Ch.2 La recherche du mieux-vivre au travail estelle compatible avec les objectifs de performance?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ch.2 La recherche du mieux-vivre au travail estelle compatible avec les objectifs de performance?"

Transcription

1 RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Thème 1 MOBILISATION / MOTIVATION Ch.2 La recherche du mieux-vivre au travail estelle compatible avec les objectifs de performance? Les conditions de travail désignent l ensemble des facteurs relatifs à l accomplissement du travail des membres d une organisation. Pendant longtemps, les entreprises ont eu tendance à distinguer conditions de travail et recherche de performance ; aujourd hui, elles portent une attention de plus en plus soutenue à la santé et la sécurité de l individu au travail. L amélioration des conditions de travail constitue un élément clé dans la recherche du bien-être en milieu professionnel. Celles-ci déterminent la qualité de vie de l individu dans l organisation. De plus en plus intégrée à la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), cette recherche du bien-être ne doit pas se réaliser au détriment des résultats de l organisation mais au contraire s inscrire dans une perspective d amélioration de la performance. I. LA PRISE EN COMPTE DES CONDITIONS DE TRAVAIL A. Santé et sécurité au travail La politique de santé et de sécurité au travail vise à limiter les risques professionnels tout en améliorant les conditions de travail des salariés et des travailleurs handicapés. 1. Identifier les risques professionnels a) Les accidents du travail et les maladies professionnelles L accident du travail est un accident survenu par le fait ou à l occasion du travail et qui touche toute personne accomplissant un travail pour le compte d un employeur. Exemple. Serge, cariste, se fait une déchirure musculaire en portant une charge lourde. Une maladie est qualifiée de professionnelle si elle est le résultat de l'exposition du travailleur à un risque physique, chimique ou biologique, ou bien si elle est liée aux conditions dans lesquelles il exerce son activité professionnelle. Exemple. Jean, qui travaille dans une boulangerie, est constamment exposé aux poussières de farine ; depuis quelques semaines, il a développé une forme d asthme : «l asthme du boulanger». b) Les risques psychosociaux et la souffrance au travail On appelle «risques psychosociaux» la probabilité qu apparaissent chez un ou plusieurs salariés des signes tels que stress, angoisse, agressivité, la survenance de ces signes étant imputable, en partie ou totalement, à l environnement de travail. Ces signes peuvent conduire à développer des pathologies (hypertension, dépression ). Exemple. Ali est en arrêt maladie depuis 2 mois car il souffre d une dépression due à une longue surcharge de travail. Les risques psychosociaux engendrent de la souffrance au travail, c est-à-dire un état de mal-être plus ou moins profond ressenti par le salarié dans son environnement professionnel. Cette souffrance peut aller du sentiment de malaise jusqu à des manifestations beaucoup plus graves (dépression, suicide). Exemple. Farid s épuise à tenir les objectifs trop ambitieux fixés par sa hiérarchie : pour mettre fin à cette situation qui compromet son moral et sa santé, il envisage de démissionner. 1

2 c) La prise en compte du handicap Selon le Code du travail, est considéré comme travailleur handicapé tout individu dont les possibilités d obtenir ou de conserver un emploi sont réduites à la suite de l altération d une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique. La loi du 11 février 2005 impose aux entreprises qui emploient plus de 20 salariés l obligation de recruter des travailleurs handicapés dans la proportion de 6 % au moins de l effectif total. Chaque situation de handicap au travail est particulière : elle dépend à la fois des exigences du poste et des capacités de la personne. Les organisations doivent donc aménager la situation de travail afin de limiter l impact du handicap. Exemple. Éléonore souffre d un handicap moteur qui l oblige à rester en fauteuil roulant ; l entreprise qui l emploie a aménagé son bureau de manière à ce qu elle puisse y accéder. De même, les trois marches d accès au restaurant d entreprise ont été remplacées par une pente douce. Il arrive que le handicap survienne à la suite d un accident du travail. L organisation doit alors favoriser la reconversion du salarié. Exemple. À la suite d un accident de trajet qui a entraîné un problème de mobilité, Albert, commercial, a été reclassé dans un poste sédentaire. 2. Prévenir les risques professionnels a) Le recensement des risques professionnels Tout employeur doit transposer par écrit l'évaluation des risques (article R et suivants du Code du travail). Ce document de synthèse appelé «Document unique» est obligatoire pour toutes les entreprises et associations dès l emploi de 1 salarié. b) La prévention des risques professionnels Des actions doivent être menées auprès du personnel afin de sensibiliser aux risques professionnels. Ces actions de communication ont pour objectif d'inciter les membres de l'organisation à adopter les comportements de nature à améliorer leur sécurité. Exemple. Dans l'entreprise Macado, un «trophée sécurité» récompense le service dans lequel les accidents du travail ont été les moins nombreux. B L évaluation des conditions de travail L indicateur social est une donnée objective qui rend compte de la situation de l organisation en termes de conditions de travail. On peut mesurer le degré d implication des salariés et le degré de sécurité dans lequel ils évoluent grâce à divers indicateurs : l absentéisme, turn over, les grèves, les accidents du travail ou les maladies professionnelles, fréquence et degré de gravité des accidents du travail. Ces données figurent dans le bilan social, obligatoire pour les entreprises employant au moins 300 salariés ou dans un tableau de bord social. Elles donnent une idée de la performance sociale de l entreprise. Exemples d indicateurs : L absentéisme Un taux d absentéisme faible est un signe de performance sociale ; à l inverse, un taux élevé doit alerter. Le taux d absentéisme est mesuré de la façon suivante : (heures d absence pendant une période P) / (heures théoriques de travail pendant la même période) 100. Exemple. Dans une entreprise où le travail physique est très dur et les cadences intenses, le taux d absentéisme est de 7 % contre 5 % pour l ensemble des entreprises du même secteur d activité. L absentéisme provoque des perturbations qui représentent un coût pour l organisation. Exemple. Pendant l absence de Pierre, ses dossiers ne sont pas traités, ce qui provoque des retards dans le traitement des commandes et risque d entraîner le mécontentement des clients. La rotation du personnel (ou turn-over) Le taux de rotation du personnel (turn-over), qui correspond au nombre de départs, permet de rendre compte des mouvements de personnel. Il est calculé de la façon suivante : [(nombre de collaborateurs partis durant l année N) / (nombre de collaborateurs au 1 er janvier N)]

3 Exemple. Une entreprise du secteur agro-alimentaire a enregistré un taux de rotation de 5 % pour l année N. Cela signifie que 5 % de ses collaborateurs ont quitté l'entreprise durant l'année. Comme ce taux s'élevait à 12 % en N 3, l'entreprise peut en déduire que l amélioration des conditions de travail lui a permis de fidéliser ses salariés. Un taux de rotation élevé trahit souvent un dysfonctionnement dans l organisation et représente une source de coûts supplémentaires. Exemple. Le départ d un salarié peut entraîner le versement d indemnités pour l employeur ; il implique aussi de recruter un nouveau salarié qui devra être formé. À l inverse, un taux de rotation plus faible que la moyenne des organisations du même secteur révèle de bonnes conditions de travail pour les salariés ce qui les contribue à les fidéliser. C L ergonomie L ergonomie est la science qui étudie l adaptation du poste de travail à l homme. La prévention des risques professionnels passe par la prise en compte de la dimension humaine : en plaçant l être humain au cœur de l activité de travail, l ergonomie vise à améliorer l efficacité du travail tout en en diminuant la pénibilité et en prévenant les risques sur la santé. 1. Les facteurs d ambiance au travail Les facteurs d ambiance désignent un ensemble de caractéristiques environnementales susceptibles d influencer l activité de travail : éclairage, bruit, confort thermique, esthétique de l espace de travail (couleurs et décoration)... L ergonomie prend en compte ces différents éléments afin de déterminer les conditions optimales de confort physique et psychologique au travail. Exemple. Le travail de bureau nécessite un éclairage entre 200 à 300 lux ; le travail en laboratoire implique un éclairage entre 750 et lux. 2. L aménagement de l espace de travail L ergonomie vise également à aménager l espace de travail afin d améliorer le confort du salarié tout en diminuant le risque de maladie et d accident du travail. Exemple. Une chaîne d hypermarchés a installé des tapis de caisse antifatigue pour améliorer le confort de travail des hôtes et hôtesses de caisse ; la texture de ces tapis permet de soulager le dos et les jambes et isole contre le froid. L individu évolue dans un environnement physique qui constitue son espace de travail. Il existe plusieurs façons d organiser les espaces de travail : espace ouvert, semi-fermé, fermé. Le choix pour l une ou l autre de ces solutions n est pas neutre, car il a des impacts sur la concentration et l efficacité du salarié. Exemple. L entreprise Delta a réaménagé ses espaces ouverts en créant des box grâce à des matériaux d isolation phonique très performants, ce qui préserve la confidentialité des entretiens. 3

4 II COMMENT LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL PEUT-IL ÊTRE UN VECTEUR DE PERFORMANCE? A La RSE, levier de la performance La responsabilité sociétale de l entreprise (RSE) traduit la volonté de l entreprise d assumer les conséquences de ses actes vis-à-vis de l ensemble de ses parties prenantes. 1. Le concept de développement durable appliqué à l organisation a) Définition de la RSE La RSE décline pour l'organisation le concept de développement durable en intégrant trois grands domaines : environnemental, économique, social. Selon la Commission européenne, «être socialement responsable signifie non seulement satisfaire pleinement aux obligations juridiques applicables mais aller au-delà et investir davantage dans le capital humain, l environnement et les relations avec les parties prenantes, cela supposant l intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes.» Les incitations à mener une politique de RSE sont donc fortes. Exemple. La loi du 15 mai 2001 sur les nouvelles régulations économiques (dite loi NRE) oblige les entreprises cotées en Bourse à publier des informations sur les impacts sociaux et environnementaux de leurs activités. b) Les champs d action de la RSE La RSE recouvre six champs d action : l environnement, Exemple. L entreprise de menuiserie Giffard recycle ses propres déchets. les ressources humaines, Exemple. Le Conseil général de la Somme a diffusé à ses collaborateurs une plaquette d information intitulée «La souffrance au travail, on en parle!». le gouvernement d entreprise, Exemple. Danone a mis en place un code de principe de conduite des affaires qui précise le comportement attendu de la part des managers sur des questions comme la corruption. les pratiques commerciales, Exemple. GDF-Suez s engage à agir avec équité, transparence et impartialité à l égard de ses fournisseurs. l impact local, Exemple. Les magasins Match s engagent dans la vie locale en soutenant des activités sportives ou culturelles. la citoyenneté, Exemple. Le groupe Léa Nature s engage dans des projets associatifs qui œuvrent en faveur de la solidarité en France et dans le monde. Adopter une politique de RSE conduit l organisation à s engager à la fois en interne (à l égard de ses membres) et en externe (à l égard de l environnement, des citoyens ). c) Les limites de la RSE L attitude de certaines organisations vis-à-vis de la RSE est parfois paradoxale. Certaines ont un discours mettant en avant leur action dans ce domaine alors qu'elles imposent de mauvaises conditions de travail à leurs salariés. De même, il n est pas rare que des entreprises vantent les valeurs écologiques sans apporter de réelle modification à leurs produits, dans le seul but de se donner une image d entreprise responsable : c est ce que l on appelle le «verdissement d image». Exemple. McDonald s a modifié la couleur de son logo (fond vert au lieu de rouge) et a créé un blog dédié à l environnement, alors que tous les restaurants du groupe utilisent l huile de palme, dont la consommation massive conduit à la déforestation et à la disparition de certaines espèces. 4

5 2. Le volet social de la RSE Le volet social de la RSE concerne les ressources humaines. Il porte sur : les conditions de travail, l intégration des minorités (personnes handicapées), la parité hommes/femmes, la formation, la promotion interne. Dans cette perspective, l organisation s applique à faire en sorte que l individu évolue dans un cadre de travail qui préserve son intégrité physique tout en lui permettant de développer son potentiel. Le volet RH de la RSE s appuie toujours sur une politique d information et de formation. Exemples. Plastic Omnium propose à ses salariés un guide de prévention sur les troubles musculo-squelettiques. Areva a mis en place un programme de formation «Qualité de vie au travail» à destination des managers pour qu ils soient en mesure de promouvoir en interne une culture de la prévention des risques de nature psychologique (risques psychosociaux). 3. RSE et performance La RSE est source de performance économique dans la mesure où elle favorise la réduction des coûts (économies d énergie, économies de matières premières ) au sein de l organisation. En faisant de ses membres des éco-citoyens, elle contribue à renforcer la cohésion interne. Enfin, les retombées en termes d image sont essentielles car elles permettent de fidéliser les clients. B Le bien-être au travail Le bien-être au travail peut se définir comme un état d épanouissement et de confort physique et mental provoquant la satisfaction du salarié. S intégrant dans le volet social, il découle de l'ensemble des facteurs relatifs aux conditions dans lesquelles un travail est réalisé. Exemple. Sylvia est satisfaite de se rendre chaque jour à son travail : il correspond à ce qu elle souhaitait, à ses compétences, à sa qualification. L organisation qui l emploie est soucieuse de ses conditions de travail. Les relations sont très bonnes avec la hiérarchie et les collègues. 1. Les différentes dimensions du bien-être au travail Le bien-être au travail recouvre différentes dimensions : la sécurité et la santé du travailleur (ex. : mise à disposition de vêtements de sécurité) ; l hygiène du lieu de travail (ex. : nettoyage régulier du système de climatisation) ; la charge psychosociale liée au travail, c'est-à-dire les risques de nature psychologique engendrés par l'activité professionnelle, comme le stress, le harcèlement... (ex. : formation du personnel encadrant aux problématiques du stress) ; l'ergonomie (ex. : installation de vitrages pour améliorer la luminosité dans un atelier mal éclairé) ; l'embellissement de l espace de travail (ex. : couleur des murs). 2. Les facteurs de bien-être au travail Plusieurs facteurs déterminent la qualité de vie au travail : les relations sociales : reconnaissance du travail accompli, dialogue social, implication du salarié dans le processus décisionnel Exemple. Dans l entreprise de Suzy, les salariés sont consultés par la direction. En outre, son responsable sait reconnaître la qualité de son travail et exprimer sa satisfaction, ce qui l encourage et la motive à maintenir son engagement. 5

6 l environnement physique du travail : sécurité, facteurs d ambiance, aménagement des locaux Exemple. L'usine de production dans laquelle travaille Hervé a mis en place des actions de sensibilisation à la sécurité et procède au renouvellement des équipements de protection (casque, chaussures de sécurité) chaque année. le contenu du travail : variété des tâches, degré d autonomie, degré de responsabilité Exemple. Pierre, ouvrier spécialisé, est responsable de la maintenance de la machine sur laquelle il travaille. l organisation du travail : répartition des tâches, charge de travail, rythme de travail, style de leadership Exemple. L'entreprise «Les 2A» a adopté un management participatif sollicitant l'avis des salariés sur les conditions de travail au cours de réunions semestrielles. Les propositions des salariés sont mises en application dans la mesure du possible, ce qui permet une amélioration permanente des conditions de travail. les perspectives d évolution professionnelle : rémunération, formation, valorisation des compétences Exemple. Jan a débuté dans son entreprise comme ouvrier. Après quelques années et au terme d une formation, il est devenu chef d'équipe. 3. Bien-être au travail et performance Mettre l accent sur le bien-être au travail témoigne non seulement du respect accordé à l individu au travail mais s avère fructueux pour la performance de l organisation. Au contraire, une perception négative de l'environnement de travail par les salariés engendre des comportements néfastes à la productivité et donc à la performance. Exemple. Une usine de jouets connaît un taux d absentéisme important couplé à une baisse de qualité. Après analyse de la situation, il apparaît que les salariés sont obligés à de mauvaises postures (sources de troubles musculo-squelettiques) pour pouvoir se mettre à la hauteur des machines. Les salariés vivent mal cette situation, d autant que l entreprise a signé une charte sur le bien-être au travail. a) L impact sur la motivation La recherche du bien-être au travail a des conséquences positives sur la motivation des membres de l organisation. Elle permet notamment de développer et d entretenir le sentiment d appartenance du personnel, ce qui contribue à le fidéliser. Exemple. Danone met en place des actions en termes de santé (l ensemble de ses salariés disposera d une couverture sociale et médicale minimale d ici 2013), de formation (en 2011, 99,6 % de ses salariés ont bénéficié d une formation), de sécurité (mise en place d un programme de lutte contre les accidents du travail très efficace permettant une réduction du taux de fréquence des accidents du travail de 60 % entre 2009 et 2011). Ainsi, les salariés se sentent fortement liés à leur entreprise : le taux d engagement s élève à 90 % (l engagement traduit la force des liens unissant l individu à son travail). b) L impact sur la productivité La recherche d un climat relationnel fondé sur la confiance est source d efficacité. Le fait de laisser une certaine marge de manœuvre aux salariés dans la façon d organiser leur travail a un impact positif sur la productivité. Exemple. L entreprise Favi, leader européen des fourchettes de boîtes de vitesse, a mis en place un système de management particulier visant à responsabiliser ses salariés. Ceux-ci organisent eux-mêmes leur travail dans le cadre de mini-usines dédiées chacune à un client. c) L impact sur la créativité En s intéressant au thème de la diversité du personnel, l organisation trouve une occasion de diversifier les compétences : recruter des individus issus d horizons culturels variés permet à l entreprise de disposer de points de vue différents, de compétences nouvelles, de façons de travailler parfois originales. Cela favorise la créativité, donc l innovation, et in fine la performance. Exemples. Adia conçoit régulièrement des campagnes publicitaires destinées à lutter contre les discriminations en mettant l accent sur le fait que la diversité des parcours et des origines est source de créativité. 6

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

Sylvie PAYOUX et Constant CALVO - 30 janvier 2012

Sylvie PAYOUX et Constant CALVO - 30 janvier 2012 Comment un Responsable de Formation peut gérer la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.)? Sylvie PAYOUX et Constant CALVO - 30 janvier 2012 1 La R.S.E. a pour finalité le développement durable

Plus en détail

Helsana Business Health

Helsana Business Health Helsana Business Health Une prestation complémentaire pour les entreprises Aide les entreprises à gérer la question de la santé Augmente le bien-être et réduit l absentéisme Permet de se préparer avec

Plus en détail

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable.

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Le RSE de BEDEL Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Notre démarche commerciale ne découle pas seulement d une maximisation des profits, mais exige

Plus en détail

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point"

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil Faire le point Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point" 1 L entreprise est-elle confrontée à un problème récurent d absentéisme? tout à fait Plutôt oui Plutôt non pas du tout 2 L entreprise

Plus en détail

Le stress au travail à travers la réglementation

Le stress au travail à travers la réglementation Le stress au travail à travers la réglementation 1 Depuis l Accord National Interprofessionnel du 2 juillet 2008, le stress est reconnu comme faisant partie des risques professionnels que l employeur a

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group «Comment Vignal Lighting Group intègre les problématiques de développement durable dans son activité» Page 1 Mot du Président Le Développement

Plus en détail

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL Emploi et relations employeur/employé Au sein du Groupe Transdev, les salariés sont employés conformément aux obligations légales relatives au droit du travail. Le Groupe

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

CCT 104. Boîte à idées Mesures possibles dans les 7 domaines d action proposés par la CCT

CCT 104. Boîte à idées Mesures possibles dans les 7 domaines d action proposés par la CCT CCT 104. Boîte à idées Mesures possibles dans les 7 domaines d action proposés par la CCT Les idées des uns et des autres, à reprendre ou à adapter à son entreprise. Mars 2013 1 1. La sélection et l engagement

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

Charte de développement durable. Version. groupe

Charte de développement durable. Version. groupe Charte de développement durable 2014 Version groupe Dès sa création en 2008, le Groupe CAPECOM a mis en place une charte qui permettait de définir les valeurs fondatrices du Groupe. Cette charte était

Plus en détail

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise B I E N - Ê T R E S T R E S S R I S Q U E S P S Y C H O S O C I A U X Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise 14 échelles fondamentales pour rendre compte

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX 1. Définition Les risques psychosociaux (RPS) recouvrent des risques d origine et de nature variées et sont admis comme des : «risques pour la santé, mentale mais aussi

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

LE MODELE GESTIONNAIRE DE LA PERFORMANCE (boucle courte)

LE MODELE GESTIONNAIRE DE LA PERFORMANCE (boucle courte) LE MODELE GESTIONNAIRE DE LA PERFORMANCE (boucle courte) Les gestionnaires, à l instar de Philippe Lorino, qualifient la performance comme «tout ce qui dans l entreprise contribue à atteindre les objectifs

Plus en détail

CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE

CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE LA PREFECTURE DE L ESSONNE ET LE SYNDICAT DES TRAVAUX PUBLICS DE L ESSONNE EN MATIERE DE SÉCURITÉ ROUTIERE conclue entre Monsieur le Préfet de L Essonne et Monsieur José RAMOS,

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

C O M M U N I Q U E D E P R E S S E. Berner France affirme son engagement RSE et publie la 4 ème édition de son rapport de développement durable

C O M M U N I Q U E D E P R E S S E. Berner France affirme son engagement RSE et publie la 4 ème édition de son rapport de développement durable Berner France affirme son engagement RSE et publie la 4 ème édition de son rapport de développement durable Berner France Z.I. Les Manteaux 14, rue Albert Berner F-89331 Saint-Julien-du-Sault Cedex www.berner.fr

Plus en détail

17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00. Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr

17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00. Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr & 17, bd Poissonnière. 75002 Paris Tél. 01 70 64 93 00 Site : www.isast.fr Mel : contact@isast.fr 1 Prévenir les risques psychosociaux : le rôle des représentants du personnel Risques psychosociaux : de

Plus en détail

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD «Impacts de la pratique de la reconnaissance au travail sur la santé des salariés» Jean-Marie GOBBI La reconnaissance, une préoccupation actuelle Le contexte social Montée de l individualisme Effritement

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

Gestion des courtes absences «Win - Win» ou «Lose - Lose?»

Gestion des courtes absences «Win - Win» ou «Lose - Lose?» Gestion des courtes absences «Win - Win» ou «Lose - Lose?» Dr Frédéric Zysset, médecin du travail Ins de travail: un coût important! CHUV :Taux d absences en 2007 Mais Signe d un problème sérieux! Prévention?

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen

BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen Contenu de la formation Présentation générale Au Centre de Formation des Monts du Lyonnais, le BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014 COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES Paris, le 09/05/2014 1 1 Global Compact o Lancé en 2000, le Pacte Mondial des Nations Unies est un

Plus en détail

entreprises générales de Les engagements l entreprise générale en matière sociale et sociétale

entreprises générales de Les engagements l entreprise générale en matière sociale et sociétale entreprises générales de france BTP Les engagements de l entreprise générale en matière sociale et sociétale 1 Sommaire Introduction............. page 3 Les engagements sociaux...................... pages

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

à l ICR Janvier 2009

à l ICR Janvier 2009 Politique sociale à l ICR Janvier 2009 Une politique s inscrivant dans la continuité Un PDE depuis 2005 Un projet social depuis 2006 Une tradition de négociation collective 3 accords d entreprise signés

Plus en détail

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX. dans le monde de l entreprise

LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX. dans le monde de l entreprise LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX dans le monde de l entreprise PREAMBULE Contexte Les évolutions du travail Nouvelles logiques commerciales ; logique de services Nouvelles organisations Des évolutions technologiques

Plus en détail

La prévention des risques psychosociaux

La prévention des risques psychosociaux La prévention des risques psychosociaux MIEUX CONNAITRE LES RISQUES : DÉFINITIONS Les risques psychosociaux La notion de risques psychosociaux correspond, selon le Ministère du travail, aux risques professionnels,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Note de la CSL Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Luxembourg, le 25.05.2016 1/6 Situation actuelle et constats : Les pays européens assistent depuis une quinzaine d années à une

Plus en détail

Qualité, Sécurité, Environnement

Qualité, Sécurité, Environnement Qualité, Sécurité, Environnement Santé, Sécurité, Hygiène au travail Déployer un Système de Management SST efficient (OHSAS 18001) Mettre un place une démarche «M.A.S.E.» Mettre en œuvre et optimiser l

Plus en détail

Bien être au travail et performance de l entreprise

Bien être au travail et performance de l entreprise Bien être au travail et performance de l entreprise Maison de l Emploi et de la Formation du Cotentin Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Manche Chambre l agriculture de la Manche Le 5 novembre

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

Decembre 2013. Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ!

Decembre 2013. Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ! Decembre 2013 Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ! Le contexte socio-économique actuel peu stable, les aléas de nos vies personnelles, nos déceptions comme nos envies

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT RISQUES PROFESSIONNELS RISQUES PSYCHOSOCIAUX ASSISTANCE IPRP FORMATION

OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT RISQUES PROFESSIONNELS RISQUES PSYCHOSOCIAUX ASSISTANCE IPRP FORMATION OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT PSYCHOSOCIAUX PROFESSIONNELS ASSISTANCE IPRP FORMATION Contact : (33) 6.18.70.97.50 iprp@praxidos.com www.praxidos.com OBLIGATION DE SECURITE DE RESULTAT DE L EMPLOYEUR

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

RAPPORT 2014 UNITED NATIONS GLOBAL COMPACT

RAPPORT 2014 UNITED NATIONS GLOBAL COMPACT RAPPORT 2014 UNITED NATIONS GLOBAL COMPACT Paris, le 22 juillet 2015 PRESENTATION DU GROUPE GESTI PRO Raison Sociale : GESTIPRO SA Statut : SAS au capital de 500 000,00 Activité : Mise en Propreté de tous

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Quelques témoignages d entreprises* sur le dialogue social :

Quelques témoignages d entreprises* sur le dialogue social : Présentée sous forme de témoignages d entreprises et de références incontournables en santé et sécurité au travail, cette brochure est destinée aux entreprises. Elle contribuera au développement d actions

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise CQPM 0265 : Technicien (ne) en gestion et administration des ressources humaines

Plus en détail

LE SYSTEME DE REMUNERATION

LE SYSTEME DE REMUNERATION LE SYSTEME DE REMUNERATION Le système de rémunération est un outil clé en termes de management, même s il ne s agit du seul outil de motivation. Le système de rémunération doit être adapté aux commerciaux

Plus en détail

Prévenir et gérer l absentéisme

Prévenir et gérer l absentéisme Prévenir et gérer l absentéisme Maroussia Krawec ARACT Ile de France UNION EUROPEENNE Fonds social Le réseau ANACT ARACT(s) ANACT + 26 ARACT L ARACT Île-de-France est une association paritaire avec : Une

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social LE DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES PETITES ENTREPRISES ET LES ARTISANS. La notion de Développement Durable est une thématique à la mode. Elle est largement reprise dans les médias et devient une donnée

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

Service Interentreprises de Santé au Travail Drôme Provençale Ardèche Sud - 26200 MONTELIMAR

Service Interentreprises de Santé au Travail Drôme Provençale Ardèche Sud - 26200 MONTELIMAR Retour d expérience d une entreprise La coopération de l hypermarché Carrefour Montélimar et du SIST 26/07 sur le thème de la santé mentale Matinée d information sur les risques psychosociaux du 3 juillet

Plus en détail

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Comprendre, Repérer, Evaluer les Risques Psychosociaux Atelier Séminaire MSA DAL www.msa-idf.fr Déroulement de l intervention Buts de l intervention

Plus en détail

Quel climat social chez les assistantes en 2012? Carrefour des assistantes -13 septembre 2012 Elisabeth Durand-Mirtain Christine Harache

Quel climat social chez les assistantes en 2012? Carrefour des assistantes -13 septembre 2012 Elisabeth Durand-Mirtain Christine Harache Quel climat social chez les assistantes en 2012? Carrefour des assistantes -13 septembre 2012 Elisabeth Durand-Mirtain Christine Harache Comment vous sentez-vous ce matin? En pleine forme! Pas encore réveillé(e)

Plus en détail

DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S.

DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S. DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S. 1 La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est la déclinaison des principes du développement durable à l échelle de l entreprise. Les

Plus en détail

Par nature, Nous vous rendons. Plus performant. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse.

Par nature, Nous vous rendons. Plus performant. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse Par nature, Nous vous rendons Plus performant. 11 décembre 2007 Group Présentation et comparaison de la norme ISO 14001

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés.

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de Branche 2006-2010 relatif à l Obligation

Plus en détail

Département Production

Département Production 2014 Département Production [SYNTHESE RPS] Document synthèse d évaluation des Risques psychosociaux au sein du département production Olini* SOMMAIRE Indice Global RPS p.03 Evaluation générale RPS p.03

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION ELECTROFEU SUD OUEST. Proposition de barème sur 120 points

INDICATIONS DE CORRECTION ELECTROFEU SUD OUEST. Proposition de barème sur 120 points INDICATIONS DE CORRECTION ELECTROFEU SUD OUEST Proposition de barème sur 120 points Questions à traiter travaux demandés PARTIE 1 Dossier 1 LES CONDITIONS DE TRAVAIL 1.1 Identifier les risques auxquels

Plus en détail

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés É V A L U A T I O N C E R T I F I C A T I O N Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés Systèmes de Management de la Qualité selon la norme ISO 9001 Obtenir la reconnaissance de

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET STRESS AU TRAVAIL CORA FRANCE DEMOTIVATION, FATIGUES DES EQUIPES, TURN-OVER IMPORTANT, TAUX D ABSENTEISME EN CONSTANTE AUGMENTATION LE STRESS AU TRAVAIL FAIT PARTIE DES RISQUES

Plus en détail

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company LA FORMATION Moteur d une démarche de prévention a DEKRA company LE CONTEXTE De nos jours, les actions de formation sont nombreuses et diverses. Les thématiques peuvent varier de sujets réglementaires

Plus en détail

Code de Conduite fournisseurs de Steelcase Recommandations PUBLIÉ EN MARS 2013

Code de Conduite fournisseurs de Steelcase Recommandations PUBLIÉ EN MARS 2013 Code de Conduite fournisseurs de Steelcase Recommandations PUBLIÉ EN MARS 2013 FAQ Code de conduite fournisseurs de Steelcase Sommaire Introduction et domaine d'application 3 Gouvernance organisationnelle

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche relatif à l Obligation d Emploi des

Plus en détail

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Regards croisés des dirigeants et des salariés Thème de la vague 4 : Les jeunes

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Référent et management

Référent et management Référent et management Manager pour une efficacité de prévention Rôle, mission du référent et relais avec l encadrement Comment fédérer tous les acteurs de soins Référent et management Manager pour une

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines Groupe Helvetia Politique en matière de ressources humaines Chères collaboratrices, chers collaborateurs Notre politique en matière de ressources humaines est basée sur la charte d entreprise «Les meilleurs

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS. La démarche participative en Santé/Compétences

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS. La démarche participative en Santé/Compétences PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS La démarche participative en Santé/Compétences GVG en quelques mots 31 000 m² d entrepôt 3 lignes d embouteillage de vins tranquille,1 ligne BIB,1 ligne vin en cuve

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable FICHE ACTIONS Logica ACTIONS GLOBALES Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Mise en place d ambassadeurs développement durable ACTIONS ENVIRONNEMENTALES Favorise l utilisation

Plus en détail

AMELIORER LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET LUTTER CONTRE LE HARCELEMENT : AGIR DANS LES ETABLISSEMENTS. 1 Sébastien Salmon

AMELIORER LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET LUTTER CONTRE LE HARCELEMENT : AGIR DANS LES ETABLISSEMENTS. 1 Sébastien Salmon AMELIORER LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET LUTTER CONTRE LE HARCELEMENT : AGIR DANS LES ETABLISSEMENTS. 1 Les commissions hygiènes et sécurités. Le décret 91-1194 du 27 novembre 1991 a rendu obligatoire l

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA RENCONTRE

OBJECTIFS DE LA RENCONTRE OBJECTIFS DE LA RENCONTRE Reconnaître les variables de l environnement psychosocial de travail Connaître les risques pour la santé reliés aux contraintes psychosociales de l organisation du travail Connaître

Plus en détail

Les bases du management

Les bases du management Les bases du management 04/10/2010 1 L approche systémique 04/10/2010 2 UN SYSTHEME 04/10/2010 3 La Systémique Une approche systémique ne prétend jamais à l exhaustivité ni à l objectivité. Elle conçoit

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail