GESTION DE LA SOUS-TRAITANCE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GESTION DE LA SOUS-TRAITANCE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL"

Transcription

1 GESTION DE LA SOUS-TRAITANCE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL

2 PRÉSENTATION AUX ENTREPRENEURS FORESTIERS PAR: Lionel Bernier, avocat-conseil STEIN MONAST s.e.n.c.r.l. 15 FÉVRIER 2012

3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION SOUS-TRAITANCE : LES AVANTAGES ET LES RISQUES D AFFAIRES CONTEXTE LÉGAL - STATUT JURIDIQUE DES ENTREPRENEURS PRINCIPES GÉNÉRAUX APPLICABLES À LA SOUS-TRAITANCE - LSST - Loi C-21 - LSST et Loi C-21 : responsabilités et obligations complémentaires Défense de diligence raisonnable (LSST et Loi C-21) LATMP Cotisation de l entrepreneur Location de personnel ou prêt de service RECOMMANDATIONS CONCLUSION 3

4 RISQUES D AFFAIRES DE LA SOUS- TRAITANCE EN SST Les sous-traitants peuvent importer des risques d accidents non tolérés ou tolérables chez le donneur d ouvrage Le donneur d ouvrage peut devenir partie à une poursuite pénale ou criminelle pour les actes fautifs de son entrepreneur Depuis 2004, la Loi C-21 (Loi modifiant le Code criminel) (ci-après «Loi C-21») impose aux organisations des devoirs de diligence raisonnable en SST Les donneurs d ouvrage sont souvent très peu au fait de leurs responsabilités en SST dans le cadre de la sous-traitance Les donneurs d ouvrage apprennent à postériori et généralement à leurs dépens, qu ils ont été piégés par leur croyance à des mythes erronés en SST Les sous-traitants sont souvent peu familiers avec leurs obligations et responsabilités en SST, mesurent mal les conséquences de leurs manquements 4

5 PRINCIPES GÉNÉRAUX APPLICABLES À LA SOUS-TRAITANCE: LSST LSST établit les obligations légales d un employeur à l égard de ses travailleurs - l existence d un lien de subordination est l élément déterminant dans la qualification d un contrat de travail Vise deux types d organisation du travail : l établissement et le chantier de construction LSST, art. 1 5

6 STATUT JURIDIQUE DES ENTREPRENEURS Importance d établir clairement le statut juridique de chaque partie à une entente de sous-traitance puisque la caractérisation de ces personnes détermine l étendue et la portée des obligations des parties en matière de SST Contrat de travail Contrat d entreprise: Travailleur autonome assujetti (contrat de travail); Travailleur autonome exclu (contrat d entreprise);

7 Responsabilités administratives Responsabilité pénale LSST: deux niveaux de responsabilités des employeurs RESPONSABILITÉS ADMINISTRATIVES - mise en place de divers mécanismes de prévention visant à assurer la protection de la SST des travailleurs et mécanismes de gestion de la prévention dans les entreprises: droit de refus (art. 12 à 31), droit au retrait préventif (art. 32 à 39), le RPTEA (art. 40 à 48) - inspecteurs de la CSST assurent respect des obligations de l employeur envers ses travailleurs (Avis de correction, ordonnances) peuvent émettre avis de correction ou ordonnance au donneur d ouvrage pour un manquement aux obligations de la LSST par un autre employeur sur un lieu de travail. 7

8 LSST: RESPONSABILITÉS ADMINISTRATIVES Selon la jurisprudence, les obligations du donneur d ouvrage à l égard des travailleurs qui ne sont pas les siens sur un lieu de travail ne visent généralement que celles des alinéas 4, 6, 7 et 8 de l article 51; Dans le cas des autres obligations prévues par l article 51, le donneur d ouvrage a des responsabilités à l égard de ses propres travailleurs mais la CSST ne pourrait lui émettre d avis de correction pour les manquements d un entrepreneur à l égard de ses travailleurs à lui sur un lieu de travail. Dans ce dernier cas les avis de correction seront émis à l entrepreneur ou à ses sous-traitants; Cette approche n est pas retenue en matière pénale et le donneur d ouvrage est beaucoup plus vulnérable à des poursuites sur l ensemble des obligations de l article 51. 8

9 LSST: RESPONSABILITÉ PÉNALE Objet du processus judiciaire pénal: sanctionner TOUTE PERSONNE qui contrevient à la loi ou aux règlements. Règles de preuve applicables plus contraignantes pour employeurs que celles applicables au processus administratif. Responsabilité d un employeur donneur d ouvrage pourra être encourue même si les travailleurs mis en danger sont ceux d un autre employeur (entrepreneur ou sous-traitant). Tribunaux imputeront généralement la responsabilité à la personne qui a le contrôle sur les moyens de prévention sur les lieux de travail 9

10 LSST: RESPONSABILITÉ PÉNALE (suite) CONSTATS D INFRACTIONS ART. 236: quiconque contrevient à la loi ou aux règlements ( ) commet une infraction ART. 237: quiconque, par action ou omission, agit de manière à compromettre directement et sérieusement la santé, la sécurité ou l intégrité physique d un travailleur. Donneur d ouvrage qui retient les services d un entrepreneur peut engager sa responsabilité pénale (n a pas empêché l infraction) dans les deux cas : s il ne s assure pas que les travaux effectués par son entrepreneur respectent la loi et les règlements (geste fautif de l entrepreneur) ou agit de manière à compromettre directement et sérieusement la santé, la sécurité et l'intégrité physique d un travailleur, même s il ne s agit pas de son travailleur, 10

11 LSST: RESPONSABILITÉ PÉNALE (suite) PÉNALITÉS PLUS LOURDES DEPUIS 2010 Hausse progressive des amendes (triplées) sur une période de 2 ans à partir de Première offense en 2011 : Personne physique: 600 $ (min.) à $ (max.); Personne morale: $ (min.) à $ (max.). Notion de récidive additionnelle (3 e offense) : Personne physique: $ (min.) à $ (max.); Personne morale: $ (min.) à $ (max.). Nouveaux risques : Employeur multi - établissements: cumul des infractions de divers établissements = récidives; Donneur d ouvrage: cumul des infractions de ses entrepreneurs Maître d œuvre : Reçoit constats d infractions pour l ensemble de ses soustraitants. Cumul de ces infractions = récidives.

12 LSST: RESPONSABILITÉ PÉNALE (suite TENDANCE DE LA JURISPRUDENCE: Les tribunaux s attachent surtout à vérifier qui était l employeur le mieux placé pour remédier à la situation ou qui a mis en péril la santé et la sécurité des travailleurs plutôt que de s attarder à identifier le véritable employeur des travailleurs en cause

13 CONSTRUCTION NOTION DE CHANTIER DE CONSTRUCTION (art. 1 LSST) DÉTERMINATION DU MAÎTRE D ŒUVRE - «le propriétaire ou la personne qui, sur un chantier de construction, a la responsabilité de l'exécution de l'ensemble des travaux;» - doit respecter les obligations imposées à l employeur en matière de SST au même titre que l employeur - doit veiller à la sécurité de l ensemble des travailleurs sur un chantier de construction, incluant ceux des sous-traitants 13

14 CONSTRUCTION RESPONSABILITÉS PARTAGÉES Larges responsabilités du maitre d œuvre en SST Réserve: désignation d un maitre d œuvre ne libère pas un employeur (donneur d ouvrage) de ses devoirs de diligence raisonnable en matière de SST Donneur d ouvrage pourrait quand même être poursuivi en vertu de la LSST s il commet une infraction pénale en lien avec ses obligations légales puisque la LSST ne prévoit pas la responsabilité exclusive du maitre d œuvre, même si la CSST n a pas poursuivi ce dernier - l exécution ou l inexécution des devoirs imposés au maitre d œuvre n aura pas pour effet de relever l entrepreneur (ou son soustraitant) de ses propres obligations en vertu de la LSST en tant qu employeur lui-même direct de ses travailleurs sur le chantier 14

15 LOI C-21 La Loi C-21 a apporté d importants amendements au Code criminel (C. cr.) afin d y inscrire un devoir de protection de la santé et de la sécurité d autrui dont le manquement peut désormais entraîner une poursuite pour négligence criminelle contre une organisation fautive. - Art :Il incombe à quiconque dirige l accomplissement d un travail ou l exécution d une tâche ou est habilité à le faire de prendre les mesures voulues pour éviter qu il n en résulte de blessure corporelle pour autrui». - présomption de participation à un crime de négligence criminelle de la part d une organisation s il est établi que les agents ou préposés d une telle organisation ont commis des fautes (action ou omission) et que les cadres supérieurs ont manqué à leurs devoirs de diligence raisonnable. 15

16 LOI C-21 Entrepreneurs ont dorénavant un statut juridique légal d agents de l'organisation aux fins de l'application de la Loi C Art. 2 «Agent : s agissant d une organisation, tout administrateur, associé, employé, membre, mandataire ou entrepreneur de celle-ci». - Comme agents de l'organisation «donneur d ouvrages», les entrepreneurs qui font des travaux pour cette organisation risquent maintenant, en plus d engager leur propre responsabilité criminelle, d engager celle du donneur d ouvrage lorsque, par leur négligence (action ou omission), un accident se produit sur les lieux de travail de l'organisation et qu'il entraîne une blessure corporelle à un employé de l'organisation ou d un sous-traitant ou à toute autre personne qui se trouve à être présente sur ces lieux de travail de l'organisation (le public par exemple). 16

17 LOI C-21 Art. 2 Cadres supérieurs : «Agent jouant un rôle important dans l élaboration des orientations de l organisation visée ou assurant la gestion d un important domaine d activités de celle-ci, y compris, dans le cas d une personne morale, l administrateur, le premier dirigeant ou le directeur financier». - selon cette définition, en matière de sous-traitance, sont visés les élus, la haute direction et tous les gestionnaires de l'organisation qui ont à gérer un important domaine d'activité lié aux mandats des soustraitants. 17

18 LOI C-21 NOTION DE «CADRES SUPÉRIEURS» - Très large et ne tient pas compte de la structure particulière que l organisation peut s être donnée. - Vise de façon universelle toute la hiérarchie managériale de l organisation, en partant des administrateurs et des hauts dirigeants et en passant par tous les niveaux hiérarchiques de gestionnaires opérationnels (directeurs, superviseurs, contremaîtres, chefs d équipes, etc.). - Transcende les structures et les titres que peuvent se donner les organisations. Loi C-21 impose à tous les «cadres supérieurs» des devoirs de diligence raisonnable en matière de SST applicables dorénavant à la sous-traitance 18

19 DILIGENCE RAISONNABLE: moyen de prévention et de défense Trois devoirs qui sont devenus des critères de référence pour évaluer la diligence raisonnable des employeurs : - devoir de prévoyance, - devoir d'efficacité - devoir d'autorité. 19

20 DEVOIRS DE DILIGENCE RAISONNABLE DEVOIR DE PRÉVOYANCE - Ce devoir crée pour tout employeur l obligation de recenser les dangers dans ses opérations et d identifier les risques présents ou prévisibles sur ses lieux de travail - il doit prendre les moyens pour les éliminer, les réduire, les neutraliser ou les maîtriser. - Il doit ensuite s assurer que ces moyens sont appliqués grâce notamment à : une supervision efficace, une formation des employés la diffusion organisée d informations pertinentes. 20

21 DEVOIRS DE DILIGENCE RAISONNABLE DEVOIR D EFFICACITÉ (de performance) Obligations: de mettre en œuvre concrètement les mesures de sécurité appropriées aux risques professionnels présents dans l environnement de travail (système de prévention) et de s assurer qu il est appliqué: que les mesures correctives ou préventives visant à éliminer, à diminuer ou à contrôler les risques ne soient pas le fruit du hasard, mais bien les résultantes d un processus systématique, structuré et méthodique. 21

22 DEVOIR D AUTORITÉ (de leadership) - Découle du droit de gérance de l employeur. DEVOIRS DE DILIGENCE RAISONNABLE - Implique que la direction exerce un leadership énergique et continu en SST. Elle doit, au plus haut niveau, fixer des orientations et des objectifs clairs et rigoureux et fournir les moyens adéquats pour atteindre ces objectifs, suivre périodiquement l état d avancement des programmes et activités et demander des comptes à ceux qui ont des responsabilités déléguées. - Doit faire preuve d intolérance à l égard des conduites dangereuses de ses employés et des manquements aux règles de sécurité. Le degré de cette intolérance se mesure généralement en fonction du risque en cause. Plus ce risque est important, plus l employeur doit être rigoureux. - L imposition de sanctions en vue d assurer le respect des règles de prévention de risques importants représente un aspect essentiel de la diligence. - L employeur a le devoir de protéger les employés contre eux-mêmes. Il doit assurer une supervision raisonnablement active sur les lieux de travail et toutes les personnes en autorité doivent elles-mêmes respecter les règles de sécurité. 22

23 DILIGENCE RAISONNABLE ET SOUS- TRAITANCE En tant qu agents de l'organisation, les entrepreneurs qui font des travaux pour cette organisation peuvent engager leur responsabilité pénale mais aussi celle de l organisation donneur d ouvrages Les cadres supérieurs de l'organisation ont donc dorénavant le devoir de s'assurer que le cadre de management et les règles que leur organisation s'est données (ou doit se donner) pour contrôler les risques de blessures aux employés ou à autrui sont bien appliqués et respectées par leurs entrepreneurs et leurs sous-traitants. Ils ont aussi le devoir de prendre les moyens pour être en mesure de le prouver en tout temps. NB: Ne pas confondre le niveau de contrôle sur les opérations sous-traitées et la responsabilité de l approbation, du contrôle ou de la surveillance des travaux à exécuter (qui est une responsabilité distincte de celle de l exécution de l ensemble des travaux). 23

24 DILIGENCE RAISONNABLE ET SOUS- TRAITANCE L organisation doit s assurer que les documents contractuels reflètent bien l intention des parties. - Sa diligence raisonnable se mesurera dans un premier temps par la façon dont les parties auront défini leurs responsabilités réciproques et par les contrôles et les suivis qu ils mettront en œuvre pour prévenir les accidents sur leurs lieux de travail. Les tribunaux ne s attarderont pas nécessairement à identifier le véritable employeur fautif. Ils vont rechercher surtout qui a le plus de contrôle sur les lieux de travail. Si c est le donneur d ouvrage qui a le meilleur contrôle de la situation, c est lui qui pourra être tenu responsable. Si c est l entrepreneur, ce dernier sera tenu responsable 24

25 DILIGENCE RAISONNABLE ET SOUS- TRAITANCE Le degré de diligence raisonnable requis pour qu un donneur d ouvrage poursuivi pour un manquement aux obligations en SST de son entrepreneur soit acquitté est une question de fait à savoir qui a l autorité et le contrôle sur les moyens d exécution du travail et est le mieux placé pour gérer les risques d accidents Si un maître d œuvre commet une faute entrainant des blessures à autrui, l organisation peut être partie à l infraction si, par ailleurs, elle (ses cadres) n a pas fait diligence raisonnable par rapport à cet entrepreneur (n a pas empêché l infraction, c.à.d. l acte fautif de l entrepreneur). 25

26 LATMP: LE TRAVAILLEUR AUTONOME Travailleur autonome est dit assujetti ou exclus Travailleur autonome assujetti - une personne physique; - fait affaires pour son propre compte; - n'a pas de travailleur à son emploi; - exerce pour un employeur, dans le cours de ses affaires, des activités similaires ou connexes à celles qui sont exercées dans l'établissement de cet employeur

27 Travailleur autonome exclu - Une personne physique - Fait affaires pour son propre compte - N a pas de travailleur à son emploi et - Exerce ses activités : LATMP: LE TRAVAILLEUR AUTONOME simultanément pour plusieurs personnes; dans le cadre d'un échange de services, rémunérées ou non, avec un autre travailleur autonome exerçant des activités semblables pour plusieurs personnes à tour de rôle, qu'il fournit l'équipement requis et que les travaux pour chaque personne sont de courte durée; ou - S il s agit d activités qui ne sont que sporadiquement requises par la personne qui retient ses services. C est à l employeur et non au travailleur autonome qu il incombe de démontrer que ce dernier est exclu. 27

28 LATMP: LE TRAVAILLEUR AUTONOME INTÉRÊT DE LA QUALIFICATION - Dans tous les cas, les parties ont intérêt à qualifier contractuellement le statut du travailleur autonome avant le début des travaux et à prévoir les conséquences d une ré-caractérisation par la CSST - Le travailleur autonome, qui n a pas d employé à son service, peut avoir un double statut : travailleur ayant un contrat de travail avec un employeur, donc admissible aux bénéfices de la LATMP (travailleur autonome assujetti), entrepreneur ayant un contrat d entreprise avec une organisation (travailleur autonome exclu). - Les critères généralement appliqués au test du travailleur autonome assujetti ou exclu sont le lien de subordination, le mode de rémunération, le risque de perte et la possibilité de profits ainsi que la propriété de l équipement - La CSST peut ré-caractériser rétroactivement le statut d un travailleur autonome considéré souvent par le donneur d ouvrage comme un travailleur autonome exclu. 28

29 LATMP: COTISATION DUE PAR L ENTREPRENEUR La LATMP donne à la CSST le pouvoir d exiger d un employeur qui retient les services d un entrepreneur le paiement de la cotisation due par cet entrepreneur. La CSST peut émettre un état de conformité en cours de contrat; ce dernier déclenche un système d alerte. Ne dégage pas la responsabilité d un employeur Pour être dégagé de sa responsabilité, l'employeur doit obtenir, à la fin d'un contrat, une attestation de conformité confirmant que l'entrepreneur a versé sa cotisation due à la CSST. L'employeur qui a payé le montant de cette cotisation a droit d'être remboursé par l'entrepreneur concerné et il peut retenir le montant dû sur les sommes qu'il lui doit. Problématique: notion d entrepreneur non définie dans la LATMP: projet de la CSST de considérer la responsabilité de l employeur pour tous les sous-traitants en cascade 29

30 Recommandations Considérant que: - Tant les donneurs d ouvrage que les personnes faisant de la soustraitance ont intérêt à limiter leurs zones de vulnérabilité en SST en matière de sous-traitance, à éviter les poursuites pénales et criminelles, à prévenir les lésions professionnelles et, le plus possible, à éviter les conflits juridiques coûteux et improductifs; - les tribunaux accordent une grande importance aux documents contractuels pour déterminer la volonté, les obligations et les responsabilités de chaque intervenant et que, plus ils seront clairs et précis, plus les zones de vulnérabilité en matière de diligence raisonnable seront faciles à identifier et à corriger. - Ces documents doivent énoncer clairement les obligations respectives des parties en SST et, tout aussi clairement, prévoir les conséquences en cas de manquements à ces obligations et responsabilités de part et d autre. 30

31 Recommandations Considérant que: - La responsabilité pénale d un employeur en vertu de la LSST (art. 236 et 237) pourra être engagée dans des circonstances spécifiques même si les travailleurs mis en danger sont ceux d un autre employeur sur les lieux de travail et que les tribunaux imputeront généralement la responsabilité à la personne qui a le contrôle sur les moyens de prévention et sur les lieux de travail. - La Loi C-21: prévoit une présomption de participation à un crime de négligence criminelle de la part d une organisation s il est établi que les agents ou préposés d une telle organisation ont commis des fautes (action ou omission) et que les cadres supérieurs ont manqué à leurs devoirs de diligence raisonnable. impose à tous les «cadres supérieurs» d une organisation un devoir de diligence raisonnable en matière de SST, ce devoir s appliquant dorénavant dans la gestion de la sous-traitance. 31

32 Recommandations Considérant que: - Les conséquences de la Loi C-21 ainsi que la tendance des tribunaux dans l interprétation de la LSST commandent aux organisations de revoir leurs règles de gouvernance en matière de SST dans leurs relations avec leurs entrepreneurs (documents contractuels, cadre de management - politiques et procédures d'accueil, de supervision et de contrôle). - La notion de «travailleur autonome» crée de multiples situations qui sont sources de conflits et présentent de nombreux risques d affaires pour les donneurs d ouvrage. - les risques d affaires encourus dans leurs opérations sur le terrain par les donneurs d ouvrages et les entrepreneurs peuvent être critiques pour leurs organisations respectives 32

33 AUX DONNEURS D OUVRAGE Recommandations - De procéder à l inventaire des contrats de sous-traitance en cours afin d être en mesure: de caractériser les parties sur le plan légal et de démontrer au besoin leur diligence raisonnable en SST; De déterminer les niveaux de risques des travaux en cause et les moyens pris pour les maitriser - De prévoir une formule de communication avec leurs entrepreneurs pour leur rappeler leurs devoirs réciproques de diligence raisonnable ainsi que les conséquences de leurs manquements à ces devoirs en termes d avis de correction et de poursuites criminelles et pénales; - De procéder à une mise à niveau de leurs documents contractuels (appels d offres, devis, contrats, réquisitions, etc.) et de s assurer qu ils contiennent les éléments requis par les lois, la jurisprudence et les bonnes pratiques pour respecter leurs devoirs de diligence raisonnable en SST - D adopter un cadre de management (ou un guide) de la sous-traitance souple et adapté à leur organisation; - D informer et de former leur personnel des devoirs de diligence raisonnable en SST de l organisation et des risques d affaires générés par leurs zones de vulnérabilité en la matière; 33

34 AUX ENTREPRENEURS Recommandations - D évaluer leurs zones de vulnérabilité dans les contrats en cours, compte tenu des risques réels et prévisibles d accident sont-ils identifiés et maitrisés?) sur les lieux de travail et de leurs devoirs de diligence raisonnable en SST; - D établir la liste de leurs sous-traitants: Les caractériser et clarifier leur statut légal De déterminer les niveaux de risques des travaux en cause et les moyens pris pour les maitriser - De se donner des règles de management de la sous-traitance en SST (cadre ou guide) conformes aux lois, aux bonnes pratiques et à leurs devoirs de diligence raisonnable; - De procéder à une mise à niveau de leurs documents contractuels - D informer et de former leur personnel sur les responsabilités, obligations légales et leurs devoirs en SST et sur les conséquences de leur non respect en termes de prévention et de poursuites pénales; 34

35 EXEMPLES DE SUJETS DE CLAUSES CONTRACTUELLES GÉNÉRAL Qualification légale des parties Échange de documents, prise de connaissance et engagements à les respecter Obligations de diligence raisonnable Mécanisme d identification et de maitrise des dangers et risques Formation et compétence des employés Critères de qualification en matière de SST Responsabilité et conséquences juridiques en cas de poursuite Transmission des documents de la CSST (avis accident, visites inspection, poursuites, etc.) Production sur demande de preuve de conformité SST Arrêt des travaux en cas de manquement à la SST et conséquences Visites d inspection et de surveillance Mécanisme de traitement des rapports de non-conformité légale Programme de prévention et pénalités 35

36 CONTRATS EN COURS SANS CLAUSE SST Rappel des devoirs de diligence raisonnable Transmission de documents Engagement de l entrepreneur - Reconnaissance??? - Acceptation??? 36

37 CONCLUSION Face à ses obligations légales en SST, il faut éviter les attitudes extrêmes: - Ignorer les conséquences potentielles serait irresponsable - Paniquer serait contre-productif; les poursuites et les procédures juridiques éventuelles et coûteuses peuvent être prévenues de façon raisonnable La diligence raisonnable, c est un principe de bon père de famille: est-ce que j exposerais quelqu un de ma famille aux risques de blessures que j ai détectés sur mes lieux de travail? Ai-je le choix sur le marché de ne pas me donner des règles efficaces de bonne gouvernance? Si on ne gère pas ses risques, on devra gérer des crises. Les conséquences sont imprévisibles, éprouvantes, excessivement coûteuses et souvent carrément désastreuses pour une organisation 37

38 DES QUESTIONS? 38

39

Les obligations et les pouvoirs du maître-d œuvre en matière de santé et sécurité du travail

Les obligations et les pouvoirs du maître-d œuvre en matière de santé et sécurité du travail Les obligations et les pouvoirs du maître-d œuvre en matière de santé et sécurité du travail Conférence présentée par Me Alain Marcotte Commission de la santé et de la sécurité du travail Colloque AGPI

Plus en détail

Introduction à la SST

Introduction à la SST Introduction à la SST par Patricia Vega, ing. 1 Objectif de la présentation Donner une introduction générale sur le domaine de la prévention des accidents et des maladies du travail. 2 Lois, règlements

Plus en détail

Pierre Poulin conseiller, ASSTSAS Grand Rendez-Vous CSST 2011

Pierre Poulin conseiller, ASSTSAS Grand Rendez-Vous CSST 2011 Rôle du Comité Paritaire de Santé et de Sécurité du Travail (CPSST) selon le modèle de la norme CSA Z1000-06 Pierre Poulin conseiller, ASSTSAS Grand Rendez-Vous CSST 2011 Bienvenue Présentation De l Association

Plus en détail

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL La santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses constituent un enjeu majeur sur les lieux de travail. À titre de dirigeants et dirigeantes de sections locales, il

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE

LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE LES RESPONSABILITES DES DIRIGEANTS ET MANDATAIRES SOCIAUX ET ASSURANCE Le Pontet le 30 01 2014 1 Distinction entre la Responsabilité Civile et Pénale RESPONSABILITE PENALE C est l obligation légale pour

Plus en détail

Objectif de cette note d orientation :... 3 Références légales :... 3 Contexte... 4 Orientation : Ressource de type familial (RTF)...

Objectif de cette note d orientation :... 3 Références légales :... 3 Contexte... 4 Orientation : Ressource de type familial (RTF)... Numéro : 285C Statut de certains travailleurs à domicile, des ressources de type familial, des ressources intermédiaires et des responsables de service de garde en milieu familial 12 octobre 2011 Objectif

Plus en détail

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois INTRODUCTION Le projet de loi visant la création d une Charte fédérale

Plus en détail

DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION. Novembre 2009

DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION. Novembre 2009 DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION Novembre 2009 1010, rue Sherbrooke Ouest, bureau 510, Montréal (Québec) H3A 2R7 Tél. : 514-288-5161-1-877-288-5161

Plus en détail

Santé et Sécurité au Travail SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01

Santé et Sécurité au Travail SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01 SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01 De l obligation générale de sécurité de l élu-employeur vis-à-vis de ses agents "L'employeur prend les mesures nécessaires

Plus en détail

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST)

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Conseil national de recherches du Canada Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Vérification interne, CNRC SEPTEMBRE 2010 1.0 Sommaire et conclusion Contexte Ce rapport présente les

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite Politique et procédures sur la Ligne de signalement fraude et inconduite 7 novembre 2011 TABLE DES MA TIÈRES 1. Définitions... 4 2. Objectifs... 4 3. Principes... 5 4. Champs d'application... 6 5. Traitement

Plus en détail

VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE SECTION 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES (p. 2-3) 1. But 2. Portée 3. Objectifs 4. Définitions TABLE DES MATIÈRES SECTION II OBLIGATIONS DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle

Politique de gestion contractuelle Politique de gestion contractuelle Décembre 2010 (modifiée juin 2011) Table des matières SECTION 1 : Objectifs, définitions et champs d application...3 1.1 Objectifs...3 1.2 Éthique...3 1.3 Portée...4

Plus en détail

UNE RÉFORME DU RÉGIME QUÉBÉCOIS DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL: POUR QUI? POURQUOI? POUR QUAND?

UNE RÉFORME DU RÉGIME QUÉBÉCOIS DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL: POUR QUI? POURQUOI? POUR QUAND? UNE RÉFORME DU RÉGIME QUÉBÉCOIS DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL: POUR QUI? POURQUOI? POUR QUAND? Katherine Lippel, CRC en droit de la SST, Université d Ottawa Séminaire annuel Innovations, travail et

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 POLITIQUE Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 Adoptée par le conseil d administration le 24 novembre 2011 En vigueur le 24-11-2011 Note : Dans ce document, le générique

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2 1. Objet...2 2. Interprétation...3 3. Champ d application...3 4. Définition...3 CHAPITRE II MESURES...3 Section I : Comité de sélection...3

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4 BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA CODE DE CONDUITE DU CONSEIL D ADMINISTRATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00 Guide Conventions de mise à disposition des Adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycée et collèges) Juillet 2012 Bulletin de prévention

Plus en détail

UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8

UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8 UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8 ME DANIEL BOUCHARD LAVERY, DE BILLY 1. PRÉSENTATION Le 13 décembre 2007 est entré en vigueur

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail

Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail Environnement et Travail Santé et sécurité au travail Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail «Quels sont mes droits en vertu de la loi?» «De quelle façon mon

Plus en détail

Cinq nouveaux outils pour assurer une gestion préventive de la santé et de la sécurité du travail dans les établissements d enseignement

Cinq nouveaux outils pour assurer une gestion préventive de la santé et de la sécurité du travail dans les établissements d enseignement Cinq nouveaux outils pour assurer une gestion préventive de la santé et de la sécurité du travail dans les établissements d enseignement Colloque 2015 - Table des répondants de l éducation des adultes

Plus en détail

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études ANNEXE 2010-CA544-17-R5717 Politique sur la santé et la sécurité 12 avril 2010 Avant-propos La politique sur la santé et la sécurité affirme la volonté de l UQTR de protéger la santé, la sécurité et l

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DU BACCALAURÉAT EN ADMINISTRATION DES AFFAIRES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION (FSA)

Plus en détail

POLITIQUES ET PROCÉDURES EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL GLOSSAIRE

POLITIQUES ET PROCÉDURES EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL GLOSSAIRE POLITIQUES ET PROCÉDURES EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL GLOSSAIRE Politiques et procédures en santé et sécurité du travail Ce glossaire est complémentaire au document Politiques et procédures en santé

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE (FSG) EN MILIEU DE TRAVAIL ARTICLE 1 ARTICLE 2 ARTICLE 3

Plus en détail

La présente «Politique de gestion contractuelle» répond à l obligation imposée par l article 573.3.1.2 de la Loi sur les cités et villes.

La présente «Politique de gestion contractuelle» répond à l obligation imposée par l article 573.3.1.2 de la Loi sur les cités et villes. POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE PRÉSENTATION La présente «Politique de gestion contractuelle» répond à l obligation imposée par l article 573.3.1.2 de la Loi sur les cités et villes. Cette obligation

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

La CSST Qui sommes nous? Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur

La CSST Qui sommes nous? Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur La CSST Qui sommes nous? Par : Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur Blainville 3 avril 2008 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) Une compagnie d assurance

Plus en détail

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Daniel Maillé, avocat Secrétariat et affaires juridiques Société de transport de Montréal 19 septembre 2008 1 1 Quelles sont

Plus en détail

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME RÈGLES DE QUALIFICATION DES ENTREPRENEURS

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME RÈGLES DE QUALIFICATION DES ENTREPRENEURS CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN GESTION IMMOBILIÈRE PROGRAMME RÈGLES DE QUALIFICATION DES ENTREPRENEURS AVRIL 2013 Table des matières 1) But 2) Champ d application 3) Portée 4) Qualifications 5) Mesures

Plus en détail

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 MANAGEMENT ET TRAITEMENT DES RISQUES EN ENTREPRISE Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 L INGENIEUR OU RESP. ENVIRONNEMENT I FMG CONSEIL FORMATION I 2015-2016 Maîtriser les normes

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

Faire af faire. avec Hydro-Québec

Faire af faire. avec Hydro-Québec Faire af faire avec Hydro-Québec Sommaire Mot de la directrice Acquisition... 1 Introduction... 2 Règles d éthique d Hydro-Québec... 3 La qualité à Hydro-Québec... 3 Processus d acquisition de biens et

Plus en détail

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE Adoptées par le conseil des commissaires le 25 janvier 2016 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE PRÉAMBULE

Plus en détail

Colloque CPQ. Nouveau mode de paiement de la prime d assurance et autres dispositions en vigueur au 1 er janvier 2011.

Colloque CPQ. Nouveau mode de paiement de la prime d assurance et autres dispositions en vigueur au 1 er janvier 2011. Colloque CPQ Nouveau mode de paiement de la prime d assurance et autres dispositions en vigueur au 1 er janvier 2011 24 novembre 2010 1. Nouveau mode de paiement de la prime d assurance 1.1 Rappel 1.2

Plus en détail

OHSAS 18001 Système de Management Santé et Sécurité au Travail

OHSAS 18001 Système de Management Santé et Sécurité au Travail OHSAS 18001 Système de Management Santé et Sécurité au Travail Document Unique Evaluation des risques professionnels Vianney BOCK Etudes Conseil et Formation 14, rue Cassini 06300 NICE Phone : +33 4 93

Plus en détail

DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP

DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP N 38 - SOCIAL n 18 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 3 mars 2016 ISSN 1769-4000 DÉCRET RELATIF A LA CARTE D IDENTIFICATION DES SALARIÉS DU BTP L essentiel La carte d identification professionnelle

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1.

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1. EIOPABoS16/071 FR Orientations préparatoires sur les modalités de gouvernance et de surveillance des produits par les entreprises d assurance et les distributeurs de produits d assurance 1/13 Introduction

Plus en détail

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection

La méthode d enquête de la CNESST. Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La méthode d enquête de la CNESST Pierre Privé Coordonnateur aux enquêtes Direction générale de la prévention inspection La CNESST (Janvier 2016) Mission : La CNESST est une porte d entrée unique pour

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le [NB - Règlement de la Banque d Algérie n 12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE. Rappels des notions fondamentales. (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012

LE DOCUMENT UNIQUE. Rappels des notions fondamentales. (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012 LE DOCUMENT UNIQUE Rappels des notions fondamentales (Selon la circulaire N 6 de la DRT (18 avril 2002)) Benjamin HUBERT- Mai 2012 LE DOCUMENT UNIQUE Le D.U. : une obligationdepuis 2001 Ca fait 11 ans

Plus en détail

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Le 2 février 2015 Champ d application Les Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM remplacent les versions antérieures des Lignes directrices sur

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE. Section I : Dispositions générales

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE. Section I : Dispositions générales POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Mont-Royal établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la

Plus en détail

Politique anti-corruption

Politique anti-corruption Politique anti-corruption 1. Introduction Notre compagnie attache une valeur importante à sa réputation et s engage à maintenir les normes les plus élevées en matière d éthique dans la gestion de ses affaires

Plus en détail

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Radars photographiques et surveillance aux feux rouges CATÉGORIE : INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE Au début des années 2000, le gouvernement du Québec avait envisagé

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03

POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03 POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03 TITRE DE LA POLITIQUE : N o : Politique sur le remboursement

Plus en détail

Carrosserie. Réduire les coûts SST, une approche gagnante

Carrosserie. Réduire les coûts SST, une approche gagnante Carrosserie. Réduire les coûts SST, une approche gagnante Pourquoi prioriser la santé et la sécurité? Des facteurs humains Maintenir et garantir la sécurité et la santé des travailleurs Améliorer les relations

Plus en détail

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR Chaque salarié et dirigeant du groupe CGR s'engage à : RESPECTER LA PERSONNE ET SON ENVIRONNEMENT AVOIR UNE CONDUITE PROFESSIONNELLE ETHIQUEMENT IRREPROCHABLE AVOIR DES RELATIONS

Plus en détail

Programme Ressources humaines

Programme Ressources humaines No. de la directive Nb. de pages 5 Auteur: Direction des ressources humaines Approuvée par: Comité de gestion Programme Ressources humaines Titre: Programme de gestion de l assiduité au travail Entrée

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

Demande d Inscription Initiale

Demande d Inscription Initiale Demande d Inscription Initiale ATTENDEZ D AVOIR TOUTE LA DOCUMENTATION REQUISE AVANT DE REMPLIR CE FORMULAIRE. Documents requis : Il incombe aux candidats de s assurer que leur relevé de notes est envoyé

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

Aspects réglementaires de la sous-traitance, de la cotraitance et du travail illégal dans le droit des chantiers

Aspects réglementaires de la sous-traitance, de la cotraitance et du travail illégal dans le droit des chantiers A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Aspects réglementaires de la sous-traitance, de la cotraitance

Plus en détail

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance Livret à destination des encadrants présents sur le terrain Pourquoi ce livret? La spécificité des entreprises de l industrie des

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes de placement...

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. (ci-après appelée l «INSTITUTION») (ci-après appelée ) INC., (ci-après appelée ) ARTICLE 1 PRÉAMBULE

CONVENTION DE PARTENARIAT. (ci-après appelée l «INSTITUTION») (ci-après appelée ) INC., (ci-après appelée ) ARTICLE 1 PRÉAMBULE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE: CÉGEP, corporation légalement constituée en vertu des lois du Québec, ayant sa place d affaires au directeur général, dûment autorisé à agir tel qu il le déclare; (ci-après

Plus en détail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail Guide de la personne déléguée Déclaration des accidents de travail Décembre 2007 Introduction Toute enseignante ou tout enseignant peut être victime d un accident de travail. Le présent document se veut

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Municipalité de Saint-Norbert-d Arthabaska

Municipalité de Saint-Norbert-d Arthabaska Municipalité de Saint-Norbert-d Arthabaska POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE DÉCEMBRE 2010 Copie certifiée conforme Ce 20 janvier 2011 La secrétaire-trésorière Linda Trottier, M.B.A. Table des matières

Plus en détail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail santé - sécurité au travail Enseignement agricole Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail Du danger à la prévention des risques professionnels Le secteur agricole est un secteur «à risques». Mais

Plus en détail

ANNEXE 01.01.18 - POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE REPENTIGNY

ANNEXE 01.01.18 - POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE REPENTIGNY ANNEXE 01.01.18 - POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 3 2. CHAMP D APPLICATION... 4 3. PRINCIPES DIRECTEURS... 4 4. OBJECTIF POURSUIVI

Plus en détail

CONSTITUTION DU SERVICE

CONSTITUTION DU SERVICE PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 14 juillet 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 611 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CONSTITUTION

Plus en détail

Vérification des contrôles des rapports financiers

Vérification des contrôles des rapports financiers Vérification des contrôles des rapports financiers DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Février 2012 Western Economic Diversification

Plus en détail

POLITIQUE concernant l application de la Loi sur le tabac (L.R.Q., C. T-0.01)

POLITIQUE concernant l application de la Loi sur le tabac (L.R.Q., C. T-0.01) POLITIQUE concernant l application de la Loi sur le tabac (L.R.Q., C. T-0.01) adoptée par le conseil d administration le 21 mai 2008 (résolution CHA-139-2008-12) Cette politique abroge et remplace: la

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

INCORPORATION FOIRE AUX QUESTIONS

INCORPORATION FOIRE AUX QUESTIONS INCORPORATION FOIRE AUX QUESTIONS LE RÈGLEMENT ET LA SOCIÉTÉ Q1 : Quels sont les membres assujettis aux obligations du Règlement? R1 : Seuls les membres qui entendent bénéficier de la structure juridique

Plus en détail

Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel

Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel Document 9 : Ligne 4860 Travail avec un collecteur de fonds externe ou contractuel Un organisme de bienfaisance enregistré peut retenir les services d un collecteur de fonds professionnel pour gérer ses

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

Le chef de service est la clef de voûte de toute l architecture de la santésécurité au travail (SST) de son service.

Le chef de service est la clef de voûte de toute l architecture de la santésécurité au travail (SST) de son service. Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES ACTEURS INTERNES DE LA SST LE CHEF DE SERVICE... 1 LES AGENTS... 3 L'ASSISTANT ET/ OU CONSEILLER DE PREVENTION.4

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 ÉNONCÉ DE POLITIQUE CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration de Cogeco inc. (la «Société») est élu par les actionnaires de la Société afin de surveiller la gestion de l ensemble

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure de travail en espaces clos

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure de travail en espaces clos Procédure de travail en espaces clos Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 5 1.0 OBJET

Plus en détail

L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril 2010 1

L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril 2010 1 C est très tôt, dés le début du XX siècle, qu apparaissent les premières dispositions légales encadrant la consommation d alcool sur le lieu de travail. Gérer les problèmes liés à la consommation ou à

Plus en détail

La permanence des correctifs: ça veut dire quoi, concrètement, dans les lieux de travail? Rapport annuel de gestion 2011

La permanence des correctifs: ça veut dire quoi, concrètement, dans les lieux de travail? Rapport annuel de gestion 2011 24 e colloque santé et sécurité au travail Abitibi-Témiscamingue 24 octobre 2012 La permanence des correctifs: ça veut dire quoi, concrètement, dans les lieux de travail? Guylaine Bourque, ing. Rapport

Plus en détail

TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger. INFO Janvier 2014

TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger. INFO Janvier 2014 INFO Janvier 2014 TVA Modifications fiscales pour les véhicules de fonction de salariés résidant à l étranger Depuis le 30/06/2013, la détermination du lieu de référence a changé pour la location de longue

Plus en détail

FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST)

FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST) FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST) Durée : Participants : Public : Pré-requis : Objectifs : Moyens pédagogiques : Intervenant 12 heures + si nécessaire, le temps pour traiter les

Plus en détail

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Dans cet ouvrage, les génériques masculins sont utilisés sans discrimination et uniquement pour alléger le texte. Toute reproduction doit être autorisée

Plus en détail

Projet de loi n o 74. Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel. Présentation

Projet de loi n o 74. Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel. Présentation DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 74 Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel Présentation Présenté par M. Yves Bolduc Ministre de la

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Politique d intégrité en recherche (ci-après appelée la «présente politique») découle de la Politique institutionnelle

Plus en détail

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE ADMINISTRATIVE DE GESTION DOCUMENTAIRE

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE ADMINISTRATIVE DE GESTION DOCUMENTAIRE Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE ADMINISTRATIVE DE GESTION DOCUMENTAIRE TABLE DES MATIÈRES 1. LE CADRE JURIDIQUE... 1 2. LES CHAMPS D APPLICATION... 1 Une définition...

Plus en détail

LE COMMISSARIAT AUX APPORTS

LE COMMISSARIAT AUX APPORTS LE COMMISSARIAT AUX APPORTS Institution juridique du commissariat aux apports Le commissariat aux apports est la mission en vertu de laquelle un professionnel s exprime sur la valeur attribuée à un apport

Plus en détail

Devoirs spécifiques en matière de fosses septiques. Le Règlement sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées

Devoirs spécifiques en matière de fosses septiques. Le Règlement sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées 1 sur 5 N o 4 5 septembre 2007 Rôle et pouvoirs des municipalités concernant l installation de fosses septiques À la suite d'investigations ayant porté sur certains systèmes d'assainissement des eaux usées

Plus en détail