Le sujet qui nous rassemble aujourd hui est celui des innovations de services en matière de Ressources Humaines.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le sujet qui nous rassemble aujourd hui est celui des innovations de services en matière de Ressources Humaines."

Transcription

1 Le sujet qui nous rassemble aujourd hui est celui des innovations de services en matière de Ressources Humaines. Pour restituer le contexte et comprendre ce qui nous a amené à vous proposer ce thème, il faut revenir sur l étude que nous avons menée, il y quelques mois portant sur la reconnaissance au travail. Pour donner le ton du rendez-vous d aujourd hui, je vous précise d ores et déjà que nous allons au cours de ce petit-déjeuner consacrer de longs temps de débats et d échanges. Vous serez donc sollicités tout au long de cette présentation, n hésitez pas à nous faire part de vos avis et de vos remarques. 1

2 En décembre dernier nous avons organisé et animé une conférence à l IAE. Cet évènement a rassemblé à la fois des professionnels (160 participants) et des universitaires (étudiants et enseignants). Nous sommes partis du postulat que les entreprises parlent de plus en plus de baisse d'implication et d engagement des salariés et que dans le même temps, les attentes en termes de reconnaissance n ont jamais été aussi fortes de la part des salariés et beaucoup d entreprises éprouvent des difficultés à satisfaire ces attentes. 2

3 Cette étude avait donc pour objet la reconnaissance au travail dans toutes ses dimensions. Elle relève d un partenariat entre l ARACT (Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail) et les apprentis en Ressources Humaines de l IAE de Tours. L objectif de la démarche étant de définir ce concept et d en déterminer les enjeux, d identifier les outils, les acteurs et plus largement les bonnes pratiques en matière de reconnaissance dans notre région. Concernant la méthodologie, nous avons mené une double enquête avec d une part, la réalisation de près de 60 entretiens sur le terrain auprès des principaux acteurs des RH (dirigeants d entreprise, Responsables des RH, managers et représentants du personnel) et d autre part, l administration d un questionnaire à une population de salariés avec plus de 300 répondants. Les entreprises sollicitées dans le cadre de cette étude sont de toute taille (TPE, PE et ME, grandes entreprises) et de tout secteur d activité. 3

4 Pour introduire et nous amener à ce qui nous intéresse aujourd hui, nous allons vous présenter les principaux résultats qui sont ressortis de cette enquête. Par ailleurs, vous retrouverez dans les pochettes qui vous ont été distribuées, un nuancier qui avait été crée pour l occasion et qui reprend l ensemble de l étude. 4

5 Suite à nos entretiens, voici la définition de la reconnaissance que nous avons pu établir : «La reconnaissance au travail est l ensemble des éléments de valorisation du travail des salariés à l intérieur de l organisation. Elle est à la fois : -collective et individuelle, -formalisée et non formalisée, -matérielle et non matérielle». Ainsi, que l on se place du point de vue des entreprises ou des collaborateurs, ce qui fait consensus lorsque l on parle de reconnaissance au travail c est son caractère multidimensionnel et multifactoriel. 5

6 Sur la question des enjeux, les entretiens menés auprès des professionnels mettent en exergue les différents aspects du travail impactés par la reconnaissance. De nombreux managers ont notamment mis en évidence les liens existants entre les pratiques de la reconnaissance et les comportements des salariés tels que les résultats, l'atteinte des objectifs et la prise d'initiatives. Mais les 3 principaux enjeux cités sont : -Le bien-être des salariés dans le cadre de leur travail -Leur investissement dans le travail et la réalisation de leurs missions -L implication des collaborateurs dans l entreprise Ainsi, plus les salariés se sentent reconnus, plus ils seront épanouis, investis et impliqués et participeront par voie de conséquence à l'amélioration de la performance globale de l'entreprise. 6

7 Concernant les acteurs, on constate que les attentes sont très fortes vis-à-vis du manager de proximité bien sûr qui joue un rôle clef dans les pratiques de reconnaissance. Les salariés attendent également des marques de reconnaissance de la direction de l entreprise mais aussi de leurs collègues et des usagers de l entreprise (clients, fournisseurs, patients, etc.) On constate que la reconnaissance implique tous les niveaux de l organisation et qu il est de la responsabilité de l entreprise d élaborer les pratiques de reconnaissance et l articulation de l ensemble des acteurs.

8 Au regard de ces enjeux, on peut se poser la question suivante: comment développer les pratiques de reconnaissance? Notre enquête a montré que les pratiques actuelles s articulent principalement autour de l individu et des relations qu il entretient avec son environnement de travail. Cela peut se décliner en 3 axes : -Encourager les relations interpersonnelles (collègues, hiérarchie, usagers de l entreprise) -Renforcer la culture d entreprise (valeurs, style de management, rituels) -Réaffirmer les règles de savoir-vivre (politesse, échanges et relations au quotidien) En termes de moyens, pour travailler autour de ces 3 axes, on peut : -Utiliser des outils classiques ou du moins plus traditionnels (type Entretien Annuel D évaluation, primes sur objectifs, flexibilité des horaires, participation aux prises de décision, etc.) qui ont fait l objet de notre première étude. -Orienter ces pratiques vers des services dits «innovants» qui sont l objet de cette étude complémentaire. 8

9 Lorsqu'ils parlent de reconnaissance la plupart des acteurs de l'entreprise parle d'une relation «gagnant/gagnant», ainsi ce construit bénéficierait aussi bien aux dirigeants et aux managers, qu'aux salariés eux-mêmes : les objectifs financiers sont plus facilement atteints, les coûts cachés sont limités (turnover, absentéisme ) et les salariés sont plus épanouis dans leur entreprise. Maintenant, on peut se demander s il est encore possible d innover en matière de reconnaissance. Lors de la présentation du 6 décembre, nous souhaitions favoriser les interactions avec la salle, nous avions donc mis en place un système de boîtier de vote. Nous avons demandé aux participants de répondre à cette question. 9

10 La première enquête qui vient de nous être présentée avait pour objectif de faire un focus sur les pratiques, la mise en œuvre et les enjeux de la reconnaissance au sein des organisations. Aujourd hui il nous a paru intéressant de vous présenter une étude complémentaire sur les innovations de services RH. En effet les innovations de services RH peuvent être une des illustrations possibles de la reconnaissance. 10

11 Notre enquête répondra aux questions suivantes : -De quoi parle-t-on lorsque l on évoque l innovation de services Ressources humaines? -Pour qui? -Quels enjeux? -Quels effets? - Et plus concrètement, comment mettre en place ces innovations de services RH auprès des salariés? Notre enquête a pour objectif de vous dresser un état des lieux et ainsi d identifier quelques tendances. 11

12 Nous avons réalisé une enquête terrain. Nous nous sommes rendus dans 15 entreprises différentes et nous avons mené au total 27 entretiens. La répartition des personnes interrogées est relativement équitable entre les dirigeants et les cadres. 44 % sont des salariés 56 % sont des dirigeants Concernant les caractéristiques des entreprises interrogées, notre échantillon se compose de grandes entreprises avec plus de 250 salariés, de moyenne entreprise dont l effectif est entre 50 et 249 salariés et de petites entreprises avec un effectif entre 10 à 49 salariés. Tel est le cadre général de notre enquête. 12

13 Dans une première partie nous allons répondre aux questions suivantes : De quoi parle-t-on lorsque l on évoque l innovation de services RH? Pour qui? 13

14 Afin de répondre à cette première question «De quoi parle-t-on?» et avant de vous donner notre vision sur l innovation de service RH, j aimerais solliciter votre avis avec la question suivante : - Spontanément, à quoi pensez-vous lorsqu on vous parle d innovation de services RH? Lors de ce petit-déjeuner conférence, notre premier échange a été de comprendre le terme innovation de services RH. Il en est ressorti la liste suivante : crèche d entreprise, conciergerie, covoiturage, pressing, salle de sport, conseil d entreprise (comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail, comité d entreprise, délégué du personnel), développement d outils de communication, massage, relaxation, système d information collaboratifs, tutorat inversé, salle de sieste, accompagnement à la mobilité, mise à disposition de logement, aide aux démarches administratifs, aide juridique, atelier vélo, réparation d automobile, aménagement du temps de travail en fonction du poste et télétravail. Nous pouvons catégoriser ces services sachant que cette liste n est pas exhaustive. Bien être : massage, relaxation, salle de sieste, salle de sport, réparation automobile Tâches administratives : aide juridique et aide aux démarches administratives Plan de développement d entreprise : Mobilité professionnelle : accompagnement à la mobilité Organisation du travail : télétravail, aménagement du temps de travail Et maintenant qu en est-il de la définition et de la classification proposée par notre étude 14

15 Suite à notre enquête, notre définition des nouveaux services RH met en exergue deux axes clés, à savoir : - Aider les salariés d une entreprise à répondre aux impératifs du quotidien par des prestations spécialisées - Répondre aux demandes privées du salarié en offrant, avec l aide de prestataires extérieurs, une gamme de services sur le lieu de travail 15

16 De ce fait, nous avons classé l ensemble de ces nouveaux services RH selon 6 catégories : - Tout d abord les services liés à la maison, comme par exemple, la mise en place d un service de pressing sur le lieu de travail ou encore la proposition de chèques emploi service qui permettent de se soulager des tâches quotidiennes. On peut notamment penser à l embauche d un jardinier ou bien d'une aide à domicile. - Ensuite, nous avons la catégorie qui recense les services liés à la famille, nous sousentendons là principalement les crèches d entreprise ou même les crèches inter entreprises. - Par ailleurs, nous avons listé la catégorie des services de bien-être qui est quant à elle illustrée par les services d esthétique ou les salons de coiffure implantés sur le lieu de travail. -Viennent ensuite, les services liés aux loisirs, qui peuvent être très variés. Par exemple, l entreprise peut faciliter l accès à des concerts, spectacles, ou bien même proposer des cours de cuisine à ses employés. La dimension du sport fait également partie de cette catégorie, comme par exemple la création d une salle de sport au sein même d'une organisation. - Enfin, le dernier type de service innovant que nous avons catégorisé est la prise en charge de certaines tâches administratives qui en quelque sorte «polluent» le quotidien des salariés: démarches concernant les passeports, carte grise, ou services postaux, etc. La définition que nous venons de vous présenter est l illustration de nos représentations ainsi que des résultats que nous avons recueillis lors de notre étude. On pourrait donc se demander si au regard de tous ces services, les attentes sont identiques au sein des structures. 16

17 Et pour répondre à cette interrogation, nous avons observé durant notre enquête que 6 axes ressortaient: Age du salarié Dans un premier temps, nous avons constaté une différenciation des besoins selon l âge des individus. Les jeunes apparaissent demandeurs de ces nouveaux services, et à contrario, les générations seniors semblent plus réticentes, souhaitant préserver la frontière existante entre la vie professionnelle et personnelle. Par exemple, un salarié ayant de jeunes enfants souhaitera bénéficier en priorité d'une crèche d'entreprise au sein de sa structure, ce qui ne sera pas le cas pour un salarié plus ancien. Genre Par ailleurs, contrairement aux idées reçues, nous avons constaté qu il n existe que très peu de différences entre les attentes d un homme et d une femme du même âge. Statut et horaires de travail Au regard de notre enquête, nous avons pu constater que selon le statut et les horaires de travail des individus, les attentes seront différentes. En effet, un cadre qui travaille sur une amplitude horaire assez large sera plus demandeur de services associés à la famille et à la maison qu'un non cadre, qui lui de part ses horaires fixes, aura plus de temps à consacrer à ses tâches quotidiennes. Localisation géographique de l'entreprise Par ailleurs, les attentes seront différentes selon que l'entreprise soit localisée dans une zone rurale ou dans une agglomération. En effet, dans une zone rurale, les salariés auront beaucoup plus de difficultés à se rendre dans les commerces de proximité, c'est pourquoi il semble particulièrement intéressant de rapprocher ces services au sein de leur propre entreprise. 17

18 18

19 Les entreprises vous ont-elles parlé de ces problématiques? Cette thématique peut-elle constituer une mission de l ARACT? Les services à destination des salariés constitue-t-elle un moyen d amélioration des conditions de travail? Selon Isabelle FREUNDLIEB, il n y a pas de lien direct avec les conditions de travail et ces innovations de services RH. Ces innovations de services RH ne résoudrait pas les problèmes d absentéisme ou encore de stress au travail. Cependant, ces innovations de services RH peuvent être une forme de rémunération complémentaire. Il est nécessaire de faire la différence entre les grandes entreprises et les petites et moyennes entreprises. En effet, les premières ont les moyens qu il faut pour mettre en place ce type de services. Cependant, les petites et moyennes entreprises n ont pas forcément les moyens et ce dispositif est beaucoup plus attrayant s il est mis en place en interentreprises. Il permettrait de fidéliser les salariés et d augmenter l attractivité des petites et moyennes entreprises. La mise en place de ce type de service en interentreprises est déjà implanté dans la région Loiret. Le centre multiservices partagé appelé aussi pôle 45 a pour ambition d offrir des services diversifiés aux entreprises et aux employés de la zone. Cette mutualisation des offres a pour but d améliorer le quotidien des salariés. En parallèle, si ce type de services est mis en place dans une entreprise multi sites, un sentiment d iniquité peut être ressenti, dans le cas où certains sites n auront pas la capacité et les moyens de les mettre en place. En effet, un système de compensation devrait être mis en place afin d éviter le sentiment d injustice de la part des salariés. La mise à disposition de ces services, est-elle le rôle de l entreprise? Le rôle d une entreprise est de séduire les salariés pour ensuite les fidéliser. Son rôle social est d aussi de garantir l employabilité et de développer les compétences de ses salariés. 19

20 D autres problématiques communes sont ressorties de nos entretiens, à l origine de l émergence de ces nouveaux services. Tout d abord, les répondants nous ont régulièrement parlé du phénomène de stress en entreprise et de ses impacts et d un fort besoin de reconnaissance et d appartenance des salariés. Pour finir, les entreprises rencontrent des difficultés d attractivité et de fidélisation des salariés et doivent tout faire pour atteindre une performance globale viable. 20

21 La mise en place de ce type de dispositif repose sur une démarche dite «gagnantgagnant» entre le salarié et l entreprise. Nous avons eu la surprise de constater cependant que les opinions sont divergentes à ce sujet comme en témoignent les micro-trottoirs que nous allons visionner. 21

22 La mise en place de services innovants présente de nombreux avantages pour les salariés. 4 conséquences ont particulièrement été mises en exergue par nos répondants. Tout d abord, tous nos répondants ont souligné le bénéfice en termes de gain de temps. Ce type de dispositif semble être un bon moyen pour permettre aux salariés de faire face à leurs contraintes personnelles. Celui-ci leur permettrait d être plus disponibles et d optimiser leur temps libre. Ces derniers estiment ainsi que ce dispositif jouerait en faveur de leur équilibre vie personnelle/ vie professionnelle. De plus, la mise en place de tel dispositif contribuerait à leur bien être. En effet, les salariés nous ont fait part du stress quotidien causé par leurs contraintes personnelles et ils estiment celui-ci pourrait donc permettre de leur simplifier la vie. A travers notre étude, nous avons pu constater qu il existe cependant certains a-prioris et réticences à l égard de ces services innovants. Pour certains salariés il est important de conserver une limite entre l entreprise et leur vie personnelle et ce type de dispositif irait à l encontre de cette volonté. Cela concerne tout particulièrement les services entrant dans la catégorie «loisirs». Ces personnes nous ont expliqué qu elles ne souhaitaient pas partager leur temps destiné aux loisirs avec leurs collègues mais qu elles préféraient privilégier les liens sociaux avec d autres personnes non issues de l entreprise. Il en est de même avec les services liés à la famille. De plus, plusieurs personnes nous ont semblé réticentes vis-à-vis de ce type de dispositif. Pour ces personnes, ces services innovants constituent un moyen de répondre aux intérêts de l entreprise. Ils craignent que l entreprise leur demande en contrepartie d être plus présents sur le lieu de travail et leur fixe des objectifs plus élevés en terme de productivité par exemple. 22

23 Présentation rapide de la société (activité, taille, localisation géographique) Peu d attractivité dans zone rurale, donc nécessité de mettre en place ce type de services pour se démarquer Mise en place d un restaurant d entreprise Mise en place d une crèche d entreprise Projet de salle de sport qui n a pas abouti Projet en phase de réflexion pour d autres services Intérêts pour l entreprise: -Attirer des candidats -Fidéliser les salariés déjà présents -Améliorer l image de l entreprise 23

24 La mise en place de tels services repose sur une démarche dite «gagnant-gagnant» ainsi nous nous sommes aussi intéressés aux raisons qui pourraient pousser une entreprise à opter pour ce type de dispositif. Tout d abord, ce dispositif est un excellent moyen pour les entreprises de faire face à leur manque d attractivité notamment pour celles situées dans des zones géographiques peu attrayantes ou cherchant des profils particulièrement convoités. De nombreux salariés nous ont indiqué que la présence de tels services dans une entreprise pourrait être un critère de sélection dans le cadre où ils auraient à choisir entre plusieurs entreprises. De plus, ce dispositif peut être très intéressant pour les entreprises cherchant à fidéliser leurs salariés. En effet, les entreprises estiment que ces services innovants permettent d améliorer les conditions de travail des salariés et ainsi de diminuer le turnover. Certaines entreprises vont même jusqu à utiliser le terme de «captivité». Par ailleurs, nous avons mis en avant en introduction l impact que peut avoir ce dispositif sur la reconnaissance des salariés. En effet, ces services innovants peuvent rentrer dans la catégorie des moyens de reconnaissance non monétaire. En se joignant aux éléments de rémunération, ils offrent de nouvelles perspectives à l entreprise. Perçus comme de nouveaux moyens de reconnaissance, ils représentent un atout peu exploité jusqu alors. De plus, les répondants nous ont expliqué que ce dispositif contribue au dialogue et à l amélioration des relations internes. Comme nous l avons vu précédemment, il rentre aussi dans les moyens mis en œuvre par les entreprises pour agir sur les RPS et la QVT. Ce dispositif semble aussi permettre de diminuer l absentéisme souvent lié à des contraintes personnelles. 24

25 25

26 Marion Tchoryk, apprentie à la centrale nucléaire de Chinon. J ai eu l opportunité d assister à la mise en place d une conciergerie au sein de mon entreprise. C est un projet qui s est étalé sur une durée de un an voir un an et demi et qui a nécessité des réunions régulières entre l équipe projet et le prestataire. Nous avons dû négocier certains points et réaliser des ajustements pour avoir le résultat final que nous avons aujourd hui. Il est important de replacer le contexte : Aujourd hui, seulement 1% des salariés français dispose d une conciergerie contre un tiers aux Etats-Unis. Le groupe EDF s inscrit dans une démarche qualité de vie au travail, celle-ci qui constitue un fort engagement dans la politique RH du groupe EDF. Pour preuve, 80% des centrales nucléaires ont un projet de conciergerie en cours. Nous verrons pourquoi et comment ont été mise en place la conciergerie et quels sont les facteurs clés de réussite de ce projet. 26

27 27

28 Trois raisons principales : -Un renouvellement générationnel important depuis ces deux dernières années. Nous accueillons une vague de jeunes qui ont de fortes attentes concernant ce type de service -La localisation géographique : La centrale est située à Chinon qui reste une zone relativement rurale. Amener les services dans l entreprise peut donc être un avantage pour les salariés. Notamment, pour les nouveaux arrivants qui ne connaissent pas les régions, ils peuvent trouver certains services au sein même de leur entreprise. -Pics d activité importants : Ce dernier point est la raison principale de la mise en place de la conciergerie. En période de pics d activité, l entreprise accueille jusqu à 1500 voir 2500 travailleurs temporaires et prestataires supplémentaires, sur une période de un à six mois. Services existants : restaurant d entreprise, prestation de massage, Comité d Entreprise 28

29 29

30 30

31 Le prestataire Notre cœur de métier c est le nucléaire, on ne souhaitait pas embaucher quelqu un pour travailler à la conciergerie. Avantages : -Solution clé en main : Le prestataire s engage à assurer la gestion des clients, le suivi des demandes et commandes, la promotion et la communication des services proposés, la mutualisation des sollicitations et l élaboration des statistiques. C est le prestataire qui signe les conventions de prestation avec les partenaires locaux, c est lui qui choisit (qui fait les visites), on ne peut donc pas accuser l entreprise de favoriser un concurrent plus qu un autre. -Répondre à une large demande : L effectif de l entreprise étant important, les demandes sont conséquentes et nécessité d avoir du personnel à plein temps en permanence. Le prestataire, qui travaille déjà avec des entreprises de taille importante, est en capacité de gérer cette demande. -Assurer une qualité de service : Notre prestataire dispose des outils et des connaissances nécessaires pour offrir des services de qualité. -Proposer un package qui comprend un large choix de services : Notre prestataire est capable de gérer un grand nombre de services. Avant l ouverture, il a été visité, négocié avec ses partenaires. Par exemple en terme d hébergement, on peut proposer 1000 logements dans une zone de 60 km autour de la centrale. >> analyse du marché / présélection locale et test en client mystère / signature des conventions Inconvénients : -Coût important -Marges de manœuvre réduites : lieu et taille du local / horaires en fonction du personnel disponible / services proposés - Formalisme assez lourd (renégociation des conventions). 31

32 -Benchmarking : Retour d expérience sur les conciergeries déjà en place au sein d autres entités EDF. Retour quantitatif (nombre d utilisateurs) et qualitatif (quels services sont les plus demandés) -Enquête menée en interne : Connaître les attentes de nos salariés. Les attentes peuvent être différentes d une entité à l autre. Selon : l âge et le statut : Renouvellement générationnel / population plus ou moins âgée et selon la zone géographique : zone rurale/urbaine -Définition du cahier des charges avec la direction -Appel d Offre : 5 entreprises en concurrence présentes sur le marché national et déjà implantées sur des entités EDF. Le prestataire que nous avons retenus été déjà implanté dans le groupe EDF et connaissait le secteur nucléaire. De plus, il travaille déjà pour d autres grands groupe, il sait donc gérer une large demande. 32

33 Prix et commerce local : EDF souhaite que la mise en place de la conciergerie favorise les commerces et établissements locaux. Les prix des services et des produits devront être au maximum les prix du marché local. Responsabilité éthique : Valeurs éthiques et développement durable. Le prestataire doit respecter ces mêmes valeurs. De plus, EDF souhaite que le prestataire favorise le développement des entreprises d insertion, les établissement, et services d aide par le travail et les autres associations solidaires. Périmètres existants: Le périmètre des prestations devra être clairement identifié, en particulier avec le Comité d Etablissement qui propose également des services au salariés (loisirs) dans l objectif de développer des services complémentaires. Confidentialité : Le concierge signe une clause de confidentialité concernant les informations liées à EDF et les informations associées aux services rendus aux bénéficiaires. Organisation : -Tous les utilisateurs (Agents EDF et prestataires) peuvent bénéficier des services de la conciergerie soi en contactant le concierge physiquement présent dans la conciergerie, soit par téléphone, soit par mail - Profil du concierge ; 15 d expérience dans le service à la personne. Connaît le tissu économique de la région, dispose d un réseau de proximité parmi les commerçants du Chinonais. Heures d ouverture : 4h par jour au CNPE : de 7h30 à 9h et de 15h30 à 17h15 -Des points réguliers : Rapport trimestriel. Rapport quantitatif sur les utilisations des services, bilan qualitatif et propositions d ajustement. Enquêtes de satisfaction menées auprès des utilisateurs. Paiement : CB + chèque Logistique et communication : Taille et lieu de la conciergerie Mobilier / matériel informatique / aménagement des locaux Communication Résultats attendus : La performance de la prestation est mesurée d après plusieurs critères : -Les délais -La qualité de prestation (enquête de satisfaction auprès des clients) -La continuité de service -L utilisation des services (mesurée par rapport à l augmentation des utilisateurs des services proposés et par les résultats des enquêtes de satisfaction) Services proposés 33

34 34

35 Synthèse : - Rappel des 4 facteurs clés de réussite - Communication : Les salariés français n ont pas l habitude de ce type de service, il faut donc communiquer massivement. (Signalétique importante, mail réguliers sur les services proposés, catalogue de services en ligne sur l intranet. invitation au pot pour le lancement de la conciergerie. Distribution de bulletins d adhésion au restaurant d entreprise). 35

36 36

37 Points de débat : La reconnaissance au travail passe-t-elle par ces services? La principale préoccupation des salariés est de maintenir et de développer leurs compétences. Ces services ne permettront pas à l entreprise de garantir l employabilité de ses salariés. Ces services seraient un effet de mode mais à termes il n y aurait de véritable adhésion des salariés. L innovation de services RH peut suscités chez certains salariés un sentiment d iniquité ou encore une méfiance? Les ressources humaines ne devraient pas instrumentaliser ces services. Les PME pourront-elles gérer en interne ce type d innovation? Retour sur investissement Ces services seraient réservés à une certaine élite d entreprise. Un débat qui se rapproche de celui autour de l entreprise paternaliste. Vous trouverez ci-dessous les liens des vidéos de M. LIGER ( Conseiller RH à la centrale nucléaire de Chinon) et Mme VANNIER (Gérante de la conciergerie Zerosouci)

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» Julie.coquille@tns-sofres.com / 01 40 92 66 03 Mathilde.tommy-martin@tns-sofres.com 01

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet salariés-parents - 3 avril 2012 Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation

Plus en détail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Drroiitt ett oblliigattiions de ll enttrreprriise au rregarrd du code du ttrravaiill Action Objectifs Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Appréhender les dernières évolutions

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Groupements d employeurs

Groupements d employeurs Groupements d employeurs Rapport d étude Sommaire Objectifs de l étude.. Page 3 Déroulement de l étude. Page 4 Les 3 groupements.. Page 5 Méthodologie.. Page 6 Caractéristiques des 3 groupements.. Page

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Back-Office Partagé Réduisez vos coûts fixes en déléguant votre gestion administrative!

Back-Office Partagé Réduisez vos coûts fixes en déléguant votre gestion administrative! Back-Office Partagé Réduisez vos coûts fixes en déléguant votre gestion administrative! Votre partenaire pour vos réductions de coûts ISP GROUP, l histoire d une expérience industrielle unique ISP GROUP

Plus en détail

SOMMAIRE. Chers locataires, chers résidants, Nos engagements 4

SOMMAIRE. Chers locataires, chers résidants, Nos engagements 4 SOMMAIRE Nos engagements 4 Les Services Mode d Emploi 5 Les Services Santé et Bien Etre 6 Les Services Gain de Temps 8 Les Services Plus 10 Comment nous contacter? 12 Chers locataires, chers résidants,

Plus en détail

L entreprise idéale de demain Entre idéalisme et pragmatisme. 23 avril 2013 Hédiard Madeleine Petit-déjeuner Presse

L entreprise idéale de demain Entre idéalisme et pragmatisme. 23 avril 2013 Hédiard Madeleine Petit-déjeuner Presse L entreprise idéale de demain Entre idéalisme et pragmatisme 23 avril 2013 Hédiard Madeleine Petit-déjeuner Presse Méthodologie Etude réalisée du 11 mars au 7 avril 2013, au travers d un sondage en ligne.

Plus en détail

Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle. - Volet employeurs - Décembre 2014

Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle. - Volet employeurs - Décembre 2014 Baromètre 2014 de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle - Volet employeurs - Décembre 2014 Sommaire Note technique Synthèse des enseignements Perception Importance accordée à la

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Appui-conseil à l innovation sociale

Appui-conseil à l innovation sociale Appui-conseil à l innovation sociale Mode d emploi Vous souhaitez déposer un projet, ce dossier vous propose : Une présentation du dispositif et de son fonctionnement (Fiche-action 1) Des critères et des

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley 1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley En tant que partenaires et conseils des utilisateurs de l'immobilier tertiaire, Foncière des Régions et AOS Studley s'associent pour réaliser une grande

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress GÉRER LE STRESS DANS L ENTREPRISE OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DUREE : 1 JOUR Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress Identifier la notion de risques psychosociaux au titre de la Loi

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Enquête bien-être au travail des salariés

Enquête bien-être au travail des salariés Présentation petit déjeuner RH & Com Linking http://labrh.opinion-way.com Enquête bien-être au travail des salariés Décembre 2012 Note méthodologique Echantillon représentatif de 1014 salariés français

Plus en détail

Centre Nucléaire de Production d Electricité de Chinon Février 2014 CHARTE DE PARRAINAGE. CNPE de Chinon Charte de parrainage 2014 1

Centre Nucléaire de Production d Electricité de Chinon Février 2014 CHARTE DE PARRAINAGE. CNPE de Chinon Charte de parrainage 2014 1 Centre Nucléaire de Production d Electricité de Chinon Février 2014 ANNEE 2014 CHARTE DE PARRAINAGE CNPE de Chinon Charte de parrainage 2014 1 Le Groupe EDF, en France comme à l'international, soutient

Plus en détail

Pollution, stress, fatigue, déplacement : Où en êtes-vous avec la mobilité?

Pollution, stress, fatigue, déplacement : Où en êtes-vous avec la mobilité? DATE Émetteur rappel du titre général de la présentation Pollution, stress, fatigue, déplacement : Où en êtes-vous avec la mobilité? Salon Expoprotection 4 au 7 décembre 2012 1 Lorem ipsum dolor sit amet,

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION PILOTER LES RESSOURCES HUMAINES (OUTILS & OBLIGATIONS) OBJECTIFS DE LA FORMATION OBJECTIF GENERAL Piloter les ressources humaines pour optimiser la performance et le développement

Plus en détail

Télétravail, de quoi parle-t-on?

Télétravail, de quoi parle-t-on? Télétravail, de quoi parle-t-on? 1 Base présentation : Caisse des Dépôts, menée par les cabinets PMP et TACTIS au 1er semestre 2011. Cadre programme des Investissements d Avenir / Fonds National pour la

Plus en détail

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 Présentation de l offre de services 100% web Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 L Offre de services dématérialisée porte l offre de services en ligne et l offre de services 100% web La convention

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie?

Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? 18 2 e semestre 2012/HesaMag #06 Dossier spécial 7/34 Bien-être des salariés et performance des magasins entrent-ils dans le même caddie? La protection du bien-être au travail est un droit des salariés.

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

C D I. Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles

C D I. Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles C D I Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles Association de gestion paritaire Du congé individuel de formation Du crédit et de la mutualité agricoles 1. Qu est-ce que le bilan

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Enquête sur le Bien-être au Travail

Enquête sur le Bien-être au Travail Enquête sur le Bien-être au Travail Résultats de l étude Comundi Janvier 2010 Et RDV sur www.etre-bien-au-travail.fr Objectif et mode opératoire de l étude Objectif : Constituer un baromètre du bien-être

Plus en détail

START. EVENTs CONCIERGERIE. «Plus de temps a perdre, TOUT EST SOUS CONTRôLE» START CONCIERGERIE.

START. EVENTs CONCIERGERIE. «Plus de temps a perdre, TOUT EST SOUS CONTRôLE» START CONCIERGERIE. «Plus de temps a perdre, TOUT EST SOUS CONTRôLE» START. BIENVENUE DANS L UNIVERS START COnciergerie Service international de conciergerie de luxe, START Conciergerie rassemble depuis sa création un cercle

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING Septembre 2011 SYNTEC Coaching 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tel. : 01 44 30 49 00 www.syntec.evolution-professionnelle.com

Plus en détail

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark Campus Paris Saclay L enquête en ligne Les déplacements : des spécificités par statut L équipement : un intérêt marqué pour les transports doux et les services pratiques Le logement : des attentes et des

Plus en détail

L évaluation des risques au travail

L évaluation des risques au travail L évaluation des risques au travail Un outil au service de vos politiques de prévention pour la santé et les RPS Connection creates value Le contexte Au cours des dernières années, la prise en compte des

Plus en détail

Newsletter EDITO FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU L ÉQUIPE. Avril 2014

Newsletter EDITO FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU L ÉQUIPE. Avril 2014 FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU Newsletter Avril 2014 EDITO Ces derniers mois, de nouveaux projets - de véritables défis pour certains d entre eux - ont occupé nos esprits et nos journées. Nous y avons

Plus en détail

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Octobre 2014 Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Méthodologie de l étude Étude réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Agir sur la demande pour résorber la saturation

Agir sur la demande pour résorber la saturation > LA BOÎTE À OUTILS [ DIGITAL ] Agir sur la demande pour résorber la saturation Par Arnaud Mokrani, manager chez Artimon Transports Pour le compte de Transilien SNCF, nous avons expérimenté une méthode

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

Principaux résultats de l enquête BMO 2011 dans les TPE Jeudi 12 mai 2011 Paris

Principaux résultats de l enquête BMO 2011 dans les TPE Jeudi 12 mai 2011 Paris Principaux résultats de l enquête BMO 2011 dans les TPE Jeudi 12 mai 2011 Paris Document pouvant être diffusé BMO 2011 : Deuxième année de l enquête rénovée Elargissement du champ Nomenclature des métiers

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

Enquête communication interne - restitution

Enquête communication interne - restitution Enquête communication interne - restitution Septembre 2014 Julie Gaillot et Ellen Walker Chargées de communication interne Groupe 1 1 Méthodologie et périmètre de l étude 2 Trois phases Phase qualitative

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT NOVEMBRE 2013 2 Le mot de la direction Lorsque nous avons fondé NEXEO, nous avions déjà une expérience significative du métier de la prestation intellectuelle

Plus en détail

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013 1 NOTE PRÉLIMINAIRE... 2 2 LE BILAN SOCIAL AU 31 DECEMBRE 2013... 3 2.1 EMPLOI... 3 2.2 RÉMUNÉRATIONS... 9 2.3 HYGIENE ET SÉCURITÉ... 13 2.4 AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL... 13 2.5 FORMATION... 14 2.6 RELATIONS

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Baromètre des usages numériques professionnels

Baromètre des usages numériques professionnels Baromètre des usages numériques professionnels 3 ème édition Septembre 2013 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. & Charline Launay, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Stress et Management Droits et devoirs du manager. Inter- Entreprises

Stress et Management Droits et devoirs du manager. Inter- Entreprises Management motivationnel Stress et Management Droits et devoirs du manager CATALOGUE Formations Inter- Entreprises Cabinet de Conseil et de Formation en Motivation et Développement de la Performance CRECI

Plus en détail

COMMISSION DE DIALOGUE SOCIAL DE LA POSTE MUTUALISATION DE L ACCÈS AUX SERVICES DANS 1 000 BUREAUX DE POSTE EN ZONE RURALE ET DE MONTAGNE

COMMISSION DE DIALOGUE SOCIAL DE LA POSTE MUTUALISATION DE L ACCÈS AUX SERVICES DANS 1 000 BUREAUX DE POSTE EN ZONE RURALE ET DE MONTAGNE COMMISSION DE DIALOGUE SOCIAL DE LA POSTE MUTUALISATION DE L ACCÈS AUX SERVICES DANS 1 000 BUREAUX DE POSTE EN ZONE RURALE ET DE MONTAGNE 31/03/2015 SOMMAIRE 1. Mutualisation de l accès aux services en

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain?

Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain? Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain? La 11ème conférence annuelle de l'aca a été un succès grâce à l'implication de tous les intervenants: merci à tous! Cette année,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure.

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Participants : Dr Evelyne Barraud, Martine Chevillard, Marie-José Dureau Mer, Isabelle Gouget,

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Commercialisation. Formation

Commercialisation. Formation OPTIMISER SA PRODUCTIVITÉ COMMERCIALE Repérer les axes de développement commerciaux, choisir des actions à mener, optimiser des méthodes et outils de performance commerciale et analyser leur rentabilité.

Plus en détail

Plan de déplacements Inter Etablissements des Vallons de la Tour Enquête préalable Etablissements pour une meilleure mobilité

Plan de déplacements Inter Etablissements des Vallons de la Tour Enquête préalable Etablissements pour une meilleure mobilité Plan de déplacements Inter Etablissements des Vallons de la Tour Enquête préalable Etablissements pour une meilleure mobilité L objectif de ce plan de déplacements? Apporter aux salariés et aux établissements

Plus en détail

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Léopold GILLES Directeur du Département «Evaluation des politiques sociales» - CREDOC SOMMAIRE RAPPEL : entreprises solidaires

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

II. SAVOIRS ASSOCIÉS

II. SAVOIRS ASSOCIÉS II. SAVOIRS ASSOCIÉS S1. PROSPECTION ET SUIVI DE CLIENTÈLE S2. COMMUNICATION - NÉGOCIATION S3. TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION APPLIQUÉES À LA VENTE S4. MERCATIQUE S5. ÉCONOMIE et

Plus en détail

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN

Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens. Frédéric ELIEN Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens Frédéric ELIEN SEPTEMBRE 2011 Sommaire Externaliser le système d information : un gain d efficacité et de moyens... 3 «Pourquoi?»...

Plus en détail

Ateliers Cloud Computing / ADIJ [Atelier n 2] Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles

Ateliers Cloud Computing / ADIJ [Atelier n 2] Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles Ateliers Cloud Computing / ADIJ [Atelier n 2] Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas- Linel et David

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Pré-diagnostic du Développement Durable

Pré-diagnostic du Développement Durable Pré-diagnostic du Développement Durable à l usage des PME-PMI et Autres Entreprises Le présent questionnaire a été réalisé par le groupe Développement Durable de l AUEG qui comprenait des membres d entreprises,

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

catégorie - développement rh

catégorie - développement rh Mise en œuvre d un outil de développement des compétences 360 Feedback au sein de l Université du Courrier du Groupe La Poste Marion TREMINTIN Diplômée d un DESS Gestion Stratégique des Ressources Humaines

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM.

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. Direction du Développement Economique et Emploi Artois Comm. Le 4 juin 2010 ARTOIS COMM. PRESENTATION D ARTOIS COMM. LES CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE : La Communauté

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : EINM1518569D Intitulé du texte : Décret modifiant certains seuils du code des marchés publics Ministère à l origine de la mesure : Ministère de l économie,

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Expérimenter le télétravail dans 11 administrations d'etat du Massif central Bilan d évaluation

Expérimenter le télétravail dans 11 administrations d'etat du Massif central Bilan d évaluation Expérimenter le télétravail dans 11 administrations d'etat du Massif central Bilan d évaluation 19 juin 2014 POINTS CLES DES RETOURS : PRECONISATIONS RAPPELS SUR L ECHANTILLON LES POINTS SAILLANTS DE L

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Acheter des actions de formation

Acheter des actions de formation L achat, quel enjeu? Acheter une action, c est acheter une prestation de services intellectuels qui nécessite un certain formalisme pour optimiser l achat au regard des enjeux. C est pourquoi, en complément

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

Accord Cohésion Sociale

Accord Cohésion Sociale Accord Cohésion Sociale Entre l Unité Economique et Sociale MACIF, représentée par Monsieur Roger ISELI, Directeur Général de la MUTUELLE ASSURANCE DES COMMERCANTS ET INDUSTRIELS DE FRANCE, Société d'assurance

Plus en détail

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris Master Economie du Développement Durable, de l Environnement et de l Energie Trophée Innovation & Développement Durable Développement durable et restauration collective Opportunités et risques, Cas du

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail