Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative"

Transcription

1 Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative A n n e x e 1 Annexe hauteur d un bâtiment La hauteur h d'un bâtiment selon les normes de base n'est pas la hauteur intrinsèque du bâtiment mesurée entre le niveau du sol et son point le plus haut. Dans cette définition, la distance qui est prise en compte est celle entre le niveau d'intervention le plus bas des véhicules des services de secours et du niveau le plus élevé du bâtiment où ils doivent pouvoir intervenir. Fig a & fig b A : niveau le plus bas accessible aux véhicules des services d'incendie Fig a Local technique h A Fig b h A Si l étage le plus haut est à usage exclusivement technique, il n est pas à prendre en compte pour déterminer la hauteur du bâtiment. Fig c & fig d Lorsque le niveau le plus élevé du bâtiment accueille une partie du compartiment duplex (voir définition au point 1.18) la hauteur à considérer est celle entre le niveau du plancher le plus haut du duplex et le niveau d'intervention des véhicules des services de secours : h Fig e Fig c a duplex Fig e h A h Local technique Fig d A 1

2 Annexe Bâtiment élevé Le principe des normes de base actuelles, c est-à-dire la répartition des prescriptions en trois classes en fonction de la hauteur du bâtiment, est directement inspiré de la technique d'intervention des services d'incendie. Dans les bâtiments élevés (BE) (dont la hauteur h est supérieure à 25 m), l'intervention des pompiers se fera via l'intérieur du bâtiment. La hauteur utile de 25 m d une auto-échelle de 30 m détermine le classement en bâtiment moyen ou élevé. Fig Les occupants ne peuvent quitter les bâtiments élevés que via les escaliers. Fig Annexe Bâtiment moyen Dans les bâtiments moyens (BM), lors de l évacuation, les occupants pourront quitter le bâtiment soit via la cage d escaliers soit via la façade avec l aide des services de secours. Fig Dans ce cas, une possibilité d évacuation pourra être réalisée via la façade Fig

3 Annexe Bâtiment bas Pour les bâtiments bas dont la hauteur h est inférieure à 10 m, le service d incendie peut utiliser des échelles coulissantes, la longueur maximale de ces échelles est environ dix mètres. Cette hauteur fixe la limite supérieure des bâtiments bas. Fig Annexe Matériau de construction Les rideaux, les peintures, les tapisseries ne sont pas considérés comme matériau de construction. Cette terminologie sera adaptée. En effet, le terme produit de construction devra être introduit à la place de matériau de construction. Ce sont des produits qui sont mis sur le marché. Ces produits sont composés de matériaux (cfr : lignes directrices pour les produits de construction). Produit de construction : tout produit qui est fabriqué en vue d être incorporé de façon durable dans les ouvrages de construction qui couvrent tant les bâtiments que les ouvrages de génie civil (directive 89/106/CEE) Annexe Paroi Un plancher et un toit horizontal ou oblique sont aussi considérés comme des parois 3

4 Annexe Superficie La superficie est donc la surface du plancher, sans prise en compte d éventuelles déductions comme les colonnes, murs ou autres éléments reposant au sol. Superficie S = a x b fig 1.6.1a Aucune déduction n'est prise en compte La surface occupée par des escaliers et des gaines est déduite car ceux ci ne font pas partie du compartiment Fig a Superficie d un compartiment à considérer Fig b Annexe Nombre de personnes Pour déterminer le nombre de personnes, il faut également tenir compte des personnes qui se trouvent dans les chemins d évacuation comme les mall dans un centre commercial. Le nombre n r (nombre d occupants d un compartiment qui peut être déterminé avec précision en fonction notamment du mobilier fixe) n est à prendre en compte que s il est supérieur à S /3 ou S /10 4

5 Annexe Niveau Dans certains cas, il n est pas évident de déterminer ce nombre de niveaux, par exemple lorsqu on est en présence de mezzanines et d étages imbriqués. Bâtiment A Une manière de déterminer ce nombre est de tracer des lignes verticales au travers d une coupe verticale du bâtiment. Le nombre de niveau est le nombre maximal de planchers que traverse une ligne verticale quelconque augmenté d un. Figure 1.11 a Exemple : fig 1.11 a & b Dans le bâtiment A, la verticale A ne traverse pas de plancher, tandis que la verticale B traverse un plancher. Le bâtiment comporte deux niveaux. Bâtiment B Dans le bâtiment B, la verticale A traverse un plancher, la verticale B traverse également un plancher. Ce bâtiment comporte aussi deux niveaux. Figure 1.11 b Annexe Bâtiment Une construction qui est complètement ouverte sur un ou plusieurs côtés (par exemple : une tribune d un stade de football, une piscine en plein air ) n est pas considérée comme un bâtiment. Les éventuels locaux fermés situés sous ou à proximité de ces constructions sont considérés comme bâtiment. Une construction qui est seulement accessible pour son entretien ou sa réparation comme : des châteaux d eau, des sous-stations de distribution d électricité, des silos, des installations chimiques, des tanks, des tunnels ne sont pas considérés comme des bâtiments 5

6 Annexe Parking ouvert Pour les parkings ouverts, les exigences sont moins sévères car dans ce cas, la chaleur et la fumée sont plus facilement évacuées Définitions : A 1 + A 2 + A 3 + A 4 + A 5 = A A = " Surface totale des baies de ventilation " V x = surface brute d'une paroi verticale S = Surface au sol d'un niveau Conditions : A répartie au moins sur deux façades opposées A ( V 1 + V 2 + V 3 + V 4 ) / 3 A (Sx 5)/100 Fig 1.13 Annexe Bâtiment industriel Lorsqu un bâtiment industriel contient un nombre limité de locaux (réfectoire, bureau )dont la superficie totale est plus petite que 100 m² (domaine d application des annexes 2,3 et 4) qui ne sont pas destinés à la transformation ou au stockage industriel des matériaux et biens, le bâtiment entier (ces locaux inclus) peut être considéré comme bâtiment industriel. Annexe Elément s structuraux Les éléments autoportants de toiture qui en cas d affaissement ne donnent pas lieu à un effondrement progressif du reste du bâtiment ne sont pas considérés comme éléments structuraux. Annexe Duplex Un compartiment qui se développe entre un rez-de-chaussée et un étage en sous-sol, comporte deux niveaux et forme donc un duplex. 6

7 Annexe Ligne de foulée Dans les escaliers droits ou oblique la ligne de foulé se situe au centre (fig 1.19 a, b & c) Escalier à noyau, tournants, à quart ou à demi tournant de plus de 0,75 m de large ( fig 1.19 c) l = largeur Fig 1.19 a 0,4m < " la ligne de foulée mesurée par rapport au noyau "< 0,6 m "la ligne de foulée mesurée par rapport aux rives extérieures des marches" > 0,35 Emplacement possible de la ligne de foulée Fig 1.19 c Fig 1.19 b 7

8 Annexe Local technique Quelques exemples de locaux technique : salle des machines d ascenseur, chaufferie, locaux pour les installations de ventilation Les locaux suivants ne sont pas considérés comme locaux techniques : locaux d archives, entrepôt, solarium... Quand peut-on réellement parler de local technique? Le terme «local technique» permet un assez grand nombre d interprétations possibles. Il n est pas du tout question d une limite de 30 kw dans la définition. Cette limite n est applicable que dans le cas où le local technique est une chaufferie. Ainsi une installation de chauffage où la puissance calorifique du générateur est supérieure à 30 kw doit se trouver dans un local technique. Pour savoir si on est en présence d un local technique ou pas, il est préférable de se poser la question suivante : Est que l installation en question doit être placée dans un local technique? Par exemple : Est ce qu un local renfermant un compteur gaz doit se trouver dans un local technique? A cette question, on peut argumenter en reprenant par exemple la NBN S sur les équipements thermiques et aérauliques et plus spécifiquement sur les compteurs de gaz au point de la norme, on renseigne : «les compteurs de gaz pour le comptage à basse pression sont installés : a) soit dans des armoires réservées à cette fin ( 3.3.1); b) soit dans un local réservé à cette fin ( 3.3.2); c) soit aux étages, dans les gaines réservées à cette fin ( 3.3.3) d) soit dans le local abritant le poste de détente, pour autant qu'il s'agisse d'un comptage collectif ( 3.3.4) e) soit dans les locaux d'habitation ou dans des locaux ou passages aérés à condition de compteurs renforcés.» Pour le cas b) : on renvoie au point ( 1) ( où on donne des exigences sur la construction du local : Rf 2 heures des parois, accès...) dans ce cas-là, on peut constater qu'il s'agit bien d'un local technique et qu'on peut lui appliquer les exigences des locaux techniques. Pour le cas e) on ne peut pas considérer que le local d'habitation ou les locaux à passages aérés sont des locaux techniques. Annexe Eclairage de secours Par exemple : l éclairage prévu dans une salle d opération d un hôpital qui assure la poursuite des opérations en cours. 8

9 Annexe Eclairage de sécurité Par exemple : l éclairage prévu dans les cages d escaliers et chemins d évacuation qui permet de retrouver son chemin en sécurité Annexe Chemin d évacuation Les annexes 2, 3 et 4 spécifient les conditions de résistance au feu pour les parois de ces chemins d évacuation et énoncent des principes de conception. Fig Annexe Coursive Fig a Lorsqu un chemin d évacuation menant à une cage d escaliers intérieure n est pas réalisable, on peut alors utiliser des possibilités d évacuation extérieures au bâtiment. Une coursive, permet de relier le bâtiment ou un compartiment de ce bâtiment à une cage d escaliers extérieure ou intérieure. Fig b Cette coursive peut également être en quelque sorte un chemin d'évacuation extérieur reliant plusieurs bâtiments entre eux. Fig b Fig a 9

10 Annexe Largeur utile La hauteur libre est de 2m minimum Si l épaisseur des plinthes, des limons et soubassements, main courante n excède pas 10 cm et que ces éléments ne sont pas situés à plus de 1 m au dessus du nez des marches ou de la face supérieure du plancher, alors il n y a pas lieu de faire de déduction pour le calcul de la largeur utile. La figure a La figure b reprend la largeur utile pour le cas d un passage avec mur d un côté et gardecorps de l autre côté. Largeur utile 10 cm 2 m La figure c renseigne sur la façon de déterminer la hauteur libre dans un escalier. Fig a Fig b En gris clair : acceptable En noir : interdit Fig c 10

11 Annexe Largeur utile théorique totale b t : Largeur utile théorique totale b t : (des dégagements d'un compartiment ou un ensemble de compartiments) Considérations sur la valeur du a : L article fait une différence entre les escaliers montant et les escaliers descendant vers les sorties. Pour le même nombre de personnes à évacuer, les escaliers montant sont plus larges que les escaliers descendant. Ceci répond entre autre à la constatation suivante : «Une personne descend plus vite un escalier qu elle le monte» L article fait également une différence entre les largeurs des chemins d évacuation, portes, coursives et les largeurs des escaliers. Après calcul, il apparaît que pour évacuer 120 personnes d un compartiment, il est nécessaire d avoir un escalier de 240 cm de large s il monte vers la sortie, alors que la porte qui donne accès à cette cage d escaliers n est que de 120 cm. Ceci semble paradoxal. On peut expliquer cela par le fait suivant : le nombre de personnes qui par unité de temps passent dans un escalier est plus petit que le nombre de personnes qui traverse une porte qui est aussi large». Les personnes qui empruntent des escaliers maintiennent une plus grande distance entre eux que lorsqu ils traversent une porte. Voir en pages suivantes les exemples de dimensionnement Annexe Largeur utile effective b e : Largeur utile effective b e = (largeur utile DIV 0,60) x 0,60 Exemple : Pour une largeur utile de 1,50 m, la largeur utile effective est de 1,20 m En effet : (1,50 DIV 0,60) = 2 et 2 x 0,60 = 1,20 X DIV Y : partie entière de X/Y X mod Y = X (X DIV Y) x Y) Voir en pages suivantes les exemples de dimensionnement 11

12 Annexe Largeur utile requise totale b tr Largeur utile requise b r Largeur utile requise totale b tr si b t mod 0,60 = 0 alors b tr = b t Sinon, b tr = 0,60 m x [ DIV ( b t / 0,6 m) +1] Largeur utile requise b r d'un dégagement est égale à n x 0,60m. ( n entier) De sorte que : k 1) ( be) i = btr i= 1 k étant le nombre de dégagement desservant un compartiment et 2) b r,max b r, min 0,60 Voir en pages suivantes les exemples de dimensionnement Annexe 1 Exemple : recherche de l occupation maximale Comment déterminer l occupation maximale d un compartiment connaissant les largeurs des sorties? Exemple : un compartiment avec deux sorties (portes de 160 cm chacune). 160 cm Largeur utile = 160 cm Largeur utile effective de chaque sortie = 120 cm La somme des largeurs utiles de chaque dégagement du compartiment est de = 240 cm. Puisque ce sont des portes, a = 0,01 et donc le compartiment peut accueillir 240 personnes. 160 cm 1 compartiment occupation : 240 pers 12

13 Annexe 1 Exemple : dimensionnement sur base de l occupation Comment déterminer la largeur des sorties d un compartiment connaissant l occupation maximale du compartiment? Soit un compartiment pouvant accueillir 300 personnes : 180 cm Largeur utile théorique totale b t = 300* 0,01 = 3 m b e = 3 m = 5 x 0,60 m b tr = 3 m Il est donc nécessaire d avoir 5 unités de passage. Vu le nombre de personnes, on a besoin de deux sorties : une solution est donc de créer une sortie de 120 cm (2 unités de passage) et une sortie de 180 cm (3 unités de passage). Une sortie de 60 cm et une de 240 cm n est pas une solution acceptable car les largeurs différent entre elles de plus d une unité de passage. De plus une largeur de 60 cm ne peut jamais être rencontrée pour une porte, car les points 4.4 des annexes 2,3 et 4 précisent que la largeur utile est au moins de 0,80 m pour les portes et chemins d évacuation La création de deux sorties de 150 cm n est pas non plus une solution acceptable. En effet pour une largeur de 150 cm, la largeur effective est de 120 cm et représente 2 unités de passage n offrant donc au total que 2 x 2 unités de passage soit 4 unités de passage au lieu de cm 120 cm 1 compartiment occupation:300 personnes 150 cm 1 compartiment occupation:300 personnes 60 cm 1 compartiment occupation:300 personnes 240 cm 13

14 Annexe 1 Exemple : relation entre le nombre de personnes et largeur des dégagements Pour lire le tableau : Si on connaît la largeur utile d un dégagement, le tableau renseigne sur le nombre de personnes qui peuvent emprunter ce dégagement. nombre de personnes largeur utile chemin d'évacuation < 80 0 escaliers descendant a= 0,0125 < = 60/1, = 120/1, = 180/1,25 Exemple : 1 compartiment avec une capacité d accueil de 100 personnes (np) max = 100 a) chemin d évacuation : a = 0,01 Largeur utile théorique : b t = 100 x 0,01= 1 m largeur utile effective : 80 cm largeur utile requise totale : 120 cm b r 120 cm b) escaliers descendant : a = 0,0125 Largeur utile théorique : b t = 100 x 0,0125= 125 cm largeur utile effective : 120 cm largeur utile requise totale : 180 cm b r 180 cm = 240/1,25 montant a= 0,02 < 80 0 c) escaliers montant : a = 0, = 60/ =120/ =180/ =240/2 Largeur utile théorique : b t = 100 x 0,02= 200 cm largeur utile effective : 180 cm largeur utile requise totale : 240 cm b r 240cm 14

15 Annexe 1 Exemple : un compartiment avec des dégagements différents La définition de la largeur utile théorique d un dégagement ne tient pas compte du fait qu un compartiment peut avoir des dégagements avec des valeurs de a différentes. Exemple : Un compartiment pouvant accueillir 300 personnes, et deux sorties : Une sortie A directement vers l extérieur Une sortie B via un escalier montant Première proposition : Sortie A : 2m (a A = 1%) b ea = 1m80 Sortie B : 1m (a B =2%) b eb = 1m80 Sortie B via un escalier montant vers le niveau d évacuation Sortie A directement vers l extérieur Calculons le nombre de personnes qu on peut évacuer par ces sorties et vérifions s il est supérieur ou égal à 300. b ea b eb n p = + = = 270 < 300 a a A B 1 compartiment occupation : 300 personnes Cette première proposition n est donc pas satisfaisante. Seconde proposition : Sortie A : 2 m40 (a A = 1%) b ea = 2m40 Sortie B : 2 m (a B =2%) b eb = 1m80 b ea b eb n p = + = = 330 > 300 a a A B Solution satisfaisante à condition que la différence de largeur entre les deux sorties soit d au maximum une unité de passage. 15

16 Annexe Niveau d évacuation Fig a E niveau d évacuation +n +(n-1) Fig b E i niveau d évacuation le plus bas E s niveau d évacuation le plus haut E = 0-1 Es+1 E s E i +1 Ei Es-1 Fig.6.8 a Fig b 16

4. Prescriptions relatives à la construction des bâtiments et des espaces d évacuation

4. Prescriptions relatives à la construction des bâtiments et des espaces d évacuation Rappel des grands principes de prévention : 1. Conservation de la capacité portante de la construction 2. Limitation de la naissance et du développement du feu et de la fumée dans la construction 3. Limitation

Plus en détail

Réglementation nationale Annexe 6 RFS2-C2-2007-00032 Aperçu de la présentation ti Statut de l annexe 6. Domaine d application et objectifs du texte. Structure t de la nouvelle Annexe 6. o Table des matières.

Plus en détail

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs

Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Prescriptions techniques et de construction pour les locaux à compteurs Référence: SIB10 CCLB 110 Date : 22/10/2010 Page 1/9 Table des matières 1 PRELIMINAIRES... 3 2 ABREVIATIONS... 3 3 ACCESSIBILITE

Plus en détail

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4 ETUDE RELATIVE À LA PRÉVENTION DES INCENDIES ET DES EXPLOSIONS À JOINDRE À TOUTE DEMANDE DE PERMIS D URBANISME OU UNIQUE RELATIVE AUX BÂTIMENTS VISÉS À L ARTICLE 1 DU RÈGLEMENT COMMUNAL DU 25/05/2010 ENTRÉ

Plus en détail

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter.

Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Voici un guide indicatif à suivre afin de réaliser un audit sécurité de votre établissement. Ce guide indique les points principaux à respecter. Cependant si vous désirez un audit sécurité complet, il

Plus en détail

Vade-mecum Règles Pratiques

Vade-mecum Règles Pratiques Vade-mecum Règles Pratiques En matière de sécurité incendie conformément à la réglementation belge Arrêté royal (normes de base 1994-1997 - 2003-2007 - 2009) Et nouvelles annexes 1, 2, 3, 4 et 6 approuvées

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Vade-mecum Règles Pratiques

Vade-mecum Règles Pratiques Vade-mecum Règles Pratiques En matière de sécurité incendie conformément à la réglementation belge Arrêté royal (normes de base 994-997 - 2003-2007 - 2009) Et nouvelles annexes, 2, 3, 4 et 6 approuvées

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Commission du règlement de construction (Article R. 111-16-1 du CCH)

Commission du règlement de construction (Article R. 111-16-1 du CCH) FICHES TECHNIQUES N QUESTION (1) DATE DE VALIDATION COMMISSION OBJET 07-03-001 23 novembre 2007 Classement des bâtiments d habitation Bâtiments d habitation de la 3e famille A 07-03-002 23 novembre 2007

Plus en détail

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change 18 mai 2013 Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Façades Bâtiments bas 3.5.1 Façades simple paroi 3.5.1.1 Séparation entre compartiments Ce qui change est souligné (+ Euroclasses) Fixations des

Plus en détail

1.21 SYNTHÈSE ERP. ÉTABLISSEMENTS DE 5e CATÉGORIE (PETITS ÉTABLISSEMENTS) Dispositions administratives

1.21 SYNTHÈSE ERP. ÉTABLISSEMENTS DE 5e CATÉGORIE (PETITS ÉTABLISSEMENTS) Dispositions administratives Arrêté du 22 juin 1990 modifié (articles PE) ÉTABLISSEMENTS DE 5e CATÉGORIE (PETITS ÉTABLISSEMENTS) SYNTHÈSE F I C H E 1.21 ERP Les établissements dits de 5e catégorie, c est-à-dire dont l effectif du

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil EXEMPLE DE NOTICE DE SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil NOTA : Cet exemple de notice est un document simplifié. Des renseignements complémentaires

Plus en détail

BÂTIMENTS BAS BÂTIMENTS MOYENS BÂTIMENTS ÉLEVÉS

BÂTIMENTS BAS BÂTIMENTS MOYENS BÂTIMENTS ÉLEVÉS 0 GÉNÉRALITÉS 0.1 Objet. Le présent règlement de base fixe les conditions minimales auxquelles doivent répondre la conception, la construction et l'aménagement des bâtiments bas (BB) afin de : Le présent

Plus en détail

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012 NOTICE DE SÉCURITÉ concernant les ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 1 er groupe (1 ère à 4 ème catégorie) conformément au Code de l'aménagement de la Polynésie Française Document mis à jour le 10.05.2012

Plus en détail

NOR: TEFT9205115A. Version consolidée au 9 novembre 2012

NOR: TEFT9205115A. Version consolidée au 9 novembre 2012 Le 9 novembre 2012 ARRETE Arrêté du 5 août 1992 pris pour l application des articles R. 235-4-8 et R. 235-4-15 du code du travail et fixant des dispositions pour la prévention des incendies et le désenfumage

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

Etude de sécurité jointe à la demande de permis d urbanisme COMMENTAIRES ET EXPLICATIONS

Etude de sécurité jointe à la demande de permis d urbanisme COMMENTAIRES ET EXPLICATIONS Etude de sécurité jointe à la demande de permis d urbanisme COMMENTAIRES ET EXPLICATIONS La terminologie utilisée dans l étude est celle de l annexe 1 de l A.R. du 07.07.1994 fixant les normes de base

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

Voies d évacuation et de sauvetage

Voies d évacuation et de sauvetage Institut de Sécurité Voies d évacuation et de sauvetage Jean-Paul Bassin Institut de Sécurité Institut de Sécurité INSTITUT SUISSE DE PROMOTION DE LA SÉCURITÉ Evacuation_Lignum_2010 1 Histoire 1995 1945

Plus en détail

PRÉFECTURE DES YVELINES

PRÉFECTURE DES YVELINES PRÉFECTURE DES YVELINES COMMISSION CONSULTATIVE DÉPARTEMENTALE DE LA PROTECTION CIVILE DE LA SÉCURITÉ ET DE L ACCESSIBILITÉ NOTICES DEVANT ÊTRE TRANSMISES À L APPUI D UNE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE

Plus en détail

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012 NOTICE DE SÉCURITÉ concernant les ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du (5 ème catégorie) conformément au Code de l'aménagement de la Polynésie Française Document mis à jour le 10.05.2012 01 - PRÉSENTATION

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS DIVERS

RENSEIGNEMENTS DIVERS NOTICE DE SECURITE Références: A joindre obligatoirement à tout dossier de permis de construire ou déclaration de travaux exemptés de permis de construire relatifs à un établissement recevant du public

Plus en détail

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 CIRCULATIONS VERTICALES INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 1 PROGRAMME LECONS LECON_001 [T] Présentation Notions de Technobat LECON_002 [T] Technobat Tropicale Les classes énergétiques LECON_003 [T] Les matériaux

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Préambule La notice de sécurité est fournie pour permettre à la commission de sécurité de rendre un avis sur les conditions

Plus en détail

BTS. Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe :

BTS. Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe : BTS Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe : 1 le local chaufferie : Implantation : Différents types d Implantation

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR

SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Publié le : 2003-05-05 SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR 4 AVRIL 2003. - Arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l'incendie et l'explosion,

Plus en détail

Le dernier niveau est à moins de 8 m du sol

Le dernier niveau est à moins de 8 m du sol Page 1 Code du travail (articles R. 235-4) Les bâtiments doivent être conçus et réalisés de manière à permettre, en cas de sinistre : - l'évacuation rapide de la totalité des occupants dans des conditions

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

Etablissements Recevant du Public ERP de 5 ème catégorie

Etablissements Recevant du Public ERP de 5 ème catégorie N O T I C E D E S E C U R I T E Etablissements Recevant du Public ERP de 5 ème catégorie L article R 123-14 du Code de la Construction et de l Habitation stipule que : «les établissements, dans lesquels

Plus en détail

Les établissements recevant du public - ERP

Les établissements recevant du public - ERP Arrêté du 25 juin 1980 (modifié) Les établissements recevant du public - ERP Article EC 7 L éclairage de sécurité doit être à l état de veille pendant l exploitation du bâtiment. L éclairage de sécurité

Plus en détail

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX Remarques Cette notice descriptive de sécurité, élaborée à l attention des maîtres d ouvrage et maîtres

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION B. LIGNES DIRECTRICES C. COMMENTAIRES

TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION B. LIGNES DIRECTRICES C. COMMENTAIRES TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION A-1 Domaine d application 1 A-2 Principes généraux 1 A-3 Contenu du Guide d application 2 A-4 Référence au chapitre I, Bâtiment 3 A-5 Entretien et réparation 4 A-6 Mise

Plus en détail

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH)

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) 1 Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) Conformément à Article R*111-19-17 du CCH, la présente notice fait partie du dossier permettant de vérifier la conformité

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier L arrêté du 24 juillet 2006 Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier 1.1) La détection automatique incendie 1.2) La protection

Plus en détail

Section 1 - Construction, dégagements, gaines

Section 1 - Construction, dégagements, gaines Page 1 sur 7 Règlement de sécurité contre l'incendie relatif aux établissements recevant du public LIVRE III : Dispositions applicables aux établissements de la cinquième catégorie CHAPITRE II Règles techniques

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage :

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage : Secteur prévention Etablissement cantonal d'assurance et de prévention Place de la Gare 4, Case postale, 2002 Neuchâtel Tél. 032 889 62 22 www.ecap-ne.ch Fax 032 889 62 33 ecap.prevention@ne.ch QUESTIONNAIRE

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES. Etablissements de vente Centres Commerciaux

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES. Etablissements de vente Centres Commerciaux GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de

Plus en détail

A.R. Normes de Base Comparatif des annexes 2,3 et 4. Cpt ing.f. HENRY. S.R.I. CHARLEROI prevention.incendie@charleroi.be. Cpt ing. F.

A.R. Normes de Base Comparatif des annexes 2,3 et 4. Cpt ing.f. HENRY. S.R.I. CHARLEROI prevention.incendie@charleroi.be. Cpt ing. F. A.R. Comparatif des annexes 2,3 et 4 Cifop Conseillers en prévention Cpt ing.f. HENRY S.R.I. CHARLEROI prevention.incendie@charleroi.be Les - modifiant l A.R du 19/12/97 - modifiant l A.R. du 07/07/94

Plus en détail

Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus

Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus CSTC Bruxelles, 5 juin 2012 Aanemingen Verelst Yves Martin René Goovaerts Contenu de la présentation 05.06.2012

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC LES OBLIGATIONS DES OFFICES DE TOURISME EN TANT QU ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Les établissements recevant du public (ERP) sont définis aux articles R. 123-1 et suivants du Code de la construction

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS TEXTES REGLEMENTAIRES APPLICABLES ERP DU 1 er GROUPE ET DE 5 ème CATEGORIE Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs

DISPOSITIONS SPECIFIQUES. Bâtiments administratifs GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1504.1 Prescriptions

Plus en détail

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire 74 4.12 Résistance au feu du béton cellulaire Le béton cellulaire offre une résistance au feu excellente. Il ne contribue pas à la propagation du feu et ne développe pas de fumées toxiques pendant l incendie.

Plus en détail

Art. 6. [... ] abrogé par A.R. du 19 décembre 1997, art. 2 (vig. 31.12.1997) (M.B. 30.12.1997)

Art. 6. [... ] abrogé par A.R. du 19 décembre 1997, art. 2 (vig. 31.12.1997) (M.B. 30.12.1997) ARRETE ROYAL DU 7 JUILLET 1994 FIXANT LES NORMES DE BASE EN MATIERE DE PREVENTION CONTRE L'INCENDIE ET L'EXPLOSION, AUXQUELLES LES BATIMENTS NOUVEAUX DOIVENT SATISFAIRE. (M.B. 26.04.1995) et ( Errata M.B.

Plus en détail

MISE EN OEUVRE D'UN DÉSENFUMAGE NATUREL

MISE EN OEUVRE D'UN DÉSENFUMAGE NATUREL 1 MISE EN OEUVRE D'UN DÉSENFUMAGE NATUREL PRINCIPES DE BASE Assistance Technique : 06........ 2 INTRODUCTION Environ 90 000 incendies en France par an. Le feu naît si 3 éléments sont réunis : le combustible,

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Préambule : Cette notice concerne les dispositions essentielles de sécurité à prévoir en fonction du classement de l'établissement

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

PC40 - NOTICE DE SECURITÉ

PC40 - NOTICE DE SECURITÉ PC40 - NOTICE DE SECURITÉ Maître d Ouvrage : Architecte : Commune de Wormhout Mr Pierre Coppe Architecte desl Monsieur le Maire 47 place du Général de Gaulle BP 60 393 59 337 Tourcoing Cedex Tél : 03 28

Plus en détail

Alexandre Paradis-Gilbert Simon Carbonneau Jean-Daniel Bilodeau PREMIÈRE-VIDÉO JONQUIÈRE 2305 ST-HUBERT

Alexandre Paradis-Gilbert Simon Carbonneau Jean-Daniel Bilodeau PREMIÈRE-VIDÉO JONQUIÈRE 2305 ST-HUBERT Alexandre Paradis-Gilbert Simon Carbonneau Jean-Daniel Bilodeau PREMIÈRE-VIDÉO JONQUIÈRE 2305 ST-HUBERT LOCALISATION SITUATION En tant que technicien en architecture, nous avons analysé le site du Première

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

Phase avant-projet : Liste de vérification pour la protection incendie d'appartements multi-étagés

Phase avant-projet : Liste de vérification pour la protection incendie d'appartements multi-étagés Phase avant-projet : Liste de vérification pour la protection incendie d'appartements Ce document présente une vue d'ensemble des principales questions à envisager en matière de sécurité incendie dans

Plus en détail

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 GLOSSAIRE Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 Abri de jardin Accès Alignement Alignement spécifique Annexe Attique Baie Bardage Bateau d'accès Chien assis Coefficient d occupation du

Plus en détail

guide normes de base prévention incendie édition 2 2008

guide normes de base prévention incendie édition 2 2008 guide normes de base prévention incendie édition 2 2008 Résumé de l AR 07/07/1994 AR 04/04/1996 AR 18/12/1996 AR 19/12/1997 AR 04/04/2003 AM 06/06/2006 AR 13/06/2007 www.rft.be 1 AVANT-PROPOS La publication

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Bâtiments administratifs

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Bâtiments administratifs GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1504.2 Prescriptions

Plus en détail

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE Maître d ouvrage : SIVU DE LA CRECHE INTERCOMMUNALE THOIRY 3 place de la Fontaine 78 770 THOIRY Adresse des travaux : Rue de la Mare Agrad 78 770 THOIRY

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

Installations d'ascenseurs

Installations d'ascenseurs Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio Installations d'ascenseurs (Etat

Plus en détail

Modifications principales des prescriptions de protection incendie 2015. Débat urbanités. Nous protégeons l essentiel

Modifications principales des prescriptions de protection incendie 2015. Débat urbanités. Nous protégeons l essentiel Modifications principales des prescriptions de protection incendie 2015 Débat urbanités Didier Guignard, 6 octobre 2014 Sommaire Modifications principales des prescriptions AEAI 1. Allègements, simplifications,

Plus en détail

OCF / KAF 01.06.2011

OCF / KAF 01.06.2011 01.06.2011 Détecteurs Lampe témoin Centrale, tableau de rappel Feu flash Signal acoustique Dispositif manuel de déclanchement Arrêt du signal acoustique et activation de la 2ème temporisation Détection

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

Notice descriptive. CONTACT POUR LA LOCATION : ETIK-IMMO TEL : +352 621 510 609 EMAIL : contact@etik-immo.com WEB : www.etik-immo.

Notice descriptive. CONTACT POUR LA LOCATION : ETIK-IMMO TEL : +352 621 510 609 EMAIL : contact@etik-immo.com WEB : www.etik-immo. Notice descriptive CONTACT POUR LA LOCATION : ETIK-IMMO 1 Généralités: L objet, situé au 5, rue d Arlon à Ecoparc Windhof, est composé de quatre lots commerciaux nommés A,B,C et D d environ 600 m² chacun.

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE pour les ERP de 5 ème catégorie SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

Fiche de travail Protection incendie installations aérauliques

Fiche de travail Protection incendie installations aérauliques Fiche de travail Protection incendie installations aérauliques Bases légales Les normes et directives suivantes sont à respecter: Norme de protection incendie de l AEAI Directive de protection incendie

Plus en détail

SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS

SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS SUJETS DE LA FICHE-CONSEILS 1. Lignes directrices 2. Issue extérieure au niveau du sol Accès et aire de manœuvre Sécurité fonctionnelle 3. Étages desservis par un Bâtiment protégé par des extincteurs automatiques

Plus en détail

Murs en maçonnerie. de terre cuite. Résistance au feu des maçonneries de briques. Fédération Belge de la Brique

Murs en maçonnerie. de terre cuite. Résistance au feu des maçonneries de briques. Fédération Belge de la Brique Murs en maçonnerie de terre cuite Fédération Belge de la Brique Rue des Chartreux, 19 bte 19-1000 Bruxelles tél. 00 32 (0)2 511 25 81 fax. 00 32 (0)2 513 26 40 www.brique.be Résistance au feu des maçonneries

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

COPROPRIETE. 119 rue FERETRA 31400 TOULOUSE

COPROPRIETE. 119 rue FERETRA 31400 TOULOUSE Bureau Alpes Contrôles Campus II - 3, avenue de l'europe - Bât A 31400 TOULOUSE Tél: 05.61.73.25.56 - Fax: 05.61.52.10.67 toulouse@alpes-controles.fr AFFAIRE : 310-T-33120309P-CVC COMPTE RENDU : n 1 :

Plus en détail

PC40. NOTICE SECURITE INCENDIE

PC40. NOTICE SECURITE INCENDIE 89 SAINT SAUVEUR EN PUISAYE MAISON NATALE DE COLETTE RESTAURATION & REUTILISATION PC40. NOTICE SECURITE INCENDIE Maître d ouvrage Association «LA MAISON DE COLETTE» Maître d œuvre ARCHITECTE MANDATAIRE

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D un projet de construction d un ÉTABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Soumis : Aux dispositions générales des articles R 123-1 à R 123-55 du code de la construction et de l habitation

Plus en détail

Sous-section 8: Dispositions transitoires. Section 2 : Immeubles à logements existants soumis au permis de location. Sous-section 1 : Terminologie.

Sous-section 8: Dispositions transitoires. Section 2 : Immeubles à logements existants soumis au permis de location. Sous-section 1 : Terminologie. Art. 90: Art. 91: Art. 92: Aussi longtemps que les prescriptions de la présente section ne sont pas respectées ou quand la sécurité publique est mise en péril par la négligence, l omission ou la mauvaise

Plus en détail

Notice descriptive de sécurité pour les Établissements Recevant du Public

Notice descriptive de sécurité pour les Établissements Recevant du Public Notice descriptive de sécurité pour les Établissements Recevant du Public Version 2015-1 Sommaire Préambule Page 3 Renseignements principaux Page 4 Renseignements nécessaires à la bonne compréhension du

Plus en détail

CHAUFFAGE URBAIN CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR SCDC. VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A.

CHAUFFAGE URBAIN CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR SCDC. VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A. CHAUFFAGE URBAIN SOCIETE CHAMBERIENNE DE DISTRIBUTION DE CHALEUR SCDC CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A. SIEBENBOUR SOMMAIRE

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION INCENDIE

NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION INCENDIE Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D EVALUATION DE LA SECURITE INCENDIE ET DU CONFORT DES CHAMBRES D ETUDIANTS A BRUXELLES

QUESTIONNAIRE D EVALUATION DE LA SECURITE INCENDIE ET DU CONFORT DES CHAMBRES D ETUDIANTS A BRUXELLES Brusselse Hoofdstedelijke Dienst voor Brandweer en Dringende Medische Hulp Helihavenlaan, 11-15 1000 Brussel - 022088430 Q1 QUESTIONNAIRE D EVALUATION DE LA SECURITE INCENDIE ET DU CONFORT DES CHAMBRES

Plus en détail

Actualité normative et réglementaire en matière

Actualité normative et réglementaire en matière infosteel Actualité normative et réglementaire en matière de sécurité incendie Jean Philippe Vériter Technical Manager, Infosteel JOURNEE CONSTRUCTION ACIER 2010 Louvain la Neuve, 18/10/2010 Tbl Table

Plus en détail

Installations désenfumage DPI 21-15f

Installations désenfumage DPI 21-15f Installations désenfumage DPI 21-15f ASTEC Genève - 20 novembre 2015 Organisation : - ASTECH section genevoise Contact : - Schako Givisiez Présentation : - Richard Conseils Givisiez 2 Buts du désenfumage

Plus en détail

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE ETUDE DE L EXISTANT CONSTRUCTION STRUCTURE (Références photos du chantier- 1960) LA GRANDE COURONNE

Plus en détail

Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie

Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie La nouvelle réglementation concernant la réaction au feu (Annexe 5 AR 12/07/2012). Prescriptions concernant les traversées résistantes

Plus en détail

REGLEMENT COMMUNAL EN MATIERE DE SECURITE INCENDIE

REGLEMENT COMMUNAL EN MATIERE DE SECURITE INCENDIE REGLEMENT COMMUNAL EN MATIERE DE SECURITE INCENDIE Adopté par le Conseil communal en séance du 17 février 2014 CHAPITRE I - SECURITE 1. Installations électriques 1.1. Les installations électriques qui

Plus en détail

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle 1 Conformément à l article 3a en association avec l article 6 de la loi sur le travail et à l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, l employeur (canton) est tenu d adopter des mesures appropriées

Plus en détail

Côté 7ème. Côté 7ème

Côté 7ème. Côté 7ème Côté 7ème Marseille 7ème - 9/11/13 rue Joël Recher Notice descriptive - Bureaux 1 / 5 28/08/2013 Sommaire : 1. Le Bâtiment 1.1. Gros œuvre 1.2. Façades 1.3. Couverture 2. Les aménagements extérieurs 2.1.

Plus en détail

Systèmes porteurs DIRECTIVE DE PROTECTION INCENDIE. 26.03.2003 / 14-03f

Systèmes porteurs DIRECTIVE DE PROTECTION INCENDIE. 26.03.2003 / 14-03f Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio Systèmes porteurs 26.03.2003

Plus en détail

Conception et construction des ouvrages gaz. Club de la Performance Immobilière

Conception et construction des ouvrages gaz. Club de la Performance Immobilière Conception et construction des ouvrages gaz Club de la Performance Immobilière Novembre 2014 RT2012 et arrêté 2 Aout 77 Arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences

Plus en détail

RELEVE TECHNIQUE PARTIE COMMUNE

RELEVE TECHNIQUE PARTIE COMMUNE Rue de la Mouillère - 25 000 Besançon MAITRE D OUVRAGE Reynaud Immobilier Services 22 Bis Rue de Dole 25 000 BESANCON Tél. :03.81.61.94.84 Fax : 03.81.61.95.80 E-Mail : contact@reynaud-immobilier.com RELEVE

Plus en détail

La réglementation incendie et ses évolutions

La réglementation incendie et ses évolutions La réglementation incendie et ses évolutions L évacuation des personnes à mobilité réduite en cas d incendiedi S. Danschutter, Chef de projet, CSTC Y. Martin, Chef de division, CSTC www.cstc.be J. Rahier,

Plus en détail

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE

>I Maçonnerie I ESCALIERS MAISON INDIVIDUELLE ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières Terminologie Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

Réglementation. Protection incendie - désenfumage. 1 - Limiter la propagation du feu. 2 - Faciliter l évacuation des personnes

Réglementation. Protection incendie - désenfumage. 1 - Limiter la propagation du feu. 2 - Faciliter l évacuation des personnes principe Les objectifs des règlements contre les risques d incendie sont de préserver la sécurité des biens et des personnes : en limitant les risques de naissance et de propagation du feu, en facilitant

Plus en détail