Bruits de proximité : obligations et sanctions (2)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bruits de proximité : obligations et sanctions (2)"

Transcription

1 Bruits de proximité : obligations et sanctions (2) (paru dans «Le courrier des maires et des élus locaux» de janvier 2002) 1- Le contentieux administratif des autorités locales...1 La mise en jeu de la responsabilité sans faute...2 La réparation du dommage devant le juge administratif...2 Le cas de la mise jeu de la responsabilité du maire : les actions offertes en cas de carence du maire La mise en cause du contrevenant...4 La voie pénale...4 La voie civile...5 a). La faute : fondement de la responsabilité subjective... 5 b). L'anormalité du voisinage : fondement de la responsabilité objective... 5 c). La réparation du trouble de voisinage par le juge judiciaire... 6 Le moyen de mettre en cause la responsabilité d une personne, que celle-ci soit morale ou individuelle, auquel on songe en premier lieu est l action judiciaire, en tant que le juge civil est le digne défenseur des libertés individuelles. Toute victime de troubles de voisinage peut en demander réparation devant le juge judiciaire, au titre de «l inconvénient anormal de voisinage dû au bruit». Ce, en vertu et conformément aux principes généraux énoncés aux articles 1382 à 1386 du Code civil ou à ceux dégagés par la jurisprudence administrative selon lesquels est civilement responsable toute personne qui cause à autrui un dommage, soit par le «fait des choses qu il a sous sa garde», soit par une faute prouvée de négligence, d imprudence, d inobservation des règlements, etc. Néanmoins, cette responsabilité «de droit commun», qui permet de se retourner contre le fauteur de troubles auditifs, est complétée par l existence d autres voies de recours qui peuvent s avérer plus efficaces en ce qu elles sanctionnent mieux et, peut-être de ce fait, dissuadent davantage. Quoi qu il en soit, cet arsenal permet de mettre en cause une commune qui peut, à ce titre, se voir infliger une sanction non seulement politique, se traduisant par la perte d une partie de l électorat local, mais aussi juridictionnelle. Ce second volet présente la mise en cause juridictionnelle des responsabilités et les sanctions en cas de nuisances sonores. 1- Le contentieux administratif des autorités locales Le juge administratif a une compétence exclusive pour connaître de trois types de contentieux, dans la matière qui nous intéresse : le contentieux des installations classées; le contentieux du contrôle des actes administratifs par la voie du recours pour excès de pouvoir; le contentieux de l'indemnisation, c'est-à-dire celui de la responsabilité sans faute de l'administration et de la théorie des dommages de travaux publics. 1

2 Seul le troisième retiendra notre attention. La mise en jeu de la responsabilité sans faute A la différence du juge judiciaire, dans le cadre de la réparation des troubles de voisinage, le juge administratif n'applique qu'une responsabilité sans faute reposant sur la constatation d'un trouble excédant les sujétions ordinaires de voisinage. Il a, pour se faire, recours à la théorie "des dommages de travaux publics", exclusive de toute faute de l'administration et fondée, pour les uns, sur la notion de risque, pour d'autres, sur le principe d'égalité devant les charges publiques. Mais, si la victime n'est pas tenue de prouver une faute, elle doit, néanmoins, établir un lien de causalité entre le préjudice qu'elle invoque et l'ouvrage ou le travail en cause, comme elle doit démontrer l'existence d'un dommage réparable qui doit présenter trois caractéristiques : être spécial (c est-à-dire être particulier à une ou plusieurs personnes, sans cependant atteindre l'ensemble des citoyens) ; anormal (le juge l'apprécie en tenant compte de différents facteurs tels le niveau d'intensité du bruit, sa durée, sa nature) ; et grave (ce qui se caractérise par l'importance d'un des critères d'anormalité ou par la conjugaison de certains d'entre eux). En outre, le dommage n'est réparable que s'il porte atteinte à une situation juridiquement protégée. Les nuisances sonores invoquées dans les recours contentieux peuvent avoir de multiples origines. EXEMPLES : Une exploitation ferroviaire (CE, 1 juillet 1960, S.N.C.F. c/ Goncet : des travaux d'aménagements et d'aggrandissements effectués sur une ligne sont la source d'un trouble anormal de voisinage - appareils sonores fréquemment actionnés, signaux lumineux éblouissants, accroissement important du trafic -). Le fonctionnement d'une centrale nucléaire (CE, 2 octobre 1987, E.D.F. c/ Mme Spire : les bruits engendrés par la centrale présentent un tel caractère que la responsabilité d'e.d.f. peut être engagée). La réparation du dommage devant le juge administratif Dans le cadre des dommages de travaux publics, la victime n'a qu'à prouver le lien de cause à effet entre le dommage invoqué et le travail public, ou le fonctionnement de l'ouvrage qui en est à l origine, ainsi que la spécificité et l'anormalité du préjudice subi. Pour ce, les moyens de preuve retenus par le juge s avèrent semblables à ceux qu accueille le juge judiciaire : procès-verbaux adressés par la police ou la gendarmerie, rapports d'enquête menée par des services administratifs, documents produits par la victime tels que des procès-verbaux de constat, des attestations, des pétitions, des correspondances ou photographies Par ailleurs, le juge administratif dispose d'un certain nombre de mesures qu'il peut mettre en oeuvre pour compléter son information, comme des mesures d'expertise. Concernant la réparation proprement dite, depuis que le juge administratif s est vu reconnaître légalement le droit d adresser des injonctions à l administration, à l instar du juge judiciaire, il peut prévoir et ordonner une réparation en nature. 2

3 EXEMPLE : La carence d'un préfet à agir a été condamnée par le juge administratif, celui-ci n'ayant pas hésité à enjoindre au préfet de prendre les mesures nécessaires pour mettre fin au préjudice causé (TA Dijon, 7 avril 1998, M. JL Dreumont c/ Préfet du département de la Nièvre et Sté Bosni). Concernant la réparation pécuniaire du dommage, elle se traduira par le versement d'une somme d'argent, tant pour le dommage passé que pour le dommage futur. A cet égard, le juge n'hésitera pas à tenir compte du préjudice commercial (CE, 3 janvier 1968, SEM pour l'aménagement et l'équipement de la Bretagne et Ville de Brest ) ou de l'état de santé de la victime. Enfin, de façon générale, la personne qui supporte la charge du paiement de l'indemnité est le propriétaire de l'ouvrage mais, dès lors qu'il a été exécuté et utilisé par un concessionnaire, la victime doit diriger son recours contre ce dernier devant les juridictions administratives même s'il est une personne de droit privé (TA Montpellier, 25/9/1974, Deloupy c/ Ville de Montpellier). Le cas de la mise jeu de la responsabilité du maire : les actions offertes en cas de carence du maire De façon générale, lorsque l'autorité administrative n'agit pas pour faire cesser une activité anormalement gênante pour les particuliers, ceux-ci peuvent exercer un recours contre elle devant le juge administratif, tendant à réclamer une indemnité pour le préjudice subi en raison de la carence de l'administration. Et si, en principe, l'administration doit déterminer elle-même les cas dans lesquels elle doit agir, les particuliers ne pouvant la forcer à le faire, cette règle semble se limiter de plus en plus à des cas où les agissements qu'elle aurait dû réprimer sont peu graves. En revanche, quand le trouble toléré par l'autorité administrative est plus grave, l administration peut s en trouver sanctionnée. S agissant d une commune, quand il y a lieu à responsabilité (si le maire n agit pas pour faire cesser une activité anormalement gênante pour les particuliers), elle peut être poursuivie et, le cas échéant, punie pour les agissements de son maire (même si est plutôt en cause son inertie), en tant que personne morale de droit public. On imagine aisément des habitants solliciter de leur maire qu'il se rende sur le lieu de la nuisance aux fins de constater cette dernière, de dresser, le cas échéant, un procès-verbal d infraction à un arrêté municipal qui aurait été pris et de faire demander le renfort de la police, en cas d activité de masse. La carence de l autorité exécutive réside dans le fait de s y refuser. EXEMPLES : En tant qu illustration, on relève la sanction d un maire qui ne prend aucune disposition pour faire cesser le bruit causé par un commerce de fleurs (CE, 4 octobre 1968, Sieur et Dame Pascal) ainsi que de celui qui n'a pas usé de son pouvoir de police pour assurer la tranquillité publique troublée à plusieurs reprises par des manifestations et spectacles en plein-air malgré les plaintes répétées (CE, 25 septembre 1987, Commune Lège-Cap-Ferret c/ M. Martigue), par des nuisances sonores causées par la conception et le fonctionnement d'un télésiège (CAA Lyon, 15 octobre 1998) ou bien encore par des nuisances sonores provenant d'une salle mise à disposition d associations par la mairie (CAA Paris, 21 octobre 1997, Commune de Villemaréchal). En outre, l exécutif local a pu être pénalisé, en tant qu il a commis une faute lourde en ne prenant pas des mesures appropriées pour mettre fin à des bruits excessifs se prolongeant tard dans la nuit (CE, 17 mars 1989, Commune de Marctourt Fromanville c/ M.Lagrange). 3

4 Enfin, si le juge peut allouer une indemnité à la victime, il peut aussi enjoindre à l'administration certaines mesures afin de faire cesser le trouble. On ajoutera, à toutes fins utiles, le préfet pouvant être amené à intervenir en matière de bruit (si les nuisances intéressent plusieurs communes ou s il y carence du maire, auquel cas le préfet se substitue à lui), qu en cas de déficience du préfet qui n'exercerait pas ses pouvoirs de police (TA Dijon, 7 avril 1998, M JL Dreumont c/ Préfet du département de la Nièvre et Sté Bosni), celui-ci peut être pénalisé de la même façon que le maire. Ceci étant, le citoyen confronté à une nuisance sonore de voisinage s adresse, assez naturellement, d abord au contrevenant lui-même, avant que de faire intervenir la collectivité publique. On s intéressera donc aux actions qui lui sont offertes avant que de mettre en cause la responsabilité de celle-ci. 2- La mise en cause du contrevenant La voie pénale Le déclenchement d une action pénale ne peut être envisagé que s'il y a infraction à un texte, quelle qu'en soit la source, et si celui-ci prévoit une sanction pénale aux fins de la réprimer. En dehors de nombre de textes épars, on retiendra deux textes généraux pouvant fonder des poursuites pénales en matière de bruit : l article R du nouveau Code pénal qui punit d amende contraventionnelle "les bruits, tapages ou attroupements injurieux ou nocturnes troublant la tranquillité des habitants" (le tapage nocturne), l infraction étant constituée de la seule commission de l acte, en l absence même de réglementation préexistante (tel qu un arrêté municipal); l'article R 48-2 du décret du 18 avril 1995 pris pour application de la "loi Bruit" qui prévoit une contravention de 3ème classe en cas de tapage diurne. Dans le cadre de cet article, le constat des bruits s'effectue sans aucune mesure acoustique. L'infraction dite de "tapage nocturne" est constituée, de manière générale, dés lors qu un bruit anormal de voisinage est émis entre 21 heures et 6 heures du matin. Par exemple, a été condamné un débitant de boissons pour le tapage provenant de son établissement et dû à ses clients (Cass. Crim. 17 février 1988). Mais, concernant les bruits professionnels causés la nuit, les tribunaux ont refusé d'appliquer l article R du NCP aux "bruits et tapages provenant de certaines professions" (CA Paris, 16 mai 1970). Ainsi, les bruits normalement inhérents à l'exploitation d'un établissement industriel ou artisanal ne sauraient être réprimés de cette façon. En revanche, s'ils sont d'une ampleur exceptionnelle ou si le responsable de ces bruits, qui en a connaissance, ne fait rien pour y remédier, une condamnation est possible (Cass Crim 17/01/1990, à propos de bruits de motopompes utilisés pour l'arrosage). Cela ne signifie pas pour autant que les bruits "professionnels" normaux ne peuvent être sanctionnés, dans la mesure où ils peuvent tomber sous le coup d'un arrêté municipal qui les prohibe ou les réglemente, faire l'objet de sanctions pour bruits de voisinage prononcées par le juge civil ou encore être passible d'une action en responsabilité contre le fauteur de bruit (industriel ou artisan). 4

5 Outre le tapage nocturne et diurne, il ne faut ni omettre l'article R du nouveau Code pénal qui sanctionne le non-respect d'un arrêté de police municipale par une contravention de 1ère classe, ni l'article R 48-2 du Code de la Santé publique décret n du 18 avril 1995 pris en application de la "loi Bruit " et qui prévoit que toute personne qui aura été à l'origine, par elle-même ou par l'intermédiaire d'une personne, d'une chose dont elle a la garde, ou d'un animal placé sous sa responsabilité, d'un bruit de nature à porter atteinte à la tranquillité du voisinage par sa durée, sa répétition ou son intensité, est passible d'une contravention de 3ème classe. Si les dispositions précédentes ouvrent trois types d'actions pénales, on relèvera que le juge pénal ne peut toutefois pas, sauf pour le cas des installations classées, prononcer des interdictions ou prescrire l'exécution de travaux sous astreinte pour mettre fin aux nuisances. Cela explique que le plaignant soit souvent obligé d introduire parallèlement une procédure civile, le juge judiciaire ayant, pour sa part, cette faculté. La voie civile Une action peut être engagée auprès du juge civil lorsqu'un particulier est gêné par un bruit qui n'est sanctionné par aucune règle pénale. Traditionnellement, est requise la démonstration d une faute nature à justifier une demande d indemnisation. Mais, cette méthode s'étant révélée insuffisante, le juge a eu recours, dès 1884, à la responsabilité pour troubles de voisinage. a). La faute : fondement de la responsabilité subjective On se reportera aux articles 1382 et s. du Code civil, au titre desquels peut être réparée la faute délictuelle ou quasi-délictuelle (T I Nancy, 12 janvier 1982 : à propos de l'exploitant d'un atelier de serrurerie qui perturbe les voisins par ses activités ), ou bien contractuelle (CA Paris, 23ème ch., Anlo c/ syndicat des copropriétaires, 15, rue de Reuilly à Paris XIIème : à propos de la violation d'un règlement de copropriété). A cet égard, on notera qu existe une présomption de responsabilité du propriétaire de la chose qui cause à autrui un dommage. b). L'anormalité du voisinage : fondement de la responsabilité objective La constatation d'un trouble dépassant les inconvénients normaux du voisinage permet au juge d'engager la responsabilité de celui qui en est à l'origine, sans pour autant que la victime ait fait, elle-même, la preuve de la faute ou de la négligence. Pour établir l une ou l autre, le juge se réfère à un ensemble de circonstances comme l'intensité du bruit (TGI Clermont Ferrand, 1ère civ, 30 mai 1990 : à propos de l'exploitation d'une serrurerie, métallerie, vitrerie, chaduronnerie ne respectant pas les normes du décret du 5 mai 1988), son caractère diurne ou nocturne (TI St Germain en Laye, 30 mai 1974 : à propos d'aboiements de chiens permanents de jour comme de nuit), sa nature (TGI Paris, 8ème ch., 18 février 1977 : à propos du bruit émis par une chaufferie), sa durée ou sa répétition (TGI Alès, 11 octobre 1989, Gouron c/ Association "Tir au vol Mejannais", : à propos du bruit dû à l'activité de tir), les caractéristiques du quartier ou de la zone (CA Aix en Provence, 11ème ch. civ., 2 avril 1987 : à props du bruit continu d'appareils frigorifiques installés dans un local contigu à leur immeuble), la Cour de cassation ayant clairement posé le principe selon lequel le trouble anormal de voisinage doit être sanctionné même en l'absence d'une faute (Cass., 2è Civ, 24 avril 1989). 5

6 Par ailleurs, la responsabilité du gérant d'une activité source d'un trouble anormal de voisinage, ne saurait voir sa responsabilité diminuée par le fait que l'établissement qu'il exploite a été autorisé au titre des lois qui peuvent lui être applicables, ni même par l'accord donné à une installation dans l'ignorance du bruit qu'elle causait réellement. De plus, le juge a considéré que certains établissements étaient par eux-mêmes de nature à entraîner des troubles anormaux de voisinage du fait même de leur fonctionnement (Cass civ 2, 15 mars 1972 : à propos des réunions régulières d'un orchestre dans un débit de boisson quand le son est perceptible de la rue et des habitations voisines). Enfin, certains hôtels ou restaurants du fait de leur ouverture tardive, peuvent donner lieu à des actions en dommages intérêts, soit en cas de défaut d isolation, soit même des troubles résultant des seules conditions d exploitation (Cass civ II, 21 mars 1978, Paris, 2 décembre 1987 : à propos de bruits provenatn d activités musicales et culianires). c). La réparation du trouble de voisinage par le juge judiciaire Toute victime d'un bruit doit apporter la preuve du dommage subi. C'est là l'application de l'article 9 du NCPC qui prévoit qu' "il incombe à chaque partie de prouver conformément à la loi les faits nécessaires au succès de ses prétentions". La preuve de la faute contractuelle ne présente pas, par nature, de difficulté majeure. En revanche, il en va autrement pour la faute délictuelle ou quasi-délictuelle. L'analyse de la jurisprudence révèle un large éventail de modes de preuve dont le juge apprécie souverainement la pertinence : procès-verbaux adressés par la police ou la gendarmerie, rapports d'enquête menée par des services administratifs, documents produits par la victime tels que des procès-verbaux de constat, des attestations, des pétitions, des correspondances ou photographies. Quant aux modalités de la réparation, elles peuvent revêtir différentes formes. Ce peut être, d'abord, une réparation en nature : l'exécution de travaux, l'aménagement d'horaires, l'interdiction d'exercer, la cessation d'activités, l'enlèvement des appareils sources de nuisance, l'interdiction d'utilisation, le déplacement d'animaux, etc. Ce peut être, aussi, une indemnisation en espèces, qui a de plus en plus la faveur du juge. POUR RESUMER En cas d infraction au bruit sur le territoire d une commune, les personnes pouvant être poursuivies par le citoyen sont : le maire, sur le fondement de la responsabilité sans faute ou pour carence dans l exercice de ses pouvoirs de police administrative et judiciaire ; le préfet, au même titre que le maire ; les contrevenants eux-mêmes, par voie d action pénale et/ou civile. 6

Introduction : un contentieux aux trois visages différents

Introduction : un contentieux aux trois visages différents 7 ème assises nationales de la qualité de l environnement sonore Mercredi 15 octobre 2014, 14 h 30-16 h 00 Atelier 16 / SALLE 4 Bruit de voisinage et incivilités sonores : la prévention, la médiation,

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

Ce qu il faut savoir. Bruits de voisinage. Sommaire. Bruits de comportements. Bruits de chantiers publics ou privés

Ce qu il faut savoir. Bruits de voisinage. Sommaire. Bruits de comportements. Bruits de chantiers publics ou privés Double Mixte - Adaptation : Vu par - Illustration : M.-M. Bougard - Direction de la communication Ville de Nantes (2013) Bruits de voisinage Service hygiène, manifestations et sécurité civile Ville de

Plus en détail

Organisation des juridictions

Organisation des juridictions 36 Organisation des juridictions Résumé Les sports de nature sont aujourd hui à l origine d un important contentieux en matière de responsabilité civile, pénale et administrative. Ce thème expose l organisation

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

VENTES SUR LE DOMAINE PUBLIC

VENTES SUR LE DOMAINE PUBLIC VENTES SUR LE DOMAINE PUBLIC 26/08/2015 Toutes les ventes sur la voie publique sont réglementées. L exercice d une activité commerciale sur le domaine public est soumis, en application des articles L2213-1

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

FICHE D.1 : INSTRUMENTS DE MUSIQUE

FICHE D.1 : INSTRUMENTS DE MUSIQUE FICHE D.1 : INSTRUMENTS DE MUSIQUE Le bruit des instruments de musique constitue une source importante du contentieux des troubles anormaux de voisinage. En effet, l habitude montre que l activité artistique

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 09/02/2012 COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 08LY02171 Inédit au recueil Lebon 6ème chambre - formation à 3 Mme SERRE, président Mme Geneviève VERLEY-CHEYNEL, rapporteur Mme MARGINEAN-FAURE, rapporteur

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage

visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage ASSEMBLÉE NATIONALE - QUATORZIÈME LÉGISLATURE PROPOSITION DE LOI visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage Présentée par : Madame Annie Genevard Députée Exposé

Plus en détail

REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE

REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE Décret n 2006-1099 du 31 août 2006 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage, modifiant le décret du 18/04/05. En application de la loi Bruit de 1992, le code

Plus en détail

Ce matin, Igor a profité d une petite plage qu il connaît bien et

Ce matin, Igor a profité d une petite plage qu il connaît bien et 11 L OBJEt du droit Et LES POuVOIRS PuBLICS Igor aime la musique Analyser la situation Ce matin, Igor a profité d une petite plage qu il connaît bien et où il va souvent seul. Il y a écouté de la musique

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

PRÉFECTURE DE LA CREUSE

PRÉFECTURE DE LA CREUSE PRÉFECTURE DE LA CREUSE Direction Départementale des Services Vétérinaires de la Creuse 9, Avenue Fayolle - B.P. 321-23006 GUERET Tél. 05 55 41 72 20 - Fax. 05 55 41 72 39 Janvier 2005 Les pouvoirs du

Plus en détail

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PROCÉDURES D EXPULSIONS OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PRÉFET DE SEINE-ET-MARNE SOMMAIRE PROCÉDURE NORMALE DE DROIT COMMUN > La procédure juridictionnelle > La procédure administrative

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER. Règlement sur les système d'alarme

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER. Règlement sur les système d'alarme PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER Règlement # 380 Règlement sur les système d'alarme 438.09.09 Règlement portant le numéro 380 lequel a pour objet de règlementer les systèmes

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME

RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME Attendu qu il est nécessaire de remédier aux problèmes provoqués par le nombre élevé de fausses alarmes ; Attendu que la démarche la plus efficace pour ce faire se trouve

Plus en détail

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est Notions de responsabilité 1 Notions de responsabilité Responsabilité: l auteur d une faute a l obligation d assumer les conséquences de ses actes Quand une personne cause un dommage à autrui : obligation

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

la convention qu'elle passe avec un opérateur public ou privé

la convention qu'elle passe avec un opérateur public ou privé I. - Les enregistrements visuels de vidéosurveillance répondant aux conditions fixées au II sont soumis aux dispositions ci-après, à l'exclusion de ceux qui sont utilisés dans des traitements automatisés

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 11 JUIN 2007 C.06.0255.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.06.0255.N D. J., Me Paul Wouters, avocat à la Cour de cassation, contre KBC ASSURANCES, société anonyme. I. La procédure devant la Cour

Plus en détail

Point n 3 : désigner un point de contact

Point n 3 : désigner un point de contact Vidéoprotection des lieux publics 10 points pour assurer la sécurité collective dans le respect des libertés individuelles Préambule La libre administration des collectivités locales est un principe constitutionnel

Plus en détail

LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP)

LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP) Adopté le 26.11.1973, entrée en vigueur le 01.01.1974 - Etat au 01.01.2007 (abrogé) LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP) du 26 novembre 1973 LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu le projet

Plus en détail

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit:

Dans le cadre de ses fonctions, l'administrateur doit: Le Code civil du Québec ne contient aucune section spécifique pour encadrer les conflits d intérêts des administrateurs d un conseil d administration dans l exercice de leurs obligations. Il est donc nécessaire

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

RÈGLEMENT # 299 Règlement concernant les nuisances applicable par la Sûreté du Québec

RÈGLEMENT # 299 Règlement concernant les nuisances applicable par la Sûreté du Québec Règlements de la Municipalité de Saint-Julien RÈGLEMENT # 299 Règlement concernant les nuisances applicable par la Sûreté du Québec CONSIDÉRANT QUE le Conseil juge nécessaire d adopter un règlement visant

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

L Assurance en copropriété

L Assurance en copropriété L Assurance en copropriété Par Paul-André LeBouthillier et Richard Lavoie Avocats L assurance en copropriété Les obligations générales du Syndicat en matière d assurance? Comment réagir lors d un sinistre

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

La Responsabilité de l éducateur sportif

La Responsabilité de l éducateur sportif La Responsabilité de l éducateur sportif I / Introduction La pratique sportive engendre des RISQUES et des ACCIDENTS. De nombreux procès surviennent afin de dégager la mise en jeu de la responsabilité

Plus en détail

L'officier du ministère public près la juridiction de proximité de Fréjus s était pourvu en cassation.

L'officier du ministère public près la juridiction de proximité de Fréjus s était pourvu en cassation. éclats de voix émanant d un restaurant ne constituent pas des bruits d'activité mais des bruits de comportement. Avril 2016. Maître Christophe Sanson, Avocat au Barreau des Hauts-de-Seine. Les commentaires

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions.

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions. PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1971. N 107 S É N AT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT tendant à simplifier la procédure applicable en matière de contraventions. Le

Plus en détail

LES VÉHICULES MOTORISÉS À DEUX OU TROIS ROUES

LES VÉHICULES MOTORISÉS À DEUX OU TROIS ROUES PREFECTURE DE LA MANCHE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DE LA REGLEMENTATION Bureau de la Circulation LES VÉHICULES MOTORISÉS À DEUX OU TROIS ROUES Code des transports Articles L 3120-1 à L 3120-5

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Cour de cassation Chambre sociale Cassation partielle 8 juin 2011 N 10-11.933 10-13.663 Bulletin 2011, V, n 143

Cour de cassation Chambre sociale Cassation partielle 8 juin 2011 N 10-11.933 10-13.663 Bulletin 2011, V, n 143 Jurisprudence Cour de cassation Chambre sociale 8 juin 2011 n 10-11.933 10-13.663 Publication : Bulletin 2011, V, n 143 Sommaire : Selon l'article L. 2411-5 du code du travail, le licenciement d'un délégué

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur CONSEIL D'ETAT N 315441 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur M. Mattias Guyomar Commissaire du Gouvernement Le Conseil d'etat, (Section du contentieux, 6 ème et 1 ère sous-sections

Plus en détail

NOTIONS DE RESPONSABILITE

NOTIONS DE RESPONSABILITE NOTIONS DE RESPONSABILITE De par ses prérogatives et ses fonctions, l encadrant a des responsabilités et des obligations. En cas de problème, il peut voir sa responsabilité engagée. QUAND? Souvent à l

Plus en détail

NON RESPECT DES RÈGLEMENTS LiÉS À LA PERMISSION DE VOIRIE SANCTIONS ET PRESCRIPTIONS. 30 septembre 2011

NON RESPECT DES RÈGLEMENTS LiÉS À LA PERMISSION DE VOIRIE SANCTIONS ET PRESCRIPTIONS. 30 septembre 2011 NON RESPECT DES RÈGLEMENTS LiÉS À LA PERMISSION DE VOIRIE SANCTIONS ET PRESCRIPTIONS 30 septembre 2011 Direction Départementale des Territoires de la Corrèze SOMMAIRE Les différents types de sanction La

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

Locataire et abus de jouissance

Locataire et abus de jouissance Locataire et abus de jouissance Article juridique publié le 16/02/2013, vu 4613 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Le bail locatif met à la charge des parties (bailleur et preneur) un certain nombre d obligations

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Le bruit des livraisons à travers la jurisprudence civile : troubles de voisinage et engagement de responsabilité

Le bruit des livraisons à travers la jurisprudence civile : troubles de voisinage et engagement de responsabilité Le bruit des livraisons à travers la jurisprudence civile : troubles de voisinage et engagement de responsabilité Maître Christophe SANSON, Avocat au Barreau des Hauts- de- Seine Indispensables aux activités

Plus en détail

GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE.

GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE. GERANT DE SOCIETE : UNE RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE. Article juridique publié le 22/11/2013, vu 2393 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine Il faut entendre par gérant de fait la personne qui se comporterait

Plus en détail

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET Notions de responsabilité L initiateur responsable! La pratique de la plongée présente des risques particuliers avec des recherches de responsabilité systématiques en cas d accident L initiateur est confronté

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 28 mai 2010, présentée pour M. Gilles Albert A...et Mme CarolineB..., demeurant..., par Me F... ;

Vu la requête, enregistrée le 28 mai 2010, présentée pour M. Gilles Albert A...et Mme CarolineB..., demeurant..., par Me F... ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE N 1000251 M. Gilles Albert A...et Mme Caroline B... M. Roche Rapporteur M. Porcher Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

Le Ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales. Monsieur le Préfet de Police, Mesdames et Messieurs les Préfets

Le Ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales. Monsieur le Préfet de Police, Mesdames et Messieurs les Préfets DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES Affaire suivie par : le 4 avril 2005 Bureau de la protection et de la prévention sociales : Emmanuel Bouyer / 01 49 27 31 35 Bureau des libertés

Plus en détail

Administration des collectivités territoriales

Administration des collectivités territoriales S O M M A I R E Administration des collectivités territoriales Page 1 Dispositions générales page 1 I De l administration et des finances page 2 II Du domaine des collectivités page 3 V De la responsabilité

Plus en détail

Absence de convocation de l épouse commune en biens

Absence de convocation de l épouse commune en biens CONVOCATIONS AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES Absence de convocation de l épouse commune en biens 1ère chambre D, 24 mars 2015, RG 13/05969 La convocation à une assemblée générale concernant des époux propriétaires

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

Jurisprudences Harcèlement moral

Jurisprudences Harcèlement moral Jurisprudences Harcèlement moral Les éléments constitutifs du délit de harcèlement Des agissements se déroulant sur une courte durée n écartent pas la qualification de harcèlement moral Rappel : l'article

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Club Sécurité Exploitation Routière

Club Sécurité Exploitation Routière Club Sécurité Exploitation Routière Responsabilité des élus dans le domaine de la sécurité routière Françoise NICOT Responsable juridique et contentieux DIRA Le 05 novembre 2013 à St Médard en Jalles Direction

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

Les droits et devoirs des chefs d établissement

Les droits et devoirs des chefs d établissement Les droits et devoirs des chefs d établissement MODULE 1 Éléments de droit pénal général 1 re partie Cadre juridique et modalités d intervention du chef d établissement 2 e partie ÉLÉMENTS DE DROIT PÉNAL

Plus en détail

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière Responsabilité de l infirmière Que signifie être responsable? Dans le langage juridique Dans le langage courant c'est répondre des conséquences dommageables de ses actes ou de ses abstentions obligation

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR DE CASSATION N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. CANIVET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Mme MATHIA Avocat général : Mme BARRAIRON Assemblée Plénière Arrêt du 24 Juin 2005 LA COUR

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE Paris, le 23 avril 2003 ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 013-2013/AN PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE L AVENIR RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE L AVENIR RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE L AVENIR RÈGLEMENT NUMÉRO 634-09 RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU QU avis de motion du présent règlement a été dûment donné lors de la séance de ce

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich s.scritti resp civ grerca lione LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich Professeur de droit comparé

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail