P-V DE LA REUNION DU 24 juin 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P-V DE LA REUNION DU 24 juin 2009"

Transcription

1 Présents : P-V DE LA REUNION DU 24 juin 2009 REUNION DU COMITE D ACCOMPAGNEMENT POUR LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES DE FLEURUS-FARCIENNES. Madame Muriel GLAUDE, Responsable du Département Environnement Province du Hainaut et Présidente du Comité. Autorités communales : Monsieur Jean-Luc BORREMANS, Bourgmestre de la Ville de Fleurus ; Monsieur Francis PIEDFORT, Echevin de l Environnement Ville de Fleurus ; Monsieur Christian COURTOY, Conseiller communal Ville de Fleurus ; Représentants du site nucléaire : Monsieur Vincent LUYCKX, General Manager Sterigenics S.A. ; Monsieur Michel BOLAND, Communication Manager IRE ; Monsieur Jean-Michel VANDERHOFSTADT, Directeur Général IRE ; Monsieur François DESMEDT, Directeur Transrad ; Monsieur Philippe DAMHAUT, Directeur Isotopes Médicaux MDS Nordion ; Autorités provinciales : Monsieur Bruno ZORZI, Attaché au Cabinet du Gouverneur de la Province du Hainaut ; Monsieur Michaël GEMENNE, Représentant du Gouvernement Provincial de Namur ; Représentants de la population : Monsieur Bernard BARBIAUX, Communicateur Ville de Farciennes ; Monsieur Gian-Carlo TOMASI, Riverain Farciennes ; Monsieur Albert SCHLEIPER, Président de l Association Farciennes + ; Autres : Monsieur Eric PONLOT, Chef de Bureau Ville de Fleurus ; Monsieur Paul SIMON, Journaliste indépendant Périodique communal de Fleurus ; Madame Béatrice Mangelschotz, Infirmière sociale représentant le Secrétariat du Bourgmestre de la Ville de Fleurus. Excusés : Monsieur Hugues BAYET, Bourgmestre de la Ville de Farciennes. Madame Christiane VASSART, Ligue des Familles (Fleurus). Madame Elisabeth DECLEVE, Vie Féminine (Fleurus). Monsieur Rudy PERES, GALF (Fleurus). Le 24 juin a eu lieu la première réunion du Comité d accompagnement des entreprises nucléaires du zoning Fleurus/Farciennes. Un Comité d accompagnement est constitué de représentants des administrations et autorités communales, des entreprises et des riverains. Il s agit essentiellement d un organe de dialogue. Son rôle est de 1

2 permettre l intégration harmonieuse de l entreprise dans son environnement. Ce comité n a pas pour mission de contrôler l entreprise (mission qui revient au Département de la Police et des Contrôles du Service public fédéral), mais bien d informer mutuellement les différentes parties et de régler les problèmes ponctuels surgissant du fait de l exploitation. Les quatre entreprises actives dans les isotopes (IRE, Sterigenics, MDS Nordion et Transrad) ainsi qu une série de représentants des riverains se sont assis autour de la table. Cette réunion était présidée par Muriel GLAUDE, Responsable de la Cellule environnement de la Province du Hainaut, en présence de Bruno ZORZI, représentant du Gouverneur et sous le patronage de Monsieur le Bourgmestre Jean-Luc BORREMANS (M.BAYET, Bourgmestre de Farciennes, était excusé). Monsieur BORREMANS ouvre la séance. Il remercie les personnes présentes, déplore l absence de riverains de Fleurus et la décision du Comité de Vigilance Fleurus-Farciennes de ne pas participer au Comité d accompagnement. Première constatation, certainement dommageable : à l inverse de quelques représentants farciennois, aucun citoyen fleurusien n avait pris la peine de demander à faire partie de ce comité. A titre individuel en tout cas! Car notre milieu associatif veillera aux intérêts de nos concitoyens. (Vie Féminine, la Ligue des Familles et le GALF) : tous trois excusés le 24 juin). L occasion est toutefois pressante pour la Cité des Bernardins de rééditer l appel à candidatures. Il est en effet primordial que nos concitoyens prennent leur avenir et leur sécurité en main et endossent leurs responsabilités de citoyens. Il rappelle que l objectif de cette réunion est de créer ledit Comité qui est un organe de dialogue et d informations. Monsieur BORREMANS met en évidence l importance d une bonne communication et les conséquences d un manque ou d une mauvaise communication. Le dernier incident survenu chez Nordion le prouve. Certains partis politiques s emparent des incidents pour se mettre en avant et critiquer la majorité fleurusienne. Il y a utilisation et récupération des événements. Il fonde dès lors tous ses espoirs dans ce Comité qui permettra sûrement une plus grande transparence, et d instaurer un climat de confiance entre les différents acteurs (autorités, entreprises nucléaires et représentants de la population). Il cède alors la parole à Madame GLAUDE, Présidente de ce Comité. Madame GLAUDE après s être présentée revient sur la non participation du Comité de Vigilance. Elle propose de rencontrer la personne ressource, personnellement, pour insister sur le fait que ce Comité ne sert pas d alibi ni pour les autorités, ni pour les entreprises. Au sein de cet organe, le dialogue doit être franc, convivial et empreint de respect mutuel. 2

3 Elle signale que le Règlement d Ordre Intérieur préalablement élaboré peut être évolutif et sera soumis à l approbation du prochain Comité. Madame GLAUDE suggère de faire un tour de table afin que toutes les personnes présentes s identifient. Elle demande à Monsieur Paul SIMON, journaliste indépendant d être très prudent dans sa communication et de limiter celle-ci au périodique communal de Fleurus qui paraîtra en septembre Monsieur SIMON confirme que l article qu il rédigera respectera les souhaits du Comité et ne sera pas diffusé dans la presse. Premier point : Madame GLAUDE propose deux méthodes pour la réalisation du Procès- Verbal (PV) soit : 1. Un PV provisoire est rédigé très rapidement, est soumis à tous les participants présents pour correction, remarques et commentaires. Le PV définitif est alors envoyé 4 semaines avant la prochaine réunion et en même temps que la convocation. Celui-ci peut encore faire l objet de remarques lors du prochain Comité avant son approbation définitive. 2. Un PV est adressé à tous les participants sans possibilités de corrections préalables, est commenté lors de la prochaine réunion avant son approbation. C est la première méthode qui est retenue. Deuxième point : Madame GLAUDE interroge les différents représentants sur leurs attentes. Elle rappelle que le Comité est un organe de dialogue, de communication et non un organe de contrôle, de cautionnement vis-à-vis de la population. Pour les représentants de la population : Etre informé. La population sait que les industries et les installations nucléaires ne sont pas sans risques. Il serait opportun de donner une information initiale qui permettrait de mieux comprendre la complexité des entreprises. Suggestions pour améliorer l information : - Obtenir un dossier papier concernant : La présentation de l institution ; Que fait-elle, que produit-elle? Quels sont les risques? Comment gérer ces risques ; 3

4 Qui est le responsable de la communication? Quels sont les moyens, méthodes, plans et schémas de communication? Comment peut-on accéder à la communication? - Il serait intéressant de créer un pôle des entreprises nucléaires situé sur le zoning qui serait un système de veille permanent et qui pourrait donner des informations trimestrielles sur les entreprises concernées (l aspect économique, les événements et le traitement de ceux-ci). Depuis début 2009, l IRE publie un document d information trimestriel qui est distribué en toute-boîtes, intitulé «En Direct de l IRE», à environ ménages. La prochaine édition est prévue en septembre Copies sont également visibles sur le site internet de l IRE. L IRE poursuivra ce mode de contact direct avec les riverains. «Nous pensons qu il n est pas possible pour l instant de publier un document commun aux entreprises concernées car nos «métiers» sont très différents et les stratégies des entreprises ne sont pas forcément identiques». - Obtenir des renseignements sur : Le Plan d Urgence qu il faut mettre en place en cas d accident réel. Il faut faire la différence entre le Plan d Urgence communal, le Plan d Urgence des installations nucléaires, le Plan d Urgence provincial. Monsieur ZORZI propose de faire une présentation Power Point lors d un prochain Comité expliquant la pyramide des relais (Autorités fédérales, comité de crise, province, Bourgmestre ). Comment les riverains vont-ils être prévenus en cas de procédure d urgence? Les pastilles d iode qu il faut prendre, leur péremption (responsabilité de la santé publique). L iode ne se périmerait pas, la date de péremption correspond à une obligation imposée pour les produits vendus en pharmacie. Structurer la communication. Quand un incident survient, il serait légitime que le Directeur informe les membres de l entreprise, les autorités communales, les riverains et les membres du Comité d accompagnement. Il y a divers niveaux de communication et il faut les connaître. Pourquoi l AFCN informe t-elle la presse avant les Bourgmestres? S enrichir mutuellement. Réinstaurer, réinstaller la confiance. L accumulation de faits dans la région générant des nuisances fait peur. Il sera nécessaire de consacrer un long moment des débats à constituer progressivement une confiance mutuelle dont jouiront les interlocuteurs. «Nous sommes ignorants», regrette un Farciennois. «Nous avons besoin d un petit dossier de départ. La base est de bien se connaître.» 4

5 A cette fin, la prochaine réunion sera destinée à présenter plus avant les quatre entreprises nucléaires. Mr VANDERHOFSTADT, Directeur général de l IRE (Institut des radioéléments) a d ailleurs tenu à inviter solennellement l assistance à tenir la deuxième séance du Comité dans les locaux mêmes de l IRE, au terme d une visite des lieux. Chacune des entreprises sera invitée à présenter son entreprise, son activité, son plan de communication et surtout le plan d action d urgence prévu par les services respectifs de sécurité. Il faut admettre que ceux-ci sont parfois pris de court par la communication. «L idéal est que nous communiquions vers les riverains», estime Mr VANDERHOFSTADT. «Car malgré la transparence dont nous faisons preuve, la presse commet encore parfois des amalgames.» «Certains des événements qui sont parus dans la presse nous semblaient extrêmement peu importants», confie Philippe DAMHAUT de MDS Nordion. «Compte tenu des normes autorisées. Il faut savoir que le cas de MDS Nordion, il y a quelques semaines, ne concerne nullement un dépassement de la norme. Au contraire, nous n avons atteint que 3% du niveau de cette norme. Nous n avons jamais pensé que l AFCN (Agence fédérale de contrôle nucléaire) communiquerait sur le sujet A présent, nous devrons communiquer en dehors même de tout incident, afin que les riverains reprennent confiance.» Obtenir très rapidement des informations (améliorer la communication aux riverains). La problématique est plus sur le type et l organisation de la communication, que sur les délais. Demander aux entreprises nucléaires de faire preuve de pédagogie et de précaution car il y a un véritable fantasme autour du nucléaire. Harmoniser, rendre uniforme la manière de communiquer. Les normes limites et à ne pas dépasser, en ce qui concerne les rejets nucléaires, sont et resteront fixées par l AFCN qui a autorité en la matière. Il serait indispensable de s entendre sur la communication et l explication de ces normes, afin d informer correctement la population. Pour la Présidente, Madame GLAUDE : Elle souhaite que les représentants de la population répercutent l information qu ils auront reçue et reviennent au Comité avec les doléances exprimées. Elle espère initier des collaborations dans ce Comité. 5

6 Pour les autorités communales : Monsieur BORREMANS souhaite que les remarques émises soient actées comme : Il y a une lacune en ce qui concerne la représentativité des riverains de Fleurus. Il serait souhaitable de lancer un nouvel appel. Il faut faire comprendre que ce Comité ne prend personne en otage. Ce Comité permettra d avoir une politique du zoning en termes de signalisation des entreprises. Pour les autorités provinciales : Monsieur ZORZI déplore l absence d un représentant des industriels du zoning. Monsieur VANDERHOFSTADT explique que des réunions s organisent pour tenter de créer un «club des entreprises». Actuellement, ce club ne bénéficie pas de structure, d organisation mais pourrait se concrétiser en septembre 2009 et être invité lors du prochain Comité. Pour les représentants des entreprises nucléaires : Monsieur VANDERHOFSTADT (IRE) souhaite se mettre à l écoute des différents représentants, en vue de comprendre au mieux les préoccupations et attentes des riverains, expliquer en toute transparence ce que l Institut fait (les enjeux, les difficultés ) et démystifier le langage nucléaire. L entreprise doit communiquer avec les riverains en organisant, par exemple, une journée «Découverte Entreprise». Monsieur DAMHAUT (Nordion) souhaite mettre en évidence les bienfaits de ce type d entreprise nucléaire notamment en matière médicale et des nombreuses contraintes que l entreprise doit respecter. Monsieur LUYCKS (Sterigenics) soulève le problème de l interprétation de l information par la presse et souhaite qu un climat de confiance soit réhabilité avec les politiques. Il serait souhaitable que les entreprises nucléaires soient en possession d une liste de personnes ressources pour distribuer les informations et bien communiquer lors de problèmes mineurs afin qu un travail de dédramatisation soit accompli. Il faut que les entreprises nucléaires développent la culture de communication, créent des canaux qu elles pourront utiliser en cas de crise. Un changement de mentalité s impose. 6

7 Autre point : Monsieur BORREMANS revient sur l incident survenu chez NORDION. Il a été averti, par l Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN), à 17 heures de l incident survenu à 12 heures. Cette façon de procéder l a rassuré car, lors de ce contact, il apprenait que toutes les analyses avaient été effectuées et qu il n y avait pas de dispositions à prendre. Il a reçu, au total, 3 contacts téléphoniques de l AFCN suivis de courriers électroniques. Grâce à ces informations fondées et vérifiées, Monsieur BORREMANS a pu rassurer ses concitoyens via le site communal. Ce délai de 5 heures lui semble acceptable par rapport à ce qu il a connu lors de la précédente crise survenue en août Il déplore toutefois le silence de NORDION. Monsieur DAMHAUT reconnaît cette erreur de communication. NORDION a communiqué aux médias mais pas aux Bourgmestres qui sont pourtant les premiers interpellés par la population lorsqu un incident survient. De plus, il y a eu une amplification médiatique. Monsieur BORREMANS souligne par ailleurs l amélioration très nette de la qualité de la communication avec l IRE depuis l incident de Il apprécie la communication franche qui s est établie. Les représentants des entreprises nucléaires soulèvent alors le problème du non événement médiatisé. Pour les experts qu ils sont, certains événements techniques ne représentent pas un incident qu il faut signaler. Toutefois, l AFCN informe les médias. Monsieur SCHLEIPER revient sur l incident de NORDION. Il regrette ce délai de 5 heures avant que le Bourgmestre de Fleurus ait été informé et qu il l ait été non par l entreprise mais par l AFCN. Par ailleurs, le Bourgmestre de Farciennes a-t-il été informé de la même manière? Pour lui, il estime par ailleurs que si les entreprises nucléaires souhaitent gagner la confiance des riverains, elles doivent mieux communiquer en dehors de tout événement. Pour lui, les Bourgmestres doivent être avertis dès que l entreprise connaît un incident et tout de suite afin qu ils puissent se préparer à prendre les mesures préventives adéquates éventuelles. Monsieur PIEDFORT exprime ses inquiétudes quant à tout ce qu il vient d entendre. En effet, les entreprises nucléaires représentées autour de la table ont des façons différentes de réagir par rapport à la communication. L incident survenu à l IRE ne semble pas avoir porté ses fruits et la culture de la bonne communication ne semble pas encore être mise en place. Mieux vaut action que précipitation Ainsi, l Agence fédérale sera invitée au prochain comité de suivi afin d exposer sa stratégie de communication et les standards d avertissement 7

8 des autorités. Si chacun s en tient aux mêmes standards, le public aura une meilleure confiance vis-à-vis de ces entreprises pourvoyeuses d emploi et d excellence. «Pour ma part, j ai été rassuré par les derniers événements», conclut Monsieur le Bourgmestre Jean-Luc Borremans. «En effet, j ai été prévenu dans les cinq heures de l incident par l AFCN. Et on m a indiqué d emblée que la situation était sous contrôle, qu aucune mesure ne devait être prise par les Autorités et que la population n avait nullement été mise en danger. Pour moi, c est positif. Ce serait bien plus dangereux de dire tout de suite n importe quoi.» «Cinq heures, c est beaucoup trop», ont estimé les riverains, unanimes. «Si ça avait été grave?», demandent-ils. Mais avec des «Si» «Il n y a jamais eu d accident à l IRE», martèle M. Vanderhofstadt. «Notre plan d urgence est pourtant bel et bien prêt. En cas d accident, un comité de crise interne sera constitué, les Autorités averties, avec indications par radio, télé, et via les services de police pour que tous les riverains prennent leurs pilules d Iode», rassure-t-il. Ce qui pourrait être envisagé : Convier un représentant de l AFCN à participer au prochain Comité pour que l Agence explique sa politique de communication. L IRE remet en séance aux participants un document explicatif de ses activités et copies des derniers «En Direct de l IRE». L IRE va faire un point presse en septembre mais ne souhaite pas que les différentes entreprises soient systématiquement associées dans le processus de communication ; les actionnaires, les directions, les enjeux et les stratégies n étant pas identiques. Prévoir 3 réunions par an dans un premier temps. Quand le Comité sera bien mis en place, on peut prévoir 4 réunions par an avec possibilité de réunion exceptionnelle en fonction des besoins. La prochaine réunion est fixée au 29 septembre 2009 à 18 heures dans les locaux de l IRE. Sur proposition de Mr SCHLEIPER, il est convenu que d autres représentants du secteur associatif de Farciennes notamment- puissent rejoindre le comité et que la procédure pour ce faire soit précisée. Ordre du jour : Présentation des activités des différentes installations nucléaires, de leur plan de communication, de leur politique de sécurité et de leurs perspectives en la matière. Un dossier papier est souhaité. Présentation des plans d urgence et de ses principes de fonctionnement (?) 8

9 Sterigenics (Avenue de l'espérance Fleurus ) : Depuis plus de 50 ans, l entreprise internationale fournit aux industries des dispositifs médicaux et de la pharmacie des solutions de stérilisation en utilisant le traitement par Oxyde d'éthylène (OEt), Rayons gamma et Faisceau d'électrons. Ils proposent également des capacités de traitement pour la Sécurité alimentaire et les Matériaux de spécialité hautes performances utilisant les technologies à base de rayons gamma et faisceaux d'électrons. MDS Nordion S.A. (Zoning Industriel Fleurus ) : MDS Nordion exporte des isotopes médicaux, radiothérapeutiques et assimilés dans plus de 50 pays., Les produits sont utilisés dans les hôpitaux et cliniques : imagerie moléculaire dans la recherche et développement de nouveaux médicaments, diagnostic médical, stérilisation prophilactique Transrad (Zoning Industriel - Site I.R.E Fleurus - : Transrad est active dans le transport et l expédition de matériel radioactif et sensible pour les implantations à caractère nucléaire par tous les moyens de transport (route, air, chemin de fer et mer) ainsi que dans les études de faisabilité, l'emballage et l'arrimage. Egalement dans le stockage de matériel radioactif, l escorte, etc. L IRE (Avenue de l'espérance, Fleurus ) : Elle est un important producteur mondial de radioéléments utilisés en médecine nucléaire à des fins de diagnostic et de thérapie. «Par son activité, l'institut contribue à sauver la vie de millions de personnes dans le monde chaque année», y revendique-t-on. L'IRE participe également à la protection de l'environnement par la mise en œuvre de technologies de surveillance et de mesure du taux de radioactivité dans le sol, l'air et l'eau. Madame GLAUDE lève la séance. 9

Risques nucléaires en Belgique LES POUVOIRS PUBLICS VEILLENT À VOTRE SÉCURITÉ

Risques nucléaires en Belgique LES POUVOIRS PUBLICS VEILLENT À VOTRE SÉCURITÉ Risques nucléaires en Belgique LES POUVOIRS PUBLICS VEILLENT À VOTRE SÉCURITÉ Cher concitoyen, Vous habitez à moins de 10 km des installations nucléaires de Fleurus. Soyons clairs : le risque de voir un

Plus en détail

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel "La Colline"

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel La Colline Compte-rendu du CONSEIL d ADMINISTRATION du Mardi 31 mars 2015 Présents : Excusés : Absents : Mesdames BEAUDENON, BEAUFORT-LANCELIN, COIFFIER, CUBERA, FRAIGNEAU, GAILLARD, HATTRAIT, OUDIN, PREVOT, ZAYANI

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR PROVINCE DU BRABANT WALLON ARRONDISSEMENT DE NIVELLES COMMUNE DE PERWEZ Article 1. COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR TITRE I. MISSIONS Conformément au décret de l Exécutif

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Berne, le 9 janvier 2012 Ce que la Banque nationale suisse (BNS) a pu accomplir depuis ma nomination

Plus en détail

CHAPITRE 8 ORGANISATION DE LA COMMUNICATION

CHAPITRE 8 ORGANISATION DE LA COMMUNICATION ORGANISATION DE LA COMMUNICATION Pour toute communication, il est important de bien cibler l objectif à atteindre. Sans une démarche de planification et d organisation de celle-ci, les probabilités de

Plus en détail

Compte-rendu du conseil d école n 3. Année scolaire 2014-2015

Compte-rendu du conseil d école n 3. Année scolaire 2014-2015 Ecole Françoise Dolto Kervignac, le 22-06-2015 Rue du stade 56700 Kervignac 02 97 65 72 77 ec.0560297u@ac-rennes.fr Compte-rendu du conseil d école n 3. Année scolaire 2014-2015 Présents : - M. Plunian,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique CCRRA Le 30 mars 2004 Madame, Monsieur, Au nom du Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA), je suis heureux de vous annoncer la publication d un document de consultation

Plus en détail

LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE

LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE Avant-propos Cher copropriétaire, Vous venez d acquérir un logement dans un immeuble en copropriété. Nous sommes heureux de vous accueillir et nous vous souhaitons d y vivre

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

Elaboration du Plan Communal de Sécurité

Elaboration du Plan Communal de Sécurité Objectif Elaboration du Plan Communal de Sécurité S E C U R I T E Elaboration du Plan Communal de Sécurité O b j e c t i f S E C U R I T E O b j e c t i f S E C U R I T E 1 Objectif S E C U R I T E Madame,

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE

MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE Parler devant des micros ou face à une caméra, se retrouver sous les projecteurs d un plateau de télévision représentent des situations peu ordinaires. Surtout,

Plus en détail

COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN

COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN Procès verbal n 47 Comité des experts 07 et 08 décembre 2009 Djibouti Palace Kempinski

Plus en détail

Jambes, le 12 novembre 2003. Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune»

Jambes, le 12 novembre 2003. Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune» Jambes, le 12 novembre 2003 Au Collège des Bourgmestre et Echevins Administration communale «Adresse» «CP» «Commune» N/Réf. : E-THL/val/2003/13317/PAL (à rappeler dans toute correspondance) Annexes : 2

Plus en détail

Traduction du courrier de la Ministre-Présidente de Rhénanie-Palatinat du 31 mars 2014 à M. Joachim MERTES, Président du Landtag

Traduction du courrier de la Ministre-Présidente de Rhénanie-Palatinat du 31 mars 2014 à M. Joachim MERTES, Président du Landtag Traduction du courrier de la Ministre-Présidente de Rhénanie-Palatinat du 31 mars 2014 à M. Joachim MERTES, Président du Landtag Monsieur le Président du Landtag, Conformément à la procédure convenue entre

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Exemple de PV en compte rendu amélioré : Projet de procès-verbal de la réunion du Comité d Établissement Séance du 29 septembre 2011

Exemple de PV en compte rendu amélioré : Projet de procès-verbal de la réunion du Comité d Établissement Séance du 29 septembre 2011 Exemple de PV en compte rendu amélioré : Projet de procès-verbal de la réunion du Comité d Établissement Séance du 29 septembre 2011 Etaient présents : La Direction Roland, Président du Comité d Etablissement

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

Fédération Royale des Corps de Sapeurs-Pompiers de Belgique

Fédération Royale des Corps de Sapeurs-Pompiers de Belgique EGHEZEE 24 juin 2011 REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Accueil par le Président : Le Président GILBERT accueille les participants et ouvre la séance à 14h00. Appel des Administrateurs : Appel des Administrateurs

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 10/09/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins --- CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012

Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012 Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012 Etaient présents : Représentant l'administration : Monsieur Eric TOURNIER,

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 Objet : Recrutement d un chargé de mission chargé de la formation interne au sein de l Administration générale des Personnels de l Enseignement Réseaux : tous réseaux Niveaux

Plus en détail

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité

Conseil de Quartier. Malcense - Egalité Conseil de Quartier Malcense - Egalité du 14 septembre 2009 1 Avant de commencer le Conseil de Quartier, Monsieur TALPAERT, Président du Conseil de Quartier excuse l absence de Madame DAHMANI L KASSIMI,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie

Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Médicaments en vente libre : considérations pour la pratique de la physiothérapie Adapté d un article approuvé de l Alliance canadienne des organismes de réglementation de la physiothérapie (2012) Le CPTNB

Plus en détail

BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer. Guide d utilisation pour une alerte et information optimale

BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer. Guide d utilisation pour une alerte et information optimale BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer Guide d utilisation pour une alerte et information optimale Table des matières BE-ALERT Pilote: tester pour améliorer 1 1 PREAMBULE 3 2 Un cadre d utilisation précis

Plus en détail

Missions des comités en détail

Missions des comités en détail Missions des comités en détail Missions et attributions des Comités du Conseil Le Conseil d administration a défini dans son règlement intérieur les missions et attributions de ses différents Comités permanents

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TELECOMMUNICATIONS DE L INFORMATION, DE LA COMMUNICATION ET DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT CABINET DU MINISTRE DISCOURS DE LA MINISTRE DES TELECOMMUNICATIONS, DE L

Plus en détail

La simulation visuelle des projets à Gerpinnes

La simulation visuelle des projets à Gerpinnes Les fiches d aménagement rural La simulation visuelle des projets à Gerpinnes Quand développement rural rime avec aménagement du territoire, urbanisme, architecture et patrimoine! 6 Gerpinnes L hôtel communal

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès 111 GUIDE PRATIQUE Droit d accès QU EST-CE QUE LE DROIT D ACCÈS? page 2 COMMENT EXERCER SON DROIT D ACCÈS? page 3 POUR ACCÉDER A QUOI? page 5 QUELLE RÉPONSE ATTENDRE? page 6 QUAND ET COMMENT SAISIR LA

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

Créteil, le 30 octobre 2014. L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne

Créteil, le 30 octobre 2014. L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne Créteil, le 30 octobre 2014 L inspectrice d académie, directrice académique des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne à Mesdames et Messieurs les chefs d établissements du second

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

du CLIC à... la Commission de Suivi de Site

du CLIC à... la Commission de Suivi de Site du CLIC à... la Commission de Suivi de Site en Rhône-Alpes, 36 CLIC et une quarantaine de CLIS vont évoluer en CSS la Commission de Suivi de Site articles L125-2, L125-2-1, L515-8, R125-8-1 à R125-8-5,

Plus en détail

Procédure 2600-040 TABLE DES MATIÈRES

Procédure 2600-040 TABLE DES MATIÈRES Procédure 2600-040 TITRE : ADOPTION : Procédure concernant la sécurité lors de la mobilité étudiante internationale Comité de direction de l Université Résolution : CD-2012-07-10-23 ENTRÉE EN VIGUEUR :

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS D ACTIONS A DROIT DE VOTE DOUBLE DU 29 MAI 2015

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS D ACTIONS A DROIT DE VOTE DOUBLE DU 29 MAI 2015 LEGRAND Société Anonyme au capital de 1 063 830 460 euros Siège Social : 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny 87000 Limoges 421 259 615 RCS Limoges PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR

RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service facultatif rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée

Plus en détail

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 PARIS, le 11 Avril 2000 PROCES VERBAL REUNION AFFAIRES GENERALES DU 24 MARS 2000 Présents : MM. SIMON, MERIC, VILLEROT, MARLIOT, Mmes

Plus en détail

Compte-rendu InterGAL du 14/12/04

Compte-rendu InterGAL du 14/12/04 Compte-rendu InterGAL du 14/12/04 1. Communication interne Remarque préliminaire : la communication interne ne doit pas être confondue avec différents aspects administratifs relatives à la mise en œuvre

Plus en détail

La responsabilitié civile... vous connaissez?

La responsabilitié civile... vous connaissez? Fiche d activité FA La responsabilitié civile... vous connaissez? Lorsqu on parle d assurance habitation, le feu et le vol sont les deux sortes de sinistres qui viennent d abord à l esprit. Mais il y en

Plus en détail

Concerne : Protocole Orientation usagers SPF Sécurité sociale et autorité fédérale

Concerne : Protocole Orientation usagers SPF Sécurité sociale et autorité fédérale Service public fédéral Sécurité sociale Service public fédéral Sécurité sociale Place Victor Horta 40 boîte 20 1060 Bruxelles Personne de contact Machteld Ory 02/528.63.18 machteld.ory@minsoc.fed.be Concerne

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

PREMIER RAPPORT COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS. Deuxième session de la. 55 e législature. Nouveau-Brunswick. le 16 décembre 2004

PREMIER RAPPORT COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS. Deuxième session de la. 55 e législature. Nouveau-Brunswick. le 16 décembre 2004 PREMIER RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS Deuxième session de la 55 e législature du Nouveau-Brunswick le 16 décembre 2004 MEMBRES DU COMITÉ M. Carr, président M. Betts, vice-président

Plus en détail

01-APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 10 JANVIER 2014 02-DECISIONS PRISES PAR DELEGATION DECLARATIONS D INTENTION D ALIENER

01-APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 10 JANVIER 2014 02-DECISIONS PRISES PAR DELEGATION DECLARATIONS D INTENTION D ALIENER EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS SÉANCE DU 21 Février 2014 Nombre de conseillers en exercice... : 15 Nombre de présents... : 12 Vote par procuration... : 2 Nombre de votants... : 14 Date de convocation

Plus en détail

Procès-verbal de l'assemblée communale ordinaire lundi 16 décembre 2013, à 20h00 au bâtiment communal de Ferpicloz

Procès-verbal de l'assemblée communale ordinaire lundi 16 décembre 2013, à 20h00 au bâtiment communal de Ferpicloz Procès-verbal de l'assemblée communale ordinaire lundi 16 décembre 2013, à 20h00 au bâtiment communal de Ferpicloz Présidence : M. René Kolly (RK), Syndic Procès-verbal : Mme Valérie Kolly (VK), Secrétaire

Plus en détail

Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle, du 15 mai au 1 ier juin 2015

Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle, du 15 mai au 1 ier juin 2015 Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Ligne directrice n o 2015-07 Élection partielle remplacée par une élection générale Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

Un contrôle citoyen avec les entreprises

Un contrôle citoyen avec les entreprises Un contrôle citoyen avec les entreprises mai 2014 2 L objectif du plan d action La grande majorité des entreprises s inscrivent dans une démarche citoyenne et veillent à acquitter correctement leurs impôts.

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Systèmes de suivi. contre le vol de véhicules. Brochure d information destinée aux utilisateurs de systèmes de suivi

Systèmes de suivi. contre le vol de véhicules. Brochure d information destinée aux utilisateurs de systèmes de suivi Systèmes de suivi contre le vol de véhicules Brochure d information destinée aux utilisateurs de systèmes de suivi Vous venez d acheter une voiture ou vous êtes sur le point de le faire. Vous souhaitez

Plus en détail

ANIMATIONS COLLECTIVES PROPOSEES PAR LE SERVICE SOCIAL DE LA FUNOC

ANIMATIONS COLLECTIVES PROPOSEES PAR LE SERVICE SOCIAL DE LA FUNOC ANIMATIONS COLLECTIVES PROPOSEES PAR LE SERVICE SOCIAL DE LA FUNOC Les Intervenantes sociales de la FUNOC proposent aux équipes pédagogiques des thématiques sociales bien spécifiques. L objectif poursuit

Plus en détail

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Rapport annuel sur les éloges et les plaintes du public 1 Table des matières Message du responsable de la gouvernance

Plus en détail

COMPTE RENDU du Conseil d'administration du Mercredi 24 Septembre 2014. Les personnalités présentes et excusées : Le déroulé :

COMPTE RENDU du Conseil d'administration du Mercredi 24 Septembre 2014. Les personnalités présentes et excusées : Le déroulé : COMPTE RENDU du Conseil d'administration du Mercredi 24 Septembre 2014 Les personnalités présentes et excusées : Statut Identité Qualité Présent Excusé BOUVIER Marie-Christine Présidente X ROY Frédéric

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES par Camille LASTENNET Master 2 sciences politiques spécialité Management du Risque Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Plus en détail

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Réseau sur l Innocuité et l Efficacité des Médicaments Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Instituts de recherche en santé du Canada Canadian Institutes of Health Research Version

Plus en détail

Outils pour développer les entreprises en Wallonie Le Centre pour Entreprises en difficulté

Outils pour développer les entreprises en Wallonie Le Centre pour Entreprises en difficulté Outils pour développer les entreprises en Wallonie Le Centre pour Entreprises en difficulté Alain DEMAREZ Responsable Coordination CEd-W à l ASE 1. Pourquoi un CEd en Wallonie? La situation des faillites

Plus en détail

DEPARTEMENT DES LANDES MAIRIE DE SOUPROSSE

DEPARTEMENT DES LANDES MAIRIE DE SOUPROSSE DEPARTEMENT DES LANDES MAIRIE DE SOUPROSSE COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL du 29 Septembre 2014 à 20 H Convocation du 22 Septembre 2014 L'an deux mil quatorze et le vingt-neuf septembre

Plus en détail

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria DESS en pharmacie hospitalière Séminaires Assurance Qualité Sion, le 21 juin 2005 Plan Définitions Historique SMQ Pharmacie des HUG Utilité RQPH

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique.

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique. Question de M. Michel PETIT, Conseiller Général du canton de Beaumetz-les-Loges, Président du groupe Union@ction.62, à M. Denis ROBIN, Préfet du Pas-de-Calais, sur les mesures en matière de soutien à l

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

MAIRIE D AIGNAN PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du Mardi 21 Février 2012 à 21 Heures.

MAIRIE D AIGNAN PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du Mardi 21 Février 2012 à 21 Heures. MAIRIE D AIGNAN PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du Mardi 21 Février 2012 à 21 Heures. L'an deux mille douze, mardi 21 février à 21 heures, le Conseil Municipal dûment convoqué, s'est réuni

Plus en détail

Compte rendu «Devoirs et responsabilités des structures d accueil togolaises envers les volontaires expatriés»

Compte rendu «Devoirs et responsabilités des structures d accueil togolaises envers les volontaires expatriés» Compte rendu «Devoirs et responsabilités des structures d accueil togolaises envers les volontaires expatriés» Lomé le mardi 17 juin 2014 Compte rendu rédigé par Claire Cardet CACSI Togo- Sommaire Contexte

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

Ce rapport a été établi en s appuyant sur les systèmes d informations gérés par la direction générale de la Société OCTO TECHNOLOGY.

Ce rapport a été établi en s appuyant sur les systèmes d informations gérés par la direction générale de la Société OCTO TECHNOLOGY. OCTO TECHNOLOGY Société anonyme à directoire et conseil de surveillance Au capital de 305.556,60 Siège : 50 avenue des Champs Elysées 75008 Paris RCS : Paris B 418166096 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Etaient excusés : Mesdames Valérie GIRAUDEAU, Sophie GAUTHIER,

Etaient excusés : Mesdames Valérie GIRAUDEAU, Sophie GAUTHIER, REUNION DE BUREAU DU COMITE REGIONAL D EQUITATION CENTRE VAL DE LOIRE Jeudi 17 Avril 2014 -Procès verbal- Etaient présents : Mesdames Josiane GOURDY, Anne Sophie RIGUET, Messieurs Pascal DEBOUDT, Claude

Plus en détail

Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014

Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014 Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014 1. Communiquer le plan stratégique : utopie ou défi? par J. MOISSE, Inspecteur général au Service public de Wallonie Cf. présentation.ppt en annexe

Plus en détail

Constat de la situation existante. Facteurs favorisant les TCPO

Constat de la situation existante. Facteurs favorisant les TCPO Enquête Sparadrap : Anesthésie et pédiatrie Constat de la situation existante Un projet qui nous tient à cœur Dédramatiser l anesthésie Observation de troubles comportementaux liés à une anesthésie Anxiété

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

La gestion des situations de crise

La gestion des situations de crise agir sur le climat scolaire La gestion des situations de crise Enjeux et procédures Daniel Simon EMS Académie de Montpellier 06 32 82 73 73 daniel.simon@ac-montpellier.fr Sommaire Propos liminaires Avant

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Je soussigné(e) Mme, Mlle, M.., reconnaît avoir pris connaissance du règlement ci-dessus et en accepte les conditions. Fait le..

Je soussigné(e) Mme, Mlle, M.., reconnaît avoir pris connaissance du règlement ci-dessus et en accepte les conditions. Fait le.. Fiche d inscription Prévention et Secours Civiques de Niveau 1 (PSC1) DELEGATION LOCALE DE SURESNES Madame Mademoiselle Monsieur NOM d usage : NOM de naissance : Prénom : Date de naissance : Lieu de naissance

Plus en détail

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR LE PROJET DE LOI N O 97 (Loi visant

Plus en détail

Plan d action DE développement durable 2014-2015. de l Administration portuaire de Québec

Plan d action DE développement durable 2014-2015. de l Administration portuaire de Québec Plan d action DE développement durable 2014-2015 de l Administration portuaire de Québec 1 Plan d action DE développement durable 2014-2015 L Administration portuaire de Québec (APQ) publie son premier

Plus en détail

Moyens et limites du masseur kinésithérapeute d équipes

Moyens et limites du masseur kinésithérapeute d équipes Moyens et limites du masseur kinésithérapeute d équipes Guy TUSSEAU Masseur kinésithérapeute Je vais vous présenter la réflexion collégiale qui a été menée par le groupe des masseurskinésithérapeutes de

Plus en détail

Elections simultanées du 25 mai 2014 - Circulaire concernant la désignation des membres de bureaux électoraux.

Elections simultanées du 25 mai 2014 - Circulaire concernant la désignation des membres de bureaux électoraux. Service public fédéral Intérieur Direction générale Institutions et Population Service Elections Madame, Monsieur le Président du Bureau Principal de Canton, Madame, Monsieur le Bourgmestre, Votre correspondant

Plus en détail

RÉSEAUX SOCIAUX ET COMMUNICATION DE CRISE. Gilles Bazelaire - Dogstudio.be

RÉSEAUX SOCIAUX ET COMMUNICATION DE CRISE. Gilles Bazelaire - Dogstudio.be RÉSEAUX SOCIAUX ET COMMUNICATION DE CRISE Gilles Bazelaire - Dogstudio.be LE WEB 2.0? DE NOUVEAUX POUVOIRS Un ensemble de tendances qu on observe sur le Net depuis 2004 Montée en puissance du contenu produit

Plus en détail