RÉFLEXE. 10 Le projet d Oléoduc TansCanada : un miroir aux alouettes. 5 Au travail, ma santé psycologique j y tiens!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉFLEXE. 10 Le projet d Oléoduc TansCanada : un miroir aux alouettes. 5 Au travail, ma santé psycologique j y tiens!"

Transcription

1 2 États généraux 2015 Ensemble ripostons! 5 Au travail, ma santé psycologique j y tiens! 6 Un regard sur l austérité et ses conséquences sur les femmes 10 Le projet d Oléoduc TansCanada : un miroir aux alouettes 11 La relève syndicale c est tout d abord local RÉFLEXE

2 avec bleed : 0,125po format : 2,5 po MOT DE LA PRÉSIDENTE ÉTATS GÉNÉRAUX 2015 ENSEMBLE RIPOSTONS! ANN GINGRAS «Je crois profondément à la justice sociale. Je crois profondément à la lutte contre les inégalités.» - Philippe Couillard BON 1 ER MAI! Rappelons les origines du 1er mai qui commémore un incident tragique qui a eu lieu à Chicago en Ce jour-là, travailleuses et travailleurs entamèrent une vaste marche dans les rues de Chicago afin de faire valoir leur droit à une plus grande justice sociale, et déclenchèrent du même coup une grève afin d obtenir la journée de travail de huit heures. La réaction des autorités ne se fit pas attendre et elle prit la forme d une sanglante répression policière causant la mort. Plusieurs travailleurs furent arrêtés et condamnés par la justice. Quatre d entre eux furent pendus. Depuis ce jour, dans le monde entier, cette date honore les travailleuses et travailleurs et leurs luttes. Le Québec souligne la Journée internationale des travailleuses et des travailleurs depuis 1972 et c est des milliers de Québécoises et de Québécois qui descendent dans les rues. C est le moment de célébrer la contribution de celles et ceux qui produisent la véritable richesse au quotidien de notre société et de faire valoir nos revendications qui visent, entre autres, l atteinte d un monde plus juste et égalitaire. Mais oui, il a eu le culot de faire cette déclaration surprenante lors du premier anniversaire de l élection de son gouvernement le 7 avril dernier. Les politiques d austérité de ce gouvernement nous frappent au quotidien. Austérité vous dites? Ça ne vous touche pas? Pourtant, lorsqu un État procède à une réduction drastique de ses dépenses, en ciblant principalement celles liées aux services publics et aux mesures sociales, le rôle de l État est ainsi changé d un État au service du bien commun, à la collectivité, à un État au service de l entreprise privée. Les compressions, la privatisation des services publics et les coupes dans le filet de protection sociale sont toutes des mesures qui en font partie. La fameuse dette accumulée et qui est tant décriée par les économistes de droite, les banques et des regroupements patronaux, est devenue un fardeau si effrayant à leurs yeux qu on la répartit par habitant pour faire peur à la population, particulièrement à la classe moyenne qui paie la majeure partie des impôts. Pourtant, lorsqu il est question de comparer la dette du Québec qui représente environ 57 % du PIB (richesse produite collectivement) à la moyenne de la dette privée de chaque individu qui équivaut à plus de 160 % de leur revenu annuel, les ténors de l austérité ne disent pas un mot parce que ce sont eux qui en retirent les dividendes et réclament des baisses d impôts pour ne pas assumer leurs responsabilités sociales. Or, notre bon gouvernement Couillard n écoutant que les patrons et les possédants de ce monde en remet en augmentant les tarifs. Pensons à la nouvelle hausse du tarif de l électricité (une de plus) qui a augmenté de 25 % au cours des dix dernières années ou à l augmentation des taxes scolaires et municipales après avoir coupé les transferts aux municipalités et à la modulation des frais de garde les portant de 7,50 $ à 20 $ par jour. Tout en payant plus, nous risquons fort de recevoir moins de services. Le budget Leitao fait la démonstration que ce gouvernement va encore plus loin. Alors que l augmentation des coûts de système est autour de 4,5 % par année, il limite la hausse des dépenses de 1,4 % en santé, de 0,2 % en éducation ainsi qu une réduction de 1,1 % pour l ensemble des autres 2 LE RÉFLEXE, MAI 2015

3 programmes. Les effets de ces compressions seront désastreux pour nos services publics. DES HAUTS LE CŒUR Devant ce portrait désolant, lorsqu on voit les jeunes, nos jeunes, les jeunes du Québec, se lever pour contester cette idéologie, on y voit de l espoir. Cependant, la répression et la violence avec lesquelles les forces de l ordre agissent, provoquent des hauts le cœur à répétition. La brutalité, la répression et le climat d intimidation sont odieux et tout à fait condamnables. Ce qui l est encore plus, ce sont les animateurs et chroniqueurs des médias d opinions de la région qui réclament davantage de répression. À lire les commentaires à la suite de ces chroniques, a de quoi étourdir l esprit le plus endurci. On s attendait à rien de moins d un régime totalitaire où le contrôle de la pensée est recherché en imposant à toutes les citoyennes et tous les citoyens l adhésion à une idéologie et où celles et ceux qui osent s objecter sont considérés comme des ennemis de la société. Mais chez nous, vraiment? ENSEMBLE RIPOSTONS! Que pouvons-nous faire dans une région où la droite a des assises particulièrement solides, dans un terreau fertile pour les radios de droite et les politiciens plus que conservateurs? C est justement la question que le dernier congrès du conseil central s est posée et pour laquelle il a décidé de tenir les États Généraux. Des personnes conférencières, des échanges et aussi des surprises alimenteront notre réflexion collective. Comment s organiser? La conjoncture de la région nous affecte de quelle façon lorsque nous avons à mobiliser nos membres ou tout simplement à faire notre travail de représentation syndicale? Quels sont les défis actuels et à venir pour le mouvement syndical? Que faire pour que les membres, particulièrement les jeunes, s intéressent à la vie syndicale? Il s agit d un rendez-vous à ne pas manquer, un évènement régional sans précédent, afin que nous puissions faire le portrait, mais surtout l opportunité pour organiser une riposte qui sera sans équivoque et bien sentie. Alors, les États Généraux sont un évènement à ne pas rater dans cette conjoncture pour la moins turbulente, car ENSEMBLE, RIPOSTONS! ÉTATS GÉNÉRAUX 30 avril et 1er mai 2015, 9 h Centre Horizon 801, 4e Rue, Québec Inscription par courriel au ou par téléphone au FORMATIONS À VENIR AVRIL AMT Trésorerie MAI Exécutif syndical Comité de surveillance 12 Secrétariat 13 JUIN Exécutif syndical MAI 2015, LE RÉFLEXE 3

4 CORRESPONDANCE LETTRE À MARIE MARIE, J étais très contente et soulagée d avoir de tes nouvelles de la Tunisie où tu participais, le 22 mars, au Forum social mondial. Je savais que tu étais arrivée quelques jours avant pour rencontrer notre amie militante syndicale Souad de la Marche mondiale des femmes (MMF) de Tunisie. Lorsque j ai entendu à la radio la nouvelle de l attentat de Tunis, mon cœur s est arrêté de battre. J ai immédiatement pensé à toi. Quelle tristesse de voir ces images à la télévision. J étais inquiète pour toi et pour les autres militantes de la MMF qui étaient déjà arrivées pour organiser les activités du Forum social. Au moment où j écris cette lettre, je suis plus tranquille, mais l inquiétude demeure présente surtout quand je sais que vous organisez des ateliers sur les droits des femmes et sur l égalité entre les hommes et les femmes. Le Forum social mondial est un espace de convergence et de rencontres des divers mouvements sociaux; il offre de nombreuses possibilités pour renforcer nos alliances et mobiliser davantage nos sœurs pour notre 4e Action internationale qui se tient cette année. Les objectifs du Forum social mondial visent à consolider les dynamiques LETTRE À MARIE de changements issus de la révolution tunisienne et des mouvements démocratiques de la région, à approfondir les débats sur la crise du modèle libéral et la crise civilisationnelle ainsi que les débats sur les nouveaux enjeux géopolitiques. Enfin, il souhaite promouvoir des alternatives qui respectent les droits des peuples en étant fondées sur la paix et la justice sociale. Dans la conjoncture actuelle, il est très important de pouvoir échanger La Marche mondiale des femmes au Forum social mondial en Tunisie nos analyses et consolider nos solidarités en se guidant sur les valeurs de la Charte des femmes pour l humanité : paix, égalité, liberté, justice et solidarité. Cette charte prend toute sa valeur et son importance dans ces moments difficiles que nous traversons. En relisant cette charte, je ne peux qu être en admiration devant ce texte riche de réflexions et d espoir, fruit d une grande consultation dans d innombrables groupes membres de la MMF. Je suis fière de savoir que des femmes de partout dans le monde sont présentes au Forum social pour apporter la vision féministe du monde que nous voulons construire. Ma chère amie, ici au Québec, nous continuons le travail d organisation des actions 2015 de la MMF. Malgré un contexte difficile, c est avec beaucoup de détermination que nous sommes présentes dans toutes les actions que les différents groupes organisent pour contrer les mesures d austérité du gouvernement Couillard. Dans le journal Le Réflexe du mois de mai, tu retrouveras plus d informations sur les luttes que nous menons au Québec. Toutes tes amies du Québec te saluent et se joignent à moi pour te livrer toute notre tendresse, notre amitié et notre solidarité. Nous avons hâte d avoir de tes nouvelles, d ici là, fais attention à toi. Emilia 4 LE RÉFLEXE, MAI 2015

5 ENTRAIDE AU TRAVAIL, MA SANTÉ PSYCHOLOGIQUE J Y TIENS! De nos jours, nous entendons souvent parler de la détresse psychologique, mais si on s attardait plutôt à la santé psychologique! Selon l Organisation mondiale de la santé (OMS), la santé est un état de bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d infirmité. Elle va même plus loin en ajoutant que la santé mentale est un état d équilibre cognitif, émotionnel et comportemental qui permet à la personne de produire, d entretenir des relations professionnelles, de participer aux activités de son milieu de travail et d en tirer satisfaction. Au travail, il est possible d avoir une saine santé psychologique. Pour promouvoir cette perspective, il faut évidemment que l employeur y participe activement et démontre son intérêt pour que la santé organisationnelle de son entreprise fasse partie des priorités. Quelques conditions seront à mettre en avant-plan : Favoriser l adéquation interpersonnelle en valorisant les attitudes positives, en réglant les conflits à la base et en organisant des événements ou activités de groupes. Favoriser le sentiment de compétence au travail en offrant, au besoin, de la formation et en soulignant les bons coups de ses employé-es. Favoriser l épanouissement au travail en ayant en tête qu un employé heureux qui a le sentiment du travail accompli sera stimulé et se sentira apprécié dans son milieu. Favoriser le sentiment de compétence au travail en valorisant et en suscitant la participation des employé-es tout en misant sur leurs champs de compétences. Favoriser la reconnaissance car en valorisant le travail des employé-es cela devient un véritable levier d action autant pour le bien-être personnel que collectif. Miser sur la santé organisationnelle d un milieu de travail, c est croire au potentiel des travailleuses et des travailleurs qui font partie de ce milieu tout en investissant une participation active de leur part. Bref, les considérer comme des acteurs importants, non comme des pions ou des numéros. Comment reconnaît-on la détresse? La détresse psychologique au travail peut se percevoir, entre autres, par certaines difficultés à : Avoir une concentration soutenue Entreprendre de nouvelles tâches Supporter la pression et le stress Organiser son travail, cibler les priorités Respecter les horaires et les échéanciers Réagir adéquatement aux critiques négatives S ajuster aux changements La santé psychologique devrait être une responsabilité partagée et discutée lors de vos rencontres en Comité de santé et sécurité au travail. En agissant en prévention, il sera plus facile de déceler les problématiques à la base plutôt que d attendre que tout saute et, par la suite, d être en mode réparation. La détresse psychologique va au-delà du stress, de la dépression, de l anxiété ou toute autre forme de maladie mentale, car dans la plupart des cas elle s accompagne de problèmes physiques pouvant aller de troubles du sommeil à des douleurs ou maladie cardiovasculaire. Pour être efficace, la prévention des problèmes de santé mentale reliés au travail passe nécessairement par une réduction des sources de stress au travail qui doit s inscrire dans une démarche planifiée et structurée des entreprises. À mettre à votre prochain ordre du jour! Soyez proactifs! Personne-ressource en Entraide ISABELLE LAROUCHE * Présence au bureau : lundi et mardi de 9 h à 17 h * Changement d horaire pour Sur rendez-vous, je peux me libérer les autres journées de la semaine. MAI 2015, LE RÉFLEXE 5

6 SOCIÉTÉ UN REGARD SUR L AUSTÉRITÉ ET SES CONSÉQUENCES SUR LES FEMMES Au cours des cinquante dernières années, le Québec s est doté d un éventail de services publics et les femmes sont au cœur de ces services. Fondés sur les principes d universalité, d équité, d accessibilité et de qualité, ces services répondent aux besoins de la population et permettent de bâtir une société plus égalitaire et plus humaine sans égard à la capacité financière ou au lieu de résidence sur le territoire québécois. Nous traversons actuellement une période de remise en question de ces services et, chaque jour, de mauvaises nouvelles frappent les citoyens du Québec et surtout les femmes à la fois EMILIA CASTRO comme travailleuses, mais aussi en tant qu usagères des services publics. On nous parle d austérité, mais de quoi nous parle-t-on au juste? D une remise en question du rôle de l État québécois et d une réduction de ses dépenses mais en ciblant, avant tout, celles liées aux services publics et aux mesures sociales. Nous passons d un État au service du bien commun à un État au service de l entreprise privée. Le changement visé par les mesures d austérité consiste à réduire la capacité d agir de l État, à ouvrir la voie à la privatisation des services publics et à encourager le dévelop- pement économique par le soutien aux entreprises plutôt que par la redistribution des richesses. Alors que l austérité est présentée par le gouvernement comme une stratégie pour revenir à l équilibre budgétaire, il faut affirmer plutôt que l austérité vise d abord et avant tout le désengagement de l État face à ses responsabilités sociales, et ce, de façon permanente. Selon une recherche de l Institut de recherche et d informations socio-économique (IRIS) «Ces politiques ont croisé un certain nombre de mesures de relance que le Québec a tenté d établir depuis la crise de 2008, mais il n en demeure pas moins que les compressions ont été plus importantes que les investissements. Si les mesures de relance ont d abord favorisé les hommes, les mesures d austérité, quant à elles, ont surtout affecté les femmes. Ces dernières se trouvent donc doublement perdantes vis-à-vis des mesures instaurées par le gouvernement québécois depuis la crise. Si elle diffère en termes de degré, cette situation correspond à celle qu on a pu observer en Europe lors de la mise en place de mesures d austérité 1». 6 LE RÉFLEXE, MAI 2015

7 Les principales conclusions de cette recherche sont : Si on tient compte de l inflation, la croissance des dépenses du gouvernement du Québec a été, à deux reprises, négative et le sera encore probablement en Le Québec est donc en période d austérité, malgré ce qu en dit le gouvernement. La dernière fois qu une telle situation s est produite au Québec, c était sous le gouvernement de Lucien Bouchard lors de la mise en place du déficit zéro, période où l on avait grandement amputé les services publics. En Europe, de nombreuses études sur les mesures d austérité mises en place à la suite de la crise de 2008 montrent que les femmes sont plus touchées que les hommes par ces mesures. En effet, selon ces études, les gouvernements réduisent à la fois leur support financier direct aux individus, leur embauche de travailleurs et travailleuses et les services qu ils offrent à la population : toutes ces compressions affectent d abord les femmes. Au Québec, les mesures de relance économique ont été concentrées autour de la construction d infrastructures et ont d abord avantagé les hommes. Ceux-ci ont bénéficié de mesures de relance totalisant 7,3 G$, alors que les femmes ont bénéficié de mesures de relance de 3,5 G$. Par contre, quand est venu le temps d imposer des mesures d austérité, le gouvernement s est d abord attaqué aux services publics, ce qui a surtout désavantagé les femmes. Celles-ci ont subi des mesures d austérité de l ordre de 13 G$ tandis que les hommes ont été affectés à la hauteur de 9,9 G$. Il faut se rappeler que dans le secteur public plus de 75 % des personnes qui travaillent sont des femmes. Nous sommes inquiètes des conséquences du budget qui a été déposé le 26 mars dernier, surtout que le ministre des Finances Carlos Leitao (anciennement économiste de la Banque Royale et de la Banque Laurentienne) disait en conférence de presse dans la semaine du 15 mars «Nous allons tout faire pour que ce budget soit équilibré 2». De son côté, le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, (anciennement représentant principal de la Banque du Canada) a dû identifier 1 milliard $ de coupes additionnelles à imposer à l appareil de l État pour permettre à son collègue de crier victoire. Et nous savons que l augmentation proposée par le gouvernement pour les travailleurs et travailleuses pour les 5 prochaines années est d un pauvre 3 %. Le Collectif du 8 mars, composé d organisations qui s expriment au nom d un million de femmes du Québec, a rencontré le 13 mars dernier la ministre responsable de la Condition féminine. Suite à la rencontre, elles ont déclaré «La ministre refuse carrément d analyser l impact des mesures, des politiques, des lois et règlements sur les femmes du Québec. Vendue à l atteinte du déficit zéro le plus rapidement possible, elle demeure solidaire de son gouvernement même si les femmes du Québec sont les plus durement touchées. Cette rencontre se voulait un véritable cri d alarme et un ultime recours pour faire entendre la voix des femmes, leurs revendications et les injustices qu elles vivent dans un contexte d austérité qui ne fait qu accentuer les inégalités entre les femmes et les hommes». Plus que jamais, nous devons nous mobiliser au niveau local, régional et national. Nous devons comme travailleuses continuer la marche que nous avons entreprise il y a fort longtemps pour que les acquis des femmes demeurent inattaquables. «Nous proposons de construire un autre monde où l exploitation, l oppression, l intolérance et les exclusions n existent plus, où l intégrité, la diversité, les droits et libertés de toutes et de tous sont respectés» - extrait du préambule de la Charte mondiale des femmes pour l humanité! MAI 2015, LE RÉFLEXE 7

8 NÉGOCIATION SYNDICAT DE SSQ AUTO EN GRÈVE RICHARD GAUVIN Réunis en assemblée générale le 22 février dernier, les travailleuses et travailleurs ont rejeté à 70 % l offre globale et finale de l employeur et voté un mandat de grève générale illimité. Depuis le 2 mars, voyant qu aucune date de conciliation n était prévue, les travailleuses et travailleurs ont décidé de mettre à exécution leur mandat de grève. Cette offre de l employeur visait notamment des reculs importants, entre autres : une diminution de la contribution de l employeur au régime de retraite. Il est à noter que ce régime est actuellement financé à et il est solvable à plus de 100 %. L employeur veut aussi modifier la flexibilité du régime d assurance collective, ce qui aurait pour effet d augmenter la contribution des travailleuses et travailleurs au régime tout en baissant le niveau de protection. L offre finale de l employeur propose également une augmentation des salaires de 10 % sur six ans soit 1,66 % par année, et ce, malgré que la situation financière de la SSQ est excellente. Plusieurs autres reculs sont demandés par SSQ, entre autres, sur les primes. Le 25 mars, les travailleuses et travailleurs se sont réunis, à nouveau, afin de se prononcer sur une nouvelle «offre» finale et globale de l employeur. Les 341 personnes présentes ont rejeté de nouveau cette offre qui bonifiait seulement de 1 % le salaire pour les six années de la durée du contrat, mais qui ouvrait la porte à la possibilité de repousser l âge de la retraite à 64 ou 65 ans. L attitude de la SSQ est inacceptable particulièrement de la part d un groupe financier qui se vante d incarner des valeurs d engagement social, d intégrité et de respect et dont sa clientèle est composée, en grande partie, des organisations syndicales. BIENVENUE À LA CSN! Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Service Vinci Park - CSN Deux autres points de service de Service Vinci Park (Canada) ont adhéré au Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Service Vinci Park - CSN. Le premier, situé au 880, chemin Ste-Foy, a été accrédité le 24 mars dernier et le second, situé au Stationnement 79, boulevard René-Lévesque, a été accrédité le 1 er avril. Une vingtaine de salarié-es sont désormais syndiqué-es. Ces nouveaux points de services du syndicat sont affiliés à la Fédération du commerce et au CCQCA. Le Service de syndicalisation est là pour vous! ou LE RÉFLEXE, MAI 2015

9 RÈGLEMENT CHEZ OLYMEL RICHARD GAUVIN FÉLICITATIONS! Réunis en assemblée générale le 3 avril dernier, c est 816 membres du Syndicat des travailleurs d Olymel Vallée-Jonction qui ont accepté, par scrutin secret à 70 %, la recommandation émise par le conciliateur du ministère du Travail. Le règlement comprend, entre autres, des augmentations annuelles de salaire de 2 % pour les trois premières années et de 1,75 % pour les trois dernières, un montant forfaitaire de 800 $ sera versé à toutes et tous les salarié-es à la signature de la convention en plus d un montant de 55 $ par année de service accumulé et une bonification de 14 % de la participation de l employeur à l assurance collective. La nouvelle convention collective sera d une durée de six ans. Rappelons que les travailleuses et travailleurs étaient en grève depuis le 18 mars. DAVIE REMPORTE LE TITRE RICHARD GAUVIN DAVIE, LE PLUS GRAND CONSTRUCTEUR NAVAL AU CANADA, VIENT DE REMPORTER LE TITRE DE «CHANTIER NAVAL NORD-AMÉRICAIN DE L ANNÉE». Ce titre a été désigné par un jury composé de dirigeants d entreprises maritimes et d associations commerciales lors d une cérémonie tenue à Houston en février dernier par Lloyd s List, une prestigieuse publication qui s intéresse à l industrie mondiale des transports maritimes. Les chantiers en lice ont été évalués sur leur capacité à répondre le mieux aux besoins de ses clients, à livrer les bateaux à temps et à celui qui accorde de l importance à la sécurité de ses travailleuses et travailleurs. C est avec une grande fierté que le Conseil Central de Québec Chaudière-Appalaches CSN souligne cet honneur qui est le résultat d un excellent travail au quotidien accompli par les dirigeantes et les dirigeants du syndicat ainsi que les travailleuses et travailleurs qui n ont jamais cessé de croire en ce joyau régional. MAI 2015, LE RÉFLEXE 9

10 ENVIRONNEMENT LE PROJET D OLÉODUC TRANSCANADA : UN MIROIR AUX ALOUETTES CLAUDE ALLARD La crise du pétrole provoquée par une surproduction et qui du même coup a fait chuter le prix à un niveau inattendu nous a fait la démonstration que le Québec et l Ontario souffrent du mal hollandais. C est-à-dire que l exportation à grande échelle du pétrole des sables bitumineux, entre autres, fait prendre de la valeur au dollar canadien qui a eu un effet pervers sur l industrie manufacturière. En outre, avec la question des changements climatiques, si nous acceptons l Oléoduc Énergie, nous devenons complices du non-respect de nos engagements de réduction des gaz à effet de serre (GES) envers le reste de la planète. RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE? Le mal hollandais a fait perdre emplois au Québec dans le secteur manufacturier entre 2002 et 2008, selon l économiste Serge Coulombe. À preuve, le Conference Board nous affirmait dernièrement que si la baisse du prix du baril de pétrole plombait les revenus de l Alberta et de son économie, tout en causant des pertes d emplois massives et de baisse d investissement des pétrolières, il en était tout autrement pour l industrie manufacturière qui profite de la baisse de la valeur du dollar canadien au Québec et en Ontario. Pour ces propos, le Conference Board contredit les allégations de notre premier ministre, M. Couillard, comme quoi le Québec est une province de quêteux qui dépend des pétrodollars de l Alberta par l entremise de la péréquation canadienne. Donc, selon notre premier ministre, le Québec se doit servilement accepter le projet d Oléoduc Énergie Est de TransCanada. Ainsi, selon M. Couillard, nous devrions faire abstraction du fait que ce mégaprojet d oléoduc de 12 milliards de dollars sera construit sur une distance de 700 km au Québec, passera sur le territoire d au moins une soixantaine de municipalités, de même que sur des terres agricoles, traversera plusieurs centaines de cours d eau, dont vingt rivières qui posent un risque majeur de glissement de terrain dans les secteurs prévus du tracé de cet équipement. En plus, ce dernier traversera cinq aires protégées, un parc marin, deux réserves nationales de la faune et un marais, et ce, sans compter le tunnel en béton prévu sous le lit du fleuve St-Laurent dans le secteur de Saint-Augustin-de- Desmaures. Bon, imaginons maintenant que cet oléoduc, qui acheminera 11 millions de barils par jour, se brise sur le bord d une rivière dû à un glissement de terrain durant la nuit. C est 764 barils de lourd et très topique pétrole qui s écoulerait par minute. Combien de temps faudra-t-il à TransCanada avant d intervenir? Combien coûtera ce désastre et combien de temps ça prendra pour le nettoyer? Qui paiera la facture? Et si la catastrophe devait se produire durant la période la plus froide de l hiver et que le pétrole se rependait sous les glaces d une rivière ou du fleuve, comment allons-nous intervenir? Y a-t-il un plan d intervention crédible prévu? C est plus de 800 emplois directs et indirects qui seraient créés lors de la phase de construction et, par la suite, seulement 203 emplois directs et 168 indirects. Donc, ce n est pas le Klondike pour le Québec. De plus, il n y a aucune compensation financière pour acheminer le pétrole à travers notre territoire. La suite de l article paraîtra dans la prochaine édition du journal. 10 LE RÉFLEXE, MAI 2015

11 COMITÉ DES JEUNES LA RELÈVE SYNDICALE C EST TOUT D ABORD LOCAL MOANA DESBIENS Les États généraux du CCQCA approchent à grands pas. C est un évènement important à inscrire à l agenda syndical. Pour cette occasion, le comité des jeunes invite chaque syndicat local à y être accompagné d au moins une jeune militante ou un jeune militant. Cela aura toute son importance pour le futur du comité des jeunes. C est pourquoi il est primordial que les principaux concernés y assistent. De plus, le comité réserve un traitement particulier pour les jeunes qui participeront aux États généraux. Comment choisir la ou les relèves syndicales qui vous accompagneront? Tout d abord, la personne doit avoir 35 ans et moins. De plus, l exécutif voit en ce jeune des qualités essentielles pour une future militante ou un futur militant. Prenez l initiative de choisir les jeunes et allez les inviter personnellement à se joindre à vous. Il est de votre devoir de leur expliquer les tenants et aboutissants de cet évènement d une grande envergure. Le comité a hâte de pouvoir rencontrer votre relève syndicale et les encourager à s impliquer localement. MAI 2015, LE RÉFLEXE 11

12 Crédit photo : Clément Allard Sébastien Duchesneau Richard Gauvin Louise Leblanc Guylaine Tessier

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

CADRE FINANCIER 2014

CADRE FINANCIER 2014 CADRE FINANCIER 2014 Ce cadre financier présente les mesures budgétaires qui permettront de mettre en œuvre la vision économique et sociale de Québec solidaire lors du prochain mandat. Le résultat était

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

La Centrale des syndicats du Québec considère que le projet de loi C-377 est anticonstitutionnel et ne doit pas être adopté

La Centrale des syndicats du Québec considère que le projet de loi C-377 est anticonstitutionnel et ne doit pas être adopté La Centrale des syndicats du Québec considère que le projet de loi C-377 est anticonstitutionnel et ne doit pas être adopté Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles

Plus en détail

Porter la voix des femmes

Porter la voix des femmes Mars 2011 Aide sociale L Aide sociale en Ontario est constituée de deux programmes. Premièrement, Ontario au travail (OT), un programme de dernier recours qui vise les personnes qui n ont pas d autres

Plus en détail

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION Des outils pour la réflexion INTRODUCTION Les politiques d austérité du gouvernement ont des effets importants sur les groupes et sur les gens avec qui nous travaillons.

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE Que vous puissiez voter ou non, vous pouvez contribuer à façonner l avenir de notre pays : Dites aux autres pourquoi il est important de voter. Organisez

Plus en détail

Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC

Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC INVESTIR À LA RETRAITE Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC INVESTIR. ENSEMBLE. INVESTISSEMENTS RUSSELL / INVESTIR À LA RETRAITE Êtes-vous prêt à planifier votre style de vie à la retraite?

Plus en détail

QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC

QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC 43 Objectif : Public : Déroulement : Ce quiz a pour objectif de faire découvrir quelques événements qui ont joué un rôle majeur dans le développement

Plus en détail

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL Table des matières Mot de l auteur... 2 Crédit d'impôt pour déficience grave et prolongée des fonctions physiques ou mentales... 2 Crédit d'impôt pour personnes handicapées

Plus en détail

Le projet que je vous soumets concerne l Agence de développement. économique du Canada pour les régions du Québec dont les principaux

Le projet que je vous soumets concerne l Agence de développement. économique du Canada pour les régions du Québec dont les principaux Le projet que je vous soumets concerne l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec dont les principaux services sont offerts dans notre région par Développement Économique

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

Mémoire présenté. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. sur le

Mémoire présenté. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. sur le Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes sur le PROJET DE LOI C-59 Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 21 avril 2015 et

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Le sondage Merci pour votre opinion C est notre deuxième sondage à l intention des consultants (le premier

Plus en détail

HOME OWNERSHIP ALTERNATIVES NON-PROFIT CORPORATION

HOME OWNERSHIP ALTERNATIVES NON-PROFIT CORPORATION HOME OWNERSHIP ALTERNATIVES NON-PROFIT CORPORATION 468 Queen Street East, Suite 102, P.O. Box 13, Toronto, Ontario M5A 1T7 Tel: (416) 214-1363 Fax: (416) 214-2661 www.hoacorp.ca Monsieur James Rajotte,

Plus en détail

DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE

DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE DISCOURS *** Seule la version prononcée fait foi *** Le 10 mars 2009 DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE

Plus en détail

J ai des valeurs j investis où ça compte!

J ai des valeurs j investis où ça compte! J ai des valeurs j investis où ça compte! L ÉPARGNE ENTREPRENANTE Avec Fondaction, un fonds de travailleurs socialement responsable, je profite d avantages fiscaux intéressants et je peux épargner plus

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour à toutes et à tous, Bonjour à toutes et à tous, Il nous fait un énorme plaisir de vous présenter la 13 e édition de notre journal local. Cet hiver, nous entamerons une fois de plus la nouvelle année sur le thème de la mobilisation.

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale CADRE FINANCIER D OPTION NATIONALE POUR L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC Autorisé et payé par Sylvain Gauthier, agent officiel du parti Document préparé par l équipe économique d Option nationale Vers un Québec

Plus en détail

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL BLOC 1 : LA FAMILLE ET LES CHARGES FAMILIALES 1. Avez vous des enfants à votre charge au quotidien?, avec moi en garde à temps plein, en garde partagée,

Plus en détail

Pour une éducation supérieure accessible

Pour une éducation supérieure accessible Les Services Collectifs inc. Pour une éducation supérieure accessible Mémoire présenté dans le cadre du Sommet de l éducation post-secondaire Hiver 2013 Association étudiante du Cégep de Sainte-Foy L Association

Plus en détail

Liberal Party of Canada Parti libéral du Canada

Liberal Party of Canada Parti libéral du Canada 28 septembre 2015 Son Honneur, Jim Watson Maire Ville d Ottawa 110, avenue Laurier Ouest Ottawa (Ontario) K1P 1J1 Cher Maire Watson, Je vous remercie d avoir pris le temps de m écrire, et de m avoir fait

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL Dans le cadre de la consultation publique sur le Projet de schéma d aménagement et de développement

Plus en détail

CAMPAGNE DE FINANCEMENT DU PROGRAMME PROTECTION & SÉCURITÉ

CAMPAGNE DE FINANCEMENT DU PROGRAMME PROTECTION & SÉCURITÉ CAMPAGNE DE FINANCEMENT DU PROGRAMME PROTECTION & SÉCURITÉ AUX PROFITS DES ÉQUIPES DE FOOTBALL DES ASSOCIATIONS ET INSTITUTIONS DU QUÉBEC : En collaboration avec : INVITATION AUX DIRIGEANTS ET ADMINISTRATEURS

Plus en détail

1 er congrès SADTV Territoriaux de Vénissieux jeudi 26 février 2015

1 er congrès SADTV Territoriaux de Vénissieux jeudi 26 février 2015 Présents : 24 syndiqués salle Rivat 1 er congrès SADTV Territoriaux de Vénissieux jeudi 26 février 2015 1) Intervention de Denis GUILLET, secrétaire du SADTV : cher(e)s camarades, Bienvenue à ce premier

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE

LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la conciliation travail-famille. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi n

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 10 décembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Nous sommes

Plus en détail

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE LES CHOIX BUDGÉTAIRES 2005-2006 LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE Mémoire présenté par le CHANTIER DE L ÉCONOMIE SOCIALE au ministre des Finances, monsieur Michel Audet Dans

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Aider les Canadiens handicapés

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Aider les Canadiens handicapés Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Aider les Canadiens handicapés Février 1997 «La plupart d entre nous sommes en mesure de surmonter les nombreuses difficultés que nous rencontrons dans la

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Interpeller le gouvernement et négocier

Interpeller le gouvernement et négocier Agir dans les centres de la petite enfance L ADIM intervient partout où les intérêts de ses membres sont en jeu. Le centre de la petite enfance (CPE) est un de ces lieux. Son action peut y prendre diverses

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges)

LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges) LA GOUVERNANCE Conférencier, M. Claude Martin (présentation d un résumé des propos du conférencier et des échanges) Il détient une maîtrise en géographie (camionnage) de l Université Laval et obtient la

Plus en détail

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER.

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. OBJECTIF DE NOTRE RENCONTRE Je sais à quel point l achat d une propriété est un projet important. Je sais également combien il est capital que

Plus en détail

Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler!

Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler! Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler! Le chemin parcouru L intégration des élèves en difficulté en classe régulière est une priorité pour la Fédération des syndicats de l enseignement

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de son projet de se lancer en affaires. Ça vous stimule. Après tout,

Plus en détail

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Au Forum provincial des réseaux de soutien à l immigration francophone

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Améliorer les régimes publics : une solution efficiente pour assurer une couverture adéquate

Améliorer les régimes publics : une solution efficiente pour assurer une couverture adéquate Améliorer les régimes publics : une solution efficiente pour assurer une couverture adéquate Colloque sur l état des régimes de retraite Conseil du patronat du Québec Le 12 juin 2012 Marie-Josée Naud Conseillère

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

Qu est-ce que le relevé de compte?

Qu est-ce que le relevé de compte? Qu est-ce que le relevé de compte? Le relevé de compte constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur un compte bancaire. Ce document permet au titulaire d'un compte de connaître en

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs :

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs : Introduction Auteure : Nicole Racette (Équipe de production) Gérer son crédit Objectifs : Atteindre une santé financière afin d avoir une meilleure qualité de vie; Considérer l épargne comme une solution

Plus en détail

Questionnaire Profil d investisseur

Questionnaire Profil d investisseur SECTEUR : ASSET MANAGEMENT T +41 (0)21 634 30 88 F +41 (0)21 560 41 11 info@skm-sa.com Questionnaire Profil d investisseur Nom, Prénom du client Nom, Prénom du conseiller Lieu et date Question 1 Quand

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

COMPTES MAJEURS. Créer un régime d assurance collective sur mesure

COMPTES MAJEURS. Créer un régime d assurance collective sur mesure COMPTES MAJEURS Créer un régime d assurance collective sur mesure L équipe des comptes majeurs est composée de professionnels expérimentés et qualifiés ayant des connaissances approfondies en assurances

Plus en détail

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE Politique d utilisation et de promotion du chrysotile L histoire de la ville de Thetford Mines tient ses origines de l exploitation minière, et continue

Plus en détail

Solution Le problème à un million de dollars

Solution Le problème à un million de dollars Solution Le problème à un million de dollars Dans le présent scénario, un homme (le «proposant») souhaite disposer d un million de dollars pour chaque personne qui atteint l âge de 100 ans. Il veut calculer

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Ce matin, tout va encore plus vite que d habitude. Un client vous demande de devancer sa livraison. Mais votre

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica

Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART. Ressources au service du représentant Primerica Parler à votre client du programme de recommandation de prêts SMART Ressources au service du représentant Primerica Table des matières Pour les clients qui n ont pas bénéficié d une analyse des besoins

Plus en détail

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Étude de la capacité des particuliers à se prévaloir d'un régime enregistré d'épargne-invalidité (REEI) Ryan Fontaine Conseiller

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

DANS LE CADRE D UNE NÉGOCIATION ANTICIPÉE C EST INACCEPTABLE!!!

DANS LE CADRE D UNE NÉGOCIATION ANTICIPÉE C EST INACCEPTABLE!!! 2. RÉSULTAT DE L ENTENTE DE PRINCIPE SUR LE RÉGIME DE RETRAITE D HYDRO-QUÉBEC (RRHQ) Cotisation régulière de l'employeur à compter de 2014 : 50 % du coût de service courant du RRHQ + déficits. Cotisation

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC

Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC 11 décembre 2015 Bulletin de la campagne Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC Dans les prochaines semaines, les organismes communautaires autonomes en santé et services sociaux (OCASSS)

Plus en détail

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de:

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: ! Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: Trouver des moyens de sensibiliser la popula3on à la situa3on de la pauvreté locale. Offrir un répertoire de ressources. Par3ciper

Plus en détail

------------ -------------

------------ ------------- Ministère d Etat, République de Côte d Ivoire Ministre des Affaires Etrangères Union Discipline-Travail ------------ ------------- ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR CHARLES KOFFI DIBY MINISTRE D ETAT,

Plus en détail

q u e s t i o n s / réponses

q u e s t i o n s / réponses dossier de presse À paraître février 2012 «100 Questions/réponses sur» est une collection qui aborde des thèmes sociaux à travers 100 questions qui interrogent tous les aspects du sujet. À ces questions,

Plus en détail

Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du

Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du secteur public? 2 Les services publics, une réponse aux

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective régime d assurance collective L heure d adhérer Ma ligne de vie Ma ligne de santé Ma ligne de protection de revenu 2 Bonjour, je suis Fiche Adhésion, la toute dernière de la série des fiches. Ma mission

Plus en détail