Comment permettre aux élèves de réussir en classe à cours multiples, transformant les éventuelles contraintes en véritables atouts?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment permettre aux élèves de réussir en classe à cours multiples, transformant les éventuelles contraintes en véritables atouts?"

Transcription

1 IUFM de l académie de MONTPELLIER Centre de CARCASSONNE Comment permettre aux élèves de réussir en classe à cours multiples, transformant les éventuelles contraintes en véritables atouts? Marion IBANEZ Directeur de mémoire : Mr MARTINEZ Jean-Michel Assesseur : Année scolaire

2 Résumé Mon mémoire professionnel a pour but de démontrer que la classe à cours multiples, loin d être un handicap, présente des atouts indéniables, tant pour les élèves qui y sont scolarisés que pour le maître qui y enseigne. A travers l étude de deux axes principaux, la gestion temporelle et spatiale et l autonomie des élèves, je souhaite répondre aux interrogations légitimes qu un jeune enseignant peut avoir concernant ces classes spécifiques. Resumen Mi memoria profesional tiene por objeto demostrar que el curso a niveles múltiples presenta ventajes innegables, tanto para los alumnos que son escolarizados en tal curso, como para el profesor que enseña. A través del estudio de dos ejes principales, la gestión temporal y espacial y la autonomía de los alumnos, deseo responder a la inquietud legítima que un profesor debutante puede tener respecto a los cursos a niveles multiples. Mots- clés Cours multiples Autonomie Tutorat Coopération Gestion du temps 2

3 Mention et opinion motivée du jury 3

4 Sommaire Introduction... 1 I. Quels aménagements temporels et spatiaux mettre en place pour favoriser la conduite de la classe?... 4 A. La gestion du temps : une préoccupation permanente, un enjeu essentiel... 4 a. Programmer les apprentissages : les programmations annuelles et pluriannuelles... 4 b. La construction de l emploi du temps... 5 c. L organisation d une journée B. L aménagement de l espace, un enjeu primordial? a. L organisation de l espace classe b. Le matériel et les affichages, aides et outils de travail II. Comment aider les élèves à travailler efficacement en dehors de la présence de l adulte? A. L indispensable construction de l autonomie B. Quelles tâches favorisent l autonomie? C. Les clés d accès à l autonomie III. Retour réflexif A. Le décalage entre préparation de classe et réalité de la classe B. Une sensation désagréable de travail «bâclé» C. Les élèves en grande difficulté Conclusion Bibliographie Annexes

5 Introduction La gestion d une classe unique ou à plusieurs cours apparaît très difficile. Bien que le film Etre et avoir ait dédramatisé le problème des classes à cours multiples, il faut bien avouer que de façon générale, les enseignants, novices ou chevronnés, nouvellement nommés sur de tels postes sont inquiets voire effrayés. Ils redoutent, entre autres, la difficulté d organisation, et de gestion du temps et des apprentissages. De même, beaucoup de parents d élèves expriment leurs craintes ; en particulier ceux dont les enfants sont les plus âgés, anxieux à l idée que ces derniers soient scolarisés dans une classe comportant également des élèves plus jeunes qui risqueraient de les «ralentir». Ainsi, nombreux sont ceux qui considèrent ces classes particulières comme une véritable fatalité. C est avec ces nombreux préjugés que j ai été amenée à effectuer un stage d observation d une semaine en classe multi-cours (du CE1 au CM2), lors de ma seconde année de DEUG, dans le cadre d un module en sciences de l éducation. J étais, au départ, déçue de mon affectation et ne pensais qu aux limites et difficultés rencontrées dans de telles classes. Il me paraissait, en effet, difficile pour le maître de conduire une classe si spécifique, de maîtriser la gestion du temps et l organisation des apprentissages, de réguler le bruit et les interruptions. Je pensais aussi que les résultats scolaires y étaient inférieurs. Pourtant, à mon grand étonnement, ce que j ai pu constater sur place n était rien de tout cela. Ces contraintes, qui m apparaissaient insurmontables, s averraient être de véritables atouts. Les élèves ne semblaient pas moins performants qu ailleurs. Des liens étroits existaient entre les enfants, entre les élèves et l enseignant. J ai été véritablement étonnée par le comportement des élèves : aptes à préparer seuls leurs matériels, à travailler en toute autonomie, corrigeant leurs activités seuls ou en binôme, s aidant, et ce dans un calme surprenant. L enseignant doit, quant à lui, faire preuve d une grande rigueur dans son organisation et la gestion du temps. Mais quel bonheur d enseigner dans une telle classe et de permettre à des élèves, qui lui sont confiés pour deux, trois années voire l ensemble de leur scolarité élémentaire, de construire des savoirs et apprentissages. Ainsi, les classes à cours multiples présentent de nombreux avantages. Bien gérées, elles constituent même des lieux de travail, d éducation et d apprentissage privilégiés pour les 1

6 élèves. Les enfants y apprennent à devenir autonomes par rapport au maître et au travail. Ils y acquièrent une attitude de travail et une attitude face au travail, comme je tenterai de le démontrer et de le développer dans le cadre de ce mémoire. De telles classes contribuent à développer leur indépendance, leur esprit d initiative, ainsi que leur faculté à s auto-analyser. Ne pourrait-on pas alors les considérer comme bénéfiques pour les élèves? Et à quelles conditions seraient-elles bénéfiques? Comment permettre aux élèves de réussir en classe à cours multiples, transformant les éventuelles contraintes en véritables atouts? C est cette interrogation qui guidera ma recherche. Elle m amènera à examiner différents points et à formuler des hypothèses de travail, tant dans le cadre d une réflexion théorique, que dans ma pratique au cours du second stage en responsabilité. Organiser une classe à plusieurs cours n est tout de même pas une mince affaire et demande une certaine expérience de l enseignement. Quand cette éventualité se présente, des questions se posent immanquablement. Elles concernent l enseignant et sa pratique de classe mais également les élèves et leur réussite. L enseignant d une classe à un cours doit déjà composer avec des élèves différents, tant dans leurs méthodes d apprentissage que dans leurs stratégies ou encore leurs modes de pensée. Dans une classe à cours multiples, l hétérogénéité est encore plus importante. Le maître doit jongler entre les niveaux encore plus que d habitude. C est ainsi que l on peut se demander comment un enseignant peut travailler seul dans une classe à plusieurs cours. Quel type d organisation doit-il mettre en place? Comment doit-il organiser l emploi du temps de manière à consacrer du temps à chacun, à alterner des moments collectifs, en groupes et individuels tout en respectant les Instructions Officielles? Une première hypothèse mérite ainsi d être examinée : l aménagement du temps et de l espace apparaissent être des clefs de réussite dans ces classes particulières. Une deuxième piste doit être approfondie : la question de l autonomie de l élève. Comment aider les élèves à travailler efficacement en dehors de la présence de l adulte? Comment et avec quels outils peut-on favoriser l indispensable autonomie? Il s agira alors de se questionner sur la construction de l autonomie et ainsi sur les tâches, les consignes, 2

7 l organisation matérielle qui la suscitent et permettent aux élèves de travailler de manière plus indépendante. J ai tenté de répondre à mes questionnements et de vérifier les hypothèses soulevées au cours de la réflexion théorique dans le cadre de mon second stage en responsabilité effectué dans une classe triple niveau de cycle 3 comportant 12 CE2, 9 CM1 et 8 CM2 dans le village de Pépieux. Une différence de compétences et de comportements était nettement perceptible entre les CE2 et les CM. Par contre, peu de disparités apparaissaient entre les CM1 et les CM2. Les CM1 avaient, en effet, un bon niveau par rapport aux CM2. Ceux-ci étaient sur bien des points du même niveau que les CM1 et certains étaient même plus faibles ; ce qui n a pas facilité le travail de différenciation nécessaire entre les différents cours. L ambiance dans la classe était toutefois agréable car les élèves avaient, de façon générale, intégré leur métier d élève et compris la spécificité de leur classe qui les confrontait à l apprentissage de l autonomie et de l auto-organisation. 3

8 I. Quels aménagements temporels et spatiaux mettre en place pour favoriser la conduite de la classe? A. La gestion du temps : une préoccupation permanente, un enjeu essentiel La bonne conduite de la classe passe par une bonne gestion du temps. Dans une classe à cours multiples, le maître doit savoir répartir les différentes séances proposées aux groupes, minuter et respecter son temps d activité, équilibrer sa présence au sein de chaque cours. Une organisation rigoureuse se révèle ainsi indispensable, et en même temps très difficile. C est pourquoi, avant mon départ pour le second stage en responsabilité effectué à Pépieux auprès de vingt-huit CE2, CM1, CM2, mes doutes, mes craintes et mes questions se sont multipliés. Comment vais-je faire pour m occuper de chaque cours de la classe sans en privilégier un au détriment de l autre? Comment répartir équitablement mon temps d intervention auprès des différents groupes? Que mettre en place pour les élèves les plus rapides? En dépit de ces inquiétudes, j étais tout de même consciente que les problèmes et difficultés soulevés seraient peut-être moins difficiles que pour une classe unique, puisqu il s agissait d une classe comportant trois cours de cycle 3. Ainsi, les objectifs du maître et les compétences devant être acquises à la fin du cycle étaient identiques pour les élèves de la classe. a. Programmer les apprentissages : les programmations annuelles et pluriannuelles Les programmations, s appuyant sur les principes de la loi d orientation de 1989 (principes repris par la loi de 2005) et sur les Instruction Officielles de 2002, permettent à l enseignant de prévoir la progression des apprentissages. Des programmations annuelles pour chaque discipline, mais aussi des programmations de cycle doivent être réalisées. La classe à cours multiples présente ici un avantage indéniable. Cette structure permet, en effet, d éviter les ruptures dues au changement de maître, et favorise ainsi véritablement la continuité des 4

9 apprentissages. L enseignant connaît ses élèves, leurs acquis et leurs besoins, les objectifs déjà atteints et les compétences à renforcer. Cette réalité contribue à favoriser les apprentissages pensés sur plusieurs années et à renforcer l évaluation formative (évaluation faisant partie du processus d apprentissage et servant à remédier aux difficultés rencontrées) et la prise en compte des différences entre les élèves permettant l individualisation des parcours. Enseigner dans une classe multi-cours peut permettre, en outre, d éviter certains écueils tels que les redites d une année sur l autre provoquant la lassitude des élèves. Par exemple, en littérature, le maître sait quels réseaux mettre en place d une année sur l autre ; en sciences, la continuité et la logique des apprentissages sont respectées par le biais du cahier d expérience qui suit l élève durant toutes ses années passées au sein d un cycle. Il est évident que les différents cahiers de l élève (cahiers de sciences, de littérature, de musique ) devraient être les mêmes durant toute sa scolarité au sein d un cycle, et le suivre d une année sur l autre même dans le cadre de classes ordinaires. La notion de cycle induit d ailleurs une meilleure concertation entre les maîtres et un meilleur suivi des élèves. Mais on ne peut nier que la classe à cours multiples contribue encore plus à ce suivi des élèves. Par contre, de nombreuses difficultés se posent pour certaines disciplines. C est notamment le cas en histoire. En effet, une programmation linéaire consistant à découper la chronologie en trois périodes qui seraient chacune étudiée pendant un an est presque impossible à mettre en place. Comment peut-on demander à des CE2 d étudier la préhistoire, tandis que les CM1 travaillent sur le Moyen Age et les CM2 sur le XIX ième siècle, par exemple? Le maître doit alors mettre en place une programmation spiralaire qui consiste à étudier toute la chronologie chaque année, en abordant pour chaque période des thèmes et un éclairage différents, et en veillant à respecter le niveau de chaque groupe. Mais le risque encouru est alors de ne traiter que la première partie de la chronologie et de laisser en suspend les XIX ième et XX ième siècles, période pourtant capitale pour comprendre le monde actuel. Si la programmation des apprentissages semble difficile, il en est de même en ce qui concerne la construction de l emploi du temps dans une classe à plusieurs cours. b. La construction de l emploi du temps La rédaction d un emploi du temps destiné à une classe à cours multiples est un des éléments qui inquiète le plus les enseignants débutants. Pourtant, la construction d un emploi du temps rigoureux et précis est un cadre nécessaire pour permettre aux élèves et au maître de 5

10 travailler de façon ordonnée et structurée. Deux possibilités s offrent au maître. Celui-ci peut décider de réaliser un emploi du temps commun aux différents cours (notamment dans une classe regroupant des élèves de même cycle) ; c'est-à-dire que les enfants travaillent au même moment la même discipline, mais de manière différenciée, en s adaptant aux capacités, compétences et objectifs de chaque cours et en réservant des temps d apprentissage spécifiques à chaque groupe. Les matières sont volontairement abordées simultanément ; le maître peut travailler avec un groupe tandis que l autre est en autonomie. L enseignant peut aussi concevoir l emploi du temps de manière à ce que chaque groupe travaille, à un moment donné, dans une discipline différente de celle de l autre. Dans l ouvrage Enseigner dans une classe à plusieurs niveaux 1, E.Greff et J.Kokyn présentent ce fonctionnement comme le moyen de «différencier les programmes de chaque niveau et de ne pas être tenté de faire deux leçons en une». Concernant ma pratique dans la classe de cycle 3 de Pépieux, j ai, au départ, opté pour la mise en place d un emploi du temps commun au sein duquel les élèves travaillaient les mêmes disciplines durant les mêmes créneaux horaires. Je pensais, en effet, mener un enseignement commun en éducation musicale et artistique ainsi qu en éducation physique et sportive ; et en histoire, en géographie, en sciences et en langue, un enseignement différencié mais comportant un départ et une problématique identiques pour les trois cours. Je pensais que cette organisation faciliterait les alternances et le passage d un cours à un autre. Mais j ai rapidement rencontré d importantes difficultés. Par exemple, certaines séances voire certaines disciplines nécessitaient une forte présence de ma part auprès des élèves. Cela a été le cas en histoire avec, pour les différents groupes, l observation et l étude de peintures différentes, ou encore en littérature pour la mise en voix des textes de théâtre (textes différents selon les cours) et le travail d interprétation. Comment faire, alors, si les trois cours de la classe travaillent au même moment cette discipline? C est ainsi que, très rapidement, je me suis rendue compte de la nécessité de changer mon emploi du temps pour une plus grande efficacité, et de faire en sorte que certaines disciplines ne soient pas abordées au même moment par les différents groupes. Ainsi, j ai par exemple mené une séance d histoire auprès des CE2 tandis que les CM réalisaient, de manière totalement autonome, leurs premiers jets dans le cadre du projet d écriture consistant à écrire une courte pièce de théâtre. Les différents emplois du temps que j ai utilisés pendant les trois semaines du stage en responsabilité sont présentés en annexes 1 et 2. 1 Enseigner dans une classe à plusieurs niveaux de Eric Greff et Jean Kokyn, publié aux éditions Retz en

11 Quel que soit l emploi du temps retenu, des activités collectives doivent être proposées afin de favoriser la coopération et l entraide entre les élèves, et de renforcer la cohésion de la classe qui, même à plusieurs cours, forme une entité. Dans Conduire des classes à cours multiples 2, C.Francois et A.Lagrange expliquent que «l emploi du temps rassemble les élèves lorsque leurs capacités, leurs besoins, leurs disponibilités le justifient». Il s agira, dans ces cas, à toujours veiller à respecter le niveau d acquisition de chacun en adaptant le questionnement ou encore la trace écrite dans le cadre d une séance en géographie par exemple. C est ainsi que dans ma pratique, j ai souhaité, pour certaines disciplines telles que l histoire, la géographie, les sciences ou encore les langues étrangères, mener un enseignement commun. Cette volonté était liée à l idée de me représenter cette classe de CE2, CM1, CM2 non pas uniquement comme une classe à trois cours, mais aussi comme une classe de cycle. Toutefois, dès la première séance d histoire et de sciences, des problèmes se sont posés. La plus grande difficulté était la différence des niveaux : comment, en effet, mener un enseignement commun aux trois cours alors que les CE2 apprennent l espagnol ou font de l histoire depuis l année en cours, et que les CM ont, quant à eux, déjà de réelles connaissances? Ainsi, au cours de la première séance d histoire, les CM ont eu tendance à monopoliser la parole. Ils avaient très souvent la réponse et brûlaient d envie de la donner. J ai donc ressenti cette séance comme un échec relatif, confisquant la parole aux CM qui se sentaient frustrés mais délaissant par ailleurs les CE2. Ainsi, dans certaines disciplines, les niveaux des élèves étaient trop différents pour former un seul groupe. Il m a donc fallu trouver des solutions. En géographie ou en sciences, par exemple, les activités, les documents et les questions proposés étaient différenciés. Mais, le point de départ et la problématique étaient communs. En sciences, les expériences étaient, de plus, réalisées par tous, en même temps. De même, j ai essayé le plus possible de faire en sorte que les corrections ainsi que la construction de la trace écrite soient collectives. L exemple d une séance que j ai menée en géographie sur le découpage administratif de la France est donné en annexe. Les élèves travaillaient par groupes de même cours. Le point de départ «Qui décide, en France, de construire une route ou une école?» (question posée par plusieurs élèves) a donné lieu à la séance dont la problématique était la suivante : «Quel est le découpage administratif de la France?. Les différents groupes disposaient d un dossier de documents plus ou moins étoffé et d un questionnaire plus ou moins long. La majorité des questions posées était commune aux trois cours de façon à ce que la mise en commun puis l élaboration de la trace écrite 2 Conduire des classes à cours multiples de Chantal François et Alice Lagrange, sous la direction de Dominique Berteloot, publié chez Hatier en

12 soient collectives. La correction a donc été effectuée avec l ensemble de la classe, les CE2 répondant en priorité ; les CM complétant les données en répondant aux questions qui leur avaient été posées en supplément. De même, la trace écrite a été élaborée de manière collective, d abord par les CE2, puis complétée par les CM. Cette dernière était, donc, différenciée, comportant des informations communes, notées par les différents cours ; mais aussi des renseignements complémentaires donnés et écrits uniquement par les CM. (Les différents questionnaires et les traces écrites sont présentés en annexes 3 et 4). En histoire, la difficulté était plus importante. Il s agissait pour la plupart des séances de travailler à partir de l étude de textes complexes (textes différenciés selon les cours) ou de l observation de tableaux, nécessitant ma présence. C est pourquoi, j ai finalement choisi de ne pas travailler cette discipline aux mêmes créneaux horaires avec les CE2 et les CM. C est aussi le dispositif et l organisation que j ai choisis pour les séances d espagnol, n arrivant pas autrement à résoudre le problème de la différence de niveau entre les élèves. Les moments collectifs ou les projets communs à la classe constituent, enfin, des instants de partage importants et nécessaires pour créer une cohésion dans la classe et des références communes. Ils permettent de renforcer certaines compétences telles que la communication, l écoute et le respect des autres. La quantité et la qualité des interactions entre des élèves d âges et de niveaux différents facilitent, de plus, les apprentissages. C est pourquoi, lors de mon stage, j ai instauré des activités communes, propices à l apprentissage collectif, qui ont été je pense mobilisatrices et bénéfiques pour tous, suscitant chez les élèves le plaisir d être ensemble à certains moments de la journée. Je peux ainsi citer l exemple du débat, d une durée de trente minutes, qui avait lieu le vendredi après-midi. Il s agissait, tout d abord, d un moment de réflexion commune sur des sujets concernant la cohésion du groupe-classe. Nous avons ainsi pu discuter de l autonomie des élèves. Les enfants, tous ensemble, ont réfléchi à la manière de mieux travailler seul ou encore aux outils à mettre en place pour favoriser le travail autonome, et ont mis en avant certains comportements nécessaires dans une classe à cours multiples comme, par exemple : «ne pas déranger inutilement le maître quant il se trouve avec un autre cours», «ne pas faire de bruit quand le travail demandé est terminé» Puis, les élèves qui s étaient inscrits durant la semaine venaient présenter un thème de leur choix concernant l actualité (la grippe aviaire, le C.P.E) ou découlant de leurs préoccupations («pourquoi meurt-on?», «Pourquoi les religions existent-elles?»...). De façon générale, les échanges entre les élèves étaient très riches ; et le débat constituait un moment privilégié suscitant l intérêt de tous et libérant la parole, chacun 8

13 y trouvant sa place y compris les plus jeunes. J ai ainsi été, notamment, agréablement surprise par l effort fait par chacun pour s exprimer clairement, attendre le silence de façon solennelle pour présenter son sujet ; mais aussi et surtout par le respect des élèves (notamment des grands envers les plus jeunes) et le fait qu ils comprennent que chacun a le droit de penser librement et d être différent. De même, chaque lundi matin, deux élèves devaient présenter un exposé sur un thème libre. Les plus grands ont été les premiers, afin de montrer le procédé possible à suivre. Puis la classe a suggéré quelques améliorations pour que ces exposés soient plus animés. Chacun a donc appris à s exprimer devant le groupe et à attirer l attention de l auditoire. En Education Physique et Sportive, j ai mené une séquence d acrosport durant laquelle les élèves étaient répartis par groupes de quatre, au sein desquels les différents cours étaient mélangés. Cette séquence a particulièrement bien fonctionné, chacun ayant trouvé sa place au sein de son groupe ; l intérêt et la motivation des élèves ayant été renforcés par une représentation finale en musique devant la classe de CP- CE1. Enfin, en littérature, un réseau autour du comique au théâtre a été étudié. Bien que plusieurs textes proposés aux CE2 fussent différents de ceux étudiés par les CM, le départ de la séquence a été le même pour les trois niveaux (les CM n ayant jamais étudié le genre théâtral) et la problématique du réseau identique. Les trois dernières séances ont été consacrées à l écriture individuelle d une courte pièce de théâtre à visée comique par les élèves. Les enfants ont partagé leurs productions et les élèves de CE2 ont particulièrement montré une grande fierté à présenter leurs écrits à leurs camarades de CM. Les critiques étaient, de plus, acceptées plus volontiers, provenant d autres élèves. Les CE2 ont également consulté les CM pour les aider à corriger les erreurs d orthographe et de grammaire que j avais repérées lors du premier jet. Pour finir, l idée d aller lire et représenter des pièces choisies par eux devant la classe de CP- CE1 a contribué à renforcer leur engouement. Le maître doit ainsi proposer des moments d apprentissage spécifique à chaque cours et des moments collectifs, tout en respectant le niveau de chaque groupe et les Instructions Officielles. Il s agit également, pour lui, de veiller à équilibrer son temps d intervention auprès des différents groupes, d alterner travail individuel, travail de groupe et travail collectif, ou encore travail autonome et travail en présence du maître. C est pourquoi une fois l emploi du temps hebdomadaire mis en place, il reste à savoir comment organiser une journée de classe. 9

14 c. L organisation d une journée L emploi du temps quotidien doit être conçu selon des principes d alternance tel que l expliquent les auteurs dans Conduire des classes à cours multiples 3. Selon eux, il faut pour chaque groupe alterner le travail oral et le travail écrit, le travail collectif et le travail individuel, les moments de recherche (individuelle, collective ou de groupe) et les moments de bilan et de synthèse, le travail autonome et le travail en présence du maître. Enfin, l enseignant doit lui-même alterner sa présence auprès des différents niveaux afin d équilibrer ses moments d enseignement sans délaisser un groupe. Pour illustrer ces propos, voici la présentation du déroulement d un début de matinée type (présentation de l emploi du temps, autodictée et séance de mathématiques) se déroulant durant mon stage en responsabilité : - 5 minutes : Présentation de l emploi du temps de la journée, mise en place des services minutes : CM1 et CM2 font l autodictée sur le cahier du jour en autonomie. Une fois terminé, ils s autocorrigent. Pendant ce temps, la séance de mathématiques débute pour les CE2, qui revoient, avec le maître, en collectif et au tableau, la technique opératoire de la soustraction de nombres à quatre chiffres. De nombreux exemples sont proposés. Différents élèves passent au tableau. Le maître donne ensuite aux CE2 les exercices (n 2, 3 et 4 p.98). Les consignes sont lues et commentées minutes : Les CE2 effectuent les exercices de mathématiques sur leur cahier du jour en autonomie et individuellement. Quand le travail est terminé, chacun compare ses réponses avec son voisin. Demander aux CM2 de décomposer les fractions décimales écrites au tableau, sur le cahier brouillon, en travail autonome. La séance de mathématiques débute pour les CM1 qui sont avec le maître, en collectif. Les exercices 5 et 7 p.127 de la veille sont repris et corrigés. Des petits jeux mathématiques sont ensuite réalisés sur l ardoise (exemple : passer de l écriture fractionnaire à l écriture à virgule). Le maître lance ensuite la piste de recherche p.128 et demande aux élèves, une fois celle-ci terminée, de trouver à deux une règle pour comparer des nombres décimaux minutes : Les CE2 et les CM1 travaillent en autonomie. 3 Conduire des classes à cours multiples de Chantal François et Alice Lagrange, sous la direction de Dominique Berteloot, publié chez Hatier en

15 Correction des décompositions avec les CM2, en collectif. Le maître donne ensuite des exemples de nombres décimaux à mettre sous forme de fractions décimales (exemple : 0,4 = 4/10). Elaboration collective et écriture de la trace écrite. Le maître donne ensuite les exercices à faire sur le cahier du jour (n 19, 20 et 21 p.77 et n 34 et 35 p.80). Les consignes sont lues et commentées minutes : Les CM1 et les CM2 travaillent en autonomie. Retour avec les CE2. Correction de certains exercices qui ont posé problème. Calcul mental sur ardoise. Puis leur demander de faire l autodictée et de s autocorriger minutes : Les CE2 et les CM2 travaillent en autonomie. Correction de la piste de recherche avec les CM1, en collectif. Elaboration et écriture de la règle sur la comparaison des nombres décimaux. Petit jeu sur ardoise : donner deux nombres décimaux et demander aux élèves d écrire le plus grand. Donner exercices 1 et 2 p.128 à faire sur le cahier du jour. J ai ainsi essayé, de séances en séances, et ce notamment en mathématiques, de mettre en place un roulement recherche apprentissage entraînement pour chaque cours. Pour moi, la grande difficulté était de veiller à accorder autant de temps de présence à chaque groupe et de ne pas laisser pendant trop de temps des élèves en autonomie (notamment les CE2 qui ont une capacité plus limitée à travailler seul longtemps). Pour une organisation efficace, le cahier journal me paraît désormais être un outil essentiel. Par l utilisation de couleurs, il permet, en effet, d un simple coup d œil, de savoir quel groupe va travailler en autonomie et à quel moment, de connaître l enchaînement des séances, de rappeler un dispositif prévu Aide incontestable pour tout enseignant, notamment débutant, le cahier journal s avère être, dans une classe à cours multiples, un support aussi précieux qu indispensable. Le maître doit aussi rigoureusement respecter son organisation et le temps prévu pour chaque activité. En effet, selon E.Greff et J.Kokyn dans leur ouvrage Enseigner dans une classe à plusieurs niveaux 4 : «Il est tout à fait essentiel de gérer son temps de manière telle que l équilibre horaire prévu des groupes soit respecté. Il faudra donc limiter son temps de parole, ne pas hésiter à interrompre sa leçon lorsque l horaire l exigera». Sans ce respect contraignant, les décalages faisant boule de neige, il devient impossible de conduire 4 Enseigner dans une classe à plusieurs niveaux, de E.Greff et J.Kokyn, publié aux éditions Retz,

16 correctement la classe. A l inverse, interrompre une séance à bon escient ne pénalise aucun cours. Pour éviter les interruptions et l agitation des élèves, mais aussi et surtout pour permettre à l enseignant de consacrer le temps nécessaire aux difficultés d un nouvel apprentissage, il est enfin fortement déconseillé de proposer une situation d apprentissage nouvelle à chaque groupe au sein du même créneau horaire. C.Francois et A.Lagrange 5 écrivent ainsi qu il faut «n introduire une notion nouvelle que dans un seul des niveaux de la classe». Ceci est particulièrement vérifiable en mathématiques, comme j ai pu le constater au cours de mon stage en responsabilité. En effet, la semaine durant laquelle ont été introduis les fractions puis les nombres décimaux au CM1, des activités de réinvestissement étaient proposées aux élèves des autres groupes. Ainsi, les CE2 résolvaient des problèmes liés aux situations additives et soustractives. La notion étant connue, la tâche pouvait être réalisée sans grande difficulté. Il s agit donc de ne pas multiplier les obstacles en menant des apprentissages nouveaux pour plusieurs groupes le même jour. Ainsi, ma première hypothèse concernant la gestion du temps semble avérée. La construction des programmations et des progressions, l élaboration de l emploi du temps et l organisation journalière temporelle constituent des enjeux essentiels et le cadre nécessaire pour une conduite efficace et pertinente de la classe à cours multiples. L aménagement de l espace se présente-t-il, également, comme une clé de réussite dans ces classes spécifiques? B. L aménagement de l espace, un enjeu primordial? C. François et A. Lagrange 6 précise au début de leur ouvrage que «l une des clés de la réussite en classe en cours multiples est un aménagement adapté au local et un agencement approprié du mobilier». 5 Conduire des classes à cours multiples de Chantal François et Alice Lagrange, sous la direction de Dominique Berteloot, publié chez Hatier en Conduire des classes à cours multiples de C. François et A.Lagrange, sous la direction de D. Berteloot, publié chez Hatier en

17 Il est, en effet, nécessaire que la classe soit agencée de façon fonctionnelle et modulable pour que les groupes puissent passer facilement d une activité en autonomie à une activité avec le maître ou encore à une autre activité regroupant toute la classe. L enseignant doit aussi aménager des espaces communs à l ensemble de la classe comme la bibliothèque ou le coin informatique, indispensables au bon fonctionnement pédagogique, convivial et culturel. a. L organisation de l espace classe Dans la majorité des classes, les enseignants choisissent de regrouper les élèves par cours, c'est à dire par âge. Cette séparation claire et distincte leur permet ainsi de passer facilement de groupe en groupe, d intervenir auprès d un niveau sans gêner les autres élèves qui travailleraient en autonomie, ou encore d exercer un meilleur contrôle des activités des uns et des autres. Il existe toutefois une autre possibilité, plus rare, qui consiste à mélanger les cours dans le but de renforcer la «cohésion de l entité classe» tel que le présentent E.Greff et J.Kokyn dans l ouvrage Enseigner dans une classe à plusieurs niveaux 7. Cet aménagement permet également de favoriser le travail et la recherche individuels de l élève qui ne peut pas «copier» sur son voisin, celui-ci se livrant à une autre activité ; ainsi que de développer des pratiques de tutorat entre les élèves les plus âgés et les élèves les plus jeunes. L'enseignant, quant à lui, passe dans les groupes et annonce à quel niveau il va s'adresser. Les étagères et armoires comportant le matériel, les manuels ou encore les outils référents doivent être soigneusement rangées, disposées et renseignées par des étiquettes ou des couleurs ; notamment pour les livres ou documents propres à chaque cours. Pour ma part, je trouve que cette organisation, malgré les avantages évoqués ci-dessus, reste très difficile à mener, et risque d handicaper les élèves travaillant en autonomie. Il me semble, en effet, difficile pour un élève de CE2, par exemple, de se concentrer sur une tâche si le maître mène, en parallèle, une activité à voix haute avec les élèves de CM se trouvant dispersés dans la classe parmi les CE2. L organisation matérielle me paraît, de plus, très contraignante et difficile à mettre en place ; en particulier pour ce qui concerne l utilisation des tableaux. Comment, en effet, dans une classe de cycle 3, corriger sur un même tableau une activité spécifique au CE2 si les élèves sont éparpillés dans la classe, et se trouvent au milieu de CM1 et CM2? 7 Enseigner dans une classe à plusieurs niveaux, de E.Greff et J.Kokyn, publié 13

18 C est ainsi qu au cours de mon stage en responsabilité, j ai gardé l organisation spatiale du maître titulaire que je remplaçais, réunissant les élèves par cours. Les CE2, nombreux, étaient disposés en trois rangs de quatre élèves ; les CM1 en trois rangs de deux, trois et deux enfants et les CM2 en quatre rangs de deux 8. Organiser, ranger et classer le matériel apparaît tout aussi important pour favoriser les apprentissages. Comment le maître peut-il alors s attacher à rendre le matériel disponible et utilisable par les élèves? b. Le matériel et les affichages, aides et outils de travail Pour faciliter l acquisition de l autonomie, de méthodes de travail et d organisation, et favoriser le sens des responsabilités, il est nécessaire de laisser à la disposition des élèves un maximum de matériel utilisé quotidiennement, tel que nous l expliquent C.Francois et A.Lagrange dans Conduire des classes à cours multiples 9. Lorsque le maître s occupe d un cours, il doit, en effet, donner aux autres élèves travaillant seuls des repères aisément identifiables ; il doit leur permettre d accéder à des référents qui les aideront dans leur travail et dans leur capacité à agir seuls. Le matériel et les affichages constituent donc des aides et un ensemble d outils référents. Ainsi, manuels, fournitures scolaires, outils de référence (comme les cahiers de règles, les lexiques), dictionnaires, matériel destiné à l expérimentation doivent être classés rigoureusement pour en faciliter l accès ; ils seront disposés intelligemment de façon à ce que chaque cours de la classe puisse les trouver et les utiliser rapidement et efficacement. Des étagères, des armoires mais aussi les bords des fenêtres doivent être utilisés à bon escient et être différents pour chaque groupe afin que chacun s y retrouve. Bien rangé et correctement indiqué (par des gommettes et un code couleur choisi pour chaque cours et chaque discipline), ce matériel varié peut être utilisé par les élèves lors des activités autonomes et contribue à leur fournir des méthodes de travail et de recherche pertinentes. Il est ainsi judicieux de demander aux élèves, en début d année, de réaliser l inventaire du matériel et de le ranger pour que le contenu, la localisation et la disposition soient cohérents, connus et utilisables par tous. 8 Plan donné en annexe 5. 9 Conduire des classes à cours multiples de C. François et A.Lagrange, sous la direction de D. Berteloot, publié chez Hatier en

19 Les affichages font aussi parti de l organisation spatiale de la classe. En plus de l affichage obligatoire (emploi du temps, liste des élèves, programmations et progressions ), ils doivent être nombreux car ils constituent des repères pour les élèves. En classe à cours multiples, les enfants sont souvent amenés à travailler sans le maître ; il est indispensable alors qu ils disposent de référents autres que l enseignant. Ainsi, les affichages comportent différents éléments. Certains portent, tout d abord, sur les contenus notionnels. Il s agit de règles d ORL (règle sur l emploi de «on» et «ont», construction du passé simple, ), de mathématiques, qui permettent de renforcer l acquisition et la mémorisation des notions en cours d apprentissage. Certains sont des référents méthodologiques tels que les règles de vie élaborées avec les élèves, le tableau des services permettant à chacun de mieux s impliquer dans la vie de la classe, les tableaux pour planifier les activités en autonomie (telle que l activité «j ai rendez-vous avec vous» que j ai mise en place à Pépieux). Enfin, certains affichages collectifs présentent les productions réalisées par les élèves dans différentes disciplines. Ces affichages sont très importants pour les élèves qui, grâce à cette documentation, apprennent à agir, à répondre à leurs questions de façon autonome. Il faut ainsi multiplier les surfaces d affichages, en variant le matériel utilisé (tableaux effaçables, tableaux de liège, feuilles A3 ). Il s agit aussi d attribuer un espace clairement identifié à chaque cours et à chaque discipline, ainsi que des espaces collectifs comportant les affichages communs à toute la classe dans le cadre de projets, en arts visuels, ou encore en histoire (avec la frise chronologique notamment). Enfin, les affiches doivent être réalisées par les élèves pour une meilleure compréhension et utilisation de leur part. Lors de mon stage, pour toute activité effectuée en autonomie, je poussais les élèves à rechercher des supports d apprentissage, à consulter les référents tels que les cahiers de règles en mathématiques ou en Observation Réfléchie de la Langue (ORL), les affiches réalisées par la classe Par exemple, en littérature, la classe a lu, étudié et mis en voix plusieurs courtes pièces comiques de théâtre. Les élèves ont ensuite été amenés à écrire eux même une scénette. Ces productions écrites ont été réalisées en deux jets. Entre chacun de ces essais, des activités décrochées d ORL ont été organisées afin que chacun améliore sa production. Un codage a alors été instauré pour que les élèves repèrent et corrigent leurs erreurs, sur leurs productions écrites, concernant les points étudiés (ou précédemment étudiés) en ORL. C est ainsi que l erreur fréquemment commise sur l emploi de «a» ou «à» était soulignée et accompagnée, dans la marge, de l indication «cahier d ORL règle 3». Il était alors plus aisé pour les élèves de se référer à cette règle afin de s autocorriger. De même, très souvent, les élèves utilisaient 15

20 l'impératif, mais ne le conjuguaient pas correctement. J'ai alors mené une séance décrochée en ORL sur l'impératif. Les élèves ont alors ensuite été amenés à se référer à leur cahier de règles et/ou à l affiche créée au préalable avec eux pour corriger leurs productions. Mes interrogations et mes «peurs» concernant la gestion du temps et de l espace semblent donc relativement fondées. En effet, conduire une classe à cours multiples nécessite, de la part de l enseignant, une organisation extrêmement rigoureuse et précise. Ainsi, comme j ai pu tenter de l exposer dans cette première partie, les aménagements temporels et spatiaux constituent des clefs de réussite dans ces classes spécifiques. Je vais maintenant, dans une deuxième partie, essayer d approfondir la deuxième piste de recherche à laquelle je me suis intéressée : la question de l autonomie de l élève. 16

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE Animation pédagogique : Le plan de travail individualisé au cycle 3 Résumé des principaux points développés Un contexte professionnel à prendre en compte: Un constat commun (Institution et enseignants)

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1

Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1 Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1 Animation pédagogique Présentation Les programmes 2008 placent désormais la mise en place de la technique opératoire de la soustraction au CE1. Ce changement

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet DOSSIER INSCRIPTION DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité CP Centre de Loisirs de Maubourguet SOMMAIRE. Page 2 : actions proposées pour les CP. Page 3 : engagement parental et engagement de l enfant.

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Bien accueillir les enfants et leurs parents est une des clefs essentielle, pour qu à l école maternelle,

Plus en détail

Préparer la classe outils méthodologiques

Préparer la classe outils méthodologiques Préparer la classe outils méthodologiques Formation du 19 novembre 2008 Dijon CRDP Enseigner. Concevoir. Anticiper. Planifier. Ce qui implique : Des choix philosophiques Des obligations institutionnelles

Plus en détail

La méthode de travail efficace. Apprendre les leçons par la rédaction de fiche de travail

La méthode de travail efficace. Apprendre les leçons par la rédaction de fiche de travail La méthode de travail efficace Pour réussir ses études, il faut avant tout une bonne stratégie d apprentissage en organisant très méthodiquement sa façon d apprendre. Organiser un planning de travail La

Plus en détail

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 Constat de départ : Les élèves du cycle 3 de l école ont des difficultés pour utiliser des procédures de calcul mental lors de calculs réfléchis : ils se trompent ou utilisent

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

Les quatrièmes et l histoire des arts

Les quatrièmes et l histoire des arts Les quatrièmes et l histoire des arts Objectifs documentaires Mettre en œuvre l ensemble des savoirs en recherche et maîtrise de l information pour réaliser un dossier documentaire. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Les Aimants en cycle 2

Les Aimants en cycle 2 E Plé IUFM CA Centre de Troyes 1 Les Aimants en cycle 2 Représentations initiales des enfants Pour les enfants de cet âge, un aimant est un objet magique du fait de sa capacité à attirer les objets à distance

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Le patinage artistique à l école

Le patinage artistique à l école Le patinage artistique à l école Serge Laget C.P.C. Lyon VII - juin 2000 - avec la participation des éducateurs sportifs de la Ville de Lyon des C.P.C. du groupe Ville de Lyon Présentation du dossier :

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Organiser des groupes de travail en autonomie

Organiser des groupes de travail en autonomie Organiser des groupes de travail en autonomie Frédérique MIRGALET Conseillère pédagogique L enseignant travaille avec un groupe de niveau de classe et le reste des élèves travaille en autonomie. Il s agira

Plus en détail

Guide des premiers jours

Guide des premiers jours Accueillir un enfant du voyage dans une classe ordinaire : Guide des premiers jours Quatre facteurs entravent sensiblement la réussite scolaire des enfants itinérants : «- changement de maître, et partant

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation PROFILS DES ELEVES Difficultés d ordre méthodologique et d organisation Les élèves commencent les exercices avant d avoir vu la leçon; ils ne savent pas utiliser efficacement les manuels. Ils ne se rendent

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Commentaires pour le premier trimestre

Commentaires pour le premier trimestre Commentaires pour le premier trimestre Elèves en progrès Après un début d année décevant,. semble s être ressaisi. Ses résultats sont convenables dans la Maîtrise de la Langue voire satisfaisants en Mathématiques.

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Mieux gérer son temps ou savoir travailler efficacement

Mieux gérer son temps ou savoir travailler efficacement Mieux gérer son temps ou savoir travailler efficacement OBJECTIF GENERAL : savoir gérer son temps personnel, savoir s organiser. Pour atteindre cet objectif, 3 objectifs intermédiaires sont nécessaires

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

Organiser des séances de jeux en mathématiques

Organiser des séances de jeux en mathématiques Organiser des séances de jeux en mathématiques Jouer, est-ce bien sérieux? De nombreux travaux ont montré le rôle du jeu dans le développement de l enfant. L objet de ce travail n est pas de traiter du

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «Élèves en difficulté»?

Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «Élèves en difficulté»? Guide 3 en 1 en difficulté Cycle 2 Cycle 3 Mode d emploi Comment utiliser au mieux le fichier 3 en 1 «en difficulté»? L ouvrage Votre ouvrage est découpé en 6 parties séparées par un intercalaire. 1 partie

Plus en détail

Les cours du primaire disponibles gratuitement sur le site www.academie-en-ligne.fr

Les cours du primaire disponibles gratuitement sur le site www.academie-en-ligne.fr Poitiers, le mercredi 23 septembre 2009 Les cours du primaire disponibles gratuitement sur le site www.academie-en-ligne.fr Lancée le 19 juin dernier par le ministre de l Éducation nationale, l Académie

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

Séquence : «Manger pour vivre» : l importance d un petit déjeuner équilibré

Séquence : «Manger pour vivre» : l importance d un petit déjeuner équilibré Domaine : découvrir le monde Discipline : Le monde du vivant Niveau : CP Séquence : «Manger pour vivre» : l importance d un petit déjeuner équilibré Références au programme : Faire prendre conscience à

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Indications pour une progression au CM1 et au CM2

Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Objectif 1 Construire et utiliser de nouveaux nombres, plus précis que les entiers naturels pour mesurer les grandeurs continues. Introduction : Découvrir

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1

Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1 Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1 CP Dans toutes les situations de somme et de différence (rappel : on est dans les deux cas dans le «champ additif) on demandera aux élèves de ne pas

Plus en détail

Homophone. Année et sujet: 6e année. Domaine : Français. Enseignant : Philippe Ledaga. Attente : C4. publier ses textes.

Homophone. Année et sujet: 6e année. Domaine : Français. Enseignant : Philippe Ledaga. Attente : C4. publier ses textes. Homophone Année et sujet: 6e année Domaine : Français Enseignant : Philippe Ledaga Attente : C4. publier ses textes. C5. intégrer ses connaissances des référents de la francophonie d ici et d ailleurs

Plus en détail

5.8. Désignation orale et écrite des grands nombres et «émoticômes»

5.8. Désignation orale et écrite des grands nombres et «émoticômes» 5.8. Désignation orale et écrite des grands nombres et «émoticômes» Niveau : cycle 3 Modèle proposé : séquence de 2 séances Certaines activités peuvent être proposées périodiquement (entraînement, consolidation..)

Plus en détail

LE PLAN DE TRAVAIL. Animation pédagogique Mercredi 3 octobre 2012 Claire BEY (CPC TOURS Nord)

LE PLAN DE TRAVAIL. Animation pédagogique Mercredi 3 octobre 2012 Claire BEY (CPC TOURS Nord) LE PLAN DE TRAVAIL Animation pédagogique Mercredi 3 octobre 2012 Claire BEY (CPC TOURS Nord) Document réalisé par Claire BEY CPC Tours Nord - 2012 Programme de la matinée : PARTIE THEORIQUE : Historique

Plus en détail

Pédagogie inversée 35. Pédagogie inversée

Pédagogie inversée 35. Pédagogie inversée Pédagogie inversée 35 Pédagogie inversée 36 Pédagogie inversée «Le numérique nous recentre sur les apprentissages.» Ces derniers temps, on voit (re)fleurir la pédagogie inversée ou Flip Classroom, une

Plus en détail

5/LES APPRENTISSAGES SCOLAIRES

5/LES APPRENTISSAGES SCOLAIRES 1 er DEGRE 5/LES APPRENTISSAGES B/ACTIVITES DECOUVERTE Mettre en commun les connaissances des participants. Questionner oralement : Devez-vous payer pour que votre enfant aille à l école? Connaissez-vous

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching :

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching : Le coaching est-il soluble dans la formation? Par Anne-Catherine BOUSQUEL Réunir ces 2 formes d accompagnement peut sembler paradoxal tant elles diffèrent. Le coaching vise à l autonomie sans apport de

Plus en détail

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt»

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» année scolaire 2011 2012 Animation Pédagogique du 11 janvier 2012 partie 2 Les axes de travail Réflexion autour des diverses organisations possibles

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

L apprentissage : une formation en alternance

L apprentissage : une formation en alternance Formation de formateurs en alternance nouvellement recrutés de CFA-BTP Direction de la formation L apprentissage : une formation en alternance L apprentissage permet une insertion progressive des jeunes

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Temps forts départementaux. Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction

Temps forts départementaux. Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction Temps forts départementaux Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction Calcul au cycle 2 La soustraction fait partie du champ opératoire additif D un point de vue strictement mathématique,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Partie IV Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Forum santé et environnement 24/11 et 25/11 Pour chaque intervention, notez ce que vous avez retenu. Les addictions : Le don d organes

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes

Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes Les gens Les partenariats Le savoir Compétences en milieu de travail Compétences essentielles Sondage sur le lieu de travail Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

MultiploDingo. Manuel pédagogique. Introduction

MultiploDingo. Manuel pédagogique. Introduction MultiploDingo Manuel pédagogique Introduction Merci d avoir acheté le jeu MultiploDingo. Le but de ce jeu est de faciliter l apprentissage à l école primaire (CE1 au CM2) des notions suivantes: - Multiplications

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Fiche de liaison maitresse de la classe / remplaçant(e)

Fiche de liaison maitresse de la classe / remplaçant(e) Fiche de liaison maitresse de la classe / remplaçant(e) A. Renseignements sur la titulaire de la classe Nom : Prénom : Adresse : Téléphone portable : Email : B. Documents à la disposition du remplaçant

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Ce module est destiné aux étudiants de DCG 2 et de DCG 3 Il est construit en co-animation par un enseignant disciplinaire et un

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

«Co-enseigner pour faire progresser

«Co-enseigner pour faire progresser «Co-enseigner pour faire progresser tous les élèves» Formation Maîtres supplémentaires Circonscriptions de Décines, Meyzieu, Vaulx en Velin B. Parrini, A. Sanial-Lanternier, F. Delay-Goyet 28 novembre

Plus en détail

Le livre de travail peut être élaboré sur Word et être complété par des photos et des graphiques

Le livre de travail peut être élaboré sur Word et être complété par des photos et des graphiques Employé/employée de commerce CFC Branche logistique et transports internationaux Le livre de travail Le livre de travail est un classeur avec les registres suivants (proposition): 1. Base de la logistique

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2011/2016

PROJET D ECOLE 2011/2016 PROJET D ECOLE 2011/2016 Analyse des données au niveau de 3 axes : Axe pédagogique : ce que nous aimerions : - des projets communs entre les classes, qui soient fédérateurs - faire une répartition des

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

INTERVENTIONS POUR AIDER L ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ D APPRENTISSAGE

INTERVENTIONS POUR AIDER L ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ D APPRENTISSAGE INTERVENTIONS POUR AIDER L ÉLÈVE EN DIFFICULTÉ D APPRENTISSAGE Il est très important de comprendre l élève dans ses différences et ses défis; N hésitez pas à discuter avec l élève. Il pourra vous informer

Plus en détail

Numération Les nombres inférieurs à 59

Numération Les nombres inférieurs à 59 Numération Les nombres inférieurs à 59 Programmes de 2008 Connaître (savoir écrire et nommer) les nombres entiers naturels inférieurs à 1 000. Repérer et placer ces nombres sur une droite graduée, les

Plus en détail

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS?

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS? Travailler en îlots bonifés selon la méthode pédagogique créée par Marie Rivoire. par Catherine Manesse et Anne Dauvergne IPR Langues vivantes Académie de Dijon Cette façon de travailler, dont on entend

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Temps Scolaire pour l'information et l'orientation

Temps Scolaire pour l'information et l'orientation Temps Scolaire pour l'information et l'orientation Code : Connaissance De Soi TITRE : STRATEGIES POUR ORGANISER SON TEMPS Niveau : 4ème Groupe : Matériel : ½ Classe questionnaire organiser son temps Durée

Plus en détail

Master Métiers de l enseignement scolaire. Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS :

Master Métiers de l enseignement scolaire. Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS : IUFM de Bonneville Année universitaire 2012-2013 Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS : L apprentissage dans

Plus en détail

Bilan des usages pédagogiques du dispositif mobile interactif ebeam

Bilan des usages pédagogiques du dispositif mobile interactif ebeam Bilan des usages pédagogiques du dispositif mobile interactif ebeam Ce bilan a été réalisé { partir de 11 fiches d évaluation concernant le prêt d un DMI ebeam en collège. Les professeurs ayant pu utiliser

Plus en détail