PREVENTION DES ESCARRES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PREVENTION DES ESCARRES"

Transcription

1 PREVENTION DES ESCARRES OBJECTIFS SEPECIFIQUES - Définir l escarre en se référant au contenu du cours - Expliquer le processus d installation d une escarre - Énumérer toutes les causes de l escarre - Citer toutes les localisations possibles des escarres - Énumérer les principales complications de l escarre - Décrire les formes de prévention des escarres - Décrire le traitement curatif utilise en fonction du stade d évolution de l escarre. I- DEFINITIONS - L escarre est une lésion résultant d une absence localisée d irrigation sanguine au niveau d un tissu. - C est une nécrose cutanée due le plus souvent à un alitement prolongé de deux à trois heures sans changement de position ou de points de pression. II- PHYSIOPATHOLOGIE OU PROCESSUS D INSTALLATION C est le mécanisme d installation de l escarre. La compression prolongée des tissus entre le plan osseux sous-jacent et le plan dur du lit entraine : un ralentissement puis un arrêt de la circulation sanguine aboutissant à une absence de nutrition (anoxie) des tissus. Cette région ainsi ischémiée, va se mortifier et s éliminer sous forme de croute noirâtre. L escarre évolue en différentes phases : - L érythème : la peau devient rouge, congestionnée ou oedèmaciée ; - La plaque de désépidermisation : formation d une plaque violette ou noire aux contours flous, froide à la palpation, indolore (signe du début de la mortification) puis la plaque s indure et se fissure avec début d élimination de la couche épidermique ; - La constitution de l escarre : c est la mortification cutanée les tissus se sphacèlent et s éliminent, laissant sur place une plaie atone, souvent infectée pouvant aboutir à une ostéite.

2 A ce stade, la réparation est toujours très lente et souvent défectueuse. Ce processus peut être matérialisé de la façon suivante : Alitement de 2 à 3h sans changement de position compression des tissus et des vaisseaux ischémie anoxie cellulaire érythème désépidermisation mortification (nécrose) sphacélisation (fissuration des tissus) élimination installation d une plaie atone (escarre). En raison de leur gravité, les escarres doivent être décelées précocement. III- CAUSES DE L INSTALATION DES ESCARRES 1- CAUSES FAVORISANTES - Troubles trophiques d origine nerveuse (paralysie) - Malade dans le coma - Opérés récents - Brûlures (grands brulés) - Malade sous plâtre ou autre appareil de contention (immobilisation) - irritation de la peau par frottement ; présence de plis dans les draps et alèzes et des débris alimentaires accumulés dans le lit(croutes de pain). - Terrain : état général médiocre (cachexie-dénutrition-diabète) - Obèses alités, rhumatisants alités, cardiaques alités. - macération répétée de la peau dans l humidité (urines, excrétas, vomissements, sueur) 2- CAUSES DECLENCHANTES La compression prolongée des tissus entre 2 plans durs (os et plan du lit) pendant plus de 2 à 3 heures sans interruption, sans changement de position peut entrainer l apparition d une escarre au niveau de la zone intéressée IV- SIEGES DES ESCARRES 1- MALADE EN DECUBITUS DORSAL - Région calcanéale (escarre talonnière,) : tendon d Achille - Région sacrée coxygienne sacrum (escarre sacrée) - Ischion (escarres ischiatiques ou fessières) - Epines dorsales

3 - Omoplates (escarre rétro scapulaire) - Coudes - Région occipitale (escarre occipitale). 2- MALADE EN DECUBITUS LATERAL : -Grand trochanter -Face interne du genou - Malléoles - Cotes - Oreilles - Tète maxillaires - Coudes - Région temporale. 3- MALADE EN DECUBITUS VENTRAL - Epine iliaque - Orteils - Genoux - Seins - Oreilles - Maxillaires - Région temporale - Région pubienne (organes génitaux). - Phalanges - Orteils - Région claviculaire. 4- MALADE EN POSITION ASSISE - Région ischiatique - Creux poplité - Talon - Epine dorsale selon le cas

4 V- COMPLICATIONS On peut avoir : - Une destruction du nerf sciatique poplité externe - Une destruction du tendon d Achille ou du calcanéum - Une arthrite coxo-fémorale - Une ostéite. - La septicémie VI- PREVENTION DES ESCARRES Chez les malades alités, les escarres constituent une complication fâcheuse de la maladie diagnostiquée à l entrée, d où l importance de leur prévention. Celle-ci est du ressort du soignant et doit être entreprise systématiquement chez : - Tout malade privé de sensibilité (comateux, paralysé) - Malade, ne pouvant se mouvoir à cause de la douleur, de sa position (rhumatisant, fracturé) - Malade présentant, des troubles de la circulation sanguine (cardiaque, vieillard). Cette prévention consistera en des soins d hygiène (toilette), de réfection de lit suivis de massage trophique, des mobilisations au lit, de changements de positions et de point de pression avec l utilisation de matelas alternating. 1- MATERIEL - Matériel de soins d hygiène (Voir cours sur toilette du malade). - Matériel de massage (Alcool camphré ou alcool à 70 ou eau de toilette titrée à 70, Talc officinal ou médical) - Matériel pour changement de position (Tableau de changement de position, Matelas altermating, planche). 2- TECHNIQUE : - Faire la préparation psychologique du malade ; - Faire la toilette du malade (voir cours sur toilette du malade) ;

5 - Changer les draps de lit (voir cours sur la réfection du lit) ; - changement de positions et de points de pression - Procéder au massage du malade (massage trophique). a- MASSAGE TROPHIQUE : Le massage doit se faire sur corps propre et sur draps propre. Il permet d activité la circulation au niveau des régions les plus exposées. Pour être efficace, il doit durer environ 10 mn et pourra être renouvelé selon les facteurs de risque. Comme matériel, nous avons besoin de l alcool camphré de préférence à défaut, de l alcool à 70, à défaut de ces 2 produits, de l eau de toilette titrée à 70 et de talc officinal ou médical. On préfère l alcool camphré car c est un rubéfiant c est à dire qu il entraine une congestion momentanée due à l accélération du sang des profondeurs vers la périphérie. Pour la prévention des escarres, trois sortes de massages (manœuvres) sont privilégiées : L EFFLEURAGE Il prépare l organisme à des massages profonds et qui demande une souplesse des poignets et des mains. Le contact doit être constant et doux. Comme effet, il entraine une desquamation de la peau, une élévation de la température cutanée locale d où une accélération du flux sanguin. LA FRICTION C est une sorte de massage qui déprime la peau en entrainant ainsi une le massage des plans profonds sous cutané. On note les mêmes effets que pour l effleurage. LE PETRISSAGE C est un massage profond qui aspire le sang des profondeurs vers la périphérie entrainant ainsi l élimination des toxines. L effleurage sera repris à la fin du massage pour laisser au malade une sensation de bienêtre. Le talc sera utilisé à la fin du massage pour calmer les irritations dues aux produits utilisés mais prévient aussi l érythème (1 er signe de la présence des escarres). Toutefois il faudra mettre un léger film de talc homogène car l excès, avec la sueur peut laisser en place des grumeaux qui agiront comme les croutes de pain sur le lit et ceci est

6 beaucoup plus valable chez les personnes qui présentent des replis cutanés. Pour la technique, à faire en TP. b- CHANGEMENTS DE POSITION : But : éviter la pression prolongée sur un point. Technique : Le malade sera installé successivement en différents positions. Pour être efficace, ce changement se fera toutes les 3 heures en moyenne, de jour comme de nuit. D où la nécessité de confectionner un tableau de changement de position. EXEMPLE DE TABLEAU DE CHANGEMENT DE POSITION horaires positions Signature du soignant/obs 8h-11h Décubitus Latéral droit 11h-14h Décubitus ventral 14h-17h Décubitus Latéral gauche 17h-20h Décubitus dorsal horaires positions Signature du soignant/obs 20h-23h Décubitus Latéral droit 23h-02h Décubitus ventral 02h-05h Décubitus Latéral gauche 05h-08h Décubitus dorsal c- Changement de points de pression avec l utilisation de matelas alternating : Comme pour le changement de position, il permet de varier de manière régulière et permanente les points de pression et d assurer un léger massage d appoint. Il ne suffit pas à lui seul et sera associé au massage et aux changements de position. Pour que le matelas soit efficace, il faut placer une planche en bois sur le matelassier avant de l y déposer. d- MOBILISATION PASSIVE : Le but est de favoriser une meilleure circulation du sang par la contraction musculaire. Il faudra faire au malade des mouvements tels que : - Mobilisation de l articulation de la cheville ;

7 - Mobilisation de l articulation de la hanche ; - Mobilisation de l articulation du genou. e- MOBILISATION ACTIVE : Le malade conscient est capable lui-même d exécuter les différents mouvements. Cas du malade immobilisé par exemple sous plâtre : - Montrer au malade comment contracter les muscles sur membre sain (mouvement de la cheville, raidissement du genou, contraction des muscles de la hanche) ; - Lui demander de faire les mêmes contractions au niveau du membre sur plâtre en insistant sur l importance des gestes. f- SOINS D HYGIENE GENERALE : Ils s attaquent aux causes favorisantes. VII- TRAITEMENT CURATIF : Il varie selon le stade: - Stade d érythème : D extrême urgence, modifier les points d appui : changement de position à effectuer toutes les 3 heures, utilisation de matelas altermating. Faire un massage pendant 15mn au moins matin et soir. - Stade de la plaque de désépidermisation : Il constitue aussi une urgence ; appliquer les mêmes soins qu au stade précédent. Etre sobre de toute application médicamenteuse. - Stade de la mortification : Essayer de provoquer le plus rapidement possible l élimination de la zone escarrifiée par du nitrate d argent ou du sérum glucosé hypertonique ou d autres détergents. Faire un nettoyage chirurgical en enlevant à la pince à disséquer et aux ciseaux ou à la lame de bistouri les zones escarrifiées lorsqu elles commencent à décoller. L idéal est d obtenir le plus rapidement possible une plaie propre, débarrassée de tous ses débris nécrosés, et favorable à la réparation. - Stade de la réparation : Application de produits cicatrisants (tulles gras, pommade cicatrisante etc.) Dans les pertes de substances étendues, qui, après un traitement médical prolongé ne manifestent aucune tendance à la cicatrisation, le chirurgien peut recourir à une greffe pour assurer la guérison (auto greffe de préférence). Il est indiqué de donner, au malade une nourriture riche en protéines et en vitamines.

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations MAI 2013 2 1/ Définition o o Zone

Plus en détail

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008 Caroline GILBERT Infirmière Le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 DEFINITION C Gilbert - le 19 Novembre 2008 Un malade grabataire est incapable de façon temporaire

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

PRÉVENIR LES LÉSIONS CUTANÉES ET LES PLAIES DE PRESSION

PRÉVENIR LES LÉSIONS CUTANÉES ET LES PLAIES DE PRESSION PRÉVENIR LES LÉSIONS CUTANÉES ET LES PLAIES DE PRESSION [this pamphlet is a translation of the original English version into French ] / Preventing Skin Breakdown and Pressure Ulcers [title of the original

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

la prévention de l escarre 300 000 escarres en France (1) Urgo Medical s engage dans

la prévention de l escarre 300 000 escarres en France (1) Urgo Medical s engage dans 300 000 escarres en France (1) Urgo Medical s engage dans la prévention de l escarre Mobiliser les professionnels de santé Informer le grand public Réduire le coût de la prévention Urgo Medical s engage

Plus en détail

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications Sommaire 1. Pré-requis 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications 3. Le plâtre 3.1. Buts: 3.2. Types de plâtres 3.3. Matériel 3.4. Confection / enlèvement d un plâtre

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PLÂTRES

LA SURVEILLANCE DES PLÂTRES 31.03.09 Mme Dumanois Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie /! \ I)Définition II)Législation III)Objectifs de soins IV)Les différents types de plâtres A)Membre supérieur B)Membre inférieur V)Le matériel

Plus en détail

Dr: Hamdi BOUBAKER Urgences Monastir

Dr: Hamdi BOUBAKER Urgences Monastir Dr: Hamdi BOUBAKER Urgences Monastir L'application externe d'un tissu de forme et de dimension Variables, disposé en fonction de la région et des buts de son application. Les bandages sont une technique

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE POSITIONNEMENT COMPLÉMENTS INCONTOURNABLES DU MATELAS

LES DISPOSITIFS DE POSITIONNEMENT COMPLÉMENTS INCONTOURNABLES DU MATELAS POUR EN SAVOIR + LES DISPOSITIFS DE POSITIONNEMENT COMPLÉMENTS INCONTOURNABLES DU MATELAS De plus en plus fréquemment, dans le cadre de l élaboration et de la mise en œuvre des stratégies préventives et

Plus en détail

Fiche technique. Coussin d aide à la prévention des escarres en mousse à mémoire de forme A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION

Fiche technique. Coussin d aide à la prévention des escarres en mousse à mémoire de forme A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION Fiche technique Coussin d aide à la prévention des escarres en mousse à mémoire de forme A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION INFORMATIONS NECESSAIRES AU PATIENT ET A SON ENTOURAGE Ce coussin est un

Plus en détail

LA PLAGE DE MOUVEMENT DES EXERCICES

LA PLAGE DE MOUVEMENT DES EXERCICES LA PLAGE DE MOUVEMENT DES EXERCICES OU ROM (Range Of Motion Exercices) TRADUCTION DU DOCUMENT PUBLIE PAR ALS Worldwide La plage de mouvement (ROM) des exercices est faite pour préserver la flexibilité

Plus en détail

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes LES INJECTIONS DEFNINTION Une injection parentérale est l introduction dans l organisme de substances médicamenteuses par une autre voie que le tube digestif au moyen d une seringue et d une aiguille.

Plus en détail

richardlyons-fotolia.com PARTIE 2 Ergonomie et soins

richardlyons-fotolia.com PARTIE 2 Ergonomie et soins richardlyons-fotolia.com 2 Ergonomie et soins Prévention des risques liés à un alitement prolongé Généralités TD 14 OBJECTIFS Présenter les différents risques liés à un alitement prolongé. Énoncer les

Plus en détail

SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE

SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE SURVEILLANCE D UN MALADE SOUS PLATRE POINTS IMPORTANTS Le respect des règles de confection des appareils plâtrés assure la prévention d un grand nombre de complications. La surveillance d un patient plâtré

Plus en détail

Guide de Massage Visage & Main

Guide de Massage Visage & Main Guide de Massage Visage & Main Massage du Visage Le massage du visage est considéré comme le plus ancien remède en médecine chinoise. Pratiqué régulièrement, il permet de garder un visage frais et resplendissant

Plus en détail

deuxième Leçon Les jambes & les pieds Le partenaire est allongé sur le ventre série 3 Les jambes face postérieure

deuxième Leçon Les jambes & les pieds Le partenaire est allongé sur le ventre série 3 Les jambes face postérieure MEP_AROMES_04_Mise en page 1 27/04/11 11:42 Page132 arômes Massage Technique de Massage Thaï Les jambes & les pieds Le partenaire est allongé sur le ventre série 3 Les jambes deuxième Leçon face postérieure

Plus en détail

LES EXERCICES DE GYMNASTIQUE DOUCE. Etirer les bras vers le bas tout en rapprochant légèrement le menton vers la poitrine pour étirer le cou.

LES EXERCICES DE GYMNASTIQUE DOUCE. Etirer les bras vers le bas tout en rapprochant légèrement le menton vers la poitrine pour étirer le cou. LES EXERCICES DE GYMNASTIQUE DOUCE LES OBJECTIFS - Soulager les zones sollicitées par le stress. Le plexus et l abdomen. Les vertèbres dorsales et la zone entre les omoplates. - Assouplir et étirer le

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012 1 AGIR DEVANT UN MALAISE Dr Zouari Abdelaziz CESU 01 SAMU du Nord-Est Objectifs 2 Effectuer des gestes simples pour mettre en confiance la victime et: Luiproposerdesemettreaurepos Écouter ses plaintes

Plus en détail

FICHES PDSB - MANŒUVRES AU LIT

FICHES PDSB - MANŒUVRES AU LIT FICHES PDSB - MANŒUVRES AU LIT Asseoir sur le bord du lit Supervision S'asseoir sur le bord d'un lit o plat 1-111a o électrique 1-111b o électrique en se tournant sur le côté 1-111c Assistance partielle

Plus en détail

Guide pratique : Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED

Guide pratique : Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED Cheville et le pied CHEVILLE ET LE PIED Cheville L articulation de la cheville met en relation le péroné en externe, le tibia en interne et l astragale (talus). On retrouve également des ligaments qui

Plus en détail

La prévention des plaies au talon: le rôle de l ergothérapeute

La prévention des plaies au talon: le rôle de l ergothérapeute La prévention des plaies au talon: le rôle de l ergothérapeute Nicole O Dowd Ergothérapeute Mai 2009 Au service des personnes ayant une déficience physique ÉQUIPE DE CONSULTATION SUR LES AIDES TECHNIQUES

Plus en détail

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation.

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. 1 Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. À la fin de cette activité, vous serez en mesure d identifier les indicateurs de

Plus en détail

CPR Réanimation cardio-pulmonaire

CPR Réanimation cardio-pulmonaire Thème 04 CPR Réanimation cardio-pulmonaire N d article 1401 CSauv Thème 04 Séquence 01 Page 01 Version 200610f Schéma ABCD Respiration artificielle Contexte initial / Position du patient Si au point A

Plus en détail

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire.

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire. L'atteinte des gencives et de l'os et est une affection qui évolue à bas bruits et ne se manifeste pour le patient que lorsque le mal est déjà fait. Ces pathologies proviennent de la prolifération bactérienne.

Plus en détail

LES CONDUITES A TENIR EN CAS DE PREMIERE URGENCE

LES CONDUITES A TENIR EN CAS DE PREMIERE URGENCE FICHES 1 à 3 DE 1 ier SECOURS (ANNEXE 10) LES CONDUITES A TENIR EN CAS DE PREMIERE URGENCE FICHE 1. L ENFANT OU L ADULTE SAIGNE DU NEZ. Il saigne spontanément : - Le faire asseoir, penché en avant (pour

Plus en détail

Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif. Prévention et traitement

Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif. Prévention et traitement Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif Prévention et traitement Presentation générale Les bienfaits du sport Blessures Facteurs favorisants Les accidents musculaires 7 catégories Dus à

Plus en détail

Cher Patient, Os iliaque. Bourrelet cotyloïdien. Tête fémorale. Col fémoral. Fémur

Cher Patient, Os iliaque. Bourrelet cotyloïdien. Tête fémorale. Col fémoral. Fémur CherPatient, Vous êtes de plus en plus nombreux à souffrir d une destruction progressive de vos articulations qui diminue plus ou moins votre mobilité et altère votre qualité de vie. Grâce aux progrès

Plus en détail

SURVEILLANCE DES PLATRES

SURVEILLANCE DES PLATRES SURVEILLANCE DES PLATRES 1 DEFINITION Système de tissu durcissable servant à assurer la contention et l immobilisation d un membre afin de répondre à un traumatisme en cas de lésion tendineuse ou de fracture

Plus en détail

Sciences & Technologie LE SQUELETTE

Sciences & Technologie LE SQUELETTE LE SQUELETTE L appareil moteur de l homme est constitué par un squelette osseux articulé et par des muscles qui prennent appui sur les os et les mettent en mouvement. Le squelette joue un rôle important

Plus en détail

Prévention des escarres

Prévention des escarres Prévention des escarres MOBILISATION ET POSITIONNEMENT Historique 1848 : Robert Graves Ecrivait qu il était possible de prévenir les escarres par une mobilisation régulière. 1961 : Kosiak Etude sur les

Plus en détail

POZ IN FORM PHARMAOUEST INDUSTRIES

POZ IN FORM PHARMAOUEST INDUSTRIES CARE CONCEPT POZ IN FORM PHARMAOUEST INDUSTRIES NOUVEAUTÉ CARE CONCEPT POZ IN FORM Lenzing FR PHARMAOUEST INDUSTRIES NOUVEAUTÉ AIDES TECHNIQUES DE POSITIONNEMENT EFFET MÉMOIRE HOUSSE AMOVIBLE CONFORTABLE

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

LES TECHNIQUES MASSAGES

LES TECHNIQUES MASSAGES Naturopathie Pour Tous Session 2015 Pilier n 2 - Savoir éliminer LES TECHNIQUES MASSAGES Session 2015 - Cours n 16 1ère partie SOMMAIRE @nadegeleperlier.fr Technique Humorale Effets du massage Différentes

Plus en détail

LA MAIN DU BOXEUR. Dr. Jean-Jacques Menuet, médecin régional du Comité de Picardie, membre de la Commission médicale de la FFB

LA MAIN DU BOXEUR. Dr. Jean-Jacques Menuet, médecin régional du Comité de Picardie, membre de la Commission médicale de la FFB 1 LA MAIN DU BOXEUR Dr. Jean-Jacques Menuet, médecin régional du Comité de Picardie, membre de la Commission médicale de la FFB http://www.medecinedusportconseils.com/ Ce document est à destination des

Plus en détail

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE I- Définition et généralités : HAS : la contention physique est l utilisation de tous

Plus en détail

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation Health & beauty Network ltd Cellu Smooth Notice d utilisation 1 Le Cellu Smooth est un appareil thérapeutique qui utilise des ultrasons. Il aide à traiter les migraines, l arthrite, les rhumatismes, les

Plus en détail

VOTRE SÉANCE D ÉTIREMENTS:

VOTRE SÉANCE D ÉTIREMENTS: VOTRE SÉANCE D ÉTIREMENTS: Les étirements: une étape dans votre entraînement. Ils s intègreront au retour de toutes vos sorties et pourront même être pratiqués lors de vos journées de repos sans échauffement

Plus en détail

LES INFILTRATIONS DEFINITION LES QUESTIONS. Dr Patrick FERRAND Mai 2003

LES INFILTRATIONS DEFINITION LES QUESTIONS. Dr Patrick FERRAND Mai 2003 1 LES INFILTRATIONS Dr Patrick FERRAND Mai 2003 DEFINITION Sens strict = injections intra articulaires d un corticoïde. Définition élargie : «infiltrations» = toutes les injections locales d un dérivé

Plus en détail

FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI)

FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI) FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI) FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS

Plus en détail

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante!

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante! CONDUITE A TENIR SUR LE TERRAIN DANS LES SITUATIONS LES PLUS URGENTES. Toutes les équipes n'ont pas un kinésithérapeute ou un médecin dans leur staff. Les dirigeants d'équipe amateur, mais surtout les

Plus en détail

Le Massage Familial. La formation idéale pour aider votre entourage! Les 3 piliers de la formation FORMATION KEA ZEN E F F I C A C I T E

Le Massage Familial. La formation idéale pour aider votre entourage! Les 3 piliers de la formation FORMATION KEA ZEN E F F I C A C I T E Le Massage Familial La formation idéale pour aider votre entourage! Les 3 piliers de la formation FORMATON KA ZN S M P L T P R S O N F F A T Pourquoi dispensons-nous cette formation? Au vu des demandes

Plus en détail

Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS

Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS Connaître les caractéristiques des tissus cicatriciels en phase de remodelage. Connaître la différence entre

Plus en détail

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés

Vous accueille et vous informe. Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés L équipe de soins Vous accueille et vous informe Service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Unité des Grands Brûlés Professeur Jean-Pierre Chavoin, Chef de Service Hôpital Rangueil -

Plus en détail

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues Chirurgie du rachis Rééducation post-opératoire immédiate Centre des Massues Service chirurgie : Dr Roussouly Dr Nouvel Kinésithérapie : N.Zeizig, M.Pagés, P.Pommerol Lyon Octobre 2003 Différents types

Plus en détail

11/2/2012. De la prévention au traitement chirurgical. des escarres? = plaie de pression (pressure soar)

11/2/2012. De la prévention au traitement chirurgical. des escarres? = plaie de pression (pressure soar) RARE FACIAL TUMOR De la prévention au traitement chirurgical des escarres? Dr. Ali MODARRESSI Médecin Adjoint Service de chirurgie plastique, reconstructive et esthétique Hôpitaux Universitaires de Genève

Plus en détail

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR Commentaires : Staff médical de l équipe de France A masculine Support : Anaïs THILLOU, Pôle de Toulouse Réalisation : Vincent GRIVEAU, CTR Midi- Pyrénées Les étirements :

Plus en détail

NOTICE D ENTRETIEN F-905 APPAREIL ELECTROSTIMULATION

NOTICE D ENTRETIEN F-905 APPAREIL ELECTROSTIMULATION NOTICE D ENTRETIEN F-905 APPAREIL ELECTROSTIMULATION AVANT LE TRAITEMENT 1. Frottez la surface de la peau avec une éponge humide. 2. Utilisez un vaporisateur (ou une serviette chaude) pour adoucir la surface

Plus en détail

PROBLEME DE DOS. I- Pourquoi souffre-t-on?

PROBLEME DE DOS. I- Pourquoi souffre-t-on? PROBLEME DE DOS I- Pourquoi souffre-t-on? Le rachis ou colonne vertébrale se compose de 24 vertèbres (7 cervicales, 12 dorsales et 5 lombaires) séparées entre elles par des joints articulés, les disques

Plus en détail

LES DIFFÉRENTES INJECTIONS

LES DIFFÉRENTES INJECTIONS 17.03.09 Mme Dicchi Soins Infirmiers II I)Les incontournables pour toute injection A)La seringue : schéma B)Désinfection du point d injection C)Pansement à la fin de l injection D)La position du patient

Plus en détail

PARTIR DU BON PIED Étapes à suivre pour des pieds en bonne santé

PARTIR DU BON PIED Étapes à suivre pour des pieds en bonne santé Générique Français PARTIR DU BON PIED Étapes à suivre pour des pieds en bonne santé Pourquoi est-il si important de prendre soin de ses pieds lorsque l on est diabétique? Il est important que les personnes

Plus en détail

Les différentes. Immobilisations. Aux. Urgences

Les différentes. Immobilisations. Aux. Urgences Les différentes Immobilisations Aux Urgences Stéphane Courteaud Infirmier Service des Urgences C.H.P. Claude Gallien 20 route de boussy 91480 Quincy sous Sénart Principes de bases Dans la plus part des

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU *************

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* REPUBLIQUE DU BENIN ********* MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* COMMUNE DE SEME PODJI ***********

Plus en détail

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES Soins infirmiers COMPETENCE 4 Mettre en œuvre des actions à visée diagnostics et thérapeutiques Introduction Traitement en traumatologie majoritairement Quelques

Plus en détail

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE Qu est ce qu une Paraplégie ou Tétraplégie? - Conséquence d une lésion de la moelle épinière ou d une atteinte diffuse des nerfs périphériques. - Évaluation du caractère complet

Plus en détail

Des os et des muscles pour bouger

Des os et des muscles pour bouger TD 1 Notre squelette, la charpente du corps TD 2 Les muscles de notre corps TP 1 Observer des os et des muscles Choisis chaque année un ou plusieurs thèmes à étudier avec toute la classe. Colorie ensuite

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Déformations congénitales isolées du pied

Déformations congénitales isolées du pied Déformations congénitales isolées du pied J. Lechevallier, S. Abuamara, clinique chirurgicale infantile, CHU, Rouen «Masso-kinésithérapie et traitement orthopédique des déformations congénitales isolées

Plus en détail

Soin Raffermissant et Tonifiant Lift Corps

Soin Raffermissant et Tonifiant Lift Corps Soin Raffermissant et Tonifiant Lift Corps EXFOLIER, TONIFIER, REMODELER, HYDRATER 1H30 Ce soin se compose d une séance d exfoliation puis d un massage bio-réflexes à l aide d un complexe hydratant et

Plus en détail

DOSSIER SAVOIR S ECHAUFFER

DOSSIER SAVOIR S ECHAUFFER DOSSIER SAVOIR S ECHAUFFER E.P.S POURQUOI FAUT-IL S ECHAUFFER? Les muscles et les tendons sont, en période de repos, à la température de 37. Or, on sait maintenant que : 1) Les muscles et les tendons ont

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Début de la phase d action. Tenir l arc en haut Épaules basses Bras de corde haut Adapter la main du décocheur

Début de la phase d action. Tenir l arc en haut Épaules basses Bras de corde haut Adapter la main du décocheur Déroulement du mouvement 1. Position Position des pieds Jambes Hanches Buste Tête 2. Main de corde et main d arc Décocheur - main de corde Position main d arc La main a une inclinaison de 45 Les doigts

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

Information destinée aux patients. Traitement par radiothérapie. Des réponses à vos questions

Information destinée aux patients. Traitement par radiothérapie. Des réponses à vos questions Information destinée aux patients Traitement par radiothérapie Des réponses à vos questions Bienvenue dans le service de radio-oncologie Une radiothérapie vous est prescrite. Celle-ci dure généralement

Plus en détail

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression Dissolution des Gaz & Accidents de décompression 1 Plan du cours Introduction Rappels Pression Composition de l air Pression partielle Courbe de sécurité Anatomie Dissolution des Gaz (Loi de Henry) Mise

Plus en détail

Les immobilisations temporaires Congrès 2014 de l A.I.I.U.Q. Présenté par Jean-François Deschênes

Les immobilisations temporaires Congrès 2014 de l A.I.I.U.Q. Présenté par Jean-François Deschênes Les immobilisations temporaires Congrès 2014 de l A.I.I.U.Q. Présenté par Jean-François Deschênes 1. Principes de base 2. Attelle membre supérieur 3. Attelle membre inférieur 4. Précautions et surveillances

Plus en détail

Le Masseur-kinésithérapeute et le suivi du sportif

Le Masseur-kinésithérapeute et le suivi du sportif Le Masseur-kinésithérapeute et le suivi du sportif Il participe à l évaluation physique Il participe au suivi de la pratique sportive Il participe à la réhabilitation thérapeutique GN PICHARD IFMK REIMS

Plus en détail

PREMIERE ANNEE. Séminaire 1

PREMIERE ANNEE. Séminaire 1 PREMIERE ANNEE Prise de contact et présentation des outils. Mécanisme Respiratoire Primaire (M.R.P) théorie et pratique. M.R.P synchronisation crânio-sacré, sacro iliaque. L articulation coxo-fémorale

Plus en détail

TITRE : Blessure et fonctionnement d une articulation

TITRE : Blessure et fonctionnement d une articulation Préparer une «Situation complexe disciplinaire», situation d apprentissage et/ou d évaluation TITRE : Blessure et fonctionnement d une articulation Classe : 2 nde durée : 1h20 minutes Capacités Connaissances

Plus en détail

CONGRES SASPAS LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE. Le mardi 26 mars 2013. Caroline Terris

CONGRES SASPAS LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE. Le mardi 26 mars 2013. Caroline Terris CONGRES SASPAS Le mardi 26 mars 2013 Caroline Terris LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE I/ ANATOMIE DE L APPAREIL UNGUEAL L'appareil unguéal comprend le tissu péri- unguéal

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable EPAULE DOULOUREUSE Une épaule douloureuse peut se rencontrer dans au moins 5 tableaux : douloureuse et instable, douloureuse avec diminution de la force, douloureuse et raide, arthrose douloureuse, douloureuse

Plus en détail

La douleur au mamelon causée par le Candida albicans

La douleur au mamelon causée par le Candida albicans Le violet de gentiane (une solution de 1% dans l eau) est encore un excellent traitement pour le, bien que nous suggérons aux mères de ne pas l employer seul pour traiter le (muguet, levures) car il a

Plus en détail

EMA Académie. jan - mars. Massage Prénatal : Massage Suédois Avancée :

EMA Académie. jan - mars. Massage Prénatal : Massage Suédois Avancée : EMA Académie École de Massothérapie Adam Massage Prénatal : jan - mars Ce cours explique comment placer correctement la cliente, quelles zones du corps ne peuvent être massées et quelles huiles peuvent

Plus en détail

Thérapie par Ondes de Choc

Thérapie par Ondes de Choc V 0 0 6 A S 2 0 1 3 / 0 9 / 1 3 Thérapie par Ondes de Choc BTL ENCYCLOPEDIE THERAPEUTIQUE V 1 1 1 A S 2 0 1 3 / 0 9 / 1 3 1 achillodynie... 3 2 arthrose du genou... 4 3 blessure musculaire... 6 4 calcification

Plus en détail

Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique?

Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique? Quelle chirurgie correctrice préventive pour le pied diabétique? Dr F.C AILLON Equipe multidisciplinaire pied diabète Boulogne sur mer Lille Lesquin 01 juin 2007 Quel bénéfice? Quoi, quand et qui corriger?

Plus en détail

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique.

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Objectifs de cette partie du programme : - (TP n 21) découvrir les modifications physiologiques du système cardiorespiratoire lors d un effort.

Plus en détail

ESCARRES. Dr A KHELIFA

ESCARRES. Dr A KHELIFA ESCARRES Dr A KHELIFA L escarre est un ulcère de pression résultant d une nécrose ischémique d un territoire cutané trop longtemps soumis à une pression entre le support sur lequel repose le patient et

Plus en détail

Capacités Connaissances Attitudes Recenser, extraire et organiser des informations. Les accidents musculo- articulaires

Capacités Connaissances Attitudes Recenser, extraire et organiser des informations. Les accidents musculo- articulaires Préparer une «Situation complexe disciplinaire», situation Classe : 2 nde durée : 1h20 minutes Capacités Connaissances Attitudes Recenser, extraire et organiser des informations Les accidents musculo-

Plus en détail

FRANÇAIS ATTENTION! Installation. Précautions d utilisation. Durée de vie. Stockage. Modalités et Conditions. Coussin Contour Insert

FRANÇAIS ATTENTION! Installation. Précautions d utilisation. Durée de vie. Stockage. Modalités et Conditions. Coussin Contour Insert Manuel d utilisation Ce livret contient d importantes informations relatives à ce produit. Merci de le remettre à l utilisateur final lors de la livraison. Coussin Contour Insert FRANÇAIS ATTENTION! Avant

Plus en détail

La spasticité - quelle prise en charge?

La spasticité - quelle prise en charge? AVC, TCC et maladies neurologiques : Développer et actualiser notre pratique soignante Plan Introduction La spasticité - quelle prise en charge? Présentation clinique et retentissement Traitement Résumé

Plus en détail

Thème Approche du monde médical

Thème Approche du monde médical La peau Structure de la peau La peau est une membrane d aspect souple et résistant. Elle est élastique et se plisse facilement. Elle recouvre totalement notre corps et elle est prolongée par des muqueuses

Plus en détail

MASSAGE ET CYCLISME. De la théorie... à la pratique

MASSAGE ET CYCLISME. De la théorie... à la pratique MASSAGE ET CYCLISME De la théorie...... à la pratique PLAN I.Préambule sur le massage sportif II.Théorie du massage - Anatomie - Physiologie - Installation et précautions III.Techniques de base du massage

Plus en détail

PRÉSENTATION DU GROUPE DE TRAVAIL PLAIES ET CICATRISATIONS. Véronique Allain Laure Desgranges Carole Palene Clémence Guérin Gaëlle Watier

PRÉSENTATION DU GROUPE DE TRAVAIL PLAIES ET CICATRISATIONS. Véronique Allain Laure Desgranges Carole Palene Clémence Guérin Gaëlle Watier PRÉSENTATION DU GROUPE DE TRAVAIL PLAIES ET CICATRISATIONS Véronique Allain Laure Desgranges Carole Palene Clémence Guérin Gaëlle Watier Former le personnel paramédical Uniformiser les pratiques Permettre

Plus en détail

Introduction au Toucher Massages des personnes alitées

Introduction au Toucher Massages des personnes alitées Introduction au Toucher Massages des personnes alitées à L'Institut de formation en soins infirmiers par: Martine Latour Hyères Tel: 04 94 65 54 12 06 86 20 75 99 Dans ce cours nous explorerons une approche

Plus en détail

Précis de Shiatsu Kurétaké

Précis de Shiatsu Kurétaké Précis de Shiatsu Kurétaké Techniques fondamentales et supérieures Sans fatigue pour le praticien Traduit du japonais par Daniel Menini LES CINQ CONDITIONS POUR UN SHIATSU SANS FATIGUE 1 Utiliser fréquemment

Plus en détail

Réalisation d'un myélogramme. VERSION COMMENTAIRE DATE 02 mise à jour 25/09/2013 03 Révision annuelle 09/10/2014 04 Aucune modification 07/01/2016

Réalisation d'un myélogramme. VERSION COMMENTAIRE DATE 02 mise à jour 25/09/2013 03 Révision annuelle 09/10/2014 04 Aucune modification 07/01/2016 HIA Clermont-Tonnerre Brest Laboratoire de Biologie Médicale Mode opératoire Réalisation d'un myélogramme Code : PRA-MO-PRLTMYELO Version n 04 Date d'application : 07/01/2016 Page : 1 / 7 VERSION COMMENTAIRE

Plus en détail

D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications

D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications Référence Référence : : Version : Date : Les brûlures DOSSIER Sommaire : I. Anatomie de la peau II. III. IV. Epidémiologie des brûlures Etiologie des brûlures Estimation de la gravité V. Complications

Plus en détail

Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS

Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS Examen statique : repérage de la position des EIPS Les notions de distance EIPS / ligne des épineuses et distance peau / face postérieure sacrum, semblent être

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

Tableau récapitulatif

Tableau récapitulatif Tableau récapitulatif Définition spécifique Injection intra dermique Injection sous cutanée Injection intra musculaire Injection intra veineuse Introduction d une solution concentrée Introduction d une

Plus en détail

orteils ou «griffes d orteils»

orteils ou «griffes d orteils» FICHE D INFORMATION PATIENT : les déformations des orteils ou «griffes d orteils» Madame, monsieur, votre chirurgien vient de vous proposer une prise en charge chirurgicale pour votre pathologie du pied

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

Le bain turc : guide complet avant l achat

Le bain turc : guide complet avant l achat Le bain turc : guide complet avant l achat 1 Qu est ce que le bain turc p. 3 2 Quels sont les bienfaits du bain turc p. 4 3 Comment prendre un bain turc p. 5 4 Comment choisir un bain turc p. 7 5 Où installer

Plus en détail

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr 4/5 Tissus et Organes Les Tissus Un ensemble de cellules qui ont une structure semblable et qui remplissent la même fonction constitue un tissu. Quatre tissus primaires s enchevêtrent pour former la «trame»

Plus en détail

Brûlures de l enfant

Brûlures de l enfant Brûlures de l enfant Epidémiologie 3 e rang des accidents de l enfant 0-4 ans ; moyenne 2 ans ; garçons +++ Etiologies Brûlures thermiques : o Ebouillantage ; projection ; immersion ; flammes, incendies,

Plus en détail

LA CICATRISATION DIRIGEE

LA CICATRISATION DIRIGEE CLASSIFICATIONS DES PANSEMENTS EN CICATRISATION DIRIGEE UTILISATION PRATIQUE DANS LES PLAIES POST OPERATOIRES ET LES ESCARRES A.RIBAL 2007 IDE CLINICIENNE EN STOMATHERAPIE ET CICATRISATION CHU DE BORDEAUX

Plus en détail