Le SCK CEN dépose plainte contre inconnus suite aux accusations diffamatoires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le SCK CEN dépose plainte contre inconnus suite aux accusations diffamatoires"

Transcription

1 Le SCK CEN dépose plainte contre inconnus suite aux accusations diffamatoires Après délibération au Bureau du Conseil d'administration du Centre d'etude de l'energie Nucléaire, le SCK CEN à Mol, il a été décidé, suite aux accusations diffamatoires parues dans la presse, de déposer plainte avec constitution de partie civile contre inconnus auprès du Juge d'instruction du tribunal de Turnhout.cusations diffamatoires. Il s'agit, d'une part, d'un article paru dans l'hebdomadaire HUMO du 25 janvier 2005, dans lequel un témoin anonyme, qui s'est présenté comme étant un ancien travailleur du SCK CEN, a pris la parole et, d'autre part, d'une interview à Radio 2 Omroep Antwerpen avec les auteurs du programme "Vlaanderen NV" du poste CANVAS, au cours desquels le programme du 30 janvier 2005 était annoncé. La plainte a été déposée le 15 février 2005 au nom du SCK CEN et du chef du service de médecine du travail, dont le nom et la réputation ont été gravement lésés par les déclarations mensongères disant que son service manipulerait des données concernant les doses et autoriserait des dépassements de doses. Suivant des allégations lancées par des témoins anonymes, le nombre de cancers dans les environs du SCK CEN serait en outre plus élevé qu'ailleurs. Le premier reproche est formellement nié. La charge de dose au SCK CEN est d'ailleurs toujours restée loin en dessous des normes de rayonnement légalement prescrites. Le deuxième reproche est contredit par des études épidémiologiques. L'Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) a présenté le 16 février son rapport à la Commission de l'intérieur, des Affaires générales et de la Fonction publique de la Chambre des Représentants. La conclusion générale dit: "Les résultats de cette enquête sont rassurants et ne montrent aucun manquement ou ni pratique intolérable". Le rapport intégral est publié sur le site web Les réactions antérieures de la part du SCK CEN sont reprises dans ce document. Paul Govaerts Directeur général

2 Réaction au "Knack": Jusqu'où la presse peut-elle aller? La liberté de la presse est sûrement un garant de la démocratie. Il est donc important de la protéger et de la conserver. Mais cette liberté peut également être proche de la dictature et de la négation de la démocratie lorsqu'elle sert la délation, la vengeance, voire la "chasse aux sorcières"; quand le journaliste ne contrôle pas suffisement ses sources. C'est en effet de sa responsabilité, qui est ici énorme, d'investiguer et de recouper par des voies si possible contradictoires, les évènements qui lui sont relatés ou sur lesquels il enquête. Mais parfois la recherche du sensationnalisme, la course après la primauté de l'information, la chasse au scoop peut ne pas lui en laisser le temps. Et là on peut trouver des gens qui profitent de cet effet pour faire passer des messages ou des informations de délation voire de diffamation, sans scrupules, si ils savent que le sujet en lui même peut avoir un côté "sensationnel". Nous venons de vivre cette dérive au Centre d'études de l'energie Nucléaire de Mol, où d'ancien agents se sont retournés contre le SCK CEN ou ont été poussés à salir l'image de leur ancien employeur, en relatant, sous le couvert de l'anonymat, des faits qui deviennent tout de suite sensationnels parce que touchant au nucléaire. Il n'y a même pas eu de contrôle par une personnalité scientifique indépendante et des inepties techniques ont été publiées, sans doute parce qu'elles tiraient plus vers le sensationnel. Comme il s'agissait du nucléaire, sujet controversé et effrayant facilement le grand public non informé, on a rapporté, dans différents journaux (Humo, het Volk, het Nieuwsblad,... ) et à la TV (Canvas : Vlaanderen N.V.) des propos qui peuvent faire peur ou font croire à la négligence des autorités compétentes et de la hiérarchie. En utilisant un jargon que les gens ne comprennent pas et des unités auxquelles on n'est pas habitué (par exemple 1000 Becquerel de radioactivité: cela parait beaucoup... beaucoup moins quand vous apprenez que votre propre corps contient naturellement plus de 7000 Becquerel de radioactivité!!), on parvient à créer des messages sulfureux et terrifiants. Mais n'est-ce justement pas là le rôle du journaliste d'expliquer, d'analyser, d'enquêter pour comprendre et faire comprendre de quoi il s'agit? Si d'anciens balayeurs de la ville d'anvers, renvoyés pour différentes raisons, venaient, sous couvert d'anonymat, rapporter des faits dangereux mais controversés sur le traitement des poubelles, n'irait on pas vérifier dans les services compétents, voire interroger l'échevin responsable, avant de publier n'importe quoi? Pas dans le nucléaire! On publie d'abord les témoignages anonymes, puis on ira interroger les responsables... Ne risque-t-on pas ici de déborder des frontières de la liberté de la presse et de la défense de la démocratie? Et ce par deux voies: la perte de confiance dans les analyses journalistiques, quand on s'aperçoit que les sujets ne sont pas contrôlés et analysés, et qu'on publie n'importe quoi du moment que cela soit sensationnel; mais surtout le risque de voir la presse servir de voie à la délation, ennemi premier de la démocratie. Ne risque-t-on pas de voir bientôt apparaître des déclarations diffamatoires de témoins anonymes sur les faits et gestes de son voisin de palier... parce qu'il a la peau foncée? Jusqu'où une presse sans analyse et attirée par le sensationnel avant l'investigation peut elle mener? Nul ne le sait mais çà peut être dangereux... Enfin, il y a sans doute un dernier aspect à prendre en compte: les pauvres bougres "anonymes" (et dont l'anonymat a été facilement enlevé!) qui ont témoignés, se sont ils vraiment organisés tout seuls? Ou bien ont ils été poussés, voire "manipulés" pour sortir ces informations souvent déformées - soi disant sensationnelles, mais vieilles de 5 à 10 ans comme le rappelle un des témoins lui même - justement maintenant? A qui profite le crime? La presse, digne de ce nom, ne devrait elle pas, elle aussi, s'interroger sur ces aspects? Qui tire les ficelles derrière ces soi-disant déclarations sensationnelles? La dessus le voile est resté couché. Sans aucune tentative d'essayer de le soulever. Mais c'est de l'information plus difficile à trouver, demandant de l'investigation et donc plus de temps... Cela vaudrait sans doute la peine d'y consacrer un peu d'efforts, sinon à qui le tour la prochaine fois?... Vincent Massaut Mol

3 Réaction aux affirmations du Laatste Nieuws du (article: "Werknemers SCK klagen over onveiligheid op het werk") Chère Rédaction, La plupart des allégations des 2 (ex?-)collaborateurs du SCK CEN en matière de sécurité au travail sont à ce point absurdes, que nous nous devons de réagir: 1. 1) les doses de radiation légales n'ont été, ni ne sont jamais dépassées: le SCK CEN a ses propres normes qui sont deux fois plus strictes que les normes légales. Ceci, en contradiction avec l'affirmation manifestement fausse selon laquelle les normes légales seraient régulièrement dépassées; 2. en raison de l'implication permanente de la direction et de la hiérarchie du SCK CEN, des procédures ont été développées en vue de maintenir l'exposition du personnel aux radiations la plus basse possible lors de toute intervention. Il n'est donc pas surprenant que l'exposition externe moyenne annuelle du personnel propre, mais aussi du personnel externe (même pour des travaux de longue durée) ne soit que de quelques pour cents de la norme légale; 3. les contaminations internes peuvent être évitées facilement par l'usage de moyens de protection individuels. Les contrôles périodiques effectués sur le personnel à l'aide d'appareils particulièrement sensibles (ceux du SCK CEN étant considérés comme les meilleurs au monde au niveau de la sensibilité et de la précision) démontrent qu'il n'y a pas de contamination interne en routine, ce qui est aussi le but recherché; 4. il existe en effet des dosimètres qui, en principe, peuvent être manipulés, mais toutes les doses officielles (aussi fournies aux médecins de firmes extérieures et aux autorités) sont enregistrées sur des dosimètres non manipulables et légalement reconnus ; 5. si des employés voulaient fausser les données des dosimètres, cela constituerait une faute grave qui serait, dans le milieu nucléaire, directement sanctionnée par un licenciement sur le champ; 6. toute personne sensée sait que les moyens de protection varient en fonction de la nature et du degré de risque d'irradiation. Des gants et une simple blouse de laboratoire suffisent quelquefois dans certains cas. Dans d'autres, des masques recouvrant la totalité de la face, voire des combinaisons d'intervention hermétiques en surpression sont nécessaires. Les soidisants " overalls de papier " sont en fait des combinaisons étanches aux poussières, réalisées en plusieurs couches de polypropylène. Ces combinaisons ont l'aspect extérieur du papier (comme une enveloppe postale) mais sont particulièrement résistantes aux déchirures et à d'autres agents nocifs; 7. dans des circonstances de travail particulières, des contrôles d'urine sont effectués en routine pour vérifier que les personnes n'ont malgré tout pas été contaminées. Cela n'a donc rien à voir avec une quelconque surexposition comme l'affirme l'article ; 8. les données d'irradiation ne sont en aucune manière secrètes pour la personne concernée: au cours de l'examen médical périodique effectué au SCK CEN, ces informations sont d'ailleurs commentées avec le personnel. Les responsables du contrôle des radiations dans les divers bâtiments délivrent par ailleurs volontiers ces informations, sur simple demande; 9. l'impact des activités du SCK CEN sur l'environnement (voire ses variations) est négligeable, comparée à la radioactivité naturelle. Dr. L. Holmstock, Chef du Service Médical ir. F. Joppen, Chef du Service Interne de Prévention et du Contrôle Physique

4 Au sujet de l'article paru dans "Het Nieuwsblad" de ce jeudi 3 février L'article intitulé "Nieuwe getuige spreekt over wantoestanden bij SCK" contient certaines affirmations qui vous ont sans doute interpellés. La plupart d'entre elles concernant la façon de travailler à BR3, je me sens le devoir de réagir, dans un souci de vérité. " Daarnaast zijn er ook digitale meters en de zogenaamde stylo's waarmee de resultaten wel kunnen worden aangepast" Cela fait des années que le SCK utilise des dosimètres électroniques (actuellement Siemens EPD mark 2). Le BR3 a été une des premières installations du SCK à être équipées de dosimètres électroniques il y a de ça environ 10 ans (Stephen Gammacom). Cela fait des années que les dosimètres stylos ne sont plus utilisés au SCK par des travailleurs en zone contrôlée. En plus des appareils utilisés par le Contrôle des Radiations, chaque travailleur en zone contrôlée reçoit un dosimètre électronique qu'il initialise avant d'entrer en zone. De cette façon il peut suivre la dose qu'il reçoit de manière permanente (sans intervention possible de qui que ce soit). Les dosimètres utilisés pour par le "Contrôle radiation" pour suivre les doses reçues par les travailleurs ne sont pas manipulables: cela est techniquement impossible. "In 1998 was er zelfs een lading bestraald metaal als oud ijzer verkocht." Et cela se fait encore actuellement. Du métal irradié n'est pas nécessairement très radioactif. Nous revendons même du métal qui a été précédemment contaminé. Nous le décontaminons et s'il s'avère, après deux mesures séparées de plusieurs mois, que ce métal n'est plus radioactif, nous le revendons. "En dan hebben ze eerst nog gezocht naar diegene die de brief had geschreven. Ze schieten dus op de boodschapper in plaats van het probleem aan te pakken" Le SCK CEN a parallèlement fait une enquête tant interne qu'externe: nous avons été vérifier chez le ferrailleur si nous lui avions jamais fourni du métal contaminé, et nous avons formellement prouvé, en mesurant le métal effectivement fourni, qu'il n'était pas contaminé. "Zo bestaan er vier stappen om kritiek bij werknemers de kop in te drukken" BR3 est un chantier de démantèlement, et les opérations de démantèlement relèvent d'un travail d'ouvrier, et non pas de techniciens de laboratoire. Il s'agit d'un travail d'équipe où chacun doit faire sa part de travail en même temps que les autres. D'où une pression et un contrôle sans doute plus élevés qu'ailleurs. D'où aussi des rappels à l'ordre plus fréquents lorsque certains ne suivent pas le rythme. D'où aussi un langage parfois plus autoritaire de la part de la hiérarchie directe, mais aussi plus rustre de la part des compagnons de travail qui ne veulent pas de tire-au-flanc Par contre, il n'y a pas d'isolement: le BR3 ne peut pas se permettre de mettre des gens "au repos" dans un coin pendant que les autres travaillent. "Als een soort straf moest hij een kraan van meer dan 1000 (becquerel) doorzagen in het snijatelier" Ceci montre que nous devons sans doute améliorer la formation donnée aux employés travaillant avec des matériaux radioactifs. En effet, 1000 becquerels est l'activité que l'on trouve par exemple dans dix kilos de pommes de terre. Un pavé de granit de 1 kg contient par exemple en moyenne 8000 becquerels et nous en avons tous découpé chez nous pour la rénovation d'un salon, d'un escalier ou d'une terrasse. "Vooral in BR3-reactor is er een schrikbewind"

5 Des collègues vivant dans la terreur participeraient-ils ensemble à de telles manifestations? Guy Collard Chef de Division Rectificatif article Laatste Nieuws - Paul Govaerts Dans le "Laatste Nieuws" du 4 février dernier, je suis cité dans l'article "Des travailleurs du SCK CEN se plaignent de l'insécurité au travail - La Direction dément en grande partie les accusations". J'aimerai vous demander de publier la mise au point suivante dans votre journal: 1. Je n'ai jamais affirmé que le SCK CEN ne déposera pas plainte contre certaines personnes connues ou non. J'ai par contre affirmé que le SCKoCEN ne vise pas les techniciens qui ont manifestement des opinions erronées concernant les risques et les mesures de protection. Nous comprenons même les personnes qui réagiraient sur base de réels sentiments de peur. Le SCK CEN vise par contre ceux qui abusent de ces personnes pour nuire au SCK CEN. 2. Mes déclarations concernant la relation entre les vêtements de protection et la contamination alpha sont inventées de toutes pièces. Il n'y a pas de contamination alpha au BR3. La justification des vêtements de protection est d'un tout autre ordre. 3. La canalisation d'évacuation vers la "Molse Nete" est exploitée par Belgoprocess et non par la Belgonucléaire. 4. Je n'ai pas dit qu'il y avait des brimades au BR3 mais que le BR3 est un lieu de travail typiquement masculin. Tout comme dans d'autres endroits, on y fait parfois des farces. Sincèrement Paul Govaerts Directeur général

6 Réaction des syndicats Concerne: Article paru dans Humo le 25 janvier L'ex-membre du personnel: "Dans 10 ans, la région autour du réacteur sera une grande tumeur cancéreuse". Après lecture de l'article de Humo, nous nous voyons dans l'obligation, en tant que front commun syndical du personnel du SCK CEN, de réagir à cet article. Nous avons, en tant que syndicat, le droit et le devoir de dénoncer d'éventuelles situations intolérables. Au SCK CEN, entreprise nucléaire, il n'en va pas autrement. Nous sommes donc fermement décidés à veiller, en toutes circonstances, au bien-être et à la sécurité tant du personnel de l'entreprise que du personnel employé en sous-traitance. Le Comité de Prévention et de Protection au Travail (SIPPT), ancien comité de Sécurité, est composé de manière paritaire de représentants des délégations du personnel, de la direction, du service interne de prévention et de protection au travail et du service médical. Le SIPPT veille de manière stricte au respect scrupuleux des règles de sécurité et au bien-être du personnel. Nous pouvons affirmer de manière formelle que le SIPPT ainsi que le service médical fonctionnent de façon totalement indépendante et précise. Le service médical applique, soit dit en passant, une norme de radiations inférieure de 50% à la norme légale. Pour toute activité réalisée dans un espace où il existe un risque accru de contamination et/ou d'irradiation, des procédures sont établies conformément au principe ALARA 1. Nous n'avons jamais été informés des faits que vous mentionnez dans votre article de manière unilatérale et non contrôlée et qui se seraient produits au BR3. Lorsque un travailleur nous signale une situation dangereuse, celle-ci est examinée et portée devant le SIPPT et un procès-verbal est rédigé. (Ces procès-verbaux sont affichés publiquement au SCK CEN aux panneaux d'affichage). Les travailleurs peuvent à tout moment demander aux organisations syndicales de faire traiter une plainte de manière anonyme par le SIPPT. Lorsque "l'emploi et la sécurité" sont menacés en raison de la volonté du gouvernement de réduire notre dotation, les syndicats et la direction agissent de concert. Ceci est fondamentalement différent d'être "blanc bonnet et bonnet blanc" avec la direction. Notre philosophie est et reste la défense des intérêts et de la sécurité des travailleurs en toute indépendance. S'en écarter ne constitue sûrement pas une option. Nous espérons que vous reprendrez ces éléments dans un droit de réponse et vous présentons nos salutations respectueuses, Au nom du front commun syndical SETCA, LBC-NVK en CGSLB du SCK CEN. 1 (As Low As Reasonably Achievable) est appliqué pour toute activité réalisée dans un espace à activité accrue. Ceci comprend: Indication exacte des sources de radiation Détermination du temps d'intervention Description détaillée des travaux dans une procédure de travail Répartition de la charge sur plusieurs personnes Détermination des voies d'évacuation et du temps d'évacuation Estimation des doses individuelles et collectives.

7 Réponse du service de médecine du travail à l'article paru dans l'hebdomadaire Humo Objet: l'article paru dans Humo du : l'ancien employé: "Over tien jaar is de streek rond de reactor één groot kankergezwel" ("Dans dix ans les environs du réacteur seront transformés en une immense tumeur cancéreuse") Après lecture de l'article susmentionné, nous nous voyons sans plus obligés de réagir à certaines assertions et aux accusations entièrement fausses adressées aux médecins du service interne de médecine. La déontologie demande par ailleurs que l'on vérifie au moins les sources avant de procéder à la publication. 1. Les normes légales d'exposition d'application dans le secteur nucléaire sont très sévères. Le SCK CEN applique d'ailleurs de sa propre initiative des normes encore bien plus sévères que les normes légales. Dans certains cas très exceptionnels, et pour des travaux bien déterminés, il se peut qu'un dépassement de ces normes internes du SCK CEN soit autorisé, après concertation avec le service de radioprotection. Même dans ces cas, les normes légales sont encore largement respectées. Ceci vaut bien entendu tout aussi bien pour les personnes qui travaillent en sous-traitance. Il est donc nullement question de "situations tout à fait intolérables". 2. Les allégations, suivant lesquelles les "compteurs" qui enregistrent les doses reçues, seraient trafiqués (?) par le service médical sont de purs mensonges, étant donné que: techniquement nous ne sommes pas - et n'avons jamais été - en mesure de le faire; nous pouvons affirmer de manière catégorique que JAMAIS nous n'avons subi des pressions de la part des employeurs des entreprises présentes sur le site nucléaire de Mol-Dessel afin de "corriger", éventuellement de manière indirecte, des données relatives aux doses; nous assumons envers les employés et envers les employeurs une fonction de confiance entièrement indépendante (légalement obligatoire); en commettant des actes frauduleux nous mettons, par définition, notre propre emploi en péril; les affirmations suivant lesquelles l'intéressé aurait lui-même été impliqué dans ces actes frauduleux nous incite sérieusement à froncer les sourcils. De tels actes devraient faire l'objet de sanctions sévères. 3. le SCK CEN avait demandé lui-même que l'on procède à un audit externe entièrement indépendant. Cet audit a été effectué par l'afcn (Agence fédérale de Contrôle nucléaire); 4. les conclusions de l'afcn sont très claires: on n'a constaté aucune pratique intolérable dans la protection des travailleurs du site nucléaire de Mol; 5. étant donné les fausses accusations totalement inadmissibles adressées au service de médecine du travail, il va de soi que le SCK CEN a déposé formellement plainte auprès du Tribunal de première Instance de Turnhout pour diffamation; 6. Nous ne mettons pas en doute que l'intéressé connaisse diverses personnes atteintes du cancer. Ceci n'est pas anormal étant donné que sur l'ensemble de la population environ 1 personne sur quatre meurt du cancer. La question qu'il convient de poser est la suivante: l'incidence du cancer auprès des (anciens) travailleurs et parmi les riverains est-elle supérieure à la normale? De nombreuses recherches à ce sujet ont été menées en Belgique et à l'étranger. Jusqu'à présent il a été impossible de prouver de manière univoque que le risque du cancer est plus élevé, même auprès des travailleurs du secteur nucléaire, et ceci malgré le fait que l'étude porte sur des milliers ou des dizaines de milliers de travailleurs. La plupart des études font même état d'une incidence du cancer inférieure aux prévisions, ce qui est aussi le cas pour la Belgique! Une étude internationale de l'oms (Organisation mondiale de la Santé) est d'ailleurs encore en cours afin d'obtenir encore plus de données à ce sujet. Cette étude regroupe les données de quelques centaines de milliers de personnes en provenance de 15 pays (le SCK CEN assure la coordination de la contribution de la Belgique). Il ne faut donc pas être un grand spécialiste pour pouvoir conclure que si on a besoin d'une population tellement grande pour établir un risque éventuel de radiations, le risque professionnel doit bien être très faible. Dr. L. Holmstock Dr. E. Van Mieghem Experts en radioprotection Service de médecine du travail du SCK CEN, Mol

8 Réaction du service Contrôle des radiations Concerne: Article paru dans le Humo du 25 janvier L'ex-membre du personnel: "Dans 10 ans, la région autour du réacteur sera une immense tumeur cancéreuse". Après avoir lu l'article de Humo, je me vois dans l'obligation de réagir puisque les témoignages des personnes anonymes ne sont pas plus que de grossiers mensonges ayant pour but de noircir le SCK CEN et certains de ses employés. Depuis 1974 je travaille au SCK CEN dans le service du Contrôle des radiations au réacteur BR3 dont il est question dans l'article. Le service du Contrôle des radiations travaille tout à fait indépendamment des installations qu'il surveille pour ce qui du respect des mesures de sécurité légales qui sont d'application. Ma tâche consiste à vérifier en toute indépendance que les prescriptions légales pour la protection des personnes contre les radiations ionisantes et les contaminations soient rigoureusement respectées. Dans cette fonction j'ai connu pendant plusieurs années le réacteur en fonctionnement et maintenant, depuis plus de 15 ans, la période de démantèlement. Je peux confirmer que le SCK CEN, pour le bien-être des ses employés, tant les internes que les externes, manie des normes qui sont 2 fois plus sévères que les normes officielles à ce sujet. Dans la pratique les doses reçues sont encore bien plus faibles. La loi ne stipule pas qu'il faut se démener pour obtenir une dose nulle mais qu'il faut se tenir au principe que les doses doivent être aussi faibles que raisonnablement possible, le principe ALARA (As Low As Reasonably Achievable). De plus, durant toute ma carrière, je n'ai JAMAIS ET EN AUCUNE FACON été abordé par l'hiérarchie précédente et actuelle pour falsifier, de quelque manière que ce soit, les résultats des doses ou des contaminations, dans le but de faire travailler les employés plus longtemps dans les zones contrôlées aux dépens de leur santé et de leur sécurité. Il est de plus techniquement impossible de falsifier de n'importe quelle façon les résultats obtenus avec les appareils de mesures. Je peux donc dire que les témoignages des travailleurs anonymes sont basés sur des mensonges et qu'ils ne parlent absolument pas en connaissance de cause. Le SCK CEN et son personnel ont toujours accordé une importance primordiale à la sécurité et à la santé des collaborateurs. Je trouve pour cela qu'il est triste que pour la publication d'un article, les sources des informations n'aient pas été contrôlées. De plus, je suis convaincu que chez CANVAS, dans l'intérêt de la recherche nucléaire et plus spécifiquement pour le SCK CEN, les sources d'informations seront contrôlées afin d'aspirer à plus d'objectivité plutôt qu'à la sensation. Chody Francis Responsable de bâtiment pour le Contrôle des radiations BR3 SCK CEN

POLITIQUE POUR PRÉVENIR ET CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL ET PROMOUVOIR LA CIVILITÉ

POLITIQUE POUR PRÉVENIR ET CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL ET PROMOUVOIR LA CIVILITÉ POLITIQUE POUR PRÉVENIR ET CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL ET PROMOUVOIR LA CIVILITÉ Préambule Tous nos employés ont le droit d être traités avec intégrité, respect et dignité dans leur

Plus en détail

Apprendrelaphotonumerique.com

Apprendrelaphotonumerique.com Le guide pour apprendre la photo facilement 1) Je me présente J'étais vraiment nul en photo. Pourtant, tout petit déjà, je savais que c'était ça que je voulais faire. J'étais tellement mauvais que je refusais

Plus en détail

Surveillance dosimétrique Note législative

Surveillance dosimétrique Note législative VL/NB Bruxelles, le 17 mars 2014 Surveillance dosimétrique Note législative 1 Un nouveau texte de loi vient de paraître. Il s agit de : Loi du 26 janvier modifiant la loi du 15 avril 1994 relative à la

Plus en détail

Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012. Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE

Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012. Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE REPUBLIQUE FRANCAISE Division de Caen Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012 N/Réf. : CODEP-CAE-2012-050709 Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE Objet : Inspection

Plus en détail

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 ---------------------------------------

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- Projet d'arrêté royal en exécution des articles 5 à 14 de la loi du portant des dispositions

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 24 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-007117 Monsieur le Directeur Centre Hospitalier National d'ophtalmologie des Quinze- Vingt 28, rue de Charenton

Plus en détail

POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE GARDERIE TOUT-EN-JEUX

POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE GARDERIE TOUT-EN-JEUX POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE GARDERIE TOUT-EN-JEUX Approuvée par le comité de parents lors de la réunion du 15 octobre 2013 1 - Objet : L'objectif premier de cette politique est de prévenir

Plus en détail

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR DIRECTION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT DE BOURGOGNE www.bourgogne.drire.gouv.fr Division de Dijon Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté

Plus en détail

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS PARTIE 1 DÉFINITIONS, CHAMP D'APPLICATION ET DISPOSITION TRANSITOIRE 1.1 Définitions

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : Codep-Lyo-2013-064102 Lyon, le 26/11/2013 Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

Institution de délégués de site

Institution de délégués de site Institution de délégués de site Dans les établissements employant habituellement moins de onze salariés et dont l'activité s'exerce sur un même site où sont employés durablement cinquante salariés et plus,

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II Partie A Demandeur A1 Type de demande Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II La partie A doit être remplie pour tous les types de demande de permis. Nouveau

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2011-070528 Affaire suivie par : Florence BEDELLIS Tél. : 04 26 28 61 72 Fax : 04 26 28 61 48 Mél. : florence.bedellis@asn.fr Lyon, le 21 décembre

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE DU JOURNALISTE

CODE DE DEONTOLOGIE DU JOURNALISTE CODE DE DEONTOLOGIE DU JOURNALISTE EN CÔTE D IVOIRE PREAMBULE Le droit à l information, à la libre expression et à la critique est l une des libertés fondamentales de tout être humain. De ce droit du public

Plus en détail

Document adopté à la 351e séance de la Commission, tenue le, 30 novembre 1990, par sa résolution COM-351-9.1.2

Document adopté à la 351e séance de la Commission, tenue le, 30 novembre 1990, par sa résolution COM-351-9.1.2 Cat. 2.115.9.3 L'UTILISATION DES INFORMATIONS OBTENUES LORS D'UN EXAMEN MÉDICAL PRÉ- EMBAUCHE POUR CONTESTER UNE RÉCLAMATION POUR LÉSION PROFESSIONNELLE ET LE DROIT AU RESPECT DE SA VIE PRIVÉE Novembre

Plus en détail

Direction Générale du Travail

Direction Générale du Travail Circulaire DGT/ASN n 4 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants Thierry LAHAYE Chef du pôle risques physiques en milieu de travail au Ministère

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 5 novembre 2014.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 5 novembre 2014. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 16 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-STR-2014-056642 Centre de radiothérapie de la Robertsau 184, route de la Wantzenau 67000 STRASBOURG Objet : Inspection

Plus en détail

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison?

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? La réponse n est pas si simple, car que se passe-t-il si le travailleur se présente malade au travail sans dire qu il s agit précisément

Plus en détail

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Membres du PIF : DE BAZELAIRE Marc DUCASSE Marie-Laure GRIMAL Clément LAFFAYE Nicolas PAILLASSA David Marraine : Madame Danielle ANDREU (professeur à l'enseeiht)

Plus en détail

Circulaire 2014 05 PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL

Circulaire 2014 05 PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL Prévention des risques psychosociaux au travail dont LE STRESS, LA VIOLENCE et LE HARCÈLEMENT MORAL et SEXUEL PRINCIPE L employeur a une obligation légale de protéger chaque travailleur contre les risques

Plus en détail

_ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _

_ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _ _ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _ Appel à votre sens des responsabilités Rappel des Quatre Niveaux de Vérifications Lois Contre l'usurpation et la Falsification d'identité Prévention

Plus en détail

Juridique, questions à Gilles Devers, avocat : congés, responsabilités, décès, prescription...

Juridique, questions à Gilles Devers, avocat : congés, responsabilités, décès, prescription... Juridique, questions à Gilles Devers, avocat : congés, responsabilités, décès, prescription... Soumis par Gilles Devers 02-04-2012 Dernière mise à jour : 10-05-2012 Coordination Nationale Infirmière -

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Document Unique d'evaluation des Risques : Information et Règlementation

Document Unique d'evaluation des Risques : Information et Règlementation Document Unique d'evaluation des Risques : 1. Définition du Document Unique d Evaluation des Risques (DUER) Le Document Unique d Evaluation des Risques, c'est l'évaluation des risques et une démarche de

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014 DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Mise à jour janvier 2014 Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre)

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) À l attention de M. Christophe BEAUX, Président Directeur Général de la Monnaie de Paris Les Amis

Plus en détail

Aptitude Inaptitude Maintien dans l'emploi

Aptitude Inaptitude Maintien dans l'emploi Aptitude Inaptitude Maintien dans l'emploi Par le Docteur Nicolas SANDRET D.R.T.E.EP. 66, rue de Mouzaia - 75931 PARIS Tél : Ol 44 84 25 17 - Fax : O1 42 41 22 77 Le législateur, par la loi sur la non-discrimination,

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Rôles, responsabilités et reddition de comptes en matière de santé et de sécurité du travail. (DIRECTIVE)

