Le sein sensuel résiste-t-il au traitement du cancer mammaire?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le sein sensuel résiste-t-il au traitement du cancer mammaire?"

Transcription

1 Le sein sensuel résiste-t-il au traitement du cancer mammaire? Dr Isabelle GABELLE-FLANDIN CHU Grenoble Présentation Dr Philippe GABELLE GHM Grenoble Assises de sexologie. Perpignan 2013

2 Objectifs de l étude PRINCIPAL : vérifier l hypothèse selon laquelle: la place du sein comme organe sexuel change dans le couple après que la femme ait été traitée pour un cancer SECONDAIRES: Étude préliminaire de faisabilité portant sur la sexualité des femmes et des couples dans service de cancérologie Rechercher quelle parmi les phases thérapeutiques la plus préjudiciable pour la sexualité

3 2/ Rationnel de l étude Littérature Nos objectifs: Évaluer la place du sein traité dans la relation intime Interroger sur le comportement initial du couple / changements imputables aux traitements cancérologiques Chercher la nature et les raisons d éventuelles modifications pour l un ou l autre des conjoints Apprécier le retentissement de ces changements

4 Méthodologie 1/ Période : 1 er mars - 1er mai / Méthode: Questionnaire (20 items) Patiente traitée pour un cancer du sein dans le service de radiothérapie du CHU de Grenoble Patientes majeures nouvellement traitées ou en surveillance à distance de leur traitement Consultation par le même médecin Recueil des données au décours ou pendant la consultation (15 minutes #) Identités des patientes sont connues Etude d une cohorte de patientes en couple traitement conservateur du sein 3/ Cohorte : 67 patientes

5 Symbolique du sein avant et après traitement

6 Sein source de plaisir: pour elle/pour lui Sein source de plaisir pour le couple majeur pour elle pas de plaisir pou elle plaisir connu pour lui ignore si plaisir pour lui majeur pour elle plaisir connu pour lui pas de plaisir pou elle ignore si plaisir pour lui

7 Que fait le conjoint avec le sein? 44 Attentions portées au sein traité par le conjoint regarde vote sein caresse votre sein embrasse votre sein tete votre sein rien a changé

8 Quelles attitudes attendent les femmes à l égard de leur sein? 59 vous aimiez que votre conjoint caresse embrasse regarde tete caresse vote sein regarde votre sein embrasse votre sein tete votre sein rien a changé

9 Quelle thérapeutique a le plus altéré votre sexualité? phase la plus préjudiciable pour la sexualité population annonce biopsies chirurgie radiotherapie 0 annonce biopsies chirurgie radiotherapie phases de traitements vécues par toutes les patientes.

10 Le traitement est responsable de modifications du comportement amoureux S il y a des modifications elles vous semblent relever? De vous, de votre conjoint, de vous 2, rien n a changé ou autre (à préciser) Résultats : 57 réponses 24 patientes notent des changements de leur comportement (36%) 3 patientes notent changement de comportement de leur conjoint (4%) 8 (12%) rapportent des changements de chacun d eux 13 (20%) estiment que rien n a changé 17 soit 25% ont coché la case «autre» sans porter de précision sur ce choix

11 Le traitement est responsable de modifications du comportement amoureux Pour des raisons physiques 27 patientes plusieurs réponses 12 patientes qu une seule raison à ce changement Au total 39 patientes ont avancé des raisons physiques à une modification de comportement dans leurs relations amoureuses. Raisons physiques aux modifications de comportements amoureux douleurs aspect dureté insensibilité autres

12 Comportement vis à vis de la lingerie «mise en scène du sein»

13 CONCLUSIONS Le symbole le plus atteint est la féminité L'annonce et la chirurgie = deux étapes qui portent le plus préjudice à la sexualité La chimiothérapie lorsqu'elle est réalisée est souvent responsable de troubles sexuels Après un traitement adjuvant le sein joue un rôle moins important dans le plaisir des patientes dans celui qu'elles supposent donner à leur conjoint par ce biais Le sein traité est plus regardé, plus observé (?) qu'il ne l'était avant traitement moins touché que ce soit par les caresses, par les baisers ou par la succion. Les caresses sont néanmoins toujours appréciées par les patientes.

14 CONCLUSIONS Les modifications de comportement amoureux sont le fait de problèmes physiques pour plus de la moitié des patients dans les mêmes proportions de raisons psychologiques (dans un tiers des cas dues aux deux membres du couple) La relation sexuelle peut être dégradée (22 %) Reste stable voire améliorée dans 78 % des cas Si la lingerie féminine est une mise en scène de la sensualité, celle-ci est altérée par la maladie ses traitements Le sein est plus souvent caché, la lingerie moins appréciée et le confort privilégié Enfin, dans 93 % des cas le couple sort renforcé ou stable après cette épreuve

15 Et après Ce travail préliminaire a d ores et déjà facilité l entrée de la dimension intime, sexuelle dans la consultation et de façon plus manifeste encore dans le service Il aura incontestablement tissé un lien entre les soignants, les patientes et les couples A permis aux soignants de constater combien l on peut se permettre et permettre aux patient(e)s d aborder simplement l intimité même en cancérologie Les patientes de cette cohorte recevront un même questionnaire dans les 2 mois à venir pour juger de l évolution de leurs réponses (effet du temps!)

16 Merci pour votre attention Merci à Philippe pour ce remplacement au pied levé Avec toutes mes excuses pour ce rendez-vous manqué A bientôt

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

Du Transfert et du Contre- Transfert en Sexologie

Du Transfert et du Contre- Transfert en Sexologie Du Transfert et du Contre- Transfert en Sexologie La fonction du sujet supposé savoir la sexualité Daphné DESMETTRE daphnedesmettre@yahoo.fr Mémoire pour le Diplôme Interuniversitaire d Etudes de la Sexualité

Plus en détail

Quel est l âge des participants?

Quel est l âge des participants? Quel est l âge des participants? Force est de constater que l étude à susciter les réponses de 630 participants. Il témoigne en effet de la participation massive à ce sondage et ainsi du grand intérêt

Plus en détail

Infertilité et sexualité

Infertilité et sexualité Infertilité et sexualité Les questions que vous vous posez (et n osez pas aborder avec votre médecin) www.unbebe pourdemain.fr Le site de la fertilité. Édito Vous êtes confrontés à l infertilité dans votre

Plus en détail

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS CHAPITRE 20 - CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Les points de référence de performance 4 étapes pour transformer les enquêtes

Plus en détail

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein

Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Vécu de la douleur et relation thérapeutique après traitement initial d un cancer du sein Marc-Karim BENDIANE 1,2 & Laura SPICA 1, Patrick PERETTI-WATEL 1,2. (1) INSERM UMR 912 Sciences Economiques & Sociales,

Plus en détail

Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins. Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT

Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins. Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT Introduction o Le conseil médical téléphonique (CMT) = 56% des appels pendant

Plus en détail

Issue du référentiel AFAQ Service Confiance Qualiville, la certification repose sur plusieurs engagements de service, tels que :

Issue du référentiel AFAQ Service Confiance Qualiville, la certification repose sur plusieurs engagements de service, tels que : Résultats de l enquête de satisfaction 2015 1 I. RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Délivrée par AFNOR (Agence Française de Normalisation), la certification Qualiville a été obtenue par la Mairie Centrale

Plus en détail

QUESTIONNAIRE : DISTANCE PROFESSIONELLE ET QUALITE DES SOINS

QUESTIONNAIRE : DISTANCE PROFESSIONELLE ET QUALITE DES SOINS QUESTIONNAIRE : DISTANCE PROFESSIONELLE ET QUALITE DES SOINS Étudiante en troisième année d école infirmière, j'effectue actuellement un travail de recherche (mémoire de fin d'étude) portant sur la distance

Plus en détail

Cancer du sein et douleurs chroniques : ce que les patientes disent (ou pas)

Cancer du sein et douleurs chroniques : ce que les patientes disent (ou pas) Cancer du sein et douleurs chroniques : ce que les patientes disent (ou pas) Laura SPICA 1, Marc-Karim BENDIANE 1,2, Dominique REY 1,2, Patrick PERETTI-WATEL 1,2. (1) INSERM UMR 912 "Economic & Social

Plus en détail

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond.

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond. Présentation du travail fait par le comité éthique de l Association La Compassion sur «protection de l intimité et respect de l expression de la sexualité des Résidants» Mme Mérieau D., directrice adjointe

Plus en détail

La socio-esthétique en cancérologie

La socio-esthétique en cancérologie La socio-esthétique en cancérologie Janick Alloncle La socio-esthétique en milieu hospitalier Présentation : Qu est ce qu une socio-esthéticienne? Les objectifs de la socio-esthéticienne Le malade et sa

Plus en détail

Accompagner avec dignité : La formation de bénévoles en soins palliatifs à domicile

Accompagner avec dignité : La formation de bénévoles en soins palliatifs à domicile Accompagner avec dignité : La formation de bénévoles en soins palliatifs à domicile Florinda Martin Coordonnatrice du service de soutien à la famille François Forté Bénévole et formateur Déclaration de

Plus en détail

6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie

6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie 6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie ANGOULEME le 16 Avril 2015 6ème Rencontre Régionale d Oncogériatrie 2 ème PARTIE Education thérapeutique chez le sujet âgé : thérapies orales L expérience du CHU de

Plus en détail

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009»

RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» RÉSULTATS DES ÉVALUATIONS DU PROGRAMME «J APPRENDS EN FAMILLE 2009» Au départ, les participants du programme devaient remplir un questionnaire d entrée afin de nous faire part de leurs habitudes de vie

Plus en détail

MODULE 2 : ENTRETIEN À LA SORTIE PERCEPTION DES SERVICES DE PLANIFICATION FAMILIALE ET ÉVALUATION DE LEUR COÛT PAR LES CLIENTS

MODULE 2 : ENTRETIEN À LA SORTIE PERCEPTION DES SERVICES DE PLANIFICATION FAMILIALE ET ÉVALUATION DE LEUR COÛT PAR LES CLIENTS MODULE 2 : ENTRETIEN À LA SORTIE PERCEPTION DES SERVICES DE PLANIFICATION FAMILIALE ET ÉVALUATION DE LEUR COÛT PAR LES CLIENTS M2R00 M2R01 M2R03 M2R05 RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L ENTRETIEN Nom Formation

Plus en détail

Regards croisés sur la bientraitance. Auto-évaluation établissement

Regards croisés sur la bientraitance. Auto-évaluation établissement Regards croisés sur la bientraitance Auto-évaluation établissement Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Une étude bientraitance est déployée au sein de votre établissement. Cette dernière est organisée

Plus en détail

LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO

LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO Carnet de suivi Carnet de suivi de votre prise en charge Ce carnet de suivi vous est proposé pour vous accompagner au cours de votre prise en charge. Il vous permettra de

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Numéro 9 Décembre 2013

Numéro 9 Décembre 2013 Numéro 9 Décembre 2013 Chers adhérents, Pour beaucoup d entre nous, la gestion de la maladie entraîne des difficultés au quotidien. Pour vous aider à mieux les vivre, il nous a semblé utile de vous présenter

Plus en détail

Les conséquences des tt du cancer du sein sur l image de soi Yolande Maisonnette Escot

Les conséquences des tt du cancer du sein sur l image de soi Yolande Maisonnette Escot DANAE, Gustave KLIMT Les conséquences des tt du cancer du sein sur l image de soi Yolande Maisonnette Escot L image de soi DEFINITION C est une image mentale que la personne se forge autant par elle même

Plus en détail

ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN

ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN ÉVALUATION DE L EFFICACITÉD UNE STIMULATION NEUROPSYCHOLOGIQUE SUR LES TROUBLES COGNITIFS LIÉS ÀLA CHIMIOTHÉRAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER DU SEIN ÉTUDE TONUS Laura Moisy Neuropsychologue Unité de Recherche

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager DOSSIER DE PRESSE www.esthetic-consult.com Septembre 2015 / La beauté à portée de quelques clics. C est ce que propose le site de téléconseil médical www.esthetic-consult.com. Sans vous déplacer, en toute

Plus en détail

Rencontre entre l épidémiologie et les sciences humaines : à propos du programme REMPAR

Rencontre entre l épidémiologie et les sciences humaines : à propos du programme REMPAR Julie KALECINSKI Delphine LUTRINGER J. Haesebaert, P. Vanhems, C. Lasset, F. Chauvin 5ème congrès International d'épidémiologie ADELF/EPITER Bruxelles,13 septembre 2012 Rencontre entre l épidémiologie

Plus en détail

Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire

Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire 1) Pour accéder aux options de sauvegarde et d envoi du questionnaire, veuillez cliquer sur le bouton représenté ci-après, situé en dernière

Plus en détail

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE

EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE EFFICACITÉ D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D OSTÉOPOROSE MARIE-ANNE SCHAAD INFIRMIÈRE SPÉCIALISTE CLINIQUE DIRECTION DES SOINS HUG PR T. CHEVALLEY F. MERMINOD M. TOMCIK

Plus en détail

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Besoins des aidants 1. Actuellement, êtes vous au bénéfice d une aide à domicile dans la prise en charge de la personne

Plus en détail

Bientraitance des personnes âgées. Questionnaire d auto-évaluation

Bientraitance des personnes âgées. Questionnaire d auto-évaluation Bientraitance des âgées accueillies en EHPAD Questionnaire d auto-évaluation Source : ANESM - www.anesm.gouv.fr Dans le cadre de l opération «Bientraitance des âgées accueillies en établissement» annoncée

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar.

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Page 1 sur 8 Etude réalisée en collaboration avec le service Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Effectuée en 2013-2014 OBJECTIF : mesurer l efficacité l effet thérapeutique de l Eau thermale de

Plus en détail

Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle

Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle France Ouellet, conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Nancy Guilbeault, conseillère en soins infirmiers Octobre

Plus en détail

Assurez-vous une main-d'œuvre! Un programme d'assurance pour les travailleurs agricoles?

Assurez-vous une main-d'œuvre! Un programme d'assurance pour les travailleurs agricoles? Comment garder vos bons employés? Assurez-vous une main-d'œuvre! Un programme d'assurance pour les travailleurs agricoles? Nathalie Tremblay 15 mars 2012 Objectif de la présentation Vous démontrez comment

Plus en détail

Hébergement en structure collective des malades jeunes : état des lieux

Hébergement en structure collective des malades jeunes : état des lieux Aider à anticiper Aider à vivre avec la maladie des malades jeunes : état des lieux Premiers résultats de l enquête nationale 2011, réalisée en collaboration avec le CNR-MAJ Danièle Fontaine, responsable

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie Collège national des gynécologues et obstétriciens sous la direction du Pr Jacques lansac Coordonné par le dr nicolas evrard En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie La sexualité féminine

Plus en détail

Rapport d enquête. Enquête par sondage sur l Homophobie. 06 65 25 84 23 06 82 07 42 04 margauxguillot@aol.com terral.anthony@orange.

Rapport d enquête. Enquête par sondage sur l Homophobie. 06 65 25 84 23 06 82 07 42 04 margauxguillot@aol.com terral.anthony@orange. Enquête par sondage sur l Homophobie. Rapport d enquête Margaux Guillot Anthony TERRAL 06 65 25 84 23 06 82 07 42 04 margauxguillot@aol.com terral.anthony@orange.fr Etudiants en BTS Responsable de l Hébergement

Plus en détail

Symposium Exploration de facteurs intrapersonnels et interpersonnels de la régulation émotionnelle. Organisateur Serge Lecours Université de Montréal

Symposium Exploration de facteurs intrapersonnels et interpersonnels de la régulation émotionnelle. Organisateur Serge Lecours Université de Montréal Symposium Exploration de facteurs intrapersonnels et interpersonnels de la régulation émotionnelle Organisateur Serge Lecours Université de Montréal Les émotions nous animent, pour le meilleur et pour

Plus en détail

La fin de vie, un sujet peu abordé dans les études de médecine

La fin de vie, un sujet peu abordé dans les études de médecine La fin de vie, un sujet peu abordé dans les études de médecine Retrouvez un sondage réalisé dans 32 des 47 facultés de médecine de France auprès des étudiants de médecine. 1 OMMAIRE DE L ÉTUDE I. Bilan

Plus en détail

Université de Nantes, CREN EA 2661

Université de Nantes, CREN EA 2661 Université de Nantes, CREN EA 2661 Etude réalisée par Camille CHEVALIER, Doctorante en psychologie sous la direction de : Agnès FLORIN, Professeur, et Cécile KINDELBERGER, Maître de Conférences (Doctorat

Plus en détail

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s, Après quelques mois de silence qui ne signifient pas pour autant quelques mois d inactivité, bien au contraire, nous avons le plaisir

Plus en détail

E v e n t S at. Le nouvel outil d écoute clients dédié aux professionnels de l évènementiel. page 1

E v e n t S at. Le nouvel outil d écoute clients dédié aux professionnels de l évènementiel. page 1 E v e n t S at Le nouvel outil d écoute clients dédié aux professionnels de l évènementiel page 1 Intérêts de EventSat page 2 Objectif Fréquentation En tant que créateur d évènements, vos exposants et

Plus en détail

6e Colloque Alpin de Soins Palliatifs "Alimentation, nutrition et hydratation en Soins Palliatifs : désir, partage et pratiques"

6e Colloque Alpin de Soins Palliatifs Alimentation, nutrition et hydratation en Soins Palliatifs : désir, partage et pratiques «Du besoin au désir» Les apports complémentaires : qualité ou quantité? Compléments Alimentation plaisir Aide-soignante, unité de Soins Palliatifs Diététicienne, Comité de Liaison en Alimentation Nutrition

Plus en détail

SIX FICHES ATELIER POUR LES PÈRES POUR LES ACCOMPAGNER DANS LES COURS PRÉNATALS

SIX FICHES ATELIER POUR LES PÈRES POUR LES ACCOMPAGNER DANS LES COURS PRÉNATALS SIX FICHES ATELIER POUR LES PÈRES POUR LES ACCOMPAGNER DANS LES COURS PRÉNATALS Préparées par Raymond Villeneuve Formateur au C.R.E.P. de la C.S.D.M. Animateur au CLSC St Henri Collaboratrice : Linda Mc

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

Cas clinique. Mme B. Nathalie

Cas clinique. Mme B. Nathalie Cas clinique Mme B. Nathalie Mme LE CHEVALIER A. IRD CETD AVRANCHES-GRANVILLE / Réseau Régional Douleur en Basse Normandie 6 ème Universités infirmière SFETD Le 19 mai 2014 Parcours des patients douloureux

Plus en détail

Méthodologie. Enquête on-line du 16 au 26 avril 2010. Échantillon. Mode de recueil. Interrogation de 809 jeunes âgés de 16 à 25 ans

Méthodologie. Enquête on-line du 16 au 26 avril 2010. Échantillon. Mode de recueil. Interrogation de 809 jeunes âgés de 16 à 25 ans 21 juin 2010 Les jeunes, le logement et la colocation Conférence de presse Résultats de l étude TNS Sofres / Présentation Frédéric Chassagne Méthodologie Interrogation de 809 jeunes âgés de 16 à 25 ans

Plus en détail

Recettes, choix des produits : appétence ou prix,un difficile arbitrage?

Recettes, choix des produits : appétence ou prix,un difficile arbitrage? Recettes, choix des produits : appétence ou prix,un difficile arbitrage? Mai 2012 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «OpinionWay pour Marque

Plus en détail

Exposé de Robert Ladouceur (robert.ladouceur@psy.ulaval.ca) proposé par l association poitevine de TCC APCTCC, le 14 janvier 2012

Exposé de Robert Ladouceur (robert.ladouceur@psy.ulaval.ca) proposé par l association poitevine de TCC APCTCC, le 14 janvier 2012 Exposé de Robert Ladouceur (robert.ladouceur@psy.ulaval.ca) proposé par l association poitevine de TCC APCTCC, le 14 janvier 2012 Le TAG est le trouble anxieux le moins connu et le moins diagnostiqué.

Plus en détail

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Nantes - Jeudi 15 novembre 2012 Léa Bruneau - Dr JC. Rigal

Plus en détail

Nous sommes heureux d avoir accueilli le bonheur dans nos vies, Et nous souhaitons le partager encore et

Nous sommes heureux d avoir accueilli le bonheur dans nos vies, Et nous souhaitons le partager encore et sont heureux de vous faire part de leur mariage et vous invitent à être témoins de leur union le 22 août 2013 Un vin d honneur sera servi à l issue de la cérémonie. sont heureux d avoir accueilli le bonheur

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014

SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014 SSR et cancer : enquête qualitative auprès des médecins responsables des admissions en SSR en Rhône Alpes Juin 2014 Coordination SSR Rhône Alpes : Dr Adélaïde Marquer : amarquer@chu-grenoble.fr Dr Chloé

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

ENQUETE EXPLORIMMO. Le logement idéal des Français Juin 2012

ENQUETE EXPLORIMMO. Le logement idéal des Français Juin 2012 ENQUETE EXPLORIMMO Le logement idéal des Français Juin 2012 2 MÉTHODOLOGIE Echantillon : 1 315 personnes recrutées sur Explorimmo Mode de recueil : Questionnaire auto-administré en ligne Dates : du 15

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

La sensibilisation des étudiants en médecine français à l action humanitaire

La sensibilisation des étudiants en médecine français à l action humanitaire La sensibilisation des étudiants en médecine français à l action humanitaire CALASS 2007 Congrès de l Association Latine d Analyse des Systèmes de Santé Bastien MOLLO Stéphane DAVID Dominique MAILLARD

Plus en détail

Rapport de la phase 01 (B1 / NB 1) de l étude de base

Rapport de la phase 01 (B1 / NB 1) de l étude de base JACOBS FOUNDATION/HELVETAS SWISS INTERCOOPERATION PROJET DJIGUI Rapport de la phase 01 (B1 / NB 1) de l étude de base Mandat: Evaluation of the Livelihood programme in W&E Africa Soumis par : Markus Maurer,

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan 1 LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan Carine Martin, auxiliaire de puériculture, consultante en lactation IBCLC Draguignan (83) RESUME L étude a

Plus en détail

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES INTRODUCTION Une étude américaine considère que les liens entre frères et sœurs, plutôt affectifs et égalitaires, représentent

Plus en détail

Jeu d enquête : «AUTOPSIE D UN ACCIDENT»

Jeu d enquête : «AUTOPSIE D UN ACCIDENT» Jeu d enquête : «AUTOPSIE D UN ACCIDENT» (Fondé sur le support multimédia «Autopsie d un accident» de l Association de la Prévention Routière et le Ministère de l Éducation Nationale) But du jeu Un accident

Plus en détail

ACCUEIL EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

ACCUEIL EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE ACCUEIL EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN PATHOLOGIE MAMMAIRE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE D INFORMATION

Plus en détail

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés L équipe de soins Vous accueille et vous informe Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés Professeur Jean-Pierre Chavoin, Chef de Service Hôpital Rangueil -

Plus en détail

Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes

Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes Sondage Ifop pour OPTIMHOME Mai 2016 La méthodologie Etude réalisée par l'ifop pour OPTIMHOME Echantillon Méthodologie Mode de

Plus en détail

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie projet REPERES (Recherche Évaluative sur la Performance des REseaux de Santé) Comité de présentation des résultats 09 juin

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

Voix et voies de l annonce en Cancérologie

Voix et voies de l annonce en Cancérologie Voix et voies de l annonce en Cancérologie Professeur BOLLA Michel Clinique Universitaire de Cancérologie Radiothérapie CHU Grenoble Voix et voies de l annonce en Cancérologie -Parcours du patient Approche

Plus en détail

EXPLOITATION DES RESULTATS DE L ENQUETE DE SATISFACTION

EXPLOITATION DES RESULTATS DE L ENQUETE DE SATISFACTION PREFECTURE DE POLICE DIRECTION DE LA POLICE GENERALE SOUS-DIRECTION DE LA CITOYENNETE ET DES LIBERTES PUBLIQUES EXPLOITATION DES RESULTATS DE L ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES USAGERS DU BUREAU

Plus en détail

Note méthodologique. Acteurs Publics. Étude réalisée par l'ifop pour : Échantillon : Échantillon de 351 agents de la fonction publique de catégorie A.

Note méthodologique. Acteurs Publics. Étude réalisée par l'ifop pour : Échantillon : Échantillon de 351 agents de la fonction publique de catégorie A. pour Observatoire de la modernisation de l État 4 ème enquête : les Fonctionnaires de catégorie A, le système de santé et les futures Agences Régionales de Santé Janvier 2010 N 18282 Contacts Ifop : Frédéric

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Parmi les propositions suivantes, concernant la physiologie de la sexualité : A - C est une combinaison de phénomènes

Plus en détail

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction

Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Socio esthétique en cancérologie au MAROC : Enquête de satisfaction Présenté par: Mme AITOUMA AHLAM Surveillante de soin Institut national d oncologie de RABAT JUIN 2015 Introduction Définition de la socio

Plus en détail

Autisme, clichés et préjugés RAPPORT

Autisme, clichés et préjugés RAPPORT Autisme, clichés et préjugés RAPPORT Version n 2 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A : Aurélie CAMM-CHAPEL OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 OpinionWay pour

Plus en détail

ENQUETE ESS. Introduction

ENQUETE ESS. Introduction ENQUETE ESS Introduction L European Social Survey (ESS) est une étude en série reconduite tous les deux ans. Cette enquête est conçue afin de mesurer les attitudes sociales contemporaines des européens

Plus en détail

Etude de la faisabilité du test au CO de façon systématique en consultation de grossesse dans une maternité de niveau I

Etude de la faisabilité du test au CO de façon systématique en consultation de grossesse dans une maternité de niveau I Etude de la faisabilité du test au CO de façon systématique en consultation de grossesse dans une maternité de niveau I INTRODUCTION Le tabagisme gravidique est le principal facteur de risque modifiable

Plus en détail

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie.

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. SOMMAIRES EN LANGAGE SIMPLE Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. Sommaire par T. Scott Murray Quel est le sujet de cette étude? Ce rapport, préparé par Doug Willms de l

Plus en détail

Que savons-nous de la Bible?

Que savons-nous de la Bible? [ Cours téléchargé depuis www.croire-en-dieu.net ] Introduction Leçon 1 Que savons-nous de la Bible Introduction Parmi les questions importantes que les êtres humains se posent en ce qui concerne leur

Plus en détail

- 7 mars 2003 - Mesdames, Messieurs, Chers amis américains,

- 7 mars 2003 - Mesdames, Messieurs, Chers amis américains, 1 Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Colloque mécénat : financement privé et public de la culture en France et aux Etats-Unis Mesdames, Messieurs, Chers amis

Plus en détail

Voici quelques outils pour nous aider à donner et recevoir des recommandations!

Voici quelques outils pour nous aider à donner et recevoir des recommandations! Newsletter BNI Bonjour à tous, Voici quelques outils pour nous aider à donner et recevoir des recommandations! Comment et pourquoi recommander? (Page 1) L objectif de cet outil est de tirer un maximum

Plus en détail

Equipe mobile de soutien oncologique CHU Mont-Godinne. Projet action 22 - Plan National Cancer Symposium 26/11/12 I. Willems

Equipe mobile de soutien oncologique CHU Mont-Godinne. Projet action 22 - Plan National Cancer Symposium 26/11/12 I. Willems Equipe mobile de soutien oncologique CHU Mont-Godinne Projet action 22 - Plan National Cancer Symposium 26/11/12 I. Willems Introduction - motivations du projet Equipe mobile de soutien oncologique (équipe

Plus en détail

Questionnaire aux familles sur les aptitudes et le comportement de l enfant au domicile

Questionnaire aux familles sur les aptitudes et le comportement de l enfant au domicile Questionnaire aux familles sur les aptitudes et le comportement de l enfant au domicile Ce questionnaire a pour but de mieux connaître les difficultés auxquelles sont confrontés dans leur famille les enfants

Plus en détail

Mai 2010 Mandatory credit : AIVI/IPSOS Nobody s Unpredictable

Mai 2010 Mandatory credit : AIVI/IPSOS Nobody s Unpredictable Etat des lieux de la situation des personnes victimes d inceste : vécu, état de santé et impact sur la vie quotidienne Mai 2010 Mandatory credit : AIVI/IPSOS Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage

Plus en détail

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A Référents: Mmes Sonia Vrtacic, infirmière spéc. en oncologie et SP, membre de l EMSP Voltigo,

Plus en détail

9 ème REUNION DU GROUPEMENT DES CAISSES D EPARGNE ET DES CHEQUES POSTAUX DE LA ZONE UEMOA

9 ème REUNION DU GROUPEMENT DES CAISSES D EPARGNE ET DES CHEQUES POSTAUX DE LA ZONE UEMOA MINISTERE DELGUE AUPRES DU PREMIER MINSITRE CHARGE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ----------------------- CABINET ----------------------- REPUBLQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discpline-Travail 9 ème REUNION

Plus en détail

Au programme. Introduction : Contenu de la formation. Évaluation des 3 premières sessions : Conclusion

Au programme. Introduction : Contenu de la formation. Évaluation des 3 premières sessions : Conclusion Formation des aidants familiaux de patients atteints de maladie d Alzheimer (ou apparentées) retour d expérience après un an. Vianney BRÉARD (gériatre), Stéphane BERRUCHON (neuropsychologue), Laëtitia

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

Formation inter-hôpitaux (extra-muros) Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie

Formation inter-hôpitaux (extra-muros) Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie Organisé par C. L. E. F. Formation inter-hôpitaux (extra-muros) Jeudi 27 et vendredi 28 novembre 2014 Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie Programme DPC Conçue et animée par : Docteur Marie Pierre

Plus en détail

SURVEILLANCE DES TRAVAILLEURS ET RETOUR EN EMPLOI. Retour sur la pratique de la consultation de pathologie professionnelle

SURVEILLANCE DES TRAVAILLEURS ET RETOUR EN EMPLOI. Retour sur la pratique de la consultation de pathologie professionnelle SURVEILLANCE DES TRAVAILLEURS ET RETOUR EN EMPLOI Retour sur la pratique de la consultation de pathologie professionnelle Nathalie Gréard Psychologue en Santé au Travail CHU Bordeaux LA CONSULTATION DE

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Dr Florence Potier L aidant, un patient dans l ombre? Sommaire 1. Contexte

Plus en détail

Violences faites aux femmes

Violences faites aux femmes Colloque Mobiliser les professionnel-le-s par la formation Paris, le 20 novembre 2014 Université Descartes Paris 5 De la délinquance subie aux dépôt de plainte et à la décision de justice Enquête de victimation

Plus en détail

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants?

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants? assurés à la RAM La RAM est spécialisée dans la gestion du régime obligatoire d assurance maladie des indépendants - artisans, commerçants et professions libérales, pour le compte du Régime Social des

Plus en détail

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Cause Lésion Renforcement DOULEUR Apprentissage Mémoire Cercle vicieux Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Retentissement Affectif Pensée négative Prise en charge pluridisciplinaire Les approches

Plus en détail

L entretien de réprimande Définition, But et objectif

L entretien de réprimande Définition, But et objectif L entretien de réprimande ème année SIGF 4 Réalisé par : HASSOU Salma LACHGAR Amina Année universitaire : 2012/2013 INTRODUCTION Vous est-il déjà arrivé de faire prendre conscience à l un de vos proches

Plus en détail

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude réalisée par Préambule L analyse de la littérature et des

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

Délai d envoi des courriers de fin d hospitalisation CONSIGNES DE REMPLISSAGE

Délai d envoi des courriers de fin d hospitalisation CONSIGNES DE REMPLISSAGE Délai d envoi des courriers de fin d hospitalisation CONSIGNES DE REMPLISSAGE SOMMAIRE 1. REMARQUES GENERALES... 2 2. SAISIE SUR LA FEUILLE DE RECUEIL EXCEL... 2 Consignes générales... 2 Ecran d accueil...

Plus en détail

THÈME 1 PROGRAMME 2015. Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv

THÈME 1 PROGRAMME 2015. Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv THÈME 1 PROGRAMME 2015 Assistez en direct ou en podcast à une visioconférence sur la pathologie mammaire sur www.senologie.tv MERCREDI 09 Septembre 2015 À partir de 13h00 Bilan d imagerie pré opératoire

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. auto-évaluation

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. auto-évaluation Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission auto-évaluation Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez PRÉVOYANCE Suralia Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez Suralia pour protéger votre famille et votre patrimoine Pour vous, il n y a rien de plus important que votre famille. Vous souhaitez

Plus en détail