Editorial. Un petit groupe de bçnçvoles passionnçs a posç les fondap. 6 Le monogramme des frñres Lambert

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Editorial. Un petit groupe de bçnçvoles passionnçs a posç les fondap. 6 Le monogramme des frñres Lambert"

Transcription

1 La Lettre Blanche DÄcembre 2002 nå ans, des vœux et des ráves Samedi 21 septembre, JournÄes du Patrimoine. Moulage Ç taille räelle d'un sarcophage märovingien. Sous le regard attentif de l'äquipe du musäe et du public, Claude Charpentreau géche la premiñre auge de plétre. De droite Ç gauche : Claude Collot (BPB Formula), HervÄ Girardot, Claude Charpentreau (ARBA), RenÄ Parinello, Jacques Raboisson, Philippe Catro (MAN St-Germain), Vincent Farion. Photo Laurent Person, extraite du film. A LIRE p. 2 Sommaire p. 2 Patrimoine, art et science ont marquä la renträe du MusÄe du PlÉtre p. 4 Des nouvelles des amis : GRPA, ACEM, Maison du YÄ men p. 5 Collections et vieux papiers Editorial Par monts et par vaux, contre vents et maräes, annäe aprñs annäe, l'association crääe par FranÖoise Tribondeau en 1982, vit, se däveloppe, Ävolue. De ses nombreuses räalisations retenons en deux: Gypsophilie et le MusÄe. Gypsophilie, la träs belle exposition en 1992 Å Montigny, avait prouvç la capacitç de l'association Å rçaliser des ÇvÇnements majeurs dans la vie locale. L'ouverture du MusÄe en 1996 quant Å elle, concrçtisait un réve de 15 ans et devenait l'instrument de notre Çvolution. Mais les besoins d'un enfant ne sont pas ceux d'un adolescent ni ceux d'un adulte. Il fallait d'abord inventer ce qu'il Çtait possible de faire ; il faut maintenant trouver les moyens de le rçaliser. Un petit groupe de bçnçvoles passionnçs a posç les fondap. 6 Le monogramme des frñres Lambert p. 7 Quand les amis du musäe prennent la plume pour raconter la "CarriÑre" p. 8 La Folie de Pantin et les malheurs d'un exploitant plétrier par HÄlÅne Richard, invitäe de la Lettre Blanche p. 10 Claudius Givaudan et la photosculpture tions, exp lorç les pistes les plus diverses. Mais les limites sont Çvidentes ; un seul exemple : accueillir des groupes träs divers, rçguliärement, en semaine, programmçs 6 mois Å l'avance, exige une disponibilitç que seule peut assurer une structure professionnelle. Nos animatrices successives, Caroline, Sandra, Lawrence maintenant, nous ont apportç, nous apporte, l'indispensable ballon d'oxygäne avec en prime, oh combien apprçciçe, leur charme, leur dynamisme et leur crçativitç. Cette fois encore, elles nous ont permis de prouver ce qu'il Çtait possible de faire : accueil, communication, animations, collaboration Çtroite entre nos deux musçes cormeillais. Mais träs vite les limites apparaissent. Manque de temps bien sñr, 3 matinçes pour le MusÇe du PlÖtre c'est bien peu, manque aussi de perspectives Å moyen terme. Alors nous sommes maintenant devant une alternative simp le. (suite p. 2) p. 11 MatÄriaux de Paris p. 12 Le parler des mätiers par Pierre Perret p. 14 A vos Äcrans p. 15 Le saviez-vous? p. 16 Les rendez-vous du MusÄe du PlÉtre

2 LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA Ou bien nous restons une association locale modeste Å l'image de nos moyens bçnçvoles avec une ouverture au public le samedi matin et quelques animations en semaine quand des volontaires compçtents sont disponibles, 3 ou 4 man ifestations dans l'annçe. Ou bien nous obtenons de la Ville, du DÇpartement, de la RÇgion les moyens nçcessaires, en personnel et en place pour devenir un rçel MusÇe, en collaboration Çtroite avec le MusÇe du Vieu x Cormeilles, les Amis du Fort, l'association de Sauvegarde de l'eg lise St-Martin. Ce centre d'animation permanent contribuerait d'ailleurs grandement au rayonnement de notre citç. Deux perspectives tout aussi dçfendables l'une que l'autre ; avec des acteurs tout aussi compçtents que passionnçs. Depuis quelques annçes un lent mais systçmatique travail de rapprochement entre les associations du Patrimoine prçpare cette perspective. Mais dans les deux cas l'engagement de nos adhçrents est vital. Ce sont eux l'öme de notre réve... Les projets sont le moteur méme de la vie. Ils existent, nous les avons rencontrçs La Vie du MusÄe du PlÇtre SALON DES ASSOCIATIONS CORMEILLAISES Le patrimoine de Cormeilles C' Çtait la rentrçe Cormeillaise, samedi 7 et dimanche 8 septembre, avec le traditionnel Salon des Associations organisç par le Syndicat d'initiative de Cormeilles et sa prçsidente Jacqueline Maire. Le patrimoine de la ville Çtait rçuni sous la méme banniäre, en un méme stand : MusÇe du Vieux Cormeilles, MusÇe du PlÖtre, Association de Sauvegarde de l'eglise Saint-Martin, Les Amis du Fort de Cormeilles. 2 m. de long et pesant 800 Kg. Les 200 personnes qui ont rendu visite au MusÇe du PlÖtre Å l'occasion des JournÇes du Patrimoine (120 le samedi et 80 le dimanche) ont pu assister aux diffçrentes Çtapes de la fabrication d'un sarcophage mçrovingien, moulç sur place en un travail continu de 2 heures. Cette rçalisation Çtait placçe sous l'animation de Claude Collot, chef de projet BPB Formula qui en a retrouvç la technique de fabrication avec le MusÇe Carnavalet de Paris il y a 20 ans. C'est donc avec beaucoup d'espçrance que toute l'çquipe du MusÇe vous prçsentent leurs vœux les plus chaleureux pour 2003 et vous souhaitent d'excellentes fétes de fin d'annçe. Jacques LEMAIRE, präsident Salon des Associations, MM. Rigault et Farion. Photo Mme MouliÄrac. JOURNEES DU PATRIMOIN E Reconstitution spectaculaire d'un sarcophage en plétre S amedi 21 septembre, les applaudissements du public enthousiaste ont saluç le dçmoulage spectaculaire d'un sarcophage en plötre mesurant Claude Collot, ingänieur chef de projet chez BPB Formula (anc t PlÉtres Lambert). Le grand coffrage en bois est prát Ç recevoir 800 Kg de plétre. Photo Laurent Person, extraite du film. D'abord les visiteurs ont observç le grand coffrage en bois Å double paroi et son assemblage de menuiserie fabriquç et prétç par le MusÇe des AntiquitÇs Nationales de St-Germain-en-Laye. Puis le göchage de 500 Kg de plötre avec 300 L. d'eau et la coulçe par auges successives dans le coffrage - 15 au total - a crçç un moment d'empressement parfaitement coordonnç dans l'çquipe de fabrication pour accompagner la prise rapide du plötre, un Lambert LutÅce Gros. AprÄs un temps de solidification, le dçcoffrage des panneaux de bois s'est fait non sans mal, et enfin il a fallu s'armer de truelles et de berthelets pour assurer la finition des parements et des enduits.

3 LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE Il est vrai que l'çquipe du MusÇe du PlÖtre s'çtait muçe avec beaucoup de bonne humeur et sans mçnager sa peine en Çquipe de fabrication : HervÇ Girardot, staffeur, Philippe Catro, mouleur au MusÇe des AntiquitÇs Nationales, Jacques Raboisson, Vincent Farion, Claude Charpentreau et RenÇ Parrinello (AcadÇmie des Beaux-Arts de Cormeilles) sans oublier Laurent Person Å la camçra, Lawrence de la RiviÄre Å l'accueil du musçe, Sylvie Farion au rçconfort des "plötriers maison" en fin de journçe, et le jeune Arthur toujours prét Å mettre la main "Å la pöte". HervÄ Girardot "s'attaque" au däcoffrage. Photo Laurent Person, extraite du film. La description de l'ambiance ne serait pas compläte si je n'çvoquais pas la surprise des visiteurs Å trouver Å càtç de ce nouveau sarcophage, des spçcimens mçrovingiens authentiques et vieux de 1300 ans provenant des fouilles du dçbut 2002 au Martray, Å la restauration desquels s'est attelç Jacques Lemaire. Enfin c'çtait sans compter avec l'intçrét passionnç des petits et des grands, les enfants s'approchant au plus präs du coffrage au moment de la coulçe sans crainte des Çclaboussures blanches de plötre ou encore pour toucher de la main, apräs le dçmoulage, un matçriau nacrç et encore chaud. Ce sarcophage de plötre est maintenant en place dans le jardin du musçe oâ tout le monde peut venir le voir Vincent FARION A voir au musäe : MOULAGE D'UN SARCOPHAGE MâROVINGIEN VidÄo (4,37 mn) räalisäe par Servane et Laurent Person FäTE DE LA SCIENCE P Art & Science artageant le má me site, le musäe du PlÉtre et l'acadämie RÄgionale des Beaux-Arts (ARBA) se sont rä unis pour la nouvelle Ädition de la Fáte de la Science, le 19 octobre, manifestation nationale devenue traditionnelle Ç Cormeilles et Ç laquelle le MusÄe du PlÉtre participe de puis la cräation de celle-ci en visiteurs se sont rendus Å l'invitation du MusÇe du PlÖtre et de l'arba qui proposaient cette annçe : Art & Science autour de 3 matäriaux, plçtre, verre, cäramique. C'Çtait l'occasion pour les animateurs et professeurs des deux associations cormeillaises de partager leur savoir et d'exposer au public leur savoirfaire au contact de ces matçriaux. PlÉtre et staff HervÇ Girardot, staffeur-ornemaniste a rçalisç en direct la fabrication d'une moulure en staff (plötre armç de fibre naturelle, la filasse). Plusieurs Çtapes rapides ont guidç la dçmonstration. 1ä : göcher le plötre en poudre (Molda Style) avec de l'eau et attendre qu'il "coude" bien, c'est Å dire qu'il ait la bonne consistance pour Étre travaillç. 2ä : se munir d'un "calibre" fabriquç pour l'occasion, "zinc" dçcoupç au profil de la moulure souhaitçe et fixç sur un manche. 3ä : "dresser" le plötre sur le plan de travail comme un "pain" tout en longueur. 4ä : "traãner" le plötre sur 1 mätre 50 de long, c'est Å dire pousser le calibre sur la matiäre informe en plusieurs passages successifs et "redresser" du plötre si nçcessaire. Le dernier traãnage a permis de dçcouvrir la moulure en plötre dans son profil dçfinitif. En paralläle, Simone Saguez exçcutait de petites rosaces dçcoratives extraites de la gypsothäque d'un atelier de restauration et distribuçes aux enfants prçsents. Verre et vitrail L'atelier suivant Çtait animç par AndrÇe Audibert, professeur de vitrail Å l'arba. AprÄs la projection d'un träs intçressant film de la verrerie de Saint-Just sur la fabrication et le soufflage du verre, Mme Audibert a retracç l'çvolution artistique de ce matçriau : sa dçcouverte en MÇsopotamie, 3000 ans avant J.C., l'extension de l'art du verre tout autour de la MÇditerranÇe, la rçvolution technique du soufflage avec les Romains, et enfin la consçcration du verre au Moyen-Age. En effet l'öge d'or de ce matçriau n'est-il pas l'art du vitrail qui dans beaucoup d'çglises et cathçdrales hisse le verre comme support de spiritualitç en quéte initiatique de lumiäre? L'exposÇ n'aurait pas ÇtÇ complet sans que soit dçvoilçes la composition du verre et l'alchimie des oxydes pour travailler les coloris et les cuissons Terre et cäramique Marc Fontenelle, artiste Å La Frette-sur-Seine, enseignant d'arts Plastiques Å l'ensp de Versailles et Å l'çcole des Arts de Bayonne, ancien professeur de cçramique Å l'arba a orientç son intervention plus

4 BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE spçcialement sur la connaissance de l'homme Å utiliser la glaise afin de la faåonner et de la sculpter. Ainsi Marc Fontenelle en prçsentant des piäces de sa rçalisation a ÇchangÇ son expçrience avec le public visant Å transmettre les multiples "cuisines" liçes Å la crçation d'objets cçramiques. Cette prçsentation nous rappelle que la terre a son propre langage et ses lois. Son apprentissage nçcessite une longue pratique et un approfondissement constant qui doit Étre renouvelç Å chaque cuisson. Par la méme occasion les diffçrents Çmaux disponibles sur le marchç permettent d'exprimer toute la beautç de la matiäre. C'est Å quoi s'initient les ÇlÄves de l'arba. Vincent FARION & Claude CHARPENTREAU Arts et expressions en Val-d'Oise Nos amis Maria Menguy & Claude Charpentreau (ARBA) exposent avec d'autres artistes : jusqu'au 20 däcembre 2002 du lundi au vendredi de 10 h Å 16 h Foyer restaurant situä sous l'äglise de la Madeleine 14, rue de SurÄne Paris AMIS & PARTENAIRES L Des nouvelles des amis e MusÄe du PlÉtre, ce n'est pas seulement Cormeilles. Pour paraphraser une citation cälñ bre : "Rien de ce qui concerne le PlÇtre ne nous est Ätranger " ou tout au moins, nous essayons! Au fil des annçes se tissent des amitiçs, des partenariats. RÇguliÄrement nous aimerions vous en faire part espçrant ainsi vous montrer la vie méme de votre association et peut-étre vous permettre de dçcouvrir un domaine ou vous pourriez, vous aussi, vous investir. GRPA Groupe de Recherche sur le PlÉtre dans l'art A vec le GRPA, nous avions participç en octobre 2000 au colloque de Cergy puis l'an dernier Å une journçe sur le nettoyage des œuvres en plötre Å St-Germain-en-Laye. Nous prçparons maintenant une autre rencontre en avril / mai Cette fois nous sommes invitçs dans les Alpes du Sud par une association toute nouvelle, crççe l'an dernier et dont nous avions rencontrç les fondateurs en aoñt 2000 Å l'occasion d'une remarquable exposition Å l'abbaye de Salagon, präs de Forcalquier. Le titre de ce futur colloque est savoureux : Gipiers des villes, Gipiers des champs. En effet, en Haute Provence, le terme de gypserie est träs largement utilisç pour dçsigner les œuvres en plötre et les artisans, artistes souvent, sont tout naturellement des gipiers. (RÇunion de prçparation le 6 dçcembre) Jacques LEMAIRE LE PLãTRE, L'ART ET LA MATIåRE GRPA sous la direction de Georges Barthe Ed. CrÄaphis 400 p. - 29,70 Ouvrage consultable É la bibliothåque du MusÄe L ACEM Association pour la Connaissance et l'evolution du Moulage a träs belle exposition de mai dernier Å Paris VI (UniversitÇ Pierre-et-Marie-Curie) sur le moulage Çtait organisçe par l'association des mouleurs professionnels, l'acem, animçe par Monsieur Bohin, un voisin et ami. Il nous a d'ailleurs promis un moulage du fameux PalÇothÇrium dçcouvert par Cuvier Å Montmartre dans une couche de gypse correspondant Å celle de Cormeilles. Nous venons de recevoir le dernier numçro de son bulletin qui malheureusement cesse de paraãtre. Dans une prochaine livraison nous espçrons avoir un article montrant les extraordinaires prouesses permises par le plötre quand il est servi par de tels spçcialistes, on devrait dire de tels artistes. ACEM Jacques LEMAIRE SiÑge : Manufacture de SÑvres 4, Grande Rue SÑvres Les derniers numäros du bulletin de l'acem sont consultables É la bibliothåque du MusÄe

5 LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA L La Maison du YÄmen es vitraux sertis au plötre, les fameux vitraux de Sanaa, que nous rçalisons avec le concours de l'acadçmie RÇgionale des Beaux Arts seront prçsents en avril dans une exposition organisçe Å Orange (Vaucluse) par AndrÇe Audibert, la talentueuse animatrice de l'atelier Vitrail de l'arba. Nous avanåons lentement mais sñrement dans la prçparation d'une exposition Å Cormeilles. Elle se fera en liaison Çtroite avec la Maison du YÇmen, animçe par JosÇ- Marie Bel, association qu'il avait crççe en 1994 avec ThÇodore Monod. Dans le dernier numçro de son bulletin, il se montre prçoccupç par les consçquences des rçcents attentats et leur exploitation mçdiatique. Avec lui, nous pensons que l'expression artistique, dans sa richesse et sa diversitç, est un des moyens privilçgiçs pour dçpasser clivages et affrontements. Notre travail sur les vitraux de Sanaa prend ainsi sa modeste part dans cette perspective. SpÇcialiste des voyages au YÇmen, JosÇ-Marie Bel n'hçsite d'ailleurs pas Å proposer un voyage en avril aux peintres aquarellistes, dessinateurs et carnettistes dans les sublimes paysages du YÇmen. Jacques LEMAIRE A lire : LE JOURNAL DU YâMEN Le fil d'amitiç avec l'arabie heureuse. "ProtÄger le Patrimoine et les maisons des hommes, c'est œuvrer pour une meilleure connaissance des autres, c'est travailler sur la mämoire et le futur, c'est aussi aller vers la Paix" JosÇ-Marie Bel et ThÇodore Monod, prçsidents fondateurs. Les derniers numäros sont consultables É la bibliothåque du MusÄe A voir : ETHIOPIE MILLâNAIRE ce cher voisin, invitä d'honneur. Exposition du 7 dçcembre 2002 au 2 mars 2003 A voir : YâMEN INCROYABLE, INSOLITE ET DRéLE Le YÄ men comme vous ne l'avez jamais vu! Exposition du 8 mars au 27 juillet 2003 LA MAISON DU YâMEN 6, rue de Nemours Paris. MÅ Parmentier COLLECTIONS Cartes postales et vieux papiers Le 22 Ñme salon cartophile du Val-d' Oise, qui s'est tenu Ç Cormeilles le 27 octobre, fut l'occasion de dänicher des documents qui viennent enrichir les collections du MusÄe. 1 annonce Lambert "plaques de plötre Fibra" de bon de livraison Lambert "SabliÄre de Bezons" de bon de livraison Lambert "Usine de Cormeilles" de lot de factures Lambert "Usine de Cormeilles" adressçes Å M. Fro mentin en action "Placoplatre" de obligation "CarriÄre de l'est Parisien" de action "CarriÄres et Travaux" de action "Constructions en fer-bçton et pierre armçe Pauchot" de action "Corporation MiniÄre du Mexique" de facture Å en-téte des "Briqueterie de Sannois & PlÖtriÄres Nouvelles Rougeault & Cie" de factures Å en-téte de l'entreprise de maåonnerie "M. Lu zzin i, A. Gropelli & Cie" de 1934 et Cheik Tawn. Photo JosÄ-Marie Bel

6 LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE L Si la "CarriÅre" m'ätait contäe Le monogramme des FrÑres Lambert ambert FrÄres & Cie est crççe en 1908 rçunissant les trois fräres Lambert : Charles, LÇon et Fernand. Cette nouvelle sociçtç succäde Å Lambert & ses Fils crççe 6 ans auparavant entre Hilaire Lambert et ses 3 fils. L'enseigne en est un peu "anglicisçe" : "&" peut se lire aussi bien "et" que "and" et pourquoi pas "and Company" C'est ce monogramme qui durant l'entre-deuxguerres est imprimç, posç en biais, sur les en-tétes et factures de la sociçtç Le beau logotype en 4 fers de lance, symbole du gypse et du plötre, est crçç par Pierre Praquin. Il est de couleur bleu. La maquette en volume (en plötre bien sñr) est conservçe au MusÇe du PlÖtre (30 cm x 30 cm). En 1921, conservant le méme nom, l entreprise change de forme juridique en devenant une sociçtç en commandite par actions. Je n'ai pas retrouvç de sigle "Lambert" avant cette date. Au frontispice de la brochure du centenaire en 1922, le monogramme Lambert est inscrit sur un cartouche ovale en or, entourç d'une fioriture. Le "C" prçdomine. Le "C" entoure le "L" et le "F" et esquisse un logotype. "L" comme Lambert, "F" comme FrÄres, "C" comme Compagnie. D'aucuns lisent "Cormeilles" dans le "C". Personnellement j'y vois aussi les initiales des trois fräres : "C" comme Charles, "L" comme LÇon, "F" comme Fernand. AprÑs guerre Le monogramme "L.FC." est modernisç et s'inscrit dans un losange. C'est sous cette forme qu'il se lit encore au fronton du bötiment administratif en briques jaunes et roses Å l entrçe de l usine de Cormeilles Ultime modernisation du monogramme "LFC" avant d'adopter un logotype visuel Le logo est remis en page par l'agence de communication DGM Conseil Strategic. Les 4 fers de lance sont affichçs sur des lignes horizontales et le nom "Lambert" est mentionnç. Le logo est dçclinç entre les principales filiales du groupe AprÄs son rachat par BPB France (Placoplatre), PlÖtre Lambert adopte un logo simple Å 3 visuels de bleus diffçrents. Ce fut le dernier logo "Lambert". Vincent FARION

7 BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE Quand les Amis du musäe prennent la plume pour raconter la "CarriÑre" Erratum Les Bretons de la CarriÑre Lambert Dans la prçcçdente "Lettre Blanche", plusieurs fois j'ai citç le nom de Mme Boixel. Contrairement Å ce que j'ai Çcrit, le vrai prçnom de Mme Boixel est "Josiane". Je lui exprime Å nouveau mes plus vives excuses. V.F. Bon Anniversaire L'anecdote mettant en scäne vers 1900 M. Goupil, charretier chez Lambert Å Versailles, nous a ÇtÇ contçe par sa petite-fille Mme Madeleine Roger, ancienne commeråante bien connue Å Cormeilles. Mme Roger a fétç le 17 septembre dernier son 100 Äme anniversaire au restaurant du foyer Cazalis saluçe par Mme Malovry, maire de Cormeilles. "Dans la Lettre Blanche de Sep.02, j'ai ÄtÄ intäressä par "Les Bretons de la carriåre Lambert" et j'ai conservä un souvenir präcis de Madame Gac, Kervegand et de la famille Tallec et d'autres comme les FrÅres GuÄvel que j'ai eu plaisir É retrouver en juin 2001 au MusÄe du PlÇtre. La photo des "Amis räunis" du cafä Fromentin me remet en mämoire des souvenirs fort präcis". M. Philippe Lambert, 14/09/2002 Bretons et Polonais "Je suis trås content de ce que tu fais pour notre quartier ouvrier qui a fait vivre la petite ville. Plusieurs communautäs y vivaient avec leurs problåmes, mais pas comme ceux d'aujourd'hui, möme si nous avions des conditions oh combien plus difficiles (en logement etc.) mais autre temps bien sür, mais je crois que nous savions vivre ensemble. ( ) La communautä bretonne, ce sont tous mes petits copains d'äcole de jeux et de visite familiale. ( ) Nous aussi on entendait "Sale Polak retourne dans ton pays", cela nous irritaient enfants. ( ) Mais ce n'ätait pas grave, guerre entre enfants, jeux et querelles normales sur l'ötre inconnu mais amis et assis ensemble sur les bancs de l'äcole, ce qui nous a fait des petits Franàais par l'äcole de Jules Ferry et ensuite des adultes qui comprenaient mieux notre condition mutuelle. ( ) Polonais et Bretons avaient quelque chose en commun c'est qu'ils venaient tous de la campagne les uns comme les autres, connaissaient la terre, en parlaient, cultivaient les parcelles de terre que louait ou offrait Lambert É ses ouvriers et je me souviens des Ächanges sur ce que l'on peut cultiver et comment". M. Adam Nidzgorski, Marseille, 8/10/2002 Erratum La Tuilerie de Chagny C'est en 1967 et non en 1963 comme indiquç que Lambert FrÄres & Cie a absorbç les Grandes Tuileries Bourguignonnes. Contrairement Å la lçgende de la photographie du mariage de M. et Mme Blache Å Chagny en 1920, la famille Lambert n'est pas prçsente M. Marcel Blache "Marcel Blache, un peu plus ÇgÄ que mon PÅre, Ätait le fils de Paul Blache que j'ai bien connu dans mon enfance puisqu'il est mort durant l'hiver Ma grande-tante Marthe sœur de mon grand-påre Charles Lambert, avait ÄpousÄ mon grand-oncle Paul Blache, veuf et qui avait eu son fils Marcel de son premier mariage. Ce dernier Ätait donc un cousin germain de mon PÅre (M. Paul Lambert) mais en quelque sorte au "deuxiåme degrä". M. Philippe Lambert, 14/09/2002 "J'ai bien connu M. Blache en Bourgogne pendant mon enfance. Je däcouvre aujourd'hui sa parentä Lambert. M. Blache venait tous les dimanches au Moulin Neuf (au bord de la Dheune É Allerey-sur- Saâne) pöcher chez mon påre comme faisaient beaucoup d'entrepreneurs de Chagny ou de Beaune. Je le revois encore avec son pantalon É bretelles". M. RenÄ Farion, Cormeilles, tämoignage oral 09/2002 M. Fe rnand Lambert "L'article sur les Tuileries de Chagny est trås intäressant. M. Fernand Lambert est bien tel qu'on le däcrit : un trås grand bonhomme. Mon mari avait un immense respect pour lui." (M. Pierre Raboisson Çtait ingçnieur chimiste aux Laboratoires Lambert.) Mme Janine Raboisson, IsÑre, le 18/09/2002 "J'apprends avec amusement le surnom donnä É Fernand Lambert : Le Tigre! En fait, sous son aspect "RevÖche et rigoureux et sävåre" oncle Fernand avait, É mes yeux, un grand sens de l'humain. Il avait incontestablement beaucoup de bon sens et ses connaissances en de trås nombreux domaines lui donnaient une grande autoritä auprås de ceux et celles qui le câtoyårent". M. Philippe Lambert, 14/09/2002

8 LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA L'actualitÄ culturelle du plçtre PATRIMOINE La Folie de Pantin Aquelques kilomñtres au nord-est de Paris, adossäe Ç la butte de Romainville, la Folie de Pantin däsigne une de me ure sobre, de style näoclassique. Extráme me nt dä gradäe, elle devrait átre rä habilitäe par le Conseil rägional d Ile-de -France dans le cadre d'une base de loisirs. Avant la RÇvolution existait sur son emplacement une exploitation de gypse, appartenant Å l'abbç de Comble. Vers 1782 celui-ci fit construire devant sa maison un puits dont on admire encore la superbe margelle de forme elliptique. Un robuste amandier rçpertoriç parmi les Arbres remarquables de France (1) jaillit de ce puits. Temple et de la Maison du Dix-huit Brumaire (habitçe par Bonaparte en 1799). Cette maison de campagne, bötie sur un plan en H, se compose d un corps central de 2 Çtages ornç de refends de plötre ; il est encadrç de deux pavillons surmontçs d un fronton triangulaire ornçs d un moulage antiquisant ; malheureusement le pavillon ouest a ÇtÇ dçmoli en De nombreux propriçtaires se succädent : certains comme Dumontier continuent Å exploiter les carriäres ; en 1986 la folie est achetçe par la ville de Pantin pour Étre gçrçe par l'office public d H.L.M. SituÇe au 57 rue Charles-Auray, elle est inscrite Å l'inventaire supplçmentaire des Monuments Historiques depuis dçcembre 1984, ce qui l a certainement sauvçe de la dçmolition totale mais pas de la dçgradation. Notre association Pantin-Patrimoine s'est crççe en 1999, entre autre pour sauver cette demeure Å plusieurs titres symbolique d une de ces Folies construites Å la fin du 18 e siäcle, caractçrisant la montçe en puissance de la nouvelle bourgeoisie commeråante. EspÇrons qu elle sera rçellement sauvçe car les pouvoirs publics la la issent Å l abandon depuis trop longtemps. HÄlÑne RICHARD Association Pantin-Patrimoine (1) Inventaire national Ätabli par l association ARBRES (Arbres Remarquables Bilan Recherches Etude et Sauvegarde) 43, rue Buffon Paris. Site Internet : Y aura t il un musäe du plétre Ç Romainville? A l emplacement d anciennes carriäres de gypse, le conseil rçgional va crçer une base de loisirs et de plein air de 60 hectares, la Corniche des Forts, sur les communes de Romainville, Pantin, Les Lilas et Noisy-le-sec. D Çnormes travaux de comblement permettront de relier une zone actuellement en friche Å des terrains dçjå amçnagçs en espaces verts et sportifs. Le rebord du plateau sera transformç en balcon, promenade de 3 km. Le chöteau de Romainville et la folie de Pantin devraient Étre restaurçs pour accueillir le public et l administration. Parmi les projets avancçs figure un "musçe du plötre" ; certains voudraient méme amçnager une carriäre pour la visite. Est-ce techniquement faisable? Elles ne sont plus en exploitation depuis longtemps. Si certains lecteurs ont connaissance d exemples en France ou Å l Çtranger, merci de nous le signaler. La Folie de Pantin. Photo HÄlÅne Richard Bien national Å la RÇvolution, la propriçtç est acquise sous le Directoire par Louis Pierlot, receveur gçnçral de l'aube puis RÇgent de la Banque de France. La petite maison rurale est alors transformçe en belle maison de campagne, vraisemblablement l œuvre de Perrard de Montreuil, architecte de la Rotonde du 60 HECTARES en Seine-Saint-Denis Base de plein air et de loisirs de la corniche des forts. SchÄma d'orientation. La Folie de Pantin est situäe Å la toute extrçmitç gauche. Elle est däsignäe sous le nom de "La Seigneurie"

9 LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE HISTOIRE Les malheurs d un exploitant plétrier, l abbä de Comble (1) L orsque l abbä de Comble prend possession du prieurä de Pantin, il dä cide d exploiter les carriñres ; au dä but il prend des associäs parisiens et s occupe lui-má me de l exploitation. A cette Çpoque, tous Çtaient tenus de respecter les jours fçriçs : or l abbç a fait travailler ses ouvriers un dimanche de 1768 d oâ ce jugement : "Et pour l avoir fait et avoir par sa qualitä de prötre occasionnä un scandale d autant plus dangereux qu il pourrait servir d exemple, le condamnons É 20 livres d amende". En 1777 il loue une partie de ses carriäres Å Dumesnil : "J avais É cette Äpoque 10 voitures, 3 chariots É quatre roues, 45 chevaux et 80 ouvriers employäs soit É tirer le plçtre et le moellon, soit É disposer les marchandises et É les livrer aux acheteurs. Cette manufacture Ätait composäe de trois maisons que j avais fait bçtir. Chaque maison avait ses fours, ses instruments, une fontaine, un pavä [chemin] commun et une portion de carriåre inäpuisable. J avais de plus un atelier de charron et de marächal, et enfin un entrepât de marchandises ouvert le jour et la nuit pour satisfaire l empressement des Entrepreneurs de bçtiments, qu on ne sert jamais aussi promptement qu ils le demandent". Mais plainte est dçposçe plus tard pour constater que ni "DumÄnil, ni son commis ni personne de sa part n'avait paru É la carriåre ni É la maison É lui louäe par le sieur de Comble que les chevaux manquaient de nourriture, que le sieur de Comble Ätait obligä pour les empöcher de mourir de faim, de leur donner du foin et de la paille pour litiåre, que nous ayant requis de descendre et visiter la carriåre, nous y avons trouvä DÄtail de la planche de l'encyclopädie Diderot et d'alembert, 18 e siñcle. trois fours dressäs sans qu'il n'y ait aucun bois ni fagot pour les cuire, que les ouvriers nous ont däclarä que depuis 15 jours, on n'avait point fabriquä de plçtre faute de bois pour cuire les dits fours, que tout le travail Ätait laissä depuis ce temps-lé qu'ils avaient ÄtÄ diffärentes fois É Paris pour demander leur dü audit sieur DumÄnil, qu'il avait promis d'envoyer de l'argent pour les payer par son commis, mais que depuis 15 jours, ils n'avaient vu ni pu joindre le maãtre ni le commis, qu'ils ne savaient que devenir ". Un commis tçmoigne que "plusieurs fois les voitures chargäes de plçtre Ätaient restäes É la barriåre" [de Paris, faute d argent pour payer les entrçes]. Sources : Archives Nationales : Z/1j (expertises lors des procädures judiciaires), Z/2 (justice seigneuriale), Minutier central (notaires parisiens). BibliothÅque Nationale (MÄmoires judiciaires imprimäs). Suite au prochain numäro HÄlÑne RICHARD Association Pantin-Patrimoine DåCOUVERTE U Un objet insolite en plétre ne habitation troglodytique, la premiäre Å Paris, vient d'étre mise au jour en septembre 2002, sous la maison de Balzac, tçmoin d'une occupation souterraine du village de Passy Å la fin du Moyen-Age. Le conservateur avait rçcemment appelç sur les lieux l'inspection GÇnÇrale des CarriÄres apräs avoir constatç des enfoncements dans le jardin. Au terme de ces fouilles de 4 semaines, les cavitçs ont une taille de 4 Å 6 mätres, de l'entrçe au fond, et une hauteur d'environ 1,80 m. Le revétement des murs et l'amçnagement du sol prouvent qu'il ne s'agissait pas de caves mais de lieux d'habitations. Dans ces cavitçs ont ÇtÇ trouvçs des vestiges d'une grande carte de France des annçes 1880 "en plötre peint sur toile marouflçe avec des reliefs" : un objet insolite dans un lieu qui l'est plus encore! HervÄ GIRARDOT Photos extraites du site Internet de la Maison de Balzac, 47 rue Raynouard Paris.

10 BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE EXPOSITION La machine de photosculpture de Claudius Givaudan D ÄcidÄme nt, plétre et photographie se conjuguent souvent quand il s'agit de rä väler l'empreinte des choses. Le musäe NicÄphore NiÄpce de Chalon-sur-Saëne (Saëne-et-Loire) präsente jusqu'au 2 fävrier 2003 une exposition mettant en scñne le destin de trois inventions "sans descendance" parmi lesquelles l'appareil de photosculpture de Claudius Givaudan. Quand la lumiñre sculpte la matiñre Le procçdç de "photosculpture" fut d'abord inventç vers 1860 par Franåois WillÄme qui a l'idçe d'utiliser la photographie pour obtenir "une sculpture automatique" et reproduire Å bon marchç des chefd'œuvres artistiques. Ce procçdç est repris en 1900 par Willy de Selke qui "dçcompose" un sujet Å l'aide de la chronographie. C'est en 1926 que le Lyonnais Claudius Givaudan met au point son appareil. Le but : rçaliser un bas-relief parfait, une œuvre d'art "däbarrassäe de la subjectivitä de l'artiste". Le moyen : reconstituer exactement en 3 dimensions des objets Å partir de prises de vues photographiques. Le sujet, individu en chair et en os, se place au centre d'un dispositif compliquç et par photographie est mesurç "virtuellement" sous toutes les "coutures". AprÄs application et transposition de ces dimensions, on obtient un moulage en plötre puis une sculpture en ronde-bosse qui, nçanmoins, nçcessite une retouche humaine. Aussi la fabrication reste t'elle longue et coñteuse, de plus la mode de l'çpoque n'est plus Å la statufication des Çlites bourgeoises. Claudius Givaudan et sa machine de "science-fiction." Une exposition originale, un musäe re marquable Outre l'incroyable machine de Givaudan, l'exposition prçsente des plans, des descriptifs, des Çpreuves photographiques, des Çpreuves sur cuivre, mais aussi un pan de mur de quelques 80 plötres reprçsentant les profils en creux ou en relief de la haute sociçtç lyonnaise des annçes 1920 : industriels, politiciens, gçnçraux, etc. parmi lesquels les fräres LumiÄre, Edouard Herriot, Tony Garnier. Si l'on peut croire que la photographie est Çcriture de la lumiäre, et le moulage est pçtrissage de la matiäre, peut-étre cette idçe de photosculpture ou "d'œuvre mçcanique" semblait trop "matçrialiste" pour connaãtre le succäs en tout cas une application industrielle Le musçe NicÇphore NiÇpce de Chalon est unique en Europe. Il retrace, dans la ville natale de son inventeur, l'histoire de la photographie oâ se méle technique et esthçtique. Dans la träs riche collection d'appareils, on peut admirer la chambre noire de Daguerre offerte en 1829 par celui-ci Å NiÇpce en vertu du contrat qui les liait. A voir : Vincent FARION APPAREILS ET MACHINES CâLIBATAIRES Du destin des frñres NiÄpce, Claudius Givaudan et Jean-Michel Verret Jusqu'au 2 fävrie r 2003 MusÄe NicÄphore NiÄpce 28, quai des Messageries Chalon-sur-Saëne Barocco EXPOSITION de photographies de Ferrante Ferranti A l'occasion de la parution du livre "Baroques" de Giovanni Careti et Ferrante Ferranti aux Çditions Citadelles & Mazenod Du 3 däcembre 2002 au 6 janvier 2003 du lundi au vendredi de 9h 30 Å 13h et de 15h Å 18h Istituto Italiano di Cultura 50, rue de Varenne Paris Mä Rue du Bac

11 LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA L Les bonnes feuilles MatÄriaux de Paris a bibliothñque du musäe vient d acquärir un ouvrage intitulä "MatÄriaux de Paris" de Bernard Marrey aux Äditions Parigramme. Ce livre est enrichi de nombreuses photos. L auteur nous invite Ç cheminer dans la capitale en badauds attentifs. Avec lui descendons les rues et remontons le temps. parfois méme elle masque des structures en fer Å la fin du 19 e s. Une technique plus rçcente est l agrafage de plaques de pierre sur des faåades en bçton. Intelligemment, nos lointains ancétres se sont installçs dans le bassin parisien, ancien fond marin, qui leur a offert tous les matçriaux aptes Å la construction : le bois, la pierre, le gypse, l argile, le sable. Le bois Jusqu au 19 e s. le bois est omniprçsent Å Paris : vaisselle des classes populaires, mobilier, maisons, ateliers, charrettes, bateaux. Les Parisii incendient la ville Å l arrivçe des Romains, ne la issant aucune trace de ce qui les a prçcçdçs. Maisons Å colombage du Moyen-Age, charpentes des halles du 15 e s., portails sculptçs des hàtels du Marais, ÇdifiÇs au 17 e s. sont en bois. Il existe encore åa et lå quelques ateliers datant d une centaine d annçes dans le Paris populaire. Depuis quelques dçcennies les constructeurs font appel au "lamellç-collç". La pierre Les ressources du sous-sol de Paris sont exceptionnelles en calcaire dur ou demi-tendre. Jusqu au 12 e s. on extrait la pierre sous l emplacement du Jardin des Plantes. Bien que Franåois I er lance la mode du marbre, qui durera trois siäcles environ, les carriäres s Çtendent inexorablement. Les Çboulements sont frçquents. Cette activitç cesse en La pierre est le matçriau noble pour construire les monuments, La Grande Arche de la DÄfense, Un cube de bäton de 100 x 100 mñtres revátu de 2450 plaques de marbre de Carrare montäes sur värin. Extrait de l'ouvrage. Le plétre OmniprÇsent encore de nos jours, les Romains l auraient fait dçcouvrir aux Parisii. Les collines de Montmartre et de Belleville ont ÇtÇ de vçritables rçservoirs de gypse, appelç "pierre Å plötre". L enduit de plötre qui recouvrait les murs des maisons mçdiçvales Å pans de bois les a sans doute protçgçes de l incendie. Construire "Å la parisienne" consiste Å lier du tout-venant avec du plötre. Maints beaux immeubles des 18 e et 19 e s. sont ÇdifiÇs de cette faåon. A l intçrieur, le staff apparaãt vers 1850, qui permet de rçaliser des dçcors recherchçs. Aujourd hui, depuis l invention du carreau de plötre, c est le matçriau roi de nos murs et cloisons Crypte du martyrium de Montmartre däcouverte en 1611 Ç l'emplacement d'anciennes carriñres de gypse. Extrait de l'ouvrage. La brique Peu employçe dans la Gaule romaine, la brique fait son entrçe dans la capitale apräs la guerre de Cent ans. Louis XIV prçfäre la pierre, et ce n est que vers 1855 que la brique revient Å Paris oâ elle s allie souvent aux structures de fer. Les HBM des annçes 30 ceinturent la capitale d immeubles de brique construits sur les anciennes fortifications. De nos jours la brique est toujours employçe. Les couvertures La tuile plate est la plus rçpandue dans Paris depuis longtemps. Au 19 e s. on prçfäre le zinc, plus lçger, Å la tuile Å emboãtement, inventçe en L ardoise est aussi prçsente. De nombreux monuments sont couverts de plomb. Le fe r et la fonte. On peut encore observer quelques piäces de serrurerie mçdiçvale et de ferronnerie de la Renaissance. Vers 1850, l architecture en fonte prend son essor gares, bibliothäques, marchçs, sans oublier la Tour Eiffel!

12 LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE Guimard dessine les bouches de mçtro, des vçrandas, des portails. La construction moderne fait appel au fer : centre Pompidou, institut du Monde Arabe, stade de France. La verriñre de la gare de l'est, Extrait de l'ouvrage. Le verre OnÇreux au Moyen-Age, on en fait surtout des vitraux. Au 17 e s. on pose du verre plat, rçcemment inventç, sur les grandes fenétres. Peu apräs la RÇvolution, vient la mode des serres requçrant beaucoup de clartç. On ne tarde pas Å allier la fonte et le verre pour rçaliser les verriäres des gares, des grands magasins, des passages couverts. Au 20 e s., le verre fumç recouvre de nombreuses faåades. La pyramide du Louvre est un bel exemple de couverture en verre. La mosaíque La dçcoration en mosaéque est rare avant le 19 e s. Elle orne le sol des monuments, des galeries et certaines faåades. On la trouve Çgalement sous forme d enseignes aux frontons des Çcoles ou des grands magasins. La cäramique Les dçcors de cçramique remontent Å moins de deux cents ans. L art nouveau utilise abondamment la cçramique en dçcor de faåades. Plus trivialement, signalons les plaques de rues en lave ÇmaillÇe, et la cçramique blanche du mçtro. Le bäton Le plus moderne des matçriaux. C est un jardinier, chargç de rçaliser des rocailles, qui a inventç le ciment armç, il y a Å peine plus d un siäcle. Il permet de crçer des formes souples et Le Corbusier s en est largement servi. Plus präs de nous, le bçton structure le Forum des Halles, le CNIT, la Grande Arche. MatÄriaux de Cormeilles AprÄs cette visite de Paris, pourquoi ne pas entreprendre la dçcouverte des "matçriaux de Cormeilles"? Murs construits "Å la parisienne", faåades de pierre, de brique, dçcors de cçramique, ferronneries de balcons et vçrandas. Ouvrons grands les yeux, c est le gage de jolies surprises Simone SAGUEZ A lire : MATâRIAUX DE PARIS Bernard Marrey Photographies de Jacques Verroust Ed. Parigramme 160 pages - 39 Ouvrage consultable É la bibliothåque du MusÄe Le parler des mätiers de Pierre Perret Vient de paraätre Å grand renfort de publicitç et en prçvision des cadeaux de NoÉl, un nouveau dictionnaire au parler fleuri cher Å Pierre Perret. Cette fois-ci notre truculent au teur prçsente "Le parler des mçtiers", vçritable somme qui a demandç 12 annçes de travail et plusieurs enquñteurs sur le "terrain". Sur un relevç de Simone Saguez, HervÇ Girardot qui a reconnu moult termes imagçs du mçtier plötrier, nous livre un aperüu d'expressions se rapportant aux maüons et axu plötriers. A ALIGNER S ES GOUTTELETTES; Loc. v.; Pro jeter trop rçguliärement le mouchetis; Ma parole, t as alignä tes gouttelettes avec un centimåtre É la main, mon petit gars. DORMIR DANS L AUGE; Loc. v.; Travailler mo llement; T as raison de dormir dans l auge vaut mieux pas provoquer l infarctus. B BOULON DE 33; n. m.; Bouteille, litre de vin; RamÅne deux boulons de 33, avec le claquos (camembert), àa sera pas de trop. BRANLEUR; n. m.; Outil avec lequel on dçlaie le plötre dans l auge Cf. Brasse-couille, gçche, touillou; Dis donc, bonhomme, àa va pas tarder É durcir si tu t endors sur le branleur. BRASS E-COUILLE; n. m.; Cf. branleur; Remets un coup de brasse-couille, il reste petits grumeaux, c est pas assez homogåne, ton truc. C CABRI; n. m.; Apprenti plötrier; En ce moment Je forme un cabri qui m a l air assez douä. CHTIS; n. m.; MouCHeTIS; Tu as fini ton chtis, É ce que je vois sur ta figure. CLARINETTES; n. f.; outils; Laisse pas traãner tes clarinettes partout sur le chantier! Faut te räpäter àa tous les jours!

13 BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE CRAVATE; n. f.; Filasse trempçe dans du plötre qui permet d assurer le scellement des jointures Cf. filasson; Faudra poser les cravates dås ce soir. Demain, si c est sec, on pourra enchaãner. F FAIRE SON BALLUCHON; Loc. v.; Ranger ses outils Cf. ramasser ses clarinettes; Avant de faire son balluchon, il faut ranger ses clarinettes et bien nettoyer partout. FILASSON; n. m.; Cf. cravate; G GãCHâE; n. f.; Vo lu me de plötre prçparç dans l auge; GãCHER POUR LES POULES ; Loc. v.; PrÇparer trop de plötre, le surplus n Çtant pas rçutilisable; Je t avais dit de ne pas en faire trop! T as gçchä pour les poules, t es content? GIGOLO; n. m.; Apprenti staffeur; C est le gigolo qui a fait ce boulot de cochon? GLINGUES ; n. m.; outils; GOUGE A POIL; n. f.; Pinceau (utilisç par le plötrier pour terminer un travail, ce que rçväle une fin ition pas franche); Tu t es servi de ta gouge É poil pour finir, ou quoi? H HAUSS E- PIED; n. m.; escabeau; Apporte-moi le hausse-pied, j ai les jambes trop courtes. HOULE; n. f.; PlÖtre qui fait des vagues; Dis donc il y a de la houle sur ton plafond, j espåre que les propriätaires ont le pied marin J JUGE DE PAIX; n. m.; 1/ fil Å plomb (il läve les incertitudes!) 2/ niveau Å bulle; Va chercher le juge de paix, on va bien voir si cette cloison est droite. L LARD ER; v.; Garnir de clous, sans les enfoncer complätement, une surface qui doit Étre plötrçe; M JOUER DE LA MANDOLINE; Loc. v.; Se servir de la perceuse (les premiäres Çtaient actionnçes par un tendeur qui transmettait un mouvement de rotation); ArrÖte de jouer de la mandoline, il est midi, on va plutât jouer la polka des mandibules. MARRON; n. m.; Gru meau dans le plötre; Il y a plein de marrons dans ta gçchäe. Tu veux garnir une dinde, ou quoi? METTR E EN NEIGE; Loc. v.; AÇrer la filasse, pour le staffeur; MORT; n. m.; travail ratç; Tu viens de faire un mort, c est la deuxiåme fois cette semaine, et tu veux une augmentation? MUS IQUE; n. f.; PlÖtre ou ciment qui reste dans l auge (parce que åa fait crier le patron) Cf. göcher pour les poules; Tu as vu toute la musique que tu laisses? Quand le vieux va voir àa, tu vas avoir droit au concert! N NU; n. m.; Bande de plötre qui sert de repäre; P PEAU DE CRAPAUD; n. f.; Aspect grumeleux d un plötre; Il a une jolie peau de crapaud, ton mur, c est pas mal, si on aime ces bötes-lé. PENDILLARD; n. m.; Polochon vertical; J ai däjé posä le pendillard, vous pouvez enchaãner quand vous voulez. Tout est sec. PIANOTER; v.; Se dçplacer sur les planches d un Çchafaudage (elles s enfoncent comme les touches d un piano); DÅs qu on est deux É pianoter sur un Ächafaudage, je ne suis pas trås rassurä PIED DE POULE; n. m.; Support d Çchafaudage posç au sol; Tu es sür que tes pieds de poule sont bien stables sur ce sol biscornu? POLOCHON; n. m.; staff; Tu as prävu tout ce qu il faut pour präparer tes polochons? Tu n oublies rien, cette fois? POS ER DES PAPILLONS; Loc. v.; Poser des Çtaux formçs de deux morceaux de bois et d un fil de fer; POS ER LA CHOUCROUTE; Loc. v.; Appliquer du mastic polyester chargç de fibres de verre ou synthçtiques. (la texture Çvoque cette de la choucroute); Le mastic est É point, on peut poser la choucroute, patron. T TIGE DE 8; n. f.; cigarette; File-moi une tige de 8, j ai laissä tomber les miennes dans la gamate. V VENT; n. m.; Bulle d air emprisonnçe dans le plötre; N aies pas peur de lisser, il y a encore des vents dans ton plçtre. Le plétrier au 19 e s. Gravure extraite de "MatÄriaux de Paris" Enfin cette sälection ne serait pas complåte sans rapporter des mots lies aux tailleurs de pierre, aux mouleurs et aux sculpteurs.

14 LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA Tailleurs de pierre CHEMIN DE FER; N. m.; Rabot Å pierre ou dentç Cf.oreillard; J ai purgä ma pierre patron, je peux passer un coup de chemin de fer sur la bosse. Dis donc, je ne m en Ätais pas servi depuis longtemps, mais mon chemin de fer a besoin d aller chez le dentiste. Sculpteurs ABATTIS; N. m., plur.; Bras et jambes d une sculpture; Il faut muscler un peu ces abattis, il a l air complåtement avachi, ton sujet. Mouleurs BON CREUX; N. m.; Moule qui permet de tirer des piäces en sçrie; Le bon creux est pröt, on peut commencer patron. CASQUETTE; N. f.; Polochon arrondi; Il faut präparer une casquette et prävenez dås que c est fini, on attend aprås. CLINQUANT; N. m.; Feuillard, lame en cuivre placçe dans la glaise et qui permet de sçparer les deux parties du moule; CONTRE-DEPOUILLE; N. m.; ; PiÄce qui, en raison de sa forme, accroche au moule; COUTURE; N. f.; Trace de jointure des parties du moule, sur la sculpture; CREUX PERDU; N. m.; ; Moule en terre dont on tire une Çpreuve en plötre. (le moule creux est cassç une fois la reproduction effectuçe).; DEPOUILLE; N. m.; PiÄce moulçe qui se dçmoule facilement; FARINAGE; N. m.; DÇsagrÇgation de la surface du plötre (rçaction chimique); Le farinage a pourri ta piåce, tu peux la virer. GOUPILLOTTE; N. f.; ; SystÄme qui, Å la maniäre d un garrot, permet de ploquer la piäce Å l intçrieur du moule; N oublie pas, comme la derniåre fois, de fixer ta goupillotte. A lire : LE PARLER DES MâTIERS Pierre Perret Editions Robert Laffont pages - 55 DOCUMENTAIRE & VIDâO A A vos Äcrans Chinois pour la Grande Guerre rte a rediffusç le 6 novembre dernier un excellent film documentaire qui rappelle que de nombreux Chinois participärent Å la PremiÄre Guerre Mondiale avant de travailler dans l'industrie, notamment chez Renault Å Billancourt et bien sñr chez Lambert Å Cormeilles. RecrutÇs pour satisfaire les besoins en main-d'œuvre des armçes britannique et franåaise, Chinois sont venus en France entre 1916 et ParquÇs dans des camps, mis Å contribution Å l'arriäre du front, beaucoup sont morts en Picardie. Des images d'archives Çtonnantes, associçes aux tçmoignages de survivants et de leurs enfants, retracent leur histoire mçconnue. Documentaire de VÄ ronique Izambard et Gilles Sionnet (France, mn) Coproduction : ARTE France, ALIF Productions. La cassette de ce film peut átre visionnäe au musäe. N Le Mur de l'atlantique on il ne s'agit pas du film avec Bourvil, Jean Poiret et Sophie Desmarets mais d'un documentaire diffusç par Arte le 13 novembre dernier, racontant Å l'aide d'archives exceptionnelles l'histoire de la plus grande ligne de fortification du monde construite de 1940 Å Rappelons, méme si cela n'est pas citç dans le film, qu'une partie du ciment pour fabriquer le bçton armç fut produit par la cimenterie de Cormeilles du bord de Seine. Documentaire de Johan Op de Beeck (Allemagne, mn). La cassette peut-átre visionnäe au musäe INTERN ET Le plétre et le net EXTHA : (Gaines et produits techniques staff) UMPI : (Union des MÇtiers du PlÖtre et de l'isolation) CAPEB : ConfÇdÇration de l'artisanat et des Petites Entreprises (du BÖtiment) FFNMC : (FÇdÇration Franåaise des NÇgociants en MatÇriaux de Construction) F Architecte.free.fr rädä ric Charpentier (membre du GRPA) et Patrick Pe tit, architectes D.P.LG. präsentent leur activitä sur un site Internet. Au sommaire : Restaurations de bötiments anciens / Architectures RÇgionales, Constructions neuves HQE / Bioconstruction, Suivis de travaux / Conseils / Diagnostics, Chantiers de ravalements chaux / PlÖtre & chaux / Torchis / enduits spçciaux, Intervention sur le patrimoine communal ancien / Urbanisme, RelevÇs Loi Carrez.

15 LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE Le saviez-vous? Trop, c'est trop! Avoir deux doigts de plötre sur le visage, plötrer son visage : se farder de blanc exagçrçment et mal, "des joues plötrçes de fard". Les rendez-vous du MusÄe du PlÇtre Notre AssemblÄe GÄnÄrale 2003 & Ebauche de la salle de fossiles, collection Mandil & Turgis L es ancétres des Parisiens Çtaient des gçophages! Quand le gibier se faisait rare, les hommes se nourrissaient de terre : gypse, calcaire, argile ; le sous-sol parisien est si riche On dit d'un camembert pas "fait" que c'est du plötre ou un fromage plötreux. Avoir un plötras sur l'estomac : avoir l'estomac chargç. Quelle est l'origine du confetti? Le mot vient de l'italien "Confetto", dragçe. Il dçsignait autrefois les boulettes de plötre qu'on se lanåait pendant le carnaval HervÄ GIRARDOT Samedi 1 er mars 2003 Ç 16 h. au MUSâE DU PLãTRE Serpotta, stucs baroques de Sicile EXPOSITION de photographies de Ferrante Ferranti rçalisçe par le MusÇe du PlÖtre en 1995 Du 8 au 31 janvier 2003 Centre Culturel de Courbevoie 14 bis, square de l'hàtel-de-ville Courbevoie Votre aide nous est präcieuse pour präparer les animations en 2003 et fáter le 20 Ñme anniversaire de notre association

16 BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE LA LETTRE BLANCHE MusÄe du PlÇtre Salle d'exposition Ouverte au public tous les samedis de 9 h 30 Å 12 h EntrÄe gratuite. En semaine sur rendez-vous pour les groupes et les scolaires Accueil secrätariat Tous les mardis, jeudis et samedis de 9 h Å 13 h Contact : Lawre nce de la RiviÑre BOUTIQUE DE NoÄl avec exposition d'objets en plétre : pour la däcoration, la crñche, le sapin Atelier du PlÉtre Reprise en 2003 Atelier de MÄmoire Rencontres au musäe avec les Anciens de la CarriÄre Lambert. Prát ou don d'objets, documents, photographies, enregistre ments de tçmoignages. Contact : Vincent Farion A lire avec ce numäro SI CORMEILLES M'âTAIT CONTâ nå 57 par le MusÄe du Vieux Cormeilles BibliothÑque du MusÄe 600 livres et 200 revues relatifs au plötre, son histoire, ses mçtiers, ses artistes, ses techniques, au gypse et Å la gçologie, Å la mçmoire plötriäre de Cormeilles et du Val-d'Oise. Cons ultation sur place et sur rendez-vous Visites de la CarriÑre Lambert Reprise au printemps 2003 SAMEDI 14 DâCEMBRE 2002 de 9 h 30 Å 12 h 30 et de 14 h 00 Å 18 h 00 SAMEDI 21 DâCEMBRE 2002 de 9 h 30 Å 12 h 30 Bonnes fätes de fin d'annåe! 13, rue Thibault-Chabrand Cormeilles-en-Parisis TÄl. / fax : Courriel : internet.fr Site Internet : internet.fr/platre95 LA LETTRE BLANCHE nå 13 DÄc Tirage : 300 ex. Mise en page : Vincent FARION

93 Äme ASSEMBLEE GENERALE DES ANCIENS ELEVES DE L EPIL

93 Äme ASSEMBLEE GENERALE DES ANCIENS ELEVES DE L EPIL 14 Octobre 2012 93 Äme ASSEMBLEE GENERALE DES ANCIENS ELEVES DE L EPIL ORDRE DU JOUR 09 H 30 Accueil (BenoÉt SCHUERS) 09 h 45 CÇlÇbration (L abbç Robert COISNE ) 10 h 45 DÇpÑt de gerbe (BenoÉt SCHUERS)

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré.

Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré. Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré. Il faudrait que tu fasses ce voyage. Tout d'abord, tu ne travailleras pas et tu verras tes copains à longueur de journée. Puis, tu n'auras

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage?

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage? Unité 4 : En forme? Leçon 1 Comment est ton visage? 53 Écoute, relie et colorie. 1. un œil vert 2. un nez rouge 3. des cheveux noirs 4. des yeux bleus 5. des oreilles roses 6. une bouche violette Lis et

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Classe patrimoine : CM1 M. GOULAY SOMMAIRE

Classe patrimoine : CM1 M. GOULAY SOMMAIRE Classe patrimoine : CM1 M. GOULAY SOMMAIRE La classe patrimoine du 8 au 12 octobre 2007 : Les thèmes et les journalistes jour après jour Lundi 8 octobre le matin : les rues et les maisons de la cité Plantagenêt.

Plus en détail

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS :

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : Tania Mouraud : Glamour-ing, 2000 C est un film vidéo qui montre un acteur de théâtre qui se maquille avant d aller sur scène. Ça se passe en Inde. L acteur

Plus en détail

Crédit photo : Troyes Expo Cube

Crédit photo : Troyes Expo Cube DOSSIER DE PRESSE Crédit photo : Troyes Expo Cube Le Salon DES ARTISANS D ART vous ouvre ses portes du 22 au 25 janvier 2015 pour sa 30 ème édition Pour la 30ème année consécutive, le salon des ARTISANS

Plus en détail

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal rue de Finsterwalde Montataire Dossier IA60001666 réalisé en

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Georges BORGEAUD La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir Dans Echos de Saint-Maurice, 1966, tome 64, p. 18-22 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Souvenir

Plus en détail

REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT

REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT COMMUNE DE HOERDT 1, rue de la Tour BP 302 67728 HOERDT CEDEX Tel. : 03.88.68.20.10 Fax. : 03.88.51.74.24 Mail. : mairie@hoerdt.fr www.hoerdt.fr REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT

Plus en détail

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1 Pourquoi? Pour enrichir l'imaginaire et la créativité C'est le moyen privilégié pour que l'enfant ne reste pas au niveau d'images mentales stéréotypées mais aille vers d'autres modes originaux de représentation.

Plus en détail

Zoé Rémi Alexej Thomas Maïa a un cousin en Italie. est d'origine lyonnaise. est d'origine marocaine. vient de Lituanie. a une grand-mère suédoise.

Zoé Rémi Alexej Thomas Maïa a un cousin en Italie. est d'origine lyonnaise. est d'origine marocaine. vient de Lituanie. a une grand-mère suédoise. NOM : PRÉNOM : UNITÉ 0 ET 1 DATE : CLASSE : GROUPE : C. Santa Victoria M.M. Escolapias 2º ESO REFUERZO DE FRANCÉS DE 1ª EVALUACIÓN 1 Lis le dialogue de l unité 0, page 6 et dis si c est Vrai ou faux. Corrige

Plus en détail

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE C est l histoire d une balle jaune en mousse. Coralie Guye et Hubert Chèvre. Avec la participation des élèves. Octobre 2011 Un beau matin d automne......notre classe

Plus en détail

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir...

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir... Les trois groupes de verbes 1er groupe : tous les verbes terminés par er (chanter,manger, tomber, laver...) sauf aller qui est irrégulier 2ème groupe : tous les verbes terminés par ir (finir, agir, réfléchir

Plus en détail

Indications pédagogiques E2 / 42

Indications pédagogiques E2 / 42 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E2 / 42 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 4 : PORTER UN JUGEMENT SUR UN MESSAGE SIMPLE Objectif opérationnel

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

Les Jardins Butchart Promenade et Découvertes (6-7e Annee)

Les Jardins Butchart Promenade et Découvertes (6-7e Annee) Les Jardins Butchart Promenade et Découvertes (6-7e Annee) Cherche la pancarte qui dit Start Here (=Commencez ici) et continue de marcher jusqu à ce que ce que tu vois la pancarte Upsteps to Sunken Garden

Plus en détail

La construction au Moyen Age

La construction au Moyen Age PlÄdÄliac - CÅtes d Armor 02 96 34 82 10 service-educatif@la-hunaudaye.com www.la-hunaudaye.com La construction au Moyen Age A quoi sert un chäteau fort? Les chäteaux forts ont trois usages. Ils servent

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Epreuve cantonale orale de français Mai 2007. (document élève) JEU DE RÔLE

Epreuve cantonale orale de français Mai 2007. (document élève) JEU DE RÔLE 1. On t a volé ton vélo. Tu vas au commissariat de police pour déclarer le vol: Tu dois donner à l agent - toutes les informations nécessaires sur le vol : - quoi (description de l objet volé) - quand

Plus en détail

************************************************************************ Français

************************************************************************ Français Ministère de l Education Centre National d innovation Pédagogique et de Recherches en Education Département d Evaluation ************************************************************************ Français

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Et avant, c était comment?

Et avant, c était comment? 3 Et avant, c était comment? Objectifs de l unité Tâche La première partie de l évaluation comprend une tâche, QUELS CHANGEMENTS!, divisée en quatre phases. Dans la première phase, il s agit d écouter

Plus en détail

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD.

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. est une bande dessinée publiée par les éditions Lombard. - scénario

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers

Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers Les MatiÄres PremiÄres comme classe d actifs financiers Santiago Tavolaro, Consultant senior Les Commodities sont depuis des däcennies une classe d actifs propre, Ç cheval entre le monde financier et l

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE :

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : 1. DANS LA PEAU D UN ARCHEOLOGUE Tu vas te glisser dans la peau d un archéologue pour

Plus en détail

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 Cette documentation est réservée à l usage du personnel et des médecins du Centre de santé et de services sociaux de Port-Cartier. Les autres lecteurs doivent évaluer

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Guide pour réaliser un carnet de voyages

Guide pour réaliser un carnet de voyages Guide pour réaliser un carnet de voyages Les voyageurs, les explorateurs, les aventuriers du siècle passé conservaient la trace de leurs voyages en réalisant des carnets de voyages, contenant des dessins,

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

OMBTOD 1123. Villa - OMBTOD 1123 - Italie» Ombrie» Todi 8 Personnes - 4 Chambres. Description de la propriété

OMBTOD 1123. Villa - OMBTOD 1123 - Italie» Ombrie» Todi 8 Personnes - 4 Chambres. Description de la propriété Villa - OMBTOD 1123 - Italie» Ombrie» Todi 8 Personnes - 4 Chambres Description de la propriété Belle villa indépendante, située en haut d'une colline, qui domine les vallées et les collines et qui offre

Plus en détail

SÄANCE du CONSEIL MUNICIPAL de POLIGNÄ Vendredi 29 Janvier 2010

SÄANCE du CONSEIL MUNICIPAL de POLIGNÄ Vendredi 29 Janvier 2010 SÄANCE du CONSEIL MUNICIPAL de POLIGNÄ Vendredi 29 Janvier 2010 L'an DEUX MILLE DIX le 29 JANVIER Ä 20 heures, le Conseil Municipal dåment convoquç, s'est rçuni en session ordinaire, Ä la Mairie de PolignÇ,

Plus en détail

Quelle est situation durant sa vie?

Quelle est situation durant sa vie? Benjamin CHOPARD CM1 Avril 2008 Ecole de saint Blaise Briançon Vincent Van Gogh (1853 1890) Qui est Van Gogh? Vincent Van Gogh est né en Hollande ( au Pays-Bas) en 1853 à Groot- Zundert. C est le fils

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem.

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien long Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... a bien longte Il y a bien lon longtemps... Il y a bien longtemps... Il

Plus en détail

FONDS CHARLES COURNAULT (1815-1904)

FONDS CHARLES COURNAULT (1815-1904) ARCHIVES MUNICIPALES DE NANCY 3 Z FONDS CHARLES COURNAULT (1815-1904) REPERTOIRE NUMERIQUE DETAILLE THIBAUD PETER SOUS LA DIRECTION DE DANIEL PETER, CONSERVATEUR, NANCY 2008 2 FICHE DESCRIPTIVE CHAMP DESCRIPTION

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

C est dur d être un vampire

C est dur d être un vampire C est dur d être un vampire 1/6 Pascale Wrzecz Lis les pages 5 à 8. Tu peux garder ton livre ouvert. 1 Retrouve les mots dans ta lecture et complète les cases. C est une histoire de. Prénom du héros ;

Plus en détail

ADMINISTRATION ET ORGANISATION CrÄation de l association : ProcÄs-verbal de l assemblçe gçnçrale constitutive C 0 Lettre de convocation C 0 Liste des dirigeants nommçs É titre provisoire C 0 Statuts de

Plus en détail

COUP DE POUCE POUR L ENVIRONNEMENT

COUP DE POUCE POUR L ENVIRONNEMENT Chers parents, Plus vite, plus haut, plus fort! L année 2014-2015 réserve assurément de beaux défis aux élèves, aux parents et à l ensemble du personnel de l école. Notre première mission sera de développer

Plus en détail

LE DISCOURS RAPPORTÉ

LE DISCOURS RAPPORTÉ LE DISCOURS RAPPORTÉ Le discours rapporté Le discours rapporté direct et indirect On parle de discours rapporté quand une personne rapporte les paroles d une autre personne ou bien ses propres paroles.

Plus en détail

Villa dite Saint-Cloud

Villa dite Saint-Cloud Villa dite Saint-Cloud 54 boulevard Frédéric-Garnier Royan Dossier IA17046390 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel Enquêteur : Suire

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

La Chapelle de la Ferme d Ithe

La Chapelle de la Ferme d Ithe La Chapelle de la Ferme d Ithe Le Tremblay-sur-Mauldre / Jouars-Pontchartrain (78 Yvelines) Une dizaine de jeunes, âgés de 17 à 20 ans, ont inauguré, durant les deux dernières semaines de juillet, une

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

1 - Avant de commencer le jeu, déposer chaque paquet de cartes, face contre table,

1 - Avant de commencer le jeu, déposer chaque paquet de cartes, face contre table, PLEIN LES POCHES RÈGLES DU JEU 1 - Avant de commencer le jeu, déposer chaque paquet de cartes, face contre table, à côté de la planche de jeu. 2 - Au début du jeu, chaque joueur reçoit 100 points. 3 -

Plus en détail

«L Été Oh! Parc» pédagogique. Fiche. Bonjour de France Fiches pédagogiques 1. Auteur : Delphine WODA. http://www.bonjourdefrance.

«L Été Oh! Parc» pédagogique. Fiche. Bonjour de France Fiches pédagogiques 1. Auteur : Delphine WODA. http://www.bonjourdefrance. Fiche pédagogique Auteur : Delphine WODA «L Été Oh! Parc» http://www.bonjourdefrance.com/ Niveau : A1 minimum ; certaines parties peuvent être utilisées pour des élèves de niveau A2 Durée : 45 min à 1h30

Plus en détail

Les travaux en copropriété au regard de la loi et de la jurisprudence

Les travaux en copropriété au regard de la loi et de la jurisprudence Les travaux en copropriété au regard de la loi et de la jurisprudence Conférence du 30 janvier 2008 Michel V. VASSILIADES PremiÄre Partie : Les travaux privatifs råalisås par des copropriåtaires A Travaux

Plus en détail

LIVRET JEUNE PUBLIC (3-12 ans)

LIVRET JEUNE PUBLIC (3-12 ans) LIVRET JEUNE PUBLIC (3-12 ans) KADER ATTIA est né en 1970 à Dugny (Seine-St-Denis), il vit et travaille à Berlin. L ATELIER ÉPHÉMÈRE un samedi par mois, de 14h30 à 16h Pour explorer l exposition, peindre,

Plus en détail

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2 Comment avoir une banque sans banque Tome 2 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. Je vous avais promis de mettre dans votre bibliothèque d'ebooks, un système économique fou furieux: une banque sans

Plus en détail

S e r g e B e n o i t

S e r g e B e n o i t S e r g e B e n o i t peintures - sculptures 1 Octobre 1980 J ai fait la connaissance de Serge Benoit, il y a six ans, lorsqu il s est installé à la «Cité Fleurie». Quand j ai eu l occasion de voir son

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF 1 DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF 2 futur immédiat aller + infinitif présent continu ou progressif être en train de + infinitif passé récent venir de + infinitif Ça va se passer Ça

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DANS LA LÉGENDE

DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DANS LA LÉGENDE DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DANS LA LÉGENDE Sommaire La légende ASSE Page 3 Le Musée en chiffres Page 4 Le Musée en bref Page 4 7 salles d exposition Pages 5 et 6 Conseil général de la Loire Page 7 Saint-Étienne

Plus en détail

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation publique ou associative, à l exclusion des activités

Plus en détail

Indications pédagogiques D2 / 13

Indications pédagogiques D2 / 13 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques D2 / 13 D : Réaliser un message à l écrit Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire Objectif opérationnel Pré-requis 1 Produire un message

Plus en détail

Un moulin à scie!?! Ben voyons dont!!!

Un moulin à scie!?! Ben voyons dont!!! Un moulin à scie!?! Ben voyons dont!!! (Zénon Rinfret, matillon/encanteur, s est présenté chez Simion avec sa nouvelle acquisition, un camion flambant neuf, et, il a même passé la nuit chez notre ami.)

Plus en détail

La traduction financiäre Å la croisçe des chemins Michel Rochard, article pour la revue Traduire, né204 (fçvrier 2005)

La traduction financiäre Å la croisçe des chemins Michel Rochard, article pour la revue Traduire, né204 (fçvrier 2005) La traduction financiäre Å la croisçe des chemins Michel Rochard, article pour la revue Traduire, né204 (fçvrier 2005) La traduction financiäre est un domaine mal connu, un petit monde Å part! Est-il homogäne

Plus en détail

Journal de la CLA1. guide a dit que c est interdit Ghulam

Journal de la CLA1. guide a dit que c est interdit Ghulam Journal de la CLA1 Collège Gabriel Havez Juin 2014 La maison Gallé Juillet Le 19 mars 2014, nous avons visité la Maison Gallé Juillet à Creil. Le salon Dans la maison Gallé-Juillet, j ai vu un monsieur,

Plus en détail

CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES. Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30

CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES. Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30 CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30 Ouverture de l atelier par M. Bochard PrÇsentation de propositions d amçnagement

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB Niveau 2 - Mots treize quatorze quinze seize dix-sept dix-huit dix-neuf vingt vingt-et-un vingt-deux vingt-trois vingt-quatre vingt-cinq vingt-six vingt-sept vingt-huit vingt-neuf trente quarante cinquante

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE / CNR TOUS RISQUES CHANTIER

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE / CNR TOUS RISQUES CHANTIER ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE / CNR ET TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE ARTICLE 1 PRESENTATION DE L OPERATION...3 1.1 - Lieu d implantation...3 1.2 - CaractÅristiques de l ouvrage...3 1.3

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Questionnaire 6-12 ans

Questionnaire 6-12 ans N D IDENTIFICATION DE LA FAMILLE : E Questionnaire 6-12 ans Protocole de passation : Lorsque la réponse de l enfant est suggérée ou influencée par une autre personne présente (parent, frère ou sœur.),

Plus en détail

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce

Acte 1. Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Acte 1 Acte 1 Scène 1 : Rebecca, Victor Entrée de Victor et Rebecca. Victor porte un gros sac qu il jette au milieu de la pièce Victor (se laissant tomber dans un fauteuil): Ouf! Il se relève et fait un

Plus en détail

Exemple de tâche complexe utilisant le français, les mathématiques, la technologie et l éducation civique - Niveau 6 e

Exemple de tâche complexe utilisant le français, les mathématiques, la technologie et l éducation civique - Niveau 6 e Exemple de tâche complexe utilisant le français, les mathématiques, la technologie et l éducation civique - Niveau 6 e Tâche 1 er niveau : exécuter une opération : procédures de base, réaliser, reproduire

Plus en détail

maison ; atelier ; garage de réparation automobile

maison ; atelier ; garage de réparation automobile Maison et atelier, puis garage de réparation automobile 24 avenue de Tresserve Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73001964 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

Les couleurs. Un peintre distrait a oublié les noms des couleurs de sa palette : tu peux l aider à reconstituer l ordre correct (de gauche à droite)?

Les couleurs. Un peintre distrait a oublié les noms des couleurs de sa palette : tu peux l aider à reconstituer l ordre correct (de gauche à droite)? Les couleurs Objectifs : Tu vas décrire une personne ou un personnage à travers l emploi des couleurs Conception : Micaela Rossi (Université de Gênes) pour les Jeunes Nomades 1) Le nom des couleurs Un

Plus en détail

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD Mail : leonardlouisearchitecte@yahoo.fr Site Web : www.leonardlouisearchitecte.sitew.com BI-CURSUS, DESS, MATERIAUX POUR L ARCHITECTURE 2003-2004 École d

Plus en détail

Séjour à Paris. Hébergement. Église Notre-Dame

Séjour à Paris. Hébergement. Église Notre-Dame Séjour à Paris Séjour à Paris Hébergement Église Notre-Dame Longueur A + B = 4,5 km (Arc de Triomphe à Église Notre-Dame) Le GRAND AXE : La Défense - Le Louvre = 7.5km L J Hébergement A C H D B F E M G

Plus en détail

Au printemps, les activités fleurissent au château du Haut-Kœnigsbourg!

Au printemps, les activités fleurissent au château du Haut-Kœnigsbourg! Communiqué de presse Printemps 2015 Au printemps, les activités fleurissent au château du Haut-Kœnigsbourg! En cette saison printanière, accompagnés par une douce chaleur et de légères brises, les visiteurs

Plus en détail

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 J ai pas envie d y aller, à la crèche! Déjà, on a changé de ville et de maison, et je n ai plus ma Nounou, et je suis tout perdu.

Plus en détail

L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car. Par Kornelia et Michel, juin 2011

L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car. Par Kornelia et Michel, juin 2011 L Ardèche en fauteuil roulant Visite en side-car Par Kornelia et Michel, juin 2011 Anduze, train des Cévennes Train à vapeur ou vieille diesel, payant, billet valable la journée indépendamment des changements

Plus en détail

MONTREAL CARPORT TOIT PLAT, UNE VOITURE. L 298 x l 500 x H env. 260

MONTREAL CARPORT TOIT PLAT, UNE VOITURE. L 298 x l 500 x H env. 260 MONTREAL CARPORT TOIT PLAT, UNE VOITURE L 298 x l 500 x H env. 260 Conserver soigneusement cette notice. R f. 47370 Charge de neige 100 kg/m2 R f. 47380 Hauteur d'acc s env. 235 cm R f. 47390 1 Po s. NÇ

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES TOUS RISQUES CHANTIERS ACTE D ENGAGEMENT

MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES TOUS RISQUES CHANTIERS ACTE D ENGAGEMENT MARCHE DE PRESTATION DE SERVICES D ASSURANCES TOUS RISQUES CHANTIERS ACTE D ENGAGEMENT Pouvoir Adjudicateur : EPSoMS Intercommunal Georges Couthon & Nicolas Roussel 5-7 rue Pierre Rollin 80090 Amiens Prestataire

Plus en détail

NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King. Je suis en Terminale CAP Peintre-applicateur de revêtements et après, je fais quoi?

NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King. Je suis en Terminale CAP Peintre-applicateur de revêtements et après, je fais quoi? 60, Rue Georges Corète Tel : 01.47.92.79.68 Je suis en Terminale CAP Peintre-applicateur de revêtements et après, je fais quoi? NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King 1. Je souhaite travailler Inscrivez-vous

Plus en détail

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V.

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V. L EMPIRE ROMAIN étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle Détail du piédestal de la statue d Aponius Cherea (II siècle) musée archéologique de Narbonne Source : Service

Plus en détail