Rôles, responsabilités et reddition de comptes en matière de santé et de sécurité du travail. (DIRECTIVE) Encadrements administratifs Rôles, responsabilités et reddition de comptes en matière de santé et de sécurité du travail. (DIRECTIVE) Date d'entrée en vigueur: 12/11/30 Date de fin: Commentaire: Service

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique : 14 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Rôle et missions du titulaire d un certificat de Niveau 2 4. Evaluation des risques et définition

Plus en détail

Association canadienne de radioprotection PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES

Association canadienne de radioprotection PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES Association canadienne de radioprotection Reconnaissance et agrément professionnels PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES Préparé par : Révisé par : Gary Wilson B.Sc., RTNM, MEd. Comité des professionnels

Plus en détail

Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance

Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance January 1 2013 L asbl BeCommerce a pour objectif d augmenter la confiance du consommateur dans la vente à distance online

Plus en détail

Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014

Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014 Réglementation relative à la prévention du vol à l étalage 27.05.2014 Puis-je refuser l accès au magasin? OUI Magasin = votre propriété Liberté de vendre ou non Uniquement critères objectifs (et pas :

Plus en détail

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal?

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? 2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? Qui ne s est pas un jour posé la question de savoir à quel moment son entreprise fera l objet d un contrôle? Voilà une question à laquelle il est bien difficile

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

Réseaux, communiqué de presse, conférence de presse

Réseaux, communiqué de presse, conférence de presse Suivi de formation sur les stratégies de communication au 21e siècle pour les syndicalistes en charge de la communication Lomé, 11-15 mai 2015 Réseaux, communiqué de presse, conférence de presse Mamadou

Plus en détail

Normes d audit internes (Exercices + corrigés)

Normes d audit internes (Exercices + corrigés) A Exercices Normes d audit internes (Exercices + corrigés) 1 Le comité d audit est le plus susceptible de participer à l approbation A Des promotions et augmentations de salaire des auditeurs B Des observations

Plus en détail

Étape 1 : s enregistrer en tant qu huissier de justice, candidat ou stagiaire

Étape 1 : s enregistrer en tant qu huissier de justice, candidat ou stagiaire COMMENT UN HUISSIER DE JUSTICE, CANDIDAT-HUISSIER DE JUSTICE OU STAGIAIRE PEUT-IL FAIRE APPROUVER UNE ACTIVITÉ DANS LE CADRE DE LA FORMATION PERMANENTE? A/ PLAN PAR ÉTAPES Étape 1 : s enregistrer en tant

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr Le Président

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5

RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5 RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5 Document réalisé en avril 2010 mise à jour février 2013 Sources : sites http://www.legifrance.gouv.fr/ http://carrefourlocal.senat.fr

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 24 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE Objet

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 296 Appel No : 2013-0127 ENTRE : A. D. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

Objet : Lettre de suite de l'asn concernant l'inspection en radioprotection réalisée le 17 janvier 2014 dans votre établissement

Objet : Lettre de suite de l'asn concernant l'inspection en radioprotection réalisée le 17 janvier 2014 dans votre établissement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE MARSEILLE- Zone non imprimée - Place pour l'en-tête Marseille, le 6 février 2014 CODEP MRS 2014-006482 ALTEO Gardanne Route de Biver BP 62 13541 GARDANNE Cedex France Objet

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

Titre Nom Prénom Adresse adresse 2 NPA localité. Lausanne, le XX yyyyy 2014. Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame,

Titre Nom Prénom Adresse adresse 2 NPA localité. Lausanne, le XX yyyyy 2014. Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame, Lausanne, le XX yyyyy 2014 Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame, Le Centre de compétence suisse en sciences sociales (FORS) à l'université de Lausanne réalise l European

Plus en détail

LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU. Affaire N ICTR-96-4-T

LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU. Affaire N ICTR-96-4-T OR: ANG Devant : Greffe : Juge Laïty Karna, Président Juge Lennart Aspegren Juge Navanethem Pillay M. Lars Plum M. John M. Kiyeyeu Décision du : 17 février 1998 LE PROCUREUR CONTRE JEAN-PAUL AKAYESU Affaire

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 26 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009220 Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 PARIS 5EME Objet : Inspection

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Les îlots bonifiés. Quelques lignes pour vous parler des îlots bonifiés que nous avons mis en place dans mon établissement à la rentrée 2012.

Les îlots bonifiés. Quelques lignes pour vous parler des îlots bonifiés que nous avons mis en place dans mon établissement à la rentrée 2012. Les îlots bonifiés Quelques lignes pour vous parler des îlots bonifiés que nous avons mis en place dans mon établissement à la rentrée 2012. Avant toute chose je tiens à préciser que je ne suis (hélas!)

Plus en détail

Règlement de procédure de la Commission paritaire suisse d'application CPSA du secteur principal de la construction (Règlement de procédure CPSA)

Règlement de procédure de la Commission paritaire suisse d'application CPSA du secteur principal de la construction (Règlement de procédure CPSA) Règlement de procédure de la Commission paritaire suisse d'application CPSA du secteur principal de la construction (Règlement de procédure CPSA) du 1 er décembre 2010 (Etat : 1 er juillet 2013) La Commission

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

Code de déontologie - Commission Projectsourcing

Code de déontologie - Commission Projectsourcing Code de déontologie - Commission Projectsourcing 1. Dispositions générales 1.1. Le présent code de déontologie a pour but de fixer les règles que les membres s engagent à respecter. Il doit contribuer

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

Pour le Pr. J. Janssens, Président, Le secrétaire,

Pour le Pr. J. Janssens, Président, Le secrétaire, SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 11/05/2006 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS

Plus en détail

Ordonnance concernant le fonds pour la désaffectation d'installations nucléaires

Ordonnance concernant le fonds pour la désaffectation d'installations nucléaires Ordonnance concernant le fonds pour la désaffectation d'installations nucléaires du 5 décembre 1983 INIS-mf 9664 Le Conseil fédéral suisse, vu l'article 11, 3 e alinéa, de l'arrêté fédéral du 6 octobre

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

A V I S N 1.489 ----------------------- Séance du lundi 19 juillet 2004 ---------------------------------------

A V I S N 1.489 ----------------------- Séance du lundi 19 juillet 2004 --------------------------------------- A V I S N 1.489 ----------------------- Séance du lundi 19 juillet 2004 --------------------------------------- Fonds de sécurité d'existence - Dépôt des comptes annuels, des rapports annuels ainsi que

Plus en détail

Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel

Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel 18 octobre 2011 Exposition au bitume et à ses émissions dans le cadre professionnel Lyon, France, 18 octobre 2011 Le programme "monographie"s de l'oms/ centre international de recherche sur le cancer a

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE Accord du 3 septembre 1985 Protocole d accord du 5 mars 1993 (classifications) Avenants des 19 juin 1995, 15 février et 24 avril 1996, 27 novembre

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 53 Appel n o : GE-14-966 ENTRE : M. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. R. B., 2014 TSSDA 226 Appel No : 2012-1851 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et R. B. Intimé DÉCISION DU

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

Titel. Subtitel + auteur

Titel. Subtitel + auteur Titel Subtitel + auteur 1 Les nouvelles obligations en matière de prévention du stress, du burnout, de la violence et du harcèlement au travail 2 Introduction Les risques psychosociaux étaient auparavant

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

Tenue de bureau aux élections professionnelles - Mode d'emploi -

Tenue de bureau aux élections professionnelles - Mode d'emploi - Tenue de bureau aux élections professionnelles - Mode d'emploi - Vérifiez votre affectation (quel bureau de vote ; quelle fonction), celle-ci ayant été transmise à la DRH et à votre encadrement. Justifiez

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Principaux

Plus en détail

Raison de plus pour ne pas voter le budget!

Raison de plus pour ne pas voter le budget! Raison de plus pour ne pas voter le budget! Retraite : les travailleurs du nucléaire exclus du compte pénibilité, une double peine LE PLUS. A partir de 2015, les salariés exposés à des facteurs de pénibilité

Plus en détail

Abteilung für schulische Evaluation

Abteilung für schulische Evaluation Questionnaire pour les parents type d enseignement de votre enfant/vos enfants: (si vous avez plusieurs enfants dans cette école, remplissez svp pour l enfant aîné) école fondamentale: école maternelle

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A Date de dépôt : 8 octobre 2013 Rapport de la Commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat

Plus en détail

Pourquoi créer un site Web?

Pourquoi créer un site Web? Créer mon site Web Vous avez une passion, un centre d'intérêt, un "hobbie", et vous souhaitez en parler, partager autour de ce sujet. Vous avez bien pensé à utiliser l'espace web pour faire connaître votre

Plus en détail

DEUXIÈME ATELIER : LA PROTECTION DE L INFORMATION CONFIDENTIELLE LORS DES COMMUNICATIONS

DEUXIÈME ATELIER : LA PROTECTION DE L INFORMATION CONFIDENTIELLE LORS DES COMMUNICATIONS TRANSCRIPTION DE LA VIDÉO POUR L ATELIER 2 Bonjour Cette année, la campagne de sensibilisation permet d approfondir notre connaissance sur le thème de la protection des informations confidentielles. DEUXIÈME

Plus en détail

Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 M. F. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 M. F. Commission de l assurance-emploi du Canada Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 Date : 24 septembre 2015 Dossier : AD-13-108 DIVISION D APPEL Entre: M. F. Appelante Commission de l assurance-emploi du

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Monsieur le président, mesdames et messieurs les commissaires, bonjour.

Monsieur le président, mesdames et messieurs les commissaires, bonjour. Louise Pelletier Directrice, Projets de développement et production nucléaire Allocution prononcée dans le cadre de la rencontre publique de la CCSN du 17 décembre 2014 La version prononcée fait foi. Monsieur

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités

Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités Cette école est ton école et tu es le premier responsable du climat de vie qui y règne. Tu as le droit d y

Plus en détail

7) le fait qu il doit s agir d une consommation irrégulière, de manière intentionnelle ;

7) le fait qu il doit s agir d une consommation irrégulière, de manière intentionnelle ; PRIX ET TARIFS 1. Recommandation : tarif pour consommation sans contrat en Région Bruxelles-Capitale DESCRIPTION La SPRL M. conteste les tarifs que le gestionnaire de réseau de distribution SIBELGA applique

Plus en détail