International Law Firm Amsterdam Brussels London Luxembourg New York Rotterdam

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "International Law Firm Amsterdam Brussels London Luxembourg New York Rotterdam"

Transcription

1 Les nouvelles règles sur l'archivage électronique : mise en œuvre pratique Vincent Wellens,, Avocat Barreau Bruxelles/Luxembourg 1

2 Objectifs de la présentation Donner une introduction aux règles imminentes sur la dématérialisation et la conservation électronique de documents à valeur probante sans perdre de vue d autres règles applicables à un projet d archivage électronique afin de permettre aux entreprises de mieux définir leurs stratégies d archivage et d y intégrer le cadre juridique imminent 2

3 Plan de la présentation I. Réglementation relative à l archivage électronique A. Contexte juridique de l archivage : régimes de preuve et de conservation B. Règles relatives à l archivage actuellement en vigueur C. Projet de loi à l archivage électronique D. Projet de règlement grand-ducal II. Autres règles applicables à un projet d archivage électronique A. Protection de données à caractère personnel B. Réglementation financière C. Droit de la faillite 3

4 I. Archivage électronique A. Contexte juridique : régimes de preuve et de conservation B. Règles d archivage en vigueur C. Projet de loi D. Projet de règlement grandducal 4

5 I.A. Contexte juridique de l archivage L archivage électronique s inscrit dans un contexte juridique marqué par une panoplie de règles relatives à : la preuve (1.) la conservation de documents (2.) la prescription d actions en justice (3.) Ce contexte juridique va marquer la classification et les modalités de gestion des documents dans un projet d archivage électronique 5

6 I.A. Contexte juridique de l archivage 1. Les régimes de preuve La charge de la preuve incombe à celui invoque une obligation ou un fait exceptions : présomptions et renversements de la preuve Actes juridiques (contrats et engagements unilatéraux) principe : preuve littérale (art C.civ.) acte «authentique» : notaire acte «sous seing privé» : avec signature manuscrite ou électronique identifiant celui qui l appose et manifeste son adhésion au contenu de l acte preuve par témoins ou présomptions exclue (en principe) 6

7 I.A. Contexte juridique de l archivage exceptions : actes d une valeur de moins de EUR : preuve libre engagements de commerçants (art. 109 C.Comm.) : preuve libre photocopies, factures «commencement de preuve par écrit» écrit émanant de celui contre qui la demande est formée (par exemple, s reçus) qui ouvrent la possibilité de fournir en preuve libre une confirmation du contenu de l acte conventions de preuve contrats de consommation en ligne : garanties supplémentaires < C.consom. 7

8 I.A. Contexte juridique de l archivage Faits juridiques : liberté de preuve des pièces dressées de manière unilatérale n ont (en principe) pas de valeur probante (par ex. s envoyés sans «read receipt») droit administratif / droit pénal preuve littérale : «force» probante liant le juge preuve libre : «valeur valeur» probante à l appréciation du juge 8

9 I.A. Contexte juridique de l archivage 2. Les régimes de conservation Législation commerciale / comptable (art C.comm.) : documents à conserver : art. 11 C.comm. : inscription des opérations (de manière fidèle et complète et par ordre de dates) dans un livre journal unique ou dans un système de journaux spécialisés (avec livre centralisateur unique) art. 12 C.comm. : plan comptable art. 14 C.comm. : pièces justificatives + lettres reçues et copies lettres envoyées possibilité de conserver uniquement des copies mais conditions d équivalence pour le maintien de la valeur probante (art. 16 C.comm.) durée de conservation de 10 ans 9

10 I.A. Contexte juridique de l archivage Législation fiscale : exige le respect des règles de conservation du C.comm. durée de conservation : 10 ans règles de conservation spécifiques à la TVA (loi 1979 modifiée en 2013) possibilité élargie d émettre des factures électroniques : authenticité de l origine intégrité du contenu lisibilité de la facture acceptation de l autre partie signature électronique + EDI : présomption de conformité avec ces conditions règles de conservation (aussi pour les factures papier) : authenticité de l origine intégrité du contenu lisibilité de la facture durée de conservation : 10 ans règles sur la conservation de données à l étranger 10

11 I.A. Contexte juridique de l archivage Législation sociale : une très grande partie des documents sociaux doit être conservée déjà en vertu des dispositions du C.comm. registre spécial ou fichier avec toutes les prolongations de la durée normale du travail, les heures prestées les dimanches, les jours fériés légaux ou la nuit ainsi que les rétributions y relatives (art. L C. Trav.) livre sur le congé légal des salariés (art. L C. Trav.) 11

12 I.A. Contexte juridique de l archivage 3. Les délais de prescription Prescription générale : 30 ans (art C.civ.) Exceptions : obligations d un commerçant : 10 ans (art. 189 C.comm.) actions en paiement des rémunérations de toute nature dues au salarié (art C.civ.) : 3 ans actions des marchands pour les marchandises qu'ils vendent aux particuliers non marchands (art C.civ.) : 1 an 12

13 I.B. Règles d archivage en vigueur Déjà dans les années 80 les entreprises luxembourgeoises (surtout dans le secteur financier) devaient faire face à la gestion en masse de documents Introduction d un cadre juridique en 1986 (modifié en 2000) permettant la destruction de documents originaux papier art Code civil : copies informatiques d originaux : même valeur probante qu un acte sous seing privé si original n existe plus art. 16 Code de Commerce : copies informatiques de pièces comptables avec maintien de valeur probante exception : bilan et compte de profits et pertes conditions d équivalence dans un règlement grand-ducal de

14 I.B. Règles d archivage en vigueur Défauts du cadre juridique actuel si l original papier subsiste, le juge peut exiger sa production la charge de la preuve du respect des conditions d équivalence incombe à l entreprise-détentrice des documents certaines conditions d équivalence sont difficiles à respecter : la condition d irréversibilité du support n est plus en phase avec les pratiques courantes en matière d archivage CSSF, rapport annuel 2008 : «En l absence d un cadre juridique plus adapté, [ ], la CSSF recommande aux professionnels financiers de ne pas détruire les documents communément admis comme preuve devant les instances judiciaires et qui restent principalement sous forme «papier».» 14

15 I.C. Projet de loi Genèse du projet de loi Discussions et préparation depuis plus de 6 ans.menées par un groupe d experts pour résulter dans le dépôt d un projet de loi n 6543 (et d un projet de règlement grand-ducal) le Le projet supprime les défauts du cadre juridique en vigueur, mais ne constitue pas un règlement exhaustif de l archivage électronique La Chambre de commerce a donné son avis le Maintenant il faut encore attendre l avis du Conseil d Etat Le vote aura probablement lieu en automne

16 I.C. Projet de loi Champ d application du projet de loi Actes «sous seing privé» : signature manuscrite ou électronique en premier lieu les contrats, mais également lettres de licenciement Documents sous l obligation de conservation commerciale / comptable Sont exclus du champ d application du projet de loi : actes authentiques les activités de simple stockage de données qui ne consistent pas à conserver des documents en garantissant son intégrité Zone grise de documents non-visés mais dont l intégrité doit être garantie: néanmoins suivre les principes de la loi pour assurer la meilleure garantie de valeur probante 16

17 I.C. Projet de loi Principe de l acceptation de la copie électronique Une copie a la même valeur probante que l'original lorsqu elle a été réalisée dans le cadre d une méthode de gestion régulièrement suivie qui réponde aux conditions fixées par règlement grand-ducal Présomption d équivalence en recourant à un PSDC Une copie ne peut être rejetée par le juge au seul motif qu elle est sous forme électronique ou n'a pas été réalisée par un PSDC-D aussi juges administratifs? Un juge ne peut plus exiger l original si celui existe encore Il faudrait clarifier si ces principes valent également vis-à-vis des autorités publiques 17

18 I.C. Projet de loi PSDC PSDC-D (dématérialisation), PSDC-C (conservation) ou PSDC-DC statut peut être obtenu pour des besoins internes (du groupe) Procédure d obtention du statut certification par un organisme accrédité par l OLAS après vérification du respect de la règle technique de certification la règle technique inclut une analyse des règles juridiques pertinentes qui ont un impact sur un projet d archivage électronique! la notification doit être validée par l ILNAS (voir procédure du ) reporting à l ILNAS d évènements impactant la certification 18

19 I.C. Projet de loi retrait ou suspension éventuels du statut PSDC par l ILNAS obligation d en informer le client-détenteur quel est le statut des documents dématérialisés en cas de retrait d un statut PSDC-D? Moyens et mesures organisationnels PSDC Moyens financiers et des ressources matérielles, techniques et humaines adéquates pour garantir la sécurité, la fiabilité et la pérennité des services Bonne gestion et organisation administrative et application des procédures et méthodes techniques et organisationnelles adaptées 19

20 I.C. Projet de loi Obligation d information précontractuelle sur : La procédure de dématérialisation / conservation La procédure de restitution des documents sous une forme intelligible en garantissant la fidélité à l original Les modalités et conditions de sous-traitance la loi devrait également préciser quels types d activités peuvent être sous-traités (par ex. recours à un datacenter détenu par un tiers?) Les obligations légales du PSDC en vertu de la loi sur l archivage Les conditions contractuelles, y comprises limites de responsabilité Les caractéristiques techniques essentielles des procédures 20

21 I.C. Projet de loi Obligation au secret professionnel Sûretés et garanties sur les matériels et supports de conservation Le PSDC-C ne peut constituer de sûreté ou donner en garantie les matériels et supports sur lesquels des documents avec une valeur probante sont stockés Cela implique-t-il que le PSDC-C doit être le propriétaire des matériels et supports de conservation? avis Chambre de commerce: cette interdiction ne peut pas concerner les data centers détenus par des prestataires-tiers 21

22 I.C. Projet de loi Transfert et cessation d activités Cessation d activités: information à l ILNAS dans un délai de 6 mois : transfert à un autre PSDC (possibilité de refus du client-détenteur) restitution des copies + toute information relative à la dématérialisation et à la conservation des copies ou des originaux numériques (Droits intellectuels? Coûts?) Procédure collective (faillite, gestion contrôlée ) : obligation de restitution nonobstant la procédure collective mais droit de rétention pour le PSDC en cas de non-paiement nouvel art. 567 C.comm. : également un droit de restitution 22

23 I.C. Projet de loi PSDC dans le secteur financier Dématérialisation et conservation dans le secteur financier : agrément d une des deux nouvelles catégories de PSF de support Plusieurs dispositions (circulaires ) applicables à la sous-traitance et aux PSFs de support s appliqueront aussi en l espèce Obtention préalable du statut PSDC obligatoire En dehors du secteur financier, l obligation d obtenir le statut PSDC n est pas obligatoire mais alors pas de présomption de conformité aux conditions d équivalence 23

24 I.C. Projet de loi Reconnaissance des copies conformes aux exigences luxembourgeoises devant des juridictions étrangères? Étude FedISA en cours sur l acceptation dans les pays voisins Risques résiduels peuvent être évités dans les contrats de l entreprise : clause de preuve, choix de la compétence des juridictions luxembourgeoises Proposition de règlement de la Commission européenne (6.2012) juridictions d autres Etats membres doivent accepter documents électroniques l authenticité et l intégrité sont garanties 24

25 I.D. Projet de règlement grand-ducalducal Conditions d équivalence : neutralité technologique et en phase avec les pratiques courantes en matière d archivage Copie : fidèle de l original présomption de fidélité en cas d image identique effectuée de façon systématique et sans lacunes effectuée selon des instructions de travail conservées aussi longtemps que les copies conservée avec soin, dans un ordre systématique, et protégée contre toute altération Règles spécifiques pour les copies par micrographie 25

26 I.D. Projet de règlement grand-ducalducal Dématérialisation garantie d authenticité le processus de copie doit conserver intacts le contenu et l apparence de l original chaque copie doit mentionner de manière systématique la date et l heure précise de sa création un historique précis et tenu à jour de la copie doit être disponible à tout moment Conservation : copies et originaux numériques doivent être durables présomption de durabilité en cas de conservation évitant toute modification ou si enregistrés dès la création dans un document informatique sécurisé et signé électroniquement concordance en cas de transfert 26

27 I.D. Projet de règlement grand-ducalducal systèmes utilisés : sécurité contre altération restitution des documents dans un format lisible et fidèle à l original conditions de copie / dématérialisation présumées remplies si la dématérialisation est réalisée par PSDC-D ou un PSDC-DC conditions de copie / conservation présumées remplies si la conservation est effectuée par PSDC-C ou un PSDC-DC 27

28 II. Autres règles applicables A. Protection de données à caractère personnel B. Réglementation financière C. Droit de la faillite 28

29 II.A. Protection de données Loi sur la protection des données 2002 (< Directive 95/46/EC) Archivage électronique : traitement automatisé de données personnelles application accrue des règles sur la protection des données personnelles champ d application large : dossiers de personnel, factures avec données d une personne physique comme personne de contact la conformité des pratiques des PSDC devrait être vérifiée lors de la certification! Droit lux est applicable si le traitement est effectué dans le cadre des activités d un «responsable du traitement» établi au Lux Responsable : détermine les moyens/finalités du traitement Sous-traitant : agit exclusivement sous l'autorité du responsable 29

30 II.A. Protection de données Principes de la qualité des données traitement loyal exactitude des données limitation des finalités du traitement ségrégation de bases de données à finalités différentes! limitation de la durée de conservation (!) Légitimité du traitement consentement sans ambiguïté exécution d un contrat obligation légale intérêt légitime poursuivi par le responsable du traitement 30

31 II.A. Protection de données Règles strictes sur des données sensibles (santé, casier judiciaire ) Les droits de la personne concernée informations sur le traitement accès aux / correction des données droit d opposition au marketing recours limité à des décisions individuelles automatisées 31

32 II.A. Protection de données Notification à la CNPD exemption pour la gestion des données RH (sauf si données servent à l évaluation de candidats / employés!) de la clientèle et des fournisseurs autorisation préalable pour la surveillance non-occasionnelle (général) autorisation préalable pour la surveillance sur le lieu du travail Mesures de sécurité (!) contrat écrit avec le sous-traitant état de l art (en fonction de la criticité des données)-lux : règles précises mesures de sécurité peuvent engendrer de nouvelles données (log files) responsabilité règlementaire directe pour les sous-traitants! 32

33 II.A. Protection de données Pas d obligation de notification en cas d une violation des données! même sans base légale, l autorité belge chargée de la protection des données a récemment introduit une telle obligation! Transferts aux pays tiers sont permis les transferts vers des pays qui assurent un niveau de protection adéquat Andorre, Australie, Canada, Îles de la Manche, Suisse cas spécial: Etats-Unis (si les entreprises concernées adhèrent aux principes du «Safe Harbor») 33

34 II.A. Protection de données Transfert vers pays hors UE sans niveau adéquat est permis : si la personne concernée a donné son consentement ; si nécessaire à la conclusion / l exécution d un contrat auquel la personne concernée est partie ou dans l intérêt de la personne concernée ; si nécessaire ou rendu juridiquement obligatoire pour la sauvegarde d un intérêt public important, ou pour la constatation, l exercice ou la défense d un droit en justice ; ou lorsque le responsable du traitement offre des garanties suffisantes et le transfert est autorisé par la CNPD procédure accélérée avec recours à des règles types UE dans des contrats bilatéraux règles d entreprise contraignantes au niveau groupe! 34

35 II.A. Protection de données L archivage électronique est souvent basé sur des solutions cloud Opinion 05/2012 du groupe de travail «Article 29» sur le cloud : analyse des risques en choisissant un prestataire : déterminer les types de données à traiter et le niveau de protection requis évaluer si le prestataire prend des mesures techniques et organisationnelles nécessaires pour garantir : la disponibilité du service l intégrité du service la confidentialité la transparence la limitation des finalités la destruction des données la possibilité d intervention la portabilité la responsabilité (accountability) 35

36 II.A. Protection de données Contrat détaillé qui spécifie les instructions du client et les services levels du prestataire les garanties technologiques et organisationnelles spécifiques le droit du prestataire de sous-traiter la restitution des données après la fin du contrat le droit du client de contrôler les activités du prestataire notification du prestataire en cas de fuite de données lieu(x) du traitement etc. Transferts internationaux principes du «US Safe Harbor» pas toujours adéquats dans l environnement du «cloud» il faudra : inclure des clauses contractuelles types adopter des règles d'entreprise contraignantes 36

37 II.A. Protection de données Proposition Règlement UE sur la protection des données Adoption prévue pour 2014, entrée en vigueur en 2016 fait l objet d une discussion entre les diverses institutions de l UE Application uniforme dans l UE Champ d application territorial plus large responsable ou sous-traitant établi dans l UE, ou traitement de données lié à l'offre de biens ou de services à ces personnes ou à l observation de leur comportement 37

38 II.A. Protection de données «One-stop-shop»: État membre où se situe l'établissement principal de l entreprise (ou du groupe?) Lorsque le consentement est requis, il doit être explicite base du traitement en cas de déséquilibre manifeste entre la personne concernée (consommateurs, employés) et le responsable du traitement Droit à la portabilité des données droit d obtenir les données dans un format électronique structuré qui est couramment utilisé et sans que le responsable du traitement fasse obstacle Droit à l oubli numérique et à l effacement pas applicable si les données sont nécessaires pour le respect d une obligation légale ou comme preuve! 38

39 II.A. Protection de données Obligations pour les responsables et les sous-traitants : de rapportage et de documentation protection de données dès la conception et par défaut notification en cas de violation des données à l autorité et la personne concernée analyse d impact relative à la protection des données personnelles surtout pour des opérations critiques, telles que l archivage électronique! délégué à la protection des données : grande entreprise ou en cas de surveillance régulière et systématique 39

40 II.A. Protection de données Responsabilité réglementaire et civile directe des sous-traitants! présomption réfutable de responsabilité (civile) conjointe avec le responsable Dispositions spécifiques dans le contrat de sous-traitance, i.a. : sous-traitance en cascade : consentement du responsable sous-traitant aide le responsable à garantir le respect des obligations de notification, d analyse des risques le rôle du sous-traitant : agir uniquement sur instruction du responsable? Transfert aux pays tiers reconnaissance explicite des règles d'entreprise contraignantes Sanctions administratives de 0,5 à 2 % du chiffre annuel mondial 40

41 II.B. Réglementation financière Le projet de loi sur l archivage électronique instaurera : un régime d agrément pour les prestataires de services de dématérialisation du secteur financier (art Loi sur le secteur financier ( LSF ) 1993) un régime d agrément pour les prestataires de services de conservation du secteur financier (art LSF) lorsque les PSDCs sont des sous-traitants, la réglementation financière relative à la sous-traitance est en principe applicable : Circulaires CSSF 05/178,06/240, 08/350 relatives à la sous-traitance Circulaire CSSF 13/563 sur les exigences d administration centrale, gouvernance interne et gestion des risques Circulaire CSSF 12/544 - surveillance des PSF de support 41

42 II.B. Réglementation financière Cadre règlementaire actuel - Circulaire CSSF 05/178 Approfondie et/ou interprétée par : Circulaire CSSF 06/240: distinction entre les types de PSF de support Circulaire CSSF 08/350: e.a. supervision des PSF de support PSF de support Q&A doc rapports annuels 2011 et 2012 i.a. sur «cloud computing» et les solutions «back-ups» Technologiquement neutre Concept vague de «sous-traitance» Distinction peu claire entres les différents services offerts 42

43 II.B. Réglementation financière Pas de violation du secret si recours aux PSF de support art LSF : agents de communication à la clientèle (gestion de courrier, archivage) art LSF : agents administratifs art. 29-3/4 LSF : opérateurs de systèmes informatiques responsable pour ou intervention autonome sur (une partie de) l environnement du produit opérateurs de systèmes primaires : l établissement des situations comptables et des états financiers opérateurs de systèmes secondaires : autres systèmes Règles strictes pour les transferts en dehors du Luxembourg exception: transfert de données illisibles à des entités du groupe sous surveillance prudentielle à l étranger (+ autorisation de la CSSF) 43

44 II.B. Réglementation financière Cadre règlementaire à partir du Circulaire CSSF 12/552 Modifiée partiellement par Circulaire CSSF 13/563 Administration centrale, gouvernance interne, gestion des risques contrôle interne e.a. obligation d avoir un «IT officer» et un Responsable de la sécurité des systèmes d informations Dispositions sur la sous-traitance : clarification des règles applicables à la sous-traitance en général autorisation de la CSSF si sous-traitance des activités «matérielles» Circulaire CSSF 05/178 abrogée 44

45 II.B. Réglementation financière Consolidation des règles en vigueur relatives à la sous-traitance la définition préalable d une politique de sous-traitance sur la base d une analyse approfondie obligation d avoir un accord écrit avec un cahier de charges responsabilité primaire de l institution financière envers ses clients garantie permanente de la confidentialité / protection des données l institution financière doit avoir l expertise nécessaire en interne évaluation de la nécessité d informer les clients business continuity en cas d événements exceptionnels ou de crise révocabilité des services sous-traités et transfert à un autre fournisseur droit d audit de la CSSF, le réviseur d entreprises agréé et les fonctions de contrôle interne auprès du sous-traitant Accord entre DNB (NL) (représentant de la i.a. CSSF) et Microsoft (365)! 45

46 II.B. Réglementation financière Distinction plus nette entres les fonctions informatiques externalisés services de gestion / d opération de systèmes informatiques services d hébergement services de conseil, de développement et de maintenance quid de la nouvelle catégorie d archivage électronique? Plus de flexibilité en matière de sous-traitance des services de gestion et d opération de systèmes informatiques autorisation de la CSSF pas nécessaire si le sous-traitant n est pas un PSF de support pourvu que le sous-traitant est une entités du groupe (même si elle n est pas soumise à une surveillance prudentielle) les systèmes ne contiennent aucune donnée confidentielle lisible sauf si les clients ont donné leur consentement 46

47 II.B. Réglementation financière plus facile de recourir aux prestataires-tiers des services d hébergement pas nécessaire d avoir l autorisation de la CSSF si le sous-traitant n est pas un PSF de support hébergement au Luxembourg : aucun accès physique / logique du sous-traitant hébergement à l étranger : les systèmes ne peuvent contenir aucune donnée confidentielle lisible, sauf si tous les clients ont donné leur accord La circulaire est applicable à partir de 1 er juillet 2013 aux établissements de crédit, les entreprises d investissement et les professionnels d opérations de prêt......mais les règles relatives à la sous-traitance pourraient être vue comme une consolidation des règles existantes pour les autres institutions financières également 47

48 II.B. Réglementation financière Circulaire CSSF 12/544 - surveillance des PSF de support La circulaire sera applicable aux nouvelles catégories de support PSF dans le domaine de l archivage électronique Rapport détaillé obligé, mais application du principe de proportionnalité! 48

49 II.B. Réglementation financière Rapport d analyse de risques (RAR) annuel : auto-évaluation des risques directs et indirects pour les clients peut être envoyée aux clients (potentiels) description du système de gestion des risques rôles et responsabilités des différentes parties concernées les méthodes et procédures en place pour l identification, l évaluation, la validation, la limitation, le suivi et la communication des risques les outils de gestion et de documentation des risques utilisés sous-traitance de la gestion des risques - autorisation par la CSSF! 49

50 II.B. Réglementation financière Rapport descriptif (RD) contenant entre autres événements significatifs organisation et administration du système informatique à usage interne activités prestées auprès des institutions financières : partenariats / sous-traitance en cascade système informatique à usage externe plan de continuité et de recouvrement (BCP/DRP) succursales et filiales à l étranger Une 2 ème circulaire viendra définir les règles pratiques concernant : la mission des réviseurs d entreprises agréés auprès des PSF de support, et le contenu du compte-rendu analytique de révision ( LFR ) 50

51 II.C. Droit de la faillite Loi modifiant l article 567 C.comm. votée le revendication des biens immatériels (spec. les données) auprès d un prestataire en faillite si les biens sont séparables frais à charge du revendiquant sauf dispositions contraires dans le contrat efficacité de la loi faute de mesures complémentaires? Projet de loi n 6539 portant modernisation du droit de la faillite réorganisation d entreprises en difficultés financières ainsi qu une protection temporaire contre les créanciers 51

52 Questions? N hésitez pas à nous contacter! Vincent Wellens Head of Intellectual Property, New Technologies & Commercial T F E. Nicolas Rase Intellectual Property, New Technologies & Commercial T F E.

53 Présentation NautaDutilh NautaDutilh est un des plus grands cabinets d avocats indépendants dans le BeNeLux et dans l UE (depuis 1742) NautaDutilh dispose de plus de 400 professionnels dans le domaine juridique à Amsterdam Rotterdam Bruxelles Luxembourg ( Londres New York) NautaDutilh couvre tous les domaines du droit des affaires NautaDutilh a un réseau mondial avec des cabinets de premier plan dans leurs juridictions respectives NautaDutilh a une réputation solide dans les domaines de la propriété intellectuelle et des nouvelles technologies 53

54 Présentation de l équipe IP / IT NautaDutilh couvre tout le BeNeLux 25 avocats dans le département propriété intellectuelle & nouvelles technologies dont 2 à Luxembourg possibilité d avoir des Chinese walls entre les différents pays si nécessaire Chambers and Partners (2013, Belgium): This two-partner TMT team gains plaudits for its knowledge of media and technology. It has an impressive client roster and engages with highly technical mandates, such as assisting EDSO, an association of European power companies, with the development, research and implementation of smart grids. In media, it regularly advises Nintendo across Europe and lately provided guidance on the launch of its new gaming consoles. Chambers and Partners (2013, Luxembourg): Vincent Wellens heads the IT/IP practice at NautaDutilh. He is valued for his extensive in-house experience, and is described as being "timely, proactive and enjoyable to work with. 54

55 Activités en droit de l informatique Externalisation des fonctions informatiques avec focus sur le secteur financier Contrats informatiques Protection de données à caractère personnel Protection de logiciels et transferts / licences de droits intellectuels Commerce électronique et marketing en ligne Droit pénal informatique Aspects informatiques du droit du travail E-discovery E-archiving E-invoicing 55

Projet de loi N 6543 relatif à l archivage électronique: Première appréciation juridique

Projet de loi N 6543 relatif à l archivage électronique: Première appréciation juridique Projet de loi N 6543 relatif à l archivage électronique: Première appréciation juridique Vincent Wellens, avocat vincent.wellens@nautadutilh.com 1 Plan Cadre juridique actuel Code civil Code de commerce

Plus en détail

Présentation du projet de loi n 6543 relatif à l archivage électronique. Conférence-débat ICTluxembourg 19 février 2013

Présentation du projet de loi n 6543 relatif à l archivage électronique. Conférence-débat ICTluxembourg 19 février 2013 Présentation du projet de loi n 6543 relatif à l archivage électronique Conférence-débat ICTluxembourg 19 février 2013 1 1 Sommaire 1. Pourquoi une nouvelle législation? Situation actuelle. 2. Structure

Plus en détail

Datagest, une entité de

Datagest, une entité de Datagest, une entité de Datagest en quelques mots Entité informatique de BDO à Luxembourg Gestion de l informatique du groupe Société informatique pour les clients externes Nos activités : Éditeur de logiciel

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Projet de loi 6543 sur les PSDC

Projet de loi 6543 sur les PSDC Projet de loi 6543 sur les PSDC Nouveaux statuts de PSF de support 29-5 : PSDC-D 29-6 : PSDC-C et PSDC-DC La nécessité de PSF de support La conformité au secret professionnel est régie par l article 41

Plus en détail

Les obligations juridiques liées à la collecte des données à caractère personnel et au spam

Les obligations juridiques liées à la collecte des données à caractère personnel et au spam Les obligations juridiques liées à la collecte des données à caractère personnel et au spam Thierry Léonard Avocat auprès du cabinet Stibbe - Chargé d enseignement FUNDP Chercheur au CRID (Namur) 1 Plan

Plus en détail

Table des matières. Préface 5 Claude de Moreau de Gerbehaye. Chapitre I. L archivage électronique et le droit : entre obligations et précautions 13

Table des matières. Préface 5 Claude de Moreau de Gerbehaye. Chapitre I. L archivage électronique et le droit : entre obligations et précautions 13 Table des matières Préface 5 Claude de Moreau de Gerbehaye Chapitre I. L archivage électronique et le droit : entre obligations et précautions 13 Marie Demoulin Section 1. Le contexte juridique 15 1. Panorama

Plus en détail

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux 11 février 2010 CONFERENCE IDC CLOUD COMPUTING Le Cloud dans tous ses états Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux Les bons réflexes pour entrer dans un contrat Cloud en toute sécurité Benjamin

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007

Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007 Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007 SÉCURITÉ DES INFORMATIONS DANS LE CADRE DE L EXÉCUTION DE CONTRATS CONCLUS AVEC DES TIERCES PARTIES En application de la directive de la Présidence

Plus en détail

L anonymisation en matière de recherche biomédicale. Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours.

L anonymisation en matière de recherche biomédicale. Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours. L anonymisation en matière de recherche biomédicale Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours.fr Plan I- Définitions : 1-Les avantages 2- Les problématiques

Plus en détail

Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes à percevoir par la Commission de surveillance du secteur financier.

Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes à percevoir par la Commission de surveillance du secteur financier. Ce texte a été élaboré par la CSSF à des fins d information ; seul le texte publié au Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg fait foi. Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 11/508

CIRCULAIRE CSSF 11/508 COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 15 avril 2011 A toutes les sociétés de gestion de droit luxembourgeois au sens du chapitre 15 de la loi du 17 décembre 2010 concernant les

Plus en détail

Le statut juridique de l archivage électronique : questions choisies

Le statut juridique de l archivage électronique : questions choisies Le statut juridique de l archivage électronique : questions choisies 05.06.2014 Brussels London - www.liedekerke.com Bernard VANBRABANT, Counsel Kirsten VAN GOSSUM, Associate Amandine PHILIPPART DE FOY,

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

ENJEUX JURIDIQUES DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012

ENJEUX JURIDIQUES DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012 DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012 ENJEUX JURIDIQUES Me Cathie-Rosalie Joly Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit et Avocat au barreau de Paris Avocat communautaire au

Plus en détail

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS)

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le 13 février 2007, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi introduisant le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS). Cette nouvelle loi remplace la loi du

Plus en détail

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Présentation de Judicial 2013 I Pack Pro : la solution d accompagnement juridique pour les Dirigeants de

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

Contractualiser la sécurité du cloud computing

Contractualiser la sécurité du cloud computing HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet Club EBIOS, 11 décembre 2012 Contractualiser la sécurité du cloud

Plus en détail

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Sommaire Description du modèle de surveillance Définitions Objectifs de la surveillance des PSDC Présentation

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société., domiciliée, immatriculée SIRET., désigné comme le Vendeur ET

Plus en détail

Conclusion et preuve du contrat par voie électronique

Conclusion et preuve du contrat par voie électronique Bruxelles 11 décembre 2014 Conclusion et preuve du contrat par voie électronique Hervé Jacquemin Avocat au barreau de Bruxelles Chargé d enseignement UNamur Chargé de cours invité UCL -ICHEC Ulys - Cabinet

Plus en détail

Archives et factures électroniques

Archives et factures électroniques Archives et factures électroniques Edito En 2001, le Conseil de l Union Européenne a publié la Directive 2001/115/CE relative à la facturation. Son objectif était de simplifier, de moderniser et d harmoniser

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n 4 du Club de Laboratoires Accrédités Dématérialisation des données Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes

Plus en détail

Les professionnels du secteur de l assurance au Luxembourg

Les professionnels du secteur de l assurance au Luxembourg Les professionnels du secteur de l assurance au Luxembourg Les apports de la loi du 12 juillet 2013 Sous la direction de Christophe Verdure Aurélien Cheppe Virginie Courteil Vincent Derudder Carine Feipel

Plus en détail

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE)

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Valables dès le 1 er janvier 2008 318.107.09 f IRE 12.07 2 Table des matières Abréviations... 3 1. Principes... 4 2.

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire 1 Loi Informatique et Libertés La loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004 définit les principes à respecter lors

Plus en détail

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé»

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» 1 Candidats éligibles Version n 3.0 du 15/10/2014 La procédure de labellisation est ouverte à toute personne morale propriétaire d une solution logicielle

Plus en détail

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters

Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters Proposition de candidature au conseil d administration de Foresters (N hésitez pas à fournir des renseignements supplémentaires sur une feuille séparée ou à soumettre votre curriculum-vitae) Renseignements

Plus en détail

Le nouveau règlement sur la protection des données personnelles : Quel impact pour la sécurité?

Le nouveau règlement sur la protection des données personnelles : Quel impact pour la sécurité? Le nouveau règlement sur la protection des données personnelles : Quel impact pour la sécurité? Jean-Marc Suchier Samuel Vinson 23 janvier 2013 AGENDA Principales nouveautés du Règlement et de la Directive

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION F-5.04 : METHODOLOGIE D UN PROJET DE DEMATERIALISATION ET D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE, APPLICATION AUX MAILS /// Objectifs pédagogiques Apporter aux participants les informations essentielles pour aborder

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, Délibération n 09-12 du 23 novembre 2009 portant proposition d élaboration d une norme permettant la déclaration simplifiée de conformité des traitements automatisés d informations nominatives relatifs

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

2015 c est demain comment s y préparer

2015 c est demain comment s y préparer 2015 c est demain comment s y préparer Yves-René Guillou, Avocat Associé, Cabinet Earth Avocats La dématérialisation : notions Dématérialisation des procédures de marchés publics = utilisation de la voie

Plus en détail

MODÈLE DE CONTRAT POUR LES INTERMÉDIAIRES

MODÈLE DE CONTRAT POUR LES INTERMÉDIAIRES MODÈLE DE CONTRAT PR LES INTERMÉDIAIRES (mars 2014) 1 LE PRÉSENT CONTRAT est conclu ENTRE : La Cour pénale internationale, organisation internationale permanente ayant son siège à l adresse suivante :

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Procé duré dé traitémént dés plaintés dé PREVAL (la Socié té )

Procé duré dé traitémént dés plaintés dé PREVAL (la Socié té ) Procé duré dé traitémént dés plaintés dé PREVAL (la Socié té ) Les relations avec la clientèle privée ou institutionnelle sur la place financière luxembourgeoise exigent des professionnels du secteur financier

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Projet de loi relatif à l archivage électronique

Projet de loi relatif à l archivage électronique Projet de loi relatif à l archivage électronique - modifiant la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier. I. Exposé des motifs p. 2 II. Texte du projet de loi p. 5 III. Commentaire des

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société SARL MAGUY domiciliée 35 rue St Jacques 58200 Cosne cours sur

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

KBC-Online for Business

KBC-Online for Business KBC-Online for Business Découvrez KBC-Online for Business. L automatisation ne peut plus être dissociée de la vie quotidienne, ni surtout de la vie économique. KBC prend les devants et met à la disposition

Plus en détail

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES

EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES EMIR PRINCIPAUX IMPACTS POUR LES UTILISATEURS DE PRODUITS DERIVES Carole Uzan Autorité des Marchés Financiers Direction de la Régulation et des Affaires Internationales INTRODUCTION LES PRINCIPALES ÉTAPES

Plus en détail

Contrat de facturation électronique

Contrat de facturation électronique Contrat de facturation électronique ARTICLE 1 Objet 1.1 Le présent Contrat (ci-après dénommé le «Contrat») a pour objet de définir la nouvelle Procédure de Facturation applicable à l ensemble des relations

Plus en détail

Le point sur... Carrefour Réflexions. n 70. Les diligences directement liées à la mission de commissariat aux comptes. L essentiel << Juin 2008

Le point sur... Carrefour Réflexions. n 70. Les diligences directement liées à la mission de commissariat aux comptes. L essentiel << Juin 2008 Carrefour Réflexions Juin 2008 n 70 Le point sur... Les diligences directement liées à la mission de commissariat aux comptes L essentiel

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision )

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) Oberaufsichtskommission Berufliche Vorsorge OAK BV Annexe 2 Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) 1 Objectif La Commission de haute

Plus en détail

Luxembourg, le 22 octobre 2001

Luxembourg, le 22 octobre 2001 Luxembourg, le 22 octobre 2001 Lettre circulaire 01/7 du Commissariat aux Assurances relative au dépôt des actifs représentatifs des provisions techniques des entreprises d'assurances directes et des fonds

Plus en détail

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS 2 Présentation et état d avancement du

Plus en détail

LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS

LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS MARCHÉS PUBLICS INTRODUCTION La dématérialisation des procédures de marchés publics est une technique permettant une gestion

Plus en détail

Directives sur la gestion des dossiers dans les domaines AVS/AI/APG/PC/AfamAgr/Afam (DGD)

Directives sur la gestion des dossiers dans les domaines AVS/AI/APG/PC/AfamAgr/Afam (DGD) Directives sur la gestion des dossiers dans les domaines AVS/AI/APG/PC/AfamAgr/Afam (DGD) Valable dès le 1 er janvier 2011 318.107.10 f DGD 11.10 2 Avant-propos La présente version est une nouvelle édition

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11 Table des matières CHAPITRE I Introduction générale... 11 1. Caractère d ordre public... 13 1.1. Application territoriale... 13 1.2. Principe de faveur... 14 1.2.1 Types de clauses... 15 1.2.2 Institution

Plus en détail

Cadre juridique de l Open data

Cadre juridique de l Open data Inspire / Open data : deux démarches complémentaires pour mieux partager les données géographiques Cadre juridique de l Open data Sarah Lenoir 12 octobre 2015 1 Introduction (1) Enjeu Favoriser le partage

Plus en détail

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Validée formellement par le comité exécutif le 21 août 2014; mise en application dès le 1 er juillet 2014. Le présent document

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes :

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014 I PRESENTATION DU CABINET 1.1. - Description des entités CAC L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : - La Société FIDECOMPTA

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

RÈGLEMENT LE CONSEIL D ETAT DU CANTON DE VAUD

RÈGLEMENT LE CONSEIL D ETAT DU CANTON DE VAUD RÈGLEMENT fixant les normes relatives à la comptabilité, au contrôle des comptes et à l analyse des établissements médico-sociaux, des lits de type C des hôpitaux et des centres de traitement et de réadaptation,

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques»

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» Foire aux questions (FAQ) Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» (Dernière modification : 6 février 2015) 1. Selon quels critères examine-t-on l applicabilité de la circulaire 2008/7? Il y externalisation

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

Conditions Générales de Vente ILNAS e-shop

Conditions Générales de Vente ILNAS e-shop Version 01.2 15.05.2014 Page 1 de 5 Conditions Générales de Vente ILNAS e-shop version française Southlane Tower I Esch-Belval 1, avenue du Swing L-4367 Belvaux Tél.: (+352) 247 743 40 Fax: (+352) 247

Plus en détail

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un

Le co-op broker a assuré la mise en relation entre un Prospect et le Propriétaire d un La particularité de ce NDA est son caractère tripartite, signé entre : le prospect, le propriétaire d un business et un broker dit, co-operating broker. Le co-op broker a assuré la mise en relation entre

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Article 1 Objet et champ d application Les conditions générales ont pour objet de définir les droits et obligations des parties dans le cadre de la vente en ligne des biens

Plus en détail

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Les instructions sur l'assurance-qualité représentent une application des exigences dans des PME de révision formulées

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques

Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques Atelier EBG - mardi 16 mars 2010 Les bases de données clients dans le cadre du commerce B2B : Quelques aspects juridiques Cathie-Rosalie JOLY Avocat au barreau de Paris Docteur en droit Cabinet ULYS http://www.ulys.net

Plus en détail

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Souad El Kohen-Sbata Membre de la CNDP de développement -CGEM- Cadre Juridique de la protection des données personnelles au Maroc: Plan

Plus en détail

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers La Cnil et le Chu de Poitiers 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers 1 La Cnil et le CHU de Poitiers Sommaire La Loi «Informatique et Libertés» La CNIL Les Mots clés Les

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2014. 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1

30 SEPTEMBRE 2014. 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1 30 SEPTEMBRE 2014 Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit et Avocat au barreau de Paris Avocat communautaire au barreau de Bruxelles (Liste E) Chargé d enseignement à l Université

Plus en détail

Impact des règles de protection des données Sur l industrie financière. Dominique Dedieu ddedieu@farthouat.com

Impact des règles de protection des données Sur l industrie financière. Dominique Dedieu ddedieu@farthouat.com Impact des règles de protection des données Sur l industrie financière Dominique Dedieu ddedieu@farthouat.com 1 INTRODUCTION Loi Informatique et Liberté et établissements financiers Plan : 1. Règles de

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 Etabli en application de l article R823-21 du Code de Commerce 1 Présentation du cabinet 1.1 Description du cabinet Monsieur Laurent ARROUASSE exerce

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Archivage électronique

Les avis de la Chambre des Métiers. Archivage électronique Les avis de la Chambre des Métiers Archivage électronique CdM/14/06/13 13-10 Projet de loi relatif à l archivage électronique et modifiant la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier.

Plus en détail

DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE

DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Dématérialisation et conservation des documents

Les avis de la Chambre des Métiers. Dématérialisation et conservation des documents Les avis de la Chambre des Métiers Dématérialisation et conservation des documents CdM/09/07/2013 13-10a Projet de règlement grand-ducal relatif à la dématérialisation et à la conservation des documents

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE Article 1 : La société (émetteur ou intermédiaire en bourse

Plus en détail

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé»

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Sommaire 1 Glossaire et abréviations... 3 1.1 Glossaire... 3 1.2 Abréviations... 3 2 Liminaire...

Plus en détail

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises Cadre juridique Présenté par Béatrice Delmas-Linel et Céline Mutz Cabinet De Gaulle Fleurance & Associés 29 juin 2012 1 Introduction La dématérialisation

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Norme relative aux Modalités d Application des Articles 2 et 3 de l Arrêté du 28 février 2003 portant Homologation du Barème des Honoraires des Experts Comptables

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 12 janvier 2012 fixant les conditions de reconnaissance

Plus en détail