La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques"

Transcription

1 Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents La reprise économique qui s est amorcée au printemps 2009 dans les pays développés s est affirmée au cours de l année écoulée. La progression du PIB sur un an avoisine 2% en Europe, dépasse 3% au Etats-Unis et atteint près de 5% au Japon en cette fin d année Pour l économie mondiale, le FMI estime que la croissance aura dépassé 4% en moyenne en 2010, après un recul historique en L inflation a continué de décroître dans la plupart des pays développés en 2010, pour atteindre des plus bas historiques (moins de 1% sur un an pour l indice «core» aux Etats-Unis par exemple). Dans ce contexte, et compte tenu d inquiétudes persistantes sur la solidité du système financier international, les banques centrales des pays développés ont conservé des biais extrêmement accommodants. En revanche, les politiques budgétaires, jusqu à présent très expansionnistes, ont commencé à être durcies dans certains pays, sous l effet d une montée de la défiance des marchés face à une dégradation spectaculaire des finances publiques. La Grèce et l Irlande ont même dû faire appel à l aide du FMI et de l UE pour assurer le financement de leurs déficits. Les pays émergents, touchés par la récession mondiale en 2009, ont continué à croître sur des rythmes soutenus. Pour certains d entre eux, comme la Chine par exemple, l apparition de signes d une surchauffe de l économie (accélération des salaires, formation de bulles immobilières dans certaines zones) a même conduit à un durcissement des politiques économiques

2 6 La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Source : FMI, au 15/12/2010. En rouge: prévisions 2010 et Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Les perspectives de croissance à l horizon 2011 apparaissent relativement favorables pour les pays développés, même si un certain tassement de l activité est à attendre. Du côté positif, on peut souligner le redressement spectaculaire de la santé financière des entreprises, qui entraîne un redémarrage de l investissement productif et une amélioration progressive du marché du travail. D un autre côté, les efforts de désendettement encore nécessaires pour les ménages dans les pays ayant connu une bulle immobilière (Etats- Unis, Royaume-Uni, Espagne...) et le probable durcissement généralisé des politiques budgétaires devraient constituer un frein pour la croissance. Le risque inflationniste demeure très limité pour les pays développés à l horizon 2011, le haut niveau du taux de chômage impliquant une progression très faible des salaires. Seule la forte hausse du prix des matières premières pourrait entraîner une remontée temporaire, et probablement limitée, de l inflation. Dans les pays émergents, la croissance devrait rester robuste, mais la capacité des gouvernements et des autorités monétaires à éviter toute surchauffe de l économie sans provoquer de chute brutale de la croissance constitue une incertitude.

3 MARCHES DE TAUX Tendances 2010 : les marchés de taux dopés par des politiques monétaires ultra-expansionnistes Les marchés de taux ont connu une année 2010 plutôt favorable, dopés par des politiques monétaires extrêmement expansionnistes (taux courts proches de leurs plus bas historiques, interventions directes des Banques Centrales sur certains segments des marchés obligataires) et par des craintes persistantes sur la pérennité de la reprise. Les rendements des obligations d Etat des grands pays industrialisés se sont très nettement détendus jusqu à l automne, s approchant de leurs plus bas historiques de la fin Aux Etats-Unis, le rendement du T-Bond à 10 ans est ainsi repassé sous les 2,5%, tandis que le Bund à 10 ans approchait les 2%. Au cours du dernier trimestre, une correction brutale s est toutefois produite sur les titres de dette publique, ramenant les taux d intérêt quasiment à leur niveau du début de l année. Les obligations d entreprises ont continué à surperformer les obligations d Etat en 2010, soutenues par la réduction des taux de défaut et par l affermissement de la reprise économique. Le segment des obligations à haut rendement, qui avait déjà enregistré une hausse exceptionnelle en 2009, se distingue encore par des performances à deux chiffres. Perspectives 2011 : un potentiel très limité pour la classe d actif obligataire Dans un environnement caractérisé par une faible inflation et par des incertitudes persistantes sur la solidité financière de certains agents économiques, les Banques Centrales des grands pays industrialisés devraient conserver des politiques monétaires très accommodantes en Les taux d intérêt à court terme devraient donc demeurer proches de leurs niveaux actuels, très bas, une bonne partie de l année prochaine. 6 G4 : Taux directeurs (en %) 5 Royaume-Uni Etats-Unis 1 Japon Euro 0 Source : Datastream, au 15/12/ déc.-07 mars-08 juin-08 sept.-08 déc.-08 mars-09 juin-09 sept.-09 déc.-09 mars-10 juin-10 sept.-10 déc.-10

4 Pour les parties plus longues de la courbe des taux, le risque est en revanche d assister à une remontée des rendements. Leur faible niveau actuel, la situation dégradée des finances publiques et l affermissement de la reprise militent pour une hausse des taux. En l absence de risque sérieux sur l inflation, cette dégradation devrait toutefois rester limitée. Dans cet environnement, les obligations d entreprises devraient continuer à surperformer les obligations d Etat. Toutefois, compte tenue de la réduction déjà significative des spreads et du risque induit par une probable remontée des rendements des titres d Etat, les performances à attendre de cette classe d actifs en 2011 devraient être en net retrait par rapport à 2010 et En résumé, nous adoptons une position relativement prudente sur la classe d actif obligataire, en la sous-représentant dans les portefeuilles diversifiés. Nous privilégions toujours les obligations d entreprises par rapport aux obligations d Etat.

5 MARCHES ACTIONS Tendances 2010 : poursuite de la hausse des cours, fortes disparités sectorielles et géographiques Malgré une volatilité importante sur l ensemble de l année, les grands indices actions, exprimés en Euros, affichent des performances positives fin 2010, poursuivant ainsi la tendance amorcée au printemps Au 15 décembre, le MSCI Monde (dividendes réinvestis) est en hausse de 19% par rapport au début de l année. Cette performance très honorable est à relier au redressement spectaculaire des profits des entreprises, permis par l affermissement de la reprise mondiale. Par rapport au point bas de mars 2009, la hausse du marché mondial avoisine ainsi 80%. Des divergences de performances importantes sont à noter entre les grandes zones géographiques. Les marchés émergents s affichent ainsi largement en tête, alors que la zone Euro, affectée par la crise des dettes publiques, est en queue de peloton. Au sein même de la zone Euro, les écarts de performance sont extrêmes entre l Allemagne et les pays périphériques affectés par la crise de la dette. 120 Marchés actions (En euros - base 100 au 01/01/10) MSCI Monde 105 MSCI Europe 100 CAC Source : Datastream, au 15/12/ janv.-10 janv.-10 janv.-10 févr.-10 févr.-10 mars-10 mars-10 avr.-10 avr.-10 mai-10 mai-10 juin-10 juin-10 juil.-10 juil.-10 juil.-10 août-10 août-10 sept.-10 sept.-10 oct.-10 oct.-10 nov.-10 nov.-10 déc.-10 Entre grands secteurs, les écarts de performances sont également notables. Globalement, les secteurs financiers et défensifs (Santé, Télécoms) accusent des retards importants par rapport aux secteurs cycliques (Industrie, Technologie...), qui ont logiquement bénéficié du redémarrage de l activité.

6 Perspectives 2011 : un environnement qui reste favorable aux actions L environnement macro-économique devrait rester favorable aux actions en Bien que pénalisée par la mise en place de politiques économiques plus restrictives et par le processus de désendettement des ménages, la croissance économique devrait rester suffisamment forte pour permettre une poursuite de la hausse des profits. Celle-ci devrait toutefois se faire à un rythme plus modéré désormais, après une phase de rattrapage extrêmement marquée depuis Bénéfices constatés, marché mondial (Indice MSCI, base 100 en décembre 1990) Source : Datastream, au 15/12/ déc.-90 déc.-91 déc.-92 déc.-93 déc.-94 déc.-95 déc.-96 déc.-97 déc.-98 déc.-99 déc.-00 déc.-01 déc.-02 déc.-03 déc.-04 déc.-05 déc.-06 déc.-07 déc.-08 déc.-09 déc.-10 déc.-11 Autre point positif pour les actions, les valorisations demeurent toujours très raisonnables, malgré le rebond enregistré depuis le printemps Par rapport aux produits de taux, les actions affichent même encore une décote importante. En résumé, nous privilégions donc les actions dans les portefeuilles diversifiés, en conservant notamment un biais vers les pays émergents et en étant toujours légèrement surexposés sur les secteurs les plus cycliques. - FIN -

7 Fidelity Investment Managers fournit des produits et solutions d investissement à destination des particuliers et des professionnels en Europe et en Asie. Créé en 1969, le groupe compte plus de salariés établis dans 23 pays et gère 171,8 milliards d euros d actifs au 30 septembre Fidelity gère en direct les comptes de 6 millions de clients. Les équipes de gestion proposent plus de 700 fonds actions, produits de taux, immobiliers et d allocation d actifs. Fidelity dispose de l une des plus grandes équipes internes d analystes du monde qui lui permet de couvrir 95% de la capitalisation mondiale. En France Fidelity exerce une activité de gestion locale et une activité de commercialisation de solutions d'investissement, SICAV et fonds dédiés. La structure française de gestion, FIL Gestion, couvre les fonds d'allocation d'actifs et les fonds actions ainsi que des mandats dédiés pour les institutionnels. Les activités de gestion sont assurées par 3 gérants, 1 analyste et 1 stratégiste de marché. Les équipes de commercialisation distribuent des SICAV dans le cadre d'une activité multi-canal qui s'adresse aux distributeurs tels que les conseillers en gestion de patrimoine, les compagnies d'assurance et les banques, ainsi que les acteurs institutionnels, sélectionneurs de fonds, caisses de retraite. Fidelity commercialise également directement aux particuliers Fidelity Vie, un contrat d'assurance vie. Les performances passées ne préjugent pas des rendements futurs. Les actions ne sont pas garanties et peuvent donc perdre de la valeur, notamment en raison des fluctuations des marchés. Fidelity fournit uniquement des informations sur ses produits. Ce document ne constitue ni une offre de souscription, ni un conseil personnalisé. Nous vous recommandons de vous informer soigneusement avant toute décision d investissement. Toute souscription dans un compartiment doit se faire sur la base du prospectus actuellement en vigueur et des documents périodiques disponibles sur le site internet ou sur simple demande auprès de Fidelity. CP Publié par FIL Investissements, 29 rue de Berri, Paris. Contacts presse Ivan Monème Sixtine Richer Directeur de la Communication Institutionnelle Chargée de Communication Institutionnelle FIL Investissements FIL Investissements Tél.: Tél.: Portable : Fax : Fax : Courriel : Courriel :

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin juin

L évolution du marché des OPCVM à fin juin L évolution du marché des OPCVM à fin juin Le marché des fonds de droit français enregistre un recul d encours de -1,4% en juin, l équivalent de 11 milliards d euros de moins par rapport à fin mai. La

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

commentaires trimestriels

commentaires trimestriels commentaires trimestriels Sécuritaire boursier L Europe s est encore retrouvée à l avant plan de la scène économique et financière durant le dernier trimestre de 2011. Les problèmes reliés à la perte de

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 15, 13 avril 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La crise redémarre en Europe Création des OAT futures, le 16 avril Profitez

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE

UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE 36 UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE 37 UNE POLITIQUE FINANCIÈRE CONCILIANT PRUDENCE ET PERFORMANCE Predica a poursuivi en 2004 une politique d investissement conjuguant prudence

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015 Sur la période 11 mai 2015 au 10 juin 2015, la performance du fonds est en retrait de -1.04% par rapport à son indicateur de référence*. Néanmoins, depuis le début d année, GF Fidélité surperforme son

Plus en détail

Rapport annuel Exercice clos le 31 octobre 2014 SAFIR 1) Politique de gestion Le fonds finit l année à +2.19% contre +12.56% pour l indice composite 50% MSCI DM World Net Return (dividendes nets réinvestis)

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales DOCUMENT RESERVE AUX PROFESSIONNELS NE PAS DISTRIBUER AU PUBLIC J.P. Morgan Asset Management Obligations convertibles mondiales Antony Vallée, Responsable de la gestion convertibles Philosophie d investissement

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées. Maurice N.

Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées. Maurice N. Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées Maurice N. Marchon Plan de la présentation Mise en situation Enseignements

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 INSEED BP 453 N Djamena Tél : 252 31 64 Fax : 252 66 13 E-mail : inseed@intnet.td site : www.inseed-tchad.org TABLE DES MATIERES RUBRIQUES Pages SIGLES ET SIGNES CONVENTIONNELS

Plus en détail

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005 La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans 1. Le besoin d obligations à très long terme 2. L opinion des investisseurs 3. L approche de l AFT 1 1. Le besoin d obligations

Plus en détail

Le Mois en Bref. Dans cette édition. Les Conservateurs proposent. une bonification volontaire du RPC Actualités géopolitiques

Le Mois en Bref. Dans cette édition. Les Conservateurs proposent. une bonification volontaire du RPC Actualités géopolitiques Aon Hewitt Le Mois en Bref Mai 2015 Dans cette édition Les Conservateurs proposent une bonification volontaire du RPC 1 Actualités géopolitiques 2 Actualités économiques 2 Actualités financières 2 Marchés

Plus en détail

Communication sur nos fonds monétaires

Communication sur nos fonds monétaires Les marchés financiers ont reculé la semaine dernière sous l effet des publications de bénéfices de grandes banques américaines. Merrill Lynch a déprécié des actifs hypothécaires pour un montant de 7,9mds

Plus en détail

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth abcdefg Conférence de presse Zurich, le 11 décembre 2008 Remarques introductives de Jean-Pierre Roth Notre évaluation de la situation conjoncturelle et monétaire a changé considérablement depuis notre

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O D E U X I E M E T R I M E S T R E 2 0 1 5 > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T JeanMarc Léonard Responsable Département Investissement Contact 17 Côte d Eich B.P. 884 L2018 Luxembourg T (352) 46 99

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2014

L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Avril 2014 L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2014 Pour le 3 ème trimestre d affilé, le marché des fonds de droit français demeure orienté à la hausse.

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

(Tous les rendements sont en dollars canadiens et en date du 30 septembre 2013)

(Tous les rendements sont en dollars canadiens et en date du 30 septembre 2013) PROGRAMME DE PLACEMENT PRIVÉ DE FIDELITY Revue du marché Les actions ont progressé au cours du mois de septembre. La décision de la Réserve fédérale américaine (la Fed) de reporter l abandon progressif

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE EDITION SPÉCIALE Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses L indice perd 1,83% en janvier 2015 La mauvaise performance de janvier se reflète également dans l allocation

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 12 mai 2003 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDE D AXA 1 ER TRIMESTRE 2003 20,4 MILLIARDS D EUROS, + 5,9 % A DONNEES COMPARABLES CROISSANCE SOUTENUE EN VIE/ EPARGNE/ RETRAITE En

Plus en détail

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS 9 LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS page 4 : un outil de gestion de trésorerie, Octavie 2. La fin de semaine a été marquée par la dégradation de la situation politique en Egypte qui d une part menace la

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 juin 2013 Introduction Les chiffres clés du capital-investissement

Plus en détail

Objectif Rendement. Idées clés. Février 2015 PERSPECTIVES

Objectif Rendement. Idées clés. Février 2015 PERSPECTIVES PERSPECTIVES Objectif Rendement Février 2015 Idées clés Chez Pioneer Investments, nous avons mené une étude approfondie des grandes tendances à l'origine de la forte demande de solutions d'investissement

Plus en détail

Actualités géopolitiques

Actualités géopolitiques Aon Hewitt Retraite et gestion de placements Le Mois en Bref Avril 2015 Dans cette édition Le cours du pétrole se redresse, mais l incertitude persiste 1 Actualités géopolitiques 2 Actualités économiques

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

OUESSANT. Vivienne investissement. Printemps-été 2015. Rapport de gestion. L analyse quantitative au service de la gestion active

OUESSANT. Vivienne investissement. Printemps-été 2015. Rapport de gestion. L analyse quantitative au service de la gestion active Ce document est destiné à des investisseurs professionnels uniquement Vivienne investissement L analyse quantitative au service de la gestion active OUESSANT Rapport de gestion Printemps-été 2015 Vivienne

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

BASE DE DONNÉES MONDE

BASE DE DONNÉES MONDE BASE DE DONNÉES MONDE 2013 SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 12 novembre 2002 LE CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDE D AXA PROGRESSE DE 5,3 % A DONNEES COMPARABLES SUR LES NEUF PREMIERS MOIS DE L ANNEE 2002 ET S ETABLIT A 56,9 MILLIARDS D

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

Une nouvelle récompense au Morningstar Awards 2012 pour la SICAV Uni-Hoche.

Une nouvelle récompense au Morningstar Awards 2012 pour la SICAV Uni-Hoche. Une nouvelle récompense au Morningstar Awards 2012 pour la SICAV Uni-Hoche. Paris, le 13 mars 2012 La SICAV Uni-Hoche de Palatine Asset Management, filiale de gestion d actifs de la Banque Palatine - banque

Plus en détail

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Le 1 er avril 2011 Vincent Lépine Vice-président Répartition globale de l actif et gestion des devises Agenda A Déséquilibres mondiaux croissants

Plus en détail

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté,

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, FICHE PAYS ASIE : CRISE OU COUP DE FREIN À LA CROISSANCE? Département analyse et prévision En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, malgré une baisse de régime durant l été. Son dynamisme

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Lettre Economique et Financière

Lettre Economique et Financière Economique et Financière Lettre Economique et Financière 13-1 14-1 Maximum Variation Évolution des principaux indices boursiers 5//13 depuis 1 ans Date 13 depuis 1/1/14 8 1 1 14 16 DJIA 16 179,7 16 576,7

Plus en détail

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 5 D INVESTIR DANS RAISONS PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 1 LES PETITES

Plus en détail

Éligible PEA. La recherche de la performance passe par une approche différente

Éligible PEA. La recherche de la performance passe par une approche différente Éligible PEA La recherche de la performance passe par une approche différente FIDELITY EUROPE : UNE GESTION Sur la durée, on constate qu il est difficile pour les Sicav de battre les indices des grandes

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Montpellier. 24 mai 2011

Montpellier. 24 mai 2011 Montpellier 24 mai 2011 SOMMAIRE Le Groupe AXA Retour sur 2010, une année charnière Performance en 2010 et indicateurs d activité 2011 Priorités pour 2011 et après Christian RABEAU Directeur de la Gestion

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Le piège du risque de corrélation

Le piège du risque de corrélation Le piège du risque de corrélation Londres Mai 2012 1. Le risque du risque Quand tous les facteurs fusionnent La hausse des corrélations depuis 2007 est aujourd hui un phénomène reconnu. L absence de diversification

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) - Rivoli Equity Fund - Page 1

RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) - Rivoli Equity Fund - Page 1 RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) Page 1 Avertissement L'accès à certains de ces produits et/ou services peut faire l'objet de restrictions à l'égard de certaines personnes ou dans certains

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Quelle allocation d actifs sous Solvency II?

Quelle allocation d actifs sous Solvency II? www.cpr-am.fr Quelle allocation d actifs sous Solvency II? Xavier AGENOS Directeur ALTM CA ASSURANCES Arnaud FALLER Directeur des Investissements CPR AM Conférence ARGUS de l Assurance Mercredi 24 novembre

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Octobre 2010

MMR Monthly Market Report Octobre 2010 Contexte économique mondial Le ralentissement de l économie mondiale reste modéré L économie mondiale traverse actuellement une phase de ralentissement après la forte reprise initiée par les plans gouvernementaux

Plus en détail

Millesimo Richelieu 1

Millesimo Richelieu 1 Millesimo Richelieu 1 - Rapport semesteriel 30.06.2011-1 / 5 Rapport semesteriel 30.06.2011 Millesimo Richelieu 1 Table des matières 1. Définition...2 2. Politique d'investissement du Millesimo Richelieu

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

INDICES BOURSIERS Clôture % var. semaine % var. ÀCJ INDICES BOURSIERS Clôture % var. semaine % var. ÀCJ

INDICES BOURSIERS Clôture % var. semaine % var. ÀCJ INDICES BOURSIERS Clôture % var. semaine % var. ÀCJ Semaine clôturée le vendredi 8 août 2014 PRINCIPALES NOUVELLES : Les marchés ont obtenu des résultats divergents parce que les statistiques économiques américaines plus encourageantes que prévu ont été

Plus en détail

M&G Dynamic Allocation Fund Flexibilité et dynamisme pour une gestion patrimoniale performante sur le long terme

M&G Dynamic Allocation Fund Flexibilité et dynamisme pour une gestion patrimoniale performante sur le long terme M&G Dynamic Allocation Fund Flexibilité et dynamisme pour une gestion patrimoniale performante sur le long terme Ce document est destiné uniquement à l usage des professionnels. Distribution interdite

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Les taux d intérêt demeureront relativement bas

Les taux d intérêt demeureront relativement bas juin Les taux d intérêt demeureront relativement bas Faits saillants Après un hiver à oublier, l économie américaine envoie des signaux encourageants. L inflation se replace, mais la Banque du Canada demeure

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015

Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015 Agreste Synthèses Lait Septembre 2015 n 2015/276 Septembre 2015 Lait Synthèses n 2015/276 Forte baisse des prix des produits laitiers en 2015 Au 1 er semestre 2015, le marché national du lait a subi les

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris Réunion Actionnaires Nantes 14 septembre 2009 1 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

PROSPECTUS COMPLET PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE

PROSPECTUS COMPLET PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PROSPECTUS COMPLET OPCVM conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte : Dénomination : Forme juridique : Compartiments/nourricier : Société de gestion

Plus en détail

PRINCIPALES NOUVELLES

PRINCIPALES NOUVELLES Semaine clôturée le vendredi 16 octobre 2015 PRINCIPALES NOUVELLES : Les marchés boursiers mondiaux ont clôturé la semaine en hausse, parce que les faibles statistiques économiques en provenance de la

Plus en détail

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014 LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 30 juin 2014 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Informations générales 3 e trimestre 2014. Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant?

Informations générales 3 e trimestre 2014. Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant? Informations générales 3 e trimestre 2014 Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant? Swisscanto un leader dans l Asset Management Swisscanto figure

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

En 2012, la récolte viticole française, estimée à 40,7 millions d hectolitres,

En 2012, la récolte viticole française, estimée à 40,7 millions d hectolitres, Agreste Synthèses Viticulture Décembre 212 n 212/197 Décembre 212 Viticulture Synthèses n 212/197 En 212, les prix des vins sont tirés à la hausse par les marchés à l exportation En 212, la récolte viticole

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT D ENTREPRISE «ARCANCIA»

REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT D ENTREPRISE «ARCANCIA» REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT D ENTREPRISE «ARCANCIA» Société de Gestion : SOCIETE GENERALE GESTION (S2G) 170 Place Henri Regnault 92043 PARIS LA DEFENSE CEDEX Dépositaire : SOCIETE GENERALE TOUR

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail