L ORGANISATION D UN ÉVÉNEMENT EN 7 ÉTAPES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ORGANISATION D UN ÉVÉNEMENT EN 7 ÉTAPES"

Transcription

1 N 17 - SEPTEMBRE 2011 L ORGANISATION D UN ÉVÉNEMENT EN 7 ÉTAPES GROS PLAN Habitat et humanisme VIE PRATIQUE Faire vivre le projet associatif

2 édito La première édition des «Assos c est Fort» qui s est déroulée le 24 juin au Fort de Bregille a marqué le temps des vacances. De la musique, de la lumière, de la douceur, du plaisir à être ensemble, à échanger. Le mot convivialité avait là tout son sens. Cette belle soirée restera dans nos mémoires, en attendant le rendez-vous C est aujourd hui le temps de la rentrée pour les scolaires comme pour les associations, le temps aussi de nouvelles mobilisations, pour cette année européenne du bénévolat et du volontariat. Un dispositif intitulé «ambassadeurs lycées» permettra une sensibilisation au bénévolat dans des établissements scolaires ciblés. Cette promotion de l engagement bénévole auprès des jeunes lycéens émane d un projet commun entre France Bénévolat et le RNMA - Réseau national des maisons des associations. La Ville de Besançon s associera à cette démarche par l intermédiaire du Centre Ce projet national mobilisera des bénévoles des associations bisontines qui se rendront à la rencontre des lycéens étant l occasion d enclencher une dynamique de partenariat entre mondes éducatif et associatif, la démarche initiée cette année devrait se poursuivre et se développer les années suivantes. Une autre initiative, portée par la CPCA - Conférence permanente des coordinations associatives, «Les assises régionales de la vie associative» devraient voir le jour en décembre prochain. Le Service Vie associative de la Ville de Besançon apportera bien évidemment son soutien à cette manifestation. Cette rencontre régionale, ouverte à tous les responsables et militants associatifs sera un lieu d échanges et d expression, mais aussi l occasion pour les associations, de faire part de leurs difficultés, de leurs espoirs et de leurs attentes. Parallèlement à ces projets, nous nous retrouverons autour des traditionnels apéros assos, des formations et autres rencontres organisés par lecentre Une rentrée riche de temps forts qui viendront renforcer encore la vie associative bisontine et je m en réjouis! Danielle Poissenot Adjointe au Maire, déléguée à la Vie associative LE CENTRE 1901 EST OUVERT P2 B RÊVES D ASSOS SEPTEMBRE 2011 DU LUNDI AU JEUDI de 9 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 18 h 00 LE VENDREDI de 9 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 16 h 30 PENDANT LES VACANCES SCOLAIRES DU LUNDI AU VENDREDI de 9 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 16 h 30 SOMMAIRE P2 édito C est la rentrée P3 actu Dernières infos du Centre 1901 P4 dossier L organisation d un événement en 7 étapes P6 vie pratique Faire vivre le projet associatif P7 mémo des associations Le DIF, droit individuel à la formation P8 gros plan sur... Habitat et humanisme B REVES D ASSOS Trimestriel Centre 1901, service Vie associative de la Ville de Besançon 35 rue du Polygone Besançon Tél Fax Directeur de publication : Jean-Louis Fousseret Co-directrice : Danielle Poissenot Comité de rédaction : Service Vie associative Conception graphique : Céline Boyer Equipe rédactionnelle : Céline Boyer, Dominique Clidière, Danièle Gouffon, Nelly Hoang, Christine Soressi, Mireille Tilagone. Photographies : Céline Boyer, Club photo Planoise, Jean-Charles Sexe Tirages : exemplaires Impression : Imprimerie municipale de la Ville de Besançon sur papier PEFC

3 Actu LE PROGRAMME DES FORMATIONS DU CENTRE 1901 OCTOBRE DÉCEMBRE 2011 La réalisation d une charte graphique Céline Boyer, graphiste chargée de communication - Centre 1901 Ville de Besançon Jeudi 20 octobre et 3 novembre 2011 de 18 h 00 à 20 h 30 8,00 euros. Le recrutement d un salarié Jean-François Locatelli, directeur d agence Pôle emploi Planoise Tiziana Bouchard, conseillère à l emploi Jeudi 10 novembre 2011 de 18 h 00 à 21 h 00 6,00 euros. La gestion des locaux associatifs Stéphanie Galliot, juriste Jeudi 17 novembre 2011 de 18 h 00 à 21 h 00 6,00 euros. Initiation à Ciel compta Danièle Gouffon, conseillère vie associative - Centre 1901 Ville de Besançon Lundi 21 novembre 2011 de 9 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 17 h 00 à l Espace public numérique du Centre Nelson Mandela à Planoise 14,00 euros la journée. L évaluation des actions et des activités Hervé Groult, coordinateur Jeunesse et Inter âges - Ville de Besançon Mardi 22 novembre 2011 de 18 h 00 à 21 h 00 6,00 euros. Un perfectionnement à la comptabilité Danièle Gouffon, conseillère vie associative - Centre 1901 Ville de Besançon Jeudis 1 er, 8 et 15 décembre 2011 de 18 h 00 à 21 h 00 11,00 euros. La révision des statuts Nelly Hoang, conseillère vie associative - Centre 1901 Ville de Besançon Lundis 5 et 12 décembre 2011 de 18 h 00 à 20 h 30 8,00 euros. Retrouvez le détail des formations et le bulletin d inscription à télécharger sur le site rubrique Rencontres et formations. L intégralité du programme est disponible au Centre rue du Polygone, Besançon Tél Fax Courriel : DES SALLES MUNICIPALES EN RÉNOVATION POUR L ACCUEIL DES ASSOCIATIONS Le préau de l école Jean Zay dédié à la vie associative deviendra, dès le printemps 2012, une salle de quartier. Entièrement rénové et équipé, cet espace destiné entre autres à l accueil de loisirs de la MJC Palente sera à la disposition des associations de Palente Orchamps pour leurs manifestations et réunions. Ce lieu de vie et de rencontres permettra de favoriser et de dynamiser les initiatives locales, volonté municipale. La préparation du chantier s est déroulée durant l été et les travaux viennent de démarrer. Les locaux 17 rue Haag qui abritent la Maison du Chômeur et la salle destinée aux associations subissent également d importants travaux de rénovation. La première phase de création de sanitaires, d un office et d un local associatif vient de débuter. La salle de convivialité et les locaux destinés à la distribution alimentaire seront concernés par une seconde phase de travaux. à suivre dans un prochain B Rêves d Assos! LES COUPS DE POUCE DU CENTRE 1901 L association Nâlanda, créée en octobre 2010, réalise des ateliers éducatifs et des séjours autour de l environnement, du développement durable, de la santé et de la non violence. Le Centre 1901a réalisé le logo de l association pour une identité à la hauteur de ses ambitions. Retrouvezla dès la rentrée dans les établissements scolaires, maisons de quartier, centres de loisirs, associations... Contact : ou ou P3 B RÊVES D ASSOS SEPTEMBRE 2011

4 dossier L ORGANISATION D UN EVENEMENT LE EN FORUM 7 ETAPES Faire connaître l association, rechercher de nouveaux adhérents, créer et entretenir des liens, accroître ses ressources de multiples raisons poussent les associations à mettre en place un événement. Si la définition des objectifs à atteindre est primordiale, rigueur et organisation sont aussi des gages de réussite : un peu de méthodologie s impose. Tout comme une manifestation réussie génère la satisfaction générale, un événement mal préparé ou mal anticipé peut se révéler chronophage, causer des désagréments ou devenir un véritable fardeau financier. Nous vous proposons une démarche sécurisée en sept étapes. 1- Clarifier et valider l idée Une conférence, une exposition, un repas dansant, un loto, un vide-greniers, une manifestation sportive... Quel événement choisir? La première étape essentielle consiste à définir : > > les objectifs : Quoi? Qu est-ce que nous voulons faire en termes d action et de résultat à atteindre? L objectif précise le plan d action, les publics concernés (Pour qui?), les délais et les résultats attendus. > > les finalités : Pourquoi? Quel est le sens de notre projet, les buts et les intentions? > > la planification : Quand? L événement est-il à planifier pour une date ou une occasion précise? Y a-t-il un moment plus propice? De combien de temps disposons-nous pour l organiser? Envisageons-nous un événement ponctuel ou récurrent? Y a-t-il d autres événements similaires à cette période? Mettre en place un événement demande du temps. L anticipation augmente d autant plus les chances de réussite. Avant d aller plus loin, le projet décrit en quelques lignes, est soumis à la validation des instances dirigeantes de l association. Les bénévoles en sont informés pour garantir leur adhésion et leur future implication dans le projet. P4 B RÊVES D ASSOS SEPTEMBRE 2011 Organiser un repas musical intergénérationnel Pour développer la vie sociale et la participation des habitants du quartier. Pour aider un groupe de musique du quartier à se faire connaître. 2- Faire l état des lieux Organiser un événement est un travail d équipe qui demande des compétences multiples et nécessite organisation et management performants. L évaluation des besoins et ressources à mobiliser est une étape essentielle. > > les acteurs : Qui? Qui sont les principaux acteurs? Quel est notre capital humain : bénévoles et salariés? De quelles compétences disposons-nous? Qui sont les partenaires potentiels? De quelles ressources utiles à notre projet disposent-ils? > > les moyens : Avec quoi? Quelles sont les ressources matérielles et financières à réunir pour organiser l événement et garantir sa bonne réalisation? Quels sont les moyens dont nous disposons? Ceux qui pourraient nous manquer? > > le budget : Combien? Quelles dépenses devrons-nous faire pour réaliser l événement? De quelles ressources disposons-nous? Quelles recettes attendons-nous? Utile pour savoir combien va coûter le projet et si l association est en mesure de réunir les financements nécessaires, le budget prévisionnel est essentiel pour s assurer de la faisabilité de l événement. C est un plan de financement qui évolue avec l avancement du projet. 3- Formaliser le projet A ce stade de la réflexion, suffisamment d éléments sont réunis pour écrire le dossier de présentation du projet. Bâti sur la trame des questions, il est évolutif en fonction des interlocuteurs. Le but de cette étape est de convaincre en interne, au sein de l association d abord puis en externe pour rechercher des partenaires.

5 4- S organiser pour organiser un événement L enjeu est à présent de clarifier la façon dont le projet peut être déployé pour atteindre les objectifs fixés. Qu y a-t-il à faire? Qui fait quoi? Quand? Comment? Cette phase est capitale pour organiser le travail en grandes étapes, planifier les actions et activités dans le temps, lister les moyens nécessaires pour garantir leur réalisation et déterminer la personne en fonction des compétences et intérêts de chacun. S il donne l avantage de visualiser l état d avancement du projet, le plan d action ou tableau de bord permet également de s assurer que chacun sait ce qu il a à faire et le fait. Comme dans le fonctionnement habituel d une association, il est préférable que les décisions soient préalablement discutées et prises collégialement. Les organisateurs devront mettre en place des rencontres régulières d échange et d information. Toutefois, créer des groupes opérationnels permet de définir les fonctions et les responsabilités qui y sont attachées, gage d efficacité. Le chef du projet assure coordination et organisation, les responsables s impliquent personnellement sur des points précis. En reprenant l exemple du repas musical intergénérationnel, l organisation peut se découper en cinq domaines, commissions ou pôles : artistique, communication, finances, logistique, sécurité. La transversalité de certaines de ces missions implique une répartition des tâches claire et exhaustive. L équipe projet, et notamment le responsable sécurité, devra aussi intégrer les obligations légales (demande d ouverture d un débit de boissons temporaire...), les autres formalités et autorisations (occupation d un lieu public, Sacem...) et sécuriser la manifestation (évaluation des risques, dossier de sécurité, assurance ). B Rêves d Assos n 9 - septembre 2009 «L organisation de spectacles». 5- Communiquer sur l événement auprès des médias et du public Etape incontournable, l action de communication est prévue en amont et bénéficie de moyens au même titre que les autres phases du projet. Organiser un événement, y mettre toute son énergie de bénévole c est bien, encore faut-il que le public soit au rendez-vous! Il ne suffit pas de savoir faire, mais aussi de faire savoir. Annoncer, inviter, rédiger un communiqué de presse, écrire sur un forum Internet, concevoir une affiche, assurer une bonne signalétique sont autant d actions indispensables à la réussite d un projet. B Rêves d Assos n 10 décembre 2009 «Le communiqué de presse, outil stratégique pour exister». 6- Réaliser l événement Le jour de la concrétisation, si l événement a bien été préparé, il ne reste plus qu à assurer la logistique, régler les problèmes de dernière minute et gérer les imprévus. Les responsables seront présents, visibles et rassurants envers l équipe. La manifestation a eu lieu, le public satisfait est parti, il ne reste plus qu à ranger, démonter, nettoyer. Une étape utile est celle des remerciements à ceux qui ont participé au succès. A l occasion d un moment de détente (collation, repas ), les échanges favorisent entre autres les liens entre les adhérents. 7- Evaluer et rendre compte Tout au long du projet, évaluer permet d assurer le suivi de l action, de mesurer son impact, son efficacité, la manière dont elle a été conduite, met en évidence les forces et les faiblesses de l organisation. A la fin de l événement, en termes de bilan, l évaluation est précieuse pour remercier, fidéliser bénévoles et partenaires, justifier l attribution d une aide publique. A partir des objectifs définis au départ, elle s appuie sur des résultats : > > des indicateurs objectifs (quantitatifs) : le nombre de bénévoles impliqués, de participants, d articles dans la presse, le temps passé, les dépenses, les recettes > > des indicateurs subjectifs (qualitatifs) : le ressenti des organisateurs, des intervenants, des partenaires, la satisfaction du public, l implication des bénévoles... La réalisation du bilan, autre phase riche et constructive, est indispensable pour transmettre l expérience. Ce bilan détaille l organisation et tient compte des modifications à apporter. Il facilitera et améliorera le processus opérationnel en cas de reconduction de l événement. Enfin, si les retombées presse contribuent à faire connaître l association, à présenter une image motivante et dynamique, elles donnent aux adhérents l occasion d être fiers d y appartenir ; les diffuser sans modération en interne et aux partenaires pour partager le succès de la manifestation. EXEMPLE DE PLAN D ACTION Etape 5- Communiquer sur l'événement 6- Réaliser l événement Pôle & responsable Communication Paul Durant Logistique Elodie Brun Action Activités Echéance Tâches Informer le public Organiser le repas Concevoir une affiche J 60 j Ecrire le texte Installer la signalétique H 2 h Positionner les panneaux sur le quartier Ressources à mobiliser Graphiste et imprimeur Paul Acteurs 2 bénévoles Robert, Stéphane Accueillir le traiteur H 2 h Installer les tables 4 bénévoles Carole, Pierre, Jules, Eric P5 B RÊVES D ASSOS SEPTEMBRE 2011

6 vie pratique FAIRE VIVRE LE PROJET ASSOCIATIF Une association comme toute organisation, repose sur des intentions, des engagements, un mode de fonctionnement, un champ de compétences, des moyens, des actions. Elle est animée par un état d esprit, des envies, des valeurs, une manière d être. C est ce qu on entend par projet associatif. Certaines associations ne formalisent pas leur projet. Cette étape est pourtant fondamentale. Le projet associatif précède en effet l activité, il guide la manière d être et d agir. Il constitue un socle commun pour tous les acteurs du projet. Formaliser son projet ou le réactualiser comporte de nombreux avantages. > > Le projet, un fil d Ariane Un projet précis garantit à l association une cohérence dans son action et lui permet d apporter une réponse appropriée aux missions qu elle doit remplir. Avec le temps, l évolution de la société et de l environnement, la pertinence du projet peut s atténuer. Alors, repenser le sens de l action en fonction des nouveaux besoins impulse une dynamique et inscrit l action dans la durée en assurant une continuité. > > Les éléments du projet Il n existe pas de modèle type de projet associatif. Toutefois, différents domaines peuvent être investis. Fondements : Le projet associatif reprend l histoire de l association ainsi que son contexte de création, indique les grandes étapes de son évolution et précise ses engagements. Mission et valeurs : Il décrit la mission de l association en répondant à des besoins en adéquation avec les valeurs qu elle défend. Public, objectif, moyens : Il définit le public auquel l association souhaite s adresser (pour qui?), il précise le besoin qu elle souhaite satisfaire (pourquoi?) et envisage les modes d intervention (comment?). Gouvernance : Il précise l organisation (association réservée aux membres fondateurs ou ouverte à tous, gestion démocratique avec l ensemble des membres ou gestion déléguée à un conseil d administration, un bureau, un président ). Partenariat : Le projet associatif décrit l ouverture aux partenaires (mutualisation de moyens, échanges d expérience, synergies, des coopérations...). P6 B RÊVES D ASSOS SEPTEMBRE 2011 > > Les actions pour formaliser le projet La création ou l actualisation de ce document se réalise dans un état d esprit d ouverture et de participation. Constituer un comité de pilotage : Ce groupe mobilisera les participants, rédigera un texte de base amendé et enrichi à chaque phase de réflexion. Rédiger un état des lieux : Faire le point sur la situation actuelle en s appuyant sur des constats concrets et observables. Organiser des consultations et des échanges entre tous les acteurs (bénévoles, adhérents, salariés, partenaires). Sur la base d un questionnaire, interroger les membres pour qu ils expriment leur ressenti sur le but et le fonctionnement de l association. Elaborer un diagnostic : A partir de l état des lieux, identifier les risques et les opportunités, les forces et les faiblesses. Arrêter un plan d action : Définir les objectifs et déterminer les actions à réaliser pour les atteindre. Lister les moyens humains, matériels et financiers nécessaires, les compétences requises et préciser les échéances. Evaluer : Cette étape mérite de réfléchir au préalable à la mise en place d indicateurs qualitatifs et quantitatifs. Communiquer : Communiquer sur le projet associatif donne une image concrète aux adhérents, valorise l association auprès des partenaires et permet une meilleure lisibilité. Certains éléments du dossier «Organiser un événement en 7 étapes» de ce B Rêves d Assos sont transposables à la formalisation du projet associatif. N hésitez pas à vous en inspirer!

7 Mémo des associations > A SAVOIR LE DIF DROIT INDIVIDUEL À LA FORMATION Créé par la loi du 4 mai 2004 relative à la formation professionnelle et au dialogue social, le DIF consiste en l acquisition par chaque salarié, tous les ans, d un nombre d heures de formation qu il capitalise pour lui permettre, en accord avec son employeur, de faire des formations portant sur des actions : > > de promotion professionnelle ou personnelle, > > d acquisition, d entretien ou de perfectionnement des connaissances, > > de qualification développant une meilleure employabilité. Chaque 1 er janvier, tout salarié acquiert des droits à DIF au titre de l année précédente (mise en place du DIF en 2004, acquisition des heures au 1 er janvier 2005). Le nombre d heures varie en fonction du contrat et du temps de travail : > > CDI - à temps complet, les droits annuels au DIF sont de 20 heures, dans la limite de 120 heures. Au-delà de six ans, si le salarié n a pas utilisé ses heures, il n acquiert plus de droits nouveaux. - à temps partiel, la durée des droits acquis est proratisée en fonction du temps de travail hebdomadaire : 20 h x temps de travail hebdomadaire / 35 heures. Les salariés en CDI partis en cours d année (quel que soit le motif de rupture) ne bénéficient pas de droits à DIF pour l année correspondant à la rupture, puisqu ils ne sont pas présents au 1 er janvier de l année suivante. > > CDD Dès qu il justifie de 4 mois d ancienneté, consécutifs ou non, au cours des 12 derniers mois dans la même association, le salarié en CDD est informé par écrit de son droit à bénéficier du DIF : - à temps complet, la durée de la formation est calculée par rapport à la durée du contrat, - à temps partiel, la durée est proratisée en fonction de la durée du contrat et du temps de travail : 20 h x nombre de mois de présence x temps de travail hebdomadaire La mise en œuvre du DIF L employeur doit informer chaque 31 janvier au plus tard du nombre d heures totales de DIF acquises pour chaque salarié. Cette information écrite peut se faire en annexe du bulletin de paie. Si le choix de la formation est de l initiative du salarié, l utilisation du DIF suppose un accord de l employeur. Le choix tient éventuellement compte des priorités de formation fixées par convention, accord collectif de branche ou d association. Lorsque le salarié prend l initiative de faire valoir ses droits à la formation, l employeur dispose d un mois pour notifier sa réponse. L absence de réponse vaut acceptation du choix de l action de formation. La durée de la formation réalisée se déduit du contingent d heures de formation acquis au titre du DIF. Les actions de formation se déroulent, en principe, en dehors du temps de travail. Lorsque, durant 2 années d exercices civils consécutifs, le salarié et l association sont en désaccord, l OPACIF - Organisme paritaire agréé au titre du CIF - Congé individuel de formation, assure la prise en charge financière de l action dans le cadre d un CIF. En fin de contrat En cas de rupture de son contrat de travail, le salarié peut conserver ses droits acquis au titre du DIF et bénéficier d une action de formation soit pendant le préavis, soit à l issue de son départ de l entreprise. Il bénéficie ainsi du mécanisme de la portabilité du DIF. Le salarié qui démissionne ou qui fait l objet d un licenciement peut bénéficier de son reliquat de droits acquis au titre du DIF pendant la période de préavis (sauf en cas de licenciement pour faute grave ou lourde). Le salarié peut bénéficier d une action de bilan de compétences, de VAE - Validation des acquis de l expérience ou de formation. Lors du départ du salarié, l employeur doit mentionner sur le certificat de travail : > > le solde du nombre d heures acquises et non utilisées au titre du DIF, > > la somme correspondant à ce solde : cette valorisation est égale à 9,15 euros par heure, > > l OPCA - Organisme paritaire collecteur agréé auquel l association cotise pour la formation professionnelle. Si le salarié retrouve un nouvel emploi Auprès du nouvel employeur, le salarié dispose de deux ans pour financer tout ou partie d une action de bilan de compétences, de VAE ou de formation. P7 B RÊVES D ASSOS SEPTEMBRE 2011

8 gros plan sur... > Un des premiers logements d Habitat et humanisme rue Gruey à Besançon HABITAT ET HUMANISME Depuis sa création à Besançon en juin 2005, Habitat et humanisme Doubs œuvre autour de trois piliers complémentaires : proposer un logement aux personnes en difficultés, accompagner les familles et promouvoir l épargne solidaire. 180 adhérents, dont 80 particulièrement actifs, s efforcent chaque jour d entretenir avec le tissu associatif, les institutions locales et les entreprises, un partenariat autour des questions liées au logement familial. C est à Lyon, il y a 25 ans, que Bernard Devert, professionnel de l immobilier devenu prêtre, pose les prémices de ce que sera Habitat et humanisme. Reconnue d utilité publique, l association nationale fédère 51 associations locales dans 64 départements, certaines ayant opté pour une mutualisation interdépartementale. Pierre Chevalet, président de HH Doubs et Jean Fusé, chargé de communication. A la question << ce sont donc les bénévoles qui assurent le suivi des familles, les accompagnent dans une démarche d insertion pour bâtir avec elles un projet de vie? >> Pierre Chevalet, président de HH Doubs et Jean Fusé, chargé de communication, nous font part de cette particularité << un plan de formation est effectivement proposé par la fédération afin de sensibiliser les bénévoles aux questions sociales, aux enjeux personnels, professionnels et collectifs >>. Car au-delà de ces aspects qui peuvent s avérer sensibles, il y a aussi les tâches quotidiennes pour lesquelles ces bénévoles sont volontaires << lorsqu il faut réparer une porte, on a toujours quelqu un dans l association qui est prêt à rendre ce service >>, preuve d une solidarité de proximité qu on pourrait qualifier d innée. Si la problématique du droit français vient parfois compliquer la gestion des situations particulières, elle n a cependant pas été un frein à la poursuite des actions engagées. Dans le Doubs 51 logements ont été financés depuis la création, dont 35 dans 2 maisons relais combinant petits logements autonomes et espaces de vie communs. Une foncière d Habitat et humanisme, outil d achat et de réhabilitation, en est propriétaire et assure donc les travaux et l entretien. La gestion des logements est assurée par l Aivs du Doubs - Agence immobilière à vocation sociale, y compris ceux confiés par des particuliers. Les deux maisons relais sont louées à des associations qui en assurent la gestion en partenariat avec HH Doubs. Pour financer son action en faveur des mal-logés, en complément des dons, Habitat et humanisme développe des produits d épargne solidaire qui permettent à chacun de devenir acteur d une économie de partage. Le principe est simple, vous pouvez souscrire au livret d épargne géré par le Crédit Coopératif qui verse à Habitat et humanisme une partie des intérêts du livret, de 25 à 100% selon le choix du souscripteur. Conférence Le 16 septembre à 20 h 30, un temps fort de débat sur la problématique du logement est organisé sous forme d une conférence donnée par Bernard Devert au Centre diocésain, 20 rue Mégevand. Contact : Habitat et humanisme Doubs 7B rue Voirin Besançon Tél : Courriel : P8 B RÊVES D ASSOS SEPTEMBRE 2011

Le salarié et le DIF

Le salarié et le DIF Le salarié et le DIF Qu'est ce que le DIF? Le DIF est une modalité d accès à la formation offerte aux salariés, à leur initiative et avec l accord de leur employeur. C'est au salarié de choisir sa formation

Plus en détail

Le Congé individuel de formation CIF CNAM PARIS

Le Congé individuel de formation CIF CNAM PARIS Le Congé individuel de formation CIF CNAM PARIS «Le CIF permet de suivre une formation d un an à temps plein ou de 1200 heures à temps partiel.» Le CIF : étape par étape Qu est-ce que le CIF? Attention

Plus en détail

L organisation interne et la gestion des ressources humaines. Un outil d aide à la structuration

L organisation interne et la gestion des ressources humaines. Un outil d aide à la structuration L organisation interne et la gestion des ressources humaines Un outil d aide à la structuration Sommaire 1 L organisation interne de l association 2 1.1. Clarifier les rôles et missions de chacun 2 1.2.

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ ET LES DOCUMENTS DE FIN D ANNÉE

LA COMPTABILITÉ ET LES DOCUMENTS DE FIN D ANNÉE N 14 - DÉCEMBRE 2010 LA COMPTABILITÉ ET LES DOCUMENTS DE FIN D ANNÉE GROS PLAN Questions de goût VIE PRATIQUE Aide à l emploi associatif d utilité sociale édito J ai le plaisir de vous présenter la quinzième

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

LES ARCHIVES DES ASSOCIATIONS

LES ARCHIVES DES ASSOCIATIONS N 18 - DÉCEMBRE 2011 LES ARCHIVES DES ASSOCIATIONS GROS PLAN La blanchisserie du refuge VIE PRATIQUE Registre spécial, le livret de famille de l association édito 2011, l année européenne du bénévolat

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel ! Salarié Senior (ou pas) Sécurisez votre parcours professionnel SOMMAIRE Introduction... p 3 Vous souhaitez faire le point sur votre carrière... p 4 Entretien de 2nde partie de carrière... p 5 Bilan de

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

BIEN ACHETER DE LA FORMATION

BIEN ACHETER DE LA FORMATION professionnalisation compétences FORMATION entreprise solutions BIEN ACHETER DE LA FORMATION GUIDE PRATIQUE AGEFOS PME LANGUEDOC-ROUSSILLON Toutes les réponses à vos questions Sommaire 2... Mes objectifs

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

La construction du projet associatif. un outil d aide à la structuration

La construction du projet associatif. un outil d aide à la structuration La construction du projet associatif un outil d aide à la structuration Sommaire 1. Le diagnostic de l association 3 1.1 L état des lieux 3 1.2 L analyse 4 2. La formalisation du projet 5 3. La traduction

Plus en détail

FORMATION AU DIPLOME D ETAT DE PROFESSEUR DE MUSIQUE INFORMATIONS UTILES CONCOURS D ENTREE 2015

FORMATION AU DIPLOME D ETAT DE PROFESSEUR DE MUSIQUE INFORMATIONS UTILES CONCOURS D ENTREE 2015 FORMATION AU DIPLOME D ETAT DE PROFESSEUR DE MUSIQUE INFORMATIONS UTILES CONCOURS D ENTREE 2015 Centre de Formation Supérieure Diplômante des Enseignants de Musique 380 Avenue W.A. Mozart - 13100 Aix en

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

Faisons équipe en 2015!

Faisons équipe en 2015! Faisons équipe en 2015! A U 1 E R S E P T E M B R E 2 0 1 5 U N I F O R M A T I O N D E V I E N T L E P A R T E N A I R E F O R M A T I O N D E S S T R U C T U R E S D É P E N D A N T D E L A B R A N C

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES ELECTIONS DES DELEGUES AU CONSEIL DE VIE LYCEENNE (CVL) Voter pour se faire entendre

GUIDE DE BONNES PRATIQUES ELECTIONS DES DELEGUES AU CONSEIL DE VIE LYCEENNE (CVL) Voter pour se faire entendre Je vote Tu votes Elle vote Il vote Nous votons Vous votez GUIDE DE BONNES PRATIQUES ELECTIONS DES DELEGUES AU CONSEIL DE VIE LYCEENNE (CVL) Voter pour se faire entendre Septembre 2010 Préface Elaboré au

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

La Formation Professionnelle au service de l emploi partagé. Mardi 26 novembre 2013

La Formation Professionnelle au service de l emploi partagé. Mardi 26 novembre 2013 La Formation Professionnelle au service de l emploi partagé Mardi 26 novembre 2013 1 SOMMAIRE 1- Présentation UNIFORMATION p.3 2- Le système de la Formation Professionnelle Continue (FPC) p.8 3- Les obligations

Plus en détail

droit individuel à la formation mode d emploi

droit individuel à la formation mode d emploi droit individuel à la formation mode d emploi PRÉAMBULE Individualiser les parcours de formation, permettre à chaque salarié d être acteur de son évolution professionnelle, se former tout au long de la

Plus en détail

Les guides. pratiques d Actalians DIF PORTABLE. Droit Individuel à la Formation. Comment utiliser votre DIF portable avec Actalians?

Les guides. pratiques d Actalians DIF PORTABLE. Droit Individuel à la Formation. Comment utiliser votre DIF portable avec Actalians? Les guides pratiques d Actalians DIF PORTABLE Droit Individuel à la Formation Demandeur d emploi Salarié nouvellement embauché Comment utiliser votre DIF portable avec Actalians? Actalians est l Organisme

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Programme de la journée 10h30 10h50 11h30 12h00 12h30 Etat des lieux 2008 des centres de ressources en éducation

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Passer le relais au sein de son association. Création- Fonctionnement STRUCTURER

Passer le relais au sein de son association. Création- Fonctionnement STRUCTURER Création- Fonctionnement Passer le relais au sein de son association Une association est une organisation. Et comme toute organisation humaine, elle est soumise au cours de son existence à des changements

Plus en détail

CIF CDI GUIDE PRATIQUE. Congé individuel de formation CDI Suivre une formation pour évoluer ou se reconvertir

CIF CDI GUIDE PRATIQUE. Congé individuel de formation CDI Suivre une formation pour évoluer ou se reconvertir CIF CDI Congé individuel de formation CDI Suivre une formation pour évoluer ou se reconvertir LE CONGÉ INDIVIDUEL DE FORMATION CDI EN BREF Qu est-ce que le congé individuel de formation CDI? Le congé individuel

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014

Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014 Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014 1. Communiquer le plan stratégique : utopie ou défi? par J. MOISSE, Inspecteur général au Service public de Wallonie Cf. présentation.ppt en annexe

Plus en détail

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés octobre 2013 I. Pourquoi une association de commissaires d exposition? L association C-E-A / Commissaires d exposition associés est née en 2007 du

Plus en détail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail

Client : AGEFOS PME AQUITAINE Mission : Actions management Année : 2010. Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Drroiitt ett oblliigattiions de ll enttrreprriise au rregarrd du code du ttrravaiill Action Objectifs Droit et obligation de l entreprise au regard du code du travail Appréhender les dernières évolutions

Plus en détail

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Ucanss Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Potocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi Août 2012 GUIDE PRATIQUE Guide de SAISIE EN LIGNE de l ATTESTATION EMPLOYEUR Pôle emploi Depuis le 1 er janvier 2012 les entreprises de plus de 10 salariés doivent transmettre leur attestation employeur

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

Association sportive et communication

Association sportive et communication Association sportive et communication Dirigeants sportifs bénévoles Quelle communication pour mon asso? Janvier 2014 Module : communication Voir et revoir tout ce qui concerne la communication interne

Plus en détail

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Bénévolat Portefeuille de compétences Modes d emploi pour Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Tout bénévole Votre mode d emploi Le Portefeuille de compétences vous aide

Plus en détail

La formation professionnelle continue en 2013

La formation professionnelle continue en 2013 La formation professionnelle continue en 2013 UNIFORMATION : OPCA de l économie sociale La contribution «Formation» Les dispositifs de la formation professionnelle continue : Financement du plan de formation

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE

OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE OBJECTIF FORMATION ANIMATION QUALITE Des animations de qualité pour les enfants 10 Allée du Cortil La Vacherie 74230 THÔNES Téléphone : 04 50 63 10 64 Messagerie : ofaq@aliceadsl.com Formations continues

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

Information AIDES AU FINANCEMENT DES FORMATIONS diagnostic immobilier, prévention des risques professionnels.

Information AIDES AU FINANCEMENT DES FORMATIONS diagnostic immobilier, prévention des risques professionnels. Information AIDES AU FINANCEMENT DES FORMATIONS diagnostic immobilier, prévention des risques professionnels. Salariés, demandeurs d emploi, professions libérales et commerçants, intérimaires, et travailleurs

Plus en détail

L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009

L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009 L ANI du 7 janvier 2009 : Quels changements pour l entreprise? Club RH 4 juin 2009 Présentation de l ANI du 7 janvier 09 Sylvie GRANSAGNE, juriste en droit social UIMM Belfort- Montbéliard La réforme de

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1

CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1 Paris, le 22 Mai 2013 CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1 Présentation du réseau ODC : OPTIMAL DATA CENTER est une marque commerciale déposée qui fédère un réseau national de prestataires et fournisseurs

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

Convention Collective Nationale de la Mutualité

Convention Collective Nationale de la Mutualité Page 1 sur 14 Convention Collective Nationale de la Mutualité ACCORD DE BRANCHE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE PREAMBULE Les organismes mutualistes et leurs salariés sont confrontés à la nécessité de

Plus en détail

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives?

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? 1 sur 5 29/09/2014 09:21 Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex En collaboration avec Cécile Gilbert, Avocat au Barreau de l'eure,

Plus en détail

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 La Convention collective des salariés du Particulier employeur 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 Les obligations de l employeur à l embauche du salarié S immatriculer en tant qu employeur, plusieurs

Plus en détail

Journée de formation - Service Civique

Journée de formation - Service Civique Journée de formation - Service Civique Accueillir et accompagner un jeune en engagement de Service Civique «Le tuteur, un rôle fondamental pour le respect de l esprit du Service Civique, et la réussite

Plus en détail

Le Personnel de Maison

Le Personnel de Maison Le Personnel de Maison ( Le guide de l employeur Tout ce qu il faut savoir pour l embauche de personnel de maison MISE À JOUR AVRIL 2013 3 bis, rue Mahabou. 97600 Mamoudzou / Tél. : 02 69 61 16 57 LES

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Resp employeur 30.11.09 CDOS 57 LA FORMATION PROFESSIONNELLE. Chapitre 8 de la CCNS

Resp employeur 30.11.09 CDOS 57 LA FORMATION PROFESSIONNELLE. Chapitre 8 de la CCNS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Chapitre 8 de la CCNS PART DES COTISATIONS «FORMATION» DANS LES CHARGES PATRONALES ( STRUCTURE DE MOINS DE 10 SALARIÉS) TYPE POURCENTAGE DE LA MASSE SALARIALE Organisme Paritaire

Plus en détail

Diplôme d Université

Diplôme d Université Formation Continue Diplôme d Université Gérer et Développer votre Association I.A.E de Lyon - Université Jean Moulin - Lyon 3 6, cours Albert Thomas - BP 8242-69355 Lyon cedex 08 Tél. : 04 78 78 71 88

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012

Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012 Le CDI intermittent (CDII) Extrait du Guide Pratique Animation - décembre 2012 CNEA 88 rue Marcel Bourdarias CS 70014 94146 Alfortville cedex Tél. 01 41 79 59 59 courriel : cnea@cnea-syn.org adresse internet

Plus en détail

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Entre les soussignés La Caisse d'epargne Loire-Centre dont le siège social est situé à ORLEANS,

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Mise en conformité de vos régimes santé, et prévoyance, êtes-vous prêts!

Mise en conformité de vos régimes santé, et prévoyance, êtes-vous prêts! GRAS SAVOYE I CONSEIL & COURTAGE EN ASSURANCES Mise en conformité de vos régimes santé, et prévoyance, êtes-vous prêts! Votre entreprise dispose d un régime complémentaire de protection sociale (frais

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer MODULE ÉVALUER SON PROJET COMPRENDRE UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer L ÉVALUATION DE L IMPACT SOCIAL L Impact Social

Plus en détail

Dimanche 22 Mars 2015 & Dimanche 29 Mars 2015 Bureau ouvert de 8 heures à 18 h 00

Dimanche 22 Mars 2015 & Dimanche 29 Mars 2015 Bureau ouvert de 8 heures à 18 h 00 Elections Départementales Dimanche 22 Mars 2015 & Dimanche 29 Mars 2015 Bureau ouvert de 8 heures à 18 h 00 Bulletin n 170 Procédure de vote: Vous ne pouvez pas panacher, les noms des candidats, pas de

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION BAFA CITOYEN SESSION 2015

DOSSIER D INSCRIPTION BAFA CITOYEN SESSION 2015 DOSSIER D INSCRIPTION BAFA CITOYEN SESSION 2015 Dossier à retourner complet au Point Information Jeunesse ou au Service Engagement Citoyen Avant le 24 juin 2015 COORDONNÉES PHOTO OBLIGATOIRE Sexe : F M

Plus en détail

Contacts Georgia JACOBSON 0590 84 79 22/0690 24 56 37 Maïté DORESSAMY 0590 84 79 23

Contacts Georgia JACOBSON 0590 84 79 22/0690 24 56 37 Maïté DORESSAMY 0590 84 79 23 Contacts Georgia JACOBSON 0590 84 79 22/0690 24 56 37 Maïté DORESSAMY 0590 84 79 23 Préambule Construisons ensemble une relation partenariale : c est la volonté de la Ville largement partagée avec les

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013

enmodesocial LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 enmodesocial Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Régime de prévoyance : les impacts de la loi du 14 juin 2013 octobre novembre

Plus en détail

REGLEMENT EP-One. Accueil libre pour les 11 à 17 ans. Accueil fixe pour les 11 à 14 ans

REGLEMENT EP-One. Accueil libre pour les 11 à 17 ans. Accueil fixe pour les 11 à 14 ans REGLEMENT EP-One L EP-One vous propose, deux types d accueil : Accueil libre pour les 11 à 17 ans Hors vacances scolaires Mercredi 13h30 à 18h00 Vacances scolaires Lundi au vendredi 9h00 à 12h00 13h30

Plus en détail

Une formation, pourquoi? comment? Guide pratique

Une formation, pourquoi? comment? Guide pratique Une formation, pourquoi? comment? Guide pratique Une formation, pourquoi? comment? INTRODUCTION Se former pour (re)trouver un emploi La formation continue contribue à entretenir et adapter vos compétences

Plus en détail

Projet CDOS 37 : POUR L AIDE AU DEVELOPPEMENT DES STRUCTURES SPORTIVES EN INDRE-ET-LOIRE

Projet CDOS 37 : POUR L AIDE AU DEVELOPPEMENT DES STRUCTURES SPORTIVES EN INDRE-ET-LOIRE Projet CDOS 37 : POUR L AIDE AU DEVELOPPEMENT DES STRUCTURES SPORTIVES EN INDRE-ET-LOIRE 2012 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DU COMITE DEPARTEMENTAL OLYMPIQUE ET SPORTIF (CDOS)... 3 1.1. MISSIONS... 3 1.2. RESSOURCES

Plus en détail

Directeur de la communication Philippe DEBONDUE Presse - Marion WAYSENSON F. 04 90 80 81 32

Directeur de la communication Philippe DEBONDUE Presse - Marion WAYSENSON F. 04 90 80 81 32 SUR LES SEJOURS LINGUISTIQUES DOSSIER DE PRESSE Mercredi 15 février de 13 h à 17 h Ancienne caserne des pompiers rue Carreterie Avignon Directeur de la communication Philippe DEBONDUE Presse - Marion WAYSENSON

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble!

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! Le Livret d accueil du Repreneur Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! 2 3. Sommaire Le CRA Ce livret a pour vocation de vous aider à utiliser d une manière optimale l

Plus en détail

Café urbain : mode d emploi

Café urbain : mode d emploi Document du Centre Saint-Pierre, Montréal Café urbain : mode d emploi Qu est-ce qu un Café urbain? Cette appellation désigne une série de rencontres pouvant être organisées chaque année par un ou plusieurs

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience. avec l IFPASS. www.ifpass.fr

La Validation des Acquis de l Expérience. avec l IFPASS. www.ifpass.fr La Validation des Acquis de l Expérience avec l IFPASS www.ifpass.fr Le Pôle Orientation et VAE de l IFPASS Le Pôle Orientation et VAE de l IFPASS est au service des professionnels de l assurance, qu ils

Plus en détail

Contacts. www.mdl-champagneardenne.com. la Ligue de l'enseignem. de votre MDL. Ardennes. Aube. Marne. Haute-Marne

Contacts. www.mdl-champagneardenne.com. la Ligue de l'enseignem. de votre MDL. Ardennes. Aube. Marne. Haute-Marne ... en Junior Asso Vers qui puis-je me renseigner si je veux créer une MDL? - Mon chef d établissement et/ou le référent vie lycéenne de mon établissement. - Délégué(e) académique à la vie lycéenne. -

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Ce dossier de référencement est permanent. Il est possible à un prestataire

Plus en détail

L autodiagnostic stratégique

L autodiagnostic stratégique PÔLE DE COOPERATION R H Ô N E - A L P E S LA COOPÉRATION ENTRE LES ASSOCIATIONS SANITAIRES ET SOCIALES L autodiagnostic stratégique Cadre d analyse des Etablissements & Services GUIDE PRATIQUE DE LA COOPERATION

Plus en détail

Office Central de la Coopération à l Ecole Association 1901 reconnue d utilité publique

Office Central de la Coopération à l Ecole Association 1901 reconnue d utilité publique , 22, rue des Sablières 33800 BORDEAUX Tel : 05 56 91 67 55 - Fax : 05 56 92 87 67 - Courriel : ad33@occe.coop Site Internet : http://www.occe33.net/ QUESTIONS posées à l OCCE lors de la FORMATION des

Plus en détail