LES INSUFFISANCES DE LA GESTION DU PERSONNEL DE L ETAT. 1. Les insuffisances de la gestion du personnel de l'etat

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES INSUFFISANCES DE LA GESTION DU PERSONNEL DE L ETAT. 1. Les insuffisances de la gestion du personnel de l'etat"

Transcription

1 LES INSUFFISANCES DE LA GESTION DU PERSONNEL DE L ETAT 1. Les insuffisances de la gestion du personnel de l'etat Ce sont généralement les problèmes et les lacunes de la formation des fonctionnaires (paragraphe 1) et l'absence d'une véritable politique administrative et financière (paragraphe 2). Paragraphe 1 : Les entraves à la formation continue La politique béninoise de formation continue des fonctionnaires ne s'opère pas aisément. Bien qu'étant le facteur fondamental de compétence, elle connaît des embûches textuelles et matérielles. A - Les entraves textuelles L'action du gouvernement en matière de formation des fonctionnaires est prépondérante. Elle prend source dans l'article 54 de la loi du 11 décembre 1990 portant constitution de la République du Bénin. Selon cet article, le pouvoir exécutif détermine et conduit la politique de la Nation, et dispose entre autre de l'administration. Bien que la loi du 26 février 1986 portant Statut Général des Agents Permanents de l'état énumère expressément les conditions à remplir pour bénéficier d'une formation, toute demande de bourse introduite par un fonctionnaire doit requérir l'avis du gouvernement. De ce fait, point n'est besoin de rappeler le poids des considérations politiques sur ces dossiers qui pourraient même subir le sort des "raisons d'état". Cette prérogative constitutionnelle fait qu'au nom des considérations politiques, il y a fréquemment des déviations à tel point que les plus méritants pour obtenir des bourses de formation ou de perfectionnement sont laissés pour compte au profit d'individus moins méritants. Ces déviations transforment les stages en ballades pures et simples. Les résultats auxquels on assiste, c'est que ces agents reviennent sans pouvoir combler les attentes de leurs structures utilisatrices. A cet effet, les formations reçues ne profitent en rien à la performance de l'administration et au développement national. 1

2 Par ailleurs, aucun texte régissant l'administration publique ne prévoit l'évaluation des besoins de formation. Il est rare que l'on fasse référence à des besoins déterminés et ceux-ci ne sont parfois pas surveillés de façon correcte. L'évaluation de l'impact de la formation est souvent insuffisante ou ne fait pas appel aux intéressés. En dépit du développement sans frein des établissements de formation ces dernières années, l'offre de programmes aux stagiaires est très limitée. Il semble souvent que les fonctionnaires sont envoyés à des cours de formation simplement parce que ces cours sont disponibles indépendamment des besoins réels. Si telles sont les entraves textuelles, celles matérielles limitent davantage toute action en faveur de la formation. B - Les entraves matérielles Le premier obstacle matériel à la formation des fonctionnaires béninois est le coût élevé qui rebute les autorités chargées de la programmation des stages. La formation continue est susceptible d'accentuer la mobilité de la maind œuvre, de sorte que les efforts de formation profitent finalement à un seul concurrent. A l'issue de la formation, l'administration est confrontée à des charges importantes résultant de l'augmentation des charges liées à l'accession de l'agent au grade supérieur. Le manque à gagner souvent consécutif à la fuite des cadres formés et les augmentations des charges qui s'en suivent pour l'etat constituent autant d'embûches à la formation continue dans le secteur public. Ces embûches sont de plus en plus marquées en ces temps où les difficultés financières limitent davantage les élans de formation ; difficultés auxquelles s'ajoute délibérément un manque de volonté des autorités à faire de la formation continue des fonctionnaires une préoccupation. Sinon comment comprendre que jusqu'en 1998 la formation continue des fonctionnaires est en grande partie financée par les partenaires au développement. Ce n'est que cette année que le budget de l'etat a prévu un montant de quatre vingt dix millions pour la formation des fonctionnaires des catégories B, C et D. D'autres difficultés matérielles sont l'inadéquation du fondement institutionnel des structures de formation et l'insuffisance des ressources matérielles. Les structures de formation éprouvent des difficultés à se doter d'infrastructures performantes et d'un financement suffisant. 2

3 Toutes ces entraves textuelles et matérielles à la formation favorisent l'incompétence contribuant ainsi à la baisse du rendement des fonctionnaires. Cependant, l'absence d'une véritable politique administrative et financière s'ajoute considérablement à ces difficultés. Paragraphe 2 : L'absence de politique administrative et financière La mise en valeur des ressources humaines dans la Fonction Publique est une question de moyens. Ces moyens lorsqu'ils existent, doivent être renforcés par la volonté politique décidée par les dirigeants et conduite par tous. Cette volonté manque cruellement à la Fonction Publique béninoise et se traduit par la politisation des structures administratives (A), la mauvaise gestion des carrières (B) et le faible niveau de vie des fonctionnaires (C). A - La politisation des structures administratives Il n'est plus un secret pour personne que la Fonction Publique béninoise est hautement politisée. C'est avec amertume qu'on constate que la plupart des structures administratives sont dirigées par des responsables nommés sans considération des compétences ou des techniques managériales nécessaires. Ceci donne lieu à des gestions hasardeuses. Malgré le slogan tant répandu depuis quelques années, "L'homme qu'il faut à la place qu'il faut", la pratique gagne encore du terrain et contribue malheureusement à la dévalorisation des agents compétents. Très souvent, ceux ci se retrouvent dans des positions de subordonnés ou à des postes qui ne leur permettent pas de faire valoir leurs connaissances ou tout simplement, refusent toute collaboration avec le supérieur hiérarchique. D'où un véritable gaspillage des compétences au détriment de la politisation à outrance qui ne tient nullement compte de l'intérêt général. Au nom des considérations politiques inavouées, les dirigeants contournent les textes ou profitent des vides juridiques déjà assez importants pour procéder à des nominations. Un tour dans nos ministères et services suffit pour se rendre compte que la politique a triomphé sur la technique dans la Fonction Publique béninoise. Ce fléau qui a atteint toute la hiérarchie de l'administration ne permet pas d'utiliser à bon escient la compétence nationale. Pour y remédier, le rôle de l'etat serait de combler les vides juridiques existants par l'élaboration des textes qui distinguent clairement les postes politiques des postes administratifs. Aussi, l'etat devra oeuvrer pour le changement des mentalités. 3

4 B - La mauvaise gestion des carrières On ne saurait en parler sans voir les difficultés auxquelles est confrontée la structure chargée de la gestion des carrières des Agents Permanents de l'etat. En effet, la gestion des carrières des fonctionnaires est confiée à la Direction du Personnel de l'etat par l'arrêté n 43/MFPTRA du 3 septembre Au terme de l'article 1 er de cet arrêté, «La Direction du Personnel de l'etat a pour attributions, la centralisation et la coordination des activités des structures chargées des ressources humaines et du suivi des carrières des personnels de l'etat auprès des ministères et autres institutions de l'etat. A ce titre, elle assure la prise des projets d'actes d'administration et de gestion du personnel de l'etat, notamment - les actes relatifs aux nominations, intégrations, titularisations, mises à disposition des ministères et autres institutions de l'etat, -les diverses positions : disponibilité, détachement, affectation pour ordre, hors-cadre, - la mise en oeuvre des procédures en vigueur concernant l'engagement des agents contractuels ou autres agents temporaires de l'administration, ainsi que le suivi de l'application des contrats de travail les liant à l'administration, - les interruptions de service de longue durée et les suspensions d'engagement ; - la mise à la retraite, - les actes de démission et les actes de changement de corps...» L'importance de la mission de cette direction technique et l'ampleur de ses tâches méritent qu'une attention particulière lui soit normalement accordée et qu'elle soit dotée des moyens nécessaires (humains, matériels et financiers) pour son bon fonctionnement. Mais force est de constater qu'elle est laissée pour compte. De l'extérieur, les critiques les plus acerbes sont faciles à faire sur elle. Il suffit d'y faire un tour pour se rendre compte des difficultés qu'elle vit. En effet, sur une prévision de soixante et un agents au minimum, la Direction du Personnel de l'état ne dispose aujourd'hui que d'une trentaine composée en majorité d'agents des catégories B, C, D et E. Au plan matériel, le constat est amer. Comment comprendre qu'en cette fin de millénaire, à l'heure de l'informatisation à haute intensité, une direction aussi stratégique ne dispose d'aucun ordinateur. Elle continue d'utiliser des machines mécaniques archaïques, obsolètes et pratiquement hors d'usage. De plus, les liaisons extérieures sont assez 4

5 difficiles. La Direction ne dispose d'aucun véhicule alors qu'elle est appelée à beaucoup collaborer avec les ministères et institutions de l'état. Dans ces conditions, il serait difficile d'obtenir d'elle, des résultats satisfaisants. Malgré le dévouement et la diligence de son personnel, les attentes des usagers ne sont toujours pas comblées. Le caractère piètre des prestations de la Direction du Personnel de l'état découle donc du manque de moyens dont elle souffre. C - Le faible niveau de vie des fonctionnaires Cette faiblesse vient du fait que la rémunération du fonctionnaire béninois est insuffisante et ne lui permet pas de couvrir tous ses besoins. Une étude comparative réalisée par l'observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) sur les rémunérations dans les fonctions publiques en Afrique au Sud du Sahara permet de conclure que le Bénin est l'un des pays où les fonctionnaires sont mal payés. Selon cette étude, bien que la masse monétaire servie aux fonctionnaires béninois soit supérieure à celle servie dans d'autres pays de la sous-région, le coût de vie assez élevé dans ce pays ne permet pas de dire que les fonctionnaires béninois sont mieux payés. Car le salaire doit être en harmonie avec l'environnement socio-économique. L'inexistence d'une politique salariale en faveur des fonctionnaires fait que le salaire dans le secteur public est strictement inférieur à ceux des secteurs parapublic et privé. La stagnation du revenu des fonctionnaires payés aujourd'hui à l'indice de 1992 ne favorise pas l'amélioration de leur niveau de vie. Une politique de prix aurait pu favoriser cet épanouissement social. Mais la libéralisation de l'économie en 1991 constitue un obstacle. Pire, la dévaluation du franc CFA depuis le 10 janvier 1994 a entraîné la détérioration de leur pouvoir d'achat. Le pouvoir d'achat est la traduction de la quantité d'objets de valeur ou de services que le salaire permet d'acquérir sur le marché des biens et services. En d'autres termes, c'est la capacité que le travailleur a d'acheter une certaine quantité de biens essentiels à la vie. Toutes ces insuffisances relevées en matière de gestion du personnel de l'etat présentent des conséquences. 5

Session II: «Fonctionnaires» ou professionnels des administrations de l émergence.

Session II: «Fonctionnaires» ou professionnels des administrations de l émergence. MARDI 08 OCTOBRE 2013 Présentation : 11:15 11:45 Session II: «Fonctionnaires» ou professionnels des administrations de l émergence. Les personnels des administrations, un capital et une ressource cruciale

Plus en détail

La présentation et la sélection des candidatures et des offres.

La présentation et la sélection des candidatures et des offres. La présentation et la sélection des candidatures et des offres. Les points essentiels à retenir : - Le principe est l ouverture de la consultation à tout candidat, dans la mesure où il présente les garanties

Plus en détail

décrets et arrêtés PREMIER MINISTERE

décrets et arrêtés PREMIER MINISTERE décrets et arrêtés PREMIER MINISTERE Décret n 98-834 du avril 998, fixant le statut particulier au corps administratif commun des administrations publiques. Le Président de la République, Sur proposition

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La complexité accrue de l environnement dans lequel travaillent les PME, et la nouvelle réalité économique à laquelle elles font face exercent des pressions de plus en plus importantes sur leur

Plus en détail

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES SOURCE : BO n 42 du 22 novembre 1979 Liberté d' accès aux documents administratifs. Circulaire n 79-390 du 14 novembre 1979 (Cabinet du ministre : Affaires générales et administratives) Texte adressé aux

Plus en détail

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale

Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Bulletin du FMI Initiative multilatérale Le FMI participe activement aux efforts déployés pour surmonter la crise alimentaire mondiale Le Bulletin en ligne Le 13 mai 2008 Le FMI examinera toutes les demandes

Plus en détail

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal :

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : 1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : Toute mission d'audit, quelle qu'en soit sa nature, suppose une démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif avec le maximum

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DIRECTION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE N 06/SP/DGFP/2010 Alger, le 05 mai 2010 Mesdames

Plus en détail

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes L'Assemblée générale, Considérant qu'il est urgent de faire en sorte que les femmes bénéficient universellement des droits et principes

Plus en détail

[Armoiries] COUR DES COMPTES DU CAP VERT. 2 ème Sujet

[Armoiries] COUR DES COMPTES DU CAP VERT. 2 ème Sujet [Armoiries] COUR DES COMPTES DU CAP VERT La 11 ème Assemblée Générale AFROSAI 2008 2 ème Sujet La Gestion, la Construction, la Spécialisation et la Mobilité Personnelle des Employés de la Cour des Comptes

Plus en détail

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 49 e réunion Distr. restreinte 7 septembre 2010 Français Original: anglais Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines

Plus en détail

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits Nathalie DEGELDER Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs et coordinatrice du Service Régional d Information et de Soutien aux Tuteurs Familiaux vous présente le Thème Protéger un membre de sa

Plus en détail

Comores. Statut de la formation professionnelle

Comores. Statut de la formation professionnelle Statut de la formation professionnelle Loi n 83-010 du 4 novembre 1983 [NB - Loi n 83-010 du 4 novembre 1983 fixant le statut de la formation professionnelle et précisant ses modalités et son cadre d exécution]

Plus en détail

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière?

Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Nouvelles logiques de travail à l hôpital : opportunité pour la profession infirmière? Vers une synergie entre la direction du département infirmier et la direction des ressources humaines : pistes de

Plus en détail

3) L externalisation réduit-elle le coût des services publics?

3) L externalisation réduit-elle le coût des services publics? 1 FIPECO le 14.04.2016 Les notes d analyse V) Les dépenses publiques 3) L externalisation réduit-elle le coût des services publics? François ECALLE L externalisation des services publics, qui consiste

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008

Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008 Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008 SGGID n o 1618301 1 Objectifs de l examen Déterminer si les contrôles et les pratiques du bureau régional

Plus en détail

La Charte des consultants Janvier 2007

La Charte des consultants Janvier 2007 La Charte des consultants Janvier 2007 LUCIE : La Charte des consultants v1-janvier 2007 pages 1/13 Table des matières Procédure d'adhésion...2 Le rôle du parrain...4 Règlement de la cotisation...5 Nombre

Plus en détail

Croissance, fluctuations et crises

Croissance, fluctuations et crises Croissance, fluctuations et crises 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? FICHE 2 LA PRODUCTIVITE La productivité fait partie des mécanismes les plus importants de l économie. Produire

Plus en détail

Code de droit économique. Livre XVI

Code de droit économique. Livre XVI Code de droit économique Livre XVI Table des matières LIVRE XVI Règlement extrajudiciaire des litiges de consommation... 3 TITRE 1er. - Disposition générale... 3 TITRE 2. - Le traitement des plaintes par

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO *

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * Note de recherche du ROP LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * L Union africaine (UA) a élaboré une architecture continentale de paix et

Plus en détail

Fermeture réglementaire des livres de la Société en commandite Gaz Métropolitain pour la période du 1 er octobre 1996 au 30 septembre 1997

Fermeture réglementaire des livres de la Société en commandite Gaz Métropolitain pour la période du 1 er octobre 1996 au 30 septembre 1997 D-98-23 R-3393-97 23 Avril 1998 PRÉSENTS : M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. André Dumais, B. Sc. A. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges,

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges, CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE 133-73 CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, PRÉSENTÉES LE 5 DÉCEMBRE 1973 1 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, Dans le recours intenté par M. Bruns

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Proposition APF -Association des paralysés de France- (Groupe de travail Mars 2009) Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Article 1 Fondement Le Conseil

Plus en détail

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S concernant UN PROJET DE LOI PORTANT CREATION D UNE BANQUE-CARREFOUR DES ENTREPRISES, MODERNISATION DU REGISTRE DE COMMERCE ET CREATION

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

CCE EDF. Séance du 15 Avril 2010

CCE EDF. Séance du 15 Avril 2010 CCE EDF Séance du 15 Avril 2010 Titulaire au CCE Christophe MARTIN Représentant Syndical au CCE Expert : Edouard CAHEN Séance du 15 avril 2010 Ordre du jour Retour d expérience sur le dispositif de Prérecrutement

Plus en détail

Rencontres «Animal et Société» Commerce et élevage. (Contribution initiale de la SNDA)

Rencontres «Animal et Société» Commerce et élevage. (Contribution initiale de la SNDA) Rencontres «Animal et Société» GT n 2 : Commerce et élevage (Contribution initiale de la SNDA) Objectif : se doter des moyens nécessaires pour garantir la qualité, c'est-à-dire remplir à la fois des conditions

Plus en détail

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES XV/7030/98 FR EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES DIRECTION GÉNÉRALE XV Marché intérieur et services financiers -1- Le présent document est destiné à un usage

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

DECRET N 60-051 du 9 mars 1960. Article premier. - Le présent décret, pris en application des articles 53, 56, 57, 59 et 63 de la loi n 60-003 du

DECRET N 60-051 du 9 mars 1960. Article premier. - Le présent décret, pris en application des articles 53, 56, 57, 59 et 63 de la loi n 60-003 du DECRET N 60-051 du 9 mars 1960 relatif au régime particulier de certaines positions des fonctionnaires des cadres de l Etat et à certaines modalités de cessation définitive de fonctions. Article premier.

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés

Commission nationale de l informatique et des libertés Commission nationale de l informatique et des libertés Extraits du rapport relatif à plusieurs missions de contrôle diligentées auprès d'agents de recherches privées, présenté en formation restreinte le

Plus en détail

Annexe II - Références légales (soulignement ajouté) I. STATUT DU PERSONNEL

Annexe II - Références légales (soulignement ajouté) I. STATUT DU PERSONNEL Annexe II - Références légales (soulignement ajouté) I. STATUT DU PERSONNEL - Article 26: Le dossier individuel du fonctionnaire doit contenir: a) Toutes pièces intéressant sa situation administrative

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Les Défis pour le Nouveau Millénaire Pour Madagascar

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Les Défis pour le Nouveau Millénaire Pour Madagascar African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL WALLON

CONSEIL RÉGIONAL WALLON 18 (1980-1981) N 1 18 (1980-1981) N 1 CONSEIL RÉGIONAL WALLON SESSION ORDINAIRE 1980-198 1 9 FÉVRIER 1981 PROPOSITION DE DÉCRET tendant à encourager l'accession à la propriété et à l'amélioration du patrimoine

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail Fiche conseil n 1 POLITIQUE 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 EMAS 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale SST OHSAS 18001 4.2 : Politique de

Plus en détail

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise.

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Textes Juridiques Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Le Président de la République, Sur le rapport du ministre

Plus en détail

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 La compétitivité française hypothéquée par la fiscalité Dans le transport, on a coutume de dire que la fiscalité spécifique se situe dans la moyenne européenne

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Imagine Canada. Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Imagine Canada Réponses aux questions pour les consultations prébudgétaires Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2012 Question 1 Compte tenu du climat d'austérité budgétaire actuel

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

Projet d arrêté ministériel du relatif à la formation professionnelle en matière d agriculture

Projet d arrêté ministériel du relatif à la formation professionnelle en matière d agriculture Projet d arrêté ministériel du relatif à la formation professionnelle en matière d agriculture Le Ministre de l Agriculture, Vu le règlement (UE) n 1303/2013 du Parlement européen et du Conseil du 17 décembre

Plus en détail

Décret n 89-895 du 6 juillet 1989 portant organisation et fonctionnement de la mutuelle des personnels des douanes

Décret n 89-895 du 6 juillet 1989 portant organisation et fonctionnement de la mutuelle des personnels des douanes Décret n 89-895 du 6 juillet 1989 portant organisation et fonctionnement de la mutuelle des personnels des douanes Le Président de la République ; Vu le code des douanes et notamment son article 262 ;

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

Chapitre premier. - Définitions

Chapitre premier. - Définitions 3 JUIN 2004. Arrêté du Gouvernement wallon relatif au permis de location (M.B. du 16/09/2004, p. 67717) Le Gouvernement wallon, Vu le Code wallon du Logement institué par le décret du 29 octobre 1998 tel

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX Type de projet : Coopération technique Type de projet secondaire : Renforcement des capacités en matière de gestion des migrations

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Art. 3.- L'établissement est placé sous la tutelle du ministre des transports.

Art. 3.- L'établissement est placé sous la tutelle du ministre des transports. Décret exécutif n 91-149 du 18 mai 1991 portant réaménagement des statuts de l'entreprise nationale d'exploitation et de sécurité aéronautiques (ENESA) et dénomination nouvelle: Etablissement national

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION DE L AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE. Article 1. Composition du Conseil d administration...

RÈGLEMENT INTÉRIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION DE L AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE. Article 1. Composition du Conseil d administration... RÈGLEMENT INTÉRIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION DE L AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE Article 1. Composition du Conseil d administration...2 Article 2. Présidence et vice-présidence du Conseil d administration...2

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 Section institutionnelle INS Date: 2 septembre 2013 Original: anglais QUATORZIÈME QUESTION

Plus en détail

Règlement numéro 2. Code de procédures des assemblées du Conseil d administration. Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979.

Règlement numéro 2. Code de procédures des assemblées du Conseil d administration. Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979. Règlement numéro 2 Code de procédures des assemblées du Conseil d administration Adopté par le Conseil d'administration le 24 octobre 1979. En vigueur le 4 décembre 1979. Modifié par le Conseil d'administration

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

E 6440 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

E 6440 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. E 6440 ASSEMBLÉE NATIONALE TREIZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 juillet 2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 20 juillet

Plus en détail

Le recrutement d agents non titulaires

Le recrutement d agents non titulaires Fiche 1 : 1) Principaux cas de recours : Le recrutement d agents non titulaires Aux termes de l article 4 de la loi du 11 janvier 1984, les employeurs publics peuvent recruter des agents non titulaires

Plus en détail

ÉGLISE CATHOLIQUE DE QUÉBEC ORDONNANCE RELATIVE AUX X CONDITIONS DE TRAVAIL DES AGENTES ET AGENTS DE PASTORALE MANDATÉS EN PAROISSE

ÉGLISE CATHOLIQUE DE QUÉBEC ORDONNANCE RELATIVE AUX X CONDITIONS DE TRAVAIL DES AGENTES ET AGENTS DE PASTORALE MANDATÉS EN PAROISSE ÉGLISE CATHOLIQUE DE QUÉBEC ORDONNANCE RELATIVE AUX X CONDITIONS DE TRAVAIL DES AGENTES ET AGENTS DE PASTORALE MANDATÉS EN PAROISSE ANNEXE 1 : UN SALAIRE ANNUEL FIXE DÉTERMINÉ ANNEXE 2 : GUIDE DE GESTION

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 PLAN DE DÉVELOPPEMENT DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 PLAN DE DÉVELOPPEMENT DU PERSONNEL PROFESSIONNEL COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 1.0 FONDEMENT Le présent plan complète et applique dans le milieu l'article 7-10.00 de l'entente intervenue avec la Fédération des professionnelles

Plus en détail

Handicap : comment la formation accompagne-t-elle l évolution des pratiques?

Handicap : comment la formation accompagne-t-elle l évolution des pratiques? Handicap : comment la formation accompagne-t-elle l évolution des pratiques? Organisateurs : Conférence-Débat n 3 Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) & Caisse nationale de solidarité

Plus en détail

APBJ Association Planète Business Jeune N 65 / RDA/F.34/BAPP Tel: (00237) 99376852 E-mail

APBJ Association Planète Business Jeune N 65 / RDA/F.34/BAPP Tel: (00237) 99376852 E-mail APBJ Association Planète Business Jeune N 65 / RDA/F.34/BAPP Tel: (00237) 99376852 E-mail: planetebusjeune@yahoo.fr Web:http://www.planetbusjeune.org 1085 Douala Cameroun Programme Entrepreneuriat au Cameroun

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

COMMUNICATION A LA COMMISSION

COMMUNICATION A LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7.3.2012 SEC(2012) 167 final COMMUNICATION A LA COMMISSION Communication du vice-président Šefčovič à la Commission sur les lignes directrices concernant les cadeaux

Plus en détail

L'évaluation des programmes d'informatique UNE FORMATION COLLÉGIALE DE QUALITÉ QUI RÉPOND AUX EXIGENCES ACTUELLES DU MILIEU DU TRAVAIL

L'évaluation des programmes d'informatique UNE FORMATION COLLÉGIALE DE QUALITÉ QUI RÉPOND AUX EXIGENCES ACTUELLES DU MILIEU DU TRAVAIL L'évaluation des programmes d'informatique UNE FORMATION COLLÉGIALE DE QUALITÉ QUI RÉPOND AUX EXIGENCES ACTUELLES DU MILIEU DU TRAVAIL Montréal, le 20 juin 1996. Le président de la Commission d'évaluation

Plus en détail

Environnement Economique de l Entreprise. Cas 2 : Les décisions des entreprises

Environnement Economique de l Entreprise. Cas 2 : Les décisions des entreprises Environnement Economique de l Entreprise Cas 2 : Les décisions des entreprises Objectifs du cas : Comprendre les décisions des entreprises: - Choix des techniques et des facteurs de production (comment

Plus en détail

1. Modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe et organigramme de délégation de pouvoirs

1. Modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe et organigramme de délégation de pouvoirs 1. Modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe et organigramme de délégation de pouvoirs N.B. : Le présent modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe ne constitue qu'un exemple théorique et abstrait

Plus en détail

PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES CONSEQUENCES DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE (EPCI) A FISCALITE PROPRE SUR LES PERSONNELS EMPLOYES PAR CES ETABLISSEMENTS L article

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX PAYS SYNTHÈSE DES RÉPONSES

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX PAYS SYNTHÈSE DES RÉPONSES QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX PAYS SYNTHÈSE DES RÉPONSES Pour préparer la réunion du Comité de la Gouvernance publique au niveau ministériel, un questionnaire a été adressé aux pays. Le présent document se

Plus en détail

119 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 13-15.10.2008

119 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 13-15.10.2008 119 ème ASSEMBLEE DE L UNION INTERPARLEMENTAIRE ET REUNIONS CONNEXES Genève, 13-15.10.2008 Assemblée A/119/2-P.3 Point 2 11 octobre 2008 EXAMEN DE DEMANDES EVENTUELLES D'INSCRIPTION D'UN POINT D'URGENCE

Plus en détail

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX TRIBUNAL DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES Cas n : UNDT/GVA/2010/076 Jugement n : UNDT/2011/166 Date : 21 septembre 2011 Original : français Devant : Greffe : Greffier : Juge Jean-François

Plus en détail

L AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE DES FONCTIONNAIRES

L AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE DES FONCTIONNAIRES L AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE DES FONCTIONNAIRES Elles s'inscrivent dans le cadre de l'épanouissement socio-professionnel des fonctionnaires. Nos suggestions ici sont de deux sortes : une nouvelle

Plus en détail

La disponibilité I/ LES CAS DE DISPONIBILITE. Note d'informations du 20 mars 2009

La disponibilité I/ LES CAS DE DISPONIBILITE. Note d'informations du 20 mars 2009 Note d'informations du 20 mars 2009 La disponibilité Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

Le statut d'indépendant applicable aux mandataires locaux du chef de leur occupation dans un organisme public ou privé. Document de travail

Le statut d'indépendant applicable aux mandataires locaux du chef de leur occupation dans un organisme public ou privé. Document de travail Union des Villes et Communes de Wallonie asbl Le statut d'indépendant applicable aux mandataires locaux du chef de leur occupation dans un organisme public ou privé Document de travail A. Position de la

Plus en détail

Comprendre nos conditions d emploi

Comprendre nos conditions d emploi N 1354 12 juin 2006 Comprendre nos conditions d emploi Nos termes et conditions d emploi sont régis selon deux critères: Catégories d emploi s de contrat Les deux catégories ci-dessus ont des conséquences

Plus en détail

Fiche 5 L aptitude du fonctionnaire après une absence pour raisons de santé.

Fiche 5 L aptitude du fonctionnaire après une absence pour raisons de santé. Fiche 5 L aptitude du fonctionnaire après une absence pour raisons de santé. Article R. 4626-29 du Code du travail, articles 71 et suivants de la loi du 9 janvier 1986, décret n 89-376 du 8 juin 1989.

Plus en détail

Convention-cadre sur les changements climatiques

Convention-cadre sur les changements climatiques NATIONS UNIES Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. GÉNÉRALE 24 août 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS ORGANE SUBSIDIAIRE DE MISE EN ŒUVRE Vingt et unième session Buenos Aires, 6-14 décembre

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de la Suède pour 2016

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de la Suède pour 2016 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 18.5.2016 COM(2016) 347 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de la Suède pour 2016 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

LE BÂTONNIER : CHEF DES SERVICES DE L ORDRE. Rapport de Madame le Bâtonnier Marie-Laure VIEL, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers

LE BÂTONNIER : CHEF DES SERVICES DE L ORDRE. Rapport de Madame le Bâtonnier Marie-Laure VIEL, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers LE BÂTONNIER : CHEF DES SERVICES DE L ORDRE Rapport de Madame le Bâtonnier Marie-Laure VIEL, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers Séminaire des Dauphins Les 11 et 12 décembre 2015 Les fonctions

Plus en détail

DECRET N 92-855 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES SAGES-FEMMES TERRITORIALES

DECRET N 92-855 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES SAGES-FEMMES TERRITORIALES DECRET N 92855 DU 28 AOUT 1992 PORTANT STATUT PARTICULIER DU CADRE D'EMPLOIS DES SAGESFEMMES TERRITORIALES (NOR : INTB9200367D) (J.O. du 30 août 1992) Modifié par : Décret n 93986 du 4 août 1993 (J.O.

Plus en détail

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN 1 ère réunion du groupe de travail TECHNIQUES FINANCIERES Présidée par Inès REINMANN Contribution GREEN PROPERTY 1 Table des matières Le fonds de compensation page 3 PSE paiement des services environnementaux

Plus en détail

Projet de règlement grand-ducal

Projet de règlement grand-ducal CONSEIL D'ÉTAT =============== No 50.737 Projet de règlement grand-ducal réglementant les qualifications professionnelles donnant accès à la profession de masseur-kinésithérapeute, ainsi que son exercice.

Plus en détail

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTETE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE Type de projet : Type de projet secondaire : Couverture géographique : Organisme d exécution :

Plus en détail

Numéro : 295. Orientation sur la correction des intérêts suite à l ajustement d une cotisation arbitraire

Numéro : 295. Orientation sur la correction des intérêts suite à l ajustement d une cotisation arbitraire Numéro : 295 Orientation sur la correction des intérêts suite à l ajustement d une cotisation arbitraire 3 juillet 2007 1 Objectif de cette note d orientation :... 4 Références légales :... 4 Contexte...

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

LA GARANTIE INDIVIDUELLE DU POUVOIR D'ACHAT (GIPA) au titre de l'année 2015

LA GARANTIE INDIVIDUELLE DU POUVOIR D'ACHAT (GIPA) au titre de l'année 2015 REMUNERATION Note d information N 2015-17 du 13 février 2015 LA GARANTIE INDIVIDUELLE DU POUVOIR D'ACHAT (GIPA) au titre de l'année 2015 REFERENCES Décret n 2008-539 du 6 juin 2008 modifié relatif à l'instauration

Plus en détail

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008.

Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Matinée rencontre entre opérateurs de formation/insertion et des employeurs du secteur de la santé et de l action sociale. 18 septembre 2008. Dans le cadre des travaux de la Commission Consultative Sous-Régionale

Plus en détail