Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch"

Transcription

1 Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne

2 Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans

3 16 ans plus tard quelques polypes et un cancer simultanément!!! cancer

4 10 ans plus tard à 60 ans, après chirurgies et chimiothérapies

5 Les enjeux du dépistage du cancer colorectal: En Suisse, environ 5 personnes sur 100 seront atteintes de cancer du colon avant l âge de 80 ans, la grande majorité de ces cancers survenant après 50 ans. En Suisse le cancer colorectal est en 3 ème position des cancers chez l homme (après la prostate et le poumon) et en 2 ème position chez la femme (après le sein). Chaque année en Suisse environ personnes meurent d'un cancer colorectal, 2 ème cause de mortalité par cancer. Seulement un tiers des cancers colorectaux sont diagnostiqués à un stade précoce, permettant d espérer une haute probabilité de guérison.

6 Fréquence du cancer colorectal en fonction de l âge (d après A Burchert, et al. Schweiz Med Wschr 1998)

7 Risque relatif (RR) de développer un cancer colorectal au cours de la vie: Antécédent personnel: Risque moyen au cours de la vie 5% Cancer sein, ovaire, endomètre x RR Cancer colorectal 2 x RR MICI (Crohn, RCUH) 15 x RR Antécédent familial: 1 parent * avec polype adénomateux 1 parent * avec cancer colorectal 1 parent * atteint CCR avant 45 ans 2 parents * atteints CCR Polypose familiale Syndrome HNPCC (Lynch) 2 x RR 2-3 x RR 3-6 x RR 3-6 x RR 30 x RR 30 x RR ** 1 er degré = père, mère, frères, sœurs, et enfants

8 Mortalité par cancer colorectal en Suisse Le risque de développer un cancer colorectal devient appréciable à partir de 45 ans et double à chaque décennie. L âge moyen du diagnostic se situe vers 70 ans.

9 Schéma des changements morphologiques de la séquence polype cancer colorectal Accumulation d anomalies génétiques Période optimale du dépistage Les polypes sont des formations muqueuses bénignes qui se forment dans le colon. 70% des polypes peuvent se transformer en cancer du colon en 10 à 15 ans. Le risque de transformation en cancer varie en fonction des antécédent familiaux, du nombre de polypes, de leurs tailles et de leurs structures microscopiques.

10 Quels sont les arguments pour dépister un cancer colorectal? 1. Un cancer colorectal survient en général à partir d un polype adénomateux. 2. Un adénome a une croissance lente (environ 10 ans). 3. Débuter dépistage à 50 ans car l incidence du CCR augmente entre 40 et 50 ans. 4. La résection endoscopique des adénomes permet de diminuer la fréquence du cancer colorectal (90%). 5. Si on détecte un cancer colorectal précoce la survie est meilleure. 6. Le coût d un programme de dépistage du cancer colorectal n est pas plus élevé que celui des programmes de dépistage existants (sein).

11 Tests de dépistage du cancer colorectal Test fécal (sang occulte, immunologique) Test sanguin (analyse d expression génique) Test radiologique (coloscopie virtuelle par scanner) Test endoscopique (rectosigmoïdoscopie, coloscopie)

12 Test de dépistage du cancer colorectal par recherche de sang occulte dans les selles Méthode de dépistage qui diminue le risque de décès par cancer colorectal si effectué annuellement (30-40%). Etudes du dépistage du cancer colorectal par recherche de sang occulte dans les selles (par rapport à contrôle) Inconvénients: sensibilité faible pour détection du cancer colorectal (50%), médiocre pour polype, nombreux faux positif. Recommandation: dépistage de population, une fois par année et impérativement suivi d une endoscopie si positif.

13 Test de dépistage du cancer colorectal par dosage de marqueurs tumoraux Le dosage du CEA (antigène carcinoembryonnaire) n a pas sa place dans le dépistage et le diagnostic précoce d un polype ou d un cancer colique. D autres marqueurs évalués (CA 19-9, CA 50, CA 242, CA 72-4, acide sialique, prolactin, cytokératines) n ont pas supplanté le CEA ne sont pas recommandés. Les marqueurs tumoraux sont utilisés dans le bilan d extension initial, après chirurgie et pour le suivi d une chimiothérapie ainsi que la surveillance après traitement.

14 Test de dépistage du cancer colorectal par analyse sanguine d expression génique Des chercheurs de l'université de Fribourg ont développé un test sanguin de détection précoce du cancer colorectal par une analyse moléculaire d expression génique à partir de 29 bio-marqueurs (ARN) identifiés en utilisant un rationnel de «réponse de l hôte» et de 2 marqueurs tumoraux sériques.

15 Test de dépistage du cancer colorectal par colographie virtuelle par scanner Inconvénients: préparation colique, insufflation douloureuse, irradiation, pas d ablation de polype, sensibilité pour dépistage des polypes de petite taille encore incertaine, rapport coût-efficacité inférieur à coloscopie. a permis de détecter 20 sur 22 polypes de >1cm & 3 sur 3 cancers et (NEJM 1999;341:1496) a permis de détecter 74 sur 82 polypes >1 cm (Radiology 2001;219:685) Pas recommandée pour le dépistage du cancer colorectal. Utile pour compléter une coloscopie incomplète.

16 Test de dépistage du cancer colorectal par sigmoïdoscopie 4 études ont démontrés une diminution de la mortalité liée au cancer colorectal (50-70%) Fréquence de cancers colorectaux chez patients sans facteurs de risque, avec une sigmoïdoscopie de dépistage en l espace de 10 ans, par rapport à un groupe contrôle sans dépistage Inconvénients : préparation par lavement insuffisante empêche détection des polypes, manque 40% des lésions qu une coloscopie aurait montrés. Manque 20-30% de lésions proximales avancées en l absence de lésions dans le colon distal (NEJM 2000;343:162) Recommandation: tous les 5 ans associé à la recherche annuelle de sang dans les selles.

17 Test de dépistage du cancer colorectal par colonoscopie Examen de référence pour mettre en évidence des polypes ou de petites tumeurs du côlon et les enlever. La polypectomie par coloscopie chez patients à risque d'adénomes a diminuer l'incidence du cancer colorectal de 70-90%. Inconvénients : accès, spécialiste formé aux techniques modernes, préparation (régime 3 jours, purge), inconfort, risque, coût. Recommandation: tous les 10 ans dès 50 ans en l absence de facteurs de risque personnel ou familial.

18 Test de dépistage du cancer colorectal par colonoscopie Acte médical réalisé par un gastro-entérologue préparation du côlon (régime & purge) év. sédation (Propofol) ambulatoire diagnostique visualiser la totalité de la muqueuse colorectale détecter lésions permettre biopsies pour examen histologique thérapeutique permettre ablation des lésions (risques: hémorragie 1/100, perforation 1/1 000) POLYPECTOMIE Depuis le 1 er juillet 2013 la coloscopie de dépistage est prise en charge par l assurance de base pour les personnes de ans

19

20 «Take home messages» Dépistage du cancer colorectal : OUI Dépistage dès 50 ans : OUI Dépistage de masse par test immunologique: OUI Dépistage individualisé par coloscopie : OUI

21 Recommandations pour la surveillance après polypectomie Conditions requises: coloscopie complète et ablation complète des polypes, récupération des polypes réséqués et analyse histologique après résection par fragments ou doute sur la résection totale de polypes il est recommandé d effectuer un contrôle après 3 à 6 mois espérance de vie estimée >10 ans Caractéristiques des polypes Adénome tubulaire: 1 ou 2, moins de 1 cm, au maximum de bas grade, sans histoire familiale Adénome tubulaire: plus de 2 ou plus de 1 cm ou dysplasie de haut grade ou histoire familiale Adénome tubulo-villeux: tout nombre ou toute taille ou tout type de dysplasie Polype cancéreux: polypectomie complète, limite de résection microscopique de 3mm, sans invasion des vaisseaux Polype cancéreux: polypectomie incomplète ou mauvaise limite de résection microscopique ou invasion des vaisseaux Intervalle pour la coloscopie à 5 ans puis tous les 10 ans à 3 ans puis tous les 5 ans à 3 ans puis tous les 5 ans à 3 mois, puis 3 ans puis tous les 5 ans chirurgie

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Polyposes adénomateuses familiales 1% des cancers colo-rectaux

Plus en détail

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne)

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Dépistage du Cancer Colorectal Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Epidémio des Kc Colorectaux 35000 nouveaux cas par an, mais mortalité stable. 10 à30 % de

Plus en détail

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL Le cancer colo-rectal (ccr) 3è cancer, 42000 cas/an 2è cause de décès après le cancer du poumon 17500/an (accidents de la route 3200 décès ) 1 homme/14 et

Plus en détail

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Un K fréquent, mortel, guérissable dépendant du stade de découverte Donc dépistage organisé Résultats mitigés : participation,

Plus en détail

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente Apprentissage Matériel et locaux adaptés Informations et ordonnances envoyées Indications

Plus en détail

FONDATION VAUDOISE POUR LE DEPISTAGE DU CANCER (FVDC)

FONDATION VAUDOISE POUR LE DEPISTAGE DU CANCER (FVDC) FONDATION VAUDOISE POUR LE DEPISTAGE DU CANCER (FVDC) CAHIER DES CHARGES DES GASTROENTEROLOGUES VAUDOIS PARTICIPANT AU PROGRAMME VAUDOIS DE DEPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Auteurs : Jean-Luc Bulliard Jacques

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale 1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale Les cancers colorectaux : problème de santé publique par leur

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Taux pour 100 000 personnes années Dépistage du cancer colorectal en population générale (risque moyen) Taux d incidence du CCR 500 Population cible 450 400 350 300 250 200

Plus en détail

le cancer de l intestin

le cancer de l intestin le cancer de l intestin Programme de dépistage en Communauté française www.cancerintestin.be Table des matières Introduction L adhésion des partenaires L engagement des gastro-entérologues 1. Le cancer

Plus en détail

2. DEPISTAGE CANCER COLORECTAL. Que peut faire le généraliste? Dr Jean Michel Cereda FMH gastroentérologie/hépatologie Clinique de Valère Sierre/Sion

2. DEPISTAGE CANCER COLORECTAL. Que peut faire le généraliste? Dr Jean Michel Cereda FMH gastroentérologie/hépatologie Clinique de Valère Sierre/Sion 1.PREVENTION CANCER COLORECTAL 2. DEPISTAGE CANCER COLORECTAL Que peut faire le généraliste? Dr Jean Michel Cereda FMH gastroentérologie/hépatologie Clinique de Valère Sierre/Sion 1. Prévention cancer

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE FICHE 61 TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE Risque moyen Sujet de plus de 50 ans CCR rare avant 50% (6%). Puis augmente H e m o c c u l t / 2 ans. Coloscopie si possible Risque

Plus en détail

LE CANCER DU COLON et du RECTUM

LE CANCER DU COLON et du RECTUM LE CANCER DU COLON et du RECTUM Quelle fréquence et gravité en France? Comment le dépister? Comment le prévenir? Qui est à risque? Service de Gastro Entérologie Nutrition Hôpital Rangueil CHU de Toulouse

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Le Cancer. Colorectal

Le Cancer. Colorectal 1 Le Cancer Colorectal 2 SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE FACTEURS DE RISQUE DEPISTAGE DIAGNOSTIC BILAN D EXTENSION FACTEURS PRONOSTIQUES RECIDIVES SURVEILLANCE LE DEPISTAGE DE MASSE? 3 Epidémiologie 4 EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal SYMPOSIUM SCIENTIFIQUE Coloscopie de pre vention du cancer colorectal Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal Pr. Christophe Cellier Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé)

ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé) COLORATION ET/OU TATOUAGE DE LA PAROI DU TUBE DIGESTIF, AU COURS D'UNE ENDOSCOPIE DIAGNOSTIQUE (code : HZHE004 sous-chapitre : 18.02.07.03) ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé) MAI 2006 Service évaluation des

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum Questions ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum [2005 dossier 7 : syndrome occlusif cancer du côlon- métastases hépatiques - 2007 dossier 2 : anémie ferriprive - cancer du côlon] QCM 1 : Au niveau épidémiologique,

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

La génétique en cancérologie: une démarche progressive

La génétique en cancérologie: une démarche progressive La génétique en cancérologie: une démarche progressive UCP: A partir d observations cliniques et/ou biologiques (âge, ATCDs) émettre une hypothèse diagnostique poser l indication d une consultation d oncogénétique

Plus en détail

Oncogénétique : où en sommes nous?

Oncogénétique : où en sommes nous? Oncogénétique : où en sommes nous? Docteur Elisabeth LUPORSI Centre d Investigation Clinique de Cancérologie (CICC) CHU- CAV Vandoeuvre les Nancy Nancy 24 octobre 2009 Centre d investigation Clinique Pierre

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Service d Urologie CHI Haute Saône Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Palascak P., Gomez Orozco W., Nader N., Sauvain J.L., Sachova J., Palmero X. SOMMAIRE Epidémiologie Dépistage

Plus en détail

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées Dr F. CARRE-PIGEON Groupe Courlancy Dr M. MOZELLE-NIVOIX Centre hospitalier

Plus en détail

Les trois niveaux de prévention

Les trois niveaux de prévention Dépistage Les trois niveaux de prévention Que dépister? Facteurs étiologiques de maladie : causant la maladie Ex VIH pour le SIDA Facteurs de risque pour une maladie : induisant un accroissement de la

Plus en détail

Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives

Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives Rémi Systchenko Les enjeux de la videocapsule Le grêle: mieux l explorer L œsophage et le colon: aussi bien voir que l endoscopie

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin MICI et cancers Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin Généralités Espérance de vie Non différente de celle de la population générale Un peu réduite dans la MC Incidence globale et

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16 RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 RAPPORT Au nom d un groupe de travail * émanant de la Commission I (Biologie) Dépistage organisé

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum (gros intestin qui va de l intestin grêle à l anus)

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Cancer colorectal (148) J.F. BOSSET, P. ROUANET Décembre 2005 (mise à jour décembre 2005)

Cancer colorectal (148) J.F. BOSSET, P. ROUANET Décembre 2005 (mise à jour décembre 2005) Cancer colorectal (148) J.F. BOSSET, P. ROUANET Décembre 2005 (mise à jour décembre 2005) 1. Epidémiologie L incidence du cancer colorectal (CCR) varie dans un rapport de 1 à 25 dans le monde. Elle est

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Le dépistage de masse du cancer colorectal

Le dépistage de masse du cancer colorectal Le dépistage de masse du cancer colorectal M. YCHOU C.R.L.C. Val d Aurelle CHU Monpellier Mortalité par cancer colorectal par région 36000 nouveaux cas 17000 décès annuels Hommes Femmes Conditions optimales

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer colorectal?

Qu est-ce que le cancer colorectal? Cancer colorectal Qu est-ce que le cancer colorectal? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique

Plus en détail

Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal

Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal SOFOMEC - Jeudi 17 mars 2011 1 Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal OUI!... Puisque Sine materia... En fait : NON But de cette présentation

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

PLACE DE LA COLOSCOPIE VIRTUELLE DANS LE DEPISTAGE DU CANCER COLORECTAL

PLACE DE LA COLOSCOPIE VIRTUELLE DANS LE DEPISTAGE DU CANCER COLORECTAL PLACE DE LA COLOSCOPIE VIRTUELLE DANS LE DEPISTAGE DU CANCER COLORECTAL JANVIER 2001 SERVICE EVALUATION DES TECHNOLOGIES SERVICE EVALUATION ECONOMIQUE Dans la même collection : Radiologie conventionnelle

Plus en détail

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée

Plus en détail

Formes familiales du cancer colorectal

Formes familiales du cancer colorectal Tlemcen, 05/05/06 Formes familiales du cancer colorectal Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré AP-HP épithélium! normal! cancer sporadique :! M1! M2! M3!... Mn! tumeur!

Plus en détail

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin PARLONS CANCER Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin QUELQUES DONNÉES Selon l Association canadienne du cancer colorectal, le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par

Plus en détail

Doses reçues par les patients lors des examens de dépistages et évaluation du rapport bénéfice/risque. J. Stines

Doses reçues par les patients lors des examens de dépistages et évaluation du rapport bénéfice/risque. J. Stines Doses reçues par les patients lors des examens de dépistages et évaluation du rapport bénéfice/risque J. Stines Sous-titre de la présentation Doses reçues par les patients lors des examens de dépistage

Plus en détail

INVAGINATION Intestinale aiguë. Dr Aaron VUNDA

INVAGINATION Intestinale aiguë. Dr Aaron VUNDA INVAGINATION Intestinale aiguë Dr Aaron VUNDA 1 Invagination DEFINITION: L invagination intestinale survient lorsqu un segment intestinal et son mésentère pénètrent dans l intestin d aval et s y incarcèrent

Plus en détail

Rapport du comité scientifique constitué par l INSPQ. Institut national de santé publique du Québec. septembre 2007

Rapport du comité scientifique constitué par l INSPQ. Institut national de santé publique du Québec. septembre 2007 revue systématique des études cliniques randomisées évaluant l efficacité du dépistage populationnel du cancer colorectal de la population à risque moyen Rapport du comité scientifique constitué par l

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge Suspicion de tumeur maligne rare de l ovaire Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie métastatique)

Plus en détail

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau?

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Personnalisation des traitements et du suivi des femmes mutées Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Viviane Feillel Institut Claudius Regaud 1 Mutations BRCA1/2: Quels risques? Risque

Plus en détail

Dysplasie et surveillance endoscopique dans les MICI. E Boueyre Cours de DES 4/03/2011

Dysplasie et surveillance endoscopique dans les MICI. E Boueyre Cours de DES 4/03/2011 Dysplasie et surveillance endoscopique dans les MICI E Boueyre Cours de DES 4/03/2011 Plan Épidémiologie Surveillance endoscopique Pourquoi? Lésions recherchées Rythme de surveillance Comment surveiller:

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON FICHE 1 : Le dépistage organisé du cancer du sein : pour les femmes de 50 à 74 ans Chaque année en France, ce sont près de 49 000 femmes chez qui un cancer

Plus en détail

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Dr Reto Auer, Dr Kevin Selby, Pr Jacques Cornuz, PMU Dr Jean-Luc Bulliard, IUMSP Dr Cristina Nichita, Pr Gian

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Centre de génétique, CHU Dijon

Centre de génétique, CHU Dijon Centre de génétique, CHU Dijon Premier test familial: toujours chez une personne symptoma6que Diagnos6c chez les apparentés: diagnos6c présymptoma6que 1 ère consulta6on d informa6on et prélèvement

Plus en détail

Incidence des cancers et polypes colorectaux dans le canton de Vaud, 1983-2007:

Incidence des cancers et polypes colorectaux dans le canton de Vaud, 1983-2007: Incidence des cancers et polypes colorectaux dans le canton de Vaud, 1983-2007: Tendances et déterminants Travail de Master 2009-10 Frédéric Bruchez Sous la direction du Dr PD MER Jean-Luc Bulliard Table

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé W. Hajlaoui, P. Dean, N. Hablani, I. Mahé-Halley, D. Sacko, R. Habachou, P. Armand, J. Albisetti.

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

POLYCOPIE MODULE OPTIONNEL PREVENTION & DEPISTAGE. Facteurs de risque, Prévention et Dépistage des cancers

POLYCOPIE MODULE OPTIONNEL PREVENTION & DEPISTAGE. Facteurs de risque, Prévention et Dépistage des cancers POLYCOPIE MODULE OPTIONNEL PREVENTION & DEPISTAGE PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS PAR LE MEDECIN GENERALISTE DCEM 3 Dr Gardon Objectifs d enseignement : Facteurs de risque, Prévention et Dépistage

Plus en détail

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien Dr Dugast catherine cc Dépistage de masse K sein chez mère 60 ans, nulliparité? Antécédent de hodgkin à 15 ans???? Quel est mon

Plus en détail

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS.

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. Ò LE RISQUE DEVIENT APPRÉCIABLE VERS 45 ANS ET AUGMENTE AVEC LES DÉCENNIES.

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Thierry PONCHON Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Connaître les différentes colorations Connaître les indications et leur niveau de preuve

Plus en détail

A propos d un cancer du rectum

A propos d un cancer du rectum A propos d un cancer du rectum L Cany B Carles P.E Chémaly J El Kohen L Prié Ph Santoni QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Monsieur R, 56 ans Syndrome rectal depuis trois

Plus en détail

8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE. Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone

8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE. Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone 8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone Cancers digestifs accessibles à un dépistage et une surveillance Cancer colo rectal Cancer de l œsophage: Adénocarcinome

Plus en détail

Aspects endoscopiques des polypes coliques

Aspects endoscopiques des polypes coliques Grande Ma)née de Forma)on Médicale Con)nue Déléga)on Régionale Ile de France de la Société Française de Radiologie «COLO SCAN» Aspects endoscopiques des polypes coliques Hôpital Cochin samedi 1 er octobre

Plus en détail

sémiologie radiologique des cancers et pré cancers colo rectaux

sémiologie radiologique des cancers et pré cancers colo rectaux sémiologie radiologique des cancers et pré cancers colo rectaux cancers colo rectaux épidémiologie D. Régent CHU Brabois adultes cancer digestif le plus fréquent en occident,mais aussi le plus accessible

Plus en détail

MALADIES DU FOIE ET DE L APPAREIL DIGESTIF. Docteur Philippe NAVARRO

MALADIES DU FOIE ET DE L APPAREIL DIGESTIF. Docteur Philippe NAVARRO MALADIES DU FOIE ET DE L APPAREIL DIGESTIF ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE Docteur Philippe NAVARRO ANCIEN INTERNE DES HOPITAUX CHEF DE CLINIQUE A LA FACULTE 13.1.12597.3.C ------ Les Terrasses de Bonneveine

Plus en détail

Dépistage du Cancer du Sein

Dépistage du Cancer du Sein Dépistage du Cancer du Sein Place des Techniques non Irradiantes Dr A. Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, Site Paris Radio Protection des Patients en Imagerie Médicale 13 Décembre 2011 Examen

Plus en détail

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE Validé le 23/02/2012 Réseau Onco-Poitou-Charentes 2 rue de la Milétrie - BP 577-86021 POITIERS cedex Tel : 05.49.44.37.70 Fax : 05.49.44.37.73

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal :

Dépistage du cancer colorectal : Dépistage du cancer colorectal : Quels enjeux? Robert Benamouzig Gastro-entérologie Hôpital Avicenne Bobigny Le cancer colorectal dans le monde 3ème cause de cancer Augmentation 1975 : 500 000 cas 1990

Plus en détail

Prof. Olivier CHAZOUILLERES

Prof. Olivier CHAZOUILLERES Prof. Olivier CHAZOUILLERES Cholangite sclérosante Savoir évoquer une cholangite sclérosante Savoir évoquer le diagnostic Connaître les différents traitements et les modalités de surveillance Conflits

Plus en détail

Cohorte TEAM-P Suivi des TIPMP des canaux secondaires PROTOCOLE www.teamp.org

Cohorte TEAM-P Suivi des TIPMP des canaux secondaires PROTOCOLE www.teamp.org Cohorte TEAM-P Suivi des TIPMP des canaux secondaires PROTOCOLE www.teamp.org Personne responsable de l étude Dr Vinciane Rebours Praticien Hospitalier Universitaire Hôpital Beaujon, service de Gastroentérologie-Pancréatologie

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail