impact économique majeur des inondations, sachant que les zones potentiellement

Plus en détail

RESPONSABILITES FACE AUX POLLUTIONS ATMOSPHERIQUES

RESPONSABILITES FACE AUX POLLUTIONS ATMOSPHERIQUES Laurie Delahaye / Mélissa Cadenas 3 C RESPONSABILITES FACE AUX POLLUTIONS ATMOSPHERIQUES La pollution de l'air a un impact négatif sur la santé, les végétaux, les écosystèmes et les bâtiments : les effets

Plus en détail

SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS. Plan Santé Municipal. Population SECTEUR ÉCONOMIQUE ENVIRONNEMENT

SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS. Plan Santé Municipal. Population SECTEUR ÉCONOMIQUE ENVIRONNEMENT SANTÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE Des plans d action pour les Villes-Santé de l OMS Plan Santé Municipal Population ENTREPRISES TRANSPORTS SECTEUR ÉCONOMIQUE SECTEUR SANTÉ ET SOCIAL ENVIRONNEMENT INDUSTRIE

Plus en détail

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14 Diagnostic stratégique Programme 2012-14 Version 5, lundi 11 avril 2011 1 Diagnostic stratégique Rappel de l objectif Première étape de l élaboration d une programmation pluriannuelle, parfois appelée

Plus en détail

DOSSIER DU MOIS. Novembre 2012. La mobilité électrique : Une mobilité verte?

DOSSIER DU MOIS. Novembre 2012. La mobilité électrique : Une mobilité verte? DOSSIER DU MOIS Novembre 2012 La mobilité électrique : Une mobilité verte? Les transports et la pollution Pollution : «Dégradation de l environnement par des substances (naturelles, chimiques ou radioactives),

Plus en détail

AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR

AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR AIR BAG : DES MESURES D'URGENCE POUR LA QUALITÉ DE L'AIR ÉLÉMENTS DE COMMUNICATION Vous trouverez dans ce document les éléments qui doivent vous aider à bâtir votre communication : des explications supplémentaires

Plus en détail

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Dr Patricia Saraux-Salaün Xavier Samson Mission santé publique, Ville de Nantes Dr Anne

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Santé environnementale MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Direction de la sécurité civile Sous-direction

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

1. Les liens entre santé et marche à pied

1. Les liens entre santé et marche à pied une voirie pour tous (04 avril 2013) Les déplacements piétons La marche en ville Ou comment l urbanisme peut être promoteur de santé Anne VIDY ARS Bretagne Vannes 04 avril 2013 Plan de l intervention 1.

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

Grenelle de l environnement. Groupe partenarial n 20. Propositions pour un second Plan National Santé Environnement 2009-2013

Grenelle de l environnement. Groupe partenarial n 20. Propositions pour un second Plan National Santé Environnement 2009-2013 Grenelle de l environnement Groupe partenarial n 20 Propositions pour un second Plan National Santé Environnement 2009-2013 PRESIDENT : PR MARC GENTILINI, PRESIDENT DE L ACADEMIE DE MEDECINE CHEFS DE PROJET

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives

Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives Catégorie d initiative 4 : Organiser une campagne de communication sur le réemploi et la réparation Synthèse des 3 initiatives Descriptif : Mise en place d une campagne de communication visant à promouvoir

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Analyse des besoins de formation des travailleurs sociaux en promotion de la santé en Rhône-Alpes. Rapport d enquête Novembre 2014

Analyse des besoins de formation des travailleurs sociaux en promotion de la santé en Rhône-Alpes. Rapport d enquête Novembre 2014 Analyse des besoins de formation des travailleurs sociaux en promotion de la santé en Rhône-Alpes 1 Rapport d enquête Novembre 2014 Laetitia Satilmis, interne de Santé Publique et Médecine Sociale, IREPS

Plus en détail

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Le baromètre des «professionnels du développement durable au sein des» est la première enquête nationale réalisée avec eux

Plus en détail

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Véme Session du Conseil de la Présidence de l UMA Nouakchott, 11 novembre 1992 1 INTRODUCTION A notre époque, les questions

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

Le radon. Collection thématique

Le radon. Collection thématique Le radon Gaz radioactif d origine naturelle, le radon représente le tiers de l exposition à la radioactivité reçue chaque année par la population française Collection thématique Que faut-il savoir du radon?

Plus en détail

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Sabine HOST Observatoire régional de santé d Ile-de-France Journées Rsein-OQAI,

Plus en détail

Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque "VERS UN MONDE SANS TABAC" Paris, le 29 mai 2015

Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque VERS UN MONDE SANS TABAC Paris, le 29 mai 2015 Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque "VERS UN MONDE SANS TABAC" Paris, le 29 mai 2015 Quelle démarche adoptée en Ile-de- France? Pourquoi l ARS Ile-de-France décline-t-elle le PNRT? Comment

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

L EXPERTISE SANTÉ DANS LE BÂTIMENT. 8 mars 2012 Maison des énergies de Chambéry

L EXPERTISE SANTÉ DANS LE BÂTIMENT. 8 mars 2012 Maison des énergies de Chambéry AMÉLIORER LA QUALITÉDE L AIR INTÉRIEUR DANS NOS LOGEMENTS L EXPERTISE SANTÉ DANS LE BÂTIMENT 8 mars 2012 Maison des énergies de Chambéry Claire-Sophie COEUDEVEZ Accompagnement MEDIECO Formation & Conseil

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

L habitat indigne : enjeu de santé publique

L habitat indigne : enjeu de santé publique L habitat indigne : enjeu de santé publique pathologies associées à l insalubrité habiter et santé : quelles interactions? séminaire/formation lutte contre l habitat indigne La Saline les Bains - septembre

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21. METROPOLIS 15 décembre 2010

Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21. METROPOLIS 15 décembre 2010 Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21 METROPOLIS 15 décembre 2010 Vue d ensemble de la démarche Plan Climat 2 Livre Vert Etat des lieux des enjeux Information et implication

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Des Clefs pour vos actions

Des Clefs pour vos actions Des Clefs pour vos actions Nom de Environnement la présentation» Spécial «Santé Vous trouverez ci-dessous une sélection de documents de diffusion, d'outils pédagogiques, d'articles, de clips et de dossiers

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Le plan départemental de prévention des déchets d Eure et Loir

Le plan départemental de prévention des déchets d Eure et Loir Le plan départemental de prévention des déchets d Eure et Loir Le contexte Le nouveau PEDMA, approuvé en avril 2011, définit plusieurs priorités aux horizons 2015 et 2020, dont la réduction de la production

Plus en détail

ADEME/ Energie-Cités Energie et Territoires octobre 2004. Un Plan municipal pour maîtriser les gaz à effet de serre.

ADEME/ Energie-Cités Energie et Territoires octobre 2004. Un Plan municipal pour maîtriser les gaz à effet de serre. Energie et Territoires Chalon-sur-Saône Un Plan municipal pour maîtriser les gaz à effet de serre. ASPECTS GENERAUX Chalon-sur-Saône doit son origine extrêmement ancienne et son rôle de carrefour et de

Plus en détail

LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE

LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE 1 Cadre de référence LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE août 2014 1 Le comité interministériel de la jeunesse du 21 février 2013 conçoit la jeunesse comme une priorité transversale de l action gouvernementale.

Plus en détail

Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006

Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006 Introduction = lieu d'accident suivi du déversement en mer de pétrole brut ou d'hydrocarbure supérieur à 500 tonnes, dans la période 1955-2006 Sources : période 1955-1979 - A.R.V. BERTRAND, Revue de l'institut

Plus en détail

L amiante AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

L amiante AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT L amiante De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelles sont les causes d apparition des risques? Quels sont les effets néfastes de l amiante sur la santé? La réglementation Comment

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

DOCUMENTS. Les perceptions de la pollution de l'air extérieur en Ile-de-France. Dorothée GRANGE*, Cécile SOMMEN*, Isabelle GRÉMY*

DOCUMENTS. Les perceptions de la pollution de l'air extérieur en Ile-de-France. Dorothée GRANGE*, Cécile SOMMEN*, Isabelle GRÉMY* Les perceptions de la pollution de l'air extérieur en Ile-de-France Dorothée GRANGE*, Cécile SOMMEN*, Isabelle GRÉMY* La pollution de l'air extérieur est un sujet sensible et une source de préoccupations

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Sommaire Communiqué de presse... 3 Le Nord-Pas de Calais se mobilise pour réussir la transition écologique de son économie. 5 Economie verte : définition... 5 Economie verte : la région Nord-Pas de Calais,

Plus en détail

1. Analyse des chiffres clés et origine des contributeurs

1. Analyse des chiffres clés et origine des contributeurs Synthèse des commentaires reçus lors de la consultation publique organisée sur le rapport du groupe de travail relatif à l élaboration d une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens Lors

Plus en détail

La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux

La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux L Association des Responsables de Copropriété 14 000 copropriétés adhérentes Une association indépendante Une association représentative

Plus en détail

Baromètre 10 000 ménages : Les ménages français face à l efficacité énergétique de leur logement en 2013

Baromètre 10 000 ménages : Les ménages français face à l efficacité énergétique de leur logement en 2013 Baromètre 10 000 ménages : Les ménages français face à l efficacité énergétique de leur logement en 2013 Synthèse d enquête Septembre 2014 Résultats de l enquête barométrique «Les équipements et les comportements

Plus en détail

Avant-propos. Avec la participation de l'ademe

Avant-propos. Avec la participation de l'ademe Avant-propos Le Grenelle de l Environnement et la loi sur la Transition Energétique pour la croissance verte ont confirmé le caractère incontournable des réseaux de chaleur. Un objectif de quintuplement

Plus en détail

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE ENTRE La Commune de NIMES, Place de l Hôtel de Ville, 30033 NIMES

Plus en détail

Prévention des intoxications Entretien des chaudières

Prévention des intoxications Entretien des chaudières Journée Information «Monoxyde de Carbone» 18 juin 2012 Clermont-Ferrand Prévention des intoxications Entretien des chaudières Textes réglementaires et pratiques des professionnels Ministère de l'écologie,

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille,

Plus en détail

Rencontre régionale Jeunes et Santé Environnement

Rencontre régionale Jeunes et Santé Environnement Rencontre régionale Jeunes et Santé Environnement Denis Zmirou-Navier Faculté de Médecine, Université de Lorraine, Nancy INSERM U1085-IRSET, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique Séquence 1: une introduction

Plus en détail

Syndicat Mixte pour le Sundgau

Syndicat Mixte pour le Sundgau IGT.ITG 22 rue Saint-Louis 67000 STRASBOURG Tél : 09 52 38 37 65 Fax : 09 57 38 37 65 Courriel : igt.itg@igt-itg.eu www.igt-itg.eu Cabinet ARGOS 8 rue Raymond Bank BP 1523 38025 GRENOBLE cedex 1 Tel :

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Direction générale de la santé. Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités

Direction générale de la santé. Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités Direction générale de la santé Elaboration du PNNS 2011-2015 Actualités Téléchargeable à l adresse suivante : http://www.sante.gouv.fr/programme-national-nutrition-sante-2011-2015.html 2 Nutrition : le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Campagne régionale de prévention des intoxications au monoxyde de carbone

DOSSIER DE PRESSE. Campagne régionale de prévention des intoxications au monoxyde de carbone DOSSIER DE PRESSE Campagne régionale de prévention des intoxications au monoxyde de carbone www.intoxco-npdc.fr Septembre 2014 SOMMAIRE Communiqué de presse.. 3 Pourquoi une alerte SMS... 4 Chiffres clés

Plus en détail

Ministère de l'intérieur, de l'outre-mer et des Collectivités Territoriales Ministère de la santé et des Sports. Paris, le 30 octobre 2009

Ministère de l'intérieur, de l'outre-mer et des Collectivités Territoriales Ministère de la santé et des Sports. Paris, le 30 octobre 2009 Ministère de l'intérieur, de l'outre-mer et des Collectivités Territoriales Ministère de la santé et des Sports Direction de la sécurité civile Sous-direction de la gestion des risques Bureau de la réglementation

Plus en détail

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ]

Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs. [ pour un tourisme innovant et durable ] Schéma régional de développement du tourisme et des loisirs [ pour un tourisme innovant et durable ] Sommaire Un véritable enjeu Construire un tourisme innovant et durable Engager une démarche participative

Plus en détail

Accompagner les collectivités pour la surveillance QAI dans les ERP

Accompagner les collectivités pour la surveillance QAI dans les ERP Accompagner les collectivités pour la surveillance QAI dans les ERP Air Intérieur : partenariats nationaux Ministère de l environnement (préparation à la réglementation) Campagne nationale Ecoles et crèches

Plus en détail

D.I.C.R.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. Ce document est destiné aux habitants de Saint-Gérand-de-Vaux.

D.I.C.R.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. Ce document est destiné aux habitants de Saint-Gérand-de-Vaux. D.I.C.R.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs Ce document est destiné aux habitants de Saint-Gérand-de-Vaux. Conservez-le de manière à le retrouver très rapidement en cas de besoin.

Plus en détail

Mise en œuvre des outils réglementaires européens

Mise en œuvre des outils réglementaires européens Produits chimiques Certains produits chimiques ont des effets néfastes pour la santé humaine et l environnement. Ces effets sur la santé peuvent concerner aussi bien le travailleur qui les produit, ou

Plus en détail

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver.

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Sommaire : Editorial de M. Le Maire ; Définition du risque majeur p 2 Contexte local ; Information préventive ; L alerte

Plus en détail

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD

Actions de prévention de la légionellose en EHPAD Actions de prévention de la légionellose en EHPAD 16 décembre 2014 Corinne CHANTEPERDRIX DD26 Audrey COMTE DD01 2ème rencontre des Equipes Mobiles d Hygiène - Centre hospitalier Lyon Sud LES MISSIONS DES

Plus en détail

Les intoxications au monoxyde de carbone déclarées en 2014 en région Limousin

Les intoxications au monoxyde de carbone déclarées en 2014 en région Limousin CELLULE DE L INVS EN RÉGIONS LIMOUSIN POITOU-CHARENTES En partenariat avec : Bulletin de veille sanitaire - N 38 - LIM / Octobre 2015 Sommaire Page 1 Les intoxications au monoxyde de carbone déclarées

Plus en détail

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Contexte Présentation de l étude Protocole Réalisation de l étude pilote Le contexte Contexte Contexte réglementaire

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

Questionnaire «Préoccupations, inquiétudes et attentes des populations»

Questionnaire «Préoccupations, inquiétudes et attentes des populations» Questionnaire «Préoccupations, inquiétudes et attentes des populations» Il s agissait pour le SPPPI PACA, d identifier et de recenser, grâce à ce questionnaire, les inquiétudes et les préoccupations des

Plus en détail

N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 28 juin 2006. PROPOSITION DE LOI visant à la création d un statut de

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France Panorama des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable en France Décembre 2009 TERRITOIRES AYANT DÉCLARÉ UN AGENDA 21 LOCAL - SEPTEMBRE 2009 En 2009, l Observatoire s est

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LA SITUATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

RAPPORT ANNUEL SUR LA SITUATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE RAPPORT ANNUEL SUR LA SITUATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Edition 2015 Juillet 2015 Document Grand Public 83, rue du Mail - CS 80011-49020 ANGERS Cedex 02 Tél. : www.angers.fr 02 41 22 32 30

Plus en détail

ÉDITO. Méthodologie. Chères Clermontoises, Chers Clermontois,

ÉDITO. Méthodologie. Chères Clermontoises, Chers Clermontois, ÉDITO Chères Clermontoises, Chers Clermontois, La municipalité de Clermont a fait le choix d accorder une place importante à la préservation de l environnement et du cadre de vie des Clermontois en maintenant

Plus en détail

1. Objectifs. 2. Autres fiches en lien FICHE-MESURE

1. Objectifs. 2. Autres fiches en lien FICHE-MESURE FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 2C10 Restriction d activités collectives : spectacles, rencontres sportives, foires et salons, grands rassemblements, limitation des activités cultuelles, limitations

Plus en détail

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 Vendredi 15 mars 2013 Dossier de presse CONTACTS presse Grand Nancy : Élise FRISONI - 03 83 91 84 25 / 06 21 90 53 00- elise.frisoni@grand-nancy.org

Plus en détail