Spé Devoir n 8 OPTIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE"

Transcription

1 Spé 8-9 Devoi n 8 OPTIQUE ETRALE PSI 8 A Pou que deux ondes poduisent des inteféences, il faut qu elles soient cohéentes, c est-à-die igoueusement synchones Pou obteni expéimentalement cette condition en optique, on éalise au moins deux souces secondaies images d une souce éelle pimaie, en veillant à ce que la difféence de mache au point d obsevation soit inféieue à la longueu de cohéence de la souce, c est-à-die la longueu moyenne des tains d onde qu elle émet A Une onde est monochomatique si sa dépendance tempoelle est puement sinusoïdale Elle est alos de duée infinie En teme de longueu d onde, cela coespond à une onde de longueu d onde unique On peut éalise une onde quasi monochomatique en utilisant : une souce lase qui, pa constuction, émet une onde dont la lageu spectale est tès faible ; une souce spectale suivie d un filte ne laissant passe qu une des aies émises; une souce de lumièe blanche dont on décompose la lumièe à l aide d un pisme ou d un éseau On isole ensuite la patie du faisceau coespondant à un tès petit secteu angulaie A3-a Pou éalise une souce quasi ponctuelle : à pati d un lase, qui émet une onde quasi plane, il faut place une lentille tès convegente, comme un objectif de micoscope pa exemple La souce ponctuelle est alos le point de convegence des ayons On pofite de plus de l élagissement du faisceau apès la lentille à pati d une lampe themique (spectale ou non, il faut place un diaphagme de faible ouvetue apès la souce On peut aussi utilise ne lentille condenseu pou faie convege la lumièe su ce diaphagme b Si la souce est quasi ponctuelle, les fanges d inteféences ne sont pas localisées et l on peut place l écan n impote où dans la zone d inteféence L inteféomète étant églé en lame d ai, on obseve des fanges ciculaies si l écan d obsevation est bien paallèle au plan des miois L écat ente ces fanges diminue losque l on s éloigne du cente de la figue c Si la souce n est plus ponctuelle, les difféents points de la souce ne sont pas cohéents et leus fanges d inteféences sont décalées En se supeposant, elles céent un éclaiement unifome su l écan Les fanges existent cependant à l infini ca alos la difféence de mache ne dépend plus du point souce et les anneaux cée pa tous ces points sont centés au même point de l écan et se supeposent donc sans se bouille En eculant l écan, on peut donc espée voi les fanges malgé l atténuation due à la popagation Les ayons qui se supeposent à l infini sont paallèles ente eux Ils le sont donc aussi avant les miois et possèdent le même angle d incidence su les miois Les fanges sont donc appelées fanges d égale inclinaison A4-a L écan étant placé dans le plan focal image de la lentille (L, les ayons qui convegent en un point M de cet écan sont paallèles ente eux avant la lentille et, pa conséquent, ils sont issus du même ayon incident su les miois et povenant du point souce S On a tacé su la figue ci-conte la mache des ayons issus de S et convegent en M La difféence de mache ente eux en M est δ(m = I J + J K I L I J K ERA F M Spé ψ 8-9 page /7 Devoi n 8 S S I J L K (L (M (M

2 En taçant la mache des ayons issus d un aute point souce S convegents en M, on constate que leu difféence de mache δ(m = I J + J K I L est la même ette difféence de mache ne dépend donc pas du point souce considéé On aua donc bien une figue d inteféence su l écan ainsi disposé, même si la souce est étendue b En notant i l angle d inclinaison su les miois des ayons qui intefèent en M et e = z z l épaisseu de la lame d ai, la difféence de mache en M est δ(m = ecos(i On etouve l angle apès éflexion et c est cet angle que fait le ayon passant pa le cente de la lentille et aivant en M On a donc tan( i = omme la lentille est utilisée dans les conditions de Gauss, on a i << et l on peut écie tan(i i d où δ ( M = ecos B La position z = z est appelée contact optique La difféence de mache est nulle en tout point de l écan se qui se taduit pa un éclaiement unifome appelé teinte plate EMAX EMI B Le contaste des fanges est défini pa = Quand il est nul, EMAX + EMI l éclaiement est unifome Dans le cas d une souce non monochomatique, est une fonction de λ la difféence de mache en M et de la lageu spectale = de la souce La fome de cette λ fonction dépend du modèle choisi pou décie la densité spectale de la souce Dans le cas où la fonction de contaste n est pas péiodique, on appelle longueu de cohéence de la souce la pemièe valeu δ de δ(m qui annule le contaste On considèe que le λ contaste est nul pou δ > δ Dans le modèle du pofil ectangulaie, on touve δ = = λ Avec la souce de lumièe blanche, λ est tès gand donc la longueu de cohéence est tès faible L éclaiement su l écan change de couleu (teintes de ewton losqu on s éloigne tès peu du contact optique puis devient tès vite unifomément blanc La lampe spectale équipée d un filte émet une onde de lageu spectale plus faible donc de longueu de cohéence plus gande Le domaine des valeus de δ inféieues à δ est donc plus gand L onde émise pa le lase est quasi monochomatique et la longueu de cohéence est alos de plusieus centimètes B3 On a des inteféences à deux ondes monochomatiques et synchones de même amplitude donc l intensité lumineuses en un point M de l écan s écit ( M IM = I + cos π δ où I est l intensité coespondant à une seule onde λ Le détecteu est placé au foye de la lentille de pojection donc il eçoit les ayons faisant un angle d incidence nul su les miois et l on a δ(f = e = (z z Il vient I( F' I cos( 4 ( z z = + πσ B4-a Les ondes coespondant à deux intevalles difféents ne sont pas synchones donc elles sont incohéentes haque intevalle de nombe d onde dσ est suffisamment petit pou ête considéé comme céant une onde monochomatique L intensité qu il poduit su l écan est donc di( F' = G( σ dσ + cos 4 πσ( z z ( ( Les ondes coespondant à deux intevalles difféents sont incohéentes donc l intensité ésultante est la somme des intensités dues à chaque ondes soit Spé ψ 8-9 page /7 Devoi n 8

3 ( ( I( F' = G( σ + cos 4 πσ( z z dσ σ +/ b Avec l expession de G(σ, il vient ( ' ( cos( 4 ( G = [ σ ] + sin 4 πσ( z z σ +/ σ +/ σ / 4 π( z z σ / I F = G + πσ z z dσ σ / G sin 4 ( sin 4 ( 4 ( z z z z z z = + πσ + πσ π G sin 4 ( cos( 4 4 ( z z z z z z = + π πσ π = G + sin 4 π ( z z cos( 4 πσ( z z 4 π ( z z On obtient la fome demandée en posant = G et encoe V( z z sinc 4 = π ( z z sin4 π ( z z V( z z = 4 π ( z z c La fonction V(z est maximum pou 4 π ( z z = soit z = z Su le gaphe, on lit z = 5, mm le pemie zéo de V(z coespond à 4 π ( z z =π soit ( z z = Su le gaphe, on lit z z =,5 mm d où = mm ou encoe = 5 m z z l intefange i F est telle que π = 4 πσ( z z soit σ = Su le gaphe, on if if,5 compte fanges dans le pemie lobe de lageu,5 mm donc i F = en mm et σ = = 3 mm ou 6 m (ou encoe λ =,5 6 m soit λ =,5 µm (,5 d ette modélisation conduit à une fonction de contaste qui s annule au delà d une cetaine valeu de z z ce qui coespond bien aux obsevations expéimentales D apès ce qui pécède, la longueu de cohéence est la lageu du lobe cental de la coube soit l = pou la souce de lumièe blanche l µm d où 6 m ; pou la souce spectale filtée l mm d où 3 m ; pou la souce lase l d où ; B5 L amplitude des deux ondes qui intefèent n est plus la même On peut écie j ( SM ψ M =ψ e πσ et j SM ψ M =ρψ e πσ ou Spé ψ 8-9 page 3/7 Devoi n 8

4 j ( SM SM j ( SM L amplitude totale est ψ ( M =ψ e πσ +ρ e πσ et l intensité * j = ψ ψ ( πσ δ ( M j ( πσ δ ( M k j e e πσ δ ( M j πσ δ ( M = kψ +ρ +ρ e +ρe I( M k ( M ( M = ψ +ρ +ρ ( cos( ( M = kψ +ρ +ρ πσ δ avec δ(m = (SM (SM En notant I = kψ l intensité eçue si l on masque la suface plane et δ(f = e = (z z au point F, il este pou l intensité en F : ρ I( z = I( +ρ + cos ( 4 πσ( z z +ρ ρ Le facteu de contaste est maintenant = < Les fanges ont la même allue et sont +ρ positionnées au même endoit mais elles sont moins contastées Les fanges sombes ne sont plus noies B6-a En généalisant le calcul pécédent, on peut écie l amplitude totale en F : j πσ( SF j πσδi( F' ψ ( F' =ψ e + ρie en notant δ i (M = (SM i (SM i= j i( F' j j( F' et l intensité devient I( F' = kψ + ρ ie πσ δ + ρie πσ δ i= j= j ( j i ( j i πσ δ ( F ' δ ( F ' j πσ δ ( F ' δ ( F ' = kψ + ρicos πσδ i( F' + ρρ i j e + e i= i= j= En négligeant les temes en ρ i ρ j qui sont d ode, il este, au pemie ode, en notant ϕ= i 4 πσ( z zi I( z = I + ρ cos ϕ i i i= b En epenant le calcul le calcul de B4 et en compaant le ésultat obtenu alos à celui obtenu en B3, on peut pévoi le ésultat suivant : c Dans le cas =, il este I( z = G + V( z z ρ cos ϕ i i i i= ( I( z = G + ρ sinc π( z z cos 4 πσ ( z z + ρ sinc π( z z cos 4 πσ ( z z L enveloppe est la somme de deux fonctions sinc, l une centée en z = z et l aute en z + 5/ On obtient la coube suivante : I(z z (en mm z z Spé ψ 8-9 page 4/7 Devoi n 8

5 d On mesue ρ i (amplitude d un lobe pincipal et z i (abscisse du cente de ce lobe pincipal si le gaphe de l intensité pésente des lobes pincipaux suffisamment sépaés les uns des autes c est-à-die si z i+ z i est tès supéieu à la lageu du lobe pincipal ou, autement dit, si z i+ z i est tès supéieu à la longueu de cohéence de la souce Pou avoi la meilleu ésolution possible su les positions z i, il faut donc choisi la longueu de cohéence la plus faible possible, c est-à-die la souce de lumièe blanche On obseve un maximum d intensité lumineuse dans une diection θ donnée pa appot à la diection incidente si la difféence de mache ente les ondes qui ont tavesé deux taits successifs est un multiple entie de la longueu d onde L onde incidente su le éseau est plane et les ondes émegentes obsevées sont paallèles ente elles donc la difféence de mache est d θ δ = dsin(θ avec d = n La condition pécédente conduit alos à la fomule des éseaux entie elatif L entie p est appelé ode du pic On peut écie p = sin( θp n λ Le détecteu est placé dans le plan focal image de la lentille Les ayons déviés dans la diection θ avant la lentille convegent en un point de ayon du détecteu tel que = tan( θ En supposant que la lentille tavaille dans les conditions de Gauss, on peut faie le développement tan(θ = θ + d où θ= + sin( θ p = p λ ou p est un n λ À la lageu angulaie ( sin( θ θ= coespond donc la lageu = f θ de la tache L λ su le détecteu soit = L 9 (75 A = ( = 7,5 6 m ou encoe = 7,5 µm La lageu de ce pic est tès inféieue à la lageu d une cellule de la baette donc la limite de ésolution du système vient du capteu Il ne poua distingue deux pics que s ils sont sépaés d un écat supéieu à a Le cente de la tache de diffaction d ode zéo est l image géométique du point souce Si la souce n est pas igoueusement ponctuelle, Le cente du pic coespondant à chaque point souce sea décalé omme ces points souces sont incohéents,, les intensités qu ils céent se supeposent La tache obtenue su le capteu sea donc élagie Les autes taches subissent le même élagissement ode 3 La lageu angulaie du faisceau eçu pa une cellule est telle que δθ= a a au pemie O pou un ode p donné, la vaiation angulaie δ λ θ due à une vaiation δλ de la longueu d onde est δ λ θ = pnδλ La lageu δλ des adiations eçues pa la cellule est telle que δ λ θ = δ a θ d où f δλ = a pn θ Spé ψ 8-9 page 5/7 Devoi n 8

6 omme dλ δλ σ= pa définition, on a dσ= d où δσ= λ λ λ = σ δλ Avec l expession pécédente de δλ, il vient A a pnf δσ= σ 6 ( δσ= (5 ( (4 ' ( δσ= (5 ( ( =,5 4 m pou le bleu ; = 3,56 3 m pou le ouge ; 4 Les gandeus a, n et f étant fixée pa constuction, δλ ne vaie qu avec l ode p Pou avoi une lageu δλ identique pou toutes les cellules du capteu, il faut donc qu elles eçoivent toutes des pics du même ode ela ne peut pas ête éalisé simultanément pou toutes les cellules Pa conte, en plaçant le éseau su un plateau tounant comme celui d un goniomète, on peut le faie toune pa appot à l onde incidente et ainsi sélectionne l ode du pic qui aive su une cellule donnée D On fait l image de (M su le capteu DD placé dans le plan focal image de la lentille (L P L objectif (L éalise donc avant (L P une image de (M située à l infini Pou cela, il faut que (M soit dans le plan focal objet de (L De même, (M est dans le plan focal de (L D Les deux objectifs étant identiques ont la même distance focale donc les miois sont dans la même position elative pa appot au capteu Il n y a donc pas de difféence de mache ente les ayons passés pa les deux miois et on doit obseve la teinte plate D3-a Le ayon passant pa le cente O de l objectif (L n est pas dévié Il se éfléchit en I su le mioi (M en semblant poveni de l image (M I I de O pa ce mioi Il aive en J su l objectif (M (L Il convege ensuite en K du plan focal image J de l objectif, point où passe le ayon paallèle à I J ( L O O J passant pa O Apès la lentille (L P, le ayon f convege au point M de l écan où passe le ayon ( L paallèle à J K passant pa le cente de la lentille K K (L P On pocède de même pou le ayon passant (L P pa le cente O de l objectif (L On emaque que le tacé O I J K est identique à O I J K b Le théoème de Malus énonce que les ayons lumineux sont pependiculaies aux sufaces M x ERA d onde D apès la question pécédente, les ayons qui d intefèent en M étaient paallèles avant de passe pa (M I I les objectifs (L et (L Les sufaces d onde sont (M donc des plans pependiculaies à ces ayons J Apès les objectifs, le chemin optique est le ( L O i même pou les deux ayons pendant l alle-etou objectif-mioi-objectif O J Ente les objectifs et la lentille H H (L P, les ayons sont de nouveau paallèles ente eux i La lentille (L P fait convege les ayons sans modifie (L la difféence de mache P Les sufaces d onde sont des plans équiphase donc (SO = (SH et (J M = (H M et la difféence de mache δ(m = (SM (SM se éduit à M x δ(m = H O + H J Spé ψ 8-9 page 6/7 Devoi n 8 PLA FOAL IMAGE DES OBJETIFS ( L ERA

7 omme O J = O J, il vient J J = O O = d, on a H O = H J = dsin(i = di puisque i est tès petit Il vient donc δ(m = di et l éclaiement en M s écit π x IM = I( + cos( πσ di = I + cos d λ f P ', qui est de la fome x IM = I + cosπ x λf ' P x = d L intefange augmente si d diminue donc on déplace un des objectifs de façon à augmente l intefange jusqu à avoi un éclaiement unifome Alos les axes des objectifs sont alignés D4-a Si on considèe que les longueus d onde extêmes du specte émis pa la souce de lumièe blanche sont λ B = 4 nm et λ R = 75 nm, la longueu de cohéence est l = = soit l = A l = =,9 µm 9 9 λ λ λ λ 4 75 B R B R b On voit = fanges dans l inteféogamme de lageu l donc l intefange est x = l l λf P Avec l expession de x obtenue à la question pécédente, on obtient = ' d où d λf ' d = P l A En penant comme longueu d onde la longueu d onde moyenne ente λ B et λ R, on 9 (575 (( touve d = =,5 3 m soit d =,5 mm 3 (,6 Spé ψ 8-9 page 7/7 Devoi n 8

Exercices : 19 - Champ électrostatique

Exercices : 19 - Champ électrostatique 1 Execices : 19 - Champ électostatique Sciences Physiques MP 2015-2016 Execices : 19 - Champ électostatique A. Calculs de champ et de potentiel 1. Théoème de supeposition Une sphèe de ayon b pote une chage

Plus en détail

Construire une image médicale

Construire une image médicale Vol. 10 hive pintemps 2015 6 Autefois, on passait des adiogaphies. Maintenant, on va aussi passe un examen pa scanne : la technique s appelle la tomodensitométie axiale. Dans les deux cas, ce sont des

Plus en détail

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE CIRCUITS COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE Philippe ROUX 4 CIRCUITS RLC COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE PARTIE : PRESENTATION DES CIRCUITS COUPLES ) LES FLUX DES CHAPS AGNETIQUES DANS DEUX BOBINAGES COUPLES

Plus en détail

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Chapite 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Se epote à la bibliogaphie pou le détail des démonstations et la desciption de l expéience de Sten et Gelach. 3.1 Définitions a- Considéons

Plus en détail

ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire.

ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire. Spé ψ 1-13 Devoi n 6 ONDES Des données et un fomulaie sont donnés à la fin du sujet Les câbles coaxiaux sont utilisés comme moyen de tansmission d infomations. Ils sont conçus pou tansmette des signaux

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE CORRECTIONS DES TRAVAUX DIRIGES. 4 ème Année Informatique et Réseau

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE CORRECTIONS DES TRAVAUX DIRIGES. 4 ème Année Informatique et Réseau INSTITUT NATIONAL DS SCINCS APPLIQUS D TOULOUS 4 ème Année Infomatique et Réseau ANTNNS CORRCTIONS DS TRAVAUX DIRIGS Alexande Boye alexande.boye@insa-toulouse.f http://www.alexande-boye.f Antennes Octobe.

Plus en détail

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique Cous d électomagnétisme EM15-Champ magnétique Table des matièes 1 Intoduction 2 2 Action d un champ électomagnétique su une paticule chagée 2 2.1 Foce de Loentz.................................. 2 2.2

Plus en détail

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques Chapite VIII Ondes électomagnétiques et fibes optiques I Les Ondes Electomagnétiques II Les lois de l optique géométique III La fibe optique : un guide de lumièe I Les Ondes Electomagnétiques I.1 Le champ

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère.

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère. Lcée lemenceau S 1 - hsique Lcée lemenceau S 1 O.Ganie Le champ magnétique Le théoème d Ampèe Olivie GRANER Lcée lemenceau S 1 - hsique Énoncé du théoème d Ampèe Le théoème d Ampèe est «l équivalent» du

Plus en détail

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A3 Chapite VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques I) Expéience de ten et Gelach (9) ) L expéience ) Valeus numéiques 3) Matices de

Plus en détail

Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D

Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D P.-Y. Lagée, Equation de la Chaleu en Axi & en 3D Equation de la Chaleu en Axisymétique & en 3D Dans ce chapite nous faisons un bilan d énegie pou établi l équation de la chaleu en axisymétique. On pouait

Plus en détail

Exemples d antennes (9)

Exemples d antennes (9) Exemples d antennes (9) II. Le pincipe des images : Pemet de considée le cas de souces placées au dessus d un sol qui peut ête assimilé à un conducteu pafait (en BF : σ >> ωε ). a) Cas d une antenne filaie

Plus en détail

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 I. Champ tounant, otatioynchone, otation asynchone On appelle champ tounant un champ magnétique animé d'un mouvement de otation. On peut en cée un en faisant toune un

Plus en détail

Exemples de champs électrostatiques

Exemples de champs électrostatiques Exemples de champs électostatques A. Exemples smples A.. Chage ponctuelle unque Le champ électque et le potentel absolu en un pont M nduts pa une chage ponctuelle q placée en O sont : q E 4 π u et V q

Plus en détail

Chapitre 6: Moment cinétique

Chapitre 6: Moment cinétique Chapite 6: oment cinétique Intoduction http://www.youtube.com/watch?v=vefd0bltgya consevation du moment cinétique 1 - angula momentum consevation 1 - Collège éici_(360p).mp4 http://www.youtube.com/watch?v=w6qaxdppjae

Plus en détail

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement LPHY 1113 B & D, Physique généale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eic Deleesnijde, www.eicd.be) L4.1 1. Intoduction (Benson 6.1) Leçon 4: Fottement On pose su une table hoizontale un objet de masse m. Si l'objet

Plus en détail

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique L'atome et la mécanique de Newton : Ouvetue au monde quantique Lod Kelvin affime en 1892 que "tous les concepts de la physique sont déteminés, et qu'il n'y a plus qu'à touve quelques décimales supplémentaies

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

Optique géométrique et physique

Optique géométrique et physique J.Hormière / 2 Optique géométrique et physique I Un objectif de distance focale f 320 mm est constitué par un doublet (L, L 2 ) de formule 8, 5, 4 (f 8a, e 5a, f 2 4a). La lumière rencontre d abord la

Plus en détail

Actionneurs Electriques

Actionneurs Electriques Plan Actionneus éluctants Actionneus électodynamiques Actionneus électomagnétique Actionneus hybides ou éluctants polaisés Actionneus classiques 1 Actionneus éluctants ou machine à éluctance vaiable Pas

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6 D M 6 Coection PCSI 1 013 014 RVUX DIRIGÉS DE M 6 Execice 1 : Pemie vol habité (pa un homme) Le 1 avil 1961, le commandant soviétique Y Gagaine fut le pemie cosmonaute, le vaisseau spatial satellisé était

Plus en détail

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1 OPTIQUE ONDULATOIRE Le caactèe ondulatoie de la luièe a été énoncé pou la peièe fois pa C. Huygens (678). Il a été ensuite lageent développé pa A. Fesnel (8) et elié plus tad, en 876, à l électoagnétise

Plus en détail

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

PROBLEME DE PHYSIQUE

PROBLEME DE PHYSIQUE SESSION 211 PSIP28 C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 2 Duée : 4 heues NB : Le candidat attachea la plus gande impotance à la claté, à la

Plus en détail

Masse de Jupiter. 2) On a répertorié dans un tableau les périodes T et les rayons r de trois satellites de Jupiter :

Masse de Jupiter. 2) On a répertorié dans un tableau les périodes T et les rayons r de trois satellites de Jupiter : Masse de upite Execice : Cet execice a pou but de détemine la masse de upite en étudiant le mouement de cetains de ses satellites que son Euope, Ganymède et Callisto. On donne G = 6,67 10-11 N.m.kg -.

Plus en détail

Exercices de Mécanique

Exercices de Mécanique Eecices de écanique Cinéatique : epèes, bases, tajectoies et ouveents éthode 1. Une base locale (coe la base clindique) est définie : - en un point de l espace («localeent», donc!) - pa appot à tois diections

Plus en détail

Droits d auteur, licence et restrictions. 2 Notes Catherine Brison Projections Orthogonales v.01.1

Droits d auteur, licence et restrictions. 2 Notes Catherine Brison Projections Orthogonales v.01.1 Péace - v.01.1 e live est un manuel scolaie qui epend toute la matièe ayant tait aux pojections otogonales suivant la métode de Monge. En pincipe, cela epend la matièe des 4 ème, 5 ème et 6 ème années

Plus en détail

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE L électostatique Chapite 1 CHAPITE 1 L ÉLECTOSTATIQUE 1.1 Intoduction La chage est une popiété de la matièe qui lui fait poduie et subi des effets électiques et magnétiques. On distingue : - l'électostatique

Plus en détail

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable 3 ème os DYNAMIQUE Théoie Quantité de mouvement Les systèmes de masse vaiable Intoduction À pati du Moyen Âge, on s'est endu compte que la vitesse ne suffisait pas à explique toutes les caactéistiques

Plus en détail

Problème 1 LUNETTE ASTRONOMIQUE ACHROMATIQUE La vergence V dune lentille mince est donnée par la relation algébrique suivante

Problème 1 LUNETTE ASTRONOMIQUE ACHROMATIQUE La vergence V dune lentille mince est donnée par la relation algébrique suivante DM 7 pou le avil 01 OPTIQUE MÉCANIQUE Poblème 1 LUNETTE ASTRONOMIQUE ACHROMATIQUE La vegence V dune lentille mince est donnée pa la elation algébique suivante : 1 V = n 1) 1 ) R 1 R où n est l indice de

Plus en détail

Chapitre 4 : Le potentiel électrique

Chapitre 4 : Le potentiel électrique Chapite 4 : Le potentiel électique Execices E1. On donne q =30Cet V =10 8 V. (a) Dans cet execice, oute la éféence à l éclai, on ne founit aucun détail su la façon de déplace la chage ente le nuage et

Plus en détail

Cours n 5 Optique géométrique Réfraction

Cours n 5 Optique géométrique Réfraction Cous n 5 Optique géométique Réfaction La tansmission de l infomation dans les fibes optiques à haut débit et le guidage des ayons lumineux dans ces denièes est une conséquence du phénomène de éfaction

Plus en détail

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions hapite 5 Les condensateus. Définitions a. ondensateu. Si on elie chacune des bones + et - d une pile (ou aute souce de difféence de potentiel) à un conducteu, on obtient un condensateu. Les deux conducteus

Plus en détail

E S UE3 A C. Physique et biophysique. Toute la physique en 1 volume. Dounia Drahy

E S UE3 A C. Physique et biophysique. Toute la physique en 1 volume. Dounia Drahy P MÉDECINE PHARMACIE DENTAIRE SAGE-FEMME UE3 A C Physique et biophysique Dounia Dahy E S Toute la physique en 1 volume Rappels de cous + de 300 QCM et execices Tous les coigés détaillés Table des matièes

Plus en détail

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 TSI Sciences Industielles GM DL N 1 COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 1.MISE EN SITUATION : L étude ci-apès pote su un compesseu de climatisation de véhicule automobile de maque SANDEN.

Plus en détail

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables Leçon Foce nomale L applet Foce nomale simule les foces qui s execent su un bloc qui se déplace veticalement. Péalables L élève devait connaîte les concepts d accéléation et de foce, et le lien qui existe

Plus en détail

1. Description. 2. Dessin technique en coupe du mélangeur. La pièce 2 est une sphère.

1. Description. 2. Dessin technique en coupe du mélangeur. La pièce 2 est une sphère. Sciences Industielles TD - Enoncé Cinématique chaînes femées. Desciption MELNGEUR Le mécanisme dont le schéma cinématique est donné ci-dessous epésente un mélangeu. Un moto-éducteu non epésenté entaîne

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3 TRVUX DIRIGÉS DE O 3 Exercice : Constructions graphiques Pour chacune des figures, déterminer la position de l objet ou de son image par la lentille mince. Les points situés sur l axe optique sont les

Plus en détail

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés Nous allons voir ici différentes expériences où l utilisation d un spectromètre à CCD permet de réaliser des

Plus en détail

Les fibres optiques :

Les fibres optiques : Les fibes optiques : Supplément d électomagnétisme appliqué Pa Piee-Andé Bélange Univesité Laval, Canada Table des matièes Anatomie d une fibe optique Un matéiau fot complexe...3 La fabication d une fibe

Plus en détail

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction O21 Interféromètre de Michelson On raisonne sur l interféromètre de Michelson réglé de telle sorte que l on observe des anneaux avec une source étendue.

Plus en détail

R.D.M. Résistance des Matériaux

R.D.M. Résistance des Matériaux R.D.. Réitance de atéiau 1 UT DE L R.d.. La éitance de matéiau et la mécanique de olide défomable. Elle pemet de : Caactéie le matéiau ; Dimenionne une pièce à pati de effot qu elle uppote ; Détemine la

Plus en détail

IMPRIMANTE A TICKETS

IMPRIMANTE A TICKETS CPGE / Sciences Industielles pou l Ingénieu DS2 IMPRIMANTE A TICKETS Un hoodateu est un appaeil automatisé qui délive un ticket autoisant le stationnement, pou une duée limitée, à un client ayant payé

Plus en détail

puits artésien ou en nappe captive (TD1, exercice 1)

puits artésien ou en nappe captive (TD1, exercice 1) Hydogéologie_mise à jou/mp-es / Pilippe Belleudy octobe 4 puits atésien ou en nappe captive (TD, execice ) Détemine le débit d'un puits en nappe captive compte tenu des infomations suivantes : fonctionnement

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2004-2005 Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Une alimentation de d odinateu de bueau est assez paticulièe, elle doit founi des tensions de +5, +12, 5 et 12 volts avec une puissance moyenne de quelques

Plus en détail

Lentilles et miroirs. Instruments fondamentaux. Exercice 5 : Oculaires. Exercice 1 : Zones d une lentille divergente et d un miroir concave

Lentilles et miroirs. Instruments fondamentaux. Exercice 5 : Oculaires. Exercice 1 : Zones d une lentille divergente et d un miroir concave MPSI2, Louis le Grand ormation des images, instruments d optique Semaine du 8 au 15 octobre On prendra n = 1 pour l air dans tous les exercices. On produira une figure soignée pour chaque situation étudiée.

Plus en détail

Equipement Electrique

Equipement Electrique Equipement Electique TEEM 1 èe Année Equipement Electique, TEEM 1 ee année, uno FRAÇO 1 ntoduction 2 Le pogamme * Champ magnétique, flux, induction électomagnétique, chages électiques et foces * La machine

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 003-004 1 1 Objectifs Le but de cette

Plus en détail

Influence des réglages d un appareil photographique

Influence des réglages d un appareil photographique Influence des réglages d un appareil photographique Ce document présente les résultats concernant l influence de différents réglages sur une image lors d une prise de vue par un appareil photographique.

Plus en détail

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE Chapite : Magnétostatique CAPTRE MAGNETOTATQUE Une chage électique immobile cée un champ électique seulement; Une chage en mouvement (un couant) cée un champ électique et un champ magnétique. Définition

Plus en détail

Observatoire astronomique de la Pointe du diable

Observatoire astronomique de la Pointe du diable Obsevatoie astonomique de la Pointe du diable . Le télescope Schmidt-Cassegain Sous une coupole de 3,60lm, l obsevatoie abite un télescope de type Schmidt-Cassegain. Cassegain, cela signifie que le mioi

Plus en détail

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d Chapite 2: But: connaîte les lois auxquelles doit obéi un cops solide en équilibe. Ceci pemet de décie la station debout ainsi que les conditions nécessaies pou teni une tasse dans la main, souleve une

Plus en détail

Matériel utilisée en plongée 10/08/2003 Niveau 2 Club de la Plaine Philippe Jugla. Le Matériel Niveau 2-1/ 1 -

Matériel utilisée en plongée 10/08/2003 Niveau 2 Club de la Plaine Philippe Jugla. Le Matériel Niveau 2-1/ 1 - Le Matéiel Niveau 2-1/ 1 - 1 MATEIEL NECESSAIE EN AUTONOMIE... 3 1.1 NIVEAU 2... 3 1.2 NIVEAU 3... 3 1.3 APPLICATION TIQUE... 3 1.4 MATEIEL INDISPENSABLE... 3 2 LES BOUTEILLES... 4 2.1 LE MAQUAGE DES BLOCS...

Plus en détail

ELECTRICITE. 1. Electrostatique. Electricité

ELECTRICITE. 1. Electrostatique. Electricité ELECTRICITE 1. Electostatique 1.1 Chage électique La matièe est globalement neute, mais si l'on fotte un bâton de vee avec une peau de chat ou un bâton de bakélite avec de la soie - deux pami beaucoup

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

TD2 : Miroirs, dioptres et lentilles minces sphériques dans l'approximation de Gauss

TD2 : Miroirs, dioptres et lentilles minces sphériques dans l'approximation de Gauss TD2 : Miois, dioptes et lentilles minces sphéiques dans l'appoximation de Gauss Le but d'un instument d'optique est de fome des images à pati d'objets... 1 Quelques dénitions Dans la suite on désignea

Plus en détail

i) Source ponctuelle Quel que soit le type d'interféromètre (division du front d'onde ou d'amplitude), les interférences sont non-localisées.

i) Source ponctuelle Quel que soit le type d'interféromètre (division du front d'onde ou d'amplitude), les interférences sont non-localisées. Optique Ondulatoire Plan du cours [1] Aspect ondulatoire de la lumière [2] Interférences à deux ondes [3] Division du front d onde [4] Division d amplitude [5] Polarisation [6] Diffraction [7] Interférences

Plus en détail

Problèmes de dynamique du point, avec énergie

Problèmes de dynamique du point, avec énergie Polèmes de dynamique du point, aec énegie I 5 Dans le plan hoiontal ( Oy) d'un éféentiel galiléen, un moile modélisé pa un point matéiel P de masse m est asteint à se déplace su le cecle de cente O et

Plus en détail

Les Rencontres. Grands témoins. r Louis-Marie Pasquier :

Les Rencontres. Grands témoins. r Louis-Marie Pasquier : Gands témoins Louis-Maie Pasquie : L entepise a aujoud hui 40 ans (céation en 1974). 21% de son CA se fait à l intenational. Elle est divisée en 4 secteus d activité : Bioches, Pâtisseies, Biscottes, Intenational.

Plus en détail

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Questions pour réfléchir : Q. p.10. Une onde de lumière naturelle tombe sur une vitre plate sous un angle de 5 o. Décrivez l état de polarisation du

Plus en détail

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode Tavaux Patiques Pépaation à l agégation intene de Sciences Physiques 009-010 Séance de TP n du jeudi 10 décembe 009 Manipulation Pé-equis Montages liés Etude d un cicuit passif passe bas application à

Plus en détail

Interférences lumineuses

Interférences lumineuses Interférences lumineuses Principe Les phénomènes d interférences résultent de la superposition de 2 ondes lumineuses. Ils ne peuvent se produire que lorsque les conditions suivantes sont réalisées : les

Plus en détail

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire 11.5 Le moment de foce τ (tau) : Poduction d une accéléation angulaie La tige suivante est soumise à deux foces égales et en sens contaie: elle est en équilibe N La tige suivante est soumise à deux foces

Plus en détail

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info Les ondes lumineuses 1 Les ondes lumineuses I) Préliminaires : 1 Quelques notions qualitatives sur l optique ondulatoire * Rappels d optique géométrique : * Traversée de rayons à travers une lentille CV

Plus en détail

III - Approximation de l optique géométrique - rayon lumineux.

III - Approximation de l optique géométrique - rayon lumineux. III - Appoimation de l optique géométique - aon lumineu. Un faisceau lumineu de lage section peut ête, à l aide de diaphagmes, amené à un pinceau étoit. n peut mathématiquement idéalise ce pinceau pa une

Plus en détail

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique Programme de khôlle - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique 1. Savoir que la lumière est une onde électromagnétique, se propagent de manière omnidirectionnelle à partir d une

Plus en détail

Rev. Energ. Ren. : 11 èmes Journées Internationales de Thermique (2003)73-80

Rev. Energ. Ren. : 11 èmes Journées Internationales de Thermique (2003)73-80 Rev. Eneg. Ren. : 11 èmes Jounées Intenationales de Themique (2003)73-80 Convesion Themodynamique de l Enegie olaie dans des Installations de Faible ou de Moyenne Puissance : Réflexions su le Choix du

Plus en détail

Retournement temporel et focalisation sublongueur

Retournement temporel et focalisation sublongueur Retounement tempoel et focalisation sublongueu d onde Laboatoie Ondes et Acoustique Pais http://www.loa.espci.f Focalisation : petite ouvetue Distance focale : F Onde plane D W F>>D Lentill e Hypothèse

Plus en détail

Performances d'un système frigorifique domestique avec stockage par chaleur latente

Performances d'un système frigorifique domestique avec stockage par chaleur latente Pefomances d'un système figoifique domestique avec stockage pa chaleu latente Kamel AZZOUZ 1*, Denis LEDUCQ 1, Jacques GUILPART 1, Dominique GOBIN 2 1 CEMAGREF Unité de Recheche Génie des Pocédés Figoifiques,

Plus en détail

Pôle Représentation Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie. Le Coût de la Rentrée : Du côté des Etudiants Kinés

Pôle Représentation Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie. Le Coût de la Rentrée : Du côté des Etudiants Kinés Le Coût de la Rentée : Du côté des Etudiants Kinés www.fnek.og Membe de la PROPOS LIMINAIRES En cette entée 2009, la Fédéation Nationale des Etudiants en Kinésithéapie, membe de la FAGE et epésentative

Plus en détail

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier Monnaie et finance 1 : Les machés financies Sommaie hapite 1 : Le système financie hapite 2 : Le maché des actions hapite 3 : Le maché obligataie hapite 4 : Le maché des poduits déivés Bibliogaphie : 1.

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE

SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE Floin CIUPRINA Petu V. NOŢINGHER SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE TRAVAUX PRATIQUES ET EXERCICES UNIVERSITATEA POLITEHNICA BUCUREŞTI Facultatea de Electotehnică Floin CIUPRINA Petu NOŢINGHER

Plus en détail

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit CONCOURS COMMUN 2006 DES ECOLES DES MINES D ALBI, ALES, DOUAI, NANTES Epeuve spécifique de Sciences Industielles pou l Ingénieu Filièe PCSI, option PSI Vendedi 12 mai 2006 de 8h00 à 12h00 Instuctions généales

Plus en détail

Pour repérer la position d'un objet, on choisit une origine et on mesure la distance x de l'objet à cette origine x en fonction du temps t.

Pour repérer la position d'un objet, on choisit une origine et on mesure la distance x de l'objet à cette origine x en fonction du temps t. MECANIQUE 1. Cinématique La cinématique est la desciption géométique du mouvement mais ne taite pas de ses causes. La cinématique à une dimension pemet de taite tous les poblèmes dans lesquels le mouvement

Plus en détail

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S)

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S) Rèf : st Pincipe fondamental de la statique STI G.E. I Hypothèse de la statique En statique, les solides sont supposés géométiquement pafaits, indéfomables, homogènes et isotopes. Géométie : les aspéités,

Plus en détail

Visseuse de bloc-moteur. Résistance des Matériaux

Visseuse de bloc-moteur. Résistance des Matériaux Visseuse de bloc-moteu ésistance des Matéiaux Analyse extene A qui, à quoi end-il sevice? Su qui, su quoi agit-il? Véhicule Bloc-moteu Visseuse Dans quel but? Assemble un bloc-moteu su le châssis du véhicule

Plus en détail

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30 Univesité Pais Ouest Nantee La Défense Année univesitaie 010-011 UFR SEGMI L Economie-Gestion Micoéconomie B Inteogation du Mecedi 4 Novembe 010 Duée : 1h30 Aucun document n est autoisé et les calculatices

Plus en détail

Phénomènes vibratoires et optique

Phénomènes vibratoires et optique Travaux dirigés Phénomènes vibratoires et optique K. F. Ren L3 IUP ME 2015 1 Oscillations 1.1 Etude d un oscillateur harmonique Un oscillateur harmonique est décrit par l équation : u(t) = 0, 4 cos(5πt

Plus en détail

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE L électostatque Chapte 1 CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIUE 1.1 Intoducton La chage est une popété de la matèe qu lu fat podue et sub des effets électques et magnétques. On dstngue : - l'électostatque qu est

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

σ 2 p ALLOCATION ENTRE DEUX PORTEFEUILLES D ACTIFS RISQUÉS

σ 2 p ALLOCATION ENTRE DEUX PORTEFEUILLES D ACTIFS RISQUÉS 53496 GSTION PORTFUILL Théoie modene de oteeuille I. VRSION U RISQU T FONCTION UTILITÉ U [, ] Fonction d'utilité généalement utilisée dans la littéatue : U vesion au isque de l investisseu; mesue de son

Plus en détail

CONSTANTES DIELECTRIQUES

CONSTANTES DIELECTRIQUES 9 E7 CONTANTE DIELECTRIQUE I. INTRODUCTION Dans cette expéience, nous étuieons es conensateus et nous éiveons les popiétés e iélectiques tels que l'ai et le plexiglas. II. THEORIE A) Conensateus et iélectiques

Plus en détail

CONCOURS NATIONAL DEUG. Epreuve spécifique concours Physique PHYSIQUE PARTIE II. Durée : 2 heures

CONCOURS NATIONAL DEUG. Epreuve spécifique concours Physique PHYSIQUE PARTIE II. Durée : 2 heures SESSION 2004 CONCOURS NATIONAL DEUG Epeuve spécifique concous Physique PHYSIQUE PARTIE II Duée : 2 heues NB : le candidat attachea la plus gande impotance à la claté, à la pécision et à la concision de

Plus en détail

Question de cours 1. Question de cours 2. Question de cours 3. Problème 1 OPTIQUE ATOMISTIQUE. DS 1 le 1er octobre 2012

Question de cours 1. Question de cours 2. Question de cours 3. Problème 1 OPTIQUE ATOMISTIQUE. DS 1 le 1er octobre 2012 DS le er octobre 202 OPTIQUE ATOMISTIQUE NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Les copies illisibles ou mal présentées seront

Plus en détail

x En faisant tendre x vers 0, on obtient l équation différentielle : P (x) = - nσ P(x).

x En faisant tendre x vers 0, on obtient l équation différentielle : P (x) = - nσ P(x). CORRIGE DU CONCOURS GENERAL DE SCIENCES-PHYSIQUES 6 Coigé poposé pa Renaud Capentie I) PROPAGATION DE LA LUMIERE DANS LES FIBRES OPTIQUES A) Phénomène de éflexion totale I A 1) Une lumièe monohomatique

Plus en détail

Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique. Cas d un piège à un faisceau focalisé

Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique. Cas d un piège à un faisceau focalisé Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique Cas d un piège à un faisceau focalisé Faisceau laser z 0 r Faisceau laser z Faisceau gaussien TEM 00 θ z R r w 0 z Faisceau gaussien TEM 00

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées.

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées. I- PREAMBULE : La mécanique des fluides est l étude du compotement des fluides (liquides et gaz) et des foces intenes associées. Elle se divise en statique des fluides, l étude des fluides au epos, qui

Plus en détail

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 Les solutions de ces exercices sont reprises sur le site web de FSAB1203. Ne consultez les solutions qu après avoir tenté sérieusement de résoudre l exercice.

Plus en détail

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Poblème 1 Condensateu en égime vaiable (extait de l'examen S3SMPE 2002-2003) On considèe un condensateu plan à amatues ciculaies, de ayon a, distantes de d, alimenté

Plus en détail

- PROBLEME D OPTIQUE 1 -

- PROBLEME D OPTIQUE 1 - - 1 - ENONCE : «Appareil photographique» I. OBJECTIF STANAR On assimile l objectif d un appareil photographique à une lentille mince convergente () de centre O et de distance focale image f. a distance

Plus en détail

Construction d un pôle intergénérationnel CABANNES. Commune de CABANNES Hôtel de Ville 13440 CABANNES Tél. : 04.90.90.40.40 / Fax : 04.90.95.33.

Construction d un pôle intergénérationnel CABANNES. Commune de CABANNES Hôtel de Ville 13440 CABANNES Tél. : 04.90.90.40.40 / Fax : 04.90.95.33. Constuction d un pôle integénéationnel CABANNES Commune de CABANNES Hôtel de Ville 13440 CABANNES Tél. : 04.90.90.40.40 / Fax : 04.90.95.33.41 Phase DCE ETUDE THERMIQUE Equipe de maitise d œuve M+N achitectues

Plus en détail

BACCALAUREAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel BALISE MARITIME. Construction Mécanique

BACCALAUREAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel BALISE MARITIME. Construction Mécanique BCCLURET SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électonique Étude des Systèmes Techniques Industiels BLISE MRITIME Constuction Mécanique Duée Conseillée 1h30 Lectue du sujet : 5mn Patie

Plus en détail

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S MECA NI QUE L yc ée F.B UISS N PTS I MUVEMENT D UNE PARTICULE SUMISE A UNE F R C E C E N T R A L E C N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I N A U X R B I T E S C I R C U L A I R E S PRELUDE Dans ce chapite,

Plus en détail

Une approche neuronale modulaire pour l estimation de l orientation de l effecteur d un robot 4 axes

Une approche neuronale modulaire pour l estimation de l orientation de l effecteur d un robot 4 axes Une appoche neuonale modulaie pou l estimation de l oientation de l effecteu d un obot 4 axes Gilles HRMANN, Patice WIRA, Jean-Luc BUSSLR, Jean-Philippe URBAN Laboatoie MIPS Univesité de Haute-Alsace 4

Plus en détail

Propriétés optiques Sujet 1

Propriétés optiques Sujet 1 Sujet 1 Thème : retrouver les axes neutres d une lame. On prend du saphir, matériau anisotrope de structure hexagonale. Question 1 : Ce matériau est uniaxe négatif avec l axe optique orienté selon l axe

Plus en détail

Lentilles. IV 35. Viseur. 1) Un viseur est constitué d un objectif formé par une lentille mince convergente L 1, de distance focale f 1 = 10 cm et

Lentilles. IV 35. Viseur. 1) Un viseur est constitué d un objectif formé par une lentille mince convergente L 1, de distance focale f 1 = 10 cm et Lentilles I 77. Phare. Un phare est constitué par un filament lumineux de cm de long et par une lentille de diamètre cm. Lorsque celleci est à cm du filament, elle en donne une image nette sur un écran

Plus en détail

Année universitaire 2012/2013

Année universitaire 2012/2013 Année univesitaie 1/13 Examen Electomagnétisme PEIP Aix-Maseille Univesité 15 janvie 13 5 poblèmes - ecto veso / Duée e l épeuve heues alculettes stanas autoisées / Fomulaie Page A4 autoisée 1. (4pts Quate

Plus en détail

2/Focalisation des lasers

2/Focalisation des lasers 2/Focalisation des lasers L utilisation d un laser à distance élevé est donc inutile car la divergence du faisceau est non négligeable. L intérêt d un laser est sa capacité à transporter de l énergie dans

Plus en détail