Hémogramme : Indications et Interprétation 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hémogramme : Indications et Interprétation 1"

Transcription

1 Hémogramme : Indications et Interprétation 1 Item n 316 : Argumenter les principales indications de l'hémogramme, discuter l'interprétation des résultats et justifier la démarche diagnostique si nécessaire. Introduction définition L hémogramme est l examen biologique le plus prescrit toutes pathologies confondues. Il apporte des informations sur les cellules du sang contribuant au maintien de l intégrité de l organisme : oxygénation des tissus, défense de l organisme contre les agents pathogènes, prévention du risque hémorragique. L hémogramme constitue l expression du résultat de : - la numération des éléments cellulaires du sang circulant (hématies, leucocytes et plaquettes) accompagné de paramètres permettant de caractériser la population érythrocytaire (constantes érythrocytaires). - la formule leucocytaire : détermination de la proportion des différents types de leucocytes (polynucléaires neutrophiles, éosinophiles, basophiles, lymphocytes, monocytes) et la détection d autres cellules éventuellement (anormalement rencontrées dans le sang). Bien souvent l hémogramme est désigné sous le terme de NFS (Numération-Formule Sanguine). Cependant, dans la pratique médicale, il arrive que seule la numération (sans la formule) ou une partie de la numération (ex : numération des plaquettes) soit nécessaire. En raison du poids économique que représente l hémogramme, il est nécessaire de prescrire judicieusement ces actes et d éviter d utiliser le terme de NFS lorsque l on veut parler de numération. Réalisation pratique En pratique, cet examen est réalisé sur sang veineux (chez l adulte) ou capillaire (chez le petit enfant) prélevé sur anticoagulant sec (EDTA). Lors du prélèvement, le tube doit être agité pour éviter la formation de microcaillots. De plus, pour avoir une analyse cytologique correcte et une numération plaquettaire exacte, l examen doit être réalisé rapidement (<2h) après le prélèvement. La numération et la formule sanguine sont maintenant réalisées sur des automates de façon suffisamment fiable. Cependant, ces appareils ne détectent pas les cellules dont la présence dans le sang est anormale (cellules malignes par exemple). En conséquence, en cas d anomalie quantitative ou qualitative détectée par l automate, une étude morphologique du frottis de sang est indispensable. Elle est réalisée par étalement d une goutte de sang sur une lame de verre et coloration au May-Grünwald-Giemsa. L analyse microscopique permet au biologiste : - d étudier la morphologie des globules rouges, des leucocytes, des plaquettes, 1 Dr Véronique DEMAS (Laboratoire d Hématologie)

2 - d établir une formule leucocytaire avec détection d éventuelles cellules anormales non identifiées par l automate (blastes, myélémie, cellules lymphomateuses ), - d apprécier la présence d éventuels agrégats plaquettaires permettant de détecter une fausse thrombopénie. Valeurs de l hémogramme normal Elles sont variables en fonction de l âge (nouveau-né, enfant, adulte) et du sexe. Chez l adulte, en l absence de pathologie, il n y a pas de modification physiologique de l hémogramme avec le vieillissement. Globules rouges (GR) L automate mesure certains paramètres [nombre de globules rouges (GR), taux d hémoglobine (Hb) et volume globulaire moyen (VGM)], et calcule les autres : - hématocrite (Hte) [=(VGMxGR)/10], - taux corpusculaire moyen en Hb (TCMHb) [=(Hb/GR)x10], - concentration corpusculaire moyenne en Hb (CCMHb) [= (Hb/Hte) x100], - indice de répartition de la taille des globules rouges (IDR) Homme Femme Ancienne Nouvelle Ancienne Nouvelle nomenclature SI 1 nomenclature SI GR 4,5-5,9x10 6 /µl 4,5-5,9x10 12 /L 4,5-5,1 x10 6 /µ 4,5-5,1x10 12 /L Hb 14-17,5 g/dl g/l 12,3-15,3 g/dl g/l Hte 41,5-50,4 % 0,415-0, % 0,36-0,45 VGM µ fl µ fl CCMHb % g/dl % g/dl TCMHb 27,5-33,2 pg 27,5-33,2 pg 27,5-33,2 pg 27,5-33,2 pg IDR (%) : 12,5-15,5 Nouveau-né Enfant 1an Enfant 10ans GR (10 6 /µl) 5-6 3,2-4,8 3,6-5,2 Hb (g/dl) 13,5-19,5 10,5-13,5 11,5-15,5 Hte (%) VGM (µ 3 ) CCMHb (%) TCMHb (pg) SI : système international d unités (nouvelles unités)

3 Chez la femme enceinte, (au cours du 2 ème trimestre), l Hb est physiologiquement plus basse, jusqu à 10,5 g/dl. A la naissance, l enfant présente une polyglobulie physiologique (augmentation de l hématocrite) et une macrocytose (augmentation du VGM) qui disparaissent en quelques jours. Chez le nourrisson, on observe souvent une diminution de l hémoglobine, du VGM, du nombre d hématies et des paramètres qui en dépendent. Ceci est dû à la déplétion martiale en partie liée aux conditions nutritionnelles. Leucocytes (GB) Les différentes cellules de la formule leucocytaire sont rendues en pourcentage ce qui permet de calculer le nombre absolu des différentes catégories leucocytaires à partir du nombre de leucocytes. Les valeurs absolues sont un reflet beaucoup plus exact de la normalité que les pourcentages. Elles seules doivent être utilisées pour définir les différentes anomalies quantitatives affectant les leucocytes. Adulte (2 sexes) Ancienne SI Nomenclature (/µl) (x10 9 /L) Nouveau-né Ancienne Nomenclature Enfant 1 an Ancienne Nomenclature Enfant 10 ans Ancienne Nomenclature Leucocytes Neutrophiles (PNN) , Eosinophiles (PNE) , Basophiles (PNB) , Lymphocytes (Lympho) , Monocytes (Mono) ,1-0, Le nourrisson et l enfant ont un nombre élevé de lymphocytes en valeur absolue, alors que le nombre de PNN n est pas augmenté par rapport aux valeurs de l adulte. Il en découle une augmentation du pourcentage ce qui explique l expression courante et abusive de "formule inversée" (par rapport à celle de l adulte). Ceci est la conséquence du développement progressif du système immunitaire. Le passage à la formule de l adulte se situe entre 4 et 10 ans. Chez les sujets de race noire, les valeurs des PNN peuvent être physiologiquement plus basses. Dans ce cas-là, les valeurs inférieures normales peuvent atteindre 800/µl. Plaquettes (Pq) Pq : 150 à 400 x10 3 /µl (ancienne nomenclature) ou G/L (SI) Volume moyen plaquettaire (VMP) : 6-9,2 fl Il n y a pas de variations physiologiques dépendantes de l âge et du sexe.

4 Causes d erreurs lors de la réalisation de l hémogramme Ces erreurs sont normalement dépistées, prises en compte et "corrigées" par le laboratoire. Cependant, elles doivent être connues du clinicien afin que, d une part, il ait une notion des limites de validité des résultats rendus et que, d autre part, il comprenne pourquoi dans certains cas seule une partie de l hémogramme peut être rendue. Analyse des globules rouges Les lectures erronées de valeurs mesurées (GR, Hb, VGM) entraînent des modifications des valeurs calculées (Hte, CCMHb, TCMHb). Les erreurs peuvent être dues à : - l agglutination des globules rouges ou une hémolyse : seule l Hb est exacte - un plasma lactescent ou un trouble du milieu (hyperleucocytose); seuls les GR, l Hte et le VGM sont exacts. Dans ces cas-là, les autres paramètres ne peuvent être rendus. L hyperchromie n existe pas: une CCMHb > 36 % s observe exclusivement en cas de sphérocytose ; dans tous les autres cas il s agit d une erreur du laboratoire. Numération des leucocytes L automate compte, après lyse des GR, le nombre de cellules nucléées et non directement le nombre de leucocytes. Or, il peut y avoir dans le sang des érythroblastes (précurseurs nucléés de la lignée des hématies) qui seront comptabilisés dans les leucocytes, la numération est donc faussée. Dans ce cas, les érythroblastes seront identifiés en établissant la formule leucocytaire (dans laquelle ils ne sont pas inclus) au microscope, ce qui permet de les déduire du nombre des éléments nucléés et de corriger la formule. On rappellera à propos des GB que les automates d'hématologie peuvent aussi établir la formule leucocytaire. Leurs performances sont limitées à l'identification des populations normales qui se trouvent normalement dans le sang. Ils ne peuvent ni percevoir les anomalies que peuvent parfois présenter ces cellules (par exemple, l'absence de granulations spécifiques dans les PNN), ni identifier les cellules anormales (par exemple, certaines cellules lymphomateuses). Dans ce cas, ils fournissent une alarme qui doit conduire à l'examen microscopique de ce sang. Numération des plaquettes L automate compte les Pq dans des limites de taille définies. Les agrégats plaquettaires peuvent entraîner de fausses thrombopénies. Ces agrégats peuvent être la conséquence d un prélèvement difficile, d un délai trop long entre le prélèvement et la mesure (dans ce cas, re-prélever directement au laboratoire, si possible) ou être induits par

5 l anticoagulant (EDTA); dans ce dernier cas, il faut re-prélever le patient sur d autres anticoagulants (citrate ou héparine). En règle générale, en cas de thrombopénie insolite, d anomalie du nombre des globules blancs, ou de leur répartition ne correspondant pas au contexte clinique, il faut pratiquer une vérification (formule au microscope, contrôle de la numération plaquettaire ) sur le frottis sanguin. Indications de l hémogramme De façon générale, l hémogramme est indiqué dans les cas suivants : - pour confirmer une donnée ou une impression clinique ; par exemple, une diminution de l hémoglobine devant une suspicion d anémie ou une augmentation des polynucléaires neutrophiles devant une angine possiblement bactérienne. - pour rechercher une possible anomalie devant un tableau clinique peu parlant ou sans signe clinique sans orientation ; par exemple une asthénie avec amaigrissement inexpliqués ou une splénomégalie isolée - pour quantifier une anomalie connue ; par exemple, suivre l évolution de la blastose d une leucémie aiguë en phase initiale de traitement - pour surveiller un malade en rémission ; par exemple d une LMC. L hémogramme est le plus souvent prescrit dans une situation diagnostique qui ne comporte pas de caractère d urgence, mais il doit être prescrit en urgence devant des symptômes pouvant faire craindre : - un taux très bas d Hb (anémie aiguë) : asthénie majeure avec pâleur, polypnée, tachycardie, voire souffle systolique, céphalées, "mouches volantes" et soif intense, - une granulocytopénie majeure : fièvre, syndrome infectieux, surtout accompagnés d angines et/ou d ulcérations buccales, - une thrombopénie : syndrome hémorragique avec purpura. La constatation d une anémie sévère (<7g/dl) ou d une neutropénie majeure (<200/µl) ou d une thrombopénie à risque (<20 000/µl) doit faire discuter la prise en charge en urgence, en milieu spécialisé. Interprétation de l hémogramme L interprétation de l hémogramme comporte : - l analyse de toutes les données quantitatives (paramètres exprimés en valeurs chiffrées) et des données qualitatives (commentaires éventuels) - la détermination du degré des anomalies quantitatives (ex : anémie modérée ou profonde) ainsi que le caractère isolé ou associé à d autres anomalies (ex : anémie isolée ou associée à une thrombopénie et une neutropénie).

6 Une interprétation correcte de l hémogramme permet d orienter vers des pistes diagnostiques et vers la prescription rationnelle d examens complémentaires. Ces données doivent être bien entendu intégrées aux données de l interrogatoire, de l examen clinique ainsi qu aux autres résultats biologiques. Les anomalies dépistées à l hémogramme peuvent toucher les différentes lignées : Anomalies des globules rouges Anémie (voir items n 9 et 222 et 297) Une anémie est définie par la diminution de l Hb au-dessous des valeurs normales pour l âge, le sexe et l état physiologique (voir cours sur l anémie). Notons que l Hte évolue parallèlement au taux d Hb (qu il y ait hémodilution ou hémoconcentration). Ainsi, dans certains cas, peut-on suivre l anémie par mesure de l Hte 1, en particulier en médecine de soins intensifs, ce paramètre pouvant être obtenu de façon fiable au lit du malade. La classification de l anémie, indispensable à la démarche diagnostique est déduite des paramètres érythrocytaires 2 : Le VGM indique si l anémie est normocytaire (valeur normale), microcytaire (valeur inférieure à la normale), ou macrocytaire (valeur supérieure à la normale). Le TCMHb et la CCMHb indiquent si l anémie est normochrome (valeurs normales) ou hypochrome (valeurs inférieures à la normale). La réponse médullaire à l anémie se juge au niveau du sang périphérique par la numération des réticulocytes 2. Pour une Hb normale, les valeurs se situent entre 40 et /µl. Une anémie régénérative (réticulocytes /µl) oriente vers une cause périphérique, une anémie non régénérative (< /µl) vers une cause médullaire. Cet examen ne fait pas partie de l hémogramme standard, mais doit être demandé pour les anémies normocytaires ou macrocytaires lorsque l'étiologie n'est pas évidente par ailleurs. A priori, il est inutile de le demander en présence d une anémie microcytaire. Les anomalies de la morphologie érythrocytaire, observées au microscope, peuvent également orienter le diagnostic : GR de forme variable (poïkilocytose) et/ou de taille variable (anisocytose) orientant vers une dysérythropoïèse, GR pâles avec éclaircissement de leur centre clair témoins d une hypochromie, GR fragmentés témoins d une lyse de cause mécanique (schizocytes), GR en forme de larme (dacryocytes) suggérant une fibrose médullaire, GR petits et dépourvus de centre clair (sphérocytes) suggérant une microsphérocytose, GR en faucille (drépanocytes) évoquant une drépanocytose 1 Le diagnostic d anémie ne doit pas reposer sur le nombre de GR qui ne varie pas forcément dans le même sens que le taux d Hb. Il existe des situations dans lesquelles il y a diminution du nombre de GR sans anémie (macrocytose isolée) ou augmentation du nombre de GR avec anémie (fausses polyglobulies microcytaires). 2 L IDR, lorsqu'il est exprimé sur la feuille de résultats, permet de détecter une anisocytose (taille hétérogène des globules rouges). 2 Le réticulocytes sont des GR jeunes récemment sortis de la moelle (moins de 48h)(la durée de vie des GR est de 120j). Ils sont identifiables au niveau du sang grâce à l ARN qu ils possèdent encore (absent des GR). Ils sont numérés le plus souvent par marquage de l ARN par des marqueurs fluorescents et analyse par cytométrie en flux.

7 Suivant les données de l hémogramme, on distingue : les anémies régénératives (normocytaires ou macrocytaires) liées à une hyperdestruction périphérique des GR (hyperhémolyse), à une hémorragie aiguë, à un déficit de l érythropoïèse en cours de réparation (traitement martial d'une carence martial ou vitaminique d'une mégaloblastose). les anémies arégénératives - microcytaires (hypochromes ou normochromes) : liées à un déficit de synthèse de l Hb, elles conduisent à rechercher en premier une carence martiale ou un syndrome inflammatoire, - macrocytaires, elles incitent à rechercher, selon les circonstances, un alcoolisme, une carence vitaminique (Vit B12 ou folates) ou une myélodysplasie - normocytaires, elles correspondent à un trouble de production et justifient la réalisation d'une étude médullaire qui peut conduire aux diagnostics d'aplasie, voire d'érythroblastopénie. Nota bene : la diminution de l Hb (mesurée par unité de volume de sang) ne signifie pas toujours anémie. En effet, en cas d hémodilution, le volume plasmatique augmente et le taux d Hb est sous-estimé. Les circonstances de l hémodilution sont les suivantes : grossesse (au cours du 2 ième trimestre), hyperprotidémie (myélome), splénomégalie volumineuse, insuffisance cardiaque, erreurs de réhydratation (surcharge en eau). Polyglobulie La polyglobulie est caractérisée par une élévation de l Hte et de l Hb due à une augmentation du volume érythrocytaire total (VET). Il faut d emblée éliminer les fausses polyglobulies dans lesquelles l augmentation de l Hte, de l Hb et des GR ne s accompagnent pas d une augmentation du VET : sujet de grande taille et pléthoriques, hémoconcentration (déshydratation) par diminution du volume plasmatique, fausse polyglobulie microcytaire avec augmentation des GR mais pas de l Hb et de l Hte. 1 Les polyglobulies peuvent être secondaires à une hypoxie (insuffisance respiratoire chronique, cardiopathies, séjour prolongé en altitude, tabagisme) ou à une sécrétion inappropriée d EPO (maladies rénales), ou primitives (Maladie de Vaquez - voir item n 165). Anomalies des leucocytes Ces anomalies sont de deux types : - les anomalies quantitatives par excès ou par défaut des cellules circulantes normalement présentes dans le sang, - la présence de cellules qui sont normalement absentes de la circulation (cellules "physiologiques" de la moelle osseuse ou cellules pathologiques issues d un clone malin). 1 Le diagnostic de polyglobulie ne doit pas non plus tenir compte du nombre de GR mais de l Hte et de l Hb.

8 Hyperleucocytose Il s agit de l augmentation du nombre de GB au dessus des valeurs normales pour l âge, le sexe et l état physiologique. L hyperleucocytose peut être plus ou moins importante ( /µl, /µl, par exemple) et doit, bien entendu, être interprétée avec les données de la formule. Elle peut être réactionnelle, bénigne (ex : hyperleucocytose avec polynucléose neutrophile en réaction à une infection bactérienne) ou au contraire maligne (hyperleucocytose avec blastes circulants dans le cadre d une leucémie aiguë). Leucopénie Il s agit d une diminution du nombre de GB en dessous des valeurs normales. La leucopénie est essentiellement le fait d une neutropénie, parfois d une lymphopénie associée ou non à d autres cytopénies. Les leucopénies peuvent avoir de multiples étiologies. Polynucléose neutrophile (sans myélémie) Elle correspond à un nombre des PNN supérieur à 7 000/µl. Elle s accompagne le plus souvent mais pas toujours d une hyperleucocytose. Elle peut relever de 2 situations : - réactionnelle, bénigne, transitoire et spontanément résolutive : c est la plus fréquente - expression d un syndrome myéloprolifératif. La situation où seuls les PNN seraient augmentés est exceptionnelle. L augmentation du nombre de PNN accompagnée de cellules granulocytaires immatures est abordée dans le paragraphe consacré à la myélémie (voir plus loin). Dans certains cas, la polynucléose est physiologique et peut atteindre : /µl chez le nouveau-né dans la première semaine de vie, - 9 à /µl au cours du dernier trimestre de la grossesse, - 9 à /µl chez tout individu après un effort physique ou un repas riche. Dans les autres cas, elle est l expression d un processus pathologique plus ou moins évident : - Le contexte est évocateur : infections bactériennes (abcès, angine, appendicite, panaris, infections génitales et urinaires), maladie inflammatoire évolutive (polyarthrite rhumatoïde ), réaction allergique aiguë, nécrose tissulaire (infarctus du myocarde, pancréatite aiguë ), hémorragie ou hémolyse importantes, cancer ou maladie de Hodgkin évolués et connus, traitement par le lithium ou les corticoïdes, exposition au benzol et aux irradiations (métiers à risque), tabagisme (> 15 cigarettes/jour). - Le contexte n'est pas évocateur : il faut rechercher un syndrome inflammatoire (l augmentation de la VS, de la CRP, de la fibrine pousse à rechercher une tumeur ou une infection profonde) mais une infection latente peut fort bien ne pas s accompagner d'une accélération de la VS.

9 Neutropénie Elle correspond à un nombre de PNN <1700/µl. Le risque infectieux devient important au-dessous de 500/µl. Lorsqu il y en a moins de 200/µl, on parle d agranulocytose. La neutropénie peut être isolée ou associée à d autres cytopénies. La neutropénie est modérée (entre 800 et 1700/µl) : si elle est stable et isolée, penser à un trouble de la répartition ou à la neutropénie ethnique des sujet de race noire éliminer les causes bactériennes (typhoïde, brucellose), parasitaires (paludisme, ), virales (hépatite virale, rougeole, grippe, infection à VIH), médicamenteuses penser à une pathologie immune, au syndrome de Felty (polyarthrite + thrombopénie) si splénomégalie et/ou thrombopénie penser à un hypersplénisme. L a neutropénie est profonde (<800/µl), faire un myélogramme : si atteinte de plusieurs lignées (association fréquente à une anémie, une thrombopénie, à la présence de cellules anormales à l hémogramme) il peut s'agir d'une leucémie aiguë, d'une myélodysplasie ou d'une autre hémopathie. si atteinte granuleuse pure, rechercher une cause immuno-allergique, toxique, une leucémie à LGL (grands lymphocytes à grains). En l'absence d'argument diagnostic, on parlera de "neutropénie chronique idiopathique". Hyperéosinophilie (voir itemn 310) Elle correspond à un nombre de polynucléaires éosinophiles> 500/µl. Les allergies et les parasitoses sont les étiologies les plus fréquentes. Hyperlymphocytose Elle correspond à une élévation du nombre de lymphocytes >4000/µl chez l adulte et >8000/µl chez l enfant. La morphologie des cellules (normale ou non, avec présence ou non de cellules mononucléées hyperbasophiles) est fondamentale pour l orientation du diagnostic. Il peut s agir : - d une lymphocytose réactionnelle à des maladies infectieuses (MNI, infections à CMV, à VIH, voire coqueluche, cause presque exclusive de l enfant), - d hémopathies malignes (LLC, lymphomes ), étiologies dominantes chez l adulte. Dans ce cas, l immunophénotypage complète l étude morphologique et joue un rôle décisif dans le diagnostic. Lymphopénie Elle correspond à un nombre de lymphocytes <1000/µl chez l adulte et 2000/µl chez l enfant. Dans la majorité des cas, il s agit de lymphopénie acquise : chimiothérapie, radiothérapie, immunodépression pour greffe d organe, infection par le VIH).

10 Monocytose Elle correspond à un nombre de monocytes >1000/µl. Elle peut être réactionnelle (infections bactériennes, virales ou parasitaires, début de régénération d'aplasie médullaire ou d'agranulocytose) ou proliférative (leucémies aiguës, myélodysplasies). Anomalies des plaquettes Hyperplaquettoses Une hyperplaquettose (ou thrombocytose) est définie par un chiffre de plaquettes supérieur à /µl. Elle entraîne un risque de thromboses. On peut opposer : - les hyperplaquettoses secondaires réactionnelles, transitoires, fréquentes, le plus souvent modérées (< /µl), - les thrombocytémies "essentielles", primitives, chroniques, plus rares et habituellement plus élevées (jusqu à /µl) avec risque thrombotique accru. La découverte d'une hyperplaquettose impose de réaliser un bilan pour en reconnaître l'étiologie et décider d'une conduite à tenir thérapeutique. Ce bilan d'orientation doit, dans un premier temps, rechercher la cause d'une hyperplaquettose secondaire. Outre les données cliniques (interrogatoire et examen somatique), il repose sur l'analyse de l'hémogramme avec examen du frottis sanguin, le bilan inflammatoire et le bilan martial. Les causes de thrombocytose secondaire sont variées, de mécanisme plus ou moins clair et parfois associées chez un même patient : - absence de rate (splénectomie surtout, asplénie bien plus rare); la présence de corps de Jolly constitue un fort argument en faveur de cette hypothèse. - déplétion martiale, quelle qu'en soit l'étiologie, - maladie inflammatoire (connectivite, PR ), - cancer, connu ou non; il faut penser en premier aux localisations broncho-pulmonaire et digestive, - hémolyses importantes et hémorragies aiguës, où la thrombocytose est directement liée à la régénération médullaire, - syndromes myélodysplasiques (anémies sidéroblastiques, syndrome 5q-). En l'absence de l'une de ces étiologies, on doit évoquer un syndrome myéloprolifératif; là encore plusieurs affections peuvent s'accompagner d'une hyperplaquettose : - thrombocytémie essentielle (TE), en premier, - formes thrombocytaires de certaines LMC, Vaquez et myélofibroses primitives. Leur diagnostic nécessite obligatoirement une étude médullaire avec BOM. Thrombopénie (voir item n 335) Elle est définie par un chiffre de plaquettes < /µl, confirmé après vérification impérative sur lame (éliminer un artéfact dû à l agglutination des plaquettes). Les étiologies sont nombreuses :

11 - une diminution de la production en raison d un nombre diminué de mégacaryocytes [aplasie, prolifération maligne d une autre lignée cellulaire (leucémies), envahissement par des métastases cancéreuses] - une destruction périphérique - une séquestration dans une rate hypertrophiée (hypersplénisme). Autres anomalies Myélémie La myélémie est définie comme la présence dans le sang périphérique de cellules immatures de la lignée granulocytaire (métamyélocytes, myélocytes, promyélocytes voire blastes parfois) 1. Une myélémie très modérée (2 % de myélocytes ou métamyélocytes par exemple) ne peut être considérée comme inquiétante si elle est transitoire. Présente à plusieurs reprises, elle doit être considérée comme pathologique. Les circonstances sont nombreuses et de significations très différentes : en cas de régénération d agranulocytose, une myélémie modérée, transitoire est fréquente. au cours des infections bactériennes sévères notamment broncho-pulmonaires ou intra-péritonéales une myélémie importante (jusqu à 10-15%) peut être associée à une forte polynucléose (voire une neutropénie) dans un contexte infectieux. certaines pathologies malignes s accompagnent d une myélémie persistante : une hyperleucocytose importante avec splénomégalie doit faire penser à une LMC et faire réaliser une étude cytogénétique, l association d une splénomégalie avec des hématies en larmes (dacryocytes) fait évoquer une myélofibrose primitive (splénomégalie myéloïde chronique) et impose de réaliser une BOM, lorsque l hyperleucocytose est modérée sans anomalie morphologique des hématies mais avec cytopénie des autres lignées (anémie et/ou thrombopénie), il faut penser à différentes affections malignes (leucémie aiguë, métastases médullaires d un cancer, envahissement médullaire par un lymphome, myélofibrose primitive, leucémie myélomonocytaire chronique) et réaliser une étude médullaire comportant un myélogramme et éventuellement une BOM, selon l'orientation diagnostique. Présence d autres cellules immatures dans le sang D autres cellules normalement absentes du sang peuvent y être observées. Ainsi, peut on retrouver : - des érythroblastes (précurseurs de la lignée érythroblastique) 1 peuvent être associés à la myélémie (on parle alors d'érythromyélémie). On doit penser d abord une hémolyse 1 Cellules présentes dans la moelle osseuse mais normalement absentes dans le sang. 1 Cellules présentes dans la moelle osseuse mais normalement absentes dans le sang.

12 aiguë (bilan d hémolyse) ou à un envahissement médullaire (dans ce cas, il peut exister une leucopénie isolée ou associée à la diminution d une autre lignée). Dans cette dernière situation, une étude médullaire (aspiration avec BOM) s impose. - des blastes (ou leucoblastes); ce sont des cellules immatures qui se développent dans la moelle osseuse. Elles sont incapables de se différencier. Leur présence signe une prolifération monoclonale de cellules souches. Les blastes peuvent avoir des caractéristiques cytologiques, cytochimiques ou imunophénotypiques qui les rapprochent des lignées lymphoïdes ou myéloïdes. Ainsi distingue-t-on les leucémies aiguës myéloblastiques et les leucémies aiguës lymphoblastiques. Présence de cellules lymphoïdes anormales Le développement de diverses affections lymphoprolifératives peut s'accompagner du passage sanguin de cellules de morphologie anormale. Leur homologation et leur identification peuvent conduire à un diagnostic (lymphomes malins de différents types, différentes variétés de leucémies lymphoïdes). Cette action est du ressort des laboratoires. De plus en plus souvent, ces derniers sont équipés d'automates qui réalisent la formule leucocytaire. Mais, pour aussi perfectionnés qu'ils soient, ces automates ne peuvent identifier que les leucocytes normaux qui se trouvent normalement dans le sang. Ils sont toutefois conçus pour détecter les autres types de cellules et donner alors une alarme. Cette alarme conduit le biologiste à poursuivre l'examen de ce sang au microscope. Malheureusement, il arrive que les anomalies morphologiques, pour aussi évidentes qu'elles puissent être à l'œil, ne soient pas suffisantes pour être détectées par les automates, surtout si les cellules en cause sont en petit nombre. Dans ce cas, il n'y a pas d'alarme et le biologiste risque de ne pas avoir à contrôler microscopiquement le sang de ce patient. Le diagnostic ne peut être fait. La maladie évolue, aux dépens du patient. Il est donc de la responsabilité du clinicien, lorsqu'il émet l'hypothèse d'une hémopathie, d'en informer le biologiste. Dès lors, ce dernier, quel que soit le résultat de son automate, devra réaliser un frottis sanguin pour faire une analyse au microscope. Pancytopénie Elle est définie comme la diminution simultanée des 3 lignées myéloïdes (GR, PNN, Pq) au-dessous des valeurs normales pour l âge et le sexe. La gravité dépend de la profondeur de chaque cytopénie. Une neutropénie inférieure à 500/µl peut être responsable d une infection bactérienne grave et une thrombopénie inférieure à 20000/µl d'un syndrome hémorragique. L anémie est généralement de constitution progressive et, de ce fait, mieux tolérée. La pancytopénie peut être d origine centrale par trouble de la production médullaire (insuffisance médullaire quantitative, qualitative ou envahissement) ou, plus rarement, d origine périphérique (destruction ou séquestration extra-médullaire des éléments sanguins).

13 pancytopénie avec régénération (augmentation des réticulocytes) : penser en premier à un hypersplénisme (en général la pancytopénie est modérée), pancytopénie sans régénération (réticulocytes bas ou non augmentés). D autres éléments de l hémogramme peuvent suggérer une orientation des investigations : VGM : - très augmenté ( fl) : évoquer en premier une mégaloblastose - modérément augmenté (<110 fl) : rechercher une myélodysplasie Il convient de faire un myélogramme dans les 2 cas. réticulocytes très diminués (<25000/µl) : penser à une aplasie médullaire; il faut faire une étude médullaire (myélogramme avec BOM), érythromyélémie : penser à une myélofibrose primitive ou à un envahissement métastatique d un cancer connu ou non ; la BOM est indispensable. présence de cellules anormales à la formule sanguine : orientation vers différents diagnostics selon la nature de l anomalie (ex : leucémie aiguë en présence de blastes, myélodysplasie en présence d anomalies morphologiques caractéristiques des PNN) ; dans les deux cas, le myélogramme est indispensable. En l'absence de signes biologiques d orientation, l'étude médullaire avec myélogramme et BOM doit être réalisée. La BOM doit l'être dans la mesure où l aspiration seule ne peut apporter de certitude sur des anomalies telles que la désertion du tissu myéloïde, la présence de cellules métastatiques ou l existence d une myélofibrose. Cette analyse peut donc ouvrir vers les diagnostics d'aplasie médullaire, fibrose ou envahissement tumoral. Anomalies de l hémogramme associées à certaines situations physiologiques ou pathologiques En l'absence d'information sur ces situations, la découverte de ces anomalies de l'hémogramme doit conduire à les évoquer. Dans le cas contraire, la connaissance de ces situations doit permettre d'interpréter immédiatement l'anomalie. Ces notions doivent être parfaitement connues pour éviter de passer à côté d'une pathologie évolutive ou de réaliser des investigations inutiles source d'inquiétude pour le patient et de dépenses injustifiées. Au cours de la grossesse L anémie est fréquente au cours de la grossesse. Il importe de distinguer la fausse anémie par hémodilution physiologique (augmentation du volume plasmatique supérieure à celle de l Hb) au cours du 2 ième trimestre de la grossesse, des anémies vraies liées à la grossesse: microcytaires par déplétion martiale ou macrocytaires par carence en folates surtout chez les multipares. Les deux carences peuvent être associées. Il existe souvent une polynucléose au cours du 3 ième trimestre, toujours modérée, à n affirmer qu après s être assuré de l absence d infection, surtout urinaire dans ce contexte.

14 Des thrombopénies modérées (supérieures à /µl) peuvent être observées, volontiers récidivantes à chaque grossesse, et disparaissant après l accouchement. Elles n entraînent pas de manifestations hémorragiques. Les thrombopénies plus importantes doivent faire rechercher une autre cause. Dans tous les cas, il faudra exercer une surveillance de l'enfant lors de l'accouchement. Au cours des cirrhoses l anémie généralement macrocytaire et arégénérative est multifactorielle, elle peut associer : hémodilution (augmentation du volume plasmatique) carence vitaminique (folates) toxicité de l alcool sur la moelle osseuse saignement gastrointestinal occulte (ulcère, œsophagite, gastrite ) hyperhémolyse séquestration splénique la neutropénie peut correspondre à : un hypersplénisme (leucopénie sans modification de la formule leucocytaire) une carence vitaminique (folates) avec hypersegmentation des PNN. la thrombopénie où l'on retrouve les mécanismes précédents (hypersplénisme et carence vitaminique), mais qui peut être aussi secondaire à une CIVD (uniquement lors de complications). Dans l alcoolisme aigu, on peut retrouver des cytopénies régressant à l arrêt de l'intoxication. Le mécanisme est essentiellement central (anémie sidéroblastique, avec neutropénie et thrombopénie), parfois périphérique (anémies hémolytiques avec acanthocytose). Au cours de l insuffisance rénale chronique Une anémie normochrome, normocytaire ou légèrement macrocytaire, non régénérative, relativement bien tolérée, même à des valeurs de l ordre de 6 g/dl est inéluctablement observée dans le cours de l'évolution d'une insuffisance rénale chronique. Dans le cadre de la prise en charge globale de l insuffisance rénale, elle est maintenant traitée et maîtrisée par l érythropoïétine recombinante (HrEPO). En effet, cette anémie est essentiellement due au déficit en érythropoïétine. Mais il existe aussi une diminution de la durée de vie des globules rouges. Au cours des dysendocrinies L hypothyroïdie est la principale cause endocrinienne d anémie normochrome, normocytaire souvent, parfois macrocytaire (sans déficit vitaminique), toujours non régénérative. Elle reste modérée et disparaît à la correction du déficit hormonal. Au cours de l hyperthyroïdie, on peut observer une anémie discrètement microcytaire sans déficit en fer et assez fréquemment une neutropénie modérée.

15 L insuffisance surrénalienne (maladie d Addison) s accompagne d une discrète anémie, normochrome, normocytaire, non régénérative. L insuffisance hypophysaire s accompagne d une anémie centrale, normochrome, normocytaire, non régénérative. Au cours des syndromes inflammatoires Au cours des syndromes inflammatoires chroniques (polyarthrites, collagénoses, angéites, abcès profonds, nécroses cutanées, cancers, infections virales chroniques ) ou plus aiguës mais intenses (infection bactérienne aiguë), différentes modifications de l hémogramme peuvent être observées : une anémie fréquente, non régénérative, normochrome, normocytaire, puis de plus en plus hypochrome et microcytaire après plusieurs semaines, hyposidérémique, avec baisse de la capacité de fixation de la transferrine, tendance à l élévation de la ferritinémie, une hyperleucocytose liée à la polynucléose avec parfois myélémie, une hyperplaquettose parfois importante (jusqu à /µl). Dans la pratique on retiendra. 1- L hémogramme est l examen biologique le plus prescrit toutes pathologies confondues. Il apporte des informations sur les cellules du sang contribuant au maintien de l intégrité de l organisme : oxygénation des tissus, défense de l organisme contre les agents pathogènes, prévention du risque hémorragique. 2- Il exprime les résultats de la numération des cellules du sang circulant (hématies, leucocytes et plaquettes) accompagné de paramètres permettant de caractériser la population érythrocytaire (constantes érythrocytaires), la formule leucocytaire (proportion des différents leucocytes normalement présents dans le sang et de cellules anormales, éventuellement). 3- En raison du poids économique que représente l hémogramme, il est nécessaire de prescrire judicieusement ces actes et d éviter d utiliser le terme de NFS lorsque l on veut parler de numération seule (en particulier, en pratique hospitalière). Il est impératif de connaître parfaitement ses valeurs normales en fonction de l'âge et du sexe, afin d'éviter les erreurs d'interprétation, source d'inquiétude et de dépenses inutiles. 4- De façon générale, l hémogramme est indiqué pour confirmer une donnée clinique, pour rechercher une possible anomalie devant un tableau clinique peu parlant ou pour quantifier une anomalie connue.

16 5- L interprétation de l hémogramme comporte l analyse de toutes les données quantitatives (valeurs chiffrées) et des données qualitatives (commentaires) et la détermination du degré des anomalies quantitatives. Correcte, cette interprétation permet d orienter vers des pistes diagnostiques et vers la prescription rationnelle d examens complémentaires. Ces données doivent être intégrées aux données de l interrogatoire, de l examen clinique ainsi qu aux autres résultats biologiques. 6- Les automates ne peuvent identifier que les leucocytes normaux qui se trouvent normalement dans le sang. Ils doivent détecter les autres types de cellules et donner alors une alarme. Il arrive que les anomalies ne soient pas suffisantes pour être détectées, surtout si les cellules en cause sont en petit nombre. Il n'y a pas d'alarme conduisant au contrôle microscopique. Le diagnostic n'est pas porté. La maladie évolue. Il est de la responsabilité du clinicien, lorsqu'il émet l'hypothèse d'une hémopathie, d'en informer le biologiste.

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique EXPLORATION DU STATUT MARTIAL - info NUMERO 5 2013 ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique Son dosage isolé est SANS INTÉRÊT, il ne se justifie que couplé à celui de la transferrine qui permet

Plus en détail

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES)

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) I/Rappel A/ Description Noyau polylobé d où le terme polynucléaire Cytoplasme granuleux d où le terme granulocyte. Selon la coloration des granulations on

Plus en détail

Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations)

Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations) Item 316 : Hémogramme : indications et interprétations (Evaluations) Date de création du document 2009-2010 QCM QUESTION 1/9 : Quelques heures après une brûlure grave et étendue, l'hémogramme montrera

Plus en détail

Comment interpréter une NFS? (anémie, thrombopénie)

Comment interpréter une NFS? (anémie, thrombopénie) Le nombre de globules rouges importe peu Les trois paramètres de mesure des GR Comment interpréter une NFS? (anémie, thrombopénie) Nombre de GR Taux d hémoglobine Hématocrite Journée de médecine transfusionnelle-

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Pré-requis : Connaître l anatomie du système lymphatique et notamment les sites de drainage des principaux sites ganglionnaires

Plus en détail

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN 2012 1 - Augmentation du poids : L augmentation du

Plus en détail

Syndromes mononucléosiques (SMN)

Syndromes mononucléosiques (SMN) Syndromes mononucléosiques (SMN) Présence dans le sang de grands lymphocytes polymorphes à cytoplasme hyperbasophile. L affection principale de ce syndrome est la mononucléose infectieuse à EBV. 1 Diagnostic

Plus en détail

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels Formule sanguine et frottis périphérique Rappels 1. Formule sanguine (= hémogramme) Actuellement automatisée : Globules rouges: Numération érythrocytaire Détermination de l hématocrite Taux d hémoglobine

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

Hémogramme (316) D. Sainty Janvier 2006

Hémogramme (316) D. Sainty Janvier 2006 Hémogramme (316) D. Sainty Janvier 2006 1. Introduction L hémogramme est l examen complémentaire le plus prescrit puisqu il fait partie du bilan effectué devant tout symptôme clinique, toute altération

Plus en détail

Lame de formation 11-11-HD

Lame de formation 11-11-HD Février 2012 Lame de formation 11-11-HD Avec l enquête 11-11-HD, une lame supplémentaire de formation a été offerte par le CSCQ. Ce document représente la totalité du commentaire de notre expert Dr P.

Plus en détail

Thrombopénies et grossesse

Thrombopénies et grossesse Thrombopénies et grossesse Marie-Françoise Hurtaud-Roux Service d Hématologie Biologique Hôpital Robert Debré APHP, Paris Nouméa, le 22 octobre 2009 Plaquettes et grossesse Evolution des plaquettes durant

Plus en détail

- L hémogramme - Les anémies - Syndrome d Hémolyse - Sémiologie des Globules blancs

- L hémogramme - Les anémies - Syndrome d Hémolyse - Sémiologie des Globules blancs Cours d Hématologie 2014-2015, 3 ème Année Prof. A.Quessar - L hémogramme - Les anémies - Syndrome d Hémolyse - Sémiologie des Globules blancs CS pluripotente.................. Ly B et T Ly NK PN basophile

Plus en détail

SYNDROMES LEUCOCYTAIRES

SYNDROMES LEUCOCYTAIRES SYNDROMES LEUCOCYTAIRES I - SEMEIOLOGIE MYELOIDE DEFICIT: Agranulocytoses et neutropénies EXCES: Polynucléoses Neutrophiles Myélémies Hyperéosinophilies II - SEMEIOLOGIE LYMPHOIDE DEFICIT Lymphocytes B

Plus en détail

Analyse et quantification de la myélémie par le Sysmex XE 2100

Analyse et quantification de la myélémie par le Sysmex XE 2100 H E M A T O L O G I E Analyse et quantification de la myélémie par le Sysmex XE 2100 G. Goedert, D. Morel, P. Felman Laboratoire central d hématologie, C.H. Lyon-Sud, Pierre Bénite 9 INTRODUCTION L analyseur

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Anémie par carence en fer

Anémie par carence en fer Anémie par carence en fer Avec des images et des données de J Berger, IRD, Hanoi IFMT-MS.Anémies.déc.2005 1 Les 3 grandes causes d anémie 1. carence en fer (iron defiviency anemia ou IDA) représente 50%

Plus en détail

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Alexandra Briend-Marchal Laboratoire Vebiotel France Introduction La cytométrie en

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique Dr C Bradstreet Service de médecine interne Séminaire des services d urgence Campus Érasme Définition Pathologie acquise

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

Définition. Exploration biologique de l inflammation. Inflammation aigue. Rougeur Douleur Chaleur Oedème. Cathy Trumel

Définition. Exploration biologique de l inflammation. Inflammation aigue. Rougeur Douleur Chaleur Oedème. Cathy Trumel Définition Exploration biologique de l inflammation Cathy Trumel Réaction complexe à une agression : Réponse vasculaire Activation leucocytaire Réactions systémiques Inflammation aigue / chronique Aigue

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

Objectifs. Anémies: démarche diagnostique et thérapeutique Cécile Delémont SMPR sept 2008. anémies. programme

Objectifs. Anémies: démarche diagnostique et thérapeutique Cécile Delémont SMPR sept 2008. anémies. programme Objectifs Anémies: démarche diagnostique et thérapeutique Cécile Delémont SMPR sept 2008 Identifier une anémie Avoir une stratégie diagnostique simple Cibler les examens complémentaires Poser un diagnostic

Plus en détail

ANEMIES CARENTIELLES. Prise en charge

ANEMIES CARENTIELLES. Prise en charge ANEMIES CARENTIELLES Prise en charge Définition Anémie = diminution du taux d HB < Anémie 13gr/dl chez l homme

Plus en détail

INTERPRETATION & VALIDATION DE L HEMOGRAMME

INTERPRETATION & VALIDATION DE L HEMOGRAMME SÉMINAIRE STBC BÉJA 18/12/2015 INTERPRETATION & VALIDATION DE L HEMOGRAMME Pr Mohamed ZILI Chef de Service des Laboratoires Hôpital Habib Thameur Tunis HÉMOGRAMME L hémogramme (NFS) est un examen appréciant

Plus en détail

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Hématopoïèse Mode d'action et toxicité de la chimiothérapie Résumé : Les leucémies aiguës sont des affections

Plus en détail

16. Grossesse normale.

16. Grossesse normale. 16. Grossesse normale. Objectifs ECN : Diagnostiquer une grossesse et connaître les modifications physiologiques l accompagnant. Énoncer les règles du suivi (clinique, biologique, échographique) d une

Plus en détail

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif.

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif. 1 Normalement, chaque individu a dans chacune de ces cellules 23 paires de chromosomes numérotées de 1 à 22, la 23ème paire étant la paire des chromosomes sexuels. Une des anomalies chromosomiques les

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

Santé. Les analyses sanguines et votre animal

Santé. Les analyses sanguines et votre animal Santé Les analyses sanguines et votre animal Les analyses de sang, c est important! Les analyses sanguines permettent fréquemment de détecter des maladies avant que votre chien ou votre chat ne montre

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie

Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Papy Muhoya-Djungayane Protocoles des techniques courantes utilisées en hématologie Techniques hématologiques Préambule Cet ouvrage qui rassemble la plupart des techniques hématologiques utilisées dans

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Le bilan des avancées thérapeutiques 2005

Le bilan des avancées thérapeutiques 2005 Le bilan des avancées thérapeutiques 2005 Dr Chrystel Jouan-Flahault Directeur Médical, Leem Un état des lieux à partir de données objectives Les médicaments retenus sont ceux qui ont justifié l attribution

Plus en détail

DIAGNOSTIC d une ANEMIE 3 étapes

DIAGNOSTIC d une ANEMIE 3 étapes DIAGNOSTIC d une ANEMIE 3 étapes 1- Est-ce bien une anémie? Hémoglobine F < 12 g/dl H < 13 g/dl 2-Quel est son mécanisme? 3-Quelle est sa cause? Analyse des constantes du Coulter Question 1: microcytaire?

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

On en vient maintenant au test lui-même.

On en vient maintenant au test lui-même. On en vient maintenant au test lui-même. 6 Avant d envisager la technologie elle-même, quelques mots sur le diagnostic prénatal non invasif qui est réalisé historiquement à partir du sang maternel. On

Plus en détail

Institut de la Francophonie pour la Médecine Tropicale ( IFMT ) Vientiane, RDP LAO. Anémies. Anémie. Anémies. Fardeau silencieux

Institut de la Francophonie pour la Médecine Tropicale ( IFMT ) Vientiane, RDP LAO. Anémies. Anémie. Anémies. Fardeau silencieux Institut de la Francophonie pour la Médecine Tropicale ( IFMT ) Vientiane, RDP LAO Anémies Anémie Fardeau silencieux Anémies Problème de santé publique négligé IFMT-MS-Mai.05 IFMT, MStrobel, Mai 03 1 Définitions

Plus en détail

Mémoire pour le DIU de Pédagogie Médicale

Mémoire pour le DIU de Pédagogie Médicale Valérie Bardet Service d Hématologie Biologique CHU Cochin-Port Royal valerie.bardet@cch.aphp.fr Mémoire pour le DIU de Pédagogie Médicale Septembre 2005 Titre du projet : Mise en place d un outil pédagogique

Plus en détail

Diagnostic prénatal des maladies génétiques

Diagnostic prénatal des maladies génétiques Diagnostic prénatal des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale C. Coutton, V. Satre, F. Amblard et F. Devillard Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Journée rencontre Hem-Fr et Waldenström Vienne, 26 septembre 2009. Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Waldenström et hérédité : La MW ne se transmet pas génétiquement. On ne connait pas à l heure

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques.

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Rapport synthétique de la recherche PS/17 ( 1 ) K. Van Damme (coordinateur),

Plus en détail

HEMATOLOGIE MME SILVE 1 29/08/07

HEMATOLOGIE MME SILVE 1 29/08/07 HEMATOLOGIE TP MME SILVE 1 Introduction Programme(polycopiés) 1:Hémogramme/Moelle osseuse 2:Hémostase Organisation(TD-TP-Contrôle s) TD: 3x2h TP: 7 S3 (3x3h/hémogramme + 2x2h/moelle osseuse) S4 (2x3h/hémostase)

Plus en détail

Diagnostic d'une splénomégalie

Diagnostic d'une splénomégalie Diagnostic d'une splénomégalie Les recommandations du CHUP concernant les connaissances minimales pour cette question sont : - Savoir reconnaître une splénomégalie à l examen clinique. - Énumérer les principales

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Enseignement secondaire technique. Enseignement technique professionnel

Enseignement secondaire technique. Enseignement technique professionnel Enseignement secondaire technique Régime technique Division des professions de santé et des professions sociales Cycle supérieur Section de l'assistant technique médical - laboratoire Enseignement technique

Plus en détail

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Monsieur Paul ROBACH Je souhaite tout d abord remercier les organisateurs de ce symposium et

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

Pathologies Pathologies de la Reproduction.

Pathologies Pathologies de la Reproduction. Pathologies de la Reproduction. Le but de cet article n est pas de donner un cours obstétrical mais d apporter quelques notions relatives à la reproduction chez la chienne. Règle à retenir. Oubliez le

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

!"#$%&!"#$ ' #( )" $*"$" *%#! "*!+,%-"!"$+,%

!#$%&!#$ ' #( ) $*$ *%#! *!+,%-!$+,% !"#$%&!"#$ ' #( )" $*"$" *%#! "*!+,%-"!"$+,%./0%1223 4 Formation Continue FTLPO du 14 Avril 2005 Le Globule Rouge : une cellule plastique pas toujours ronde 2 !"#$%& 5!"#$ ' #( )" $*"$" *%#! "*!+,%-"!"$+,%

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail :

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : Christiane BASSET François BEAUFILS Frédérique DREIFUSS-NETTER

Plus en détail

Orientation diagnostique devant une adénopathie superficielle 1

Orientation diagnostique devant une adénopathie superficielle 1 Orientation diagnostique devant une adénopathie superficielle 1 Item n 291 : Devant une adénopathie superficielle, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

I- Le prélèvement de Sang II- Les différents types d analyses de sang III- L Hémogramme ou NFS IV Le Frottis Sanguin

I- Le prélèvement de Sang II- Les différents types d analyses de sang III- L Hémogramme ou NFS IV Le Frottis Sanguin LES ANALYSES DE SANG Module : BIOLOGIE HUMAINE TD : 1 Plan du TD I- Le prélèvement de Sang II- Les différents types d analyses de sang III- L Hémogramme ou NFS IV Le Frottis Sanguin I- LE PRELEVEMENT DE

Plus en détail

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005)

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Pré-Requis : Lésions élémentaires en dermatologie. Résumé : L'érythème est une rougeur

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Comment interpréter le résultat de sa prise de sang? Source: http://www.passeportsante.net Le 21 février 2015

Comment interpréter le résultat de sa prise de sang? Source: http://www.passeportsante.net Le 21 février 2015 Comment interpréter le résultat de sa prise de sang? Source: http://www.passeportsante.net Le 21 février 2015 L'hématologie Sommaire Glycémie, cholestérol, plaquettes Vous venez de récupérer les résultats

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

Hypothyroïdie. Livret N 15 b

Hypothyroïdie. Livret N 15 b Hypothyroïdie Livret N 15 b Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 28/04/09 1 Hypothyroïdie Livret N 15 b Cette brochure a été conçue à l origine par Fernando Vera et le Professeur

Plus en détail

Item 288 Troubles des phanères : onyxis

Item 288 Troubles des phanères : onyxis Item 288 Troubles des phanères : onyxis PATHOLOGIE UNGUÉALE DES DOIGTS Objectif pédagogique Recueillir les données sémiologiques d un onyxis et orienter le diagnostic étiologique. La pathologie unguéale

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde Chapitre 2 Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde G. Falgarone, P. Nahon, M.-C. Boissier Résumé Le foie n'est pas habituellement le siège d'atteintes spécifiques lors de la polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

LES DYSTHYROIDIES : DIA I GN G OS O T S I T C I A U L A L BOR O ATO T I O R I E

LES DYSTHYROIDIES : DIA I GN G OS O T S I T C I A U L A L BOR O ATO T I O R I E LES DYSTHYROIDIES : DIAGNOSTIC AU LABORATOIRE Dr Bécaye FALL Biologiste Hôpital Principal de Dakar RESAOLAB 2010 1- INTRODUCTION Thyroïde (du grec «thyreoeides» = «en forme de bouclier») partie avant cou.

Plus en détail

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Surdités...4

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION)

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 ITEM N 20 : DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie j ournée d endocrinologie L hypothyroïdie subclinique : traiter ou ne pas traiter? Andrée Boucher, MD, FRCPC Présenté par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

L HEMOGRAMME un examen pas cher et qui peut rapporter gros

L HEMOGRAMME un examen pas cher et qui peut rapporter gros L HEMOGRAMME un examen pas cher et qui peut rapporter gros Joël X. CORBERAND Service d Hématologie Biologique Hôpital Rangueil CHU de Toulouse L hémogramme est en tête des demandes d examens biologiques

Plus en détail

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire.

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire. L'atteinte des gencives et de l'os et est une affection qui évolue à bas bruits et ne se manifeste pour le patient que lorsque le mal est déjà fait. Ces pathologies proviennent de la prolifération bactérienne.

Plus en détail

Les neutropénies et les agranulocytoses (Item n 143) NEUTROPENIES. Introduction :

Les neutropénies et les agranulocytoses (Item n 143) NEUTROPENIES. Introduction : Les neutropénies et les agranulocytoses (Item n 143) NEUTROPENIES Introduction : Le diagnostic de neutropénie est porté devant un chiffre de polynucléaires neutrophiles (PN) inférieur à 1700/mm 3.Tenant

Plus en détail

Introduction à l'hémogramme

Introduction à l'hémogramme Introduction à l'hémogramme Ce cours consiste en grande partie en des chiffres et des définitions. J'ai tout mis sous forme de tableau, puisqu'en gros il n'a fait que lire les diapos en disant ce qu'il

Plus en détail

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée - I - Approche globale des réactions immunitaires Mécanismes de défense de l organisme en réponse à la pénétration de microorganismes

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1165635/surveillance-serologique-et-p Marqueurs cardiaques dans

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Scintigraphie. Radioélément : élément radioactif que l on peut administrer soit seul, ou fixer sur une molécule

Scintigraphie. Radioélément : élément radioactif que l on peut administrer soit seul, ou fixer sur une molécule MEDECINE NUCLEAIRE la scintigraphie est une technique d imagerie fonctionnelle. Elle apporte souvent des arguments complémentaires à l imagerie morphologique (radiodiagnostic) Scintigraphie Radioélément

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Le globule rouge dans tous ses états

Le globule rouge dans tous ses états Juin 2013 Newsletter Le globule rouge dans tous ses états Auteur Dr John Evans Médecin-Conseil SCOR Global Life Introduction Les maladies des globules rouges surviennent par manque, excès ou défaut génétique

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail