CASDAR Développement et transfert en Agriculture

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CASDAR Développement et transfert en Agriculture"

Transcription

1 Titre : Mise en place et structuration d une filière de produits agricoles de proximité pour la restauration hors domicile. GAL : Pays du Mans Région : Pays de Loire Priorité ciblée : Prise en compte des enjeux environnementaux dans une logique de complémentarité ville- campagne( / 4 axes : agriculture périurbaine, pratiques environnementales innovantes, mobilité durable, coopération). Contact : Hélène PENVEN, animatrice au Pays du Mans Tel Lien utile : proximite.com Graphique en étoile critères Liens avec le développement agricole Démarche participative des acteurs Partenariat et mise en réseau Caractère pilote Caractère innovant Articulation au projet de territoire Intégration du secteur agricole Note (sur 5) 2 4 Intégration du secteur agricole Articulation au projet de territoire Liens avec le développement agricole Démarche participative des acteurs Partenariat et mise en réseau Caractère innovant Caractère pilote 1

2 1) Action mise en place 1.1 Objet : Mise en place d une filière de produits agricoles de proximité pour la restauration hors domicile 1.2 Contexte local : Le GAL se situe à l échelle du bassin de vie et du bassin d emploi de Le Mans Métropole. Il couvre 2 communes regroupées au sein de 5 intercommunalités pour un total de habitants ( habitants et 6 intercommunalités sur le Pays du Mans Le Mans Métropole est exlus du GAL). Le territoire est caractérisé par des relations et des interdépendances entre espaces urbains et espaces périphériques. La complémentarité ville campagne et plus particulièrement l'agriculture périurbaine occupe un grande place dans la stratégie de développement durable du territoire. Le périurbain et ses problématiques sont au cœur de nombreux projets et préoccupations du GAL. 2) Caractérisation de l action : 2.1 Circonstances et origine du projet : L action a été initiée par des élus et techniciens du Pays du Mans, à partir de la réception d un financement LEADER en 2009, financement obtenu suite à l éligibilité du Pays à la nouvelle génération du programme LEADER ( ). Au plan régional, la mise en place de circuits courts est inscrite dans les objectifs du Schéma régional d aménagement et de développement durable du territoire (SRADDT). L action à mettre en place devait s inscrire dans les thématiques LEADER du Pays en cohérence avec la politique régionale. Suite à la réception des fonds, des représentants et techniciens du Pays ont organisé un séminaire européen à destination des territoires LEADER périurbains. Ils y ont rencontré des élus et techniciens d un GAL périurbain Portugais de la région Sétubal prés de Lisbonne qui engageait également une réflexion au développement des circuits courts de proximité sur son territoire. Après avoir défini l objet de l action (développement des circuits courts de proximité à destination de la RHD), un comité de pilotage du projet a été mis en place, en impliquant les trois Chambres consulaires (CA, CCI, CM). La CCI et la CM était respectivement représentées par un technicien, et la CA par un technicien et une élue agricultrice. Les élus du Pays du Mans ont également souhaité intégrer le Groupement d Agriculteurs Biologiques GAB au Comité, dans l objectif d élargir la représentation professionnelles agricole. En 2011, le lycée agricole a rejoint le comité, après en avoir fait la demande. Le Conseil général a quant à lui intégré le projet en 201 pour mener en partenariat avec le Pays du Mans une étude de marché sur la faisabilité d une structuration logistique des approvisionnements locaux. En effet, la plateforme ne pouvait se limiter aux frontières du Pays mais devait être dimensionnée à l échelle du Département. 2.2 Objectifs du projet : L objectif global du projet de coopération est de développer une stratégie commune, ainsi qu une démarche propre à chaque territoire, permettant la création d une véritable filière de commercialisation de produits de proximite sur le territoire (producteurs 2

3 transformateurs restaurateurs (restaurants collectifs, commerciaux, etc.) - consommateurs. Le projet intègre aussi d autres buts : - Développer l économie et maintenir une agriculture de proximite dans un espace périurbain. - Valoriser les territoires périurbains par les circuits courts de commercialisation. - Favoriser la mise en relation producteurs - consommateurs et producteurs - professionnels de la restauration. - Favoriser l accessibilite des produits locaux de qualite au plus grand nombre. - Et, dans le cadre européen, réaliser des actions communes et partager de l expérience avec d autres territoire. 2. Enjeux autour du projet : Les enjeux principaux sont le maintien de l activité agricole située à la périphérie du Mans, la création d emplois locaux et la sensibilisation d élus de communes périurbaines à la préservation du foncier agricole. Enfin, la participation du Lycée Agricole apporte une dimension pédagogique destinée à l enseignement aux futurs agriculteurs sur la réalité des circuits courts. 2.4 Caractère pilote et innovant du projet : Selon les élus et techniciens interrogés, l aspect innovant du projet se trouve dans le fait d avoir réussi à réunir autour d une même table l ensemble des acteurs de la filière, sans prendre parti pour un mode de production particulier. L innovation réside aussi dans la démarche incitative qui ne prévoit aucune sanction. Les aspects perçus comme innovants se trouvent donc dans les résultats induits. 2.5 Liens avec le projet de territoire porté par le GAL : L opération correspond totalement à la stratégie portée par le Pays dans le sens où elle s inscrit dans sa logique de développement des complémentarités ville- campagne et dans da volonté de développer des coopérations transnationales sur ce sujet. 2.6 Moyens humains et financiers affectés au projet : - Coût total du projet : ,71 HT - Cout éligible FEADER : ,71 HT - Montant FEADER : ,48 (soit 55% du total). - Cofinanceur : Région Pays de la Loire (avec le CTU/NCR du Pays du Mans). ) Caractérisation des acteurs et du partenariat.1 Acteurs à l origine du projet L action a été initiée par le Pays du Mans qui a proposé un Comité de pilotage pour le déroulement de l opération..2 Acteurs impliqués dans le projet Les principaux acteurs impliqués dans le projet sont : le GAL Pays du Mans, le GAL ADREPES (Sétubal - Portugal), la Région Pays de la Loire, le Département de la Sarthe, la Chambre de Commerce er d Industrie, la Chambre des Métiers et de l Artisanat, la Chambre d Agriculture de la Sarthe, le GAB 72, l Universite du Maine, Lycée agricole, collectivités locales, agriculteurs, restaurateurs,

4 . Acteurs les plus engagés dans le projet : Pays du Mans.4 Rôle des différents acteurs Les techniciens du Pays ont eu pour rôle d organiser et d animer les différents temps de rencontre (réunions du comité de pilotage, visites lors de la coopération, voyages d étude, etc.). Ils ont eu aussi un rôle de gestion des divergences, dans l objectif d arriver à des accords. En effet, il y avait des volontés de résultat très diversifiées et il fallait construire un document qui soit consensuel. Les professionnels ont apporté leurs expériences de terrain et leur vécu. Ils ont ainsi contribué à la viabilité et la pérennité du projet en apportant leur expertise dans les différents débats..5 Place du monde agricole L implication du monde agricole dans le projet s est faite principalement par l intermédiaire de deux professionnels agricoles qui se sont investis dans le projet de par leur mandat à la Chambre d agriculture et au GAB. Certains agriculteurs ont été invités à participer à des réunions thématiques. De plus, des visites ont été organisées sur des exploitations agricoles à l occasion de visites liées à la coopération. Cela a permis d établir des échanges entre des agriculteurs et les membres du Comité de Pilotage. D autres producteurs ont participé par la suite en adhérant à la charte. De l avis d un producteur, la participation au projet des agriculteurs et des transformateurs aurait pu être meilleure. Cela pourrait s expliquer par une certaine lassitude. En effet, si beaucoup de réunions sur les circuits courts ont été organisées suite au Grenelle de l environnement, peu de projets de ce type ont abouti. 4) Caractérisation des résultats 4.1 Résultats concrets Aujourd hui les résultats de cette opération sont : - la réalisation d une charte en quatre points : les valeurs défendues dans la charte (développement et approvisionnement en produits alimentaires locaux dans la restauration collective : notion de produits locaux de qualité définie au travers de la charte et de ses valeurs) ; - la définition des notions de proximité, saisonnalité, traçabilité, durabilité des produits agricoles ; - l accompagnement des acteurs dans la démarche mise en place - la définition de la démarche à suivre pour signer la charte et pouvoir disposer du logo. Ce dernier a été réalisé avec le partenaire portugais. Ce logo est évolutif. Le signataire obtiendra entre 1 et 4 fleurs sur son logo en fonction de son degré d'implication dans la filière, chaque candidat étant soumis à un questionnaire permettant d évaluer le nombre de fleurs qui lui sera attribué (si celui- ci est très impliqué, son logo pourra arborer le maximum de 4 fleurs). Le nombre de fleurs attribué est ensuite discuté lors de comités de pilotage. Cette charte, cosignée par la ministre de l agriculture, a ensuite été adaptée à chaque territoire pour mieux répondre au contexte local. La charte fonctionnerait donc un peu comme un signe de reconnaissance de démarches individuelles exemplaires. Quinze acteurs de la filière alimentaire (agriculteurs, transformateurs, restaurateurs) 4

5 ont signé cette charte dès son lancement (actuellement plus de 0 adhérents). Les signataires étaient plus ou moins investis dans la réalisation de l action (accueil de visites lors d échanges avec le Portugal ; participation au comité de pilotage). La charte est un outil de sensibilisation qui permet d expliquer les possibilités d achat et de vente de produits en circuits courts de proximité. En effet, il y a beaucoup d a priori et de méconnaissances sur le sujet. Ce projet, au- delà d identifier ce que les acteurs font déjà, permet d expliquer à ce qui ne le font pas que c est possible. Les personnes ayant participé au projet ou ayant signé la charte sont des relais d information et le vecteur d une sensibilisation de leurs pairs. Le projet a aussi permis de créer des liens entre les restaurants scolaires et le Pays notamment sur la problématique de la gestion des déchets. Selon un élu interrogé, «le résultat majeur est d avoir mis en place un projet impliquant à la fois la Chambre d agriculture et le GAB. L action a permis de rapprocher ces deux structures». Il ajoute que «le projet a aussi permis d établir des relations entre la Chambre d Agriculture et les élus et de contribuer à donner une image positive de l agriculture de permettre de ne plus voir l agriculture comme un frein mais comme un partenaire». Certains élus des communes périurbaines ont pris conscience de l importance de maintenir des terres agricoles disponibles pour que la filière puisse se développer et de l enjeu de travailler avec la Chambre d Agriculture pour définir les terres possédant le meilleur potentiel agronomique. Il ajoute que l action menée sur les circuits courts s est construite en articulation avec le SCOT. De nombreux acteurs soulignent par ailleurs que l action menée participe à la construction de l identité européenne. 4.2 Points clés de la réussite du projet Il est essentiel d interpeller tous les acteurs de la filière pour élaborer un projet de cette envergure. Il est recommandé de prendre le temps de réunir un maximum d acteurs, c est- à- dire ne pas exclure d acteurs potentiellement intéressés de près ou de loin. Dans le cas de ce projet, les producteurs et transformateurs sont représentés par le GAB et la Chambre d Agriculture, les consommateurs (responsables des restaurants scolaires, restaurateurs, ) par les autres consulaires. Les parties prenantes de l action sont représentées par des élus et/ou des techniciens. Il est important de ne pas politiser la démarche. La plupart des acteurs interrogés s accordent pour dire que le fait de prendre les décisions de façon consensuelle est un élément explicatif de la réussite de cette action. La convivialité et l interconnaissance participe à la réussite de l action. Selon l animatrice : «les voyages d étude peuvent participer à la création d une dynamique de groupe. C est un des gros atouts de la coopération LEADER car les déplacements et les accueils créent de la convivialité. Ça permet, de retour en France, que les débats soient un peu plus faciles et moins tronqués». Il est important d aller voir des projets similaires pour s en inspirer mais il faut que le voyage puisse amener une dimension de reproductibilité pour voir les éléments qui permettront de faire avancer les choses. Enfin la présence d un animateur/animatrice intéressé(e) par le sujet est un élément clé. 4.7 Qualité des relations partenariales développées Il n y a pas eu de relations conflictuelles au sein du comité de pilotage de l action. L ensemble des acteurs interrogés souligne une facilité de discussion et une écoute importante lors des débats. Les acteurs expliquent ceci par l interconnaissance importante suite aux voyages d étude et par le fait qu ils aient adhéré à un projet 5

6 collectif malgré des divergences idéologiques et politiques : «la volonté d aller tous dans le même sens». Ils soulignent aussi que la bonne préparation et l animation des réunions ont facilité les discussions. Il y a eu quelques difficultés pour l animation des réunions La volonté de prendre des décisions consensuelles semblait retarder le projet, même si le consensus était par ailleurs perçu par les acteurs comme une condition de réussite. Plusieurs personnes expriment une certaine «lourdeur» ou «lenteur» à propos de l avancée de l action et de la prise de décision collective et consensuelle. L ensemble des acteurs a participé activement aux réunions du comité de pilotage. La CCI et la Chambre des Métiers étaient moins impliqués tout comme les restaurateurs plus difficiles à mobiliser du fait de leurs horaires de travail. Les points de débat : De 2011 à 2012, le comité de pilotage a écrit la charte, rédigé le questionnaire et réalisé le logo. L ensemble de ces réalisations se sont faites lors de réunions du comité de pilotage. Lors de ces réunions, les débats ont porté sur les différentes définitions de la qualité (qualité organoleptique, qualité sanitaire), sur la segmentation des différentes qualités, sur les signes de qualités (bio, label rouge, AOC ), sur les OGM et sur les différentes techniques de culture et d élevage. D autres échanges ont portés sur la notion de proximité (quel rayon? quelle échelle géographique?), la viabilité économique (quel bénéfice pour le producteur?). En 201, les débats se sont centrés sur la plateforme logistique d approvisionnement (faut- il travailler avec les coopératives régionales type AGRIAL? Faut- il travailler avec les hyper/supermarchés? Quelle place pour les petits producteurs?) Ils concernaient également la gérance de la plateforme (quel organisme? Quelle gouvernance à mettre mise en place? ). Certains débats ont porté sur la contractualisation, impulsés par les professionnels commercialisant leurs produits en circuits courts de façon non- contractuelle. 5- Caractérisation du rôle du programme LEADER L aide financière du programme LEADER, ainsi que le voyage de coopération, ont été déterminants dans la mise en place du projet. Selon l animatrice du GAL, le financement et la coopération avec le Portugal ont été primordiaux : «on a eu de l argent de la Région mais on l a eu du fait que ce soit un programme LEADER parce qu au niveau de notre contrat régional, on a une ligne au soutien de projets européens». Sans le financement LEADER cela aurait été plus compliqué de monter ce type de projet car les lignes de financement sont de moins en moins ouvertes : «L intérêt du programme LEADER c est de pouvoir créer des projets de territoire qui répondent aux attentes du territoire sans pour autant rentrer dans les cases du formulaire». Selon un élu du territoire : «Le programme LEADER, par ses financements et par l organisation d un séminaire à destination des GALs périurbains, à l origine du projet de coopération, a permis de créer la dynamique de groupe». Le programme LEADER a contribué à l action par le biais du financement de l animation et des déplacements.. La mise en réseau était nécessaire car elle a permis de «fédérer» différents acteurs autour d un même projet : un acteur explique que «sans LEADER il aurait fallu que ce soit quelqu un d autre qui porte le projet, c est- à- dire la Chambre d Agriculture mais LEADER a permis de fédérer les acteurs locaux autour des études». Les techniciens du GAL ont quant à eux permis de «formaliser» l action par le biais de toutes les recherches, les préparations de réunions, les synthèses, etc.». 6

Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs. https://www.youtube.com/watch?v=gfelyg3riic

Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs. https://www.youtube.com/watch?v=gfelyg3riic Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs GAL : Thur Doller Région : Alsace - 68 Priorité ciblée : La valorisation économique des patrimoines : un nouveau modèle pour le territoire Contact

Plus en détail

CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE

CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE "APPROVISIONNEMENT DE LA RESTAURATION COLLECTIVE DANS LE JURA PAR DES PRODUITS AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES LOCAUX" PREAMBULE

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire»

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire» Appel à projets Réseau Rural Régional Midi Pyrénées «Territoire et gouvernance alimentaire» Cet appel à projets est co financé par la Région Midi Pyrénées, la DRAAF de Midi Pyrénées et l Union Européenne

Plus en détail

Mardi 14 janvier 2014 Auditorium du Carré Plantagenêt Le Mans

Mardi 14 janvier 2014 Auditorium du Carré Plantagenêt Le Mans Assemblée e généraleg Mardi 14 janvier 2014 Auditorium du Carré Plantagenêt Le Mans 1 Accueil et vœux 2014 M. Gérald TOURRETTE Président du Conseil de développement M. Jean-Claude BOULARD Président du

Plus en détail

Bilan accueil de la délégation portugaise ADREPES au Pays du Mans du 03 au 05 novembre 2011

Bilan accueil de la délégation portugaise ADREPES au Pays du Mans du 03 au 05 novembre 2011 Bilan accueil de la délégation portugaise ADREPES au Pays du Mans du 03 au 05 novembre 2011 dans le cadre du projet de coopération transnationale Leader «Favoriser le développement des circuits courts

Plus en détail

Réseau Rural Français Groupe de travail «gestion de l espace»

Réseau Rural Français Groupe de travail «gestion de l espace» Réseau Rural Français Groupe de travail «gestion de l espace» Appel à contributions Fiche synthétique de recueil actions 2009-2010 Les propositions d'actions doivent comprendre dans la mesure du possible

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. le 29 septembre 2011. au Domaine de Fond Saint Jacques (Sainte-Marie)

DOSSIER DE PRESSE. le 29 septembre 2011. au Domaine de Fond Saint Jacques (Sainte-Marie) Pour un développement concerté du milieu rural Martiniquais www.réseaurural.fr DOSSIER DE PRESSE «Assemblée du Réseau Rural Martinique» le 29 septembre 2011 au Domaine de Fond Saint Jacques (Sainte-Marie)

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION

STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION I. Présentation de l action La Région Champagne-Ardenne propose depuis 2003, en collaboration avec l Ademe, un accompagnement technique et

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Lyon, Ville équitable et durable

Lyon, Ville équitable et durable Lyon, Ville équitable et durable Dossier de presse Mars 2012 SOMMAIRE INTRODUCTION...P.3 LE LABEL «LYON, VILLE EQUITABLE ET DURABLE»... P.4 LE LABEL EN CHIFFRES.. P.8 LES LABELLISES. P.9 DES ACTIONS NOMBREUSES

Plus en détail

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R4 Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Pour rappel, les collèges sont de la compétence des conseils généraux,

Plus en détail

Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie

Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie 2013 1 1. Contexte et enjeux, d un dispositif complémentaire aux mesures d aide en faveur de l agriculture biologique

Plus en détail

Michel François DELANNOY Maire de Tourcoing Premier Vice-Président de Lille Métropole, délégué à la Gouvernance et au Développement

Michel François DELANNOY Maire de Tourcoing Premier Vice-Président de Lille Métropole, délégué à la Gouvernance et au Développement Faire le pari de l aménagement économique du 21 ème siècle, au nom du développement durable, de la compétitivité du territoire et dans l intérêt des entreprises et des salariés métropolitains. Lille Métropole

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 8 DECEMBRE 2010 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX. Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix

CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX. Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix Dans le prolongement de ses précédents avis sur la Charte de l Environnement qui portait sur la

Plus en détail

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Permettre aux personnes en situation d exclusion, de retrouver leur autonomie, leur dignité et leur place dans la société; faciliter et encourager le retour

Plus en détail

Carnet d acteurs d A PRO BIO

Carnet d acteurs d A PRO BIO Carnet d acteurs d A PRO BIO 4 rue de Dormagen 59350 Saint-André-lez-Lille Tél. : 03.20.31.57.97 - Fax : 03.20.12.09.91 www.aprobio.fr - www.labio-presdechezmoi.fr contact@aprobio.fr A PRO BIO, Pôle de

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

PÔLE D EXCELLENCE RURALE

PÔLE D EXCELLENCE RURALE CANDIDATURE POUR UN PAYS DU LIVRE ET DE L ÉCRITURE SYNTHÈSE février 2006 Communauté de communes du Pays de Forcalquier et de la montagne de Lure Le Grand Carré 13 Bd des Martyrs BP 41 04 301 FORCALQUIER

Plus en détail

GAL Hesbignon liégeois 2014-2020. La formation d un Groupe d Action Locale (GAL) en Hesbaye liégeoise : un défi pour votre territoire!

GAL Hesbignon liégeois 2014-2020. La formation d un Groupe d Action Locale (GAL) en Hesbaye liégeoise : un défi pour votre territoire! GAL Hesbignon liégeois 2014-2020 La formation d un Groupe d Action Locale (GAL) en Hesbaye liégeoise : un défi pour votre territoire! Consultation citoyenne sur les actions à mener sur le territoire 22

Plus en détail

Développer l Agriculture Biologique pour une protection durable et économe de votre captage

Développer l Agriculture Biologique pour une protection durable et économe de votre captage Développer l Agriculture Biologique pour une protection durable et économe de votre captage Outils et expériences À destination des maîtres d ouvrage GAB Ile-de-France Avril 2010 1/ Inviter l ensemble

Plus en détail

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 1 RESUME DIAGNOSTIC : La Région Rhône Alpes a élaboré un Schéma Régional de Développement économique dans lequel il était

Plus en détail

Introduction. Manifeste pour les territoires «naturbains» naturba / Séminaire de clôture 1 er et 2 décembre 2011 / Le manifeste

Introduction. Manifeste pour les territoires «naturbains» naturba / Séminaire de clôture 1 er et 2 décembre 2011 / Le manifeste Le manifeste 3 Introduction Manifeste pour les territoires «naturbains» Ce livret a été réalisé à l occasion du séminaire de clôture naturba. Il fait parti d un coffret remis aux participants. L espace

Plus en détail

Outils de développement pour des partenariats commerciaux, entre producteurs et commerce de proximité et restauration sociale

Outils de développement pour des partenariats commerciaux, entre producteurs et commerce de proximité et restauration sociale proximité et restauration proximité et restauration Projet déposé par le GAB 44 pour Accès Réagis Signature d une convention de partenariat entre : Accès Réagis : développement et économie de proximité

Plus en détail

Vers une politique alimentaire locale à l échelle de la Vienne

Vers une politique alimentaire locale à l échelle de la Vienne Vienne novembre 2012 Avis de la Coordination des Conseils de développement de la Vers une politique alimentaire locale à l échelle de la Vienne Version intermédiaire ( octobre 2012) Sommaire LE DIAGNOSTIC

Plus en détail

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE ORIENTATIONS STRATEGIQUES N 10 : Animer et développer la production touristique : produits, équipements et hébergements N 11 : Favoriser la professionnalisation

Plus en détail

Avec le soutien du ministère de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie. urbanwiki «le wiki innovations urbaines» Cahier des charges

Avec le soutien du ministère de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie. urbanwiki «le wiki innovations urbaines» Cahier des charges Avec le soutien du ministère de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie urbanwiki «le wiki innovations urbaines» Cahier des charges janvier 2015 ADV_MEDDE_150119_Wiki_CahierCharges_v2 1/5

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES ENTRE L ÉTAT, LE MOUVEMENT ASSOCIATIF ET LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES SIGNÉE PAR LE PREMIER MINISTRE, LA PRÉSIDENTE DU MOUVEMENT ASSOCIATIF, LE PRÉSIDENT DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Master 2 Mention : Communication, stratégie internationale et interculturalité (CSII) SPECIALITE : Communication et Solidarité

Master 2 Mention : Communication, stratégie internationale et interculturalité (CSII) SPECIALITE : Communication et Solidarité Master 2 Mention : Communication, stratégie internationale et interculturalité (CSII) SPECIALITE : Communication et Solidarité Depuis 990, le nombre des formations à l ESS s est développé. Mais la majorité

Plus en détail

UNE CHARTE POUR CONSTRUIRE L AGENDA 21 DU PAYS DE L ARBRESLE

UNE CHARTE POUR CONSTRUIRE L AGENDA 21 DU PAYS DE L ARBRESLE UNE CHARTE POUR CONSTRUIRE L AGENDA 21 DU PAYS DE L ARBRESLE Janvier 2011 EDITO du président «L agenda 21 du Pays de l Arbresle est issu d une réflexion commune; il a été acté par la délibération du conseil

Plus en détail

Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire»

Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire» DAAF Martinique Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire» Le 24 mai 2011 1 Liste des personnes présentes : Nom - Prénom Organisme Fonction Email IGOUT Maryse Conseil

Plus en détail

Cahier des charges ACTION TRANSMISSION TRANSPORT Haute-Normandie Portée par Logistique Seine-Normandie (LSN) En partenariat avec l OTRE Normandie

Cahier des charges ACTION TRANSMISSION TRANSPORT Haute-Normandie Portée par Logistique Seine-Normandie (LSN) En partenariat avec l OTRE Normandie OBJET Cahier des charges ACTION TRANSMISSION TRANSPORT Haute-Normandie Portée par Logistique Seine-Normandie (LSN) En partenariat avec l OTRE Normandie Ce document constitue le cahier des charges établi

Plus en détail

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS Dans le cadre du projet de territoire Ambition 2020, le Pôle Territorial souhaite soutenir l agriculture et travaille sur le développement des

Plus en détail

Séance de travail «Développement des micro-activités en milieu rural Ingénierie financière-micro-crédits»

Séance de travail «Développement des micro-activités en milieu rural Ingénierie financière-micro-crédits» DAAF Martinique Séance de travail «Développement des micro-activités en milieu rural Ingénierie financière-micro-crédits» Le 26 mai 2011 1 Liste des personnes présentes : Nom - Prénom Organisme Fonction

Plus en détail

LES TERRITOIRES, ACTEURS DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. L exemple du Pays Mellois 8 septembre 2014 Melle

LES TERRITOIRES, ACTEURS DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. L exemple du Pays Mellois 8 septembre 2014 Melle LES TERRITOIRES, ACTEURS DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE L exemple du Pays Mellois 8 septembre 2014 Melle L exemple du Pays Mellois Présentation du territoire Les acteurs Pays CBE CCI CMA CA Une démarche

Plus en détail

ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 2011>2014

ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 2011>2014 ORIENTATIONS STRATÉGIQUES 2011>2014 pourquoi? Ce document présente le résultat de deux années de travail sur la stratégie de notre coopérative. Il indique : la raison d être, la vocation, les valeurs d

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Entre. Et, D autre part, PREAMBULE

Entre. Et, D autre part, PREAMBULE CONVENTION DE PARTENARIAT TECHNIQUE ENTRE LE SERPN ET LE SYDAR, POUR LA PROTECTION DE LA RESSOURCE EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT «FILIERES COURTES ET TRAME VERTE ET BLEUE» Entre Le Syndicat d Eau du Roumois

Plus en détail

Mise en œuvre de la Charte européenne du tourisme durable

Mise en œuvre de la Charte européenne du tourisme durable Mise en œuvre de la Charte européenne du tourisme durable Lot 2 : expertises ponctuelles marketing stratégique et opérationnel, promotion et commercialisation touristiques Réalisation de missions ponctuelles

Plus en détail

CHARTE POUR L INSERTION ET L EMPLOI LOCAL

CHARTE POUR L INSERTION ET L EMPLOI LOCAL CHARTE POUR L INSERTION ET L EMPLOI LOCAL 1/14 SOMMAIRE OBJECTIF N 1 : P.4 Recruter au sein des effectifs de Lyonnaise des Eaux des personnes éloignées de l emploi OBJECTIF N 2 : P.5 Inciter les sous-traitants

Plus en détail

Programme européen LEADER 2020

Programme européen LEADER 2020 Programme européen LEADER 2020 Pays du Perche ornais PROGRAMME D ACTIONS FICHES ACTIONS INNOVATION NUMERIQUE p.3 EXPERIMENTATION LOGEMENTS p.4 COORDINATION DES TRANSPORTS p.5 ACTIONS AGRICOLES COLLECTIVES

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Charte régionale de la commande publique responsable La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Préambule Dès 1987 la Commission Mondiale sur l Environnement et le Développement des Nations

Plus en détail

SEMINAIRE n 2 09 septembre 2014. Compte-rendu

SEMINAIRE n 2 09 septembre 2014. Compte-rendu SEMINAIRE n 2 09 septembre 2014 Compte-rendu Atelier 1 : Comment créer de la valeur ajoutée et de la richesse à partir des ressources territoriales? Ressources territoriales : agriculture diversifiée (mais

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Auteurs : Antoine JAN Blezat Consulting Florence GALLOIS BRIDE OC2 Consultants Février 2014 Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Synthèse Coordination

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉUNION DE CLOTURE - 26 JUIN

DOSSIER DE PRESSE RÉUNION DE CLOTURE - 26 JUIN DOSSIER DE PRESSE RÉUNION DE CLOTURE - 26 JUIN 2012 Contacts presse : Agence Destinature Catherine Vaisse 04 73 39 03 68 06 83 86 60 91 catherine.vaisse@destinature.fr Macéo Clément Rousseau 04 27 04 51

Plus en détail

Préconisations. pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I

Préconisations. pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I Préconisations pour le développement des musiques actuelles en Sarthe *** février 2012 I 1 I Enjeux principaux Diversité et attractivité Les enjeux liés à l existence d espaces d expressions des cultures

Plus en détail

Plan de développement de l agriculture biologique en Nord-Pas de Calais 2O14-2O2O

Plan de développement de l agriculture biologique en Nord-Pas de Calais 2O14-2O2O Plan de développement de l agriculture biologique en Nord-Pas de Calais 2O14-2O2O SOMMAIRE Contexte national 04 Contexte régional 05 Diagnostic de l agriculture biologique en Nord-Pas de Calais 06 Programme

Plus en détail

Val Bio Ile de France

Val Bio Ile de France Val Bio Ile de France La Bio des Bordes un jardin d insertion en maraîchage biologique Val Bio Ile de France (IDF) Val Bio Ile de France, créée en 2008, est un chantier d insertion gérant une plateforme

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe GEOGRAPHIE Thème 3 L Union européenne : dynamiques et développement des territoires (11-12 heures) Question 2 Les territoires ultramarins de l Union européenne et leur développement Cours 1 Le développement

Plus en détail

LABEL de QUALITÉ ANGAYA ARTISANAT

LABEL de QUALITÉ ANGAYA ARTISANAT LABEL de QUALITÉ ANGAYA ARTISANAT MADAGASCAR MAHAJANGA OBJECTIFS : Général : Valoriser et développer le savoir faire local à travers un label afin de garantir aux consommateurs un niveau de savoir faire

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RENCONTRES RÉGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS BRETAGNE

SYNTHÈSE DES RENCONTRES RÉGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS BRETAGNE SYNTHÈSE DES RENCONTRES RÉGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS BRETAGNE 1 REGION BRETAGNE : Nombre d entreprises : 4 000 dont PME (

Plus en détail

Appel à projets culturels Règlement de consultation

Appel à projets culturels Règlement de consultation Appel à projets culturels Règlement de consultation Préambule : La notion de bassin de vie complémentaire urbain/rural est le fondement de la création et du positionnement stratégique du Syndicat mixte

Plus en détail

Constitution du Réseau Biodiversité Le 7 Décembre 2011, au RéeL Présent(e)s: Fabrice Duprè (ALEPE), Murielle Cerda (Stagiaire BPJEPS, FR Florac), Maëlle Yobe et Marie-Laure Girault (En Chemin...), Sophie

Plus en détail

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté Note d information sur un appel à projets en cours de préparation «(r)évolutions des pratiques des associations environnementales pour accompagner l

Plus en détail

L Assemblier. L Assemblier

L Assemblier. L Assemblier L Assemblier Collectif de consultants L Assemblier Catalogue de formations pour les Conseils citoyens et leurs soutiens Faire équipe page 1 Travailler avec des tiers et monter des projets page 4 Le Conseil

Plus en détail

Compte-rendu de l atelier l axe 4 : Créer l emploi et la richesse localement à partir des atouts et des potentiels spécifiques du territoire

Compte-rendu de l atelier l axe 4 : Créer l emploi et la richesse localement à partir des atouts et des potentiels spécifiques du territoire Evaluation Charte du pays Cœur d Hérault Séminaire/ ateliers du 30 janvier 2013 Compte-rendu de l atelier l axe 4 : Créer l emploi et la richesse localement à partir des atouts et des potentiels spécifiques

Plus en détail

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires PRESENTATION DU PROJET Coup de Pousse est une agence de Conseil orientée vers les petites et moyennes organisations agissant dans le secteur

Plus en détail

Schéma de développement des achats socialement responsables

Schéma de développement des achats socialement responsables Schéma de développement des achats socialement responsables Historique des clauses sociales et enjeux cadre législatif Les décrets de 2001, 2004 et enfin 2006 portant code des marchés publics, ont introduit

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

GOUVERNANCE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES RELATIONS INTERNATIONALES POUR UNE IDENTITE INTERNATIONALE FORTE A L UNIVERSITE DE LIMOGES

GOUVERNANCE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES RELATIONS INTERNATIONALES POUR UNE IDENTITE INTERNATIONALE FORTE A L UNIVERSITE DE LIMOGES PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES RELATIONS INTERNATIONALES POUR UNE IDENTITE INTERNATIONALE FORTE A L UNIVERSITE DE LIMOGES Le domaine des relations internationales doit être un élément fort du

Plus en détail

PRIX DU POLE-RELAIS LAGUNES MEDITERRANEENNES 2013

PRIX DU POLE-RELAIS LAGUNES MEDITERRANEENNES 2013 Structures porteuses du Pôle-relais : www.pole-lagunes.org APPEL A PROJETS PRIX DU POLE-RELAIS LAGUNES MEDITERRANEENNES 2013 «Culture et création artistique en territoire lagunaire» En Languedoc-Roussillon,

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Pacte. Jardin. pour le. Agir pour plus de jardins dans la vie

Pacte. Jardin. pour le. Agir pour plus de jardins dans la vie Pacte pour le Jardin Agir pour plus de jardins dans la vie A l origine, un fort désir de jardin exprimé par les Français Lancé fin 2010, un sondage exclusif réalisé par Harris interactive* a pu mettre

Plus en détail

LEADER 2014-2020 PAYS DE GATINE FICHE ACTION 4 :

LEADER 2014-2020 PAYS DE GATINE FICHE ACTION 4 : LEADER 2014-2020 PAYS DE GATINE FICHE ACTION 4 : Faire connaître le patrimoine du Pays de Gâtine auprès d un large public en encourageant la créativité des acteurs du territoire Règlement (UE) N 1305/2013

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

2. Les métiers porteurs : facteurs clés de l insertion professionnelle

2. Les métiers porteurs : facteurs clés de l insertion professionnelle Métiers porteurs : le rôle de l entrepreneuriat, de la formation et de l insertion professionnelle Synthèse analytique préparée par la MICI - juin 2013 A l occasion de la relance du débat sur l insertion

Plus en détail

Guide pratique pour le développement touristique sur le Pays Beaunois

Guide pratique pour le développement touristique sur le Pays Beaunois Guide pratique pour le développement touristique sur le Pays Beaunois 20082008-2013 Passer de l idée à l action pour notre Territoire! Le Pays Beaunois Le Pays Beaunois est un espace qui, depuis 2004,

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Mise en œuvre d un Plan de Formation-Action

Mise en œuvre d un Plan de Formation-Action CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un Plan de Formation-Action Pour l appropriation et la déclinaison du positionnement touristique du Pays du Bugey par ses acteurs touristiques Maître d ouvrage : Syndicat

Plus en détail

Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon

Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon Charte du site Internet régional sur l agriculture et l alimentation locale en Languedoc Roussillon Pourquoi? POURQUOI UNE CHARTE? La présente charte a pour objectifs de fixer les contours et l éthique

Plus en détail

CHARTE D URBANISME COMMERCIAL ENTRE BREST METROPOLE OCEANE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE BREST

CHARTE D URBANISME COMMERCIAL ENTRE BREST METROPOLE OCEANE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE BREST CHARTE D URBANISME COMMERCIAL ENTRE BREST METROPOLE OCEANE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE BREST LA CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DU FINISTERE REVISION DE JUIN 2006 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION...

Plus en détail

MANGER BIO LIMOUSIN. Du bio et local en restauration collective

MANGER BIO LIMOUSIN. Du bio et local en restauration collective MANGER BIO LIMOUSIN Du bio et local en restauration collective Manger Bio Limousin : historique En 2001 : opérations ponctuelles de repas bio organisés par Gablim, à la demande d établissements scolaires

Plus en détail

Une solution collective pour le traitement des effluents phytosanitaires

Une solution collective pour le traitement des effluents phytosanitaires Une solution collective pour le traitement des effluents phytosanitaires Exemple de la plateforme de la coopérative COOPTAIN à Tain l Hermitage Projet réalisé avec le soutien financier de Contact : COOPTAIN

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN -

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Réunion-débat de la CONFEMEN, Dakar 17 au 19 mars 2014 «Éducation

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Mobilisation des acteurs publics et privés en Pays Basque autour du DD Comité régional A21 29 juin 2011

Mobilisation des acteurs publics et privés en Pays Basque autour du DD Comité régional A21 29 juin 2011 Mobilisation des acteurs publics et privés en Pays Basque autour du DD Comité régional A21 29 juin 2011 Plan Le dispositif d animation du Pays Basque Le projet de territoire et l agenda 21 L engagement

Plus en détail

DE L ARCHITECTURE D INNOVATION. A r c h i t e c t e D P L G - 0 6. 1 1. 1 9. 4 0. 0 9 s. g e r m a i n @ a r c h i t e c t e s.

DE L ARCHITECTURE D INNOVATION. A r c h i t e c t e D P L G - 0 6. 1 1. 1 9. 4 0. 0 9 s. g e r m a i n @ a r c h i t e c t e s. POUR UNE APPROCHE ETHNOGRAPHIQUE DE L ARCHITECTURE D INNOVATION S a n d r i n e G E R M A I N - A r c h i t e c t e D P L G - 0 6. 1 1. 1 9. 4 0. 0 9 s. g e r m a i n @ a r c h i t e c t e s. o r g La

Plus en détail

Plan régional en faveur de l égalité

Plan régional en faveur de l égalité Plan régional en faveur de l égalité entre les personnes handicapées et les personnes valides Avec l'adoption du Plan handicap, la Région Rhône-Alpes s'engage à favoriser l'égalité entre personnes handicapées

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

Association Photovoloptat : Présentation du projet de centrale solaire collective de Mont-Dedos

Association Photovoloptat : Présentation du projet de centrale solaire collective de Mont-Dedos Association Photovoloptat : Présentation du projet de centrale solaire collective de Mont-Dedos Origine du projet Le projet trouve son origine dans les travaux de Conception Evolutive du Paysage (CEP)

Plus en détail

Produire et consommer autrement : «Vers une politique alimentaire locale dans la Vienne»

Produire et consommer autrement : «Vers une politique alimentaire locale dans la Vienne» Produire et consommer autrement : «Vers une politique alimentaire locale dans la Vienne» par la Coordination des Conseils de développement de la Vienne Communauté d agglomération de Grand Poitiers Pays

Plus en détail

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact :

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact : RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «CREATION D UNE EPICERIE SOLIDAIRE INTERCOMMUNALE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté d Agglomération du Pays Voironnais Maîtrise

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES

ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES Contexte De fortes mutations techniques, économiques, règlementaires, scientifiques et sociétales impactent les territoires et

Plus en détail

Franchise et Manosque

Franchise et Manosque DOSSIER DE PRESSE Franchise et Manosque Développer l'attractivité et le rayonnement du centre-ville figure parmi les priorités de la municipalité de MANOSQUE. Le commerce en est l'un des atouts principal.

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

Alcool et agriculture : Notre proximité au service de la prévention

Alcool et agriculture : Notre proximité au service de la prévention Alcool et agriculture : Notre proximité au service de la prévention Solidarité Paysans Pays de la Loire Finalité : Mobiliser et engager les professionnels du secteur agricole dans la réduction et la prévention

Plus en détail

Performance énergétique et environnementale dans les bâtiments existants

Performance énergétique et environnementale dans les bâtiments existants Performance énergétique et environnementale dans les bâtiments existants 23/05/2012 Certivéa : un partenaire du changement Certivéa, filiale du Groupe CSTB, est un partenaire du changement pour les acteurs

Plus en détail

CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE

CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE CONVENTION D ENGAGEMENT VOLONTAIRE EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE PAR LES DISTRIBUTEURS DU SECTEUR ALIMENTAIRE ENTRE LA MINISTRE DE L ÉCOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L

Plus en détail