PROJET DE LOI ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE LOI ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE"

Transcription

1 FICHE DE POSITION PROJET DE LOI ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Boite à outils - Lobbying 9 avril 2014 I Repères sur le projet de loi 1- Rappel du calendrier Le projet de loi sur l économie sociale et solidaire est passé au Sénat le 7 novembre 2013, et doit être examiné par l Assemblée Nationale le 28 avril Les objectifs du projet de loi Benoît HAMON, Ministre délégué à l économie sociale et solidaire (jusqu en avril 2014) et initiateur de ce projet de loi a souhaité avec cette loi : Accorder une reconnaissance au secteur En le dotant d une loi, le Ministre a souhaité accorder au secteur une certaine reconnaissance. Préciser le périmètre du secteur Le projet pose pour ce faire deux principes (article 1 du projet de loi) : seront désormais qualifiées d entreprises de l ESS les organismes appartenant statutairement à l ESS traditionnelle, soit les coopératives, les mutuelles, les associations et les fondations ayant une activité économique les sociétés commerciales respectant plusieurs exigences découlant des principes fondateurs de ce secteur pourront également être qualifiées d entreprises de l ESS. Ces exigences sont relatives à : la gouvernance démocratique la recherche d un but d utilité sociale l orientation stable des excédents vers des finalités qui ne sont pas le profit mais bien la poursuite pérenne de l activité de l entreprise la limitation des possibilités de spéculer sur le capital et les parts sociales A noter : cette qualification d entreprise de l ESS ouvrira droit à certains soutiens publics dédiés au secteur de l ESS, et notamment ceux mis en place par la BPI France. Donner au secteur plus de visibilité En élargissant le secteur à un nombre d acteurs potentiellement important (voir ci-dessus sur le périmètre), le Ministre a souhaité lui donner plus de visibilité. Position Loi ESS 09/04/2014-1/6

2 II COORACE et le projet de loi 1- Un accueil globalement favorable de COORACE COORACE accueille favorablement ce projet de loi qui vise à une meilleure reconnaissance du secteur. La fédération approuve notamment la vision inclusive et décloisonnée de l ESS portée par le projet. 2- Des points à faire évoluer néanmoins importants Pour autant, COORACE souhaite éviter que l ouverture du secteur ne se fasse au détriment de ses principes d actions et valeurs fondatrices, seules garantes des ambitions du secteur. COORACE défend en effet une ESS aux ambitions élevées, allant jusqu à la transformation des rapports économiques et sociaux et l émergence d un nouveau modèle de développement économique. COORACE porte ainsi, en lien étroit avec Emmaüs France et la FNARS, 5 propositions clés : Proposition 1 relative à l agrément ESUS Au-delà de la définition du périmètre de l ESS (article 1 du projet de loi), le projet de loi prévoit dans son article 7 un nouvel agrément «Entreprises solidaires d utilité sociale» (l agrément ESUS). Pour bénéficier de cet agrément, les organisations devront répondre à un certain nombre de conditions complémentaires de celles fixées à l article 1, notamment relatives à l échelle des salaires ou à leur utilité sociale. L article 7 du projet de loi, tel que rédigé à ce jour permet à un certain nombre d entreprises, notamment celles conventionnées IAE, d obtenir de droit cet agrément. Le «bon» fléchage de certaines aides financières qui seront liées à l agrément ESUS (volets solidaires des dispositifs fiscaux ISF-PME et Madelin et fonds d épargne salariale dits «solidaires»). COORACE s oppose à toute délivrance automatique de l agrément ESUS pour les entreprises conventionnées IAE. Cet octroi de droit pour les SIAE créerait en effet un risque fort d instrumentalisation du conventionnement IAE par des sociétés commerciales qui y trouveraient un moyen de contourner les conditions d entrée dans l ESS pour obtenir l accès aux financements liés à cet agrément. Dans ce sens, la proposition d amendement portée par COORACE vise à supprimer les alinéas 11 à 14 de l article 7 du projet de loi. Proposition 2 relative à la redistribution des dividendes des entreprises de l ESS Les aspirations affichées par les promoteurs de ce projet de loi sont d assurer un mode de distribution des dividendes au sein des entreprises commerciales de l ESS propre à garantir le financement de l activité d utilité sociale de l entreprise (versus la rémunération des actionnaires). Pour autant, le projet de loi porte des ambiguïtés dans sa rédaction actuelle. Ces ambiguïtés permettraient à des entreprises de l ESS de rémunérer leurs dirigeants à des niveaux comparables à ceux des entreprises du CAC 40. Position Loi ESS 09/04/2014-2/6

3 Il s agit de limiter la lucrativité individuelle pour les entreprises du secteur de l ESS, celui-ci portant pour ambition d être utile à la collectivité plutôt que lucratif individuellement. Il est essentiel de clarifier la rédaction du texte afin de répondre aux ambitions qu il porte. Dans ce sens, notre proposition sur ce sujet comporte deux amendements : A l alinéa 5 de l article 1 du projet de loi, après le mot «bénéfices» ajouter le mot «distribuables». En effet, ni le report à nouveau ni les réserves obligatoires ne sont distribuables en année N. Cet amendement vise donc à préciser que «sont majoritairement consacrés à l objectif de maintien ou de développement de l activité de l entreprise» les bénéfices distribuables uniquement. Rédiger ainsi l alinéa 14 de l article 1 du projet de loi : «le prélèvement d une fraction définie par arrêté du ministre chargé de l économie sociale et solidaire et au moins égale à 50 % des bénéfices de l exercice diminués, le cas échéant, des pertes antérieures, affecté au report bénéficiaire ainsi qu aux réserves obligatoires. La fraction restante constitue les bénéfices distribuables» En effet, dans un souci de clarté, cet amendement vise à préciser de quoi sont constitués les «bénéfices distribuables» dont il est dit à l alinéa 5 de l article 1 qu ils doivent être «majoritairement consacrés à l objectif de maintien ou de développement de l activité de l entreprise». Proposition 3 relative au principe de gouvernance démocratique Le texte actuel prévoit une «participation dont l expression n est pas seulement liée à l apport en capital». Ainsi, alors que la gouvernance démocratique est une des valeurs distinctives de l ESS, le texte n impose pas d obligation suffisamment précise en la matière. Préserver les principes fondateurs de l ESS pour ne pas dénaturer le secteur. Nous souhaitons faire appliquer le principe «une personne = une voix». Dans ce sens, nous soutenons pleinement l amendement présenté par M. LE CAM et Mme SCHURCH et les membres du Groupe communiste républicain et citoyen en première lecture au Sénat et non retenu, qui propose de modifier l article 1er alinéa 3 du projet de loi dans ce sens en précisant comme condition d appartenance à l ESS : «Une gouvernance démocratique attribuant à chaque associé de l entreprise, une seule voix lors des votes en instances statutaires, indépendamment de son apport en capital ou du montant de la contribution financière versée à l entreprise» Position Loi ESS 09/04/2014-3/6

4 Proposition 4 relative aux marchés réservés L article 9 du projet de loi prévoit l extension des marchés jusque-là réservés aux personnes en situation de handicap, aux personnes dites «défavorisées», visant ainsi les salarié-e-s en parcours d insertion. L extension des marchés réservés aux publics défavorisés, bien que poussée par les directives européennes «marchés publics», comporte plusieurs risques : - le risque de renvoyer à terme une image des entreprises conventionnées IAE marquée par un déficit de compétences entrepreneuriale par rapport aux entreprises dites «classiques» et de renforcer le cloisonnement entre entreprises de l IAE et économie traditionnelle - le risque majeur de mettre en concurrence les entreprises de l IAE et les entreprises qui travaillent à l insertion des personnes en situation de handicap - le risque de stigmatiser des personnes confrontées à l exclusion, l instabilité et la précarité sur le marché du travail, en instituant la reconnaissance indirecte d un prétendu «handicap social» - le risque d affaiblir l importance du soutien de la collectivité publique à l IAE sous forme de subventions, les pouvoirs publics risquant de considérer qu ils s engagent déjà suffisamment en faveur des entreprises conventionnées IAE à travers ces marchés «réservés» d insertion. Afin de prévenir ces risques, COORACE s oppose à l extension de tels marchés. En revanche, COORACE est favorable au développement des clauses sociales d insertion qui permettent de proposer de l activité à des personnes en parcours d insertion et de renforcer les passerelles et partenariats entre entreprises conventionnées IAE et autres acteurs économiques sur les territoires. Dans ce sens, l amendement porté par la fédération consiste à supprimer le terme «défavorisées» à l article 9 du projet de loi. Proposition 5 relative aux Pôles Territoriaux de Coopération Economiques (PTCE) Le projet de Loi reconnait les PTCE en les mentionnant dans son article 5. Malheureusement le II de l article 5 restreint cette reconnaissance aux PTCE désignés par un comité interministériel. Eviter que la reconnaissance des PTCE ne soit limitée à des initiatives désignées par l Etat, ce qui nuerait gravement à la capacité d innovation de l ESS. Partie prenante de la démarche inter réseaux «Développer les Pôle territoriaux de coopération économique» animée par le Labo de l ESS, avec le RTES, le CNCRES et le MES, COORACE se félicite que les PTCE soient reconnus dans la loi et bénéficient d un soutien de l Etat mais insiste pour que la dénomination PTCE ne soit par limitée aux initiatives financées par l Etat. Dans ce sens, COORACE propose avec RTES l amendement suivant à l article 5 du projet de loi : Position Loi ESS 09/04/2014-4/6

5 «I - Les pôles territoriaux de coopération économique sont constitués par le regroupement sur un même territoire d entreprises de l économie sociale et solidaire au sens de l article 1er de la présente loi, associés à des entreprises, des collectivités territoriales, des établissements de recherche et d enseignement supérieur, des organismes de formation ou tout autre personne physique ou morale pour mettre en œuvre une stratégie commune et continue de mutualisation et de coopération au service de projets socio-économiques innovants et porteurs d un développement local durable. II. Les modalités d appui aux pôles territoriaux de coopération économique soutenus financièrement par l Etat sont arrêtées par un comité interministériel, après avis de personnalités qualifiées et de représentants de collectivités territoriales, parmi lesquels des conseils régionaux. Un décret fixe les modalités d application du présent article.» III - Pour aller plus loin Concernant l innovation sociale, telle que définie à l article 10 ter du projet de loi, qui doit permettre de bénéficier de financements publics dédiés, COORACE défend une définition de l innovation sociale plus ambitieuse. COORACE propose ainsi de mettre en avant les caractéristiques suivantes de l innovation sociale : l objectif de répondre à des besoins humains, sociaux ou sociétaux (qui ne sont pas définis par le marché, mais par une pression politique et sociale) l initiative locale, ascendante, d acteurs socio-économiques privés un processus s appuyant sur une gouvernance associant de multiples parties prenantes, en particulier les personnes concernées (il s agit de faire avec elles et non pas pour elles) et sur la coordination et la médiation entre acteurs la recherche de transformations sociales : le renforcement du pouvoir d agir des individus et des groupes, ainsi que des changements dans les relations de pouvoir et les modes de gouvernance L innovation sociale peut concerner différents niveaux des actions portées par les entreprises de l ESS (comportement des acteurs, finalité, moyens, processus, produits, etc.). Concernant l utilité sociale, telle que définie à l article 2 du projet de loi, et critère utilisé pour l obtention de l agrément «ESUS» (quand non accordé de droit) à l article 7, COORACE, avec de nombreux autres acteurs de l ESS, considère que l utilité sociale ne peut être définie dans l absolu. En effet, elle fait référence à une «convention socio politique» entre acteurs autour des résultats et impacts sociétaux (effets attendus et inattendus, multidimensionnels) d une entreprise ou d un projet, reconnus et valorisés comme positifs par ces acteurs. Pour une entreprise conventionnée IAE, son utilité sociale dépasse forcément le cadre habituel d évaluation des politiques d emploi et d insertion. S il est possible d identifier de grandes dimensions d utilité sociale comme en propose Jean Gadrey 1, la définition proposée à l article 2 est dans tous les cas bien trop restrictive et concentrée sur une vision exclusivement réparatrice de l ESS (soutien à des personnes en situation de fragilité, préservation et développement du lien social, lutte contre les exclusions et les inégalités, contribution au développement durable). 1 «Est d utilité sociale l activité d une OES qui a pour résultat constatable et, en général, pour objectif explicite, au-delà d autres objectifs éventuels de productions de biens et services destinés à des usages individuels, de contribuer à la cohésion sociale (notamment par la réduction des inégalités), à la solidarité (nationale, internationale ou local : le lien social de proximité) et à la sociabilité, et à l amélioration des conditions collectives de développement humain (dont fait partie l éducation, la santé, l environnement et la démocratie)» Jean GADREY (2003) Position Loi ESS 09/04/2014-5/6

6 IV - Conclusion A l approche de l examen du texte par l Assemblée Nationale, fin avril, COORACE, porte, avec Emmaüs France et la FNARS, ces 5 propositions clés dans le cadre d actions de plaidoyer auprès des député-e-s et décideurs-deuses politiques. La fédération invite ses adhérents à relayer au sein de leurs propres réseaux d influence ces mêmes propositions en donnant la priorité à la proposition 1 relative à l octroi de droit de l agrément ESUS. V - Spécial CDIAE Dans le cas où le projet de loi ESS ferait l objet de débats en CDIAE, COORACE invite ses représentant-e-s en CDIAE à concentrer leurs interventions sur la proposition relative à l agrément ESUS (voir proposition 1). A propos de COORACE COORACE, fédération nationale de l économie sociale et solidaire, rassemble 500 entreprises, principalement des secteurs de l insertion par l activité économique (IAE) et des services à la personne (SAP). Ces entreprises partagent une même vision : celle d une société intégrante dans laquelle chacun-e peut construire sa place en tant que citoyen-ne et acteur-trice des échanges économiques et sociaux. Un projet commun les rassemble : participer à l émergence d un nouveau modèle de développement économique, solidaire et durable, ancré dans les territoires, créateur de richesses, de services et d emplois de qualité accessibles à tous et vecteur de droits, notamment pour les personnes les plus précarisées. Plus d'infos sur Position Loi ESS 09/04/2014-6/6

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES ENTRE L ÉTAT, LE MOUVEMENT ASSOCIATIF ET LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES SIGNÉE PAR LE PREMIER MINISTRE, LA PRÉSIDENTE DU MOUVEMENT ASSOCIATIF, LE PRÉSIDENT DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale

Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale Quelques exemples Méthodologie et accompagnement Introduction Ce document présente quelques registres, critères et indicateurs d évaluation

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Juin- 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au

Plus en détail

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Les préconisations du rapport se situent à trois niveaux Au niveau local : promouvoir les «équipes citoyennes» qui agissent

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD. La ministre de la défense, représentée par le directeur du service national ;

PROTOCOLE D ACCORD. La ministre de la défense, représentée par le directeur du service national ; PROTOCOLE D ACCORD portant sur une démarche d accompagnement personnalisé des jeunes repérés en difficulté de lecture pendant la journée d appel de préparation à la défense (JAPD), dans le cadre d un dispositif

Plus en détail

Propositions de Social Economy Europe pour la Présidence Luxembourgeoise en matière d Economie Sociale

Propositions de Social Economy Europe pour la Présidence Luxembourgeoise en matière d Economie Sociale Propositions de Social Economy Europe pour la Présidence Luxembourgeoise en matière d Economie Sociale Social Economy Europe: Social Economy Europe est l organisation représentative de l économie sociale

Plus en détail

Schéma de développement des achats socialement responsables

Schéma de développement des achats socialement responsables Schéma de développement des achats socialement responsables Historique des clauses sociales et enjeux cadre législatif Les décrets de 2001, 2004 et enfin 2006 portant code des marchés publics, ont introduit

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires PROPOSITIONS D AMENDEMENTS DE L UNASEA L UNASEA est favorable à l objectif affiché

Plus en détail

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Pr Amina KCHIRID- Mars 2015 Sommaire L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Pourquoi l ESS? Les actions des pouvoirs publics

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Des kits clés en mains

Des kits clés en mains Des kits clés en mains Session 2 (13h15/14h15) parcours «créer et reprendre des activités» - s équiper Stéphane Maurin, consultant-formateur en création/reprise d activités David Guillerm, chargé de mission

Plus en détail

Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015

Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015 Direction du développement économique, de l emploi et de l enseignement supérieur Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015 N appel à projets sur SIMPA : ESS

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

PROJET DE LOI. Examen en séance publique à l Assemblé nationale. #LoiESS. 13-14-15 mai 2014

PROJET DE LOI. Examen en séance publique à l Assemblé nationale. #LoiESS. 13-14-15 mai 2014 R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E PROJET DE LOI économie sociale et solidaire Examen en séance publique à l Assemblé nationale 13-14-15 mai 2014 #LoiESS Pourquoi une loi sur l économie sociale et solidaire?

Plus en détail

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES Convention de partenariat Annexe 2 (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES I - Description du projet Depuis quelques années, les mutations des entreprises font ressentir

Plus en détail

PARIS : Les ambitions en Santé/Prévoyance du groupe Macif

PARIS : Les ambitions en Santé/Prévoyance du groupe Macif PARIS : Les ambitions en Santé/Prévoyance du groupe Macif PARIS : Le succès de la politique de croissance externe conduite par la Macif dans le domaine de la santé et de la prévoyance depuis plusieurs

Plus en détail

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N Page 1 sur 8 PROJET SELECTIONNE PAR LE CCAH EMPLOI ET FORMATION APF INITY, le réseau favorisant l insertion professionnelle (Gard Languedoc Roussillon) La Délégation départementale APF du Gard crée et

Plus en détail

Appel à projet FACT n 2016-01 «QVT et Numérique»

Appel à projet FACT n 2016-01 «QVT et Numérique» Appel à projet FACT n 2016-01 «QVT et Numérique» Date de communication : 24 février 2016 Date limite de dépôt des dossiers : 25 avril 2016 Le dossier de demande d aide, téléchargeable sur le site de l

Plus en détail

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Permettre aux personnes en situation d exclusion, de retrouver leur autonomie, leur dignité et leur place dans la société; faciliter et encourager le retour

Plus en détail

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 1 RESUME DIAGNOSTIC : La Région Rhône Alpes a élaboré un Schéma Régional de Développement économique dans lequel il était

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (loi NOTRe)

Les principales dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (loi NOTRe) Les principales dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (loi NOTRe) Renforcement des responsabilités des régions Suppression de la clause générale de compétence

Plus en détail

Préambule 3. Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3. Nos valeurs comme principes d action 3. Les PEP 71 aujourd hui 4

Préambule 3. Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3. Nos valeurs comme principes d action 3. Les PEP 71 aujourd hui 4 Projet associatif 2012-2017 1 Préambule 3 Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3 Nos valeurs comme principes d action 3 Les PEP 71 aujourd hui 4 Des orientations prioritaires de développement 7 2 Préambule

Plus en détail

Evolution juridique d une association

Evolution juridique d une association Evolution juridique d une association Confrontées à un environnement en perpétuelle évolution, mais aussi à des impératifs économiques qu elles ne peuvent ignorer, de nombreuses associations sont amenées

Plus en détail

Le réseau des Equipes Techniques de Plans Locaux pour l Insertion et l Emploi

Le réseau des Equipes Techniques de Plans Locaux pour l Insertion et l Emploi Le réseau des Equipes Techniques de Plans Locaux pour l Insertion et l Emploi PTI PLIE Quelles convergences? 30 avril 2014 Document de travail Les PLIE se sont toujours situés en complémentarité des autres

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 4 mai 2011 fixant le cahier des charges relatif au label national «Orientation pour tous - pôle

Plus en détail

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT AP - Rapport n 3 3 1/10 3 PROPOSITION ASSEMBLEE PLENIERE 13 DECEMBRE 2013 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL Intégration de critères

Plus en détail

Notre Projet Associatif

Notre Projet Associatif Notre Projet Associatif Mobil'Emploi 73 a choisi de réviser son projet associatif : le projet de l association, détenu par la mémoire collective des administrateurs historiques, devait être traduit par

Plus en détail

TITRE : COMMANDE PUBLIQUE "DURABLE ET SOLIDAIRE"

TITRE : COMMANDE PUBLIQUE DURABLE ET SOLIDAIRE RAPPORT DU PRÉSIDENT AU CONSEIL GÉNÉRAL 3ème Commission de l'environnement, du développement durable et des transports N 2005-03-0036 SÉANCE DU 15 DÉCEMBRE 2005 POLITIQUE : MOYENS DE L'INSTITUTION SECTEUR

Plus en détail

LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT

LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT GRAND-DUCAL RELATIF À LA COMPOSITION ET AU FONCTIONNEMENT DE

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Article juridique publié le 12/05/2014, vu 6711 fois, Auteur : YAV & ASSOCIATES 1. Liminaires Dans notre

Plus en détail

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées»

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Terre de curiosité et d'ouverture, la Lorraine propose au plus grand nombre une offre culturelle de qualité et encourage les expériences

Plus en détail

Plan régional en faveur de l égalité

Plan régional en faveur de l égalité Plan régional en faveur de l égalité entre les personnes handicapées et les personnes valides Avec l'adoption du Plan handicap, la Région Rhône-Alpes s'engage à favoriser l'égalité entre personnes handicapées

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre)

Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre) Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre) Le plan régional d insertion des travailleurs handicapés (PRITH)

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Axe 2 : Accompagner l émergence d activités nouvelles, soutenir le développement de projets : Appel à projets 2015 «entreprendre autrement»

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009 APAJH 78 Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés des Yvelines 11, rue Jacques Cartier 78280 GUYANCOURT 01.61.37.08.00-01.61.37.08.01 - APAJH-YVELINES@wanadoo.fr site internet : www.apajh78.org PROJET

Plus en détail

Union Nationale des Entreprises Adaptées

Union Nationale des Entreprises Adaptées Union Nationale des Entreprises Adaptées Une valeur ajoutée humaine et sociale «La manière dont une société favorise l insertion des personnes handicapées est révélatrice de son degré d humanité» L Entreprise

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

L'ESS en France : définition et panorama 2013

L'ESS en France : définition et panorama 2013 L'ESS en France : définition et panorama 2013 J'aborderai mon intervention à partir des deux thématiques demandés qui sont la définition de l'ess et son panorama, en développant, dans la seconde partie

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Plan d urgence pour l emploi. Propositions à débattre

Plan d urgence pour l emploi. Propositions à débattre Plan d urgence pour l emploi Propositions à débattre Avant propos : Ce document est un document de travail. Il vise à formuler un projet de plan d action structuré en faveur de la création d emplois. Il

Plus en détail

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE Ecole doctorale Charte de thèse Centre de Recherche Royallieu - CS 60319-60203 Compiègne cedex tél. 03 44 23 44 23 - www.utc.fr Préambule La charte de thèse de l Université

Plus en détail

2. Les compétences des différents échelons territoriaux

2. Les compétences des différents échelons territoriaux Contribution des Pôles interrégionaux de la Médiation numérique à l élaboration de la Loi sur le numérique. Octobre 2015 1. La fabrication numérique pour lutter contre l obsolescence programmée. Conformément

Plus en détail

Pôle Territorial de Coopération Economique

Pôle Territorial de Coopération Economique Pôle Territorial de Coopération Economique CHARTE DE COOPÉRATION DES MEMBRES DU PTCE DE RESTO PASSERELLE PRÉAMBULE En 2013, les associations APPUI, TAF ET MAFFÉ, MARMITE D AFRIQUE ET COALLIA se sont engagées

Plus en détail

contraire contribuer pleinement à la création de richesses et d activités. COLLECTIVITES TERRITORIALES ET ESS

contraire contribuer pleinement à la création de richesses et d activités. COLLECTIVITES TERRITORIALES ET ESS NOTE SEPTEMBRE 2013 Projet de loi portant reconnaissance et développement de l économie sociale et solidaire Audition de l AdCF par M. Marc Daunis, rapporteur au nom de la commission des affaires économiques

Plus en détail

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE THINK TANK EUROPÉEN POUR LA SOLIDARITÉ WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE L ENTREPRISE SOCIALE : ÉLÉMENTS CONCEPTUELS ET DE COMPRÉHENSION DENIS STOKKINK, DÉCEMBRE 2006 Think

Plus en détail

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 PREAMBULE Le projet associatif constitue avec les statuts, les fondements de toute association. Il est l expression collective des personnes qui décident

Plus en détail

Politique Culturelle Nationale

Politique Culturelle Nationale Politique Culturelle Nationale DEFINITION ET PRINCIPES CHAPITRE PREMIER Article premier : - La Culture est l ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs caractérisant

Plus en détail

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Historique des interventions de l ICÉA en lien avec la Politique gouvernementale d éducation des adultes et

Plus en détail

*** Observations du MEDEF

*** Observations du MEDEF Consultation de la Commission européenne sur les projets de communication et de règlement relatifs aux «procédures de transaction engagées dans les affaires d ententes». *** Observations du MEDEF En vue

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Rappel : caractéristiques du Loi du 24/11/09 relative à l orientation et à la formation tout au long de la vie Objectifs : Définir

Plus en détail

L évaluation de l utilité sociale Repères

L évaluation de l utilité sociale Repères L évaluation de l utilité sociale Repères Hélène Duclos Ce document est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons CC-BY-NC-SA L utilité sociale Petite histoire de l utilité sociale

Plus en détail

Appel à projets 2010. Soutien à l innovation sociale par la formation des salariés en parcours dans l Insertion par l Activité Economique en Aquitaine

Appel à projets 2010. Soutien à l innovation sociale par la formation des salariés en parcours dans l Insertion par l Activité Economique en Aquitaine Conseil Régional d'aquitaine Appel à projets 2010 CAHIER DES CHARGES Soutien à l innovation sociale par la formation des salariés en parcours dans l Insertion par l Activité Economique en Aquitaine Présentation

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

«Dynamiques territoriales et innovations sociales : des leviers incontournables au développement économique»

«Dynamiques territoriales et innovations sociales : des leviers incontournables au développement économique» «Dynamiques territoriales et innovations sociales : des leviers incontournables au développement économique» Intervention Françoise Bernon - Déléguée Générale Le LABO de l ESS 15 janvier 2016 Présentation

Plus en détail

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020.

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. 2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. Mesdames, Messieurs, Projet de délibération Exposé des motifs Fin 2015, grâce à l effort

Plus en détail

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS Cahier des charges 1 Appel à projets L amélioration des perspectives de croissance et de compétitivité de l économie marocaine passe, notamment, par le soutien à l innovation

Plus en détail

Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne».

Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne». Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne». Contexte de l appel à projets Quelques caractéristiques

Plus en détail

LE MOIS DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE. > programme

LE MOIS DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE. > programme LE MOIS DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE > programme Le «Mois de l ESS» est le temps fort annuel de visibilité et de valorisation de l économie sociale et solidaire en France. Comme chaque année depuis

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES

ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES Contexte De fortes mutations techniques, économiques, règlementaires, scientifiques et sociétales impactent les territoires et

Plus en détail

> L accès aux dispositifs locaux d accompagnement est désormais réservé aux associations, coopératives et entreprises commerciales agréées ESUS.

> L accès aux dispositifs locaux d accompagnement est désormais réservé aux associations, coopératives et entreprises commerciales agréées ESUS. La loi sur l économie sociale et solidaire a été adoptée le 31 juillet 2014. La fédération a publié en septembre 2014 le guide Ce que la loi change pour vous en collaboration avec le Mouves pour informer

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3108 Convention collective nationale IDCC : 44. INDUSTRIES CHIMIQUES ET CONNEXES

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3613 Convention collective nationale IDCC : 7017. PERSONNEL DES PARCS ET JARDINS ZOOLOGIQUES PRIVÉS ACCORD

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

POLE ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises Service Economie Sociale et Solidaire

POLE ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises Service Economie Sociale et Solidaire POLE ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises Service Economie Sociale et Solidaire SOUTIEN AUX ENTREPRISES DE L ESS Nature du dispositif : instruction avec comité de sélection

Plus en détail

Baromètre de la Co-Création Entreprise et Social

Baromètre de la Co-Création Entreprise et Social Baromètre de la Co-Création Entreprise et Social Mars 2016 15 place de la République 75003 Paris EDITO 01 Chaque année depuis quatre ans, Ashoka publie le Baromètre de l Entrepreneuriat Social en collaboration

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional MAI 2016

Rapport pour le conseil régional MAI 2016 Rapport pour le conseil régional MAI 2016 Présenté par Valérie Pécresse Présidente du conseil régional d'ile-de-france OUVRIR LES LYCÉES SUR LE MONDE DE L ENTREPRISE CR 94-16 CONSEIL REGIONAL D ILE DE

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

Charte de gouvernement d entreprise du Crédit Coopératif

Charte de gouvernement d entreprise du Crédit Coopératif Charte de gouvernement d entreprise du Crédit Coopératif Adoptée par le Conseil d administration du 15 septembre 2005 1 PREAMBULE Le Groupe CREDIT COOPERATIF constitue une branche spécialisée de la coopération

Plus en détail

Demande déposée en vue d obtenir la reconnaissance d intérêt général

Demande déposée en vue d obtenir la reconnaissance d intérêt général Demande déposée en vue d obtenir la reconnaissance d intérêt général (Article 1 er, III de la Loi N 2003-709 du 1 er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations Nom de l association

Plus en détail

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise

Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Fiche technique Proposer des axes de coopération à une entreprise Objectif de la fiche Cette fiche vise à présenter les différents axes de coopération qui peuvent être proposés à une entreprise, ou un

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS

ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS EXPOSE DES MOTIFS Le Théâtre de Bourg-en-Bresse constitue aujourd hui un équipement culturel notoire en matière de spectacle

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Arrêté du 13 juillet 2011 pris pour l application de l article L. 14-10-5 du code de l action sociale et

Plus en détail

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Critères d admissibilité des projets déposés par les MRC de l Estrie 1 dans le cadre du soutien financier de la

Plus en détail

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires PRESENTATION DU PROJET Coup de Pousse est une agence de Conseil orientée vers les petites et moyennes organisations agissant dans le secteur

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Reglement et statuts de l association

Reglement et statuts de l association Reglement et statuts de l association Préambule Les membres fondateurs s inscrivent dans une démarche de développement d une économie sociale, solidaire, conviviale et soutenable écologiquement, relevant

Plus en détail

CHARTE DU BENEVOLAT ADMR

CHARTE DU BENEVOLAT ADMR CHARTE DU BENEVOLAT ADMR Adhérer et s engager Force vive d une association, le bénévole ADMR est responsable de terrain et créateur de lien social. Il adhère aux valeurs et aux finalités du projet de l

Plus en détail