Recommandationsde bonnes pratiquesprofessionnelles. Conciliervie en collectivité etpersonnalisationdel accueil etde l accompagnement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandationsde bonnes pratiquesprofessionnelles. Conciliervie en collectivité etpersonnalisationdel accueil etde l accompagnement"

Transcription

1 Recommandationsde bonnes pratiquesprofessionnelles Conciliervie en collectivité etpersonnalisationdel accueil etde l accompagnement

2 Ce documentareçul avisfavorable ducomité d orientation stratégique etduconseil scientifiquedel Anesm. Septembre2009

3 Conciliervie en collectivité etpersonnalisationdel accueil etde l accompagnement Nombreusessontlespersonnesen difficulté enfants ouadultes accueilliessur un mode collectif au titre de laloi du2janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale. Dès lors, ce type d accueil leur impose de respecter les règles de fonctionnement et de vie en collectivité. Mais ces dernières ne doivent pas pour autant se substituer àl objectif d individualisation des prestations posé par le législateur ni gommer les droits des personnes au regard, notamment, du respect de leur vie privée etde leur intimité*. Si lavie en collectivité génère des contraintes diverses (rythme de vie, hygiène, sécurité, horaires etc.), chaque personne doit pouvoir bénéficier d un accompagnementindividualiséquicontribueaudéveloppement,aumaintienouaurétablissementde son autonomie. L objectif de cette recommandation est de promouvoirdespratiquesprofessionnelles qui permettentun juste équilibre entre l accueil collectif proposé parune structure, samissionetlaresponsabilité quiendécoule,aubénéficedelapersonne. Ce document propose des articulations dans ce sens en prenant en compte divers enjeux parmi lesquels: pour l usager, disposer d un cadre de vie collectif qui le reconnaisse comme individu; pour les professionnels, assurer concrètement un accueil personnalisé et promouvoirune vie collective dequalité; pour lesétablissements,limiterlescontraintesissuesde lavie en collectivité en s ouvrantsur l extérieur. Cette recommandation complète ainsi celles concernant l «Ouverture des établissements àet sur leur environnement», «Les attentes de la personne et le projet personnalisé»etbien sûr, «La bientraitance:définition etrepères pour la miseenœuvre». Elle concerne aussi bien les professionnels que l encadrement, les usagers et leurs proches,quel quesoitle secteur d activité. Pratique etadaptée aux acteurs de terrain, cette recommandation aété jugée rapidement opérationnelle. Les préconisations retenues peuvent ainsi intégrer les démarchesd évaluationinterne quedoiventconduirelesétablissements etservices sociaux etmédico-sociaux. *Articles L et L du code de l Action sociale etdesfamilles. DidierCharlanne Directeur de l Anesm Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 1

4 Equipeprojetde l Anesm Marie-Laure LAGANDRÉ, chef de projet Maud MOREL, chef de projet junior PatriciaMARIE, documentaliste Guillemette CHARLES, stagiaire Claudine PARAYRE, responsable duservicepratiquesprofessionnelles Groupe de travail Jean-Louis AGARD, représentant des usagers, vice-président de Sésame Autisme, Haute-Garonne Laetitia DUBOIS, usagère,membre ducvs aufoyerde vie APF LesSalines,Nord Fabienne DUBUISSON, chef de bureau Actions en direction des personnes âgées, Dases, conseil général de Paris, membre ducomité de pilotage personnes âgées du réseau Idéal Connaissances,Paris Pascale ESPAILLARD,responsable Qualitéetservices,Lesjardinsde Cybèle,Gironde Odile FROMENT,directrice de La Haute Bercelle et du Service d accueil en ville,adsea 77, Seine-et-Marne Elise GATESOUPE, directrice d une maison d accueil spécialisée,masde l Isle,EPSVille Evrard, Seine-Saint-Denis FlorenceGUITET,éducatrice,bureaudesMéthodesetde l action éducative,direction de la Protection judiciaire delajeunesse,paris Marianne HAMELIN, vice-présidente delafédération nationale des associations de directeurs d établissements et services pour personnes âgées (Fnadepa), directrice d une maison d accueil pour personnes âgées,sarthe Jean-PaulHORTHEMEL, aide-médico-psychologique,foyerde vie APF LesSalines,Nord Sylvie LEFRANCOIS, directriceadjointedel Institut de Démouville,Acsea, Calvados René MULLER, directeur puis secrétairegénéral d établissements sociaux et médico-sociaux, villa Saint-Camille,Alpes-Maritimes Michel OLIVRY, usager, membre ducvs, foyerde vie APF LesSalines,Nord Corinne POUTHIER, ingénieure qualité, Les jardins de Cybèle, membre de lacommission qualitédu Syndicat nationaldes établissements et résidences privées pour personnes âgées (Synerpa),Gironde Gaëlle TELLIER, déléguée régionale,sos Habitatetsoins,Ile-de-France Marc REYBAUD, représentant des usagers, vice-président de la Fédération nationale des associations de personnes âgées etde leurs familles(fnapaef),mayenne Marie VILLEZ, directrice d un centre de soins en addictologie Le Cèdre bleu, Nord, représentantedel Anitéaetde laf3aaucomité d orientation stratégique(cos)de l Anesm Groupe de lecture Frédéric BAUER, directeur du Centre régional pour l enfance et l adolescence inadaptées (Creai),Alsace Annie CADENEL, déléguée nationale,ancreai,paris François CHOLEZ, usager, vice-président du groupe d expression du CHRS Le Renouveau, Epinal, membre dugroupe d appui régional delafédération nationale des associations d accueil et de réinsertion sociale (Fnars) Lorraine, membre dugroupe d appui national usagers Fnars,Vosges Erwann DELEPINE, directeur régionalapf Champagne-Ardenne ChantalDUMONT,directricedel EhpadLesCharmes,Lesjardinsde Cybèle,Saône-et-Loire 2 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

5 Emmanuel FAYEMI, directeur général,adsea29, membre du Comité d orientation stratégique de l Anesm,Finistère Franck JEANNOT, usager, CHRS Le Renouveau Epinal, président du groupe d expression, membre du Conseil d administration du groupe d appui régional des usagers de la Fnars Lorraine,membre dugroupe d appuinational usagers Fnars,Vosges Stéphane JUNGLING, usager, président du CVS, foyer d hébergement de Saint-Julien-les- Metz,élu au Conseil national des usagers de l APF,Moselle Philippe LEMAIRE, responsable départemental, France Terre d Asile, Hauts-de-Seine membre ducomité d orientation stratégique(cos) del Anesm Jean-Jacques MOLINA, directeur de l EhpadLesGarrigues,membre delafnadepa, Hérault Jacques MOULIN, directeur de site,foyerlesrocheset Esat,Adapei 43,Haute-Loire Cyril NAKACHE, directeur,chrs Fondation Mérice,Paris Norbert NAVARRO, directeur de l Ehpad,RésidenceGauthier,Puy-de-Dôme,administrateur AD-PA,membre ducomitéd orientation stratégique(cos)del Anesm Catherine PIZOT, chef de service des équipements de l Aide sociale àl enfance, conseil général del Isère,membre duréseauidéalconnaissances Annie PSZENICA, représentante des usagers, comité départemental des retraités et personnes âgées,haute-savoie Betty PUIRAVAUD,conseillère technique,directioninterrégionalede laprotection judiciaire de la jeunesse sud-est Marseille,Bouches-du-Rhône Séverine RAGON, responsable du secteur gestion des ESSMS, Unapei, membre du Comité d orientation stratégique(cos) del Anesm DrAnnickVANDERMERSCH-AUBOURG, directricedel EhpadRivabel Age,Ardava, Calvados Anne VINCENT,référentqualité,CHRS/centrematernel La Chaumière,Bouches-du-Rhône Coordinationéditoriale Dominique LALLEMAND,responsable de lacommunication etdesrelationsinstitutionnelles de l Anesm Céline DAVID,chargée de communication,anesm Analysejuridique La vérification de la conformité juridique dece document aété effectuée par Maître Olivier POINSOT, agissant au nom de la SCP Grandjean-Poinsot. Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 3

6 Sommaire Introduction... 7 Présentationgénérale 1. La méthode de travail Lecontexteetlesenjeux L intérêtde l accueil en collectivité Lesobjectifsetlesprincipesdirecteurs I. Intimité,vie privée etpersonnalisation 1. La personnalisationdel arrivée Préparerson arrivée aveclapersonne auseindel établissement Formaliser unlivretd accueil simple,accessible et «accueillant» Repérerle professionnel quiaccompagne lespremiers temps Leprojetpersonnaliséauregarddelavie en collectivité Identifierlesapportspersonnalisésdeladimensioncollectivedel accueil Recueillirlesinformationsnécessaires àune vie quotidienne personnalisée Lors de laco-constructionduprojetpersonnalisé,porterune vigilanceparticulière sur différents points Lors desdécisionssur le projetpersonnalisé,prendreencompte ladimensioncollectivedel accueil L espacepersonnel Faciliter l appropriationdel espace privatif en hébergement Entérinerle caractèreprivatif de lachambre/logement Aménagerl espaceprivatif Garantirlaconfidentialitédelacorrespondance La vie personnelle quotidienne Mettreenœuvreconcrètementle respectde l intimitéparrapport aux soins etàlatoilette Mettreenœuvreauquotidienlaprotectiondelavie privée etle respectde laconfidentialitévis-à-vis desautresusagers Faciliter lesvisites etrespecterleur caractère privé Mettreenplaceune organisationetdeséquipements permettant une personnalisationdesaspects domestiquespersonnels II.L individuauseindelavie collective 1. Lequotidiencollectif Agenceretaménagerlesespacescollectifs Adapter l organisationdes repas I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

7 1.3 Organiser le lever etle coucher de façon personnalisée Organiser laparticipationàlavie quotidienne collective Lesactivitéscollectives Préciserlateneur etlesobjectifsdesactivitésdegroupe Proposerdestempsde communicationetd échangesauseindugroupe Impliquerlesusagers dans l organisationdelavie collective Sommaire 3. La médiationdesprofessionnelsdanslavie collective Observerlavie collectiveauquotidiensans intrusion Personnaliser latenuedesprofessionnels Aiderlespersonnesaccueilliesàpréserverleur intimité Veilleràlafaçon donton s adresseaux personnes Accompagnerlesmoments de transitiondans lavie quotidienne Veilleràlasouplesse desmoments collectifsde convivialité Accompagnerlesévénements exceptionnelsparlaparole Gérerlesperturbationsde lavie collective III.Lecadredelavie collective 1. L organisationglobale etle travail d équipe Elaborer lesprincipesdirecteursde l organisationetdéfinirlesgrandeslignes de fonctionnementde lastructure Inscrirel accueil en collectivitédans une paletted interventionsetdans desréseaux Examinerlataille etl organisationdesétablissements Clarifieretpréciser laconstitutiondesgroupesde vie Déplacerponctuellementle groupe Mettreenplacedes réunions d échanges et de réflexionpour les professionnels L élaboration etlatransmission desrèglesde vie collective Identifierlesrèglesde vie collective Mettreenplacedestempsd échangesetde discussionautour desrègles de vie collectiveetde laconcrétisationdesdroits etlibertés Enoncerlesrèglesde vie collectivedetellefaçon qu ellesencouragent laresponsabilité desusagers Accompagnerl appropriationdesrèglesde vie collective Annexes Annexe1-Eléments pour l appropriationdelarecommandation Annexe2-Etude qualitative Listedesétablissements Annexe3-Principaux éléments bibliographiques Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 5

8 6 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

9 Introduction Le thème «Concilier la vie en collectivité etla personnalisation de l accueil et de l accompagnement» s inscritdansle programme de travail de l Anesm autitre de laqualité de vie despersonnesaccueillies au sein des établissements sociaux et médico-sociaux.il se réfère directementàlarecommandation «La bientraitance:définition et repèrespour la mise enœuvre». Il est par ailleurs fondamentalement lié au thème de celle relative à «L ouverture del établissement àet sur son environnement» (1).La dimension collective abordée dans cette recommandation est indissociable de la nécessaire ouverture de l établissement àet sur l extérieur, afin depallier les risques que peut engendrer un monde clos. Cette recommandation conduit àinterroger les rapports entre l individu et le collectif, au regard duprojet d établissement.quel que soit le mode d accueil et de prise encharge,la personnalisation de l accompagnement est une dimension fondamentale de la loi du 2janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale. Mais des tensions apparaissent très directement sil on considère les risques de dépersonnalisation propres àla vie en collectivité. Toutefoisune approche personnalisée de chaque individudoitconduire aussiàle considérer dans ses relations sociales. Bien au-delà d une juxtaposition de personnes, la collectivité peut alors être envisagée comme unlieu de vie,conciliantintimitéetsociabilité. Cette recommandation concerne l ensemble des établissements sociaux et médico-sociaux accueillant les usagers en collectivité. Son utilisation doit être adaptée par chaque équipe professionnelle selon la spécificité des missions des établissements en particulier suivant les publics accueillis (2). Considérée comme un outil pour laréflexion,l action et l évaluation au bénéfice de l usager, l appropriation de cette recommandation doit tenir compte des réalités propres àchaque établissement,notammentsataille. Elle s adresse àl ensemble desacteurs,responsableset professionnels des établissements.en effet,la conciliation de la vie en collectivité etde la personnalisation de l accueil et de l accompagnement renvoie autant aux projets, qu à l organisation et aux pratiques quotidiennes,auplus prèsdesusagers. Elle concerne également les personnes accueillies et leurs représentants légaux, et peut constituer une base pour échanger et dialoguer,notamment au sein des conseils de la vie sociale (CVS) etautres groupes d expression. Après une présentation générale du contexte, ainsi que des principes directeurs et des objectifs,cedocumentexpose desmodalitéspratiquesde mise enœuvre organiséesen trois parties : intimité,vie privée et personnalisation ; l individu ausein de la vie collective ; le cadre delavie collective. (1) Recommandationsde bonnespratiquesprofessionnellesdisponiblessur (2) Personnes handicapées, enfants et adultes ;personnes âgées ;enfants et adolescents en difficultés ;personnes en situation d exclusion. Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 7

10 8 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

11 Présentation générale Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 9

12 1. La méthode de travail La méthode retenue est celle du consensus simple.les bonnes pratiques ont été recueillies en s appuyantsur une analysedelalittérature,une étude qualitative,eten mobilisantune pluralité d acteurs (3). L analyse bibliographique et documentaire acouvert le secteur social et médico-social dans saglobalité etles spécificités d approche du thème propres àchacun de ses champs (personnesâgées,personneshandicapées,protection de l enfanceetinclusion sociale). Elle anotamment exploré les dimensions suivantes :articulation des droits et libertés avec les devoirs, obligations ou contraintes;espace public/espace privé;le sujet, le groupe, la collectivité, L étude qualitative acomporté deux volets : des entretiens semi-directifs,individuels ou collectifs,auprès d usagers et de professionnels d établissements sociaux et médico-sociaux (4) ; une analysedecontenude règlements de fonctionnement recueillisauprèsd établissements ainsi que deguides pour l élaboration de ce règlement produits par des fédérations, groupements ouadministrationsdusecteur. La production de la recommandations est appuyée sur un groupe de travail etun groupe de lecture,composésde professionnels,d usagers etde personnesqualifiéesreprésentant une diversitédepoints de vue. Le groupe de travail apoursuivi deux missions:examiner le thème au regard de l analyse bibliographique et de l étude qualitative puis s accorder sur les pratiques professionnelles devantfaire l objetd une recommandation. Le projetde recommandation aensuite été soumisaugroupe de lecture,dontlesremarques portant sur lalisibilitéetlacohérence ontété prisesen comptedans laversion finale. 2. Le contexte etlesenjeux L arrivée au sein d un établissement social oumédico-social marque pour l individu un momentparticulierdanssatrajectoiredevie. La priseencharge constitueunchangement etintervientparfoisen ruptureavecun avant.quecesoitune simple transition ouqu elle s inscrivedansladurée,elle est reliée àdifférents typesde difficultésselon lespopulations accompagnées. Acette transition ou bien cette rupture dans une trajectoire devie s ajoute, selon les situations,une nouveauté: lavie en collectivité.alors que lapersonne ne peut plus vivre seule ou dans son milieu familial,elle va vivreencollectivité. Lorsqu elle est centrée sur des logiques organisationnelles et fonctionnelles,il peut arriver que l institution ne prenne pasen compte chaque personne comme différente etsingulière. De ce fait,elle porte enelle des risques de dépersonnalisation et d uniformisation. C est dans ce contexte qu intervient, aucœur de la loi du 2janvier 2002, la notion de personnalisation. (3) Cf. principaux éléments bibliographiques en annexe 3et site internet :travaux d appui «Version complètedelabibliographie» et «Etude qualitative:cadre méthodologique et synthèse des résultats». (4) Cf. listedesétablissements en annexe2. 10 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

13 Celle-cirecouvre: l élaboration etlamise enœuvre d unprojet personnalisé (5) pour chaqueusager ; l exercice desesdroits etlibertésindividuels (6). Elle apour but l accompagnement au développement personnel, àl autonomie, selon la personnalité, les limitations d activités ou la situation de fragilité de chaque individu. Cet accompagnement peut prendre appuisur le groupe. En effet,lavie en collectivité peut constituerunvéritable apportpour lapersonne accueillie. L intérêtde l accueil en collectivité Ilest différentsuivantlesmissionsde l établissementetlespublicsaccueillis. r Lorsque lavie en collectivité est mise au service desmissions de l établissement,elle apporte,selon les cas: une rupturedel isolementaffectif etsocial; un support de socialisation àtravers lesgestes de lavie quotidienne collective; un cadre d apprentissage,de soins,de développement personnel en appui sur le collectif ; un univers relationnel contenant nécessaire àla restructuration de l identité, voirelarestauration d une identitésociale valorisante; unespaced aide mutuelle etd émulation entrepairs ; un cadre desocialisation structurant àtravers la contrainte,la confrontation à l autreetl apprentissage de lavie commune etdesrèglesde vie collective. r Lorsquelavie en collectivitén est pasprioritaireparrapport àlamission principale de l établissement,son intérêt réside sur le plan des liens sociaux et de leurs effets sur le développement,le bien-être etlaqualitédevie de chacun,àtravers : le soutien etl accompagnementàl autonomie ; larencontre,l échangeavecdespersonnespartageantlamême situation ; le développementde solidarités; lapossibilitéd actionscollectives. En outre,lavie collectivese construitdifféremmentselon que l établissementconstitue unlieude vie àlong terme ouunlieude passage vers une vie plus autonome. La complexité durôle des professionnels réside dans le dépassement des tensions entre point de vue individuel et point de vue collectif : attentes etbesoins singuliers de lapersonne,droits etlibertés,autonomie,d une part ; logiques organisationnelles et fonctionnelles de la collectivité, obligations et règles sociales,d autrepart. Ils ont àprendre encompte àla fois les problématiques organisationnelles et les objectifs de leurs interventions. Concilier la vie en collectivité etla personnalisation de l accueil et de l accompagnement conduitàse situerdansune approche complexe desinteractionsqui lientindividu,groupe(s) et société, en envisageant les tensions entre l individuel et le collectif non pas dans une dimensionbipolaired opposition maisbien dansleur articulation. (5) Enréférenceaudroit à «une priseencharge etunaccompagnementindividualisé»,casf,art.l (6) Arrêtédu8septembre2003 relatif àlacharte des droits et libertés de la personne accueillie. Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 11

14 3. Lesobjectifsetlesprincipesdirecteurs Cette recommandation vise à développer les interactions positives entre lavie en collectivitéetlapersonnalisation de l accueil etde l accompagnement. Elle s inscriten complémentarité delarecommandation «Ouverturedel établissement à et sur son environnement» (7) qui traite des interactions entre l établissement et ses environnements. 4 Les objectifs sesituentàtrois niveaux articulés entreeux : limiterles obstacles etles freins àlapersonnalisation inhérents àlavie en collectivité; déterminer desformes d accueil favorisant une vie collectivedequalité; développer les éléments structurants de la vie en collectivité, pour contribuer àla construction et au bien-être dechacun. 4 Des principesdirecteurs guidentles modalités de mises en œuvre: les équilibresentre protection etautonomie L action sociale promeut àla fois l autonomie et la protection des personnes. Dans le contexte d un accueil en collectivité, la protection collective des personnes et l intérêt général peuvententreren tension avecl autonomie etl intérêtindividuel. Le droitauchoix et la prise derisques doivent trouverleur place. En outre, un principe tel que «l égalité detraitement» ne saurait faire obstacle àla personnalisation. l apport du lien social etdugroupe Chaque personne se nourritdes interactionsqu elle peut avoiravecautrui. Cesinteractions participentàlaconstruction ouaumaintien de l identité. Simultanément,l expression etlaparticipation desusagers tantindividuelle quecollective permettent de nourrir et d infléchir l organisation du groupe et ses articulations avec la personnalisation. la dignité dechacun La dignité de la personne est fondée notamment,dans la pratique quotidienne,sur le respect de son intimitéetde savie privée (8).Encollectivité,le risqued atteinteàladignitédecelui-ci est multiplié parlaproximitéetle regarddesautres.alors quelecorpsconstituelabaseet le support privilégié du sentiment d identité, le respect de l intimité corporelle est déterminant. Le respect de la vie privée suppose aussi qu elle soit protégée activement et que l on prévienne ses éventuelles atteintes. (7) Disponible sur (8) Cf. article 9ducode civil : «Chacunadroitaurespectde savie privée.» ; article 8delaconvention de Sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales (Conseil de l Europe) :«Droitaurespectde lavie privée etfamiliale»; article L ducasf etarticle 12 de lachartedesdroits etlibertésde lapersonne accueillie. 12 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

15 I. Intimité, vie privée et personnalisation Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 13

16 Toutes les modalités de mise enœuvre qui suivent doivent être considérées dans le respect des dispositions légales, des décisions de justice oudes mesures de protection judiciaire ainsi que des décisionsd orientation. 1. La personnalisation de l arrivée L arrivée ausein de lacollectivité constitue un momentimportantdanslavie de lapersonne. C est une phaseparticulièrementdélicatemarquée àdes degrés divers par laséparation,le renoncement, l incertitude. C est un déplacement,un changement de milieu de vie, une réorganisation de lavie de lapersonne quipeuventprovoquerde l anxiété. Il est recommandé alors d accompagner lapersonne dans laconstruction et l appropriation de son espace personnel. 1.1 Préparerson arrivée aveclapersonne ausein de l établissement Il est recommandé, en dehors des accueils en urgence, de mettre enœuvre différentes dispositions qui tendent àfaciliter l arrivée de la personne et son intégration au sein de la vie collective : avant son arrivée, présenter le lieu àla personne par unouplusieurs supports (écrit, photos,film) ; lui remettre lelivretd accueil avantson arrivée et accompagnersalecture ; préparer l accueil pardes visitesde l établissement; examiner aveclapersonne leséléments d intégration àtelle unité outel groupe de vie ; annoncer l arrivée,impliquer les autres résidents dans cetaccueil ; associer tous les personnels concernésàlapréparation de l accueil. Au sein d un foyer d accueil médicalisé,une réfection des chambresest prévue àl arrivée de chaque nouvel usager qui choisit lacouleur de lapeinture ou du papier peint. 1.2 Formaliserunlivretd accueil simple,accessible et «accueillant» Lelivret d accueilcontribueàlacréationrapide de nouveaux repèreset facilite l intégration de chaque nouvelle personne. Il est recommandé : que sa conception permette une compréhension aisée des principaux aspects du fonctionnement les lieux,lespersonnes,lesrythmes; que son style et saforme concrétisent safonction accueillante (mot de bienvenue, concision,illustrations); qu il soit adapté àla population accueillie (communication adaptée aux personnes handicapées,traduction lorsque lastructure accueille despersonnesd origine étrangère). 1.3 Repérerle professionnel quiaccompagne lespremiers temps Il est recommandé d identifier unprofessionnel qui sera l interlocuteur privilégié de la personne pendantlaphase d intégration. Un Ehpad désigne un référent àl entrée et veille àstabiliser les personnels qui interviennent avec et autour de la personne accueillie les premiers jours, afin qu ils soientreconnus en tantquepersonnesetdansleursattributions. 14 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

17 r r Accompagnerlacréation desrepères La création rapide de repères spatio-temporelset relationnels/affectifsest particulièrement importante les premiers jours pour que lapersonne soit rassurée sur le maintien de son identité,etpour ne pasaccroître lerisque deperte d autonomie. Ilest recommandé d accompagnerlacréation de ces repèrespar : la présentation active delapersonne aux autres ou àquelques autres, notamment au voisinage proche,aux membresduconseil de lavie sociale (CVS) ; la lecture commentée des règles de vie etdurèglementde fonctionnement (9) ; le partage des premiers repas avecelle ; unaccompagnementphysiqueetcommentédansles différents espaces; une vigilance accrue sur lafindesoirée etle momentducoucher,le caséchéant. Maintenirune vigilancelespremièressemaines Les formes d appropriation des nouveaux espaces et d adaptation àla collectivité sont singulières.elles sont liées àla vie antérieure,àlapersonnalité,etaucontextedel arrivée. Il est doncrecommandé au cours des premièressemaines,dans les cas d un accueil durable : d échanger régulièrementaveclapersonne accueillie sur ses ressentiset son rapport àla vie collective ; de repérer son cheminement individuel par rapport àla vie en collectivité etaux liens aveclesautrespersonnes,ceci afinderespecterson tempo personnel ; d accompagner et respecter le rythme d appropriation progressive des lieux (espace individuel et collectifs) ; le caséchéant,de prévoiren équipe l adaptation,personnalisée ettemporaire,desrègles de vie. 2. Leprojet personnalisé au regarddelavie en collectivité Cette partie se réfère directementàlarecommandation de bonnespratiquesprofessionnelles «Lesattentesde lapersonne etle projetpersonnalisé» (10). 2.1 Identifierlesapportspersonnalisésde ladimension collectivedel accueil La dimension collective de l accueil peut résulterd une indication ou au contraire,constituer une donnée de fait. 4 Lorsqu il s agit d une indication,il est recommandé de la motiver et de la personnaliser, au regard des attentes et besoins de la personne accueillie, en mettant en évidence les apports des activités de groupe et du quotidien collectif par rapport aux objectifs de laprise en charge. 4 Lorsquelavieen collectiviténerelèvepasd une indication etadvient pardéfaut,il est recommandé de mettrel accentaveclapersonne sur : la vie qu elle souhaite vivre ausein de cette collectivité; ses attentes et ses besoins en matièredevie sociale et d activitésde groupe ; la façon dontelle peut trouversaplace ausein de lacollectivité; les intérêts qu elle pourrait en tirer et les éventuels effets dynamisant pour son autonomie. (9) Cf. Article L ducasf. (10) Disponible sur Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement I 15

18 2.2 Recueillirlesinformationsnécessairesàune vie quotidienne personnalisée Il est recommandé que le recueil des besoins et des attentes comprenne les habitudes de vie spécifiquesde lapersonne àprendre en compte dansl organisation collective :rythmes, modalités de latoilette,lever,coucher,rituelspersonnels, Il est égalementrecommandé d évoquerles sujets sensibles : par rapport auregarddesautresusagers :sexualité,liensfamiliaux, par rapport àla vie collective :habitudes de vie qui pourraient avoir des effets perturbateurs 2.3 Lors de laco-construction duprojetpersonnalisé,porterune vigilanceparticulière sur différents points r L autonomie de lapersonne Pour contribuer àlapréservation et au développementde l autonomie de lapersonne,il est recommandé d examiner les modalités de personnalisation sur lespoints suivants : la réalisation des actes de la vie quotidienne :alimentation, hygiène, sommeil, habillement ; le rangement et l entretien de l espace privatif etdulinge; l organisation durythme de lajournée ; les déplacements. Il est recommandé de porter une attention particulière aux facteurs de risque de chronicisation :apathie,grande dépendance, r Lelien aveclesintervenants etleslieux extérieurs Mêmesi desprestationssontproposéesàl intérieur de l établissement,il est recommandé d étudieraveclapersonne lapossibilitédemaintenirune continuitéavecdesintervenants déjà familiers et appréciés,sielle le souhaite. r Lesallers-retoursaveclavie en collectivitéetle groupe Pour certaines personnes,les allers-retours aveclavie en collectivitépeuvent constituerune dimension importante duprojetpersonnalisé. La vie en collectivité alterne alors avec d autres espaces/temps qui permettent de se distancier de ce quotidien collectif, de vivre des expériences singulières, de préserver des liens familiaux ousociaux,etc. Au sein d une maison d enfants àcaractère social où la prise en charge de groupe est prépondérante,le projet personnalisé de chaque enfant comporte quelque chose qui luiest propre,hors le groupe :une activitédeloisiràl extérieur parexemple. Il est recommandé d examiner l opportunité de cesallers-retoursaveclavie en collectivité et d accompagner les moments de départ etde retour. r La sortie de lacollectivité La vie en collectivité peut être temporaire,préalable àune insertion ou unretour vers une vie ordinaire. 16 I Concilier vie en collectivité etpersonnalisation del accueil et de l accompagnement

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

2016 formation. qualifiante

2016 formation. qualifiante 2016 formation qualifiante Surveillant(e)s de nuit qualifié(e)s Maître(sse)s de maison CREAI ChAmpAgnE-ARdEnnE : Cité Administrative Tirlet - Bât. 3-51036 ChAlons en ChAmpAgne Cedex tél. : 03 26 68 35

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant)

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant) Chapitre I - Le projet d établissement ou de service Partie 1 - Élaboration, diffusion et réactualisation du projet d établissement ou de service Référence n 1 En application de la loi 2002-2, l établissement

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL Les établissements de soutien et d aide par le travail sont des établissements et services médico-sociaux (article L312-1 du Code de l action sociale

Plus en détail

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR (Fondation de la Commune de Versoix pour le logement et l accueil des personnes âgées) «Sur des valeurs de Respect de l individu, de Dignité de la personne humaine,

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION CONSEILLERS & DIRECTEURS AJ - EQUIPES SOS ENFANTS PROTOCOLE

Plus en détail

Livret d accueil EHPAD du Perray

Livret d accueil EHPAD du Perray Livret d accueil EHPAD du Perray Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes Hôpital du Perray BP 13 91360 Épinay-sur-Orge Tél. : 01 69 25 43 71 Bienvenue à L EHPAD du Perray Vous êtes

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

Contrat de séjour. Conditions d admission

Contrat de séjour. Conditions d admission Décret n 2004-1274 du 26 novembre 2004, Journal Officiel du 27 novembre 2004. Le présent contrat de séjour est conclu entre d une part, l établissement : Foyer Clairefontaine 11 impasse des Jardins 69009

Plus en détail

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Référentiel Fonction / Activités fonctions Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Accompagnement dans la relation à l environnement / Maintien de la vie

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation Philippe Barret GEYSER et DialTer www.comedie.org Journée sur le SCOT Autunois-Morvan Autun 25 septembre 2013

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD 1 Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD FINALITES «Permettre d encadrer à titre professionnel, de façon occasionnelle, des enfants et des adolescents en centres de vacances

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Livret d accueil Les Quatre Saisons Appartement gérontologique 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Présentation La résidence Les Quatre Saisons est un appartement d accueil, non médicalisé,

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

un métier parfois complexe

un métier parfois complexe un métier parfois complexe La loi du 27 juin 2005 a amélioré le statut des assistants familiaux. Aujourd hui, ils sont reconnus comme de vrais professionnels de la protection de l enfance et bénéficient

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

GESTION DU PLAN D INTERVENTION

GESTION DU PLAN D INTERVENTION GESTION DU PLAN D INTERVENTION 1. ENCADREMENTS LÉGAUX ET CADRES DE RÉFÉRENCE - Loi sur l instruction publique (LIP) - Une école adaptée à tous ses élèves : Politique de l adaptation scolaire (MELS) - Organisation

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures BO Santé du 20 juin 07 ANNEXE III RÉFÉRENTIEL DE FORMATION ES DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures La personne de la naissance à la fin de vie : Approche pluridisciplinaire : physiologique,

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

PROJET EDUCATIF. Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin. CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN

PROJET EDUCATIF. Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin. CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN PROJET EDUCATIF Eco Maison de la Petite Enfance de Mauvezin CCBL ZA Route d Auch 32120 MAUVEZIN Révisé en décembre 2013 Le projet éducatif est un outil nécessaire au travail d équipe. Il permet d élaborer

Plus en détail

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées 25 Chemin de villeneuve 69130 ECULLY Tél 04.78.33.71.00 Fax 04.78.33.71.09 lieudaccueil@adsea69.fr Depuis son renouvellement d habilitation

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

BIENVENUE A L EHPAD SAINT FRANCOIS MAISON DE RETRAITE PUBLIQUE DE LORGUES

BIENVENUE A L EHPAD SAINT FRANCOIS MAISON DE RETRAITE PUBLIQUE DE LORGUES BIENVENUE A L EHPAD SAINT FRANCOIS MAISON DE RETRAITE PUBLIQUE DE LORGUES 28, rue St Honorat 83510 LORGUES www.ehpad-saint-francois.fr Tèl : 04.94.60.33.50 Fax : 04.94.60.33.59 LES FORMALITES ADMINISTRATIVES

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR SERVICE D ACCOMPAGNEMENT A LA VIE SOCIALE Mis à jour le 21/09/2011. Référence du document : CS-SAVS-01.

CONTRAT DE SEJOUR SERVICE D ACCOMPAGNEMENT A LA VIE SOCIALE Mis à jour le 21/09/2011. Référence du document : CS-SAVS-01. LES HEBERGEMENTS DE CORNOUAILLE Ergué Gabéric BP 665 29552 Quimper Cedex 9 CONTRAT DE SEJOUR SERVICE D ACCOMPAGNEMENT A LA VIE SOCIALE Mis à jour le 21/09/2011. Référence du document : CS-SAVS-01. Le présent

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Mesure de la satisfaction des usagers de la MDPH. Questionnaire test

Mesure de la satisfaction des usagers de la MDPH. Questionnaire test Mesure de la satisfaction des usagers de la MDPH Questionnaire test COMMENT UTILISER LE QUESTIONNAIRE? Objectif et finalité de la démarche Ce questionnaire s adresse à tous les usagers de la Maison départementale

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

1 CONTEXTE ET DEFINITION

1 CONTEXTE ET DEFINITION Consultation des cabinets conseils référencés «Diagnostic RH et Formation PME 2015» en Languedoc Roussillon pour la réalisation de prestations d Evaluation de dispositifs de formation interne Cahier des

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

De l Accueil Collectif de Mineurs (6/12 ans) de la Maison du Citoyen

De l Accueil Collectif de Mineurs (6/12 ans) de la Maison du Citoyen De l Accueil Collectif de Mineurs (6/12 ans) de la Maison du Citoyen 2010 VILLE D ARGENTAN PROJET PEDAGOGIQUE L enfant est le centre d intérêt d un projet pédagogique qui tient compte de : - Sa vie quotidienne

Plus en détail

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Clamart au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des logements-foyers pour personnes âgées autonomes Châlons-en-Champagne

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015 CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS Juin 2015 SOMMAIRE Catalogue des outils et publications de l Anesm LES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES (RBPP) 3 Les recommandations tous secteurs

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication ANNEXE III Horaires Première année* Horaires Modules Numéro Heures Total A. Institutions et réseaux A1 30 A2 50 120 A3 40 B. Publics B1 30 B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de

Plus en détail

FONDATION HOPALE - BERCK SUR MER (62) «VILLA CLE DES DUNES» Maison d Accueil Spécialisée pour cérébro-lésés CONTRAT DE SEJOUR

FONDATION HOPALE - BERCK SUR MER (62) «VILLA CLE DES DUNES» Maison d Accueil Spécialisée pour cérébro-lésés CONTRAT DE SEJOUR FONDATION HOPALE - BERCK SUR MER (62) «VILLA CLE DES DUNES» Maison d Accueil Spécialisée pour cérébro-lésés CONTRAT DE SEJOUR 72 esplanade Parmentier 62608 Berck sur Mer Cedex! : 03.21.89.34.93 1 Ce contrat

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation.

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation. Ministère chargé des affaires sociales Etablissement de formation Nom du candidat Prénoms du candidat Livret de formation Diplôme d Etat d éducateur spécialisé LE PRESENT LIVRET COMPREND 1 Présentation

Plus en détail

CONSEILS POUR BIEN CHOISIR SA MAISON DE RETRAITE

CONSEILS POUR BIEN CHOISIR SA MAISON DE RETRAITE 2015 CONSEILS POUR BIEN CHOISIR SA MAISON DE RETRAITE Nantes Entour Age CLIC de Nantes Tél : 02.40.99.29.80 Fax : 02.40.99.29.84 Accueil : 10, rue Léopold Cassegrain Adresse postale : Nantes Entour Age

Plus en détail

Alain Villez Conseiller technique Uniopss

Alain Villez Conseiller technique Uniopss Alain Villez Conseiller technique Uniopss La loi du 30 juin 1975 : une loi qui traitait peu des droits et du statut des usagers Un des motifs principaux de la réforme de cette loi Jusqu en 1997, la loi

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

L EMPLOI DU TEMPS. Le mot "rituel" évoque la régularité, la réitération, le rythme, il est destiné à favoriser :

L EMPLOI DU TEMPS. Le mot rituel évoque la régularité, la réitération, le rythme, il est destiné à favoriser : L EMPLOI DU TEMPS A. Introduction D'après le petit Larousse, un rituel est un ensemble de comportements codifiés, fondés sur la croyance en l'efficacité constamment accrue de leurs effets, grâce à leur

Plus en détail

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION Département 64 «Clair matin» Intitulé, ancienneté et lieu d implantation PRESENTATION DE L ACTION La maison d enfants à caractère social «Clair matin» a été créé en 1964 et s est implantée à Borce, dans

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

d'éveil Couleurs Projet éducatif - Crèche de Colomiers Le jardin des premiers pas...

d'éveil Couleurs Projet éducatif - Crèche de Colomiers Le jardin des premiers pas... d'éveil Couleurs Le jardin des premiers pas... Création et gestion de crèches au service des entreprises et des collectivités Projet éducatif - Crèche de Colomiers Contact : Le directeur : Frédéric Alibert

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME

POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC + LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME Les Résidences Un Pôle Gérontologique proposant une prise en charge adaptée aux différentes pathologies 2 Le Pôle gérontologique

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail

Bienvenue. Sommaire. Annexes

Bienvenue. Sommaire. Annexes Bienvenue Sommaire - Bienvenue p 2 - L inscription - l admission p 3 - La vie dans l établissement p 4-5 - Les prestations d hébergement p 6 - Soins et surveillance médicale p 7 - Les conditions financières

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 4 mai 2011 fixant le cahier des charges relatif au label national «Orientation pour tous - pôle

Plus en détail

Livret de Parrainage

Livret de Parrainage Livret de Parrainage Conseil de Quartier Belleville Saint Maur avec la participation de Antenne Jeunes Orillon La Ligue de l Enseignement La Maison des Métallos Livret de Parrainage Conception graphique

Plus en détail

ANNEXE II Fonction publique territoriale

ANNEXE II Fonction publique territoriale ANNEXE II Fonction publique territoriale Support d entretien annuel d évaluation du personnel départemental pour l année 2011 ENTRETIEN PROFESSIONNEL Bilan de l année 2010 Objectifs de l année 2011 INFORMATIONS

Plus en détail

La bientraitance est une culture inspirant les actions individuelles et

La bientraitance est une culture inspirant les actions individuelles et Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles La bientraitance : définition et repères pour la mise en œuvre OBJET Cette recommandation a pour but de traduire la vision de la bientraitance

Plus en détail

Guide pratique : questions-réponses

Guide pratique : questions-réponses Lyon, le 22/09/04 L Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à InspectionAcadémique Politique de santé en faveur des élèves Service médical - Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Quels logements et accompagnements pour les personnes souffrant de troubles psychiques? Martine Barrès Mission Nationale d Appui en Santé Mentale

Quels logements et accompagnements pour les personnes souffrant de troubles psychiques? Martine Barrès Mission Nationale d Appui en Santé Mentale Quels logements et accompagnements pour les personnes souffrant de troubles psychiques? Martine Barrès Mission Nationale d Appui en Santé Mentale Montpellier - 2 décembre 2011 La problématique Les troubles

Plus en détail

Règlement de Fonctionnement

Règlement de Fonctionnement Règlement de Fonctionnement Service Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs Le règlement de fonctionnement est établi conformément aux dispositions du décret N 2008-1504 du 30 décembre 2008.

Plus en détail

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme :

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Sensibilisation à l autisme Adaptation de l environnement à l individu - TEACCH Développement des compétences de l individu - ABA Gestion

Plus en détail

RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION

RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION Historique Le Foyer Logement de Châteauboeuf a été créé par la Municipalité de Fort-de- France désireuse d apporter une solution au problème de logement des personnes

Plus en détail

Une action de sensibilisation / formation en vue de l amélioration de la qualité de vie

Une action de sensibilisation / formation en vue de l amélioration de la qualité de vie Une action de sensibilisation / formation en vue de l amélioration de la qualité de vie des personnes âgées résidant en EHPAD et des professionnels y travaillant, dans le contexte du Plan qualité de vie

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR MAISON D ACCUEIL SPECIALISEE

CONTRAT DE SEJOUR MAISON D ACCUEIL SPECIALISEE 30 La solidarité en action Résidence les Aigues Marines MAISON D ACCUEIL SPECIALISEE 977,Boulevard du Docteur Jean Bastide 30240 - LE GRAU DU ROI Téléphone : 04 66 53 97 67 Télécopie : 04 66 53 97 69 E

Plus en détail

Résidence Clairefontaine

Résidence Clairefontaine Résidence Clairefontaine Bienvenue Madame, Monsieur, Vous venez de retirer un dossier de demande de pré-admission pour intégrer la Résidence Clairefontaine. Le Conseil d administration, la direction, tout

Plus en détail

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé Démarche exploratoire de formation- action Représentants des usagers du secteur social et médico-social et démocratie sanitaire Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR. Etablissement Public Départemental " Les 2 Monts " Foyer Occupationnel «Le Logis du Roch» - 17210 MONTLIEU-LA-GARDE

CONTRAT DE SEJOUR. Etablissement Public Départemental  Les 2 Monts  Foyer Occupationnel «Le Logis du Roch» - 17210 MONTLIEU-LA-GARDE CONTRAT DE SEJOUR Etablissement Public Départemental " Les 2 Monts " Foyer Occupationnel «Le Logis du Roch» - 17210 MONTLIEU-LA-GARDE Γ 05 46 04 59 10 05 46 04 47 59 email : epd2monts.montlieu@sil.fr Préambule

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail