Recommandationsde bonnes pratiquesprofessionnelles. Conciliervie en collectivité etpersonnalisationdel accueil etde l accompagnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandationsde bonnes pratiquesprofessionnelles. Conciliervie en collectivité etpersonnalisationdel accueil etde l accompagnement"

Transcription

1 Recommandationsde bonnes pratiquesprofessionnelles Conciliervie en collectivité etpersonnalisationdel accueil etde l accompagnement

2 Ce documentareçul avisfavorable ducomité d orientation stratégique etduconseil scientifiquedel Anesm. Septembre2009

3 Conciliervie en collectivité etpersonnalisationdel accueil etde l accompagnement Nombreusessontlespersonnesen difficulté enfants ouadultes accueilliessur un mode collectif au titre de laloi du2janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale. Dès lors, ce type d accueil leur impose de respecter les règles de fonctionnement et de vie en collectivité. Mais ces dernières ne doivent pas pour autant se substituer àl objectif d individualisation des prestations posé par le législateur ni gommer les droits des personnes au regard, notamment, du respect de leur vie privée etde leur intimité*. Si lavie en collectivité génère des contraintes diverses (rythme de vie, hygiène, sécurité, horaires etc.), chaque personne doit pouvoir bénéficier d un accompagnementindividualiséquicontribueaudéveloppement,aumaintienouaurétablissementde son autonomie. L objectif de cette recommandation est de promouvoirdespratiquesprofessionnelles qui permettentun juste équilibre entre l accueil collectif proposé parune structure, samissionetlaresponsabilité quiendécoule,aubénéficedelapersonne. Ce document propose des articulations dans ce sens en prenant en compte divers enjeux parmi lesquels: pour l usager, disposer d un cadre de vie collectif qui le reconnaisse comme individu; pour les professionnels, assurer concrètement un accueil personnalisé et promouvoirune vie collective dequalité; pour lesétablissements,limiterlescontraintesissuesde lavie en collectivité en s ouvrantsur l extérieur. Cette recommandation complète ainsi celles concernant l «Ouverture des établissements àet sur leur environnement», «Les attentes de la personne et le projet personnalisé»etbien sûr, «La bientraitance:définition etrepères pour la miseenœuvre». Elle concerne aussi bien les professionnels que l encadrement, les usagers et leurs proches,quel quesoitle secteur d activité. Pratique etadaptée aux acteurs de terrain, cette recommandation aété jugée rapidement opérationnelle. Les préconisations retenues peuvent ainsi intégrer les démarchesd évaluationinterne quedoiventconduirelesétablissements etservices sociaux etmédico-sociaux. *Articles L et L du code de l Action sociale etdesfamilles. DidierCharlanne Directeur de l Anesm Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 1

4 Equipeprojetde l Anesm Marie-Laure LAGANDRÉ, chef de projet Maud MOREL, chef de projet junior PatriciaMARIE, documentaliste Guillemette CHARLES, stagiaire Claudine PARAYRE, responsable duservicepratiquesprofessionnelles Groupe de travail Jean-Louis AGARD, représentant des usagers, vice-président de Sésame Autisme, Haute-Garonne Laetitia DUBOIS, usagère,membre ducvs aufoyerde vie APF LesSalines,Nord Fabienne DUBUISSON, chef de bureau Actions en direction des personnes âgées, Dases, conseil général de Paris, membre ducomité de pilotage personnes âgées du réseau Idéal Connaissances,Paris Pascale ESPAILLARD,responsable Qualitéetservices,Lesjardinsde Cybèle,Gironde Odile FROMENT,directrice de La Haute Bercelle et du Service d accueil en ville,adsea 77, Seine-et-Marne Elise GATESOUPE, directrice d une maison d accueil spécialisée,masde l Isle,EPSVille Evrard, Seine-Saint-Denis FlorenceGUITET,éducatrice,bureaudesMéthodesetde l action éducative,direction de la Protection judiciaire delajeunesse,paris Marianne HAMELIN, vice-présidente delafédération nationale des associations de directeurs d établissements et services pour personnes âgées (Fnadepa), directrice d une maison d accueil pour personnes âgées,sarthe Jean-PaulHORTHEMEL, aide-médico-psychologique,foyerde vie APF LesSalines,Nord Sylvie LEFRANCOIS, directriceadjointedel Institut de Démouville,Acsea, Calvados René MULLER, directeur puis secrétairegénéral d établissements sociaux et médico-sociaux, villa Saint-Camille,Alpes-Maritimes Michel OLIVRY, usager, membre ducvs, foyerde vie APF LesSalines,Nord Corinne POUTHIER, ingénieure qualité, Les jardins de Cybèle, membre de lacommission qualitédu Syndicat nationaldes établissements et résidences privées pour personnes âgées (Synerpa),Gironde Gaëlle TELLIER, déléguée régionale,sos Habitatetsoins,Ile-de-France Marc REYBAUD, représentant des usagers, vice-président de la Fédération nationale des associations de personnes âgées etde leurs familles(fnapaef),mayenne Marie VILLEZ, directrice d un centre de soins en addictologie Le Cèdre bleu, Nord, représentantedel Anitéaetde laf3aaucomité d orientation stratégique(cos)de l Anesm Groupe de lecture Frédéric BAUER, directeur du Centre régional pour l enfance et l adolescence inadaptées (Creai),Alsace Annie CADENEL, déléguée nationale,ancreai,paris François CHOLEZ, usager, vice-président du groupe d expression du CHRS Le Renouveau, Epinal, membre dugroupe d appui régional delafédération nationale des associations d accueil et de réinsertion sociale (Fnars) Lorraine, membre dugroupe d appui national usagers Fnars,Vosges Erwann DELEPINE, directeur régionalapf Champagne-Ardenne ChantalDUMONT,directricedel EhpadLesCharmes,Lesjardinsde Cybèle,Saône-et-Loire 2 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

5 Emmanuel FAYEMI, directeur général,adsea29, membre du Comité d orientation stratégique de l Anesm,Finistère Franck JEANNOT, usager, CHRS Le Renouveau Epinal, président du groupe d expression, membre du Conseil d administration du groupe d appui régional des usagers de la Fnars Lorraine,membre dugroupe d appuinational usagers Fnars,Vosges Stéphane JUNGLING, usager, président du CVS, foyer d hébergement de Saint-Julien-les- Metz,élu au Conseil national des usagers de l APF,Moselle Philippe LEMAIRE, responsable départemental, France Terre d Asile, Hauts-de-Seine membre ducomité d orientation stratégique(cos) del Anesm Jean-Jacques MOLINA, directeur de l EhpadLesGarrigues,membre delafnadepa, Hérault Jacques MOULIN, directeur de site,foyerlesrocheset Esat,Adapei 43,Haute-Loire Cyril NAKACHE, directeur,chrs Fondation Mérice,Paris Norbert NAVARRO, directeur de l Ehpad,RésidenceGauthier,Puy-de-Dôme,administrateur AD-PA,membre ducomitéd orientation stratégique(cos)del Anesm Catherine PIZOT, chef de service des équipements de l Aide sociale àl enfance, conseil général del Isère,membre duréseauidéalconnaissances Annie PSZENICA, représentante des usagers, comité départemental des retraités et personnes âgées,haute-savoie Betty PUIRAVAUD,conseillère technique,directioninterrégionalede laprotection judiciaire de la jeunesse sud-est Marseille,Bouches-du-Rhône Séverine RAGON, responsable du secteur gestion des ESSMS, Unapei, membre du Comité d orientation stratégique(cos) del Anesm DrAnnickVANDERMERSCH-AUBOURG, directricedel EhpadRivabel Age,Ardava, Calvados Anne VINCENT,référentqualité,CHRS/centrematernel La Chaumière,Bouches-du-Rhône Coordinationéditoriale Dominique LALLEMAND,responsable de lacommunication etdesrelationsinstitutionnelles de l Anesm Céline DAVID,chargée de communication,anesm Analysejuridique La vérification de la conformité juridique dece document aété effectuée par Maître Olivier POINSOT, agissant au nom de la SCP Grandjean-Poinsot. Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 3

6 Sommaire Introduction... 7 Présentationgénérale 1. La méthode de travail Lecontexteetlesenjeux L intérêtde l accueil en collectivité Lesobjectifsetlesprincipesdirecteurs I. Intimité,vie privée etpersonnalisation 1. La personnalisationdel arrivée Préparerson arrivée aveclapersonne auseindel établissement Formaliser unlivretd accueil simple,accessible et «accueillant» Repérerle professionnel quiaccompagne lespremiers temps Leprojetpersonnaliséauregarddelavie en collectivité Identifierlesapportspersonnalisésdeladimensioncollectivedel accueil Recueillirlesinformationsnécessaires àune vie quotidienne personnalisée Lors de laco-constructionduprojetpersonnalisé,porterune vigilanceparticulière sur différents points Lors desdécisionssur le projetpersonnalisé,prendreencompte ladimensioncollectivedel accueil L espacepersonnel Faciliter l appropriationdel espace privatif en hébergement Entérinerle caractèreprivatif de lachambre/logement Aménagerl espaceprivatif Garantirlaconfidentialitédelacorrespondance La vie personnelle quotidienne Mettreenœuvreconcrètementle respectde l intimitéparrapport aux soins etàlatoilette Mettreenœuvreauquotidienlaprotectiondelavie privée etle respectde laconfidentialitévis-à-vis desautresusagers Faciliter lesvisites etrespecterleur caractère privé Mettreenplaceune organisationetdeséquipements permettant une personnalisationdesaspects domestiquespersonnels II.L individuauseindelavie collective 1. Lequotidiencollectif Agenceretaménagerlesespacescollectifs Adapter l organisationdes repas I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

7 1.3 Organiser le lever etle coucher de façon personnalisée Organiser laparticipationàlavie quotidienne collective Lesactivitéscollectives Préciserlateneur etlesobjectifsdesactivitésdegroupe Proposerdestempsde communicationetd échangesauseindugroupe Impliquerlesusagers dans l organisationdelavie collective Sommaire 3. La médiationdesprofessionnelsdanslavie collective Observerlavie collectiveauquotidiensans intrusion Personnaliser latenuedesprofessionnels Aiderlespersonnesaccueilliesàpréserverleur intimité Veilleràlafaçon donton s adresseaux personnes Accompagnerlesmoments de transitiondans lavie quotidienne Veilleràlasouplesse desmoments collectifsde convivialité Accompagnerlesévénements exceptionnelsparlaparole Gérerlesperturbationsde lavie collective III.Lecadredelavie collective 1. L organisationglobale etle travail d équipe Elaborer lesprincipesdirecteursde l organisationetdéfinirlesgrandeslignes de fonctionnementde lastructure Inscrirel accueil en collectivitédans une paletted interventionsetdans desréseaux Examinerlataille etl organisationdesétablissements Clarifieretpréciser laconstitutiondesgroupesde vie Déplacerponctuellementle groupe Mettreenplacedes réunions d échanges et de réflexionpour les professionnels L élaboration etlatransmission desrèglesde vie collective Identifierlesrèglesde vie collective Mettreenplacedestempsd échangesetde discussionautour desrègles de vie collectiveetde laconcrétisationdesdroits etlibertés Enoncerlesrèglesde vie collectivedetellefaçon qu ellesencouragent laresponsabilité desusagers Accompagnerl appropriationdesrèglesde vie collective Annexes Annexe1-Eléments pour l appropriationdelarecommandation Annexe2-Etude qualitative Listedesétablissements Annexe3-Principaux éléments bibliographiques Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 5

8 6 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

9 Introduction Le thème «Concilier la vie en collectivité etla personnalisation de l accueil et de l accompagnement» s inscritdansle programme de travail de l Anesm autitre de laqualité de vie despersonnesaccueillies au sein des établissements sociaux et médico-sociaux.il se réfère directementàlarecommandation «La bientraitance:définition et repèrespour la mise enœuvre». Il est par ailleurs fondamentalement lié au thème de celle relative à «L ouverture del établissement àet sur son environnement» (1).La dimension collective abordée dans cette recommandation est indissociable de la nécessaire ouverture de l établissement àet sur l extérieur, afin depallier les risques que peut engendrer un monde clos. Cette recommandation conduit àinterroger les rapports entre l individu et le collectif, au regard duprojet d établissement.quel que soit le mode d accueil et de prise encharge,la personnalisation de l accompagnement est une dimension fondamentale de la loi du 2janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale. Mais des tensions apparaissent très directement sil on considère les risques de dépersonnalisation propres àla vie en collectivité. Toutefoisune approche personnalisée de chaque individudoitconduire aussiàle considérer dans ses relations sociales. Bien au-delà d une juxtaposition de personnes, la collectivité peut alors être envisagée comme unlieu de vie,conciliantintimitéetsociabilité. Cette recommandation concerne l ensemble des établissements sociaux et médico-sociaux accueillant les usagers en collectivité. Son utilisation doit être adaptée par chaque équipe professionnelle selon la spécificité des missions des établissements en particulier suivant les publics accueillis (2). Considérée comme un outil pour laréflexion,l action et l évaluation au bénéfice de l usager, l appropriation de cette recommandation doit tenir compte des réalités propres àchaque établissement,notammentsataille. Elle s adresse àl ensemble desacteurs,responsableset professionnels des établissements.en effet,la conciliation de la vie en collectivité etde la personnalisation de l accueil et de l accompagnement renvoie autant aux projets, qu à l organisation et aux pratiques quotidiennes,auplus prèsdesusagers. Elle concerne également les personnes accueillies et leurs représentants légaux, et peut constituer une base pour échanger et dialoguer,notamment au sein des conseils de la vie sociale (CVS) etautres groupes d expression. Après une présentation générale du contexte, ainsi que des principes directeurs et des objectifs,cedocumentexpose desmodalitéspratiquesde mise enœuvre organiséesen trois parties : intimité,vie privée et personnalisation ; l individu ausein de la vie collective ; le cadre delavie collective. (1) Recommandationsde bonnespratiquesprofessionnellesdisponiblessur (2) Personnes handicapées, enfants et adultes ;personnes âgées ;enfants et adolescents en difficultés ;personnes en situation d exclusion. Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 7

10 8 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

11 Présentation générale Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 9

12 1. La méthode de travail La méthode retenue est celle du consensus simple.les bonnes pratiques ont été recueillies en s appuyantsur une analysedelalittérature,une étude qualitative,eten mobilisantune pluralité d acteurs (3). L analyse bibliographique et documentaire acouvert le secteur social et médico-social dans saglobalité etles spécificités d approche du thème propres àchacun de ses champs (personnesâgées,personneshandicapées,protection de l enfanceetinclusion sociale). Elle anotamment exploré les dimensions suivantes :articulation des droits et libertés avec les devoirs, obligations ou contraintes;espace public/espace privé;le sujet, le groupe, la collectivité, L étude qualitative acomporté deux volets : des entretiens semi-directifs,individuels ou collectifs,auprès d usagers et de professionnels d établissements sociaux et médico-sociaux (4) ; une analysedecontenude règlements de fonctionnement recueillisauprèsd établissements ainsi que deguides pour l élaboration de ce règlement produits par des fédérations, groupements ouadministrationsdusecteur. La production de la recommandations est appuyée sur un groupe de travail etun groupe de lecture,composésde professionnels,d usagers etde personnesqualifiéesreprésentant une diversitédepoints de vue. Le groupe de travail apoursuivi deux missions:examiner le thème au regard de l analyse bibliographique et de l étude qualitative puis s accorder sur les pratiques professionnelles devantfaire l objetd une recommandation. Le projetde recommandation aensuite été soumisaugroupe de lecture,dontlesremarques portant sur lalisibilitéetlacohérence ontété prisesen comptedans laversion finale. 2. Le contexte etlesenjeux L arrivée au sein d un établissement social oumédico-social marque pour l individu un momentparticulierdanssatrajectoiredevie. La priseencharge constitueunchangement etintervientparfoisen ruptureavecun avant.quecesoitune simple transition ouqu elle s inscrivedansladurée,elle est reliée àdifférents typesde difficultésselon lespopulations accompagnées. Acette transition ou bien cette rupture dans une trajectoire devie s ajoute, selon les situations,une nouveauté: lavie en collectivité.alors que lapersonne ne peut plus vivre seule ou dans son milieu familial,elle va vivreencollectivité. Lorsqu elle est centrée sur des logiques organisationnelles et fonctionnelles,il peut arriver que l institution ne prenne pasen compte chaque personne comme différente etsingulière. De ce fait,elle porte enelle des risques de dépersonnalisation et d uniformisation. C est dans ce contexte qu intervient, aucœur de la loi du 2janvier 2002, la notion de personnalisation. (3) Cf. principaux éléments bibliographiques en annexe 3et site internet :travaux d appui «Version complètedelabibliographie» et «Etude qualitative:cadre méthodologique et synthèse des résultats». (4) Cf. listedesétablissements en annexe2. 10 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

13 Celle-cirecouvre: l élaboration etlamise enœuvre d unprojet personnalisé (5) pour chaqueusager ; l exercice desesdroits etlibertésindividuels (6). Elle apour but l accompagnement au développement personnel, àl autonomie, selon la personnalité, les limitations d activités ou la situation de fragilité de chaque individu. Cet accompagnement peut prendre appuisur le groupe. En effet,lavie en collectivité peut constituerunvéritable apportpour lapersonne accueillie. L intérêtde l accueil en collectivité Ilest différentsuivantlesmissionsde l établissementetlespublicsaccueillis. r Lorsque lavie en collectivité est mise au service desmissions de l établissement,elle apporte,selon les cas: une rupturedel isolementaffectif etsocial; un support de socialisation àtravers lesgestes de lavie quotidienne collective; un cadre d apprentissage,de soins,de développement personnel en appui sur le collectif ; un univers relationnel contenant nécessaire àla restructuration de l identité, voirelarestauration d une identitésociale valorisante; unespaced aide mutuelle etd émulation entrepairs ; un cadre desocialisation structurant àtravers la contrainte,la confrontation à l autreetl apprentissage de lavie commune etdesrèglesde vie collective. r Lorsquelavie en collectivitén est pasprioritaireparrapport àlamission principale de l établissement,son intérêt réside sur le plan des liens sociaux et de leurs effets sur le développement,le bien-être etlaqualitédevie de chacun,àtravers : le soutien etl accompagnementàl autonomie ; larencontre,l échangeavecdespersonnespartageantlamême situation ; le développementde solidarités; lapossibilitéd actionscollectives. En outre,lavie collectivese construitdifféremmentselon que l établissementconstitue unlieude vie àlong terme ouunlieude passage vers une vie plus autonome. La complexité durôle des professionnels réside dans le dépassement des tensions entre point de vue individuel et point de vue collectif : attentes etbesoins singuliers de lapersonne,droits etlibertés,autonomie,d une part ; logiques organisationnelles et fonctionnelles de la collectivité, obligations et règles sociales,d autrepart. Ils ont àprendre encompte àla fois les problématiques organisationnelles et les objectifs de leurs interventions. Concilier la vie en collectivité etla personnalisation de l accueil et de l accompagnement conduitàse situerdansune approche complexe desinteractionsqui lientindividu,groupe(s) et société, en envisageant les tensions entre l individuel et le collectif non pas dans une dimensionbipolaired opposition maisbien dansleur articulation. (5) Enréférenceaudroit à «une priseencharge etunaccompagnementindividualisé»,casf,art.l (6) Arrêtédu8septembre2003 relatif àlacharte des droits et libertés de la personne accueillie. Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 11

14 3. Lesobjectifsetlesprincipesdirecteurs Cette recommandation vise à développer les interactions positives entre lavie en collectivitéetlapersonnalisation de l accueil etde l accompagnement. Elle s inscriten complémentarité delarecommandation «Ouverturedel établissement à et sur son environnement» (7) qui traite des interactions entre l établissement et ses environnements. 4 Les objectifs sesituentàtrois niveaux articulés entreeux : limiterles obstacles etles freins àlapersonnalisation inhérents àlavie en collectivité; déterminer desformes d accueil favorisant une vie collectivedequalité; développer les éléments structurants de la vie en collectivité, pour contribuer àla construction et au bien-être dechacun. 4 Des principesdirecteurs guidentles modalités de mises en œuvre: les équilibresentre protection etautonomie L action sociale promeut àla fois l autonomie et la protection des personnes. Dans le contexte d un accueil en collectivité, la protection collective des personnes et l intérêt général peuvententreren tension avecl autonomie etl intérêtindividuel. Le droitauchoix et la prise derisques doivent trouverleur place. En outre, un principe tel que «l égalité detraitement» ne saurait faire obstacle àla personnalisation. l apport du lien social etdugroupe Chaque personne se nourritdes interactionsqu elle peut avoiravecautrui. Cesinteractions participentàlaconstruction ouaumaintien de l identité. Simultanément,l expression etlaparticipation desusagers tantindividuelle quecollective permettent de nourrir et d infléchir l organisation du groupe et ses articulations avec la personnalisation. la dignité dechacun La dignité de la personne est fondée notamment,dans la pratique quotidienne,sur le respect de son intimitéetde savie privée (8).Encollectivité,le risqued atteinteàladignitédecelui-ci est multiplié parlaproximitéetle regarddesautres.alors quelecorpsconstituelabaseet le support privilégié du sentiment d identité, le respect de l intimité corporelle est déterminant. Le respect de la vie privée suppose aussi qu elle soit protégée activement et que l on prévienne ses éventuelles atteintes. (7) Disponible sur (8) Cf. article 9ducode civil : «Chacunadroitaurespectde savie privée.» ; article 8delaconvention de Sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales (Conseil de l Europe) :«Droitaurespectde lavie privée etfamiliale»; article L ducasf etarticle 12 de lachartedesdroits etlibertésde lapersonne accueillie. 12 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

15 I. Intimité, vie privée et personnalisation Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 13

16 Toutes les modalités de mise enœuvre qui suivent doivent être considérées dans le respect des dispositions légales, des décisions de justice oudes mesures de protection judiciaire ainsi que des décisionsd orientation. 1. La personnalisation de l arrivée L arrivée ausein de lacollectivité constitue un momentimportantdanslavie de lapersonne. C est une phaseparticulièrementdélicatemarquée àdes degrés divers par laséparation,le renoncement, l incertitude. C est un déplacement,un changement de milieu de vie, une réorganisation de lavie de lapersonne quipeuventprovoquerde l anxiété. Il est recommandé alors d accompagner lapersonne dans laconstruction et l appropriation de son espace personnel. 1.1 Préparerson arrivée aveclapersonne ausein de l établissement Il est recommandé, en dehors des accueils en urgence, de mettre enœuvre différentes dispositions qui tendent àfaciliter l arrivée de la personne et son intégration au sein de la vie collective : avant son arrivée, présenter le lieu àla personne par unouplusieurs supports (écrit, photos,film) ; lui remettre lelivretd accueil avantson arrivée et accompagnersalecture ; préparer l accueil pardes visitesde l établissement; examiner aveclapersonne leséléments d intégration àtelle unité outel groupe de vie ; annoncer l arrivée,impliquer les autres résidents dans cetaccueil ; associer tous les personnels concernésàlapréparation de l accueil. Au sein d un foyer d accueil médicalisé,une réfection des chambresest prévue àl arrivée de chaque nouvel usager qui choisit lacouleur de lapeinture ou du papier peint. 1.2 Formaliserunlivretd accueil simple,accessible et «accueillant» Lelivret d accueilcontribueàlacréationrapide de nouveaux repèreset facilite l intégration de chaque nouvelle personne. Il est recommandé : que sa conception permette une compréhension aisée des principaux aspects du fonctionnement les lieux,lespersonnes,lesrythmes; que son style et saforme concrétisent safonction accueillante (mot de bienvenue, concision,illustrations); qu il soit adapté àla population accueillie (communication adaptée aux personnes handicapées,traduction lorsque lastructure accueille despersonnesd origine étrangère). 1.3 Repérerle professionnel quiaccompagne lespremiers temps Il est recommandé d identifier unprofessionnel qui sera l interlocuteur privilégié de la personne pendantlaphase d intégration. Un Ehpad désigne un référent àl entrée et veille àstabiliser les personnels qui interviennent avec et autour de la personne accueillie les premiers jours, afin qu ils soientreconnus en tantquepersonnesetdansleursattributions. 14 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

17 r r Accompagnerlacréation desrepères La création rapide de repères spatio-temporelset relationnels/affectifsest particulièrement importante les premiers jours pour que lapersonne soit rassurée sur le maintien de son identité,etpour ne pasaccroître lerisque deperte d autonomie. Ilest recommandé d accompagnerlacréation de ces repèrespar : la présentation active delapersonne aux autres ou àquelques autres, notamment au voisinage proche,aux membresduconseil de lavie sociale (CVS) ; la lecture commentée des règles de vie etdurèglementde fonctionnement (9) ; le partage des premiers repas avecelle ; unaccompagnementphysiqueetcommentédansles différents espaces; une vigilance accrue sur lafindesoirée etle momentducoucher,le caséchéant. Maintenirune vigilancelespremièressemaines Les formes d appropriation des nouveaux espaces et d adaptation àla collectivité sont singulières.elles sont liées àla vie antérieure,àlapersonnalité,etaucontextedel arrivée. Il est doncrecommandé au cours des premièressemaines,dans les cas d un accueil durable : d échanger régulièrementaveclapersonne accueillie sur ses ressentiset son rapport àla vie collective ; de repérer son cheminement individuel par rapport àla vie en collectivité etaux liens aveclesautrespersonnes,ceci afinderespecterson tempo personnel ; d accompagner et respecter le rythme d appropriation progressive des lieux (espace individuel et collectifs) ; le caséchéant,de prévoiren équipe l adaptation,personnalisée ettemporaire,desrègles de vie. 2. Leprojet personnalisé au regarddelavie en collectivité Cette partie se réfère directementàlarecommandation de bonnespratiquesprofessionnelles «Lesattentesde lapersonne etle projetpersonnalisé» (10). 2.1 Identifierlesapportspersonnalisésde ladimension collectivedel accueil La dimension collective de l accueil peut résulterd une indication ou au contraire,constituer une donnée de fait. 4 Lorsqu il s agit d une indication,il est recommandé de la motiver et de la personnaliser, au regard des attentes et besoins de la personne accueillie, en mettant en évidence les apports des activités de groupe et du quotidien collectif par rapport aux objectifs de laprise en charge. 4 Lorsquelavieen collectiviténerelèvepasd une indication etadvient pardéfaut,il est recommandé de mettrel accentaveclapersonne sur : la vie qu elle souhaite vivre ausein de cette collectivité; ses attentes et ses besoins en matièredevie sociale et d activitésde groupe ; la façon dontelle peut trouversaplace ausein de lacollectivité; les intérêts qu elle pourrait en tirer et les éventuels effets dynamisant pour son autonomie. (9) Cf. Article L ducasf. (10) Disponible sur Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 15

18 2.2 Recueillirlesinformationsnécessairesàune vie quotidienne personnalisée Il est recommandé que le recueil des besoins et des attentes comprenne les habitudes de vie spécifiquesde lapersonne àprendre en compte dansl organisation collective :rythmes, modalités de latoilette,lever,coucher,rituelspersonnels, Il est égalementrecommandé d évoquerles sujets sensibles : par rapport auregarddesautresusagers :sexualité,liensfamiliaux, par rapport àla vie collective :habitudes de vie qui pourraient avoir des effets perturbateurs 2.3 Lors de laco-construction duprojetpersonnalisé,porterune vigilanceparticulière sur différents points r L autonomie de lapersonne Pour contribuer àlapréservation et au développementde l autonomie de lapersonne,il est recommandé d examiner les modalités de personnalisation sur lespoints suivants : la réalisation des actes de la vie quotidienne :alimentation, hygiène, sommeil, habillement ; le rangement et l entretien de l espace privatif etdulinge; l organisation durythme de lajournée ; les déplacements. Il est recommandé de porter une attention particulière aux facteurs de risque de chronicisation :apathie,grande dépendance, r Lelien aveclesintervenants etleslieux extérieurs Mêmesi desprestationssontproposéesàl intérieur de l établissement,il est recommandé d étudieraveclapersonne lapossibilitédemaintenirune continuitéavecdesintervenants déjà familiers et appréciés,sielle le souhaite. r Lesallers-retoursaveclavie en collectivitéetle groupe Pour certaines personnes,les allers-retours aveclavie en collectivitépeuvent constituerune dimension importante duprojetpersonnalisé. La vie en collectivité alterne alors avec d autres espaces/temps qui permettent de se distancier de ce quotidien collectif, de vivre des expériences singulières, de préserver des liens familiaux ousociaux,etc. Au sein d une maison d enfants àcaractère social où la prise en charge de groupe est prépondérante,le projet personnalisé de chaque enfant comporte quelque chose qui luiest propre,hors le groupe :une activitédeloisiràl extérieur parexemple. Il est recommandé d examiner l opportunité de cesallers-retoursaveclavie en collectivité et d accompagner les moments de départ etde retour. r La sortie de lacollectivité La vie en collectivité peut être temporaire,préalable àune insertion ou unretour vers une vie ordinaire. 16 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Xavier GERVAIS Médecin Coordonnateur EHPAD «Les Balcons de Tivoli» Le Bouscat Mise en œuvre confiée

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap LIVRET D ACCUEIL POLE MEDICO-SOCIAL Services Accueil de Vie Services Habitat et Social Animation Socio-Culturelle POLE TRAVAIL PROTEGE Edition du 30 juin 2014 Solidarité Doubs Handicap SOLIDARITE DOUBS

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Livret d accueil Les Quatre Saisons Appartement gérontologique 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Présentation La résidence Les Quatre Saisons est un appartement d accueil, non médicalisé,

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé

Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé «Pour l amélioration de la qualité, la gestion des risques et l évaluation en Loire Atlantique et Vendée» Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé L organisation et la planification

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

LE PROJET POUR L ENFANT

LE PROJET POUR L ENFANT Groupe d appui pour accompagner la réforme de la protection de l enfance LE PROJET POUR L ENFANT Fiche technique Mars 2010 Pour accompagner la mise en œuvre de la loi réformant la protection de l enfance

Plus en détail

Bienvenue chez vous! www.residences-valentin-hauy.com. Vivre en toute autonomie

Bienvenue chez vous! www.residences-valentin-hauy.com. Vivre en toute autonomie Vivre en toute autonomie www.avh.asso.fr L Association Valentin Haüy a été fondée en 1889 et reconnue d utilité publique en 1891. Elle a pour vocation d aider les aveugles et les malvoyants à sortir de

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Date de la demande : ae ae azze Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Accueil de jour Foyer de vie Foyer d accueil médicalisé Maison d accueil spécialisée Unité pour

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel»

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d adaptation progressive en milieu naturel SAPMN- du Gard a

Plus en détail

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE Actions Thématiques 2015 : développer les compétences des travailleurs handicapés, usagers des ESAT bas-normands dans la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée, à but non lucratif Cahier des

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL POUR NOUS JOINDRE LOGEMENT-FOYER «RESIDENCE LES JONCHERES» Adresse :

LIVRET D ACCUEIL POUR NOUS JOINDRE LOGEMENT-FOYER «RESIDENCE LES JONCHERES» Adresse : POUR NOUS JOINDRE Adresse : Logement-Foyer «Les Jonchères» Promenade du Pré Pelote 49610 Mozé sur Louet Téléphone : 02 41 45 72 45 LIVRET D ACCUEIL LOGEMENT-FOYER «RESIDENCE LES JONCHERES» Fax : 02 41

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Tél : 01 45 77 98 98 - Fax : 01 45 77 14 18 RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT 1. Les finalités de la prise en charge Conformément à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, l équipe de la

Plus en détail

APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés

APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés PROJET ASSOCIATIF 2015-2020 Le présent projet associatif a été élaboré par le comité de pilotage composé des personnes ci-dessous : -

Plus en détail

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis.

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis. «CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04 http://www.clair-logis.org/ 1 CONTRAT DE SEJOUR L établissement «Maison d Enfants

Plus en détail

A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex. Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21.

A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex. Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21. A.G.E.F. Z. I. 7, rue Philippe Lebon B.P. 110 21703 Nuits-Saint-Georges Cedex Tél. 03 80 62 45 00 Fax. 03 80 61 37 52 agef@wanadoo.fr www.agef21.com Le mot de bienvenue du Président Vous avez choisi d

Plus en détail

Logements Entraide Générations

Logements Entraide Générations Logements Entraide Générations Présentation Logements Entraide Générations développe une idée simple : loger des jeunes entre 18 et 30 ans, à la recherche d un logement chez un sénior disposant d une chambre

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

LIVRET D'ACCUEIL. EHPAD Valle Longa 0495532200 www.vallelonga.fr 20117 Cauro

LIVRET D'ACCUEIL. EHPAD Valle Longa 0495532200 www.vallelonga.fr 20117 Cauro LIVRET D'ACCUEIL EHPAD Valle Longa 0495532200 Sialare www.vallelonga.fr 20117 Cauro LE MOT D ACCUEIL Madame, Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue à la résidence Valle Longa de Cauro. Valle Longa,

Plus en détail

Check-list «Déménagement» 1

Check-list «Déménagement» 1 Check-list «Déménagement» 1 1 Sur le modèle de la Checkliste "Umzug" de Schweizerischer Mieterinnen- und Mieterverband Le plus tôt possible Examiner le nouveau contrat de location, éventuellement le faire

Plus en détail

L aide à domicile : des métiers à découvrir. professionnalisme. compétences évolution. diversité. des métiers, des parcours

L aide à domicile : des métiers à découvrir. professionnalisme. compétences évolution. diversité. des métiers, des parcours L aide à domicile : des métiers à découvrir professionnalisme compétences évolution diversité des métiers, des parcours Formation, solidarité, territoires Avez-vous songé aux métiers de l aide à domicile?

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Livret d accueil. Photos : Julie NGO-VAN - Pierre BUYCK. La Maréchalerie. Établissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes

Livret d accueil. Photos : Julie NGO-VAN - Pierre BUYCK. La Maréchalerie. Établissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes Livret d accueil Photos : Julie NGO-VAN - Pierre BUYCK La Maréchalerie Établissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes Editorial Madame, Monsieur, C est avec grand plaisir et non sans fierté,

Plus en détail

Règlement de Fonctionnement

Règlement de Fonctionnement FONDATION ROGUET Etablissement Public de Santé 58 rue Georges BOISSEAU 92110 CLICHY Règlement de Fonctionnement Accueil de Jour Secrétariat médical Accueil de Jour Téléphone : 01-41-40-46-42 Fax : 01-41-40-47-47

Plus en détail

EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES

EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES CIVEMS Bâtiment administratif de la Pontaise Avenue des Casernes 2 1014 Lausanne EXPLICATIF DES INSPECTIONS DANS LES HOMES NON MEDICALISES Document officiel Par CFE Doc n 0050 T + 41 21 316 52 68 F + 41

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL

LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL Vous allez effectuer un stage dans notre structure. Ce livret d accueil a été rédigé pour vous souhaiter la bienvenue et vous donner quelques informations

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ

Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ - 1 - Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ RESIDENCE LE VERGER Rue de la Mairie 56700 MERLEVENEZ Le présent contrat est

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis.

DOSSIER DE PRESSE. Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON. www.aquitanis. DOSSIER DE PRESSE Architecte : Agence BDM Architectes (Bordeaux) Centre d hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l accueil de femmes en difficulté CENON www.aquitanis.fr Office public de l habitat

Plus en détail

GUIDE POUR LES PARENTS EMPLOYEURS D UNE ASSISTANTE MATERNELLE

GUIDE POUR LES PARENTS EMPLOYEURS D UNE ASSISTANTE MATERNELLE 1 GUIDE POUR LES PARENTS EMPLOYEURS D UNE ASSISTANTE MATERNELLE édito La petite enfance est l une des priorités du Conseil général, et en particulier les modes d accueil. L accueil au domicile d une assistante

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme :

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Sensibilisation à l autisme Adaptation de l environnement à l individu - TEACCH Développement des compétences de l individu - ABA Gestion

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE Depuis ses origines, Maison l Échelon s inspire de valeurs humanistes qui placent la dignité de la personne au premier plan. Le client souffrant de maladie psychiatrique est une

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Institut Régional du Travail Social Poitou-Charentes

Institut Régional du Travail Social Poitou-Charentes Maître/Maîtresse de Maison Modalités d inscription en situation d emploi ou demandeur d emploi Protocole d allègements ou de dispense Modalités de validation Recherche de stage pour les demandeurs d emploi

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. : 05.49.50.40.51 / Fax : 05.49.60.75.01

EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. : 05.49.50.40.51 / Fax : 05.49.60.75.01 EHPAD «Théodore ARNAULT» (Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes) Contrat de séjour «Hébergement temporaire» EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. :

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA.

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. Projet ITEP La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. I. LE CADRE JURIDIQUE Les Instituts Thérapeutiques,

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

CONDITIONS DE SEJOUR REGLEMENT INTERIEUR

CONDITIONS DE SEJOUR REGLEMENT INTERIEUR CCAS d HEROUVILLE SAINT CLAIR EHPAD 504 quartier de Val 14200 HEROUVILLE ST CLAIR Tél : 02.31.46.23.40 Fax : 02.31.95.58.30 CONDITIONS DE SEJOUR REGLEMENT INTERIEUR 1 Le présent document définit les règles

Plus en détail

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35)

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35) FORMATION ORMATIONS EVS EVS Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB Des modules de deux jours pour valoriser des compétences et acquérir des connaissances complémentaires Compétences et métiers de l aide

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

CAP PETITE ENFANCE EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE

CAP PETITE ENFANCE EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE Académies : Martinique Guadeloupe Session : ETABLISSEMENT... EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE NOM Prénom EVALUATION EN CENTRE Situation Pratique (45 min maximum) DATE. SITUATION SE DEROULANT

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY Présentation des fiches de poste 1. Secrétaire... page 2 2. Auxiliaire de soins... page 4 3. Aide cuisine...

Plus en détail

Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE

Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE Résidence de Pen Allé Rue de Général Penfentenyo 29750 LOCTUDY Tel : 02.98.87.92.10 Fax :02 98 87 89 85 penalle@fondation-masse-trevidy.com Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com comptabilite@actif-online.

Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com comptabilite@actif-online. BON DE COMMANDE INTERNET Tarifs 2015 à retourner à : Actif 259, Avenue de Melgueil BP 3 34280 LA-GRANDE-MOTTE Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

CONSERVER SON EMPLOI. c est normal et c est possibie. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014

CONSERVER SON EMPLOI. c est normal et c est possibie. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 CONSERVER SON EMPLOI c est normal et c est possibie Les bonnes questions à se poser Quelles démarches? Les aides de l Agefiph dont vous

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Céline BONNET : Infirmière Coordinatrice EHPAD B. P. 19 37290 PREUILLY SUR CLAISE 02 47 91 20 30 1 Le SSIAD de Preuilly est ouvert depuis juillet

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail