LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau"

Transcription

1 LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau

2 Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques vers l adénocarcinome. Identifier les populations à risque. Discuter des diverses méthodes de dépistage. Se familiariser avec les intervalles de surveillance recommandés.

3 ÉPIDÉMIOLOGIE Fréquence ; 12% de tous les cancers # 3 après prostate, sein, poumons nouveaux cas / an au Québec décès / an au Québec Risque cumulatif a vie ; 6 % ( sein = 8 %) Risque; 2x q 7 ans > 50 ans Taux de mortalité; 25 / de population

4 DISTRIBUTION CCR

5 DÉVELOPPEMENT CCR

6 DÉVELOPPEMENT CCR

7 FACTEURS DE RISQUES Risque moyen; population générale > 50 ans (~ 6,0 %) Risque élevé ; patient avec (~ 6-14 %) atcd personnel d adénome ou CCR atcd familial 1 > > > 2 (adénome > 1 cm ou CCR) Risque très élevé; (~ > 10 %) MII 8-10 ans d évolution (~ %) polypose adénomateuse familiale syndrome Lynch

8 FACTEURS DE RISQUES Syndromes génétiques (autosomal D ) Polypose adénomateuse familiale; > 100 polypes dès l adolescence mutation gène APC sur chromosome 5 CCR < 40 ans Syndrome du CCR héréditaire sans polypose (HNPCC-Lynch); mutation 4 gènes sur chromosome 2,3,7 Critères (d Amsterdam); 3 membres d une famille avec cancer * sur 2 générations consécutives dont 1 est parent au 1 avec 2 autres et 1 < 50 ans * Endomètre, ovaires, pancréas, estomac, grêle, voies biliaires et urinaires

9 RÉPARTITION DU CCR 1 % polypose familiale 1 % MII 5 % HNPCC ( Lynch ) 18 % histoire familiale + 75 % sporadique!!!

10 PRÉVENTION PRIMAIRE contenu calorique fruits et légumes viandes rouges exercice gras tabac et alcool prévenir syndrome métabolique chimio-prévention? ASA-AINS, a. folique, hormonothérapie

11 MÉTHODES DE DÉPISTAGE Hémocult; détecte l activité peroxydase de l hb Faux (+) AINS, ASA > p.os die x < 7 jrs. vitamine C ou fruits/jus citrins x < 3 jrs. viandes rouges x < 3 jrs 3 spécimens q 1an Observance; 70% Sensibilité; 50 % VPP; 10% risque relatif de mortalité 15 % ( 8,5 décès CCR prévenus si sujets soumis au dépistage x 10 ans )

12 MÉTHODES DE DÉPISTAGE Sigmoidoscopie; 40 à 60 cm Retrouve % polypes retrouvés lors d une coloscopie longue. L hématest jumelé à la sigmoidoscopie méconnaît 24 % des lésions.

13 MÉTHODES DE DÉPISTAGE LAVEMENT BARYTÉ; Sensibilité; % polype > 1cm % polype cm % cancer

14

15 MÉTHODES DE DÉPISTAGE COLOSCOPIE; Pas d étude pour évaluer directement son efficacité pour réduire la mortalité mais moins de CCR chez pt ayant eu coloscopie (RR 0,61) polypectomie (RR 0,48) RR 33% de mortalité sensibilité; 90 % adénome 95 % cancer

16

17

18 RISQUES COLOSCOPIE Diagnostique ( échec 5% ) Coloscopie longue; perforation 1/1000-1/5000 courte; perforation 1/ Post polypectomie Perforation 0,5-1% Saignement 2 %

19 Dernières res méthodes m de dépistage du CCR Coloscopie virtuelle Test d ADN fécal Stoffel EM, Syngal S. Curr Opin Gastroenterol 2002;18:

20 MÉTHODES DE DÉPISTAGE Coloscopie virtuelle; Image numérisée du colon, reproduite à l aide des données de la tomodensitométrie abdominale. Préparation laxative nécessaire ainsi que insufflation air I/R. N est pas une option de dépistage retenue pour l instant, à perfectionner car prometteur.

21

22

23

24

25 MÉTHODES DE DÉPISTAGE ADN fécal ADN tumeur bien conservé dans les selles MAIS renouvellement entier de l épithélium colique q 3-4 jrs, soit 10¹º / jour se détachent et dans les selles 0,1-0,01 % du matériel génétique provient des coliques ( 99,9% origine des bactéries) De plus, seulement 1% de l ADN colique vient de la tumeur! et plusieurs mutations à rechercher. Sensibilité 53-70% Coût 790 $ / test

26 Sensibilité des dernières res méthodes de dépistaged Cancer Sensibilité du test Polypes de 6 à 9 mm Polypes > 10 mm Spécificité du test Coloscopie par TDM Test d ADN fécal % % % % % s/o % % Stoffel EM, Syngal S. Curr Opin Gastroenterol 2002;18:

27

28 SYMPTOMATOLOGIE; Polype; aucun CCR Colon gauche; calibre / fréquence /consistence selles Rectorragies Colon droit ; Anémie / masse

29 CLASSIFICATION

30 CLASSIFICATION

31

32 PRÉMISSES DE FAISABILITÉ Dépistage population risque moyen ans individus 10 ANS = individus/an - 10 % (trop malade) = individus/an - 25 % ( déjà passé ) = individus/an - 40 % ( non compliant ) = individus- examens/an ad si LBDC q 5 ans

33 COÛT $$ Québécois! COLO LBSC-DC Réalisés Non réalisés (2001) Coût annuel $/ an

34

35 Approche pour individu à haut risque Femme Femme et et homme homme Symptômes Symptômes + Examen Examen diagnostique diagnostique Asymptomatique Asymptomatique Age Age variable variable MAIS MAIS AF AF + 1 parent parent 1 avec 1 avec n éo éo ou ou polype polype < ans ans ou ou2 parents parents 1 avec 1 avec néo néo ou ou polype polype d âge d âge variable Coloscopie q 5 ans ans dès dès ans ans ou ou ans ans plus plus tôt tôt que que le le plus plus jeune jeune 1 parent parent 1 avec 1 avec n éo éo ou ou polype polype > ans ans ou ou2 parents parents 2 avec 2 avec néo néo ou ou polype polype d âge d âge variable? Coloscopie q ans ans (risque (risque moyen) mais mais débuter débuter àà40 40 ans ans 1 parent parent 2 ou 2 ou 3 3 Coloscopie selon selon risque risque moyen; moyen; q ans, ans, dès dès ans ans Et pour individu avec atcd personnel

36 PATIENTS RISQUE ÉLEVÉ (É-U) et Canada(post-polypectomie)

37 PATIENTS RISQUE TRÈS ÉLEVÉ (É-U et Canada)

38 RÉSUMÉ Forte prévalence Longue histoire pré-néoplasique silencieuse et décelable Lésion pré-néoplasique traitable Excellent taux de guérison dans les stades précoces Survie de 50 % à 5 ans lorque traité après l apparition de symptômes

39 CONCLUSIONS Programme québécois de lutte contre le CCR Risque moyen COURT TERME ( 1 an ); Sensibilisation MOYEN TERME ( 2-3 ans ); Débuter des projets pilotes LONG TERME ( 3-5 ans ); Débuter un programme provincial de dépistage du CCR A précicer rapport coût-efficacité et capacité du système de santé.

40 CONCLUSIONS Risque élevé; Identifier les individus à risque Proposer un dépistage Conjuguer avec craintes et préférence du patient

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques vers l adénocarcinome. Identifier

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL Le cancer colo-rectal (ccr) 3è cancer, 42000 cas/an 2è cause de décès après le cancer du poumon 17500/an (accidents de la route 3200 décès ) 1 homme/14 et

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne)

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Dépistage du Cancer Colorectal Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Epidémio des Kc Colorectaux 35000 nouveaux cas par an, mais mortalité stable. 10 à30 % de

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

La génétique en cancérologie: une démarche progressive

La génétique en cancérologie: une démarche progressive La génétique en cancérologie: une démarche progressive UCP: A partir d observations cliniques et/ou biologiques (âge, ATCDs) émettre une hypothèse diagnostique poser l indication d une consultation d oncogénétique

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE FICHE 61 TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE Risque moyen Sujet de plus de 50 ans CCR rare avant 50% (6%). Puis augmente H e m o c c u l t / 2 ans. Coloscopie si possible Risque

Plus en détail

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS.

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. Ò LE RISQUE DEVIENT APPRÉCIABLE VERS 45 ANS ET AUGMENTE AVEC LES DÉCENNIES.

Plus en détail

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Polyposes adénomateuses familiales 1% des cancers colo-rectaux

Plus en détail

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente Apprentissage Matériel et locaux adaptés Informations et ordonnances envoyées Indications

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

2. DEPISTAGE CANCER COLORECTAL. Que peut faire le généraliste? Dr Jean Michel Cereda FMH gastroentérologie/hépatologie Clinique de Valère Sierre/Sion

2. DEPISTAGE CANCER COLORECTAL. Que peut faire le généraliste? Dr Jean Michel Cereda FMH gastroentérologie/hépatologie Clinique de Valère Sierre/Sion 1.PREVENTION CANCER COLORECTAL 2. DEPISTAGE CANCER COLORECTAL Que peut faire le généraliste? Dr Jean Michel Cereda FMH gastroentérologie/hépatologie Clinique de Valère Sierre/Sion 1. Prévention cancer

Plus en détail

Le dépistage de masse du cancer colorectal

Le dépistage de masse du cancer colorectal Le dépistage de masse du cancer colorectal M. YCHOU C.R.L.C. Val d Aurelle CHU Monpellier Mortalité par cancer colorectal par région 36000 nouveaux cas 17000 décès annuels Hommes Femmes Conditions optimales

Plus en détail

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Taux pour 100 000 personnes années Dépistage du cancer colorectal en population générale (risque moyen) Taux d incidence du CCR 500 Population cible 450 400 350 300 250 200

Plus en détail

Les trois niveaux de prévention

Les trois niveaux de prévention Dépistage Les trois niveaux de prévention Que dépister? Facteurs étiologiques de maladie : causant la maladie Ex VIH pour le SIDA Facteurs de risque pour une maladie : induisant un accroissement de la

Plus en détail

le cancer de l intestin

le cancer de l intestin le cancer de l intestin Programme de dépistage en Communauté française www.cancerintestin.be Table des matières Introduction L adhésion des partenaires L engagement des gastro-entérologues 1. Le cancer

Plus en détail

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum Questions ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum [2005 dossier 7 : syndrome occlusif cancer du côlon- métastases hépatiques - 2007 dossier 2 : anémie ferriprive - cancer du côlon] QCM 1 : Au niveau épidémiologique,

Plus en détail

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Un K fréquent, mortel, guérissable dépendant du stade de découverte Donc dépistage organisé Résultats mitigés : participation,

Plus en détail

Formes familiales du cancer colorectal

Formes familiales du cancer colorectal Tlemcen, 05/05/06 Formes familiales du cancer colorectal Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré AP-HP épithélium! normal! cancer sporadique :! M1! M2! M3!... Mn! tumeur!

Plus en détail

Le Cancer. Colorectal

Le Cancer. Colorectal 1 Le Cancer Colorectal 2 SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE FACTEURS DE RISQUE DEPISTAGE DIAGNOSTIC BILAN D EXTENSION FACTEURS PRONOSTIQUES RECIDIVES SURVEILLANCE LE DEPISTAGE DE MASSE? 3 Epidémiologie 4 EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

Centre de génétique, CHU Dijon

Centre de génétique, CHU Dijon Centre de génétique, CHU Dijon Premier test familial: toujours chez une personne symptoma6que Diagnos6c chez les apparentés: diagnos6c présymptoma6que 1 ère consulta6on d informa6on et prélèvement

Plus en détail

Oncogénétique : où en sommes nous?

Oncogénétique : où en sommes nous? Oncogénétique : où en sommes nous? Docteur Elisabeth LUPORSI Centre d Investigation Clinique de Cancérologie (CICC) CHU- CAV Vandoeuvre les Nancy Nancy 24 octobre 2009 Centre d investigation Clinique Pierre

Plus en détail

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale 1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale Les cancers colorectaux : problème de santé publique par leur

Plus en détail

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées

ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées ONCOGENETIQUE ET CANCERS SEINS/OVAIRES Recommandations pour le suivi des personnes à haut risque: cas index et femmes apparentées Dr F. CARRE-PIGEON Groupe Courlancy Dr M. MOZELLE-NIVOIX Centre hospitalier

Plus en détail

POLYCOPIE MODULE OPTIONNEL PREVENTION & DEPISTAGE. Facteurs de risque, Prévention et Dépistage des cancers

POLYCOPIE MODULE OPTIONNEL PREVENTION & DEPISTAGE. Facteurs de risque, Prévention et Dépistage des cancers POLYCOPIE MODULE OPTIONNEL PREVENTION & DEPISTAGE PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS PAR LE MEDECIN GENERALISTE DCEM 3 Dr Gardon Objectifs d enseignement : Facteurs de risque, Prévention et Dépistage

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

Prédisposition génétique aux cancers

Prédisposition génétique aux cancers Prédisposition génétique aux cancers Plan de cours I-Introduction I-1 Fréquence des mutations I-2 Objectifs médicaux de l oncogénétique I-3 Rappels sur la prolifération cellulaire tumorale; la théorie

Plus en détail

Le cancer colorectal (CCR) est le deuxième cancer le

Le cancer colorectal (CCR) est le deuxième cancer le D une importance vitale! Gilles Jobin, MD, FRCPC, MSc Mise àj our Présenté dans le cadre de la conférence : Les 15 e Journées annuelles du Département de médecine, Université de Montréal, novembre 2006

Plus en détail

Syndrome de Lynch : les risques tumoraux

Syndrome de Lynch : les risques tumoraux Lille - 22/03/2013 Syndrome de Lynch : les risques tumoraux Valérie Bonadona, MD, PhD Centre Léon Bérard & CNRS UMR 5558 Lyon Le Syndrome de Lynch = Syndrome HNPCC (Hereditary Nonpolyposis Colorectal Cancer)

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques

Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques Intérêt du test RER Applications cliniques et thérapeutiques Atelier MMR / RER 26/04/2014 Dr Virginie Bubien Dr Emmanuelle Barouk-Simonet Unité d oncogénétique - Département de Biopathologie - Institut

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

LE CANCER DU COLON et du RECTUM

LE CANCER DU COLON et du RECTUM LE CANCER DU COLON et du RECTUM Quelle fréquence et gravité en France? Comment le dépister? Comment le prévenir? Qui est à risque? Service de Gastro Entérologie Nutrition Hôpital Rangueil CHU de Toulouse

Plus en détail

Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques

Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques Oncogénétique du cancer colorectal Pierre Laurent-Puig Hôpital Européen Georges Pompidou U775 Bases Moléculaires de la Réponse aux Xénobiotiques Les différentes prédispositions aux cancers colorectaux

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

XVI émes JPC Dr Samir Hochlaf 02 Octobre 2010

XVI émes JPC Dr Samir Hochlaf 02 Octobre 2010 XVI émes JPC Dr Samir Hochlaf 02 Octobre 2010 Données épidémiologiques Dans le monde : Incidence : 945 000 nouveaux cas/an Décès par CCR : 490 000/an En Europe: Incidence : 360 000 Décès par CCR : 200

Plus en détail

Contraception et risque génétique de cancer

Contraception et risque génétique de cancer Dr Emilie Faller, Dr Eric Bautrant, Centre l Avancée, Clinique AXIUM efaller@l-avancee.fr Contraception et risque génétique de cancer Plus de 100 millions de femmes dans le monde prennent la pilule 10%

Plus en détail

FONDATION VAUDOISE POUR LE DEPISTAGE DU CANCER (FVDC)

FONDATION VAUDOISE POUR LE DEPISTAGE DU CANCER (FVDC) FONDATION VAUDOISE POUR LE DEPISTAGE DU CANCER (FVDC) CAHIER DES CHARGES DES GASTROENTEROLOGUES VAUDOIS PARTICIPANT AU PROGRAMME VAUDOIS DE DEPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Auteurs : Jean-Luc Bulliard Jacques

Plus en détail

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil

TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil TEST MMR POUR TUMEURS COLIQUES EN PRATIQUE COURANTE? Karen LEROY Hôpital Henri Mondor, Créteil 47 Définition du phénotype MSI (MicroSatellite Instability) Environ 15% des cancers colo-rectaux présentent

Plus en détail

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin PARLONS CANCER Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin QUELQUES DONNÉES Selon l Association canadienne du cancer colorectal, le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par

Plus en détail

RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE. Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND

RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE. Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND RAPPELS DES CRITERES MOTIVANT UNE CONSULTATION D ONCOGENETIQUE Pr Y.-J. BIGNON Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin 63000 CLERMONT-FERRAND Le cancer du sein 1 000 000 nouveaux cas par an dans

Plus en détail

Apport de l oncogénétique en cancérologie digestive

Apport de l oncogénétique en cancérologie digestive Apport de l oncogénétique en cancérologie digestive Objectifs pédagogiques Quels patients doivent faire l objet d une prise en charge oncogénétique? Quelles sont les modalités de cette prise en charge?

Plus en détail

Guide de pratique clinique

Guide de pratique clinique Dépistage du cancer du côlon au Nouveau-Brunswick Guide de pratique clinique Réseau du cancer du Nouveau-Brunswick Ministère de la Santé Août 2013 Message des co-chefs de la direction du Réseau du cancer

Plus en détail

Cancers digestifs. Quand proposer une consultation d oncogénétique?

Cancers digestifs. Quand proposer une consultation d oncogénétique? FMC Chambéry Mercredi 25 février 2009 Cancers digestifs Quand proposer une consultation d oncogénétique? Berthelet olivier Service d hépato-gastro-entérologie CH de Chambéry Cas index Consultation d oncogénétique

Plus en détail

Prédispositions génétiques aux cancers

Prédispositions génétiques aux cancers CANCERS SEIN / OVAIRES tumorales du au moins 3 cas de cancer du sein chez des apparentés au 1 er ou 2 nd degré quel que soit l'âge 2 cas de cancer du sein dont 1 bilatéral au 1 er ou 2 nd degré quel que

Plus en détail

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin MICI et cancers Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin Généralités Espérance de vie Non différente de celle de la population générale Un peu réduite dans la MC Incidence globale et

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Dr Reto Auer, Dr Kevin Selby, Pr Jacques Cornuz, PMU Dr Jean-Luc Bulliard, IUMSP Dr Cristina Nichita, Pr Gian

Plus en détail

Doses reçues par les patients lors des examens de dépistages et évaluation du rapport bénéfice/risque. J. Stines

Doses reçues par les patients lors des examens de dépistages et évaluation du rapport bénéfice/risque. J. Stines Doses reçues par les patients lors des examens de dépistages et évaluation du rapport bénéfice/risque J. Stines Sous-titre de la présentation Doses reçues par les patients lors des examens de dépistage

Plus en détail

ONCOGENETIQUE. Analyses de situations où des anomalies génétiques prédisposent à différents cancers. Ce n est pas de la recherche

ONCOGENETIQUE. Analyses de situations où des anomalies génétiques prédisposent à différents cancers. Ce n est pas de la recherche ONCOGENETIQUE Analyses de situations où des anomalies génétiques prédisposent à différents cancers Ce n est pas de la recherche (message pour vos correspondants et les familles) 1 Prédisposition Génétique

Plus en détail

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien Dr Dugast catherine cc Dépistage de masse K sein chez mère 60 ans, nulliparité? Antécédent de hodgkin à 15 ans???? Quel est mon

Plus en détail

8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE. Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone

8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE. Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone 8 ièmes journées de cancérologie digestive PACA-CORSE Dr. P. GRANDVAL Hôpital de la Timone Cancers digestifs accessibles à un dépistage et une surveillance Cancer colo rectal Cancer de l œsophage: Adénocarcinome

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE Hôpitaux Universitaires de Genève CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE C. Stan, C. Delozier-Blanchet, M.-A. Bründler, J.-L. Blouin Incidence des cancers chez la femme à Genève 120 100 114 80 Sein 60 Côlon/Rectum

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16 RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 RAPPORT Au nom d un groupe de travail * émanant de la Commission I (Biologie) Dépistage organisé

Plus en détail

Le guide-santé du sportif

Le guide-santé du sportif que son rôle est lié à l apparition d un cancer, d une résistance ou d une potentialité métastasique, nous allons fabriquer des médicaments qui vont bloquer le rôle du gène. Ce n est plus le napalm qui

Plus en détail

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Anne Fajac Service Histologie-Biologie Tumorale, Hôpital Tenon Prédisposition héréditaire au cancer Mutation constitutionnelle Cancer héréditaire

Plus en détail

Les cancers digestifs à prédisposition familiale

Les cancers digestifs à prédisposition familiale Les cancers digestifs à prédisposition familiale Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy Formes familiales de cancer colorectal (CCR) Polypose adénomateuse familiale CCR à un âge médian

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

Les journées du Trocadéro

Les journées du Trocadéro Les journées du Trocadéro 21 Octobre 2014 lparois@club internet.fr Faut il avoir peur de ses patients? Dans quel cas sommes nous indéfendables? Cas n 1 a Mme O, âgée de 67 ans, consulte pour diarrhée chronique

Plus en détail

RÉDUISEZ VOTRE RISQUE DE CANCER

RÉDUISEZ VOTRE RISQUE DE CANCER Je suis heureuse de venir parler de prévention car les conseils de prévention devraient être l objet de davantage de «prescriptions» de la part des personnels de santé. Pour prévenir le cancer, tant que

Plus en détail

Incidence des cancers et polypes colorectaux dans le canton de Vaud, 1983-2007:

Incidence des cancers et polypes colorectaux dans le canton de Vaud, 1983-2007: Incidence des cancers et polypes colorectaux dans le canton de Vaud, 1983-2007: Tendances et déterminants Travail de Master 2009-10 Frédéric Bruchez Sous la direction du Dr PD MER Jean-Luc Bulliard Table

Plus en détail

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon?

Un dépistage précoce. est-il possible ou envisageable. pour le cancer primitif du poumon? Un dépistage précoce est-il possible ou envisageable pour le cancer primitif du poumon? Cancer primitif du poumon une fréquence majeure 40 000 nouveaux cas / an en France 2e cancer chez l'homme (après

Plus en détail

Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse

Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse Après Paris, Lyon, Marseille et Reims : Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse marché couvert Prévention du cancer colorectal : dépistage et diététique Contact : Dr Anne Bataillard 04 74 45

Plus en détail

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Rectorragies chez l enfant Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Journée de formation médicale continue Service de gastro-entérologie 23_10_2015 Objectifs Reconnaître un saignement digestif bas Évoquer

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives

Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives Vidéocapsule à tous les étages: VCE, VCO, VCC indications et perspectives Rémi Systchenko Les enjeux de la videocapsule Le grêle: mieux l explorer L œsophage et le colon: aussi bien voir que l endoscopie

Plus en détail

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Données épidémiologiques 2008 2009 2010 2011 Total 1707 1623 1809 1755

Plus en détail

ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé)

ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé) COLORATION ET/OU TATOUAGE DE LA PAROI DU TUBE DIGESTIF, AU COURS D'UNE ENDOSCOPIE DIAGNOSTIQUE (code : HZHE004 sous-chapitre : 18.02.07.03) ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé) MAI 2006 Service évaluation des

Plus en détail

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal SYMPOSIUM SCIENTIFIQUE Coloscopie de pre vention du cancer colorectal Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal Pr. Christophe Cellier Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes Vieillissement : et conséquences médicales et sociales Professeur Pierre JOUANNY Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes La vieillesse Qu est-ce qu un sujet âgé? Définitions variables selon les besoins

Plus en détail

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Definition : prédisposition au cancer colorectal, Endomètre, ovaire, voies urinaires, estomac, grêle, dermatologique, biliaire, SNC Mutation

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

Coloscopie de prévention et de dépistage en 2016 : la position de la SFED

Coloscopie de prévention et de dépistage en 2016 : la position de la SFED Vidéo-Digest 2016-3 -5 novembre, Palais des Congrès de Paris Etat de l Art en Endoscopie Coloscopie de prévention et de dépistage en 2016 : la position de la SFED Dr Denis Heresbach, Centre Hospitalier

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

Quelles recommandations?

Quelles recommandations? Face au cancer vous êtes bien entourés DATE D EDITION : NOVEMBRE 2015 RÉSEAU D'ONCOLOGIE LIBÉRALE DE LA MÉTROPOLE LILLOISE LE DEPISTAGE DES CANCERS Quelles recommandations? Plaquette élaborée par les médecins

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse r Orlando, le 2 juin 2009 Roche-EDIFICE : de nouvelles données publiées dans le cadre du congrès de l ASCO confirment l intérêt d un programme structuré de dépistage systématique dans

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée

Plus en détail

ONCOGENETIQUE ET JEUNES ADULTES. Unité d Oncogénétique TD Nguyen, AM Savoye, P Guilbert, C Delvincourt, O Beaudoux

ONCOGENETIQUE ET JEUNES ADULTES. Unité d Oncogénétique TD Nguyen, AM Savoye, P Guilbert, C Delvincourt, O Beaudoux ONCOGENETIQUE ET JEUNES ADULTES Unité d Oncogénétique TD Nguyen, AM Savoye, P Guilbert, C Delvincourt, O Beaudoux Les problématiques Adulte jeune atteint : le cas index Quel type de consultation? Quelle

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

Préven'on Récidive Cancer du Sein. Dr CALLA Oncologue CH Manosque- Parc Rambot

Préven'on Récidive Cancer du Sein. Dr CALLA Oncologue CH Manosque- Parc Rambot Préven'on Récidive Cancer du Sein Dr CALLA Oncologue CH Manosque- Parc Rambot Facteurs de Risque Age: Inférieur à 35 ans Taille: Supérieure à 20mm Mul'focalité Embols Vasculaires Marges Statut Ganglionnaire

Plus en détail

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau?

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Personnalisation des traitements et du suivi des femmes mutées Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Viviane Feillel Institut Claudius Regaud 1 Mutations BRCA1/2: Quels risques? Risque

Plus en détail

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie.

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie. Cancer Colorectal Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage 1 Traitement : Chimiothérapie Thérapies ciblées Cancer Colorectal EPIDEMIOLOGIE 2 CCR 3 ème cause de

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Généralités 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 138,5 /100 000 11 700 décès /cancer du sein /an Taux brut : 38,5 /100 000 35,7%

Plus en détail

La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge. Preventie en screening binnen het Kankerplan. Anne Vandenbroucke Guido Van Hal

La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge. Preventie en screening binnen het Kankerplan. Anne Vandenbroucke Guido Van Hal La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge Preventie en screening binnen het Kankerplan Anne Vandenbroucke Guido Van Hal Action 2 : dépistage et accompagnement des personnes à risque

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum (gros intestin qui va de l intestin grêle à l anus)

Plus en détail

Oncogénétique et cancers digestifs Les indications de la consultation d oncogénétique. Dr Gaillard CHU Reims 2 octobre 2015

Oncogénétique et cancers digestifs Les indications de la consultation d oncogénétique. Dr Gaillard CHU Reims 2 octobre 2015 Oncogénétique et cancers digestifs Les indications de la consultation d oncogénétique Dr Gaillard CHU Reims 2 octobre 2015 Indications de la consultation d oncogénétique Cancers digestifs (colo-rectaux:

Plus en détail