La surdité, un handicap qui ne se voit pas

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La surdité, un handicap qui ne se voit pas"

Transcription

1 Mme Voisin Marie-José enseignante spécialisée, IES de Langres La surdité, un handicap qui ne se voit pas Et dont on se moque parfois.

2 1) Quand est-on sourd? Anatomie de l oreille: L oreille est constituée de trois parties: -oreille externe: pavillon et conduit auditif fermé par le tympan -oreille moyenne: cavité remplie d air contenant les osselets: marteau, enclume, étrier, reliés d un côté au tympan, de l autre à l oreille interne. L oreille moyenne est également en communication avec le pharynx par la trompe d Eustache, qui sert à égaliser la pression d air entre l oreille moyenne et l air environnant pour que le tympan puisse vibrer librement. -l oreille interne: comprend la cochlée, organe de l audition et le vestibule qui sert à l équilibre; Fonctionnement: Le pavillon capte les sons environnants et les transmet au tympan à travers le conduit auditif. Les ondes font vibrer le tympan, qui transmet ces vibrations aux osselets qui les amplifient et les transmettent à l oreille interne. Tout au long de la cochlée, se trouvent des cellules ciliées internes ( 3500) et externes (12 500) qui sont reliées au nerf auditif. Les cellules ciliées, réparties le long de la cochlée, réagissent à des fréquences (hauteur de sons) différentes. La cochlée est également remplie d un liquide. Lorsque les vibrations arrivent à la cochlée, le liquide est mis en mouvement et agite les cils des cellules ciliées. Celles-ci transforment ces vibrations en impulsions électriques qui sont transmises au cerveau par le nerf auditif. Le cerveau reçoit ces informations et identifie les bruits ( à condition qu il ait appris à les reconnaître)

3 2) Les deux types de surdité et leurs origines: On distingue deux types de surdité: Les surdités de transmission affectent l oreille externe et l oreille moyenne. Elles peuvent généralement être soignées par traitements médicamenteux ou opérations chirurgicales. La perte auditive est généralement moyenne ( < 60 Db) et leur répercussion sur l apprentissage du langage est modérée. Les surdités de perception affectent l oreille interne. La perte auditive peut être très importante. Il s agit surtout de surdités sévères et profondes qui ont des incidences importantes sur l acquisition du langage ainsi que des incidences psychologiques. 3) Degrés de surdité et conséquences sur le développement du langage: le son Le son est défini par deux paramètres: l intensité ( Db) la fréquence ( Hz) Les seuils de perception des fréquences pour la perception de la parole vont de 160 à 8000 Hz. La surdité correspond la plupart du temps à une altération de ces deux paramètres. La personne sourde entend les bruits «moins fort» mais il y a également une distorsion des sons selon les fréquences touchées. Les surdités sont classées en différentes catégories selon leur degré. (voir tableau en dernière page) Au niveau de la reconnaissance du handicap par la CDA, il existe un barème. Mais il faut savoir qu à degré de surdité égale, deux personnes sourdes peuvent se trouver désavantagées de façon différente: certain sourds profonds développent un langage oral et écrit qui leur permet de communiquer assez facilement, d autres personnes qui ont une déficience auditive moyenne ont un accès difficile à la langue française..

4 4) Les différents intervenants auprès des élèves en situation de handicap Pour qu un élève handicapé bénéficie de mesures d accompagnement scolaire, ses parents doivent constituer un dossier auprès de la MDPH. Une évaluation de ses besoins est faite par la CDA qui élabore un projet personnalisé de scolarisation. La CDA peut alors proposer le suivi par un établissement ou un service spécialisé. C est dans le cadre du projet de scolarisation que sont définis les modalités d intervention et le rôle de chaque intervenant. L enseignant de la classe d accueil: C est lui le responsable de la classe. Il définit les objectifs, les contenus, les démarches pédagogiques, les groupes de travail L enseignant spécialisé: Il peut intervenir pendant la classe, avec l élève ou un groupe d élèves, ou apporter un soutien scolaire en dehors de la classe. Prévenir les difficultés d apprentissage ou d insertion dans la vie collective Remédier aux difficultés d acquisition Apporter des infos sur le handicap et ses conséquences Collaborer avec les enseignants, les conseiller, les aider à apporter les aménagements nécessaires à l accueil de cet enfant Faire le lien entre les différents partenaires: famille, enseignants, orthophoniste, psychologue. Les AVS AVSi= individuel, mis à la disposition d un enfant AVS CO= collectif,mis à disposition d une classe ( CLIS, UPI) La tâche de ces personnels est délicate car ils doivent savoir mesurer l aide apportée pour que l enfant puisse devenir de plus en plus autonome. +aide matérielle: pour un élève malvoyant, réécrire la consigne ou donner un support en gros caractères, en grand format +surveiller, soutenir, aider à lever les angoisses en EPS ( élève trisomique ou avec troubles de l équilibre) +pour les élèves sourds, l AVS est recruté en fonction de ses connaissances des techniques d aide à la communication (LPC) ou de son niveau en LSF. Il sert alors d interface ou d interprète entre les professeurs et l élève. Les AVS ne sont pas forcément avec l élève handicapé: ils peuvent surveiller un groupe plus autonome, pendant que l enseignant apporte une aide spécifique à l élève handicapé. Les interfaces, les interprètes LSF: L interface code en LPC, les propos échangés dans la classe. l interprète LSF traduit en langue des signes les propos échangés dans la classe. Leur intervention permet à l élève de bénéficier au maximum des différentes interactions. Ils n interviennent pas dans le contenu, ni dans la pédagogie. Ils ne ré expliquent pas le cours, pour cela l élève s adresse à son enseignant. Cependant, l interface ou l interprète doivent coordonner leur action avec celle de l enseignant.

5 5) Conseils aux AVS qui auraient à s occuper d enfants sourds. Extrait d une émission de l œil et la main pour mieux comprendre les Sourds et ce qu engendre l obligation de vivre dans une société où l on communique principalement à l oral. Caissier au supermarché ( de 7 56 à 15 45) Où se placer? +éviter de se retourner ou de se promener lorsque l on parle à l enfant: se mettre à sa hauteur et lui parler bien en face. +ne pas masquer le visage avec un livre ou les mains Comment parler? +essayer de maintenir une conversation normale: l enfant va décoder l intonation de la voix, les expressions du visage et y puiser des informations. +ne pas crier: cela n améliore pas la compréhension et amplifie les distorsions +ne pas exagérer l articulation ni trop ralentir le débit naturel de la parole Comment l aider à comprendre? +Ne pas répéter de la même manière un énoncé qui n a pas été compris mais essayer de le reformuler autrement. +Lui expliquer les différents sens d un mot ses jambes à son cou) +Expliquer le sens des expressions figurées ( il a pris +avoir le souci permanent de la compréhension de ce qui a été dit à l élève ou de ce qu il a lu. +l enfant sourd n entend pas le pas de quelqu un qui arrive dans le couloir, il ne perçoit pas la plaisanterie qui a fait rire le groupe: il faut tout lui expliquer sinon il est pris au dépourvu et risque de se sentir exclu de la classe. le schéma, le mime... +Utiliser d autres vecteurs que l oral: l écrit, le dessin,

6 Sites : Annuaire des sites sur la surdité : Adresses utiles Institut d Education Sensorielle Place abbé Cordier Langres Tél: Site de l éducation nationale qui contient des informations sur l intégration des enfants handicapés. Handiscol cellule d écoute pour les parents et professionnels qui ont en charge des enfants handicapés. Elle diffuse aussi des documents sur la scolarisation des élèves handicapés. Associations : ALPC :association pour le développement du langage parlé complété 21, rue des Quatre-Frères-Peignot Paris tel : télécopie : IVT International Visual Theater Tour du village, château de Vincennes Vincennes tel : télécopie : Visuel langue des signes «espace Poincaré» 2 avenue Raymond Poincaré Dijon tel : URAPEDA Champagne-Picardie 17 allée de la Pépinière Village Oasis-Dury Amiens Cedex

7 Degré de surdité Perception de la parole Qualité de la parole Développement du langage 0 à 20 Db Audition normale normale Parole intelligible Le langage peut se construire 20 à 40 Db Surdité légère Perçoit la parole mais ne reconnaît pas tous les sons Parfois des difficultés à articuler certains sons Le langage peut se construire 40 à 70 Db Surdité moyenne Mauvaise perception de la parole émise à intensité habituelle La personne entend mais ne comprend pas. Articulation et voix défectueuses Acquisition du langage possible mais de façon imparfaite 70 à 90 Db Surdité sévère Identifie les bruits environnants et certaines voyelles Parole non comprise Parole pas toujours intelligible Le langage verbal ne peut pas se développer de manière naturelle Plus de 90 Db Surdité profonde Parole non perçue Éléments rythmiques et mélodiques conservés Parole inintelligible Le langage verbal ne peut pas se développer de manière naturelle

8

Langage et Intégration Centre Rabelais. Sensibilisation à la surdité et repérage

Langage et Intégration Centre Rabelais. Sensibilisation à la surdité et repérage Langage et Intégration Centre Rabelais Sensibilisation à la surdité et repérage Qui sommes-nous? Le Centre Rabelais est : -un établissement médico-social pour les enfants déficients auditifs et/ou avec

Plus en détail

I.E.S Joseph Cressot 15 Avenue Jean Mermoz 52000 CHAUMONT Tél : 03 25 02 92 41 ies-sessad@adpep-52.fr

I.E.S Joseph Cressot 15 Avenue Jean Mermoz 52000 CHAUMONT Tél : 03 25 02 92 41 ies-sessad@adpep-52.fr I.E.S Joseph Cressot 15 Avenue Jean Mermoz 52000 CHAUMONT Tél : 03 25 02 92 41 ies-sessad@adpep-52.fr NOTRE OREILLE Constituée de trois parties L oreille externe : - Le pavillon - Le conduit auditif oreille

Plus en détail

Selon le Ministère de la Santé, on évalue à 6,6 % de la population le nombre de Français porteurs d un déficit auditif.

Selon le Ministère de la Santé, on évalue à 6,6 % de la population le nombre de Français porteurs d un déficit auditif. INFORMATION SUR LA SURDITE Selon le Ministère de la Santé, on évalue à 6,6 % de la population le nombre de Français porteurs d un déficit auditif. 1) Les différents degrés de surdité : - En dessous de

Plus en détail

Formation des AVS 9 décembre 2014 Lycée Jacques Amyot

Formation des AVS 9 décembre 2014 Lycée Jacques Amyot Formation des AVS 9 décembre 2014 Lycée Jacques Amyot Présentation : La ou les surdités? Sourds ou malentendants? Les textes qui régissent la prise en charge des élèves sourds AVS et enseignants spécialisés

Plus en détail

Handicaps sensoriels La surdité

Handicaps sensoriels La surdité La surdité 1 2. Classification des différents types de handicap Handicaps sensoriels La surdité La surdité est un état pathologique caractérisé par une perte partielle ou complète de l ouïe. Dans le langage

Plus en détail

Surdité et système de santé

Surdité et système de santé Surdité et système de santé LA SURDITE EN QUESTION L ACCESSIBILITÉ EN RÉPONSE Association des parents d'enfants déficients auditifs de Franche-Comté Maison de la famille 12, rue de la Famille 25000 Besancon

Plus en détail

SEMINAIRE HANDICAP ET EPS VENDREDI 4 MAI 2012 LYCEE BRANLY LYON 5ème LA SURDITÉ :UN HANDICAP INVISIBLE

SEMINAIRE HANDICAP ET EPS VENDREDI 4 MAI 2012 LYCEE BRANLY LYON 5ème LA SURDITÉ :UN HANDICAP INVISIBLE SEMINAIRE HANDICAP ET EPS VENDREDI 4 MAI 2012 LYCEE BRANLY LYON 5ème LA SURDITÉ :UN HANDICAP INVISIBLE La surdité est un handicap à part car il ne se voit pas. La diversité des degrés de surdité : légère

Plus en détail

Accompagner un élève déficient auditif. Avril 2009 ASH 04

Accompagner un élève déficient auditif. Avril 2009 ASH 04 Accompagner un élève déficient auditif Avril 2009 ASH 04 1 Les différents types de déficiences d auditives La déficience auditive se caractérise par l absence, la diminution ou la déformation de la perception

Plus en détail

L oreille. Module APP

L oreille. Module APP L oreille Module APP Introduction C est un organe pair et symétrique Occupe des cavités creusées dans le rocher (os du crâne) Assure 2 fonctions : Audition et équilibration Plan Pré requis Anatomie de

Plus en détail

L enseignement à des élèves en situation de handicap

L enseignement à des élèves en situation de handicap L enseignement à des élèves en situation de handicap Françoise MAGNA Inspectrice pédagogique et technique des établissements de jeunes aveugles Ministère des Affaires Sociales et de la Santé Direction

Plus en détail

Ce dossier est renvoyé sous pli cacheté au Pôle académique du DNB, accompagné de l avis du médecin de secteur.

Ce dossier est renvoyé sous pli cacheté au Pôle académique du DNB, accompagné de l avis du médecin de secteur. NOTE d INFORMATION à DESTINATION des CANDIDATS et/ou des FAMILLES CONCERNANT les AMENAGEMENTS des CONDITIONS d EXAMENS POUR LE DIPLOME NATIONAL DU BREVET Les personnes en situation de handicap candidates

Plus en détail

La surdité Qu'est-ce que c'est??

La surdité Qu'est-ce que c'est?? La surdité Qu'est-ce que c'est?? 58, boulevard Victor Hugo - 44200 NANTES www.urapeda-paysdelaloire.fr SOMMAIRE 1 La Surdité : qu est-ce que c est?... 5 1.1 L oreille et le son chez un entendant... 5 1.2

Plus en détail

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Surdités...4

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Des personnels chargés d une mission D Auxiliaire de Vie Scolaire Individuel

GUIDE PRATIQUE Des personnels chargés d une mission D Auxiliaire de Vie Scolaire Individuel GUIDE PRATIQUE Des personnels chargés d une mission D Auxiliaire de Vie Scolaire Individuel Sommaire - Préambule - Missions de l AVSI - Mise en œuvre de l accompagnement - Cadre de l emploi - Temps de

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

Livret d accueil des Auxiliaires de Vie Scolaire

Livret d accueil des Auxiliaires de Vie Scolaire Livret d accueil des Auxiliaires de Vie Scolaire Inspection Académique d Ille-et-Vilaine 1, quai Dujardin B.P.3145 35031 Rennes cedex Inspectrice de l Education Nationale chargée de l Adaptation Scolaire

Plus en détail

DEMANDE DE MATERIEL PEDAGOGIQUE ADAPTE AUX ELEVES EN SITUATION DE HANDICAP SCOLARISES EN MILIEU ORDINAIRE DANS LE HAUT-RHIN

DEMANDE DE MATERIEL PEDAGOGIQUE ADAPTE AUX ELEVES EN SITUATION DE HANDICAP SCOLARISES EN MILIEU ORDINAIRE DANS LE HAUT-RHIN DEMANDE DE MATERIEL PEDAGOGIQUE ADAPTE AUX ELEVES EN SITUATION DE HANDICAP SCOLARISES EN MILIEU ORDINAIRE DANS LE HAUT-RHIN 1. Introduction La demande de matériel pédagogique adapté s inscrit nécessairement

Plus en détail

Comment communiquer avec des personnes présentant des difficultés d élocution et/ou de communication?

Comment communiquer avec des personnes présentant des difficultés d élocution et/ou de communication? Comment communiquer avec des personnes présentant des difficultés d élocution et/ou de communication? Solenn Bocoyran Orthophoniste Service de Rééducation Neurologique CH Aunay sur Odon AG de l AFTC -

Plus en détail

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles Centre Claude Bernard Livret d accueil à l usage des familles Vous avez bien voulu nous faire confiance pour vous aider à traiter les problèmes que vous rencontrez actuellement avec votre enfant. Afin

Plus en détail

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Le dépistage systématique des déficiences, l écoute des parents (en particulier des mères) et une attention accrue dans certaines situations

Plus en détail

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité

Formation A.V.S. Lundi 06 janvier 2014. La Surdité Formation A.V.S. Lundi 06 janvier La Surdité Table des matières I) La surdité Qu est ce que l audition? Les différentes surdités Les différents appareillages et leurs répercussions sur l audition II)

Plus en détail

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE Niveau 1 2 2.2 L enseignement du ski est une question de relations humaines. Pour les clients, une expérience mémorable à la montagne repose d abord sur la relation qu ils établiront avec leur moniteur,

Plus en détail

A DESTINATION DES CANDIDATS ET/OU DES FAMILLES CONCERNANT

A DESTINATION DES CANDIDATS ET/OU DES FAMILLES CONCERNANT NOTE D INFORMATION A DESTINATION DES CANDIDATS ET/OU DES FAMILLES CONCERNANT LES AMENAGEMENTS DES CONDITIONS D EXAMEN POUR LE DIPLOME NATIONAL DU BREVET ET LE CERTIFICAT DE FORMATION GENERALE - SESSION

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

Le code LPC : un sésame pour faciliter l'intégration scolaire en langue française des jeunes déficients auditifs

Le code LPC : un sésame pour faciliter l'intégration scolaire en langue française des jeunes déficients auditifs Le code LPC : un sésame pour faciliter l'intégration scolaire en langue française des jeunes déficients auditifs Valia GUILLARD http://coquelicot.asso.free.fr Page 1 Plan de la présentation! L association

Plus en détail

BAC PRO DEFINITION DES EPREUVES E3 «EPREUVE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE»

BAC PRO DEFINITION DES EPREUVES E3 «EPREUVE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE» BAC PRO DEFINITION DES EPREUVES E3 «EPREUVE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE» 1/9 L objectif de cette épreuve est de valider des compétences acquises au cours de la formation en établissement de formation ainsi

Plus en détail

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) de Tuteur d entreprise. INTITULÉ

Plus en détail

Dossier des documents de suivi formatif des stages

Dossier des documents de suivi formatif des stages Filières secondaires Dossier des documents de suivi formatif des stages Haute Ecole Pédagogique Documents à l usage des étudiants et des praticiens formateurs Version: 17.08.2010 Pour désigner les personnes,

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction 1. Première partie. Deuxième partie

SOMMAIRE. Introduction 1. Première partie. Deuxième partie SOMMAIRE Introduction 1 Première partie ACCOMPAGNER LES PERSONNES SOUFFRANT D ACOUPHÈNES 1. COMPRENDRE LES ACOUPHÈNES 5 2. ÊTRE SOPHROLOGUE SPÉCIALISÉ DANS LES ACOUPHÈNES 17 Deuxième partie MISE EN PRATIQUE

Plus en détail

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Besoins des aidants 1. Actuellement, êtes vous au bénéfice d une aide à domicile dans la prise en charge de la personne

Plus en détail

EVALUATION SE PROTEGER DU BRUIT

EVALUATION SE PROTEGER DU BRUIT Année 2011 / 2012 EVALUATION MODULE 7 Première BAC Prévention Santé Environnement Date :. Nom : Prénom : Classe :.. Orthographe-présentation :../1 NOTE :./20 EVALUATION SE PROTEGER DU BRUIT Compétences

Plus en détail

Systèmes de Communication Augmentatifs et Alternatifs (CAA) FNO / ANCRA

Systèmes de Communication Augmentatifs et Alternatifs (CAA) FNO / ANCRA Systèmes de Communication Augmentatifs et Alternatifs (CAA) FNO / ANCRA Développement des fonctions de communication non verbale «Il faut avoir recours à des modifications des processus d apprentissage,

Plus en détail

Les enfants IMC CP et l école

Les enfants IMC CP et l école Les enfants IMC CP et l école Le point de vue des professionnels: Institut d Education Motrice de l Association des Paralysés de France Les Enseignants Spécialisés de l Éducation Nationale Service d Education

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DES BESOINS SPÉCIAUX LIÉS À LA SANTÉ OU AU HANDICAP DANS LE PROCESSUS DE FORMATION

PRISE EN COMPTE DES BESOINS SPÉCIAUX LIÉS À LA SANTÉ OU AU HANDICAP DANS LE PROCESSUS DE FORMATION PRISE EN COMPTE DES BESOINS SPÉCIAUX LIÉS À LA SANTÉ OU AU HANDICAP DANS LE PROCESSUS DE FORMATION LIGNES DIRECTRICES Besoins spéciaux et processus de formation Page 1 TABLE DES MATIÈRES 1. Objectifs...

Plus en détail

TRAVAILLER A L EDUCATION NATIONALE AVEC UN HANDICAP, C EST POSSIBLE

TRAVAILLER A L EDUCATION NATIONALE AVEC UN HANDICAP, C EST POSSIBLE TRAVAILLER A L EDUCATION NATIONALE AVEC UN HANDICAP, C EST POSSIBLE Exposition réalisée dans le cadre de la Journée internationale des personnes handicapées 3 decembre 2015 MERCI...... à tous les personnels

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

Mercredi 13 février 2013 Présentation de la scolarité d un enfant sourd

Mercredi 13 février 2013 Présentation de la scolarité d un enfant sourd Mercredi 13 février 2013 Présentation de la scolarité d un enfant sourd Accompagnement par un SSESAD Service de Soins et d Education Spécialisée A Domicile ou d un SSEFIS Service de Soutien à l Education

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

ACCUEILLIR UN ENFANT DEFICIENT VISUEL EN MILIEU ORDINAIRE

ACCUEILLIR UN ENFANT DEFICIENT VISUEL EN MILIEU ORDINAIRE Julie Fehrenbach Enseignante spécialisée, déficience visuelle (maîtresse B) SAAAIS (Service d Aide à l Acquisition de l Autonomie et à l Intégration Scolaire) julie.fehrenbach@yahoo.fr ACCUEILLIR UN ENFANT

Plus en détail

UNE JUSTE PLACE UNE PLACE JUSTE

UNE JUSTE PLACE UNE PLACE JUSTE UNE JUSTE PLACE UNE PLACE JUSTE LA PROBLEMATIQUE D UN ACCOMPAGNEMENT REUSSI Martine BEIGBEDER, Coordonnatrice Sylvie LAXAGUE, CPC Biarritz et ASH Ouest LE HANDICAP «L indifférence aux différences crée

Plus en détail

«J entends tout et vous ne voyez rien.»

«J entends tout et vous ne voyez rien.» www.groupeforget.com les aides auditives «J entends tout et vous ne voyez rien.» Retrouvez le plaisir d'entendre Prêts pour l appareillage! L ouïe est sans doute l un des sens les plus importants de l

Plus en détail

Calendrier (sous réserve de modifications) :

Calendrier (sous réserve de modifications) : Calendrier (sous réserve de modifications) : Journées d étude : Surdicécité : Identité, diversité, créativité : Toulouse, les 30 et 31 janvier 2014 Fiche 1 L importance du toucher chez les personnes sourdaveugles

Plus en détail

Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels.

Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels. Accueillir les Personnes en Situation de Handicap dans les Commerces et les Hôtels. Avec le concours des associations intervenant dans le domaine du handicap 1) Le handicap moteur : En France, on estime

Plus en détail

SÉQUENCE D ENSEIGNEMENT «SONS ET OUÏE» Guide du personnel enseignant et technique

SÉQUENCE D ENSEIGNEMENT «SONS ET OUÏE» Guide du personnel enseignant et technique SÉQUENCE D ENSEIGNEMENT «SONS ET OUÏE» Guide du personnel enseignant et technique Novembre 2014 Table des matières Introduction de la séquence d enseignement...3 Canevas de la séquence d enseignement...3

Plus en détail

Article. «Intervenir auprès des personnes ayant une perte auditive» Jean-Roger Brisebois

Article. «Intervenir auprès des personnes ayant une perte auditive» Jean-Roger Brisebois Article «Intervenir auprès des personnes ayant une perte auditive» Jean-Roger Brisebois Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 4, n 2, 1998, p. 151-154. Pour citer cet article, utiliser

Plus en détail

Projet personnalisé de scolarisation (PPS)

Projet personnalisé de scolarisation (PPS) Cachet MDPH Projet personnalisé de scolarisation (PPS) (décisions, avis et préconisations pour la période / /20 / /20 ) Date de dépôt du dossier à la MDPH : / /20 Identification NOM et Prénom de l élève

Plus en détail

1 - le bilan de la 6ème année : de préférence en grande section, voire en CP.

1 - le bilan de la 6ème année : de préférence en grande section, voire en CP. Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages Le dépistage et le suivi des troubles spécifiques des apprentissages tout au long de la scolarité sont une priorité rectorale

Plus en détail

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE UN AGRÉMENT «Les Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques accueillent les enfants adolescents ou jeunes

Plus en détail

Langage et communication d enfants avec autisme

Langage et communication d enfants avec autisme Langage et communication d enfants avec autisme Estelle Petit Orthophoniste Troubles autistiques Triade autistique : Trouble des interactions sociales Trouble de la communication Intérêts restreints, stéréotypés

Plus en détail

Un élève sourd dans votre classe

Un élève sourd dans votre classe Préface Sommaire Madame, Monsieur, Nous vous remercions d accueillir un élève sourd dans votre classe. Cette brochure vous permettra de mieux comprendre la particularité de l élève sourd. Elle vous guidera

Plus en détail

L Inspection des personnels

L Inspection des personnels Besançon le 15 septembre 2014 NOTE de Service N 3 Circonscription BESANCON 1 Luc GROSJEAN, Inspecteur 03 81 65 48 53 03 81 83 50 61 luc.grosjean@ac-besancon.fr Direction des Services Départementaux de

Plus en détail

une scolarité adaptée à mes besoins

une scolarité adaptée à mes besoins Suivre une scolarité adaptée à mes besoins Fiche > 5 Tout enfant a droit à la v Depuis la loi du 11 février 2005, la scolarisation doit être accessible. Elle est de droit pour tous les enfants. Cela se

Plus en détail

Faire rédiger des synthèses en grammaire

Faire rédiger des synthèses en grammaire Faire rédiger des synthèses en grammaire 1/5 Observer la langue, la décrire sont des activités qui font partie intégrante du cours de français. Elles appartiennent à l univers des élèves depuis leur apprentissage

Plus en détail

FORMATION DEIS couplé à l Exécutive Master Gouvernance publique et Action Sociale de Sciences Po Bordeaux REGLEMENT D ADMISSION

FORMATION DEIS couplé à l Exécutive Master Gouvernance publique et Action Sociale de Sciences Po Bordeaux REGLEMENT D ADMISSION FORMATION DEIS couplé à l Exécutive Master Gouvernance publique et Action Sociale de Sciences Po Bordeaux REGLEMENT D ADMISSION Le Diplôme d Etat d Ingénierie Sociale (DEIS) couplé à l Exécutive Master

Plus en détail

RECTORAT DE L ACADEMIE DE GRENOBLE - Service Académique de l Inspection de l Apprentissage 7 place Bir-Hakeim B.P. 1065 38021 GRENOBLE Cedex

RECTORAT DE L ACADEMIE DE GRENOBLE - Service Académique de l Inspection de l Apprentissage 7 place Bir-Hakeim B.P. 1065 38021 GRENOBLE Cedex SERVICE ACADEMIQUE DE L INSPECTION DE L APPRENTISSAGE GUIDE DES ACTIVITES D UN ENSEIGNANT DE CENTRE DE FORMATION D APPRENTIS D UNITE DE FORMATION EN APPRENTISSAGE DE SECTION D APPRENTISSAGE RECTORAT DE

Plus en détail

TZR, prof à part entière ou entièrement à part?

TZR, prof à part entière ou entièrement à part? TZR, prof à part entière ou entièrement à part? 1 Qu est-ce qu un TZR? 2 L activité du TZR dans son établissement de rattachement 3 Conseils pour optimiser les Remplacements (pour le TZR et les Équipes

Plus en détail

Risques communs à tous les secteurs professionnels

Risques communs à tous les secteurs professionnels 1 Nom : Prénom : Distribué le : Classe : Risques communs à tous les secteurs professionnels Plan du module : Risques liés à l activité physique Risques liés à la charge mentale Risques liés au bruit 2

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

VU le décret n 95-665 du 9 mai 1995 modifié portant règlement général du brevet de technicien supérieur ;

VU le décret n 95-665 du 9 mai 1995 modifié portant règlement général du brevet de technicien supérieur ; RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :ESRS0906089A ARRÊTÉ du 8 avril 2009 modifiant l arrêté du 31 juillet 1996 modifié portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

Évaluer par compétences

Évaluer par compétences Évaluer par compétences - Rapport final - Collège Jean Rostand LUXEUIL LES BAINS Résumé du projet : Mise en place progressive d un système d évaluation par compétences en regard du socle commun de connaissances

Plus en détail

Guide des premiers jours

Guide des premiers jours Accueillir un enfant du voyage dans une classe ordinaire : Guide des premiers jours Quatre facteurs entravent sensiblement la réussite scolaire des enfants itinérants : «- changement de maître, et partant

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie )

PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie ) PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie ) Références : - Loi n 2005-380 du 23 avril 2005 d orientation sur l éducation.

Plus en détail

Les principes de la communication orale

Les principes de la communication orale Cours 2 Les principes de la communication orale LIN2512 La communication orale : fondements et didactique UQAM Christian Dumais 20 janvier 2009 Plan de la rencontre Intentions de la rencontre : Connaître

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire)

OVE - Identification des Situations de Travail au SESSAD Charléty (La Ravoire) Arrivée des jeunes Arrivée des jeunes avant celle du salarié 5 Inquiétude, stress, charge de responsabilité Activité physique et/ou éducative extérieure Accompagnement d'un jeune ou d un groupe de jeunes

Plus en détail

A) Les mécanismes mis en jeu dans la lecture et l écriture

A) Les mécanismes mis en jeu dans la lecture et l écriture Les logiciels pour les apprentissages scolaires des enfants dysphasiques. Efficaces dans quels cas? Comment les choisir et les utiliser? Jack Sagot, jack.sagot@inshea.fr «Pénalisé dans l expression, il

Plus en détail

Contrat de formation concernant les stages pratiques en 1ère année Educateur spécialisé Année académique 2009-2010

Contrat de formation concernant les stages pratiques en 1ère année Educateur spécialisé Année académique 2009-2010 Communauté française de Belgique Nom : Institut De Fré Prénom : Département pédagogique de la Classe : Haute Ecole de Bruxelles Section Educateur spécialisé Avenue De Fré, 62 B 1180 BRUXELLES Tél. 02 /

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

HANDICAP COGNITIF. Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr

HANDICAP COGNITIF. Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr HANDICAP COGNITIF Mieux prendre en compte les aspects neuropsychologiques et cognitifs dans le Guide d évaluation multidimensionnelle

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

Scolarisation des enfants handicapés : Plaidoyer pour une politique de l éducation de qualité pour tous les enfants handicapés

Scolarisation des enfants handicapés : Plaidoyer pour une politique de l éducation de qualité pour tous les enfants handicapés Dossier de presse Paris, le 30 août 2010 Scolarisation des enfants handicapés : Plaidoyer pour une politique de l éducation de qualité pour tous les enfants handicapés La loi du 11 février 2005 pour l

Plus en détail

Le Défenseur des droits

Le Défenseur des droits Le Défenseur des droits SONDAGE SUR LA SCOLARISATION EN MILIEU ORDINAIRE DES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP AU COLLEGE - Sondage de l'institut CSA - - Note des principaux enseignements En partenariat

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat

Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat Document 8 : Concertations synthèse des ateliers 1. Perspectives pédagogiques et éducatives Assises de l éducation prioritaire #educationprioritaire DSDEN de la Corrèze RRS Brive Est secteur collège Rollinat

Plus en détail

Syndrome d Usher de type 1

Syndrome d Usher de type 1 Encyclopédie Orphanet du handicap Syndrome d Usher de type 1 USH 1 Cette fiche rassemble des informations susceptibles d aider les professionnels du handicap dans leur travail d évaluation et d accompagnement

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

LA SCOLARISATION DES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP

LA SCOLARISATION DES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP LA SCOLARISATION DES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP Réflexions du groupe de travail «médico-social» de l UNASEA Septembre 2009 1 L Union nationale des associations de sauvegarde de l enfance, de l adolescence

Plus en détail

Le dossier est à retourner avant la clôture des inscriptions à l examen

Le dossier est à retourner avant la clôture des inscriptions à l examen Demande d'aménagements des conditions d'examen pour un élève présentant un Handicap Constitution du dossier Le dossier est à retourner avant la clôture des inscriptions à l examen Les délais d inscription

Plus en détail

Titre de l'action. Accueil et accompagnement des élèves dyslexiques

Titre de l'action. Accueil et accompagnement des élèves dyslexiques Titre de l'action Accueil et accompagnement des élèves dyslexiques Etablissement : Collège Léonard de Vinci Quartier de la Colle Noire 83440 Montauroux Téléphone : 04 94 39 40 40 Fax : 04 94 39 40 56 Mél:

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

SOCIETE DE RECHERCHES, D ETUDES, DE RECRUTEMENT ET DE FORMATION EN MARKETING ET EN MANAGEMENT SEMINAIRE DE FORMATION SUR LE THEME :

SOCIETE DE RECHERCHES, D ETUDES, DE RECRUTEMENT ET DE FORMATION EN MARKETING ET EN MANAGEMENT SEMINAIRE DE FORMATION SUR LE THEME : SOCIETE DE RECHERCHES, D ETUDES, DE RECRUTEMENT ET DE FORMATION EN MARKETING ET EN MANAGEMENT SEMINAIRE DE FORMATION SUR LE THEME : Devenez un (e) véritable manager du Secrétariat et mettez les TIC au

Plus en détail

MAI 2010 Document révisé juin 2012. Document 1

MAI 2010 Document révisé juin 2012. Document 1 MAI 2010 Document révisé juin 2012 Document 1 Commission scolaire de la Riveraine 1 Niveau 1 Classe ordinaire avec l enseignante ou l enseignant comme premier responsable de la prévention, du dépistage,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

Cahier de vie Cahier de progrès

Cahier de vie Cahier de progrès Mercredi 7 mars 2012 : Cayenne Nord Jeudi 8 mars 2012 : Rémire-Montjoly Cahier de vie Cahier de progrès à l'école maternelle Mmes Kong Marie-Line Lacanaud-Gimenez Nathalie Silbande Ingrid Le cahier de

Plus en détail

«Dynamique de groupe et gestion de l hétérogénéité»

«Dynamique de groupe et gestion de l hétérogénéité» «Dynamique de groupe et gestion de l hétérogénéité» Compte-rendu de la formation Les 16 et 17 novembre 2011 Organisme prestataire : la FOCEL Seine et Marne, Ligue de l Enseignement Intervenante : Céline

Plus en détail

Animé par Jérémie Boroy, président de l Unisda, ce comité de pilotage a mobilisé :

Animé par Jérémie Boroy, président de l Unisda, ce comité de pilotage a mobilisé : Développementdesprofessionsdelacommunicationaccessible: Programmationpluriannuelledesformationsetexigencesdequalité Documentd orientation versiondu10février2010 Installéenjuillet2009,lecomitédepilotagedel

Plus en détail

Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire

Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire Mardi 4 octobre 2011 dossier de presse Signature de la convention cybercollèges avec le CHU de St-Etienne et l Inspection académique de la Loire par Gilles ARTIGUES, vice-président chargé de l Education

Plus en détail

Atelier D: Plus-value d une co-construction pluridisciplinaire entre enseignants et PPLS.

Atelier D: Plus-value d une co-construction pluridisciplinaire entre enseignants et PPLS. 17 août 2011 Atelier D: Plus-value d une co-construction pluridisciplinaire entre enseignants et PPLS. Carole HENRY, psychologue PPLS, responsable d équipe Pascal MICHEL, enseignant, praticien formateur

Plus en détail

Déficience et production

Déficience et production Arpih MSP 13 A & MSP 13 B 1 Déficience et production Objectif du cours * Adapter des mesures spécifiques en vue d optimiser la production et promouvoir le bien-être de la personne en situation de déficience.

Plus en détail

L audition représente la qualité de vie

L audition représente la qualité de vie Amplifon SA Sihlbruggstrasse 109 CH-6340 Baar L audition représente la qualité de vie Emmanuel Kant avait écrit Ne pas voir éloigne l homme des choses. Ne pas entendre éloigne l homme des hommes. L ouïe

Plus en détail

COMMUNIQUER EN FAMILLE CELA S APPREND AUSSI

COMMUNIQUER EN FAMILLE CELA S APPREND AUSSI COMMUNIQUER EN FAMILLE CELA S APPREND AUSSI VOUS QUI SOUHAITEZ ACCROÎTRE L'HARMONIE FAMILIALE MIEUX VOUS FAIRE COMPRENDRE ÉVOLUER AVEC VOS ENFANTS ET VOS ADOS DYNAMISER VOTRE VIE DE FAMILLE RÉAGIR EFFICACEMENT

Plus en détail

C est un processus. Un ensemble de démarches qui prennent en compte chaque élève comme une personne. Des situations éducatives qui peuvent être

C est un processus. Un ensemble de démarches qui prennent en compte chaque élève comme une personne. Des situations éducatives qui peuvent être C est un processus. Un ensemble de démarches qui prennent en compte chaque élève comme une personne. Des situations éducatives qui peuvent être engagées dans et hors l école. L élève apprend a se construire

Plus en détail

PLAN PERSONNALISE D ETUDES ET DE FORMATION (PPEF)

PLAN PERSONNALISE D ETUDES ET DE FORMATION (PPEF) PLAN PERSONNALISE D ETUDES ET DE FORMATION (PPEF) MENTIONS INFORMATIQUES ET LIBERTES Les informations recueillies font l objet de traitements informatiques destinés à mettre en place des aménagements d

Plus en détail

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège.

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège. FICHE PÉDAGOGIQUE CYCLE 3 N 150 Février 2013 HISTOIRE RUBRIQUE l histoire de l école en France DOMAINES D ACTIVITÉS histoire, instruction civique et TUIC OBJECTIFS ET COMPÉTENCES * Objectifs * : en privilégiant

Plus en détail

INTRO : 1- Place du chapitre dans l organisation du cours PREMIERE PARTIE: LES ACTEURS DE LA NEGOCIATION

INTRO : 1- Place du chapitre dans l organisation du cours PREMIERE PARTIE: LES ACTEURS DE LA NEGOCIATION BTS NRC 1 - RC - Chap 2 - Cours CHAPITRE 2 - COMMUNIQUER DANS UN CONTEXTE INTRO : 1- Place du chapitre dans l organisation du cours COURS INTRO: SAVOIR PRENDRE DES NOTRE EN BTS PREMIERE PARTIE: LES ACTEURS

Plus en détail

L Oreille. L oreille. Audition. Accident barotraumatique. Accident de décompression. Équilibre. L oreille. Lionel Audouy. L oreille.

L Oreille. L oreille. Audition. Accident barotraumatique. Accident de décompression. Équilibre. L oreille. Lionel Audouy. L oreille. L Oreille Accident barotraumatique Accident de décompression L Oreille L Oreille Doc: Illustra Pack externe Capter les ondes sonores Tympan: fine membrane imperméable Capable de vibrer sous l effet d une

Plus en détail