Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative"

Transcription

1 Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative A n n e x e 1 Annexe hauteur d un bâtiment La hauteur h d'un bâtiment selon les normes de base n'est pas la hauteur intrinsèque du bâtiment mesurée entre le niveau du sol et son point le plus haut. Dans cette définition, la distance qui est prise en compte est celle entre le niveau d'intervention le plus bas des véhicules des services de secours et du niveau le plus élevé du bâtiment où ils doivent pouvoir intervenir. Fig a & fig b A : niveau le plus bas accessible aux véhicules des services d'incendie Fig a Local technique h A Fig b h A Si l étage le plus haut est à usage exclusivement technique, il n est pas à prendre en compte pour déterminer la hauteur du bâtiment. Fig c & fig d Lorsque le niveau le plus élevé du bâtiment accueille une partie du compartiment duplex (voir définition au point 1.18) la hauteur à considérer est celle entre le niveau du plancher le plus haut du duplex et le niveau d'intervention des véhicules des services de secours : h Fig e Fig c a duplex Fig e h A h Local technique Fig d A 1

2 Annexe Bâtiment élevé Le principe des normes de base actuelles, c est-à-dire la répartition des prescriptions en trois classes en fonction de la hauteur du bâtiment, est directement inspiré de la technique d'intervention des services d'incendie. Dans les bâtiments élevés (BE) (dont la hauteur h est supérieure à 25 m), l'intervention des pompiers se fera via l'intérieur du bâtiment. La hauteur utile de 25 m d une auto-échelle de 30 m détermine le classement en bâtiment moyen ou élevé. Fig Les occupants ne peuvent quitter les bâtiments élevés que via les escaliers. Fig Annexe Bâtiment moyen Dans les bâtiments moyens (BM), lors de l évacuation, les occupants pourront quitter le bâtiment soit via la cage d escaliers soit via la façade avec l aide des services de secours. Fig Dans ce cas, une possibilité d évacuation pourra être réalisée via la façade Fig

3 Annexe Bâtiment bas Pour les bâtiments bas dont la hauteur h est inférieure à 10 m, le service d incendie peut utiliser des échelles coulissantes, la longueur maximale de ces échelles est environ dix mètres. Cette hauteur fixe la limite supérieure des bâtiments bas. Fig Annexe Matériau de construction Les rideaux, les peintures, les tapisseries ne sont pas considérés comme matériau de construction. Cette terminologie sera adaptée. En effet, le terme produit de construction devra être introduit à la place de matériau de construction. Ce sont des produits qui sont mis sur le marché. Ces produits sont composés de matériaux (cfr : lignes directrices pour les produits de construction). Produit de construction : tout produit qui est fabriqué en vue d être incorporé de façon durable dans les ouvrages de construction qui couvrent tant les bâtiments que les ouvrages de génie civil (directive 89/106/CEE) Annexe Paroi Un plancher et un toit horizontal ou oblique sont aussi considérés comme des parois 3

4 Annexe Superficie La superficie est donc la surface du plancher, sans prise en compte d éventuelles déductions comme les colonnes, murs ou autres éléments reposant au sol. Superficie S = a x b fig 1.6.1a Aucune déduction n'est prise en compte La surface occupée par des escaliers et des gaines est déduite car ceux ci ne font pas partie du compartiment Fig a Superficie d un compartiment à considérer Fig b Annexe Nombre de personnes Pour déterminer le nombre de personnes, il faut également tenir compte des personnes qui se trouvent dans les chemins d évacuation comme les mall dans un centre commercial. Le nombre n r (nombre d occupants d un compartiment qui peut être déterminé avec précision en fonction notamment du mobilier fixe) n est à prendre en compte que s il est supérieur à S /3 ou S /10 4

5 Annexe Niveau Dans certains cas, il n est pas évident de déterminer ce nombre de niveaux, par exemple lorsqu on est en présence de mezzanines et d étages imbriqués. Bâtiment A Une manière de déterminer ce nombre est de tracer des lignes verticales au travers d une coupe verticale du bâtiment. Le nombre de niveau est le nombre maximal de planchers que traverse une ligne verticale quelconque augmenté d un. Figure 1.11 a Exemple : fig 1.11 a & b Dans le bâtiment A, la verticale A ne traverse pas de plancher, tandis que la verticale B traverse un plancher. Le bâtiment comporte deux niveaux. Bâtiment B Dans le bâtiment B, la verticale A traverse un plancher, la verticale B traverse également un plancher. Ce bâtiment comporte aussi deux niveaux. Figure 1.11 b Annexe Bâtiment Une construction qui est complètement ouverte sur un ou plusieurs côtés (par exemple : une tribune d un stade de football, une piscine en plein air ) n est pas considérée comme un bâtiment. Les éventuels locaux fermés situés sous ou à proximité de ces constructions sont considérés comme bâtiment. Une construction qui est seulement accessible pour son entretien ou sa réparation comme : des châteaux d eau, des sous-stations de distribution d électricité, des silos, des installations chimiques, des tanks, des tunnels ne sont pas considérés comme des bâtiments 5

6 Annexe Parking ouvert Pour les parkings ouverts, les exigences sont moins sévères car dans ce cas, la chaleur et la fumée sont plus facilement évacuées Définitions : A 1 + A 2 + A 3 + A 4 + A 5 = A A = " Surface totale des baies de ventilation " V x = surface brute d'une paroi verticale S = Surface au sol d'un niveau Conditions : A répartie au moins sur deux façades opposées A ( V 1 + V 2 + V 3 + V 4 ) / 3 A (Sx 5)/100 Fig 1.13 Annexe Bâtiment industriel Lorsqu un bâtiment industriel contient un nombre limité de locaux (réfectoire, bureau )dont la superficie totale est plus petite que 100 m² (domaine d application des annexes 2,3 et 4) qui ne sont pas destinés à la transformation ou au stockage industriel des matériaux et biens, le bâtiment entier (ces locaux inclus) peut être considéré comme bâtiment industriel. Annexe Elément s structuraux Les éléments autoportants de toiture qui en cas d affaissement ne donnent pas lieu à un effondrement progressif du reste du bâtiment ne sont pas considérés comme éléments structuraux. Annexe Duplex Un compartiment qui se développe entre un rez-de-chaussée et un étage en sous-sol, comporte deux niveaux et forme donc un duplex. 6

7 Annexe Ligne de foulée Dans les escaliers droits ou oblique la ligne de foulé se situe au centre (fig 1.19 a, b & c) Escalier à noyau, tournants, à quart ou à demi tournant de plus de 0,75 m de large ( fig 1.19 c) l = largeur Fig 1.19 a 0,4m < " la ligne de foulée mesurée par rapport au noyau "< 0,6 m "la ligne de foulée mesurée par rapport aux rives extérieures des marches" > 0,35 Emplacement possible de la ligne de foulée Fig 1.19 c Fig 1.19 b 7

8 Annexe Local technique Quelques exemples de locaux technique : salle des machines d ascenseur, chaufferie, locaux pour les installations de ventilation Les locaux suivants ne sont pas considérés comme locaux techniques : locaux d archives, entrepôt, solarium... Quand peut-on réellement parler de local technique? Le terme «local technique» permet un assez grand nombre d interprétations possibles. Il n est pas du tout question d une limite de 30 kw dans la définition. Cette limite n est applicable que dans le cas où le local technique est une chaufferie. Ainsi une installation de chauffage où la puissance calorifique du générateur est supérieure à 30 kw doit se trouver dans un local technique. Pour savoir si on est en présence d un local technique ou pas, il est préférable de se poser la question suivante : Est que l installation en question doit être placée dans un local technique? Par exemple : Est ce qu un local renfermant un compteur gaz doit se trouver dans un local technique? A cette question, on peut argumenter en reprenant par exemple la NBN S sur les équipements thermiques et aérauliques et plus spécifiquement sur les compteurs de gaz au point de la norme, on renseigne : «les compteurs de gaz pour le comptage à basse pression sont installés : a) soit dans des armoires réservées à cette fin ( 3.3.1); b) soit dans un local réservé à cette fin ( 3.3.2); c) soit aux étages, dans les gaines réservées à cette fin ( 3.3.3) d) soit dans le local abritant le poste de détente, pour autant qu'il s'agisse d'un comptage collectif ( 3.3.4) e) soit dans les locaux d'habitation ou dans des locaux ou passages aérés à condition de compteurs renforcés.» Pour le cas b) : on renvoie au point ( 1) ( où on donne des exigences sur la construction du local : Rf 2 heures des parois, accès...) dans ce cas-là, on peut constater qu'il s'agit bien d'un local technique et qu'on peut lui appliquer les exigences des locaux techniques. Pour le cas e) on ne peut pas considérer que le local d'habitation ou les locaux à passages aérés sont des locaux techniques. Annexe Eclairage de secours Par exemple : l éclairage prévu dans une salle d opération d un hôpital qui assure la poursuite des opérations en cours. 8

9 Annexe Eclairage de sécurité Par exemple : l éclairage prévu dans les cages d escaliers et chemins d évacuation qui permet de retrouver son chemin en sécurité Annexe Chemin d évacuation Les annexes 2, 3 et 4 spécifient les conditions de résistance au feu pour les parois de ces chemins d évacuation et énoncent des principes de conception. Fig Annexe Coursive Fig a Lorsqu un chemin d évacuation menant à une cage d escaliers intérieure n est pas réalisable, on peut alors utiliser des possibilités d évacuation extérieures au bâtiment. Une coursive, permet de relier le bâtiment ou un compartiment de ce bâtiment à une cage d escaliers extérieure ou intérieure. Fig b Cette coursive peut également être en quelque sorte un chemin d'évacuation extérieur reliant plusieurs bâtiments entre eux. Fig b Fig a 9

10 Annexe Largeur utile La hauteur libre est de 2m minimum Si l épaisseur des plinthes, des limons et soubassements, main courante n excède pas 10 cm et que ces éléments ne sont pas situés à plus de 1 m au dessus du nez des marches ou de la face supérieure du plancher, alors il n y a pas lieu de faire de déduction pour le calcul de la largeur utile. La figure a La figure b reprend la largeur utile pour le cas d un passage avec mur d un côté et gardecorps de l autre côté. Largeur utile 10 cm 2 m La figure c renseigne sur la façon de déterminer la hauteur libre dans un escalier. Fig a Fig b En gris clair : acceptable En noir : interdit Fig c 10

11 Annexe Largeur utile théorique totale b t : Largeur utile théorique totale b t : (des dégagements d'un compartiment ou un ensemble de compartiments) Considérations sur la valeur du a : L article fait une différence entre les escaliers montant et les escaliers descendant vers les sorties. Pour le même nombre de personnes à évacuer, les escaliers montant sont plus larges que les escaliers descendant. Ceci répond entre autre à la constatation suivante : «Une personne descend plus vite un escalier qu elle le monte» L article fait également une différence entre les largeurs des chemins d évacuation, portes, coursives et les largeurs des escaliers. Après calcul, il apparaît que pour évacuer 120 personnes d un compartiment, il est nécessaire d avoir un escalier de 240 cm de large s il monte vers la sortie, alors que la porte qui donne accès à cette cage d escaliers n est que de 120 cm. Ceci semble paradoxal. On peut expliquer cela par le fait suivant : le nombre de personnes qui par unité de temps passent dans un escalier est plus petit que le nombre de personnes qui traverse une porte qui est aussi large». Les personnes qui empruntent des escaliers maintiennent une plus grande distance entre eux que lorsqu ils traversent une porte. Voir en pages suivantes les exemples de dimensionnement Annexe Largeur utile effective b e : Largeur utile effective b e = (largeur utile DIV 0,60) x 0,60 Exemple : Pour une largeur utile de 1,50 m, la largeur utile effective est de 1,20 m En effet : (1,50 DIV 0,60) = 2 et 2 x 0,60 = 1,20 X DIV Y : partie entière de X/Y X mod Y = X (X DIV Y) x Y) Voir en pages suivantes les exemples de dimensionnement 11

12 Annexe Largeur utile requise totale b tr Largeur utile requise b r Largeur utile requise totale b tr si b t mod 0,60 = 0 alors b tr = b t Sinon, b tr = 0,60 m x [ DIV ( b t / 0,6 m) +1] Largeur utile requise b r d'un dégagement est égale à n x 0,60m. ( n entier) De sorte que : k 1) ( be) i = btr i= 1 k étant le nombre de dégagement desservant un compartiment et 2) b r,max b r, min 0,60 Voir en pages suivantes les exemples de dimensionnement Annexe 1 Exemple : recherche de l occupation maximale Comment déterminer l occupation maximale d un compartiment connaissant les largeurs des sorties? Exemple : un compartiment avec deux sorties (portes de 160 cm chacune). 160 cm Largeur utile = 160 cm Largeur utile effective de chaque sortie = 120 cm La somme des largeurs utiles de chaque dégagement du compartiment est de = 240 cm. Puisque ce sont des portes, a = 0,01 et donc le compartiment peut accueillir 240 personnes. 160 cm 1 compartiment occupation : 240 pers 12

13 Annexe 1 Exemple : dimensionnement sur base de l occupation Comment déterminer la largeur des sorties d un compartiment connaissant l occupation maximale du compartiment? Soit un compartiment pouvant accueillir 300 personnes : 180 cm Largeur utile théorique totale b t = 300* 0,01 = 3 m b e = 3 m = 5 x 0,60 m b tr = 3 m Il est donc nécessaire d avoir 5 unités de passage. Vu le nombre de personnes, on a besoin de deux sorties : une solution est donc de créer une sortie de 120 cm (2 unités de passage) et une sortie de 180 cm (3 unités de passage). Une sortie de 60 cm et une de 240 cm n est pas une solution acceptable car les largeurs différent entre elles de plus d une unité de passage. De plus une largeur de 60 cm ne peut jamais être rencontrée pour une porte, car les points 4.4 des annexes 2,3 et 4 précisent que la largeur utile est au moins de 0,80 m pour les portes et chemins d évacuation La création de deux sorties de 150 cm n est pas non plus une solution acceptable. En effet pour une largeur de 150 cm, la largeur effective est de 120 cm et représente 2 unités de passage n offrant donc au total que 2 x 2 unités de passage soit 4 unités de passage au lieu de cm 120 cm 1 compartiment occupation:300 personnes 150 cm 1 compartiment occupation:300 personnes 60 cm 1 compartiment occupation:300 personnes 240 cm 13

14 Annexe 1 Exemple : relation entre le nombre de personnes et largeur des dégagements Pour lire le tableau : Si on connaît la largeur utile d un dégagement, le tableau renseigne sur le nombre de personnes qui peuvent emprunter ce dégagement. nombre de personnes largeur utile chemin d'évacuation < 80 0 escaliers descendant a= 0,0125 < = 60/1, = 120/1, = 180/1,25 Exemple : 1 compartiment avec une capacité d accueil de 100 personnes (np) max = 100 a) chemin d évacuation : a = 0,01 Largeur utile théorique : b t = 100 x 0,01= 1 m largeur utile effective : 80 cm largeur utile requise totale : 120 cm b r 120 cm b) escaliers descendant : a = 0,0125 Largeur utile théorique : b t = 100 x 0,0125= 125 cm largeur utile effective : 120 cm largeur utile requise totale : 180 cm b r 180 cm = 240/1,25 montant a= 0,02 < 80 0 c) escaliers montant : a = 0, = 60/ =120/ =180/ =240/2 Largeur utile théorique : b t = 100 x 0,02= 200 cm largeur utile effective : 180 cm largeur utile requise totale : 240 cm b r 240cm 14

15 Annexe 1 Exemple : un compartiment avec des dégagements différents La définition de la largeur utile théorique d un dégagement ne tient pas compte du fait qu un compartiment peut avoir des dégagements avec des valeurs de a différentes. Exemple : Un compartiment pouvant accueillir 300 personnes, et deux sorties : Une sortie A directement vers l extérieur Une sortie B via un escalier montant Première proposition : Sortie A : 2m (a A = 1%) b ea = 1m80 Sortie B : 1m (a B =2%) b eb = 1m80 Sortie B via un escalier montant vers le niveau d évacuation Sortie A directement vers l extérieur Calculons le nombre de personnes qu on peut évacuer par ces sorties et vérifions s il est supérieur ou égal à 300. b ea b eb n p = + = = 270 < 300 a a A B 1 compartiment occupation : 300 personnes Cette première proposition n est donc pas satisfaisante. Seconde proposition : Sortie A : 2 m40 (a A = 1%) b ea = 2m40 Sortie B : 2 m (a B =2%) b eb = 1m80 b ea b eb n p = + = = 330 > 300 a a A B Solution satisfaisante à condition que la différence de largeur entre les deux sorties soit d au maximum une unité de passage. 15

16 Annexe Niveau d évacuation Fig a E niveau d évacuation +n +(n-1) Fig b E i niveau d évacuation le plus bas E s niveau d évacuation le plus haut E = 0-1 Es+1 E s E i +1 Ei Es-1 Fig.6.8 a Fig b 16

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change 18 mai 2013 Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Façades Bâtiments bas 3.5.1 Façades simple paroi 3.5.1.1 Séparation entre compartiments Ce qui change est souligné (+ Euroclasses) Fixations des

Plus en détail

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier L arrêté du 24 juillet 2006 Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier 1.1) La détection automatique incendie 1.2) La protection

Plus en détail

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1504.1 Prescriptions

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Bâtiments administratifs

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Bâtiments administratifs GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1504.2 Prescriptions

Plus en détail

BTS. Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe :

BTS. Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe : BTS Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe : 1 le local chaufferie : Implantation : Différents types d Implantation

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH)

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) 1 Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) Conformément à Article R*111-19-17 du CCH, la présente notice fait partie du dossier permettant de vérifier la conformité

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil EXEMPLE DE NOTICE DE SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil NOTA : Cet exemple de notice est un document simplifié. Des renseignements complémentaires

Plus en détail

Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus

Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus CSTC Bruxelles, 5 juin 2012 Aanemingen Verelst Yves Martin René Goovaerts Contenu de la présentation 05.06.2012

Plus en détail

Conception et construction des ouvrages gaz. Club de la Performance Immobilière

Conception et construction des ouvrages gaz. Club de la Performance Immobilière Conception et construction des ouvrages gaz Club de la Performance Immobilière Novembre 2014 RT2012 et arrêté 2 Aout 77 Arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences

Plus en détail

SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS

SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS 1. Lignes directrices 2. Issue extérieure au niveau du sol Accès et aire de manœuvre Sécurité fonctionnelle 3. Étages desservis par un Bâtiment protégé par des extincteurs automatiques

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

Zone Ri1. Pour les bâtiments existants, quelle que soit la nature de leur occupation actuelle, sont admis :

Zone Ri1. Pour les bâtiments existants, quelle que soit la nature de leur occupation actuelle, sont admis : Zone Ri1 Le règlement de la présente zone concerne les secteurs urbanisés soumis à un aléa fort. On distingue 5 catégories de constructions ou (et) d équipements à savoir : 1 les constructions à usage

Plus en détail

4. Prescriptions relatives à la construction des bâtiments et des espaces d évacuation

4. Prescriptions relatives à la construction des bâtiments et des espaces d évacuation Rappel des grands principes de prévention : 1. Conservation de la capacité portante de la construction 2. Limitation de la naissance et du développement du feu et de la fumée dans la construction 3. Limitation

Plus en détail

DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Immeubles mixtes

DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Immeubles mixtes Luxembourg, mars 2009 Le présent document a été établi par le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg et la Commission de Sécurité, de Prévention et de Prévision Incendie de la «Fédération

Plus en détail

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 CIRCULATIONS VERTICALES INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 1 PROGRAMME LECONS LECON_001 [T] Présentation Notions de Technobat LECON_002 [T] Technobat Tropicale Les classes énergétiques LECON_003 [T] Les matériaux

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SÉCURITÉ d un dossier devant être transmis à la

NOTICE DESCRIPTIVE DE SÉCURITÉ d un dossier devant être transmis à la Modèle 2010-V1 PRÉFECTURE DE L'YONNE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS NOTICE DESCRIPTIVE DE SÉCURITÉ d un dossier devant être transmis à la COMMISSION CONSULTATIVE DÉPARTEMENTALE DE SÉCURITÉ

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

Descriptif quantitatif second œuvre

Descriptif quantitatif second œuvre GENERAUX ARTISTIQUES Descriptif quantitatif second œuvre La mise en œuvre de menuiserie intérieure Maintien des blocs portes en attente de la pose de la cloison (mise en place, réglage et calage) ES S

Plus en détail

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs Norme européenne pour portes actionnées par source d énergie extérieure La norme européenne EN 16005 définit les exigences de sécurité en matière de conception

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Logements encadrés

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Logements encadrés GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1513.1 Prescriptions

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

Fiche d application RT2012 : Date Modification Version

Fiche d application RT2012 : Date Modification Version Fiche d application RT202 : S RT habitation Date Modification Version 27 Février 205 Première publication 5 Juin 205 Insertion de schémas explicatifs. Préambule Cette fiche d application précise les modalités

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE PREFECTURE DE LA HAUTE-GARONNE Service Départemental d Incendie et de Secours de la Haute-Garonne Bureau Prévention 49 Chemin de l Armurié BP 123 31776 COLOMIERS CEDEX Tél.: 05.61.06.37.60 Fax : 05.61.06.37.64

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Alexandre Paradis-Gilbert Simon Carbonneau Jean-Daniel Bilodeau PREMIÈRE-VIDÉO JONQUIÈRE 2305 ST-HUBERT

Alexandre Paradis-Gilbert Simon Carbonneau Jean-Daniel Bilodeau PREMIÈRE-VIDÉO JONQUIÈRE 2305 ST-HUBERT Alexandre Paradis-Gilbert Simon Carbonneau Jean-Daniel Bilodeau PREMIÈRE-VIDÉO JONQUIÈRE 2305 ST-HUBERT LOCALISATION SITUATION En tant que technicien en architecture, nous avons analysé le site du Première

Plus en détail

Emprise au sol en élévation et sous-sol : Voir le mode de calcul à la page suivante

Emprise au sol en élévation et sous-sol : Voir le mode de calcul à la page suivante Bâtiment annexe : Est considéré comme bâtiment annexe, une construction, accolée ou non à la construction principale, non affectée à l habitation, ou aux activités économiques mais à un usage annexe à

Plus en détail

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 Décret du 01 septembre 2004 Réalisation des travaux temporaires en hauteur PRÉVENIR LES CHUTES Art.

Plus en détail

Diagnostic des installations de gaz

Diagnostic des installations de gaz ECOLE CHEZ SOI - GAZ02 - Le diagnostic des installations de gaz 11 DROIT COU GENER Généralités 3. la combustion du gaz chapitre 1 - généralités Pour récupérer son pouvoir calorifique, il faut faire brûler

Plus en détail

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter.

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Cependant si vous désirez un audit sécurité complet, il

Plus en détail

18 mai 2013. Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Annexe 7 Dispositions communes

18 mai 2013. Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Annexe 7 Dispositions communes 18 mai 2013 Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Annexe 7 Dispositions communes Annexe 7 Dispositions communes Contenu de la présentation 1. Introduction à la problématique 2. Principes généraux

Plus en détail

INBTP-PROJET ARCH-LEÇON_007

INBTP-PROJET ARCH-LEÇON_007 C.I.B. INBTP-PROJET ARCH-LEÇON_007 1 PROGRAMME LEÇONS LEÇON_001 [T] Présentation L Architecture Tropicale LEÇON_002 [T] La maison unifamiliale LEÇON_003 [T] La maison en bande LEÇON_004 [T] L immeuble

Plus en détail

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» 2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE SP2-F et SP4-F 295/310 SP2-F et SP4-F 295/310 MODELE H DH SP2/4-F 295 295 163 SP2/4-F 310* 310 163 *Standard Garage avec porte frontale devant parking mécanique

Plus en détail

Bâtiments à façades double-peau

Bâtiments à façades double-peau Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION

Plus en détail

2. Appareil non raccordé: un appareil est non raccordé lorsqu'il ne répond pas aux dispositions indiquées au paragraphe 1 ci-dessus.

2. Appareil non raccordé: un appareil est non raccordé lorsqu'il ne répond pas aux dispositions indiquées au paragraphe 1 ci-dessus. CHAPITRE VI INSTALLATIONS AUX GAZ COMBUSTIBLES ET AUX HYDROCARBURES LIQUÉFIÉS Section V Aération et ventilation des locaux, évacuation de produits de la combustion Article GZ 20 Définitions 1. Appareil

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

ANNEXE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal»

ANNEXE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal» ANNEE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal» Définition des familles d éléments non structuraux du cadre bâti 1 Les éléments constitutifs du bâtiment sont

Plus en détail

Swissi SA. La norme et les directives AEAI 2015 en point de mire

Swissi SA. La norme et les directives AEAI 2015 en point de mire La norme et les directives AEAI 2015 en point de mire Norme 2015 - généralités Les objectifs de protection définis aujourd hui ont été repris sans modification. Les nouvelles PI favorisent, pour les nouvelles

Plus en détail

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES Gérard Dessein Ingénieur en chef Chef du Service Accessibilité et Constructions adaptées

Plus en détail

Maison de l Urbanité

Maison de l Urbanité Les critères minimaux de salubrité dans le cadre des petits logements Maison de l Urbanité 15 septembre 2010 DGO 4 - DEPARTEMENT DU LOGEMENT Bases réglementaires Code Wallon du Logement, art. 10 : 1 :

Plus en détail

POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS

POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la

Plus en détail

Composants de menuiserie Escaliers Définition : Escalier : Types d escaliers : Rôle d un escalier :

Composants de menuiserie Escaliers Définition : Escalier : Types d escaliers : Rôle d un escalier : Composants de menuiserie Escaliers Definition Caractéristiques Références normatives Spécifications Marquage C.E Acquis environnementaux Définition : Escalier : Ouvrage de menuiserie constitué de gradins

Plus en détail

Ventilation naturelle de confort thermique

Ventilation naturelle de confort thermique d habitation Fiche d application : Ventilation naturelle de confort thermique Date Modification Version 04/02/2010 Document de travail pour la réunion de consultation des professionnels du 05/02/10 à St

Plus en détail

Maison unifamiliale : Définition

Maison unifamiliale : Définition Maison unifamiliale : Définition Une maison unifamiliale est considérée comme étant un bâtiment indépendant essentiellement affecté au logement d une seule famille. La portée des différents aspects tirés

Plus en détail

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10 L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10.1 ESPACE D ATTENTE SÉCURISÉ FOCUS 1 : L'IMPLANTATION PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L ensemble des usagers doit pouvoir être évacué du bâtiment.

Plus en détail

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels Contenu de la présentation Projet d Annexe 6 Bâtiments industriels Yves Martin, Chef de Laboratoire, CSTC Antenne Normes Prévention Incendie http://www.normes.be/feu 2. Structure du projet d Annexe 6 3.

Plus en détail

L annexe 6: mode d emploi

L annexe 6: mode d emploi Les Normes de Base constituent une série d arrêtés royaux successifs qui définissent les exigences en matière de sécurité incendie applicables aux bâtiments nouveaux et aux extensions de bâtiments existants.

Plus en détail

DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE

DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE A partir du 1er janvier 2015, toute autorisation de construire est assujettie à un degré d assurance qualité concernant

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire Cette notice a été élaborée à votre attention dans le but de faciliter votre

Plus en détail

>I Maçonnerie I Escaliers

>I Maçonnerie I Escaliers ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières g Terminologie n Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier* Monter un escalier Points de repère pour monter un escalier seul(e) ou sous supervision* Supervision

Plus en détail

Procap Accessibilité et intégration. Adresses web. www.goswim.ch Accès sans obstacles aux piscines

Procap Accessibilité et intégration. Adresses web. www.goswim.ch Accès sans obstacles aux piscines Adresses web Le Guide des piscines pour personnes avec handicap www.goswim.ch Bureau fédéral de l égalité pour les personnes handicapées BFEH www.edi.admin.ch/ebgb Procap Accessibilité et intégration www.procap.ch

Plus en détail

WC adaptés au fauteuil roulant* dans les bâtiments ouverts au public selon la norme SIA 500

WC adaptés au fauteuil roulant* dans les bâtiments ouverts au public selon la norme SIA 500 1 W adaptés au fauteuil roulant* dans les bâtiments ouverts au public selon la norme S 500 Seules les exigences complètes formulées dans la norme S 500 onstructions sans obstacles sont déterminantes (à

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

Réglementation nationale Annexe 6 RFS2-C2-2007-00032 Aperçu de la présentation ti Statut de l annexe 6. Domaine d application et objectifs du texte. Structure t de la nouvelle Annexe 6. o Table des matières.

Plus en détail

Descriptif Commercial

Descriptif Commercial Descriptif Commercial Date // 02 Juillet 2013 1. GENERALITES Le projet consiste en la construction à Redange-Sur-Attert, am Fraesbich, d un bâtiment comprenant des surfaces de hall et de bureaux pour une

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2 CHAPITRE OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2.1. CAS GÉNÉRAL L installation d un garde-corps est obligatoire lorsque la hauteur de chute comptée à partir de la zone de stationnement normal (ZSN)

Plus en détail

Schéma du bâtiment : coupe verticale. - arrêt au départ des occupants.

Schéma du bâtiment : coupe verticale. - arrêt au départ des occupants. 1 Nouveau-Mexique type de bâtiment une école d'un étage lieu géographique le Nouveau-Mexique année de construction vers 1935 surface au sol 677 m 2 murs préfabriqués en béton armé construction en partie,

Plus en détail

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier à consulter* Monter un escalier Supervision À consulter : Points de repère pour monter un escalier

Plus en détail

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières Terminologie Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

Rappel des principaux éléments de la réglementation valable pour tous les commerces. Accessibilité des établissements recevant du public

Rappel des principaux éléments de la réglementation valable pour tous les commerces. Accessibilité des établissements recevant du public Rappel des principaux éléments de la réglementation valable pour tous les commerces Les handicapés doivent circuler, accéder et utiliser les établissements recevant du public au même titre que chaque citoyen.

Plus en détail

ARRÊTÉ du 30 novembre 2007

ARRÊTÉ du 30 novembre 2007 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de la ville NOR : MLVU0766611A ARRÊTÉ du 30 novembre 2007 Modifiant l arrêté du 1 er août 2006 fixant les dispositions prises pour l application des articles

Plus en détail

Réduire des déperditions thermiques de la

Réduire des déperditions thermiques de la Page 1 sur 6 Réduire des déperditions thermiques de la gaine d'ascenseur Création d'un zone "chaude" Création d'un sas intermédiaire Contrôler le débit de ventilation de la gaine En bref! La ventilation

Plus en détail

Conditions d exploitation pour ascenseurs ou plateformes servant au transport de voitures

Conditions d exploitation pour ascenseurs ou plateformes servant au transport de voitures GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, juin 2011 N ITM-SST 1212.1 (Ancien N ITM-CL 330.1) Conditions d exploitation pour ascenseurs ou plateformes servant au transport de voitures Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride

Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride Fiche d application : Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 7 avril 2009 1 Préambule : Cette

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Vade-mecum Règles Pratiques

Vade-mecum Règles Pratiques Vade-mecum Règles Pratiques En matière de sécurité incendie conformément à la réglementation belge Arrêté royal (normes de base 1994-1997 - 2003-2007 - 2009) Et nouvelles annexes 1, 2, 3, 4 et 6 approuvées

Plus en détail

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie Isolation globale 1. Maîtriser la consommation d énergie Le confort et l éco-performance d une habitation sont fortement liés à son isolation. Celle-ci doit être homogène et adaptée aux caractéristiques

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié)

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente notice descriptive (article R.123-22 du

Plus en détail

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS RESTAURANT SCOLAIRE ET HALL DE SPORTS CONFERENCE DE PRESSE 20 mai

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Guide de calcul de la superficie habitable

Guide de calcul de la superficie habitable Guide de calcul de la superficie habitable Centris publie le présent guide à l intention des membres des chambres immobilières. Ce guide vous est recommandé pour calculer de façon adéquate la superficie

Plus en détail

CONSEILS D INSTALLATION

CONSEILS D INSTALLATION CONSEILS D INSTALLATION L installation des toilettes Ecodomeo nécessite la création d une pièce pour le compostage (local de compostage), adaptée à votre habitation. Il est important de prêter une attention

Plus en détail

CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE

CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE 1. Détecteurs automatiques ponctuels 1.1 Choix L objectif principal du choix judicieux d un type de détecteur est d obtenir une détection précoce et sûre d un

Plus en détail

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Préambule général Le présent document constitue une note d information relative aux règles d implantation de pompes à chaleur

Plus en détail

Aide au calcul de la surface de référence énergétique

Aide au calcul de la surface de référence énergétique REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la sécurité, de la police et de l environnement Service de l'énergie Version N 1 Validée le 5 avril 2011 Aide au calcul de la surface de référence énergétique

Plus en détail

PRECONISATIONS RELATIVES A L AMENAGEMENT DES BATIMENTS D HABITATION POUR LE STOCKAGE ET L EVACUATION DES DECHETS MENAGERS

PRECONISATIONS RELATIVES A L AMENAGEMENT DES BATIMENTS D HABITATION POUR LE STOCKAGE ET L EVACUATION DES DECHETS MENAGERS PRECONISATIONS RELATIVES A L AMENAGEMENT DES BATIMENTS D HABITATION POUR LE STOCKAGE ET L EVACUATION DES DECHETS MENAGERS 1) - Pour toute habitation Un emplacement doit être prévu sur l unité foncière

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

Le passage des canalisations gaz dans un parc de stationnement couvert dans les immeubles d habitation et les ERP est-il autorisé?

Le passage des canalisations gaz dans un parc de stationnement couvert dans les immeubles d habitation et les ERP est-il autorisé? Le passage des canalisations gaz dans un parc de stationnement couvert dans les immeubles d habitation et les ERP est-il autorisé? Oui, il est autorisé sous conditions. Néanmoins, un cheminement en dehors

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

Projet d ARRÊTÉ. relatif à l application des articles R. 129-12 à R. 129-15 du code de la construction et de l habitation

Projet d ARRÊTÉ. relatif à l application des articles R. 129-12 à R. 129-15 du code de la construction et de l habitation RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement NOR : Projet d ARRÊTÉ relatif à l application des articles R. 129-12 à R. 129-15 du code de la construction

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

B. AVANT LE DÉBUT DU SALON OU DE L ÉVÉNEMENT, L ORGANISATEUR ENVOIE À KORTRIJK XPO LE PLAN DU SALON DÉFINI.

B. AVANT LE DÉBUT DU SALON OU DE L ÉVÉNEMENT, L ORGANISATEUR ENVOIE À KORTRIJK XPO LE PLAN DU SALON DÉFINI. GESTION DES RISQUES PENDANT LES SALONS OU LES EVENEMENTS A KORTRIJK XPO Lors de la préparation d un salon, Kortrijk Xpo prend un certain nombre de mesures préventives pour éliminer ou maintenir à un faible

Plus en détail

Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Bâtiments collectifs d habitation neufs

Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Bâtiments collectifs d habitation neufs Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite Bâtiments collectifs d habitation neufs REGLEMENTATION : - Loi n 91.663 du 13.07.91 - Décret n 80.637 du 04.08.1980 - Décret n 94.86 du

Plus en détail

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures?

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? N 20 - Novembre 2008 www.siplast.fr contact.ealliance@icopal.com Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? Les enjeux de

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

Vade-mecum Règles Pratiques

Vade-mecum Règles Pratiques Vade-mecum Règles Pratiques En matière de sécurité incendie conformément à la réglementation belge Arrêté royal (normes de base 994-997 - 2003-2007 - 2009) Et nouvelles annexes, 2, 3, 4 et 6 approuvées

Plus en détail

BÂTIMENTS BAS BÂTIMENTS MOYENS BÂTIMENTS ÉLEVÉS

BÂTIMENTS BAS BÂTIMENTS MOYENS BÂTIMENTS ÉLEVÉS 0 GÉNÉRALITÉS 0.1 Objet. Le présent règlement de base fixe les conditions minimales auxquelles doivent répondre la conception, la construction et l'aménagement des bâtiments bas (BB) afin de : Le présent

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 17 juin 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 18 sur 146 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Se chauffer aux granulés de bois

Se chauffer aux granulés de bois Se chauffer aux granulés de bois Réglementation et règles de l art pour la mise en œuvre des poêles & chaudières à granulés www.propellet.fr CADRE GENERAL Se chauffer aux granulés de bois DEBOUCHE DU CONDUIT

Plus en détail

Modifications principales des prescriptions de protection incendie 2015. Débat urbanités. Nous protégeons l essentiel

Modifications principales des prescriptions de protection incendie 2015. Débat urbanités. Nous protégeons l essentiel Modifications principales des prescriptions de protection incendie 2015 Débat urbanités Didier Guignard, 6 octobre 2014 Sommaire Modifications principales des prescriptions AEAI 1. Allègements, simplifications,

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants Fiche d application RT ex : Précisions sur l application des deux volets de la réglementation thermique des bâtiments existants Date Modification Version 08 avril 2011 Première version de la fiche 1 6

Plus en détail

LES COUPES VERTICALES

LES COUPES VERTICALES LES COUPES VERTICALES 1- GENERALITES : La coupe verticale est effectuée sur la totalité de la construction. Elle peut être droite ou brisée à plans parallèles. Le repérage de la coupe doit figurer sur

Plus en détail

Rénovation énergétique des copropriétés : Le guide des bonnes pratiques

Rénovation énergétique des copropriétés : Le guide des bonnes pratiques Rénovation énergétique des copropriétés : Le guide des bonnes pratiques Chapitre 10 Le plan pluriannuel de travaux et son volet énergétique Nous avons vu au chapitre 6 comment un audit technique, énergétique,

Plus en détail