Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du Prévention des cancers digestifs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs"

Transcription

1 Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance LE RAINCY Tél VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du Prévention des cancers digestifs Le cancer est une maladie décrite depuis l'antiquité. C'est le médecin grec Hippocrate qui, en comparant les tumeurs à un crabe, leur a donné pour la première fois le nom grec de «karkinos». La comparaison est justifiée par l'aspect de certaines tumeurs, dont les prolongements rappellent les pattes de l'animal. Sur le plan biologique, le cancer résulte de la survenue d'un dysfonctionnement au niveau de certaines cellules de l'organisme. Celles-ci se mettent à se multiplier de manière anarchique d'abord localement, puis dans le tissu avoisinant, puis à distance où elles forment des métastases Longtemps, le cancer a été une maladie incurable. Aujourd'hui, grâce aux progrès de la médecine et à la prévention, nombre de cancers sont guéris. 1) Tabac Cancer de l œsophage L'arrêt du tabac est toujours bénéfique pour la santé, quelle que soit la quantité de tabac consommée et la durée de consommation. Plus on l'arrête tôt plus vite on diminue son risque de cancer, en particulier du poumon. 2) Alcool

2 Limiter sa consommation d'alcool. Pour réduire efficacement le risque de développer un cancer lié à l alcool en particulier un cancer des voies aérodigestives, il est recommandé de limiter non seulement la quantité d'alcool bue à chaque occasion de consommation, mais aussi la fréquence de ces occasions. Il faut environ 10 ans d arrêt de la consommation d alcool pour voir ce risque diminuer. Après 20 ans d arrêt, ce risque ne diffère plus significativement de celui des personnes qui n ont jamais bu. Une consommation d alcool supérieure à 40 g d alcool pur par jour chez l homme, et 30 g d alcool pur par jour chez la femme, accroît de façon exponentielle le risque de développer une maladie liée à l alcool. On considère que dans les débits de boissons, la quantité servie en Whisky, en vin, arak, en bière, équivaut à 10 g d alcool pur. 3) Reflux gastro-œsophagien Sensation de chaleur derrière le sternum, difficultés à avaler, douleur du creux épigastrique : consultation du médecin en vue d un traitement et d une fibroscopie gastrique. 4) Obésité C est l indice de masse corporelle (IMC) qui est utilisée pour quantifier l obésité. Cet indice est le plus souvent marqué dans les revues sous la traduction anglaise B.M.I. (Body Mass Index). L indice de masse corporelle est le rapport poids / taille². Obésité : si IMC > 30 kg/m². Surpoids : si IMC > 25 < 30 Kg/m². Cancer gastrique - Réalisation d une fibroscopie gastrique à partir de 40 ans en cas de symptômes : douleur au-dessus de l ombilic, nausées. - Recherche et éradication Helicobacter pylori en cas d ATCD personnel ou familial de cancer gastrique avant l âge de 40 ans et ou du sein. Conseils alimentaires

3 limiter les charcuteries, limiter la consommation de sel : le sel de table, le sel de cuisson et les aliments conservés par salaison favorisent le cancer de l estomac, laver les fruits et les légumes avant de leur consommation pour éliminer les pesticides, ne pas consommer les aliments calcinés (grillades ). La préparation des aliments au four à microondes n a pas d impact sur le risque de cancer. L aspartame n est pas considéré cancérigène Cancer colorectal Le cancer colorectal est le 3e cancer le plus fréquent chez l homme (après la prostate, le poumon) et le 2e chez la femme (après le sein). Il touche chaque année en France : hommes et femmes. Il est la 2e cause de mortalité par cancer en France et la 1re après l âge de 85 ans. Il touche des personnes de plus de 50 ans dans 95 % des cas avec un âge moyen au moment du diagnostic de 70 ans chez les hommes et de 73 ans chez les femmes. C est un cancer de bon pronostic lorsqu il est découvert à un stade précoce : la survie relative à 5 ans est : - de 91 % pour les stades localisés, - de 70 % pour les stades avec envahissement locorégional, - de 11 % dans les situations métastatiques qui représentent en moyenne 25 % des patients au moment du diagnostic. Le taux de mortalité par cancer colorectal a diminué ces 20 dernières années, grâce aux progrès réalisés en matière de dépistage, de prise en charge (précocité du diagnostic et amélioration des modalités thérapeutiques). Environ décès annuels lui sont imputables (près de 11 % des décès par cancer).

4 Ce cancer doit être évoqué devant des rectorragies (émission du sang par l anus), un changement du transit digestif, une anémie, des symptômes digestifs Inhabituels, des douleurs abdominales. Il se développe à partir d un polype adénomateux (60 à 80 % des cas) ou plus rarement sous une forme plane, plus difficile à détecter. La prévalence des adénomes est : 7 % entre 45 et 49 ans 15 % entre 50 et 59 ans 20 % entre 60 et 69 ans On estime une période de 10 ans entre le commencement du polype et sa transformation en cancer. Facteurs de risque : A) La consommation excessive de viande rouge, de charcuterie, de boissons alcoolisées, la sédentarité (risque de survenue d un cancer colorectal réduit de 50 % chez les personnes exerçant une forte activité physique et augmentation de 33 % du risque de cancer colorectal chez une personne obèse (IMC > 30), le tabagisme. Il est recommandé de : limiter la consommation de viande rouge à moins de 500 g par semaine, limiter les charcuteries, consommer au moins 5 fruits et légumes par jour, soit 400 g privilégier les aliments complets, qui sont riches en fibres (riz, pâtes, céréales ), limiter les boissons alcoolisées, stopper le tabagisme, préférer les aliments à faible densité énergétique, comme les fruits et les légumes, aux aliments trop riches en graisses, en sucre et/ou en sel, pratiquer une activité physique régulière, c est-à-dire au moins 30 minutes d activité physique d intensité modérée à élevée, comme de la marche rapide, et limiter les activités sédentaires comme l ordinateur ou la télévision, surveiller son poids de façon régulière, c est-à-dire au moins une fois par mois.

5 B) Prédisposition familiale Les patients à risque élevé de cancer colorectal (15 % des cas) On considère que certaines personnes présentent un risque de cancer colorectal plus élevé que la moyenne en raison d'antécédents personnels ou familiaux: patients ayant un antécédent personnel de cancer colorectal ou de polype du colon, patients dont un parent au premier degré (père, mère, frère, sœur, enfant) a été atteint d'un cancer colorectal ou de polype du colon, patients atteints d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin depuis plus de 20 ans. Ces personnes présentent 4 à 10 fois plus de risques de développer un cancer colorectal que celles à risque moyen. La méthode de dépistage préconisée pour elles est la coloscopie. Les patients à risque très élevé de cancer colorectal (5 % des cas) Certaines altérations génétiques constitutionnelles peuvent favoriser la survenue d'un cancer. Elles exposent donc les personnes qui en sont porteuses à un risque considéré comme «très élevé» de développer un cancer, colorectal par exemple. C'est particulièrement le cas au sein de familles touchées par : une polypose adénomateuse familiale (PAF) 1% : pathologie à transmission autosomique dominante, caractérisée par la présence de nombreux polypes (plus de 15 polypes synchrones ou métachrones) dans le tube digestif et par mutations des gènes APC (gêne suppresseur) ou MYH (protéine de contrôle de la réparation), le syndrome de Lynch ou syndrome HNPCC : 3 à 4 %. C est un cancer colorectal héréditaire non polyposique lié à des mutations des gènes MMR qui contrôlent la réparation des

6 erreurs de multiplication de l ADN. Certains cancers s y apparentent : cancer de l utérus, de l intestin grêle de l uretère et du rein. Quelques critères peuvent évoquer de telles prédispositions génétiques : Survenue du cancer avant 50 ans voire avant 60 ans, plusieurs cas de cancers colorectaux dans la même branche familiale, quel que soit l'âge des patients au moment du diagnostic la présence de cancers multiples du côlon, apparus en même temps ou de façon différée et qui ne sont ni des rechutes, ni des métastases. Le dépistage nécessite coloscopie et consultation génétique. La consultation d'oncogénétique s'adresse aux personnes, malades ou non, dont les antécédents médicaux, personnels et/ou familiaux sont évocateurs d'une forme héréditaire de cancer. Dans la mesure du possible, la première consultation concerne plus particulièrement un patient ayant développé un cancer. Elle consiste à recueillir les informations médicales du patient, à reconstituer son histoire personnelle et familiale, à construire l'arbre généalogique de la famille puis, au regard de l'ensemble de ces informations, à évaluer le risque potentiel de cancer du patient et à prescrire un test génétique. Il est réalisé à partir d'une simple prise de sang. C) les patients à risque moyen de cancer colorectal (80 % des cas) C est la population générale. Toute personne âgée de 50 à 74 ans, sans histoire personnelle ou familiale de maladie digestive (polype ou cancer colorectal) et ne présentant pas de symptôme évocateur est considérée comme «à risque moyen». Elle est éligible au programme de dépistage organisé du cancer colorectal par le nouveau test immunologique OC Sensor, disponible depuis septembre Ce nouveau test repose sur la détection de la présence d'hémoglobine humaine dans

7 les selles grâce à l'utilisation d'anticorps. Il est plus performant que le précédent Hémoccult, plus fiable et plus facile à réaliser : Un seul prélèvement est suffisant. Il devrait ainsi permettre d'augmenter la participation au programme de dépistage. IL EST REMIS AUX PERSONNES DE 50 à 74 ANS. IL EST DISPONIBLE AUPRES DES MEDECINS GENERALISTES. Quad le résultat est positif, il est complété par une coloscopie. Quand il est négatif, il est répété tous les 2 ans. Malgré un test négatif, l apparition de signes d alertes incite à une consultation : - la présence de sang rouge ou noir dans les selles (rectorragies), - des douleurs abdominales persistantes et d'apparition récente, - des troubles du transit persistants et d'apparition récente : diarrhée, constipation ou une alternance de ces états, - un amaigrissement inexpliqué. Internet : Inca comprendre prévenir dépister se faire dépister dépistage du cancer colorectal le test immunologvique en image. Remarque : La vidéocapsule et le Coloscanner: permettent de voir la présence ou non de polype sans pouvoir l enlever. L existence d un polype impose la réalisation d une coloscopie.

8 Cancer du foie Il se développe sur une cirrhose causée par l alcool, le virus B, C et/ou l accumulation du fer dans le foie (hémochromatose). Le dépistage repose sur une prise de sang pour rechercher un alcoolisme chronique, une cirrhose virale B, C et de la surcharge en fer. Cancer du Pancréas C est le cancer le plus grave. Il est peu héréditaire. Le scanner ou l IRM sont les examens de référence. Cancer de l anus Il se manifeste par de douleurs anales et surtout l émission de sang. Le toucher rectal est l examen de référence pour le dépister

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

Informations sur le cancer de l intestin

Informations sur le cancer de l intestin Informations sur le cancer de l intestin Le cancer de l intestin fait partie des affections malignes les plus fréquentes et représente la deuxième cause de mortalité par cancer en Suisse. Cette maladie

Plus en détail

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER MERCI Nous vous remercions de lire ce support d information! Notre objectif est de vous aider à comprendre comment prévenir

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin PARLONS CANCER Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin QUELQUES DONNÉES Selon l Association canadienne du cancer colorectal, le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par

Plus en détail

Formes familiales du cancer colorectal

Formes familiales du cancer colorectal Tlemcen, 05/05/06 Formes familiales du cancer colorectal Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré AP-HP épithélium! normal! cancer sporadique :! M1! M2! M3!... Mn! tumeur!

Plus en détail

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique

Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Cancers gynécologiques (endomètre ovaire) d origine génétique Anne Fajac Service Histologie-Biologie Tumorale, Hôpital Tenon Prédisposition héréditaire au cancer Mutation constitutionnelle Cancer héréditaire

Plus en détail

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille Le Syndrome de Lynch Brochure d info pour les patients et leur famille Table des matières Introduction... 3 Le cancer colorectal... 4 Le cancer colorectal héréditaire: syndrome de Lynch... 5 Risque de

Plus en détail

Prédisposition génétique aux cancers

Prédisposition génétique aux cancers Prédisposition génétique aux cancers Plan de cours I-Introduction I-1 Fréquence des mutations I-2 Objectifs médicaux de l oncogénétique I-3 Rappels sur la prolifération cellulaire tumorale; la théorie

Plus en détail

Les cancers digestifs à prédisposition familiale

Les cancers digestifs à prédisposition familiale Les cancers digestifs à prédisposition familiale Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy Formes familiales de cancer colorectal (CCR) Polypose adénomateuse familiale CCR à un âge médian

Plus en détail

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention NUTRITION & CANCERS Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention 2 NUTRITION ET PRÉVENTION DES CANCERS FACTEURS AUGMENTANT LE RISQUE DE

Plus en détail

Idées reçues ou vérités?

Idées reçues ou vérités? Sous le haut patronage et en présence du président de la République 1 re convention de la société face au cancer Ligue contre le cancer dimanche 23 novembre 2008 à la Grande Arche de la Défense Idées reçues

Plus en détail

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique PAGES SPÉCIALES N 9421 JEUDI 18 JUIN 2015 mise au point Retrouvez en ligne sur www.lequotidiendumedecin.fr Dépistage du CCR : Place au test immunologique CAS CLINIQUES INTERACTIFS 1 2 3 CCR, 2 e cause

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

Prédispositions génétiques aux cancers

Prédispositions génétiques aux cancers CANCERS SEIN / OVAIRES tumorales du au moins 3 cas de cancer du sein chez des apparentés au 1 er ou 2 nd degré quel que soit l'âge 2 cas de cancer du sein dont 1 bilatéral au 1 er ou 2 nd degré quel que

Plus en détail

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch L Introduction ES cancers du côlon et du rectum sont la seconde cause de décès par cancer dans les pays développés. En France, environ 42 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, dont 40 % vont

Plus en détail

6 e FORUM PATIENTS. sur la prise en charge du cancer du côlon et du rectum. La fondation A.R.CA.D Aide et Recherche en CAncérologie Digestive

6 e FORUM PATIENTS. sur la prise en charge du cancer du côlon et du rectum. La fondation A.R.CA.D Aide et Recherche en CAncérologie Digestive DOSSIER DE PRESSE Mars Mai 2014 La fondation A.R.CA.D Aide et Recherche en CAncérologie Digestive Le 6 e FORUM PATIENTS sur la prise en charge du cancer du côlon et du rectum COMMUNIQUÉ D INTRODUCTION

Plus en détail

Chapitre 14 Oncogénétique digestive

Chapitre 14 Oncogénétique digestive Chapitre 14 Oncogénétique digestive 1. Place des gènes en oncologie générale 2. Carcinogenèse colorectale 3. Maladie génétique à transmission dominante 4. Exemples de prédispositions génétiques aux cancers

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du foie Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Mars 2009 Les cancers du côlon et du rectum Le côlon est

Plus en détail

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL 11 septembre 2015 DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Nouveau test, nouvelle organisation 1 Communiqué 11 septembre 2015 Dépistage organisé du cancer colorectal Nouveau test, nouvelle organisation

Plus en détail

Comment prévenir le cancer. Page 20

Comment prévenir le cancer. Page 20 Comment prévenir le cancer Page 20 TABLE DES MATIÈRES Comment prévenir le cancer? 3 Qu est-ce que le cancer? 4 Qu est-ce qui cause le cancer? 4 LES RECOMMANDATIONS POUR LA PRÉVENTION DU CANCER 1. Maintenir

Plus en détail

Nous sommes tous concernés par la maladie lorsqu elle frappe. Il nous faut l être également en amont, dans la prévention.

Nous sommes tous concernés par la maladie lorsqu elle frappe. Il nous faut l être également en amont, dans la prévention. Mars Bleu Mars est le mois de la promotion du dépistage organisé du cancer colorectal. Il faut le rappeler, il est le 2 ème cancer tueur après le cancer du poumon. Contrairement au cancer du poumon, celui

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE Hôpitaux Universitaires de Genève CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE C. Stan, C. Delozier-Blanchet, M.-A. Bründler, J.-L. Blouin Incidence des cancers chez la femme à Genève 120 100 114 80 Sein 60 Côlon/Rectum

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie

Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie 2015 marque une véritable avancée dans le dépistage du cancer colorectal avec la mise à disposition, depuis le mois d avril, d un

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Chez l'adulte moyen, il fait 25 cm à 30 cm (10 po à 14 po) de long et environ 2 cm (moins d'un pouce) de large. L'œsophage est constitué

Plus en détail

Dépistage et prévention du cancer colorectal

Dépistage et prévention du cancer colorectal Dépistage et prévention du cancer colorectal Actualisation du référentiel de pratiques de l'examen périodique de santé (EPS) Juin 2013 État des connaissances sur le cancer colorectal Données épidémiologiques,

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Anémie, carence en vitamines B12 et B9

Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Introduction Le sang contient trois types de cellules différents. Les globules blancs défendent le corps contre les infections, les globules rouges transportent l'oxygène

Plus en détail

Mars bleu, mois de mobilisation contre le cancer colorectal

Mars bleu, mois de mobilisation contre le cancer colorectal Dossier de presse Mars bleu, mois de mobilisation contre le cancer colorectal La fondation A.R.CA.D organise, avec le soutien de Roche, son 7 ème Forum Patients pour favoriser les échanges entre patients,

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Rappels : troubles fonctionnels intestinaux Score diagnostique : les critères de Rome

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie de Crohn

La prise en charge de votre maladie de Crohn G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie de Crohn Vivre avec une maladie de Crohn Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit 31, AVENUE DE L ABBAYE 91330 YERRES 01 69 48 48 13 INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit Madame, Monsieur, Cette brochure est destinée à répondre à la plupart

Plus en détail

Assurer les cancers gastrique et colorectal en 2012. SCOR inform - Décembre 2012

Assurer les cancers gastrique et colorectal en 2012. SCOR inform - Décembre 2012 Assurer les cancers gastrique et colorectal en 2012 SCOR inform - Décembre 2012 Assurer les cancers gastrique et colorectal en 2012 Auteur Dominique Lannes Médecin-Conseil SCOR Global Life Responsable

Plus en détail

COMMENT EVITER LE CANCER

COMMENT EVITER LE CANCER COMMENT EVITER LE CANCER Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin, BP 392 63000 Clermont-Ferrand FRANCE Yves-jean.bignon@cjp.fr QU EST-CE QUE LE CANCER? Immortalité Clonalité Invasivité Génétique

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications > 15 e Journée de Réflexion < sur l Endoscopie Digestive en France Samedi 26 janvier 2013 Paris, Eurosites Georges V Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications Docteur Gilles Lesur, Boulogne-Billancourt

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer du rein Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer du rein, son

Plus en détail

Chapitre 3. La digestion des aliments et le devenir des nutriments

Chapitre 3. La digestion des aliments et le devenir des nutriments Chapitre 3 La digestion des aliments et le devenir des nutriments Rappels : Les organes ont besoin de dioxygène et de nutriments pour produire l énergie nécessaire à leur fonctionnement. Les nutriments

Plus en détail

Février 2013 NEWSLETTER 96 MICROBIOTIQUE. Expédié par www.lamacrobiotique.com

Février 2013 NEWSLETTER 96 MICROBIOTIQUE. Expédié par www.lamacrobiotique.com Février 2013 NEWSLETTER 96 MICROBIOTIQUE Expédié par www.lamacrobiotique.com MICROBIOTIQUE Les scientifiques viennent de découvrir le microbiote un nouvel organe, non pas composé cellules humaines, mais

Plus en détail

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE Votre médecin vous a prescrit une coloscopie. Afin que vous soyez parfaitement informé(e) sur l examen, ses indications, sa préparation indispensable, etc., nous

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments.

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Nous savons que nos organes utilisent le dioxygène, mais aussi les nutriments contenus dans le sang, pour fabriquer l énergie dont ils

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Qu est-ce qu une tumeur stromale gastro-intestinale?

Qu est-ce qu une tumeur stromale gastro-intestinale? Qu est-ce qu une tumeur stromale gastro-intestinale? La tumeur stromale gastro-intestinale est une forme rare de cancer qui se développe dans le tube digestif (ou tractus gastro-intestinal). On l appelle

Plus en détail

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble)

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Jeanne 23 ans, étudiante, fumeuse, appendicectomisée Tableau de TFI depuis 3 ans Mais : amaigrissement de 5 kgs en 3 mois état subfébril le soir 6 selles liquides

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal :

Dépistage du cancer colorectal : Dépistage du cancer colorectal : Quels enjeux? Robert Benamouzig Gastro-entérologie Hôpital Avicenne Bobigny Le cancer colorectal dans le monde 3ème cause de cancer Augmentation 1975 : 500 000 cas 1990

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Dr Bruno BUECHER - Institut Curie & HEGP - Paris

Dr Bruno BUECHER - Institut Curie & HEGP - Paris Dr Bruno BUECHER - Institut Curie & HEGP - Paris 5èmes rencontres du Réseau ONCO 28 Chartres 15 Octobre 2009 Les formes héréditaires des cancers Généralités Bases moléculaires Les arguments du diagnostic

Plus en détail

NUTRITION ET PLONGEE (en hivers entre autre )

NUTRITION ET PLONGEE (en hivers entre autre ) NUTRITION ET PLONGEE (en hivers entre autre ) PRINCIPES Ca se prépare. Quand? Tout au long de sa vie Bien sur, on ne peut manger n importe comment en général, se réveiller le jour de son super weekend

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Questions éthiques : prédispositions génétiques aux cancers. Intervenant : Catherine BONAÏTI-PELLIE Modérateur : Régis AUBRY

Questions éthiques : prédispositions génétiques aux cancers. Intervenant : Catherine BONAÏTI-PELLIE Modérateur : Régis AUBRY Questions éthiques : prédispositions génétiques aux cancers Intervenant : Catherine BONAÏTI-PELLIE Modérateur : Régis AUBRY Besançon-UFR SMP Mardi 17 mars 2015 L'existence de gènes de prédisposition au

Plus en détail

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T À l attention du bénéficiaire : BILAN SANTÉ RETRAITE AUTO-QUESTIONNAIRE Ce questionnaire servira de fil conducteur à la consultation avec votre médecin traitant. À l issue de l entretien, vous pouvez soit

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la prostate Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2

COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2 COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2 LE SYSTÈME DIGESTIF CHEZ L HUMAIN QUESTIONNAIRE GILLES MERCIER CEA BELLECHASSE MAI

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Un aliment idéal pour garder un corps très sain, avec la capacité d'aider le corps à brûler des graisses!

Un aliment idéal pour garder un corps très sain, avec la capacité d'aider le corps à brûler des graisses! Un aliment idéal pour garder un corps très sain, avec la capacité d'aider le corps à brûler des graisses! Gingembre Vous savez probablement déjà que certaines herbes et épices sont quelques-unes des plus

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

Syndromes de prédisposition aux

Syndromes de prédisposition aux Syndromes de prédisposition aux tumeurs cérébralesc Phacomatoses : NF1, NF2, Syndrome de Li-Fraumeni Syndrome de Gorlin Mutations de SUFU Syndrome de prédisposition aux tumeurs rhabdoïdes des Syndrome

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Séquence 6. Avant de continuer plus avant, rappelons le problème scientifique posé lors de la séance précédente :

Séquence 6. Avant de continuer plus avant, rappelons le problème scientifique posé lors de la séance précédente : Sommaire Séquence 6 Avant de continuer plus avant, rappelons le problème scientifique posé lors de la séance précédente : Comment expliquer l approvisionnement des organes en nutriments par le sang? Tu

Plus en détail

36 % à 80% des patients atteints de

36 % à 80% des patients atteints de Nutrition et Cancer au quotidien Réseau onco Vannes 18 octobre 2012 Objectif : Éviter la dénutrition 36 % à 80% des patients atteints de cancer sont dénutris. 5 à 25 % de décès dus à la dénutrition et

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

LES BIOMOLÉCULES DE NOS ALIMENTS

LES BIOMOLÉCULES DE NOS ALIMENTS 3 Objectifs : LES BIOMOLÉCULES DE NOS ALIMENTS la structure des polymères sera présentée schématiquement à partir d'exemples de glucides et de protéines définir le terme dimère à partir d'exemples glucidiques

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale

La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale La génomique des cancers en 2015 Est-elle utile en pratique? Dr Corina Martinez Mena Oncologie Médicale Définitions Historique Génomique dans le cancer du sein Utilité Problèmes Futur Chaque personne:

Plus en détail

Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu

Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu Quand des cellules normales sont endommagées et qu'elles ne peuvent pas être soignées, elles meurent : c'est l'apoptose. Les cellules cancéreuses ne meurent

Plus en détail

La Santé en mangeant et en bougeant. Muriel Bégueria Diététicienne 14 rue Puech Bérenguier 81000 Albi Tel 0687554444 murieldiet.jimdo.

La Santé en mangeant et en bougeant. Muriel Bégueria Diététicienne 14 rue Puech Bérenguier 81000 Albi Tel 0687554444 murieldiet.jimdo. La Santé en mangeant et en bougeant Muriel Bégueria Diététicienne 14 rue Puech Bérenguier 81000 Albi Tel 0687554444 murieldiet.jimdo.com MANGER POUR RESTER EN BONNE SANTE ET POUR SE FAIRE PLAISIR Construisons

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

Cancers digestifs et alimentation. M Beauchant Mars 2012

Cancers digestifs et alimentation. M Beauchant Mars 2012 Cancers digestifs et alimentation M Beauchant Mars 2012 Introduction n Le cancer : première cause de décès après 65 ans, avec un coût économique très élevé n De nombreux facteurs interviennent : Prédisposition

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Comprendre le CANCER DU CÔLON

Comprendre le CANCER DU CÔLON Comprendre le Qu est-ce que le cancer du côlon? Le cancer du côlon est une maladie qui se caractérise par des cellules cancéreuses se formant sur la paroi du gros intestin (côlon) la partie de votre système

Plus en détail

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne?

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne? HépatiteC n 4 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Pourquoi faut-il que je me soigne? Sommaire ( Pourquoi faut-il que je me soigne? 1 2 3 Le virus qui m a infecté : un ennemi pour mon foie L

Plus en détail

cancers du sein et de l ovairel

cancers du sein et de l ovairel Prédispositions héréditaires h aux cancers du sein et de l ovairel 1ère Journée Médicale Calédonienne E.Camus JUIN 2012 17q21 2cM BRCA1 King, 1990 BCLC, 1993 Skolnick, 1994 13q12 BRCA2 Stratton, 1994 Stratton,

Plus en détail

Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic

Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer du pancréas Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fissure anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER Chirurgie de L Obésité Pr Ibrahim DAGHER Evolution de la Chirurgie Leçon d'anatomie Dr Nicolaes Tulp 1632 La Haye - Mauritshuis Museum Nouvelles technologies chirurgicales Evolution de la Chirurgie Les

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

C comme Cirrhose. être hépatant7. apprendre à vivre avec une cirrhose

C comme Cirrhose. être hépatant7. apprendre à vivre avec une cirrhose BROCHURE BLEUE comprendre et m adapter aux différentes situations de la maladie être hépatant7 C comme Cirrhose apprendre à vivre avec une cirrhose Nous voulons informer sur l hépatite C, lutter pour une

Plus en détail

Cancérogenèse. 6,5%: les trois mutations 38,7% une seule de ces mutations 27,1% APC et P53 61,3% P53 (chrom17)

Cancérogenèse. 6,5%: les trois mutations 38,7% une seule de ces mutations 27,1% APC et P53 61,3% P53 (chrom17) CANCER COLO-RECTAL Second cancer le plus fréquent. Âge moyen 70 ans. Plus de 36 000 nouveaux cas par an 50-60% de survie à 5 ans. Au stade II: 34% de récurrences. La chimiothérapie est prescrite dans 90

Plus en détail

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Au cours de la dernière décennie

Plus en détail

Une polypose peut cacher

Une polypose peut cacher Une polypose peut cacher une mucoviscidose Journées DES 6 et 7 mars 2009 E.MEZGUELDI Service de pneumologie du Pr BELLON C est l histoire d Anton, né le 18/08/1997 ATCD perso : né à 40 SA PN = 3290g taille

Plus en détail