Droit commercial et économique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Droit commercial et économique"

Transcription

1 Droit commercial et économique MEMO Actualités législatives et réglementaires 2008 A jour au 1 er janvier 2009

2 TABLE DES MATIERES 1. DISPOSITIONS EN MATIERE DE DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL Délais de paiement entre les entreprises Plafonnement des délais de paiement conventionnels Dérogation à titre transitoire par accord interprofessionnel Taux des pénalités de retard Négociations commerciales entre fournisseurs et distributeurs Suppression de l interdiction des pratiques discriminatoires Conditions générales de vente différenciées et conditions particulières de vente Convention «globale» Les pratiques commerciales abusives Les pratiques entraînant la responsabilité civile de leur auteur Les pratiques entraînant la nullité de plein droit des clauses ou contrats Le renforcement des sanctions et des pouvoirs des juges Divers Fonds de commerce DISPOSITIONS EN MATIERE DE BAUX COMMERCIAUX L indice des loyers commerciaux (ILC) L application du statut des baux commerciaux aux locaux professionnels La référence aux «usages locaux» Divers

3 1. DISPOSITIONS EN MATIERE DE DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL Le volet «concurrence» de la LME vise à introduire davantage de concurrence entre les distributeurs afin de favoriser un baisse des prix de vente au détail notamment par : l incitation à la diminution des délais de paiement ; l introduction d une liberté de négociation des conditions générales de vente des fournisseurs ; l amélioration du contrôle du respect des règles de concurrence Délais de paiement entre les entreprises Le dispositif décrit ci-dessous est applicable aux contrats conclus à compter du 1 er janvier 2009, sauf pour les commandes dites ouvertes (i.e. le donneur d ordre ne prend aucun engagement ferme sur la quantité des produits ou sur l échéancier des prestations ou livraisons) pour lesquelles il s appliquera aux appels de commande postérieurs au 1 er janvier Plafonnement des délais de paiement conventionnels La LME rappelle que les délais de paiement sont librement fixés par les parties, notamment aux termes des Conditions générales de vente. Toutefois depuis le 1 er janvier 2009, le délai de paiement convenu par les parties ne pourra pas excéder 45 jours fin de mois 1 ou 60 jours à compter de la date d émission de la facture (sauf accords interprofessionnels dérogatoires) ; En l absence de convention entre les parties, le délai de paiement ne peut pas être supérieur à 30 jours. Les professionnels d un secteur, clients et fournisseurs, pourront : décider conjointement de réduire ce délai ; proposer de retenir, comme point de départ de ce délai, non pas la date d émission de la facture mais la date de réception des marchandises ou d exécution de la prestation de services demandée. Les organisations professionnelles devront conclure un accord sur ces deux points. Ce nouveau délai maximal ou le nouveau mode de computation pourra être étendu, par décret, à tous les opérateurs du secteur Dérogation à titre transitoire par accord interprofessionnel Afin de tenir compte des spécificités sectorielles et optimiser la réforme, un accord interprofessionnel pourra instaurer, pour une durée limitée et sous certaines conditions, des dérogations exceptionnelles et prévoir ainsi un délai de paiement maximal supérieur à celui fixé par la loi. Les conditions suivantes doivent être réunies : l accord devra être conclu avant le 1 er mars 2009, et sa durée, obligatoirement limitée, ne pourra dépasser le 1 er janvier 2012 ; 1 Le calcul du délai de 45 jours doit débuter à la fin du mois au cours duquel la facture a été reçue. 3

4 le dépassement du délai légal devra être motivé par des raisons économiques objectives ; l accord devra prévoir la réduction progressive du délai dérogatoire vers le délai légal ainsi que l application d intérêts de retard en cas de non-respect du délai dérogatoire fixé par l accord; il devra être reconnu comme satisfaisant à ces conditions par un décret pris après avis de l autorité de la concurrence. Un accord interprofessionnel dérogatoire relatif aux délais de paiement dans la filière des produits, béton, ciment, bois, peinture et d'autres matériaux et services pour la construction a ainsi été signé le 9 décembre Taux des pénalités de retard Le taux minimal d intérêt des pénalités de retard fixé par les parties sera porté de 1,5 fois le taux d intérêt légal à 3 fois ce taux. A défaut de convention entre les parties, le taux des pénalités de retard sera égal au taux d intérêt appliqué par la Banque centrale européenne à son opération de refinancement la plus récente majoré non plus de 7 points de pourcentage mais de 10 points. L article L.442-6, 7 du Code de commerce prévoit qu engage la responsabilité civile de son auteur et l oblige à réparer le préjudice causé, le fait de soumettre un partenaire à des conditions de règlement manifestement abusives, compte tenu des bonnes pratiques commerciales et s écartant au détriment du créancier, sans raison objective, du délai supplétif de 30 jours. Depuis le 1 er janvier 2009, est considéré comme abusif le fait de soumettre un partenaire à des conditions de règlement qui ne respectent pas le plafond fixé par la loi pour la durée des délais de paiement conventionnels Négociations commerciales entre fournisseurs et distributeurs Depuis trois ans, afin d instaurer une plus grande concurrence entre les acteurs et de favoriser ainsi une baisse des prix au profit du consommateur, les relations commerciales entre fournisseurs et distributeurs ont été profondément modifiées par le législateur aux termes des trois lois suivantes : la loi du 2 août 2005, n , dite «Dutreil», la loi du 3 janvier 2008, n , dite «Chatel», et, pour finir, la loi du 4 août 2008, dite «LME». La LME a pour objectif de permettre aux fournisseurs de différencier librement les conditions tarifaires qu ils accordent aux distributeurs. L interdiction d une discrimination tarifaire non justifiée par des contreparties réelles a conduit à une négociation «à l arrière» sur la base de services plus ou moins réels, facturés par les distributeurs aux fournisseurs. Si la loi Chatel a permis de réintégrer l intégralité de ces marges arrières dans le prix de revente aux consommateurs, l objectif affiché de la loi LME est de «mettre un terme à la fausse coopération commerciale et à tourner le dos définitivement au système des marges arrière maintes fois dénoncé et jamais réformé». 4

5 1.2.1 Suppression de l interdiction des pratiques discriminatoires Les distributeurs peuvent désormais librement négocier les conditions générales de vente en particulier les conditions tarifaires. L article L , I-1 du Code de commerce, qui prévoit qu engage la responsabilité civile de son auteur, le fait par un professionnel de pratiquer «à l égard d un partenaire économique, ou d obtenir de lui des prix, des délais de paiement, des conditions de vente ou des modalités de vente ou d achat discriminatoires et non justifiées par des contreparties réelles en créant, de ce fait pour ce partenaire, un désavantage ou un avantage dans la concurrence», est abrogé. En revanche, la discrimination peut être sanctionnée si elle constitue un abus de position dominante ou une pratique abusive au sens de l article L du Code de commerce notamment, si elle conduit à «soumettre un partenaire commercial à des obligations créant un déséquilibre significatif dans les droits et obligations des parties» Conditions générales de vente différenciées et conditions particulières de vente Les conditions générales de vente constituent toujours le socle de la négociation commerciale et le contenu n en est pas modifié. Désormais libre de traiter différemment ses clients alors même que ceux-ci sont en concurrence, le fournisseur peut différencier ses conditions générales de vente (CGV) et donc ses tarifs, selon les catégories (d acheteurs) de son choix. Les conditions particulières de vente (CPV), introduites par la loi Dutreil, par lesquelles les fournisseurs accordent des avantages uniquement à certains clients, n ont plus, depuis la LME, à être justifiées par la fourniture, par ces clients, de «services spécifiques» Convention «globale» La convention unique, instaurée par la loi Chatel formalisant, avant le 1 er mars 2 de chaque année, le résultat de la négociation commerciale entre un fournisseur et un distributeur, est maintenue. La loi Chatel prévoyait qu elle devait contenir : les conditions de l opération de vente des produits ou des prestations de services telles qu elle résultent de la négociation commerciale dans le respect de l article L du code de commerce relatif aux CGV et CPV ; les conditions dans lesquelles le distributeur, ou le prestataire de services, s oblige à rendre au fournisseur, à l occasion de la revente de ses produits ou services aux consommateurs, tout service propre à favoriser leur commercialisation ne relevant pas des obligations d achat et de vente (services de coopération commerciale) ; 2 Ou pour les produits ou services soumis à un cycle de commercialisation particulier, dans les deux mois suivant le point de départ de la période de commercialisation. 5

6 les conditions dans lesquelles le distributeur, ou le prestataire, s oblige à rendre au fournisseur des services distincts de ceux visés précédemment. Le contenu de la convention est sensiblement modifié en ces deuxième et troisième volets de la manière suivante : la définition des services de coopération commerciale est élargie pour appréhender les services fournis par les grossistes à leurs clients professionnels 3, le formalisme restant quant à lui inchangé puisque la convention globale doit toujours indiquer l objet, la date prévue, les modalités d exécution, la rémunération des obligations ainsi que les produits ou services auxquels ces conditions ce rapportent ; la notion de services distincts est remplacée par «les autres obligations destinées à favoriser la relation commerciale entre le fournisseur et le distributeur ou le prestataire de services, en précisant pour chacune l objet, la date prévue, et les modalités d exécution» 4. La loi ne précise plus que leur rémunération doit-être indiquée : par conséquent ces services n ont plus à être facturés ; ils doivent donc donner lieu à des réductions de prix de la part du fournisseur, qui devront figurer sur la facture. La loi prévoit désormais que les obligations relevant de la négociation commerciale et les autres obligations concourent à la détermination du prix ; il n y a donc pas lieu d effectuer une facturation ligne à ligne de chaque obligation ; la convention énumère les obligations et la facture établit le prix global sans attribuer de valeur à chaque obligation Les pratiques commerciales abusives La LME, en contrepartie de la libre négociabilité des conditions générales de vente, a renforcé la disposition des pratiques commerciales abusives de l article L du Code de commerce. Comme indiqué précédemment, la LME a supprimé l interdiction des pratiques discriminatoires ; elle modifie et complète la liste des autres pratiques Les pratiques entraînant la responsabilité civile de leur auteur Désormais, aux termes de l article L I du Code de commerce, engage la responsabilité civile de son auteur : le fait de «soumettre ou de tenter de soumettre un partenaire commercial à des obligations créant un déséquilibre significatif dans les droits et les obligations des parties» (alinéa 2) ; le fait «d obtenir ou de tenter d obtenir des conditions manifestement abusives concernant les prix, les délais de paiement, les modalités de vente ou les services ne relevant des obligations d achat et de vente» (aliéna 4). Il n est plus fait référence aux conditions générales de vente. 3 Article L.441-7, I al.2 C. Com. : «les conditions dans lesquelles le distributeur ou le prestataire de services s oblige à rendre au fournisseur, à l occasion de la revente de ses produits ou services aux consommateurs ou en vue de leur revente aux professionnels, tout service propre à favoriser leur commercialisation ne relevant pas des obligations d achat et de vente». 4 Article L.441-7, I al. 3 C. Com. 6

7 le fait de refuser de mentionner sur l étiquetage d un produit vendu sous marque de distributeur le nom et l adresse du fabricant si celui-ci en fait la demande conformément à l article L du Code de la consommation (alinéa 10) Les pratiques entraînant la nullité de plein droit des clauses ou contrats Sont désormais nuls, les clauses ou contrats prévoyant la possibilité de bénéficier automatiquement des conditions plus favorables consenties aux entreprises concurrentes par le cocontractant (art. L II d), ce qui condamne les clauses dites «du client le plus favorisé». les clauses ou contrats prévoyant la possibilité d obtenir d un revendeur exploitant une surface de vente au détail inférieure à 300 m² que le fournisseur approvisionne sans être lié à lui, directement ou indirectement, par un contrat de licence de marque ou de savoir-faire, un droit de préférence sur la cession, ou le transfert de son activité, ou une obligation de non-concurrence post-contractuelle, ou de subordonner l approvisionnement de ce revendeur à une clause d exclusivité ou de quasiexclusivité d achat de ses produits ou services d une durée supérieure à deux ans (art. L II - e). Cette disposition, qui vise notamment les contrats d approvisionnement de commerçants indépendants, sanctionne les clauses permettant à une centrale d achat ou à un grossiste d obtenir de son client un droit de préférence en cas de cession de son activité sans lui fournir en contrepartie des actifs immatériels. Elle ne s applique toutefois pas aux contrats de franchise Le renforcement des sanctions et des pouvoirs des juges Le montant de l amende civile pouvant être prononcée par une juridiction civile ou commerciale, sur demande du ministre de l économie ou du ministère public, afin de sanctionner des pratiques abusives était limitée à un maximum de 2 millions ( ) d euros. La LME a supprimé cette limite : l amende peut désormais être portée au triple du montant des sommes indûment versées (art. L III C. Com.). La juridiction peut, par ailleurs, ordonner la publication, la diffusion ou l affichage de sa décision ou d un extrait de celle-ci, selon les modalités qu elle précise, et/ ou la faire insérer dans le rapport de gestion établi par les organes sociaux de l entreprise visée, les frais étant supportés par la personne condamnée. Enfin l exécution de la décision peut-être ordonnée sous astreinte Divers Fonds de commerce La LME a également modifié les droits applicables aux cessions de fonds de commerce. 7

8 2. DISPOSITIONS EN MATIERE DE BAUX COMMERCIAUX 2.1. L indice des loyers commerciaux (ILC) La LME et son décret d application 5 a instauré un nouvel indice, l'indice des loyers commerciaux (ILC), qui constitue une alternative à l'application de l' indice du coût de la construction (ICC), en matière de fixation du prix plafonné des baux commerciaux renouvelés ou révisés. L ILC sera publié trimestriellement par l'insee et est constitué : à hauteur de 50 % de l'indice des prix à la consommation (hors tabac et hors loyers concernant l'ensemble des ménages et relatif à la métropole et aux départements d'outre-mer) ; pour 25 %, de l'icc, représentatif de l'évolution des prix de la construction neuve ; pour 25 %, de l'indice du chiffre d'affaires dans le commerce de détail, en valeur, corrigé des variations saisonnières et des jours ouvrables. L ILC s applique aux activités commerciales, y compris lorsqu'elles sont exercées par des artisans 6, à l exception des «activités commerciales exercées dans des locaux à usage exclusif de bureaux, y compris les plates-formes logistiques, ainsi que les activités industrielles au sens de l'article L (5 ) du code de commerce». L ILC est optionnel et ne se substitue pas de façon automatique à l ICC pour les baux concernés. Lorsque les parties auront choisi d appliquer l ILC, c est cet indice, et non l ICC, qui servira de référence pour déterminer le nouveau loyer en cas de révision triennale ou de renouvellement du bail L application du statut des baux commerciaux aux locaux professionnels La LME prévoit expressément la possibilité pour les professionnels, d opter pour le statut des baux commerciaux et de déroger conventionnellement au statut des baux professionnels en ce compris, les dispositions qui étaient d ordre public 7 telles : La durée de 6 ans minimum du bail ; La faculté pour le locataire de donner congé à tout moment moyennant un préavis de 6 mois ; Le reconduction tacite du bail, sauf congé notifié par l une des parties. Concrètement, les bailleurs n auront plus de réticence à octroyer aux locataires professionnels le statut des baux commerciaux et les locataires professionnels jouiront d une plus grande pérennité dans leurs locaux, à condition de renoncer à leur faculté de résiliation à tout moment. 5 Décret n du 4 novembre 2008 paru au Journal officiel du 6 novembre Article 6 du texte nouveau insère un article D dans le code monétaire et financier 7 Article 57 A de la loi du 23 décembre

9 2.3. La référence aux «usages locaux» Traditionnellement, les «usages locaux» ou «terme d usage», très variables selon les régions, étaient pris en compte pour calculer certains délais en matière de baux commerciaux et la Cour de cassation, au travers de ses décisions récentes, en avait élargi le champ. Loi LME a substitué à cette notion celle du trimestre civil. Concrètement, le congé est désormais donné pour le dernier jour du trimestre civil et au moins six mois à l avance Divers Enfin, la conclusion de plusieurs baux dérogatoires successifs est désormais possible à l intérieur du délai de deux ans ; en cas d éviction, le locataire doit maintenant restituer les locaux à l expiration d un délai de trois mois suivant la date de versement de l indemnité d éviction. 9

4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012

4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012 4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012 Introduction La loi LME du 4 août 2008 - Malgré de nombreuses critiques et propositions de modifications, la Loi LME est toujours en

Plus en détail

LOI HAMON DU 17 MARS 2014 : DE NOUVELLES OBLIGATIONS POUR LES ENTREPRISES

LOI HAMON DU 17 MARS 2014 : DE NOUVELLES OBLIGATIONS POUR LES ENTREPRISES LOI HAMON DU 17 MARS 2014 : DE NOUVELLES OBLIGATIONS POUR LES ENTREPRISES Le 27.01.15 La loi du 17 mars 2014 relative à la consommation, dite «Loi Hamon» 1, contient de nouvelles dispositions relatives

Plus en détail

Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com

Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com LOI HAMON : NOUVELLES OBLIGATIONS POUR LES ENTREPRISES 6 mars 2014 Vincent JAUNET, Avocat associé Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com Sommaire

Plus en détail

ASA Avocats Newsletter

ASA Avocats Newsletter ASA Avocats Newsletter Lettre d information trimestrielle sur l actualité juridique Aktuelles zu Gesetzgebung und Rechtsprechung Spécial : INCIDENCES DE LA LOI «LME» EN DROIT ECONOMIQUE Septembre 2008

Plus en détail

PRESENTATION DE LA LOI LME Promulguée le 4 Août 2008

PRESENTATION DE LA LOI LME Promulguée le 4 Août 2008 PRESENTATION DE LA LOI LME Promulguée le 4 Août 2008 1 SOMMAIRE 1. Les nouvelles règles de la négociation commerciale 2. L encadrement contractuel de la négociation 3. Le contrôle de l abus 4. Les délais

Plus en détail

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance LE REGIME JURIDIQUE DE LA SOUS-TRAITANCE EN ITALIE Textes de référence :! Loi n 192 du 18 juin 1998 sur la sous-traitance dans les activités de production (en annexe) Table des matières A. Notion juridique

Plus en détail

Deux pratiques abusives actuelles : le paiement retardé et le paiement trop rapide

Deux pratiques abusives actuelles : le paiement retardé et le paiement trop rapide Note thématique Juridique/Paiements (délais, retards, moyens ) 12/06/2002 Deux pratiques abusives actuelles : le paiement retardé et le paiement trop rapide On peut observer actuellement un développement

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

4 Indices actualisés/ Janvier 2012.

4 Indices actualisés/ Janvier 2012. 4 Indices actualisés/ Janvier 2012. - consommation - construction activités tertiaires - loyers commerciaux - 1 Indice des prix à la consommation : évolution de l'index des prix : IPC est fixé à 125,09

Plus en détail

Circulaire du 16 mai 2003 relative à la négociation commerciale entre fournisseurs et distributeurs

Circulaire du 16 mai 2003 relative à la négociation commerciale entre fournisseurs et distributeurs Circulaire du 16 mai 2003 relative à la négociation commerciale entre fournisseurs et distributeurs J.O. n 121 du 25 mai 2003 Ministère de l Économie, des Finances et de l Industrie Le secrétaire d État

Plus en détail

FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES PRECAUTIONS A PRENDRE-

FACTURES MENTIONS OBLIGATOIRES PRECAUTIONS A PRENDRE- MISE EN PLACE ADMINISTRATIVE Le Puy en Velay, le 18 novembre 2015 Afin de vous aider à prendre connaissance des obligations qui vous incombent en qualité de chef d entreprise, nous avons repris ci-dessous

Plus en détail

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement?

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement? Juillet 2013 L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009.

Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009. Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009. 1 Remarques introductives (1) La Loi LME, une loi sur les délais de paiement Concernant les délais interentreprises

Plus en détail

Les Conditions Générales de Vente Export

Les Conditions Générales de Vente Export Les Conditions Générales de Vente Export Il est fortement recommandé de rédiger les conditions générales de vente export (CGVE) en anglais (et éventuellement dans la langue du pays de l acheteur). Les

Plus en détail

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance Livret à destination des encadrants présents sur le terrain Pourquoi ce livret? La spécificité des entreprises de l industrie des

Plus en détail

Les nouvelles obligations en matière d e-commerce

Les nouvelles obligations en matière d e-commerce Loi dite Hamon relative à la Consommation Les nouvelles obligations en matière d e-commerce Loi n 2014-344 du 17 mars 2014 parue au JO n 65 du 18 mars 2014 Mardi 10 juin 2014 1 Loi «Hamon» : les nouvelles

Plus en détail

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial organisé par organisé par Maître Fatiha NOURI Le bail commercial «Le fameux bail 3/ 6/ 9» Propos introductif UN STATUT PROTECTEUR QUI S APPLIQUE DE PLEIN DROIT

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 octobre 2012 N de pourvoi: 11-23521 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Blondel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Marchés privés - Délais de paiement

Marchés privés - Délais de paiement Marchés privés - Délais de paiement Lutte contre les délais cachés et factures périodiques Info n 2014 273/6-2 du 06/05/2014 Pour toute question : Service Affaires Juridiques et Contentieuses Laurent POUZOLS

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

Les délais de livraison

Les délais de livraison Les délais de livraison I-Délai de livraison en cas de vente directe en magasin On distingue selon que le bien ou la prestation de service à un coût inférieur, égal ou supérieur à 500. A-Prix supérieur

Plus en détail

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC LES LOYERS COMMERCIAUX Préambule : Pour les boutiques, il existe deux valeurs locatives : 1- La valeur locative de marché issue des loyers constatés pour des nouvelles locations. La valeur locative de

Plus en détail

LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CONCURRENCE AU SERVICE DES CONSOMMATEURS. Les dispositions du Titre I

LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CONCURRENCE AU SERVICE DES CONSOMMATEURS. Les dispositions du Titre I LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CONCURRENCE AU SERVICE DES CONSOMMATEURS Les dispositions du Titre I La loi pour le développement de la concurrence au service des consommateurs est parue au Journal Officiel

Plus en détail

LE DÉLAI GLOBAL DE PAIEMENT (DGP)

LE DÉLAI GLOBAL DE PAIEMENT (DGP) Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 LE DÉLAI GLOBAL DE PAIEMENT (DGP) Textes réglementaires de référence Directive 2000/35/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 juin 2000 concernant

Plus en détail

Position CGPME BAUX COMMERCIAUX CONSTAT

Position CGPME BAUX COMMERCIAUX CONSTAT BAUX COMMERCIAUX CONSTAT Le commerce est une activité en perpétuelle mutation. Pendant les cinquante dernières années, la distribution de masse s est généralisée pour répondre aux besoins des consommateurs

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE SOCIAL Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites

info ACTUALITÉ JURIDIQUE SOCIAL Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites n 5 > 7 mars 2014 info Sommaire > Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites > Discrimination : nouveau cas > Application du régime des clauses abusives aux sociétés commerciales > Mésentente

Plus en détail

Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012)

Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012) Juin 2012 v1 Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012) La renonciation à une renégociation d un contrat de prêt est elle un acte anormal de gestion? Une société acquiert

Plus en détail

Contrat de travail pour un attaché commercial

Contrat de travail pour un attaché commercial S-146 03 V 2004 Contrat de travail pour un attaché commercial Entre les soussignés : - La Sarl Offset n SIRET Représentée par agissant en qualité de Gérant - et Monsieur Laurent n de sécurité sociale demeurant

Plus en détail

Conditions Générales de Vente du Site www.buyeco.ch

Conditions Générales de Vente du Site www.buyeco.ch Conditions Générales de Vente du Site www.buyeco.ch 1. OBJET Les présentes Conditions Générales de Vente (ci-après les «CGV») définissent les relations juridiques entre l utilisateur et BUYECO Sàrl (ci-après

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes

Conditions Générales de Ventes Conditions Générales de Ventes Article 1 : Définition SI 95 (Services Informatiques 95) est une société de services, d'assistance, de dépannage et de formation informatique, sise 17 rue Charles Cros -

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

1. La prise en compte des coûts

1. La prise en compte des coûts Terminale STG Mercatique Chapitre 3 : Construire l'offre Séquence 4. La fixation du prix - Les facteurs explicatifs d'un prix Le prix est une variable mercatique déterminante. Il est la base des revenus

Plus en détail

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales.

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. Les présentes conditions générales s appliqueront de plein droit à toute prestation de

Plus en détail

CONCURRENCE DISTRIBUTION PROPRIETE INTELLECTUELLE TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

CONCURRENCE DISTRIBUTION PROPRIETE INTELLECTUELLE TECHNOLOGIES DE L INFORMATION N 5 12 février 2013 Réseaux de distribution : confirmation de l interdiction d interdire la vente sur internet Cour d appel de Paris, 31 janvier 2013, n 2008/23812, Pierre Fabre Décision de l Autorité

Plus en détail

Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S.

Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S. CGV Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S. 1 Domaine d application et objet 2 Parties contractantes 3 Conclusion du Contrat 4 Informations relatives aux produits, prix, disponibilité

Plus en détail

LES DELAIS DE PAIEMENT LA SORTIE DES ACCORDS DEROGATOIRES. B. FABRE - DIRECCTE Rhône-Alpes Pôle C - Novembre 2011 1

LES DELAIS DE PAIEMENT LA SORTIE DES ACCORDS DEROGATOIRES. B. FABRE - DIRECCTE Rhône-Alpes Pôle C - Novembre 2011 1 LES DELAIS DE PAIEMENT ET LA SORTIE DES ACCORDS DEROGATOIRES 1 Les Délais de Paiement Pourquoi réduire les Délais de paiement? La LME et la réduction des Délais de paiement Les différents Délais de paiement

Plus en détail

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts 1 Vaudoise Assurances Holding SA Statuts Vaudoise Assurances Holding SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Raison sociale et siège, durée Art. 1 Il existe sous la raison sociale VAUDOISE ASSURANCES

Plus en détail

I - Loi de finances 2015. II - Régime des Auto-entrepreneurs

I - Loi de finances 2015. II - Régime des Auto-entrepreneurs I - Loi de finances 2015 2 de Loi de finances rectificative pour 2014 II - Régime des Auto-entrepreneurs Janvier 2015 Mode d emploi du Powerpoint Courrier d invitation à destination de vos clients Loi

Plus en détail

II Dans quel cadre, ces accords? Dans quel but sont ils conclus? Le problème des entreprises bénéficiant d une forte puissance de marché.

II Dans quel cadre, ces accords? Dans quel but sont ils conclus? Le problème des entreprises bénéficiant d une forte puissance de marché. Les accords de licence Introduction Les droits de propriété industrielle sont des «droits réels». Les contrats gérant ces droits sont donc basés sur les principes du droit des obligations. Si l on se réfère

Plus en détail

DÉLAIS DE PAIEMENT. Textes applicables : Articles L441-6 et L.442-6 du code de commerce

DÉLAIS DE PAIEMENT. Textes applicables : Articles L441-6 et L.442-6 du code de commerce DÉLAIS DE PAIEMENT Textes applicables : Articles L441-6 et L.442-6 du code de commerce «Le passage d un délai de paiement de 68 jours à 57 jours permet de dégager 4 milliards d euros de trésorerie supplémentaire

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Économie et des Finances Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes Ministère délégué auprès du ministère de l Écologie,

Plus en détail

GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT D ÉLECTRICITÉ ET DE SERVICES ASSOCIÉS

GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT D ÉLECTRICITÉ ET DE SERVICES ASSOCIÉS GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT D ÉLECTRICITÉ ET DE SERVICES ASSOCIÉS CONVENTION CONSTITUTIVE Approuvé le 21 janvier 2015 par l assemblée délibérante du SEHV PREAMBULE Dans le cadre de l ouverture

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. TAUX D INTÉRÊT LÉGAL DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES - 1 er semestre 2015

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981)

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) JO n 16 du 15 août 1976 TITRE I. DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES

Plus en détail

Conditions générales de vente B2B

Conditions générales de vente B2B Conditions générales de vente B2B CONDITIONS GENERALES DE VENTE (LIVRES) ARTICLE PREMIER - Champ d application Les présentes conditions générales de vente s appliquent à toutes les ventes conclues par

Plus en détail

CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE

CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE CONTRAT D AGENT ARTISTIQUE ENTRE LES SOUSSIGNES Nom/prénom : Pseudonyme : Adresse : Téléphone : Ci-après dénommé «LE MANDANT» D UNE PART, ET Dénomination sociale de l'entreprise : dont le siège social

Plus en détail

Algérie. Opérations, instruments et procédures de politique monétaire

Algérie. Opérations, instruments et procédures de politique monétaire Opérations, instruments et procédures de politique monétaire Règlement de la Banque d n 09-02 du 26 mai 2009 Source : www.droit-algerie.com [NB - Règlement de la Banque d n 09-02 du 26 mai 2009 relatif

Plus en détail

Contrat de VRP exclusif

Contrat de VRP exclusif Contrat de VRP exclusif Entre les soussignés La Société, Adresse : N o URSSAF : URSSAF Code NAF : Représentée par Monsieur agissant en qualité de d'une part, et Monsieur Né le, à Nationalité : N o d'immatriculation

Plus en détail

Période d essai. Période d essai. Définition

Période d essai. Période d essai. Définition La société Gedimat Farel est condamnée aux dépens, c est-à-dire au paiement des frais liés à l instance (frais d huissier ; indemnités de témoins éventuellement avancées ; rémunérations des experts désignés,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

ALTAREA. Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480.

ALTAREA. Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480. ALTAREA Société en commandite par actions au capital de 155.539.502,06 euros Siège social : 8 Avenue Delcassé - 75008 PARIS 335.480.877 RCS PARIS RAPPORT DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

Projet de loi de Modernisation de l économie modifiant la Loi Chatel du 4 janvier 2008. Chapitre Ier : De la transparence.

Projet de loi de Modernisation de l économie modifiant la Loi Chatel du 4 janvier 2008. Chapitre Ier : De la transparence. Projet de loi de Modernisation de l économie modifiant la Loi Chatel du 4 janvier 2008 Chapitre Ier : De la transparence Article L441-1 Les règles relatives aux conditions de vente au consommateur sont

Plus en détail

Partie 1.5 La déclaration et le paiement de la TVA

Partie 1.5 La déclaration et le paiement de la TVA Partie 1.5 La déclaration et le paiement de la TVA Section 1 : Les règles générales communes à toutes les entreprises I) Les déclarations Le type de déclaration à déposer, ainsi que la périodicité dépendent

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

I. INFORMATION AUX NOTAIRES

I. INFORMATION AUX NOTAIRES Taxe sur la valeur ajoutée. Article 44, 1 er, 1, du Code de la TVA. Soumission à la TVA des prestations des notaires et des huissiers de justice à partir du 1 er janvier 2012. L administration a informé

Plus en détail

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile Les contrats de location d une automobile d une durée de quatre mois ou plus qui interviennent entre un commerçant

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 15 décembre 2013 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 15 décembre 2013 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 15 décembre 2013 Adopté ACCÈS AU LOGEMENT ET URBANISME RÉNOVÉ - (N 1499) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 8 N o CE624 Rédiger ainsi cet article : «I. Il est

Plus en détail

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité),

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité), Entre les soussignés, Personne morale :...(dénomination sociale),...(forme),...(capital),...(rcs),...(numéro SIREN) dont le siège social est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom),

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE :

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : Article 1 Champ d application Toute commande passée par IDVERDE (ci-après dénommée «l Acheteur») auprès d un fournisseur de Biens ou d un prestataire de Services

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Décret n o 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à la lutte contre les retards de paiement dans les contrats de la commande

Plus en détail

Conditions générales de licence de logiciel

Conditions générales de licence de logiciel Conditions générales de licence de logiciel 1. Préambule MAÏDOTEC est titulaire des droits de propriété intellectuelle et de commercialisation sur le logiciel décrit dans les conditions particulières associées

Plus en détail

SECTION 2 : LES NOTIONS VOISINES : LA CLAUSE S EXCLUSIVITE ET LA CONCURRENCE DELOYALE.

SECTION 2 : LES NOTIONS VOISINES : LA CLAUSE S EXCLUSIVITE ET LA CONCURRENCE DELOYALE. La pratique de la clause de non-concurrence Page 17 SECTION 2 : LES NOTIONS VOISINES : LA CLAUSE S EXCLUSIVITE ET LA CONCURRENCE DELOYALE. Les juristes utilisent souvent la méthode comparative pour compléter

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa.fr

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa.fr CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa.fr ARTICLE 1 er DEFINITIONS Candidat : Donnée(s) Utilisateur : Compte Utilisateur : Données personnelles : Entreprise Utilisatrice : Espace

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) VIA LE SITE INTERNET Qapa ARTICLE 1 er DEFINITIONS Candidat : Donnée(s) Utilisateur : Compte Utilisateur : Données personnelles : Entreprise Utilisatrice : Espace Utilisateur

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES Marché de traitement des appels téléphoniques en dehors des horaires d ouverture de l OPH de l Ondaine 42500 Le Chambon-Feugerolles PRESTATAIRE : 3 rue Charles Baudelaire

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Olivier CHALLAN BELVAL et Jean-Christophe LE DUIGOU, commissaires Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 6 février 2013 portant décision relative à l approbation de contrats conclus entre GRTgaz et l entreprise verticalement intégrée

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2010/09 Du 27/04/2010. LES DELAIS DE PAIEMENT (Loi LME de juillet 2008 en place depuis le 01/01/2009)

NOTE D INFORMATION 2010/09 Du 27/04/2010. LES DELAIS DE PAIEMENT (Loi LME de juillet 2008 en place depuis le 01/01/2009) NOTE D INFORMATION 2010/09 Du 27/04/2010 LES DELAIS DE PAIEMENT (Loi LME de juillet 2008 en place depuis le 01/01/2009) À l'occasion de la remise du rapport de l'observatoire des délais de paiement en

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT

TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT PROJET DE LOI Version nor : mtsx0813468l/bleue-1 CE QUI CHANGE COMMENTAIRES DE LA CFDT ARTICLE 16 I. - L article

Plus en détail

05-81-24-02-93 06-71-14-20-76 SIREN : 809 083 876 R.C.S

05-81-24-02-93 06-71-14-20-76 SIREN : 809 083 876 R.C.S CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les présentes conditions générales de vente (ci après «CGV») sont applicables à l ensemble des prestations conclues entre LE VOITURISTE et le Client à compter du 02/02/2015.

Plus en détail

Contrat de concession exclusive de vente

Contrat de concession exclusive de vente infos@droitbelge.net Contrat de concession exclusive de vente Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT Le contrat proposé

Plus en détail

D L ETAT PREVISIONNEL DES ACHATS

D L ETAT PREVISIONNEL DES ACHATS D L ETAT PREVISIONNEL DES ACHATS 1 Introduction L E.P.L.E. est soumis, comme toute personne morale publique, aux principes fondamentaux du Code des Marchés Publics qui sont énumérés dans son article 1

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Date : 01/06/2013 Le présent ensemble des Conditions Générales de Vente de GLUAL HIDRÁULICA est applicable à toutes les livraisons et à toutes les prestations. ARTICLE 1. GÉNÉRALITÉS ARTICLE 2.- OFFRES

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P.)

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P.) Département du Var Commune de GRIMAUD MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES N 10-109- 01 à 04 -MR Fournitures scolaires Lots 1 à 4 CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (C.C.P.) Article premier : Objet de la consultation

Plus en détail

Personne physique M/Mme. (Nom, Prénom) demeurant à

Personne physique M/Mme. (Nom, Prénom) demeurant à LICENCE DE RÉUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DÉTENUES PAR LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE SEINE-ET-MARNE EN APPLICATION DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE RÉUTILISATION À TITRE GRATUIT Réutilisation non commerciale

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION

CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION Loi n 89-462 du 6 juillet 1989 modifié par la loi n 94-624 du 21 juillet 1994 LOCAUX VIDES Entre les soussignés, M. (nom, prénom et adresse) désigné ci-après sous

Plus en détail

Guide pratique Répercussion Gazole

Guide pratique Répercussion Gazole Guide pratique Répercussion Gazole Introduction Dans le transport routier, la répercussion de la hausse du gazole dans les prix ne se fait habituellement que tardivement et partiellement. Elle arrive avec

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON. LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale)

DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON. LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale) DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON Partie 1 : LES SOURCES DES OBLIGATIONS LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale) Ils existent deux types d actes juridiques

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU TRAVAIL DIRECTION GENERALE UNITE RESSOURCES HUMAINES 253, avenue du Général Leclerc

Plus en détail

Numéro 43 - Octobre 2012

Numéro 43 - Octobre 2012 Numéro 43 - Octobre 2012 - Présentation du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 - Modalités de calcul du plafonnement global de certains avantages fiscaux à l'impôt sur le revenu

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES. Cahier des Clauses Particulières

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES. Cahier des Clauses Particulières MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES Cahier des Clauses Particulières N 10-063-01à03-MR (C.C.P.) Objet de la consultation LOCATION DE STRUCTURES MOBILES. 01 Tentes, loges et chapiteaux 02 Platelages, estrades

Plus en détail

à l attention du citoyen consommateur et usager de services Guide de conseils pratiques pour résoudre des petits litiges

à l attention du citoyen consommateur et usager de services Guide de conseils pratiques pour résoudre des petits litiges à l attention du citoyen consommateur et usager de services Guide de conseils pratiques pour résoudre des petits litiges A l attention du consommateur Ce guide de conseils pratiques, pour résoudre les

Plus en détail

DESCRIPTIF CONTRACTUEL

DESCRIPTIF CONTRACTUEL DESCRIPTIF CONTRACTUEL Désignation, adresse, téléphone et télécopie du maître d ouvrage Chambre de Commerce et d'industrie Territoriale de l Ariège 21, Cours Gabriel Fauré B.P. 30011 09001 FOIX Cedex Téléphone

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Les présentes conditions régissent les relations commerciales entre les ÉDITIONS DE LA RAMONDA et son client, les deux parties les acceptant sans réserve. Ces conditions générales

Plus en détail

9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES

9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES 9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES Service Public Fédéral FINANCES Secteur TVA Edition 2013 Dépôt légal: D/2005/0719/3 AVANT-PROPOS Dans le

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL Textes Loi LME du 4 août 2008 Loi MURCEF du 11 décembre 2001 Article L. 145-3 du code de commerce Article L. 145-5 du code de

Plus en détail

E C U E I L DE L E G I S L A T I O N A

E C U E I L DE L E G I S L A T I O N A MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2053 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 71 7 décembre 1977 SOMMAIRE Règlement grand-ducal du 30 novembre 1977

Plus en détail

Comment sécuriser les mentions légales obligatoires, les conditions générales de vente (CGV) et la protection des données de votre site internet?

Comment sécuriser les mentions légales obligatoires, les conditions générales de vente (CGV) et la protection des données de votre site internet? Comment sécuriser les mentions légales obligatoires, les conditions générales de vente (CGV) et la protection des données de votre site internet? JEUDI 15 SEPTEMBRE 2011 87 boulevard de Courcelles 75008

Plus en détail

TITRE VII - De la protection du consommateur dans les contrats électroniques. Présentation des textes

TITRE VII - De la protection du consommateur dans les contrats électroniques. Présentation des textes TITRE VII - De la protection du consommateur dans les contrats électroniques Présentation des textes Le Liban s est récemment doté d une législation moderne en droit de la consommation : la loi n 659 du

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Préambule Les présentes conditions générales de vente disponibles sur le site simmerstore.com traitent de la vente de produits par SIMMERSTORE à l exclusion des produits et

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE ARTICLE 1 : CHAMP D'APPLICATION - DÉFINITION Les présentes Conditions Générales de Vente s'appliquent à toutes les prestations de services conclues

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTES du 16/01/2016 PERSPECTIVES SAS 3 Rue Copernic 62000 ARRAS

CONDITIONS GENERALES DE VENTES du 16/01/2016 PERSPECTIVES SAS 3 Rue Copernic 62000 ARRAS CONDITIONS GENERALES DE VENTES du 16/01/2016 PERSPECTIVES SAS 3 Rue Copernic 62000 ARRAS Objet et champ d application : Les présentes conditions ge nérales de vente de crivent les droits et obligations

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Article 1. OBJET Les présentes Conditions Générale de Vente (CGV) ont pour objet de définir les conditions dans lesquelles sont fournies les prestations de CONTAINERZ, à quelque

Plus en détail

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS POLITIQUE 5.6 OFFRES PUBLIQUES DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Champ d application de la politique La présente politique expose la procédure et les politiques de la Bourse applicables aux

Plus en détail

Indexation du prix d une prestation logistique

Indexation du prix d une prestation logistique OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DU TRM NOTE PRATIQUE Janvier 2016 Indexation du prix d une prestation logistique Choix des indices - usages - formules - exemples Le CNR diffuse des indices élémentaires permettant

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Ou «CGU Prestation de Nettoyage à domicile» La société HELPLING France SAS, dont

Plus en détail